AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
» Communication externe
par Loth de la Vision Mar 21 Juin 2016 - 15:06

» Réversa [ TOP ]
par Invité Ven 27 Mai 2016 - 8:21

» Le monde de Dùralas
par Invité Jeu 26 Mai 2016 - 7:00

» Anthalia
par Invité Dim 22 Mai 2016 - 15:17

» Marbrume, La Cité des Damnés
par Invité Lun 16 Mai 2016 - 15:07

» Questionnaire pour soutenir infinite RPG !
par Invité Sam 14 Mai 2016 - 17:33

» Escalus
par Invité Jeu 12 Mai 2016 - 9:02

» Mass Effect : Reborn
par Invité Mar 10 Mai 2016 - 15:00

» Forum en pause
par Asàf Lysereän Mar 10 Mai 2016 - 13:47


On ne fait pas de portrait sans casser des oeufs - Prélude

avatar

On m'appelle Jack l'Infortuné


Infos Personnage
RANG: Dionnia [soeur, prédef],Venycia, l'Imposteur, Miobë, Mike, Eshisil...
VILLE & APPARTENANCE : Actuellement à Vanylle, mais originaire de Vuulte.
MON AGE : 22 ans.
Féminin
MESSAGES : 696
AGE : 22
INSCRIT LE : 30/10/2012
PSEUDO HABITUEL : Mentheloup
Joyaux : 98
http://www.ile-joyaux.com/t1139-jack-belfort-peintre-ou-debauche#31088 http://www.ile-joyaux.com/t1135-jack-belfort#30995
Posté dans On ne fait pas de portrait sans casser des oeufs - Prélude   - Jeu 3 Jan 2013 - 9:52

Silhouette gracile et aérienne, un châle drape ses délicates épaules, n'empêchant pas la fuite de quelques boucles dorées... Le crayon voltige, dépose sa marque, sûr de lui. Peu à peu s'esquisse une jeune femme, du moins son profil, que Jack distingue alors qu'elle discute avec d'autres. Tissu délicat, main élégante, jeunesse étincelante dans le soleil de midi de Sant Poseïnos.Quelques passants l'obligent quelques fois à se tordre le cou pour la voir encore, tentant le vide au bord de la caisse sur laquelle il s'est posé tantôt, pour ensuite retrouver inconsciemment son équilibre, inconscient des regards qui lui sont jetés, uniquement attentif au croquis et au modèle. Demoiselle...

Puis son regard croise celui du jeune homme près d'elle, qui le dévisage. A la lueur colérique qu'il y distingue, Jack riposte par un sourire et un simple hochement de tête. Ah ! Ne peut-on donc plus apprécier les beautés qui nous entourent sans qu'autrui ne s'en sente menacé ? Mettre côte à côte le visage de la jeune femme et de celui que Jack soupçonnait d'être le frère eut été intéressant, mais que son regard s'attarde encore et... Il lui en cuirait, tel était le message que l'on souhaitait lui faire passer. Non pas que l'envie de faire sortir de ses gonds uniquement par son attention lui manquait, mais il n'en avait pas les moyens. Soit.

Détournant les yeux, le voilà qui cherche parmi la foule de badauds qui vaquent à leurs occupations dans la rue, marchandant ici, discutant là, partant boire un verre dans cette auberge. Le peintre profite d'une vision fugitive, du moindre arrêt d'un visage pour en coucher les lignes principales sur le papier. Tout juste s'il observe ses propres gestes, son crayon n'était plus qu'un prolongement de ses perceptions. Quand on lui permet de s'attarder sur un croquis, il peut commencer à en travailler les ombres, donnant un semblant de vie, de réalité, dans ces simples nuances de noir et de gris. Mais la vie ne l'attend pas, lui, et souvent le visage est à peine esquissé. Une fois au repos dans la chambre qui lui est loué, sa mémoire prendra le relais, mémoire visuelle que des années d'observations n'avaient eut de cesse d'améliorer.

La foule se fait plus dense, et les faces se mêlent et disparaissent trop vite pour les doigts de mortel de Jack, qui se résigne bientôt à changer de poste d'observation, ou d'aller voir plus loin. Aussi, descendant de sa caisse, celui-ci se perd un instant dans la foule. Une fois son matériel rangé dans sa sacoche, vêtu d'une simple chemise, d'un pantalon et de bottes, il apprécie de ne pas attirer trop l'attention. Regarder sans être regardé, bien que cela ne donne alors pas l'occasion de rendre compte de beaucoup de regard. Profiter d'une journée de liberté, une fois son petit pécule honnêtement gagné. Et sans que son vêtement ne le clame bourse à voler sur pattes.

Le voilà qui atteint une des immenses places de Sant Poseïnos. Il embrasse du regard les bâtiments alentours alors qu'un peu d'espace lui est accordé tandis qu'hommes et femmes s'éparpillent. Un peu d'air pour respirer, quelques modèles aux vêtements délicats, et des bancs de pierre où se poser. De préférence un ensoleillé, l'air commençant à se faire frais. De nouveau installé, ses crayons et ses feuilles sortent de leur antre et l'artiste se remet à la tâche. Demoiselles, belles de mon cœur...



avatar
Citoyen

On m'appelle Moda l'Imposteur


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : (Sant - Poseinos)
MON AGE : 31
Masculin
MESSAGES : 305
AGE : 27
INSCRIT LE : 28/12/2012
PSEUDO HABITUEL : Moda
Joyaux : 25
http://www.ile-joyaux.com/t1247-moda-l-imposteur
Posté dans Re: On ne fait pas de portrait sans casser des oeufs - Prélude   - Jeu 3 Jan 2013 - 12:11

Ciel clair, air frai, les rues de Sant Poseïnos se réjouissaient encore d'un climat reposant et se paraient d'une foule animée et sereine. Cette foule était de loin le plus vibrant hommage que l'Homme ai put faire à la beauté de cette ville et elle transcendait ses merveilles d'architecture en lui donnant tout simplement vie.

Pour Moda, vagabonder dans cette fourmilière en oubliant quelques instants la complexité de ses affaires était devenu un rituel quotidien. Tout autour de lui ces hommes et ces femmes insouciants qui le haïssaient sans le savoir le frôlaient, partageaient son air, et leurs bottes étaient maculées de la même crasse. Il était chacun d'eux et connaissait chacun de leurs cauchemars, la seul chose qui le séparait de ces gens, outre son lointain et inconnu parent korrulien, c'était de quel coté du cauchemar il se trouvait.

Au fond de lui même il avait cette sensation douce et enivrante qu'il trônerait un jour au sommet d'un immense château d'or et que le monde entier se prosternerait devant ses possessions. C'était son héritage, l'or était siens et, comble de chance, les Hommes adulaient ce métal précieux comme s'il renfermait le pouvoir d'exhausser le moindre vœux.

Ses rêvasseries le portèrent jusque sur une large place, il ignora quelques enfant qui le bousculèrent en jouant puis s'assit sur un de ces immuables bancs de pierre. Il inspira longuement, se donnant l'illusion de remplir sa vie avec ses poumons puis relâcha son souffle et ses tracas semblèrent s'évaporer dans le même temps. Il répéta l'opération, puis encore et continua jusqu'à avoir la sensation que son corps tout entier avait oublié son appartenance terrestre et vidé son esprit.

Lorsqu'un homme se posa sur un banc proche et sorti quelques feuilles et crayons, Moda somnolait légèrement la tête penchée en avant. Sans même l'avoir entendu, il fut tirer un bref instant de son train de pensées et revint à la réalité. Les pic poquet étaient monnaie courante dans ce quartier et l'idée d'être détroussé pendant son sommeil ne pouvait s'effacer totalement de son esprit. Pas de pic poquet mais un voleur de visage. L'homme griffonnait avec une certaine avidité et Moda se surpris à l'observer depuis son propre banc. La légèreté virtuose de l'artiste, la finesse de ses gestes, la vivacité de son regard, puis cette feuille, l'imposteur ne pouvait qu'imaginer la vie qui s'imprimait trait après trait sur le papier.

La curiosité le poussa à se rapprocher.

Ce jour là Moda avait opté pour une apparence classieuse mais sans fioriture, à première vue son allure était tout à fait anodine mais en observant ses vêtements avec attention on ne pouvait qu'admirer la précision de la coupe et des coutures, de même que la qualité du tissus. C'était le genre de tenue qu'affectionnait en particulier Amaranth mais il avait pris soins de se démarquer de sa première identité en creusant ses traits et en adoptant une coiffure plus lâchée. Il ne craignait d'être reconnu de toute façon n'ayant jamais ne serait-ce que déjà aperçut l'artiste auparavant.

Il contourna silencieusement les bancs par l'arrière pour ne pas perturber le dessinateur dans son œuvre. En s'approchant il fixait la feuille où il parvenait à entrevoir l'esquisse qui s'étoffait. Il s'arrêta un bon mètre derrière le peintre. Tout en se délectant de chaque coup de crayon, il chercha dans les passants la jeune fille qui servait sans le savoir de modèle et quand il l'eut reconnu il fut frappé de la ressemblance que ce croquis, pourtant à peine entamé, possédait déjà.

Satisfait de cette minute d'observation il s'apprêtait à repartir lorsqu'un des enfants le bouscula à nouveau. Il trébucha et du s'appuyer sur l'épaule du peintre pour ne pas tomber. En reprenant son équilibre il constata avec horreur qu'il avait provoqué un dérapage indésirable et la jeune fille du dessin était à présent affublée d'une large balafre.

"Excusez ma maladresse mon brave."

Il fit une moue gênée en voyant la surprise de son interlocuteur et repris d'un ton embarrassé en désignant le dessin:

"J'espère que je n'ai pas causé de dommages irréparables."

avatar

On m'appelle Jack l'Infortuné


Infos Personnage
RANG: Dionnia [soeur, prédef],Venycia, l'Imposteur, Miobë, Mike, Eshisil...
VILLE & APPARTENANCE : Actuellement à Vanylle, mais originaire de Vuulte.
MON AGE : 22 ans.
Féminin
MESSAGES : 696
AGE : 22
INSCRIT LE : 30/10/2012
PSEUDO HABITUEL : Mentheloup
Joyaux : 98
http://www.ile-joyaux.com/t1139-jack-belfort-peintre-ou-debauche#31088 http://www.ile-joyaux.com/t1135-jack-belfort#30995
Posté dans Re: On ne fait pas de portrait sans casser des oeufs - Prélude   - Jeu 3 Jan 2013 - 15:22

Un instant, son visage, l'instant suivant... Une pression sur l'épaule. Le crayon s'écrase, balafre le visage. Se reprenant, Jack ne peut que constater les dégâts. La réalité du croquis n'est plus, le trait noir qui déchire la feuille l'ayant réduit à simple dessin gâché, brouillon. Relevant les yeux, il cherche fébrilement le modèle. Reprendre peut-être sur une nouvelle feuille, ne serait-ce que les traits principaux... ? Partie, évanouie dans la foule. Un visage de perdu. Sans s'en être rendu compte, Jack s'était levé. Il se laisse retomber sur le banc, et songe à respirer à nouveau, la surprise lui ayant coupé le souffle. Lui vient à l'esprit qu'une personne s'adresse à lui.

Se tournant à demi, il ne peut que constater que oui, quelqu'un se tenait là, qui s'était appuyé sur lui, sans qu'il ait même auparavant remarqué sa présence, et Jack le dévisageait avec de grands yeux. Plus loin, des rires d'enfants s'estompaient. Pas de colère, de la surprise seulement. A l'air embarrassé qu'il affichait, Jack n'avait aucune envie de s'emporter contre lui pour si peu... Alternant entre contempler tristement le visage perdu et dévisager son interlocuteur, aucune émotion violente ne le prit. Doucement, avec une pointe de regret, il glissa la feuille dans son sac. Peut-être sa mémoire pourrait-elle faire quelque chose pour la demoiselle.

    Une esquisse qui n'aboutit pas, cela s'est déjà vu.


Un visage perdu n'en demeurait pas moins un visage parmi des milliers. Peut-être devrait-il s'intéresser à celui d'enfant tiens ? Jetant un regard alentour, il ne put que sourire. Tant de visage, oui, qu'il représenterait sur le papier, si on lui en laissait le temps. Si humain. Si semblables et si diversifiés en même temps. Qu'il soit à la recherche d'un idéal unique ne l'empêchait pas de trouver de nombreux attraits à ceux qu'il avait sous les yeux. Quant est-il des visages de l'Île Blanche ? Le voilà qui songe un court instant à cette nouvelle île. Mais qu'il commence donc par découvrir Vanylle !

    Quelques coups de crayons que je réaliserai encore de nombreuses fois. Peut-être avec vous si vous en avez le temps.


Curieux, Jack se pose cette question. Un homme dont la tenue de qualité le désignait comme un bourgeois, - marchand ? - s'arrêterait-il un instant pour laisser un petit peintre faire une esquisse de son "noble profil" (penser en exagérant le r avec une voix snobinarde) ? Qui sait, les bien-nés sont aussi humains que tout un chacun, simplement certains ont parfois tendance à l'oublier. Leur humanité est d'autant plus surprenante quand l'un d'entre eux en fait preuve envers un être d'une classe inférieure à la sienne. Que l'individu que côtoyait à présent Jack ait montré un regret le rendait d'ailleurs d'emblée plutôt sympathique.

    Les belles ne manquent pas à Sant Poseïnos, pour ce que j'en ai vu jusqu'à maintenant. Simplement, celle-ci demeurera hors de ma portée aujourd'hui.



avatar
Citoyen

On m'appelle Moda l'Imposteur


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : (Sant - Poseinos)
MON AGE : 31
Masculin
MESSAGES : 305
AGE : 27
INSCRIT LE : 28/12/2012
PSEUDO HABITUEL : Moda
Joyaux : 25
http://www.ile-joyaux.com/t1247-moda-l-imposteur
Posté dans Re: On ne fait pas de portrait sans casser des oeufs - Prélude   - Jeu 3 Jan 2013 - 16:19

L'Homme fit preuve de relativisme, Moda apprécia cette humilité et lui sourit, soulagé. Un instant il avait craint que le peintre ne s'emporte et le chasse ou seulement ne se ferme et l'ignore. Le sang mêlé n'avait encore jamais eut l'occasion de s'intéresser à l'art, se faire prendre le portrait lui avait toujours parut être une idée ridicule. Lui qui essayait avec tous les artifices dont il disposait de faire oublier son propre visage, pourquoi l'immortaliser et laisser au monde le loisir de s'imprégner de ses traits ? En voyant l'artiste dessiner cette jeune femme, cette conviction avait finalement volé en éclat. Rien ne l'obligeait à montrer ouvertement une œuvre le représentant et penser à posséder chez lui ce miroir figé mais finalement si vivant réveillait une pulsion narcissique et séduisante. Il se rappela la demeure du vieux Plemballon, pleine de ces visages encadrés. Chacun des chefs successifs de la famille avait à un ou plusieurs moment de sa vie décidé de faire porter son existence sur un tableau. C'était un rappel puissant à la fois de la personne représentée mais aussi une preuve de sa fortune, un lègue immuable pour toutes les générations futures, l'incarnation même de l'égo toujours plus développé de celui à qui la vie offre tout sans réclamer de contrepartie.

"Je dois dire que votre art m'impressionne... et m'intéresse, mais laissez moi me présenter !"

Moda tendit une main gantée à son interlocuteur :

"Je me prénomme Eric Remballor, humble bourgeois de Sant Poseïnos"


Prononçant ces mots il s'inclina légèrement en signe de respect. L'art semblait puissant, un allier de poids, peut-être même la clé d'une nouvelle dimension, toujours plus ... dorée. L'heure n'était peut-être pas encore à l'intrigue, mais peut-être qu'il y avait là un sujet à explorer. En apprendre plus ne pouvait-être une mauvaise chose et même une maigre information pouvait à elle seule rentabiliser cette journée.

"Permettez moi de vous inviter boire un verre pour me faire pardonner. Vous me parlerez de votre art en chemin, je meurs d'envie d'en savoir plus sur votre talent, vos œuvres, vos ... client?"
avatar

On m'appelle Jack l'Infortuné


Infos Personnage
RANG: Dionnia [soeur, prédef],Venycia, l'Imposteur, Miobë, Mike, Eshisil...
VILLE & APPARTENANCE : Actuellement à Vanylle, mais originaire de Vuulte.
MON AGE : 22 ans.
Féminin
MESSAGES : 696
AGE : 22
INSCRIT LE : 30/10/2012
PSEUDO HABITUEL : Mentheloup
Joyaux : 98
http://www.ile-joyaux.com/t1139-jack-belfort-peintre-ou-debauche#31088 http://www.ile-joyaux.com/t1135-jack-belfort#30995
Posté dans Re: On ne fait pas de portrait sans casser des oeufs - Prélude   - Ven 4 Jan 2013 - 14:34

Un peu surpris par l'intérêt de l'individu, Jack n'en accepta pas moins la main qu'il lui tendait. Il s'agissait donc bel et bien d'un bourgeois. Aimable, voilà qui est agréable. Lui rendant son salut, il répondit :

    Jack Belfort, humble peintre de passage à Sant Poseïnos.


Ramballor... Le nom ne lui disait rien. Mais il n'était pas là depuis longtemps, et les Bourgeois n'était pas le sujet de prédilection des Marchands. Sauf pour médire d'eux, en général, ce qui ne se faisait pas en la présence d'un simple Citoyen. Il ne manquerait plus que la rumeur se répande qu'ils étaient mauvaise langue. Ce qui n'est le cas que d'une grande majorité de la population bien-née. Impossible de jauger Eric sur ce point, ce dernier ne faisant montre pour l'instant que d'un intérêt presque déroutant vis-à-vis de "l'art" de Jack, qui ne put qu'apprécier sa proposition, tout en s'étonnant de la spontanéité du bourgeois.

Il n'y guère de mal, je vous assure, mais soit. Je ne refuserais pas un peu de compagnie, surtout celle d'un habitant de cette cité, ni d'en apprendre plus sur les lieux où ma route me conduit.

Disons que la curiosité d'Eric était réciproque, et que Jack poserait aussi quelques questions une fois son interlocuteur satisfait. Lorsqu'il réalisait un portrait, c'était plus souvent le ou la commanditaire qui questionnait. Lui répondait, rappelant parfois à son modèle de reprendre la pose, mais sinon, sa connaissance de leur quotidien se limitait à ce qu'ils lui en laissaient voir. Uniquement le faste, en général. Il reprit, non sans une petite note d'amusement dans la voix.

Que souhaitez-vous savoir ? Il continua, souhaitant donner les grandes lignes. Je vis essentiellement des portraits que je réalise pour des Marchands et vos confrères bourgeois le plus souvent, qu'il s'agisse de portraits visant la postérité ou plus simplement ceux d'enfants que l'on souhaite marier. Pour mon plaisir personnelle, il m'arrive aussi de réaliser des paysages. Et afin de travailler toujours ma technique, quand l'on ne requiert pas ma présence, j'esquisse ceux que je vois, comme vous avez pu l'observer.

HRP:
 



avatar
Citoyen

On m'appelle Moda l'Imposteur


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : (Sant - Poseinos)
MON AGE : 31
Masculin
MESSAGES : 305
AGE : 27
INSCRIT LE : 28/12/2012
PSEUDO HABITUEL : Moda
Joyaux : 25
http://www.ile-joyaux.com/t1247-moda-l-imposteur
Posté dans Re: On ne fait pas de portrait sans casser des oeufs - Prélude   - Dim 6 Jan 2013 - 3:18

A peine Jack s'était-il mis à parler que Moda avait enclenché un puissant mécanisme de mémorisation, il allait graver chacune des informations reçues durablement dans son esprit, puis il trierait celles dont il avait vraiment besoin et les mettre par écrit affin d'être sur de les conserver jusqu'au jour où elles s'avéreraient utiles. Cette lente et fastidieuse collecte, il l'avait commencé dés son arrivée à Sant Poseïnos et plus le temps passait, plus elle portait ses fruits. Les noms de chacune des familles marchandes de la ville, leurs avoirs et leur descendance n'était déjà plus un secret pour lui. Pour certaines il avait même déjà entrevu le point faible, la brèche par laquelle il allait mener son attaque et récupérer ce qui était siens.

Jack ayant accepté son invitation ils se mirent en marche d'un pas tranquille. Moda ne se pressait pas, attentif, il en ignorait volontairement toute distraction extérieure, se contentant de regarder devant sois. De temps à autre il jetait un regard à son interlocuteur, comme s'il avait réagi à une des paroles qu'il avait entendu. Il en profitait pour jauger l'apparence du peintre, vérifier qu'aucun détail ne lui échappe, il acquiesçait alors d'un léger signe de tête pour signaler qu'il écoutait bien ce qu'on lui disait.

"Ainsi vous travaillez pour la fine fleur de la ville, j'imagine que vous devez tirer un bon prix de vos œuvres, j'espère que vous ne manquez pas clients."


Intérieurement Moda s'en voulait de ne s'être pas informé plus tôt sur ces artistes portraitistes. Ces personnes visiblement d'origine modeste qui parvenaient à côtoyer les plus hautes sphère de la société matroscienne sans pour autant servir de larbin. Il sentait qu'il y avait là quelque chose d'exploitable, bien sur il faudrait ruser mais c'était justement sa spécialité.

"Vous savez j'ignore tout de la peinture, jusqu'aux techniques les plus rudimentaires. J'essaye mentalement de visualiser par quels étranges procédés de simples hommes parviennent à créer ces tableaux monumentaux qui ornent les plus riches demeures mais finalement cela reste un mystère complet pour moi."

Et c'était vrai, dans cette situation il n'avait qu'à admettre et assumer son ignorance, si Jack le voulait bien ce serait cependant un point vite corrigé. Il changea cependant subitement de sujet.

"Qu'aimeriez vous boire? ou manger? Je connais quelques bonnes adresses tout prêt d'ici, nous y seront mieux pour converser."
avatar

On m'appelle Jack l'Infortuné


Infos Personnage
RANG: Dionnia [soeur, prédef],Venycia, l'Imposteur, Miobë, Mike, Eshisil...
VILLE & APPARTENANCE : Actuellement à Vanylle, mais originaire de Vuulte.
MON AGE : 22 ans.
Féminin
MESSAGES : 696
AGE : 22
INSCRIT LE : 30/10/2012
PSEUDO HABITUEL : Mentheloup
Joyaux : 98
http://www.ile-joyaux.com/t1139-jack-belfort-peintre-ou-debauche#31088 http://www.ile-joyaux.com/t1135-jack-belfort#30995
Posté dans Re: On ne fait pas de portrait sans casser des oeufs - Prélude   - Mer 9 Jan 2013 - 15:21

Jack et la méfiance. Une créature qui lui était étrangère. Avait-il conscience de l'étude que Moda réalisait (de manière "automatique", cela est vari) sur lui ? Qu'il analysait chacun de ses dires ? Nullement, il ne voyait qu'un simple bourgeois dont la personnalité et l'histoire lui était inconnu, et dont il ne percevait que la curiosité et les bonnes manières. Avançant au même rythme que son interlocuteur, il ne lui prêtait qu'une attention relative, celle-ci se portant parfois sur une silhouette charmante qu'il aurait aperçu, ou plutôt un visage aux traits marqués, et fascinants pour le jeune peintre. Mais toujours elle se posait à nouveau sur Eric, observant les nuances dans ses yeux, les plis de son visage. Cela était son mécanisme, son "tic" si l'on peut dire. Observer, mémoriser. Poser sur le papier plus tard peut-être.

Pour en revenir à Eric, son intérêt et ses manières le rendait sympathique à Jack, tout comme sa perception des choses l'amusait. Mais comment savoir quand on a soi-même pas vécu l'existence de l'autre ? Ses pensées s'égarèrent un instant vers certaines filles de joie qu'il avait côtoyé. Mais le moment n'était pas à une telle pensée. D'ailleurs... Quelle serait la réaction du bourgeois s'il évoquait ses "modèles" ? N'empêchant pas un sourire de lui monter aux lèvres (comme s'il n'avait pas constamment sur le visage une expression de bonne humeur, plus ou moins marquée) Jack préféra les garder pour lui, ces doux souvenirs. On les lui avait assez souvent reprochés.

Votre sollicitude vous honore, et en effet, je n'ai pas à me plaindre de ma situation. Sans que l'on s'arrache mes services - et je ne souhaiterais pas me retrouver cerné de demandes qui ne sauraient accepter un refus -, mes portraits me permettent de vivre correctement. Tant que je surveille mes dépenses, dit-il avec un air presque contrit mais malicieux, comme un enfant qui n'attend que l'arrivée de sa sœur pour filer en riant. Même si je ne suis guère doué pour les négociations, je l'avoue !

La réflexion de Eric lui fit penser à certaines de ces toiles qu'il avait déjà pu voir. Gigantesques. Démesurées. Magnifique. Il continua sur un ton plus bas, plus doux, où l'on pouvait percevoir un semblant d'admiration pour ces artistes aux œuvres prodigieuses.

Je ne peux qu'imaginer les tableaux auxquels vous pensez, et je vous le dis : je ne suis pas de ceux-ci, de ces artistes dont les œuvres laissent pantois qui les contemple pour la première fois, et encore longtemps après. Je ne suis qu'un petit portraitiste.

Cela avait été dit comme avec une pointe de tristesse, de regret. Être né parmi les grands, avoir reçu des leçons des maîtres de son temps... Jack n'aurait jamais refusé, mais tel n'avait pas été le cas. Sans que cela n'ait nui à son bonheur d'être peintre. Traçant sa propre route, il avait fait avec ses moyens : ceux d'un Citoyen. Enviait-il Moda pour sa situation de Bourgeois ? Non. Il était heureux comme il vivait... Sur le fil, emmené d'une ville à une autre à chaque commande.

Lorgnant les fruits aux teintes rayonnantes d'un étal, Jack ne sut s'il fut attiré par leurs couleurs et leur forme ou si sa faim en profitait pour se rappeler à lui.

Enfin ! reprit-il sur un ton plus enjoué. Cela ne m’empêcherait pas d'apprécier la moindre nourriture que vous me proposerez. Ou une simple boisson.



avatar
Citoyen

On m'appelle Moda l'Imposteur


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : (Sant - Poseinos)
MON AGE : 31
Masculin
MESSAGES : 305
AGE : 27
INSCRIT LE : 28/12/2012
PSEUDO HABITUEL : Moda
Joyaux : 25
http://www.ile-joyaux.com/t1247-moda-l-imposteur
Posté dans Re: On ne fait pas de portrait sans casser des oeufs - Prélude   - Jeu 10 Jan 2013 - 12:38

Au fur et à mesure qu'il écoutait son interlocuteur, les informations s'imbriquaient dans son cerveau, le peintre avait déjà une place dans son jeu, une place importante, comme le déclencheur discret, presque insignifiant, ce grain qui fait pencher la balance et qui dans sa chute entraine une avalanche. Il n'avait presque pas besoin d'en savoir plus mais affin d'utiliser Jack il ne suffisait pas de connaitre deux ou trois éléments de sa vie. Il fallait que Jack lui face confiance et joue le jeux. Il fallait qu'il puisse compter sur lui et pour cela il ne pouvait se permettre de le laisser retourner à ses croquis, pas encore.

"Très bien suivez moi."


Répondit-il avec une ferme douceur. Il esquissa un sourire en direction du peintre.

"Je sais où manger un morceau dans les meilleurs conditions, c'est juste à coté et je gage que le lieux vous charmera."


Moda accéléra légèrement le pas pour guider le peintre. Ils passa devant quelques échoppes puis s'engagea dans une ruelle couverte et moins peuplée. Les boutiques y semblaient à la fois moins communes et plus raffinées, les étalages étaient même parfois étranges mais plutôt qu'inquiétante, la traboule dégageait une atmosphère féérique et intrigante. Un peu plus loin une lourde porte entre-ouverte menait vers un escalier en pierre. Moda s'y engouffra.

"Suivez moi" dit-il en gravissant les marches.

L'escalier était assez long, à plusieurs reprise il formait un angle droit et parfois une colonnade dévoilait une coure intérieur. Le passage débouchait finalement sur une place en plein aire qui surplombait la ville. On y trouvait plusieurs fontaines qui alimentaient des parterre végétaux sublimes et aux senteurs apaisantes. Des espaces dallés accueillaient quand à eux des tables en fer forgé. A certaines d'entre elles on pouvait observer un couple de bourgeois ou alors deux riches citoyens parlant affaire autour d'une assiette de poisson frai. Moda traversa la terrasse pour rejoindre une table un peu isolé. Juste à coté la terrasse prenait subitement fin et on pouvait admirer en dessous les toits de la ville former un paysage géométrique jusqu'au lac de Vama. Au loin l'eau miroitait et renvoyait la lumière froide de ce milieu de journée. La hauteur apportait l'air frai et vivifiant du lac.

Il fit signe à Jack de s'assoir.

A peine étaient-ils installés qu'un serveur vint les accueillir. Il leur présenta chacun un feuillet contenant les menus et les boissons. Un second fit son apparition quelques secondes plus tard pour leur servir chacun un verre d'eau et quelques amuse-bouches:

"L'eau la plus pure de l'île, puisée directement à la source du mont Centos."
annonça-t-il en remplissant le verre de Jack.

Moda qui avait déjà mangé ici plusieurs fois feuilleta à peine la carte avant de la reposer sur la table. Il porta le verre à ses lèvres et bu deux lentes gorgées.

"Ne vous retenez pas si quelque chose vous fait envie, vous êtes mon invité."

Le restaurant proposait des prix sans doute décourageant pour les citoyens mais pour Moda ce n'était que des broutilles. En outre il appréciait cet établissement qui proposait des plats de qualité sans pour autant chercher à limiter sa clientèles aux marchands et Bourgeois; un autre argument et pas des moindres: il était assez peu fréquenté, sans doute en raison de son emplacement peu commun ou de son aspect un peu exotique.

Moda se mit à l'aise, ferma un moment les yeux puis laissa vagabonder son regard dans le lointain pendant que Jack faisait son choix.
avatar

On m'appelle Jack l'Infortuné


Infos Personnage
RANG: Dionnia [soeur, prédef],Venycia, l'Imposteur, Miobë, Mike, Eshisil...
VILLE & APPARTENANCE : Actuellement à Vanylle, mais originaire de Vuulte.
MON AGE : 22 ans.
Féminin
MESSAGES : 696
AGE : 22
INSCRIT LE : 30/10/2012
PSEUDO HABITUEL : Mentheloup
Joyaux : 98
http://www.ile-joyaux.com/t1139-jack-belfort-peintre-ou-debauche#31088 http://www.ile-joyaux.com/t1135-jack-belfort#30995
Posté dans Re: On ne fait pas de portrait sans casser des oeufs - Prélude   - Sam 12 Jan 2013 - 18:12

Pour être charmé, je ne puis nier que je le suis... C'est en silence que Jack avait suivi son compagnon, et c'est dans un silence émerveillé qu'il avait parcouru cette place sur-élevée, qui offrait une merveilleuse vue sur la ville en contrebas, l'atmosphère de cet endroit dissimulé au hasard des détours, des marches et des cours. La lumière, le bruit de l'eau, les divers tableaux vivants que le peintre percevait l'émouvaient. Ses pinceaux et ses crayons l’appelaient, alors que sa mémoire s'échinait à graver chaque détail. Mais sa conscience tenait ferme : un invité il était, et ainsi devait-il se comporter ! Savourer ce lieu caché qu'Eric lui révélait, sans pour autant oublier la politesse, les convenances.

Assis, il put tenter de se ressaisir en admirant les divers reflets de "l'eau la plus pure". Un simple verre d'eau, qui se tintait pourtant de merveilleux dans cet espace. Une vague pensée tenta de se frayer un chemin, celle du ridicule d'un tel ébahissement. Il la chassa sans autre forme de procès, appréciant le moment tel un enfant que tout impressionne et laisse sans voix. Mais ne pouvait-il pas se contenter de l'être, cet enfant ? D'apprécier simplement, sans se poser de questions ni respecter la mesure ?

Une gorgée du liquide frais le revigora, le ramenant au présent, au bourgeois qui semblait parfaitement à l'aise en ce lieu... Et à la carte du menu, et au choix qu'il devait faire, en délaissant son verre d'eau.

Il me semble qu'après vous être fait pardonner une faute qui n'en était pas une, vous cherchez à m'endetter auprès de vous, dit-il à part, ne cherchant pas tant à ce qu'Eric l'entende qu'à simplement exprimer à voix haute une réflexion. Bien, quelles autres merveilles se trouvent la dont je n'aurais même pas songé humer le fumet tantôt ? dit-il avec un rire.

Ses fréquentations au sein des bien-nés l'avaient habitué à leur palet raffiné, aussi prit-il un instant pour "étudier" chacun des plats proposés... Avant de choisir sur un coup de tête un civet de Kansou. Les plats les plus simples pouvaient prendre une envergure surprenante dans certaines cuisines, aussi il ne doutait pas que ce civet-ci serait bien différent du précédent. Du moment qu'il y a du Kansou ! Reposant la carte, il fit mine de reprendre son verre, pour finalement porter son attention sur son hôte.

Je ne crois pas avoir jamais l'occasion de vous rendre la pareille en terme de découverte, à moins que vos affaires ne vous mènent un jour à Vuulte. En ce cas, je serais ravi de vous faire visiter certains endroits... Et mon atelier, pourquoi pas, si vous en avez l'envie, ajouta-t-il après quelques secondes.

Ses toiles n'étaient pas un secret. Mais toujours cette forme de pudeur, de crainte d'exposer ses créations. Les montrer aux modèles était une chose, mais à des personnes qui n'était pas directement concernées... Tu vis de leur vente tout en en gardant la plupart cachées. N'est-ce pas contradictoire ?... Mais quel nobliaux s'intéresserait aux portraits de ces filles ? Là, son esprit s'égarait encore là où il n'avait pas lieu d'aller.

Tentant de se distraire de ces pensées-ci, un détail alentour le saisit : la nature de la clientèle. Des bien dotés pour la plupart, mais il semblait à Jack que certains humbles trouvaient une place en ces lieux. Non sélectif, bien et judicieusement placé, magnifiquement agencé... Et une simple rencontre l'avait mené ici, en une compagnie des plus mystérieuse mais jusque la irréprochablement sympathique. Aurait-il dû s'en étonné ? C'était le cas. S'en inquiéter ? Nullement, apprécier seulement. Sourire, sourire, quand tu me tiens...

S'il est quelques autres points sur lesquels vous souhaitez être plus informé, peut-être pourrais-je vous renseigner. Mais s'il m'est permis de faire preuve moi aussi de curiosité, qu'en est-il de vous ? De vos liens avec Sant Poseïnos ?

Tout ceci dit sur un ton mondain où ne paraissait qu'une infime once de curiosité, qui n'exprimait aucune exigence. Une discussion des plus simples, ou l'un interrogeait l'autre. Qu'ils auraient parlé du beau temps et de la vue que Jack ne se serait pas départi de la sensation de bien-être qui l'habitait.



avatar
Citoyen

On m'appelle Moda l'Imposteur


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : (Sant - Poseinos)
MON AGE : 31
Masculin
MESSAGES : 305
AGE : 27
INSCRIT LE : 28/12/2012
PSEUDO HABITUEL : Moda
Joyaux : 25
http://www.ile-joyaux.com/t1247-moda-l-imposteur
Posté dans Re: On ne fait pas de portrait sans casser des oeufs - Prélude   - Dim 13 Jan 2013 - 15:15

Moda fit mine de ne pas avoir entendu la réflexion de Jack; il n'avait pas encore décroché ses yeux de l'horizon indéfini qui séparait au loin l'eau du ciel. Son plan se répétait en boucle dans sa tête, chacune de ses étapes passées, une à une. Tout devait être parfait, comme toujours, aucune fois l'erreur n'avait été tolérable, aujourd'hui moins encore que jamais par le passé. Ses prévisions se devaient d'être les plus exactes, et ainsi seulement, la partition serait jouée sans accroc. Il revit ce palais d'or où il trônerait en survolant le monde et lâcha un léger soupirs.

"Ne vous sentez pas redevable de quoique ce soit," répondit-il à Jack,
"toute ces choses ne trouvent leur vrai saveur que dans le partage... Mais sachez que lors de mon prochain déplacement à Vuulte je serais grandement honoré de découvrir cette ville en votre compagnie."

Il se redressa dans sa chaise, gagnant un peu de confort comme s'il s'apprêtait à raconter une histoire longue et passionnante.

"Concernant mon activité je crains de n'avoir rien de bien palpitant à vous raconter. J'aide seulement à la gestion de divers affaires de ci, de là, je suis, disons une sorte d'entremetteur pour les marchands désireux de passer de gros contrats, je défends leurs intérêts et les aide à ..."

Il fut interrompu par le serveur qui revenait prendre leurs commande, chercha ses mots quelques instant, perturbé dans le cheminement de ses pensées. Puis il repris subitement sa consistance et commanda avec sa courtoisie habituel une salade sant-poseïnoise et un plat à base d'escarpon, ce poisson au gout si raffiné que peu de restaurant pouvait proposer. Il laissa Jack passer à son tour sa commande; puis, remettant la carte au serveur, il ajouta:

"Servez nous aussi une bonne bouteille de vin gernien"


Lorsque le serveur se fut suffisamment éloigné, Moda se pencha légèrement vers son invité, renforçant ainsi l'intimité de leur conversation. il se mit à parler d'une voix plus basse:

"Je... pense que mon attitude a pu vous paraitre étrange, peut-être même suspicieuse. Rassurez vous, je ne cherche pas à vous acheter avec ce repas. Le fait est... que je pourrais avoir besoin de vous. Voyez vous, dans le but de défendre mon client, je me dois d'obtenir une petite information chez un marchand de Midel-Heim. Je n'avais pas encore trouvé d'angle d'attaque, si je puis m'exprimer ainsi, mais je sais que ce marchand pourrait être intéressé par un portrait... Oh n'y voyez surtout pas là quelque chose de malsain, illégale ou quoique ce soit, c'est la façon dont marchent les affaires de la plupart des marchands, au final vous n'aurez ni plus, ni moins qu'à agir comme vous le faites pour chaque commande. J'aurais pu ne même pas vous informer de toute cette trame mais j'aurais eut la sensation de vous manipuler."

Il marqua une pause, buvant quelques gorgées.

"Il faut seulement que je parvienne à approcher ce marchand mais la tension qu'il a avec mon client l'a rendu trop méfiant, il est impossible de le rencontrer si l'on n'a pas une affaire solide à lui proposer."
avatar

On m'appelle Jack l'Infortuné


Infos Personnage
RANG: Dionnia [soeur, prédef],Venycia, l'Imposteur, Miobë, Mike, Eshisil...
VILLE & APPARTENANCE : Actuellement à Vanylle, mais originaire de Vuulte.
MON AGE : 22 ans.
Féminin
MESSAGES : 696
AGE : 22
INSCRIT LE : 30/10/2012
PSEUDO HABITUEL : Mentheloup
Joyaux : 98
http://www.ile-joyaux.com/t1139-jack-belfort-peintre-ou-debauche#31088 http://www.ile-joyaux.com/t1135-jack-belfort#30995
Posté dans Re: On ne fait pas de portrait sans casser des oeufs - Prélude   - Sam 19 Jan 2013 - 12:31

Détendu, Jack avait guetté la réponse de Moda, attentif à ses moindres mots. Tout juste fit-il attention au serveur, tandis que le bourgeois s'interrompait, laissant sa curiosité tout juste rassasiée, aucun terme précis n'ayant été fourni. Un entremetteur pour des gros contrats ? Il n'avait jamais eu connaissance d'intermédiaire dans ce genre d'affaire, les marchands négociant fort bien. Mais Moda ne lui laissa pas le temps de s'appesantir dessus, la conversation prenait une direction inattendue... Du moins pour Jack, qui écouta ses dires avec une certaine incompréhension.

Avoir besoin de lui ? Obtenir une information ? Que l'on fasse appel à ses services n'était pas pour lui déplaire, mais... L'idée lui paraissait étrange. Le fait d'amener à ce marchand un portraitiste le rendrait-il vraiment plus amène ? Peut-être était-ce simplement son inexpérience en la matière qui lui rendait la chose si curieuse ? Songeur, Jack accepta bien volontiers le verre de vin que lui proposa le serveur, revenu avec la bouteille. Simple citoyen dont les revenus variaient d'une commande à une autre, le peintre n'appréciait que rarement le goût subtil de ces alcools. Les femmes, oui, l'alcool, non. D'autant que ce dernier détériorait son habileté et sa capacité d'observation , ce qui ne lui plaisait guère. Et le rendait encore plus inoffensif qu'il ne l'était déjà. Mais présentement, l'environnement se prêtait bien à une petite dégustation.

Votre proposition est des plus curieuses, et m'intrigue. En tant que petit portraitiste, il ne me semble pas avoir le moindre impact quant aux agissements de vos confrères ou des Marchands, et on ne m'a encore jamais demandé mon intervention pour ce type... D'affaire.

Sa voix laissait entendre l'infime malaise qui le prenait à l'idée de se retrouver, même en tant que simple figurant, mêlé aux histoires des commerçants. Aucun danger ne se profilait, mais le jeune peintre avait toujours compté sur sa discrétion, sur le fait qu'il n'y avait que sa peinture qui puisse amener ces biens-nés à porter les yeux sur lui, comme protection.

Observant un instant la ville en contrebas, Jack tenta de dénouer ce petit nœud d'inquiétudes qui s'était formé, se concentrant un instant sur les jeux d'ombres et de lumières, les agréments des plus belles demeures... Ce bourgeois ne lui demandait qu'un simple service, réaliser un portrait, quoi de plus naturel ? Ne parlait-il pas d'endettement tout à l'heure ? Un petit voyage à Midel-Heim, quelques jours, voir semaines de travail rémunérés, il n'y avait pas de quoi s'affoler ! Et pourtant cette sensation que Dionnia aurait sans doute trouvé quelque chose à y redire...

Posant son verre, Jack fit mine de guetter l'arrivée des plats, tandis que son esprit cogitait à une réponse appropriée... Voir à tout simplement se décider sur la question.

Mais je présume que vous êtes le mieux placé pour savoir quelle "méthode d'approche" serait la plus appropriée pour régler votre affaire. Aussi... Il se tut, le temps d'avaler sa salive et de boire une gorgée, sa bouche lui semblant un peu sèche soudain. Mes services vous sont acquis, si vous en ressentez réellement le besoin.

Tandis que Moda semblait parfaitement serein, à l'aise dans cette situation, Jack lui ne parvenait pas tout à fait à retrouver cette impression de bien-être qu'il avait ressenti tantôt. A la place, une sensation désagréable, comme quoi quelque chose lui échappait. En mentionnant le fait qu'il ne voulait pas avoir l'impression de se servir de lui, Eric avait sans doute cherché à se montrer franc, voir rassurant. Mais Jack n'avait jamais envisagé d'être manipulé, et cette mention lui avait soudain remis en mémoire cette politique à laquelle se livraient les bien-nés. Et pour laquelle il n'était sans doute qu'un pion. Sans que cette réflexion n'est été clairement formulée dans son esprit, Jack ne pouvait s'empêcher de se sentir insignifiant face au bourgeois.



avatar
Citoyen

On m'appelle Moda l'Imposteur


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : (Sant - Poseinos)
MON AGE : 31
Masculin
MESSAGES : 305
AGE : 27
INSCRIT LE : 28/12/2012
PSEUDO HABITUEL : Moda
Joyaux : 25
http://www.ile-joyaux.com/t1247-moda-l-imposteur
Posté dans Re: On ne fait pas de portrait sans casser des oeufs - Prélude   - Dim 20 Jan 2013 - 3:49

Moda sembla ne pouvoir s'empêcher de lâcher un rire sonore en observant la perplexité du peintre. Cette euphorie traduisait en partie la satisfaction d'avoir réussi une affaire, mais c'était aussi une euphorie calculée, destinée à détendre une atmosphère alourdie par cette trame à l'aspect, il est vrai, plutôt suspicieux.

"Ah mais bien au contraire mon ami, bien au contraire, je suis moi même surpris de ne pas avoir eut cette idée plus tôt tant elle me parait parfaitement appropriée."


Le large sourire qu'il arborait ne le quitta plus. Il se désaltéra d'une mince gorgée d'alcool avant de reprendre à voix plus posée:

"Ces petits jeux entre marchands paraissent certes très obscures temps qu'on n'y a pas été introduit, et encore aujourd'hui je ne puis prétendre à en percevoir les ficelles, à vrai dire je me contente de répondre au besoin de mon client... tout comme vous en somme. "

Le ton se voulait réconfortant. Même pour effectuer une tâche simple il avait besoin de pouvoir accorder une confiance totale en ses pièces, cette confiance ne pouvait s'obtenir que par une confiance réciproque, à aucun moment il ne devrait lâcher sa garde. Si il laissait la moindre brèche dans son jeu, une marrée insurmontable de soupçon s'y engouffreraient et non seulement le travail effectué serait perdu, mais le résultat en serait irrémédiable. Il n'aurait plus qu'à trouver un autre peintre en somme... Le sujet dont il disposait ne semblait toutefois pas courir les rues.

Tendis que Moda laissait ses mots s'imprégner dans l'esprit de Jack, le serveur revint avec les entrées, il les disposa face à leurs destinataires respectifs puis leur proposa de les resservir en vin. Moda dont le verre était à peine entamé accepta qu'on lui resserve une lichette. Il laissa à Jack le privilège de commencer à déguster son plat avant de reprendre.

"Je vous introduirais moi même chez le marchand en question, bien sur il reste quelques détails à régler mais je pense que vous pourrez vous mettre au travail sous peu."

Tout en parlant il avait découpé et piqué quelques morceau de son entrée. Il les porta à sa bouche et se laissa porter par les saveurs délicates qui inondaient sont palais. Mastiquant discrètement il ingurgita sa nourriture à petite gorgée. Ces derniers jours il n'avait put se laisser aller à la gourmandise et il en oublia presque Jack. Le silence qui en découla était un véritable hommage à la cuisine du restaurant. Il ne reprit la parole qu'après avoir vidé la moitié de son assiette.

"Nous nous rendrons à Midel-Heim avec mon transport personnel, mais dites moi, combien de temps encore comptez vous rester à Sant-Poseïnos?"
S'essuyant la bouche d'un coin de serviette, il compléta: "Je ne voudrais pas écourter votre séjour dans une si belle ville"
avatar

On m'appelle Jack l'Infortuné


Infos Personnage
RANG: Dionnia [soeur, prédef],Venycia, l'Imposteur, Miobë, Mike, Eshisil...
VILLE & APPARTENANCE : Actuellement à Vanylle, mais originaire de Vuulte.
MON AGE : 22 ans.
Féminin
MESSAGES : 696
AGE : 22
INSCRIT LE : 30/10/2012
PSEUDO HABITUEL : Mentheloup
Joyaux : 98
http://www.ile-joyaux.com/t1139-jack-belfort-peintre-ou-debauche#31088 http://www.ile-joyaux.com/t1135-jack-belfort#30995
Posté dans Re: On ne fait pas de portrait sans casser des oeufs - Prélude   - Dim 20 Jan 2013 - 17:15

Il sembla à Jack que par son rire, Moda ne faisait qu'affirmer qu'il était en situation de force. Voulant nier le frisson qui lui parcourait le dos, le jeune homme voulut prendre une autre gorgée de vin, avant de se rendre compte que son verre était vide. Avec un soupir, il répondit :

Les "jeux" des marchands... Rien qui ne m'attirent, je dois l'avouer, mais... Une commande ne se refuse pas... Surtout pour aider un ami.

Le sourire de Jack tremblait quelque peu, et la dernière phrase n'était plus qu'un murmure. Il espérait bien que sa crainte se dissiperait vite, de préférence avec l'entrée à l'odeur attirante qu'on lui proposait, tout en refusant davantage de vin. Après quelques bouchées, qu'il tenta de savourer au mieux, il crut bien que le nœud se desserrait alors que chaque morceau apportait son lot de saveurs, et qu'il observait le visage de son vis à vis... Qui semblait apprécier la cuisine autant que lui, voir davantage. Le silence lui permit de se reprendre un peu, imaginant un instant ce visage prochain qu'il allait peindre, selon toute vraisemblance.

La possibilité d'approfondir autant que possible...Tout dépendra du tempérament du client, s'il sera pressé, s'il supportera de tenir la pose... S'il portera vraiment intérêt à la réalisation de ce portrait ou non. Cette dernière idée le chagrinait toujours, que certaines personnes qui étaient prête à payer ne lui permettait pas d'aller jusqu'au bout de la toile. D'un côté, il restait avec un sentiment d'inachevé, de l'autre, l'impression qu'il ne remplissait pas tout à fait les termes de la commande. Mais les priorités n'étaient pas les même pour tous...

Et je crois qu'Eric m'a posé une question... Revenant sur terre (ainsi l'aurait sûrement dit Dionnia, après lui avoir donné un discret coup de pieds exactement à l'endroit sensible, pour qu'il se concentre), Jack parvint à saisir les dernières bribes, pour répondre empressement.

Quelques jours tout au plus, il me semble. Encore une ou deux retouches à voir avec mon employeur, et je serais libre de partir, si ce délai vous convient. Pour ma part, je ne m'attendais pas à ce qu'une occasion se présente si vite. Puis il comprit un détail, et questionna avec un peu de gène. Désirerez-vous une compensation pour le transport ? D'ordinaire, mon commanditaire se charge des frais pour le voyage, car il n'est pas rare que l'on me demande dans une ville autre que celle où je demeurais.

Et ces sur ces mots que Jack se rendit compte que son corps s'était détendu. Si ce n'est ce léger malaise de proposer un paiement au bourgeois, son inquiétude s'était éclipsée, et il lui semblait être dans la situation habituelle de négoce qu'il pouvait avoir avec l'envoyé de son prochain commanditaire.

Le serveur revint chercher les assiettes vides, Jack en profitant pour demander un autre verre d'eau. Les plats ne tarderaient sans doute plus, et le jeune homme voyait les instants à suivre comme agréables. En simplifiant à l'extrême : il se trouvait en bonne compagnie, dans un restaurant de qualité, et avec une perspective de travail immédiate. Pas de quoi s'en faire... Songea-t-il.

Ainsi en serai-il.



avatar
Citoyen

On m'appelle Moda l'Imposteur


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : (Sant - Poseinos)
MON AGE : 31
Masculin
MESSAGES : 305
AGE : 27
INSCRIT LE : 28/12/2012
PSEUDO HABITUEL : Moda
Joyaux : 25
http://www.ile-joyaux.com/t1247-moda-l-imposteur
Posté dans Re: On ne fait pas de portrait sans casser des oeufs - Prélude   - Mer 23 Jan 2013 - 16:33

Jack ne démontrait pas un idéal d'enthousiasme mais il n'en fallait pas plus pour le sang mêlé, la commande serait traitée, il fallait seulement espérer qu'elle serait acceptée par le marchand, après quoi Jack ne présenterait sans doute plus d'utilité. Ou peut-être que si, la vie prenait parfois des tournants imprévus. En tout cas la négociation avait été relativement aisée et ce n'était pas plus mal.

"Une compensation, non, vous plaisantez, le service que vous me rendez vaut à lui seul plus que cela. Détendez vous donc, vous n'avez pas à être si formel avec moi, je ne suis pas un marchand !"


Comme pour illustrer son propos, il porta son verre à ses lèvres et but une longue gorgée puis s'essuya consciencieusement la bouche pendant que le serveur revenait avec le plat principal. L'odeur enivrante de l'Escarpon lui arracha un large sourire, semblable à celui d'un enfant à qui l'on offre une friandise. Après tout son conseil s'appliquait aussi à lui même et il comptait bien profiter dignement de ce repas. Remarquant que Jack s'était finalement laissé aller, il entama son assiette avec une faim retenue. Chaque bouchée éveillait en lui un sentiment de satisfaction et de plénitude qu'il ne voulait voir interrompu sous aucun prétexte. C'était le genre d'instant gratifiant qui élèvent l'égo et semblent le remplir d'une confiance et d'une volonté à toute épreuve. Plein d'optimisme Moda voyait à présent son futur briller devant lui, un futur glorieux dans lequel des repas plus somptueux encore seraient son quotidien.

Délaissant quelque minutes son plat il se permit de reporter son attention sur le paysage qui s'offrait à sa vue. La journée était décidément délicieuse en tout point. Partout où allait son regard il ne voyait que de bons présages et si toutes les négociations pouvait avoir le bon gout d'être aussi aisée - il pouvait bien rêver un peu - son plan lui apporterait plus que ce que tout homme peut vouloir désirer dans une vie.

"Vous savez Jack, il est possible que je vous passe commande à mon tour une fois cette affaire dûment menée."


Il se remit à son assiette, se délectant, petit morceau par petit morceau de sa nourriture. Lorsqu'ils auraient chacun fini leur repas ils se quitteraient, Moda retournerait à la gestion de ses affaires l'âme allégée, la planification des événements prochain soigneusement inscrite dans une parcelle de son cerveau.

"Je n'y avait jamais pensé auparavant mais posséder ce genre d'oeuvre peut s'avérer intéressant. Un peu comme un rappel de mes origines et de ma destination... cela dit, je pense que pour qu'une telle œuvre ait du sens, nous devrions nous connaitre d'avantage."

Et en effet ils se connaitraient mieux une fois l'affaire de Midel-Heim terminée. Que Jack ai toujours envie de peindre pour Moda après ça était en revanche beaucoup moins sur. Pour l'instant la meilleur chose à faire était sans doute de se concentrer sur le présent. Bientôt les deux hommes repartiraient chacun de leurs côté pour ne se revoir que quelque jours plus tard et mettre en route un engrenage complexe aux aboutissants incertain mais prometteurs.

On m'appelle Contenu sponsorisé

Posté dans Re: On ne fait pas de portrait sans casser des oeufs - Prélude   -

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum