AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
» Communication externe
par Loth de la Vision Mar 21 Juin 2016 - 15:06

» Réversa [ TOP ]
par Invité Ven 27 Mai 2016 - 8:21

» Le monde de Dùralas
par Invité Jeu 26 Mai 2016 - 7:00

» Anthalia
par Invité Dim 22 Mai 2016 - 15:17

» Marbrume, La Cité des Damnés
par Invité Lun 16 Mai 2016 - 15:07

» Questionnaire pour soutenir infinite RPG !
par Invité Sam 14 Mai 2016 - 17:33

» Escalus
par Invité Jeu 12 Mai 2016 - 9:02

» Mass Effect : Reborn
par Invité Mar 10 Mai 2016 - 15:00

» Forum en pause
par Asàf Lysereän Mar 10 Mai 2016 - 13:47


« Ce qui ressemble au hasard parfois est un rendez-vous »

Invité

On m'appelle Invité

Posté dans « Ce qui ressemble au hasard parfois est un rendez-vous »   - Mer 26 Juin 2013 - 10:38

Avertissement : La lecture de ce RP peut nuire à votre boite de mouchoir et engendrer une déshydratation lacrymale dont nous assumons complètement la responsabilité.



Cela devait être une journée comme les autres pour Thélador, à la différence près qu'aujourd'hui, une sortie lui était autorisée : premièrement car il lui était devenu urgent de revoir la coupe de plusieurs de ses vêtements en vu de la nouvelle musculature qu'il avait acquis grâce à son entrainement, et deuxièment parce qu'on lui avait demandé de faire une livraison en ville.

C'était un jour de marché, et les odeurs alléchantes qui filaient de quelques stades de grillades eurent vite fait d'attirer le jeune veilleur dans les sillons encombrés par les acheteurs.

C'était stupide, songea-t-il. Sa bourse était vide … Il ne pouvait rien s'acheter. Pourtant, il prit le temps de traîner. Il n'aurait sûrement pas d'autres quartiers libres semblables avant un certain temps, autant en profiter-même le ventre vide-

Son regard courrait sur les étales. Il connaissait beaucoup des commerçants ici présent car il fut un temps où il accompagnait Lalah les jours de marché. Il se souvenait alors comment, trottinant dans son sillage, il se retrouvait rapidement encombré de tous ses achats. Docile qu'il était à l'époque, il ne se plaignait pas de servir ainsi de porteur. Ce n'était pas un besogne des plus agréables, mais celui lui avait permis d'être avec Elle...Sa main s'égara sur un tissu pour en tâter la qualité, comme il l'aurait fait à l'époque, puis, avant que le vendeur ne commence à lui déblatérer son texte, il soupira et tourna les talons.

Il était à présent décidé à rentrer. Traîner ici ne lui apporterait rien de plus qu'une nostalgie amère  que n'aurait rien de bon pour sa concentration futur. C'est alors qu'il la vit. Son corps entier se figea, comme foudroyé sur place. Rêvait-il ? Avait-il, à force de pensé à elle, imaginé son profil sur le visage d'une autre ? Il fit un pas en avant, se glissa entre deux hommes penchés sur une étale de fruit, la cherchant du regard, et enfin il la retrouva. Il ne s'était pas trompé: c'était bien elle, en pleine discussion avec un vendeur de viande.

La vision était d'une simplicité telle qu'il s'en retrouva le souffle coupé. Presque ému.  

-Lalah … Murmura-t-il pour lui. Il était loin... Elle ne pouvait en rien l'entendre... Et pourtant, la voilà qui se détourne de son étale, et que son regard, sans la moindre hésitation, pivote dans sa direction. Leurs regards se croisent et L'or rencontre l'azur, pour que de nouveau ils se fondent l'un dans l'autre. La surprise si lit immédiatement sur le visage de la belle. Ses lèvres forment un « o » muet, et lui, lui sourit presque tendrement...
avatar
Cultivateur

On m'appelle Lalah Desnolancès


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : (ex : Muertiga - Les Gargans
MON AGE : 18 ans
Féminin
MESSAGES : 414
AGE : 26
INSCRIT LE : 06/02/2012
PSEUDO HABITUEL : Saya / wasp
Joyaux : 23
http://www.ile-joyaux.com/t537-vestiges-d-une-vie-ennuyante-lalah-desnolances http://www.ile-joyaux.com/t536-famille-cultivatrice-desnolances#12862
Posté dans Re: « Ce qui ressemble au hasard parfois est un rendez-vous »   - Mer 26 Juin 2013 - 10:57

La douce fraîcheur du matin été propice aux longues balades depuis toujours. Pour les matrosciens, il ne faisait nul doute que le matin comme l'après midi, la chaleur était étouffante. Mais pour les habitants du désert, le matin était tout simplement une bénédiction. On croisait donc au marché une multitudes de gens, chacun affairé à ses propres affaires. Dans le lot, Lalah et deux de ses servantes, se promenaient le long des échoppes. S'arrêtant tantôt à l'une, tantôt à l'autre, les bras chargés de tissus, de mets ou encore de produits de beautés.

Lalah essuya une goutte de sueurs qui se glissait lentement le long de sa gorge. Elle portait une robe en soie légère rosée avec une petite ombrelle en dentelle qu'elle tenait de la main droite. La jeune femme promena son regard sur les stands autour d'elle. Un pincement au coeur lui fit monter un petit sourire. Elle aimait Penjoie depuis toujours. Elle se rappelait, quand petite, elle courrait à travers le marché et que son père, pas très loin l'appelait et lui ordonnait de rester calme. Cette époque lui parut si lointaine. Elle n'était qu'une petite fille innocente qui profitait de la vie. Désormais, elle serait bientôt une épouse qui devrait hériter des titres familiaux et fonder sa propre descendance. Elle n'avait pas encore vue son fiancé. On lui avait dit que c'était un très bel homme cependant, plutôt timide mais d'une bonté sans faille. Elle aurait pu plus mal tomber ou au contraire bien mieux. Mais son coeur s'était durci voilà des mois désormais. Rien ne pourrait plus la fragiliser.

Etait-ce peut-être le destin, ou tout simplement le hasard. Mais en songeant deux minutes avant à son amour perdu, elle sentit plus qu'elle ne vit un regard sur son cou. Brusquement, la jeune cultivatrice leva les yeux et son regard croisa celui de Thélador.

Ils restèrent tout deux sans bouger à se fixer. Il était là, à quelques échoppes d'elle. Lui qu'elle avait tant souhaité revoir par hasard était enfin là. La bouche pâteuse et la gorge sèche, Lalah s'autorisa à faire le premier pas. Elle s'avança vers lui, tandis que les servantes ne savaient si elles devaient attendre ou non. Un signe discret de la main de Lalah leurs apprirent qu'elles devaient continuer sans elle.

Lalah s'avançait vers le beau sourire de son frère. Elle ne put empêcher de sourire elle même, et ses joues rosir un peu. Les yeux humides, émues, elle arriva en face de lui et dit simplement :

" Bonjour, Thélador ".

En d'autre circonstance, elle l'aurait enlacé, comme une soeur et frère pouvait le faire sans sous entendu. Hélas, ils savaient, l'un comme l'autre, que ce genre d'action n'était désormais plus possible entre eux.


 


Kit par Thélador ♥
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: « Ce qui ressemble au hasard parfois est un rendez-vous »   - Mer 26 Juin 2013 - 12:51

Elle l'avait vu. Pendant un instant il cru qu'elle n'en ferait pas plus qu'un signe de la main en sa direction avant de retourner à ses occupations... Mais non,  la voilà qui congédie ses servantes et s'approche de lui d'une démarche gracieuse qui avait toujours éveillé un ardent désir chez le Matroscien. Il sent son coeur bondir dans sa poitrine ; Elle lui a tellement manqué ! Et la voilà, maintenant, à porter de bras, plus belle que jamais. Il inspire doucement, cherchant a tempérer sa passion qui dejà se réveille... Il songe alors : Sa dernière lettre... Elle n'a pas eu de réponse. Lalah l'a-t-elle seulement lu ? Ou était-elle tombée entre d'autres mains ?
Maudite lettre ! Il l'avait envoyé sur un coup de tête, et avait regretté à peine une heure passée le geste fait... Mais le pire fut l'absence totale de réponse ...Des semaines durant, et ses plus intimes sentiments couchés sur papier n'avaient reçu aucune réponse. Peut être, avait-il fini par se dire, que cela était mieux ainsi. Pourtant, malgré tout, une partie de lui s'en été sentie blessée.

Lalah arriva enfin à sa hauteur et Thélador sentit cette fois son estomac se contracter. Elle le salua, gardant ses distances. Il fut un temps où elle lui aurait sauté au cou, songea-t-il tristement. Un temps ancien à présent. Un temps d'enfantillage … Et aujourd'hui, ils étaient de adultes.

-Bonjour Lalah. Répondit-il avec réserve. Tu es magnifique. Ajouta-t-il en souriant, ne pouvant retenir ce compliment plus longtemps. Bientôt une jolie rougeur s’éprendrait sur les joues de la jeune femme, et c'était le but recherché.

-On m'avait confié une commission à faire … j'étais sur le chemin du retour. Expliqua-t-il, avec une décontraction qu'il était loin de ressentir.

-Il me reste un peu de temps, tu veux … Tu veux qu'on marche un peu ?

Demande-t-il alors avec l'ombre d'un sourire. Pourtant, intérieurement il brûle... Il désir si ardemment lui prendre la main ! Sentir sa peau dont il rêve trop souvent … Goûter une nouvelles fois à ses lèvres ... Une toute dernière fois. Ho oui... Juste une dernière fois.  

Contenant ses désirs, il hausse un sourcil interrogateur et demande, anxieux qu'elle ne s'échappe encore une fois trop vite :  

-Alors, qu'en dis tu ?
avatar
Cultivateur

On m'appelle Lalah Desnolancès


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : (ex : Muertiga - Les Gargans
MON AGE : 18 ans
Féminin
MESSAGES : 414
AGE : 26
INSCRIT LE : 06/02/2012
PSEUDO HABITUEL : Saya / wasp
Joyaux : 23
http://www.ile-joyaux.com/t537-vestiges-d-une-vie-ennuyante-lalah-desnolances http://www.ile-joyaux.com/t536-famille-cultivatrice-desnolances#12862
Posté dans Re: « Ce qui ressemble au hasard parfois est un rendez-vous »   - Mer 26 Juin 2013 - 13:20

D'habitude, c'était Lalah qui parlait sans cesse. Mais bizarrement, sa bouche toujours sèche ne laissait aucun son sortir, elle écoutait donc Thélador et rougit à son compliment. En tant que belle jeune femme, elle avait l'habitude des compliments mais lorsqu'ils provenaient du matroscien elle ne pouvait s'empêcher de frissonner. Déglutissant douloureusement, elle esquiva un sourire plus confiant et repris la possession de son corps.

"Je.. j'étais justement en train de faire quelques courses pour la maison aussi. " Se contenta t-elle d'expliquer. Puis, il lui demanda de marcher un peu et elle n'en fut que plus heureuse. Transvasant son ombrelle du coté gauche de son épaule, elle se mit à la hauteur de Thélador et fit un signe positif de la tête.
Ils marchèrent tranquillement, sans ce presser au milieu de la foule puis Lalah brisa le silence.

"Alors, comment se passe ton entrainement un peu ? Tu nous manque à tous, le domaine est bien trop calme ces temps ci."

Un poids contre son coeur se faisait ressentir de plus en plus. Elle avait quelque chose à lui annoncer. Certes, il recevrait une carte comme tout le monde, mais elle préférait lui annoncer elle même. La jeune femme avait peur de sa réaction et pire, de laisser paraître ce qu'elle même pensait. Alors, elle décida de faire trainer un peu la conversation. Voilà des mois qu'ils ne s'étaient pas vue, ils pouvaient donc bien parler un peu entre eux avant de partir sur les mauvaises nouvelles.

Tandis qu'il parlait, ils passèrent devant une échoppe à l'ombre et tout en l'écoutant, Lalah s'arrêta et acheta deux beaux fruits juteux. Elle en donna un à Thélador et croqua dans le sien. Rien de mieux pour se désaltérer !


 


Kit par Thélador ♥
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: « Ce qui ressemble au hasard parfois est un rendez-vous »   - Jeu 27 Juin 2013 - 8:38

Il la connaissait trop bien pour ne pas remarquer son étrange timidité... Peut être craignait-elle qu'il ne se montre trop entreprenant à son égard au milieu de cette foule ? Si elle avait lu sa dernière lettre, elle était bien en droit de se montrer méfiante..
Il ne pouvait lui en vouloir, ainsi resta-t-il soigneusement derrière la limite officieuse qui les séparait depuis leur dernière rencontre, et ne tenta pas le moindre geste déplacé. A vrai dire, même lorsqu'elle lui tendit le fruit il s'assura que leurs mains n'entrent pas en contacte.  
Se contenir, voilà une chose que son apprentissage lui avait appris. Ho évidemment, Thélador n'avait jamais été très démonstratif, mais jusqu'à présent il avait refoulé la plupart de ses sentiments.
Ce n'était que récemment qu'il avait compris le danger qu'une telle attitude lui faisait encourir : En écartant ses sentiments,  en les ignorant, il finissait par les oublier. Et là, ils pouvaient resurgir, brusquement, sans qu'il ne puise les retenir. Comme quand il avait blessé Azeor, comme quand il avait embrassé Lalah, et plus proche, encore, comme quand il succomber à la chair de Nora.

Non … Si il voulait savoir se maîtriser, vraiment, il ne devait pas ignorer ce que les événements éveillaient en lui. Au contraire, il lui fallait regarder les choses en face, et agir en conséquence.
Lalah se trouvait là, à côté de lui et il l'aimait plus que tout, mais ne pourrait jamais l'épouser. Toutes illusions ou espoirs allant dans ce sens le blesseraient. Il lui fallait donc museler la passion, et la laisser se mourir petit à petit.

Ainsi devait-il s’interdire tout élan de tendresse à son encontre, et repousser les siennes si elle tentait d'en avoir à son égard. Voilà la ligne de conduite qu'il devait s'imposer.    

Le calme l'envahi enfin et il pu lui répondre avec détachement :

-Ca se passe bien. J'ai appris beaucoup de chose. Sur moi, sur les autres, sur comment se défendre, et comment attaquer. A vrai dire, j'ai de quoi surprendre sérieusement Azeor la prochaine fois qu'il voudra m'envoyer son poing dans la figure !

Ajouta-t-il non sans une certaine fierté.

-Nos journées sont éprouvantes. Les miennes parfois plus que les autres... Je me suis engagé tard, et mon origine est un bon prétexte dissimulé pour que certains de nos formateurs double mon temps de corvée.  Mais je n'ai pas à me plaindre. Les leçons que l'officier Vara'da me donnent, en valent la peine. J'aurai bientôt de quoi faire vraiment mes preuves sur le terrain, et les chose s'arrangeront d'elles même à ce moment là.

Expliqua-t-il en mordant dans le fruit qu'elle lui tendait. Il songea alors à lui évoquer la venue de Delian. Lui raconter la joie qu'il avait ressenti en retrouvant son ami d'enfance … Mais il n'en fit rien. Ce souvenir là, il décida de la garder pour lui. Précieusement, pour ne pas oublier qu'un moment de bonheur pouvait toujour survenir au moment le moins opportin. Ainsi mena-t-il la conversation sur une autre de ses préoccupations :    

-D'ailleurs … J'aimerai de te demander d'envoyer quelqu'un chercher Modow. Je l'ai pris, mais je n'ai pas assez le temps de m'en occuper. Et si la ménagerie mise à notre disposition est grande, cela me culpabilise de savoir que je ne peux pas le sortir autant qu'avant. Il serait bien mieux au domaine, mais je n'ai pas le temps de faire l’allée et retour. Pourra-tu demander à quelqu'un de s'en charger ?

Demanda-t-il.
En vérité, ce qui le poussait à rendre son Draoma aux Desnolancès était plutôt lié à la qualité de l'animal... Modow lui avait été offert pour ses 15 ans, et son pedigree était excellent. Cela sautait aux yeux, même pour les plus novices, et Thélador ne voulait plus à avoir à expliquer d'où il tenait son animal. Il ne voulait plus que l'influence des Desnolancès entre en jeu dans l'estime que les autres pouvaient lui porter. Maintenant qu'il avait sa vie en main, qu'il pouvait se construire un avenir, il voulait le faire à la force de sa volonté. Il ne voulait plus se sentir redevable envers eux. Il devait redevenir l'homme qu'il aurait dû être. Il devait redevenir Thélador Gotruscos. Renouer avec lui même, et cesser d'essayer de correspondre à un idéal autre que le sien.
avatar
Cultivateur

On m'appelle Lalah Desnolancès


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : (ex : Muertiga - Les Gargans
MON AGE : 18 ans
Féminin
MESSAGES : 414
AGE : 26
INSCRIT LE : 06/02/2012
PSEUDO HABITUEL : Saya / wasp
Joyaux : 23
http://www.ile-joyaux.com/t537-vestiges-d-une-vie-ennuyante-lalah-desnolances http://www.ile-joyaux.com/t536-famille-cultivatrice-desnolances#12862
Posté dans Re: « Ce qui ressemble au hasard parfois est un rendez-vous »   - Jeu 27 Juin 2013 - 8:48

La délicatesse avec laquelle il prit le fruit ne laissait aucun doute. Il avait consciemment fait bien attention de ne surtout pas toucher sa peau. Piquée au vif et quelque peu vexée, Lalah essaya tant bien que mal de ne rien laisser paraitre.

Elle écoutait son ainé parler d'un ton détaché. Qu'il était étrange de se retrouver côte à cote de nouveau. Il y a quelques temps, elle aurait donné tout ce qu'elle avait pour pouvoir l'apercevoir une nouvelle fois. A sa plus grande honte, elle avait rêvé secrètement qu'il viendrait la voir, lui demanderait de s'enfuir avec lui, et tout deux, ils auraient pu vivre une passion sincère et infinie. Depuis le temps, Lalah avait apprit à accepter ses sentiments, et c'est avec déchirement qu'elle pensait désormais à lui. L'épisode du baiser l'avait torturé des nuits, alors que seule dans son lit, elle pleurait à chaudes larmes ce frère et cet amant perdu. Elle n'avait pu s'ouvrir à personne de crainte d'attirer la honte sur elle. Même lorsque son cousin Azeor lui avait avoué avoir rencontré une femme du peuple, elle n'avait pu se résoudre à lui dire " Azeor, je te comprends. Vis ton amour comme je voudrais vivre le mien". Mais non, elle l'avait réprimandé en lui disant qu'il n'était pas raisonnable. Ses paroles avaient été cruelles et dures mais essentielles, autant pour lui que pour elle. Malgré elle, Lalah ne pourrait supporter de voir son cousin vivre une aventure heureuse alors que cela lui était interdit. Cette facette de sa personnalité lui était apparut que récemment et la dégoutait. Envier le bonheur d'autrui était bien un défaut qui ne faisait pas partie de la jeune femme. Du moins, avant tout cela.

Les paroles de Thélador l'a tirèrent de sa songerie et à mesure qu'il parlait, elle esquissa quelques sourires qui se voulaient enjoués, mais restaient indubitablement creux.

" Je suis contente que cette formation te plaise Thélador. Si tu as trouvé ta voie, c'est parfait. Et ne t'inquiète pas pour Modow, je m'occuperai de lui. Mais il faut que tu saches. Kanai est mort il y a quelques semaines. Je n'étais pas là, j'étais à Matroos avec Azeor. Quand nous sommes partis, l'exploitation allait mieux malgré la fièvre qui a surprit le troupeau. Mais Kanaï.... enfin bref, nous avons perdu beaucoup de draomas. Tout est stable désormais, et je m'occuperai de Modow autant que s'il s'agissait de mon Kanaï. "

Modow... un simple draoma mais qui lui rappellerait la présence de Thélador. Elle se sentait heureuse de pouvoir s'en occuper.

Mais pour l'instant, elle se sentait encore un peu stressée par l'annonce qu'elle devait faire à Thélador. Elle ne savait pas du tout quelle serait sa réaction. Une part d'elle espérait qu'il s'indignerait et refuserait son mariage. Mais une autre souhaitait profondément qu'il n'en fasse rien et se contente d'être heureuse pour elle. Après tout, de son coté, peut-être avait-il rencontré une femme. Elle le trouvait un peu changé mais n'aurait su dire en quoi. Il paraissait plus..homme, plus confiant, et sûr de lui. Mais c'était sans nul doute le résultat de sa formation.


 


Kit par Thélador ♥
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: « Ce qui ressemble au hasard parfois est un rendez-vous »   - Jeu 27 Juin 2013 - 8:56

« Kanai est mort il y a quelques semaines »
A ces mots Thélador manqua de s'étrangler avec son fruit. Il laissa Lalah achever sa phrase, son esprit buttant légèrement sur le fait qu'elle se soit déjà rendu à Matroos, et qu'il n'en avait rien su. Évidemment, il se souvenait qu'elle lui avait parlé, mais elle n'avait rien dit de la date... Cela expliquait parfaitement ce long silence épistolaire … Mais il y réfléchirait plus tard.


-Ho Lalah, je suis vraiment navré... Murmura-t-il sincèrement touché par la nouvelle. Évidemment, l'animal en lui même ne lui manquerait pas vraiment, mais il avait été un partie importante de la vie de Lalah, son premier Draoma à elle seule. Elle l'avait élevé, et aimé comme un véritable ami. Sa disparition dans de telles conditions avait dû être un déchirement.
Il sentit sa nouvelle confiance en lui vaciller. Il aurait voulu lui apporter plus que de simples mots de réconfort... La serrer dans ses bras pour lui montrer qu'il comprenait, mais … Pourrait-il se retenir d'en faire plus ?
Un légère vague de remord le prit. Il n'avait pas été là pour elle. Il avait été absent, et il le serait encore pour d'autres épreuves qu'elle devrait traverser seule.
Jadis, ils avaient toujours vécu ces événements à deux, comme deux bottes d'une même paire. La perte d'un petit à la naissance, un animal malade qui mourrait prématurément, ou un animal qu'on était forcé abattre, tout cela n'avait rien de nouveau... A la différence près que bientôt cela ne le toucherait plus. Que bientôt ce ne serait plus son monde...

Elle, continuerait à perdre des bête dans les années à venir, quand à lui, il perdrait des camarades au combat.

En partant pour les Veilleurs, il avait déchiré leur existence commune en deux lambeaux distinct... Et jamais cette révélation ne fut aussi évidente
qu'à cet instant précis où il sentit son estomac se contracter : Il avait laissé Lalah seule.

«  Lalah a plus de volonté et de courage que tu n'en auras jamais. »

Ces mots il les avaient jeté au visage d'Azeor, lui reprochant d'être trop protecteur envers Lalah. Il les avait pensé, et formulé...

*Laisse la grandir. Elle n'a plus besoin d'être surprotégée. C'est une femme.*

Lui murmurait sa conscience.

*Lâche là. Elle n'a plus besoin de toi.*

Se sermonna-t-il avec autorité pour retenir ces bras qui menaçaient dangereusement de l’enlacer pour la retenir dans une étreinte protectrice, là où il ne laisserait rien l'attendre qui puise lui faire du mal. Il serra les mâchoires en détournant le regard. Redevenant temporairement le garçon incapable de trouver les mots qui sauraient réconforter une femme chagrinée.

-Sais tu au moins … D'où venait cette fièvre ? Pourquoi sont ils tombés malade ?

Finit-il par demander hésitant. Peut être n'avait-elle aucune envie d'en parler avec lui …
avatar
Cultivateur

On m'appelle Lalah Desnolancès


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : (ex : Muertiga - Les Gargans
MON AGE : 18 ans
Féminin
MESSAGES : 414
AGE : 26
INSCRIT LE : 06/02/2012
PSEUDO HABITUEL : Saya / wasp
Joyaux : 23
http://www.ile-joyaux.com/t537-vestiges-d-une-vie-ennuyante-lalah-desnolances http://www.ile-joyaux.com/t536-famille-cultivatrice-desnolances#12862
Posté dans Re: « Ce qui ressemble au hasard parfois est un rendez-vous »   - Jeu 27 Juin 2013 - 9:25

La voix compatissante et sincère de Thélador lui mit du baume au coeur. Il se rendait réellement compte du chagrin de Lalah.

« Une simple fièvre. Un des draomas a dû tomber malade et cela s’est propagé aux autres. L’inconvénient de mettre un tas de bêtes ensemble. J’ai dit à père qu’il serait bien d’agrandir l’enclos pour les prochaines années. Même si nous avons eus quelques pertes, je ne doute pas que l’élevage s’agrandira encore. »

Elle marqua une pause et ils avancèrent tous deux, côte à côte en silence. Un moment de gêne s’installa entre les deux. Eux qui avant, se parlaient pendant des heures, riaient ensemble…

Alors, la jeune femme rompit le silence et reprit la parole, l’air de rien.

« Oh, sinon nous n'avons guère de nouvelles de la famille. Aucun messages de Gwé ou de Khasa n'a été envoyé depuis bien longtemps... »

Elle coula un regard en biais vers Thélador pour étudier ses réactions. Il paraissait plutôt serein mais son visage restait crispé.

Lalah serra des dents et inspira profondément. Elle avait peur de lui annoncer son mariage. Cette grande nouvelle qui la chamboulait. Elle était à la fois pressée et à la fois anxieuse d’arriver à cette date. Mais, pour l’heure, ce qui l’angoissait le plus, était sans nul doute la réaction de Thélador.
Certes, elle pouvait lui cacher la vérité, et ne pas lui dire. Mais quoi qu’il advienne, il le saurait et comprendrait par la même occasion qu’elle lui avait mentit.

Lalah se trouvait donc dans une positon désagréable, ou dans les deux cas, elle serait obligé de faire du mal à Thélador.

La jeune femme se rendit compte qu’elle tenait sa respiration depuis quelques secondes. Elle souffla discrètement et se reconcentra sur son demi-frère. Elle sentit l’effort qu’il faisait pour ne pas la toucher tout en marchant assez près d’elle. Elle lui jeta un coup d’œil rapide, et observa de nouveau ses épaules plus carrés et sa taille plus robuste. L’air des Veilleurs Pourpres lui avait apparemment fait du bien. Il semblait plus sûr de lui, plus calme et moins en colère.


 


Kit par Thélador ♥
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: « Ce qui ressemble au hasard parfois est un rendez-vous »   - Jeu 27 Juin 2013 - 11:10

Il l'écoutait d'une oreille attentive, et approuva sa remarque d'un hochement de tête : oui, un plus grand enclos pourrait éviter ce genre de problème, elle n'avait pas tord. Il s’apprêtait à rajouter que diviser l'élevage en sous troupeau isolés les uns des autres pourrait aussi amoindrir le risque de contamination, mais il se ravisa. Ces problèmes là n'étaient plus les siens. C'était à Lalah de décider ce qu'elle voulait pour le troupeau. Après tout... C'était elle l'héritière. Lui n'était qu'une pièce rapportée.

Un long silence s'installa alors entre eux. Etrange comment après tant d'années partagées, de rires et de paroles échangées, on pouvait se retrouver incapables d'entretenir une conversation des plus anodine avec une personne jadis si complice...

Mais il devait au moins reconnaître une chose, c'était que Lalah se donnait du mal pour maintenir son air dégagé... Malgré tout cette comédie commençait sérieusement à éprouver le Matroscien. Il ne pouvait s'empêcher de se sentir coupable en voyant leur échange butter inlassablement contre le mur qu'il avait dressé entre eux depuis ce maudis baiser. C'est à peine si leurs regards parvenaient à se croiser… S'en était presque risible.

Lui qui avait été si heureux de la voir, lui qui avait souffert comme dix martyrs de son absence se prenait presque à souhaiter qu'elle le congédie.

«    Oh, sinon nous n'avons guère de nouvelles de la famille. Aucun messages de Gwé ou de Khasa n'a été envoyé depuis bien longtemps...  »

La nouvelle l’arracha à ses réflexions et le fit presque tressaillir, car lui en avait eut des nouvelles. Une courte lettre de sa cousine qui exprimait le désir de correspondre avec lui au lieu de l'héritière. Un désir de confession envers un homme avait-elle écrit... Il avala la fin de son fruit en réfléchissant rapidement si il devait faire part de ces nouvelles à sa cadette. Puis, optant pour le mensonge par omission, il lança confiant :

-Ils ne doit pas être évident pour eux de correspondre de là bas... Quand ils seront rentrés, je suis sûre qu'ils s'empresseront de donner des nouvelles.


Intérieurement, il espérait que Gwë donnerait bientôt signes de vie à sa famille pour apaiser leur crainte. Il se sentait coupable de devoir ainsi cacher la vérité...

De biais, il coula un regard vers Lalah pour vérifier qu'elle ne poserait pas plus de questions, et ce qu'il vit lui fit comprendre que, décidément, elle n'était pas comme d' habitude. Elle semblait bien trop "sur la réserve " avec lui. Il en réprima un soupir d'accablement. Il ne pouvait en aucun cas la blâmer, car c'était lui qui avait détruit sa confiance la dernière fois qu'ils s'étaient retrouvés seuls.
Une vague de remord le prit... Il s'en voulait encore, et pire encore, s'en voulait de rêver d'un instant où il pourrait de nouveau lui dérober un baiser et sentir son corps serré contre le sien... Il aurait voulu lui dire aussi simplement "je suis désolé"... Mais rien ne venait. Raviver ce souvenir ne lui disait rien de bon... Alors il se contenta d'essayer de nouveau d'entretenir leur laborieuse conversation, d'une voix taquine :

-Et Matroos alors... tu ne m'en a rien dis. Le voyage était si ennuyant que cela ?
avatar
Cultivateur

On m'appelle Lalah Desnolancès


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : (ex : Muertiga - Les Gargans
MON AGE : 18 ans
Féminin
MESSAGES : 414
AGE : 26
INSCRIT LE : 06/02/2012
PSEUDO HABITUEL : Saya / wasp
Joyaux : 23
http://www.ile-joyaux.com/t537-vestiges-d-une-vie-ennuyante-lalah-desnolances http://www.ile-joyaux.com/t536-famille-cultivatrice-desnolances#12862
Posté dans Re: « Ce qui ressemble au hasard parfois est un rendez-vous »   - Ven 28 Juin 2013 - 3:15

Elle sentit plus qu’elle ne vit le regard perplexe et troublé de Thélador. Elle se demanda quelques secondes, s’il sentait qu’elle lui cachait quelque chose. Son cœur manqua un battement et elle s’empressa de rebondir sur sa question.

« Oh ! C’était un voyage très intéressant. Les Mihaly sont des gens très respectables et agréables. J’aurai aimé rester plus longtemps pour découvrir cette ville. Es-tu déjà allé à Midel-Heim ? Les arbres sont immenses, aussi grand que l’Oasis. D’ailleurs, en y repensant, j’ai vraiment eus cette impression d’être dans l’Oasis. Ne t’es-tu jamais demandé si au lieu de ce désert, à une autre époque, si tout n’était pas que l’Oasis ? »

Elle lui fit un grand sourire et son regard émerveillé se rappelait ce voyage avec nostalgie. Elle avait fait la rencontre de gens formidables et avait fini par nouer une relation avec Hador qui serait sans nul doute, proche au fil des années. Le jeune homme avait été d’une extrême bonté avec elle et Azeor. Ce dernier avait tout autant apprécié le voyage qu’elle.

« Si tu avais vue Azeor ! Il a fait tourner la tête de plus d’une demoiselle la bas ! Je me souviens encore de la réaction d’une des proches de notre hôte. Elle le dévorait des yeux le pauvre ! »

L’air de rien, Lalah se détendit un peu et se surprit à rire en se remémorant la réaction de son cousin. Elle sentit que Thélador se détendait un peu, et elle aperçut même un petit sourire compatissant.

« Je devrais aller souvent à Matroos désormais. Je suis plutôt contente ! Père m’a dit que j’avais fait du bon travail. Il a reçus une lettre très agréable du père Mihaly, sur mon compte. J’avoue que cela m’a soulagé un peu ! »

Elle soupira et replaca l'ombrelle sur son épaule gauche, se cachant ainsi du soleil. La chaleur ajoutée à sa gêne qu’elle essayait de masquer lui donner un teint rouge et des gouttes de sueurs coulaient le long de son dos.

Enfin, Lalah s’arrêta, et dès qu’il finit de parler, elle posa sa main sur son bras, leva son regard vers lui, et avec une soudaine aspiration, elle déclara :

« Thélador, je dois te faire part d’une chose. »


 


Kit par Thélador ♥
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: « Ce qui ressemble au hasard parfois est un rendez-vous »   - Ven 28 Juin 2013 - 4:27

"Mihaly", voilà donc le nom de la famille marchande avec qui les Desnolancès avaient ouvert les négociations. Par réflexe, Thélador plongea dans ses souvenirs d'enfance, cherchant à faire correspondre ce nom à quelques vestiges de son passé, mais rien ne vint. La chose ne l'étonna pas, si cette famille était de Middle-Hein, il y avait peu de chance qui les connaissent.
Midle-Hein, la ville boisée... Quelle chance Lalah avait eu de pouvoir la voir de ses propres yeux ! Thélador lui, n'avait jamais eu l'opportunité de s'y rendre, et par certains côtés, il regrettait cette lacune à la connaissance de son propre pays.

-Non, je ne me suis jamais rendu là bas. Mais je te crois volontiers quand tu dis que cela t'a fait pensé à l'oasis. On m'a toujours raconté que cette ville était un vrai bijou d'architecture haut perchée, avec au moins autant d'arbre que d'habitants !

Expliqua-t-il, content de voir la jeune femme repartir dans un de ces monologues qui lui ressemblait tellement plus que les phrases courtes qu'elle lui avait jusque là desservie !
Elle souriait, joyeuse et nostalgique, et il fut soulagé de voir qu'il n'avait pas détruit chez elle cette partie de joie qu'il aimait tant. Sa beauté rayonnait toujours plus quand ses lèvres s'étiraient d'un sourire, et que ses yeux pétillaient d'amusement.
Et puis ... Cette allégresse était communicative ! Le matroscien se prit à sourire avec compassion en entendant sa cadette conter les mésaventures d'Azeor. Ainsi donc le charme du pilote fonctionnait au delà des frontières ?
-Sacré Azeor ! Il en brisera des coeurs le jour de son mariage ! Lança, amusé Thélador et tout à coup tout l'ambiance lui semblait plus légère. Même lui se surpris à ne pas ressentir la moindre trace de jalousie à l'écoute de leurs aventures. Il était simplement content que les négociations se soient bien déroulées. Il sentit un bouffé de fierté en constatant que sa "petite" Lalah s'était débrouillée comme une chef durant ce voyage. Elle était une femme tellement remarquable !
Il osa un regard en coin, juste pour admirer la beauté de son sourire, mais loin d'afficher une expression de contentement, Lalah semblait brusquement être retombée dans l'angoisse. Alors seulement, Thélador comprit qu'il s'était passé quelque chose. Quelque chose de plus grave que la mort de Kanai...
Et comme pour confirmer sa brusque prise de conscience, Lalah posa sa main sur son bras, et lui annonça qu'elle devait lui parler de quelque chose. Envolée la légèreté d'une minute plus tôt, et le visage de Thélador prit brusquement une mine plus grave.

-Il c'est passé quelque chose ? Demanda-t-il, les sourcils froncés par l'inquiétude.
avatar
Cultivateur

On m'appelle Lalah Desnolancès


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : (ex : Muertiga - Les Gargans
MON AGE : 18 ans
Féminin
MESSAGES : 414
AGE : 26
INSCRIT LE : 06/02/2012
PSEUDO HABITUEL : Saya / wasp
Joyaux : 23
http://www.ile-joyaux.com/t537-vestiges-d-une-vie-ennuyante-lalah-desnolances http://www.ile-joyaux.com/t536-famille-cultivatrice-desnolances#12862
Posté dans Re: « Ce qui ressemble au hasard parfois est un rendez-vous »   - Ven 28 Juin 2013 - 4:38

Elle hocha doucement la tête d’un air grave et respira calmement. Le temps était enfin arrivé. Elle allait lui annoncer son mariage et elle savait au fond d’elle qu’il en souffrirait. Autant parce qu’il l’aimait d’un amour profond, que parce qu’il saurait que ce mariage allait creuser un fossé encore plus grand entre eux. Helas, la jeune femme n’y était pour rien, et bien qu’elle ait réussi à repousser ses prétendants pendant des années, son père avait pris sa décision lors de son voyage à Matroos. Lorsqu’elle était rentrée, ses parents l’avaient convoqué au bureau et lui avait annoncé la nouvelle. Lalah avait beaucoup hurlé et pleuré de cette injustice, puis elle s’était enfermée dans un silence maussade pendant des jours. Enfin, elle avait retrouvé la raison et accepté son sort. Acceptée de partager sa vie avec un inconnu. Elle n’avait rien su de l’homme en question. Seulement son nom, mais son âge ou encore son physique lui demeurait inconnu.

Alors, elle avait envoyé sa domestique Aya partir en éclaireuse et lui rapporter des informations. Très bel homme, doux et gentil, voilà ce qu’elle entendit d’ Isfrael Serghar.

Néanmoins, son devoir était plus fort que tout, et la Cultivatrice était une femme de responsabilités. Elle avait décidé de faire honneur à sa famille et d’être l’épouse parfaite. Mais c’était sans compter la rencontre hasardeuse entre elle et Thélador. Toute sa bonne volonté semblait s’échapper et elle n’aspirait qu’à s’enfuir dans les bras de son ainé.

Lalah prit une grande respiration, plongea son regard dans celui de Thélador et dit tout simplement :

« Je vais me marier. »

Quatre simples mots qui jetèrent un froid entre eux que même la chaleur du désert n’aurait pu combler. Thélador restait muet et Lalah se demandait si elle devait continuer. Mais pour quoi dire ? Connaitre le nom de l’heureux élu changerait-il vraiment quelque chose pour eux ? Est-ce que si elle épousait un vieux monsieur, Thélador sera là pour l’aider ? Ou est-ce que lui dire qu’elle allait retrouver des bras aimants et généreux était la meilleure chose à faire ?

Tant de questions qui laissaient la jeune fille perplexe. Elle se contenta de baisser les yeux à ses pieds et de tripoter nerveusement ses mains.


 


Kit par Thélador ♥
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: « Ce qui ressemble au hasard parfois est un rendez-vous »   - Ven 28 Juin 2013 - 9:26

« Je vais me marier. »

Un jour, Thélador était tombé de Draoma. Sur le coup, malgrè son impressionnante chute, il n'avait rien ressenti, et il en avait été soulagé. Et puis, lorsqu'il s'était levé, et appuyé sur sa jambe droite, une violente douleur lui avait arraché une cri. Il s'était en réalité tordu la cheville...

Il eut la même impression lorsque Lalah lui fit l'annonce. Premièrement, il en fut soulagé. Il avait songé à pire devant l'expression de la jeune femme, cru, même que quelqu'un était peut être mort...
Alors quand il entendit ces mots, il soupira presque de soulagement. Et puis ... Leur véritable sens se dessina dans son esprit, et il sentit ses tripes se glacer autant que sa gorge se nouer.
Et comme on retire sa main d'une plaque incandescente pour se protéger de la brûlure, et de la douleur qu'elle peut infliger, Thélador fit un pas arrière pour creuser la distance qui le séparait de Lalah. Espérait-il que loin d'elle il souffrirait moins qu'à cet instant précis ? Peut être voulait-il seulement croire que c'était aussi simple. Qu'il pourrait se soustraire à cette réalité simplement en y mettant la distance nécessaire...

Se remettant à peine du choc, la langue sèche, et le coeur serré il ne trouve rien à dire de plus que :
-Ho.

Il lui fallait rassembler les morceaux disloqués de son coeur avant de pouvoir formuler une phrase plus construite. Il cligna des yeux, comme pour se réveiller de ce cauchemars. Mais rien n'y faisait, la réalité s'imposait à lui. Lalah avait trouvé un homme. Elle qui avait repoussé tant d'avances et tant d'hommes charmants avait enfin trouvé chaussure à son pied.
Thélador déglutit avec difficulté. Il remarqua comme elle fixait à présent le sol, comme elle évitait son regard. Elle savait qu'elle venait de lui faire plus de mal que jamais... Et il ne pouvait s'empêcher d'être touché de voir qu'elle avait essayé de le ménager un peu. Qu'elle n'avait pas sauté partout en lui annonçant la nouvelle. A vrai dire, à la regardait, elle semblait presque plus honteuse qu'heureuse de lui avoir annoncé ces fiançailles. Cela n'aurait pas du se passer comme cela . N'était-elle pas sensé être impatiente et joyeuse ?
Etait-il possible qu'en sachant que cette union serait la hache qui trancherait à jamais leur lien, elle en éprouve plus d'amertume que de joie ? Etait-il possible qu'elle regrette de devoir lui faire autant de mal pour pouvoir vivre le destin auquel elle avait toujours été destinée ?

Cela ne pouvait pas de passer comme ça ! Elle n'avait pas à se sentir coupable ! Lui seul était à blâmer d'aimer ce qui lui était interdit. Alors, plongeant dans la conviction que la joie de Lalah était la seule chose dans ce bas monde qui méritait d'être sauver, Thélador inspira, et prit une voix des plus douce pour briser le silence qui planait depuis plusieurs minutes entre eux :

-Pourquoi tu m'annonce cela comme si c'était une mauvaise nouvelle ? J'ai presque cru que quelqu'un était mort ...

Il essaya d'accrocher son regard, pour qu'elle comprenne que ce n'était pas grave. Qu'il avait mal, bien évidemment, mais que cela n'avait pas d'importance. Il s'en remettrait. Il ne lui en voudrait pas.Il voulait qu'elle comprenne que cette fois ci il ne comporterait pas en enfant capricieux et irresponsable.

-Et ... Qui est l'heureux élu ?Demanda-t-il d'un ton qu'il voulait léger, alors qu'il redoutait plus que tout de savoir qui serait l'homme qu'elle pourrait aimer plus que lui …
avatar
Cultivateur

On m'appelle Lalah Desnolancès


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : (ex : Muertiga - Les Gargans
MON AGE : 18 ans
Féminin
MESSAGES : 414
AGE : 26
INSCRIT LE : 06/02/2012
PSEUDO HABITUEL : Saya / wasp
Joyaux : 23
http://www.ile-joyaux.com/t537-vestiges-d-une-vie-ennuyante-lalah-desnolances http://www.ile-joyaux.com/t536-famille-cultivatrice-desnolances#12862
Posté dans Re: « Ce qui ressemble au hasard parfois est un rendez-vous »   - Ven 28 Juin 2013 - 9:38

Les yeux de Lalah finirent pas se brouiller. Des larmes l’attaquèrent de l’intérieur, menaçant d’exploser sur son joli minois à tout moment. Qu’il était étrange de se retrouver dans cette situation. De devoir dire à l’homme qu’on aime, qu’on va épouser quelqu’un d’autre. Elle aurait tellement aimé être en cet instant dans l’esprit de Thélador. Savoir ce qu’il pensait réellement. Etait-il heureux pour elle ? Jaloux ? Accablé ? Ou encore en colère ? Tant de questions qui mettaient les nerfs à vif de la jeune femme.

A sa plus grande surprise, son demi-frère prit la parole avec une voix douce et calme. Elle pouvait sentir la tension derrière ses propos mais décida d’en faire abstraction.

« Il ne somme Isfrael Serghar. C’est un des fils cultivateurs d’ Ofagar, ceux qui produisent du Saïa. »

Elle se voulait enjouée et radieuse mais elle eut plus de mal que prévue à afficher une mine ravie.

« Je… enfin, tu es bien entendu invité au mariage. Tu aurais reçus une lettre mais.. je.. je suis heureuse de te l’avoir annoncé moi-même. Je pense que je devais te le dire Thélador. »

Ils reprirent leur chemin tous deux, côte à côte. Lalah laissa pendre ses bras le long de son corps, essayant d’essuyer ses mains moites. Elle ne savait pas quoi rajouter de plus. Elle ne voulait pas vraiment en parler et redoutait les questions de Thélador. Mais que pouvait-il bien penser d’elle ?
Et puis, Lalah songea que peut-être, au QG des Veilleurs Pourpres, il avait peut-être rencontré une femme. Peut-être que son mariage ne le dérangeait pas outre mesure. Peut-être se faisait-elle des histoires à penser qu’il était triste.

Elle jeta un coup d’œil rapide à son visage et constata qu’il arborait un petit sourire. Ainsi donc, il était heureux pour elle. Cela voulait-il dire qu’il l’avait oublié ? Il avait déclaré l’aimait. Mais elle de son coté, ne lui avait jamais vraiment répondu. Son absence de réponse l’avait-il laissé dans le désarroi à tel point qu’il eut pu rencontrer une nouvelle personne ?

Etrangement, un sentiment de jalousie monta en Lalah. Alors qu’elle lui annonçait son mariage, il paraissait calme et serein. Elle avait souhaité ce genre de réaction mais au final, elle comprit que ce qu’elle avait secrètement voulu c’était qu’il s’énerve, s’indigne et demande des explications. Qu’il hausse le ton, qu’il lui demande si elle l’aimait vraiment. Qu’il lui demande, comment elle avait pu lui faire ça. Qu’il lui déclare son amour une fois de plus, un amour auquel, cette fois, elle ne pourrait se résoudre à dédaigner.

Mais non. Aussi surprenant que cela puisse paraitre, Thélador restait presque de marbre face à cette annonce. Ainsi, Lalah en fut persuadé. Il avait rencontré une autre femme et l’avait oublié. La jalousie la rongea tout comme elle se sentait blessée et énervée. Comment avait-elle pu être aussi stupide ? Penser qu’il avait pu l’aimer à un tel point qu’il aurait tout fait pour elle. Mais non, c’était un homme, et il avait joué avec son innocence. Frère ou non, elle se sentait bernée et souillée.

Un masque froid se glissa sur son visage. Elle cessa de trembler et raffermi sa volonté. Oh que oui, elle épouserait Isfrael, et lui donnerait même de beaux enfants, de quoi faire sa fierté.


 


Kit par Thélador ♥
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: « Ce qui ressemble au hasard parfois est un rendez-vous »   - Ven 28 Juin 2013 - 10:06

Il avait l'impression  que ce maîtriser ses émotions à ce moment revenait à monter un Jahïgor qui ne l'avait pas choisi. Il avait beau se faire violence, raffermir sa détermination sur le comportement à aborder, il ne pouvait empêcher son cœur de se révolter et de ruer dans sa poitrine jusqu'à ce qu'il lui fasse mal.
Pourtant, il devait tenir. Il le fallait ! Pour elle. Car c'était la seule chose qui comptait. Alors il se répétait qu'elle n'était pas coupable de vouloir faire sa vie, qu'elle avait le droit et même le devoir de choisir sa famille plutôt que de déshonorer  pour un amour interdit. Et surtout, il s'avoua qu'il n'avait rien à lui offrir de plus que son amour, et qu'il devrait l'arracher à tous ce qu'elle aimait si il voulait vivre cette incestueuse passion..
Elle qui aimait sa famille plus que tout ! Qui était-il pour la priver de ça ? Rien de plus qu'un homme amoureux.
Alors il pensa à elle, rien qu'à elle. Lui ne devait pas rentrer dans l'équation. Lui n'avait rien à décider pour elle. Elle l'avait repoussé, à juste titre... Il inspira discrètement, priant pour qu'elle ne se rende pas compte de l'épreuve qu'elle lui faisait subir.

-Je te remercie, finit-il par dire. D'avoir été... Honnête avec moi... Ajouta-t-il cherchant ses mots.

Pourtant, quelque chose le dérangeait au plus haut point, c'était qu'il ne connaissait pas cet Isfrael. De nom peut être, si il efforçait sa mémoire à se souvenir, mais rien de plus. Alors pourquoi était-ce lui qu'elle épousait ?  
Il avait cru sincèrement qu'il s’agirait d'un de ces nombreux et récurrents prétendants. Quelqu'un du voisinage qu'elle avait fini par apprécier... Mais non … Voilà qu'il s'agissait d'un illustre inconnu, tout droit sorti d'Ofagar !
Impossible donc pour Thélador de juger de la qualité du bonhomme... Et surtout, il sentit la jalousie qui menaçait de lui broyer la poitrine. Il avait passé 12 ans de sa vie au côté de Lalah et elle l'avait repoussé. Mais ce … Isfrael, qu'elle n'avait pu rencontrer que depuis quelque mois, elle voulait déjà l'épouser ? Ce ne collait pas … Ca ne pouvait pas coller. Si il existait ne serait-ce qu'une miette de justice dans ce bas monde, une telle situation ne pouvait pas être réelle !
Il attendit d'autres explications qui ne venaient pas. Lalah cherchait-elle à le préserver ? Pour le coup, il aurait préféré la voir bavarde, ça lui aurait éviter de devoir donner le bâton pour se faire battre...
Voyant qu'elle ne comptait vraiment pas en ajouter plus, il se racla la gorge et demanda hésitant ;

-Et … Tu, tu l'as rencontré où ? Je veux dire … Je pensais que tu choisirai quelqu'un qui nous était plus … « proche ».  

Il aurait voulu rajouter « pourquoi lui et pas un autre », mais il n'était pas encore près à entendre cette réponse là... Ainsi attendit-il déjà dans savoir plus sur lui.
avatar
Cultivateur

On m'appelle Lalah Desnolancès


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : (ex : Muertiga - Les Gargans
MON AGE : 18 ans
Féminin
MESSAGES : 414
AGE : 26
INSCRIT LE : 06/02/2012
PSEUDO HABITUEL : Saya / wasp
Joyaux : 23
http://www.ile-joyaux.com/t537-vestiges-d-une-vie-ennuyante-lalah-desnolances http://www.ile-joyaux.com/t536-famille-cultivatrice-desnolances#12862
Posté dans Re: « Ce qui ressemble au hasard parfois est un rendez-vous »   - Ven 28 Juin 2013 - 10:13

Ses propos la prise de court et elle resta hésitante quant à l’attitude à adopter. Il paraissait sincère mais troublé. Les résolutions de la jeune femme cédèrent rapidement face à l’incertitude. Elle n’arrivait décidément guère à cerner son frère aujourd’hui. Elle le sentait proche, puis distant, puis froid et enfin plus rien.

Enfin, il se montra plus curieux, posant une question précise. Où l’avait-elle connu ? Elle mourrait de crier que ce mariage n’était pas de son choix. Que son père avait finalement cédé et avait entreprit lui-même de faire cette alliance sans la consulter. Mais, elle ne voulait pas de la pitié de Thélador. Elle ne voulait pas qu’il s’inquiète pour elle. Non, tout serait plus simple s’il était heureux pour elle et s’il pouvait enfin faire sa vie sans elle

« La famille Serghar possède de fortes influences à Ofägar. Isfrael n’est pas l’héritier bien entendu, mais c’est le second fils. » elle marqua un temps d’arrêt et hésita avant de poursuivre : « A dire vrai, je ne le connais pas moi-même. Le mariage a été arrangé entre la famille Serghar et père. »

Lalah refusait de tourner son regard vers celui de Thélador. Elle ne voulait pas y lire de la compréhension. Elle ne voulait pas de ce regard qui lui disait « Oh ma pauvre Lalah ! Je regrette que tu n’es pu choisir l’amour de ta vie, mais tu sais, l’amour se forge avec le temps ». Comme lui avait dit sa mère tant de fois depuis. Mais c’était plus simple à dire. Ian et Mary s’était mariés par amour. Ils n’avaient pas vécu dans l’obligation.

Lalah redoutait plus que tout de vivre avec un homme qu’elle ne supporterait pas. Et elle redoutait aussi la nuit de noces. Bien entendu, elle savait à peu près à quoi s’attendre. Elle en avait parlé avec les servantes et quelques amies mais la chose l’effrayait. Faire ça avec un inconnu la rendait malade.
Elle n’avait pas vue Isfrael et s’imaginait un homme repoussant et laid malgré tout ce qu’on lui avait dit. Elle craignait d’être avec un homme autoritaire et trop présent. Mais c’était elle l’héritière, et elle ferait tout pour conserver sa place durant le mariage.

D’un autre côté, elle attendait la fête avec impatience. Des jours de festivités en son honneur. Des robes et bijoux splendides. De quoi faire rêver n’importe quelle jeune fille. Parfois, elle s’imaginait un futur époux joyeux et doux resplendissant. Mais plus d’une fois, elle s’était surprise à rêver de son mariage, mais avec le visage de Thélador à la place de celui de son futur mari.
Elle se réveillait alors mal à l’aise et en sueur. Honteuse de ce genre de rêve et n’arrivait généralement plus à fermer l’œil.


 


Kit par Thélador ♥
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: « Ce qui ressemble au hasard parfois est un rendez-vous »   - Ven 28 Juin 2013 - 11:43

Il devait sûrement être très beau. Et gentil. Peut être même drôle et des tas d'autres qualités que Thélador n'avait pas pour qu'elle tombe si rapidement sous son charme... 
C'était ce qui fleurissait dans l'esprit du matroscien à cet instant. Il ne pouvait s'empêcher d'essayer de l'imaginer, cet énigmatique "Isfrael". Pour peu, il avait presque envie de se rendre au mariage, simplement pour le voir et savoir ce qu'il avait de plus que lui. Une nationnalité Korrulienne... Ca c'était déjà sur. Peut être que lui était passionné par les Draomas, comme Lalah ? Thélador ne pouvait pas en dire autant... Il les avait toujours trouvé un peu moche... Même si il n'avait jamais osé le dire aussi explicitement à sa cadette. 
"Le mariage a été arrangé entre la famille Serghar et père."


La révélation eu pour effet de stopper net Thélador... Il avait dû mal entendre...

-Quoi ? 

Pourtant au moment même où il formula cette brusque interrogation, il su que son ouïe ne l'avait pas trompé... Il attrapa Lalah par le bras, pour la forcer à le regarder. Une complète incompréhension venait de se peindre sur son visage, et une lueur d'indignation brûlait dans le fond de ses yeux : 

-Tu veux dire que ... Que ce n'est pas toi qui l'a choisi ? Que Ianryl a prit la décision pour toi ? Je croyais ... je croyais qu'i te laissait le temps pour trouver ... "le bon" ?

Demanda-t-il à moitié estomaqué.
Si la scène s'était déroulée avant que le forban ne vienne bousculer sa vie, Thélador n'aurait surement jamais réagit de la sorte. Evidemment la "trahison" l'aurait choqué aussi, mais il se serait contenté d'aller réconforter Lalah dans sa chambre, en lui disant des banalités tels que "mais ton père n'a fait ça que pour ton bien... Il ne te choisirait jamais un mauvais mari".
Aujourd'hui pourtant, il n'était plus question de ça. Maintenant qu'il avait goûté au plaisir de mener sa propre vie, l'idée qu'on puise décider de celle de Lalah à sa place le dégoûtait profondément. 

-L'as-tu seulement déjà rencontré ? 
Demanda-t-il avec une pointe d'angoisse. 

Comment Ianryl avait pu faire ça ?! Thélador ne comprenait pas ... Lui qui avait toujours vu ce père faire ce qu'il y avait de mieux pour sa fille ... Voilà qu'il venait de la vendre à un inconnu !

-As tu seulement le droit de refuser ?! 

Voulut-il savoir presque au bord de l'énervement.
avatar
Cultivateur

On m'appelle Lalah Desnolancès


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : (ex : Muertiga - Les Gargans
MON AGE : 18 ans
Féminin
MESSAGES : 414
AGE : 26
INSCRIT LE : 06/02/2012
PSEUDO HABITUEL : Saya / wasp
Joyaux : 23
http://www.ile-joyaux.com/t537-vestiges-d-une-vie-ennuyante-lalah-desnolances http://www.ile-joyaux.com/t536-famille-cultivatrice-desnolances#12862
Posté dans Re: « Ce qui ressemble au hasard parfois est un rendez-vous »   - Ven 28 Juin 2013 - 11:57

Lalah s’attendait à tout un tas de réactions mais pas à celle-là. Lorsque Thélador se tourna vers elle et lui attrapa le bras, sa bouche forma un rond de surprise. Interloquée, la jeune femme jeta des coups d’œil furtifs autour d’eux. Elle ne voulait pas attirer l’attention mais Thélador ne semblait guère s’en préoccuper.

Il était tout simplement scandalisé par la nouvelle. Quelque part au fond d’elle, Lalah était agréablement surprise par cette attention. Ainsi, il était aussi révolté qu’elle par la nouvelle. Il la questionna rapidement, s’indignant de la décision de Ianyrl. Elle ne put guère répondre à ses questions qu’il en enchaînait une autre. Puis, alors qu’il lui demandait si elle pouvait refuser, elle sentit les larmes lui piquer les yeux. Bien sûr que non. Il était évident qu’elle avait tout fait pour refuser mais le mariage était déjà scellé, cela aurait été une insulte que de l’annuler.

« Je ne peux plus refuser désormais. Et je.. je, non je ne l’ai jamais rencontré. Oh Thélador ! Je ne sais même pas l’âge qu’il a ! Je.. je ne sais pas s’il est grand, ou au contraire plus petit que moi ! S’il est gentil ou si c’est un homme repoussant ! »

Elle s’exclama d’une voix de détresse, fatiguée de lutter contre cette angoisse permanente qui l’assaillait. Alors, à son plus grand étonnement, elle s’approcha de Thélador et appuya sa tête contre son épaule. Elle se blotti contre lui, comme elle avait fait tant de fois. Oubliant leurs histoires, leurs querelles et cette tension entre eux. Elle était heureuse de le savoir aussi indigné qu’elle. Les autres membres de sa famille avait été heureux pour elle. Ils lui avaient assurés qu’elle ferait un bon mariage. Et en bonne fille, Lalah n’avait rien laissé transparaitre. Seuls ses parents pouvaient connaitre son désarroi. Même devant ses domestiques, elle avait tenté de faire bonne figure.

« J’ai appris la nouvelle en rentrant de Matroos. Je connais les Serghar, père a déjà traité avec eux mais je ne connais pas leur fils ! »

Autour d’eux, quelques passants les regardèrent intrigués. Les nouvelles iraient bon train, sans aucun doute. Mais Lalah n’en avait que faire. Elle était soulagée de vider son cœur. Et aussi étrange que cela puisse paraître, elle avait l’impression de partager son désespoir avec Thélador. Ils étaient tous deux atterrés qu’elle se marie, autant par obligation que parce que cela signifiait surtout qu’ils se perdaient une bonne fois pour toute.


 


Kit par Thélador ♥
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: « Ce qui ressemble au hasard parfois est un rendez-vous »   - Ven 28 Juin 2013 - 16:06

Quel crétin il avait été ! Il avait pensé que cette distance qu'elle avait mise entre eux était le résultat de leur dernier souvenir commun, mais il comprit en voyant les yeux brillant de larmes que ce qui rongeait le plus la jeune femme c'était bien cette histoire de mariage. Et pour cause ! Il ne pouvait que comprendre ! Elle qui avait toujours pensé qu'elle pourrait se marier par amour, voilà qu'elle venait de se retrouver financé sans pouvoir rien y changer ! Entre ça et la mort de Kanaï il imaginait à peine quelle horreur avait pu être son retour à Korrul !
Sa détresse lui fendit le cœur, et lorsqu'elle s'en alla se blottir contre lui, il ne songea même pas à la repousser. Au contraire, il la serra doucement, comme si elle était redevenue sa petite Lalah. Car à cet instant précis, ce n'était pas l'homme amoureux, mais bien le grand frère qui avait repris le dessus. Le simple fait que la fatalité puise ainsi s'abattre sur Lalah avait réveillé cette part de lui qu'il pensait pourtant disparue.
Une main enroulée contre se taille, comme pour la soutenir, il l'attira vers un endroit où la foule était moins importante. Lentement il la fit asseoir sur un banc de pierre, la couvrant d'un regard compatissant, et maîtrisant au mieux la colère qui menaçait de le submerger.

-Tu l'as appris en rentrant de Matroos ? Il ne t'a même pas consulté ? A ton retour il t'a simplement annoncé que tu étais marié ?

Récapitula-t-il avec désarroi.

-Par Ryun ! Comment a-t-il pu te faire ça ? Et ta mère ? Ta mère est aussi d'accord avec ce projet ?

Il avait presque peur de la réponse...

-N'y a-t-il vraiment rien que tu puises faire pour avoir une part de volonté dans ce marché ?

Son esprit marchait à toute allure. Lancée dans une cavalcade folle pour trouver une solution... Une miette d'espoir. Ho évidemment, Ianryl aimait trop sa fille pour la marier avec un goujat. Sûrement avait-il prit des précautions pour que l'homme soit quelqu'un de convenable. Mais un homme convenable aux yeux d'un père, n'ai pas forcément le mari rêvé pour une fille. Thélador en avait eu un parfait exemple avec ces propres parents dont le mariage avait été arrangé.
Un instant il eut la vision de Lalah, comme il avait vu tant de fois sa mère le faire, se poser sur une chaise en soupirant avec tristesse, alors qu'en face d'elle la chaise de son mari était vide depuis deux semaines...
Il en eut presque la nausée...

-Pourquoi personne ne l'a empêcher de faire ça ? Ils trouvent tous ça normal peut être ? Qu'on marchande ta vie comme si tu n'étais … Qu'une Draoma qui doit se faire engrosser par le bon mâle !

Cracha-t-il avec dégoût.
Un jour il avait expliqué à Azeor que l'amour familial avait une limite qu'il avait déjà éprouvé, et que c'était pour cela qu'il avait toujours fait attention dans l'affection qu'il portait aux Desnolancès.
Quelque part, ce vieux traumatisme d'enfance qu'avait était sa « vente », l'avait poussé à croire qu'un jour il aurait à subir une autre désillusion du genre. Que pour une raison ou une autre, il se retrouverait avec un couteau planté dans le dos. Alors, pour ce préserver, il avait fermer une partie de lui même à sa famille d'adoption... Pour que jamais il ne soit détruit « en entier ».

Mais jamais il n'aurait cru, ou seulement imaginé que ce couteau se retrouverait dans le dos de Lalah un jour. Elle qui était si dévouée, si aimante de sa famille … La voilà prise dans ses propres filets. Car évidemment elle pouvait empêcher le mariage : se comporter de tel sort d'insulter l'autre famille pour briser les fiançailles... Mais pour cela elle devrait entacher l'honneur de sa famille...
Il serra les mâchoires et soupira.

-Excuse moi … Je m'emporte, mais ce n'est pas contre toi que je suis en colère.
Expliqua-t-il.
avatar
Cultivateur

On m'appelle Lalah Desnolancès


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : (ex : Muertiga - Les Gargans
MON AGE : 18 ans
Féminin
MESSAGES : 414
AGE : 26
INSCRIT LE : 06/02/2012
PSEUDO HABITUEL : Saya / wasp
Joyaux : 23
http://www.ile-joyaux.com/t537-vestiges-d-une-vie-ennuyante-lalah-desnolances http://www.ile-joyaux.com/t536-famille-cultivatrice-desnolances#12862
Posté dans Re: « Ce qui ressemble au hasard parfois est un rendez-vous »   - Lun 1 Juil 2013 - 2:39

Toujours dans ses bras, Lalah écoutait d’une oreille le discours de Thélador. Elle était tellement heureuse qu’il soit aussi choqué qu’elle. Il l’entraina à l’écart, une main l’enroulant, la protégeant et la réconfortant. Elle se sentait bien blottit contre lui, elle aurait voulu rester ainsi à jamais.

« Oui en revenant de Matroos…. Quelques jours après seulement. »

Tout en répondant à une question, il en enchaînait d’autres, laissant à peine le temps à la jeune femme de pouvoir répondre.

« Père a dit que c’était mon devoir. Que j’avais 18 ans, bientôt 19, et qu’il fallait que je commence à me « comporter en femme ». Il m’a dit qu’il avait choisi pour moi, puisque j’ai été incapable de choisir toute seule. »

Elle revoyait la scène encore et encore. Debout, devant son bureau, il avait à peine levé les yeux vers elle quand il s’était exprimé. Il n’avait pas osé croiser son regard. Au fond d’elle Lalah savait que son père n’était pas un homme méchant, qu’il avait fait ce qu’il avait cru juste pour elle. Mais le fait de ne pas connaitre son futur époux la laissait dans la stupeur. Il lui avait assuré qu’il s’agissait d’un charmant jeune homme, bien éduqué, issu d’une riche famille qui faisait un parti excellent pour une héritière. Mais sous l’aspect bienveillant, sommeillait le négociateur nait. Si Ianyrl avait conclu ce mariage, c’était parce qu’un accord entre les deux familles devaient être plus qu’intéressant et bénéfique pour les finances des Desnolancès.

Elle s’écarta un peu de lui, sécha ses larmes d’un revers de la main et finit par reposer sa tête contre le torse de Thélador.

« Je le sais. Les autres sont au courant bien entendu. Certains l’étaient même avant moi tu te rends compte ? Je n’ai pas vue tout le monde encore mais oncle Rhuc est venu me voir, en m’expliquant que père avait pris la bonne décision, qu’il fallait que je me réjouisse de permettre à la famille de s’agrandir encore. Rrrrrr ! J’ai eus envie de l’assommer sur l’instant ! »

Grinça-t-elle entre les dents. Ses cousins et cousines avaient été contents pour elle, lui avait assurés que le mariage c’était une bénédiction et ainsi de suite. Seule la réaction d’Azeor avait différé des autres. Mais pas dans le sens où elle l’avait espéré. Elle avait même été plus que surprise d’une telle attitude envers son cousin tant aimée. Il lui avait assuré que son père avait fait le bon choix, que Isfrael était un homme dont la réputation était bonne et qu’il était très généreux. Qu’elle avait ainsi un bon parti pour le reste de sa vie et que toute manière, tel était son destin depuis sa naissance.
Malgré tout, elle avait lu la compassion dans son regard même s’il avait évité soigneusement de la regarder. Lalah l’avait boudé quelques jours avant de lui pardonner. N’avait-il pas dit lui-même qu’il aimé une femme du peuple ? N’était-il pas le mieux placer pour comprendre et compatir à sa douleur ? Après tout, elle aussi avait été dure avec lui lors du voyage en Vivenef.

Elle soupira bruyamment et murmura, le visage collé au torse de Thélador :

« Mais que vais-je bien pouvoir faire ? »


 


Kit par Thélador ♥
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: « Ce qui ressemble au hasard parfois est un rendez-vous »   - Mar 2 Juil 2013 - 13:29

Il écoutait toujours, mi découragé, mi furieux d'entendre comme tout le monde semblait avoir pris la chose du bon côté sans se soucier de ce que Lalah pouvait, elle, ressentir.
Si au moins elle avait eu une oreille, ou une épaule sur laquelle se reposer... Malheureusement non, la voilà seule face à son futur mariage, et Thélador ne pouvait rien y changer. Il inspira un grand coup, et d'une main apaisante frictionna le dos de Lalah. Pourtant, il n'alla pas jusqu'à lui mentir, jusqu'à lui dire que tout s'arrangerait, et que tout irait bien dans le meilleur des monde... Il n'était pas assez optimiste pour cela... Ou pas assez bon menteur pour s'en persuader lui même.

   « Mais que vais-je bien pouvoir faire ? »  

Demanda alors la jeune femme avec un découragement qui trouvait eco en Thélador qui se mordit la lèvre gêné avant de répondre:

-Je l'ignore. Et je ne peux même pas intervenir en ton nom. Si Ianryl a été assez butté pour ne pas t'écouter toi, il se servira de mes propos pour s'essuyer les pieds en entrant dans son bureau.

Ajouta-t-il avec accablement alors que Lalah se blottissait toujours un peu plus contre lui.

-Et … ne peux tu pas le prendre à son propre raisonnement ?
Hasarda-t-il.

-Il prétend que tu n'es pas assez adulte pour te choisir un mari, mais il t'envoie à Matroos à sa place pour y marchander...
Releva-t-il avec justesse.

-Il est clair que la vraie raison de ce mariage est de lier les deux familles pour une simple question de profit... Et en vu de ce tu me rapporte il n'a pas eu l'honnêteté de te le dire...
Mais … Tu pourrais le prendre à contre sens ? N'y a-t-il pas dans ton entourage un autre parti intéressant ? Quelqu'un, que tu n'aimes peut être pas encore mais en qui tu as confiance que tu pourrais désigner comme étant l'homme que tu as choisi ?


Demanda-t-il avant d'expliquer :

-Si tu te présente à Inaryl avec quelqu'un que tu as choisi, et que tu lui présente les « avantages » que ce mariage pourrait apporter, tu as peut être une chance d'épouser au moins un homme en qui tu aurais déjà un peu confiance. Puisque Ianryl te traite en enfant, prouve lui qui se trompe que tu peux choisir par toi même. Et si il le faut, culpabilise le en prétendant qu'à ses yeux le profit vaut plus que le reste, et qu'il a oublié le sens du mot famille. Cela ne marchera peut être pas... Peut être cela n'aura-t-il donné lieu qu'à une querelle, mais il a raison, tu as 19 ans, et largement l'âge pour prendre ta vie en main. On t'as préparé à être l'héritière. Et si tu n'as jamais l'occasion d'apprendre à prendre les décisions en ton propre nom, comment pourras-tu prétendre en prendre au nom de la famille ?

Au fil de son discours la voix de Thélador s'était raffermi.  

-Un jour mon père m'a appris qu'il fallait savoir affronter ses amis pour pouvoir vaincre ses ennemi. Cela vaut aussi pour le commerce. Il te faut apprendre à affirmer tes idées, car un jour ce sera à toi de donner aux Desnolancès une nouvelle génération. Ce sera à toi de tenir les commandes, et si tu sorts jamais de l'ombre de Inaryl, on ne te verras jamais plus comme « sa fille ».
Peut être te dira-t-il que c'est un honneur pour toi de sceller ce lien entre les familles par ton mariage... Ne l'écoute pas. C'est un mensonge Lalah. Auquel il croit peut être dur comme fer, mais un mensonge quand même. Car ta vie t’appartiens. C'est ton ventre qui portera tes enfants. C'est tes heures d’existence que tu vas user au côté de l'homme que tu épouseras pour soigner ses fièvres, ou l'écouter te raconter de sa journée. Il ne s'agit pas d'un mauvais moment à passer comme pour une piqûre. C'est le reste de ta vie ! Et tu as le droit d'avoir ton mot à dire là dessus. Car tu es Lalah avec ou sans ta famille, et que ta famille restera ce qu'elle est avec ou sans toi.


Conclu-t-il avec gravité. Puis il s'écarta légèrement de la jeune femme et planta son regard dans le sien :

- "Affronte le monde les yeux ouverts et le cœur fermé". C'est la devise de ma famille, et la leçon que la vie m'a appris.C'est tout ce que je peux te donner pour t'aider Lalah... Mais peut être cela t'éclairera-t-il un peu plus sur ton problème.    
avatar
Cultivateur

On m'appelle Lalah Desnolancès


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : (ex : Muertiga - Les Gargans
MON AGE : 18 ans
Féminin
MESSAGES : 414
AGE : 26
INSCRIT LE : 06/02/2012
PSEUDO HABITUEL : Saya / wasp
Joyaux : 23
http://www.ile-joyaux.com/t537-vestiges-d-une-vie-ennuyante-lalah-desnolances http://www.ile-joyaux.com/t536-famille-cultivatrice-desnolances#12862
Posté dans Re: « Ce qui ressemble au hasard parfois est un rendez-vous »   - Mer 3 Juil 2013 - 1:56

Toujours appuyer contre son torse, elle entortillait une mèche de ses cheveux tout en retenant ses larmes. Elle sentait le désarroi et l’impuissance de Thélador. Elle savait qu’il réfléchissait à une solution et cela lui mit du baume au cœur. La main dans son dos lui réchauffa le cœur et faillit presque lui rendre le sourire.

Enfin, la jeune femme s’essuya les yeux d’un revers de la main et s’écarta de Thélador. Elle posa ses yeux dorés dans le regard intense de son frère. Il la regardait avec bienveillance et elle se sentit perdu dans ce beau regard azure. Elle resta quelques instants, suspendu dans le temps avant de cligner des yeux et de détourner son visage mal à l’aise. Elle rougit et toussota. Quelle idiote ! Voilà qu’elle faisait les yeux doux à Thélador dans un moment pareil.

« Affronte le monde les yeux ouvert et le cœur fermé » répéta-t-elle à la suite de son ainé. « Des mots si durs dans la bouche d’un père. Merci Thélador, tes paroles me vont droit au cœur comme toujours. Mais la décision est prise, je ne puis plus rien y faire. Rompre les fiançailles serait un déshonneur pour le nom des Desnolancès et je ne veux pas anéantir tout espoir de mariage pour les miens. Je savais que ce jour arriverait mais tout est si … brutal. Me voilà de retour de Matroos, avec des souvenirs encore frais et beau et voilà que tout se ternis par l’image d’un mariage avec un parfait inconnu. »

Mal à l’aise, elle épousseta sa robe une nouvelle fois et fixa un point comme s’il s’agit de quelque chose de vital.

« Hem... merci Thélador. Merci de ton soutien. Je suis très heureuse de t’avoir revue. On ne parle que de moi… j’espère sincèrement que tout te plais, que tu t’es fait des amis et de bels rencontres. Tu sais que notre porte t’est toujours ouverte. »

La jeune cultivatrice posa sa main sur l’avant-bras de Thélador et lui fit un franc sourire tout en évitant de s’attarder.


 


Kit par Thélador ♥
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: « Ce qui ressemble au hasard parfois est un rendez-vous »   - Mer 3 Juil 2013 - 11:22

MP : J'ai changé quelque phrase dans ce post qui expliqueraient peut être mieux la suite des événements

Il avait cru en ces propres paroles.Oui, au fond de lui, il avait sincèrement espéré que les choses n'avaient rien de définitif, et que Lalah s'en rendrait compte. Qu'elle prendrait sa vie en main, comme lui l'avait fait... Mais il s'était trompé.  

"Mais la décision est prise, je ne puis plus rien y faire."

La phrase sonnait comme l'acceptation d'une condamnation... Et alors qu'il se demandait "pourquoi ? Pourquoi ne pas essayer ?" elle lui répondit sans qu'il n'ai à lui poser la question  : "Rompre les fiançailles serait un déshonneur pour le nom des Desnolancès et je ne veux pas anéantir tout espoir de mariage pour les miens."

Alors seulement, Thélador comprit qu'elle n'avait jamais eu l'espoir de se soustraire à cette union et qu'elle n'était en rien venue chercher une solution à ce problème... La vérité était que, déjà, elle avait accepté son sort. Elle le ferait pour sa famille. Elle le ferait pour l'honneur. Elle le ferait parce qu'elle voyait là l'accomplissement de son devoir. Elle le ferait parce qu'elle n'avait de raison valable pour ne pas le faire.
Il sentit son coeur se meurtrir d'avantage alors que ses derniers espoirs se brisaient en mille éclats tranchants : Elle l'avait repoussé, lui l'homme amoureux, mais elle acceptait de se marier à un illustre inconnu au nom  du devoir... Elle avait choisi l'honneur de sa famille à l'amour de son amant, et pour cela, il se sentit aussi désagréablement humilié que blessé. Plus que jamais Lalah était celle avec qui il s'était toujours sentit accepté. Celle qui l'avait toujours traité avec le plus d'amour ... Et voilà que ce finissait cette ère. Voilà qu'il allait la perdre dans les bras d'un autre et qu'il ne pourrait en être que spectateur. Son masque fraternel se fissura, et ses prunelles se dissimulèrent sous un voile sombre.  

D'une oreille distraite il l'écouta minauder ces platitudes qu'elle voulait sûrement sincère, et il dû retenir un sourire glaciale en l'entendant espérer que "tout lui plaise et qu'il se fasse des amis..."
Hô évidement ... Voilà qui devait la décomplexer: "Je vais me marier, mais ce n'est pas si grave, après tout, tu es heureux chez les veilleurs ? Tu t'en remettras.". Il sentit ses mains se crisper. Il pouvait déjà difficilement accepter qu'elle l'ai repoussé, mais pire était la façon dont elle piétinait ses sentiments en agissant comme si rien entre eux ne s'était jamais passé, et comme si tout pouvait bien aller pour lui. Ainsi donc refusait-elle de comprendre que sans elle, il ne pourrait jamais être entièrement heureux ? Il aurait du s'en douter... Après tout, elle avait répondu à sa dernière lettre par un silence qui disait tout aujourd'hui.

La main qu'elle posa sur son avant bras lui fit l'effet d'une joute désagréable... C'était le geste d'une complicité qu'il savait factice ... C'était le geste d'une soeur pour une frère, et il fut brusquement agacé de s'être laissé prendre si facilement à ce vieille comédie qu'avait toujours été leur relation... Il était amoureux d'elle, d'une façon aussi incontrôlable que passionnée. Il avait souhaité de soigner, mais seul le temps représentait un espoir pour effacer ce qu'il ressentait pour elle. Elle l'aimait comme un frère, lui l'aimait tout court. Et si elle refusait de le comprendre, si elle s'entêter à vouloir faire comme si de rien n'était, il ne s'y meurtrirait plus d'avantage ! Il avait déjà trop souffert pour elle.  

Ainsi tourna-t-il vers elle un regard perçant et déclara avec une franchise froide :

-Il y a toujours quelque chose à faire. On a toujours le choix. L'acceptation est une décision au même titre que la rébellion. Tu peux te mentir à toi même en prétextant que tu n'y es pour rien, mais ne me ment pas à moi Lalah. Tu me dois au moins cette franchise. Tu n'as pas le monopole de la souffrance dans cette  histoire, même si c'est ce que tu préfères imaginer.  

Il avait attendu que ses prunelles accrochent celle de Lalah pour lui lancer cette provocation. Le menton légèrement relevé, il la défiait de détourner le regard, de l'ignorer une fois de trop, de fermer les yeux sur ce que, lui, pouvait ressentir. Il était grand temps qu'elle ait le courage qu'elle n'avait pas eut la première fois : celui de le regarder den face quand elle briserait le coeur pour de bon.
avatar
Cultivateur

On m'appelle Lalah Desnolancès


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : (ex : Muertiga - Les Gargans
MON AGE : 18 ans
Féminin
MESSAGES : 414
AGE : 26
INSCRIT LE : 06/02/2012
PSEUDO HABITUEL : Saya / wasp
Joyaux : 23
http://www.ile-joyaux.com/t537-vestiges-d-une-vie-ennuyante-lalah-desnolances http://www.ile-joyaux.com/t536-famille-cultivatrice-desnolances#12862
Posté dans Re: « Ce qui ressemble au hasard parfois est un rendez-vous »   - Lun 8 Juil 2013 - 8:02

Curieusement, l’attitude de Thélador changea radicalement. Elle sentit en lui les changements d’humeurs qui s’opéraient. Elle connaissait trop bien son frère pour ne pas comprendre que certaines de ses paroles l’avait profondément blessé.

Puis, il tourna son regard vers elle, brûlant d’intensité et de reproches. Ses propos piquant et sévères montèrent le rouge aux joues de la jeune femme. En elle, se mélangeait colère et culpabilité. Elle n’appréciait guère de telles paroles mais ne pouvait aussi lui en vouloir. Lalah repensant à la lettre que Thélador lui avait envoyé et surtout à son absence de réponse… Se pouvait-il dire qu’il lui en tienne rigueur ? Etait-il remonté contre elle à cause de cela ? Dans sa lettre, il lui ouvrait son cœur avec franchise et passion. Et même si sa lettre lui avait fait grandement plaisir, elle n’avait pu se résoudre à lui répondre. Qu’aurait dû-t-elle répondre ? Qu’elle l’aimait elle aussi ? Et alors ? Qu’est-ce que cela aurait changé ? Leur amour était impossible et ils le savaient bien. A la fois parce qu’ils étaient lié du même nom mais aussi et avant tout parce qu’elle était korrulienne et lui matroscien malgré tout.

Son cœur cognait fort contre sa poitrine. Elle était en colère contre lui. En colère qu’il ose lui faire une scène après avoir fui sans un au revoir. Lui qui lui parlait tant d’honneur et de respect n’était pas plus qu’un lâche qui avait fui tout autant qu’elle ses sentiments avant de, finalement, les vivre pleinement. La colère se mêlait aussi au désespoir. Elle aimait d’un amour sincère et véritable Thélador, et mourrait d’envie de lui dire, de revivre ce baiser volé une dernière fois…

Toujours le regard dans les prunelles bleu de Thélador, sa vision de brouilla quelque peu mais elle ravala ses larmes. La jeune cultivatrice se devait d’être forte et de mettre les choses au clair.
Alors, c’est d’une voix rauque et solide qu’elle déclara tout un coup.

« Que voudrais tu que je fasse Thélador ? Tu sais très bien comme moi que tout cela est impossible. Que rien ne nous sera jamais permis. Que devrais-je faire ? Te dire que je t’aime comme je n’aimerai jamais personne ? Soit, mais est-ce que cela améliora notre situation ? Tu es matroscien avant d’être mon frère, et cela depuis toujours. Notre histoire était vouée à l’échec avant même de commencer. Tu es Veilleur Pourpre, je vais me marier. Notre amour est peut-être vrai et profond mais il ne pourra jamais se faire… »

Elle prononça distinctement chacun de ses mots, la voix froide et lasse. Elle savait qu’elle enfonçait un clou rouillé depuis bien trop longtemps. Lalah détourna son regard et leva les yeux au ciel. Tout était si simple avant…

« Thélador… nous devons vivre notre vie séparément. Et je sais que tu le sais toi-même. Tout ce la ne nous est pas permis. Ruyn a un autre destin pour nous. Je ne sais si un jour, nous pourrons vivre pleinement notre amour, mais pour le moment, notre égoïsme doit passer après. Ce n’est pas seulement nous deux, mais toute la famille qui dépend de notre décision. Souviens-toi en. »


 


Kit par Thélador ♥
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: « Ce qui ressemble au hasard parfois est un rendez-vous »   - Ven 12 Juil 2013 - 6:43

"Te dire que je t’aime comme je n’aimerai jamais personne"
" Tu es matroscien avant d’être mon frère, et cela depuis toujours "

"Notre amour est peut-être vrai et profond mais il ne pourra jamais se faire…"

Les mots venaient de le frapper avec la soudaineté d’une gifle qu’il avait négligé d’anticiper. Il les laissa raisonner dans son esprit , et dessiner lentement le sens qu’il redoutait. Son visage coléreux se décomposa sous la confusion alors que dans le fond azurée de ses yeux venait de poindre une lointaine lueur d'angoisse. Il avait mal entendu. Il ne pouvait en être autrement... Ces mots ne pouvaient jamais avoir été prononcés... Ils étaient trop ... cruels. Trop douloureux à admettre. Ils ne pouvaient avoir fleurit des lèvres Lalah... Ils ne pouvaient pas venir de la femme qu'il aimait.
Pas d'elle... Non c'était impossible... Elle pouvait commettre l'impair de s'adresser à lui comme si ils n'étaient frère et sœur, négligeant que lui l'aimait, mais pas lui dire ça... Comment pouvait-elle prétendre l'aimer comme personne si c'était pour mieux le jeter hors de sa vie d'une même tirade ? Thélador en était déboussolé et sa bouche s'ouvrit pour mieux se refermer. Les mots lui manquaient. Le souffle lui manquait. Son esprit n'allait pas tarder à chavirer de même. Il avait cru tellement longtemps qu'elle ne ressentait rien pour lui, il s'y était presque résigné ... Et voilà que ses illusions disparaissaient...

-Tu ... Tu m'aimes ? Murmura-t-il incrédule, comme pour se familiariser avec cette idée qui aurait dû le remplir de joie, mais qui, à rebours rongeait son coeur, comme l'acide attaque la pierre.  

Il cligna des yeux et comprit alors qu'il n'était pas assez fort. Pas assez fort pour supporter ça ; Cet abandon. Ces mots qui parlent d'amour et ses gestes qui, paradoxalement, tendent à vous éloigner. Les larmes menacèrent de trahir son effondrement, et à cet instant précis, au moment il cru craquer pour de bon, il sentit son coeur se murer par delà un glacis de colère.

Il aurait pu réaliser qu'il ne pouvait prétendre l'aimer et l'arracher à sa famille. Il aurait pu admettre qu'ils devaient vivre loin l'un de l'autre car c'était la seule vraie option... C'était une chose qu'il avait déjà comprit. Mais ce qu'il refusait d'admettre c'était qu'elle ait attendu aujourd'hui pour lui avouer son amour. Aujourd'hui même où elle lui annonçait son mariage avec un autre. Il s'était irrité de la voir agir comme si il n'éprouvait rien pour elle, car cette proximité factice était la pire des tentations pour lui. Si seulement elle s'était contenté d'être froide avec lui... Mais non.Aujourd'hui, il comprit avec aigreur qu'elle avait partagé, savouré son baiser ! Et que depuis, à chaque fois qu'ils s'étaient seulement sourit elle en avait ressenti le même plaisir que lui...

Et pourtant ... Elle venait de tout briser. En quelque mots, tous ces moments auxquels il avait tenu venaient de prendre l'acre goût de trahison.Pensait-elle souffrir autant que lui pour se permettre de choisir pour eux deux ? Elle se trompait ! Songea-t-il avec rancœur. Elle ignorait, elle, le véritable sens du mot « abandonné ». A elle, à qui il restait sa précieuse famille; son bon papa, et sa gentille maman !
Mais, pour lui, la seule chose à laquelle il s'était vraiment rattaché depuis qu'il avait accepté son abandon, s'était elle. La seule personne à laquelle il tenait le plus au monde et pour qui il aurait décroché la lune c'était elle...
Il serra les mâchoires et laissa doucement sa colère prendre possession de ses pensées les plus tendres.
-La famille … Répéta-t-il d'une voix lente et mesurée ou pointait tout de même le mépris. TA famille. Cracha-t-il alors haineux. Laissant place à un silence austère, il repris en murmurant aigrement :
-Et la mienne de famille, Lalah ? Celle que j'ai abandonné pour rester à Korrul... Pour rester avec toi … Je suppose qu'elle n'a pas de valeur à tes yeux … Tout comme MA vie que j'ai offerte à cette nation pour TE protéger...
Il la laisser assimiler avant de reprendre, toujours plus furibond :
-Tu penses peut être pouvoir m'enseigner ce qu'est le sens du sacrifice ? A moi ? MOI QUI AIT ETE VENDU POUR LA « FAMILLE » ?! MOI QUI AIT RENONCER JUSQU'A MA PRÉTENTION DE SUCCESSION POUR TON ÉGOÏSTE PERSONNE !
Aboya-t-il féroce, alors que sous la colère les veines de son cou étaient devenus dangereusement saillante. Sèchement il se leva, la toisa, et pendant un instant il semblait presque près à la gifler... Mais lorsqu'il reprit la parole sa voix étaient redevenue un simple murmure rauque comme le grondement d'un Garuda. :
-Tu as fait ton choix. Je ferais donc le mien : Je ne serais pas là à ton mariage. Je ne serais plus jamais là. Je ne vous doit plus rien à toi ou à ta famille... Comme tu le désire, je vais le laisser t'engrosser à sa guise, sans lever le petit doigt … Quand à toi, tu feras chercher Modow, et tu le ramèneras chez vous... Et là ce terminera mon esclavage. N'attendez … Plus … Rien de moi ... est-ce clair ?

On m'appelle Contenu sponsorisé

Posté dans Re: « Ce qui ressemble au hasard parfois est un rendez-vous »   -

Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum