AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
» Communication externe
par Loth de la Vision Mar 21 Juin 2016 - 15:06

» Réversa [ TOP ]
par Invité Ven 27 Mai 2016 - 8:21

» Le monde de Dùralas
par Invité Jeu 26 Mai 2016 - 7:00

» Anthalia
par Invité Dim 22 Mai 2016 - 15:17

» Marbrume, La Cité des Damnés
par Invité Lun 16 Mai 2016 - 15:07

» Questionnaire pour soutenir infinite RPG !
par Invité Sam 14 Mai 2016 - 17:33

» Escalus
par Invité Jeu 12 Mai 2016 - 9:02

» Mass Effect : Reborn
par Invité Mar 10 Mai 2016 - 15:00

» Forum en pause
par Asàf Lysereän Mar 10 Mai 2016 - 13:47


Livre de bord - Fayt

Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Livre de bord - Fayt   - Ven 28 Juin 2013 - 7:32




"N'y pense pas. Fais-le, c'est tout. Même respirer devient difficile lorsqu'on se concentre sur chaque respiration."

Surnom : Fayt
Nom : Eithyl
Prénom : Fadren
Âge : 24 ans


Pirate à la recherche d'un équipage.









Ceci est mon histoire.


Tous les pirates ont été mousse un jour. C’est vrai pour beaucoup mais pas pour moi. Fils du capitaine du Rouge-Gorge et de la mécanicienne, j’ai sauté bien des étapes pour arriver à mon poste. Alors que les jeunes recrues nettoyaient le vaisseau et épluchaient les pommes de terre, j’avais droit à ce qu’on aurait pu appeler une éducation. Mes parents s’octroyaient quelques heures chaque jour pour me faire partager leurs connaissances linguistiques, m’apprendre à lire les cartes du ciel et m’entrainer au combat et aux manœuvres du navire. Le reste du temps, je passais mon temps à gambader sur le vaisseau. Lors des abordages et des batailles, je devais me cacher dans la cale ou rester cloîtrer dans la cabine principale. Je n’aimais pas tellement cette passivité et j’acquis le droit de participer aux assauts à l’âge de huit ans. Ce favoritisme ne fut pas sans créer une certaine jalousie de mes paires envers moi mais, après plusieurs batailles, je réussi à gagner leur respect.

On aurait pu croire que le danger me faisait peur mais j’étais trop jeune pour vraiment me rendre compte des conséquences de mes actes. Muni de mon petit poignard, je me faufilais discrètement et assassinais ceux qui venaient à ma portée. Je voulais faire comme les autres : foncer dans le tas et décapiter le plus d’adversaires possible. Cependant, je me conformais aux ordres. J’avais plus peur de mon père et de sa colère que de mes agresseurs potentiels si je désobéissais.

Les années passèrent. Je gagnais le droit de me jeter dans la huée à l’âge de treize ans. La première fois, le goût du sang et l’odeur des entrailles qui sortaient des éventrés me donnèrent la nausée. Je vomis toutes mes tripes à la fin de l’abordage, sous le rire gras de mes compères. Je me débrouillais bien. Ma petite taille était un avantage et, souvent, nos opposants ne faisaient que très peu attention à moi, préférant se concentrer sur les adultes. On me croyait souvent inoffensif ou presque mais c’était là leur plus grande erreur. Quand on grandit dans une famille de pirates, quand on est élevé en tant que pirate, on acquit rapidement les qualités d’un pirate.

A dix-neuf ans, je remplaçais l’ancien pilote du Rouge-Gorge mort au combat. A mes débuts, j’étais impétueux et téméraire, fendant le ciel à toute allure. Cependant, l’expérience m’apprit à me maîtriser et, bien que j’aie toujours une folle passion pour la vitesse, je garde désormais des réserves pour les situations extrêmes. Les batailles me manquent parfois mais j’aime trop ce poste pour le quitter.

Tout se passa bien jusqu’il y a peu.


« Lance le rafiot à plein gaz, ils ne doivent pas nous rattraper ! »

« Attention, ça va secouer ! »

Les SPEEDER RA90 s’approchaient dangereusement. Nous n’étions pas encore à portée de tir mais cela ne tarderait guère si nous restions en vitesse de croisière. J’activais les deux propulseurs éteints et tirai sur le levier de vitesse. Notre allure s’accéléra mais pas assez rapidement à mon goût. Je savais que nos poursuivants pouvaient atteindre 420 km/h et malheureusement pour nous, ce n’était pas notre cas. Il fallait que je les sème à tout prix.

« Accrochez-vous, on pique ! »

Je poussai le manche de direction vers l’avant et nous descendîmes en piqué. Nous passâmes sous les nuages et continuâmes à nous rapprocher du sol. Le brouillard dense ne tarderait pas à nous dissimuler. Quand je nous crus assez bas, je redressais les commandes et le vaisseau se remit à l’horizontal. Je poussais les réacteurs à leur maximum mais ce fut insuffisant. Ils étaient trop proches. Ils lancèrent un premier tir que j’évitai en poussant le manche vers la gauche, exécutant un roulis. Je ne pus malheureusement pas éviter le deuxième qui nous frappa de plein fouet. Ils ne s’attendaient certainement pas à ce que j’allais faire. Je tirai la manette à fond et cabrai le navire. Là, je fis un lacet pour les survoler. Nous étions un peu plus hauts que notre plafond mais nous n’avions pas réellement le choix. Nous foncions à travers les cieux comme jamais. Je pensais leur avoir échappé quand un troisième tir nous percuta, suivit d’un quatrième et d’un cinquième. Deux des turbines étaient touchées ainsi que le GMP.

« On va se crasher les gars ! »

Notre bâtiment tombait en flèche sans que je ne puisse rien faire. Je l’accompagnais dans sa chute et, lorsque j'aperçus le sol, j’essayai de redresser l’appareil. Je mis toute mes forces dans l’opération et réussi à ce que notre assiette soit presque nulle. Nous aurions pu mieux nous en sortir si nous ne foncions pas droit sur le Mont Centil. La collision fut brutale et je fus projeté violemment à l’extérieur de l’appareil. J’atterris par miracle dans un buisson, ce qui amorti ma chute. Je ne sentis pas tout de suite la douleur à cause de l’adrénaline. Je me relevai donc pour apercevoir le désastre. Le vaisseau était en flamme et, rapidement, il eut une première explosion puis une seconde, plus violente. Je fis quelques pas, titubant, avant de m’effondrer.

Une pluie battante me sortit de mon inconscience. Je me relevai difficilement et m’approchai de l’épave, contournant les débris. J’apercevais çà et là des ossements calcinés. Voilà donc ce qui restait de mes compagnons ? Je criais, implorais les survivants de me répondre mais je n’eus aucun retour. J’étais seul. C’est avec plein de rage que je posai le genou gauche à terre, posant ma main droite sur mon cœur.

« Moi, Fadren Eithyl, dernier membre de l’équipage du Rouge-Gorge, jure sur ma vie et sur mon sang de vous vengez, camarades. Les matrosciens paieront !»

Après ce serment, je m’orientai pour rejoindre Vanylle. Le trajet fut long et pénible mais je réussi à atteindre la ville. Là, je louai une chambre dans une auberge et m'y reposai longuement.
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: Livre de bord - Fayt   - Ven 28 Juin 2013 - 8:32




Les rencontres forgent le destin

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Sed porta tempor lorem, a laoreet est elementum non. Quisque et odio at urna dignissim vulputate non ac odio. Vestibulum faucibus, turpis lobortis feugiat sodales, turpis nisl consequat nunc, sit amet viverra purus mi a velit. Praesent fermentum, dui sit amet iaculis.Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Sed porta tempor lorem, a laoreet est elementum non. Quisque et odio at urna dignissim vulputate non ac odio. Vestibulum faucibus, turpis lobortis feugiat sodales, turpis nisl consequat nunc, sit amet viverra purus mi a velit. Praesent fermentum, dui sit amet iaculis. Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Sed porta tempor lorem, a laoreet est elementum non. Quisque et odio at urna dignissim vulputate non ac odio. Vestibulum faucibus, turpis lobortis feugiat sodales, turpis nisl consequat nunc, sit amet viverra purus mi a velit. Praesent fermentum, dui sit amet iaculis.

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Sed porta tempor lorem, a laoreet est elementum non. Quisque et odio at urna dignissim vulputate non ac odio. Vestibulum faucibus, turpis lobortis feugiat sodales, turpis nisl consequat nunc, sit amet viverra purus mi a velit. Praesent fermentum, dui sit amet iaculis.

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Sed porta tempor lorem, a laoreet est elementum non. Quisque et odio at urna dignissim vulputate non ac odio. Vestibulum faucibus, turpis lobortis feugiat sodales, turpis nisl consequat nunc, sit amet viverra purus mi a velit. Praesent fermentum, dui sit amet iaculis.



Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: Livre de bord - Fayt   - Ven 28 Juin 2013 - 15:03



Chronologie des RPs






L’attaque des miliciens a fortement endommagé le vaisseau qui ne tarda pas à s’écraser. Je me fis expulser hors de l’appareil et atterri au milieu d’un buisson qui me sauva la vie. Tandis que l’appareil explosait, je tombai dans l’inconscience. Avançant vers l'épave, je ne retrouvai que des ossements calcinés et des débris. Cette histoire raconte mon retour difficile vers Vanylle depuis le Mont Centil où j'ai échoué.


On m'appelle Contenu sponsorisé

Posté dans Re: Livre de bord - Fayt   -

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum