AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
» Communication externe
par Loth de la Vision Mar 21 Juin 2016 - 15:06

» Réversa [ TOP ]
par Invité Ven 27 Mai 2016 - 8:21

» Le monde de Dùralas
par Invité Jeu 26 Mai 2016 - 7:00

» Anthalia
par Invité Dim 22 Mai 2016 - 15:17

» Marbrume, La Cité des Damnés
par Invité Lun 16 Mai 2016 - 15:07

» Questionnaire pour soutenir infinite RPG !
par Invité Sam 14 Mai 2016 - 17:33

» Escalus
par Invité Jeu 12 Mai 2016 - 9:02

» Mass Effect : Reborn
par Invité Mar 10 Mai 2016 - 15:00

» Forum en pause
par Asàf Lysereän Mar 10 Mai 2016 - 13:47


avatar

On m'appelle Yannick Saule


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Midel Heim
MON AGE : 26 ans
Masculin
MESSAGES : 779
AGE : 46
INSCRIT LE : 19/10/2011
PSEUDO HABITUEL : Promor le Facétieux, Raffaella Palder, Tibor Keiron, Janos Leawen
Joyaux : 0
Posté dans [RPI] Avant elle.   - Mer 17 Oct 2012 - 5:29


La silhouette fantomatique d'un Arbre Sang étend ses longues serres crochues à travers le sentier. Son tronc blanchâtre est sculpté par les premiers rayons d'une lune mandarine. Sa robe de braises et d'acajou frémit sous les soupirs d'un vent maussade. Un peu d'imagination macabre permettrait de le voir traverser l'allée pour se rendre au bal des ténèbres.

Un Butineur égaré mais curieux paraît pris au piège de ses griffes tranchantes et cramoisies. C'est à grand peine que l'oiseau s'en dégage pour s'enfuir dans un tourbillon de plumes bleu cobalt. Le battement précipité de ses ailes s'atténue dans la nuit qui tombe. Le calme revient.

Pas longtemps. Un tambourinement lointain remplace l'envolée peureuse du volatile. Les sabots d'un chemanoir martèlent l'humus et le caillou de l'allée déserte. Un cavalier s'approche, cheveux au vent, vêtu de frusques rafistolées qui connurent des heures plus glorieuses. La lune éclaire un instant son faciès cadavérique. Yannick Saule, le paumé, le miteux, la brebis galeuse d'une famille prestigieuse. Yannick Saule, le déchu, le pestiféré. Un bond pesant et lourd, et le voici marchant dans la cour. Ses doigts blancs et décharnés attachent la carne à un moignon tordu de l'Arbre Sang. Ses cuissardes, jadis écarlates, aujourd'hui ternes et délavées, le conduisent.

La bâtisse est là, toute proche. Une lumière blafarde s'écoule des fenêtres sales. Les murs suintent des rires et des cris qui résonnent à l'intérieur. Un médor squelettique et sale s'éclipse après deux aboiements féroces. Yannick, ce vieillard si jeune encore, se recoiffe d'une main distraite, par habitude. Il y a des lustres que son apparence l'indiffère.

Il entre, se dirige vers l'âtre, au fond de la pièce, et se réchauffe un instant les mains au feu qui rougeoie. Des yeux moqueurs se tournent vers lui. Les rires se sont tus. Les conversations se sont éteintes. Des relents de tabac et de vinasse flottent dans l'air. L'impatience est palpable. Yannick s'approche de la table.


[A suivre ...]



avatar

On m'appelle Yannick Saule


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Midel Heim
MON AGE : 26 ans
Masculin
MESSAGES : 779
AGE : 46
INSCRIT LE : 19/10/2011
PSEUDO HABITUEL : Promor le Facétieux, Raffaella Palder, Tibor Keiron, Janos Leawen
Joyaux : 0
Posté dans Re: [RPI] Avant elle.   - Jeu 18 Oct 2012 - 6:18


Les funambules marchent ainsi, avec une infinie prudence, lorsqu'ils défient la pesanteur du haut de leur câble d'acier. Lorsqu'ils vont à la rencontre de la mort.

Une chaise est libre à cette table, à dix pas de la cheminée où les flammes s'enroulent amoureusement autour des bûches noueuses qui en rougissent de plaisir. C'est bien là le seul détail chaleureux de la taverne « A la Potence Ensanglantée » . Le mobilier est froid et grossier. Les gueules sont glauques et inhospitalières. Même la serveuse arbore une mine revêche, sa croupe « triqueballienne » se dandine à chaque pas, ses seins plantureux dansent la gigue, ses cheveux filasse collent à son large front boutonneux en sueur.

Une chaise est libre donc, mais Yannick ne s'assied pas. Il se contente d'observer. S'asseoir signifierait qu'il dispose d'assez d'argent pour affronter les dieux du hasard et du poker, ce qui n'est pas le cas. Sa bourse de cuir est aussi plate qu'une escalope. Il lui reste deux bagues pour toute fortune, blotties au fond d'une de ses poches, sous un mouchoir brodé à demi dévoré par les insectes et la vermine qui règnent en maîtres absolus dans son manoir.

Par bonheur, les deux truands auxquels il s'est acoquiné sont absents ce soir. Il leur doit pas mal de galons, il serait obligé de réclamer un nouveau délai pour les rembourser et risquerait de se prendre quelques torgnoles sur le museau. Une fois de plus.

Tentation quand tu nous tiens ...

Yannick dévisage les cinq canailles qui se remettent à jouer. Les cartes virevoltent, les jurons explosent, les brelans supplantent les paires, les verres rebondissent lorsque les grosses paluches déposent victorieusement un full ou un carré au centre du tapis olivâtre usé par des années de ce manège. Le gentilhomme désargenté les connaît tous les cinq. Ils font partie de la pire racaille du coin. Il y a là la Baudruche, au visage boursouflé, aux fanons gélatineux, aux mains moites qui impriment l'empreinte de leur bidoche graisseuse sur la table de bois brut. Il y a le Bossu, dont le sarrau de toile grise semble dissimuler un énorme sac-à-dos flasque et mou. Le Géant, aux pattes de devant lourdes comme des massues, mais aux bons gros yeux de bovin fatigué. Le Déplumé, au crâne luisant et rond comme ces galets que charrient les torrents de montagne. Et la Teigne, au regard retors et vicieux, tricheur invétéré mais difficile à confondre.

Après chaque partie, les galons glissent sur la table, repoussés avec dépit devant le voisin, ou happés par des doigts avides. Un as te fera riche, un Huit t'enverra dormir dans la paille. C'est si fugace et si capricieux, la chance. Elle boude et sourit par alternance. Si elle est ton amie durant quelques minutes, tout est possible ...

Tentation quand tu nous tiens ...


[A suivre ...]



avatar

On m'appelle Yannick Saule


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Midel Heim
MON AGE : 26 ans
Masculin
MESSAGES : 779
AGE : 46
INSCRIT LE : 19/10/2011
PSEUDO HABITUEL : Promor le Facétieux, Raffaella Palder, Tibor Keiron, Janos Leawen
Joyaux : 0
Posté dans Re: [RPI] Avant elle.   - Ven 2 Nov 2012 - 5:22


Jadis, en d'autres circonstances, Yannick, l'opprobre de la dynastie des Saule, se serait amusé de la diversité des regards qui se sont lentement levés vers lui. L’œil malin et torve de la Baudruche, l’œil sournois de la Teigne, l’œil rempli de dédain du Déplumé, l’œil cupide et méchant du Bossu, l’œil niais et lourd du Géant, tout cela l'aurait diverti, et il y aurait répondu par des prunelles délibérément gouailleuses, et peut-être par l'une ou l'autre remarque ironique.

Jadis.

Aujourd'hui, ces regards ont cependant un point commun : ils luisent d'une convoitise à jamais inassouvie, et même d'un brin de dégoût et de dérision.

Et aujourd'hui, Yannick baisse les yeux. Cependant, les galons qui s’amoncellent devant les joueurs, et la chance qui fluctue et impose ses caprices, ont réveillé ce démon en lui. Le démon du jeu. Il en faudrait peu pour qu'il s'installe à cette maudite table et qu'il brave Dame Fortune, quitte à y laisser les deux bagues tapies au fond de sa poche.

Tentation quand tu nous tiens ...

La Teigne a t-il lu les hésitations et le trouble de Yannick ? A t-il déchiffré cette fringale qui survit dans les tréfonds de son âme ? Sa voix de fausset – ou de faussaire ? – surprend le gentilhomme déchu.

Eh bien Saule, tu viens tenter ta chance ? Tu as les poches pleines ?

Ses yeux chafouins brillent de malice et se posent alternativement sur les autres joueurs attablés. Le piège est tendu. Va t-il se refermer ?

Tentation quand tu nous tiens ...


[A suivre ...]



avatar

On m'appelle Yannick Saule


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Midel Heim
MON AGE : 26 ans
Masculin
MESSAGES : 779
AGE : 46
INSCRIT LE : 19/10/2011
PSEUDO HABITUEL : Promor le Facétieux, Raffaella Palder, Tibor Keiron, Janos Leawen
Joyaux : 0
Posté dans Re: [RPI] Avant elle.   - Dim 4 Nov 2012 - 4:25


Demande t-on à l'aveugle s'il veut voir ? Au sourd s'il veut entendre ? Au cul-de-jatte s'il veut gambader ? Non, bien-sûr. Ils ne désirent rien d'autre. Demande t-on à Yannick Saule s'il veut s'asseoir à la table et tenter sa chance ? Non, c'est pareil. C'est son seul souhait. Lorsqu'on le mettra en terre – bientôt sans doute, au rythme où il picole – ce ne sont pas des fleurs qu'on posera sur sa tombe, mais un full des rois par les dames.

Et il s'assied, en dépit de toute prudence, en toute connaissance de cause, n'ignorant nullement que les gueux déjà installés autour du tapis vert sont de mèche entre eux et qu'il ne s'en tirera que par miracle. Sa volonté est annihilée. Sa résistance est engourdie. S'il croyait encore au soutien de Vama, il lui adresserait vivement une prière, mais non, inutile, Vama elle-même l'a abandonné depuis longtemps à ce néant, à ce gouffre dont on ne remonte pas.

J'ai ces deux bagues ... énonce t-il brièvement en les jetant sur la table. Elles valent une fortune ! ... ajoute t-il encore, alors qu'il est incapable d'en estimer la valeur exacte. Il les tient de ses aïeuls, une branche de l'illustre famille Saule autrefois respectable et respectée, mais à présent totalement démunie, dont il est en fait le dernier représentant.

Aussitôt, comme des rapaces, les cinq fripouilles se jettent sur les deux bagues et se mettent à les triturer en affichant des mines d'experts, afin d'en évaluer le prix. Peut-être vont-ils surenchérir l'un après l'autre, flairant la bonne affaire ? Ce serait une aubaine pour Yannick.

Il le font.

J't'en offre cent galons pour les deux ! ... grogne le Déplumé.

Cent-vingt ! ... ajoute le Bossu.

La tension monte d'un cran. Curieuse, la serveuse au gros cul et aux seins flasques s'approche. Les visages des autres clients se tournent vers eux.

Cent-cinquante, et c'est bien payé ! ... braille la Baudruche en tapant du poing sur la table !

Cent-soixante ! ... enchérit la Teigne, du défi plein le regard, posant un poignard à côté de son verre.

La menace est claire. Les autres hésitent, et, un à un, ils s'inclinent. La Teigne n'est sans doute pas le plus costaud de la bande, mais il est de loin le plus fourbe, le plus violent. Il a gagné. Il jette la somme au centre de la table et dévisage Yannick de ses quinquets sournois et triomphants. Il attend. Il jubile. Il ne dit qu'un mot :

Alors ?


[A suivre ...]



avatar

On m'appelle Yannick Saule


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Midel Heim
MON AGE : 26 ans
Masculin
MESSAGES : 779
AGE : 46
INSCRIT LE : 19/10/2011
PSEUDO HABITUEL : Promor le Facétieux, Raffaella Palder, Tibor Keiron, Janos Leawen
Joyaux : 0
Posté dans Re: [RPI] Avant elle.   - Jeu 15 Nov 2012 - 2:49

L'offre n'est pas particulièrement alléchante. Yannick escomptait tirer davantage de ces deux bagues. Mais il est vrai que leur valeur est surtout sentimentale. Ces bijoux sont un des derniers pans de la glorieuse histoire de sa famille. Ce sont les ultimes témoignages d'une époque défunte, d'une aisance financière révolue, d'une arrogance qui n'a plus cours. Alors ...

C'est d'accord ... jette t-il, impuissant, comme on jette son âme aux démons. Avouer qu'il en espérait beaucoup plus ? Non, c'est impossible, ce serait insensé, ce serait reconnaître ouvertement sa faiblesse, ce serait reconnaître qu'il est aux abois, qu'il est au bord du gouffre, ce serait s'exposer à encore plus de regards moqueurs, de railleries et de sourires sarcastiques.

Oui, ça me convient parfaitement ... répète t-il avec conviction et un brin d'arrogance, comme si cette acceptation, ce renoncement, n'avait que peu d'importance.

Les doigts grassouillets et adipeux de la Baudruche ont ramassé le paquet de cartes. L'obèse les bat en ricanant brièvement. C'est ici que tout se joue. Le sourire vorace qui naît entre ses grosses joues flasques et rubicondes n'est pas rassurant. La Teigne trépigne d'impatience. Le Géant vide son ballon de picrate. Le Bossu se voûte encore davantage et son excroissance semble gigantesque. Le Déplumé se gratte furieusement l'occiput, aussi luisant qu'un miroir reflétant dix soleils. Yannick est sur des charbons ardents et ne quitte pas des yeux les mains bouffies de la Baudruche.

Et les cartes volettent enfin, puis atterrissent sur le tapis vert, devant chaque joueur. Lorsqu'elles sont distribuées, chacun ramasse anxieusement les siennes et les consulte en silence. On entendrait voler un Butineur. La satisfaction qui se lit sur certains visages est un leurre, une arnaque, une comédie. Personne ne s'y laisse prendre mais ça fait partie intégrante du jeu. Tout le monde va bluffer d'une manière ou d'une autre, en espérant malgré tout influencer l'adversaire. C'est ainsi depuis la nuit des temps, depuis que les cartes existent ...

Soudain la porte de l'estaminet s'ouvre à la volée. Le vent s'engouffre précipitamment dans la pièce. Les flammes vacillent dans la cheminée. Deux hommes pénètrent ...


[A suivre ...]



avatar

On m'appelle Yannick Saule


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Midel Heim
MON AGE : 26 ans
Masculin
MESSAGES : 779
AGE : 46
INSCRIT LE : 19/10/2011
PSEUDO HABITUEL : Promor le Facétieux, Raffaella Palder, Tibor Keiron, Janos Leawen
Joyaux : 0
Posté dans Re: [RPI] Avant elle.   - Mer 2 Jan 2013 - 7:26


Ce sont deux énormes brutes, au faciès immonde, à la gueule décorée de cent balafres hideuses, qui traversent l'infâme gargote, la démarche assurée, et sans saluer personne. Leurs prunelles arrogantes défient chaque client, dont les yeux fuient et se dérobent prestement. L'atmosphère lourde et enfumée s’appesantit encore. Les plus bavards ravalent leurs fadaises. Ils n'émettent plus un son. Un silence écrasant s'installe. Une chape de béton pèse sur les échines. Même le feu dans la cheminée semble suspendre son ronron rassurant. Un médor anémique se glisse furtivement sous une table, la queue basse, la truffe au ras du parquet. La traditionnelle catin accrochée au comptoir plonge son museau fardé au fond de son verre. L'estaminet entier retient son souffle. La mort elle-même qui pénétrerait dans le bouge, exhalant sa puanteur macabre, n'aurait pas plus d'effet.

C'est dérisoire, c'est inutile, mais Yannick se tasse sur sa chaise. Ces deux-là sont là pour lui. Sans doute guettaient-ils son approche à l'abri des buissons. Sans doute ont-ils déjà exploré les fontes de son chemanoir. Sans doute jubilent-ils depuis que la silhouette émaciée du gentilhomme ruiné a franchi le seuil du bistroquet et en a refermé l'huis, s'engouffrant ainsi dans la nasse, pieds et poings liés, s'offrant en victime imprudente et expiatoire.

Les deux armoires à glace se campent aussitôt derrière Yannick, leurs bedaines pressant contre le dossier de son siège. Le cou enfoncé entre les épaules, la honte des Saule a tressailli, s'attendant à une injure, à un rire glacial, ou à un geste qui n'aurait rien d'amical. Mais non, rien ne vient, et ce silence angoissant qu'ils imposent est la pire des menaces.

L'un des deux a soudain posé sa grosse paluche sur l'épaule de Yannick, qui rapetisse encore. Il donnerait cher pour être loin de ces deux colosses, à qui il est redevable d'un joli tas de galons d'argent, depuis quelques semaines. Il n'aura plus aucun délai supplémentaire, il en est conscient. Ce soir, deux possibilités : des brelans ou la branlée.

Les cinq autres joueurs affichent soudain un même rictus : un sourire moqueur. Mais ils se taisent, même la Teigne, qui n'est pourtant pas le premier venu. Yannick les dévisage un bref instant, puis pose les yeux sur ses cartes. Pas de quoi pavoiser. Il n'a rien. Un « huit », un « sept », un valet, et deux « six ». Une minable paire. Surgissant du fond de sa déchéance et de son désespoir, une poigne de fer lui enserre les entrailles. Il ne s'en sortira pas. S'il ne rafle pas la mise, son compte est bon.

Ruse ou exaltation difficilement contenue ? Le Géant se trémousse un instant sur sa chaise, comme s'il avait des puces dans le fondement du pantalon. Les autres n'ont pas bronché. La Baudruche est en sueur, mais ce n'est pas nouveau. Il transpire ainsi du matin au soir. Le Bossu est imperturbable, malgré son sac à dos de graisse et de chair. La Teigne a l’œil sournois, mais ni plus ni moins que d'habitude. Le Déplumé ne laisse rien deviner de ce qui se passe sous son crâne rose qui brille comme un lac endormi sous le soleil. Chacun cogite, chacun épie. Lequel d'entre eux aura t-il les faveurs de Vama lorsque les cartes dédaignées seront reposées sur le tapis et remplacées par d'autres ?


[A suivre ...]



avatar

On m'appelle Yannick Saule


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Midel Heim
MON AGE : 26 ans
Masculin
MESSAGES : 779
AGE : 46
INSCRIT LE : 19/10/2011
PSEUDO HABITUEL : Promor le Facétieux, Raffaella Palder, Tibor Keiron, Janos Leawen
Joyaux : 0
Posté dans Re: [RPI] Avant elle.   - Ven 11 Jan 2013 - 5:47


Yannick n'hésite qu'une fraction de seconde avant de se séparer de trois cartes, ne conservant que les deux « six ». Agissant de la sorte, sans doute dévoile t-il à ses adversaires qu'il possède une paire, mais l'enjeu est trop important pour garder une carte inutile. Les autres joueurs rejettent également deux ou trois cartes, qu'ils retournent sur le tapis, d'un air blasé. Certains sourient, certains s'agitent. Bluff ! Certains épient leurs voisins, certains remplissent leur verre, détendus, imperturbables. Bluff ! Certains se grattent l'occiput ou s'affaissent sur leur siège comme s'ils portaient sur leurs épaules toute la misère de Matroos. Bluff, bluff, et encore bluff.

De nouvelles cartes s'envolent et atterrissent devant les joueurs attablés. Le sort a tranché, irrémédiablement. Le reste, succès ou naufrage, dépendra de la conviction affichée par chacun, et des lueurs qui brilleront dans chaque prunelle. Et du bluff.

Le gentilhomme soulève les trois cartes, une à une. Son cœur cogne sous ses côtes, dans un douloureux crescendo. Yannick a froid jusqu'aux os, même si son front est moite. Combien a t-il de chances de retourner un « six » ? Autrefois, il le savait, il connaissait les chiffres, il maîtrisait les pourcentages. Mais aujourd'hui il ne sait plus. Trop de pression, trop d'affolement, même s'il essaie de les dompter, de les dissimuler à la vue des regards cauteleux qui l'entourent.

La première carte qu'il distingue est un « trois ». Vision d'horreur. Une goutte de sueur roule lentement sous sa chemise, le long de son dos, comme une larme de désespoir, une larme d'adieu. Étoile, ma bonne étoile, où te caches-tu ? La deuxième carte est un valet, et Yannick le ressent comme un coup de poignard dans le ventre. Le destin semble prendre plaisir à se jouer de lui. Son flair le trahit ! Il a écarté précédemment un autre valet, ratant ainsi l'occasion de réunir une seconde paire ! Bien-sûr, il ne pouvait pas le prévoir, mais il s'en veut néanmoins. Parfois son instinct lui recommande des initiatives surprenantes, et il s'abandonne à ses caprices, et en recueille les fruits, mais, présentement, c'est le fiasco le plus total.

Au tour de la troisième, maintenant. Étoile, ma bonne étoile ... c'est l'instant ou jamais. Par Vama ! Un « six » ! Yannick exulte, il entre en transes, camouflant bien malaisément son immense satisfaction. Un brelan de « six » ! Ce n'est pas encore une garantie de succès, mais ça permet de retrouver confiance, d'être rassuré, de se laisser bercer par un heureux pressentiment.

Et voici l'instant crucial, celui des mises et des surenchères. L'instant dangereux, l'instant critique, celui où il faut paraître sûr de soi et persévérer, ou bien se dégonfler et abandonner. Les galons roulent sur la table, les gorges se serrent. Dans le dos du gentilhomme, les deux brutes s'inclinent légèrement pour suivre de plus près l'évolution de la partie ...


[A suivre ...]



avatar

On m'appelle Yannick Saule


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Midel Heim
MON AGE : 26 ans
Masculin
MESSAGES : 779
AGE : 46
INSCRIT LE : 19/10/2011
PSEUDO HABITUEL : Promor le Facétieux, Raffaella Palder, Tibor Keiron, Janos Leawen
Joyaux : 0
Posté dans Re: [RPI] Avant elle.   - Lun 28 Jan 2013 - 3:50


Atroce douleur ...

Sang qui pisse et aveugle les yeux ...

Tête qui résonne comme un concert de tambourins, de tam-tams, comme un charivari primitif, comme d'interminables bacchanales ...

Que la mort vienne me chercher si elle me trouve dans ce fossé pestilentiel, au fond de ce cloaque ! La mort sera ma dernière compagne, ma dernière amie, ma bien-aimée porte vers l'au-delà.

Trois « six » ! Maudit brelan. Imposture. Sérénité fallacieuse. Vaine chimère.

Trois « six » ! Arme dérisoire. Utopique cuirasse. Piètre carapace.

Trois « six » ! Combat perdu d'avance. Inutile estocade contre les moulins à vent. Guet-apens tendu par trois rois rieurs rassemblés dans la main fourbe de cette Teigne au sourire sournois.

Trois « six », rien que trois misérables « six » et adieu les derniers galons. Ils s'envolent. Trois « six » et bonjour les coups. Yannick est arraché à la table, poussé vers le sentier par les deux colosses qui ne retrouveront pas leur dû. Dette de jeu, dette de déshonneur. D'autres larrons les attendaient dans les ténèbres. Qu'il est aisé de dénicher des complices lorsqu'on est le plus fort. Grêle de coups. Il y en a pour tous les goûts. Les poches pleines, la Teigne se joint à la fête. D'abord quelques taloches apéritives dans la tronche du gentilhomme. Premiers rires lorsque son nez devient geyser écarlate. Après ces amusantes chiquenaudes, marrons et châtaignes sont au menu. Et qui lui bottera le plus fort dans les côtes, hein ? Les paris sont ouverts. Quand donc implorera t-il la pitié ? Quand donc proférera t-il mille promesses qu'il ne pourra tenir ?

Voilà. Un dernier soufflet l'a jeté dans le fossé. La honte des Saule ne bouge plus. Cette immobilité lui sauvera la vie. Ses tortionnaires sont provisoirement repus. D'autres gentilshommes tomberont dans leurs filets et y laisseront aussi leurs derniers sous. Celui-ci, Yannick Saule, a été pressé comme un fruit, jusqu'à la dernière goutte, jusqu'à la moelle. Est-il mort ? Sans doute. Ils l'abandonnent à son linceul de boue.

Il ne remuera qu'après leur départ, après de longues heures d'anéantissement.

Atroce douleur ...

Sang qui pisse et aveugle les yeux ...

Tête qui résonne comme un concert de tambourins, de tam-tams, comme un charivari primitif, comme d'interminables bacchanales ...

Que la mort vienne me chercher si elle me trouve dans ce fossé pestilentiel, au fond de ce cloaque ! La mort sera ma dernière compagne, ma dernière amie, ma bien-aimée porte vers l'au-delà.


[Fin]



On m'appelle Contenu sponsorisé

Posté dans Re: [RPI] Avant elle.   -

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum