AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
» Communication externe
par Loth de la Vision Mar 21 Juin 2016 - 15:06

» Réversa [ TOP ]
par Invité Ven 27 Mai 2016 - 8:21

» Le monde de Dùralas
par Invité Jeu 26 Mai 2016 - 7:00

» Anthalia
par Invité Dim 22 Mai 2016 - 15:17

» Marbrume, La Cité des Damnés
par Invité Lun 16 Mai 2016 - 15:07

» Questionnaire pour soutenir infinite RPG !
par Invité Sam 14 Mai 2016 - 17:33

» Escalus
par Invité Jeu 12 Mai 2016 - 9:02

» Mass Effect : Reborn
par Invité Mar 10 Mai 2016 - 15:00

» Forum en pause
par Asàf Lysereän Mar 10 Mai 2016 - 13:47


Jusqu'à ce que l'amour nous sépare ... ou pas.

avatar
Cultivateur

On m'appelle Lalah Desnolancès


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : (ex : Muertiga - Les Gargans
MON AGE : 18 ans
Féminin
MESSAGES : 414
AGE : 26
INSCRIT LE : 06/02/2012
PSEUDO HABITUEL : Saya / wasp
Joyaux : 23
http://www.ile-joyaux.com/t537-vestiges-d-une-vie-ennuyante-lalah-desnolances http://www.ile-joyaux.com/t536-famille-cultivatrice-desnolances#12862
Posté dans Jusqu'à ce que l'amour nous sépare ... ou pas.   - Lun 5 Nov 2012 - 13:15

La réception était enfin terminée. Tous les invités étaient retournés soit chez eux, soit dans les appartements qui leur avaient été attribué à leur arrivée. Dans tous les cas, la soirée s'était relativement bien passée. Certes, il y avait eu quelques accrochages au sein de la famille mais d'un point de vue extérieur, Lalah avait bien réussit sa réception. On en parlerait donc pendant les quelques jours à venir en regrettant de pas avoir été invité. Qui plus est, la venue de deux Chamanes ferait une forte réputation aux Desnolancès jusqu'à Arish même.

Satisfaite d'elle-même, la jeune cultivatrice était retournée dans ses appartements. Elle était lasse et fatiguée et n'aspirait qu'à dormir. Prenant son temps, elle avait congédié ses servantes et s'occupait d'elle toute seule. A peine entrée dans sa chambre, elle avait posé ses bijoux sur sa commode et entreprit de défaire sa robe. Elle avait dénoué quelques lacets lorsque son regard se posa sur une petite boite noire. Avec précaution elle la prit puis se remémora les dires de son expéditeur. Wirian lui avait offert en insistant bien sur le fait de l'ouvrir plus tard et seule.
Ainsi, oubliant de se changer, elle alla s’asseoir sur le rebord du lit et ouvrit la boite. A l’intérieur se trouvait un magnifique instrument de musique. Lalah prit la flûte entre ses doigts et la retourna, l'examinant sous toutes les coutures. Fabriquée à l'aide de bois sorcier, les extrémités étaient maintenues par de fins anneaux en argent permettant ainsi au bois sorcier de restant solide. Le corps s'étendait sur une soixantaine de centimètre, bordait de six trous. Tout près d'un des trous, il était gravé "L.Desnolancès". Cette délicate attention fascina et flatta la jeune femme. Ainsi, l'homme avait fait créer cette flûte sur mesure. On racontait que chaque objet créé à l'aide de bois sorcier était unique et façonné pour son hôte.

Enfin, posa la flûte, elle remarque au fond de la boite un parchemin qu'elle déroula délicatement. On pouvait y lire ; "Pour mademoiselle, notre gracieuse hôte, un cadeau qui, je l'espère saura occuper vos rares moments d'ennuis.
Ne gâchez pas le loisir d'en jouer sous prétexte que vous n'en avez jamais utilisé. Je pourrais vous apprendre quelques mélodies si besoin est..."


Souriant pour elle-même, Lalah replia avec soin la petite note et remit la flûte dans son étui puis dans sa boite. Le cadeau était fort impressionnant et magnifique, il fallait à tout prix qu'elle le montre.
Comme à son habitude, elle pensa automatiquement à Thélador mais alors qu'elle s'apprêtait à quitter la chambre elle hésita. Leur relation avait quelque peu changé au cours de ces dernières heures. Son frère devait s'en aller demain pour rejoindre les Velleurs Pourpres et elle savait qu'elle ne le reverrait pas avant deux longues années. Soupirant, elle songea que de toute façon une conversation était inévitable, alors autant aller le rejoindre avec une bonne excuse...

Ce faisant, elle sorti de sa chambre et traversa le couloir. Les appartements de son ainé se trouvaient près de ceux de la jeune fille mais elle prit son temps pour y accéder, flânant plus que de raison dans le couloir. Enfin, face à la porte blanche du jeune homme elle resta quelques secondes sur le palier. Puis songeant soudainement à son allure, elle s'empressa de renouer les lacets de sa robe et avec une main dans les cheveux, essaya de redonner du volume à ces derniers. Coquette comme à son habitude, Lalah se pinça les joues puis toqua à la porte....


 


Kit par Thélador ♥
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: Jusqu'à ce que l'amour nous sépare ... ou pas.   - Lun 5 Nov 2012 - 13:22

Thélador se laissa tomber sur son lit. Quelle soirée ! Si avait seulement imaginé le quart de la moitié de ce qui s’était passé ce soir, il ne serait pas cru lui-même !
Le moins que l’on puise dire c’est que son retour avait été mouvementé… Il se frotta le visage. Demain il devait déjà repartir… Le retour en arrière ne lui serait pas permis…
Un drôle de fourmillement lui chatouilla le ventre, regret ? Impatience ? Il n’aurait su le dire… Peut être un subtil mélange des deux.

Se redressant sur ses coudes il laissa glisser son regard sur la pièce qu’était sa chambre, et quelque chose le surpris… Il n’avait presque rien à emmener.
Fronçant les sourcils, il se releva complètement. Cherchant une babiole, un porte bonheur, ou même un vestige de souvenir. Il n’en trouva rien. Sa chambre se limitait au fonctionnel, et par ce fait elle était entièrement impersonnel. Il se rappela alors les mots de Lalah : « Mais as-tu essayé au moins une fois dans ta vie de te sentir chez toi ? ». La réponse ne lui venait que maintenant : non.

Il se sentit honteux… Mais pouvait-il changer le passé ? Oui il aimait les Desnolancès, mais en dépit de tout il n’avait jamais réussi à se sentir chez lui ici… On toqua alors à la porte, le sortant de sa réflexion.

-Lalah ? Demanda-t-il quand elle eu passé la porte.
-Je te pensais déjà couchée après une telle soirée… Fit-il remarquer alors qu’elle s’avançait. Elle portait toujours sa tenue de la soirée, comme lui n’avait quitté la sienne, et alors qu’il sentit son cœur faire un bond incontrôlé dans sa poitrine, il détourna le regard, faisant mine de regarder les papiers sur ce qui lui servait de bureau.
Mais en réalité, il était content de ne pas avoir à attendre le lendemain pour la revoir. Il se sentait honteusement gourmand de la moindre minute qu’elle pourrait lui offrir avant son départ.

-Ho, c’est le cadeau Wirïan non ?

Remarqua-t-il, feignant la curiosité pour ce mystérieux écrin.
avatar
Cultivateur

On m'appelle Lalah Desnolancès


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : (ex : Muertiga - Les Gargans
MON AGE : 18 ans
Féminin
MESSAGES : 414
AGE : 26
INSCRIT LE : 06/02/2012
PSEUDO HABITUEL : Saya / wasp
Joyaux : 23
http://www.ile-joyaux.com/t537-vestiges-d-une-vie-ennuyante-lalah-desnolances http://www.ile-joyaux.com/t536-famille-cultivatrice-desnolances#12862
Posté dans Re: Jusqu'à ce que l'amour nous sépare ... ou pas.   - Lun 5 Nov 2012 - 13:24

Quelque peu intimidée, la jeune fille rentra dans la chambre de son frère. Il lui demanda enfin ce qu'elle tenait dans la main et son visage s'illumina. Avec un regain d'énergie et un changement d'attitude express, elle se dirigea à grandes enjambées vers la table de Thélador et posa la boite.

"Oui, regarde ce magnifique présent."

Tout en parlant, elle ouvrit la boite noire puis pris entre ses douces mains l'étui et sortie l'objet avec délicatesse, comme si, au moindre mouvement trop brusque, elle pourra se briser. Elle la donna ensuite délicatement à Thélador qui l'a pris à son tour.

"Vois ce qu'il y a d'écrit ! C'est une flûte faite sur mesure, il n'y a pas de doute... dommage que je ne sache pas en faire..."

Avec un petit soupire, elle reprit la flute des mains de son ainé et la remit en place. Ensuite, elle se tourna face à lui et plongea son regard dans le sien. Puis, elle lui prit la main et l'entraina sur son lit. Enfin, ils s'assirent tous deux, comme il faisait tant lorsqu'ils étaient enfants. Quand Lalah venait et parler avec lui pendant des heures et qu'il l'écoutait, à demi endormi par son monologue incessant.

Lui lâchant la main, elle plongea son regard doré dans celui d'un bleu aussi pur que l'eau de l'Oasis et prit la parole, pesant correctement ses mots avant de les prononcer.

"Thélador... je... fais attention à toi pendant l'apprentissage. N'oublie pas de m'écrire de temps en temps, je te répondrai toujours."


 


Kit par Thélador ♥
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: Jusqu'à ce que l'amour nous sépare ... ou pas.   - Lun 5 Nov 2012 - 13:32

La flûte ne pesait presque rien dans des mains.

*C'est du bois sorcier !*

Songea-t-il, abasourdi, alors que ses yeux peinaient à y croire. Voilà un cadeau qui était plus que magnifique ... Il était somptueux !

*Digne d'un présent de demande de mariage...*

Songea-t-il amèrement. A contre coeur, il devait pourtant avouer que Wirïan avait marqué un grand coup, contre lequel il ne pouvait pas rivaliser... Si lui même avait déjà fait des présents à Lalah, notamment le parfum qu'elle avait mise ce soir, jamais il ne pourrait lui en offrir d’aussi coûteux. Cet homme ne semblait donc pas être l'être froid et solitaire que Thélador avait cru aux premiers abords. Si le cadeau avait servit à étaler ses richesses il n'aurait pas demandé à ce qu'elle l'ouvre si loin des regards ... Or, il avait demandé à l'ouvrir en privé, et avait prit soin de personnaliser l'objet. Cette attention ne collait pas à l'image austère que le matroscien lui avait prêtée... Peut être que cet homme était plus attentionné qu'il n'y paraissait...

" dommage que je ne sache pas en faire..."
La remarque fit sourire Thélador, et malgré la lourdeur étrange qui lui pesait sur le coeur il s’efforça de lui répondre confiant :
-Tu apprendras.

Il aurait cru qu'après cela, elle lui raconte plus en détails ses échanges avec le cultivateur, ainsi fut-il surpris lorsqu'une fois installée sur le bord du lit, elle changea de sujet pour l'orienter la conversation sur son futur l’apprentissage.Cela le toucha plus qu'il ne se l'avoua, un petit sourire s'ouvrit sur ses lèvres.

-Allons Lalah, tu sais bien que de nous deux, j'ai toujours été le plus prudent...
Releva-t-il non sans une once d'amusement qui, il l’espérait, allégerait l'atmosphère.

-Je ferais attention... Et je t'écrirais. N'ai pas de crainte petite soeur ... Tu es difficile à oublier !

Ajouta-t-il retrouvant un peu de sérieux. Il espérait que cette assurance redonnerait son sourire à la korrulienne. Mais il ne désirait pas la voir s’angoisser plus à se sujet. Il ne pouvait pas lui promettre qu'il reviendrait entier de cette épreuve, et elle devait le savoir.

-Je voulais aussi te dire que je suis désolé... Je voulais t'apporter un cadeau du festival, mais j'ai eu un ... Empêchement...

Avoua-t-il penaud.
avatar
Cultivateur

On m'appelle Lalah Desnolancès


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : (ex : Muertiga - Les Gargans
MON AGE : 18 ans
Féminin
MESSAGES : 414
AGE : 26
INSCRIT LE : 06/02/2012
PSEUDO HABITUEL : Saya / wasp
Joyaux : 23
http://www.ile-joyaux.com/t537-vestiges-d-une-vie-ennuyante-lalah-desnolances http://www.ile-joyaux.com/t536-famille-cultivatrice-desnolances#12862
Posté dans Re: Jusqu'à ce que l'amour nous sépare ... ou pas.   - Lun 5 Nov 2012 - 13:34

La réponse de Thélador fit légèrement sourire la jeune fille. Il avait toujours le mot pour rire, dans n'importe qu'elle situation. Lalah soupira soudainement. Elle avait l'impression que l’époque où ils s'amusaient ensemble était terminée depuis bien trop longtemps. Que maintenant qu'ils devenaient adultes, ils devaient se comporter autrement, faire attention à chacune de leur parole au risque de laisser filtrer quelque chose de mal. Lalah avait déjà 18 années, elle savait qu'il était l'heure pour elle de se charger de son avenir et cette perspective l'effrayait. Elle aurait voulu que Thélador soit là pour elle, l'aidant à faire ses choix et la conseillant du mieux possible.

Hélas, il devrait s'en aller pour deux longues années. Il ne pourrait pas sortir du QG pour lui rendre visite ni elle pour aller le voir. Ainsi, ils étaient condamnés à poursuivre leur discussion à distance par lettre.

Enfin, un mot attira l'attention de la cultivatrice. Relevant le visage, elle eut un froncement de sourcil et répéta tout simplement :

"Un empêchement ?"

Elle eut ensuite ce regard. Celui qui voulait tout dire. Ce regard qui poursuivait sa parole. Elle exigeait d'en savoir plus et ne lâcherait pas l'affaire avant que le matroscien lui raconte toute l'histoire, et ce, depuis le début.

Ainsi, Lalah s'installa plus confortablement, s'enfonça d'avantage dans les couvertures, frôlant avec sa jupe les draps de soies.


 


Kit par Thélador ♥
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: Jusqu'à ce que l'amour nous sépare ... ou pas.   - Lun 5 Nov 2012 - 13:41

Sous le regard exigent de sa petite soeur, il se sentit soudain rapetisser. Le trouble le fit hésiter… Puis il songea aux reproches de sa tante... Celui qui soulignait sa fâcheuse tendance de dissimuler ses petits secrets.

Lentement, ses prunelles allèrent chercher celle de Lalah. Son regard teinté d’appréhension il lui fit promettre ;

-Ca doit rester entre nous d'accord ? Tu ne dois en parler à personne ! Promet le moi... Tu dois être la seule à savoir.

Il en avait les tripes glacées, et ses yeux azurs trahissaient l'importance que cela représentait pour lui...Mais, il avait confiance en elle, plus qu’en quiconque, alors, lentement, il prit une lourde inspiration et se leva et ôta sa veste.

-J'ai croisé ... Mon père. Il est milicien tu t'en souviens... Il faisait parti des patrouilles.

Avoua-t-il, le regard fuyant, alors que ses mains déposaient son vêtement sur le dossier d'une chaise. Rare avaient été les occasions où il avait parlé de sa famille d'origine. Une poignée de vagues souvenirs pour contenter la curiosité de la jeune femme... Mais jamais il ne lui avait parlé de la zone d'ombre... Des grandes paluches de son père, et de ses colères terrifiantes...

Essayent de maitriser le léger tremblement de ses mains, il déboutonna sa chemise pour dévoiler aux yeux de sa soeur le large pansement qui lui couvrait tout le torse...
Son souffle se coinça dans sa gorge alors qu’il devinait trop bien ce qu’elle en penserait.. Le plus dur avait pourtant été fait et si il s'obstinait à ne pas regarder l’expression de Lalah, il se lança et lui avoua après un court instant, la voix quelque peu étranglée par l’émotion ;

-Je voulais juste lui parler. Mais il a dit ... Que son fil était mort, et qu'aujourd'hui ... Sa chaire était pourrie ...

Voilà pourquoi il n'avait pas pu lui rapporter son cadeau... Après le passage à tabac, il lui fallut récupérer. Mais surtout ... Les rues du festival s'étaient mises à le terrifier. Il avait craint de le recroiser. Oui... Lui Thélador avait eu peur, et il en rougissait encore de honte elorsque le souvenir lui revenait.
avatar
Cultivateur

On m'appelle Lalah Desnolancès


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : (ex : Muertiga - Les Gargans
MON AGE : 18 ans
Féminin
MESSAGES : 414
AGE : 26
INSCRIT LE : 06/02/2012
PSEUDO HABITUEL : Saya / wasp
Joyaux : 23
http://www.ile-joyaux.com/t537-vestiges-d-une-vie-ennuyante-lalah-desnolances http://www.ile-joyaux.com/t536-famille-cultivatrice-desnolances#12862
Posté dans Re: Jusqu'à ce que l'amour nous sépare ... ou pas.   - Lun 5 Nov 2012 - 13:44

Lalah hochait la tête au fur et à mesure des paroles de Thélador. L’anxiété commençait à prendre le dessus sur sa curiosité. Il faisait tant de manières et de secrets autour de ses aveux que Lalah ne tenait plus en place. Puis, il lui parla de son père, chose plutôt rare depuis toujours. La korrulienne savait qu’il était milicien mais c’etait tout. Il n’avait jamais réellement parlé de lui et elle ne l’avait forcé, respectant son mutisme.

Enfin il se leva, et ne le quittant pas des yeux, il enleva sa veste puis sa chemise. Rougissant jusqu’aux oreilles, Lalah détourna son regard, visiblement mal à l’aise par le torse dénudé de son frère. Certes, ce n’était pas la première fois qu’elle le voyait ainsi. Il faisait très chaud à Penjoie, et lui et son père travaillaient souvent ensemble à demi vêtu mais tout de même. Lalah se trouvait dans sa chambre, qui plus est, sur son lit et il se tenait proche d’elle, la chemise en moins. La jeune femme bannie ses pensées déplacées de son esprit puis tourna son regard vers Thélador.

Toute rougeur disparue lorsqu’elle vit les marques incrustées dans sa chair. Un long pansement bandait tout son ventre, disparaissant derrière son dos.

Elle l’écoutait d’une oreille distraite, le regard figé d’horreur et de consternation. Elle bouillonnait de rage intérieurement qu’un tel acte puisse être commis. Elle n’avait alors qu’une envie, retrouver ce soit disant père pour lui mettre une bonne raclée.

« Thélador… pourquoi ne pas m’en avoir parlé avant ? N’écoute pas les propos de ton père. Ta vraie famille est ici, à Korrul, et nous t’aimons tous sans distinction avec la couleur de tes yeux. Tu resteras pour nous toujours plus un korrulien que c’est incapable matroscien ! »

Puis, la jeune femme se redressa, lissant sa robe au passage d’un geste de la main et s’approcha du jeune homme. Elle passa une main hésitante sur son bandage, puis tourna son regard vers lui :

« Cela te fait-il mal ? »


 


Kit par Thélador ♥
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: Jusqu'à ce que l'amour nous sépare ... ou pas.   - Lun 5 Nov 2012 - 13:55


Dans la voix de sa sœur transpirait d’indignation mais lorsque elle s’indigna du traitement, il ne pu que relever les yeux et lui demander vivement :


-L’oublier ? Lalah, il est mon père. Le sang de mon sang. Le reflet que je vois quand mes yeux se posent sur un miroir. Traite le donc d’incapable, mais il n’en est rien. Il est capable. Là est le problème. Il a été capable de m’engendrer… Dix années de ma vie ne se composent que de son souvenir à lui ainsi que de celui de ma mère. Cela ne s’efface pas …Le haïr pour ce qu’il m’a fait, oui je le peux. Mais pas l’oublier. Et quand bien même j’en serais capable, mon coeur m’y refuserait… Le pourrais tu toi ? Oublier tes parents, quand bien même ils te repousseraient pour un choix qu’ils n’approuvent pas ?

Bien qu’il fut incapable d’imaginer Lalah, aussi déterminée fut-elle, s’arracher de la coupe parentale pour suivre ses propres loi, il espérait qu'elle comprendrait ces propos.

*Ciel, la voilà qui s’inquiète … Aurais-je du tenir ma langue ?*

Songea-t-il alors qu’elle s’approchait. Pourtant parler lui faisait du bien. Partager son fardeau, confronter son avis, lui était bénéfique… Elle effleura son bandage, le questionna sur la douleur qu’il en ressentait…

-Non … Ca ne fait pas mal. Murmura-t-il brusquement plus intimidé par sa proximité.

*Cela fait même … du bien*

C’était cette étrange intimité, Le saphir plongeant dans l’or, et la peau cannelle de la jeune femme qu’il sentait presque douce malgré le bandage, qui le rendait brusquement calme… Et pourtant, dans sa poitrine, son cœur martelait ferme.
Elle était si proche, elle était si femme, elle était si belle, qu’il eut l’envie brusque et incestueuse de l’embrasser. Son souffle se suspendit, et l’envie ne s’en fit que plus croissante…

*Comment puis-je seulement penser à cela ! Suis-je donc de ceux qui ont faibli devant ses charmes ? Il s’agit de ma sœur !! MA SŒUR ! Je dois me reprendre !*

Sévèrement raisonné par sa conscience, il se décala d’un pas et dévia son regard pour effacer de son esprit les rondeurs hypnotiques de la jeune femme.

-Tu sais maintenant pourquoi je n’ai pas pu te ramener ton présent… Je voulais t’acheter un butineur… Un oiseau fidèle, coloré, et enjoué de matroos, il me faisait penser à toi … Certes, rien à voir avec un flûte en bois sorcier. Mais sûrement cela t’aurait-il plu… J’attendrais le prochain festival si l’idée te plaît…

Ajouta-t-il changeant de sujet, alors que ses yeux couvaient la boite contenant la flûte d’un éclat presque déçu… Il se sentait minable … Un oiseau, voilà tout ce qu’il pouvait lui offrir ? Pitoyable.

-On m’avait dépend, Wirïan comme étant froid et asociale… Mais je l’ai trouvé plutôt … flatteur et généreux avec toi… Non ?

Dévia-t-il -sans s’être pour autant revêtu convenablement- envieux d’en connaître plus sur les sentiments de sa sœur à l’égard du marchant.
avatar
Cultivateur

On m'appelle Lalah Desnolancès


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : (ex : Muertiga - Les Gargans
MON AGE : 18 ans
Féminin
MESSAGES : 414
AGE : 26
INSCRIT LE : 06/02/2012
PSEUDO HABITUEL : Saya / wasp
Joyaux : 23
http://www.ile-joyaux.com/t537-vestiges-d-une-vie-ennuyante-lalah-desnolances http://www.ile-joyaux.com/t536-famille-cultivatrice-desnolances#12862
Posté dans Re: Jusqu'à ce que l'amour nous sépare ... ou pas.   - Lun 5 Nov 2012 - 14:01

Tout à l'écoutant parler, Lalah courba les épaules sous la morale de Thélador. Bien sûr, elle ne pourrait jamais abandonner sa famille. Elle était tout pour elle et ses parents passeraient toujours avant quiconque. Ils ne l'avaient jamais forcé en rien et avaient toujours accepté ses choix - de toute façon, Lalah était une jeune fille des plus exemplaire.

Elle continua à passer une main distraite sur le bandage du jeune homme. Elle pouvait sentir son souffle saccadé et la tension qui émanait de ses larges épaules. Puis, il rompit tout contact brutalement, s'extirpant d'un pas. Assez déçus sans vraiment savoir pourquoi, Lalah laissa tomber mollement sa main le long de son corps.
La jeune fille fronça des sourcils devant le discours de Thélador et renchérit :

"Le plus beau cadeau fut ta présence, ne t'inquiètes pas. Je me réjouit vraiment que tu sois venue... j'ai eus peur un instant que tu ne puisses.. Ou ne veuilles tout simplement."

Mal à l'aise, elle tripotait nerveusement un pan de broderie qui pendait à sa manche. Puis, elle continua sur un ton un peu plus enjoué.

"Oh oui, c'est un charmant homme. Très courtois et flatteur. Je me demande ce qu'il est arrivé à sa jambe. Je n'ai guère eus l'audace de lui demander ouvertement. Mais tu me connais.. je le saurai d'ici un ou deux jours "

Elle lui fit un coup d'oeil enjoué puis continua :

" Haaa mon cher Thélador ! Cette soirée m'a exténué et j'en suis encore toute excitée. Alors comment m'as-tu trouvé dans mon rôle d'hôtesse? ? Ai-je étais à la hauteur des espérances ? Je sais que mère va me faire la leçon demain... je vais devoir lui faire tout un compte rendu... puis calculer nos dépenses... Rrah rien que d’y penser.... enfin... "

Comme toujours, Lalah se lançait dans des monologues incessants. Posant une question puis répondant tout de suite après. Pour une fois, elle s'arrêta avant que Thélador ne lui coupe brutalement la parole. Elle leva un regard d'excuse vers lui et lui sourit gauchement. Elle avait toujours l'impression d'être une petite fille qui fait des bêtises en sa compagnie.


 


Kit par Thélador ♥
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: Jusqu'à ce que l'amour nous sépare ... ou pas.   - Lun 5 Nov 2012 - 14:14

Ainsi donc elle le trouvait juste … « Charmant ». Certes c’était déjà cela, mais apparemment, elle ne nourrissait pas un avis plus enamouré à l’égard du cultivateur. Honteusement, Thélador s’en sentit soulagé. Et pourtant, il aurait mieux fait de lui souffler l’idée d’un éventuel mariage, car à 18 ans, elle était plus qu’en âge de se promettre à un homme ! Mais il s’en garda bien… Chasser Wirïan de ses pensées, était bien là son plus sournois désir ! Et puisque celui-ci ne semblait pas avoir piqué plus que cela la curiosité de la jeune femme, Thélador ne s’en sentait que plus joyeux, et se promis de ne plus se torturer avec ce maudit boiteux.
Pourquoi aurait-il continué à le faire ? Alors qu’il n’était que plus plaisant d’imaginer le cœur de Lalah encore libre d’être cueillit !

*Mais par qui dis moi ? Toi ?! Sûrement pas mon petit Thélou. Tu divagues, tu divagues. Crétin de matroscien que tu es ! *

Crétin oui, jusque dans le sourire attendrit qui fleurissait devant le monologue débuté de la jeune femme.

*Ce qu’elle m’avait manqué bon sang !*

Et voilà qu’il en avait oublié son père, sa honte et ses bandages, pour tourner toute son attention sur elle: la délicieuse ...

-Tu as été … Epoustouflante. Tes parents seront fiers de toi, j’en suis sûr. Deux chamanes, et les plus hautes têtes de korrul, on a rarement vu meilleurs invités à un diner !

Commenta-t-il, d'un sincérité non feinte. Et alors qu'elle lui souriait gauchement, lui, lui répondit plus tendrement que jamais.

-Toi et moi ne sommes plus des enfants à présents…

Ajouta-t-il avec une once de d’amère nostalgie. Ho non, ils n’avaient plus rien d’enfant … Lui allait apprendre à tuer, quand à elle, son corps parlait pour elle ; formes voluptueuses, et ventre près à s’arrondir de la nouvelle génération.

-Tu es devenue une si belle femme…

Lâcha-t-il, devancé par les murmures insistant de son cœur, alors que plus que jamais, il devait lutter contre l’envie de la saisir et de la serrer dans ses bras… Comme il désirait qu’elle soit sienne ! Juste sienne. A aucuns autres !

-Si prompte à faire tourner les têtes !

*Et la mienne la première ! Faible que je suis !*

Lança-t-il presque joyeusement, pourtant affolé intérieurement que ses lèvres ne finissent par trahir ses véritables pensées. Sa main passa dans sa chevelure, dans un mouvement trahissant légèrement sa nervosité. Il lui fallait se taire… Absolument !

-L’homme qui t’épousera sera bien chanceux et … Si tu savais comme je le hais déjà.

Et voilà que sa pensée avait glissé… Ses lèvres dérapées… Lalah ne tarderait pas à comprendre le sens véritable de ses paroles. Son cœur cogna doublement, et le sang battait fort dans ses tempes, a l’en étourdir.
Mais alors qu’il aurait mieux fait de rattraper sa parole malheureuse, son cœur en décida autrement… D’un pas il effaça la distance qui les séparait. Il n’avait pas le droit de faire ça… Mais curieusement, cet argument ne l’atteignait plus…
Il serra la taille de la jeune fille, et l’attira contre lui, une main glissant dans sa chevelure. Leurs souffles se confondirent un fugace instant avant qu’il ne s'empare de ses lèvres.
Jamais il n’avait eu l’impression d’avoir la tête si vide mais le cœur si plein… Débarrassé de toute forme de timidité, enhardi par sa propre audace, et guidé par la sincérité de ses sentiments, le baiser qu’il lui vola fut fougueux, et passionné.
C’est alors qu’il comprit … L’amour était fait pour partager. L’amour était trop grand, trop gros pour être contenu. Il était fort. Ecrasant. Arme à double tranchant… Mais aussi… Effroyablement délicieux, et plus enivrant encore que la liqueur de Khélus.
L’amour est toujours à un moment donné bonheur simple et pur. Pour Thélador, ce fut ce baiser. Cet interdis bravé.
Douloureuse serait la chute, ou la baffe qu’elle lui réservait… Mais à cet instant, il avait les pensées bien ailleurs …







avatar
Cultivateur

On m'appelle Lalah Desnolancès


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : (ex : Muertiga - Les Gargans
MON AGE : 18 ans
Féminin
MESSAGES : 414
AGE : 26
INSCRIT LE : 06/02/2012
PSEUDO HABITUEL : Saya / wasp
Joyaux : 23
http://www.ile-joyaux.com/t537-vestiges-d-une-vie-ennuyante-lalah-desnolances http://www.ile-joyaux.com/t536-famille-cultivatrice-desnolances#12862
Posté dans Re: Jusqu'à ce que l'amour nous sépare ... ou pas.   - Lun 5 Nov 2012 - 14:15

Les compliments de Thélador se firent très nombreux. Pour une fois, le jeune homme était un peu plus loquace et laissait parler ses sentiments. Rouge jusqu'aux oreilles, Lalah était rayonnante. Elle avait donc donné une forte impression à ces invités. Pour une première, elle s'en était plus que bien sorti ! Bien entendu, quelques incidents au cours du repas avait eu lieu, et les danseurs demandés n'étaient finalement pas venu mais personne s'en était rendu compte. Le repas s'était déroulé parfaitement !

Un large sourire encadré le jolie minois de la cultivatrice. On pouvait presque apercevoir des étoiles briller dans ses yeux. Et puis, les compliments du matroscien devinrent plus personnels. Il l'a complimenta sur son apparence et sur la chance qu'aurait l'homme qui un jour pourra la posséder entièrement. Cette dernière remarque mit le rouge aux joues de Lalah. Elle avait senti son cœur cognait plus forte contre sa poitrine. Le beau regard bleuté de Thélador pénétrait profondément les yeux dorés de la jeune fille. Elle semblait hypnotisée par le regard de braise que lui lançait son frère.

Et puis il l'embrassa. Sans plus de cérémonie, il s'était penché sur elle, l'enveloppant de tout son corps et de tout son amour. Elle senti la poigne de Thélador contre ses hanches et elle cambra malgré elle les reins, lui offrant son corps voluptueux. Elle ouvrit ses lèvres, acceptant le baiser que lui enjoignait avec force celui qui avait grandi à ses côtés. Son haleine mielleuse, teintée d'une saveur d'alcool, se mouvait au rythme de leurs lèvres. Le cœur de la jeune fille semblait s'être arrêté de battre.

Son premier baiser.

Si futile que cela puisse paraitre, elle venait de donner son premier baiser, celui qu'elle réservait depuis toujours à son futur mari. Jamais elle n'avait pu imaginer pareil sensation. Elle se sentait flotter au-dessus du ciel, sentant les bras de Thélador contre elle. Enfin, elle leva ses bras, qui pendaient jusque-là mollement, pour venir s'agripper autour des épaules du bel homme. Les yeux fermés, il lui sembla que cet instant dura des heures, voire des mois. Elle aurait voulu suspendre le temps et en rester là. Personne n'en saurait jamais rien.

Cette pensée sembla la ramener à la réalité. Elle était en train d'embrasser son demi-frère.... son frère. Et son cœur manqua un battement. Brutalement, elle se détacha à contre cœur des lèvres douces de son ainé et croisa son regard une fraction de seconde. Elle y lut le plaisir mélangé à la peur et à la répugnance. Elle crut un instant percevoir ses propres émotions dans son regard.

Lalah s'écarta de lui, une main en travers de leur corps et retenant un sanglot, elle s'échappa de son étreinte et se dirigea à vive allure dans sa chambre...


 


Kit par Thélador ♥
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: Jusqu'à ce que l'amour nous sépare ... ou pas.   - Lun 5 Nov 2012 - 14:31

Elle ne le repoussa pas. Peut être aurait-elle dû … Oui peut être aurait-elle dû posséder la force de le rejeter. La force d’être raisonnable.
Mais elle ne le fit pas. Au contraire, leurs corps s’enlacèrent encore plus étroitement, et les bras de la jeune femme se refermèrent sur sa nuque, comme pour le retenir…

Et brusquement, l’instant se brisa. Comme un sursaut vous arrache d’un rêve, la réalité reprit le déçu. Elle se dressa, dominante et glaciale entre eux, alors que Lalah se dégagea et qu’il surprit son regard…

Longtemps, il devra prier pour oublier l’éclat qu’eurent ses prunelles à l’instant où elle se détourna de lui pour fuir.

Il esquissa un geste pour la retenir, mais déjà les pans de sa robe disparaissaient, et la porte se referma sur sa silhouette…

Il se retrouva seul. Médusé et confus, alors que dans l’air flottait encore le parfum de la jeune femme, et que le goût si enivrant de ses lèvres s’effaçait déjà de sa mémoire, et s’envola en un pâle souvenir.

*Ciel … Qu’ai-je fait ?! *

Il l’avait embrassé. Ou plutôt dérobé un baiser, au nom d’un amour avoué qu’il avait audacieusement partagé. Lui le frère, le matroscien … Il avait osé rêver… Au prix de l’honneur de la jeune femme et il l’avait souillé.
La force lui manqua, alors ses jambes ployèrent sous le poids de sa honte, et il se laissa lourdement tombé, sur les genoux, les épaules voutés, le visage plongé dans les mains.

*Pardonne moi … J’ai faibli petite sœur. J’ai aimé, encore une fois de travers…*

Et pire était qu’il n’arrivait pas à regretter… Supide cœur ! Supide amour ! Ces deux là battaient la chamade dans sa poitrine, fières d’eux, se pensant victorieux… Par ce qu’elle n’avait pas fuit tout de suite… Elle avait partagé ce baiser.

« Elle le voulait autant que toi »lui murmurait une petite voix. Mais sa raison, ayant reprit ses droits brisa l’illusion.

*Elle est trop jeune… Elle a goûté comme on croque un fruit interdit. Par curiosité… Rien de plus. Et j’ai trahis la confiance qu’elle me portait… J’ai tout détruis. Rien ne sera jamais plus comme avant.*

Il aurait voulu pleurer, mais n’y parvint pas. Un soupir lui déchira la poitrine … Et c’est alors que ses yeux se posèrent sur la boite … Lalah avait oublié sa flûte.
Satané flûte ! Satané Wirïan, tout cela était de sa faute à lui !! C’était à cause de lui qu’il avait comprit le sens de sa jalousie !

Lentement, il se releva… Re enfila sa chemise en soir blanche, et attrapa la petite boite, d'un geste dénué d'entrain.

*Je lui dois au moins ça … La vérité.*

Rassemblant son courage, et les vagues traces de sa fierté, il marcha vers la chambre de la jeune femme. Le pas lourd, mais le cœur plus encore.
Toc. Toc. Toc.

Il frappa à la porte, et entra. L’épreuve n’aurait pas été pire si il avait fallut se jeter dans la gueule d’un astivers… Avant qu’elle n’eu le temps de protester, il leva la boite.

-Tu as oublié ça.

La formule était banale. A peine introductive…

-Je …
Commença-t-il, incapable de trouve les mots.

-Vais la mettre sur ta commode. Esquiva-t-il piètrement.

*Lâche !Vas-tu repartir maintenant ? Comme si de rien n’était ? Comme si tu n’avais rien fait ? Rien gâché ?! *

Il avala sa salive, prit une inspiration, et lui fit face.

-Lalah … Je n’ai jamais voulu que ça arrive ! Lâcha-t-il brusquement, penaud.

-Du moins pas comme ça. Corrigea-t-il. Car de fait, il avait vraiment voulu que ça arrive…

-Je …

Il n’arrivait pas à en dire plus… L’émotion comme dans le parloir menaçait de le submerger… Il lui fallait mesurer ses paroles, mais toutes lui venaient trop sincères pour être prononcé sans conséquences.
avatar
Cultivateur

On m'appelle Lalah Desnolancès


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : (ex : Muertiga - Les Gargans
MON AGE : 18 ans
Féminin
MESSAGES : 414
AGE : 26
INSCRIT LE : 06/02/2012
PSEUDO HABITUEL : Saya / wasp
Joyaux : 23
http://www.ile-joyaux.com/t537-vestiges-d-une-vie-ennuyante-lalah-desnolances http://www.ile-joyaux.com/t536-famille-cultivatrice-desnolances#12862
Posté dans Re: Jusqu'à ce que l'amour nous sépare ... ou pas.   - Lun 5 Nov 2012 - 14:32

Sans douceur, Lalah avait ouvert la porte de sa chambre et l’avait refermé aussitôt. Son cœur cognait contre sans poitrine, autant à cause de la course que de l’émotion. Elle se força à se calmer mais n’y parvint guère. Elle ressentait encore sur ses lèvres le doux baiser de Thélador et elle se rappelait l’endroit exact où ses mains avaient touché son corps. Irrésistiblement, elle porta une main à ses mains et ferma les yeux, le dos appuyé contre la porte. Elle resta ainsi quelques secondes, revivant encore et encore la scène puis se maudissant de sa faiblesse. Qu’avait-elle donc fait ? Comme avait-il pu ? Qu’allait en dire ses parents ? Non, décidément, elle ne pouvait rien dire. Mais osera-t-elle croiser de nouveau son regard sans fléchir ? Il était indéniable qu’elle avait pris plaisir à cet élan de passion. Elle avait accepté le baiser et le lui-même rendu. Elle avait cherché ses lèvres autant qu’il avait fait le premier pas.

D’un côté, elle était heureuse de ce qui venait de se passer. Elle avait compris récemment que l’amour qui grandissait entre eux avait dépassé le stade fraternel. Quelques minutes auparavant, ils s’étaient aimés d’un amour irrationnel et magique. D’abord surprise par ce geste, elle s’était donné à lui sans vergogne pour se retirer précipitamment. Que devait-il penser d’elle ? Surement que c’était une gamine sans jugeote qui s’était laissé aller à des jeux de passions interdites… verrait-il plus loin que cela ? Assurément, Lalah s’était encore mis dans une belle galère.

Titubant, elle rejoignit son lit et s’assit prudemment. Il fallait qu’elle fasse le point. Voilà tout simplement.

*Calmes toi. Calmes toi. Voilà. Tu vois c’est bon.*

Respirant profondément, elle joignit ses mains et ouvrit les yeux. Elle eut à peine le temps de souffler qu’on frappa à sa porte. Immédiatement, elle sauta de son lit et se trouva droit comme un i face à Thélador. Ce dernier évita soigneusement son regard et Lalah ne put que s’en réjouir.
Et puis, elle l’écouta parler, du moins bredouiller. Pour une fois, elle ne l’interrompit pas et laissa flotter un blanc entre eux. Gênée, elle se retourna et se dirigea vers sa fenêtre. Les yeux perdus dans les environs, elle prit la parole, d’une voix plus rauque qu’elle ne l’aurait voulu.

« Je… ce n’est pas possible. Tu le sais autant que moi. Nous n’aurions jamais dû. Tu... »

Ses muscles se crispèrent et elle retint les larmes de justesse. Qu’il était plus simple de parler sans le regarder. Elle savait qu’il la fixait des yeux et attendait la suite de son discours, mais elle laissa un blanc prendre position une nouvelle fois. Enfin, elle reprit la parole, tripotant nerveusement ses doigts de la main gauche.

« C’est impossible » re dit-elle une nouvelle fois. « Personne ne doit savoir. Il ne faut pas que cela se reproduise. Nous nous sommes égarés. »

A chaque parole supplémentaire, c’était comme si elle recevait un coup de poignard. Ses paroles claquèrent dans la pièce, interdisant à la scène précédente de revenir. Elle voulait être claire : c’était mal. Ils étaient frère et sœur et cela ne devait être possible. C’était un matroscien et elle une korrulienne. Ils ne pouvaient déshonorer leur famille.

Dos à lui, elle refusa de se retourner. Elle savait que si elle le regardait, elle ne pourrait pas maintenir cette distance qu’elle s’efforcer d’établir contre son gré. Il fallait qu’elle soit raisonnable. C’était l’héritière du domaine, depuis toujours elle savait son destin. Elle épouserait un grand homme et fonderait une merveilleuse famille. Il n’y avait pas de place pour un amour caché, et elle ne pourrait le supporter.

Non, il valait mieux en finir. Son cœur manqua un battement à cette pensée et ses mains se crispèrent en formant un point qu’elle ramena devant elle.


 


Kit par Thélador ♥
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: Jusqu'à ce que l'amour nous sépare ... ou pas.   - Lun 5 Nov 2012 - 14:37

Pas possible », « Jamais », « égarés » autant de mot qui s’abattaient sur lui, pour mieux lui lacerait le cœur… Son regard n’était même pas tourné vers lui, alors qu’elle prononçait ces mots …

Le dégoutait-elle à ce point ?

« Tu resteras pour nous toujours plus un korrulien que c’est incapable matroscien » Voilà ce qu’elle avait dit une minute plus tôt… Korrulien quand ça les arrange, lui souffla une petite voix. Mais pas quand il s’agit d’avoir des vues sur leur petite perle… Là, tu resteras toujours matroscien ! Il n’est pas beau, le grand amour familial ? Hein ?! On t’aime comme tu es qu’ils te disent… Qu’ils te mentent oui !
Railla-t-elle acerbe.

Pourtant lalah avait raison. C’était impossible. Il le savait, il l’avait toujours su… Mais alors … Pourquoi se sentait-il victime d’injustice. Pourquoi devait-il retenir la colère et l’indignation qui lui montait à la gorge…

Ses yeux la fixèrent.
*Regarde moi … Regarde moi bon sang Lalah ! Dis moi ça en face ! * Pensa-t-il, furibond, la mâchoire si serrée qu’il jura entendre ses dents grincer.

Furieux, oui il l’était… Contre lui. Contre elle. Contre le monde entier. Mais pire était le sentiment d’impuissance… De finalité qui s’abattait sur lui. Son cœur mourrait de crier

« Mais je t’aime Lalah ! Tu comprends ça ?! Tu comprends ce que tu me demandes ?!*

Mais sa tête lui rappelait :

« Tu savais que c’était interdis. Mais tu as céder à la tentation. Tu l’aimes prétends tu ? Alors, tu ne devrais pas vouloir la souiller. Tu devrais la jeter dans les bras d’un autre qui la mérite mieux. Tu souffriras, certes mais ça sera le prix de ton pécher. »

Il en avait le tournis. Les larmes qu’il retenait lui brouillaient presque la vue.

-Ca ne se reproduira pas. Lâcha-t-il enfin. C’était une erreur tu as raison. Demain, je partirais pour les veilleurs, et aujourd’hui serra passé…
Conclu-t-il d’une voix rêche.

Oui c’était ce qu’il y avait de mieux à faire…Pour elle. Pour lui. Pour tous.
Pourtant, il se sentait lâche et faible de baisser les armes si facilement, de se conformer une fois de plus sans renâcler aux règles d’une société qui persistait à le malmenait.

Tristesse, honte et colère ruèrent dans son sang, comme un troupeau de chevaux sauvage ravageant tout sur son passage… Il se sentait brisé. Plus encore que pas les coups qu’il avait reçu par son père.
Encore et toujours … Il finissait repoussé par les gens qu’il affectionnait. Lui qui n’aspirait qu’à leur plaire. Voilà comme cela lui retombait dessus ! Miséricorde, ne pouvait-on pas lui ôter ce cœur, aussi silencieux qu’aimant, afin de le soulager de cette peine ?

Il fixait son dos, et pire encore était la douleur. Voilà que pour une fois il se prenait à la souhaiter déraisonnable… Mais elle agissait comme il le fallait. Comme une bonne héritière.

*Tes parents seraient fières de toi, petite princesse* Songea-t-il amèrement.

-Je ne me permettais plus de te souiller. Ajouta-t-il, d’un ton guindé dont il ne parvint pas à ôter la froideur. Il du réprimer la suite de ses paroles afin de ne pas la blesser…

-Je présume que tu désires dormir à présent… Je partirais tôt demain. La route est longue. Reprit-il d’un ton plus distant qui n’était pas sans rappeler celui dont il avait user lorsqu’il l’avait congédier, couché dans son lit après la blessure reçu par le forban.
avatar
Cultivateur

On m'appelle Lalah Desnolancès


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : (ex : Muertiga - Les Gargans
MON AGE : 18 ans
Féminin
MESSAGES : 414
AGE : 26
INSCRIT LE : 06/02/2012
PSEUDO HABITUEL : Saya / wasp
Joyaux : 23
http://www.ile-joyaux.com/t537-vestiges-d-une-vie-ennuyante-lalah-desnolances http://www.ile-joyaux.com/t536-famille-cultivatrice-desnolances#12862
Posté dans Re: Jusqu'à ce que l'amour nous sépare ... ou pas.   - Lun 5 Nov 2012 - 14:39

* Tais-toi. Je t’en supplie. Par pitié. Arrêtes…Ne rend pas les choses encore plus compliquées qu’elles ne le sont. Ne vois-tu pas que je souffre ? Ne vois-tu pas que je n’ai qu’une envie ? Me jeter dans tes bras, reposer mes lèvres sur les tiens et sentir ta peau contre la mienne. Ne vois-tu pas que nous n’avons pas le choix ? Que veux-tu que nous fassions ? Que nous nous enfuyons ? Mais où irons-nous ? Qu’adviendra-t-il de la famille ? *

Elle aurait voulu lui dire tout cela mais elle savait que c’était impossible. Elle sentait la déception, la froideur et la colère perler dans chacun de ses mots. Elle savait qu’il était blessé et terriblement désemparé. Autant qu’elle surement, si ce n’est plus. Thélador avait le don pour s’apitoyer sur lui-même et prendre tous les maux du monde sur ses épaules. Mais il n’était pas seul cette fois. Elle n’aurait pas dû aller le voir si tard….

Et puis, il lui annonça qu’il partirait demain. Ils ne se reverraient sans doute pas pendant deux longues années. Elle ne pourrait plus venir le voir tard le soir et se plaindre de sa journée, ni venir le réveiller lorsqu’il s’assoupissait sous un arbre alors qu’il devait garder le troupeau… non tout cela était désormais fini. Lalah avait l’impression d’avoir pris dix années dans la tête. Elle se sentait lasse et fatiguée et terriblement désespérée. Elle souffrait là d’un mal qu’elle ne pourrait expliquer à personne. Ni à sa famille, ni à ses amis. Elle comprenait à peine les sentiments qui se bousculaient dans son cœur alors comment en faire un résumé à autrui ?

Thélador avait terminé de parler mais il ne s’en alla pas. Lalah ne bougea pas d’un pouce et un silence flotta entre eux. Et puis, tout doucement, elle tourna la tête vers lui et son cœur vibra brutalement. Qu’elle mine affreuse il avait. Il semblait si brisé, et si consterné à la fois. Elle aurait voulu venir vers lui et le prendre dans ses bras, lui dire qu’ils trouveraient une solution. Cette solution alléchante la tenta quelques secondes mais elle se résonna fermement. Non, elle avait pris la bonne décision.

Elle fit un pas en sa direction et elle le sentit tressaillir. Puis arriver à un pas de distance de Thélador, elle s’arrête et leva son regard vers son visage.

« Thélador… nous ne sommes plus des enfants » un long blanc accueillis cette phrase, puis elle continua « fais attention à toi surtout et promet moi de m’écrire. Je ne t’oublierai pas… jamais » ajouta-t-elle après quelques secondes d’hésitation.

Elle aurait voulu franchir d’un pas cette espace insoutenable entre eux mais ne le fit pas. Non, elle se contenta d’afficher un sourire qu’elle voulait joyeux mais qui paraissait si triste sur son visage. Ses mains étaient moites et elle était soudainement fatiguée. Mais elle savait qu’une nuit blanche l’attendait. Elle ne pourrait s’endormir sans penser encore et encore au contact des lèvres de Thélador contre les siennes… un frisson parcouru tout son corps et elle se mit à rougir de ses pensées.


 


Kit par Thélador ♥
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: Jusqu'à ce que l'amour nous sépare ... ou pas.   - Lun 5 Nov 2012 - 14:46

Enfin, elle daigna pivoter pour lui faire face. Et un instant, il cru lire dans son regard, la même peine qui lui virait l’âme…

*Elle souffre aussi …*

Mais comment ? De quoi ? D’avoir perdu la confiance mise en son frère ? Ou bien … Du même mal que lui ?

*Elle a répondu au baiser …*

Le doute, lui fit chavirer douloureusement de cœur… Sa colère se dissipa légèrement, au profit d’un découragement croissant. Ses épaules se firent plus voutées que jamais…

*Crétin que je suis… Cela, ne changera rien de toute façon !!*

Elle planta son regard dans le sien, et maintint le silence. Etait-ce là un moyen de la congédier ? Non … La voilà qui s’avance, pour se poser face à lui. Sa voix est ferme lorsqu’elle lui fait la remarque qu’ils n’ont plus rien de gamins…
Une nouvelle fois, les mots le gifle froidement, mais il accuse le coup, et serre davantage les mâchoires.
Son regard se détourne. Il n’en peu plus de la savoir si proche mais hors de sa portée… Et alors qu’elle lui prie de faire attention à lui, il sent sa gorge se nouer d’avantage… Il déglutie avec difficulté.

*Tu ne m’oublieras pas certes … Mais tu le souhaiteras… A un moment, l’absence te poussera le souhaiter de tout ton coeur. C’est ça la distance princesse… *

-Tu m’as déjà fait formuler cette promesse Lalah… Et je suis homme de parole.

Souligna-t-il, d’un ton qu’il se força à radoucir, tout en reposant son regard sur elle . Par reflexe, il esquisse un geste pour la prendre dans ses bras… La voir dans cet état lui est plus que désagréable… Mais, il le suspend, et l’avorte finalement au profit d’un pas en arrière…

Ses bras, il le sait, ne pourront plus la serrer comme avant. Plus jamais…

-Prends soin de toi aussi … Et sache jouer de la flûte à mon retour

Il aimerait lui dire tellement plus. Mais rien ne saurait leur faire oublier le mur qui les sépare à présent pour avoir une fois de trop voulu se rapprocher. Il ne lui reste plus que le regret, a dissimuler sur le masque de la normalité. Reprendre les vieilles habitudes, comme si de rien n'était. Ne plus parler de ce qui fâche, même si son coeur s'y écorche et s'y refuse, il faut à présent suivre les conseils de la raison.

-Bonne nuit alors …

Glisse-t-il à contre coeur, en tournant les talons. Mais alors que sa main se pose sur la poignée, il laisse une hésitation le prendre, et sa voix s’élever tout en fixant la porte ;

-Ce baiser n'avait rien d’un jeu d’enfant Lalah. Pas pour moi. Si je dois ne jamais revenir, si je dois mourir là bas… Sache au moins cela : L’amour que je te porte est aussi interdis que sincère… .

une dernière inspiration, et le voilà qui franchit la porte, la referme sur lui, et sur leur histoire déjà avortée...
avatar
Cultivateur

On m'appelle Lalah Desnolancès


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : (ex : Muertiga - Les Gargans
MON AGE : 18 ans
Féminin
MESSAGES : 414
AGE : 26
INSCRIT LE : 06/02/2012
PSEUDO HABITUEL : Saya / wasp
Joyaux : 23
http://www.ile-joyaux.com/t537-vestiges-d-une-vie-ennuyante-lalah-desnolances http://www.ile-joyaux.com/t536-famille-cultivatrice-desnolances#12862
Posté dans Re: Jusqu'à ce que l'amour nous sépare ... ou pas.   - Lun 5 Nov 2012 - 15:12

Elle vit son bras se lever pour finalement retomber le long du corps du jeune matroscien. Un peu déçu, elle fut néanmoins soulagée qu’il ne tente pas une nouvelle fois de la toucher. Elle savait que cette fois elle aurait beaucoup plus de mal à rompre leur étreinte. Lalah déglutit avec peine tout en écoutant le discours de Thélador. Cela sonnait comme un adieu. Comme si plus jamais il ne pourrait se revoir. Pourtant, ce n’était qu’un au revoir, après tout, deux années passées plutôt vite.

Enfin, il se retourna et se dirigea vers la porte. Une main sur la poignée, il arrêta son geste. Sans se retourner vers elle, il reprit la parole d’un ton rauque. Puis il partit sans attendre de réponse de sa part.

Interloquée, la jeune femme resta de longues minutes immobiles, fixant bêtement la porte. Il lui avait presque dit qu’il l’aimait. Non il lui avait dit d’une manière détournée. Étrangement, Lalah ne s’en étonna guère. Le baiser qu’il lui avait donné quelques minutes auparavant était bien plus explicite que ces quelques mots.

Et puis Lalah ferma les yeux et soupira bruyamment. Elle se rendit vers son lit et s’assit délicatement dessus. Il était tard, il fallait qu’elle dorme, ainsi le lendemain elle retrouverait ses esprits. La jeune femme s’auto-persuada puis se levant, elle entreprit d’enlever sa robe. Tout en délaçant son corsage, elle repensa malgré elle au contact des lèvres de Thélador sur les siennes et à ce frisson inconnu qui avait parcouru son corps. Elle avait pris tant de plaisir à se sentir blottit contre lui qu’elle n’osait imaginer ce qui se serait passé si elle n’avait pas rompu le contact…

Passant au-dessus d’elle une sous robe légère, elle se glissa dans ses draps de soie et souffla sur l’unique petite bougie qui perdurait. Lalah ferma les yeux, essayant de trouver le sommeil mais rien n’y faisait. Elle voyait et revoyait sans cesse leur étreinte suivit de leur séparation. Elle savait qu’elle ne reverrait pas Thélador avant un moment mais ne semblait pas le réaliser totalement.

Elle savait aussi qu’il partirait tôt le matin sans venir la voir et lui dire au revoir. Non, ils ne pourraient pas croiser leur regard sans penser à la veille et une gêne trop visible apparaîtrait entre eux.

Enfin, la jeune cultivatrice s’enfonça doucement dans le sommeil…rêvant de larges épaules et de bras aimants…

[ RP CLOS ♥ }


 


Kit par Thélador ♥

On m'appelle Contenu sponsorisé

Posté dans Re: Jusqu'à ce que l'amour nous sépare ... ou pas.   -

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum