AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
» Communication externe
par Loth de la Vision Mar 21 Juin 2016 - 15:06

» Réversa [ TOP ]
par Invité Ven 27 Mai 2016 - 8:21

» Le monde de Dùralas
par Invité Jeu 26 Mai 2016 - 7:00

» Anthalia
par Invité Dim 22 Mai 2016 - 15:17

» Marbrume, La Cité des Damnés
par Invité Lun 16 Mai 2016 - 15:07

» Questionnaire pour soutenir infinite RPG !
par Invité Sam 14 Mai 2016 - 17:33

» Escalus
par Invité Jeu 12 Mai 2016 - 9:02

» Mass Effect : Reborn
par Invité Mar 10 Mai 2016 - 15:00

» Forum en pause
par Asàf Lysereän Mar 10 Mai 2016 - 13:47


A la guerre, l’audace est le plus beau calcul du génie

Invité

On m'appelle Invité

Posté dans A la guerre, l’audace est le plus beau calcul du génie   - Ven 31 Mai 2013 - 12:50

Citation :
Note du MdJ : Voici la carte établie par les cartographes miliciens : http://d13.e-loader.net/XQ0GrCf4aS.png
C'est un brouillon, j'ai pas le temps de faire un truc nickel en partant de zéro mais c'est pour que vous voyez à peu près ce qui a été découvert aux yeux miliciens. Les lieux erfeydiens ont été renommés à la sauce matroscienne. Les zones violettes sont les regroupements de factionnaires et en vert la Milice. Le trait noir vers la base milicienne est le tunnel de la muraille. Pleyrion est seulement suspectée mais pas clairement découvert encore.

Spoiler:
 




De la neige à perte de vue.

Abysse n'avait jamais rien vu de tel. Laissant les étendues salines dans son dos, elle fixait un horizon édifiant, mystérieux et effrayant à la fois : les Erfeydes. Un vent mordant agita la chevelure de la jeune femme. Ces terres immaculées accueillaient les 27 000 miliciens avec une hostilité sans pareil. Adapter les vaisseaux aux températures, combattre le froid qui glaçait les cœurs et les esprits des hommes, rien n'avait été une mince affaire. Mais ils y étaient, désormais et ils vaincraient.

Des pas étouffés par la neige, un milicien approchait. Abysse resserra la lourde cape qui l'enveloppait autour de son visage. Des cristaux de neige s'étaient formé dans sa chevelure si claire, si blanche. La jeune femme se retourna, l'homme prononça quelques mots qu'elle n'entendit pas, elle acquiesça. Il était temps de fuir ce vent, de trouver le réconfort d'un feu. Ils auraient le temps d'errer sous la tempête. Plus tard.

Courbant légèrement la tête pour passer par l'ouverture du campement principal, Abysse pénétra dans ce qui semblait être devenu la salle du conseil. D'un rapide coup d’œil circulaire, elle apprécia la présence de ses officiers. Quelques soldats, également, se trouvaient autour de la table. Il s'agissait d'homme qui avait su briller lors de la première expédition ; des hommes de confiance. Abysse défit sa cape, révélant l'uniforme de milicien démuni de tout signe distinctif. Elle était un soldat comme tous les hommes présents.

Elle se redressa, englobant du regard l'assemblée.

- Bonsoir. La situation réclame l'urgence, je n'irais pas par quatre chemins. Ce soir, nous élaborerons les bases de nos plans, poserons les premières pièces de échiquiers. A la fin de cette réunion, chacun d'entre vous saura le devoir qu'il aura à accomplir. En ces temps qui courent, nous ne pouvons nous permettre de perdre notre temps en vaines jacasseries. Le conseil est ouvert.

Au cours de sa tirade, Abysse avait pris soin de détailler chacun de ses officiers. Elle les transperçait de ses yeux bleus, cherchant le moindre indice, la moindre expression. Et chaque information qu'elle récoltait, elle la gardait soigneusement ancrée dans sa mémoire.

Abysse tira la chaise à elle et s'assit. La table circulaire faciliterait l'échange. L'étroitesse du lieu, quant à lui, rappellerait sans cesse l'urgence du moment, la précarité de la situation. La jeune femme posa les deux mains sur la table, droite et fière.

- Le destin nous a mené en ces terres. Nous y avons perdu des soldats valeureux, des miliciens que nous compterons de nouveau parmi nous à la fin de cette guerre. Au cours de notre première expédition, nous avons partagé nos ressources, nos navires avec la nation Korrulienne. Et aux premières effusions de sang, l'accord a été rompu. Le temps n'est plus au discours et intrigues. Nous devons récupérer nos miliciens disparus, venger ceux dont le sang a nourri ces terres et faire plier la volonté de ces hommes de glace. Il est temps pour nous, miliciens, de montrer notre valeur.

Elle marqua une pause, appréciant l'intensité de l'instant.

- Les expéditions clairsemées, les batailles sans lendemain sont terminées. Il est temps de montrer une véritable cohésion et de porter un coup dévastateur à nos ennemis. Nos ressources ne sont pas inépuisables, nous sommes en terres hostiles et je ne vous cacherais pas que bon nombre de nos hommes n'ont pas été préparé à ce que cet endroit leur réserve. Nous devons agir vite, prendre de vitesse Korrul et ces Boréens. Face à l'inconnu et l'adversité, seule notre unité et notre tactique pourrons l'emporter. Ces terres boréales représentent des ressources inestimables qui pourraient assurer la pérennité de Matroos pour les siècles à venir. Nous devons montrer notre valeur et vaincre, pour l'avenir de notre nation !

Abysse croisa les mains devant elle et s'appuya plus en avant sur la table. Un sourire carnassier vint étirer ses lèvres. Ses yeux lançaient de farouches éclairs, défiant quiconque de la contredire.

- Passons aux choses sérieuses maintenant. Dans l'absence de communication dans laquelle nous nous trouvons avec ces peuples indigènes et face au potentiel qu'ils présentent, nous ne pouvons nous permettre la moindre erreur. Ces hommes connaissent ces terres; nous en ignorons les plus infimes secrets. Je compte envoyer une délégation d'hommes de confiance pour joindre ce qui sembleraient des ostracisés, des hommes bannis. Nos engins d'observation ont pu relever la présence d'homme vivant en périphérie des autres peuplades et évitant soigneusement tout contact avec eux, il semblerait qu'ils aient été chassé par les leurs. Nous devons nous attirer leur attention et leur faveurs dans la mesure du possible en leur promettant une terre où ils seraient enfin libres et non plus chassés. Ces hommes connaissent ces terres comme nul autre, les avoir à nos cotés serait un avantage certain.

Abysse se laissa aller en arrière, contre le dossier de sa chaise. Elle baissa légèrement le ton de sa voix, invitant ses officiers à l'écouter plus attentivement encore.

- Cependant, il nous est impossible pour le moment d'établir la moindre communication avec les indigènes. Nous avons à nos côtés des experts en linguistiques et en ethnologie. Il nous est primordial d'établir un premier contact avec ces indigènes mais nous ne pouvons nous permettre de faire stationner nos troupes en attendant un éventuel accord avec des exilés aux moeurs incertains et aux idées hostiles pour le moment. Ainsi, mes premières instructions seront de faire autant de prisonniers que vous le pourrez. Supprimez tout indigène qui ne pliera pas mais faites otages tout ceux qui se soumettrons. Nos principales cibles seront tous les meneurs et les hommes qui dirigent ces peuplades. Notre cible ultime sera cet espèce de Gardien, ses représentants ou son avatar. Il faut l'atteindre et le plier à notre volonté puisqu'il semble représenter le guide de ces peuplades primitives. Je ne vous rappellerais jamais assez, cependant, que nous devons faire preuve d'une extrême prudence. Nous ignorons encore presque tout des capacités disons surnaturelles de ces indigènes. Nous suspectons un lien étroit avec l'ithylium. Il est vital d'isoler au maximum ces indigènes de cette huile. Par ailleurs, nous disposons de scientifiques pour analyser les environs et tirer partie au maximum de ces terres. Nous avons besoin de trois unités d'exploration pour partir en éclaireur sur trois zones ciblées. Je garderais avec moi les officiers désignés afin de leur donner toutes mes directives.

D'un geste de la main, Abysse invita un de ces hommes à déployer une carte des terres. Réalisée avec précision, elle recensait les moindres points observés par les engins d'observation. La jeune femme présenta plusieurs point stratégique, disposant des pièces en bois à certains endroits.

- Ces hommes bénéficient de toutes les ressources nécessaires pour tenir un siège. Nous, nous ne possédons une quantité de provisions et de vivres restreints, nous devons obtenir une victoire totale dans les plus brefs délais. Dans ce but, nous mèneront des attaques de grandes envergures sur plusieurs endroits et en des périodes stratégiques. Il ne faut pas que les Boréens se doutent un instant du sort que nous leur réservons, nos attaques devront sembler isolées et sans conséquence, à l'image des offensives portées jusque-là.

Abysse faisait danser les pièces sur la carte, créant peu à peu un motif complexe.

- Nous créerons un filet que nous resserreront peu à peu, rasant les terres que nous laisseront derrière-nous. A la manière des tentacules d'une pieuvre, nous étirerons nos troupes et ligoteront la résistance ennemie. Chaque homme, chaque régiment devra obéir scrupuleusement aux directives. Aucun retard, aucune déviation qui pourraient compromettre l'ensemble de notre tactique ne pourront être admis. Je resterai en étroite collaboration avec chacun de vous afin d'aviser des décisions et de corriger nos trajectoires en fonction des réactions et mouvements ennemis.

Ses yeux parcoururent l'assemblée, avides de la moindre réaction.

- Nos chercheurs ne sont hélas pas parvenus à adapter nos moteurs à Eralium. Nous avons pu cependant mettre en place des engins légers d'observation avec un minimum d'équipement de défense. Ils n'ont guère d'autonomie et ne peuvent nous servir qu'en éclaireurs malheureusement. Cependant, nos blasters sont toujours actifs et représentent nos armes les plus efficaces contre les capacités surnaturelles de ces indigènes. La prudence est donc de mise, bien entendu. Je ne le répéterai jamais assez.

Abysse expira, fermant un instant les yeux. Elle se détendit légèrement, posant ses deux mains à plat sur la table. Elle parcourut une nouvelle fois la salle du regard.

- Bien, j'attends maintenant vos réactions. Ne gardez rien pour vous, tout doit être dit ici et maintenant sans quoi il sera trop tard.

Les pièces s'enclenchaient une à une. Elle pouvait presque entendre les engrenages grincer, engrangeant la terrible mécanique de la guerre.
avatar
Milice

On m'appelle Loghan Karano


Infos Personnage
RANG: Officier Capitaine
VILLE & APPARTENANCE : Sant Poseïnos
MON AGE : 33
Masculin
MESSAGES : 214
AGE : 22
INSCRIT LE : 09/01/2013
PSEUDO HABITUEL : Törjana
Joyaux : 175
http://www.ile-joyaux.com/t1292-carnet-du-capitaine-karano#34470 http://www.ile-joyaux.com/t1289-capitaine-loghan-karano-a-votre-service#34396
Posté dans Re: A la guerre, l’audace est le plus beau calcul du génie   - Sam 1 Juin 2013 - 11:16

Les Erfeydes, une contrée à la fois mystérieuse et effrayante, une terre sauvage, restée à l'état telle que la nature l'avait conçu. Ses habitants l'étaient aussi : Sauvages. Mais pourtant cela faisait réfléchir Loghan, à propos du bien fondé de cette guerre qui approchait à grand pas. Assis autour de la grande table, une salle de conseil avait été aménagée pour toute les décisions qui allaient jouer l'avenir de cet affrontement, et aujourd'hui, celui qui depuis le début avait émit des doutes faisait parti de cette assemblée. Il pensait, ces indigènes étaient certes hostile et dangereux, ennemi de Matroos depuis peu et par conséquent ses ennemis à lui-même. Mais … C'était des êtres humains, cela n'en demeurait pas moins. C'était cela que Loghan trouvait quelque part injuste, le fait que cette guerre allait creuser un fossé entre son peuple et le leur, estimant que tout aurait pu s'arranger différemment, dans le calme si on pouvait dire.

Mais l'heure n'était pas aux pensées pacifistes et avant tout sa loyauté l'avait amené jusqu'ici. Se redressant aussi droitement que possible, l'arriver du bras droit sonnait le glas du début de cette guerre. La marche arrière n'était plus possible, Matroos ne pouvait plus retarder l’échéance. Abysse Ac'Trian, bras doit du général, était en charge des opérations dès à présent. Loghan avait conscience qu'il allait devoir suivre toutes les directives à la lettre près, mettant de côté tout ce qu'il pouvait penser lui-même de tout ceci. Cette réunion commença au moment où elle prit la parole, rappelant les derniers évènements avec Korrul notamment la cessation de l'alliance. La situation avec les 'Boréens' avait atteint un point de non retour, et écoutant très attentivement le discours de la gradée le capitaine la regardait, ce qui était dit était d'une importance capitale. Il put ainsi apprendre l'existence d'une population de rejeté parmi celle des Boréens, les intentions concernant ceux-ci vu qu'ils pouvaient représenter un atout non négligeable. Apparemment leur capacité surnaturelle serait, dans le doute, lié à l'ithylium. Loghan ne comprenait pas comment une telle chose pouvait être possible, mais s'il fallait les séparer le plus souvent que possible de celle-ci alors il le ferait.

Écoutant le discours jusqu'à la fin il attendit que le bras droit donne la parole aux officiers. Les regardant tour à tour pour savoir si quelqu'un voulait s'exprimer avant lui, il finit par prendre la parole. Sur la carte ayant été dépliée sur la table, l'officier avait remarqué un point dessus, à moitié ombragé. Il s'agissait probablement d'une concentration, un camp peut-être, une tour ou bien alors, un village, qui pouvait savoir ? Il tenta alors de porter l'attention sur ceci car il pouvait s'agir d'un endroit stratégique, comme d'une broutille sans importance … Dans tout les cas cela valait le coup.

-"Je pense qu'effectivement il est judicieux de les séparer dès que possible de leur huile. Peut-être faudrait-il soulever une question comme … Quoi précisément dans l'ithylium leur permet de telle capacité. Et est-ce que nos armes qui se basent sur un dérivé seraient réellement efficace contre eux ? Ils se pourraient qu'ils peuvent manipuler notre eralium, bien que j'en doute."-

Mais Loghan voulait avant tout reporter le sujet sur ce point de la carte qui l'intriguait, il se pencha donc puis désigna l'endroit.

-"Il semblerait que les éclaireurs ont détectés une concentration, un point qui s'apparenterait à cela du moins. Il peut s'agir de tout, comme une tour, un campement fortifié ou bien encore, un village. Je n'ai pas d'idées sur ce que cela pourrait être mais à mon avis cela vaut le coup de tenter d'en savoir plus. Dans tout les cas il faudrait savoir exactement ce qu'est ce point sinon nous pourrions passer à côté d'un élément non négligeable, un atout comme une menace. Qu'en pensez-vous ?"-

Le capitaine s'était adressé en premier au bras droit mais ses interrogations l'étaient aussi pour toute l'assemblée. Mieux valait prendre l'avis de plusieurs personnes.

-"Nos engins sont malheureusement cloués au sol sinon nous aurions pu avoir une meilleure vue. Je pense en tout cas que d'avancer une position qui se rapprocherait progressivement de ce point serait une bonne chose."-

Il laissa la parole au reste de l'assemblée dès qu'il finit sa dernière phrase.
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: A la guerre, l’audace est le plus beau calcul du génie   - Sam 1 Juin 2013 - 16:09

Abysse acquiesça, silencieuse et attendit que Loghan est terminé. Elle regarda tour à tour les officiers, les invitant à réagir sur les propos de l'officier Karano.

- L'idée d'un lien avec l'ithylium est purement hypothétique. Nous les avons vu user d'une substance qui s'y apparenterait et les réserves d'huile de ces terres est phénoménale. L'eralium ne semble fonctionner que sous la forme de blaster ou de bouclier. Pour l'instant, nous n'avons rencontré aucun problème à leur utilisation. Reste à savoir si ces indigènes posséderaient des talents suffisamment puissants pour les détourner...Mais, dans l'immédiat, cela reste notre principal atout concernant notre puissance d'attaque.

Elle plissa les yeux et invita l'officier à montrer sur la carte la concentration qu'il avait évoqué plus tôt. Elle demeura un instant silencieuse, songeuse.

- Nous avons des engins d'observation. On pourrait en envoyer un en observation à basse altitude. Il faut cependant se méfier de ces créatures volantes qu'utilisent les Boréens. Elles pourraient aisément détruire l'un de nos appareil d'observation. Il ne possède qu'un système de défense très restreint.

Elle acquiesça doucement, une nouvelle fois.

- Nous enverrons dans un premier temps un appareil d'observation. Nous aviserons des résultats et enverrons une équipe d'éclaireurs si cette concentration d'activité est avérée.
avatar
Milice

On m'appelle Loghan Karano


Infos Personnage
RANG: Officier Capitaine
VILLE & APPARTENANCE : Sant Poseïnos
MON AGE : 33
Masculin
MESSAGES : 214
AGE : 22
INSCRIT LE : 09/01/2013
PSEUDO HABITUEL : Törjana
Joyaux : 175
http://www.ile-joyaux.com/t1292-carnet-du-capitaine-karano#34470 http://www.ile-joyaux.com/t1289-capitaine-loghan-karano-a-votre-service#34396
Posté dans Re: A la guerre, l’audace est le plus beau calcul du génie   - Jeu 6 Juin 2013 - 8:44

Entendant les dires du bras droit, Loghan hocha de la tête lorsqu'elle finit. Si la décision d'envoyer un appareil d’observation était une bonne initiative, le capitaine avait cependant des doutes.

-"Je ne peux m'empêcher d’émettre des craintes vis-à-vis de cette concentration. Mais il est vrai que tant que nous n'aurons pas observer cette zone nous ne pouvons nous prononcer … Je suis cependant d'avis de sécuriser une zone en attendant. Ce point est assez distant de notre base et il y a surement d'autres camps et villages sur le chemin. Nous pourrions peut-être tenter de neutraliser ces éventuelles positions."-

L'officier tentait d'expliquer qu'il ne faudrait pas forcément attendre un éventuelle rapport d'observation pour commencer à avancer. Plusieurs zones étaient à portée de main, et toujours selon lui il serait judicieux de sécuriser position après position.

-"L'idée est concrètement d'arriver à maintenir des positions à l'intérieur des terres, toujours en avançant pour agrandir notre propre périmètre. Il se peut que je me trompe bien évidemment, mais dans tout les cas il serait mieux de commencer à nous déployer."-


Cette idée semblait exprimer la volonté de commencer les attaques, mais ce n'était qu'une proposition afin de prendre de vitesse les Boréens, ou essayer tout du moins.
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: A la guerre, l’audace est le plus beau calcul du génie   - Dim 16 Juin 2013 - 2:03

Abysse plissa les yeux, songeuse. Sa respiration se fit de plus en plus lente, presque inaudible. Ses yeux semblaient perdus dans le vague mais son esprit, lui, bouillonnait. Il analysait chacune des informations, soupesaient leurs conséquences et traçait petit à petit un chemin parmi toutes les éventualités.
Trop de connaissance ne facilite pas les plus simples décisions.
Quelques mots volés au passé. Elle revit son père les prononcer, l'air grave, la mine sérieuse. Une leçon qu'elle n'oublierait jamais. Moins d'une semaine plus tard, il disparaissait.
La jeune femme se redressa et inspira vivement, émergeant d'une longue apnée. Elle hocha vigoureusement la tête, prenant un instant avant de donner sa décision.
- Vous êtes dans le juste, officier Karano. Seulement, nous ne pouvons nous permettre de tolérer la moindre erreur. Nous enverrons une unité d'éclaireur, légère, rapide et efficace. Un appareil d'observation vous précédera de quelques centaines de mètres en basse altitude. A la moindre alerte sérieuse, vous rebrousserez chemin. Nous ne prendrons aucun risque à moins d'être certain d'une victoire complète sur cette zone. Vous mènerez la compagnie d'éclaireurs et vous avez le choix complet sur les hommes qui prendront part à l'expédition. Est-ce bien clair ?
Sa voix résonna dans la salle, ferme et irrévocable. Ils en avaient assez dit pour cette assemblée. Abysse s'était levée avant même de terminer ses directives, les deux mains posées à plat sur la table, elle fixait tour à tour les hommes rassemblés autour de celle-ci. Elle fit un geste du menton lorsque ses yeux s'arrêtèrent sur l'officier Karano, l'interrogeant en silence. Elle n'attendait plus que son assentiment pour dissoudre l'assemblée.

On m'appelle Contenu sponsorisé

Posté dans Re: A la guerre, l’audace est le plus beau calcul du génie   -

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum