AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
» Communication externe
par Loth de la Vision Mar 21 Juin 2016 - 15:06

» Réversa [ TOP ]
par Invité Ven 27 Mai 2016 - 8:21

» Le monde de Dùralas
par Invité Jeu 26 Mai 2016 - 7:00

» Anthalia
par Invité Dim 22 Mai 2016 - 15:17

» Marbrume, La Cité des Damnés
par Invité Lun 16 Mai 2016 - 15:07

» Questionnaire pour soutenir infinite RPG !
par Invité Sam 14 Mai 2016 - 17:33

» Escalus
par Invité Jeu 12 Mai 2016 - 9:02

» Mass Effect : Reborn
par Invité Mar 10 Mai 2016 - 15:00

» Forum en pause
par Asàf Lysereän Mar 10 Mai 2016 - 13:47


Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Les Aventures de Thor : Les Skrolls.   - Lun 31 Déc 2012 - 10:49

La nuit avançait à grand pas dans les Cimes et alors que le soleil se couchait à l'horizon, quelques petits flocons étaient sur le point de couvrir le sol déjà blanc du petit village où Tarja fabriquait ses belles bougies. Ces flocons si purs découlaient d'un ciel cendré, ils étaient si beaux et si léger qu'on aurait alors juré les entendre tomber du ciel pour se coucher sur le sol tel des petits cristaux s'entrechoquant. La jeune femme, adorait voir la neige tomber à sa fenêtre. C'était pour elle un moment magique, d'une beauté si fragile et si pure qu'elle ne se lassait jamais de les voir tomber. Se levant de son tabouret, elle lavait ses mains pour retirer le peu d'itilyum qu'elle avait encore sur le bout de ses doigts et rangeait les bougies qu'elle venait de terminer. Elle avait bien assez travaillée pour aujourd'hui et tout en frottant son ventre bien rond de déjà plus de trois mois, elle vint à sa fenêtre pour regarder les quelques flocons qui dansaient à l'extérieur. Vue la taille de ceux-ci, Tarja savait qu'ils ne tomberaient pas longtemps et qu'après ça, le ciel serait plus léger et la nuit d'une beauté idéale pour raconter aux enfants du village une bonne histoire. En ce moment, les aventures de Thor étaient les plus courantes chez la conteuse et pour cause, celles-ci étaient celles d'Almarik Thorleif. Plus de quatre mois qu'il était parti pour le Nord et devant la grosseur de son ventre, Tarja ne pouvait cesser d'y penser. Elle se demandait entre autre où elle en serait à son retour.

C'est avec un petit sourire sur ses lèvres qu'elle allait chercher une caisse dans laquelle elle glissait quelques bougies et bonbons sucrés pour sa séance d'histoire. Les humeurs d'une femme enceinte était variable à des degrés très étranges, mais contrairement à certaines, Tarja semblait bien vivre ce moment et même était assez fière d'elle, jurant qu'elle mettrait au monde un futur champion, un brave, un enfant bien né. Elle qui était toujours souriante et pétillante était maintenant plus que rayonnante et épanouie. Elle ne cachait pas sa grossesse et n'hésitait pas à mettre en valeur ce ventre rond, qui pointé en avant, fière d'être mère. Malgré les questions, Tarja ne divulgua à aucun instant qui était le père de l'enfant qu'elle portait. Elle voulait qu'il soit le premier au courant qu'elle disait. Certaines femmes trouvaient sa réponse bizarre, d'autres comprenaient tout à fait pourquoi elle voulait que le père soit le premier au courant. Enfilant son manteau, elle sortait donc pour quitter son nid douiller avec sa caisse à malice dans les rues du village. Les enfants qui jouaient, la voyant sortir avec cette fameuse boite savaient d'avance qu'elle allait à la lisière de la forêt et que ce soir, elle raconterait une histoire pour eux. De ce fait, ils faisaient passer le mot de maison en maison pour prévenir que ce soir, Ficelle raconterait une histoire ! Ficelle... Tel était le surnom qu'on lui avait donné dans son enfance parce qu'elle était toute frêle et souple. Maintenant, les enfants l’appelait Ficelle parce que son don donnait l'impression qu'elle avait des files aux bouts des doigts pour faire bouger ses marionnettes flamboyantes. D'autres la nommaient ainsi, car il avait un frère, une sœur, des parents qui appelait la conteuse ainsi tout simplement.

A la lisière de la forêt, Tarja posait donc sa caisse sur la souche d'un arbre qu'on avait coupé depuis bien longtemps déjà. Cette souche était le siège de la conteuse, le perchoir de celle-ci, son podium pour manipuler ses créatures devant le nez des enfants. Comme toujours, il fallait installer en un grand cercle des bougies. La moitié de celui-ci servirait d'emplacement pour le jeune public, l'autre de scène. Les patrons de la taverne voyant Tarja s'installer et sortir ses bougies vinrent aussitôt apporter des bancs pour les placer dans le cercle pour les petites fesses des petits monstres qui viendraient s'installer une fois qu'ils auraient l'autorisation de leurs parents. Ceux qui n'avaient plus de parents, venaient déjà tirer la longue et lourde robe d'un vert foncé de Tarja pour lui demander s'ils pouvaient l'aider à installer ses bougies. Bien évidemment qu'elle acceptait, dans son état, elle n'aurait pas pu être plus rapide que les petites mains agiles de ces enfants qui ne demandaient que de donnaient un petit coup de main en échange d'un récit et de quelques bonbons. Les bougies étaient toutes les mêmes, moyennes au diamètre assez gros pour être remarquable dans la nuit une fois allumées. Elles étaient nombreuses, car le cercle devait être assez grand pour pouvoir accueillir les plus jeunes qui pouvaient avoir peur à certain moment. Les plus courageux restaient à l'extérieur du cercle, mais généralement on ne voyait que les adultes et les jeunes adolescents hors du cercle. L'installation n'était pas encore totalement terminée, il manquait encore quelques chaises ou bancs et Tarja envoyait donc les volontaires frapper aux portes pour demander s'il était possible que quelques sièges soient prêtés pour le spectacle nocturne.
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: Les Aventures de Thor : Les Skrolls.   - Jeu 7 Mar 2013 - 15:31

Yuma ne quittait pas souvent la maison. Chilali et leur père rentraient rarement, la plupart du temps il était seul avec sa mère. Et lorsqu’elle s’absentait pour chasser, c’était à lui de s’occuper du foyer. Il entretenait la maison, allait couper du bois, et faisait en sorte qu’un plat chaud, un bon feu et un lit douillet attendent toujours sa mère lorsqu’elle rentrait d’une longue journée de chasse. Même sans cela, il trouvait toujours de quoi s’occuper. Il sculptait dans cette pièce de la maison qui ressemblait plus à un atelier qu’à sa chambre, ou rendait service aux voisins. Il y avait toujours des tas de choses à faire au campement, et Yuma était connu pour proposer facilement ses services. Normal qu’on vienne le chercher quand on ne le savait pas trop occupé.
Et comme il ne considérait pas la sculpture ou l’artisanat en général comme sa profession, il ne se sentait jamais vraiment occupé. À dire vrai, entretenir la maison en l’absence de sa mère était la seule chose qui lui procurait un intense sentiment de satisfaction. La sculpture n’était pour lui qu’un passe-temps, qui ne faisait que lui rappeler qu’il ignorait encore ce qu’il ferait de sa vie.

Si les voisins lui demandaient régulièrement des services, il arrivait aussi que sa mère lui propose de l’accompagner chasser. Cela arrivait le plus souvent lorsqu’elle prévoyait de s’éloigner plusieurs jours en-dehors des terres du Canyon, soit que la chasse s’avérait moins difficile à deux et qu’elle en profitait pour lui faire pratiquer, soit qu’elle ne voulait pas le laisser seul trop longtemps. Yuma ne savait jamais vraiment si sa mère s’inquiétait pour lui ou pas. À la maison comme à la traque, ils échangeaient peu de mots. Mais cela ne gênait pas l’adolescent, qui avait accepté cette fois-ci de la suivre en direction du sud-ouest, près des Cîmes Hérissées. Cela n’avait rien d’une partie de plaisir, mais le silence qui régnait là, à l’affût d’un chevrin égaré, était particulièrement plaisant. Yuma restait en alerte, bien sûr, mais il se calmait toujours à l’approche d’une proie. Observer un animal dans son environnement naturel avait quelque chose de fascinant et de reposant, même quand on savait qu’il finirait dans son assiette. De toute manière, les animaux sentaient la peur et on ne pouvait les approchant en dégageant autre chose qu’un calme à toute épreuve. C’est ce que Yuma apprenait aux côtés de sa mère.

Lorsqu’ils s’arrêtèrent ce soir-là, ils avaient marché longtemps en suivant la piste d’un troupeau d’Howoks sauvages. Au lieu de dormir dans le froid, la mère de Yuma proposa de continuer jusqu’au village le plus proche et de troquer une part de la chasse contre un lit chaud. Parfois, elle échangeait un nouvel arc ou des pièces de vêtements qu’ils ne pouvaient confectionner eux-même à partir des animaux qu’ils attrapaient. Yuma assistait souvent à ce genre d’échanges lorsqu’il accompagnait sa mère hors de leurs terres, ou lorsqu’elle rentrait chez eux ; si elle avait déjà des peaux en suffisance par exemple, elle troquait celles de ses dernières chasses contre d’autres biens, plus utiles dans l’immédiat. Mais la plupart du temps, elle réalisait ces transactions seule, laissant à son fils la liberté d’aller où il le voulait. C’est ainsi que Yuma se retrouva à errer en bordure de la forêt en début de soirée. Le village lui était familier, mais il n’était jamais allé de ce côté. Soudain, une ribambelle de gamins déboula de nulle part en parlant d’une certaine « Ficelle ».

« Ficelle la chandelière ? » demanda Yuma, hésitant.
« Ficelle la conteuse », répondit un des enfants. « Viens, tu vas voir ! »

Yuma avait déjà accompagné sa mère jusqu’ici. Elle avait une fois troqué ses peaux contre de jolies bougies, et la chandelière se faisait surnommer Ficelle, il s’en souvenait parfaitement. Il avait une bonne mémoire des noms, mais pas des visages, et puis si ça se trouvait ce n’était pas la même personne. Ça faisait longtemps, elle ne se souvenait sûrement pas de tous ses clients… mais si c’était bien elle, Yuma aurait aimé savoir comment elle se servait de son lien dans son métier de chandelière. Attiré par la curiosité, et par le côté enfantin et fascinant des contes pour enfants, il suivit le groupe de gamins qui marchait devant. Ils arrivèrent près d’une grosse souche entourée de bougies joliment déposées en cercle. Yuma resta à l’écart dans un premier temps, se sentant un peu étranger à tout cela. Il observa les allées et venues des enfants qui aidaient à poser les bougies, sous le regard bienveillant de la conteuse. Voyant que tout le monde s’activait, il chercha du regard ce qu’il pouvait faire. Il n’osait pas demander directement à celle que l’on surnommait Ficelle. Voyant qu’un groupe d’enfants s’éloignait pour ramener des chaises et des bancs, il les accompagna.

« Hum, où est-ce que je peux le mettre ? » demanda-t-il timidement en ramenant un banc, aidé par deux enfants beaucoup plus petits que lui, mais qui semblaient décidés à aider même s’ils portaient le tout à bout de bras.

Yuma se râcla la gorge, un peu gêné. Il n’avait pas remarqué que la conteuse était enceinte et il se trouvait stupide de n’avoir pas apporté son aide plus tôt. Les autres enfants revenaient petit à petit avec de quoi s’asseoir, et le cercle de la conteuse commençait à prendre forme. Yuma vit que les plus jeunes s’asseyaient tout devant, sauf quelques courageux qui se mettaient deux ou trois rangs derrière. Il s’assit vers le fond, près de deux garçons qui rigolaient nerveusement en se demandant si l’histoire allait faire peur.

Spoiler:
 
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: Les Aventures de Thor : Les Skrolls.   - Mar 30 Avr 2013 - 4:30

La nuit était presque entièrement tombée lorsque Kidjyïa sortit de la taverne de ce village qu'elle fréquentait pour la première fois. Venue livrer une importante commande de talismans pour une famille entière de factionnaires, elle avait du faire le voyage jusqu'ici. Certes, cette bourgade n'était pas si éloignée que ça de chez elle, mais il y avait tout de même une petite trotte et elle avait du partir à l'aube pour n'arriver qu'à la demi journée. La transaction s'était déroulée le plus normalement possible, mais le chef de la famille avait insisté pour l'inviter à manger avec le reste des membres. La jeune artiste avait accepté du bout des lèvres, mais cette politesse était inévitable si elle voulait que son art soit connu à travers toute l'île. Le repas s'était étalé sur une partie de la journée, entre joyeuses chansons, pintes d'hydromel et autres alcools. Kidjyïa avait réussi à s'éclipser peu avant la fin d'après-midi et était retournée dans la chambre qu'elle occupait temporairement, au dessus de la taverne. Le sommeil l'avait rapidement rattrapé et l'espace de quelques heures, elle était partie rejoindre sa mère dans un autre monde qui n'appartenait qu'à elle.

La lune brillait déjà dehors, haute dans le ciel. Se frottant les yeux, encore soumise à quelques brides de fatigue, Kidjyïa inspira profondément l'air glacial de l'extérieur et regarda autour d'elle. Le petit village était animé malgré l'heure qui avançait. Les cheminées des maisonnettes commençaient à fumer abondamment, à mesure que les repas se préparaient. Et de douces senteurs de viandes grillées et autres mets venaient chatouiller le nez de la jeune femme. Elle mangerait plus tard. Son estomac ne criait pas famine, mais son esprit lui, avait besoin d'évasion. Et la petite forêt qu'elle apercevait au dessus des toits de chaume semblait être l'endroit idéal pour s'échapper quelques instants. Elle ne reprenait la route pour rentrer que demain dans la journée, et un petit moment de détente ne lui ferait aucun mal.

Ses pas craquèrent dans la neige, à mesure qu'elle arpentait le village. Bientôt, les dernières maisons furent derrière elle et les arbres sombres s'élevaient à quelques mètres. Pourtant, le calme et la solitude qu'elle recherchait ne semblait pas être de mise aux abords sombres du couvert des arbres. Là-bas, non loin, des bougies disposées en arc de cercle éclairaient un petit endroit, une souche d'arbre plus précisément, où venait de s'asseoir une jeune femme. Des enfants s'agitaient tout autour, installant des bancs dans le cercle de lumière. Kidjyïa retint un frisson en voyant autant de monde si près d'un endroit qu'elle avait l'habitude de fréquenter pour s'abandonner à ses réflexions. Prudemment, elle dévia quelque peu sa trajectoire pour atteindre les bois sans passer par ce lieu trop fréquenté. Mais ce fut sans compter sans l'instinct avisé des enfants.

" Hé, toi aussi tu viens écouter le conte de Ficelle ? "

Lui demanda une fillette tout en lui tirant le pan de son manteau. Stupéfaite, l'artiste regarda la petite créature qui l'observait tout sourire. Gênée, elle fit signe que oui de la tête et se laissa tirer par la gamine jusqu'à ce qui ressemblait à une scène de lumière improvisée. Méfiante, elle resta sur le côté, et s'appuya contre un arbre , hors du cercle de lumière. Après tout, les paroles d'une conteuse pourraient tout aussi bien faire l'affaire pour s'évader dans un autre monde.
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: Les Aventures de Thor : Les Skrolls.   - Sam 4 Mai 2013 - 11:03

La jeune chandelière installait des bancs de bois avec une fillette lorsque le jeune Yuma. Tout en posant l’objet, elle réfléchissait en observant l’espace qui prenait forme autour d’eux. Tout en se relevant lentement son regard finit par se perdre devant cette foule grouillante qui venait du petit village pour l’écouter conter. Elle avait l’impression de voir pour la première fois certains visages, se souvenait d’autres qu’elle n’avait pas vus depuis longtemps. Depuis combien de temps n’avait elle pas conté d’histoire ? Longtemps, bien trop longtemps à son goût. Elle reprit ses esprits lorsqu’elle entendit l’un des petits garçons se plaindre de la lourdeur du banc qu’ils transportaient à eux trois, aussitôt elle secouait la tête et tout en se mettant à la hauteur de Yuma, une main sur son épaule, elle lui indiquait du doigt un petit espace où il pourrait avec ses compagnons poser leur siège. Après quoi, quelques mères qu’elle connaissait vinrent lui parler de son état. Son début de ventre était déjà bien rond pour un début. Cela pouvait présager plusieurs choses comme un bébé costaud, des jumeaux, ou bien encore la naissance d’une future petite fille puisqu’il était à parement rond. Enfin, les rumeurs sur le propos allaient bon train, elles égayaient de toutes évidences la vie au village en ces temps. Bien qu’on n’ait pas spécialement de nouvelles des étrangers, on les savait là, aux portes du monde Erfeydien. Une maladie étrange avait fait son apparition depuis l’arrivée de ces êtres venus d’ailleurs et on savait les factionnaires bien loin pour s’occuper de leur cas.

Malgré les rires bons enfants et les compliments, Tarja ne déliait pas sa langue et gardait l’identité du père bien secrète. La chandelière marquée une nouvelle étape dans sa vie et dans le déroulement de sa grossesse. Plus sereine, les malaises et les craintes s’estompaient, son corps affichant enfin de manière visible ce qu’elle ne comprenait pas lorsqu’elle avait ses premières nausées. Elle était à présent fière et n’avait absolument pas l’impression de se sentir vulnérable, bien au contraire. Elle avait cette étrange sensation au fond d’elle qui semblait lui donner bien plus d’assurance et de caractère. S’échappant des griffes des mères trop curieuses, elle remarquait les petites têtes qui avaient pris place dans les premiers rangs. Un sourire naissait alors sur ses lèvres lorsque ses yeux pétillants croisaient ceux des enfants farceurs et rieurs. Regagnant sa souche d’arbre, podium où elle grimpa pour faire tinter son tambourin afin de réclamer le plus grand des silences. Lentement les chuchotements se terminèrent pour laisser place à un rythme plus lent que provoquait les frappements de Tarja sur son tambourin et après un décompte de trois coups, seule la voix de la conteuse se faisait entendre à la lisière du bois.

- Peuple des Erfeydes. Petits et grands enfants. Vieillards ou bien encore bambins. Je vais maintenant conter non pas une histoire, mais une vérité vraie. Une aventure qu’a eue un jour un bon ami à moi. Un homme qui ne craint pas la mort, car il la connait bien et respecte comme il se doit les oracles.

Rattachant son tambourin à sa ceinture, elle s’asseyait en tailleur sur sa souche et se saisissait de sa flûte de paon. Après un petit air pour commencer son histoire, elle s’arrêtait soudainement pour observer le bois derrière elle et commencer son récit.

- Vous avez entendu ? Non ? Pourtant … Enfin. Passons. Ce soir je vais vous raconter l’une des fabuleuses aventures du légendaire Thor. Il n’y a pas si longtemps de ça, il est passait près de chez nous. C’est même dans ces bois qu’il aurait chassé pour la dernière fois que je l’ai vu.

S’arrêtant un instant, elle observait les enfants et d’un bon plus ou moins maladroit à cause de son état, elle se tenait de nouveau debout sur sa vieille souche pour imiter le physique et les mimiques d’Almarik.

- C’est un Erfeydien très grand ! aussi grand qu’un énorme urcan, non… peut être même qu’un wédo et il a une musculature avoisinant celle d’un howok. Rien qu’avec l’une de ses mains, il pourrait porter avec aise l’un des bancs qui sont ici, avec bien sûr ceux qu’ils sont dessus.

Tout en retournant s’assoir sur sa souche, elle posait une main sur son ventre et haussait les épaules.

- Allez savoir pourquoi cette nuit là, nuit des plus tranquilles d’ailleurs, un peu comme celle-ci, il avait décidé d’aller chasser. Non pas avec son arme fétiche comme à son habitude, mais avec un arc. Son arme était si légère dans sa main, qu’il n’avait même pas l’impression de l’avoir amené avec lui. Qui plus est, Thor n’est pas très bon viseur et l’obscurité de la nuit n’allait pas l’aider…

Tout en parlant à ses fidèles auditeurs, la conteuse avait fait tomber quelques goûtes d’ithylium dans la paume de ses mains avant de frotter celles-ci entre elles pour en avoir suffisamment sur sa peau pour la suite de l’histoire.

- Alors que le village dormait à point fermé, Thor parcourrait les bois comme le chasseur aguerrit qu’il est. Silencieux comme le plus grand des prédateurs, il s’enfonçait dans la forêt, l’œil vif avec pour seul éclairage la beauté des astres pour guider ses pas. Lorsque soudain…

Les bras grands ouverts, le corps légèrement penché pour se mettre à la hauteur des plus jeunes, elle fit un moment de silence avant de matérialiser dans un tourbillon de filaments enflammés un skroll de feu. Celui-ci n’était pas aussi grand qu’un skroll véritable, elle l’avait adapté à la taille des plus jeunes pour qu’ils puissent se mettre à la place de leur héros.

- Un skroll aux yeux brillants et aux dents luisantes de salive montrait le bout de son museau face au chasseur.

La conteuse se penchait encore un peu plus et adopter baissait le volume de sa voix pour donner l’impression à ses spectateurs qu’ils étaient avec elle pendant cette chasse. Pendant que l’une de ses mains tirait les filaments enflammés du skroll de feu, la seconde faisait apparaitre la silhouette du chasseur.

- Lentement et sans geste brusque, Thor se mit à se rapprocher lentement de la bête et banda son arc comme ça. Même le vent, à ce moment précis, n’avait osé souffler pour perturber l’affrontement de ses deux grands chausseurs. Les deux ne se quittaient pas des yeux et seul le corps de Thor pouvait se faire entendre à cet instant. Il faisait… DOOM.. DOOM DOOM.. DOOM.. DOOM DOOM… DOOM.. DOOM DOOM..

Ses yeux ne fixaient plus les enfants, mais plutôt ses flammes hypnotisantes, elle prenait soin de se concentrer sur son art pour continuer son histoire et garder l’attention des spectateurs. Petit à petit elle faisait alors apparaitre avec la silhouette du chasseur un arc bandé et au fil de son récit, les marionnettes laissaient place à la tête d’un skroll qui gronde qu’elle chassait d’un mouvement de bras pour matérialiser un arc et une flèche de feu. Pendant qu’elle imitait le bruit d’un cœur battant, elle visait un tronc d’arbre à l’extérieur de l’art de cercle de bougie, l’arc dans sa main se mit à tomber en plusieurs petites miettes d’étincelles et elle levait rapidement les mains et le niveau de sa voix pour faire sursauter les plus jeunes.

- Un craquement se fit soudainement entendre dans son dos ! Là ! à quelques mètres de lui se tenait un deuxième skroll dont le pelage était bien plus sombre et la taille bien plus grosse !

Aussitôt de ses doigts sortir des filaments enflammés pour créer à l’extérieur du cercle, près d’un arbre où s’adossait une jeune erfeydienne un skroll de feu encore plus gros et à l’air plus féroce. Bondissant comme une bête folle, elle vient se mêler a ceux qui était à l’extérieur de l’arc de cercle en montrant ses crocs et laissant entendre de forts crépitements pour rappeler les grondements de la bête.
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: Les Aventures de Thor : Les Skrolls.   - Jeu 23 Mai 2013 - 12:55

Adossée à un arbre à l'écart de la troupe qui commençait à se former, Kidjyïa laissa son regard couler sur les alentours. Petits et grands se côtoyaient ici, autour de cette scène improvisée, pour venir voir celle qu'ils semblaient si bien connaître pour ses histoires. Les cris joyeux et impatients des enfants se mêlèrent bientôt au tintement d'un tambourin qui les fit taire. Tous, sans exception, s'installèrent bien sagement et fixèrent leurs yeux ronds et pétillants sur la jeune femme qui venait de s'asseoir sur la souche de bois. La mélodie envoûtante de la flûte de Paon vint saisir les esprits et les prépara à voyager au fil des paroles de celle que l'on surnommait Ficelle.

Depuis le début, Kidjyïa n'avait pas lâché du regard les marionnettes étincelantes qui s'animaient sous ses yeux. Elle n'avait jamais vu cela, et elle regrettait presque de ne pas avoir pu garder son âme d'enfant pour rêver de ces belles histoires en rentrant. Elle admirait ce que cette jeune femme faisait de son don, et à sa grande surprise, elle s'était laissée envoûtée par ses paroles magiques. Thor le chasseur s'élevait, là, devant, et bandait son arc. Quand tout à coup, un skoll brillant apparut juste à côté d'elle. Frissonnant, l'artiste sur glace sursauta et fit un bond sur le côté. Avant de secouer la tête en soupirant face à sa bêtise. Ce n'était qu'une marionnette, et fort heureusement, personne n'avait vraiment remarqué son excès de peur.

L'histoire continua donc au fur et à mesure des mouvements que jouaient les doigts de la marionnettiste. Kidjyïa était de nouveau plongée dans la fameuse histoire de Thor le chasseur combattant courageusement face aux skolls sauvages et furieux. La conteuse enceinte savait manier les mots aussi bien que son don et aucun bruit ne venait perturber l'assemblée qui était concentrée et émerveillée. Kidjyïa, dans un léger soupir, finit par s'approcher du dernier banc de la scène improvisée et s'installa près d'une vieille dame dont les yeux pétillaient autant que ceux des enfants. Aussitôt, elle fut de nouveau envoûtée par la voix douce et chantante de la rouquine.

Finalement, un conte était tout aussi utile pour changer de monde en quelques secondes.
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: Les Aventures de Thor : Les Skrolls.   - Mer 5 Juin 2013 - 4:57

Tarja s’amusait à voir sur le visage des plus captifs l’expression d’horreur et d’excitation grandir dans leurs yeux. Elle aimait voir se sentiment qui prenait aux trippes naître chez les plus jeunes, car c’était là la première sensation de courage qui naissait en eux et pour la grande majorité, certains ne connaitrait plus jamais celui-ci avant d’arriver devant le labyrinthe. Les plus âgés souriaient doucement, mais cela ne les empêchaient pas d’apprécier le spectacle. De plus, Tarja était connu d’ici depuis ça plus tendre enfance, c’était comme venu voir une tante, une cousine, une petite fille. Ficelle la chandelière le jour, la conteuse la nuit.

De ses doigts agiles elle chatouillait l’air pour donner la vie à cette boule de feu qui courait encore dans les rangs avant de gagner le devant de la scène. Le timbre de sa voix devenait pressant, presque angoissant pour faire naître chez ses spectateurs cette notion de vitesse et d’urgence.

- Thor, plus rapide que l’éclair lui-même, se retournait pour faire face à cette bête de l’ombre. Lorsque son regard d’acier croisait alors celui de la bête sanguinaire, celle-ci était déjà dans les airs, lui bondissant dessus avec toute la force, la rage et la puissance qu’elle pouvait avoir. Ils roulèrent ensemble sur plusieurs mètres ! Thor, est encore sous le coup de cette attaque surprise lorsque le second skroll s’ajoute au combat. Avec ses grosses pattes, le second lui appuie sur les épaules pour l’empêcher de se dégager de cette situation qui est plus qu’inconfortable ! Thor, coincé entre ses deux bêtes sans alors le poids de la mort se poser sur lui pour l’étouffer et l’emmener au loin. Les mâchoires des carnassiers claquent et dévoilent des crocs longs et tranchants de la même blancheur et vitesse que ces arcs lumineux qui lézardent le ciel les nuits de tempête. Comme eux, le bruit semblent venir quelques secondes après, décalé de la réalité, moins rapide que ces piques qui ne demandent qu’à trancher et arracher la chaire.

Dansant sur la petite scène improvisée à même le sol, les flammes représentant les silhouettes des protagonistes. Les crépitements des flammes se faisant entendre, les jeunes enfants du premier rang se sont doucement reculés et inconsciemment ils commencent à se serrer les uns les autres. Tous les yeux étaient alors fixaient sur ses flammes rougeoyantes et hypnotisantes, Tarja semblait avoir disparu de la scène cachait derrière les flammes, seule sa voix angoissée et stressante prouvait qu’elle était encore présente. Trois secondes durent s’écouler sans qu’elle ne dise un mot, laissant la peur monter chez ses spectateurs les plus jeunes. Le timbre de sa voix par la suite changea. Au début il était doux puis peu à peu sa voix semblait cracher du dégout et de la colère pour laisser place à la fureur de son âme guerrière.

- Leur haleine sentait la viande en décomposition, il aurait suffit de fermer les yeux pour imaginer des vers grouillant dans leur gueule. Thor ne perdait pas espoir et ingénieusement il se servit de son arc pour le mettre dans la gueule du skroll qui était en face de lui afin de le repousser de toutes ses forces par la suite. L’arc n’allait pas tenir longtemps et déjà le second skroll venait prendre la relève.

Lentement, Tarja se levait sur sa souche de bois et sa silhouette était à peine voyante. La flemme dansante avait prit la forme de la tête de skroll, assez grosse pour cacher la narratrice et lorsqu’elle eu finit de raconter la situation, elle marqua un temps de pose avant de descendre sa voix au même niveau qu’un chuchotement néanmoins assez fort pour se faire entendre. Sa voix était calme, mais on pouvait encore sentir une pointe d’amertume et de fureur dans celle-ci.

- Savez vous comment on doit se débarrasser d’un ennemi, rapidement, lorsque l’ont tien à sa vie ?

La conteuse marquait un nouveau temps de pause avant de relever doucement la tête pour que l’ont puisse voir ses beaux yeux verts brillants dans les flammes. D’un geste rapide et précis, d’une main, elle traversait horizontalement les flammes au niveau du coup, puis avec une vitesse encore plus prenante à cause de l’enchaînement, son autre main venait traverser la gorge de la bête pour montrer au public sa main fermait. Celle-ci était fermait avec une telle force que les ongles de la jeune femme se plantèrent dans sa chaire pour y faire couleur une à deux gouttes de son sang. Les plus jeunes ne comprendraient probablement pas le geste, mais ceux qui avait déjà pu chassait, savez exactement de quoi Tarja parlait. Elle gardait la pose un certain moment tout en racontant comment la bête mourut dans d’atroces souffrances.

- Le vaillant guerrier laissait alors tomber sur la blanche neige la carcasse encore chaude du skroll. Il avait le visage plein de sang et ses jambes étaient entaillées de par et d’autres à cause des griffures de son adversaire qui venait de tomber. L’arc venait de se briser et Thor était encore debout.

Lentement, la conteuse ramenait sa main fermée contre son cœur et le regard fixe continuait de conter la terrible aventure de Thor. Les flammes qui la cachait jusque là reprirent place à ses pieds pour faire naître le dernier skroll. De sa main libre qui restait le long de son corps, elle manipulait la bête pour la faire tourner autour de la souche. Son visage était impassible, elle regardait droit devant elle, fixant un point invisible. Puis elle se détendit et son regard pétillant vient toucher chacune des personnes présentes cette nuit là. Sa main avait un filet de sang, léger, qui s’écoulait main restait sur son cœur.

- Thor fit semblant de trébucher afin que son adversaire lance la première attaque. La bête se jetait alors sur lui, mais cette fois ci, il était prêt. Ses jambes fermement enracinaient dans le sol, il claqua la tête de la bête entre ses lourdes mains avant d’écraser son puissant genou contre la gorge de la bête. Un horrible craquement déchira la nuit ce soir là. S’en suivit des suffocations avant que le silence de la nuit ne revienne dans la forêt. Ce soir là, Thor avait combattu fièrement et avait honoré ses ancêtres. Le Gardien ne pouvait qu’être fier de lui pour l’énergie, la force et la vaillance dont il fit preuve.

Après ces dernières paroles, le silence régnait encore jusqu’à se que la main qu’elle portait à son cœur vient se mettre le long de son corps. Ce signe était particulier chez eux, il signifiait dans un premier temps de respect et de salutation. Petit à petit l’agitation se fit et les gens applaudirent de bon cœur avant de parler entre eux, de partir après lui avoir dit au revoir, ou bien encore se mirent à ranger les bancs et les bougies qui avaient été utilisés pour cette scène improvisée. Autour de Tarja vient une masse d’enfant qui lui posa plusieurs questions tout en lui donnant son coffre au trésor où été rangé plusieurs bougies et autres objets. Elle donna à chacun une petite bille de miel avant qu’ils ne la quittent. Tout en ayant son coffre sous le bras, essayant avec un peu de salive et à l’aide d’un tissu le son sur sa main, elle alla à la rencontre de cette jeune fille qu’elle n’avait encore jamais vu ici. Elle avait fait apparaitre un skroll près d’elle et avait été amusée de voir sa réaction.

- Ca t’a plus ? C’est ton premier non ?

Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: Les Aventures de Thor : Les Skrolls.   - Jeu 6 Juin 2013 - 11:58

Dans le silence qui régnait à l'orée de la forêt, Kidjyïa s'était retrouvée aspirée par le conte de celle que l'on surnommait Ficelle. Comme tous les autres, ses yeux ne quittaient plus la scène et ne perdaient pas une miette du spectacle. Et quel spectacle. Le coeur battant la chamade, la jeune femme vivait la scène, luttant mentalement avec Thor sous le poids du Skroll qui voulait lui arracher la gorge. Fronçant les sourcils, elle força avec lui lorsque le moment vint de le tuer. Et pire encore, elle se mordit la lèvre lorsque de ses deux mains et de son genou, il tua la seconde bête. Elle avait l'impression d'être le valeureux chasseur, et à travers les mots de la conteuse, cela semblait si facile de ne faire qu'un avec lui.

Finalement, la voix de la conteuse s'arrêta et le silence retomba complètement sur la scène improvisée. Seules les feuilles des arbres environnants bruissaient sous le léger vent. Ficelle la conteuse salua respectueusement son auditoire et l'agitation reprit petit à petit. Les yeux des enfants brillaient encore d'émerveillement et excités par ce qu'ils venaient de voir, ils ne cessaient d'en reparler entre eux. Les plus âgés allaient voir la chandelière, tandis que d'autres commençaient à ranger les bancs et les bougies. Se levant à son tour, Kidjyïa regarda autour d'elle et s'approcha d'une vieille dame qui semblait avoir du mal à ramasser sa canne tombée dans la neige. Se baissant, la jeune femme la lui ramassa et tandis qu'elle s'apprêtait à rentrer elle aussi, elle tomba nez à nez avec la conteuse. Tressaillant de l'avoir si près d'elle, elle ne put s'empêcher de reculer d'une pas ou deux et hocha la tête à sa question.

" Oui, je ne suis que de passage. C'était captivant. Tu es très douée. "

Elle lui adressa un léger signe de tête pour la féliciter et laissa son regard couler sur son visage, ses deux perles vertes qui brillaient et son ventre rond. C'était une belle femme, et gentille en plus. Se détendant quelque peu, Kidjyïa tenta un sourire et souffla :

" Ton enfant ne devrait pas manquer de belles histoires à sa naissance. "
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: Les Aventures de Thor : Les Skrolls.   - Ven 28 Juin 2013 - 0:41

Flattée par l’inconnue, Tarja ne manquait pas de lui faire savoir par un large sourire dévoilant ses petites dents supérieures. Lorsque celle-ci mentionnait l’enfant qui allait naître, la conteuse eut pour réflexe protecteur de caresser son ventre doucement en déposant pendant quelques instants son regard sur celui-ci. La chandelière était rayonnante d’un feu nouveau qui se grandissait en elle et elle avait effectivement bien hâte de le voir pointer le bout de son nez pour lui conter de nombreuses histoires.

Après cette caresse faite à son enfant, elle portait sa main vers celle de l’inconnue, la serrant chaleureusement.

- Merci. C’est toujours bon de le savoir.

Otant sa main de la jeune femme, elle reportait celle-ci à son bras, portant sa petite boite à malice comme un enfant que l’on porte au flan.  Curieuse, Tarja aurait aimé lui poser plusieurs questions pour savoir qui elle était, d’où elle venait, combien de temps elle restait encore et si elle voulait bien manger à sa table. Hélas, le temps ne le permettait pas. Aussi filou qu’il puisse être, il s’était déjà bien amusé et la nuit avait recouvert d’un voile noir le ciel. Enceinte et fatiguée de sa journée, Tarja commençait à peiner à rester debout, son bassin commençant à la faire souffrir.  C’est donc avec un visage bienveillant qu’elle laissait sa nouvelle rencontre vaquer à de plus importantes tâches.

- Bien. J’espère que tu ne comptes pas nous quitter ce soir. Il n’est pas très bon de voyager de nuit en ce moment.  Si tu ne sais où aller, ma chaumine est à quelques pas. La chandelière. C’est modeste, mais confortable et tu seras la bienvenue si tu as besoin de quoique ce soit. Bon séjour parmi nous et j’espère que tu reviendras entendre mes histoires !

C’est sur un petit rire que la conteuse s’en allait regagner sa petite cabane afin de trouver un peu de repos après une si longue journée. La nuit était douce et fraiche, quelques flocons tombaient de temps à autres et dans cette ambiance bonne enfant on pouvait presque oublier qu’ailleurs, la guerre faisait rage.

On m'appelle Contenu sponsorisé

Posté dans Re: Les Aventures de Thor : Les Skrolls.   -

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum