AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
» Communication externe
par Loth de la Vision Mar 21 Juin 2016 - 15:06

» Réversa [ TOP ]
par Invité Ven 27 Mai 2016 - 8:21

» Le monde de Dùralas
par Invité Jeu 26 Mai 2016 - 7:00

» Anthalia
par Invité Dim 22 Mai 2016 - 15:17

» Marbrume, La Cité des Damnés
par Invité Lun 16 Mai 2016 - 15:07

» Questionnaire pour soutenir infinite RPG !
par Invité Sam 14 Mai 2016 - 17:33

» Escalus
par Invité Jeu 12 Mai 2016 - 9:02

» Mass Effect : Reborn
par Invité Mar 10 Mai 2016 - 15:00

» Forum en pause
par Asàf Lysereän Mar 10 Mai 2016 - 13:47


[RPI] Aléas et habitudes d'un homme d'Etat.

avatar

On m'appelle Davill Hadmas


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Q.G de la Milice
MON AGE : 48 ans
Masculin
MESSAGES : 93
AGE : 22
INSCRIT LE : 01/01/2013
PSEUDO HABITUEL : Merwaan
Joyaux : 20
http://www.ile-joyaux.com/t1259-davill-hadmas-a-vos-ordres-general
Posté dans [RPI] Aléas et habitudes d'un homme d'Etat.   - Sam 5 Jan 2013 - 4:50

[ Tout ce qui ne peut être joué avec de vrais personnages et qui mérite d'être couché sur papier. Ça permettra de mieux cerner le personnage, tant pour vous que pour moi. Amusez-vous bien ! ]




DC : Louhane l'Ange
avatar

On m'appelle Davill Hadmas


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Q.G de la Milice
MON AGE : 48 ans
Masculin
MESSAGES : 93
AGE : 22
INSCRIT LE : 01/01/2013
PSEUDO HABITUEL : Merwaan
Joyaux : 20
http://www.ile-joyaux.com/t1259-davill-hadmas-a-vos-ordres-general
Posté dans Re: [RPI] Aléas et habitudes d'un homme d'Etat.   - Sam 5 Jan 2013 - 12:06

Chaque changement est un nouveau commencement.

Matroos - Sant Poseinos - Le Palais du Gouverneur - Quelques jours avant la mort de Muraco.

Quelques claquement de bottes sur le sol parfaitement lustré du couloir. Un homme avance, seul, le regard fixé sur la porte qui se trouve face à lui. Une immense porte magnifiquement ouvragée, travaillée dans les moindres détails et dont on devine la provenance. Le Colonel Hadmas s'arrête devant cette porte, gardée par deux miliciens qui le saluent en un geste. L'officier décontracte ses muscles les plus noués et déglutit le plus discrètement possible. Bien qu'il tente de dégager une sérénité totale, celui qui occupe depuis une décennie s'illustre dans les plus grandes interventions miliciennes du pays n'est pas calme intérieurement.
La convocation qu'il a reçu la veille au soir lui a passé l'envie de se détendre. Une lettre provenant directement du Gouverneur. L'invitant à rejoindre la salle du Conseil aux aurores le lendemain matin.
Un des deux gardes osa un regard vers leur supérieur et avant d'ouvrir la porte, se permit une petite intervention.

- Bonne chance Colonel.

L'officier regarda son subalterne et hocha la tête avec un petit sourire. Ce garçon était jeune. Peut-être pas autant que lui lorsqu'il était entré dans la Milice, mais il avait encore le visage d'un jeune homme. Peut-être avait-il atteint la vingtaine. Car l'on ne confiait pas la protection du Gouverneur à n'importe quel soldat. Toujours est-il qu'il n'avait aucun galon sur sa tenue, et que son visage était encore trop pur pour avoir vu des horreurs.

Les portes s'ouvrirent alors, presque silencieusement. Seuls les bruits de pas des gardes poussant les battants brisèrent le silence de marbre régnant dans la salle. Davill s'avança en direction du dirigeant de leur pays qui se tenait directement en face de lui, à une trentaine de pas de là. Ce n'était pas la première fois qu'il voyait l'adolescent, mais il y avait toujours une sensation étrange qui naissait en lui. Il ignorait si il devait trouver normal que leur pays soit dirigé par un garçon qui ne connaissait la politique, l'économie et la guerre que de manière théorique. Il vouait néanmoins un grand respect aux ancêtres et prédécesseurs du jeune Gouverneur, car ces derniers avaient fait de leur mieux pour tenir Matroos au sommet de sa gloire. A ses côtés, le Bras Droit de la Milice, actuellement Général remplaçant. Cette femme lui inspirait le respect pour sa droiture et son sens du devoir, Abysse Ac'Trian.
Arrivé à dix pas de ses supérieurs, Davill s'agenouilla et baissa la tête, tel que l'indiquait le protocole.
Sur les côtés il remarqua la présence des cinq conseillers du Gouverneur qui le fixaient intensément.
Dans l'esprit du tacticien, il s'agissait d'un conseil martial, mais il ne voyait pas en quoi il pouvait être jugé, puisque rien ne justifiait un jugement. Il attendit donc que le jeune Gouverneur ne prenne la parole.

- Colonel. Relevez-vous je vous prie..

Et tandis que l'adolescent s'avançait vers lui, Davill se releva et l'observa sans broncher, les bras croisés dans son dos. Ses doigts bougeaient furtivement tandis qu'il attendait une explication à tout cela.

- Bien.. Nous avons longtemps délibéré Colonel. Vous êtes un excellent Milicien. Vous avez reçu bien des honneurs, et je pense que si Matroos est ce qu'elle est actuellement, c'est grâce à des hommes de votre trempe.

- Merci Votre Altesse.

- Mes Conseillers et le Colonel Ac'Trian m'ont dit un grand bien de vous, et ils ont vanté vos mérites. Ils m'ont affirmé que vous avez pris en charge quarante des cinquante interventions les plus vitales pour Matroos au cours de ces six dernières années. Est-ce bien vrai ?

- C'est exact Votre Altesse.

- Bien.. Avez-vous une idée de la raison pour laquelle je vous ai fait venir ici ?

Le Colonel jeta un regard vers sa supérieure hiérarchique l'espace d'un instant, cherchant un soutien chez sa collègue avant de fixer le vide à nouveau.

- Non Votre Altesse. Je m'interrogeais sur les motifs qui me vaudraient l'honneur d'être ici, mais je ne vois pas Votre Altesse.

L'adolescent s'arrêta face à lui, un sourire aux lèvres, le fixant du haut de ses 15 ans et de son mètre soixante-dix.

- Que diriez-vous d'une promotion Colonel ?

Brisant son stoïcisme militaire, Davill posa son regard sur le Gouverneur avec surprise. Il avait réussi à attirer son attention, et il le savait car un sourire plus grand encore se dessina sur son visage. Comme sur celui d'un garçon qui a réussi à mener son plan à bien.

- J'ai peur de ne pas comprendre Votre Excellence. Colonel est le grade le plus élevé de notre Milice. Et..

Bien entendu il avait compris, mais c'était quelque chose à quoi il ne s'attendait pas.

- Colonel. Laissez moi vous dire quelque chose. Nous avons un besoin irrémédiable de maintenir la sécurité de notre territoire. Et nous avons l'ultime nécessité d'un homme comme vous. Vous êtes capable de trouver des solutions à tous les problèmes d'ordre militaire. Tous les rapports faits par vos collègues, ou par Le Général Remplaçant ici présente, font l'éloge d'un soldat talentueux, droit et intelligent. C'est exactement ce dont Matroos a besoin. Vous n'êtes pas sans savoir que des évènements prennent part bien au Sud. Qu'à des milliers de kilomètres d'ici se trouve un territoire que nous.. Nous nous devons de posséder.

- C'est exact Votre Altesse. Je suis au courant de la situation votre Altesse.

Bien plus qu'au courant, Davill avait proposé quelques possibilités pour la situation aux Erfeydes, et il espérait pouvoir influer directement sur le court des évènements au cas où ils tourneraient mal. La proposition du Gouverneur était inespérée, et elle lui ouvrait des portes jusqu'alors closes.

- Bien. Au nom de Matroos, de son Conseil, et de moi-même, vous êtes nommé Général de la Milice, et ce jusqu'à ce que la mort vous emporte. Ou que vous soyez jugé pour une affaire de moeurs.. N'est-ce pas ?

C'était avec un sourire amusé que le Gouverneur avait terminé sa phrase. Il fixa le Colonel du regard, attendant une réaction.

- Je.. C'est un honneur Votre Altesse. Je ne vous décevrai pas, soyez en assuré.

- Je n'en doute pas Davill. Bien. Maintenant que tout ceci est terminé, que diriez-vous de petit-déjeuner en ma compagnie ? J'aimerais entendre vos propositions sur la sécurité intérieure et sur les différents changements que vous souhaiteriez voir s'appliquer sur l'ensemble de la Milice et de sa gestion..

Mais Davill était déjà bien loin de là. Son esprit vagabondait ailleurs, il remerciait Vama de lui avoir fait ce présent. Et tandis que les conseillers étaient congédiés, et que le Bras Droit venait le féliciter de sa nomination, le Général fraîchement promu pensait à la manière dont la nouvelle serait accueillie.. Lui qui devenait un des hommes les plus importants de Matroos immédiatement après le Gouverneur.




DC : Louhane l'Ange
avatar

On m'appelle Davill Hadmas


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Q.G de la Milice
MON AGE : 48 ans
Masculin
MESSAGES : 93
AGE : 22
INSCRIT LE : 01/01/2013
PSEUDO HABITUEL : Merwaan
Joyaux : 20
http://www.ile-joyaux.com/t1259-davill-hadmas-a-vos-ordres-general
Posté dans Re: [RPI] Aléas et habitudes d'un homme d'Etat.   - Ven 8 Mar 2013 - 9:32

Miroitement d'horreur.

Matroos - Sant Poseinos - Le Palais du Gouverneur - Bureau de Davill - Entre les divers évènements des Erfeydes

Poing fermé, coude posé sur le bureau, les yeux parcourant des lignes de rapports et de compte-rendus. Seul dans cet espace qui lui est réservé, Davill a l'occasion de réfléchir à un tas de choses. Tandis qu'il lit un rapport sur des faits de piraterie aux alentours d'Errande, ses doigts s'occupent en glissant le long du meuble vernis. Trop de piraterie ces derniers temps. Une activité en hausse de la part des Vanylliens, et ils ne sont toujours pas capables de rejoindre cette ville sans perdre leurs navires dans les courants aériens. Ces satanés pirates le savent et ils parcourent Grand Vent sans même sembler s'inquiéter des patrouilleurs Matrosciens. D'un geste du poignet il ratifie le rapport, preuve de sa lecture. Au crayon de bois il annote les mesures à prendre concernant les pirates : Embuscades, poursuites, arrestations et mise à prix des criminels connus et moins connus. Il n'y a plus de répit à donner à ces barbares.

Avec douceur il dépose le dossier sur le côté du bureau, au dessus d'une pile déjà bien haute qui résume son travail depuis ce matin. Il se lève doucement, prenant appui sur les accoudoirs de son fauteuil, et il marche dans cette immense salle, observant la vue qu'il possède sur Sant Poseinos et les jardins du Palais. Tout a l'air si calme ici. Ils sont si paisibles, ces Matrosciens qui ignorent tout des ennuis qui les guettent. A commencer par ces barbares de l'Île glacée... Bien sûr ils ne semblent pas avoir de moyens de transport pour rejoindre leur territoire, mais ils sont là, et ils ne sont pas pacifiques. Rien ne semble pouvoir les arrêter, et ils ne se contentent pas d'être agressifs envers eux, les rapports parlent d'un comportement excessivement porté sur la violence. Le meurtre du chamane Muraco est une preuve irréfutable de cette incapacité à raisonner et à discuter diplomatiquement.

Quant à cette soldat qui se trouve derrière les lignes ennemies, et qui n'a pas été retrouvée, Alex Skye. Si seulement elle pouvait donner un signe de vie. Mais ces barbares, aussi primitifs soient-ils, n'ont pas pu se contenter de l'éliminer. Davill est incapable de saisir si son instinct lui dit ça, ou si c'est un raisonnement logique, mais il doute du décès de cette femme.

Et puis il y a ce message de Saule indiquant que les relations avec les Veilleurs Pourpres sont plus tendues que jamais. Va-t-il falloir mettre un terme à la trêve avec les Korruliens ? Est-il nécessaire d'en arriver là alors qu'ils semblaient enfin obtenir un semblant d'accord et d'entente ? Il n'a jamais vraiment travaillé à l'entretien des relations avec les habitants du centre de l'Île. La fin de la trêve serait l'annonce d'un retour à une relation tendue, les obligeant à se méfier de deux adversaires sur le même terrain alors qu'il est indéniable que l'ennemi commun est suffisamment dangereux pour ne pas diviser leurs forces.

Quelle stupidité. Quelle idiotie de se comporter ainsi. Et ce Vaarden qui ne répond pas à sa lettre. Qu’espèrent donc ces peaux mates en ignorant ainsi la communication ? Les relations doivent s'entretenir ! Ils ne peuvent se contenter de laisser dépérir ainsi ce que leurs ancêtres ont tenté de bâtir au fil du temps. C'est impossible.

L'horreur est en train de se lever au Sud, que l'ennemi les attend au bord de son immense muraille. Prier Vama ne sera peut-être pas suffisant pour résister à cet ennemi. L'heure est grave, Matroos risque d'entrer dans une ère de guerre sans précédent. Et c'est à lui que revient la tâche de la mener à bien.

Soupir d'accablement. Que Vama soit avec ses enfants.




DC : Louhane l'Ange
avatar

On m'appelle Davill Hadmas


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Q.G de la Milice
MON AGE : 48 ans
Masculin
MESSAGES : 93
AGE : 22
INSCRIT LE : 01/01/2013
PSEUDO HABITUEL : Merwaan
Joyaux : 20
http://www.ile-joyaux.com/t1259-davill-hadmas-a-vos-ordres-general
Posté dans Re: [RPI] Aléas et habitudes d'un homme d'Etat.   - Mer 17 Avr 2013 - 9:27

Ultime tentative

Matroos - Sant Poséinos - Appartements privés du Général Hadmas - Un soir, après le dîner

Assis dans le petit salon, un imposant livre ouvert sur ses genoux, le grand général semble pensif. Ses yeux fatigués cachés derrière de minuscules lunettes observent le vide avec une étrange intensité. Qu'il est difficile d'être parmi les grands. Au cours des derniers mois Davill a eu maintes fois l'occasion de se faire cette remarque. Ses pensées se partagent entre son devoir, ce qu'il a l'occasion d'observer, et ce qu'il se met à penser de plus en plus intimement.

De l'extérieur Matroos semble être gérée par le Gouverneur, cet adolescent à peine sorti du sevrage maternel. Bien sûr les décisions les plus importantes sont signées par le jeune homme, mais les réflexions se font à divers niveaux, et Davill se rend compte que l'organisation est depuis trop longtemps névrosée. Les administrations lentes, les bureaux désorganisés, les offices trop nombreuses, et les tâches divisées entre plusieurs bureaux alors qu'un seul suffirait.

Ses mains musclées referment le livre, et le quasi quinquagénaire attrape son verre de vin et l'hume longuement avant d'en prendre une gorgée. Alors qu'il n'en avait jamais eu l'idée auparavant, il s'est plusieurs fois surpris à échafauder un coup d'Etat, à imaginer ce qu'il adviendrait de Matroos si quelqu'un renversait le diktat gouvernemental. Probablement rien. Ce que souhaitent les habitants c'est avoir un homme acceptant de prendre les grosses décisions à leur place. Du moment que cette personne n'abuse pas d'eux et de leur servilité.

La lueur des diverses lampes à huiles et bougies qui éclairent la pièce vacille l'espace d'un coup de vent, donnant un aspect lugubre au visage du bon général. Il est temps pour Matroos de s'émanciper de ses traditions. Il lui faut s'entourer d'hommes et de femmes doués, qui accepteront de prendre ce risque à ses côtés. Il ne s'agira pas de procéder à une rébellion : Matroos sera lentement un état dont il aura la gouvernance en compagnie des plus sages. Un idéal à atteindre.

Mais qui ? Des hommes et des femmes brillantes Matroos n'en manque pas, mais qui saura lui être loyal ? Abysse le sera certainement, peut-être qu'il en sera de même pour la conseillère Vitelli. Il lui faudrait l'appui d'au moins la moitié du conseil.. D'ailleurs Davill ne souhaite pas avoir à user de l'armée pour parvenir à ses fins, hors de question de créer un état totalitariste et militaire.

L'heure est venue.

Demain Matroos changera de visage.




DC : Louhane l'Ange

On m'appelle Contenu sponsorisé

Posté dans Re: [RPI] Aléas et habitudes d'un homme d'Etat.   -

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum