AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
» Communication externe
par Loth de la Vision Mar 21 Juin 2016 - 15:06

» Réversa [ TOP ]
par Invité Ven 27 Mai 2016 - 8:21

» Le monde de Dùralas
par Invité Jeu 26 Mai 2016 - 7:00

» Anthalia
par Invité Dim 22 Mai 2016 - 15:17

» Marbrume, La Cité des Damnés
par Invité Lun 16 Mai 2016 - 15:07

» Questionnaire pour soutenir infinite RPG !
par Invité Sam 14 Mai 2016 - 17:33

» Escalus
par Invité Jeu 12 Mai 2016 - 9:02

» Mass Effect : Reborn
par Invité Mar 10 Mai 2016 - 15:00

» Forum en pause
par Asàf Lysereän Mar 10 Mai 2016 - 13:47


[RPI] La vie est un long fleuve tranquille ~

avatar
Marchand

On m'appelle Esheban Ondeluire


Infos Personnage
RANG: Chef de la famille Ondeluire - Admin
VILLE & APPARTENANCE : Errande
MON AGE : 32 ans
Féminin
MESSAGES : 290
AGE : 23
INSCRIT LE : 27/01/2013
PSEUDO HABITUEL : Harrods
Joyaux : 949
http://www.ile-joyaux.com/t1329-esheban-ondeluire
Posté dans [RPI] La vie est un long fleuve tranquille ~   - Mar 25 Juin 2013 - 13:29

« La routine. On s'enlise dedans, on s'y ennuie, on s'en languit. Jusqu'à ce que nos yeux ne voient plus que ce qu'ils ont l'habitude de voir. Mais la routine, lorsqu'elle se brise, emporte avec elle toutes les certitudes et ébranle la fragile paix. »


Comme tous les matins depuis qu'il était devenu le Chef de la famille Ondeluire, Esheban se leva en même temps que le soleil. Ses domestiques déjà au garde-à-vous, lui préparèrent bain chaud, vêtements et petit-déjeuner. Il expédia rapidement tout ceci et comme tous les matins, se rendit dans la petite chapelle du manoir Ondeluire. Priant pour son père malade pendant quelques minutes, il se rendit ensuite dans le hall d'entrée et sortit dehors. Comme tous les matins, il se rendit aux carrières familiales dans la Chaîne d'Armory à quelques pas de là. Escorté par son domestique, il resta silencieux durant tout le trajet, comme d'habitude. En arrivant aux carrières, il vérifia rapidement que tous les hommes de main étaient arrivés et se rendit sous la tente réservée aux maîtres d'oeuvres. Ces ouvriers spécialisés en extraction de Coeur d'Armory étaient peu nombreux, seulement cinq, mais Esheban leur vouait une confiance absolue. Ils virent ensembles le plan d'extraction du jour et lorsque tout fut prêt, le Chef de famille ressortit.

Les travailleurs étaient déjà tous sur le pied de guerre et Esheban les salua respectueusement en passant près d'eux. Serpentant à travers les groupes de travail, il grimpa sur les échafaudages, son regard sérieux et concentré ondulant sur les pans de roches encore intacts, ou d'autres déjà extraits et attendant d'être descendus sur la terre ferme. Continuant sa visite de vérification, la voix du maître de chantier déclarant la mise au travail résonna derrière lui. Le brouhaha des voix et des chocs des outils contre la pierre ne furent bientôt qu'un écho. Ici, aucun travailleurs n'avait été désigné pour aujourd'hui. Le calme régnait donc sur cette partie de la carrière et Esheban pu explorer tranquillement cette portion. Se hissant dans un renfoncement d'où avait été extrait de la roche précédemment, il s'enfonça dans ce qui ressemblait à une petite caverne suite au travail de ses hommes. S'approchant d'une paroi, il caressa doucement la pierre lisse et brillante. Les Coeurs d'Armory étaient d'une qualité inestimable et Esheban esquissa un petit sourire en pensant au chiffre d'affaire qu'il pourrait gagner en vendant ces blocs. Il reprit son chemin, la lumière du soleil n'atteignant presque plus l'endroit où il se trouvait. Son pied tapa dans un petit caillou, vestige de l'extraction, et roula jusqu’au fond de la caverne. L'écho se trouva bien plus long que nécessaire et le Chef de Famille s'arrêta net, tendant l'oreille. Le caillou semblait rouler encore, tandis que le son se faisait de plus en plus feutré, avant de finir en un petit bruit de choc, signe que la petite pierre avait rencontré le sol. Haussant les sourcils, l'homme s'avança et plissa les yeux. Sortant la lampe à Ithilium de sa poche, il l'alluma et la brandit vers le fond. Il ne vit que la paroi brillante. Se baissant, il attrapa un nouveau caillou et le lança à raz le sol. De nouveau, l'écho s'étira et le même petit choc retentit à la fin. S'approchant encore, Esheban se retrouva bientôt nez-à-nez contre la pierre, cherchant d'où pouvait provenir cette étrangeté. A genoux, il fureta le long de la paroi avant de sentir le sol s'incliner sous ses doigts. Suivant le mouvement de la pente, il découvrit bientôt une ouverture dans le coin inférieur gauche du mur de pierre. Elle était cachée par une excroissance de roche se trouvant juste devant. Ouvrant de grands yeux de surprise, Esheban sentit son cœur s'accélérer. Qu'était-ce donc que cette ouverture ? Approchant sa lampe du trou, il ne vit que le noir. Alors, inspirant à fond, il se glissa dans l'étrange ouverture, les jambes en premières.

L'autre côté était aussi pentue, et Esheban se sentit glisser le long de la paroi jusqu'à toucher le sol. Éclairant à ses pieds, il y découvrit les deux cailloux qu'il avait entendu rouler sans s'arrêter. La curiosité et l'anxiété lui serrèrent l'estomac alors qu'il hésitait à avancer. Levant sa lampe au-dessus de la tête, il laissa ses yeux parcourir la pénombres et les quelques ombres qu'il parvenait à apercevoir. En tournant la tête sur la droite, il lui sembla reconnaître un battant en bois. Il s'approcha, ses pas résonnant dans ce qui semblait être une immense caverne, et découvrit bientôt une immense porte. Ses yeux s'agrandirent et faisant virevolter sa lampe sur l'imposant battant, il du se reculer pour pouvoir la voir dans son ensemble. Il se sentait minuscule face à elle et la jaugea d'au moins une cinquantaine de mètres de hauteur. Ses lèvres échappèrent un soupir de stupéfaction et fut d'autant plus surpris que la poignet se trouvait à mi-hauteur de la porte. Soit, impossible à atteindre du sol, à moins d'être un géant de 25m.

Le cœur battant la chamade, Esheban leva la tête vers le plafond. Qu'il n'arriva même pas à distinguer correctement. La lumière de sa lampe ne semblait pas assez puissante pour atteindre une telle hauteur, qui dépassait celle de la porte déjà gigantesque. Reculant, les yeux toujours fixés sur la voûte quasi-invisible, il percuta quelque chose de dur dans son dos. Grimaçant, il fit volte-face et se retrouva nez-à-nez avec une large colonne sculptée. Au même moment, des nervures d'un bleu turquoise apparurent dans la pierre et grimpèrent jusqu'au plafond. Un peu partout dans la pièce, le même événement se produisit jusqu'à éclairer entièrement l'endroit. Le fluide bleu ressemblait étrangement à de l'ithilium mais s'était allumé comme par magie lorsqu'il avait touché la roche. Le cœur d'Esheban rata un battement et il recula de quelques pas, frissonnant de surprise et de peur. De même que la porte et le plafond, la colonne était immense et montait jusqu'à la voûte, qu'il voyait clairement maintenant, pour la soutenir. En regardant autour de lui, Esheban en découvrit cinq autres, soit six en tout, alignées par trois et formant une allée centrale entres elles.

« Mais qu'est-ce que c'est que cet endroit... » Souffla-t-il pour lui-même, ses certitudes bouleversées par ce qu'il venait de découvrir.

En continuant à parcourir l'immense pièce, il arriva à l'autre bout, et y découvrit ce qui semblait être un immense trône taillé à même le Coeur d'Armory, tout comme le reste de l'endroit. En détaillant les parois, les murs, le trône et même les colonnes, il y découvrit de nombreux ornements sculptés, représentant des scènes de vie et des symboles inconnus. Comme si un peuple ancien avait vécu ici un jour. Un peuple ancien, mais avancé comme pouvait en témoigner la finesse et les détails des ornements, ainsi que l'intelligence dont il avait fallu faire preuve pour creuser cette salle, monter cette porte. Des vestiges de peinture ornaient encore les murs par endroits et Esheban finit par découvrir une nouvelle porte, de la même taille que la première, sur le mur gauche. Entrouverte, il se faufila dans le passage en retenant sa respiration pour se faire le plus fin possible et se retint de peu au battant lorsqu'il sentit ses pieds glisser dans le vide. Baissant les yeux, il découvrit un escalier de quelques marches. Quatre au total, mais si grandes que le Chef de famille se demanda comment il allait faire pour pouvoir les remonter s'il lui prenait l'envie de descendre. En regardant en contrebas et le plus loin possible, il aperçu un long couloir s'étendant sur des centaines de mètres, ainsi que des portes de chaque côté du corridor. La curiosité le poussait à aller voir tout c e qu'il se cachait là-bas. Mais grimaçant, il réfléchit rapidement et finit par faire demi-tour. Il n'avait rien sur lui en cas de danger, ni même de quoi se ravitailler si jamais il devait se retrouver bloquer ici.

Retournant dans ce qui semblait être la salle principale de ce lieu étrange, Esheban y jeta un dernier regard et finit par se mettre à rire. Ce qu'il venait de découvrir ne faisait effet que maintenant, et il se rendait enfin compte de la portée de son exploration. Cet endroit était la preuve que quelque chose, quelqu'un d'autre avait vécu ici avant eux. Un autre peuple. Il cessa subitement de rire et réfléchit. Il ne fallait pas en parler. Absolument pas, et garder ça pour lui. Il reviendrait demain pour essayer d'en découvrir un peu plus. Oui, voilà ce qu'il ferait. Découvrir ce lieu dans son intégralité et tenter de comprendre qui était là avant.

Le sourire aux lèvres, il se dirigea vers la petite pente empruntée pour descendre et la remonta, non sans difficultés. Se hissant de l'autre côté de la petite ouverture, il s'épousseta les vêtements et se dirigea vers le camps d'extraction. Hélant un des maîtres d'ouvrage, il lui expliqua que les extractions étaient formellement interdites du côté ouest de la carrière car il y avait décelé une instabilité qui risquait de s'effondrer, et lui demanda de faire passer le mot. Une fois assuré que son homme le ferait bien, il se hâta de rentrer au manoir pour mettre par écrit tout ce qu'il venait de découvrir.

Sa routine avait eu du bon, chamboulant toutes ses certitudes et ses connaissances ; mais lui donnant une nouvelle et véritable raison d'aimer son statut et de vivre.
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum