AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
» Communication externe
par Loth de la Vision Mar 21 Juin 2016 - 15:06

» Réversa [ TOP ]
par Invité Ven 27 Mai 2016 - 8:21

» Le monde de Dùralas
par Invité Jeu 26 Mai 2016 - 7:00

» Anthalia
par Invité Dim 22 Mai 2016 - 15:17

» Marbrume, La Cité des Damnés
par Invité Lun 16 Mai 2016 - 15:07

» Questionnaire pour soutenir infinite RPG !
par Invité Sam 14 Mai 2016 - 17:33

» Escalus
par Invité Jeu 12 Mai 2016 - 9:02

» Mass Effect : Reborn
par Invité Mar 10 Mai 2016 - 15:00

» Forum en pause
par Asàf Lysereän Mar 10 Mai 2016 - 13:47


Un Serpent d'Argent, le Fleuve de Vie : Les Origines (1)

avatar

On m'appelle Calyth Montivelle


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Vuulte
MON AGE : 25 ans
Féminin
MESSAGES : 809
AGE : 45
INSCRIT LE : 29/08/2011
PSEUDO HABITUEL : /
Joyaux : 0
http://www.ile-joyaux.com/t555-calyth-montivelle#13156 http://www.ile-joyaux.com/t212-calyth-montivelle-pilote
Posté dans Un Serpent d'Argent, le Fleuve de Vie : Les Origines (1)   - Jeu 8 Nov 2012 - 9:40

Calyth Montivelle (Milicienne)

L'ordre de mission de l'Officier Supérieur Ac'trian est clair : explorer et cartographier le Fleuve de Vie et ses alentours. Et depuis qu'ils savent à quoi s'en tenir, Calyth et Promor ont mis les bouchées doubles pour équiper le Speeder de la pilote. Les mécanos ont travaillé d'arrache-pied pour augmenter la capacité des réservoirs et ainsi offrir une plus grande autonomie au petit vaisseau. Cartes existantes déjà annotées par les deux jeunes gens lors de discussions animées, jumelles, boussoles, vêtements chauds, tente pour le bivouac, cordes, armes, émeicas pour leurs rapports au Stratège Ac'trian, et nourriture trouvent leur place dans l'habitacle étroit …

Si Calyth est habituée à ces départs en mission, elle n'en est pas moins survoltée pour autant, et elle sait galvaniser les hommes qui l'entourent pour que tout soit fait à sa façon, en temps et en heure. Cependant, cette fois, elle n'est pas l'organisatrice de cette expédition. Elle doit laisser les rênes à Promor, et n'intervenir qu'en dernier ressort et avec diplomatie pour ne pas le gêner face aux autres Miliciens. Mais elle est fière de ne pas avoir eu à le faire, son compagnon s'est vraiment bien adapté, il a beaucoup appris en quelques mois, et il est tout à fait compétent. Les sourires complices qu'ils échangent ne passent pas inaperçus, tous connaissent leur rocambolesque aventure dans le Désert. En sauvant la pilote, Promor a gagné sa place au sein de la Milice …

Une dernière vérification, les carnets de vol sont ouverts, et lorsque la voie est libre, le Speeder quitte enfin le Spatioport du Q.G., au petit matin, direction Gernie, ses plaines verdoyantes et fertiles, puis Midel-Heim, ses arbres-maisons et sa forêt de bois sorcier. C'est un long voyage, mais le module de la Milice est rapide. Poussant la manette des gaz, Calyth fait prendre de l'altitude à son oiseau de métal, et se tourne vers Promor :

- Et voilà, en route pour le Fleuve de Vie, trésor ! Qu'en dis-tu ? Aurais tu imaginé te trouver là, lorsqu'on se battait dans le Cimetière des Damnés ? le taquine-t-elle, sans quitter l'horizon de ses yeux dorés. Nous devrions atteindre Midel-Heim dans la soirée, si la météo est clémente avec nous. Nous ferons le plein des réservoirs d'ithylium, et dormirons dans le Speeder, pour repartir tôt demain, et éviter l'engorgement matinal du Spatioport. Ensuite à nous les mystères du Fleuve de Vie !

Mais avant de parvenir à la ville du bois sorcier, ils survolent rapidement les impressionnantes Chutes du Glas, tourbillons d'écume et de vapeur où disparaissent les eaux tumultueuses du cours d'eau, dont ils doivent relever la géographie, la plus grande source d'eau potable de l'île. Dans un bruit assourdissant de tonnerre, digne de l'apocalypse, le Fleuve de Vie s'enfuit, s'évapore, abandonne l'Ile aux Joyaux …

***
Malgré l'inconfort à passer la nuit dans le Speeder, Calyth a trouvé un refuge douillet et tendre, et s'est endormie dans les bras de Promor. Les premiers rayons rougeoyants du soleil levant s'infiltrent dans le cockpit, dansent sur les visages endormis et taquinent les paupières. Réveillée, la Milicienne   se détache à contre-coeur de son compagnon, pour aller faire le tour de son vaisseau et se dégourdir les jambes.
Aujourd'hui, ils se rendent au Mont Centil, afin de trouver la source exacte du fleuve. Auparavant ils vont en survoler les méandres qui ondulent dans la forêt de Midel-Heim, s'insinuant comme un long serpent d'argent, entre les arbres séculaires, jusqu'au Lac Vama.

- Allez debout, Aspirant, il est temps de mettre les voiles ! murmure-t-elle à l'oreille de son compagnon, encore assoupi. Le café est prêt ! Les mots magiques pour le sortir de son sommeil …
Après quelques baisers, et un petit déjeuner vite expédié, le Speeder s'envole vers sa prochaine étape. En étudiant les cartes la veille au soir, les deux Miliciens ont décidé de se poser au pied du Mont Centil, et d'en gravir à pied, les pentes escarpées. Au dessus de la canopée verdoyante de la forêt, dans le ciel d'azur limpide, ils en distinguent le sommet, couronné de nuages blancs. Calyth prend conscience de la complexité et de l'ampleur du travail qu'ils vont devoir accomplir. Plutôt habituée aux missions de surveillance, ou aux combats aériens, elle n'avait pas idée de l'importance des relevés à faire. Promor a raison, ils en ont pour des jours voire des semaines …

Le Lac Vama s'étend paresseusement sous leurs ailes, miroitant de reflets nacrés sous le soleil qui est déjà bien haut. Enfin ils approchent du Mont Centil, toute l'attention de Calyth est rivée sur cette montagne immense et inhospitalière. Elle décrit de larges cercles concentriques, pendant que Promor cherche un espace assez dégagé pour que le Speeder puisse se poser, les arbres disséminés ça et là, ne facilitent pas la tâche, mais une étendue rocailleuse finit par recueillir l'approbation des deux explorateurs ...


Angélyne Montaigu, Hors la loi /Janalya Hermontrick, Maître armurier/ Ylaria Desnolancès, Cultivatrice

Kit par Thélou, merci !
avatar
Citoyen

On m'appelle Promor le Facétieux


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Vuulte
MON AGE : 25 ans
Masculin
MESSAGES : 711
AGE : 46
INSCRIT LE : 28/08/2011
PSEUDO HABITUEL : Yannick Saule, Raffaella Palder, Tibor Keiron, Janos Leawen
Joyaux : 0
Posté dans Re: Un Serpent d'Argent, le Fleuve de Vie : Les Origines (1)   - Ven 9 Nov 2012 - 1:31

Promor (Milicien)


L'oiseau gris s'est posé en douceur, sur une étroite parcelle de terre épargnée par les rochers, et, face à son museau de métal brillant, le Mont Centil, sentinelle vénérable, colosse inébranlable, dresse sa majestueuse échine de pierre. Là, quelque part sous l'écran de la végétation, le Fleuve de Vie est né un jour à l'abri des regards, et il a creusé lentement son lit sur les flancs saillants de la montagne, avant de courir loin, très loin, vers les nuages, pour s'y noyer.

Devant les contours abrupts de l'immense cône rocheux qui les domine, Calyth et le Facétieux prennent conscience du volume de travail que représente la mission qui leur a été confiée. Dénicher la source du cours d'eau est théoriquement enfantin, il suffit de suivre les arabesques qu'il dessine à travers la pente, mais gravir cette éminence ne sera pas une tâche de tout repos.

Eh bien ma chérie, c'est un sacré boulot qui nous attend. Je me demande si l'Aspirant Promor ne préférerait pas retourner dans le désert ? Là-bas il n'y avait que quelques dunes à escalader !  ... glisse t-il malicieusement à sa compagne. Mais il se met aussitôt à entasser sous l'aile du Speeder tout ce qui leur sera nécessaire, énumérant et commentant chaque objet qu'il compte emporter.

Alors ... Des provisions pour au moins trois jours ... De l'eau à volonté ... Des vêtements de rechange ... Des chaussettes, des bottines ... Nos armes, à tout hasard ... Les calepins pour prendre des notes ... Ton appareil photo, dernier cri de la technologie de Matroos ... La tente pliante, si jamais il pleuvait durant la nuit ... Et, le plus important, les sacs de couchage ! ... ajoute t-il en considérant le monticule coloré qu'il vient d'échafauder à côté de l'appareil.

Je me demande bien si tu vas être capable de porter tout ça, mon ange ... enchérit-il en souriant de toutes ses dents. Puis, après un instant de réflexion, il continue :  Bon ! Puisque c'est moi qui dirige l'expédition, mon cher pilote Montivelle, je décide qu'un seul sac de couchage suffira ! Le mien. Ce sera toujours ça de moins à trimbaler. Mais je te ferai une petite place au chaud si tu es gentille, mon trésor !  ... jette t-il encore joyeusement, tout en bourrant jusqu'à la glotte les deux havresacs aux couleurs de la milice.

A leurs pieds, le Fleuve de Vie n'est encore qu'un modeste torrent, encore silencieux, qui ricoche de caillou en saillie. Plus loin, ainsi que Calyth et Promor l'ont constaté d'en haut, il obliquera vers le lac Vama, y fructifiera, y gagnera en impétuosité, puis s'élancera vers Midel-Heim et sa forêt. A priori, un vague sentier semble escorter son cheminement tortueux, s'en écartant quelque peu par endroits puis revenant frôler sa rive humide. Le sac en bandoulière, le Facétieux et sa compagne s'y lancent d'un bon pas, après avoir vérifié que le Speeder est parfaitement arrimé et cadenassé.




Sign par Thélou, merci !
avatar

On m'appelle Calyth Montivelle


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Vuulte
MON AGE : 25 ans
Féminin
MESSAGES : 809
AGE : 45
INSCRIT LE : 29/08/2011
PSEUDO HABITUEL : /
Joyaux : 0
http://www.ile-joyaux.com/t555-calyth-montivelle#13156 http://www.ile-joyaux.com/t212-calyth-montivelle-pilote
Posté dans Re: Un Serpent d'Argent, le Fleuve de Vie : Les Origines (1)   - Ven 30 Nov 2012 - 8:44

Un soleil généreux accompagne la première partie, relativement tranquille, de la randonnée du couple d'explorateurs. La pente douce du pied de la montagne, leur permet d'avancer d'un bon pas. Equipés de leurs sacs de matériel, ils grimpent l'étroit sentier qui semble escorter les prémisses du Fleuve de Vie, petit ru de montagne, qui dévale la pente ou paresse entre les cailloux sombres du Mont Centil. Calyth, dont la condition physique est revenue à un meilleur niveau, suit Promor qui ouvre la marche. Peu habituée aux missions au sol, la pilote se régale à découvrir la diversité de la végétation qui les entoure. Pour l'instant des buissons, aux feuilles vernissées les entourent, ça et là un arbre s'élance vers le ciel. Quelques fleurs aussi gracieuses que délicates, aux parfums suaves rampent à leurs pieds pour trouver les rayons du soleil.

- Promor, est-ce-qu'on doit répertorier toutes les fleurs et les plantes que l'on va croiser ? Veux-tu que je prenne des photos de toutes celles-ci, ou nous nous occupons d'abord parvenir à la source ? demande-t-elle à son compagnon à qui, confiante, elle laisse l'initiative sur cette mission, dont la réussite confortera sa place dans la Milice.
- D'ailleurs, trésor, il y a un truc qui me chiffonne, quand même : que ferons-nous si nous trouvons plusieurs sources, devrons nous en choisir une au hasard ?

Soudain un couple de butineurs jaillit des broussailles, faisant sursauter la jeune femme qui aussitôt porte la main à son arme. Mais aussi effrayés, que la Milicienne est surprise, les petits oiseaux colorés s'enfuient à tire d'aile, battant des records de vitesse. A vivre la plupart du temps dans les airs, au Q.G., ou même à Vuulte, Calyth n'a plus beaucoup de contact direct avec la nature, elle réalise d'un coup qu'elle est loin d'être inoffensive, sa beauté ne doit pas lui faire oublier que la prochaine fois, l'animal qui jaillira des buissons sera peut être un prédateur, et qu'ils doivent être prêts à toute rencontre, bonne ou mauvaise ...

- Zut, je devrais être plus vigilante ! Vama sait quelles bestioles nous allons voir sur les flancs de cette montagne ! Si nous pouvions éviter les incendios, ou les prédateurs carnivores ... J'ai eu ma dose avec ce fichu scorpion des sables ! Je vais garder l'appareil à portée de main, je n'avais jamais vu de butineurs de si près, tu sais qu'il est possible de les apprivoiser ? Oh non ! Regarde le chemin se rétrécit encore, et nous nous écartons du ruisseau, il ne faudrait pas le perdre ...

Devant eux le sentier grimpe, et s'enfonce entre les troncs de plus en plus vigoureux, la forêt se densifie peu à peu, se resserrant, menaçante, autour de Promor et Calyth. Elle les attire loin du petit torrent au chant cristallin, émousse les rayons du soleil, encerclant de sa verte obscurité les deux Miliciens. Doivent-ils revenir sur leurs pas, ou poursuivre sur ce minuscule raidillon qui serpente devant eux ?


Angélyne Montaigu, Hors la loi /Janalya Hermontrick, Maître armurier/ Ylaria Desnolancès, Cultivatrice

Kit par Thélou, merci !
avatar
Citoyen

On m'appelle Promor le Facétieux


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Vuulte
MON AGE : 25 ans
Masculin
MESSAGES : 711
AGE : 46
INSCRIT LE : 28/08/2011
PSEUDO HABITUEL : Yannick Saule, Raffaella Palder, Tibor Keiron, Janos Leawen
Joyaux : 0
Posté dans Re: Un Serpent d'Argent, le Fleuve de Vie : Les Origines (1)   - Dim 2 Déc 2012 - 1:31


Effectivement, le ciel s'est rapidement raréfié au-dessus de leurs têtes. L'azur phosphorescent et immaculé a fait place à une interminable coupole de feuillage, beaucoup plus sombre, beaucoup plus tristounette. Le sentier – du moins si l'infâme pataugeoire tortueuse où ils posent prudemment leurs bottes mérite encore ce nom – caracole capricieusement entre troncs et buissons, les entraînant depuis quelques instants à l'écart du lit rocailleux de la rivière. La milicienne et son compagnon hésitent un tantinet. En poursuivant de la sorte, ils risquent, non pas de s'égarer, mais de louper l'un ou l'autre aspect essentiel du cours d'eau, et peut-être même de manquer sa naissance et ses premiers balbutiements.

La marche sera sans doute plus malaisée, mais nous ne pouvons pas nous permettre de perdre de vue cette satanée rivière. Tu as parfaitement raison, ma chérie ! ... tranche finalement le Facétieux, rajoutant, après un sourire charmeur et trois secondes de réflexion ... Oui, tu as raison, comme d'habitude, mon cœur ...

Ils rebroussent donc chemin, le Facétieux ouvrant la marche, et ils retrouvent rapidement le glouglou familier de la rivière et de ses remous entre les rochers, qui seuls troublent le vénérable écrin de silence enveloppant la colline. Leur avancée est infiniment plus laborieuse, mais ils n'ont guère le choix. Calyth et Promor pensaient bien avoir tout prévu en préparant cette expédition, mais la milicienne, chemin faisant, a soulevé quelques questions inattendues. Le Facétieux y répond de son mieux, pris au dépourvu. Au pifomètre. Les mêmes interrogations, posées cent pas plus tôt, ou cent pas plus tard, auraient sans doute obtenu d'autres réponses. Je n'pense pas qu'il soit nécessaire de tout photographier, ma chérie. Contentons-nous de prendre ce qui nous paraîtra le plus remarquable, le plus surprenant. Ce qui nous sera utile pour nos rapports. Il sourit, sans se retourner vers sa compagne. Le bougre est persuadé que cette formule, « nos rapports », amuse aussi la pilote. Il la connaît sur le bout des doigts, sa belle milicienne, les trois derniers mois passés rien qu'à deux, le plus souvent sous la couette, ont attisé leur complicité, ont consolidé leur amour. Mais il ne peut s'empêcher d'en remettre une couche, d'une voix mielleuse, tout en se glissant entre deux buissons aux fleurs écarlates, s'accrochant d'une main à un rameau paraissant plus vigoureux que ses voisins, afin de faciliter sa progression. C'est important ça, les rapports, n'est-ce pas mon trésor ? Ce sont des choses qu'on ne peut pas oublier ! ... poursuit-il en lui adressant une œillade enflammée, qui rend ses yeux encore plus noirs, plus étincelants.

Et si tu vois des choses qui te plaisent particulièrement, hé bien photographie-les pour garder des souvenirs de cette mission, mon ange. Y'a personne qui te le reprochera !  ... rajoute t-il encore, en traversant cette fois une longue flaque bourbeuse épousant une courbe de la rivière. Quant à tes joyeux butineurs, j'ignore si on peut les apprivoiser, mais ils me paraissent beaucoup plus sympathiques que les bestioles que nous avons affrontées dans le désert. En ce qui me concerne, je n'ai jamais rien apprivoisé ... à part toi, mon trésor ... affirme t-il en gloussant comme un gosse qui se réjouit d'une bêtise ou d'une espièglerie qu'il vient de commettre.

Parvenus sur un replat dégagé où ils ont les pieds au sec, nos deux aventuriers se concertent à nouveau. Même s'il est en pleine possession de ses moyens physiques, Promor ressent quelques courbatures dues à la difficulté de l'aventure. La marche dans le sable, auquel il était habitué à Korrul, est particulièrement éprouvante, mais cette randonnée à flanc de colline, dans la mélasse et les cailloux, n'a rien à lui envier. Il en fait l'aveu à sa compagne. A dix mètres d'eux, en léger contrebas, le cours d'eau se montre plus ténu, plus fluet. Son écume blanche et son bouillonnement argenté ont cédé le relais à un chuintement plus paisible. Seules quelques bulles timides viennent encore rôder à sa surface, avant d'exploser en silence. Il serait possible, et même aisé, de le traverser à gué, en quelques enjambées. Sans doute sa source n'est-elle plus très éloignée ... Que fait-on, ma chérie ? On s'installe ici pour la nuit ? Ce serait plus prudent, et je pense qu'on ne trouvera pas mieux plus haut ...




Sign par Thélou, merci !
avatar

On m'appelle Calyth Montivelle


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Vuulte
MON AGE : 25 ans
Féminin
MESSAGES : 809
AGE : 45
INSCRIT LE : 29/08/2011
PSEUDO HABITUEL : /
Joyaux : 0
http://www.ile-joyaux.com/t555-calyth-montivelle#13156 http://www.ile-joyaux.com/t212-calyth-montivelle-pilote
Posté dans Re: Un Serpent d'Argent, le Fleuve de Vie : Les Origines (1)   - Dim 16 Déc 2012 - 2:02

S'ils ont retrouvé un lumineux soleil en quittant les sombres frondaisons, la progression des deux explorateurs se fait lente et laborieuse aux abords boueux du ruisseau. Mais cela leur permet de suivre le Fleuve de Vie au plus près et surtout de ne pas s'égarer dans la forêt dense qui dévore peu à peu les flancs du Mont Centil. Ils échangent leurs points de vue sur leur mission, sur les actions qu'ils vont devoir mener. Et dans cette conversation entrecoupée par le franchissement des obstacles que Dame Nature s'ingénie à glisser sous leurs pieds, ce qui surprend le plus Calyth, ce sont les espiègleries dont est à présent coutumier Promor.
Qui aurait pu penser un seul instant que le Forban solitaire et belliqueux, puisse changer au point de mériter enfin son nom ? Un sacré farceur, Promor le Facétieux, voilà ce qu'il est devenu ! Et il mord dans sa nouvelle vie à pleines dents, sous les yeux attendris de la Milicienne !
Calyth se retient cependant de rire, concentrée sur les endroits spongieux, qui aspirent ses bottes, et mettent sa résistance physique à rude épreuve, mais pas question de finir le postérieur dans la gadoue ! Toutefois elle ne peut s'empêcher de répondre, dans un grand sourire complice :

- Il me semble que toi aussi, tu as pris goût aux rapports, trésor ! Qu'ils soient administratifs ou charnels, espèce de coquin ! Arrêtons-nous ici, tu as raison, inutile d'aller plus loin. Je suis fourbue ... La fatigue de notre voyage ... Et cette marche, dans cette mélasse qui engloutit nos bottes et mes forces …

D'un œil attentif, elle détaille les alentours, et en baroudeur chevronné, Promor a raison, c'est l'endroit idéal, pour leur bivouac. Au sec, bien sûr ! Il vaut mieux surplomber le mince filet d'eau qui s'égare entre les pierres, et rampe paresseusement à leurs pieds. Elle consulte son chronographe, la nuit tombera bientôt, ils doivent se décider rapidement. Là, sur ce rocher relativement plat, et qui se détache du flanc de la montagne, ils seront assez éloignés de l'eau, pour ne pas patauger. Ils n'en manqueront pas, c'est déjà ça !

- Ce promontoire n'est pas bien large … Mais nous n'avons pas besoin de beaucoup de place, non ? le taquine-t-elle à son tour en se défaisant de son sac, lourd de matériel. Elle fait rouler ses épaules endolories, puis les masse avant de se tourner vers Promor. Les mains sur les hanches, elle l'apostrophe, le provoque malicieusement :
- A moins que tu ne trouves cet endroit, trop exigu pour deux ou que tu préfères la fange du Fleuve de Vie … Mais moi je m'installe ici ! Et si tu es trèèèèèès gentil, je veux bien te faire une place. Je vais aller ramasser du bois mort pour faire un feu, on pourra manger chaud, et surtout les bêtes sauvages n'approcheront pas de notre campement … Nous dormons à la belle étoile ou tu montes l'abri ? Je te laisse y réfléchir ...

Calyth dépose un baiser rapide sur les lèvres de son compagnon et quitte le replat avant de céder à l'envie de se blottir au creux des bras forts et de s'y reposer. Elle s'aventure à la lisière de la forêt pour trouver quelques branches bien sèches et craquantes, sans trop s'éloigner de leur futur bivouac. Depuis qu'ils ont reparlé des monstres qui les ont attaqués dans le Désert, la Milicienne trouve cette nature bien moins accueillante. Qui sait ce qui se cache derrière ces buissons touffus ? Des félins, des reptiles, des monstres ?

Elle rassemble rapidement une petite réserve de bois mort et l'emporte sur le promontoire où Promor s'active aussi. A genoux sur le roc, elle dispose quelques pierres en cercle, et installe son bois en étoile, avant de sortir un briquet d'une des nombreuses poches de son pantalon, pour enflammer les feuilles mortes et l'écorce sèche en soufflant dessus. De jolies flammes jaunes, avides, lèchent bientôt le tas de brindilles, tout en crépitant joyeusement. Satisfaite de son oeuvre, la Milicienne se redresse, la faim taquine déjà son estomac qui gronde encore discrètement, mais elle sait que s'ils ne mangent pas quelque chose sous peu, il grognera comme un ours en colère !

- Qu'est-ce-qu'on a pour le dîner, mon cœur ? Il y a des rations dans ton gros sac, ou tu pars chasser ?


Angélyne Montaigu, Hors la loi /Janalya Hermontrick, Maître armurier/ Ylaria Desnolancès, Cultivatrice

Kit par Thélou, merci !
avatar
Citoyen

On m'appelle Promor le Facétieux


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Vuulte
MON AGE : 25 ans
Masculin
MESSAGES : 711
AGE : 46
INSCRIT LE : 28/08/2011
PSEUDO HABITUEL : Yannick Saule, Raffaella Palder, Tibor Keiron, Janos Leawen
Joyaux : 0
Posté dans Re: Un Serpent d'Argent, le Fleuve de Vie : Les Origines (1)   - Lun 17 Déc 2012 - 12:55


Dormir sous la tente, ou passer la nuit à la belle étoile ? Voilà deux options intéressantes. En fait le choix dépendra du genre de rapports qu'envisageront les deux amants. Seront-ils charnels ou administratifs ? Les mots employés par Calyth font sourire Promor, rétrospectivement, et il hoche joyeusement la tête en regardant s'éloigner sa charmante compagne vers la lisière des arbres. Les yeux du Facétieux se sont habillés de malice. Pour ce qu'il a en tête, nul besoin de la rutilance des constellations qui palpitent là-haut ! La toile suffira.

Vlan ! Des coups de marteau répétés résonnent aussitôt à l'extrémité de ce promontoire désert, comme si une forge venait de naître dans la montagne, avec une enclume d'acier trempé adossée à son flanc de granit. De temps en temps, une litanie de jurons leur succède. Par Vama, les réserves de patience de Promor sont vite épuisées, et le sol est particulièrement dur ! Ces fichus piquets de tente sont difficile à enfoncer dans ce magma de rochers et de cailloux !

L'ancien forban s'obstine cependant. Par tous les monstres de Korrul et de Matroos, ce n'est pas cette foutue colline qui va l'empêcher de dresser leur bivouac ! Et lorsque sa pilote préférée revient avec un monticule de bois sec dans les bras, le Facétieux termine triomphalement sa tâche en propulsant le dernier piquet dans le ventre du Mont Centil, et il installe aussitôt leur abri.

Tandis que Calyth attise le feu en soufflant sur les premières brindilles et quelques menus copeaux embrasés, l'apprenti-milicien a ouvert son baluchon et il en extrait leur ravitaillement. La question de sa bien-aimée tombe à pic. Il a tout prévu ! La randonnée, fichtre, ça ouvre l'appétit. Le Facétieux n'est pas pris au dépourvu, lui qui a accompli au moins quatre fois la longueur de l'île en crapahutant parmi les dunes de Korrul, lors de son existence précédente. Avant sa brune. Non, ma chérie, pas besoin de chasser ce soir. Nos sacs contiennent de quoi faire un banquet, avec la grande Ourse au-dessus de nos têtes pour chandelier de cristal et le vent dans les branches comme petite musique de nuit. J'arrive, mon ange.

Promor rejoint sa compagne près des flammes qui dansent et ronronnent comme une Ezealle alanguie. En moins de temps qu'il n'en faut à un Butineur pour tâcher le col de chemise d'un promeneur, le Facétieux s'est assis sur une pierre plate et a emprisonné la milicienne entre ses bras. Pas besoin de chasser, non, j'ai déjà le plus appétissant gibier sur les genoux ! ... répète t-il en souriant, de ce sourire charmeur qui est pour lui une nouveauté, une découverte intimement liée à son existence avec Calyth. Alors au menu de ce soir : viande froide, fruits, gâteaux secs, pain doré à manger en priorité car il ne restera pas frais durant des années ... et aussi du vin de Gernie, celui qui coupe les bras et les jambes, mais on s'en fiche, on ne va pas plus loin ce soir. Il y a aussi des mùstyx à faire griller ... ajoute t-il en enfilant quelques petits poissons sur un rameau à peu près rectiligne, et en les faisant rapidement frire dans les flammes.

Un soleil moribond a déposé les armes, et la nuit s'annonce déjà, par la mort lente des ombres qui les entourent, par une lumière plus diffuse qui fait paraître le feu plus vif, plus ardent, par cette sérénité qui s'installe, troublée à peine par les remous du Fleuve de Vie qui semble lui-même prêt à s'endormir dans son lit de cailloux. Les amants enlacés grignotent en se disputant une mie de pain ou une couenne de jambon, ou pour vider le gobelet du voisin. En fait toutes les occasions sont bonnes pour s'étreindre, se chamailler en riant et se bécoter, plutôt deux fois qu'une. Les premières étoiles scintillent alors qu'ils rangent le reste de leurs victuailles. La température fraîchit. Le sac de couchage les appelle. Ils ne lui résistent pas. Leurs doigts s'entrecroisent, leurs jambes se nouent, et c'est dans leurs yeux que brillent les astres.




Sign par Thélou, merci !
avatar

On m'appelle Calyth Montivelle


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Vuulte
MON AGE : 25 ans
Féminin
MESSAGES : 809
AGE : 45
INSCRIT LE : 29/08/2011
PSEUDO HABITUEL : /
Joyaux : 0
http://www.ile-joyaux.com/t555-calyth-montivelle#13156 http://www.ile-joyaux.com/t212-calyth-montivelle-pilote
Posté dans Re: Un Serpent d'Argent, le Fleuve de Vie : Les Origines (1)   - Jeu 17 Jan 2013 - 7:28

Lentement, la nuit sombre s'estompe et range ses ailes bleuâtres, constellées d'étoiles, pour laisser naître une aurore amarante. Un soleil timide vient taquiner de ses rayons rosissants, l'abri des deux explorateurs encore assoupis, enchevêtrés inextricablement, comme seuls les amants peuvent dormir. Ils glissent patiemment vers leur cible, un interstice entre deux pans de toile, et ils caressent bientôt le visage de Calyth, s'attardant malicieusement sur ses paupières closes, la tirant à pas comptés vers l'éveil. Lorsqu'elle finit par ouvrir ses yeux, aussi dorés que le levant, les coquins s'enfuient toujours plus haut, resplendissant bientôt dans un ciel d'azur.

La Milicienne est prisonnière de l'étreinte ensommeillée de son amant et n'ose bouger, laissant dormir Promor encore un peu. Ils ont tout le temps de se remettre en route, c'est l'avantage de ce genre de travail. Ils sont complètement autonomes, et n'ont de compte à rendre qu'au commanditaire de cette mission d'exploration, le Stratège Ac'trian. La matinée commence à peine et dès qu'ils voudront lever le camp, ils seront rapidement prêts à reprendre leurs recherches. Calyth est confiante, le ruisselet s'amenuise de plus en plus, ils ne tarderont pas à tomber sur sa source.

Précautionneusement, elle lève son visage vers celui de Promor, elle adore le regarder dormir depuis la première nuit passée dans le Speeder, alors qu'elle était grièvement blessée. Elle scrute le moindre de ses traits apaisés, tel un enfant sans défense, de ce tatouage doré qui lui ceint majestueusement le front à sa bouche gourmande, aux lèvres entrouvertes qui laisse échapper un petit ronflement à chaque expiration. Elle sourit en songeant à cette nuit, malgré leur fatigue, ils se sont aimés lentement, paresseusement, délicieux prélude au sommeil qui les a fauché encore enlacés. Elle s'émerveille sans cesse de cette irrépressible attirance, de cette faim inextinguible qui la pousse sans cesse vers lui. Et la chaleur qui inonde son ventre, ses reins, annonce en fanfare le désir qui l'étreint soudain rien qu'à le contempler endormi, à sentir son corps chaud pressé contre sa peau soudain fort réceptive à ses multiples points de contact.

Par Vama, non ! Ils doivent aussi penser à leur mission ! Non, non tout à l'heure, elle veut savourer encore et encore, ce moment rien qu'à eux, et embrasse délicatement le visage tant aimé. Promenant ses lèvres sur ses joues râpeuses, sur son nez, sur ses yeux encore clos puis elle descend lentement vers ses lèvres qu'elle taquine, jusqu'à obtenir une réponse et après un sourire tout contre cette bouche encore dans les brumes du sommeil, elle s'abandonne aux baisers de plus en plus ardents, de plus en plus intenses …
Désolée Stratège Ac'trian, nous sommes en pleine rédaction de nos rapports ...

***
Le petit déjeuner est sommaire, mais ponctué de rires et de chamailleries tendres. Les deux aventuriers dévorent le pain et les fruits secs de leur réserve, et terminent leur café avant de défaire rapidement leur campement. L'ascension du Mont Centil les attend. Calyth taquine Promor alors qu'ils replacent les lourds sacs d'équipement sur leurs épaules, et qu'ils se mettent en route :

- A toi l'honneur mon beau Milicien, ouvre-nous la route vers cette fameuse source ! Que je puisse t'admirer de dos tout à loisir ! Appuyant sa remarque d'une petite tape coquine sur les fesses fermes de Promor, la jeune femme accroche sa main à sa ceinture et lui emboîte le pas sur la sente étroite qui longe le ru limpide ...


Angélyne Montaigu, Hors la loi /Janalya Hermontrick, Maître armurier/ Ylaria Desnolancès, Cultivatrice

Kit par Thélou, merci !
avatar
Citoyen

On m'appelle Promor le Facétieux


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Vuulte
MON AGE : 25 ans
Masculin
MESSAGES : 711
AGE : 46
INSCRIT LE : 28/08/2011
PSEUDO HABITUEL : Yannick Saule, Raffaella Palder, Tibor Keiron, Janos Leawen
Joyaux : 0
Posté dans Re: Un Serpent d'Argent, le Fleuve de Vie : Les Origines (1)   - Sam 19 Jan 2013 - 9:57


C'est un réveil comme il les adore, taquin et cajoleur, tendre et caressant, même si, ma foi, le sol rocailleux du mont Centil n'a rien d'un tapis moelleux propice aux galipettes. Le corps chaud et souple de Calyth permet cependant au Facétieux d'oublier les aléas et la dureté de ce terrain qui lui esquinte le dos. Pour un peu, Promor en omettrait leur mission, d'autant plus que son passé korrulien ne l'a pas habitué à se laisser régenter par une quelconque discipline ou obéissance à une hiérarchie militaire. Leur étreinte se prolonge donc, et le Facétieux n'en éprouve aucun remord. Les lèvres de sa compagne ont trop de saveur pour qu'il se sente coupable de ce léger relâchement.
Désolé Stratège Ac'trian, nous sommes en pleine rédaction de nos rapports ...

Leur étreinte se poursuit jusqu'au petit déjeuner. Au menu du jour, tranches de pain et tranches de rire, café bouillant et papouilles, fruits secs et baisers mouillés. C'est meilleur qu'à la cantine, non ? Mais il leur faut bien se montrer raisonnables. Cette aventure est essentielle pour le Facétieux, elle doit lui permettre de décrocher ses premiers galons, sa première sardine, et l'heure de poursuivre leur récolte de renseignements est venue.

Bivouac rapidement rangé, barda bouclé à quatre mains et jeté sur l'épaule, ils reprennent l'ascension de ce raidillon abrupt qui s'emberlificote entre troncs épais et rochers saillants, tout en côtoyant de près ou de loin ce modeste pipi de Butineur qu'est devenu le fabuleux Fleuve de Vie, dont la source ne devrait plus être très éloignée. L'escalade est laborieuse, et Calyth s'est accrochée à la ceinture de son compagnon, après une gentille boutade et une petite tape amicale sur le postérieur, ce qui lui vaut un : « Dis donc toi, ne te gêne pas, vas-y, reluque-moi les fesses, et fais comme chez toi, profite de mes efforts et de ma courtoisie ! » ponctué d'un clin d’œil complice et d'un sourire espiègle qui signifie à peu de choses près : « Je t'en prie, ma mignonne, agrippe-toi à mon falzar, mais quand je serai fatigué tu me pousseras jusqu'au-dessus de la montagne ! ».

Au bout d'une bonne heure de marche rapide, ils parviennent face à l'entrée d'une grotte, ou plutôt d'une faille assez étroite, de forme arrondie, s'ouvrant dans le rocher, d'où s'écoule un maigre filet d'eau qui rampe entre les cailloux. Je pense que nous sommes près du but, ma chérie. Le fleuve paraît naître ici, dans le ventre de la montagne, mais je crois que nous devrions quand-même vérifier en nous glissant dans cette ouverture. Et qui sait ce que nous allons y découvrir ? ... ajoute le Facétieux, tout en déposant son baluchon au sec, sur une large pierre plate. Sans notre attirail, nous serons plus à l'aise pour nous déplacer. Écoute, mon cœur, on entend l'eau qui suinte et qui dégouline à l'intérieur de la crevasse. J'ai hâte de voir à quoi ça ressemble. Mais prenons quand-même une photographie de l'entrée, nous la joindrons à notre rapport pour le Stratège Ac'trian. Éventuellement, on lui enverra un émeicas si on découvre des choses intéressantes. Voilà ! ... lance t-il après avoir pris le cliché en question, et en fourrant l'appareil dans une des poches de sa tenue de milicien.



Tu me suis, mon trésor ? Rentre les fesses pour te glisser dans la faille, tu passeras plus facilement ! ... ajoute t-il en adressant une grimace malicieuse à sa compagne, avant d'enjamber quelques rochers moussus et humides qui compliquent un tantinet l'accès à la grotte.



Sign par Thélou, merci !
avatar

On m'appelle Calyth Montivelle


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Vuulte
MON AGE : 25 ans
Féminin
MESSAGES : 809
AGE : 45
INSCRIT LE : 29/08/2011
PSEUDO HABITUEL : /
Joyaux : 0
http://www.ile-joyaux.com/t555-calyth-montivelle#13156 http://www.ile-joyaux.com/t212-calyth-montivelle-pilote
Posté dans Re: Un Serpent d'Argent, le Fleuve de Vie : Les Origines (1)   - Dim 3 Fév 2013 - 7:30

Sous un soleil voilé par de nombreux nuages d'un blanc laiteux qui s'effilochent lentement, l'ascension du Mont Centil se poursuit, agrémentée des remarques espiègles du Milicien, à l'aise dans son rôle de guide. Le chemin se fait de plus en plus escarpé, et le filet d'eau s'amenuise, petit ru qui chante sous leurs pieds, et qui finit par les conduire à une faille qui déchire le flanc de la montagne. A la vue de cette crevasse sombre dans laquelle ils vont devoir entrer pour aller jusqu'au bout de leur mission, une désagréable bouffée d'angoisse assaille Calyth, femme du ciel et de grands espaces lumineux, le confinement dans une grotte lui déplaît souverainement. D'autant que sa dernière incursion dans ce genre de lieu clos et obscur, s'est terminé par une bagarre avec un astiver. Bon d'accord, ce fut certainement la première étape du rapprochement entre la pilote et le Forban d'alors, mais il s'en était fallu d'un cheveu qu'ils y laissent leur vie !

Le Facétieux, lui, semble avoir oublié cet éprouvant épisode, ou alors il le dissimule bien sous ses airs fanfarons. Il prend quelques clichés, puis se faufile dans la grotte, non sans se moquer gentiment de la brune Matroscienne. Lorsqu'il disparaît à ses yeux, faisant fi de ses craintes, Calyth le suit, juste au cas où … Mais les parois humides se resserrent bientôt, laissant tout juste le passage d'un homme de profil. Et la sensation pénible s'intensifie, oppressant la Milicienne, dont la respiration se fait plus saccadée, son cœur bat la chamade. Elle ne le reconnaîtra pas, mais une peur irraisonnée l'assiège, la glace, reléguant sa raison aux oubliettes. Elle presse le pas. À tâtons, elle cherche son compagnon, quand soudain la faille s'ouvre sur une salle immense, et dans sa précipitation, elle bute dans le dos de Promor qui s'est arrêté net à l'orée de la grotte. Enroulant ses bras autour de lui, elle se blottit dans son dos, jetant un œil à la caverne que le faisceau de la torche du Milicien, dévoile peu à peu. De hautes concrétions cristallines s'élancent vers le plafond comme les sentinelles immuables de ce fortin souterrain. Au centre, miroite la surface d'un lac sombre comme l'onyx, entouré de rochers, d'où s'échappe le ruisseau ténu dans lequel ils pataugent.

- C'est si grand, si beau ! souffle-t-elle, comme intimidée par la majesté de ce lieu, qu'ils sont peut-être les premiers à découvrir. Elle se poste au côté de Promor, scrutant les parois qui recèlent d'inquiétantes ombres mouvantes. Enfin, tant qu'un astiver ne nous saute pas dessus … Tu sais nous sommes sûrement les premiers Matrosciens à fouler le sol de cette caverne, qui sait ce qui nous y attend … Restons sur nos gardes …

La gerbe de lumière blanche rebondit ça et là sur les aspérités des parois abruptes, révélant l'immensité de cette salle souterraine au cœur du Mont Centil. Ils avancent lentement vers les rives du lac, et alors que Promor prend des photos du berceau du Fleuve de Vie, Calyth distingue, là sur leur gauche, une faible lueur bleutée qui persiste dans un recoin obscur. Croyant que ce ne sont que les rémanences de la torche qui subsistent devant ses yeux, elle cligne plusieurs fois, essayant de chasser ces minuscules lumières bleuâtres. Mais rien à faire !

- Regarde, trésor ! Là-bas ! Regarde ces petits points lumineux, qu'est-ce-que ça peut bien être ? Allons voir … Mais ... Je rêve ou ça bouge ? Ils viennent vers nous ! Prends vite quelques photos, je ne serais pas surprise que ce soit des insectes qui ne vivent que dans des endroits comme celui-ci …

Prudente, la jeune femme pose sa main sur la crosse de son blaster, avant de réaliser que dans la grotte, ils risquent de se blesser en se servant de cette arme au puissant rayon. Et lâchant l'arme, elle avance vers la lueur, ou plutôt les lueurs brillantes, multicolores, qui l'attirent irrésistiblement. Là, dans le ventre sombre de la montagne, les lumières minuscules se métamorphosent en papillons qui les entourent soudain, tourbillonnant comme enivrés par le parfum de la plus merveilleuse des fleurs, la plus attirante des Délicates. Ils volètent autour d'eux, émettant un doux son feutré, entraînant inexorablement les deux Miliciens, vers les imposantes stalactites calcaires où Calyth les avaient entraperçus ...
Les deux amants sont maintenant immobiles, figés au milieu de l'envolée palpitante de cet étrange et frêle essaim luminescent. Leurs yeux agrandis sont captifs du ballet hypnotique que les insectes dansent inlassablement autour d'eux. Le bruissement de leurs ailes diaprées résonne comme une mélodie envoûtante à leurs oreilles captives. Ils accentuent leur emprise sur les deux humains, qui se retrouvent prisonniers de cette sarabande lénifiante, déployée comme les anneaux d'une chaîne qui s'enroulent insidieusement, resserrant le cercle peu à peu. Promor et Calyth sont face à face à présent, complètement assujettis par le ballet de ces mystérieux papillons phosphorescents. Soudain ils s'effondrent comme des marionnettes dont le manipulateur lâche les ficelles, inanimés, alors que les insectes les recouvrent complètement …
Spoiler:
 


Angélyne Montaigu, Hors la loi /Janalya Hermontrick, Maître armurier/ Ylaria Desnolancès, Cultivatrice

Kit par Thélou, merci !
avatar
Citoyen

On m'appelle Promor le Facétieux


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Vuulte
MON AGE : 25 ans
Masculin
MESSAGES : 711
AGE : 46
INSCRIT LE : 28/08/2011
PSEUDO HABITUEL : Yannick Saule, Raffaella Palder, Tibor Keiron, Janos Leawen
Joyaux : 0
Posté dans Re: Un Serpent d'Argent, le Fleuve de Vie : Les Origines (1)   - Lun 4 Fév 2013 - 12:28



Cette grotte, bien plus vaste qu'ils ne l'avaient imaginé tout d'abord, ranime en eux le souvenir de cet horrible astiver qu'ils ont combattu côte à côte, à Korrul, au fond d'une autre crevasse, plus ténue, mais tout aussi sombre. C'était leur première rencontre, et elle a bien failli être particulièrement brève. Mais c'était dans une autre vie, un autre monde, il ne peut exister ici aucun monstre épouvantable, cette caverne ne contient que de l'eau, des rochers, et les ténèbres les plus impénétrables. Seuls les halos de lumière que la torche dessine sur les parois humides confèrent un brin de vie à cet antre obscur, frappé d'une immuable somnolence depuis la nuit des temps. A leurs pieds, le lac souterrain est silencieux, seul le minuscule gargouillis de l'eau s'écoulant ça-et-là sur la roche escorte leur lente progression.

Tandis que le Facétieux immortalise leur découverte en prenant des photos, sous tous les angles, sa compagne attire soudain son attention sur un étrange ballet lumineux qui s'épanouit sous leurs yeux et s'approche lentement. Quel est ce mystère ? Des insectes, suggère Calyth, ce qui semble l'hypothèse la plus plausible. A l'instigation de la belle milicienne, Promor se hâte de prendre quelques clichés du phénomène, puis il emboîte les pas de sa compagne, braquant la torche vers ces scintillements multicolores.

Calyth avait parfaitement raison. La grappe nitescente les survole à présent, et il s'agit bien d'une nuée de papillons multicolores qui les frôle, les caresse, les subjugue, et peu à peu, les assujettit à son lent tourbillon chamarré, au bourdonnement lancinant de leurs ailes déployées. Le spectacle est saisissant, leur danse est ensorcelante, un pouvoir extraordinairement magnétique se dégage de cette multitude mouvante, et les deux miliciens ne peuvent y résister, leur volonté est annihilée par les arabesques de l'essaim et son chatoiement fébrile. Promor et sa compagne s'affaissent lentement, sans un mot, pantins disloqués unis dans une même léthargie, figés dans un même anéantissement total.

*****

Ils s'éveillent, plutôt laborieusement, ankylosés de la tête aux pieds, couchés l'un contre l'autre sur le sol hérissé de cailloux. Combien de temps s'est-il écoulé durant leur évanouissement ? Mystère ! La torche a roulé à quelques pas de leurs bottes, et n'éclaire plus que parcimonieusement l'intérieur de la grotte. Promor cherche à tendre un bras pour s'en emparer, et ... son geste s'avère impossible. Le Facétieux constate qu'il est sévèrement saucissonné par un réseau dense et bien serré de liens menus mais bougrement solides. Il a beau bander les muscles à s'en éclater les bras, il est bel et bien captif d'une étrange fibre animale qui l'entrave totalement. Sans vraiment distinguer ses traits, il entend ahaner sa compagne, occupée tout comme lui à chercher à se dégager de cette espèce de cocon soyeux qui les enveloppe.

- Toi aussi, ma chérie, tu es prisonnière ? ... souffle t-il entre deux efforts violents pour se libérer, au moins partiellement, constatant ensuite que ses tentatives sont vaines. Ses yeux fouillent l'obscurité à la recherche de leurs baluchons, même s'il lui sera sans doute impossible d'utiliser les poignards qu'ils contiennent, mais ils ont abandonné leurs sacs-à-dos à l'extérieur de la caverne. Il porte ensuite son regard vers le recoin où les papillons étaient apparus, avant d'exercer leur emprise mentale sur les deux miliciens, mais ces satanées bestioles se sont éclipsées durant leur engourdissement.

- Tu penses comme moi, qu'ils ont l'intention de nous becqueter petits bouts par petits bouts ? Sinon j'vois pas pourquoi ils nous auraient immobilisés de la sorte ! ... grogne t-il, furieux de son impuissance. Si tu as une idée pour leur échapper, mon ange, je suis preneur ... poursuit-il, réfléchissant intensément.




Sign par Thélou, merci !
avatar

On m'appelle Calyth Montivelle


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Vuulte
MON AGE : 25 ans
Féminin
MESSAGES : 809
AGE : 45
INSCRIT LE : 29/08/2011
PSEUDO HABITUEL : /
Joyaux : 0
http://www.ile-joyaux.com/t555-calyth-montivelle#13156 http://www.ile-joyaux.com/t212-calyth-montivelle-pilote
Posté dans Re: Un Serpent d'Argent, le Fleuve de Vie : Les Origines (1)   - Dim 17 Fév 2013 - 9:41

Dans la grotte obscure, le silence n'est troublé que par les halètements, et les jurons de Promor et Calyth. Emmaillotés comme des nouveaux-nés par d'étranges fils très résistants, ils ne peuvent faire un geste, et si les papillons lumineux ont disparu, ils n'en restent pas moins une menace certaine. Comment de si fragiles insectes ont-ils réussi à les réduire à l'impuissance, eux deux Miliciens surentraînés ? Mystère ! Un mystère, qu'ils ont intérêt à élucider dès qu'ils seront parvenus à se libérer, ce qui ne va pas être une mince affaire ! Décidément les cavernes ne leur valent rien !

Calyth a beau se démener dans tous les sens, impossible de rompre ses liens ! Malgré leur transparence, leur délicatesse n'est qu'apparence, elle ne parvient même pas à glisser ses doigts hors de cet espèce de cocon qu'ont tissé ces maudites bestioles. Et l'idée qu'elle et Promor puissent être au menu du prochain festin n'est même pas envisageable ! Quelle imprudence de laisser leur matériel à l'extérieur, quoique son blaster est toujours à sa ceinture et ne lui est d'aucune aide, elle ne peut l'atteindre pas plus que son couteau.

- Je suis ligotée aussi, trésor, impossible de dégainer mon arme, ni de sortir mon couteau, je peux à peine remuer les doigts ... Je n'ai pas l'intention de servir de repas à ces insectes, en tout cas ! Nous devons trouver une solution, et vite ! grogne-telle à son tour, frottant désespérément ses liens contre les aspérités du sol rocheux et froid sur lequel ils sont allongés. A l'affût du moindre bruissement d'ailes, du moindre éclair bleuté, la Milicienne scrute la grotte, craignant de voir réapparaître les lueurs au pouvoir hypnotique, avant qu'ils ne soient libres. La torche ne dispense plus qu'un très faible halo d'un jaune pâle teinté d'orangé, signe qu'elle n'en a plus pour longtemps, mais surtout qu'ils sont restés longtemps inconscients. Trop longtemps.

- Nom d'un médor ! Rien ne les entaille, ces maudits liens ! s'exclame-t-elle rageusement en regardant son compagnon, l'impuissance et la colère allument dans ses beaux yeux sombres, des éclairs orageux. Et alors qu'il se tortille en grommelant sur leurs essais infructueux, une idée saugrenue lui vient à l'esprit, après tout pourquoi pas, ils ont déjà tout essayé ou presque, alors …
- Attends reste tranquille un instant, je veux tenter quelque chose … Ne te moque pas et approche-toi le plus possible ... Voilà, je vais essayer de ronger ce truc ... On a tout essayé déjà, sans succès … Impossible d'atteindre nos armes … La pierre n'est pas assez acérée, et ta force n'a pas eu plus d'effet … La seule chance qu'il nous reste, c'est que nos dents coupent ce fichu linceul ! J'espère juste que ces fibres ne sont pas empoisonnées ...

Elle dépose un long baiser sur les lèvres de Promor, puis avant qu'il ne réagisse, qu'il ne s'oppose à son projet fou, elle s'attaque à la première rangée de fils, tout près du cou de son amant. A sa grande surprise, leur goût est douceâtre, comme ces pitris qu'elle a mangés à Korrul. Elle prend quand même le soin de recracher, plutôt que d'avaler, limitant ainsi, elle l'espère, tout risque d'empoisonnenment. Peu à peu elle progresse, très lentement, mais avec efficacité, malgré l'écoeurement qui l'assaille sans relâche, provoquant des haut-le-coeur de plus en plus fréquents, qu'elle tente de dissimuler tant bien que mal, afin d'en finir au plus vite. Promor pourra bientôt dégager ses bras et se délivrer du cocon, ce qui la rassure, car dans le pire des cas, si ces papillons revenaient trop tôt, son amant au moins pourra s'en sortir ...


Angélyne Montaigu, Hors la loi /Janalya Hermontrick, Maître armurier/ Ylaria Desnolancès, Cultivatrice

Kit par Thélou, merci !
avatar
Citoyen

On m'appelle Promor le Facétieux


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Vuulte
MON AGE : 25 ans
Masculin
MESSAGES : 711
AGE : 46
INSCRIT LE : 28/08/2011
PSEUDO HABITUEL : Yannick Saule, Raffaella Palder, Tibor Keiron, Janos Leawen
Joyaux : 0
Posté dans Re: Un Serpent d'Argent, le Fleuve de Vie : Les Origines (1)   - Lun 18 Fév 2013 - 11:28


Promor n'a pas l'opportunité de s'opposer à l'initiative de sa compagne, qui se met à grignoter ses liens, en dépit du danger que représente cette substance inconnue qui les saucissonne et les immobilise. Et Calyth y met tout son cœur, toute son énergie. C'est vrai qu'un retour en masse des vilaines bestioles pourrait signifier la fin de leur expédition, si ces charmants papillons se révélaient être également d'horribles insectes carnivores. S'ils les ont ficelés comme de vulgaires rôtis de kansous, il est difficile d'imaginer autre chose.

La belle milicienne s'applique, tailladant obstinément les cordelettes à hauteur des épaules puis des bras de son compagnon, et recrachant le plus possible de cette mystérieuse fibre animale. Sa patience et sa volonté sont, peu à peu, couronnées de succès. Malmenés, les liens se détendent, se désagrègent, et le Facétieux parvient à remuer légèrement un bras, puis l'autre, puis à les dégager tous deux de l'abominable cocon visqueux. Après quelques violentes contorsions, le voilà totalement libéré de ses entraves, qu'il rejette avec dégoût dans les ténèbres de la grotte.

- A ton tour maintenant, ma chérie ! Dans deux minutes tu seras libre, et on filera d'ici ! La tâche est en effet beaucoup plus aisée pour Promor, qui a récupéré l'usage de ses doigts. Il s'énerve un peu devant la solidité du fil, mais il arrache, il étire, il déchiquette, si bien qu'il a tôt fait de réduire en lambeaux les liens qui enveloppaient Calyth.

- Voilà mon cœur, tu es libre ! Déguerpissons sans plus attendre, avant que ces stupides bestioles ne rappliquent ! Oh zut ! La torche vient de rendre l'âme ! Voilà qu'il fait aussi noir que par une nuit sans étoiles ! Ne traînons pas, je pense que c'est ... par là ! ... lance t-il après deux secondes d'hésitation, happant au passage une main de Calyth, et empoignant de l'autre le blaster qui pendouillait à la ceinture de son uniforme. Emmenant la milicienne à sa suite, le Facétieux se dirige vaille que vaille en direction d'un recoin de la caverne qui paraît plus luminescent, ce qu'il impute à la proximité de la sortie vers la forêt. Que serait-ce d'autre ? Butant dans les pierres et les racines, pataugeant dans les flaques, glissant sur la terre détrempée, les amants se précipitent vers cette ouverture exiguë qu'ils croient distinguer dans l'opacité quasi complète. Là-bas, c'est le salut, là-bas ils pourront enfin respirer, passer en revue toutes les péripéties de ces dernières heures, et décider ensemble, soit de redescendre vers le Speeder, soit de reprendre l'exploration de cette grotte, mais mieux équipés, mieux armés, et surtout plus méfiants.

- Je pense qu'on approche, c'est plus lumineux là-bas au fond ! ... jette t-il à sa compagne dont il distingue à présent les traits dans le noir en se tournant vers elle. Mais soudain, il ralentit, piétine, puis s'arrête, serrant un peu plus les doigts de Calyth entre les siens. Ils se sont fourvoyés. Ce n'est pas la sortie. Cette luminosité n'est pas due à la clarté du jour qui s'infiltrerait dans la caverne. Non, elle émane d'une espèce d'outre gonflée, à la peau translucide, d'une couleur et d'un aspect identiques à la substance qui les retenait prisonniers. Une effervescence étourdissante paraît s'épanouir à l'intérieur de cette membrane diaphane, légèrement bleutée. De minuscules papillons s'y déplacent, multipliant les battements d'ailes, rapides et saccadés. D'autres, encore à l'état d'infimes chrysalides, tressaillent légèrement au fond du cocon translucide. Ça rampe, ça s'agite, c'est la vie qui fourmille et s'éveille, sous les regards étonnés des amants. Dommage que cette pellicule soit fermée, j'aurais bien pris une poignée de ces rejetons pour nos savants de Matroos, ça les aurait sûrement passionnés de les décortiquer et de les disséquer ... En attendant, je prends un ou deux clichés de tout ça, pour les joindre à notre rapport ! Et après ça, on joue les filles de l'air avant que la meute ne se radine ! La sortie doit être à l'autre extrémité de la caverne, ici on est certainement au tréfonds le plus sombre de leur antre, pour que le cocon soit à l'abri d'éventuels prédateurs. On y va, ma chérie ? ... dit-il en rangeant l'appareil-photo dans une poche de sa tenue.



Sign par Thélou, merci !
avatar

On m'appelle Calyth Montivelle


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Vuulte
MON AGE : 25 ans
Féminin
MESSAGES : 809
AGE : 45
INSCRIT LE : 29/08/2011
PSEUDO HABITUEL : /
Joyaux : 0
http://www.ile-joyaux.com/t555-calyth-montivelle#13156 http://www.ile-joyaux.com/t212-calyth-montivelle-pilote
Posté dans Re: Un Serpent d'Argent, le Fleuve de Vie : Les Origines (1)   - Lun 18 Mar 2013 - 6:39

Désorientée par la pénombre qui l'oppresse de plus en plus, et par leur étrange captivité, Calyth suit Promor vers ce qu'elle croit, elle aussi, être la sortie de cette grotte aux allures paisibles, mais qui renferme de dangereuses bestioles, plus dangereuses encore que l'astiver, ou le scorpion des sables. On évite de tels monstres, on s'en méfie, mais pas de jolis papillons luminescents !
D'ailleurs ces satanés insectes les ont dupés ! Encore une fois ! La lueur qui les guidait n'est pas du tout la fin de leurs ennuis, bien au contraire les voilà face à un cocon géant, remplis des rejetons lumineux qui s'agitent dans tous les sens. Le reste de la troupe ne doit pas être loin, ils ne peuvent s'attarder près de cette immense pouponnière palpitante.

De colère, le premier réflexe de la Milicienne est de la détruire, elle renferme la descendance des papillons qui les ont emmaillotés comme des bébés, et ils ont bien failli finir dans leurs estomacs. Elle porte la main à sa hanche, pour dégainer son blaster, mais la voix de Promor, calme, rationnelle la stoppe dans son élan vengeur, lui faisant prendre conscience de l'étrangeté de son comportement. Elle finit même par se demander si le peu de fibres qu'elle a ingéré n'est pas en train d'agir, car elle se sent désemparée, comme privée de son sang-froid, dépouillée ses réactions instinctives de militaire surentraîné. Le goût douceâtre du cocon imprègne encore sa bouche, écoeurant, et elle n'est pas loin de vomir, comme si elle était ivre d'un alcool trop bon marché.

Calyth écoute à peine ce qui dit Promor, le laissant prendre les initiatives, titubant derrière lui, elle s'accroche comme une naufragée à sa main qui la conduit, elle l'espère fortement, vers l'air pur qui commence vraiment à lui manquer. Ils tournent résolument le dos au cocon brillant, avançant dans la semi obscurité, à l'affût du moindre bruit suspect. Ils retrouvent bientôt le lac intérieur dont ils suivent consciencieusement les rives, vers le filet d'eau clapotant, clé de leur liberté, de leur survie. Les voilà pataugeant dans le ruisselet, futur Fleuve de Vie, direction la faible lueur qui grisaille entre deux pans de roche sombres.
Un éclair de lucidité transperce soudain les limbes qui embrument le cerveau de Calyth : des échantillons ! Il leur faut la preuve de ce qu'ils ont vu, les photos ne suffisent pas, ils doivent trouver un spécimen de ces papillons, un seul, et mort de préférence ! Elle s'arrête net, obligeant Promor à se retourner :

- Attends … Attends Promor, on peut … peut pas-pas partir … comme ça, sans preuves ! Les clichés … ça-ça suffit pas ... faut-faut un de ses maudits insectes ! bredouille-t-elle d'une voix pâteuse, cherchant ses mots, comme s'ils refusaient de s'écouler de sa bouche, sa langue dérapant contre ses dents, ankylosée par les toxines du cocon, mais elle s'entête et poursuit, bégayant ses phrases presque incohérentes, comme si elles bataillaient pour sortir avant leur tour :
- Co- co- mment comment faire ... sans risssssque ? T'as une … un'idée ? J'dois … di-dire ... que-que mes neuro-rones sssont ral'tis, a-va-valé des-des fi-fils …

Un spasme fulgurant la secoue brutalement, et la Milicienne se met à vomir par saccades, vidant son estomac de son contenu toxique, épargnant de justesse, son amant inquiet. Son corps ébranlé de convulsions impitoyables rejette enfin le poison qui lui obscurcissait l'esprit. De longs frissons s'ensuivent, glaçant la jeune femme jusqu'aux os, elle se met à trembler d'épuisement et de froid. Puis elle s'écroule comme une poupée de chiffon, hébétée, dodelinant de la tête comme une vieille femme. Perdant ses repères et sa lucidité, elle sombre dans les ténèbres de l'inconscience. Elle ne doit qu'à la vivacité de son compagnon et à ses bras puissants qui se referment sur elle, de ne pas s'abattre durement sur le sol de la grotte.


Angélyne Montaigu, Hors la loi /Janalya Hermontrick, Maître armurier/ Ylaria Desnolancès, Cultivatrice

Kit par Thélou, merci !
avatar
Citoyen

On m'appelle Promor le Facétieux


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Vuulte
MON AGE : 25 ans
Masculin
MESSAGES : 711
AGE : 46
INSCRIT LE : 28/08/2011
PSEUDO HABITUEL : Yannick Saule, Raffaella Palder, Tibor Keiron, Janos Leawen
Joyaux : 0
Posté dans Re: Un Serpent d'Argent, le Fleuve de Vie : Les Origines (1)   - Mer 20 Mar 2013 - 4:26


En plus de la tendresse, Calyth lui a enseigné stratégie et prudence. Lorsqu'il traînait ses guêtres dans le désert de Korrul, Promor le non-facétieux ne connaissait qu'une seule tactique, simpliste et fruste : foncer tête baissée et se battre, quel que fût l'adversaire, quitte à y laisser quelques plumes ! A présent, il maîtrise parfaitement l'art du repli stratégique, et il entraîne vivement sa compagne loin des profondeurs obscures de la grotte, qu'illumine ce cocon bleuâtre et frémissant qui palpite comme un cœur gigantesque, un cœur rempli de minuscules bestioles qui grouillent et pataugent dans leur jus. Attendre davantage pour en capturer une ou deux aurait été insensé !

La course dans les ténèbres se révèle malaisée, même si les deux miliciens n'ont, en définitive, qu'à suivre ce discret filet d'eau qui gonflera bientôt pour se muer en un fleuve impétueux qui se ruera à travers tout le pays. Curieusement, Calyth se laisse remorquer sans dire un mot, sans la moindre vitalité, sans la moindre énergie, comme si sa volonté toute entière était mystérieusement annihilée. Mais Promor maintient la cadence, serrant très fort la main de sa délicieuse compagne, imputant son apathie aux efforts accomplis pour échapper à la nuée d'insectes. Il ne doute pas un seul instant que le grand air la revigorera rapidement.

Soudain, pourtant, la brunette cale brusquement, contraignant le Facétieux à en faire autant, à la contempler, étonné, et surtout à l'écouter. Les phrases de la pilote sont à peine audibles. Elles sont hachées, difficilement compréhensibles, et sa voix a des accents d'outre-tombe. Promor croit interpréter qu'elle veut faire demi-tour pour récupérer un papillon, mais il n'en est pas question ! En effet, la belle milicienne a le teint livide, elle semble prête à défaillir, et ici, dans cette obscurité menaçante des entrailles de la montagne, il lui sera impossible de s'occuper d'elle. Il faut qu'ils sortent à tout prix !

Cependant, en dépit de cette résolution inaltérable, ils n'iront pas plus loin ! Calyth se crispe, son corps entier se contracte, et elle régurgite violemment ce qu'elle vient d'ingérer, sans nul doute ces filaments blanchâtres qui les retenaient prisonniers, quelques minutes auparavant ! Un douloureux tremblement s'empare d'elle, puis elle vacille et chancelle, et enfin s'écroule comme un pantin disloqué, Promor ayant juste le temps de s'emparer d'elle pour l'empêcher de se briser la nuque dans les rochers !

Vite ! Courir encore ! Portant sa compagne, à présent totalement inconsciente, à bout de bras, le Facétieux se remet à patauger dans les flaques sombres du fleuve naissant, devinant, plutôt que repérant, l'exacte direction. L'eau gicle sous chacun de ses pas, qui résonnent bigrement fort dans l'atmosphère glauque et le silence spectral de cet autre monde, ce qui pourrait bien évidemment rameuter la horde bourdonnante de ces fichus papillons, mais il n'y a pas d'autres choix que celui de continuer. Dehors c'est le salut, dehors c'est la vie, dehors il pourra prendre soin d'elle.

Là-bas, enfin, une faille s'entrouvre sur la lumière du jour. Le soleil luit à travers le feuillage multicolore qui frémit sous les caresses du vent. Vision idyllique et réconfortante. Courir encore, courir vers cette clarté. Promor enjambe les rochers gardant la sortie, et se jette dans la faille nitescente, retombant les pieds joints dans la boue du maigre ruisseau. Ressentant un brin d'affolement, il dépose vivement sa compagne dans les herbes folles. Certes, les voici hors de la caverne, mais ils sont loin de tout, loin de la civilisation, loin du Speeder, et le Facétieux prend conscience de son impuissance à soigner Calyth si son état se révélait particulièrement inquiétant. Par bonheur, la milicienne gémit faiblement, et ses yeux s'entrouvrent brièvement, avant de se refermer, agressés par la vive clarté du jour. Promor enlève sa chemise, la trempe dans l'eau trouble du ruisselet qui serpente entre les pierres, et en imbibe le front et les joues pâles de sa compagne, afin de la rafraîchir et de la réconforter. Calyth, mon ange, comment te sens tu ? Que puis-je faire pour t'aider ? ... murmure t-il à son oreille, guettant anxieusement son retour à la vie.




Sign par Thélou, merci !
avatar

On m'appelle Calyth Montivelle


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Vuulte
MON AGE : 25 ans
Féminin
MESSAGES : 809
AGE : 45
INSCRIT LE : 29/08/2011
PSEUDO HABITUEL : /
Joyaux : 0
http://www.ile-joyaux.com/t555-calyth-montivelle#13156 http://www.ile-joyaux.com/t212-calyth-montivelle-pilote
Posté dans Re: Un Serpent d'Argent, le Fleuve de Vie : Les Origines (1)   - Sam 6 Avr 2013 - 7:40

La fraîcheur de l'air qui gonfle ses poumons, l'odeur piquante des herbes folles, l'inquiétude dans la voix aimée qui résonne à son oreille raniment lentement la Milicienne, qui flotte aux frontières de la conscience. Engourdie, nauséeuse, Calyth inspire profondément savourant la pureté de l'atmosphère, après celle, frelatée, de cette maudite grotte. Son crâne subit les assauts retentissants de chacun des bruits environnants, ses yeux s'entrouvrent sur une lumière éblouissante, si douloureuse qu'elle les clôt aussitôt, arrachant de sa gorge encore contractée par les haut-le-coeur, un gémissement pitoyable. Mais l'eau glacée du Fleuve de Vie, -qu'il porte bien son nom, celui-là !-, ruisselle sur son visage, la ramène à la vie. Ses lèvres happent avidement quelques gouttes qui y perlent, rinçant le goût douceâtre des filaments empoisonnés.

- Encore ! ... De l'eau ... Merci, merci, trésor ... coasse-t-elle dans un murmure rauque, ouvrant prudemment ses yeux d'or terni, sur le visage préoccupé de Promor, penché sur elle.
- Ne t'inquiète pas ... J'en ai vu d'autres ... ça va passer … ça va aller ...

La brune s'agrippe au cou de son compagnon et tente de s'asseoir, malgré les vertiges qui l'accablent. Elle ferme de nouveau les yeux, histoire que le tangage se calme, et que la mise au point ne soit plus floue. Elle reste là blottie contre le torse nu de son amant, puisant réconfort et forces. Dans l'ombre, à l'abri de la grande silhouette, Calyth reprend peu à peu ses esprits, Et quand son regard doré se dévoile à nouveau, il est clair, il enregistre, analyse les informations. Le soleil est bas, il est bien plus tard qu'elle ne l'aurait cru, ils sont restés plusieurs heures inconscients, prisonniers de ces incroyables papillons, aussi merveilleux que redoutables.

- Est-ce que tes clichés sont exploitables, trésor ? Dommage qu'on n'ait pas d'échantillons à joindre à tes photos, mais je n'ai pas le courage de retourner dans cette caverne. C'est trop dangereux … Il fera bientôt sombre. Passons la nuit ici, je suis incapable de redescendre, et nous n'en avons sans doute pas le temps. Nous retournerons au Speeder demain, qu'en penses-tu ?

Vidée de toute son énergie par ces quelques mots, Calyth se cale confortablement contre Promor, assis près d'elle. Le danger, la mort sont des compagnons que la Milicienne côtoie depuis longtemps. Elle ne les a jamais craints, elle a toujours fait face, courageusement, grâce à son entraînement et à sa volonté farouche. Indépendante et volontaire, elle aimait à effectuer seule ses missions, et même en patrouille, elle se débrouillait pour ne pas avoir de coéquipier, préférant voler en solitaire. Elle ne devait ainsi ne se préoccuper que de sa propre survie. Depuis son crash dans le Désert, elle n'est plus seule. Elle comprend mieux pourquoi les Miliciens n'ont pas de famille. Faire équipe avec Promor est un vrai bonheur, le voir progresser, s'intégrer, prendre des initiatives, devenir un Milicien à part entière la comble au delà de ce qu'elle aurait pu imaginer. Elle est si fière de lui !

Mais dans cette maudite grotte, une terreur abyssale l'a submergée, annihilant ses capacités de réflexion, d'analyse. Voir son compagnon, prisonnier, en danger l'a paralysée. Son manque de réactivité et de vigilance les a condamnés tous les deux à une mort certaine. C'est elle l'instructeur, le soldat expérimenté, et elle a failli à son devoir ! Alors tant pis qu'elle se soit intoxiquée avec ce cocon écoeurant, ce n'est qu'un juste rappel à l'ordre, à la prudence. Elle devra se montrer plus vigilante durant cette mission, pas si anodine, en fin de compte. Elle espère que Vama leur épargnera une nouvelle épreuve de ce genre, même si elle sait que c'est un vœu pieux … Elle s'en veut énormément de ne pas avoir mesuré les vrais risques à entrer dans le ventre du Mont Centil …

- Promor, je suis désolée, commence-t-elle en rivant ses yeux d'or au regard d'ébène encore ombré d'un mélange d'anxiété et de soulagement, sa voix s'affermit et le ton devient plus solennel, c'est l'officier qui parle, plus l'amante …
- Nous n'aurions jamais dû entrer sans notre équipement. Et surtout, j'ai été négligente en pensant que ces bestioles inconnues ne seraient pas agressives, menaçantes. La beauté n'exclut pas la noirceur … Je fais un piètre instructeur … Une Milicienne de seconde zone ! Je ne suis décidément pas faite pour le terrain, rien ne vaut le ciel ! Que cette mésaventure nous serve de leçon, nous devrons nous montrer plus méfiants à l'avenir … Tu connais le Désert, je connais le ciel, il nous faut maintenant apprivoiser Matroos, c'est une épreuve que nous pouvons surmonter ensemble, mais sans oublier que le danger est omniprésent … termine-t-elle avec un pauvre sourire, consciente qu'ils ne sont pas au bout des embûches, ni des pièges de cette mission de reconnaissance.


Angélyne Montaigu, Hors la loi /Janalya Hermontrick, Maître armurier/ Ylaria Desnolancès, Cultivatrice

Kit par Thélou, merci !
avatar
Citoyen

On m'appelle Promor le Facétieux


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Vuulte
MON AGE : 25 ans
Masculin
MESSAGES : 711
AGE : 46
INSCRIT LE : 28/08/2011
PSEUDO HABITUEL : Yannick Saule, Raffaella Palder, Tibor Keiron, Janos Leawen
Joyaux : 0
Posté dans Re: Un Serpent d'Argent, le Fleuve de Vie : Les Origines (1)   - Mar 9 Avr 2013 - 9:18


Le Facétieux approuve d'un hochement de tête. Sans réserve, apparemment. Et soulagé par la résurrection de sa brunette, il répond à son sourire par un autre sourire. Calyth a raison, c'est incontestable. Il serait déraisonnable de retourner dans cette maudite caverne. Ces satanés insectes aux pouvoirs stupéfiants les ont neutralisés sans mal, comme s'ils n'étaient que deux avortons sans défense, puis ils ont bien failli leur grignoter la couenne, et c'est une leçon dont ils doivent tenir compte. Ils n'ont échappé que d'extrême justesse à l'appétit de ces prédateurs d'apparence si délicate. Le danger épouse parfois des formes bien inattendues. Alors oui, incontestablement, Calyth a raison. D'ailleurs, en y réfléchissant un peu plus, il y a peut-être plusieurs nuées de ces fichues bestioles, tapies dans les ténèbres ! Et vu la taille du cocon phosphorescent abritant toute cette dégoûtante marmaille, il y a peut-être une reine gigantesque capable de les saucissonner à nouveau, en deux coups de cuillère à pot ! Tout est envisageable ! Le danger est omniprésent, comme l'affirme si bien la milicienne ! Alors bien-sûr que Calyth a raison ! Il serait absurde de prendre des risques inutiles et de les affronter à nouveau !

Promor est sincère. Il ne simule pas. Non, il essaie vraiment de se convaincre de la sagesse des propos de sa compagne, il approuve tous ses dires comme s'il partageait son opinion, mais il est conscient déjà qu'il n'en fera qu'à sa tête. Le Korrulien qu'il a été autrefois résiste aux mois qui passent, et ce déferlement belliqueux, cette agression, réclament vengeance. Il a eu trop peur pour la vie de Calyth lorsqu'elle gisait, inanimée, dans ses bras. Il n'est pas près de le pardonner à ces fichus papillons. Mais c'est tout seul qu'il ira détruire cette monstrueuse progéniture. Pas par héroïsme, certainement pas, mais il sait que s'il révèle son projet à la belle milicienne, celle-ci s'y opposera, elle tachera de l'en dissuader, et elle y parviendra sans doute, disposant d'arguments péremptoires, alors que lui-même n'a que sa colère pour bannière.

Dès lors, le Facétieux dissimule de son mieux la rage sourde qui lui écrabouille les entrailles. C'est la première fois qu'il ment à sa compagne, qu'il magouille à son insu, mais c'est plus fort que lui. En outre, à présent qu'il connaît les forces et les faiblesses de l'adversaire, il s'accorde de bonnes chances d'arriver à ses fins. Une lampe de poche, un blaster, un aller-et-retour rapide pendant que la brunette dormira, et adieu, maléfique pouponnière ! Une des affirmations de Calyth l'a interpellé, et il décide de n'aborder que ce sujet, ce qui lui permettra d'éviter de reparler de la caverne.

- Tu n'as pas à être désolée, mon cœur ! Ce n'est pas toi qui a commis cette erreur d'appréciation, la faute nous en incombe à tous les deux ! Tu n'es ni un piètre instructeur, ni une milicienne de seconde zone ! Tu es la meilleure, aussi bien sur terre que dans le ciel ! La preuve c'est que sans ton idée de manger ces fichus liens, nous serions pour le moment en train d'être digérés par ces bestioles ! Oublions tout ça pour l'instant, mon trésor. Je vais rapidement dresser la tente, et tu pourras te reposer. Pendant ce temps, je nous cuisinerai un p'tit quelque chose. D'accord ? Et nous rentrerons au Speeder demain, bien entendu. Nous en avons terminé ici ! ... conclut-il en détournant les yeux, pas très fier de l'entourloupe qu'il prépare, et s'attelant aussitôt à la tâche pour ne pas céder à la tentation de tout révéler à sa compagne.

En moins de deux, il installe la tente au sec, et il dispose au mieux les couvertures et les coussins qu'ils ont emportés. Discrètement, s'assurant que sa pilote ne l'observe pas, il plonge au fond de sa poche-revolver la lampe-torche et le blaster qu'il utilisera pour pulvériser tous les insectes qu'il rencontrera dans la grotte, ainsi que le cocon géant, sa cible principale. Voilà. Puis il s'assied en tailleur au centre de cette couchette improvisée, furète un brin dans leurs baluchons, en sort un briquet et quelques boites hermétiques contenant la nourriture, puis il tend les bras vers Calyth, assise sur un rocher. - Viens mon ange, ta place est prête ! Viens te reposer dans mes bras ... * et t'y endormir * ... songe t-il, toujours aussi embarrassé par son projet inavouable qu'il mettra à exécution dès que sa compagne s'assoupira.



Sign par Thélou, merci !
avatar

On m'appelle Calyth Montivelle


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Vuulte
MON AGE : 25 ans
Féminin
MESSAGES : 809
AGE : 45
INSCRIT LE : 29/08/2011
PSEUDO HABITUEL : /
Joyaux : 0
http://www.ile-joyaux.com/t555-calyth-montivelle#13156 http://www.ile-joyaux.com/t212-calyth-montivelle-pilote
Posté dans Re: Un Serpent d'Argent, le Fleuve de Vie : Les Origines (1)   - Sam 11 Mai 2013 - 6:26

Alors que le soleil descend à l'horizon, illuminant la cime des arbres, Calyth, est toujours assise sur le rocher plat sur lequel l'a posée son compagnon. Immobile et songeuse, elle contemple Promor qui installe prestement leur tente. Elle est incapable de l'aider, elle se sent comme vidée de toute son énergie. Si son cerveau regagne en vivacité, ses membres, son corps sont engourdis, les toxines des liens courent encore dans ses veines, distillant une léthargie qui ne lui est pas coutumière. Cette apathie l'irrite profondément, elle qui est toujours sur la brèche … Mais elle doit se montrer patiente, elle a régurgité une grande partie du poison, le reste se dissipera vite.

La scène qui se déroule sous ses yeux est plus que réconfortante, elle ne se lasse pas d'admirer son compagnon à l'ouvrage, ses muscles roulent sous sa peau hâlée, son corps façonné par l'inflexibilité du Désert est splendide et ferait la joie d'un sculpteur. Elle sent confusément que leur mésaventure dans la grotte l'a affecté plus qu'il ne le laisse voir, c'est écrit dans ses yeux d'encre, elle le lit dans ses gestes empreints d'une certaine véhémence. Même si elle s'en veut terriblement de les avoir exposés au danger, il a raison, elle doit mettre de côté ses doutes et ses ressentiments. Oublier ces maudites bestioles pour l'instant, et profiter de cette étape forcée pour reprendre des forces, voilà la meilleure solution :

- Tu as raison, mon ange, oublions cette grotte et ces bestioles pour ce soir ... Demain, nous réfléchirons à ce que nous allons envoyer au Stratège Ac'trian. Elle sera sûrement intéressée de savoir que nous avons trouvé la source du Fleuve de Vie. Nous y joindrons tes photos, et une description sommaire des papillons … Nul doute que les scientifiques de la Milice seront intrigués par les pouvoirs de ces bestioles … Mais n'en parlons plus, tu as raison, répète-t-elle, avant de faire un premier essai pour se lever. Impossible ! Ses jambes, refusent de la porter !

Pas question de se traîner jusqu'à leur tente, elle va y arriver ! La seconde tentative est la bonne, et malgré ses jambes flageolantes et l'horizon qui tangue autour d'elle, titubant comme si elle avait abusé du Borgo, elle parvient à faire les quelques pas, qui la mènent sur la couchette impromptue que son compagnon a dressée. La Milicienne s'y laisse tomber avec soulagement, comme le bateau qui rentre enfin au port après la tempête. Elle se hisse dans le creux des jambes de Promor, et s'adosse à son torse, un soupir de bien-être s'échappe de ses lèvres. Elle s'enveloppe de ses bras puissants comme pour se protéger de ces images, de ces réminiscences qui l'assaillent encore.
Calyth tourne son visage épuisé vers Promor, fixe tendrement les yeux d'onyx, un doux sourire éclaire ses lèvres, son regard doré :

- On dit que le destin, c'est ce qui nous arrive au moment où on s'y attend le moins … Auprès de toi, la vie est loin d'être monotone, trésor … Et je l'aime notre vie audacieuse, aventureuse … La Milicienne caresse du bout de ses doigts la joue brune, puis glisse sa main sous la chevelure sombre aux reflets cuivrés attirant vers elle ce visage qu'elle connaît par cœur. Longuement, elle savoure ses lèvres, avant de l'embrasser, lentement, presque paresseusement, puisant forces et tendresse dans ce baiser nonchalant. Lorsqu'elle s'écarte enfin, elle garde les yeux fermés, reste blottie contre son compagnon :

- Je t'aime Promor ... Je crois que je vais dormir un peu, garde moi dans tes bras … murmure-t-elle, d'une voix lasse, avant de s'abandonner à la torpeur qui l'envahit, au sommeil réparateur qui gagne, et l'emporte sur les rives bienfaisantes de l'inconscience ...


Angélyne Montaigu, Hors la loi /Janalya Hermontrick, Maître armurier/ Ylaria Desnolancès, Cultivatrice

Kit par Thélou, merci !
avatar
Citoyen

On m'appelle Promor le Facétieux


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Vuulte
MON AGE : 25 ans
Masculin
MESSAGES : 711
AGE : 46
INSCRIT LE : 28/08/2011
PSEUDO HABITUEL : Yannick Saule, Raffaella Palder, Tibor Keiron, Janos Leawen
Joyaux : 0
Posté dans Re: Un Serpent d'Argent, le Fleuve de Vie : Les Origines (1)   - Lun 13 Mai 2013 - 5:56


Les ezealles, dit-on, ont sept vies. Promor, quant à lui, en est à l'aube de sa quatrième. Alors que sa brune s'est lovée entre ses bras pour s'y endormir, et qu'il promène machinalement ses lèvres dans ses cheveux défaits, le Facétieux se remémore son parcours. Vuulte, une enfance pitoyable dans un quartier pisseux, ses sœurs aux doux visages diaphanes, une mère volage et distante, ses multiples pères nourriciers, et le dernier d'entre eux, le pire, le plus violent, celui qui hurlait, celui qui cognait, celui que l'enfant Promor a supprimé, une nuit, de trente-six coups de couteau dans le bide. Ensuite, l'exode, la longue fuite, sa seconde existence, celle qui l'a mené jusqu'au plus profond des entrailles de Korrul, tel un paria, un pestiféré, celle aussi qui lui a forgé cette carapace de mépris, d'insensibilité. Et ensuite sa vie aux portes du désert, ses errances d'une ville à l'autre, d'une dune à l'autre, et enfin, sa rencontre avec Calyth, une rencontre d'abord explosive, brutale, entre représentants de deux mondes totalement opposés, une rivalité furieuse entre milicienne et barbare, qui s'est promptement métamorphosée en une immense complicité, une tendresse infinie.

C'est donc à présent la quatrième vie du Facétieux, loin de l'enfer de Korrul. Une espèce de retour à la case départ, mais cette fois il n'est plus cet animal solitaire craint et agressif, cette fois il aime et il est aimé, et il ne veut pas perdre cette existence délicieuse. Voilà où l'emmènent ses pensées alors que Calyth s'est abandonnée à un sommeil paisible que rien ne semble troubler. Oui, voilà où l'emmènent ses pensées : a t-il le droit d'être déraisonnable, de prendre des risques inutiles en pénétrant à nouveau dans cette grotte pour y exterminer cette infection si jolie mais si sournoise ? A t-il le droit de céder encore aujourd'hui aux bas instincts qui régissaient ses vies précédentes, à ces bas instincts que les semaines et les mois peinent à émousser ? Promor ne sait pas, Promor ne sait plus. Son indécision est totale. Son corps tout entier crie vengeance, Promor l'ostracisé lui murmure à l'oreille : « Vas-y, va nettoyer cette vermine qui voulait vous becqueter, avec ton laser tu n'en as que pour deux minutes ! » et Promor le transfiguré, l'actuel, l'amant, lui dicte exactement l'attitude inverse : « N'y va pas, reste là, nul ne peut savoir ce que ces maudites bestioles ont en réserve ! Nul ne connaît leur pouvoir réel ! Et surtout tu n'as pas le droit d'y aller comme ça, en douce ... »

Suprême dilemme. Valse hésitation. Le doux visage de Calyth est face au sien. Elle est si belle. Elle est tout ce qu'il a. Il n'en méritait pas tant. Elle est son avenir, et ces abominables insectes ont voulu la lui prendre. Pardon. Pardon mon amour. C'est trop dur de résister à cette pulsion. C'est trop dur d'être un autre. Il faudra longtemps pour que ton Facétieux respecte les règles du jeu de la vie. Le passé est toujours là, vivace, souverain. Pardon. Moi aussi je t'aime. Si tu savais à quel point ... murmure t-il à sa tendre endormie, en effleurant son front lisse, du bout des lèvres, pour y déposer un baiser léger, en la mangeant de ses yeux noirs comme les ténèbres, en s'imprégnant de ses traits exquis et apaisés, en les gravant en lui, mais il est résigné, et déjà, déjà, il n'est plus là. Advienne que pourra. La loi du Talion sera la sienne. On ne touche pas impunément à tout ce qu'il a, à tout ce qu'il aime.

Blaster et lampe de poche ! Il n'a besoin de rien d'autre ! Tout en allongeant délicatement Calyth au centre de la couverture, et en lui posant la nuque sur un pull-over replié en hâte, le Facétieux prémédite son plan de bataille. Une idée lui vient de façon bien opportune. Et s'il s'obturait au mieux les tympans afin de ne pas entendre le bourdonnement furieux des insectes de la grotte ? Il diminuerait ainsi fortement le risque d'être à nouveau à la merci de leur satanée mélopée ! Aussitôt dit, aussitôt fait ! Il s'enfonce dans les oreilles deux bouts de ouate récupérés dans la trousse à pharmacie, et voilà, il est prêt à se venger des bestioles. Silencieusement, il quitte la tente, évitant de contempler une dernière fois sa compagne endormie et de perdre ainsi toute volonté d'aller annihiler ces maudits papillons.

Il enjambe précautionneusement les rochers obstruant l'entrée de la caverne, et aussitôt, l'obscurité referme sur lui sa pelisse. Clic. Il active la puissante lampe de poche et se dirige vers le fond de la crevasse. Cette fois, il y voit comme en plein jour. L'opération « grand nettoyage » ne devrait pas s'éterniser. En quelques pas rapides, il parvient face au cocon, où grouillent larves et chenilles microscopiques et fluorescentes.

- Saleté de bestioles, j'vais vous cramer en moins de deux ! ... lance t-il d'un ton déterminé, actionnant aussitôt son laser, dont le rayon entaille et lacère la cloison membraneuse abritant toute la marmaille. Une infecte odeur de roussi s'en échappe, à mesure que la pellicule translucide et son contenu s'enflamment allègrement. Un nuage bleuté apparaît soudain alors que le carnage se termine. Une nuée de papillons adultes s'approche en louvoyant entre les rochers. Ah ah, voilà les renforts ! Venez, venez, y'en aura pour tout le monde ! ... s'exclame le futur milicien en braquant sur eux le blaster et la lampe-torche. Le rayon mortel de l'arme zigzague vivement au sein du nuage luminescent et y fait aussitôt de sérieux ravages, les bestioles enflammées terminant leur course ondoyante dans la fange épaisse. Bientôt, l'essaim entier semble avoir rendu l'âme, et le combat prend fin, faute de combattants. S'agenouillant parmi les résidus calcinés, le Facétieux en ramasse vivement quelques débris, afin de conserver quelques preuves de leur aventure, en plus des clichés pris précédemment.

Le calme est revenu dans la grotte, et Promor se redresse, satisfait, apaisé. Ainsi qu'il le supposait, l'entreprise n'aura duré que quelques minutes, et il va pouvoir rejoindre Calyth, qui ne se sera aperçue de rien. Le jeune homme range son blaster dans sa poche-revolver, et s'éloigne du cimetière des papillons. Tout-à-coup, une ombre gigantesque vient obscurcir la lumière diffusée par la torche, et s'abat sur lui en braillant comme un animal qu'on égorge, l'agressant de plusieurs coups d'ailes, pareils à de colossales paires de gifles. Le Facétieux a juste le temps d'entrevoir un insecte immense, sans doute la reine, mais il ne peut éviter la chute, se cogne le front contre une stalactite, et s'écroule, inanimé.



Sign par Thélou, merci !
avatar

On m'appelle Calyth Montivelle


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Vuulte
MON AGE : 25 ans
Féminin
MESSAGES : 809
AGE : 45
INSCRIT LE : 29/08/2011
PSEUDO HABITUEL : /
Joyaux : 0
http://www.ile-joyaux.com/t555-calyth-montivelle#13156 http://www.ile-joyaux.com/t212-calyth-montivelle-pilote
Posté dans Re: Un Serpent d'Argent, le Fleuve de Vie : Les Origines (1)   - Ven 24 Mai 2013 - 9:47

Quel drôle de phénomène que le sommeil ! Qu'il soit profond ou léger, agité ou réparateur, il laisse le corps au repos, alors que l'esprit continue de fonctionner en sourdine, tissant l'écheveau de nos rêves. Calyth s'est assoupie aux sons paisibles de la nature qui les environne. Soudain un cri étrange résonne, discordant, rompant l'équilibre serein du Mont Centil. Le sommeil de la Milicienne en est aussitôt perturbé, et elle s'éveille alors que la plainte grinçante se fait de nouveau entendre. Sur le qui-vive, elle sort de la tente et cherche Promor qui ne répond pas à ses appels. Encore un peu étourdie, elle inspecte du regard leur campement, tentant de comprendre : son sac est ouvert, la trousse de pharmacie est restée sur un rocher, de la ouate en dépasse …

Encore ce cri qui déchire ses oreilles ! Non ! C'est dans la grotte ! Réalisant que son compagnon y est retourné, la Milicienne attrape son arme, une torche et se dirige vivement vers la faille, d'où la plainte s 'élève encore une fois, vrillant ses tympans. Le coton ! Bien sûr ! Vite, elle revient sur ses pas et enfonce deux petites boules blanches dans ses oreilles, atténuant ainsi le bruit désagréable, juste assez pour lui permettre de le localiser. Lorsqu'elle s'infiltre dans la crevasse, un frisson déplaisant s'attarde sur sa peau, comme un avertissement, une alarme. Secouant la tête, elle pénètre dans la grotte. Une odeur de roussi la prend à la gorge, preuve du carnage d'un blaster. Dans le halo blanc de la torche de Promor, elle découvre sur les parois et le sol les restes calcinés de leurs agresseurs. Mais pourquoi celle-ci repose-t-elle sur le sol ? Et lui, où est-il ? Elle ne distingue pas sa silhouette pourtant imposante …

Tout à coup la lumière disparaît derrière un rideau bleuté, et un nouveau cri s'élève. Calyth réalise avec effroi, que c'est un immense papillon qui vole autour de la lampe, tournoyant lentement, comme un rapace au-dessus de sa proie. Et si les petits insectes phosphorescents étaient dangereux malgré leur petite taille et leur beauté, elle n'ose imaginer la menace que représente celui-ci !
Faisant appel à sa maigre connaissance des insectes, la brune suppose que c'est la reine qui se dresse là, probablement, furieuse de l'hécatombe nauséabonde causée par son amant. Silencieuse et prudente, la Milicienne renonce à l'appeler et profite de la clarté pour s'approcher, se glissant contre la paroi, puis de stalactites en stalagmites. Son arme à la main, elle découvre effarée, son Promor, inanimé, de nouveau emmailloté de fils blanchâtres …

* Bon sang, par Vama ! Pourquoi est-il revenu seul ? Et pourquoi un tel carnage ? * songe-t-elle, en visant l'imposant papillon, presqu'aussi grand qu'elle.
* Est-ce-que les rayons du blaster seront assez puissants pour tuer ce monstre ? Et où est-il le plus vulnérable ? *

Elle décide de viser le haut de l'espèce de cylindre qui lui sert de corps, et tire une première salve. Une odeur de chair brûlée envahit ses narines, une nouvelle plainte résonne dans la grotte. Mais au lieu de s'écrouler, le papillon se tourne vers elle, puis parcourt les quelques mètres qui les séparent, dans un bruissement d'ailes hostile. Calyth recule en tirant, sans relâche. Elle est leur seule chance, elle va bien finir par crever cette fichue bestiole ! Bientôt la paroi froide et humide heurte son dos, elle est acculée ! Et la reine avance toujours, redoutable. Elle se moque des rayons qui consument pourtant sa peau, on dirait même qu'elle est galvanisée par la douleur ! Elle braille, mais c'est sans effet sur la Milicienne, dont les oreilles sont bouchées …
En dernier ressort, elle dégaine son poignard à la lame tranchante comme un rasoir, évite de justesse la gifle puissante d'une des ailes du papillon qu'elle lacère de son couteau et se faufile derrière lui pour tirer encore et encore …

Enfin la reine semble s'affaiblir, Calyth n'entend plus du tout ses cris, son corps s'affaisse lentement et se recroqueville sur le sol, comme les pétales d'une délicate fanée, perdant ses couleurs vives. Ça y est elle s'est immobilisée ! La Milicienne se détourne d'elle et se précipite vers son compagnon. Vama soit loué, il respire ! Mais il est toujours inconscient, vite elle déchire le linceul lactescent, à l'aide de son couteau. Elle jette des regards inquiets vers le papillon qui semble mort, mais redoute d'en voir un autre surgir des profondeurs obscures de la caverne.

- Allez Promor, réveille-toi ! Je t'en prie, fais un effort … Elle le secoue, tapote ses joues, mais rien à faire … En désespoir de cause, elle le gifle une première fois, puis deux ...


Angélyne Montaigu, Hors la loi /Janalya Hermontrick, Maître armurier/ Ylaria Desnolancès, Cultivatrice

Kit par Thélou, merci !
avatar
Citoyen

On m'appelle Promor le Facétieux


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Vuulte
MON AGE : 25 ans
Masculin
MESSAGES : 711
AGE : 46
INSCRIT LE : 28/08/2011
PSEUDO HABITUEL : Yannick Saule, Raffaella Palder, Tibor Keiron, Janos Leawen
Joyaux : 0
Posté dans Re: Un Serpent d'Argent, le Fleuve de Vie : Les Origines (1)   - Dim 26 Mai 2013 - 13:01


Un choc, un choc terrible, et le sol humide accueille durement le Facétieux, tandis qu'un voile sombre s'affaisse lentement devant ses yeux, engourdissant sa mémoire, engloutissant son esprit, dérobant les contours du funeste décor qui l'entoure, le noyant de ténèbres opaques et impénétrables. C'est le trou noir, la plongée vers le néant, même si Promor bataille fermement pour ne pas sombrer. Et il assiste alors, en spectateur muet, amorphe, au bord de l'évanouissement, à ce spectacle incroyable d'un papillon géant se posant sur lui et régurgitant par le bec une substance visqueuse et molle, qui devient filament poisseux et qui l'emprisonne peu à peu en se solidifiant étrangement, sans doute au contact de l'air.

Ensuite, plus rien ne bouge. L'énorme insecte s'est éloigné dans un vrombissement de ses ailes fluorescentes, après un nouveau hurlement de rage, et la nuit éternelle du fond de la grotte, désormais silencieuse et glauque, paraît s'épaissir encore. L'immobilité de Promor est tiède et douillette, elle n'est pas douloureuse en dépit du sang qu'il sent couler sur son front, mais l'anéantissement le gagne, progressivement, implacablement, comme une mer qui monte à l'assaut du rivage pour en grignoter quelques lambeaux. Le combat a été bref, mais particulièrement rude. L'apprenti-milicien a le temps de regretter les erreurs commises, de déplorer son imprudence et ses initiatives maladroites, et ses pensées, les ultimes, s'envolent vers Calyth, avant que l'inconscience ne l'enveloppe totalement ...

Sa résurrection commence par quelques claques sur les joues, puis par une paire de gifles plutôt bien appuyées. En dépit de l'obscurité il reconnaît sa compagne, occupée à trancher vivement les derniers liens qui l'immobilisent. Liberté, liberté chérie. Combien de temps s'est-il passé depuis son étourdissement ? Aucune importance ! Vite, ils se redressent, et, dans la précipitation, ils heurtent la torche posée par terre, qui décrit un demi-cercle entre les cailloux et illumine le cadavre du gigantesque papillon. Calyth s'y est prise beaucoup mieux que lui, elle ne s'est pas laissée surprendre par cette fichue bestiole, et il ne peut que lui tirer son chapeau et lui en être reconnaissant.

A présent, courir, courir vers la sortie ! Les explications attendront ! Ils contournent la dépouille calcinée, et galopent vers la lueur du jour qu'ils distinguent entre les concrétions rocheuses qui cherchent à leur barrer la route. Main dans la main, ils franchissent les derniers mètres et se ruent dans la lumière, comme deux insectes attirés par la flamme vacillante d'une lanterne. Les dernières lueurs du soleil du Mont Centil les accueillent, et même s'il se sent un peu groggy, le Facétieux s'en tire finalement sans trop de mal, grâce à sa compagne, ce qu'il admet volontiers. Je te dois une fière chandelle, Calyth, ma chérie. Je me rends compte à présent à quel point je me suis montré imprudent, mais ma colère a été la plus forte.

Sans chercher à se justifier, il poursuit, expliquant son comportement d'une voix ferme. Ces bestioles devaient mourir puisqu'elles avaient cherché à nous nuire, puisqu'elles voulaient ta mort et la mienne ! J'ai toujours vécu ainsi, en rendant coup pour coup, et j'ignore si je pourrai changer radicalement un jour ou l'autre, même si je m'y efforce depuis que nous vivons ensemble ! Je le crains, le chemin sera encore long avant que je devienne un homme conforme aux règles de ton monde, et un milicien modèle et discipliné. Rappelle-toi, j'avais tout d'un barbare sanguinaire quand nous nous sommes rencontrés, alors il me faudra du temps, il te faudra de la patience, il nous faudra beaucoup d'amour et de compréhension ... ajoute t-il d'un ton plus posé, presque tendre.

- Bref, j'en suis conscient, je n'aurais pas dû foncer tête baissée sans t'avertir, mais je pensais que ce serait une simple formalité, et que tu ne t'apercevrais même pas de mon absence. J'étais à mille lieues d'imaginer qu'une bestiole monstrueuse hantait cette caverne et qu'elle serait à deux doigts d'avoir ma peau ... Mais à présent cet épisode est terminé, et nous avons exterminé cette vermine. Nous devrions écrire le premier chapitre de notre rapport, avant d'oublier certains détails, et ensuite nous pourrions rejoindre le Speeder. On s'y met maintenant ? Qu'en penses-tu ? ... s'enquiert-il en dévisageant sa compagne de ses yeux sombres, la soupçonnant d'attendre la fin de ses propos pour y réagir enfin.

Ce qui suit, Calyth et Promor l'ignoreront toujours ... Dans la boue de la grotte, sous le cocon éventré et consumé par les tirs du Blaster, un frémissement singulier vient d'agiter quelques larves phosphorescentes qui semblent avoir échappé au massacre, et qui se mettent à serpenter laborieusement dans la même direction. La vie est un éternel recommencement, dit-on. Qu'adviendra t-il de ces chenilles minuscules ? Mystère ...




Sign par Thélou, merci !
avatar

On m'appelle Calyth Montivelle


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Vuulte
MON AGE : 25 ans
Féminin
MESSAGES : 809
AGE : 45
INSCRIT LE : 29/08/2011
PSEUDO HABITUEL : /
Joyaux : 0
http://www.ile-joyaux.com/t555-calyth-montivelle#13156 http://www.ile-joyaux.com/t212-calyth-montivelle-pilote
Posté dans Re: Un Serpent d'Argent, le Fleuve de Vie : Les Origines (1)   - Dim 9 Juin 2013 - 12:43

A l'intérieur de la caverne aux papillons, Calyth n'a pas eu le temps de réfléchir, ni d'avoir peur. Elle devait tuer l'infâme reine, pour sauver son imprudent compagnon. Mais une fois à l'air libre, la peur lui tombe dessus comme une avalanche, et avec elle surgit la colère. Bien sûr que la Milicienne sait, grâce à ses années d'entraînement et d'apprentissage, qu'agir ou parler alors qu'elle fulmine, c'est comme s'envoler dans une tempête de sable. Aussi laisse-t-elle Promor s'expliquer à leur sortie de la grotte, profitant de son compte rendu pour tenter de dompter ce sentiment dévastateur.

Même si elle comprend sa réaction, elle lui en veut surtout de lui avoir cacher sa décision. C'est cette imprudence qui a failli lui coûter la vie, pas son désir de vengeance. Et c'est de cette erreur dont il doit tirer un enseignement. La femme amoureuse a envie de lui voler dans les plumes, mais l'officier de la Milice doit poursuivre l'instruction du futur éclaireur. Contrairement à ce qu'il pense ses qualités de combattant sont exceptionnelles et dépassent de beaucoup celles des jeunes recrues. Elle le laisse terminer sans l'interrompre, reprenant son souffle. Ses yeux d'or scrutent les iris de Promor, lacs d'ombre aux éclats sincères et tendres. Les minutes s'égrènent lentement, puis la voix posée de la pilote déchire le silence qui menaçait de devenir pesant.

- Loin de moi l'idée de te reprocher tes qualités au combat, Promor, tu es bien meilleur que les jeunes recrues que je dois former d'habitude. Et non je ne veux pas que tu deviennes un Milicien discipliné, tu es toi, avec ta promptitude à te décider, ton courage insensé et ton endurance. Jamais je ne te reprocherai d'avoir envie de te battre ou même de te venger …
Nous formons un couple, mais aussi une équipe, je dois t'avouer que moi aussi à mes débuts j'ai eu du mal à accepter la présence d'un équipier dans mon Speeder, mais ça a aussi ses avantages, il faut juste que tu apprennes à les découvrir. Si tu avais pris la peine d'en discuter avec moi, je t'aurais dissuadé d'y aller ce soir. Je n'étais pas en état de t'accompagner. Mais je pense que demain après une bonne nuit de repos, et avant de redescendre, je t'aurais sans doute proposé d'y retourner …

Le ciel se drape des couleurs chaudes du couchant et habille le Mont Centil d'orange et de pourpre. Calyth détourne son regard de Promor, la nuit ne tardera plus, et s'ils veulent commencer la rédaction de leur compte rendu, ils ne doivent pas traîner. Mais elle n'a pas encore terminé, et elle cherche ses mots pour ne pas heurter la susceptibilité à fleur de peau de son amant.

- Je suis ta compagne, Promor, et une Milicienne, poursuit elle avançant d'un pas, pour se retrouver tout près de lui. Plongeant de nouveau dans les prunelles d'onyx, elle croise les bras sur sa poitrine, pour ne pas être tentée de l'enlacer et de se blottir contre son torse, pour y chercher du réconfort.
- Je ne suis pas une petite chose fragile que tu dois protéger, mettre à l'écart de tes combats. Je ne pouvais pas te suivre tout à l'heure et tu en as profité pour t'éclipser ... J'aurais pu te perdre si je n'avais entendu les cris de la reine … Nous sommes aussi une équipe dans la vie, je dois pouvoir te faire confiance quand je ferme les yeux, être sûre que tu ne vas pas commettre une nouvelle imprudence … Viens t'asseoir que je soigne cette coupure, il ne manquerait plus qu'elle s'infecte.

Entraînant Promor, vers le rocher où elle s'était laissée choir plus tôt, elle l'oblige à y prendre place, appuyant ses mains sur les larges épaules, puis elle attrape la trousse de secours. Un coton imbibé d'antiseptique à la main, la brune commence son travail, délicatement, minutieusement. Le choc violent l'avait assommé, mais la blessure n'est pas très grave et vite nettoyée et pansée. Elle hésite un instant, la colère est encore là, mais l'amour la repousse, et Calyth dépose un baiser léger sur le pansement, le baiser qui soigne … Un long regard complice l'accompagne …

- Au travail, aspirant, nous avons un rapport à rédiger, et surtout un sacré spécimen à décrire, déclare-t-elle en s'asseyant à ses côtés ...


Angélyne Montaigu, Hors la loi /Janalya Hermontrick, Maître armurier/ Ylaria Desnolancès, Cultivatrice

Kit par Thélou, merci !
avatar
Citoyen

On m'appelle Promor le Facétieux


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Vuulte
MON AGE : 25 ans
Masculin
MESSAGES : 711
AGE : 46
INSCRIT LE : 28/08/2011
PSEUDO HABITUEL : Yannick Saule, Raffaella Palder, Tibor Keiron, Janos Leawen
Joyaux : 0
Posté dans Re: Un Serpent d'Argent, le Fleuve de Vie : Les Origines (1)   - Jeu 13 Juin 2013 - 2:02

Pouvoir se faire confiance ... Ne plus commettre de telles imprudences ... Former une véritable équipe ... Les mots martelés par Calyth sont rudes, mais ils sont exacts. Promor comprend ses reproches. Il les accepte puisqu'ils viennent d'elle. Mais lorsqu'on a galéré tant d'années pour subsister, comme l'a fait le Facétieux, la prudence est un luxe auquel on n'a pas accès. La prudence, c'est se priver de tout, car tout a un prix dont seule l'audace vient à bout. A Korrul tout se paie en larmes de sang. A Korrul les craintifs et les timorés ne vivent pas, non, ils survivent à peine. A Korrul le pardon n'existe pas. On rend coup pour coup. Tout ceci il l'a déjà expliqué à Calyth, à maintes reprises, durant les mois qui ont précédé cette mission. Il vient de le lui répéter à nouveau. Il ne peut se libérer de son passé comme un animal rejetant une carapace ou un tégument devenu superflu, au moment de la mue. Qu'ajouter encore ? Réclamer du temps ? Il vient de le faire aussi.

Alors il se tait, plutôt que se montrer inutilement redondant, et il se laisse mener vers un rocher pour s'y faire soigner, rapidement rassuré par le baiser que sa compagne pose délicatement sur son front après l'avoir bandé et par son sourire bienveillant. Ces deux gestes d'affection le rassurent et le confortent dans sa volonté de ne plus revenir à nouveau sur ce passé qui demeure bien plus vivace qu'il ne le souhaiterait. D'ailleurs, involontairement ou non, Calyth lui tend une perche qu'il s'empresse de saisir. Sans doute éprouve t-elle comme lui le désir de passer à autre chose.

Il pénètre quelques instants dans la tente, furète au fond de leurs sacs, puis revient avec un bloc-notes aux couleurs de la milice et de quoi écrire. La partie administrative de cette expédition n'est pas ce qui l'enchante le plus, mais c'est un mal nécessaire qui lui permettra de prendre du galon et d'occuper un rôle digne de lui et de son expérience du terrain. Il s'assied contre Calyth, réfléchit quelques secondes en la dévisageant, puis se met à griffonner sur la première page du calepin, qu'il a posé sur ses genoux.

Ce compte-rendu est une grande première pour le Facétieux. Personne ne lui a jamais réclamé une telle corvée dans son existence korrulienne, bien entendu, mais il passe ce fait sous silence, non pas pour éviter d'être considéré comme un ignorant par Calyth, mais uniquement pour ne pas ramener la conversation sur ses exploits d'antan ni réveiller l'incendie qui paraît dormir sous la cendre. Il observe sa compagne qui s'est postée non loin de l'accès à cette foutue caverne, choisissant un angle favorable pour prendre quelques clichés. Leur bref désaccord l'ennuie profondément. Il l'aime plus que tout mais il n'a pas été habitué à partager une telle complicité avec qui que ce soit. Peut-être avec ses sœurs, il y a longtemps, mais les rares souvenirs qu'il garde d'elles s'amenuisent de mois en mois. Depuis, il n'en a fait qu'à sa tête et il y aura sans doute d'autres couacs de ce genre avec sa brune, car le passé ne meurt jamais tout-à-fait.

Assez rêvé ! Promor se remet à la tâche, énonçant à voix haute chacune des phrases qu'il couche par écrit, afin d'obtenir l'assentiment de sa compagne.

Jour 1 : Vol sans histoire depuis le Spatioport de Vuulte jusqu'à celui de Middel-Heim, où nous faisons le plein d'ithylium.
Jour 2 : Survol du lac Vama, ensuite nous posons le Speeder au pied du mont Centil, dont nous entreprenons l'escalade pédestre en suivant les méandres du Fleuve.
Jour 3 : Après une nuit à la belle étoile, nous touchons au but. Le Fleuve semble prendre sa source à mi-hauteur du mont, dans une grotte.


Entendant s'approcher les pas de Calyth, il lève les yeux et lui sourit. Tu as entendu, ma chérie ? Je ne suis pas habitué au jargon de la milice de Matroos. Tu crois que ça fait assez officiel, mon blabla ?

La Milicienne prend quelques clichés de la grotte, et du minuscule ruisseau qui s'en échappe et deviendra Fleuve de Vie, seule source d'eau de Matroos. La clarté du couchant est juste suffisante, aussi elle n'insiste pas et retourne vers Promor, pour l'aider à la rédaction du compte rendu. Elle se doutait bien qu'il ne reviendrait pas sur ses mots, mais elle sait qu'il va y réfléchir, c'est qu'il n'est pas très expansif, son compagnon ! Mais elle n'est pas très démonstrative non plus, et il a vécu si longtemps seul contre tous … Elle est très fière de tous les progrès qu'il a accompli ces derniers mois. Des couacs, il y en aura encore, et les erreurs permettent d'apprendre, enfin, sauf si elles vous coûtent la vie …

- C'est parfait, reste simple, tu sais les détails dans ce genre de courrier sont inutiles, il faut aller à l'essentiel, ton interlocuteur a comme ça tout de suite les informations. Le Stratège Ac'trian en a sûrement des dizaines à lire … répond-elle en prenant place tout contre l'apprenti-Milicien. Elle relit rapidement ses notes, et poursuit :- Il faut aborder notre entrée dans la grotte à présent, décrire l'intérieur, le petit lac, les concrétions et l'essaim qui nous a hypnotisé et emprisonné, sans trop insister, nous ferons une description des papillons à part …Et nous joindrons toutes les photos.

Il n'est pas question pour Calyth d'écrire à la place de Promor, mais elle n'a pas l'habitude de refiler les tâches ingrates à ses équipiers non plus … Alors elle réfléchit un instant à la suite, et surtout comment présenter toute cette aventure. Peut être feraient-ils mieux de passer sous silence l'escapade vengeresse de son amant …

Jour 4 : Découverte de la source du Fleuve de Vie, à 900 mètres d'altitude, environ, sur la façade sud du Mont Centil. Petit ruisseau qui s'échappe d'une grotte (voir photo), que nous inspectons également. Le filet d'eau est issu d'un petit lac dans la caverne. Avons découvert d'étranges papillons luminescents ...

- On commence comme ça, non ? Qu'en penses-tu ? On poursuit avec :

Avons perdu connaissance mystérieusement, pour reprendre conscience quelques heures plus tard, emmaillotés dans un genre de cocon (voir les échantillons). Avons réussi à nous libérer in extremis, et à sortir de la grotte …

- Tous les détails sur les papillons, matière de leurs fils etc … seront dans la fiche suivante avec tes photos et les échantillons que tu as réussi à récupérer. Levant les yeux du bloc-notes, sur lequel sont écrites les premières lignes, Calyth cherche le regard d'onyx de Promor, elle en sonde les profondeurs énigmatiques, sans vraiment trouver de réponse, elle se lance : - Trésor, en ce qui concerne ton équipée solitaire … Je crois qu'on devrait éviter d'en parler … Pas la peine d'entacher ce beau rapport par cette erreur de jugement … Enfin si tu es d'accord ! On a qu'à dire qu'on a abattu la reine avant de repartir au Speeder … Alors ? Qu'en dis-tu?

- Ça me semble parfait ! ... répond-il sans préciser ce qui lui semble parfait. Qualifier sa seconde incursion dans la caverne d'« erreur de jugement » lui demeure au travers de la gorge, mais il n'en fera pas tout un plat. Inutile de repartir en croisade contre cette interprétation erronée. Il s'est expliqué, et Calyth paraît éprouver beaucoup de mal à comprendre ce qui l'a guidé à l'intérieur de la grotte, mais tant pis. Basta. Il se résigne. Oui, évitons d'en parler. ... concède t-il en hochant la tête, avant de poursuivre la rédaction du rapport.

Avons réussi à nous libérer in extremis, et à sortir de la grotte … après avoir eu l'opportunité de détruire un maximum de ces papillons, ainsi que leur reine et le cocon dans lequel ils se reproduisaient.

- Voilà. Il nous reste à établir la fiche relative à ces bestioles et à transmettre le tout au Stratège Ac'trian. Terminons cette besogne avant que la nuit ne tombe. Demain à l'aube nous redescendrons au Speeder et nous reprendrons notre exploration. On s'y met ma chérie ?

- D'accord, c'est parfait comme ça. Tu as un modèle de fiche pour les plantes et les animaux, je crois, dans les documents que nous avons emportés, attends, il doit être dans le sac. Je vais le chercher, pendant ce temps, je suppose qu'il va falloir leur donner un nom, on ne peut pas continuer à parler de ces « satanés papillons » ou de ces « maudites bestioles » … Alors, si tu as une idée … s'écrie-t-elle du fond de leur tente, en fourrageant dans leurs affaires. Je l'ai ! Voilà, c'est bien ça, le nom d'abord … Après ce sont surtout les caractéristiques à décrire … lit-elle en revenant vers Promor. De quoi va-t-on bien pouvoir s'inspirer ? Je ne suis pas spécialement créative … Le papillon des cavernes ? …

- Je t'ai connue plus imaginative, ma chérie, et si nous lui donnions un nom qui rappelle le nôtre ? Comme ces scientifiques qui découvrent des étoiles ou des plantes … Le calyth lumineux ? Le promor des failles ?

- Et pourquoi pas un mélange de nos deux noms ? Ce serait amusant, non ? Le Prolyth, ou le Calymor du Mont Centil ?

- Bonne idée ! Au diable la modestie !

- D'accord on garde le Calymor du Mont Centil, animal sauvage, qui vit dans les grottes. Regarde la suite … Je note au fur et à mesure.

Calymor du Mont Centil

Images de base : http://data.whicdn.com/images/8546889/Butterfly_fantasy_by_Taez_thumb.jpg http://mobi-wall.brothersoft.com/files/320240/b/12822236753603.jpg

Statut : Sauvage
Milieu naturel : Cavernes, grottes du Mont Centil

- Ils dévorent sûrement tous les animaux qui ont la fâcheuse idée de pénétrer dans la grotte,

Régime alimentaire : Carnivores : des animaux de toutes tailles qui ont la mauvaise idée de pénétrer dans leur habitat.

- Leur bourdonnement les ankylose ...

- La lumière hypnotise ...

Comportement face à l'homme : Malgré leur petite taille, ils n'hésitent pas à s'attaquer à l'homme. Le bourdonnement de leurs ailes les ankylose, et la lumière brillante qu'ils émettent les hypnotise, jusqu'à les endormir complètement.

- Lorsqu'ils ont endormi leur proie, ils les emprisonnent dans un cocon.

Attaque(s) : Lorsque leur proie est inanimée, ils régurgitent une substance toxique,au goût douceâtre. Elle durcit au contact de l'air et les paralyse ainsi en formant un cocon de liens très fins mais excessivement solides.
Défense(s) : L'essaim possède une reine d'une stature impressionnante. C'est elle qui protège le cocon (ou les cocons ? ) où grouillent larves et chenilles.

Taux de reproduction : Inconnu, mais de nombreux spécimens à la fois. Des oeufs probablement pondus par la reine, dans un cocon ovale de 2m de haut, et environ 1,50 m de diamètre. Dans cette poche nourricière et protectrice, ils éclosent en larves, puis se transforment en chenilles et enfin en papillons lorsqu'ils quittent la grande chrysalide ...
Taille et poids à l'âge adulte : La reine est de taille similaire à un humain, environ 1,80 m de hauteur pour une envergure proche de 2 m. Les Calymors de base sont minuscules en comparaison, de 4 à 5 cm. Mais ils se déplacent en un essaim bourdonnant aussi grand qu'un humain, cependant il ne faut se fier ni à leur beauté, ni à leur fragilité.

- Bien ! On avance, entre tes observations et les miennes, c'est assez complet. Les échantillons permettront peut être de la compléter plus tard … La reine était vraiment impressionnante et robuste, j'ai eu un mal fou à l'exterminer, je ne comprends d'ailleurs toujours pas pourquoi … Ses ailes étaient brûlées, et son corps portait des blessures mortelles … se remémore Calyth, en frissonnant. Je vais essayer d'être précise ...

Enveloppe corporelle : Le corps de la reine des Calymors semble divisé en trois parties. La tête est ornée d'une paire de longues et fines antennes, elle possède deux gros yeux à facettes irisées, et une espèce de trompe qui lui sert de bouche. C'est avec cette trompe qu'elle emprisonne ses proies dans un cocon. Sur la seconde partie s'attachent trois paires de pattes, et deux paires d'ailes. La troisième partie, la plus volumineuse est recouverte de quelques poils noirs. Les ailes sont couvertes d'écailles colorées, luminescentes qui se chevauchent comme les tuiles d'un toit. Elles sont bleues, roses, mauves, et leur disposition détermine les motifs des ailes. Les petits Calymors sont à l'image de leur reine, en format réduit (voir les échantillons qui accompagnent ce rapport).

Durée de vie : Inconnue ...
Densité : Population importante dans la grotte où le Fleuve de Vie prend sa source ...

¤ Autres informations : L'ingestion de la substance qui constitue les fils des cocons qui emprisonnent les proies des Calymors, provoque des nausées, des vomissements ainsi que des vertiges.

- Voilà, qu'en penses-tu, trésor ? Est-ce assez complet ? Cette maudite reine, je l'ai vu de bien trop près, j'ai eu le temps de la détailler ... conclut la Milicienne, en fermant son stylo. Elle pose sa tête sur l'épaule de son compagnon, alors que la fatigue la rattrape après cette journée riche en événements et en découvertes. Ils relisent attentivement les documents avant de les placer soigneusement au coeur de l'émeica, qui prend son envol et disparaît dans le ciel rougeoyant ...



Spoiler:
 



Sign par Thélou, merci !

On m'appelle Contenu sponsorisé

Posté dans Re: Un Serpent d'Argent, le Fleuve de Vie : Les Origines (1)   -

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum