AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
» Communication externe
par Loth de la Vision Mar 21 Juin 2016 - 15:06

» Réversa [ TOP ]
par Invité Ven 27 Mai 2016 - 8:21

» Le monde de Dùralas
par Invité Jeu 26 Mai 2016 - 7:00

» Anthalia
par Invité Dim 22 Mai 2016 - 15:17

» Marbrume, La Cité des Damnés
par Invité Lun 16 Mai 2016 - 15:07

» Questionnaire pour soutenir infinite RPG !
par Invité Sam 14 Mai 2016 - 17:33

» Escalus
par Invité Jeu 12 Mai 2016 - 9:02

» Mass Effect : Reborn
par Invité Mar 10 Mai 2016 - 15:00

» Forum en pause
par Asàf Lysereän Mar 10 Mai 2016 - 13:47


« Chaque rencontre est unique. » [VIOLENT] [Privé: Kalysta Klytië & Dhungaärd Hasëkar]

Invité

On m'appelle Invité

Posté dans « Chaque rencontre est unique. » [VIOLENT] [Privé: Kalysta Klytië & Dhungaärd Hasëkar]    - Mar 26 Fév 2013 - 6:22


Depuis combien de jours Noomïa avait-elle quitté la Peuplade ? A vrai dire, la jeune déserteuse avait arrêté de compter depuis qu’une tempête de neige l’avait forcée à se faire un abri des plus archaïques à l’aide de son lien si précieux. Ayant du se séparer de sa monture pour éviter se s’encombrer, elle s’était donc retrouvée seule dans son périple. Bien déterminée à quitter les Erfeydes afin d’aspirer à une vie meilleure, la demoiselle se laissait donc guider par ses sens aiguisés tout en prenant garde de ne pas se faire piéger. Seule contre tous, tel était devenu son statut. Cependant, elle s’en fichait royalement et n’en restait pas moins convaincue que son peuple sans foi ni loi courait à sa perte à cause de ce Gardien qui n’était qu’un prétexte pour expliquer tous les faits et gestes possibles et inimaginables. Peu lui importait d’avoir choisi un chemin des plus ardus à cause de la nature des gens qui l’avait arpenté, peu lui importait de devoir fuir sans cesse pour arriver à atteindre ses rêves du bout des doigts… Tout ce qu’elle souhaitait était de partir, loin de cette terre où le froid régnait en maître.

Ainsi, Noomïa passait ses journées à crapahuter dans la neige sans vraiment avoir une destination fixe tout en évitant soigneusement les points de rassemblement. Lorsque la nuit tombait, elle se mettait à la chasse en s’aidant de son affinité si poussé avec cet élément qui était le sien et qui lui permettait de voir le monde à sa façon. Les débuts furent difficiles et bon nombre de fois la jeune fille passa des journées sans manger… Mais l’instinct de survie finit par rentrer, et elle devint très vite assez habile dans la matière pour satisfaire un minimum son estomac grognon. Les seuls points qui continuaient de l’effrayer concernaient les autres, ceux qui la pourchassaient pour en finir et la traquaient sans relâche. Combien de fois avait-elle du ruser, filer, se cacher, pour éviter de se faire tuer ? Bien trop pour pouvoir les compter et cela n’était que le début.

Cela faisait deux jours à présent qu’elle n’était pas tombée sur un de ses semblables. Marchant silencieusement tout en évitant d’être trop à découvert, Noomïa donnait l’impression de regarder au loin, comme pour tenter de voir quelque chose dans le décor d’un blanc immaculé. Cependant, ses yeux ne discernaient rien, pas la moindre lumière, pas la moindre forme et ce, depuis ça naissance. De ce fait, la demoiselle se concentrait pour arriver à voir à sa manière en utilisant son affinité avec la terre. Se fiant à chaque vibration elle avançait aussi prudemment qu’une pauvre bête traquée, et réagissait à chaque sensation suspecte.

C’est alors qu’une présence se fit ressentir, une présence qui approchait et qui allait bientôt la surprendre. N’ayant rien d’animale, Noomïa sut très rapidement qu’il s’agissait d’une personne. Mais de quel camp ? A priori, elle était seule, mais cela pouvait très bien être un éclaireur. N’attendant pas une seconde de plus, la fuyarde commença à accélérer la marche tout en restant camouflée par le décor dans le but de contourner l’inconnu qui se dirigeait vers elle et dans l’espoir de ne pas se faire repérer. Par précaution, elle usa de son lien avec l’Ithylium pour couvrir ses mains de gants en terre munis de griffe. Le combat ne faisait pas parti de ses atouts mais si la situation dégénérait, elle devait être préparée à toute éventualité. La confiance n’avait jamais été son point fort, et depuis qu’elle avait décidé de rejoindre les Déserteurs, elle était devenue inexistante. Cependant, un étrange pressentiment lui donnait l’impression que s’il y avait rencontre, celle-ci ne serait pas des plus déplaisantes... Vérité ou mensonge ?
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: « Chaque rencontre est unique. » [VIOLENT] [Privé: Kalysta Klytië & Dhungaärd Hasëkar]    - Mar 26 Fév 2013 - 8:17

    Pour la première fois depuis bien longtemps, la tempête semblait s'être calmée. Après avoir passé plusieurs jours enfermée dans une grotte sombre et lugubre, ne devant sa survie qu'à son lien précieux qui lui permettait de se réchauffer un peu, Kalysta était soulagée de pouvoir enfin sortir et chasser un peu. Son estomac criait famine depuis plusieurs jours déjà, mais par des intempéries pareilles, mieux valait souffrir de la faim plutôt que mourir d'hypothermie au fond d'une crevasse camouflée par la poudreuse. D'autant plus que l'ithylium feu qu'elle maîtrisait pourtant bien ne lui était d'aucun secours face au courant polaire qui soufflait d'une force telle qu'il éteignait instantanément la moindre flamme qu'elle créait à partir des quelques gouttes d'ithylium pur qu'elle concervait précieusement dans une petite fiole.

    La jeune femme marchait au hasard de son instinct, sans but précis puisque de toute manière elle n'avait pas l'intention de retourner à l'endroit où elle avait passé ses dernières nuits. Il était dangereux pour un Déserteur de rester trop longtemps au même endroit, et si la tempête l'avait gardée plus ou moins à l'abri de ceux qui n'hésiteraient pas à la tuer, elle devait à présent trouver un autre camp de fortune, plus discret. Elle avançait donc aisément dans la neige profonde mais légère, à la recherche de traces d'un quelconque animal dont elle pourrait faire son repas. Elle ne se faisait pas de souci, cela faisait maintenant une année ou deux qu'elle avait été exclue de la Peuplade et elle n'en était pas morte pour autant, elle avait toujours trouvé de quoi se nourrir.

    Un léger courant froid faisait voler la poudreuse autour d'elle, créant comme un épais brouillard opaque qui l'empêchait de voir au loin. Si ce sale vent avait l'avantage de recouvrir ses traces de pas, de sorte que personne n'aurait pu se douter de son existence, il avait aussi l'inconvénient de dissimuler toute traces de passage d'animaux en tout genre. Décidément, le climat n'était pas de son côté, ces derniers temps !
    Alors que la blonde solitaire réfléchissait à un moyen d'attirer du gibier, elle fut surprise par un souffle de vent beaucoup plus intense que les autres et qui la fit tanguer sur ses pieds. Elle cessa sa course pour reprendre son équilibre et remarqua, non sans étonnement, qu'elle s'était arrêtée à quelques centimètres seulement d'une énorme crevasse auparavant camouflée par les tourbillons de neige légère qui dansaient autour d'elle. Elle soupira de soulagement avant de prendre une autre direction.

    Finalement le vent semblait vouloir l'aider, en fin de compte, puisqu'elle tomba directement sur des traces. La neige les avait déjà recouvertes en partie, si bien qu'elle ignorait à quelle espèce celles-ci pouvaient bien appartenir. Dans le doute, et guidée par la nécessité de se nourrir, elle décida de les suivre. Il ne lui fallut pas beaucoup de temps pour apercevoir une silhouette sombre à travers les envols de poudreuse. C'était un humain, tant pis. Kalysta s'apprêtait à rebrousser chemin une fois de plus quand elle s'aperçut que la silhouette se dirigeait tout droit vers la crevasse qu'elle-même avait évité de justesse. Elle hésita. A vrai dire, elle n'en avait rien à faire. C'était une solitaire pure et dure, elle détestait les gens et n'avait certainement pas envie de lui adresser la parole. De plus, ça pouvait très bien être un éclaireur qui, une fois la vie sauve, appelerait ses alliés avec lesquels il se ferait un plaisir de lui faire la peau. Inutile donc de prendre des risques bêtement. D'un autre côté... D'un autre côté Kalysta se faisait de plus en plus faible, tiraillée par la faim, et de toute évidence le gibier avait fui la tempête et s'était dirigé plus au Sud, à plusieurs jours de marche. Elle craignait de ne pas y parvenir seule, et ce mystérieux inconnu avait peut-être de quoi calmer son estomac.
    Figée au milieu de l'immensité blanche, elle tergiversait. Il ne restait plus beaucoup de temps. Ce fut son estomac qui décida à sa place.

    - ATTENTION !

    Ca y est, elle était à découvert. Si ce mystérieux inconnu avait de mauvaises intentions il lui suffirait de la rattraper et la tuer, de toute façon elle était trop faible pour courir. Tendue, la boule au ventre, Kalysta observa la réaction de la silhouette qui, à son grand étonnement, ne courut pas directement sur elle.
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: « Chaque rencontre est unique. » [VIOLENT] [Privé: Kalysta Klytië & Dhungaärd Hasëkar]    - Mar 26 Fév 2013 - 11:16


Tout en alliant concentration et habilité, Noomïa se déplaçait en silence afin de ne pas rentrer dans le champ de vision de l’inconnu dont elle avait senti la présence. Cependant, et à son grand malheur, le chemin qu’elle avait pris pour sa fuite n’était pas des plus simples. Bien au contraire. En effet, le terrain semblait se creuser aussi dangereusement que brutalement, comme si la Terre avait souffert d’une quelconque blessure et que cela avait laissé une profonde cicatrice. Jamais la demoiselle n’avait ressenti une telle sensation auparavant, ou du moins jamais à ce point. Bien trop habituée à avoir analysé les Cimes Hérissées ainsi que les alentours, elle avait l’habitude des petites fissures dans le sol mais pas des crevasses aussi immenses.

Cependant, cela ne l’empêcha pas de continuer. Après tout, elle avait un lien qui pouvait sûrement lui permettre de faire quelque chose pour passer ce petit souci sans perdre bêtement la vie. Mais avant qu’elle ne puisse se concentrer pour tenter quelque chose, une voix finit par retentir au loin, une voix de femme qui la prévenait du danger. S’arrêtant brusquement dans son élan suite au mot qu’elle venait d’entendre, Noomïa attendit quelques secondes avant de faire quelque chose. Si l’inconnue avait été son ennemie, elle n’aurait jamais ouvert la bouche pour la sauver. Toutefois… Pouvait-elle se fier à une voix et un acte bienveillant ?

*Eh merde.*

Ne pouvant fuir dans une telle position, la demoiselle sortit alors de sa cachette afin d’en savoir plus sur la voix féminine qui était arrivée jusqu’à ses oreilles. Lentement mais sûrement, les mains toujours recouvertes des gants en terre, l’esprit entièrement focalisé sur les sensations qui venaient à elle du sol, elle s’avança avec prudence tout en restant cachée de potentiels autres regards. Les yeux faisant mine de fixer le coin où se trouvait la femme, Noomïa commençait à se poser mille et une questions. Depuis son départ, jamais elle n’était tombée sur un déserteur. A chaque fois il lui avait fallu fuir pour préserver sa vie. Mais là, tout lui semblait. Cette inconnue était la première à se montrer un tant soit peu amicale.

De ce fait, et lorsqu’elle jugea être assez près, la fille aux iris pâles fit alors entendre sa voix, le faciès dirigée vers son interlocutrice dont elle sentait la présence par le biais de son élément.

« Merci.. mais je…»

Son côté colérique qui naissait lorsqu’on la prenait pour une faible avait voulu se manifester… Après tout, elle avait toujours su qu'il y avait une crevasse! D'ailleurs elle avait même pensé à utiliser son lien pour la franchir. Cependant, et afin de ne pas se faire tuer bêtement, elle avait jugé bon de se taire après son remerciement. Après tout, elle n’avait pas l’air d’être en face d’un ennemi. La personne avait voulu la préserver, non la tuer. D’autant plus qu’il était rare de voir une âme qui vive armée de « bonnes intentions » dans ce monde… Il ne lui restait juste qu’à en apprendre un peu plus pour être fixée et montrer les crocs si la situation venait à s’envenimer.

Ainsi, et en prenant un ton quelque peu méfiante, Noomïa resta sur place et finit par lancer une question tout en faisant mine de fixer l’endroit où se trouvait la présence féminine.

« Vous… êtes... dans quel camp ?»

Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: « Chaque rencontre est unique. » [VIOLENT] [Privé: Kalysta Klytië & Dhungaärd Hasëkar]    - Mer 27 Fév 2013 - 3:00

    Toujours immobile, Kalysta observait attentivement les moindres faits et gestes du mystérieux inconnu. Elle regrettait déjà amèrement d'avoir agi, elle qui évitait toujours si soigneusement le contact avec tout être humain. Elle se sentait prise au piège, littéralement, et la boule qu'elle avait dans le ventre commençait à bouillonner, faisant monter la pression en elle. Elle respira un grand coup, bien décidée à reprendre le contrôle d'elle-même. La peur et l'appréhension étaient des sentiments parfaitement inutiles, ainsi elle tenta de les chasser rapidement de son esprit.
    La fameuse silhouette se retourna et vint à sa rencontre. Le vent léger continuait à faire tourbillonner la neige fraîche, si bien qu'elle n'arrivait pas à en distinguer clairement les contours. Le temps semblait passer au ralenti, le suspense montait. S'agissait-il d'un Déserteur, comme elle, ou d'un factionnaire qui n'hésiterait pas à lui faire la peau sans aucun remords? Quand la grande blonde vit sortir dela brume une silhouette fine et plutôt menue, elle fut tout d'abord soulagée, mais lorsqu'elle remarqua les mains de ll'inconnue, entourées de gants de terre et munies de griffes, son instinct de survie reprit brusquement le dessus. Elle recula de quelques pas, presque par réflexe, afin de garder une distance de sécurité, attendant de connaître les intentions de l'ennemi. Elle la laissa sortir complètement du tourbillon de neige qui obscurcissait sa vue et, soudainement, son sang se glaça. Ce regard... Ce n'était pas humain ! Surprise par les yeux transluscides de la mystérieuse inconnue, Kalysta transforma presque sans y penser un peu d'ithylium pur en une imposante flamme qui trônait fièrement à côté d'elle, prête à former une barrière entre elles deux.

    Ainsi quelque peu rassurée, elle concentra son regard sur les lèvres de l'inconnue, évitant soigneusement de plonger ses yeux dans les siens. Elle ne semblait pas dangereuse après tout, ni armée d'ailleurs, si ce n'était le moyen de défense qu'elle avait créé grâce à son lien. Mais Kalysta était presque persuadée qu'elle ne s'en servirait pas sans menace apparente et, après tout, elle venait quand même de lui sauver la vie, en quelque sorte. Elle ne semblait pas non plus posséder de quoi se nourrir, malheureusement. Ainsi, quand la fille qux griffes étincelantes demanda à la grande blonde à quel camp elle apartenait , celle-ci comprit qu'il s'agissait d'une Déserteuse, comme elle, et qu'elle craignait simplement pour sa propre vie. Légitime, après tout, la solitude rend paranoïaque. Pourtant, déçue et fâchée d'avoir voulu sauver la vie d'une fille qui ne lui serait, de toute évidence, d'aucune utilité, Kalysta lui répondit plutôt sèchement.

    - C'est bon je vais pas te bouffer...

    Suite à quoi elle tourna les talons, persuadée d'en avoir fini avec la jeune fille aux yeux effrayants. Après tout, son ventre criait toujours autant famine et ce n'était pas en discutant joyeusement avec une inconnue que ça allait s'arranger. D'autant plus que la discussion n'était pas vraiment son point fort. Le problème était qu'elle se sentait vraiment très faible - saloperie de tempête qui l'avait empêchée de chasse. Il fallait dorénavant qu'elle pense à faire quelques réserves en cas de coup dur. Se sentant défaillir, elle ralentit le pas jusqu'à s'arrêter complètement, à quelques mètres à peine de l'endroit d'où elle était partie. Génial.
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: « Chaque rencontre est unique. » [VIOLENT] [Privé: Kalysta Klytië & Dhungaärd Hasëkar]    - Mer 27 Fév 2013 - 7:48


Une douce chaleur s’était répandue dans l’atmosphère, réchauffant sensiblement les pommettes rosées de Noomïa. Du feu, il était là, devant ses yeux vides, juste à côté de la femme… Faisant très rapidement le rapprochement avec l’Ithylium, la demoiselle resta tout de même à bonne distance pour ne pas se faire brûler malencontreusement. Toujours sur ses gardes, elle attendit alors patiemment qu’une réponse vienne l’éclairer tout en prêtant attention aux vibrations qui l’éclairaient sur ce qu’il se passait aux alentours.

Lorsque la voix de l’inconnue se fit entendre de nouveau, ce fut très différent de la première fois. Sèche, directe, légèrement déçue, elle avait lancé une phrase quelque peu vexante puis avait commencé à tourner les talons pour partir. Vexée, la jeune déserteuse, qui avait mis son caractère de cochon de côté pour commencer sur une bonne base, fronça les sourcils et croisa les bras en prenant soin de ne pas se blesser avec ses gants improvisés. Faire preuve d’un minimum de gentillesse n'avait servi à rien, ainsi, elle lança un soupir déconcertant et exprima ses pensées sur un ton plus froid à son tour.

« Ho, ça va hein, j’l’avais anticipée la crevasse, j’voulais juste être un minimum polie, c’était vraiment tr... »

Coupée dans son élan de colère par le fait d’avoir senti la femme s’arrêter, Noomïa avait fini par se taire. Son regard étrange se figea alors en une expression suspicieuse, prête à agir si ses paroles n’avaient pas été appréciées. Cependant, l’inconnue ne repartit pas, au contraire, elle resta sur place, à quelques pas d’elle… Très rapidement, la jeune fille se concentra sur cet arrêt soudain, comme pour essayer de comprendre ce qu’il se passait. Elle perçut alors les vacillements des jambes de la Déserteuse, tout comme le bruit de son souffle… La fatigue était là, bien présente, et elle dominait largement cette inconnue qui avait fini par se montrer sèche.

Laissant tomber la terre qui recouvrait ses mains comme pour traduire des bonnes intentions, Noomïa finit par se faire entendre une nouvelle fois, d’une voix inquiète mais non dépourvu de force, tout en restant à sa place.

« Hé, ça va ? »

Quelle étrange situation. Voilà que la demoiselle commençait à s’inquiéter pour une personne qu’elle ne connaissait pas. Était-ce le fait d’être face à une semblable qu’elle se comportait de la sorte ? Peut-être… Mais était-ce raisonnable ? Après tout, les déserteurs n’étaient pas tous comme elle… Certains avaient tué, pillé, violé, torturé… Et si cette femme faisait partie de ces fous ? Non. Impossible. Ou alors elle cachait bien son jeu.

Au diable les suppositions, seules les réponses allaient compter à présent. Si l’inconnue se montrait agressive, alors Noomïa serait contraire de fuir sans aucun état d’âme. Si au contraire, elle se montrait un tant soit peu aimable… alors peut-être qu'elle lui viendrait en aide en la faisant venir dans son petit abri improvisé où ses vivres étaient cachés. Après tout, toutes deux avaient le même objectif... Survivre pour pouvoir fuir.


Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: « Chaque rencontre est unique. » [VIOLENT] [Privé: Kalysta Klytië & Dhungaärd Hasëkar]    - Mer 27 Fév 2013 - 8:29

    La situation était des plus étranges, et ne plaisait pas du tout à Kalysta. Elle qui cachait toujours ses émotions, gardait toujours le contrôle d'elle-même, ne laissait rien transparaître et, surtout, qui traîtait les gens avec tant de dédain et de pitié, elle se retrouvait désormais au rang de faiblarde. C'était elle qui inspirait la pitié maintenant, et rien que d'y penser lui donnait envie de mourir de honte. Elle aurait voulu se lever et partir loin, très loin, en courant sans s'arrêter, couper le contact avec tout être humain et s'entourer de ses flammes si rassurantes et protectrices. Mais au lieu de ça elle restait là, immobile, haletant comme si elle avait couru sans cesse de la banquise jusqu'au sommet des Trois Glaciers, en imaginant que cela soit possible. Elle se sentait si honteuse, si vulnérable, mais elle n'avait aucune échappatoire.

    Et cette inconnue qui restait là. Elle semblait être prête à l'aider mais de toute évidence elle attendait le feu vert de sa part. Et ce feu vert, elle n'était pas prête à le donner. Combien de temps resterait-elle là à attendre? Kalysta tenta de faire un tri dans ses pensées qui tourbillonnaient à une vitesse folle dans son esprit. Seule, elle n'était pas sûre de survivre longtemps, dans l'état où elle était. Comment chasser ou même trouver un abri si elle pouvait à peine tenir debout?

    - Hé, ça va?
    Etait-ce là de la simple politesse ou la jeune fille avait-elle vraiment l'intention de lui porter secours? Elle lui avait dit avoir anticipé la crevasse, Kalysta était donc intervenue pour rien. Le plus étrange, c'est qu'en temps normal elle n'aurait rien dit, rien fait, tellement le sort de ses semblables l'intéressait peu. Peut-être alors était-ce la volonté du Gardien qui avait justement envoyé la petite inconnue pour lui venir en aide. Le temps passait, le silence se faisait pesant, brisé seulement par le doux sifflement du vent. Le fait d'envisager une possible intervention du Gardien lui redonna un élan d'énergie. Du fait de sa cécité - du moins, c'est ce qu'elle supposait d'après le néant qui émanait de son regard - l'inconnue avait probablement développé d'autres capacités grâce à ses autres sens, probablement plus aiguisés que les siens, et par le bias de son lien également. Dans ce cas, elle pourrait peut-être bien lui être utile. De quelle manière, Kalysta l'ignorait, mais si c'était là le souhait du Gardien...

    De toute façon, elle n'avait plus vraiment le choix, il fallait qu'elle fasse un effort. Mettre sa fierté de côté, ça allait certainement être la chose la plus difficile qu'elle n'ait jamais eu à faire, mais cette fois il en allait de sa propre survie. Et puis, c'était temporaire, elle ficherait le camp et retrouverait sa très chère solitude dès qu'elle aurait retrouvé des forces.
    Brisant le silence, elle articula enfin quelques mots.

    - Pas vraiment. Ca fait plusieurs jours que j'ai rien mangé à cause de cette fichue tempête.

    Sa voix s'était quelque peu adoucie mais on sentait toutefois qu'elle n'était guère enchantée à l'idée de faire la conversation avec sa semblable. Elle attendait maintenant de savoir si l'autre Déserteuse avait une solution à lui proposer, sans quoi elle ne donnait pas cher de sa propre vie.

Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: « Chaque rencontre est unique. » [VIOLENT] [Privé: Kalysta Klytië & Dhungaärd Hasëkar]    - Jeu 28 Fév 2013 - 9:52


Le silence s’installa de nouveau entre les deux déserteuses, ce qui permit à Noomïa de prendre le temps d’analyser la situation. Même si elle ne s’était pas montrée très agréable en se laissant emporter, elle doutait fortement que la situation allait finir par tourner à son désavantage. La femme, dont la présence se faisait sentir, ne tiendrait jamais un combat dans son état, ce qui, au pire des cas, lui laisserait le temps de fuir.

L’esprit en proie à la paranoïa, la demoiselle aux yeux clairs finit tout de même par se calmer pour écouter avec attention les paroles qui s’apprêtaient à sortir de la bouche de l’inconnue. Emplies de vérité, dénuées de mauvaises intentions , Noomïa comprit rapidement qu’elle n’avait pas affaire à une menteuse. Cependant, elle capta aussi une sorte de nonchalance. Demander de l’aide témoignait d’une faiblesse, la jeune fille le comprenait mieux que quiconque étant donné qu’elle ne supportait pas d’être considérée comme une moins que rien. Néanmoins, ce comportement qu'elle avait décrypté et qui était similaire au sien était-il suffisant pour la convaincre de faire preuve de bonté ? Peut-être que cette inconnue, alliée du feu, finirait par la poignarder dans le dos ? Ou pire.

Cessant de peser le pour et le contre, la Déserteuse finit par prendre une décision. Ainsi, et d’une voix plutôt détachée, elle s’exprima en faisant mine se porter son regard vers la tête de son interlocutrice.

« J’ai une cachette, pas loin, avec des petites réserves. »

Tout en alliant grâce et agilité, Noomïa tourna les talons, et pointa une direction du doigt sans montrer ne serait-ce qu’une once d’hésitation.

« Juste-là. Tu dois voir des roches, à côté des arbres, c’est ici. »

La terre n’avait plus beaucoup de secrets pour celle qui en avait fait sa plus fidèle alliée. Elle était ses yeux, sa force, son monde… De ce fait, elle en connaissait les reliefs et les moindres courbes ce qui lui permettait d’avoir un avantage sur ceux qui la traquaient. Cependant, le moment n’était pas à la démonstration de son lien, ni de montrer ouvertement qu’elle était aveugle même si l’inconnue devait avoir compris. Ainsi, la jeune femme à la chevelure cuivrée se retourna à nouveau pour dire une dernière chose.

« Si tu veux, suis-moi, j’vais pas te bouffer non plus. Je te donnerais ce dont tu as besoin et après tu feras ce que tu veux. »

Sans attendre une quelconque réponse, Noomïa fit demi-tour très lentement et commença à marcher vers son petit abri du moment. Elle n’avait pas voulu proposer son aide, ou faire preuve de supériorité dans ses mots… A croire qu’elle s’était mise à la place de l’inconnue durant quelques secondes pour essayer de comprendre comment on pouvait se sentir dans une telle situation. Être considérée comme étant faible ne plaisait à personne, autant à un homme qu’à une femme. Toutefois, et si jamais on la sollicitait, elle ne rechignerait pas, au contraire. De ce fait, elle continua à avancer en prenant le temps et en se concentrant sur les alentours mais surtout sur cette femme qui se trouvait derrière elle. Était-ce une erreur de lui accorder un minimum d'intérêt ?



Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: « Chaque rencontre est unique. » [VIOLENT] [Privé: Kalysta Klytië & Dhungaärd Hasëkar]    - Ven 1 Mar 2013 - 3:49

    Le soulagement envahit le corps de Kalysta lorsqu'elle entendit parler d'un abri et de réserves de nourriture. Apparemment, elle avait bien fait de mettre sa fierté de côté, même si c'était douloureux et extrêment difficile pour une femme comme elle. Un doute subsistait cependant en elle. Cette petite déserteuse était étrange... Pourquoi voudrait-elle l'aider, puisque de toute évidence Kalysta ne lui avait même pas sauvé la vie, contrairement à ce qu'elle avait tenté de faire? Elle n'avait donc aucune raison de lui venir en aide, et la blonde savait très bien que la générosité n'était de loin pas un traît de caractère fréquent parmi les Déserteurs solitaires. Il devait certainement y avoir anguille sous roche, mais avant d'avoir pris le temps d'y réfléchir la petite inconnue pointait déjà du doigt un emplacement au loin.

    Kalysta plissa les yeux, tentant de voir au travers de la neige emportée dans les airs par le vent. Elle aperçut une sorte de grotte entre les rochers, camouflés par des arbres centenaires qui ployaient sous le poids de la neige. Jamais elle n'aurait pu deviner qu'il y avait un abri derrière les troncs, même en passant à quelques mètres à peine elle ne se serait douté de rien. Mais maintenant qu'elle avait les yeux rivés dessus, il lui apparaissait presque comme une évidence.

    Un autre détail l'interpella cependant. L'inconnue, qu'elle pensait aveugle, avait pointé l'endroit avec une extrême précision. De plus, elle tournait toujours la tête dans sa direction lorsqu'elle lui adressait la parole. Se serait-elle mépris sur ses facultés? Gênée, Kalysta essayait tant bien que mal d'éviter son regard dérangeant, mais elle craignait désormais que la petite déserteuse croie qu'elle détournait les yeux parce qu'elle avait quelque chose à se reprocher. Ce n'était pas le moment d'instaurer un climat de méfiance, pas maintenant qu'elle était décidée à l'aider.
    Ainsi, pour prouver son innocence - à y réfléchir, ce mot ne collait pas du tout à la personnalité de Kalysta - elle releva la tête avec l'intention de la regarder droit dans les yeux et la laisser lire à travers son âme. A son grand étonnement, la fille aux yeux clairs ne l'avait pas attendue. Elle était déjà quelques mètres plus loin, laissant à Kalysta tout le loisir d'admirer l'épaisse fourrure qui lui recouvrait le dos.

    Motivée par la nourriture qui l'attendait, Kalysta parvint à rassembler les restes d'énergie qui l'habitaient et se mit en route, suivant péniblement les traces de celle qui la devançait. Elle n'avait pas dit un mot, trop occupée à se demander pourquoi celle-ci faisait preuve d'autant de générosité.
    Les deux Déserteuses se déplacèrent en silence pendant quelques minutes jusqu'à arriver à l'entrée de la grotte. Son accolyte marchait avec assurance, ce qui suscitait encore et toujours le questionnement chez la blonde. L'abri creusé dans la roche était plutôt petit mais au moins il était protégé de l'humidité de l'extérieur grâce aux branchages qui en gardaient l'entrée. Sans en demander l'autorisation, Kalysta appuya son dos contre la paroi rocheuse et se laisse glisser sur le sol. Elle utilisa le peu d'énergie qui lui restait pour transformer quelques gouttes d'ithylium qui suitaient des rochers et gouttait du plafond en de petites flammes qui se rassemblèrent au centre de la grotte. Ainsi, elles y verraient plus clair et pourraient se réchauffer un peu. Epuisée, elle ferma les yeux un instant.

    [Non, Kalysta ne parle pas, elle est devenue soudainement muette xD Bref, j'espère que ça te va, je crois que j'ai écrit un peu de la merde mais j'ai pas beaucoup dormi cette nuit, c'est difficile ce matin x) ]
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: « Chaque rencontre est unique. » [VIOLENT] [Privé: Kalysta Klytië & Dhungaärd Hasëkar]    - Ven 1 Mar 2013 - 14:34


Pourquoi tant de gentillesse ? A vrai dire, Noomïa n’en savait rien. Peut-être était-ce parce qu’au final, cette femme étrange avait voulu la sauver de la crevasse… ou alors était-ce parce que la compagnie lui manquait... Ayant toujours été entourée, la demoiselle aux yeux pâles n’avaient jamais connu le sens propre du mot solitude. Ses séances d’isolement improvisées au sein de la Peuplade pour tenter de comprendre de ce qu’il se passait sous ses pieds n’étaient rien contre à ce silence qui l’accompagnait chaque jour depuis son départ. Bien sûr, elle savait pertinemment que ce genre de rencontre relevait sans doute du miracle et qu’elle ne serait plus jamais avertie d’un danger par un de ses ‘paires’. Mais le moment n’était pas venu de penser à l’avenir, bien au contraire, car le présent était des plus importants.

Ayant tracé son chemin sans se retourner, Noomïa s’était dirigée vers son petit abri en laissant ses sens éveillés. L’inconnue avait fini par la suivre, ce qui était une bonne chose, mais tiendrait-elle jusqu’au bout ? Analysant les pas de celle qui la suivait, la jeune femme en tête continua de faire comme si de rien était et se jeta dans l’abri sans hésiter un seul instant. Derrière, elle entendit alors la femme glisser contre la paroi de la grotte improvisée pour se poser sur le sol… puis sentit à nouveau cette chaleur si agréable qui lui manquait tant parfois. Bonne ou mauvaise chose ? Il y avait la tempête dehors, mais le feu pouvait les trahir… Cependant, celle qui l’avait matérialisé ne devait pas voir grand-chose, détail qui avait échappé à la demoiselle dont les yeux étaient inutiles… Puis elle était faible, ses flammes ne devaient rien avoir de très voyantes au milieu de l’ultime danse des flocons de neige.

Tout en restant silencieuse, Noomïa se retourna alors pour attraper un petit sac qui contenait des morceaux de viande séchée. D’un geste lent et délicat, elle reporta de nouveau son attention sur la Déserteuse au sol et lui tendit son butin.

« Tiens sers-toi, c’est pas grand-chose mais c’est mieux que rien. »

Son visage, bienveillant mais toujours un peu méfiant, resta un moment dirigé vers l’inconnue qui n’avait pas dit un mot depuis son offre. Décidant de tenter de briser le silence qui avait régné trop longtemps entre elles, la demoiselle à la chevelure cuivrée finit par se laisser tomber au sol à son tour en soufflant quelques mots.

« Maudite tempête… »

Entamer les conversations n’était pas une chose facile, surtout dans une situation aussi étrange. C’est pourquoi Noomïa finit par se taire afin de se concentrer de nouveau sur son élément. Rien ne semblait se trouver aux alentours… Elles étaient seules, seules dans l’immensité enneigée des Erfeydes. Elles avaient donc le temps de discuter un peu… mais avant, il fallait commencer par faire le premier pas, et là, ce n’était pas gagné.



Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: « Chaque rencontre est unique. » [VIOLENT] [Privé: Kalysta Klytië & Dhungaärd Hasëkar]    - Lun 4 Mar 2013 - 3:13

    La tempête ne s'était pas calmée bien longtemps, puisque le vent n'avait de cesse de s'amplifier au fur et à mesure que le temps passait. C'était pourtant le quotidien de tous les Erfeydiens, vivre dans le froid et la neige. Cependant cela ne les dérangeait pas vraiment, puisqu'ils n'avaient jamais rien connu d'autres que ce climat polaire. De plus, leur peau presque translucide ne leur serait d'aucune utilité en plein soleil, au contraire. Ainsi donc jamais on n'avait entendu un Erfeydien se plaindre du climat, excepté en cas de longues et éprouvantes tempêtes comme celle qui les emprisonnait à nouveau dans cette grotte.

    Kalysta ouvrit les yeux dans un sursaut en sentant la présence de l'inconnue à quelques centimètres seulement. Celle-ci lui tendait un petit sac en cuir d'où émanait une délicieuse odeur salée et l'encourageait à se servir.

    - Merci.

    Affamée, elle plongea la main dans le sac et en resortit une fine tranche de viande séchée, rouge à souhait. Elle croqua dedans à pleines dents, soulagée d'avoir enfin quelque chose à se mettre sous la dent. Ce n'était pas grand chose, mais son estomac allait sûrement l'en remercier. Maintenant qu'elle avait repris des forces, la flamme qu'elle avait créée à partir de gouttes d'ithylium était plus grande et flamboyante. La fumée qui en émanait était faible, mais bien présente. Inquiète, elle jeta un rapide coup d'oeil vers l'entrée de la grotte, mais la tempête était tellement violente que nul n'aurait pu deviner que quelqu'un se trouvait dans les environs. De toute façon, la brume et la neige ne permettait même plus de devnir l'entrée de leur abri de fortune, et le vent violent faisait disparaître la fumée en un rien de temps.

    Elle se délecta avec bonheur du goût salé de la viande et, une fois quelques morceaux avalés et son estomac calmé, elle porta à nouveau son regard sur la petite Déserteuse qui semblait songeuse en contemplant le temps qu'il faisait à l'extérieur.
    Une question lui brûlait les lèvres depuis un cerain temps. Quelque chose lui échappait, et ça la dérangeait fortement, elle qui aimait tant pouvoir contrôler tout ce qui se passe autour d'elle. La curiosité se faisant plus forte que tout, elle se décida à poser sa question après avoir avalé le morceau de viande qu'elle avait dans la bouche.

    - Pourquoi tu fais ça? Pourquoi tu m'aides alors que tu n'as rien en retour? Tu ne sais même pas qui je suis.

    Après tout, Kalysta aurait pu être une éclaireuse en difficulté, coupée du reste de sa faction. Elle aurait pu feinter d'être une Déserteuse pour obtenir de quoi manger, puis tuer la jeune fille aux yeux clairs sans aucun remords. Même, une fois partie, elle connaissait maintenant l'une des cachettes de la petite Déserteuse. Rien ne l'empêchait de guetter son retour et revenir piquer ses provisions à l'occasion. C'était une grande preuve de confiance qu'elle lui faisait, et la belle blonde ne comprenait pas s'il s'agissait simplement de générosité ou si elle avait quelque chose à craindre en retour.
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: « Chaque rencontre est unique. » [VIOLENT] [Privé: Kalysta Klytië & Dhungaärd Hasëkar]    - Lun 4 Mar 2013 - 9:55


Un remerciement s’était fait entendre puis des bruits de mastication avaient suivit. Noomïa, toujours concentrée sur le sol, s’était décontractée un peu dès lors qu’elle avait perçu la voix de l’inconnue. Elle qui s’était mise sur ses gardes en imaginant le pire commençait à se sentir bien plus à l’aise. Cependant, cela ne l’empêcha pas de rester silencieuse en évitant d’interrompre la Déserteuse qui reprenait des forces. Une conversation avec des bouts de viande séchée dans la bouche n’apporterait rien de bon même si la demoiselle aux yeux pâles ne voyait rien.

Ainsi, elle attendit calmement, la tête tournée vers la tempête qui sévissait, que la femme dont elle ignorait le prénom, ne se fasse entendre. Chose qui ne manqua pas de tarder une fois le silence revenu. La curiosité, tel avait été le sujet principal. Il y avait de quoi en même temps, car l’aide n’était pas une chose dont les fuyards faisaient preuve en tant normal.

Fermant les yeux un instant, Noomïa affichait un air serein. Pour tout avouer, elle s’était déjà préparée à ces questions. C’est pourquoi les réponses virent assez vite, sur un ton des plus neutres, dépourvu de froideur et de méfiance. Cela ne servait à rien de se montrer agressive, après tout, elle n'était pas fasse à un ennemi...

« Je ne sais pas qui tu es, mais en tout cas, tu m’as quand même prévenue pour la crevasse. »

A nouveau, elle planta son regard vide et miroitant sur cette femme à qui elle avait offert un peu de ses provisions. Même si elle ne pouvait rien discerner, elle savait d’où provenait sa voix… Il lui suffisait juste de lever son faciès convenablement pour faire oublier ce détail qui la rendait très différente des autres et ainsi semer une sorte de confusion.

« Sinon, pourquoi aurais-tu fait ça ? »

Jamais elle n’avait encore décelé un quelconque mensonge dans la voix de la Déserteuse… C’était aussi une des raisons pour laquelle elle avait décidé de lui venir en aide pour qu’elle puisse continuer sa route. Cependant, on ne pouvait se fier définitivement à ce genre de petites choses, ce qui poussait Noomïa à toujours être un minimum sur ses gardes même si elle ne le montrait pas. De ce fait, et en adoptant un air détaché, la demoiselle fit mine de reporter ses yeux vides sur l’extérieur et continua de parler.

« Tu ne sais pas non plus qui je suis, et pourtant tu m’as suivie. On peut mettre ça sur le compte de l’aide à la survie… Et c’est tout. Pas la peine d’en dire et d’en savoir plus non ? »

A vrai dire, elle se fichait de savoir qui était cette femme, et ce qu’elle avait fait pour mériter d’être exilée. Après tout, rien ne les obligeait à se confier l’une à l’autre. Sauf si bien sûr, les aveux commençaient à se faire, et les questions à se poser sans qu’elle ne puisse rien y faire… Elle avait beau avoir un sale caractère, elle n'en restait pas moins une jeune fille polie lorsque la situation l'exigeait.

Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: « Chaque rencontre est unique. » [VIOLENT] [Privé: Kalysta Klytië & Dhungaärd Hasëkar]    - Mar 5 Mar 2013 - 3:07

    La tension était redescendue, l'atmosphère se faisait plus légère et les langues des deux Déserteuses semblaient commencer à se délier. Tant mieux d'ailleurs, parce que d'après ce qu'elles pouvaient en voir, la tempête n'était pas prête de s'arrêter. Elles seraient donc coincées dans cette grotte un bon moment, mieux valait discuter un peu - même si ce n'était pas le point fort de Kalysta - sans quoi le temps leur semblerait très long. Autant s'occuper un peu, et puis après tout, les deux demoiselles pourraient bien apprendre quelques informations utiles l'une de l'autre. Si telle était la volonté du Gardien, Kalysta se devait de faire l'effort de parler à sa semblable, même si, à priori, le simple fait d'y penser la répugnait. Au moins, la jeune fille aux cheveux cuivrés ne semblait pas être réticente au fait de discuter un peu. Et puis, elle avait l'air sympathique, même si ses yeux pâles lui donnaient des frissons dans le dos. Kalysta aurait bien créé un rideau de flammes entre elles deux, mais ça n'aurait pas été très respectueux alors qu'elle s'était fait offrir un abri et de la nourriture. Si la blonde n'aimait pas particulièrement ses semblables, elle avait cependant eu une bonne éducation et savait être reconnaissante envers ceux qui lui apportaient son aide.

    Apparemment, la petite Déserteuse aussi souhaitait lui montrer sa reconnaissance. A quoi bon, puisqu'elle avait anticipé la crevasse toute seule? Quoique, comme on dit "C'est l'intention qui compte". Pourquoi elle l'avait pervenue? Kalysta elle-même l'ignorait. Ce n'était pas dans ses habitudes de venir en aide à son prochain, au contraire. Ainsi, elle croyait dur comme fer qu'il s'agissait là d'une intervention du Gardien qui l'avait poussée à réagir pour amorcer leur rencontre. Mais elle savait très bien que certains Erfeydiens quittaient la Peuplade d'eux-même car ils refusaient de croire à l'existence du Gardien. Ignorant si sa compagne faisait partie de ces hérétiques, elle préféra mentir plutôt que de risquer de se retrouver à nouveau livrée à elle-même en pleine tempête de neige.

    - Simple réflexe.

    Cependant son hôte avait raison sur un point. Elle aussi l'avait suivie dans cette grotte sans se poser plus de questions. C'aurait pu être un traquenard, dans ce cas elle serait tombée dedans bêtement, comme une débutante. Mais en y réfléchissant bien quelque chose clochait. Plutôt que de garder ses réflexions pour elle, elle décida de les partager à voix haute.

    - Si tu étais l'une deux tu m'aurais tuée là-bas, au moment où j'étais à bout de forces. Même après toutes ces années, ils me reconnaitraient au premier coup d'oeil.

    Kalysta n'aimait pas prononcer à voix haute les noms de "factionnaire" ou "éclaireur", pas par crainte mais plutôt par dégoût. De toute façon la jeune Déserteuse avait très bien compris de qui elle parlait. Ainsi elle n'était pas tout à fait d'accord avec elle. L'aide à la survie était rare chez les Déserteurs, puisque fuir à plusieurs était encore plus dangereux que seul. Sans personne, on avait moins de chance de se faire repérer, et pas besoin de partager la nourriture qui se fait parfois rare. Pas étonnant que la plupart des familles de Déserteurs se fassent tuer en quelques semaines.

    Elle commençait d'ailleurs à se poser quelques questions sur cette mystérieuse inconnue. Pourquoi une si jeune fille avait décidé de déserter, pourquoi seule et surtout, depuis combien de temps? Kalysta s'étonnait de ne pas avoir été reconnue, non pas qu'elle fut célèbre parmi la Peuplade mais si tous les factionnaires avaient été sur ces traces peu après son exil, elle aurait certainement dû avoir entendu parler d'elle. A moins qu'elle soit née Déserteuse? Ou alors qu'elle ait été trop jeune pour s'intéresser à la vie civile des Erfeydes à ce moment-là. A vrai dire, Kalysta ne saurait lui donner un âge, bien qu'elle se doutait bien que l'inconnue était plus jeune qu'elle. Autant de mystères qui l'interpellaient, maintenant qu'elles se retrouvaient toutes deux ensemble pour un bon moment.
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: « Chaque rencontre est unique. » [VIOLENT] [Privé: Kalysta Klytië & Dhungaärd Hasëkar]    - Mer 6 Mar 2013 - 6:45


Simple réflexe avait-elle dit ? Bien trop simple comme explication, surtout pour une femme qui ne semblait pas aimer passer pour une faiblarde. Noomïa avait décelé quelque chose dans sa voix qui lui fit comprendre que tout n’avait pas été une question de « réflexe ». Cependant, la demoiselle aux yeux pâles décida d’ignorer ses pensées et resta silencieuse. Cela ne servait à rien de débattre pendant des heures et des heures sur ce qui avait été à l'origine de cet élan de bonté qui avait eu pour but de la prévenir du danger. On avait tous nos petits secrets, nos élans de sentiments explicables et nos envies.

Ainsi, elle fit comme si de rien était et écouta la suite des paroles non sans… froncer les sourcils. D’après ce qu’elle comprit, la personne qui était devant elle était une fuyarde bien connue de la Peuplade ainsi que des Factionnaires. Intéressant, très intéressant même… Tout s’expliquait… La méfiance, les interrogations, la curiosité… Noomïa avait beau être très liée à la Terre, elle n’en restait pas moins aveugle. Les timbres de voix la marquaient, tout comme les odeurs, les sensations et les différentes vibrations qui arrivaient jusqu’à ses pieds. Mais il lui était impossible de comprendre d’un simple « coup d’œil »… L’heure était à présent venue de dévoiler ce petit secret qu’elle évitait de crier pour ne pas être considérée comme une infirme. Une révélation qui ne l’enchantait pas vraiment mais qui allait avoir toute son importance.

Prenant une bouffé d’air tout en affichant un air blasé, la demoiselle tourna son visage vers l’inconnue, et commença à se faire entendre sur un note faussement amusée.

« On va dire, que je ne l’ai pas le coup d’œil , si tu vois ce que je veux dire. »

D’un air légèrement théâtral, Noomïa mit alors la main devant ses yeux vides et l’agita en faisant une grimace des plus étranges. Même si cela n'avait rien de très amusant, elle faisait comme si elle prenait ce détail à légère, histoire de ne pas susciter la pitié. Toutefois, elle reprit son sérieux quelque peu glaçant très rapidement pour reprendre la parole.

« Enfin bref, je vais être franche, ta voix ne me dit pas grand-chose… Mais peut-être qu’on s’est déjà croisées par le passé… »

Bonne ou mauvaise chose ? Pour l’instant, la jeune Déserteuse ne pouvait se prononcer. L’inconnue disait avoir un visage qui en aurait fait réagir plus d’un… Mais dans quel sens ? Essayant de se souvenir des gens qui avaient pu déserter la Peuplade, Noomïa croisa les bras tout en continuant de faire mine de fixer son interlocutrice. A vrai dire, elle se rappelait de quelques personnes, mais essentiellement des hommes… Les femmes s’étaient faites plus rares, néanmoins, leurs actes les avaient classés dans les plus dangereux des Déserteurs... Qui était donc celle qui se trouvait devant ses yeux d'un blanc nacré et lumineux ?


Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: « Chaque rencontre est unique. » [VIOLENT] [Privé: Kalysta Klytië & Dhungaärd Hasëkar]    - Jeu 7 Mar 2013 - 3:51

    La petite Déserteuse avait la tête tournée vers l'immensité blanche à l'extérieur de leur abri depuis tellement longtemps que Kalysta en avait presque oublié sa cécité. Si beaucoup de gens se sentiraient honteux d'avoir oublié un détail aussi important et s'en voudraient d'avoir pu involontairement blesser la demoiselle, Kalysta s'en fichait. Elle n'allait certainement pas la traîter comme une enfant gâtée sous prétexte que ses yeux ne voyaient pas. De toute façon, celle-ci ne semblait pas avoir envie qu'on s'apitoie sur son sort. Elle parlait de son infirmité comme si cela n'avait aucune importance, mais la jeune femme aux cheveux blonds sentait qu'il s'agissait pour elle d'une faiblesse. D'ailleurs, son sourire semblait faux et ne collait pas avec le son de sa voix. Qu'importe, ce n'était pas du genre de Kalysta de s'excuser d'une maladresse.

    Cependant il est vrai qu'elle aurait pu y penser avant. Comment l'inconnue aurait-elle pu la reconnaître immédiatement avec des yeux qui ne voyaient pas ? Si Kalysta avait des raisons de se sentir honteuse, ce n'était pas parce qu'elle avait pu blesser la jeune Déserteuse, mais plutôt parce qu'elle avait dévoilé une partie de son identité qu'elle aurait pu et dû garder cachée. D'après ses dires, sa voix ne lui disait rien. Evidemment, Kalysta avait été exclue de la Peuplade alors qu'elle n'était encore qu'une jeune adulte, sa voix avait certainement changé et mué depuis. Mais elle venait de lui dévoiler des informations qui pourraient lui porter préjudice. A présent la petite Déserteuse se doutait qu'elle avait une certaine renommée, ainsi donc qu'elle avait évenuellement fait quelque chose de mal. Kalysta sentait les questions arriver. Fallait-il qu'elle mente ou simplement qu'elle évite le sujet? Déjà, son hôte supposait qu'elles se soit déjà rencontrées.

    - Peut-être. Mais j'en doute.

    Ce n'était pas un mensonge. Il y avait très peu de chances qu'elles se soient déjà croisées un jour, Kalysta se serait tout de même souvenu de son regard transluscide. Peut-être avait-elle déserté avant elle? Peut-être ne venaient-elles pas de la même bourgade. Ou, tout simplement, peut-être que la jeune Déserteuse ne se souvenait pas d'elle. Tant mieux. Kalysta souhaitait garder son identité secrète, par précaution. Il pourrait y a voir plein de raisons pour que la révélation de son identité lui porte préjudice.

    Et puis, après tout, elle ignorait également pourquoi l'inconnue se trouvait parmi le rang des Déserteurs. Peut-être était-elle également une criminelle. Dans ce cas, mieux valait ne rien savoir. Mais la curiosité est un sentiment très difficle à contrôler.

    - Depuis combien de temps tu es là?

    Cette question ne dévoilerait pas grand chose, si la jeune fille au regard transluscide voulait bien répondre, mais ça permettrait à Kalysta d'en savoir un peu plus, de deviner si elle devait craindre d'être découverte ou non. Cette dernière n'avait pas peur, loin de là, elle ne souhaitait juste pas se retrouver à nouveau seule dans la tempête alors qu'elle n'était pas encore tout à fait remise.

    [HJ : C'est un peu nul désolée ._. Mais j'avais fait un truc mieux, presque fini, et j'ai appuyé sur F5 comme une grosse conne. Du coup j'étais un peu moins motivée la deuxième fois xD]


Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: « Chaque rencontre est unique. » [VIOLENT] [Privé: Kalysta Klytië & Dhungaärd Hasëkar]    - Ven 8 Mar 2013 - 4:12


Aucun commentaire ne fut fait sur son petit problème de vision manquante. Une bonne chose qui détendit Noomïa qui s’était préparée à contrer une réflexion déplaisante. Ce n’était pas souvent qu’on ignorait ce genre de détail la concernant et cela ne fit que la rendre beaucoup plus… avenante. Chaque personne qu'elle avait croisé durant sa jeunesse s'était toujours interrogée sur son infirmité et le fait qu'elle semblait pourtant voir. Une attention qui ne lui manquait pas le moins du monde et qu'elle refusait de revoir. Le fait de voir que cela n'avait pas suscité la curiosité de la jeune femme l'avait donc apaisée.

La discussion s’orienta alors vers cette histoire de connaissance. Maintenant que sa curiosité avait été éveillée chez la demoiselle aux yeux pâles, elle souhaitait en savoir plus sur cette femme qui disait être assez connue pour susciter l’intérêt des Factionnaires qui traquaient les Déserteurs sans relâche.

Cependant, elle ne semblait pas prête à en dire plus sur cette étrange célébrité qui ne devait pas être si reluisante. Noomïa n’insista donc pas pour le moment et décida de rester silencieuse pour se concentrer davantage. En effet, une question venait de fuser dans les airs… Une question dont la réponse pousserait la jeune fille à se dévoiler un peu plus. Était-ce une bonne chose ? A première vue, non. Il n'était pas très conseillé de parler de sa vie face à une personne dont on ne connaissait rien. Toutefois, il fallait bien qu’un premier pas soit fait pour commencer à arpenter le chemin des confidences.

Ainsi, et après quelques secondes de silence, la déserteuse à la chevelure cuivrée prit une bouffée d’air frais afin de commencer son récit.

« Ça fait quelques jours… Je suis partie de la Peuplade de moi-même, il y a quelques semaines… »

Légèrement froide, la voix teintée d’amertume, Noomïa avait clairement fait comprendre qu’elle ne regrettait absolument pas son départ. De ce fait, elle continua sur un ton quelque peu détaché et aussi glacial que la tempête qui sévissait à l’extérieur de la cachette.

« Je vivais dans un petit village, près des Cimes Hérissées. Rien de bien grand. »

Décidant de ne pas en dire plus pour l’instant, la demoiselle ponctua sa phrase par un petit soupir. Maintenant qu’elle venait de se dévoiler un peu, elle espérait que son hôte ferait de même. C’est pourquoi elle lui retourna gentiment la question qu’elle venait de lui poser.

« Et toi, ça fait longtemps ? »

Peut-être qu’aucune réponse ne viendrait. Cela serait vexant bien sûr, mais compréhensible. Après tout, elles allaient se séparer rapidement. Leur rencontre n’allait sans doute jamais aboutir à une amitié comme on en voyait dans la Peuplade. Elles ne faisaient que se croiser dans l’immensité des Erfeydes, comme deux courants d’air voulant fuir l’impossible… Tout n'était qu'éphémère dans le monde des fuyards. Chaque moment calme, chaque contact apaisant... Tout cela faisait partie des miracles qui apportaient un peu de lumière et de réconfort même s'ils suscitaient la méfiance.



Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: « Chaque rencontre est unique. » [VIOLENT] [Privé: Kalysta Klytië & Dhungaärd Hasëkar]    - Lun 11 Mar 2013 - 7:36

    Kalysta sentit soudainement que l'inconnue se détendait. En effet, le ton de sa voix se faisait plus agréable et son visage crispé semblait s'être apaisé. Elle ne comprenait pas la raison exacte de ce soudain relâchement, mais elle n'allait pas s'en plaindre. Au fil du temps qui passait, l'atmosphère se détendait, petit à petit. Il ne régnait de loin pas un calme et une confiance à toute épreuve, mais les deux jeunes femmes baissaient progressivement leur garde, comme si elles avaient décidé de se faire mutuellement confiance suivant les règles d'un accord tacite.

    Cependant, le fil rouge de leur conversation devenait un peu trop personnel. Du moins, c'était ce que la blonde avait ressenti au vu du ton froid et détaché de la petite Déserteuse. Apparemment, elle ne souhaitait pas parler plus longtemps des raisons de son départ de la Peuplade. Elle avait déserté il y a peu, d'après ses dires. A ce moment, Kalysta pensa "Elle ne va pas résister longtemps.". Il était déjà étonnant qu'elle ait survécu jusqu'ici ; souvent les Déserteurs ne supportaient pas leur nouvelle condition de vie et périssaient après quelques jours seulement. Les façons de mourir étaient nombreuses pour un Déserteur inexpérimenté. Tout d'abord la faim, puis le frois, et également le risque d'être tué par une bête sauvage ou pire, par un Factionnaire. Kalysta elle-même avait frôlé la mort à plusieurs reprises lors de ses premières semaines hors de la Peuplade, mais elle avait su s'adapter très vite. Elle préféra ne rien dire, après tout la jeune fille aux yeux pâles était peut-être avantagée par ses autres sens sur-développés, ce qui lui permettrait de survivre malgré tout. Et puis, elle n'avait pas grand chose à dire ; si leurs chemins ne s'étaient pas croisés, elle n'aurait sûrement pas résisté plus de deux jours.

    Le désavantage à être curieuse et poser des questions aux autres, c'est qu'il faut ensuite s'attendre à des questions en retour. Et Kalysta n'était pas prête à dévoiler sa vie, même si elle cherchait encore à apprendre d'autres informations sur la mystérieuse inconnue qui avait pourtant généreusement partagé ses provisions avec elle. Surtout que celle-ci, au final, ne dévoilait pas grand chose même en répondant à ses questions. Prise au dépourvu, Kalysta chercha le meilleur moyen de répondre sans trop en dire.

    - Assez, oui. Quelques années déjà.

    Elle décida elle-aussi de ne pas en dire plus pour l'instant. Laissant planer le silence, elle se remémora sa vie parmi la Peuplade. Elle se rappela son enfance heureuse, ses parents qui auraient tout fait pourvu qu'elle soit heureuse, son frère qui était tout pour elle, sa petite soeur, ... Envahie par la nostalgie et assoifée par le fait d'avoir ingurgité plusieurs tranches de viande séchée, elle se saisit d'un morceau de roche creux, détaché des parois de la grotte. Elle se leva lentement et se dirigea vers l'entrée de la grotte. La tempête sévissait toujours à l'extérieur, comme si elle attendait qu'il se passe quelque chose avant de les laisser enfin sortir. Mais qu'avait donc le Gardien derrière la tête? La jeune femme avait beau guetter le moindre indice, elle pensait avoir compris pourquoi il avait mis la demoiselle aux cheveux cuivrés sur sa route, mais pas pourquoi il les retenait toutes les deux prisonnières dans cette sombre caverne. Elle prit un peu de neige fraîches pour la déposer dans le bol en pierre et rentra à l'intérieur de leur abri. Elle déposa le récipient improvisé au sol et se concentra afin de guider les flammes d'ithylium juste en dessous, de sorte à faire fondre la délicate poudre blanche. Enfin, elle porta la pierre à sa bouche et se désaltéra de quelques gorgées d'eau tiède.

    Après quelques secondes de réflexion, elle décida qu'il était temps de jouer franc jeu. Elle porta à nouveau le regard sur l'inconnue, prenant soin d'éviter de croiser directement ses yeux transluscides et annonca la vérité comme un couperet.

    - J'ai été bannie.

    A peine eut-elle le temps de se sentir soulagée d'un poids énorme qu'elle regrettait déjà d'avoir parlé. Bien entendu, son hôte s'en doutait déjà depuis longtemps, mais elle ne pouvait que faire des suppositions. Maintenant c'était clair, net et précis, il n'y avait plus de doute possible. Pour éviter de faire face à sa réaction, Kalysta chercha un moyen de changer rapidement de sujet, mais les mots ne venaient pas. Alors elle se releva et se rapprocha de l'entrée de la grotte, prête à fuir dans la tempête si la jeune fille qui portait des griffes au bout de ses doigts quelques minutes seulement auparavant décidait de l'attaquer, craignant pour sa vie.
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: « Chaque rencontre est unique. » [VIOLENT] [Privé: Kalysta Klytië & Dhungaärd Hasëkar]    - Mer 13 Mar 2013 - 7:23


Cela faisait quelques années que la Déserteuse parcourait les Erfeydes en long et en large pour fuir la mort. Son expérience n’avait donc rien à voir avec celle qui venait tout juste de choisir la fuite, et de son propre chef. Au final, elles étaient bien différentes toutes les deux… Le silence s’installa alors dans la cachette, à croire que la révélation avait rendu Noomïa pensive. En effet, la demoiselle se demandait bien comment l’inconnue avait fait pour survire, mais aussi pourquoi elle avait quitté la Peuplade. Avait-elle été chassée ? Ou alors s’était-elle enfuit de son propre plein gré pour une histoire traumatisante ?

Gardant sa curiosité pour elle, la demoiselle à la chevelure cuivrée préféra rester muette et observer à l’aide de son don. En effet, la Déserteuse qu’elle venait de sauver avait bougé dans le but de se diriger vers l’entrée du trou qui leur servait d’abri. Les sens en éveil, elle se concentra pour comprendre ce qu’il se passait tout en restant sur ses gardes. Cependant, l’inconnue ne comptait pas jouer la carte de l’affrontement, bien au contraire… Elle venait de se désaltérer suite à une idée assez brillante et avait finalement repris sa place aux côtés de Noomïa avec une certaine légèreté.

Plus décontractée, la jeune fille aux yeux pâles rabattit alors ses jambes contre son corps dans le but de se réchauffer un peu. Tout était redevenu tellement calme qu’elle ne savait plus quoi faire pour briser le silence qui s’était installé. C’est alors, et contre toute attente, que la voix de l’inconnue se fit entendre, assez brièvement. Surprise par l’aveu qui venait d’être fait, la tout jeune Déserteuse, qui venait de poser sa tête sur ses genoux, se redressa rapidement. Cependant, et avant qu’elle ne puisse répondre quelque chose, elle sentit son interlocutrice se lever de nouveau pour se diriger vers la sortie. Était- elle sérieuse ? Comptait-elle fuir après ce qu’elle venait de dire ?

Restant alors à sa place en reposant sa tête, Noomïa soupira… A vrai dire, elle se fichait bien de ce que cette femme avait été, et elle ne comptait pas la chasser de son petit abri. Ainsi, et pour ne pas qu’un climat étrange s’installe, la demoiselle se racla la gorge avec une touche d’élégance et s’exprima d’une voix des plus neutres.

« Je suis partie de mon plein gré car… On m’a trahie. »

Au souvenir de la mort de son ami, ainsi que de toutes les crasses familiales, la jeune femme serra les poings. On l’avait prise pour une idiote, en prétextant agir selon ce Gardien qui était selon elle, qu’une belle invention pour faire sa propre loi. Cependant, le moment n’était pas venu d’exploser de colère en balançant haut et fort toutes les pensées qui lui passaient par la tête. Ainsi, elle reporta son attention sur l’inconnue et laissa la fameuse question qui trottait dans sa tête franchir ses lèvres sur un ton détaché.

« Pourquoi le bannissement… ? »

La raison l’intriguait. Noomïa l’avouait. Elle ne voyait pas le mal en cette femme qui avait quand même voulu lui sauver la peau. Puis, peut-être que ce détail l’éclairerait sur son identité…


Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: « Chaque rencontre est unique. » [VIOLENT] [Privé: Kalysta Klytië & Dhungaärd Hasëkar]    - Mer 13 Mar 2013 - 9:00

    Kalysta avait appréhendé la réaction de la jeune Déserteuse, elle craignait que celle-ci ne se sente en danger après une telle révélation et qu'elle décide de l'attaquer. Elle laissa passer quelques secondes, quelques minutes peut-être, pendant lesquelles son coeur battait la chamade et ses poings se resserraient, puis elle se décontracta. Son hôte n'avait pas l'air d'avoir l'intention de l'attaquer ou de l'exclure de leur abri de fortune. Feignant l'indifférence, elle resta un instant encore vers l'entrée de la cavité, portant son regard une fois de plus sur les milliards de flocons qui dansaient, emportés à une vitesse folle par le vent glacial.

    En y réfléchissant bien, elle aurait préféré que ça se passe d'une de ces deux manières, ça lui aurait évité de devoir répondre à des questions auxquelles elle n'avait pas du tout envie d'apporter de réponse. Dommage, elle n'avait au final aucune raison de s'enfuir. Au contraire, elle était condamnée à rester où elle était et tenter d'esquiver aux mieux les interrogations de la jeune fille aux cheveux cuivrés. C'était ça, ou mettre sa propre vie en danger.

    A son grand soulagement, l'inconnue ne posa pas de question immédiatement mais préféra plutôt parler d'elle. Probablement pour rassurer la blonde, pour lui montrer qu'elles étaient toutes les deux sur le chemin de la confidence et qu'elle ne risquait donc rien. Soit. Bien entendu Kalysta mourrait d'envie de poser elle aussi des questions sur le passé de la jeune fille, mais elle préféra se retenir. Poser des questions impliquerait d'en avoir d'autres en retour, et elle préférait éviter de parler de son histoire. Malheureusement son répit ne dura pas longtemps, et elle se retrouva à nouveau sous le poids d'une question qu'elle ne savait pas comment ignorer.

    Le temps semblait passer au ralenti. Les deux Déserteuses ne bougeaient presque pas. Kalysta se tenait toujours debout près de l'entrée de la grotte et l'autre était toujours assise au même endroit, les genoux repliés vers elle. Kalysta aurait bien fait grossir un peu ses flammes d'ithylium mais malheureusement son Lien ne dépendait pas seulement de sa volonté mais plutôt de son subconscient et de son humeur. A moins que l'inconnue la contrarie ou l'énerve beaucoup, les flammes turquoises garderaient une taille moyenne et constante, ce qui ne suffisait pas pour réchauffer perceptiblement toute la caverne. De toute évidence, la roche n'était pas un bon conducteur de chaleur.

    Prise au piège par l'obligation d'apporter une réponse à la question de l'inconnue, Kalysta se sentit contrariée. Elle paniqua intérieurement de ne pas trouver de réponse assez vague pour éviter d'autres questionnements et, prise par le temps, elle répondit d'un ton sec et froid.

    - Je ne crois pas que ça te regarde.

    A vrai dire elle ne voulait pas être méchante, même si c'était sa nature d'être désagréable avec ses semblables. Mais cette fois, il s'agissait plutôt d'un réflexe ancré en elle pour se protéger et éviter de devoir remuer de douloureux souvenirs et de se dévoiler à une inconnue. Elle était plutôt reconnaissante envers la petite Déserteuse et n'avait pas de raison de l'envoyer paître de la sorte, mais elle n'avait pas trouvé de meilleure solution. Au moins, avec ça, l'inconnue comprendrait qu'il valait mieux ne plus poser de questions.

    Cependant, elle ajouta quand même quelques paroles d'une voix légèrement plus douce, mais toujours aussi ferme, afin d'apaiser les tensions qu'elle avait pu créer.

    - Disons simplement que la vie est parfois cruelle.

    Cela ne voulait peut-être rien dire de significatif, mais Kalysta savait très bien de quoi elle parlait. Fatiguée de devoir toujours se battre contre la vie, contre le Destin, elle avait un jour craqué. Malheureusement ça avait suffi pour la faire bannir à jamais de la Peuplade. Depuis, elle luttait pour la survie, regrettant son geste malheureuse et la perte de son sang-froid.
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: « Chaque rencontre est unique. » [VIOLENT] [Privé: Kalysta Klytië & Dhungaärd Hasëkar]    - Ven 15 Mar 2013 - 10:34


La réponse tomba aussi violemment qu’une hache sur la nuque d’un homme. Noomïa se sentit mal à l’aise dans un premier temps. Sa curiosité l’avait poussée à franchir certaines limites, et voilà qu’elle sentait l’énervement l’envahir. Depuis le début, elle n’avait pas arrêté de faire des efforts, alors que d’ordinaire, elle se fichait bien de connaître le passé des gens qu’elle pouvait bien rencontrer. Mais au final, il y avait eu «retour de flamme », et elle était passée pour une belle impolie un peu trop fouineuse.

L’Inconnue avait sans doute ses raisons de cacher son passé, cependant, cela n’aidait en rien la demoiselle qui commençait sérieusement à regretter de lui avoir proposé son aide. D’autant plus qu’elle s’était lancée dans des petits aveux qui auraient mieux fait de ne jamais sortir. Vexée de la réponse si sèche de la Déserteuse, Noomïa serra alors les dents et garda ses réflexions pour elle-même afin de ne pas briser cette étrange confiance qui s’était installée. Cependant, et lorsque une deuxième phrase se fit entendre dans la petite cachette, la jeune femme finit par se lever en lâchant un nouveau soupir. Même si la voix de l’inconnue s’était faite plus agréable, elle n’en restait pas moins agacée. Comme une fillette qui ne supportait pas qu’on lui parle mal alors qu’il n’y avait aucune raison.

En alliant souplesse et agilité, la demoiselle à la chevelure de cuivre se leva afin de commencer à ranger ses petites affaires sans se tourner vers celle qui se trouvait toujours dans l’entrée. Ainsi, et d’une voix quelque peu blasée et énervée, elle finit par exprimer une partie du fond de sa pensée.

« Ouais, ouais, cruelle. Pour tout le monde t’façon. »

Son caractère fort prenait le dessus, ce n’était pas forcément une bonne chose… Mais elle se contrôlait dans ses mots, en évitant d’être cassante et vulgaire. Tout le monde avait un passé assez lourd dans la Peuplade, cela ne savait à rien de jouer la carte du mystère. D'autant plus qu'elle en avait vraiment rien à faire et savait qu'elle ne porterait aucun jugement. Chacun pensait à sa façon, bonne ou mauvaise. Puis elle ne souhaitait pas s'en faire une amie. De ce fait, elle continua à bougonner dans son petit coin sombre tout en remettant son bazar dans son sac bien usé par le temps.

« Bref, en fait j'm'en fiche de savoir. Dès qu’la tempête sera calmée, j’me sauve, tu pourras restée là s’tu veux. »

Familière et bourrue, voilà une image qui contrastait énormément avec son physique quelque peu innocent. Cependant, elle n’avait plus envie de jouer la sagesse en faisant preuve d’un minimum de gentillesse. C’est pourquoi elle déambulait dans le trou, en évitant habilement les murs et obstacles qu’elle sentait grâce à son don. N’ajoutant pas un seul mot, elle se dirigea vers l’entrée, aux côtés de la Déserteuse qui n’avait pas bougé d’un pouce. Le vent semblait souffler comme jamais, ce qui signifiait que la tempête n’était pas prête de disparaître.

« Espérons que ça se calme vite. »

Partir vite, retrouver la solitude. Telle était la chose que Noomïa espérait à présent afin de ne plus jamais recroiser personne.

Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: « Chaque rencontre est unique. » [VIOLENT] [Privé: Kalysta Klytië & Dhungaärd Hasëkar]    - Sam 16 Mar 2013 - 13:25

    La tempête semblait avoir déteint sur le caractère de l'inconnue. Certes, Kalysta n'avait pas été des plus agréables, mais il était tout à fait légitime qu'elle n'ait pas envie de parler de son passé. C'était quelque chose de très douloureux, qu'elle devait affronter au quotidien, et jamais elle n'aurait été capable d'en parler à une simple inconnue rencontrée quelques heures auparavant. De plus, après sa saute d'humeur, elle avait tenté d'apaiser l'atmosphère par une remarque tout à fait neutre. Ca n'avait pas été du goût de la petite Déserteuse, de toute évidence, puisqu'elle avait soudain changé du tout au tout.

    La jeune fille menue et fluette, si douce, généreuse et avenante s'était soudain transformée en une meute de skolls enragés et assoiffés de sang. Ce changement d'attitude aurait pu faire sourire Kalysta si la situation s'y était prêtée, tant l'air renfrogné et la voix cassante ne collaient pas à l'image qu'elle avait renvoyé jusqu'à présent. Mais la tempête ne semblait pas vouloir se calmer et l'idée de rester encore plusieurs heures dans une ambiance aussi morose ne l'enchantait guère. Kalysta resta immobile un moment encore, pendant que sa semblable s'activait dans la grotte et regroupait ses affaires de manière sèche et rapide. Apparemment elle semblait bien décidée à s'enfuir vite, ce qui était du suicide avec la tempête qui sévissait à l'extérieur. Si elle en avait eu l'occasion, Kalysta sera déjà partie depuis belle lurette, mais malheureusement elles étaient encore coincées ici pour un long moment toutes les deux.


    - J'en dou...

    Kalysta s'apprêtait à répondre aux interrogations de l'inconnue à propos de la durée de la tempête lorsque son attention fut soudainement attirée par un bruit derrière elle, qui la fit sursauter et se retourner immédiatement. Quasi instantanément, par réflexe, elle laissa s'éteindre son feu d'ithylium ce qui plongea la grotte dans l'obscurité la plus totale. Elle chuchota quelques indications à sa compagne qui devait se demander ce qui se passait.


    - Chut, j'ai entendu quelque chose.

    Elle se cacha derrière les rochers qui formaient l'entrée de la grotte, ne laissant que sa tête dépasser. Ca pouvait être n'importe quoi ; le vent qui avait fait craquer la branche d'un arbre, un animal sauvage qui passait dans le coin ou pire, un Factionnaire qui n'hésiterait pas à leur faire la peau à toutes les deux. Immobile, elle tenta d'observer les environs mais avec toute cette neige emportée par le vent on n'y voyait pas à plus de deux mètres et le sifflement de la bise qui s'engouffrait à travers les arbres et les rochers ne lui permettait pas d'entendre grand chose non plus. Impuissante, elle se retourna vers l'inconnue pour voir ce qu'elle faisait.

    [HS: Je me suis dit qu'un peu d'action ne nous ferait pas de mal !]
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: « Chaque rencontre est unique. » [VIOLENT] [Privé: Kalysta Klytië & Dhungaärd Hasëkar]    - Mar 19 Mar 2013 - 6:07


Tout aurait pu se terminer là, devant l’entrée de cette grotte. L’attente aurait sûrement été longue, mais au moins, Noomïa n’aurait pas eu à parler de nouveau pour se montrer exécrable. Mais le destin en avait décidé autrement, et à son grand déplaisir. En effet, l’Inconnue, après la fureur de la demoiselle aux yeux clairs, avait fini par prendre la parole pour répondre… Cependant, elle n’eut pas le temps d’aller jusqu’au bout, car un bruit étrange vint la couper dans son élan.

Aussi vive qu’un animal, la jeune fille aux cheveux de cuivre tourna la tête vers le fond de la grotte tout en se concentrant sur ce qui se trouvait sous ses pieds et qui lui permettait de voir aussi bien que les autres. La chaleur avait disparu, sans doute un coup de la Déserteuse qui en avait été à l’origine et qui avait bougé tout en avouant qu’elle avait entendu quelque chose… Néanmoins, aucune vibration ne se fit sentir pour traduire une présence… Ainsi, et avec douceur, Noomïa posa délicatement ses mains au sol, et usa de l’Ithylium pour former de nouveaux gants en terre ornés de griffes, juste au cas où.

Cependant, il ne se passa rien. Ni dans le fond de la grotte, ni dans le sol. Le vent semblait être à l’origine du bruit étrange…

« C’était juste le… »

Ce fut à son tour d’être coupée dans son élan. Sentant alors des pas lointains, venant de l’autre côté du fond de la grotte elle comprit alors ce qu’il venait de se passer.

« Merde… Je ne sais pas ce qui arrive, mais ça va venir du fond de la grotte, derrière la paroi… »

Homme ou animal, la demoiselle n’en savait rien, toutefois, elle était persuadée que la rencontre allait se faire rapidement car le courant d’air qui leur avait fait peur avait témoigné d’une certaine ouverture. De ce fait, et afin de ne pas mourir bêtement, les Déserteuses devaient fuir, tempête ou non, pour ne pas se faire tuer.

« Faut qu’on bouge. »

Directe, Noomïa n’avait pas mâché ses mots et s’était retournée vers l’inconnue pour lui faire part de son idée. Cependant, elle rajouta une petite phrase pour bien lui faire comprendre que leur moment de pause n’avait rien scellé du tout.

« Fais ce que tu veux, je ne sais pas ce que c’est, si tu veux te battre, alors bats- toi, mais moi, je ne reste pas là. »

Sa voix, détachée avait traduit à la perfection ses pensées, et ce fut après avoir posé sa capuche sur sa tête qu’elle s’élança dans la tempête en se concentrant comme jamais. Il devait bien avoir un autre abri autour, une autre grotte qui lui permettrait de se poser un instant le temps que tout cela se calme. Ne pensant plus qu’à une chose, survivre, la jeune fille avançait difficilement tant le froid mordait sa peau violemment. Elle ne savait pas si l’autre Déserteuse avait décidé de la suivre… Peut-être avait-elle préféré se battre. En tout cas, elle espérait sincèrement que la mort ne viendrait pas la chercher et qu’elle avait décidé de fuir à ses côtés, même si elle se sentait toujours vexée.


Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: « Chaque rencontre est unique. » [VIOLENT] [Privé: Kalysta Klytië & Dhungaärd Hasëkar]    - Mar 19 Mar 2013 - 6:37

    Le temps pendant lequel les deux Déserteuses étaient restées immobiles, l'oreille tendue pour tenter de percevoir un autre son, avait paru être une éternité. Kalysta n'y voyait absolument rien, il lui était impossible de distinguer quoi que ce soit dans la pénombre. La seule source de lumière provenait de l'entrée de la grotte mais la tempête de neige et la brume environnante ne laissait filtrer que quelques maigres rayons de lumière, ce qui lui permettait à peine de deviner la silhouette et le visage de la jeune fille aux yeux inexpressifs. Celle-ci, justement, semblait mieux munie pour analyser la situation, ainsi Kalysta s'en remettait à elle, attendant une information de sa part.

    Et les nouvelles n'étaient pas très bonnes. Kalysta ignorait ce que la rouquine avait perçu exactement, mais elle pouvait sentir à sa voix que ça ne présageait rien de bon. Lorsqu'elle leur suggéra de prendre la fuite, la blonde acquiesça machinalement d'un signe de tête, même si l'autre Déserteuse ne pouvait pas le voir. De toute façon, cette dernière avait pris les devants et s'élançait déjà vers l'extérieur de la grotte. Kalysta hésitait. Se battre, ça ne lui faisait pas peur. Mais il ne fallait pas risquer sa vie inutilement. Il pouvait s'agir d'un simple animal sauvage blessé, tout comme ça pouvait être quelque chose de bien plus dangereux. Et seule, elle n'avait pas spécialement envie de se retrouver face à une armée de Factionnaires ou encore face à une grosse bête affamée.

    Elle resta quelques secondes encore figée sur place, plissant les yeux pour tenter de briser la pénombre mais c'était inutile, on n'y voyait rien. En revanche, il lui semblait percevoir des bruits qui se rapprochaient. Étaient-ce des bruits de pas, ou simplement son imagination ?

    Kalysta se retourna birèvement. La petite Déserteuse était déjà quelques mètres plus loin. Bientôt, elle la perdrait de vue dans le brouillard, bien qu'elle semblait avancer avec beaucoup de difficulté. Alors qu'une ombre se détachait progressivement du fond de la grotte, Kalysta ne prit pas le risque de se faire tuer. Elle remonta son épais manteau de fourrure sur ses épaules et s'élança à son tour dans la tempête. Elle essaya tant bien que mal de suivre la silhouette de celle qui la précédait, sans oser se retrourner, et elle n'eut finalement pas trop de peine à la rejoindre grâce à sa ses longues jambes qui lui permettaient d'avancer plus facilement que la petite inconnue.

    - Sur ta gauche, il y a une forêt de pins, on aura plus de chances de semer ce... Cette chose là-bas.

    La vérité était qu'elle ne savait absolument pas comment nommer ce danger puisqu'elle n'avait pas eu le temps de voir exactement de quoi il s'agissait. Elle ne savait pas non plus si le danger les poursuivait ou s'il s'agissait simplement d'une fausse alerte, mais mieux valait ne pas se retourner ni prendre de risque.
    Kalysta bifurqua sur sa gauche. D'après ses souvenirs, la forêt dont elle parlait se trouvait à une dizaine de minutes de marche. Vu leur rythme, elles l'atteindraient en un peu plus de cinq minutes, et elle espérait qu'elles parviendraient à grimper dans un arbre ou à se cacher dans le tronc de l'un d'eux. C'était une chance que l'inconnue ait déjà préparé ses affaires avant d'avoir dû fuir.
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: « Chaque rencontre est unique. » [VIOLENT] [Privé: Kalysta Klytië & Dhungaärd Hasëkar]    - Mer 20 Mar 2013 - 13:31


Courir dans la neige n’était pas une chose aisée, cependant, l’adrénaline et la peur aidaient énormément à combattre cette difficulté propre aux Erfeydes. Noomïa avançait donc dans la tempête, en se basant sur ses sensations, mais surtout en espérant que cette course ne soit pas la dernière. L’ennemi restait vague, il pouvait être dangereux comme inoffensif, toutefois, la demoiselle aux yeux pâles n’arrivait pas à savoir de quoi ou qui il s’agissait, et préférait penser au pire, au cas où.

De ce fait, elle continuait de fuir, ignorant la douleur, pour tenter de trouver un nouvel abri pour penser à l’avenir. Toutefois, et alors qu’elle pensait sincèrement retrouver le calme auquel elle aspirait pour être tranquille, elle sentit la présence de l’inconnue qui l’avait rattrapée avec facilité. Sa première pensée fut négative. Cependant, c’était elle qui lui avait proposé de fuir, elle devait donc assumer sa présence, même si cela ne l’enchantait pas vraiment. D’autant plus qu’elle espérait une séparation assez brutale, à travers la danse des flocons où une personne normale ne distinguait pas grand-chose.

Pensant alors à la semer comme une vulgaire fuyarde, Noomïa commença à ralentir le pas… Néanmoins, et à sa grande surprise, l’inconnue finit par se faire entendre en dominant le bruit du vent pour soumettre une idée. En effet, une forêt devait se situer non loin d’ici… Un lieu qui pouvait leur permettre de distancer définitivement le danger potentiel. N’attendant pas une réponse de la part de la jeune fille aux cheveux de cuivre, la Déserteuse changea alors de direction pour s’orienter vers cette dite forêt. Enfin l’opportunité de retourner à la solitude se profilait devant elle… Il lui suffisait juste de prendre à droite, et de foncer en analysant le sol sous toutes ses coutures… La simplicité à l’état pur.

Noomïa se stoppa alors, au milieu de la tempête… perdue dans un flot de pensées. Bifurquer ou suivre sa rencontre de la journée ? Telle était la question. Dormirait-elle la conscience tranquille après un tel abandon ?

*Rhaa eh merde !*

Serrant les poings avec férocité, elle reprit alors sa course en suivant la Déserteuse qui avait pris les devants. La forêt. Voilà bien un endroit qu’elle détestait en plus. Trop de choses en hauteur, trop de bestioles dont elle ne pouvait déduire la présence grâce à la terre. Toutefois, elle n’avait pas vraiment le choix maintenant qu’elle avait suivi l’inconnue…

La fuite durant quelques minutes, ce fut l’odeur des pins qui fit comprendre à Noomïa qu’elles étaient arrivées à destination. Ne sentant plus la présence de leur ennemi commun, elles ne ralentirent pas la course pour autant et continuèrent de courir un peu comme pour s’assurer d’une certaine sécurité. Ce ne fut que lorsque le pas ralentit un peu que la demoiselle se fit entendre d’une voix essoufflée.

« Je… je crois… que c’est bon… »

Maintenant, il fallait trouver un abri… mais surtout, éviter d’attirer l’attention. Le surplus de sensations la perdait et la rendait paranoïaque. Trop de vie, de vent, d’arbres… Elle regrettait presque d’avoir choisi de suivre la Déserteuse…



Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: « Chaque rencontre est unique. » [VIOLENT] [Privé: Kalysta Klytië & Dhungaärd Hasëkar]    - Jeu 21 Mar 2013 - 10:48

    Une fois bien enfoncées au coeur de la forêt, les deux Déserteuses purent enfin cesser leur course folle et reprendre lentement leur souffle. Toutes deux étaient épuisées par leur fuite ; même si celle-ci n'avait pas duré plus de quelques minutes, le fait de courir dans la neige haute et de braver la tempête demandait une énergie incroyable, d'autant plus que l'adrénaline avait fait battre leur coeur à une vitesse folle.
    L'avantage de la forêt, c'est que le vent s'y engouffrait moins facilement, et la neige également, retenus tous deux par les épais troncs des sapins et autres arbres centenaires environnants. Après avoir récupéré une respiration plus ou moins acceptable, Kalysta leva les yeux aux ciel. Ce dernier était couvert d'épais nuages mais il était s'assombrissait au fil des minutes qui passaient. La nuit allait bientôt tomber, et il lui fallait trouver un abri au plus vite. Elle se retourna une dernière fois, portant son regard en direction de l'endroit d'où elles étaient venues, mais elle ne distingua rien de spécial. La petite inconnue devait avoir raison, quel que soit le danger qui les guettait, elles l'avaient semé.

    - Bon... Et maintenant?

    Elle avait parlé d'une voix vive et dénuée de toute agressivité. Après tout, la jeune fille l'avait suivie jusqu'ici alors qu'elle aurait très bien pu partir de son côté, sans tenir compte de la blonde. Plus le temps passait, plus Kalysta était persuadée que ce n'était pas un hasard si leurs chemins s'étaient croisés. Elle sentait qu'il y avait quelque chose d'étrange, comme un lien invisible qui les liait et les empêchait de partir chacune de leur côté. Mais bon, peut-être qu'elle se faisait des idées et que ce "lien" qu'elle imaginait était simplement de la reconnaissance, sentiment qu'elle n'avait pas pour habitude de ressentir. Quoi qu'il en soit, maintenant qu'elles étaient là et que la nuit tombait, autant rester soudées au moins jusqu'au retour de la lumière du jour. Kalysta n'était pas un monstre, ainsi elle essayait de faire l'effort d'être un tant soit peu agréable pour faciliter leur cohabitation. Tant que sa compagne ne se faisait pas trop curieuse, ça devrait aller.

    Kalysta tourna encore une fois sur elle-même, à la recherche d'une piste ou d'un indice. Même si elles étaient plus ou moins à l'abri de la tempête, elles ne l'étaient pas des animaux sauvages ou des Factionnaires qui passeraient par hasard dans le coin. Elles ne pouvaient en aucun cas rester là où elles étaient, en plein milieu de la forêt et sans aucun repère. Malheureusement, il n'y avait aucun abri fiable à portée de vue. Kalysta s'était déjà réfugiée dans la forêt, en général elle repérait de grands arbres millénaires au tronc robuste et creusé par le temps et quelque espèce d'animaux. Certains étaient assez grands pour servir d'abri de fortune à une personne, pourvu qu'elle ne demande pas trop de confort ni d'espace vital. Mais cette fois elles étaient deux, la tâche se révélait donc plus difficile.

    Les deux Déserteuses allaient probablement devoir se construire un abri pour y passer la nuit, un abri assez discret pour ne pas éveiller les soupçons mais assez vaste et confortable pour s'y réfugier à deux. A moins que la demoiselle aux yeux pâles ait décidé que leur cohabitation s'arrêtait là? Kalysta y serait certes un peu réticente au vu du pressentiment qu'elle avait, mais elle accepterait cette décision sans broncher. De toute manière impuissante, elle se tourna dans la direction de sa compagne et lui demanda son avis.

    - Tu as une idée?

    Elle imaginait bien que, de toute façon, si la petite Déserteuse n'avait pas de solution miracle pour les héberger, la meilleure chose à faire était de se séparer.
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: « Chaque rencontre est unique. » [VIOLENT] [Privé: Kalysta Klytië & Dhungaärd Hasëkar]    - Sam 23 Mar 2013 - 7:34


Et maintenant ? Telle était la question qui avait effleuré l’esprit de Noomïa. Fuir avait été une belle chose, toutefois, elles se retrouvaient à présent seules, au beau milieu de la forêt qui grouillait d’ennemis en tout genre. La chose qu’elles avaient fuie devait être loin maintenant, mais ce n’était pas une raison pour se sentir apaiser. Bien au contraire.

La demoiselle sentit alors son acolyte bouger à ses côtés, comme si elle cherchait quelque chose parmi les pins qui s'éparpillaient en masse un peu partout. Perdues au milieu de nulle part, voilà où elles se trouvaient. Vulnérables comme jamais elles ne l’avaient encore été, elles pouvaient être facilement prises en embuscade par des membres de la Peuplade ou de la Faction. Puis, il y avait cet étrange village dont la demoiselle à la chevelure de cuivre avait entendu parler, non loin de l’endroit où elles déambulaient dans la tempête.

Perdue dans ses pensées, la jeune fille finit par sursauter lorsqu’elle perçut la voix de l’inconnue. Un retour à la réalité qui lui colla des frissons dans le dos et une envie folle de courir sans s’arrêter. Toutefois, elle se contrôla et décida de puiser dans ses forces pour essayer de trouver une solution. Ainsi, et sans dire un mot, elle s’accroupit et posa ses mains toujours gantées étrangement au sol. Si elle n’avait pas de solution, son fidèle allié, lui, l’aiderait à en trouver une.

De ce fait, Noomïa resta un moment dans cette position, calme et concentrée pour analyser les vibrations et autres caractéristiques qui pouvaient s’avérer utile en usant de son don. C’est alors qu’elle sentit une étrange déformation… Un affaissement similaire à un trou… Se relevant avec vitesse tout en baignant toujours dans sa transe, elle laissa alors échapper quelques mots de sa bouche sur un ton lointain et énigmatique.

« Il y a quelque chose par là… Vite. »

Ni une ni deux, elle se lança entre les arbres en alliant vitesse et agilité. La course ne dura que quelques que secondes et lorsqu’elle fut devant cette chose qu’elle avait sentit, elle repéra un buisson à tâtons… Ou du moins quelque chose de touffu et massif. Parfait, le trou se trouvait en dessous, il suffisait juste de se frayer un chemin à l’intérieur. Sentant alors la présence de la Déserteuse à ses côtés, la demoiselle aux yeux pâles lui lança une phrase, puis rentra dans le « buisson » comme une petite brute.

« Par ici ! Il faut forcer ! »

La traversée fut courte, mais douloureuse. Quelques branches avaient éraflé sa joue, toutefois, et lorsque le moment désagréable fut passé, Noomïa se retrouva dans un petit coin assez profond et caché pour abriter deux personnes accroupies. Voilà qu’un peu de répit se profilait à l’horizon.

S’asseyant alors en sol en adoptant une position en tailleur, la Déserteuse attendit que sa rencontre de la journée ne la rejoigne pour reprendre la discussion.

« Je pense que ça ira pour le moment. De toute façon, il n’y avait pas mieux. »

Ne s’arrêtant que quelques secondes pour reprendre son souffle, elle continua en faisant entendre d’une voix détachée.

« Au fait, moi, c’est Noomïa, Noomïa Eosylys. »

D’ordinaire, les présentations se faisaient toujours en premier. Cependant, et dans ces conditions, dire son prénom n’était vraiment pas la chose à faire. Mais après tout ce qu’il venait de se passer, la jeune fille aveugle avait décidé de briser la glace pour instaurer un nouveau climat de confiance. La méfiance s’était envolée même si elle planait toujours au dessus de sa tête, mais ce n’était pas une raison pour se fermer, bien au contraire.




On m'appelle Contenu sponsorisé

Posté dans Re: « Chaque rencontre est unique. » [VIOLENT] [Privé: Kalysta Klytië & Dhungaärd Hasëkar]    -

Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum