AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
» Communication externe
par Loth de la Vision Mar 21 Juin 2016 - 15:06

» Réversa [ TOP ]
par Invité Ven 27 Mai 2016 - 8:21

» Le monde de Dùralas
par Invité Jeu 26 Mai 2016 - 7:00

» Anthalia
par Invité Dim 22 Mai 2016 - 15:17

» Marbrume, La Cité des Damnés
par Invité Lun 16 Mai 2016 - 15:07

» Questionnaire pour soutenir infinite RPG !
par Invité Sam 14 Mai 2016 - 17:33

» Escalus
par Invité Jeu 12 Mai 2016 - 9:02

» Mass Effect : Reborn
par Invité Mar 10 Mai 2016 - 15:00

» Forum en pause
par Asàf Lysereän Mar 10 Mai 2016 - 13:47


Un serpent d'argent, le Fleuve de Vie : le lac Vama (2)

avatar
Citoyen

On m'appelle Promor le Facétieux


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Vuulte
MON AGE : 25 ans
Masculin
MESSAGES : 711
AGE : 46
INSCRIT LE : 28/08/2011
PSEUDO HABITUEL : Yannick Saule, Raffaella Palder, Tibor Keiron, Janos Leawen
Joyaux : 0
Posté dans Un serpent d'argent, le Fleuve de Vie : le lac Vama (2)   - Dim 16 Juin 2013 - 2:28


Promor (Milicien)

Un halo de lumière pâle succède à la nuit d'obsidienne. L'aube renaît, tranquille et majestueuse. C'est elle qui gazouille au cœur des buissons, c'est elle qui emperle de rosée les flancs velus du mont Centil, c'est elle qui taquine leurs paupières endormies, c'est elle aussi qui dessine des entrelacs d'ombres mouvantes sur la toile de la tente militaire. C'est elle encore qui unit les lèvres de Calyth et Promor pour un premier baiser matinal.
En route, sapristi ! Si la journée de la veille s'est terminée par la rédaction du rapport pour le Stratège Ac'trian et l'envol de l'émeicas sensé lui remettre ce premier message, celle d'aujourd'hui est consacrée à redescendre la colline et à rejoindre le Speeder, rangé sous les vertes frondaisons. Barda sur l'épaule, main dans la main, les aventuriers-miliciens dégringolent donc d'un bon pas les ravines rocailleuses et les sentiers abrupts longeant les méandres de ce ru insignifiant qui deviendra fleuve bouillonnant à force de se tordre et de serpenter vers son embouchure. Comme liés par un accord tacite, ils évitent tous deux de revenir sur le navrant épisode des papillons, ce qui leur laisse le loisir de bien profiter de la randonnée et d'imaginer ensemble ce que sera la suite de leur mission. D'abord le lac Vama, dont ils ont déjà survolé les rives et les eaux transparentes, ensuite la forêt de Middel-Heim, et enfin ils découvriront le plongeon final du Fleuve de Vie vers ce gigantesque néant qui l'engloutira mystérieusement. Cet itinéraire semble logique et irréversible, mais il ne constitue finalement qu'une hypothèse, car de nouvelles surprises sont toujours possibles, et pas forcément les plus agréables.
Les lieues s'enchaînent rapidement, et leurs haltes sont rares et brèves, si bien qu'ils sont eux-mêmes surpris de la rapidité avec laquelle ils parviennent en bas de la colline. Entre les arbres, le fuselage de leur appareil scintille déjà comme les tranchants d'un glaive oublié au soleil. Solidement arrimé, le Speeder n'a pas bougé d'un pouce. Il sommeille sous les branches.
- Nous y sommes, ma chérie. Sapristi, nous n'avons pas traîné en route ! On a beau dire, descendre le mont Centil est quand même largement plus facile que d'y grimper ! ... lance t-il joyeusement en empilant leurs baluchons dans l'habitacle du Speeder, derrière leurs sièges, sans plus de cérémonie.

- Je pense que nous ne devrions pas tarder, ma chérie, afin d'arriver au lac en début de soirée. J'aimerais beaucoup m'y promener un peu, voire même me baigner ou pêcher. Ça nous changera les idées. Ce sont des choses qui m'ont manquées lorsque j'étais à Korrul. Déjà qu'à Vuulte il n'y avait que les fossés pour patauger et barboter, et encore il fallait qu'il ait plu suffisamment ! Bref, je ne me rappelle même plus d'avoir nagé ! Je ne sais même pas si j'y arriverai encore ! ... ajoute t-il en riant.
- Vas-y, fouette, cocher, décollons, et survolons scrupuleusement les courbes du fleuve pour ne rien louper. Je prendrai quelques clichés pour le rapport suivant, si nous voyons des choses particulières ...

Il lui tend gentiment une bouteille d'eau fraîche, et se cale au fond de son siège, fixant de ses yeux sombres les manettes, compteurs, indicateurs, et écrans de contrôle, bien décidé cette fois à en comprendre le fonctionnement. Un jour, c'est sûr, l'ostracisé qui rampait dans les dunes pilotera un Speeder. Le serpent sera un oiseau.



Sign par Thélou, merci !
avatar

On m'appelle Calyth Montivelle


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Vuulte
MON AGE : 25 ans
Féminin
MESSAGES : 809
AGE : 45
INSCRIT LE : 29/08/2011
PSEUDO HABITUEL : /
Joyaux : 0
http://www.ile-joyaux.com/t555-calyth-montivelle#13156 http://www.ile-joyaux.com/t212-calyth-montivelle-pilote
Posté dans Re: Un serpent d'argent, le Fleuve de Vie : le lac Vama (2)   - Lun 8 Juil 2013 - 13:00

Calyth Montivelle (Milicienne)

La curiosité est, dit-on, un bien vilain défaut. Certes, mais sans curiosité, les scientifiques, tout comme les aventuriers tourneraient en rond, comme un médor avant de se coucher. Quant aux deux Miliciens, ils sont à ranger dans la catégorie des curieux, ils ont à coeur de connaître le pourquoi et le comment de leurs découvertes ou de leurs observations, quitte à affronter de nouveaux dangers. Leur rencontre avec les Calymors, ils ne sont pas près de l'oublier, et la prudence sera de mise, la prochaine fois qu'ils voudront assouvir leur curiosité face à l'inconnu …

Mais pour l'instant, place au voyage dans les airs. Et si Calyth n'était pas très fière dans la grotte, ou guère agile sur les pentes du Mont Centil, dans le ciel sans nuage, elle est à sa place aux commandes du Speeder qui lui obéit du bout des doigts. La curiosité, c'est encore ce qui étincelle dans les yeux d'ébène de Promor, même s'il ne dit mot, la pilote sait bien qu'il meurt d'envie de prendre les commandes de l'appareil. Elle sent glisser sur elle, ses prunelles d'encre qui enregistrent tous ses gestes, étudient attentivement toutes les informations des instruments de bord. Dès les premières heures de leur rencontre, il lui a avoué sa fascination pour les vaisseaux et son désir de voler. Malheureusement, apprendre à piloter ce bijou de technologie ne se fait pas en quelques heures, et si elle a déjà pris le temps de lui expliquer quelques rudiments, et même de le laisser manoeuvrer sous son contrôle, elle n'a jamais vraiment eu l'occasion de lui donner quelques leçons de pilotage. Un jour sûrement ...
Déjà la prochaine halte se profile à l'horizon : une immense étendue d'eau azurée, presqu'une mer intérieure, dans laquelle vient s'engloutir le jeune Fleuve de Vie, et autour de laquelle s'est bâtie la capitale de l'Île, Sant Poséinos. Voilà le Lac Vama qui miroite, et frissonne paresseusement sous le soleil de ce milieu d'après-midi ...

Après concertation avec Promor, la pilote décide de le survoler puisqu'ils ont quelques heures de clarté devant eux. Aussi méthodique que lorsqu'elle ratissait le Désert à la recherche de bandes de Forbans, Calyth quadrille lentement l'étendue argentée, laissant le temps à son équipier d'observer longuement la surface de l'eau à peine ridée de vaguelettes. Sur les rives de nombreuses maisons ont été construites, grandes et belles propriétés de la haute société de Sant Poséinos, aussi prend-elle soin de ne pas voler trop bas, lorsqu'elle passe au-dessus des beaux quartiers.
Dans le port, le long des quais, impeccablement rangés, des bateaux de pêche de toutes sortes, du plus récent au plus ancien, du plus vaste au plus petit, attendent leur prochaine sortie, dodelinant mollement, au diapason des vaguelettes qui lèchent leurs coques. C'est un spectacle assez fantastique, pour Calyth, plus habituée à l'atmosphère des Spatioports. Elle espère bien qu'ils auront le temps d'aller faire un tour du côté de ces bâtiments, car vu du ciel, leur technologie n'a rien à envier aux vaisseaux volants.

Les rives du Lac sont habitées et exploitées depuis longtemps, et elles ont perdu leur aspect sauvage. Mais en les survolant, les deux Miliciens repèrent quelques endroits plus isolés qui leur permettront d'atterrir et passer la nuit, sans gêner le voisinage. Le Speeder oblique à présent vers le centre du Lac, délaissé par les pêcheurs, car ils n'ont pas besoin d'aller si loin pour remplir leurs cales de poissons qui régalent toutes les villes de Matroos.
Maintenant qu'elle approche, elle n'hésite plus à raser la surface déserte, aux reflets chatoyants. Elle peut naviguer à sa guise, et c'est un vrai plaisir de découvrir les dégradés de bleus profonds qui dévoilent les entrailles du Lac. Elle a ralenti l'allure pour que Promor puisse prendre quelques clichés, immortalisant ainsi ces magnifiques couleurs et ces scintillements argentés, fugaces et changeants comme des pierres précieuses flamboyantes sous la lumière.

Soudain alors qu'elle amorce un large virage à droite pour revenir vers les berges, un éclat étrange et fulgurant l'éblouit, différent des chatoiements de l'eau. Intriguée, elle resserre son virage inclinant les ailes du Speeder, et refait un passage, au dessus de l'espèce de flash éblouissant qui disparaît de temps à autre de sa vue.  

- Qu'est-ce que c'est que ça, Promor ? Tu as vu cet éclair ? Il est impossible que ce soit l'eau qui réverbère ainsi les rayons du soleil ! Regarde, ça brille de nouveau, on dirait … on dirait du métal … s'étonne-t-elle, alors que la surface se ride de plus belle sous les turbulences des réacteurs du Speeder qui semble frôler l'eau, tant Calyth vole en rase-mottes ...


Angélyne Montaigu, Hors la loi /Janalya Hermontrick, Maître armurier/ Ylaria Desnolancès, Cultivatrice

Kit par Thélou, merci !
avatar
Citoyen

On m'appelle Promor le Facétieux


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Vuulte
MON AGE : 25 ans
Masculin
MESSAGES : 711
AGE : 46
INSCRIT LE : 28/08/2011
PSEUDO HABITUEL : Yannick Saule, Raffaella Palder, Tibor Keiron, Janos Leawen
Joyaux : 0
Posté dans Re: Un serpent d'argent, le Fleuve de Vie : le lac Vama (2)   - Mer 10 Juil 2013 - 1:34


Ce survol tranquille et minutieux du lac Vama est une découverte pour le Facétieux. Cette étendue, immense saphir translucide, lui semble interminable. Qu'on regarde vers le sud ou le nord, le lac est là, il dort. C'est un miroir apaisant où le soleil vient contempler ses joues dorées avant que la nuit ne l'envoie somnoler de l'autre côté de l'île. Une flottille de bateaux de pêche le sillonne, en long, en large et en travers. Des bateaux de toutes sortes, que Promor ne baptisera d'aucun autre nom, vu qu'il ne différencie pas très bien chalutiers, cargos, et autres embarcations. Les seuls « gros transporteurs » qu'il ait vu précédemment sont les vaisseaux du désert : les draomas.

Piloté de main de maître par sa compagne, le Speeder s'écarte progressivement de cette effervescence et gagne le centre de cet océan d'une immobilité de marbre bleu. L'eau est si claire que l'on peut distinguer, par endroits, quelques bancs de poissons louvoyant en rangs serrés. Tout en prenant une ribambelle de clichés, par plaisir plus que par réelle nécessité, le Facétieux en fait la remarque à sa coéquipière : Tout ceci invite vraiment à piquer une tête dans le lac, ma chérie. Si je ne nageais pas comme un bloc de granit de trois tonnes et demie, et si nous n'attirions pas les bestioles les plus bizarroïdes, je m'y risquerais volontiers. Crois-tu que ça existe, des papillons aquatiques ?  ... demande t-il en souriant à la milicienne, alors qu'elle fait décrire à leur appareil une large courbe destinée à les remettre dans le sens du rivage. La réponse à sa question ne vient pas. Non. C'est une exclamation qui fuse, Calyth ayant repéré une étrange lueur en volant au ras des eaux limpides. C'est du métal, suppose t-elle. En effet, une sorte d'ergot métallique transperce légèrement la surface du lac, et scintille comme une escarboucle égarée dans les cendres d'un foyer éteint.

Un second passage s'impose, car la curiosité du jeune couple est éveillée par cette découverte. Il en faut peu pour qu'ils se mettent à imaginer n'importe quoi ! Il s'agit peut-être d'un bateau échoué dans un banc de sable, ou d'un vaisseau appartenant à l'un des propriétaires d'une des superbes villas construites sur les berges du lac, ou, pourquoi pas, d'un appareil de la milice, ou même d'un de ces tas de ferraille volants qu'utilisent les pirates lorsqu'ils se risquent à venir infester le littoral matroscien ! Tout est possible ! Et c'est cela qui rend cette trouvaille extrêmement intéressante ! Cet incident doit vraisemblablement remonter à plusieurs années, sinon des recherches seraient entreprises, la milice en serait informée, ce qui n'est pas le cas en l'occurrence. Alors ? Que faire ? Les amants cogitent un instant en silence, et cette fois c'est Promor qui se manifeste en premier et suggère une marche à suivre.

- Plutôt que de nous poser en pleine nature, je pense que nous devrions atterrir au Spatioport et interroger le personnel. Et s'ils ne sont au courant de rien, nous pourrions nous balader sur le port et mener notre petite enquête. Qu'en penses-tu, ma chérie ? Notre mission pourra attendre un jour ou deux, non ? Le lac et le fleuve seront toujours au même endroit la semaine prochaine, rien ne nous presse vraiment. Nous n'avons aucun délai pour rendre notre rapport définitif au Stratège Ac’trian. Profitons-en ! Le Facétieux dévisage sa compagne. Il ne doute pas un seul instant de sa réaction. La belle est une aventurière dans l'âme, tout autant que lui, et elle sera enthousiasmée par cette nouvelle équipée. Ainsi nous n'aurons pas emporté tout ce matériel pour rien ! ... ajoute t-il en se tournant vers quelques énormes caisses fixées à l'arrière du cockpit, caisses contenant notamment des tenues de plongée et un dinghy pneumatique, léger et résistant, et surtout facile à monter ...




Sign par Thélou, merci !
avatar

On m'appelle Calyth Montivelle


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Vuulte
MON AGE : 25 ans
Féminin
MESSAGES : 809
AGE : 45
INSCRIT LE : 29/08/2011
PSEUDO HABITUEL : /
Joyaux : 0
http://www.ile-joyaux.com/t555-calyth-montivelle#13156 http://www.ile-joyaux.com/t212-calyth-montivelle-pilote
Posté dans Re: Un serpent d'argent, le Fleuve de Vie : le lac Vama (2)   - Ven 2 Aoû 2013 - 4:47

Curiosité, quand tu nous tiens ! Le second passage en rase-motte du Speeder confirme la présence d'un débris métallique, qui affleure à la surface limpide du Lac. Mais quelle est son origine ? Une épave ? Mystère. Les deux Miliciens se perdent en conjectures toutes plus saugrenues les unes que les autres. Cet intrigant triangle de métal brillant mérite qu'on s'y intéresse de plus près et Calyth accueille les propositions de Promor avec enthousiasme :

- Aspirant Promor, tu es un génie ! Direction le Spatioport de Sant Poseïnos ! Allons enquêter là-bas, et puis tu sais, cette recherche fait aussi partie de notre mission, nous sommes en exploration … Le Stratège Ac'trian attend de nous des informations sur le Fleuve de Vie et ses alentours, des données que personne encore n'a découvertes. Si nous trouvons une épave dans le Lac Vama, c'est de notre devoir d'en chercher l'origine, et comme tu le dis nous avons tout ce qu'il faut … Et tout le temps devant nous !

Le Speeder décrit une large courbe rasant les eaux transparentes aux reflets argentés, les rotors en font frissonner la surface azurée, accentuant les vaguelettes, qui la rident comme la peau d'une vieille pitris. Calyth reprend de l'altitude, rejoignant le ciel clair pour se diriger vers le Grand Spatioport de la capitale. Elle y est déjà venue quelque fois, mais la dernière remonte à Dorror 1110, elle va certainement y trouver du changement !
Construit à la limite sud de la ville, pour ne pas gêner la tranquillité des habitants, le Spatioport est une entité quasiment indépendante, aux aérogares multiples, à l'architecture métallique très moderne, capitale oblige. Afin que les voyageurs puissent rejoindre rapidement le cœur de Sant Poseïnos, des navettes rapides, des filantes sont en location. Vivenefs, cargos, modules, vont et viennent en un incessant ballet, dirigé de main de maître par les hommes de piste. La Pilote suit les indications du mécanicien pour poser son appareil, dans la section de la Milice, non loin du bâtiment qui lui est réservé, comme dans tous les Spatioports, afin que les Miliciens puissent se loger, et surtout rester en contact avec leur Q.G.. C'est là que les deux explorateurs vont prendre leurs quartiers.

- Bien, allons voir s'il y a des chambres de libres, puis nous irons nous promener en ville, voir si on peut glaner quelques renseignements, décide Calyth en sautant sur le sol de Sant Poseïnos, alors que les mécanos accourent pour s'occuper du Speeder. C'est avec une surprise mêlée de plaisir qu'elle découvre à la tête de l'équipe, une grande asperge, au crâne aussi lisse et brillant que le nez de son module :
- Vlad, espèce de fripouille ! Tu travailles à la capitale ? Depuis quand ? Ses mots chaleureux se ponctuent d'une vigoureuse poignée de main. - Voici Promor mon équipier, Vlad a été mon instructeur en mécanique, il m'a appris tout ce que je sais sur les entrailles de notre oiseau !

Souriant, l'homme les dévisage tous les deux, et les salue avant de s'adresser à la Pilote :
- Bon sang, Montivelle, quand j'ai entendu ton nom, j'en croyais pas mes oreilles ! J'te croyais perdue dans le Désert ! J'suis rudement content de voir qu'on t'a retrouvée ! Alors qu'est-ce-que t'es v'nue faire par ici ?

Après un regard de connivence avec Promor, Calyth répond, sans entrer dans les détails, laissant le soin à celui-ci de développer, s'il le juge nécessaire, après tout c'est sa mission :
- Nous sommes en exploration, d'ailleurs nous allons sans doute avoir besoin de tes lumières, car nous ne connaissons pas la ville. Tu crois qu'on peut se retrouver plus tard, à la salle des officiers ? Je dois dire qu'une bonne douche serait la bienvenue, j'espère qu'il reste des chambres de libres ... dit-elle en désignant la grande bâtisse de pierre et de métal.

- Bien sûr, t'inquiète pas, y a personne en ce moment, vu que les effectifs sont réduits au strict minimum avec cette foutue guerre sur l'Ile Blanche. Allez donc vous rafraîchir, je m'occupe de votre Speeder, et je vous retrouve dans une petite heure. J'suis curieux de savoir comment tu t'es sortie du pétrin … lance-t-il avec un clin d'oeil, alors qu'il rejoint ses aides déjà au travail.

Calyth entraîne Promor sur la passerelle qui relie l'aérogare aux quartiers de la Milice, ravie d'avoir croisé un visage connu. Cet homme va sûrement les aider, vu qu'on le surnommait la "gazette de Vuulte". Il a du reprendre les mêmes habitudes ici, à Sant Poseïnos, toujours au courant de tout !
- Tu sais on peut aussi fouiller un peu dans les archives, il y a peut être trace de ce naufrage quelque part, dit-elle soudain en franchissant le seuil du grand hall d'accueil, essayant de se repérer, puis profitant de ce qu'ils sont seuls, elle se tourne vers le Milicien et lui indique le couloir qui mène aux chambres pour les officiers masculins :
- Je pense que tu peux prendre celle que tu veux , d'après ce qu'a dit Vlad, personne ne viendra te le reprocher …
Puis elle ajoute plus bas juste au cas où des oreilles traîneraient par là :
- Quand tu auras choisi ton lit, viens donc me rejoindre, je suis sûre que tu n'auras pas de savon … ni de shampoing, alors qu'il y a toujours ce qu'il faut de notre côté !

Et elle s'enfuit en riant, disparaissant derrière la première porte du couloir réservé aux femmes, laissant Promor planté là, au milieu du hall …


Angélyne Montaigu, Hors la loi /Janalya Hermontrick, Maître armurier/ Ylaria Desnolancès, Cultivatrice

Kit par Thélou, merci !
avatar
Citoyen

On m'appelle Promor le Facétieux


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Vuulte
MON AGE : 25 ans
Masculin
MESSAGES : 711
AGE : 46
INSCRIT LE : 28/08/2011
PSEUDO HABITUEL : Yannick Saule, Raffaella Palder, Tibor Keiron, Janos Leawen
Joyaux : 0
Posté dans Re: Un serpent d'argent, le Fleuve de Vie : le lac Vama (2)   - Lun 5 Aoû 2013 - 13:08


Bigre, Calyth jouit vraiment d'une popularité sans faille au sein de la milice de Matroos, et son odyssée au cœur des sables de Korrul la périlleuse a marqué les esprits ! Où qu'ils aillent, elle rencontre des collègues, qui sont visiblement bien plus que de simples compagnons de travail, et Promor, même s'il ne le montre pas, ou plutôt s'il s'efforce de ne pas laisser paraître sa contrariété, n'apprécie que très modérément ces marques de sympathie et ces joyeuses boutades. C'est qu'il la veut rien que pour lui, sa brunette ! Il est possessif, il ne la partagera avec personne, et encore moins avec cet hurluberlu exubérant au crâne aussi lisse et brillant qu'une piste d'atterrissage endormie sous le soleil. Qu'il ait été ou non l'instructeur de Calyth n'y change rien ! D'ailleurs n'a t-il pas été plus que ça ? Comment le savoir ... Mais fichtre, ils auraient pu se débrouiller sans ce pignouf ! Et dire que l'idée d'interroger les militaires et la populace vient de lui-même ! Il aurait bien mieux fait de réfléchir un brin et de tourner sept fois la langue dans la bouche plutôt que d'émettre une telle proposition, une telle niaiserie ! Il ne supportera pas longtemps qu'un autre lascar se mêle de leurs affaires ! Oh que non !

Mais soit, puisqu'il en est ainsi, puisqu'il ne peut se permettre de se montrer bourru envers ce zigoto et de contredire les propos de Calyth, le Facétieux tente de se montrer jovial, de sourire, même si de telles simagrées ne font nullement partie de sa personnalité ! A Korrul, au moins, la situation était claire : parmi les peuples du désert, parmi les forbans et les ostracisés, il n'y a pas d'amis, rien que des congénères dont il faut prendre garde. Là-bas, il savait à quoi s'attendre ! Là-bas, c'est l'univers des fauves, et les fauves se mangent entre eux, c'est bien connu !

Promor hoche donc la tête en esquissant une grimace qui, avec un brin d'imagination, pourrait ressembler à un sourire. Il n'a même pas à se présenter, puisque Calyth s'en est chargée, et il se contente de laisser tomber un « Enchanté, Vlad ! », tout en posant furtivement la main sur la hanche de la pilote, ce qui signifie dans tous les langages du monde : « On ne touche pas, elle est à moi » ! C'était sans doute inutile, mais au moins ce geste tendre définit clairement quelles sont les relations entre Calyth et lui-même. Voilà une bonne chose de faite, assurément !

Rendez-vous est pris pour plus tard, à la salle des officiers, après installation et douche. Soit ! Pas moyen d'y couper, et Promor s'efforce d'accepter cet entretien avec philosophie, espérant au moins qu'il leur apportera des renseignements utiles quant-à « leur » épave. Côte à côte, notre duo enchaîne une passerelle, puis un vaste hall d'entrée, et ils parviennent enfin à un croisement de couloirs menant vers les chambres. Zut ! Le Facétieux n'avait pas pensé à ça : le premier couloir est destiné aux miliciens de sexe masculin, et le second aux membres d'équipage de sexe féminin. Et si Calyth n'en paraît pas surprise, elle s'arrête cependant pour se repérer. Ainsi que Vlad l'a signalé, le bâtiment est peu fréquenté, en raison de cette guerre qui s'éternise sur une île lointaine, et cette tranquillité dans les allées du spatioport arrange particulièrement les affaires du Facétieux : en effet, le bougre ne compte absolument pas prendre sa douche tout seul. Pas question. Même s'il était cul-de-jatte, ou aveugle, ou paralytique, il s'arrangerait pour rejoindre la brunette ! Cette douche, il l'imagine déjà exquise et torride, et elle leur permettra d'oublier leurs mésaventures du Mont Centil et les initiatives malheureuses prises durant leur combat contre les dangereux papillons carnivores.

Bien. Calyth le plante là, de manière un peu soudaine et désinvolte, certes, mais ce n'est qu'une façade, une apparence, car elle l'invite discrètement à la rejoindre dès qu'il aura pris possession de ses quartiers. Pas besoin de le lui répéter trente-six fois. Il l'observe donc choisir une chambre et en pousser la porte, puis il fait de même, dans l'autre couloir. Il sifflote gaiement en découvrant la pièce, car, dans son esprit, il est déjà avec Calyth. La chambre est fonctionnelle et plutôt spacieuse. Un lit métallique en occupe le centre, entre une commode et une table de nuit sur laquelle trônent une lampe de chevet hyper-moderne et quelques papelards. Le Facétieux les survole en lecture diagonale. Il s'agit d'un règlement d'ordre intérieur qu'un quelconque gratte-papier a posé là, et une lueur amusée s'insinue dans les prunelles du jeune homme lorsqu'il parcourt rapidement le chapitre interdisant au personnel masculin de pénétrer dans les chambres destinées au sexe opposé.  Cause toujours, tu m'intéresses ... murmure t-il à l'intention de ce fonctionnaire zélé qu'il imagine se curant le nez derrière son bureau, tout en rêvant d'espace et de liberté.

Inutile de faire attendre sa compagne. Il compte sur elle pour le savon et le shampoing, tandis que lui se contente d'apporter ses grandes mains baladeuses, entre autres accessoires en parfait état de marche. Coup d’œil à droite, coup d’œil à gauche, la voie est libre. Y'a pas à dire, Promor aime de plus en plus la milice ...

Quatre pas rapides, et il traverse le couloir, puis pousse la porte de la chambre de sa compagne. Il ne la voit pas, mais il l'entend. Elle chantonne sous la douche, à l'abri du traditionnel rideau synthétique qui la dissimule complètement. Elle a mis la pression maximale, et l'eau dégringole sur elle en une joyeuse cascade écumante. Le Facétieux ne mérite que rarement ce surnom, mais aujourd'hui la tentation est trop forte. Il se déshabille promptement, et se glisse derrière Calyth qui n'a pas encore remarqué sa présence. Il la regarde un moment en souriant. Une eau claire et tiède ruisselle sur sa chevelure, baigne ses épaules, et trace de mignons ruisselets imprégnés d'une mousse parfumée qui s'écoulent sur ses fesses rondes et les colorent de bleu tendre. Le spectacle est ravissant. Le temps d'un éclair, Promor revoit leurs premières étreintes au Hammam de la Blanche Ezealle, à Korrul. C'est si lointain déjà, mais quel joli souvenir. Le jeune milicien approche délicatement la bouche de la nuque de sa compagne, et il y dépose un long baiser, tandis que ses bras enveloppent son corps parfait. En deux secondes le voici aussi trempé que la pilote.



Sign par Thélou, merci !
avatar

On m'appelle Calyth Montivelle


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Vuulte
MON AGE : 25 ans
Féminin
MESSAGES : 809
AGE : 45
INSCRIT LE : 29/08/2011
PSEUDO HABITUEL : /
Joyaux : 0
http://www.ile-joyaux.com/t555-calyth-montivelle#13156 http://www.ile-joyaux.com/t212-calyth-montivelle-pilote
Posté dans Re: Un serpent d'argent, le Fleuve de Vie : le lac Vama (2)   - Mer 4 Sep 2013 - 9:07

Dans la chambre simple et fonctionnelle, Calyth se déleste avec joie de son uniforme sur lequel des résidus blanchâtres du cocon des Calymors sont encore accrochés. Des soupirs de soulagement accompagnent le pantalon et la veste qui tombent au sol. Elle n'en pouvait plus de sentir l'odeur douceâtre de ces fibres empoisonnées. Pas question de les remettre dans cet état, elle roule les vêtements en boule et les pousse dans un coin. Elle tâchera de se dénicher, ainsi qu'à Promor un uniforme propre après la douche, vu que la base est déserte ils ne devraient pas avoir de mal à faire leur choix dans la réserve …
L'avantage de se trouver à la capitale, c'est que l'eau y coule à profusion, aussi se glisse-t-elle en soupirant d'aise sous une cascade chaude et revigorante. Comme promis à son compagnon, savon et shampoing sont là. La Milicienne en use abondamment, et se défait ainsi des restes de leur rencontre avec les papillons carnivores, encore entremêlés dans sa longue tresse, mais surtout de l'odeur écoeurante qui s'en dégage encore. Un parfum enivrant de Délicate se diffuse bientôt dans toute la salle d'eau qui s'embrume de vapeur.

Les yeux fermés, la tête renversée en arrière, la Matroscienne se prélasse sous le jet fumant qui ruisselle sur sa peau, lui fait un bien fou, annihile toutes les tensions qui crispaient encore ses épaules et son dos. En fredonnant elle rince sa longue chevelure brune, seule coquetterie qu'elle s'autorise. Soudain deux bras hâlés viennent l'enlacer, tandis qu'une bouche gourmande chemine dans son cou. A demi-surprise, elle sursaute légèrement, et se retourne pour découvrir son amant aussi nu qu'elle, ses yeux sombres rayonnant d'une lueur canaille.

- Et bien tu en as mis du temps, j'ai bien cru que tu n'arriverais jamais, que tu t'étais perdu ! Ponctuant ses reproches moqueurs d'un ardent baiser qui dit tout le contraire, Calyth contemple le visage masculin qui la surplombe. De ses doigts, elle en souligne les signes de fatigue, comme pour les effacer et poursuit :

- Tu vois, je t'avais promis de quoi te laver, tout est là ! Sers-toi trésor, fais comme chez toi ! Ou plutôt non, laisse-moi faire ...

Et versant une noix de savon dans ses mains, elle le fait mousser sans quitter Promor du regard, puis l'étale sur ses épaules et son torse puissant. Un sourire facétieux aux lèvres, elle continue sa tâche et s'applique à recouvrir la peau dorée d'une mousse bleue odorante. Jeux de mains, jeux de vilains dit-on, mais par Vama, ce que c'est réjouissant, non, affriolant ! Ce n'est pas la première fois que Calyth savonne ainsi le corps brun, merveilleusement ciselé par le Désert, mais cette façon d'en redécouvrir chaque parcelle, lui plaît infiniment, sûrement parce qu'ils n'en ont guère l'occasion, mais aussi parce que lui reviennent ainsi les souvenirs de leurs premières étreintes, à la Blanche Ezealle. Alors  elle savoure chaque réaction qu'elle déclenche, chaque frisson qui dévale sa peau en réponse, elle prend son temps …
Mais musarder ne signifie pas que la passion se soit assoupie, bien au contraire, le désir est bien là, lové au creux de son ventre, et elle ne peut ignorer celui de Promor, alors que ses mains remontent lentement sur les cuisses du Facétieux. Posant ses doigts sur son torse, elle le pousse juste sous l'eau qui emporte dans ses ruisseaux la mousse azur, révélant la peau cuivrée, si douce, si tentante qu'elle vient s'y blottir étroitement :

- Embrasse-moi, mon beau Facétieux, Vlad nous attendra bien un peu …


Angélyne Montaigu, Hors la loi /Janalya Hermontrick, Maître armurier/ Ylaria Desnolancès, Cultivatrice

Kit par Thélou, merci !
avatar
Citoyen

On m'appelle Promor le Facétieux


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Vuulte
MON AGE : 25 ans
Masculin
MESSAGES : 711
AGE : 46
INSCRIT LE : 28/08/2011
PSEUDO HABITUEL : Yannick Saule, Raffaella Palder, Tibor Keiron, Janos Leawen
Joyaux : 0
Posté dans Re: Un serpent d'argent, le Fleuve de Vie : le lac Vama (2)   - Ven 6 Sep 2013 - 1:51


« Sers-toi, fais comme chez toi », lui dit-elle. Et il sourit sous le jet qui inonde son visage halé et le force à garder les yeux et le nez hors de sa trajectoire. Se servir, c'était son intention, mais sans doute pas de la manière suggérée par les mots de Calyth. Se servir ! Diantre, par Vama et Ruyn réunis, il est venu pour ça, et ses doigts sont disposés à envahir avec enthousiasme les courbes généreuses de la pilote. Cependant, c'est la jolie brunette qui prend les premières initiatives, et l'apprenti-milicien se livre avec plaisir à sa volonté. Il s'immobilise pour ne pas contrarier les jeux de mains, jeux de coquins, de son ardente compagne, et s'offre tout entier à ses paumes distillatrices de volupté et d'un océan de frissons délicieux.

S'arrimant de ses deux longues paluches aux hanches sculpturales de la milicienne, il s'abandonne longuement, avec ravissement. Il se déconnecte de la réalité pour apprécier davantage les savoureux attouchements, et sourit encore, fait rarissime s'il en est, car il est conscient que le flot tiède et abondant et la mousse onctueuse ne pourront dissimuler longtemps l'effet stimulateur et euphorisant que produisent, sur une partie bien précise de son anatomie, les gestes capiteux de Calyth.

- N'arrête pas, c'est exquis ... souffle t-il à l'oreille de la belle, d'une voix couvrant à peine le chuintement régulier de la douche, une voix pareille à un râle.

« Embrasse-moi, Vlad attendra », murmure t-elle à son tour en se lovant dans la prison de ses bras, submergée par un désir aussi véhément que le sien.

Étonnant paradoxe, singulier contresens, en dépit de son surnom le Facétieux n'a aucun humour. Il ne dira donc pas que c'est là un ordre auquel il se soumet volontiers, mais il n'en pense pas moins, et l'homme d'action qu'il est, tout en étant devenu totalement accroc à sa brune au point de se méfier de tous ceux qui lui adressent la parole, obéit avec joie. Et plutôt deux fois qu'une. A leur tour ses doigts pétrissent les fesses mouillées de sa compagne, et la température monte rapidement de plusieurs crans derrière le rideau de fibres synthétiques, même si l'eau qui dégringole dans leurs chevelures emmêlées s'échine à leur couper le souffle. Si bien que Promor, faisant preuve de son pragmatisme et de son bon sens habituels, décide qu'un repli stratégique s'impose, car, sans contestation possible, une cabine de douche, c'est bien, c'est même très bien, mais un lit c'est bigrement plus confortable.

- Oui, tu as raison, Vlad attendra, nous avons mieux à faire ! ... répond-il en la soulevant comme si elle n'était qu'une poupée de dentelles, ces mots signifiant, dans le langage lapidaire du Facétieux, « Viens, accroche-toi à mon cou, je t'emmène sur la couchette pour t'y aimer à t'en faire perdre la raison ! »

Adieu milice, adieu mission, adieu mystérieuse épave. Et surtout, du moins pour Promor, adieu Vlad. Emportant précipitamment Calyth, il s'élance vers le lit, abandonnant sur le parquet un long chapelet d'empreintes de pas sacrément humides, et il plonge avec elle sur les draps enveloppant le matelas. Et ils s'aiment, cramponnés l'un à l'autre comme s'ils avaient peur de se perdre, emportés tous deux par un tourbillon sauvage. Longtemps, ils roulent sur la couche rugueuse, qui gémit autant qu'eux, et leurs corps emmêlés se tordent et se chevauchent éperdument, jusqu'à ce spasme ultime et violent qui leur arrache un cri qu'ils ne peuvent étouffer. Ils retombent alors, enlacés pour l'éternité.

Mais le charme est rapidement rompu : des pas résonnent soudain dans le couloir, ralentissent, s'arrêtent, puis s'éloignent au bout d'un instant qui paraît durer des heures. Les amants se dévisagent en souriant, se rendant compte, à posteriori, qu'ils ont omis de faire preuve de la discrétion la plus élémentaire. Promor dépose un dernier baiser sur le buste encore ruisselant de sa compagne, car il est plus que temps désormais de se rendre à ce rendez-vous fixé dès leur arrivée.




Sign par Thélou, merci !
avatar

On m'appelle Calyth Montivelle


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Vuulte
MON AGE : 25 ans
Féminin
MESSAGES : 809
AGE : 45
INSCRIT LE : 29/08/2011
PSEUDO HABITUEL : /
Joyaux : 0
http://www.ile-joyaux.com/t555-calyth-montivelle#13156 http://www.ile-joyaux.com/t212-calyth-montivelle-pilote
Posté dans Re: Un serpent d'argent, le Fleuve de Vie : le lac Vama (2)   - Ven 27 Sep 2013 - 13:37

Magique ! Il n'existe pas d'autres mots pour décrire leur étreinte passionnée. Si magique que Calyth, la raisonnable, la réfléchie en toutes circonstances, en a oublié la discrétion de mise dans les chambres de la caserne. Certes personne n'ignore que nombre de soldats enfreignent ce  fichu règlement, mais derrière les portes closes, chacun se doit d'être discret … Enfin vu le peu de Miliciens qu'elle a aperçus en arrivant à Sant Poseïnos, ce serait vraiment pas de chance que l'un d'eux se permette une réflexion. Elle le remettrait en place illico, avant que Promor ne perde son sang-froid.

Des sourires complices, témoins de leur connivence, plus éloquents que n'importe quel discours donnent le signal du retour sur terre. Ils ont rendez-vous avec Vlad, et ne peuvent décemment le faire attendre plus longtemps. Après un, non, plusieurs derniers baisers, la Milicienne s'enroule dans une grande serviette, puis fouille dans l'armoire où sont stockés plusieurs uniformes féminins. Par bonheur elle en déniche rapidement un à sa taille et s'empresse de l'enfiler. Elle brosse ensuite ses longs cheveux encore humides et les natte lâchement dans son dos.

- Je suis prête ! s'écrie-t-elle, alors que Promor s'est rhabillé également, mais avec ses vêtements encore souillés par les Calymors. Elle hésite un instant, un peu gênée, craignant que celui-ci interprète mal ses propos. Mais comme tourner autour du pot n'est pas vraiment sa spécialité, elle s'ouvre à son compagnon, sans détour :
- Je sais que tu n'y prêtes guère d'importance, mais tâchons de te trouver un uniforme propre avant de rejoindre Vlad, si ça ne t'ennuie pas. Je tiens à ce que tu lui fasses bonne impression, il a été mon mentor pendant quelques années, presqu'un père pour moi, vu que le mien avait oublié que j'existais … Nous allons devoir lui expliquer notre aventure dans le Désert, et même si ça m'agace un peu de lui mentir, nous nous en tiendrons à la version officielle, trésor, tu es d'accord ?

Et empoignant la main du Facétieux, Calyth ouvre sa porte, et sort, jetant auparavant un coup d'oeil prudent dans le couloir qui est désert. D'un pas rapide elle les dirige vers la réception, pour se repérer. Le magasin est sur leur chemin vers le mess, c'est parfait !
Habillé de frais, et requinqué par leur intermède amoureux, le couple pénètre dans la salle de repos des officiers. Le chef mécanicien est déjà là, accoudé au bar, discutant avec l'un des hommes qui étaient avec lui dans le hangar. Lorsqu'il aperçoit Promor et Calyth, il se dirige vers eux et les invite à s'asseoir dans les fauteuils moelleux qui accompagnent une table basse.

- Vous avez meilleure mine que tout à l'heure ! constate-il avec un sourire entendu. Que voulez-vous boire ? Pas question que vous me racontiez vos aventures sans avoir trinqué d'abord ! Le mécano enfermé dans son hangar que je suis, a hâte de vous écouter et surtout d'apprendre comment Calyth est revenue du Désert, et d'où vous veniez, crottés comme ça. Nous, on brique, on répare, mais on n'est jamais sur le terrain …

Calyth lève son verre et porte un toast, avant de boire une première gorgée de Borgo. Puis après un regard complice à son compagnon, peu bavard, elle se lance dans ses explications : sur son accident dans le Désert des Murmures d'abord, l'intervention de Promor, leur retour, son intégration dans la Milice, et bien sûr l'ordre de mission d'exploration du Stratège Ac'trian. Elle conte aussi leurs déboires avec les Calymors, puis aborde le sujet qui les intéresse de prime abord. Nouveau long regard doré vers Promor, car c'est lui qui a repéré le bout de métal, qui affleure la surface du Lac. Et Calyth l'invite à prendre la parole à son tour, elle aimerait bien que ce soit lui qui interroge Vlad sur cette hypothétique épave.

- Voilà tu connais tout de nos dernières aventures, tout ou presque, parce qu'en survolant le Lac Vama, nous avons découvert quelque chose …


Angélyne Montaigu, Hors la loi /Janalya Hermontrick, Maître armurier/ Ylaria Desnolancès, Cultivatrice

Kit par Thélou, merci !
avatar
Citoyen

On m'appelle Promor le Facétieux


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Vuulte
MON AGE : 25 ans
Masculin
MESSAGES : 711
AGE : 46
INSCRIT LE : 28/08/2011
PSEUDO HABITUEL : Yannick Saule, Raffaella Palder, Tibor Keiron, Janos Leawen
Joyaux : 0
Posté dans Re: Un serpent d'argent, le Fleuve de Vie : le lac Vama (2)   - Dim 29 Sep 2013 - 9:52


Le voilà donc vêtu d'un uniforme flambant neuf. Beau comme un milicien, ce qu'il sera un jour, afin d'accompagner Calyth partout, car tel est son but, désormais. Milicien, il le sera par amour pour l'habile pilote, pas par patriotisme, ni par ambition de gravir les échelons et de faire une fabuleuse carrière. Non. D'ailleurs rien ne le prédestinait à épouser un tel destin, et il n'est pas prêt à respecter une quelconque discipline, à s'incliner devant un supérieur pour lequel il n'aurait aucune considération, aucun respect. Il n'a jamais eu de maître, ni de réelle patrie. Il n'a jamais courbé l'échine. Son seul monarque était le désert de Korrul, son seul impératif était de rester en vie. Mais pour Calyth il s'efforcera d'entrer dans le moule, de respecter les consignes et les règles. Il changera ...

Oubliée l'infecte bave des papillons. Un nouveau chapitre commence. Un chapitre inattendu, débutant par la découverte de ce qui paraît être une épave, un chapitre qui commence sous les meilleurs auspices, de la manière la plus charmante qui soit, par un bain à deux et une étreinte farouche. La brune ne fait rien à moitié, elle se donne furieusement. Elle aime comme elle vit, à du cent à l'heure. Et le Facétieux ne connaît pas d'autres façons d'aimer.

Assis à côté d'elle, dans l'immense cafétéria, les fesses avalées par les coussins charnus d'un fauteuil étonnamment confortable, Promor écoute sa milicienne énumérer pour Vlad toutes les péripéties de leur mission. Même s'il est parvenu à se convaincre que le mécano ne représentait aucun danger pour son couple, le Facétieux ne peut s'empêcher de marquer son territoire, et son genou vient adhérer comme de la glu à celui de la pilote. Le mécanicien n'en sera pas surpris, car ses sous-entendus démontrent manifestement qu'il a compris le lien unissant ses deux interlocuteurs. Parvenue à la fin de son récit, et ajoutant simplement qu'une épave pourrait être engloutie dans les eaux sombres du lac Vama, vers son centre, Calyth se tourne vers le Facétieux. Judicieusement, elle lui cède la parole, car c'est lui qui a eu l'opportunité d'observer le plus longtemps l'étrange fragment métallique émergeant des rides de la vaste étendue d'eau, étant donné qu'elle pilotait le Speeder à très basse altitude, ce qui réclamait beaucoup d'attention de sa part.

Eh bien voilà !  Promor se lance donc dans le récit de ce qu'il a vu, ou de ce qu'il a cru voir. Machinalement, il se redresse un peu pour échapper à ce fauteuil trop hospitalier, et il se penche vers Vlad. Non pas que ce qu'il ait à lui révéler soit confidentiel, mais s'ils doivent aller fouiller dans cette zone, il est inutile d'attirer par là une kyrielle de curieux avides de trouvailles originales. Sans y penser, tout naturellement, sa main se pose sur la cuisse de Calyth, tandis que son autre main devient leur Speeder, survolant le lac – la table, en l'occurrence – à faible vitesse, et gravitant autour d'un point précis, l'aiguillon brillant dépassant de l'eau – son verre de Borgo – .

Le Facétieux parle posément, à voix basse. Nous étions face à la ville, et le soleil se reflétait tranquillement au fond du lac, mais sans nous éblouir vraiment. Nous forçant simplement à plisser un peu les yeux. La visibilité était donc suffisante. Et une sorte de dard lumineux nous est apparu, dépassant de l'eau d'un petit mètre, grand maximum. Une espèce de panneau métallique, que nous avons pris tous les deux pour un fragment de fuselage ou de carénage. Puisqu'il était dirigé vers le haut, il y a fatalement quelque chose en-dessous de lui qui le maintient dans cette position ... ou alors il y a de la magie dans l'air ... ajoute t-il avant de se taire un instant pour permettre à Vlad d'admettre cette évidence. D'où notre conviction qu'il y a bien une épave qui sommeille au fond de l'eau, peut-être depuis des années. Alors nous sommes venus aux nouvelles, et éventuellement consulter les archives de la milice, si c'est possible, afin d'enquêter un peu à ce sujet. Nous mettrons donc entre parenthèses l'essentiel de notre mission, le temps d'élucider cette affaire. Voilà donc où nous en sommes. Tu vois quelque chose à ajouter, ma ... euh ... Calyth ? ... dit-il en se tournant vers sa compagne, retenant de justesse le mot tendre qu'il destinait à la brunette, ce qui le fait sourire un instant.




Sign par Thélou, merci !
avatar

On m'appelle Calyth Montivelle


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Vuulte
MON AGE : 25 ans
Féminin
MESSAGES : 809
AGE : 45
INSCRIT LE : 29/08/2011
PSEUDO HABITUEL : /
Joyaux : 0
http://www.ile-joyaux.com/t555-calyth-montivelle#13156 http://www.ile-joyaux.com/t212-calyth-montivelle-pilote
Posté dans Re: Un serpent d'argent, le Fleuve de Vie : le lac Vama (2)   - Lun 14 Oct 2013 - 9:35

En quelques instants, en quelques mots bien choisis, Promor a transformé la banale table basse en Lac Vama et chaque objet qui reposait dessus a changé de destination. Calyth n'a aucun doute sur les capacités de son amant, mais il arrive encore à la surprendre par sa facilité à rendre vivante n'importe quelle description. Dans le regard de Vlad, qui croise le sien à la fin de l'exposé de son compagnon, elle lit une approbation sincère, mais aussi beaucoup de curiosité.

- Alors là, vous me sciez tous les deux ! Vous parvenez de justesse à survivre au Désert, on vous donne une mission qui paraît de tout repos, et voilà que vous vous heurtez à une impossible bestiole ! Et maintenant vous découvrez un intriguant morceau de métal au milieu du Lac ! résume rapidement le chef mécanicien. Il a esquissé un sourire en voyant la main du jeune homme se poser sur la cuisse de son ancienne élève.
- Je constate que tu t'es enfin trouvée un compagnon de jeux à la hauteur, Montivelle, prends-en bien soin, c'est rare … Il pose son regard vert sur Promor et lui sourit :
- Et toi, veille bien sur elle, mais je suis sûr que je n'ai pas besoin de te le dire … Pour en revenir à votre épave, je n'ai guère d'informations à vous donner, le mieux c'est de consulter les archives de la Milice. Finissons nos verres avant que votre Speeder ne les renverse, je vous y conduirai ensuite, plaisante-il gentiment avant de trinquer de nouveau avec ses deux collègues.
- A votre mission ! Que Vama vous protège !

Calyth a noué ses doigts à ceux de Promor, posés sur sa cuisse, avec un regard complice à son compagnon. Elle lève son verre pour trinquer avec les deux hommes, puis avale une gorgée de ce Borgo bien frais. Le liquide capiteux glisse dans sa gorge, velours ambré délicieusement caressant, éminemment dangereux, mais si réconfortant. La conversation se poursuit en échange d'hypothèses les plus diverses :

- Quand même, Vlad, tu m'étonnes ! s'exclame Calyth. Tu es toujours à l'affût de la moindre histoire bizarre, et là rien ! Tu perds la main, mon cher, donc tu n'as pas entendu parler du naufrage d'un bateau de pêche ou de plaisance, ou même de la chute d'un vaisseau dans les profondeurs du Lac depuis que tu es ici ... C'est étrange tout de même ... A moins que ce soit un navire non répertorié ... Ou un transporteur qu'on attendait pas ... termine-t-elle, pensive.

Les verres sont vides, le trio lève le camp et se dirige vers la grande salle des archives, où la Milicienne espère qu'ils trouveront quelques renseignements …
Devant la double porte, Vlad les abandonne pour retourner à son travail, non sans leur avoir souhaiter bonne chance, et surtout il leur fait promettre de partager leurs découvertes, devant un autre verre un jour ou l'autre.

- Bien par où commence-t-on, Promor ? demande la brune en franchissant le seuil de la grande pièce qui s'éclaire aussitôt d'un halo crépusculaire qui révèle les grains de poussière en suspension, comme autant de minuscules étoiles dans l'obscurité glauque.
- Pfffff, toujours aussi accueillant, ici ! grogne la jeune femme en furetant machinalement sur les étagères. Elle se tourne vers son compagnon, qu'elle rejoint alors qu'il referme les portes derrière eux dans un grincement lugubre.
- Essayons d'être pragmatique, pas question de passer des jours ici, j'ai déjà envie de prendre les jambes à mon cou et de sortir à l'air libre … Je cherche dans le registre des vaisseaux et bateaux qui ont fait escale à Sant Poseïnos, ceux dont on n'a plus de nouvelles, ou plutôt s'il y a eu des incidents ? Et toi ? Tu regardes dans le Daily Jewels, si on parle d'un naufrage, d'une disparition … Ou si tu as une autre idée, et bien elle est la bienvenue, trésor …

La Pilote est quelque peu découragée par l'ampleur des documents à consulter, femme d'action, elle préférerait se rendre sur place et chercher autour de ce bout de métal. La plongée fait partie de leur entraînement complet, mais il y a bien longtemps, qu'elle n'a pas pratiqué. Tout serait mieux que de rester enfermée dans ces locaux poussiéreux ! Renonçant à chercher dans le registre de cette année, Calyth choisit de remonter jusqu'à cinq ans en arrière, et pose le gros volume sur une table métallique, sous une lampe de lecture. Plus vite ils en auront terminé, plus vite ils iront flâner sur les quais. Méthodiquement elle se plonge dans la lecture des colonnes de noms, de dates avec la ferveur de celle qui désire trouver au plus vite réponses à ses questions ...


Angélyne Montaigu, Hors la loi /Janalya Hermontrick, Maître armurier/ Ylaria Desnolancès, Cultivatrice

Kit par Thélou, merci !
avatar
Citoyen

On m'appelle Promor le Facétieux


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Vuulte
MON AGE : 25 ans
Masculin
MESSAGES : 711
AGE : 46
INSCRIT LE : 28/08/2011
PSEUDO HABITUEL : Yannick Saule, Raffaella Palder, Tibor Keiron, Janos Leawen
Joyaux : 0
Posté dans Re: Un serpent d'argent, le Fleuve de Vie : le lac Vama (2)   - Mar 15 Oct 2013 - 9:17


L'endroit n'a rien d'extraordinaire, il est comme Promor l'imaginait, dans sa méconnaissance absolue de ces endroits mystérieux où l'on décide un beau jour d'entreposer de précieuses archives. C'est juste une salle banale et sombre, toute en longueur, meublée de plusieurs rangées de rayonnages poussiéreux où se sont accumulés au fil des ans des chemises et des classeurs cartonnés de toutes tailles et de tous coloris. Vlad abandonne le couple près de l'entrée, et Calyth pénètre d'un pas décidé, répartissant déjà les tâches, se réservant les registres officiels et proposant au Facétieux d'examiner les divers périodiques, journaux et magazines d'actualité. Ce qui fait, finalement, une montagne de documents à éplucher, en misant surtout sur un heureux concours de circonstances pour y dénicher l'un ou l'autre renseignement utile.

- Non non, tu as raison, ma chérie, je n'ai pas d'autre idée, faisons ainsi. Tu t'y retrouveras mieux que moi dans les documents militaires, tu as bien plus d'expérience que moi avec ce genre de littérature. Consacrons deux heures à cette corvée, ce sera déjà suffisamment laborieux pour toi et moi qui avons constamment besoin du ciel au-dessus de la tête, et après ça nous irons nous balader, quitte à revenir plus tard ou demain. D'accord ?

Hop ! Laissant échapper un soupir résigné, Promor s'empare au hasard d'une demi-tonne de paperasse, la répartit sous ses deux bras, et s'en va rejoindre Calyth qui a déjà investi une table fonctionnelle, chichement éclairée par une lampe de bureau. Au boulot ... souffle t-il en déposant sa ribambelle de documents à côté de ceux de sa compagne. Un profond silence s'installe alors, troublé uniquement par le feuillettement méticuleux des différents dossiers et fascicules et par quelques grognements de lassitude et d'exaspération. La tâche est plutôt rébarbative, mais elle s'avère indispensable si les deux miliciens veulent recueillir un ou deux indices au sujet de leur épave.

Un article ancien retient soudain l'attention du Facétieux, qui le parcourt en souriant étrangement, et dépose ensuite quelques feuillets soigneusement agrafés devant sa compagne. Regarde, ma chérie, on parlait de toi dans le Daily Jewels ! On s'interrogeait à propos de ta disparition au-dessus du désert de Korrul ! J'ignorais que tu étais devenue une célébrité ! Il y a même ta photo, mais bon, elle n'est pas tellement réussie, tu es beaucoup plus jolie que ça en réalité ... ajoute t-il en lui bécotant gaiement la joue. Allez, j'y retourne ! ... s'exclame t-il en repoussant une pile de documents et en passant à la suivante.

Promor se remet donc à la lecture rapide des diverses publications qu'il a sous le nez, mais son intérêt et son attention s'effritent progressivement. Cette occupation lui paraît de plus en plus indigeste, si bien que ses orteils entament une cavalcade désordonnée au fond de ses bottes d'uniforme. Il tourne plus rapidement les pages, survolant les articles en diagonales nerveuses, s'attachant davantage aux photos et aux gros titres qu'au contenu des reportages et des éditoriaux. C'est sûr qu'il se sent un brin coupable de cette impatience qu'il ne peut maîtriser, d'autant plus que Calyth paraît toujours aussi concentrée par ses décryptages, mais c'est plus fort que lui, ses pensées l'entraînent dans les dunes de Korrul, là où il a rencontré sa belle milicienne. Sans doute cette ancienne photo de la pilote en est-elle responsable. Dire qu'ils se sont battus comme des sauvages avant d'être amants. Ce que la vie est bizarre, quelquefois.

Une autre photo attire tout-à-coup son regard anthracite : c'est une espèce de bonhomme, mi-benêt, mi-poivrot, qu'interrogent deux représentants de la milice à la mine sévère. De hauts gradés, visiblement. Qu'a t-il fait pour avoir les honneurs de la presse, ce zigoto ? Le Facétieux retrouve un brin de concentration, même si un sourire moqueur naît sur ses lèvres. Cette expression enjouée disparaît d'ailleurs aussi subitement qu'elle est apparue ! Fichtre, voilà qui est intéressant : l'individu, un pêcheur domicilié à proximité du lac Vama, prétend mordicus avoir aperçu une flottille de vaisseaux étranges, une nuit de pleine lune, des vaisseaux dépareillés et vétustes qui ont survolé un moment les eaux sombres avant de disparaître en direction de ... bon, ça le bonhomme ne le dit pas, ayant visiblement du mal à reconnaître les quatre points cardinaux. Un de ces appareils donnait des signes de défectuosité et aurait capoté au centre du lac, assure le pignouf.

L'article ne donne aucun détail supplémentaire, mais le brave pêcheur était, selon les commentaires des officiers et du journaliste, dans un état d'ébriété avancé. L'auteur du reportage précise même que l'individu, un nommé Dominik Fefolet, n'était plus en mesure de faire la distinction entre un ponton et un bateau, et son témoignage est donc tourné en totale dérision. Aucune suite n'a été donnée à cette affaire, qui remonte à plus de trois ans. Promor s'empresse cependant de lire l'entièreté de l'article à sa compagne, puis il note le nom et le prénom du soûlard sur un bout de papier arraché à la dernière page d'une revue. Je pense que nous devrions aller interroger ce loustic, ma chérie. Nous tenons peut-être une piste, même si nos supérieurs ne l'ont pas pris au sérieux. Son adresse n'est pas indiquée, mais ça devrait être facile à trouver. Par Vlad, peut-être. Ou bien sur les quais ? Qu'en dis-tu, mon cœur ? Nous n'avons rien à perdre. Et puis ça nous permettra de quitter enfin cet endroit, même si toute cette histoire est sujette à caution ! ... ajoute t-il avec une vive satisfaction au fond des yeux. Voilà sans doute un argument auquel sa pilote préférée ne pourra résister.




Sign par Thélou, merci !
avatar

On m'appelle Calyth Montivelle


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Vuulte
MON AGE : 25 ans
Féminin
MESSAGES : 809
AGE : 45
INSCRIT LE : 29/08/2011
PSEUDO HABITUEL : /
Joyaux : 0
http://www.ile-joyaux.com/t555-calyth-montivelle#13156 http://www.ile-joyaux.com/t212-calyth-montivelle-pilote
Posté dans Re: Un serpent d'argent, le Fleuve de Vie : le lac Vama (2)   - Mer 13 Nov 2013 - 9:56

Poussiéreuse et fastidieuse, la tâche à laquelle se sont attelés les deux Miliciens, semble insurmontable à Calyth, qui feuillette tout de même attentivement les pages d'un énième registre. Heureusement que Promor vient la distraire de temps en temps. Elle savait qu'un article était paru lors de sa disparition, mais elle ne l'avait jamais lu, ni vu la photo qui l'illustrait. Elle ne s'attache guère à ce genre de renommée, comme certains de ses collègues, friands de faire la une du Daily Jewels. Et puis cette aventure est loin d'avoir été si dramatique en fin de compte, puisqu'elle a rencontré Promor. Rencontre explosive, certes, mais qui les a liés à vie, pour leur plus grand bonheur à tous les deux.

Secouant la tête, pour essayer de chasser les images de ce duel à mort, puis de ce qui a suivi, la brune se replonge dans l'étude des rapports. Mais elle ne peut s'empêcher de jeter un regard de temps à autre à son amant. Pense-t-il de temps en temps à ce combat, aux monstres qui les ont contraints à s'allier pour survivre ? Au Hammam de la Blanche Ézealle ? Ils sont aussi peu enclins à en parler l'un que l'autre, mais elle chérit ses instants comme la plus belle chose qui lui est arrivée. Elle sourit, rêvant un bref instant, qu'ils sont loin de cette pièce sombre …

Soudain la voix de Promor s'élève dans le silence religieux de la salle. Il lit à voix haute un article qui va leur sauver la mise. Ils ont enfin une piste, une piste plutôt médiocre, mais qui va les conduire hors de ces murs et de cette ambiance étouffante et morne. Et Calyth saute sur cette occasion de fuir ces étagères poussiéreuses, elle rejoint Promor, et se penche à son tour sur le fameux article, en enlaçant d'un bras son compagnon, pour lire par dessus son épaule :

- Banco ! Je te suis ! Allons voir si nous trouvons ce témoin oculaire, on devrait en apprendre plus sur les quais, puisque c'est un pêcheur. Vlad est une vraie commère, mais il ne connaît pas tout Sant Poseïnos … Quoique ! Si nous ne dénichons pas notre homme, nous lui demanderons de l'aide, ajoute-t-elle en riant, puis elle entraîne son grand Milicien hors des Archives, hors du bâtiment de la Milice.

Direction les quais de Sant Poseïnos, les bateaux de pêche sont presque tous rentrés en ce début de soirée. Ils dansent sur le Lac, au rythme des vagues qui viennent lécher les quais inexorablement, les unes après les autres. Le soleil a déjà entamé sa descente vers les eaux sombres, embrasant ciel et Lac de feux incandescents. Une foule bigarrée se presse autour des arrivages de poissons frais. La criée a débuté, animant les étals et les chalands.
Circulant au milieu de cette joyeuse cohue, Calyth a pris le bras de Promor, même s'il n'est guère admis de se montrer en couple en public. Elle ne craint pas le regard des autres, mais plutôt de perdre son amant dans la masse. Elle observe les visages qui les croisent, tentant vainement de reconnaître le fameux Fefolet. Mais il y a bien trop de monde, pour le moment, même pour interroger les pêcheurs, aussi propose-t-elle à son compagnon de se restaurer dans l'une des gargotes qui donnent sur le Lac.

- Regarde cette taverne, les odeurs qui s'en échappent sont très appétissantes, et nous pouvons nous installer à l'extérieur, qu'en dis-tu trésor ? On tente le coup ?

La brune Milicienne entraîne son forban vers une table libre, serpentant parmi les convives déjà attablés. Leurs assiettes bien remplies semblent aussi alléchantes que les effluves. S'asseyant dos au mur de « L'Écarpon Rôti », afin de garder un œil sur les badauds, elle noue sa main à celle de Promor, sur sa cuisse, et appelle un serveur, qui passait non loin :

- Hé petit, qu'as-tu à proposer à deux Miliciens affamés ? interroge-t-elle avec un sourire, peu importe ce qu'il répondra, elle meurt de faim, et les plats de poisson de Sant Poseïnos sont réputés dans toutes les villes de Matroos ...

- Y rest'd'la soupe de poissons, Officier, des filets d'écarpons rôtis bien sûr, des mustyx grillés, des brochettes de poissons divers ! Le tout servi avec des légumes frits ! J'r'tourne en cuisine, vous m'direz c'que vous voulez quand j'reviens ! répond le jeune garçon déluré, avant de disparaître dans le ventre de la taverne, son plateau rempli de vaisselle sale en équilibre précaire à bout de bras.


Angélyne Montaigu, Hors la loi /Janalya Hermontrick, Maître armurier/ Ylaria Desnolancès, Cultivatrice

Kit par Thélou, merci !
avatar
Citoyen

On m'appelle Promor le Facétieux


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Vuulte
MON AGE : 25 ans
Masculin
MESSAGES : 711
AGE : 46
INSCRIT LE : 28/08/2011
PSEUDO HABITUEL : Yannick Saule, Raffaella Palder, Tibor Keiron, Janos Leawen
Joyaux : 0
Posté dans Re: Un serpent d'argent, le Fleuve de Vie : le lac Vama (2)   - Ven 15 Nov 2013 - 9:30


Le lac sommeille sous un déluge de soleil et de lumière vive, et les bateaux oscillent doucement, au rythme de la houle et de la brise qui joue dans leurs voiles blanches, qui enflent mollement sous l'innocente caresse. C'est un joli tableau, une scène superbe, mais le populo, lui, n'en a rien à cirer, car c'est le spectacle quotidien de ce port, comme de tous les autres ports. Seul un grand gaillard chevelu, en uniforme de la milice, s'en met plein les mirettes, tout en suivant sa compagne qui fend allègrement la foule des badauds en le tenant par le bras. Le Facétieux au regard habituellement farouche a, pour une fois, les yeux d'un gosse émerveillé. Bigre ! Enfant, il a vécu dans un quartier populeux de Vuulte, puis il a survécu plus de dix ans dans les dunes arides et désertiques de Korrul, mers de silence, montagnes flegmatiques d'ocre et de pierre, et ce nouveau décor, ces mâts chatouillant le ciel, ces quais bruyants et encombrés, sont pour lui une découverte, une grande première.

- Je te suis, ma chérie, ce sera parfait ! ... répond-il à Calyth qui l'attire vers une gargote qu'il a à peine regardée, car ses yeux sombres grimpent dans les haubans des bateaux amarrés, enjambent chaque passerelle, se perdent dans les câbles tendus entre ciel et terre, et courent sur le pont avec les marins. Impeccable ! ... dit-il en s'asseyant tout contre elle, à la terrasse. Les doigts emmêlés, le visage au soleil, face au lac et sa robe turquoise, ils sont bien, infiniment bien, et Promor en oublierait presque la mission qui leur est dévolue.

Sa ravissante compagne hèle alors un freluquet faisant office de serveur, et le gamin leur débagoule sa leçon, c'est-à-dire la liste des plats repris à la carte. Du poisson. Fallait s'en douter. C'est excellent pour les neurones, certes, mais le Facétieux se serait plutôt laissé tenter par une terrine de pâté de campagne, ou par un bon morceau de gibier avec une lichette de sauce. Enfin, tant pis, puisque c'est la spécialité de l'endroit, et qu'on vient de l'autre bout de la terre pour s'en empiffrer, allons-y gaiement ! Lorsque le morveux réapparaît, Promor opte donc pour l'écarpon rôti et les légumes frits, avec un pichet de rosé pour faire descendre le tout.

Le cancrelat s'éloigne avec la commande, tandis qu'une poignée de clients s'installe à la table voisine. A tout hasard, le Facétieux les dévisage en catimini, mais, bien entendu, nulle trace de la bouille ravagée du zigoto qu'ils recherchent. Il se penche vers Calyth, dont les yeux errent aussi dans la foule bigarrée, lui bécote le bout des doigts, puis l'interroge : Comment procédons-nous pour dénicher notre Fefolet, ma chérie ? C'est l'heure du repas du soir, ou celui de l'apéritif pour les asticots qui ont plus souvent soif que faim, nous pourrions donc faire le tour des gargotes qui bordent les quais lorsque nous aurons terminé notre poiscaille. Par la même occasion, ça nous fera une balade tout le long du lac. Tu sais, mon ange, c'est nouveau pour moi tous ces bateaux. Tu vas rire, je ne suis jamais monté à bord de l'un d'eux, je n'ai jamais navigué, et je nage comme un sac de boulons.

Il s'interrompt quelques instants, le temps pour le jeune serveur de déposer devant eux leurs assiettes fumantes et leur vin rosé, puis il reprend, tout en humant avec un certain bonheur le fumet de l'écarpon, lequel, ma foi, semble plus appétissant qu'il ne le pressentait. C'est comme tout ce matériel de plongée que renferme le Speeder ! Faudra que tu m'en expliques le mode d'emploi, ma chérie, car je veux t'accompagner sous l'eau et ... il baisse un peu la voix ... et examiner notre épave. Bon ! Ne laissons pas refroidir notre dîner. Bon appétit, mon trésor. On trinque à notre mission, à nos découvertes, et à nous, surtout à nous ? ... propose t-il en heurtant délicatement de son verre le rebord de celui de Calyth. Et le son cristallin ainsi produit donne le signal des agapes.

Une heure plus tard, alors que la foule qui déambule sur les quais est toujours aussi dense, les deux miliciens se promènent lentement le long des bateaux amarrés. Ils ont discrètement observé les terrasses et l'intérieur des tavernes et des bistrots construits à proximité des docks, et, jusque là, ils sont restés bredouilles. Pas de Fefolet. Ils se résignent à regagner le spatioport lorsque des hurlements retentissent soudain devant un estaminet crasseux coincé entre deux boutiques de même acabit. Un poivrot vient de s'en faire éjecter vigoureusement et gît entre deux banquettes renversées, sous les regards amusés des clients et des badauds. Le bougre geint à fendre l'âme, tout en proférant un chapelet d'injures à l'intention du patron de la gargote, lequel a réintégré son comptoir. La gueule rubiconde du pochard et ses yeux hagards se tournent vers la foule, alors qu'il cherche à se redresser, et le voilà qui se met à baragouiner et à apostropher les passants. J'vous l'dit, moi, qu'j'ai vu tout un tas d'avions bizarres, et qu'un d'entre eux s'est scratché au milieu du lac ! Et j'avais mêm'pas picolé, just' deux verres ... ajoute t-il en ouvrant la main et en montrant quatre doigts boudinés et sales.

- Tu entends ce que j'entends, mon ange ? ... s'exclame Promor en cherchant le regard de sa compagne ! Je crois que nous avons trouvé ce que nous cherchions, mais il est encore plus atteint que ce que je craignais ! Il est saoul comme une barrique ! Il a dû écluser quelques bouteilles pour être dans cet état ! Que fait-on, on l'interroge quand-même ? Écoute, le voilà qui se met à chanter maintenant !

En effet, le bougre s'est péniblement remis sur ses pattes arrière, et il s'éloigne en tanguant comme un radeau perdu dans la tempête, tout en braillant à pleins poumons  :

"Il est ovale, mon trou de balle,
Il n’est ni rond, ni carré, ni pointu,
Il est ovale, mon trou de balle,
Il est ovale, le trou de ...."


La suite se perd heureusement dans la première ruelle ...




Sign par Thélou, merci !
avatar

On m'appelle Calyth Montivelle


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Vuulte
MON AGE : 25 ans
Féminin
MESSAGES : 809
AGE : 45
INSCRIT LE : 29/08/2011
PSEUDO HABITUEL : /
Joyaux : 0
http://www.ile-joyaux.com/t555-calyth-montivelle#13156 http://www.ile-joyaux.com/t212-calyth-montivelle-pilote
Posté dans Re: Un serpent d'argent, le Fleuve de Vie : le lac Vama (2)   - Mar 10 Déc 2013 - 8:01

Enfin un vrai repas pris dans des conditions agréables, et pas sur deux rochers humides ! Bien sûr, la petite auberge n'est pas aussi raffinée que certains établissements de Vuulte, mais la chère y est délicieuse, la compagnie merveilleuse et le spectacle du port se révèle agréable, attrayant même, tant la population est hétéroclite et pittoresque.
Le dîner terminé, les deux Miliciens reprennent leurs recherches, fouillant discrètement du regard, chaque terrasse, chaque taverne … Mais rien ! Pas l'ombre d'une piste ou d'un indice qui les conduirait à ce mystérieux témoin. Le découragement gagne, la fatigue de cette longue journée commence à se faire sentir, Calyth propose de faire demi-tour et de rentrer au Spatioport, quand des plaintes, des injures colorées couvrent le bruissement des conversations de la foule.

Un attroupement se forme un peu plus loin, autour d'un hurluberlu qui hurle d'une voix avinée des propos incohérents. Enfin pas pour tout le monde, car ce qui parvient aux oreilles des deux amants est exactement ce qu'ils cherchent depuis le début de la soirée.
Plus vif à réagir qu'elle, Promor leur fraie un passage parmi les badauds hilares, juste à temps pour qu'ils voient se relever un drôle de bonhomme, aussi rond qu'une barrique de vin de Gernie, s'éloigner en chantant à tue-tête.
Vacillant comme la flamme d'une chandelle en plein courant d'air, le fameux Fefolet enfile la première venelle, tout en braillant des polissonneries qui font sourire gaiement Calyth :

- Et bien mon cher collègue, je sens que cet interrogatoire risque de figurer dans les annales de la Milice, et sans jeu de mots, réalise-t-elle, en riant de bon coeur. Désolée, trésor, je n'aurais peut-être pas du prendre un autre verre de ce délicieux cru de Gernie. Je crois bien que je suis un peu pompette, moi aussi. Suivons notre gaillard jusque chez lui, je crois que ce sera plus simple de le questionner dans un endroit plus calme.

Cependant l'animal ne semble pas de cet avis, et lorsqu'il aperçoit les deux uniformes derrière lui, il tente de courir pour leur échapper. Mais après quelques zigs hésitants, puis quelques zags imprécis, il s'écroule dans la ruelle comme un vieux chemanoir mort. Il se met à chouiner comme un bébé :
- M'faites pas d'mal, c'pas ma faute ! J'ai rien fait, j'vousl'jure ! C'est vrai, j'l'ai vu, com'j'vous vois, l'vaisseau … Pourquoi personne me croaaaaaa ?!

Pitoyable, l'homme n'arrive même plus à se relever et reste assis là, à se lamenter, au milieu de la rue étroite. Calyth s'en approche prudemment et lui tend la main pour l'aider à se redresser :
- Allons monsieur, calmez-vous, n'ayez pas peur. Nous ne vous voulons pas de mal. Nous ne sommes pas là pour vous arrêter, bien au contraire. Nous allons vous raccompagner, et vous nous raconterez votre histoire, elle nous intéresse. Je suis sûre que vous allez nous donner plein de détails  …

Et d'une poigne ferme, elle remet le bonhomme sur ses pieds, se faisant charmeuse, elle passe son bras sous le sien, tandis que Promor le soutient de l'autre côté. Ils avancent ainsi doucement, pendant que Calyth tente d'amadouer leur témoin-clé :
- Alors monsieur Fefolet, c'est bien votre nom, n'est-ce-pas ? Où habitez-vous, que nous puissions avoir une conversation sérieuse sur ce fameux vaisseau que vous avez vu. Il n'est pas question d'en discuter ici … trop d'oreilles indiscrètes pourraient entendre, lui propose-t-elle en baissant la voix  d'un air complice, afin de le mettre en confiance. C'est qu'il est lourd le bougre ! Et il dégage une odeur à faire fuir les nez sensibles, mais après les Calymors, plus rien ne peut lever le cœur de la Milicienne … Enfin il se décide à leur indiquer sa demeure, qui n'est plus très loin.

Avec soulagement, la pilote pousse la porte, pour découvrir un capharnaüm assorti au bonhomme hirsute qu'ils viennent de raccompagner. Chassant un vieux gania d'un fauteuil miteux, elle y assoit leur fardeau puis jette un œil autour d'elle, Promor ayant réussi à donner un peu de lumière. Des piles de vieux Daily Jewels s'entassent en équilibre sur la table bancale et sur le buffet gris de poussière, des livres sont éparpillés sur le sol, qui n'a pas vu une serpillère depuis des lustres, tant il est noir de crasse. Calyth déniche dans l'unique placard de la cuisine tout aussi crasseuse que le petit salon, trois verres à peu près propres :
- Promor, mon ange, tu crois que tu peux nous trouver de quoi boire, quelque part ? Je suis sûre que notre ami a encore soif ! Et moi je ne refuserais pas un verre … d'eau, s'il te plaît, j'ai assez bu pour ce soir, je crois ...

Puis elle débarrasse un coin de la table pour y déposer les trois gobelets. Époussetant une chaise, elle s'y assied prudemment, avant de se pencher vers le sieur Fefolet. Il est temps d'en apprendre un peu plus sur cette mystérieuse épave.
- Alors racontez-nous monsieur Fefolet, qu'avez-vous vu ce fameux soir dans le ciel ? Que s'est-il donc passé ? D'où venaient ces vaisseaux ? demande-t-elle à l'ivrogne qui semble avoir du mal à garder les yeux ouverts. Elle se tourne vers son compagnon :
- Ah merci, Promor, tu es un ange … Un verre monsieur Fefolet ?


Angélyne Montaigu, Hors la loi /Janalya Hermontrick, Maître armurier/ Ylaria Desnolancès, Cultivatrice

Kit par Thélou, merci !
avatar
Citoyen

On m'appelle Promor le Facétieux


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Vuulte
MON AGE : 25 ans
Masculin
MESSAGES : 711
AGE : 46
INSCRIT LE : 28/08/2011
PSEUDO HABITUEL : Yannick Saule, Raffaella Palder, Tibor Keiron, Janos Leawen
Joyaux : 0
Posté dans Re: Un serpent d'argent, le Fleuve de Vie : le lac Vama (2)   - Jeu 12 Déc 2013 - 1:42


Le constat est édifiant, l'intérieur de la bicoque de ce Fefolet est dans le même état que celui de sa caboche : lamentable et désordonné. Quel foutoir là-dedans ! ... s'exclame le Facétieux, sans préciser s'il évoque l'esprit dérangé de l'illuminé ou bien l'amas de détritus tapissant l'infâme carrelage de la baraque. Calyth installe le poivrot dans un fauteuil aussi pouilleux que lui, puis déniche quelques verres d'une propreté douteuse au fond d'un antique dressoir boiteux. L'ivrogne a son compte, et même largement, mais peut-être qu'un ou deux godets d'un quelconque tord-boyaux local lui déliera la langue encore davantage. C'est sans doute le but que recherche la milicienne, et Promor trouve cette manœuvre parfaitement judicieuse. Plutôt futée la mignonne. Et c'est un jeu d'enfant pour le Facétieux de mettre la main sur une bouteille de gnôle, il y en a plein le gourbi. Sans doute pas ce qui se fait de mieux en matière de bibine, mais qu'importe, l'ami Fefolet n'est plus en état d'apprécier. Sec ou sucré, blanc ou ambré, c'est pareil, tout fait farine au bon moulin, dit-on, non ?

Le comportement du sac-à-vinasse est-il aussi extravagant lorsqu'il est à jeun ? Ça doit bien lui arriver de temps en temps d'être relativement normal. Au saut du lit, par exemple, avant de déjeuner d'une double dose de pinard. Mais les deux miliciens ne sont pas disposés à attendre. A présent qu'ils ont trouvé le zigoto, ils n'ont plus qu'une hâte, en savoir plus au sujet de ce qu'il a vu, ou de ce qu'il a cru voir. Alors, pas de quartier, Promor choisit le plus grand verre parmi ceux que Calyth a alignés sur la table, entre deux piles d'assiettes crasseuses et un cendrier rempli de mégots refroidis et de clopes à moitié fumées, et il le remplit à ras bord, noyant par la même occasion quelques insectes microscopiques qui croupissaient au fond du gobelet. Allez l'ami, cul sec, et ne t'endors pas, on a à causer ! ... grommelle le Facétieux en engageant le verre entre les lèvres du soûlaud et en le forçant à le siffler en entier, d'une seule traite, la patience envers les alcoolos n'étant point inscrite dans les gènes du milicien débutant.

- Ne t'inquiète pas, ma chérie, je ne vais pas lui faire de mal, je vais plutôt y aller en douceur. J'vais juste tâcher d'accélérer un peu le mouvement, car je ne tiens pas à passer la nuit ici, à écouter ce loustic ! ... chuchote t-il à la brunette, laquelle est, Promor ne l'ignore pas, allergique à toute violence gratuite. Son ton s'adoucit donc ...

- Alors raconte-moi, mon ami Dominik ! ... dit-il ensuite en pivotant vers la pitoyable épave humaine, affalée au creux des coussins délavés et parsemés de brûlures de cigarettes et d'éclaboussures multiples qu'il est certainement préférable de ne pas examiner de plus près. Ré-explique donc un peu à l'intention de la charmante dame ici présente, l'officier pilote Montivelle, tout ce que tu as raconté à la presse et à l'armée après avoir vu ces étranges vaisseaux sillonner le ciel au dessus du lac Vama. Tu sais, Dominik, nous ne sommes pas comme ces ballots qui n'ont pas cru à ton histoire. Nous sommes au contraire disposés à mener une enquête approfondie, à en publier les résultats, et tu deviendras très célèbre si ton témoignage est confirmé par nos observations. Plus personne ne pourra se moquer de toi ! Les gens diront : « Eh bien ce Fefolet n'est pas un idiot, finalement il avait raison, il s'est bien passé quelque chose d'exceptionnel ce jour-là, comme il le prétendait ! ».  

Le Facétieux se tait un instant, dévisage sa compagne en souriant, puis il reprend, utilisant un argument qui devrait plaire à l'ivrogne. Et les gens diront aussi : « On va lui offrir un verre au bistrot pour se faire pardonner d'avoir douté de lui et de s'être moqués de son récit ! ». Tu seras la vedette du quartier, et tu boiras à l’œil autant que tu voudras, jusqu'à plus soif ! C'est pas beau ça ? ... conclut Promor en se retenant d'éclater de rire.

L'alcoolique lève alors lentement les yeux vers son interlocuteur, comme si un déclic venait de se produire dans sa caboche embrouillée et que les engrenages de son ciboulot se remettaient à fonctionner après une longue période d'inertie. Tu ... ? Tu croaas qu'tous ces saligauds vont m'rincer la dalle quand y'z'auront la preuve que c'que j'dis est vrai ? ... articule t-il lentement, d'une voix pâteuse, tout en s'appuyant des deux mains sur les bras du fauteuil pour se redresser un brin et se rapprocher de Calyth et Promor, qui de leur côté se tordent le cou afin d'enregistrer clairement et d'interpréter au mieux le charabia hésitant du zigoto.

- Voilààà ... bredouille l'ami Fefolet, dont le mot se termine par un ààà laborieux et à peine audible. Oups, il s'endort ! ... constate Promor, qui se met aussitôt à secouer l'avant-bras du poivrot pour l'empêcher de sombrer dans l'hébétude la plus totale. Hop ! Aux grands maux les grands remèdes, et le Facétieux s'empresse de remplir le verre du pochard d'une bonne vingtaine de centilitres d'un alcool à l'odeur infecte de purgatif pour animal constipé, et il les lui fait engloutir d'une seule lampée. Le bougre suffoque un peu, mais le résultat est celui que le Facétieux espérait : Fefolet ressuscite et reprend sa narration.

- Quat' ! Quat' vaisseaux qu'il y avait ! Des moches, tout cabossés et tout sales. Pas comm'ceux d'ici, ceux d'la milice ou ceux des pète-sec d'la capitale. Y'v'naient d'par là ... précise t-il en indiquant à la fois le nord et le sud de ses deux mains tendues, et l'est et l'ouest de ses gros yeux globuleux. Et puis plouf ! Le ... euh ... sixième a éclaté en l'air, et vlan, bardaf, il a percuté l'lac et il s'est enfoncé de ... de ... dedans ! , ce dernier mot étant expulsé péniblement, escorté d'une ribambelle de postillons blanchâtres qui terminent leur course folle au fond d'une assiette ébréchée. Voilàààà, c'est tout, et c'est la vérité vraie ! J'le jure sur la tête de Vama ... ajoute t-il avant de s'effondrer entre les bras du fauteuil et de se mettre à ronfler illico comme une douzaine de poêles à bois chargés jusqu'à la glotte.

- Fin du monologue ... enchaîne le Facétieux en souriant à nouveau. Inutile d'insister davantage, je ne pense pas qu'on obtiendra d'autres renseignements. Qu'en dis-tu, ma chérie ? ...  ajoute t-il encore en scrutant le visage perplexe de Calyth.





Sign par Thélou, merci !
avatar

On m'appelle Calyth Montivelle


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Vuulte
MON AGE : 25 ans
Féminin
MESSAGES : 809
AGE : 45
INSCRIT LE : 29/08/2011
PSEUDO HABITUEL : /
Joyaux : 0
http://www.ile-joyaux.com/t555-calyth-montivelle#13156 http://www.ile-joyaux.com/t212-calyth-montivelle-pilote
Posté dans Re: Un serpent d'argent, le Fleuve de Vie : le lac Vama (2)   - Lun 3 Fév 2014 - 2:40

Cet interrogatoire relève plus de la chasse aux devinettes qu'autre chose. Calyth commence à comprendre pourquoi ce témoignage farfelu n'a jamais été enregistré dans les archives de la Milice. Cependant le vieux sac-à-vin déballe toutes ces sornettes avec une telle conviction que la pilote tente trier le vrai du faux, entre ses divagations d'homme ivre et les indices sur le vaisseau englouti. Promor a réussi à le maintenir en éveil suffisamment longtemps pour qu'ils lui extorquent tout ce qu'il savait. Et à présent leur drôle de témoin ronfle bruyamment, à réveiller tout Sant Poseïnos. Ils n'ont plus rien à faire ici.

- Fin de l'interrogatoire ! Tu as raison, Promor. Notre ami est parti pour faire sa nuit. Il ne nous dira plus rien d'intéressant ... répond la jeune femme, levant ses yeux dorés vers son coéquipier. - Allons nous reposer, nous établirons notre plan de bataille demain pour explorer le Lac. À ton avis que voulait-il dire avec ces vaisseaux sales et cabossés ? Tu crois qu'on pourrait avoir à faire à un vaisseau de Vanylle ? Mais alors que faisait-il par ici ? Cette histoire est bien mystérieuse ... Rentrons, veux-tu ? Nous réfléchirons à tout ça demain ...

L'officier Montivelle passe tendrement son bras sous celui de son partenaire, et l'entraîne hors de la petite masure délabrée et malodorante. Les rues qui les ramènent au Spatioport et au bâtiment de la Milice se sont vidées de leurs promeneurs. La nuit a étendu sur la capitale sa cape de ténèbres constellée d'étoiles brillantes. Sant Poseïnos s'endort …

* * * *
Réveillée aux aurores par un mal de tête consécutif à ses écarts de la veille, Calyth se dégage doucement des bras possessifs de son amant et se lève. Nue comme au jour de sa naissance, elle marche vers la petite fenêtre qui donne sur la ville encore endormie et le Lac. À l'horizon, le soleil émerge à peine irisant l'eau sombre de reflets flamboyants : que vont-ils découvrir sous la surface ? Un vaisseau, un vieux bateau, un morceau de métal rouillé d'origine indéfinie ? Renonçant à y réfléchir pour l'instant, elle tente de se débarrasser de ces marteaux qui résonnent désagréablement dans son crâne sous une longue douche brûlante.  
Fin prête, les indésirables tambours enfin réduits au silence, et donc les idées plus claires, la Milicienne s'assied au bord du lit, et dépose deux tasses fumantes et odorantes, sur la table de nuit. Elle s'attarde à regarder son complice, son équipier, son amant, à détailler les longs cils d'ébène qui dessinent une ombre ténue sur sa joue, son visage qui retrouve la douceur de l'enfance dans son sommeil, sa peau sombre qui tranche sur les draps blancs. Par Vama, ce qu'il est beau ! Avec gourmandise, elle pose ses lèvres sur le derme hâlé de son bras, puis sur la bouche charnue, sur laquelle elle flâne avec bonheur ...

- Debout, mon paresseux, aujourd'hui, c'est leçon de plongée et chasse au trésor englouti ! s'écrie-t-elle joyeusement, en continuant d'éparpiller une myriade de petits baisers sur le visage de Promor, dans son cou et sur son épaule découverte.
- Tiens, bois ça ! C'est la potion rêvée pour Milicien ensommeillé ! Nous nous mettrons en route dès que tu seras prêt, mon ange, je suis curieuse de voir ce qui se cache sous cet éperon de métal ... Si notre vieil ami Fefolet ne nous a pas mené en bateau ... Malgré ses problèmes d'élocution et ses notions de calcul quelques peu déroutantes, je ne le vois pas inventer toute cette histoire de vaisseaux. Ce pauvre homme n'a pas un sou de malveillance, et il n'a rien gagné à raconter son histoire, si ce n'est les railleries de tout le port ... En chemin nous discuterons de tout ça ...


Les couloirs sont déserts, ils ne croisent personne, pas même au mess des officiers. La base tourne vraiment avec un effectif des plus réduits. Rapidement ils avalent leur petit déjeuner, pressés de se lancer dans cette nouvelle aventure, avant de se diriger vers les hangars. Comme promis la veille par Vlad, les mécaniciens ont préparé son oiseau d'acier, qui rutile sous les lumières crues du hangar. Les réservoirs sont pleins, le Speeder est prêt à décoller. Sans tarder, ils s'envolent, direction le Lac.

- Essayons de nous dénicher un coin où installer notre camp de base, ça nous évitera de rentrer tous les soirs. Qu'en penses-tu, trésor ?


Angélyne Montaigu, Hors la loi /Janalya Hermontrick, Maître armurier/ Ylaria Desnolancès, Cultivatrice

Kit par Thélou, merci !
avatar
Citoyen

On m'appelle Promor le Facétieux


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Vuulte
MON AGE : 25 ans
Masculin
MESSAGES : 711
AGE : 46
INSCRIT LE : 28/08/2011
PSEUDO HABITUEL : Yannick Saule, Raffaella Palder, Tibor Keiron, Janos Leawen
Joyaux : 0
Posté dans Re: Un serpent d'argent, le Fleuve de Vie : le lac Vama (2)   - Mar 4 Fév 2014 - 1:36


Réveil câlin. Un quinquet couleur de nuit, assailli de baisers, s'entrouvre à la lumière, puis l'autre l'imite, et tous deux se posent aussitôt sur les courbes charmantes de la sculpturale milicienne penchée vers eux. Et zou : en prison ma jolie, pour une kyrielle de bisous. Tu ne vas pas t'en tirer comme ça. C'est parti ! En voilà mille ! Des brefs, des interminables, des mouillés, des gourmands, des voyous, des « qui-sont-accompagnés-d'une-paluche-bigrement-baladeuse », mais ils ont tous un point commun : miaaammm !

Murmures boudeurs d'un Facétieux concupiscent : Oh zut, tu es déjà habillée, ma chérie. Tu es une vilaine, tu n'as aucune compassion pour moi, tu me prives du plus ravissant spectacle du monde. Je vais devoir me contenter d'une vulgaire épave toute pourrie alors que j'envisageais de procéder à une inspection approfondie de toutes ces jolies choses que tu dissimules sous ton uniforme.

Promor sourit. Le fils du désert est devenu un autre homme au contact de Calyth, depuis qu'il a abandonné avec elle les sables de Korrul. A présent, il écoute, il partage, et surtout, il aime. L'individualiste forcené est enterré là-bas, au cœur d'un chapelet de dunes dormant au soleil.

- Tu as raison, douce pilote de mes jours et de mes nuits. Aujourd'hui c'est plongée et chasse aux trésors. En définitive, ce brave Fefolet ne nous aura pas appris grand chose, mais je serais plutôt enclin à croire également à son histoire de vaisseaux biscornus, totalement différents de ceux de Matroos. Il a dû en voir de toutes les tailles et de tous les modèles à force d'arpenter les abords du lac à la recherche de quelqu'un pour lui payer l'apéro. Il sait de quoi il parle. Et s'il était vraiment rond comme une barrique, tant pis, ce que nous découvrirons sera peut-être très banal, mais nous aurons rempli la tâche qui nous est assignée. Hop ! Le Facétieux s'envoie d'un trait le bol de potion magique que lui a préparé sa compagne, il se douche à la vitesse grand V, puis il saute dans ses frusques militaires et enfile ses éternelles bottes de cuir. Voilà, j'suis prêt, mon général ! ... déclare t-il en jaillissant de la petite salle d'eau, tout en démêlant du bout des doigts sa longue tignasse encore mouillée.

Le décollage est sans histoire, et le survol des eaux calmes l'est tout autant. L'idée d'un camp de base est adoptée à l'unanimité. Dresser ce genre d'abri, c'est une tâche à laquelle excelle le Facétieux, qui a crapahuté et tendu des toiles de tentes sous toutes les latitudes. Par contre, et d'ailleurs il l'a déjà avoué à Calyth, il est loin de maîtriser tout ce qui concerne la navigation, la plongée, et le matériel qui s'y rattache. C'est pareil pour la natation, même si ce dernier point peut paraître plus insolite : en gros, Promor parvient à flotter un moment, grâce à quelques mouvements saccadés dont il est lui-même l'inventeur, et à la condition que les eaux ne soient pas trop farouches, mais il ne faut guère lui en demander plus. Il est déjà très heureux de ne pas s'enfoncer dans les abysses à la manière d'un poêle en fonte de cent kilos.

Le Speeder traverse le lac de part en part, s'écartant progressivement des flottilles de bateaux de pêche qui opèrent au large, dans les endroits réputés les plus poissonneux. L’œil aiguisé des deux miliciens repère rapidement l'ergot métallique perforant la surface de l'eau, et qui scintille comme un minuscule diamant posé sur un écrin de velours sombre. Étrangement, il semble plus court que la veille, et il paraît osciller légèrement alors que le lac est figé dans une immobilité de marbre. Voilà de quoi se poser mille questions, que seules leurs investigations leur permettront d'élucider. Promor note soigneusement les coordonnées que lui indique sa compagne, et leur appareil se pose dans une clairière proche du rivage. Cette trouée entre les arbres est à bonne distance des demeures les plus proches, et les deux bourlingueurs ne devraient pas être importunés par la population locale.

- On commence par quoi, ma chérie ? On déballe le matériel au bord de l'eau, et je monte la tente pendant que tu prépares notre croisière en amoureux ? Puis on pourrait faire le tour des environs immédiats, vu qu'il est encore tôt ? Ou bien tu pourrais m'apprendre à nager convenablement ? ... s'enquiert en riant le Facétieux, que l'imminence de l'aventure et l'absence d'enquiquineurs mettent d'excellente humeur. Après toutes ces questions d'une rare pertinence, Promor se met à trimbaler quelques caisses en direction du rivage, des caisses dont le contenu est précisé sur des étiquettes autocollantes apposées avec soin sur la face supérieure. Canot pneumatique, tente et accessoires, combinaisons de plongée, masques, etc, etc. Bref, il n'y a plus qu'à !




Sign par Thélou, merci !
avatar

On m'appelle Calyth Montivelle


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Vuulte
MON AGE : 25 ans
Féminin
MESSAGES : 809
AGE : 45
INSCRIT LE : 29/08/2011
PSEUDO HABITUEL : /
Joyaux : 0
http://www.ile-joyaux.com/t555-calyth-montivelle#13156 http://www.ile-joyaux.com/t212-calyth-montivelle-pilote
Posté dans Re: Un serpent d'argent, le Fleuve de Vie : le lac Vama (2)   - Ven 7 Mar 2014 - 12:49

Immensité argentée qui miroite paresseusement sous le fringant soleil matinal, le Lac Vama n'attend que les deux Miliciens pour révéler le secret de ses abysses. Promor déniche bien vite une clairière assez vaste pour accueillir le Speeder, et établir leur camp de base. À l'horizon brouillé de lumière et de reflets, la fière capitale leur fait face, enserrant de ses bras tentaculaires ce joyau naturel, source de vie de l'Ile. Les bateaux de pêcheurs s'agitent déjà au loin, sillonnant les eaux limpides à la recherche des fameux écarpons qui font la renommée de Sant Poseïnos.
Debout au milieu des caisses qu'ils viennent d'extirper du ventre de leur oiseau de métal, Calyth s'interroge tout comme Promor sur l'organisation de leur journée. Ses yeux d'or rivés sur le centre du Lac, elle réfléchit aux différentes options qui s'offrent à eux, et la curiosité n'est pas loin de l'emporter sur le pragmatisme, quand son partenaire évoque ses modestes talents de nageur. Impossible dès lors de partir immédiatement à l'aventure ! Très bien, elle sait par où commencer, et posant un regard espiègle sur son compagnon, elle s'approche de lui, et s'assied sur l'une des caisses, croisant ses longues jambes fuselées par son uniforme sombre.

- Alors comme ça, tu ne sais pas bien nager et tu as l'intention d'aller explorer les profondeurs du Lac ? Est-ce bien raisonnable, trésor ? Peut-être devrions-nous commencer par dresser notre tente, puis par réviser le B A BA de la plongée, et enfin vérifier tes aptitudes à la natation ... Je me doute bien que le Désert des Murmures n'était pas le meilleur endroit pour apprendre à nager ! Nous allons remédier à cela, il n'y a pas de raison que tu ne parviennes pas à flotter ... Au travail ! Nous avons du pain sur la planche ...s'exclame-t-elle, en se relevant et en attrapant la toile de tente qui gît dans son sac, à ses pieds.

De concert, ils oeuvrent rapidement, rodés par leurs entraînements et leur complicité. Le campement prend forme, mélange de l'expérience militaire de Calyth et de celle plus utilitaire, plus empirique de Promor. Ils s'attaquent ensuite au matériel de plongée et au bateau gonflable qui danse bientôt sur les vaguelettes qui viennent sans cesse mourir sur la rive herbeuse. La brune a étalé sur les caisses et l'herbe, les combinaisons, masques respirateurs et autres dispositifs qui vont les aider à explorer les mystérieux hauts-fonds, et surtout découvrir l'origine de cet énigmatique morceau de ferraille, invisible d'ici. Elle choisit l'une des combinaisons et lance la plus grande à son compagnon, en riant :

- Enfilons les combinaisons, l'eau doit être froide ! Et sans plus attendre, Calyth se déshabille vivement laissant choir son uniforme dans l'herbe. Les rayons du soleil tièdes et caressants lèchent sa peau, mais la brise légère la fait frissonner. Elle se glisse dans le tissu élastique qui épouse son corps comme une seconde peau. Puis elle court vers le Lac et plonge dans l'eau qui s'avère plutôt fraîche. Après quelques brasses vigoureuses, elle revient vers la berge et se redresse, rejetant sa longue natte brune dans son dos. La surface du Lac s'ouvre devant elle, des gerbes étincelantes de soleil dansent autour de ses cuisses.  

- Allez viens, Promor ! Elle n'est pas si froide ! Viens me montrer ce que tu sais faire …
Elle s'approche encore du bord et profite que son amant se débat avec sa combinaison pour l'arroser copieusement. Ce n'est guère régulier, mais c'est la meilleure façon de piquer au vif l'orgueil de Promor. Ils vont sûrement se bagarrer gentiment avant de se mettre sérieusement au travail. L'eau n'est pas l'élément favori de l'ancien Forban, elle espère qu'en jouant, il prendra confiance en lui, et se rendra compte qu'il est capable de s'y débrouiller. Sinon elle devra plonger seule, et ce n'est vraiment pas ce qu'elle désire. Après tout, c'est lui qui a remarqué cet écueil de métal, et elle veut lui laisser le plaisir de la découverte  :

- Voilà ! Comme ça, tu t'habitues tout de suite à la température de l'eau ! Tu ne peux plus te défiler, tu es trempé !


Angélyne Montaigu, Hors la loi /Janalya Hermontrick, Maître armurier/ Ylaria Desnolancès, Cultivatrice

Kit par Thélou, merci !
avatar
Citoyen

On m'appelle Promor le Facétieux


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Vuulte
MON AGE : 25 ans
Masculin
MESSAGES : 711
AGE : 46
INSCRIT LE : 28/08/2011
PSEUDO HABITUEL : Yannick Saule, Raffaella Palder, Tibor Keiron, Janos Leawen
Joyaux : 0
Posté dans Re: Un serpent d'argent, le Fleuve de Vie : le lac Vama (2)   - Lun 10 Mar 2014 - 3:49


Masques de plongée, matériel perfectionné, combinaisons étanches et tout le toutim, voilà qui constitue autant d'interrogations, voire même d'inquiétudes, pour le Facétieux, dont les seuls exploits aquatiques se sont limités jusqu'alors à ne pas se noyer dans la baignoire de l'appartement de Calyth. Mais à présent que le campement est fonctionnel, et que le canot gonflable n'attend plus que ses deux passagers pour gagner le large, il ne leur reste plus qu'à s'équiper pour la grande aventure. Certes, Promor s'est déjà senti beaucoup plus à l'aise qu'en cet instant précis, mais il frime un peu en réponse aux propos gentiment persifleurs de sa compagne.

- Ne t'inquiète pas, ma chérie, je vais t'imiter bien sagement et je pense que j'arriverai à me débrouiller comme un grand. Je connais quand-même les mouvements de base ... affirme t-il en fanfaronnant un brin, car les « mouvements de base » tels qu'il les pratique ressemblent à s'y méprendre à la nage frénétique du médor, et une rapide séance d'entraînement dans les locaux de la milice n'y a rien changé.

La première partie de la leçon s'avère d'ailleurs particulièrement délicieuse, et le Facétieux ne perd pas une miette du spectacle. Pensez-donc ! C'est un déshabillage intégral que lui offre la charmante milicienne, suivi d'une exquise succession de gracieux déhanchements et tortillements du bassin et de ses fesses fermes et rondes lorsqu'elle enfile sa combinaison de plongée. Par Vama, je ne regrette pas d'être venu, il y a vraiment des créatures superbes sur ces rivages déserts ... lance Promor, dont le visage affiche soudain une moue particulièrement joyeuse, tandis que la belle s'éloigne pour tester son équipement au contact des eaux froides du lac.

- A mon tour maintenant ! J'en ai pour deux minutes et je te rejoins !  Et l'apprenti-éclaireur se glisse de la même manière que Calyth dans une tenue étanche. Cela s'avère pourtant plus laborieux que prévu pour le Facétieux, plus habitué aux vêtements amples et décontractés qu'à cette gangue synthétique qui adhère à la peau comme un sparadrap géant. Mais à force de se tordre, de tirer, de râler, de gesticuler dans tous les sens, il parvient à introduire une bonne partie de sa longue carcasse dans la fichue combinaison. Cet exploit, réalisé la plupart du temps sur un seul pied, a requis toute son attention, et le bougre n'a pas vu venir sa maîtresse, qui profite honteusement de la situation pour l'éclabousser généreusement. Et la peste n'avait pas tort, l'eau est vraiment glacée, et elle lui coupe le souffle durant un bref instant pendant lequel il se retrouve figé comme une statue de sel.

- Rhaaa, tu vas me payer ça, ma chérie ! ... prévient-il, s'ébrouant soudain comme un oisillon batifolant dans une flaque. Et le Facétieux tient parole ! Ajustant jusqu'au cou sa tenue synthétique, il se rue vers le bord de l'eau et réplique à la joyeuse attaque de sa compagne. L'escarmouche fait rage durant un bon moment, puis notre bonhomme bat en retraite, la tignasse et la figure dégoulinantes. Tu as gagné, je me rends, vilaine traîtresse, mais désormais regarde bien derrière toi, mon cœur, car le danger te guettera à chaque instant ! Et ma vengeance sera terrible ! ... ajoute t-il en guise d'avertissement enjoué.

- Et si nous en venions aux choses sérieuses, mon amour ? Grimpe dans notre rafiot, je vais nous mener jusqu'au large et te montrer mes talents de plongeur ! Tu vas en rester baba, moussaillon ! Après ces rodomontades d'une modestie rare, qui ne trompent nullement Calyth, bien entendu, le Facétieux enclenche la mécanique et leur bateau pneumatique s'ébranle dans un raffut épouvantable, soulevant une déferlante de houle glacée. Le lac est de dimension gigantesque, mais leur canot est extrêmement rapide, et une petite heure leur suffit pour atteindre le mystérieux dard métallique qui se balance lentement à la surface de l'eau.

- Je vais sauter à la flotte en premier, d'accord ? Ainsi tu pourras me donner des conseils si je ne suis pas vraiment à la hauteur. Bon, j'enfile les palmes et j'y vais. Accroche toi ma chérie, ça va secouer ! Hop ! Promor se redresse et bondit dans les eaux froides, avec une grâce ... très approximative, provoquant un geyser qui fait osciller vigoureusement leur embarcation. Mais le bougre ne le remarque même pas, et il se met à nager, plutôt maladroitement, en direction de la tige de métal, qui paraît être un bout de carénage abîmé. Là, il s'y accroche, et se tourne fièrement vers sa compagne. Alors, mon capitaine ? Démonstration concluante ?




Sign par Thélou, merci !
avatar

On m'appelle Calyth Montivelle


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Vuulte
MON AGE : 25 ans
Féminin
MESSAGES : 809
AGE : 45
INSCRIT LE : 29/08/2011
PSEUDO HABITUEL : /
Joyaux : 0
http://www.ile-joyaux.com/t555-calyth-montivelle#13156 http://www.ile-joyaux.com/t212-calyth-montivelle-pilote
Posté dans Re: Un serpent d'argent, le Fleuve de Vie : le lac Vama (2)   - Mar 29 Avr 2014 - 8:56

Rien de tel qu'une petite escarmouche aquatique pour se donner du courage à l'ouvrage ! Calyth et Promor échangent gerbes d'eau et éclaboussures pendant un moment, prenant ainsi la température du Lac. Le Forban donne bientôt le signal du départ, il prend la barre et le petit canot file droit sur leur cible, fendant la surface argentée d'une large cicatrice d'écume. L'éperon métallique scintille sous les rayons du soleil matinal, guidant bientôt leur course. Au loin la Milicienne distingue les bateaux de pêche qui s'activent le long des côtes de cette petite mer intérieure, source quasi inépuisable de nourriture pour Sant Poseïnos, et Matroos.

Arrivé à destination, Promor ralentit et tourne autour de cet écueil de métal qui a éveillé leur curiosité dans les airs, avant de stopper l'embarcation. Obscures et peu engageantes, les profondeurs semblent abyssales, gardant leurs secrets bien scellés. Rien à faire, ils ne distinguent qu'une vague ombre qui ne les renseigne guère sur l'origine de l'épave. Car Calyth est désormais certaine que le sieur Fefolet avait raison et que c'est bien un vaisseau qui gît au fond du Lac. Mais avant de le dire tout haut, elle veut s'en assurer, et s'équipe pour plonger, tout comme son compagnon. Bon, la mise à l'eau de l'ancien Forban n'est guère académique, et manque même de faire choir la Milicienne, dans le Lac, elle se rétablit de justesse alors que la petite embarcation tangue toujours, laissant échapper un chapelet de jurons à faire pâlir un pirate.

- Hé, je ne suis pas encore équipée pour plonger, moi ! En attendant, montre-moi donc ce que tu sais faire ! s'écrie-t-elle ensuite, espérant que la démonstration sera assez convaincante pour leur permettre d'explorer les profondeurs en toute sécurité. Rassurée par les exercices de Promor, elle ne résiste pas à le taquiner :
- C'est parfait, mon trésor, tu nages comme un poisson … qui aurait avalé un kilo de plomb ! s'esclaffe-t-elle en se glissant à son tour dans les eaux froides. En quelques brasses vigoureuses, elle le rejoint, accroché au récif métallique comme une moule à son rocher.
- Bien, pas de folies, pas de risques inutiles, tu restes à côté de moi, d'accord ? On fait une première approche pour savoir ce que c'est … Ensuite … ensuite on verra si on peut explorer sans danger … De près ça ressemble vraiment à un aileron de vaisseau, non ? Allons voir ce qui se cache là-dessous …

Ajustant masque et respirateur, Calyth passe sous la surface de l'eau avec une légère appréhension, les espaces clos ne sont pas sa tasse de saïa, et leur mésaventure dans la grotte du Mont Centil est encore bien fraîche dans son esprit, suffisamment pour lui intimer la prudence. Dans le silence ouaté de l'eau, impossible de communiquer autrement que par gestes, et touchant le bras de Promor, elle lui désigne l'épave qui repose en équilibre instable sur une plate-forme rocheuse. La coque altérée par la rouille est constellée de coquillages, mais en s'approchant de plus près, la brune découvre qu'elle est rapiécée comme une vieille chaussette. De nombreuses plaques de métal de toutes tailles et manifestement de toutes provenances la recouvrent. Il y a même un bout de de coque de speeder, qu'elle reconnaît immédiatement. Mais sur quoi sont-ils encore tombés ? Ce n'est pas un vaisseau de Matroos en tout cas, il n'en a ni l'élégance, ni l'allure. De Korrul, non plus d'ailleurs, il ne peut s'agir que d'un vaisseau de Vanylle …  

Poursuivant leur lente progression le long de l'étrange carcasse à la recherche d'indices irréfutables, ils s'enfoncent dans l'obscurité des profondeurs. De ce côté, même si la paroi est vétuste, elle est en bon état, pas de signes qui expliquerait les raisons de ce crash doublé d'un naufrage. Vu la taille de la carène, il devait se trouver une quinzaine d'hommes à bord. Personne n'a survécu apparemment. Calyth fait signe à Promor de la suivre et contourne précautionneusement la poupe, afin d'explorer l'autre face de la coque. Et là tout s'éclaire. Les faisceaux des torches révèlent une énorme brèche aux bords déchiquetés. Une explosion, probablement dans la salle des machines, a littéralement éventré le vaisseau, ne laissant aucune chance à l'équipage. Le cercueil volant est tombé comme une pierre dans les eaux calmes du Lac. Si le plateau rocheux ne l'avait pas retenu, personne n'aurait jamais su qu'un vaisseau pirate avait tenté une telle incursion dans Matroos. La Milicienne cogite ferme, que sont devenus les autres bâtiments dont Fefolet se souvient ? Ont-ils tenté d'attaquer une autre ville que Sant Poseïnos ? Ou alors, ont-ils tenté de traverser la Ceinture de Feu jusqu'à Korrul ?
Du pouce, elle indique la surface à son compagnon et entame sa remontée. Puis à l'air libre, elle expose ses réflexions à Promor, elle tient à en discuter avec lui, et à connaître son opinion avant de se faufiler dans cette plaie béante ...


Angélyne Montaigu, Hors la loi /Janalya Hermontrick, Maître armurier/ Ylaria Desnolancès, Cultivatrice

Kit par Thélou, merci !
avatar
Citoyen

On m'appelle Promor le Facétieux


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Vuulte
MON AGE : 25 ans
Masculin
MESSAGES : 711
AGE : 46
INSCRIT LE : 28/08/2011
PSEUDO HABITUEL : Yannick Saule, Raffaella Palder, Tibor Keiron, Janos Leawen
Joyaux : 0
Posté dans Re: Un serpent d'argent, le Fleuve de Vie : le lac Vama (2)   - Jeu 1 Mai 2014 - 3:14


Le voilà donc, ce mystérieux engin. Ainsi que le supposaient les deux Matrosciens, il gît, en équilibre instable, sur un étroit socle de pierre. Funambule de métal. Quelques obscurs remous le font trembloter discrètement, et les algues qui lui servent de colliers ou de bracelets épousent chacun de ses frissons. Des myriades de bestioles, aussi microscopiques que les grains de sable des dunes de Korrul, s'accrochent à sa carcasse mangée par la rouille, et Promor, aussi à l'aise dans l'élément liquide qu'un aveugle sur une paire d'échasses, fait de même. Pas longtemps, car Calyth, par quelques gestes esquissés à son intention, l'invite à la suivre vers l'autre flanc de l'appareil afin d'y trouver un éventuel accès vers l'intérieur. Et, effectivement, ils dénichent aussitôt ce qu'ils espéraient : une large déchirure dans la coque leur permettra de s'y engouffrer sans aucune difficulté. Mais est-ce prudent ? Le vaisseau aux entrailles béantes ne risque t-il pas d'être déstabilisé par leur brusque irruption et de s'en aller rejoindre les profondeurs abyssales en les y entraînant à sa suite ? Visiblement, Calyth se pose les mêmes questions que son compagnon, et ils décident de remonter à la surface afin d'en délibérer. Il y a plus de sagesse sous deux tignasses que dans un seul ciboulot, dit-on. Nous verrons bien si c'est le cas.

Ils émergent donc côte-à-côte, à quelques brasses du canot pneumatique, qu'ils rejoignent afin de se suspendre d'une main à sa toile caoutchoutée. Leur débat est bref. La brunette est une milicienne expérimentée, et le Facétieux un vieux baroudeur du désert conscient des pièges que la nature peut tendre à tous ceux qui la perturbent, mais la curiosité et la volonté d'aller jusqu'au bout de la tâche qu'ils se sont assignée est la plus forte. Non, ils ne vont pas se contenter d'établir un rapport en douze exemplaires pour signaler leur trouvaille, non, pas question, ils vont aller fureter dans l'épave, et plutôt deux fois qu'une ! Ils vont percer ses secrets, et si jamais elle contient quelque chose d'essentiel, ou de stupéfiant, ils vont se faire une joie de le dénicher, et pas plus tard que tout de suite !

Ils enfilent donc à nouveau masque de plongée et respirateur, et se laissent glisser vers leur cible. Quelques poissons les accompagnent en folâtrant autour d'eux, ce qui constitue ma foi une bien jolie scène aquatique, mais ne suffira pas à donner à Promor le goût de l'eau. Non, en ce qui le concerne, l'eau c'est pour boire ou pour se laver, ou, si elle est bouillante, pour faire mûrir les panaris, mais rien de plus ! S'y déplacer, à la merci d'un manque d'air soudain ou d'une rencontre avec un animal féroce, ce n'est pas ce qui l'enchante le plus ! Notre homme est un piéton, il aime sentir la terre ferme sous ses orteils. Mais bon, en l'occurrence, il n'a guère le choix, Calyth peut avoir besoin de lui, et, de plus, c'est à lui que cette mission de reconnaissance a été confiée par le Stratège Ac’trian.

Nos deux miliciens ne traînent pas en chemin, et se dirigent illico vers la fissure. Ils s'y stabilisent un instant, leurs torches fouillant soigneusement les tréfonds de ce sanctuaire oublié, puis ils entrent prudemment. Utilisant des gestes identiques à ceux de Calyth, le Facétieux lui fait signe de le suivre vers l'avant. C'est là, dans le cockpit, qu'ils risquent de trouver des choses intéressantes, comme un livre de bord, des cartes, ou divers accessoires, même si la valse du temps a sans nul doute altéré le contenu de l'appareil. Puisqu'il parait évident que ce vieux coucou vient de Vanylle, peut-être y dénicheront-ils de précieux renseignements au sujet de la cité des pirates. Promor s'imagine déjà remettant au Stratège les inestimables coordonnées qui permettront à la flotte de Matroos d'aller envahir ou pulvériser cette ville-fantôme que tout le monde connaît mais que nul n'a vu. Sa brunette y gagnerait certainement une ribambelle de galons et de médailles, et lui, l'apprenti-éclaireur, le néophyte, serait intégré à la milice avec tous les honneurs. Quelles alléchantes perspectives pour notre fils du désert.

Les amants franchissent un premier sas, et c'est soudain une vision particulièrement lugubre qui les accueille : des crânes, des ossements, des squelettes dépouillés de toute substance, dépassant de vêtements déchirés, ballottés par les vaguelettes qui s'en viennent mourir contre les parois métalliques. Ceci confirme les suppositions de Calyth, personne n'a probablement survécu à l'explosion, et le temps a fait le reste, avec l'aide de la faune sous-marine. Il jette un regard à sa compagne, qui le talonnait de près, mais le masque que porte celle-ci ne lui permet pas se rendre compte de ce qu'elle ressent. Mais peut-être est-elle troublée ou choquée par cette scène, et désire t-elle rejoindre la surface. Le Facétieux prend alors la main de son équipière, pour attirer son attention, et, toujours par gestes, lui propose d'abandonner les recherches et de quitter les lieux. Cette macabre découverte en atteste, il y a fort à parier qu'ils ne trouveront que ruine et désolation dans le poste de pilotage. Inutile donc de traîner là davantage, car l'épave risque à tout instant de s'arracher de sa sombre sépulture de rochers et de plonger dans le néant.




Sign par Thélou, merci !
avatar

On m'appelle Calyth Montivelle


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Vuulte
MON AGE : 25 ans
Féminin
MESSAGES : 809
AGE : 45
INSCRIT LE : 29/08/2011
PSEUDO HABITUEL : /
Joyaux : 0
http://www.ile-joyaux.com/t555-calyth-montivelle#13156 http://www.ile-joyaux.com/t212-calyth-montivelle-pilote
Posté dans Re: Un serpent d'argent, le Fleuve de Vie : le lac Vama (2)   - Mer 11 Juin 2014 - 9:54

La curiosité est un vilain défaut paraît-il, mais elle forge aussi les grands scientifiques tout comme les explorateurs les plus téméraires. Calyth et Promor sont de ceux-là, ils l'ont déjà prouvé, dans le Désert des Murmures, ou dans la grotte du Mont Centil. Et là, dans le Lac Vama, ils ont de nouveau l'occasion d'éprouver leur curiosité avec cette épave mystère. En entrant dans la brèche béante, la Milicienne sait qu'ils prennent des risques, mais elle estime qu'ils sont raisonnables, et que Promor se débrouille suffisamment bien pour l'accompagner. Ils sont tombés d'accord sur la nécessité d'explorer la carcasse rouillée, bien sûr qu'elle s'attendait à y découvrir les restes de l'équipage, mais les squelettes décharnés, certains éparpillés par l'explosion, qui les accueillent ne sont guère beaux à voir. Mais Calyth est un soldat et la mort fait partie de son métier, ce n'est pas agréable à voir, elle n'aime pas ça, le but de leur incursion dans cette sépulture est plus important que ces visions déplaisantes.

Cependant, il faut croire qu'elle n'est pas si indifférente qu'elle veut bien le montrer, car lorsque Promor frôle sa main avant de la saisir, elle sursaute malgré elle. L'atmosphère morbide de l'épave est plus oppressante qu'elle ne le pensait. Son compagnon propose de remonter à la surface, probablement pour discuter de cette macabre découverte. Elle hésite un instant, c'est vrai que se soustraire de ce cimetière sous-marin lui conviendrait, mais ils n'ont pas terminé leur exploration, et Calyth préfère en finir une bonne fois pour toutes, plutôt que d'être obligée de replonger. Par signes elle fait comprendre à Promor qu'ils vont farfouiller un peu partout, histoire de voir s'ils ne tombent pas sur des documents qui orienteraient leurs conjectures. Par contre elle insiste sur le « toi et moi, ensemble », pas question de se séparer.
Lentement à la lueur crue de leur torche les deux Miliciens s'avancent prudemment dans le corps du bâtiment pirate, à la recherche de la cabine du capitaine, ou tout simplement du poste de pilotage. Des grincements sinistres les accompagnent renforçant l'ambiance sépulcrale du vaisseau. Il y fait aussi sombre que dans la grotte du Mont Centil, et à ce souvenir, la brune Matroscienne contient à grand peine une bouffée de panique. Sans la présence rassurante de Promor à ses côtés, elle aurait fait demi-tour illico, abandonnant ces fichus pirates et leur secret. Maudite claustrophobie ! Elle est faite pour l'immensité azur du ciel, pour les grands espaces, pas pour cette vieille coque lugubre !

Coup de chance, ils parviennent rapidement au poste de navigation, mais tout est sens dessus dessous, éparpillé façon puzzle, une mère ézéalle n'y retrouverait pas ses bébés. Les courants pourtant faibles du Lac se sont chargés de faire le ménage, emportant les documents, cartes et tutti quanti dans les profondeurs mystérieuses de ses abysses. Les instruments sont en pièces, les squelettes des officiers sont encore à leur poste, surpris sans doute par l'explosion. Ils n'ont même pas eu le temps de réagir ...
Dépitée, Calyth fait signe à Promor qu'il est inutile d'insister, qu'ils peuvent faire demi-tour. Elle ne sera pas mécontente de rejoindre la surface. Toujours avec la plus grande prudence, elle chemine en sens inverse, entraînant l'apprenti-éclaireur dans son sillage. Ils évitent des meubles éventrés, les débris métalliques qui saillent ça et là, des objets insolites comme cette épée rouillée plantée dans la paroi du couloir, probablement par le souffle de la déflagration.

Soudain un grincement déchirant rugit aux oreilles des deux Miliciens. Calyth échange un regard inquiet avec Promor, et lui fait signe de se presser. Mais l'épave a décidé de se débarrasser des intrus et d'anéantir toute preuve de son existence, elle se met à osciller dangereusement sur son promontoire rocheux. Et tout ce qu'elle contient entrave la fuite des deux explorateurs, car les débris ne sont plus immobiles, ils sont ballottés par les remous et s'en viennent heurter les plongeurs qui sont comme des chaussettes dans le tambour d'une gigantesque machine à laver.

Cette fois la panique menace de submerger la Milicienne qui ne supporte que difficilement les lieux confinés. Frénétiquement, le ventre noué par la peur, elle nage pour rejoindre la brèche, leur seule issue de secours. Elle jette un œil par dessus son épaule s'assurant ainsi que son compagnon est toujours derrière elle, il a sans doute compris l'urgence de la situation. Malheureusement dans un passage plus étroit, sa tête heurte rudement une poutre saillante, interrompant net sa course. Étourdie par le choc, désorientée, Calyth se laisse dériver, alors que les grincements se font de plus en plus assourdissants, annonçant la chute prochaine de l'épave ...


Angélyne Montaigu, Hors la loi /Janalya Hermontrick, Maître armurier/ Ylaria Desnolancès, Cultivatrice

Kit par Thélou, merci !
avatar
Citoyen

On m'appelle Promor le Facétieux


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Vuulte
MON AGE : 25 ans
Masculin
MESSAGES : 711
AGE : 46
INSCRIT LE : 28/08/2011
PSEUDO HABITUEL : Yannick Saule, Raffaella Palder, Tibor Keiron, Janos Leawen
Joyaux : 0
Posté dans Re: Un serpent d'argent, le Fleuve de Vie : le lac Vama (2)   - Sam 14 Juin 2014 - 3:55


Dans la tendre intimité de leurs nuits, au fil des douces étreintes de leurs doigts emmêlés, Calyth est femme. Une femme superbe, une femme comme toutes les autres, avec ses doutes, ses interrogations, sa sensibilité, ses faiblesses. Mais lorsque le matin repeint le ciel en bleu, elle se métamorphose, elle redevient milicienne, jusqu'au bout des ongles. L'uniforme fait la femme. Elle redevient alors cette somptueuse combattante qui a triomphé, dans les dunes de Korrul, d'un démon échevelé qui n'avait rien de facétieux, en dépit de son nom. Elle redevient cette guerrière anéantissant un scorpion des sables géant, remontant des abysses ocrées, puis repoussant bravement les assauts furieux d'une reine-papillon qui régnait depuis des lustres dans les entrailles d'une crypte ténébreuse. Elle redevient elle-même, la Calyth qui sait très bien ce qu'elle veut, qui gère son présent, sa conduite, et qui prend des initiatives.

Si bien que l'hésitation de la brune est brève lorsque Promor lui suggère de quitter l'épave. Cette hésitation serait même imperceptible pour tout autre que lui. C'est presque instantanément qu'elle adresse quelques gestes à son compagnon, en guise de réponse. Non, pas question d'interrompre leur périple sous-marin, malgré les vibrations qui font frémir la coque du bâtiment, et malgré le hideux spectacle qui les entoure, un spectacle apocalyptique composé d'une panoplie de squelettes totalement rongés par la faune aquatique et qui se meuvent au ralenti, au rythme des ondulations de l'eau. Promor hoche la tête plusieurs fois, en signe de parfaite compréhension, puis il lâche la main de sa compagne et ils s'avancent vers l'avant du vaisseau, à la recherche du poste de pilotage. La plate-forme métallique est jonchée d'une multitude de bibelots abîmés qui flottent lentement, comme s'ils étaient doté de vie et d'autonomie, ce qui gène la progression des deux miliciens et accentue la confusion de l'ensemble.

Voilà. Nos aventuriers atteignent enfin leur but. Ils entrent résolument, mais hélas, le poste de commandement n'est plus qu'un indescriptible chaos. Tout est en miettes, aussi bien les instruments de bord que les brochures, les armes, et tutti quanti. Ils ne pourront rien tirer de ce capharnaüm. Le Facétieux est déçu. Lui qui espérait découvrir une foule de renseignements qui auraient permis d'accéder aisément à Vanylle la mystérieuse, c'est foutu. Ils ont fait tout ça pour rien. Dès lors, inutile de s'attarder là davantage. En quelques signes de la main, Calyth et Promor se mettent d'accord : ils vont remonter à la surface. D'autant plus qu'un grincement sinistre accompagne soudain leurs laborieuses évolutions vers la faille qui leur a permis d'entrer dans le bâtiment. Leurs gestes se font dès lors plus précipités, plus nerveux, car l'angoisse les gagne. Ce grondement annonce que l'épave est sur le point de plonger vers les abysses, et qu'elle deviendra leur tombeau s'ils ne parviennent pas à lui échapper dare-dare.

Le Facétieux n'est pas dans son élément. Il commence à en avoir assez de toute cette eau, de ce vaisseau pourri qui couine comme un lesbos en rut, et il se multiplie dans les coursives afin de suivre sa compagne sans se laisser distancer. Quand tout-à-coup le corps de Calyth paraît s'amollir, se recroqueviller, et se met à dériver alors qu'ils atteignaient presque la sortie. Que s'est-il passé ? Promor n'a rien remarqué, absorbé par sa propre progression. Un malaise ? Un choc ? Vite, il empoigne la brunette par la taille, et, à grand renfort de mouvements désordonnés et saccadés, il la transporte vers l'extérieur de l'appareil. Pas une seconde à perdre, car les grincements redoublent d'intensité, et l'épave tressaille comme une frêle charrette ballottée par de vigoureuses bourrasques de tempête. Chaque pas du Facétieux risque d'être le dernier si le vaisseau s'arrache à son socle. Tête la première, il s'éjecte de l'engin, avec son précieux fardeau sous le bras, et entame la remontée vers la surface. Il était grand temps ! Dans un effroyablement craquement, le vieux tas de ferraille se met à vibrer une dernière fois puis plonge vers les profondeurs éternelles, entraînant avec lui son mystère.

Promor parvient au canot en quelques secondes. L'état de sa compagne lui a donné des ailes. Il dépose son corps inanimé dans la frêle embarcation que les remous ballottent, amplifiés par la culbute de l'épave, et lui enlève aussitôt son masque. La brunette gémit faiblement et ouvre les yeux. Elle a un joli coquard sur le front, elle est un peu groggy, mais apparemment elle n'a rien de grave. Le Facétieux s'assied à ses côtés et lui caresse doucement la joue ...
- Calyth, ma chérie, comment te sens-tu ? Nous sommes sains et sauf, mon cœur, à part une grosse bosse juste au-dessus de tes sourcils. Le vaisseau a irrémédiablement coulé au fond du lac, mais ça n'a aucune importance puisque tu vas bien. Promor lui prend la main et la dévisage tendrement, attendant qu'elle reprenne totalement ses esprits. Récupère à ton aise. Si tu veux, nous allons rester dans le coin quelques jours avant de reprendre notre mission ...




Sign par Thélou, merci !
avatar

On m'appelle Calyth Montivelle


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Vuulte
MON AGE : 25 ans
Féminin
MESSAGES : 809
AGE : 45
INSCRIT LE : 29/08/2011
PSEUDO HABITUEL : /
Joyaux : 0
http://www.ile-joyaux.com/t555-calyth-montivelle#13156 http://www.ile-joyaux.com/t212-calyth-montivelle-pilote
Posté dans Re: Un serpent d'argent, le Fleuve de Vie : le lac Vama (2)   - Ven 5 Sep 2014 - 9:21

De leur extraction de l'épave à la remontée jusqu'à leur canot, Calyth n'a aucun souvenir, elle ne reprend conscience que lorsque Promor lui retire son masque. Pendant quelques infimes instants, elle panique avant de réaliser qu'elle n'est plus sous l'eau, qu'elle respire à l'air libre, qu'ils sont sortis de l'enfer, de ce maudit rafiot qui a bien failli avoir raison d'eux. Au temps pour leur curiosité, et leurs espoirs d'éclaircir ce mystère … Mais l'important est bien qu'ils soient sains et saufs tous les deux, aussi sourit-elle faiblement à son amant inquiet. Du bout des doigts, elle inspecte cette bosse qui lui vrille le crâne, tout en se blottissant contre le Facétieux. Elle a besoin de sa force, de sa chaleur pour se remettre de ses émotions. Puis elle lève ses yeux dorés vers lui :

- Merci de m'avoir sortie de ce pétrin, trésor. J'enrage que nous n'ayons pas découvert le moindre indice sur ce que fichait ce bâtiment de Vanylle si près de notre capitale. Mais tu as raison,  nous sommes indemnes, c'est le principal … Ramène-nous au campement, s'il te plaît, je crois bien que j'ai besoin de boire quelque chose … de corsé … termine-t-elle avec un sourire plus franc, cette fois, revigorée par cette étreinte. Elle est aussi très pressée de poser le pied sur la terre ferme.

Sous la conduite de Promor, leur petite embarcation prend la direction de la berge. À plein régime, la proue du canot décolle et frappe les vagues à intervalles réguliers, dans une double gerbe d'écume. L'air se constelle de gouttelettes qui fouettent leurs visages, sortant la Milicienne de sa torpeur, comme toujours les grands espaces lui font un bien fou, la ressourçant bien mieux que n'importe quelle potion magique. Si bien qu'à leur arrivée sur la berge, elle a la force de quitter seule leur esquif et d'aider l'apprenti éclaireur à le hisser sur la rive boisée du Lac. Ce n'est qu'une bosse après tout, elle en a vu bien d'autres. En tirant le canot, elle songe à leur informateur :

- Pauvre Fefolet, il a bien vu des vaisseaux ce soir-là, mais la preuve vient de sombrer au fond du Lac. Je ne crois pas que ce soit bien déontologique, mais j'irai bien le rassurer sur sa santé mentale, sans trop lui en révéler. Qu'en penses-tu, chéri ? le consulte-t-elle en sortant de leurs sacs, deux gobelets et une bouteille de cette liqueur de Khélus, qu'ils ont rapportée de Korrul, et qui a le don de lui remettre les idées en ordre. Avant même de retirer sa combinaison, elle verse l'alcool ambré, et tend sa ration à Promor :

- Merci mon amour de m'avoir sortie de ce cercueil sous-marin tout rouillé. Elle lève son verre, et le vide d'un trait. Voilà ça va mieux ! Allons sous les arbres retirer nos combinaisons à l'abri des regards. Si nous pouvons voir les bateaux des pêcheurs, ils peuvent nous apercevoir aussi. Inutile d'attirer les curieux.
Posant son gobelet vide sur un rocher, Calyth récupère son uniforme et fait quelques pas vers les sous-bois. Sans hésitation, elle s'y déshabille, bataillant avec la combinaison humide qui épouse ses formes comme une seconde peau. La promiscuité des vestiaires de la Milice l'a obligée à abandonner toute pudeur, depuis longtemps. Et son amant connaît son corps sur le bout de ses doigts, d'ailleurs leurs regards complices se croisent à plusieurs reprises. Ceux de la brune s'attardent sur les muscles qui jouent sous la peau brune de son compagnon, lorsqu'elle pense qu'il ne la voit pas. Car même si ce n'est pas le moment, le désir est là, prêt à  s'embraser. Et la meilleure solution pour ne pas y céder est d'enfiler son uniforme le plus rapidement possible ! Enfin presque, mais bon, il leur reste une corvée à accomplir avant de s'octroyer quelques heures, voire quelques jours de repos, comme le suggérait Promor tout à l'heure.

- Bien, il nous reste à rédiger notre rapport sur cette épave, et à l'envoyer au Stratège Ac'trian, déclare-t-elle en retournant vers la tente. C'est étrange tout de même que nous n'ayons rien reçu en retour de notre dernier envoi. Elle est plutôt du genre à accuser réception d'un message. Je me demande si elle n'a pas été obligée de se rendre sur l'île blanche … lâche-t-elle en farfouillant dans les sacs pour en extraire de quoi écrire.
Spoiler:
 


Angélyne Montaigu, Hors la loi /Janalya Hermontrick, Maître armurier/ Ylaria Desnolancès, Cultivatrice

Kit par Thélou, merci !
avatar
Citoyen

On m'appelle Promor le Facétieux


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Vuulte
MON AGE : 25 ans
Masculin
MESSAGES : 711
AGE : 46
INSCRIT LE : 28/08/2011
PSEUDO HABITUEL : Yannick Saule, Raffaella Palder, Tibor Keiron, Janos Leawen
Joyaux : 0
Posté dans Re: Un serpent d'argent, le Fleuve de Vie : le lac Vama (2)   - Lun 8 Sep 2014 - 4:01



Enfin, la terre ferme. Enfin ils ont regagné le milieu naturel de ces étranges bipèdes qu'on appelle « les hommes ». Et Promor n'est pas mécontent de plonger les orteils dans l'humus et les feuilles, car, sapristi, ce n'est pas demain la veille qu'il remontera dans un canot ou un quelconque rafiot ! L'élément liquide ne lui a jamais été très sympathique, et la présente épopée ne risque pas de les réconcilier, car elle a bien failli lui prendre sa superbe partenaire de cœur et d'aventures.

L'écume et le vent du lac ont toutefois rendu quelques couleurs à la belle, qui débarque sur la rive sans l'aide de son compagnon, et sans chanceler le moins du monde, comme le vaillant petit soldat qu'elle est déjà redevenue. Calyth s'en tire finalement à bon compte, seule une grosse bosse marque son front joliment halé par leurs diverses pérégrinations, mais, vous vous en doutez, ce sont plutôt les courbes de la mignonne qui monopolisent les œillades laudatives du Facétieux lorsque nos deux moussaillons occasionnels se débarrassent de leur enveloppe de plongeurs pour réintégrer leur uniforme habituel. D'incandescentes perspectives s'éveillent d'ailleurs au fond des prunelles fuligineuses de l'ancien forban, mais sa comparse se montre résolument terre-à-terre et lui rappelle qu'ils ont un rapport à rédiger à l'intention du Stratège Ac'trian. Un rapport qui étonnera sans doute cette-dernière, du moins si les péripéties d'un apprenti-éclaireur surgi des confins de Korrul et de la pilote expérimentée qui lui sert d'exquise escorte représentent encore un quelconque intérêt à ses yeux, alors que c'est l’île Blanche qui accapare probablement toute l'énergie des troupes d'élite de Matroos. Ainsi que le sous-entend Calyth, avec raison, leur exploration des rivages et des méandres du Fleuve de Vie ne constitue plus une actualité brûlante, mais c'est là une étape qu'ils ne peuvent éviter puisqu'elle permettra – ou non – au Facétieux d'intégrer réellement la Milice.

L'avantage de cette situation, de cette relégation au second plan – ou plus loin encore – dans la liste des priorités les plus vraisemblables, c'est qu'ils vont pouvoir temporiser, souffler un brin, passer quelques jours au bord du lac, comme un couple qui profite de ses vacances. Mais avant ça, le rapport. Une dernière corvée à régler en vitesse. Ensuite, peut-être, une ultime visite à ce bon vieux poivrot de Fefolet, pour lui faire part de leurs découvertes et pour le rassurer : non, il n'avait pas la berlue lorsqu'il a repéré les vaisseaux venant de Vanylle. Mais il n'en saura pas davantage. Personne ne saura ce qu'il s'est réellement passé une nuit, au-dessus des eaux sombres.

Tandis que Calyth va chercher de quoi rédiger le compte-rendu destiné au Stratège Ac'trian à l'intérieur des sacs abandonnés dans la tente, Promor s'assied le plus confortablement possible, au centre d'un large rocher presque plat, le dos ancré à l'un des nombreux bosquets entourant le lac, et continue à siroter lentement son verre de liqueur.
- Ramène aussi un émeicas, ma chérie ! On ne va pas écrire un roman, ça devrait aller vite ! On ne va pas y passer des heures ! Et ramène aussi de quoi soigner ton joli minois ! ... ajoute t-il en souriant, car, manifestement, il préférera s'occuper de la vilaine bosse qui orne le front de sa compagne que d'accoucher d'un rapport interminable.

Lorsque sa pilote préférée le rejoint, les bras chargés des multiples accessoires indispensables, le Facétieux l'agrippe par la taille et l'installe tout contre lui.
- Tu veux bien écrire, mon cœur, pendant que je regarde à ta blessure ? Tu sais bien, l'écriture et moi ça fait deux. Par contre je vais te donner des idées, vu que tu as été rudement secouée dans l'épave. Ainsi tu ne pourras pas dire que je te laisse tout le sale boulot ...

Promor esquisse un sourire charmeur et plutôt suggestif, entourant joyeusement les hanches de Calyth d'une étreinte beaucoup plus étroite que nécessaire, une étreinte à la fois tendre et déterminée qui confirmera, mieux que des mots, à quel point il a eu peur de la perdre. Puis il poursuit :
- Alors j'pense que le voyage entre le mont Centil et le lac n'offre pas énormément d'intérêt. Nous ne nous sommes pas écartés du fleuve, et nous n'avons rien repéré de particulier. Nous nous limiterons à une simple cartographie, afin de respecter les instructions, mais nous insisterons plutôt sur la découverte de ce vaisseau pirate, la fouille que nous y avons opérée, et sa disparition dans les profondeurs insondables du lac. Et tu précises que nous avons pris pas mal de risques en espérant trouver des renseignements importants au sujet de la navigation au-dessus des montagnes ceinturant Vanylle. Ça montrera notre investissement et ça te vaudra sûrement une belle promotion. Bon, tu notes tout ça, ma chérie ? Et tu penses à ajouter quelques détails pendant que j'examine ton ecchymose ?

Il a pris entre les doigts le visage de sa compagne, embrasse doucement ses lèvres, puis étudie attentivement sa blessure. Il sourit à nouveau.
- Pas d'inquiétude, je ne devrai pas t'ouvrir le crâne pour voir si tout est en place à l'intérieur. Je vais juste te mettre de la pommade. Celle-ci ... précise t-il en s'emparant d'un tube déjà entamé et en appliquant sur l'hématome de la pilote une bonne couche de l'onguent thérapeutique.
- Ça va passer par toutes les couleurs de l'arc-en-ciel, mais dans quelques jours on ne distinguera plus rien, et tu seras encore plus belle qu'avant. Allez, pose ta nuque sur mon épaule et écris, pendant que je vérifie sous ton uniforme si tu n'as pas d'autre blessure à soigner de toute urgence ... .

Et ses mains se mettent à fureter sous la tenue sombre de sa milicienne préférée, épousant ses formes fermes et pulpeuses, tandis que son visage tout entier semble s'illuminer de plaisir. Ils ont frôlé la mort deux fois, depuis le début de leur odyssée, et cette pause est la bienvenue. Ils en ont vraiment besoin, ainsi que d'humour et de tendresse, de complicité et de rires.




Sign par Thélou, merci !

On m'appelle Contenu sponsorisé

Posté dans Re: Un serpent d'argent, le Fleuve de Vie : le lac Vama (2)   -

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum