AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
» Communication externe
par Loth de la Vision Mar 21 Juin 2016 - 15:06

» Réversa [ TOP ]
par Invité Ven 27 Mai 2016 - 8:21

» Le monde de Dùralas
par Invité Jeu 26 Mai 2016 - 7:00

» Anthalia
par Invité Dim 22 Mai 2016 - 15:17

» Marbrume, La Cité des Damnés
par Invité Lun 16 Mai 2016 - 15:07

» Questionnaire pour soutenir infinite RPG !
par Invité Sam 14 Mai 2016 - 17:33

» Escalus
par Invité Jeu 12 Mai 2016 - 9:02

» Mass Effect : Reborn
par Invité Mar 10 Mai 2016 - 15:00

» Forum en pause
par Asàf Lysereän Mar 10 Mai 2016 - 13:47


Trente et une années d'excès

Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Trente et une années d'excès   - Sam 29 Juin 2013 - 17:20


❝ Trente et une années d'excès.❞

De Nombreux Invités
Song ♪



Dans une obscurité parfaite, allongée sur un lit immense et douillé, le corps vêtue d'une femme qui a vu à ce jour trente et une années s'écouler lentement entre ses doigts. Couchée sur le dos, le menton pointant vers les cieux, les yeux encore clos elle semble être dans un autre monde, un monde où les vivants n'ont pas leur place. Loin d'être morte malgré les apparences, Selim est éveillée. Elle n'ouvre pas les yeux, ne bouge pas, une respiration discrète et enfin un soupir. Ses mains qui jusque là étaient immobile se mirent à attraper, puis tirer les lourds draps qui recouvraient sa couche. Il fallait se lever, une fort longue journée l'attendait, mais son lit était si bon et ses rêves si doux, qu'elle aurait aimé rêver éternellement.

La suite de la journée fut simplement stressante pour la jeune femme qui tenait à ce que tout soit parfait du début jusqu'à la fin. Il lui fallut en tout plus d'une dizaine d'heures pour trouver la tenue parfaite pour ce jour alors qu'elle préparer celle-ci depuis deux à trois mois déjà. Une fois cette maudite robe d'un bleu mauve, faite de satin et couverte de perles ainsi que de plumes, ce fût au tour de la coiffure d'être choisie. Selim n'arrivait pas à se décider si elle devait les attacher ou bien encore les garder détacher. Après un long débat devant sa coiffeuse, elle finit par demander à sa domestique de lui coiffer le haut de la tête en quelques tresses parsemées de perles et de rubans fins argentés et de laisser le reste de ses cheveux sombres pendre le long de son dos nu avec la fin des rubans argentés. Vint ensuite le tour des chaussures. Il les fallait plus ou moins hautes et confortable. Après plusieurs essaie, elle finit par choisir de petits escarpins en satin d'un bleu roi. Puis vint le tour des cosmétiques. Ceci ne fut pas très difficile à trouver au moins, mais le temps pour confectionner un tel maquillage fût long. Fort heureusement, elle demanda à se qu'on lui maquille seulement les yeux. Ainsi des couleurs chaudes et verdoyantes faisaient ressortir le bleu de ses yeux.

Une fois prête, elle entreprit de faire le tour du domaine pour vérifier la qualité des jeux, activités et plats qu'elle souhaitait disponibles et prêts pour ses invités. Le grand portail noir ne grinçait pas, les jardins était préparés, les jeux étaient installés et un buffet extérieur était dressé ayant à côté de lui une seconde table où pourrait être posé les cadeaux. A l'intérieur, le salon était des plus beaux sentant la bonne air et les fleurs fraîches, la salle de Bal était des plus étincelante et les instruments installés, attendaient patiemment les mains de leur propriétaire, la salle à manger était maintenant dressée et la famille n'avait pas hésité à sortir la belle argenterie pour plaire à leur paire. A l'étage, les chambres des invités étaient fin prêtent, elles aussi. Il était alors temps de faire un tour en cuisine pour mettre un nouveau coup de pression aux personnes qui étaient à son service. Elle avait à peine aboyé quelques ordres que déjà, elle entendait la première famille frappait à la porte.

Tout aussitôt Selim sursautât et se tût, tendant l'oreille, puis risquant un œil dans la porte à demi-ouverte. Horreur ! Déjà là ?! La Maîtresse de maison refermait aussitôt la porte des cuisines pour ensuite se presser vers la seconde porte afin de regagner discrètement sa chambre. Montant avec prudence les marches en priant pour qu'on ne l'entende pas, elle retournait à sa coiffeuse pour vérifier son maquillage, sa coiffure mais surtout pour mettre à son cou son fabuleux héritage. Un collier des plus anciens portant la première qui avait été extraite des carrières d'Errande. Les couleurs de cette pierre, bien que le bleu dominait, faisait penser au plumage de certains oiseaux mêlant vert, bleu et ambre dans leur plumage selon les reflets que pouvait créer la lumière. C'était un magnifique bijou dont Selim était très fière de porter, car il représentait de bien nombreuses choses comme la richesse de la famille Shadow.

Lorsqu'on vint frapper à sa porte pour annoncer l'arrivé des premiers invités, Selim mit un certain temps à répondre et à décoller son regard du miroir ou plus précisément du bijou qu'elle portait. C'est avec un large sourire qu'elle s'empressait par la suite d'un pas guilleri de rejoindre ses invités, laissant les enfants aller jouer dans le jardin. Ainsi commençait le long défilait des arrivant en fin d'après midi. Peu à peu les jardins se remplir d'enfants jouant et riant, pendant que d'autres, un peu plus âgé se faisait gentiment la cour loin des regards méfiants et protecteurs de certains parents. Cette fête serait loin d'être comme celles qu'avait l'habitude de donner Selim pendant sa période auprès de la bourgeoisie. Ici, il n'y aurait ni jeux de cartes truqués, ni même fumée ou bien encore jeux d'argent. Il n'y aurait qu'un orchestre, des plats raffinés, des jeux ludiques et amusants, des danses, des vers, un peintre, enfin des arts saints et des jeux sportifs afin qu'on ne puisse lui reprocher quoique ce soit sur l'animation de sa fête.


avatar

On m'appelle Jack l'Infortuné


Infos Personnage
RANG: Dionnia [soeur, prédef],Venycia, l'Imposteur, Miobë, Mike, Eshisil...
VILLE & APPARTENANCE : Actuellement à Vanylle, mais originaire de Vuulte.
MON AGE : 22 ans.
Féminin
MESSAGES : 696
AGE : 22
INSCRIT LE : 30/10/2012
PSEUDO HABITUEL : Mentheloup
Joyaux : 98
http://www.ile-joyaux.com/t1139-jack-belfort-peintre-ou-debauche#31088 http://www.ile-joyaux.com/t1135-jack-belfort#30995
Posté dans Re: Trente et une années d'excès   - Lun 1 Juil 2013 - 16:43



Une certaine appréhension emplissait son cœur, au son des roues claquant sur le pavé. En simple peintre, il venait dans une modeste petite calèche, contemplant du sol certains vaisseaux qui, il le supposait sans doute avec justesse, se rendaient eux-aussi au Bal de la Dame Shadow. Le jeune homme les apercevait un instant, leur vol lui rappelant celui en la compagnie du Bourgeois qui s'était si mystérieusement éclipsé, avant qu'il ne disparaisse, son véhicule étant contraint d'emprunter les chemins terrestres, pas toujours des plus direct. Ainsi, Jack se devait d'être patient, se restreignant à songer aux festivités à venir... Du moins pour les nobles invités. Lui ne serait pas là pour s'amuser, cela ne lui étant pas plus triste que cela. Esquisser tant de visages parés et de toilettes soignés... L'exercice allait sans doute se révéler très intéressant. En prévision de son arrivée, il ferma les yeux, n'ayant pas de miroir à sa disposition.

Sa tenue n'était pas cousue de fils d'or comme il en verrait tant, et paraîtrait bien modeste en comparaison de celles des invités. Mais de cela, il ne s'inquiétait pas. Sa condition de simple Citoyen serait visible par tous, et rehausserait d'autant la qualité de leur vêtement. Néanmoins, le minimum attendu était qu'il ne soit pas négligé. Ainsi, il se remémora la figure qui lui avait été renvoyée dans son atelier. Ses boucles blondes, dont il suivit la courbe du bout des doigts, vérifiant qu'aucune ne rebiquait de manière ostentatoire. Son visage au teint frais - à cela, il ne pouvait rien changer -, où paraissaient briller ses yeux, rappelant la teinte de l'ithylium. Son pourpoint matelassé de couleur vert sombre, mis en valeur par un col rouge. Le bout de ses manchettes de la même couleur, qui était également ondulées... Et ainsi de suite, jusqu'à ses souliers, correctement lacés. A ses souvenirs, son toucher répondit par l'affirmative : il était aussi prêt qu'il le pouvait. Alors il rouvrit les yeux avec un soupir un rien soulagé. le soin porté à sa tenue n'était pour lui, mais pour ne pas décevoir sa commanditaire. A une telle réception, cela serait un véritable petit désastre.

Bien malgré-lui, le peintre sentit son cœur se serrer discrètement, alors que la calèche passait les grandes portes de fer. Des vrombissements de moteur lui annoncent que de riches familles l'ont précédé. Se détournant de la fenêtre de la portière, il se saisit de son carnet de feuilles et du matériel adéquat. Un rien encombrant, mais c'est bien pour cela que Dame Selim l'avait demandé. De l'autre main, il glissa ses doigts dans son col jusqu'à la bourse dissimulée, pour en extraire avec l'adresse de l'habitude les galons qu'il devait au cocher. Quand le véhicule s'immobilisa enfin, un rien à l'écart des vaisseaux nobles, le jeune homme en sortit rapidement, remercia le conducteur tout en le payant, avant de l'observer quitter les lieux, si désuet en comparaison de la technologie présente. Mais qu'importait désormais que ces réflexions futiles.

Il était arrivé.

Levant les yeux du pavé que battaient les anciennes roues du véhicule fuyant, Jack porta alors son regard vers les marches qui menaient à la demeure de la Famille Shadow... Ainsi que sur les individus qui les gravissaient, dans leurs riches atours. Un instant ébloui, ses bras tremblant déjà fébrilement dans la perspective de saisir la prestance dégagé par ces hommes et femmes, le peintre prit le temps d'inspirer profondément pour se calmer. Cela sortait de l'ordinaire des tableaux privés réalisés sur mesure, et il avait grand intérêt à bien se tenir. Un sourire finit par se glisser sur ses lèvres, alors qu'il se dirigeait vers l'entrée, d'un pas toujours plus assuré : n'était-ce pas ce qu'il faisait depuis toujours, évoluer parmi les Grands ? Se joignant aux arrivants, jusqu'à rentrer à l'intérieur à leur suite, il salua ceux qui le remarquait de quelques mots polis, en reconnu d'autres auprès desquels il s'enquit rapidement de leur satisfaction, plusieurs mois plus tard après la commande. Par anticipation, il se glissait dans sa peau de peintre, délaissant le jeune citoyen quelque peu intimidé.

Bientôt, il aperçut dans la foule de personnes richement vêtues, un certains attroupement. Sans guère de surprise, alors qu'il se glissait vers le groupe, il réalisa qu'il s'agissait simplement des derniers invités qui devisaient avec celle qui sans nul doute devait être la Maîtresse des lieux. Ne souhaitant pas s'imposer alors que la Dame se trouvait en une compagnie si sophistiquée, le jeune peintre observa un instant les visages, le va-et-viens des serviteurs parmi les Marchands qui lui était bien familier... Jusqu'à ce qu'il saisisse, du coin de l'oeil, une brèche dans le rempart d'attentions dont était entourée la Dame. Un peu naïvement, il ressentit un soupçon de plaisir devant la joie - bien que modérée par la bienséance - qu'exprimait son visage... Même si tout dans ses manières paraissait calculé au geste près, comme bien souvent chez les Marchandes rompues aux arts de la réception. Éblouir, ravir, hypnotiser, manipuler... Tant d'objectifs qu'elles s'efforçaient toujours d'atteindre par leur charme calculé qui se voulait pourtant "naturel" dans son expression.

Il réalisa alors qu'il était resté pétrifié quelque instant à admirer sa splendide tenue au faste mesuré, magnifique sans être outrancière ou encore vulgaire. Profitant d'une éphémère accalmie, il attira son attention par une légère courbette, malgré que son matériel rendit le geste moins gracieux qu'à l'accoutumé. Se relevant, il offrit à son hôtesse un mince sourire enchanté, avant de dire d'un ton mesuré, où transparaissait tout de même sa bonne humeur... Et son admiration.

Dame Shadow, mes hommages... Et mes compliments pour ces réjouissances qui s'annoncent sans pareilles. Jack Belfort, pour vous servir. Je vous remercie pour cette invitation, et j'ose espérer que vos attentes seront comblées. Il s'inclina à nouveau, mais de manière moins marquée, jetant des regards alentours... Sur les nouveaux convives qui se pressaient - mais avec retenue et dignité -, impatients de saluer la Dame. Mais je ne voudrais pas vous priver de davantage de votre précieux temps en ce jour. Permettez que j'aille trouver un point d'où j'aurai une bonne vue d'ensemble, sans pour autant gêner vos invités.

Il attendit un instant, invitant d'un regard interrogateur la Maîtresse des lieux et Reine du jour de lui indiquer un emplacement en particulier, si elle le désirait. Sans quoi, il irait découvrir l'endroit afin de prendre place par ses propres moyens.



avatar
Marchand

On m'appelle Miobë Marchebois


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Gernie
MON AGE : 24 ans
Féminin
MESSAGES : 352
AGE : 24
INSCRIT LE : 27/01/2013
PSEUDO HABITUEL : Mowiel Solverre
Joyaux : 187
http://www.ile-joyaux.com/t2388-journal-de-bord-de-miobe-shei-arcath http://www.ile-joyaux.com/t1330-miobe-shei-arcath#35147
Posté dans Re: Trente et une années d'excès   - Mar 2 Juil 2013 - 2:29

Miobë préférait de loin les fêtes simples. Tout d’abord parce qu’elles accueillaient moins de monde. Et ensuite parce que son mari prenait toujours le temps de la présenter à ses amis, comme s’il vendait du bétail. Malheureusement, ce soir, Selim Shadow voulait que la soirée soit somptueuse.
La jeune femme écoutait en souriant les bavardages de son époux. Certes, elle adorait les vêtements et les parures, mais ceux-ci étaient-ils ses seuls moyens d’être admirée et respectée ? Souvent, son entourage évoquait l’intelligence de feu sa mère, son goût pour les arts, sa curiosité intellectuelle. Hélas, à peine possédait-elle elle-même plus de la moitié de ses connaissances ! Pourquoi n’avait-elle pas étudié avec plus d’ardeur lorsqu’elle en avait encore le temps ? Mais, dès l’âge de dix ans, elle n’avait pensé qu’au fils du Libraire de Sant Poseïnos. Les conversations politiques l’ennuyaient profondément. Elle voulait rire, danser, jouer de la musique et écouter les récits d’aventure qu’on voulait bien lui conter. Jusqu’à son mariage, pour lequel elle fût forcée de se remettre rapidement dans le droit chemin.

Déolin Shei’Arcath n’avait pas pris le soin d’aller saluer directement Selim Shadow. Depuis toujours, à la connaissance de Miobë, il portait en horreur les mouvements de foule, préférant s’isoler avec un ou deux amis lorsque son absence ne portait pas préjudice à l’image de la famille ; ou bien encore lorsqu’il n’était pas question de négociations ou de conversations politiques, les sujets où il excellait.
Mais plus le temps passait, plus Miobë trouvait le comportement de époux impoli. Elle comprenait bien ses intentions et son désir de pouvoir saluer cette grande dame plus intimement, mais de ce monde superficiel, la jeune femme avait retenu une chose : chaque geste, chaque parole, pouvait être interprété très différemment en fonction des familles Marchandes, et souvent pour leur seul avantage. Voilà bien longtemps qu’elle ne comptait plus les rumeurs faussées qui parvenaient à ses oreilles lorsqu’un mot qui n’aurait pas dû être prononcé le fût.
Alors pour protéger son époux, elle surveilla du coin de l’œil les moindres faits et gestes de l’hôte de cette maison. C’est alors qu’elle le vit.

Il ne pouvait pas passer inaperçu. Sa magnifique chevelure dorée, mise en valeur par un vêtement sombre et discret, était comme un flambeau au milieu d’un jardin obscur. Jack Belfort, l’un des peintres les plus admirables, et surtout, son ami le plus précieux, son unique confident. Elle l’aimait comme un frère, comme un père, comme un amant, comme un mari. Il avait tout et était tout. Il écoutait et réconfortait, comme si le malheur du monde avait le poids d’une plume sur ses épaules.
Miobë avait l’irrésistible envie de le prendre dans ses bras et d’avoir de ses nouvelles, depuis leur dernière correspondance épistolaire. Mais aujourd’hui, le monde la regardait, et ce relâchement, elle ne pouvait se le permettre. Ce serait comme tendre une perche à tous ces esprits malveillants présents dans la salle.
avatar
Bourgeois

On m'appelle Venycia Howk


Infos Personnage
RANG: Thélador Gotruscos, Elior Gotruscos, Solomon Valyssar, Varen Shei'Arcath, Coco du Rico, Jack Belfort, Delian Howk, Errol Parhelion (Moda l'Imposteur), Nodin Kellen (Günel), Miobë Shei'Arcath, Talis Hadmas, Neylie Valyssar, Hiempsal Saule, Ebenezer Eisenheim
VILLE & APPARTENANCE : Vuulte ● Famille Marchande Gotruscos / Famille Bourgeoise Howk
MON AGE : 18 printemps.
Féminin
MESSAGES : 378
AGE : 25
INSCRIT LE : 13/04/2013
PSEUDO HABITUEL : Kathy
Joyaux : 1356
http://www.ile-joyaux.com/t1523-cher-journal http://www.ile-joyaux.com/t1507-venycia-howk-gotruscos
Posté dans Re: Trente et une années d'excès   - Mar 2 Juil 2013 - 13:44

Dans le vaisseau qui effectuait le court voyage entre Vuulte et Errande, Elior Gotruscos était lentement en train de perdre patience. Il y a deux heures, le comportement de sa soeur était mignon, une anticipation qui lui donnait un sourire de gamine, un ravissement à voir, vraiment. Mais à ce stade, malgré la promesse qu'il avait faite à ses parents de la surveiller, il ne rêvait plus que de refiler l'encombrante Venycia à Dame Selim, qui en ferait ce qu'elle voudrait du moment qu'elle l'en débarrassait, merci bien.

C'était la quinzième fois au moins que la jeune fille vérifiait la tenue de son frère. Oh, pas la sienne, non ; elle avait tellement travaillé pour être parfaite qu'elle ne pouvait être plus sûre d'elle. Aussi, il était bien plus important de rajuster sans cesse les manches du garçon à côté d'elle. Garçon qui commençait vraiment à trouver le temps long dans l'étroite cabine envahie de tous côtés par des jupons. Il faut dire que, pour la première fois depuis longtemps, Veny avait eu les moyens de choisir sa tenue selon son goût, grâce au Conseiller Aylin. Ce dernier montrait un faible pour la demoiselle, tout en manque qu'il était d'une famille à cause de son métier, et elle en avait largement profité pour se faire gâter comme la fille que Zayn ne pouvait pas avoir. Elle portait donc une toilette somptueuse, d'une élégance rare. Du sur-mesure en tissu d'Ofagär, rien que ça. La tenue se composait de deux vêtements superposés, sans compter la masse encombrante de jupons qui soutenaient l'ensemble. Une première robe de couleur crème et or apparaissait entre les pans et laçages de la seconde, d'un vert forêt très seyant à son teint de rousse. Le thème de la fête étant le ciel, des plumes constituaient l'élément de décoration principal, sans toutefois surcharger l'ensemble.

Un maquillage léger, principalement là pour atténuer ses taches de rousseur, une coiffure en apparence simple malgré le temps passé à créer des boucles délicates... Yaël avait fait du bon travail en l'aidant à se préparer. La simplicité était de mise avec une mise aussi festive, afin de ne pas verser dans l'ostentation. Venycia possédait néanmoins la chance d'une beauté ne nécessitant pas ou peu d'artifices, aussi pouvait-elle se permettre de se présenter presque au naturel. C'était au niveau des bijoux que l'affaire se compliquait...

Oh, autour du cou, elle ne portait qu'une simple chaîne dorée, là n'était pas là le problème. Non, le souci se situait à poignet, auquel se trouvait la plus magnificente des parures qu'elle ait jamais possédé ; un bracelet de mariage en bois-sorcier, sur lequel un artisan de talent avait réussi à graver de délicates arabesques malgré son incroyable finesse. Et cette éclatante beauté, elle n'en voulait pas ce soir. Venycia avait essayé par tous les moyens de le retirer, en tirant dessus, en savonnant son bras pour le faire glisser, en tordant sa main en tous sens. Rien n'y avait fait, le symbole de son union était si étroit qu'elle n'avait fait que rougir la peau tendre de son bras avec ses tentatives... D'où l'ajout de dernière minute de gants qui montaient jusqu'à ses coudes, cachant l'objet de son embarras et l'irritation du même coup. Bah... Tout irait bien tant que personne ne l'attraperait par le poignet droit. Le frère et la soeur s'étaient disputés sur ce camouflage, car le pauvre Elior s'était pris d'affection pour Delian. Mais comme toujours, l'aînée avait gagné. On ne peut pas être victorieux devant des menaces d'annonce publique d'évènements honteux, même si l'hôpital se moquait un peu de la charité ; la différence résidait dans le fait que les choses susceptibles d'humilier Elior ne porterait préjudice qu'à lui, pas à la famille entière.

L'adolescent eut un soupir de soulagement probablement audible jusqu'à Gernie lorsque le vaisseau se posa, et il bondit presque en dehors, pendant que le conducteur aidait Venycia et ses froufrous à s'extirper péniblement de l'appareil. Une fois l'exploit de sortir dignement de leur transport accompli, ils entreprirent de rejoindre la fête déjà animée dans les jardins du Domaine Shadow.

C'était là une bien belle réception qui s'annonçait, et la première depuis plus d'un an à laquelle les parents autorisaient Veny à participer ; ceci expliquait sans doute sa nervosité. Tant de gens qu'elle n'avait pas vus depuis longtemps, ou jamais même rencontrés...

Les Gotruscos s'avancèrent pour saluer leur hôte, pendant que leur serviteur posait sur la table destinée à recevoir les cadeaux d'anniversaire un bien joli petit paquet, contenant deux petits peignes à chignon décorés de fleurs taillées dans diverses pierres précieuses. Un petit mot les accompagnait : "Le temps des fleurs jamais ne fane avec toi, mon amie." Une allusion à leur échange de courrier, que Selim saurait reconnaître sans signature, puisque c'était là un cadeau assez intime et que Venycia ne voulait pas la mettre mal à l'aise par une affection trop publique, du fait de son récent mariage avec un Bourgeois.

Fronçant les sourcils derrière son masque lui aussi décoré de plumes, Veny observa l'homme qui venait de saluer la Dame Shadow juste avant eux. Il lui disait quelque chose, ces cheveux, ce port de tête... Tout s'éclaira rapidement : Jack Belfort, la dernière personne au monde dont elle connaissait le nom qu'elle avait envie de voir. Finalement... Elle adressa une révérence et un sourire complice à Selim derrière le dos du peintre, signe qu'elle la saluerait dés qu'elle serait disponible pour deviser un moment à son aise, et s'éloigna un peu pour parcourir l'assemblée à la recherche d'une silhouette connue avec laquelle entamer une discussion. Pas qu'elle doute du silence de celui qui l'avait un jour croisée là où elle n'aurait pas dû se trouver, non... Elle ne tenait simplement pas à commencer par une conversation où la gêne serait palpable, voilà tout. Les deux femmes auraient bien le temps de renouer plus tard, puisque Venycia avait été invitée à loger sur place après la fête. Elior, quant à lui, s'en fut bien vite loin de sa soeur pour ne plus subir ses humeurs, malgré que son plan de la refiler à la reine du jour n'ait pas fonctionné ; il avait de toutes façons des amis à revoir, lui aussi.
avatar
Marchand

On m'appelle Hiempsal Saule


Infos Personnage
RANG: Neylie;Esheban;Miobë;Ravena;
VILLE & APPARTENANCE : Vuulte ~ Héritier des Saule
MON AGE : 31 ans
Masculin
MESSAGES : 162
AGE : 27
INSCRIT LE : 12/08/2012
PSEUDO HABITUEL : Jezibaba
Joyaux : 109
Posté dans Re: Trente et une années d'excès   - Jeu 11 Juil 2013 - 15:30



    ❝ Trente et une années d'excès❞



    Les Saule étaient parmi les premiers arrivés à la réception. Pas de vivenef Eyros à l'horizon, et pour cause, seules quelques branches secondaires avaient daigné venir célébrer la prise d'âge de la dame Selim Shadow. Il s'agissait là plus d'une manière de se montrer en société que de faire plaisir à une amie, tout le monde sachant très bien que la famille de Vuulte voyait d'un très mauvais oeil cet acoquinement avec le milieu bourgeois.

    Ils étaient sortis ensemble de l'imposant vaisseau qui les avait amené jusqu'à destination. Parmi eux un homme qui avait mis son masque plus tôt que ça n'était prévu déposa à l'endroit prévu un paquet contenant une chaîne de perles nacrées toutes délicatement gravées de motifs végétaux. Certains pensèrent de ce mystérieux individu qu'il s'agissait d'un simple amusement, d'autres espérèrent qu'un intrus ne s'était pas glissé dans la soirée. Quelques-uns, plus avisés, devinèrent qu'il était membre de la branche principale et préférait ne pas être reconnu.

    Ceux là même ne se seraient pas douté que sous cet artifice se dissimulait l'héritier Saule lui-même. Hiempsal, las des obligations qu'imposait son statut, s'était octroyé une trêve quelque-peu risquée. Mais ces histoires de famille avaient toujours eu le don de l'ennuyer et bien qu'il n'ait jamais eu la bourgeoisie en haute estime, il avait décidé de la côtoyer l'instant d'une journée, à visage couvert cependant. Ne souhaitant pas non plus entacher la réputation de sa lignée, il s'était présenté avec un masque prenant toute la moitié haute de son visage, ne laissant apparaître que bouche et menton. Son accessoire n'avait de céleste que sa couleur d'un bleu nuit et ses bordures dorées rappelant certaines constellations.

    L'après midi était déjà bien entamée et d'autres invités continuaient d'affluer, témoignant de l'influence de la famille du Conseiller Shadow. Peu impressionné, Hiempsal voletait de gauche à droite, tenant compagnie tantôt à une aïeule délaissée, tantôt à un enfant s'ennuyant des affaires de grandes personnes. Plusieurs fois il songea à son fils resté à Vuulte qu'il avait laissé aux bons soins de sa gouvernante, prétextant une invitation intimiste d'un ami de longue date. Excuse qu'il avait aussi donnée à son père afin d'éviter ses remontrances plus que son courroux. D'être venu en ce lieu le rajeunissait de vingt ans, à l'époque où tromper l'autorité paternelle avait quelque-chose de grisant...

    Ainsi, de doyen en cadet, il s'enquérait des nouvelles des familles qu'il appréciait et en découvrait d'autres. À lui parler en face à face, et à condition de le connaître relativement bien, on pouvait deviner son identité en croisant son regard bicolore derrière le masque qui ne pouvait cacher une telle particularité. Être bossu aurait pu être plus aisé à dissimuler...

    Ses pas aléatoires le guidèrent vers la nuée de convives qui bourdonnaient autour de l'hôtesse. D'un sourire amusé il observa le manège de chacun, certains se bousculant pour atteindre la dame, d'autres restaient à l'écart en espérant voir s'ouvrir une brèche vers elle pour lui faire savoir qu'ils sont présents. Ce fut vers l'un de ces individus que Hiempsal se dirigea, s'arrêtant au niveau d'une adolescente aux cheveux roux.

    - À mon avis, si vous voulez lui présenter vos respects, vous devriez vous montrer plus virulente. ses yeux se posèrent sur elle, le laissant constater qu'il n'était pas le seul à s'être masqué aussi tôt. Personne ne vous reconnaîtra et nul ne pourra vous en vouloir d'ici demain, tentez donc la manière forte !
avatar
Bourgeois

On m'appelle Venycia Howk


Infos Personnage
RANG: Thélador Gotruscos, Elior Gotruscos, Solomon Valyssar, Varen Shei'Arcath, Coco du Rico, Jack Belfort, Delian Howk, Errol Parhelion (Moda l'Imposteur), Nodin Kellen (Günel), Miobë Shei'Arcath, Talis Hadmas, Neylie Valyssar, Hiempsal Saule, Ebenezer Eisenheim
VILLE & APPARTENANCE : Vuulte ● Famille Marchande Gotruscos / Famille Bourgeoise Howk
MON AGE : 18 printemps.
Féminin
MESSAGES : 378
AGE : 25
INSCRIT LE : 13/04/2013
PSEUDO HABITUEL : Kathy
Joyaux : 1356
http://www.ile-joyaux.com/t1523-cher-journal http://www.ile-joyaux.com/t1507-venycia-howk-gotruscos
Posté dans Re: Trente et une années d'excès   - Ven 12 Juil 2013 - 14:30

Venycia se stoppa dans le mouvement qui l'emmenait loin du peintre, puisque quelqu'un lui parlait. Elle leva le nez vers l'homme, puisqu'il avait deux bonnes têtes en plus qu'elle, comme la majorité de la population en présence à l'exception des enfants. Heureusement que la jeune fille avait des formes, sinon on l'aurait envoyée courir avec les garnements qui se jouaient sur la pelouse.

« Oh. C'est à dire que... »

Elle croisa son regard, et commença à prier pour ne pas être reconnue, malgré qu'il y eut assez peu de rouquines parmi les Marchandes. Mais bon... Elle n'avait plus vu son interlocuteur depuis plusieurs années déjà, et elle avait bien changé depuis le temps où elle et Noreshia Saule étaient encore amies. Car ces yeux étranges, il n'y avait qu'une seule personne parlant avec un très léger accent de Vuulte qui pouvait en avoir des semblables. Le poison de sa vie avait un grand frère : Hiempsal. Enfin... Il disait lui même que personne ne la reconnaîtrait, c'était un excellent signe, n'est-ce pas ? Et puis, elle n'allait pas passer sa vie à esquiver les gens, quoi qu'il en soit, et elle ne le connaissait que très peu. Beaucoup plus âgé qu'elle, il n'avait sans doute guère accordé d'importance à l'enfant qu'elle était lorsqu'elle fréquentait encore le Domaine Saule.

« Je connais assez bien Dame Selim, et j'ai été invité à loger après la soirée... J'aurai donc tout le temps de converser avec elle un peu plus tard, contrairement à d'autres. »

Ce qu'elle disait aurait pu paraître présomptueux, mais elle eut un haussement d'épaules d'excuses, et sa voix avait le ton d'une explication candide. Veny ne vantait pas sa relation, elle justifiait sa fuite autrement que par « Jack Belfort me met mal à l'aise », ce qui n'est pas la manière la plus polie de commencer une conversation à moins de deux mètres de la personne en question.  

Hiempsal ne semblait pas bouger, aussi elle reprit :

« Vous ne lui présentez pas vous-même vos respects ? Je peux vous forcer un passage, si vous voulez, voyez comme j'en ai la carrure ! »

Belle ironie, sauf peut-être pour les coudes acérés qui pourraient lui créer une allée assez facilement.
avatar
Marchand

On m'appelle Hiempsal Saule


Infos Personnage
RANG: Neylie;Esheban;Miobë;Ravena;
VILLE & APPARTENANCE : Vuulte ~ Héritier des Saule
MON AGE : 31 ans
Masculin
MESSAGES : 162
AGE : 27
INSCRIT LE : 12/08/2012
PSEUDO HABITUEL : Jezibaba
Joyaux : 109
Posté dans Re: Trente et une années d'excès   - Ven 12 Juil 2013 - 15:25

    La demoiselle répondit être proche de l'hôtesse de ces lieux. À ces mots, Hiempsal sourit. En voilà une qui, si jeune soit-elle, était déjà bien ancrée dans cette société du relationnel.

    - Toutes mes excuses, j'osais penser que vous faisiez partie de celles et ceux qui auraient simplement aimé être vus aux côtés de celle qui nous a réunis ici.

    Son regard vairon s'était de nouveau perdu dans la foule d'invités lorsque l'adolescente reprit la parole, le faisant de nouveau afficher un regard et une bouche, puisqu'eux seuls étaient visibles, amusés.

    - Dame Shadow ne m'en voudra pas de ne pas venir lui présenter mes voeux. Ma seule présence ici suffit à lui faire comprendre mes bons sentiments à son égard. par pure coïncidence, ou par le fruit du hasard, ses yeux croisèrent ceux de Selim Shadow à cet instant. L'héritier en profita pour lui adresser un hochement de tête qu'il pensait entendu. Malheureusement pour moi je n'aurai pas l'occasion de profiter de cette somptueuse demeure autant que vous, les obligations familiales exigent parfois que l'on sache écourter nos plaisirs... Écartant légèrement le coude de son torse, il invitait la mystérieuse rouquine à marcher en sa compagnie. Puisque rien ne nous retient ici, que diriez-vous d'aller goûter l'un de ces vins que l'on nous propose ? J'espère que vous n'êtes pas de Gernie, je risquerais de vous paraître un piètre amateur de cru...
avatar

On m'appelle Jack l'Infortuné


Infos Personnage
RANG: Dionnia [soeur, prédef],Venycia, l'Imposteur, Miobë, Mike, Eshisil...
VILLE & APPARTENANCE : Actuellement à Vanylle, mais originaire de Vuulte.
MON AGE : 22 ans.
Féminin
MESSAGES : 696
AGE : 22
INSCRIT LE : 30/10/2012
PSEUDO HABITUEL : Mentheloup
Joyaux : 98
http://www.ile-joyaux.com/t1139-jack-belfort-peintre-ou-debauche#31088 http://www.ile-joyaux.com/t1135-jack-belfort#30995
Posté dans Re: Trente et une années d'excès   - Sam 13 Juil 2013 - 6:04

Après s'être incliné une dernière fois, le jeune peintre s'éloigna, laissant la maîtresse des lieux accueillir comme il lui plaisait les nouveaux convives venant la saluer. Il tenta de porter son regard par delà la foule, afin de trouver un lieu adéquat pour rendre compte du spectacle de la haute société assemblée... Malheureusement, n'étant pas particulièrement grand, la haute stature d'autres hommes, voire les coiffures en hauteur de certaines dames rendaient la chose complexe. Il eut une pensée amusée pour le moment où les-dites dames devaient s'extraire de leur vaisseau, tout en prenant garde à ne rien abîmer de leur excentrique chevelure. Mais passons cette petite folie des bien nées. Un éclat cuivré attira son regard, Jack n'ayant pas encore décidé de la direction dans laquelle il pourrait tenter sa chance, et demeurant encore non loin de Dame Shadow et de ses convives. L'hésitation le saisit, le peintre étant quelques peu égaré dans ses repères mentaux, par la diversité des coiffure, les masques qui lui cachaient tant de choses, les vêtements... Aiguillonné néanmoins, il tenta de se frayer un chemin, voyant la demoiselle s'éloigner... Avant d'être retenu par un autre.

Se glissant entre deux duo en pleine discussion, il constata donc que la demoiselle était en galante compagnie. Malgré-lui, il saisit la dernière remarque de la Dame, qui le fit sourire. Une Marchande - ou Bourgeoise ? - qui ne manquait pas d'idées, même s'il doutait que leur Hôte apprécie d'apprendre que ses convives avaient souffert de côtés douloureuses. L'individu masqué à la belle mise concluant sur une proposition de dégustation de vin, le jeune homme convint que la discussion étant bien entamée, il ne serait pas poli de s'immiscer dans la conversation. Ne pensant plus qu'à reprendre sa quête d'un promontoire surélevé, il se retrouva confronté à la masse des invités, son "passage" s'étant refermé derrière lui. Un instant confus, il sentit une brusque résistance non désirée, du côté de son bras chargé... Se retournant avec mesure pour ne pas brusquer davantage, il fut navré de constater qu'il s'agissait de la demoiselle qui l'avait intrigué qu'il avait bousculé avec son carnet à dessin. Il n'avait absolument pas voulu faire une telle entrée.

Mes excuses, Dame, mon matériel n'est guère pratique pour se mouvoir parmi les convives, je le crains, dit-il rapidement. Jack Belfort, Dame Shadow m'a demandé de rendre compte des réjouissances... J'espère avoir l'occasion de vous voir apparaître sur l'une de mes esquisses pour me faire pardonner, dit-il en s'adressant à la dame comme à son interlocuteur. Mes excuses encore pour vous avoir dérangé, je vous souhaite de passer un bon moment, conclut-il avec un sourire contrit, avant de s'éclipser.

S'en retournant à sa lutte pour avancer dans la foule, non sans s'être incliner devant la dame, il tenta tant bien que mal de se frayer un chemin sans heurter quiconque. Son regard bondissant d'un groupe de discussion à un autre, il fut saisi alors qu'un visage familier entrait dans son champ de vision avant d'en ressortir aussitôt. Clignant des yeux, il parvint à la retrouver... Croisant à nouveau ce regard noisette qu'il avait longuement contemplé, n'ayant pu que taire sur la toile finale la détresse qui s'y lisait dans la réalité, et qu'il observait à nouveau. Oh Dame Mïobé... Il n'eut pas dû être surpris de la voir, visiblement en compagnie de son époux, à l'anniversaire de la Dame Shadow. Mais toujours il y avait ce stupide espoir que, peut-être la prochaine fois qu'il la verrait, un brin de joie serait parvenu à se glisser dans son existence... Il fut déçu, et le peintre l'oublia bien vite, un instant obnubilé par la peine qu'il avait à la voir ainsi parmi ses semblables, et pourtant semblant si isolée... N'y tenant plus, il s'approcha tant qu'il put, fermant son visage à la sombre émotion qu'il ressentait, espérant du moins que son époux la traitait bien en cet instant... Le fait qu'elle le regarda au moment où il atteignait leur groupe lui servit d'ouverture, adressant une salutation polie et simple à Déolin Shei'Arcath, puis se tournant vers son épouse. Un appel de sa raison vint lui souffler de ne pas percevoir la chose d'une manière si tragique, que là devait être le lot de bien des épouses bien-nées, mais les mots de la lettre de la Dame ne cessaient de danser dans son esprit, chaque fois qu'il tentait de repousser la peine qui lui venait. Affichant une mine sereine et agréable, il espérait néanmoins qu'elle verrait que son mince sourire ne montait pas jusqu'à ses yeux.

Dame Shei'Arcath, c'est un plaisir que de vous voir ce soir. Ma toile vous donne-t-elle toujours satisfaction ? commença-t-il simplement, avant d''ajouter un peu plus bas, comptant sur le potentiel désintérêt à son égard de l'époux, qui, avec un peu de chance et d'arrogance, se désintéresserait vite du peintre qu'il avait engagé un jour. Un plaisir pour mes yeux comme pour mon cœur, Dame...



avatar
Bourgeois

On m'appelle Venycia Howk


Infos Personnage
RANG: Thélador Gotruscos, Elior Gotruscos, Solomon Valyssar, Varen Shei'Arcath, Coco du Rico, Jack Belfort, Delian Howk, Errol Parhelion (Moda l'Imposteur), Nodin Kellen (Günel), Miobë Shei'Arcath, Talis Hadmas, Neylie Valyssar, Hiempsal Saule, Ebenezer Eisenheim
VILLE & APPARTENANCE : Vuulte ● Famille Marchande Gotruscos / Famille Bourgeoise Howk
MON AGE : 18 printemps.
Féminin
MESSAGES : 378
AGE : 25
INSCRIT LE : 13/04/2013
PSEUDO HABITUEL : Kathy
Joyaux : 1356
http://www.ile-joyaux.com/t1523-cher-journal http://www.ile-joyaux.com/t1507-venycia-howk-gotruscos
Posté dans Re: Trente et une années d'excès   - Sam 13 Juil 2013 - 13:04

Venycia sourit. C'était bien un Saule, qui pensait que sa seule présence suffisait au respect de la Dame des lieux ! Néanmoins, elle n'était pas mécontente qu'il reste à ses côtés, puisqu'elle n'avait encore repéré personne de sa connaissance qu'elle puisse fréquenter ouvertement.

« C'est bien sage de votre part, quoiqu'il soit triste de devoir écourter pareil évènement ; ce n'est pas tous les jours que tant de beau monde se réunit, dans un tel cadre qui plus est ! »

Lorsqu'il lui présenta son bras, elle sentit un sourire absolument ravi monter à ses lèvres. Et, intérieurement, elle jubilait.

Oh, pas tellement qu'elle soit flattée, ou qu'elle soit à ce point en manque d'attention. Ses pensées avait une teneur d'un autre genre. Plutôt... Dans tes dents, Noreshia. Cette dernière était peut-être là, mais Veny priait pour que ce ne soit pas le cas... Sauf peut-être pour voir sa tête devant la présente scène, tiens. Dans tous les cas, elle sentait que son joli masque allait lui rendre bien des services ce soir.

La jeune fille sourit à la proposition. Cela faisait bien longtemps qu'elle n'avait pas eu le droit de goûter du vin sans une stricte surveillance et, là tout de suite, c'était très tentant. Elle posa une main délicate sur le bras de Hiempsal, et reprit la parole alors qu'ils commençaient à marcher.

« Ce sera avec plaisir. Si je puis vous rassurer, je ne viens pas de Gernie, je n'y ai même jamais mis les pieds. Plutôt de Sant Poseïnos, vous n'avez rien à craindre, je n'ai aucun talent d'oenologue ! »

...Sale petite menteuse. Elle avait répondu sans ciller, de la voix naturelle de ceux qui ont tant l'habitude de raconter des salades qu'ils finissent par y croire eux-mêmes. Hiempsal Saule connaissait probablement tous les Marchands de Vuulte, et il ne lui aurait pas fallu longtemps pour faire le lien entre une petite rouquine et Venycia Gotruscos, même si l'emploi de ce nom lui semblait étrange à présent. Sant Poseïnos lui était passé par la tête puisque c'était la dernière ville qu'elle avait visitée, lors de sa visite à Errol Parhelion. Et au moins, elle avait suffisamment étudié le poisson pour conclure un accord avec Parhelion qu'elle serait crédible dans le rôle.

Elle leva le nez vers son cavalier du moment pour lui adresser un sourire angélique, lorsqu'elle se sentit bousculée. Venycia tourna la tête pour se retrouver nez à nez avec... Jack Belfort.

En guise de poisson, elle en faisait une bonne imitation, la bouche ouverte pendant qu'il s'excusait. Elle se sentait toute étourdie, de la peur qu'elle avait qu'il ne la reconnaisse. Certes, l'homme avait promis silence et discrétion, mais elle ne pouvait s'empêcher de penser qu'il allait lui dire de rentrer chez elle, lui rappeler la honte qu'elle avait ressentie devant ce malheureux croquis où elle n'était plus qu'une ombre... Mais son masque était décidément efficace, aidé par le fait que personne ne devait s'attendre à la trouver là, entre la disgrâce de ses parents et son mariage avec un Bourgeois.

Veny respira un grand coup, reprenant un peu de contenance pour lui répondre ; il avait sûrement entendu sa voix lorsqu'elle discutait avec Hiempsal, aussi y avait-il peu de chances pour que ce détail la trahisse.

« Vous êtes tout excusé, la cohue est telle que vous n'auriez su faire autrement. »

Avec un gracieux hochement de tête, elle le regarda s'incliner et s'éclipser avec un indicible soulagement. La jeune Bourgeoise suivit un instant le peintre des yeux. Il s'approchait de Miobë Shei'Arcath... De ce qu'on disait d'elle, ces deux-là ne pouvaient que s'entendre. Elle reporta son attention vers Hiempsal.

« Nous disions ? »

Elle était toujours mal à l'aise, un peu secouée, mais si l'épreuve du feu était passée avec un Saule et avec Belfort, il y avait fort à parier que la soirée masquée s'annonçait des plus plaisantes. Et puis, elle avait été élevée comme une Marchande, qui sait ne pas se départir de son plus beau sourire de conversation.
avatar
Marchand

On m'appelle Miobë Marchebois


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Gernie
MON AGE : 24 ans
Féminin
MESSAGES : 352
AGE : 24
INSCRIT LE : 27/01/2013
PSEUDO HABITUEL : Mowiel Solverre
Joyaux : 187
http://www.ile-joyaux.com/t2388-journal-de-bord-de-miobe-shei-arcath http://www.ile-joyaux.com/t1330-miobe-shei-arcath#35147
Posté dans Re: Trente et une années d'excès   - Lun 15 Juil 2013 - 8:59

Miobë rougit. Son regard s’était embrassé dès l’instant où les doux mots de Jack Belfort étaient parvenus à ses oreilles.
La jeune femme en conçut pour une espèce d’animosité mélangée à une multitude d’autres sentiments qu’elle n’aurait su définir. Elle était furieuse et humiliée de lui apparaître comme une fillette éblouie par un vêtement de troubadour…Elle cherchait même comment elle pourrait retrouver la pleine estime du jeune peintre. Puis, à nouveau victime de ses sentiments, elle se persuadait que cette estime lui importait peu et s’irritait d’avoir eu l’esprit un autre visage que celui des seules personnes qui méritaient qu’elle leur adresse la parole.
Elle n’avait pourtant jamais été plus heureuse qu’en ce jour. Son ami se tenait près d’elle et, protégée par les mouvements de la foule, elle lui avait abandonné une main dont d’ailleurs il s’empara avec l’assurance d’un homme de la haute-société. Chaque lumière illuminait le visage du jeune homme. Elle ne s’étonnait même pas du plaisir nouveau, qu’elle n’avait jamais ressenti jusqu’il y a peu, et qui s’imposait à elle sans d’ailleurs qu’il lui parût coupable, et qu’elle cherchât en rien à le réfréner. Jack Belfort était son plus tendre ami. Jamais elle n’aurait pu faire mine de l’ignorer sous prétexte qu’il n’était pas de naissance noble.

- Mon ami, comme vous m’avez manqué ! s’enthousiasma la jeune femme, rayonnante de joie.

Tandis que son époux s’éloignait pour saluer des connaissances, Miobë s’empressa de prendre des nouvelles de Jack. Cet homme avait la réputation d’aller peindre ses toiles dans l’ensemble des régions de Matroos. Bien que cette activité paraisse simple aux yeux de qui commande ses services, la jeune Dame s’inquiétait toujours de savoir s’il prenait de temps à autre un peu de repos, à savoir délaisser quelques jours les dizaines de femmes qui acceptaient de ravir son regard. Elle avait le triste sentiment qu’il accordait plus de temps aux autres qu’à sa propre personne.

- Ne parlons pas de toile et de chevalet aujourd’hui, Monsieur Belfort ! Prenez-vous assez de repos ? Je vous trouve bien pâle aujourd’hui, à moins que les lumières qui troublent mon esprit !

Elle rit, puis reprit d’une voix douce :

- Racontez-moi tout de vos voyages, je vous prie. Je veux connaître vos rêves, vos aventures, vos si merveilleuses rencontres ! Avez-vous cette fois-ci croisé le regard de la belle qui fera chavirer votre cœur ? Je me languis du jour où vous m’annoncerez que vous avez demandé la main d’une honnête citoyenne !

A ses côtés, elle était comme une enfant de huit ans réclamant un conte à qui veut bien lui accorder de son temps. Si les Grands de Matroos n’avaient été que des pantins de bois, alors elle l’aurait emmené sur le grand balcon, pour y prendre l’air et discuter de choses et d’autres qu’une Dame ne peut entendre autrement qu’au milieu d’une foule de simples citoyens.
avatar
Marchand

On m'appelle Hiempsal Saule


Infos Personnage
RANG: Neylie;Esheban;Miobë;Ravena;
VILLE & APPARTENANCE : Vuulte ~ Héritier des Saule
MON AGE : 31 ans
Masculin
MESSAGES : 162
AGE : 27
INSCRIT LE : 12/08/2012
PSEUDO HABITUEL : Jezibaba
Joyaux : 109
Posté dans Re: Trente et une années d'excès   - Ven 19 Juil 2013 - 3:39


    Hiempsal haussa un sourcil lorsque la demoiselle évoqua sa provenance de Sant Poseïnos. Son ouïe devait lui jouer des tours, il avait un instant songé que certaines intonations auraient pu se rapprocher du parler de Vuulte. Soit, il avait affaire à une dame de la capitale !

    Et tandis qu'ils se rapprochaient de la table dédiée à la dégustation de vins, sa cavalière d'un instant se vit bousculée par un jeune homme aux bonnes manières, bien qu'il n'ait pas eu l'air d'appartenir à cette société mondaine dans laquelle il évoluait. Hiempsal se contenta d'un hochement de tête lorsque le peintre émis l'idée de dessiner le duo. Nul besoin de s'enthousiasmer, l'héritier ne comptait pas immortaliser quoi que ce soit qui ait témoigné de sa présence en demeure Shadow. Il eût été dommage qu'un fin observateur constate des années plus tard que l'un des plus grands Saule avait mis l'honneur de sa famille en jeu pour de simples festivités...

    La voix de sa cavalière le tira brusquement de ses pensées.

    - Hum, il me semble que vous disiez venir du Joyau de Vama. Un bien beau lieu de résidence ! Mes affaires m'y amènent bien régulièrement mais ne m'ont pas permis d'en connaître encore tous les charmes.

    Ils avaient enfin atteint leur but et un domestique proposa quatre vins différents parmi lesquels Hiempsal choisit celui d'un blanc le plus pur, réputé pour compter parmi les plus sucrés et les plus doux au palais. Ne sachant si la demoiselle avait un gosier fragile, il avait préféré jouer la carte de la douceur et de l'exquis plutôt que celle du brut et du piquant. Il se saisit des deux verres qu'on lui présentait sur un plateau et donna l'un d'eux à sa mystérieuse compagnie.

    - Peut-être auriez-vous quelques visites à me conseiller ?
avatar
Bourgeois

On m'appelle Venycia Howk


Infos Personnage
RANG: Thélador Gotruscos, Elior Gotruscos, Solomon Valyssar, Varen Shei'Arcath, Coco du Rico, Jack Belfort, Delian Howk, Errol Parhelion (Moda l'Imposteur), Nodin Kellen (Günel), Miobë Shei'Arcath, Talis Hadmas, Neylie Valyssar, Hiempsal Saule, Ebenezer Eisenheim
VILLE & APPARTENANCE : Vuulte ● Famille Marchande Gotruscos / Famille Bourgeoise Howk
MON AGE : 18 printemps.
Féminin
MESSAGES : 378
AGE : 25
INSCRIT LE : 13/04/2013
PSEUDO HABITUEL : Kathy
Joyaux : 1356
http://www.ile-joyaux.com/t1523-cher-journal http://www.ile-joyaux.com/t1507-venycia-howk-gotruscos
Posté dans Re: Trente et une années d'excès   - Mar 23 Juil 2013 - 15:28

Venycia saisit avec grâce le verre que son cavalier du moment lui tendait, quoiqu'avec un peu plus de précautions qu'habituellement ; elle n'avait visiblement pas l'habitude de porter des gants, mais il n'était pas question de les enlever pour présenter au monde une peau rougie ornée d'un bracelet de mariage, merci bien. Elle prit une gorgée... Avec laquelle elle faillit s'étouffer, quoiqu'elle ne montra qu'un petit éclaircissement de gorge. Il continuait sur le sujet de sa... « ville natale », quel manque de chance. A présent, il fallait bien se débrouiller pour que ce qu'elle allait raconter tienne la route...

Voyons voir... Qu'avait-elle eu le temps de visiter après l'incident Parhelion ? Pas grand chose en fait... Mais au moins l'un des édifices importants :

« Oh, je ne saurais que vous recommander la Cathédrale de notre douce déesse, c'est une splendeur sans pareille... Des vitraux comme on n'en voit même pas à Vuulte tant ils sont grands et colorés ! »

Elle se mordit la lèvre tout de suite après sa phrase. Parler de sa véritable ville d'origine ? Elle avait autant de facultés cognitive qu'un papouff ce soir... Vite, trouver autre chose. Veny reprit une gorgée de vin avant de continuer d'un ton qui se voulait passionné.

« Il est dommage que vous n'ayez pas eu le temps de profiter des douceurs de la capitale, vraiment. Le grand opéra est une merveille, » Elle ne l'avait vu que de loin, mais ça ferait l'affaire.  « Et les délices que l'on sert dans nos restaurants valent à eux seul le déplacement. Saviez-vous que, outre le poisson, les épices sont l'un des commerces les plus florissants de Sant Poseïnos ? »

Elle eut un sourire candide, penchant la tête sur le côté. Brouillons les pistes.

« Mais à propos de saveurs, le vin que vous avez choisi est délicieux... Vous êtes bien sûr de ne pas vous y connaître ? Enfin... Vous parliez de vos affaires, aussi... Si je puis vous posez la question, dans quel domaine oeuvrez-vous ? »

Cela au moins était vrai : le sucré avait toujours été la saveur préférée de Venycia. Ou plutôt, la seule qui trouvait grâce à ses yeux. Restait maintenant à voir si le changement sujet allait prendre, mais il était bizarrement amusant de jouer avec le feu en discutant avec un Saule.
avatar
Citoyen

On m'appelle Moda l'Imposteur


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : (Sant - Poseinos)
MON AGE : 31
Masculin
MESSAGES : 305
AGE : 27
INSCRIT LE : 28/12/2012
PSEUDO HABITUEL : Moda
Joyaux : 25
http://www.ile-joyaux.com/t1247-moda-l-imposteur
Posté dans Re: Trente et une années d'excès   - Ven 26 Juil 2013 - 8:31

La Navette Parhelion se posa dans un grondement relativement maitrisé, trouvant une petite place sur le tarmac. Elle côtoyait maintenant une flopée de transporteurs personnels et autres vaisseau de classe diplomatique. Sa taille sensiblement supérieure à la moyenne lui donnait une visibilité importante, encore qu'éloignée de celle des plus gros bâtiments.

"Alice Parhelion arrivée à destination" Annonça le pilote sur le ton le plus neutre de l'univers. Sa voix retransmise via les haut-parleurs du vaisseau aurait tout à fait pu passer pour un enregistrement.

Le lieu même de la réception étant encore quelque peu éloigné, quelques calèches avaient été misent à la disposition de la famille. Les trois Marchands prirent naturellement place dans la première - Fayt avait été invité à se tenir aux cotés du cocher - la seconde transportait les deux derniers gardes ainsi que le cadeau.

Albrecht était tendu. Sa dernière sortie hors de la demeure datait d'une dizaine de mois, une autre réception, quoique moins somptueuse, où, comme à son habitude, il s'était assuré qu'on se souvienne que les Parhelions étaient passés par là. Costumes excentriques et tapageurs, arrivée remarquée, présents encombrants. Sa propension à la provocation et aux excès avait un coté presque schizophrène en comparaison de son quotidien austère, fait d'études scientifiques et de solitude quasi-totale. Avait-il peur des autres au point de fuir le contact et de se cacher derrière la démesure ou bien toute cette mise en scène était-elle vraiment calculée? Probablement un peu des deux. Il semblait tenir une rancœur profonde envers sa famille, et chacune de ses apparitions publiques se devait d'être un message d'une exubérance agressive à l'attention des patriarches des deux autres branches de la famille, et en particulier son père. C'est ce que Moda en avait déduis. Toutefois, à le voir grimacer et tiquer pendant ces seulement cinq minutes de voyage en calèche, il paraissait évident que cette mascarade qu'il avait pourtant choisi, le révoltait et le mettait profondément mal à l'aise.

Pour le sang mêlé cette situation était au contraire extrêmement amusante, et même grisante. Il n'avait pu s'empêcher d'ajouter sa propre pierre à l'édifice, reprenant les codes déjà établis par Albrecht, pour les transcender et apporter une nouvelle identité à ce jeu de cour dont il rêvait depuis  si longtemps.

Les trois Parhelions entrèrent de front chez les Shadows, la route ouverte par Fayt qui avait la charge de s'assurer que ses maitres puissent avancer sans devoir jouer des coudes. Albrecht au centre tenait la main de sa fille à sa droite; Moda, qui jouait Errol avec une conviction quasi-illuminée, à sa gauche. Les costumes des deux enfants étaient d'un turquoise bariolé, tantôt profond et nocturne, et s'éclaircissant d'un coté, rappelant le dégradé d'une voute céleste, juste après les derniers rayons de soleil. Le pourpre, seconde couleur de la famille apparaissait de façon ponctuelle, dessinant un arc de cercle qui passait par les armoiries, celles-ci occupant un losange au milieu de la poitrine. Ces costumes, pris séparément affichaient une dissymétrie troublante  avec leur cape étrangement accrochée à droite pour Audrey et à Gauche pour Errol, ou la forme de leurs parure dont les volutes s'enroulaient d'une façon surprenante sans respecter l'ordre naturel des choses qui veut que les êtres vivants soient construit à l'identique de part et d'autre d'un plan central. Cependant, encadrant le père, ils formaient comme un halo, un tout uni et cohérent et apparemment indissociable.

Albrecht avait de loin l'accoutrement le plus surprenant, bien qu'en vertu de sa position centrale, il ne possède pas la dissymétrie troublante de ses enfants. Un pourpre plus présent, des couleurs plus limpides des parures plus imposantes, on ne pouvait plus vraiment parler de costume, dans son cas on entrait dans le domaine de la sculpture.

Un dernier point marquant, les masque. Tous semblable, quoique différents dans la précision, masquant la totalité du visage et sculptés dans du bois sorcier. De véritables œuvres d'art fourmillant de détails d'une légèreté improbable, presque surnaturelle. Leur surface lisse et miroitante renvoyait la lumière différemment selon l'angle sous lequel on l'observait, donnant aux masques une sorte de vie insaisissable.

Ils se frayèrent ainsi un chemin jusqu'à l'hôte qu'ils saluèrent à l'unisson.

A leur suite, le présent. Porté par les deux derniers gardes du corps, il s'agissait d'une fresque tissée et peinte de plusieurs mètres de long qui ne dénotait pas avec les costumes.

Lors de l'entrée des parhelions, Moda avait repéré ça et là quelques figures connues, tachant de se remémorer qui Errol avait déjà côtoyé et quels rapports celui-ci entretenait avec ces gens. Le plus simple évidement eut été de rester au cotés d'Albrecht mais il avait quelques affaires à discuter lors de ce Bal, quelques personnes dont il s'était assuré de la présence et qu'il lui tardait d'aborder affin de préparer quelques alliances juteuses.
avatar

On m'appelle Jack l'Infortuné


Infos Personnage
RANG: Dionnia [soeur, prédef],Venycia, l'Imposteur, Miobë, Mike, Eshisil...
VILLE & APPARTENANCE : Actuellement à Vanylle, mais originaire de Vuulte.
MON AGE : 22 ans.
Féminin
MESSAGES : 696
AGE : 22
INSCRIT LE : 30/10/2012
PSEUDO HABITUEL : Mentheloup
Joyaux : 98
http://www.ile-joyaux.com/t1139-jack-belfort-peintre-ou-debauche#31088 http://www.ile-joyaux.com/t1135-jack-belfort#30995
Posté dans Re: Trente et une années d'excès   - Sam 3 Aoû 2013 - 7:39

Le sentiment de joie qu'exprima soudain Miobë surprit Jack, tout en le ravissant. Sa bonne humeur - et sa vive curiosité - le firent bientôt sourire... Et son inquiétude quant à sa pâleur fut sans doute vive rassurée, alors qu'elle abordait la question de ses rencontres, lui montant un peu de rouge aux joues. Il laissa échapper un petit rire gêné et amusé à la fois.
D'un peintre, vous espérez qu'il ne parle pas de toile ? Comme vous êtes cruelle ! Mais je vais tenter de m'y plier, puisque c'est une Dame qui me le demande. dit-il aimablement, un rien taquin. Mais quant à moi c'est de votre santé que je m'inquiète plutôt. souffla-t-il.
Mais, ne souhaitant pas assombrir l'instant, il serra doucement la main gracile qu'elle lui avait offerte, avant de reprendre sur un ton plus enjoué... En ayant vérifié du coin de l’œil que l'époux Shei'Arcath était assez loin.
Je crains de ne pouvoir ce soir vous conter de mes voyages, mais laissez-moi vous répondre ceci : mon cœur est sans cesse ravi par les belles qui daignent croiser mon chemin, car je ne sais leur rester insensible... dit-il , lui adressant un gentil sourire qui lui disait qu'elle en était, de ces femmes qui l'enchantaient. Simplement qu'aucune n'a souhaité le retenir, ce cœur vagabond. finit-il plus bas... Avant de reprendre soudain, amusé. Cela ne vaut-il pas mieux après tout ? Comment pourrais-je sinon encore me laisser envoûter, si une seule le retenait prisonnier ? Mais je ne manquerais de vous le faire savoir le jour venu Dame, quand une créature en aura bien voulu !
C'est sur ces derniers mots que leurs voisins et voisines semblaient soudain attiré par une entrée particulièrement marquante, détournant un instant l'attention du peintre de la Shei'Arcath... Vers qui il se tourna ensuite, étreignant une dernière fois sa main, avec un regard chagrin.
Je m'excuse, Dame, mais voilà un rappel de la raison de ma présence en ces lieux. Je n'oserais demeurer davantage en votre douce compagnie, sans risquer de faire défaut en la confiance de votre hôte. Il me faut vous quitter. Peut-être aurais-je la joie de vous voir apparaître sur l'une de mes esquisses ? conclut-il avec une note plus joyeuse, les yeux pétillants.
Sur ces dernières paroles, il s'inclina devant elle, délaissant à regret sa main, avant de s'éclipser, carnets et crayons sous le bras, parmi les convives alentours. A peine malgré lui, il se dirigea de son mieux vers le groupe qui semblait provoquer bien des murmures, au sujet de leur longue absence lors de ces rassemblements, et d'une attaque... Le peintre frémit, quand il lui sembla entendre le mot "acide". Il parvint, il ne sut comment, à trop s'avancer, étant alors repousser par un serviteur, dont la tenue pourpre et turquoise aux reflets argentés, fait de larges tissus, accompagné d'un masque et d'une cape, le laissa ébahi. Se rendant compte que les nobles qui avançaient derrière celui-ci cherchaient à atteindre la Reine du Jour, il tenta de reculer de son mieux...

Durant un bref instant, il se permit tout de même d'apprécier la vision des trois silhouettes, aux tenues bariolées étourdissantes, aux masques sans pareils... Le peintre tenta de mémoriser autant de détails que possible, admiratif devant ces tenues, et ces objets si précieux qui cachaient leur visage à tous trois...

Un bref instant, il crut, lui, petit peintre blond à la tenue simple en comparaison de celles des invités qui l'entouraient, accroché le regard de l'un des Parhelion, celui à droite du trio...

Puis il fut à nouveau au milieu de la foule, les nobles, avec leur présent à leur suite, passant jusqu'à atteindre la Selim. Encore stupéfait, le jeune homme mit quelques instants à se ressaisir, ses mains ne demandant qu'à rendre compte de ce qu'il avait vu sur le papier. Mais il y avait toujours plus de monde, et l'heure tournait. Il avait assez traîné comme cela. Tenant bien son matériel, le jeune peintre alla se poster, pour commencer, près de l'entrée, afin de saisir l'éclat de ces gens qui quittaient la fraîcheur et le calme du dehors pour entrer dans la demeure des Shadow.

[Indisponible jusqu'à la fin du mois d’août, ne pas chercher à interagir avec Jack d'ici-là]



avatar
Marchand

On m'appelle Hiempsal Saule


Infos Personnage
RANG: Neylie;Esheban;Miobë;Ravena;
VILLE & APPARTENANCE : Vuulte ~ Héritier des Saule
MON AGE : 31 ans
Masculin
MESSAGES : 162
AGE : 27
INSCRIT LE : 12/08/2012
PSEUDO HABITUEL : Jezibaba
Joyaux : 109
Posté dans Re: Trente et une années d'excès   - Jeu 8 Aoû 2013 - 5:32

Hiempsal hocha la tête en écoutant les conseils de la demoiselle, haussant cependant un sourcil dès qu'une consonance vuultienne se glissait dans sa prononciation. Peut-être y était-il tellement habitué qu'il l'entendait là où il n'y avait pas matière... Et voilà qu'elle y faisait référence !

- Oh, vous connaissez donc Vuulte ? J'espère vous y voir lorsque vous y reviendrez, je vous y montrerai des rosaces n'ayant rien à envier à celle de la Cathédrale.

Mais elle avait déjà changé de sujet la maline, alors que l'héritier commençait à voir sa curiosité piquée au vif. Très bien, suivons, il finirait bien par lui arracher quelques informations tôt ou tard.

- Le Grand Opéra ? J'en ai beaucoup entendu parler en effet, si vous me le conseillez alors j'essaierai de m'y rendre si mes obligations me le permettent...

Difficile de savoir si la dame savait vraiment de quoi elle parlait. Scrutant ce que son masque laissait voir des son visage, il commençait à en reconnaître quelques traits lorsque ce fut son identité qui se vit compromise par une question qui pourrait faire tomber son masque.

- Oh, je m'occupe des exportations des affaires familiales, rien de bien passionnant. Veuillez m'excuser mais je viens de voir au loin une connaissance qu'il me faut absolument saluer. Pour le vin, vous m'en voyez ravi, essayer donc l'ambré à la suite, vous m'en direz des nouvelles.

Et dans une élégante courbette, il s'éclipsa dans la foule à la recherche de ladite connaissance qu'il n'avait pas encore définie...

Spoiler:
 
avatar
Marchand

On m'appelle Esheban Ondeluire


Infos Personnage
RANG: Chef de la famille Ondeluire - Admin
VILLE & APPARTENANCE : Errande
MON AGE : 32 ans
Féminin
MESSAGES : 290
AGE : 23
INSCRIT LE : 27/01/2013
PSEUDO HABITUEL : Harrods
Joyaux : 949
http://www.ile-joyaux.com/t1329-esheban-ondeluire
Posté dans Re: Trente et une années d'excès   - Jeu 8 Aoû 2013 - 16:17



Si la plupart des invités avaient dû parcourir plusieurs centaines de kilomètres pour pouvoir se rendre à la fête des Shadow, ce ne fut pas le cas des Ondeluire. Errande n'était pas une ville immense, et les deux domaines n'avaient pour distance, que le coeur de la ville. Pourtant, dans un soucis d'honneur et de richesse, le petit vaisseau de ville fut de sortie pour transporter les quelques membres de la famille. De cette importante lignée, seuls trois personnes se rendaient à la soirée. Esheban, en bon chef de famille ; son benjamin, Shiben, ayant pu se libérer de ses fonctions au sein de la Congrégation ; ainsi que la touche féminine du trio, Selena, leur cousine issue de la seconde branche.

Lorsque le petit appareil s'arrêta devant l'imposante demeure des Shadow, Esheban retint un soupir. Non pas que l'idée d'assister à une fête l'ennuyait, mais il connaissait son amie, et il savait qu'une foule de personne avait déjà envahit les lieux. Et son désespoir ne put qu'accroître lorsqu'il dépassa le hall d'entrée pour pénétrer dans la salle de réception. La pièce était bondée et jouer des coudes n'était plus une expression anodine. D'une tape taquine sur l'épaule, son frère lui sourit, amusé et prenant leur cousine par le bras, laissa son aîné seul. Se passant une main dans les cheveux, l'héritier Ondeluire prit une grande inspiration et avança enfin. Une bonne soirée ne pouvait, après tout, pas lui faire de mal.

Son manteau confié aux soins des domestiques, Esheban entama sa lente progression dans la foule d'invité. Ses yeux furetèrent à travers la pièce à la recherche d'un visage familier avec qui il pourrait discuter. Mais il n'heurta que les secrets de quelques masques. Se souvenant que tel était le thème de la soirée, il sortit le sien de sa poche intérieur et le noua rapidement. Argenté, il rappelait les broderies de la même couleur ornant son costume vert émeraude. Geffrez, son domestique, avait fait un incroyable boulot en lui conseillant cette tenue, qui mettait tout autant en valeur sa carrure que ses yeux. Sa cousine lui avait d'ailleurs fait la réflexion, et avait parié qu'il trouverait une jeune femme prête à l'épouser durant la soirée. Il n'avait pas vraiment apprécié la blague, mais s'était forcé à rire, pour ne pas endurcir la réputation de rabat-joie qu'il s'était construit depuis quelques années. Depuis la mort de sa première femme.

Un sourire serein et chaleureux aux lèvres, Esheban traversait donc la foule d'un pas certain. Il avait abandonné l'idée d'aller saluer la Reine de la fête dès son arrivée, lorsqu'il avait aperçu la foule encore plus dense qui s'était accumulée devant elle. Se contentant d'un sourire et d'un geste amical lorsqu'elle avait croisé son regard, il lui avait fait comprendre qu'il se reverrait plus tard dans la soirée. Les visages familiers avaient ensuite défilé devant ses yeux. Il avait reconnu au loin, le fils Saule et quelques autres membres de la famille. Une jeune femme rousse accompagnait le Marchand de Vuulte qu'il saluerait plus tard, mais il n'avait pas réussi à mettre de nom dessus. A l'entrée, il se souvenait avoir vu le fameux peintre Jack Belfort, mais poussé par la foule, il n'avait pas pris le temps de lui dire bonsoir. Attrapant un verre de vin sur la table de buffet, l'héritier Ondeluire se retourna et scruta l'assemblée. A sa gauche, il croisa le regard d'un homme richement habillé et reconnu le beau-frère de sa soeur Eshisil. Déolin Shei'Arcath. Il n'avait jamais vraiment apprécié cet individu, tout comme la plupart des autres membres masculins de la famille. Et s'il avait pu, il aurait empêché son père de vendre ainsi sa cadette à l'un des leurs. M'enfin, c'était chose faite depuis longtemps maintenant. Et par courtoisie, Esheban s'approcha tout de même de lui pour le saluer. Ils échangèrent quelques mots simples et de protocole, avant que Déolin ne soit alpagué par une autre personne. Levant un sourcil, presque vexé, Esheban observa son interlocuteur se détourner de la conversation avant de se rendre compte qu'une jeune femme l'accompagnait.

Si sa mémoire était bonne, il s'agissait sûrement de Miöbe Shei'Arcath, l'épouse de Déolin et par conséquent, la belle-soeur d'Eshisil. Il était sûr que sa soeur lui avait déjà parlé d'elle. Espérant ne pas faire erreur sur la personne, il s'approcha donc et la salua poliment :

" Ma Dame Shei'Arcath. Je suis Esheban Ondeluire, le frère d'Eshisil. C'est un honneur de faire votre douce connaissance. "

Il ponctua ses paroles d'une légère révérence, et attrapa tendrement les doigts de la jeune femme pour y mimer un baiser courtois. D'un même temps, ses yeux d'un vert brillant croisèrent ceux, magnifiques, de Miöbe. Une bien belle Dame.


DC : Enaïa Lyseän Vara'Da & Azeor Desnolancès & Kezaël Lysereän & Kidjyïa Rijwän & Riska les Deux Voix & Eyföhl Aanka'Leï


Pour plus d'informations sur les Ondeluire, c'est ICI




Merci Ravena pour le kit <3
avatar
Bourgeois

On m'appelle Venycia Howk


Infos Personnage
RANG: Thélador Gotruscos, Elior Gotruscos, Solomon Valyssar, Varen Shei'Arcath, Coco du Rico, Jack Belfort, Delian Howk, Errol Parhelion (Moda l'Imposteur), Nodin Kellen (Günel), Miobë Shei'Arcath, Talis Hadmas, Neylie Valyssar, Hiempsal Saule, Ebenezer Eisenheim
VILLE & APPARTENANCE : Vuulte ● Famille Marchande Gotruscos / Famille Bourgeoise Howk
MON AGE : 18 printemps.
Féminin
MESSAGES : 378
AGE : 25
INSCRIT LE : 13/04/2013
PSEUDO HABITUEL : Kathy
Joyaux : 1356
http://www.ile-joyaux.com/t1523-cher-journal http://www.ile-joyaux.com/t1507-venycia-howk-gotruscos
Posté dans Re: Trente et une années d'excès   - Jeu 8 Aoû 2013 - 16:39

Hiempsal avait répondu à toutes ses questions, mais la dernière semblait l'avoir fait fuir... C'était absolument étrange, l'homme semblait ne pas vouloir être reconnu. Avait-il quelque chose à se reprocher, ou était-ce la légendaire rivalité entre les Saule et les Shadow qui le rendait discret, malgré qu'elle ne les empêche pas de s'inviter mutuellement dans pareils évènements ? Venycia haussa les épaules alors que son interlocuteur la fuyait. Il serait bien temps d'observer cela plus tard, car une scène des plus étrange avait attiré son regard. De toute évidence, les Parhelion avaient fait leur entrée, dans la plus grande discrétion comme à leur habitude.

Si comme tout le monde, la jeune fille déplorait un peu leur manque d'élégance et d'humilité, elle ne pouvait s'empêcher d'admirer le culot de cette famille. Elle regarda passer le cadeau d'anniversaire de Selim sans trop en croire ses yeux. Ils étaient d'une exhubérance ridicule, mais au moins, on ne voyait qu'eux. Un don rare que d'être remarqués au premier coup d'oeil dans une marée de beaux seigneurs et douces dames comme il y en avait ce soir-là.

Venycia termina son verre de vin à son aise, tentant de déterminer de loin qui elle devait aborder, puisqu'ils avaient tous une mise et un masque très ressemblants... Celui-là avait l'air plus âgé, l'autre était une femme... Elle finit par localiser Errol. Abandonnant son verre vide sur le plateau d'un domestique passant par là, Veny se hâta de se frayer un chemin vers l'homme, dans l'agaçant froufroutement de jupons qui la suivait la plupart du temps.

A vrai dire, elle répugnait un peu à saluer Parhelion, car elle savait ce qui se trouvait sous son masque. Elle avait vu les dégâts, du moins le croyait-elle, de l'acide sur la peau et les cartilages, et la proximité du spectacle qu'elle se remémorait avec vivacité la mettait mal à l'aise. Enfin... Il fallait mener à bien l'affaire dont elle avait amorcé les négociations, autant se faire violence et montrer toute son amabilité à l'affligé vers lequel elle se pressait. Il avait sans doute grand besoin de réconfort, dans son triste état, un peu d'amitié de sa part ne pourrait que contribuer à effacer l'épisode douloureux -certes, un peu plus pour lui que pour elle- qu'ils avaient en commun.

Arrivée à côté d'Errol, qui regardait dans une autre direction, la jeune femme posa une main douce sur son avant-bras pour attirer son attention, de la manière dont il convenait pour ne pas trop le surprendre.

"Monsieur Parhelion ? Venycia Gotruscos."

Elle lui adressa un sourire charmant, comme si de rien n'était. Savoir jouer la comédie faisait partie de l'éducation d'une petite Marchande, après tout ; il est de mise de sourire en temps appropriés, même quand le coeur n'y consent. Elle avait volontairement utilisé son nom de jeune fille, bien qu'il aurait pu attirer l'attention plus encore que son nom d'épouse ; des deux maux, elle choisissait le moindre en revendiquant son origine Marchande au milieu de cette foule de gens pour la plupart fermés aux Bourgeois.

"Votre santé se remet-elle ? Je suis ravie de vous voir ici, si vous saviez comme j'étais inquiète malgré votre lettre."

Mais assez de compassion. Le malheureux avait dû en recevoir suffisamment durant sa convalescence, et l'heure était à l'amusement plutôt qu'aux apitoiements.

"Quoiqu'il en soit, je voyais passer le cadeau que vous apportez à la Dame Shadow... Vous vous êtes surpassés, vraiment ! Quelle splendeur..."

Un nouveau sourire. Il fallait servir les affaires, et on n'attrape pas les butineurs avec du vinaigre, même si les butineurs en question étaient dans son imaginaire des muvers bien déguisés. Surtout, ne pas penser à ce qui se trouvait sous ce masque.
avatar
Marchand

On m'appelle Miobë Marchebois


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Gernie
MON AGE : 24 ans
Féminin
MESSAGES : 352
AGE : 24
INSCRIT LE : 27/01/2013
PSEUDO HABITUEL : Mowiel Solverre
Joyaux : 187
http://www.ile-joyaux.com/t2388-journal-de-bord-de-miobe-shei-arcath http://www.ile-joyaux.com/t1330-miobe-shei-arcath#35147
Posté dans Re: Trente et une années d'excès   - Ven 9 Aoû 2013 - 18:25

-Je…je vous rencontre enfin, Monsieur Ondeluire, balbuta-t-elle, paralysée par le mystérieux pouvoir de son aura. Votre sœur m’a tant parlé de vous !

Pendant un long moment, le temps fut comme suspendu, et la jeune femme retint son souffle quand le regard d’Esheban se détacha du sien. Ses yeux étaient verts, du vert profond d’un lac caché au cœur d’une forêt. Un lac qui donnait irrésistiblement envie de s’y noyer.
Cet homme était absolument…
Soudain, la panique la gagna. Malgré tous ses efforts, toute sa maîtrise, plus moyen d’analyser, de comprendre. Elle n’était plus capable de rien d’autre que de rester là, prisonnière de ce regard qui la dévorait avec une intensité rare, s’égarant parfois, lorsqu’une autre silhouette attirait sa noble attention.
Car c’était bien ce qu’il faisait : il la dévorait, de ses incroyables yeux verts. Jamais son époux ne l’avait regardé ainsi en dix années de mariage.

- Errande est-elle trop lointaine pour que nos chemins ne se soient jamais croisés ?

Sa voix n’avait rien laissée transparaître de son trouble.
Insondable. Esheban Ondeluire semblait l’être tout particulièrement, lui aussi. Etait-ce en raison de la perfection de ses traits, si remarquables, si attirants pour une femme ? Ou bien le masque renfermait-il ses secrets ? A cette éternelle fascination que suscite tout homme énigmatique, Miobë sentit une autre émotion qui la fit frissonner : la curiosité. Délicatement, elle détacha le masque d’argent et s’en empara, le cachant derrière son dos, comme un enfant y abrite une friandise dérobée.

- Voilà qui est mieux…souffla-t-elle. Eshisil m’a tant vanté votre charme ! Je dois avouer que je croyais le portrait qu’elle brossait de vous quelque peu enjolivé, mais je constate qu’il n’en est rien…

C’était un homme qui vivait seul, et ce depuis des années. Quand Eshisil lui parlait de son grand frère, elle avait beaucoup de peine, et pour cause : il avait perdu son épouse, son enfant et avec eux la force de pleurer. Miobë l’admirait. Malgré ce drame, malgré toutes les épreuves qu’il affrontait seul désormais, jamais il ne s’était effondré.
Son regard se porta sur son époux, qui discutait de vin et d’épices avec ses plus proches amis. Et si elle venait à mourir en couche, la pleurerait-il lui aussi ? Encore fallait-il qu’elle lui donne un jour une descendance. Le temps lui était compté et chaque jour nouveau sonnait  à son oreille comme une fin toute proche.
avatar
Marchand

On m'appelle Esheban Ondeluire


Infos Personnage
RANG: Chef de la famille Ondeluire - Admin
VILLE & APPARTENANCE : Errande
MON AGE : 32 ans
Féminin
MESSAGES : 290
AGE : 23
INSCRIT LE : 27/01/2013
PSEUDO HABITUEL : Harrods
Joyaux : 949
http://www.ile-joyaux.com/t1329-esheban-ondeluire
Posté dans Re: Trente et une années d'excès   - Ven 9 Aoû 2013 - 22:59

Si Esheban fut surpris par la douceur et la beauté de la jeune femme qui se tenait devant lui, il le fut encore plus lorsque ses doigts menus vinrent détacher son masque pour le lui retirer. Dans un réflexe instinctif, il porta sa main à son visage pour tenter de le rattraper mais ne parvint qu'à frôler la peau laiteuse de l'épouse Shei'Arcath. Un contact furtif et agréable. Le premier avec une femme depuis bien longtemps. Et il le savoura.

« Tant de compliments Ma Dame. Je ne pensais pas que ma personne avait tant occupé vos discussions en compagnie de ma sœur. Vous me flattez. »

D'un sourire taquin, il ponctua sa remarque. Le brouhaha de la foule s'agitant autour de l'arrivée en grandes pompes des Parhelion ne détourna que peu l'attention d'Esheban de son interlocutrice. Il y jeta un rapide regard avant de reporter ses yeux émeraudes sur le bien plus joli tableau qu'il avait devant lui. 8 ans que son épouse était décédée. 6 ans qu'il avait enfin réussi à faire son deuil. Et tout autant de temps qu'il n'avait pas admiré avec tant de plaisir une femme. Malheureusement pour lui, celle-ci était déjà mariée.

Le rire de Déolin s'éloignant parvint à ses oreilles, et Esheban l'observa traverser la foule en compagnie de ses nobles amis. Posant un regard surpris sur Miöbe restée avec lui, l'héritier Ondeluire souffla :

« Et bien Ma Dame, il semble que votre époux ne soit pas plus inquiété que cela de ma présence près de vous. Que diriez-vous de passer un peu de temps en ma compagnie puisque nous sommes seuls ? Rester à discuter avec une femme aussi sublime serait un honneur. »

Son visage se fit accueillant, et dans un fin sourire, il tendit son coude afin qu'elle s'y accroche. Appuyant sa proposition d'un regard qu'il savait quelque peu charmeur, il attendit que la douce main de Miöbe rejoigne son avant-bras avant de la guider jusqu'à la table des rafraîchissements. Ne lui faisant pas l'offense de lui servir un Vin de Gernie qu'elle devait sûrement connaître par cœur, il opta pour une liqueur sucrée importée de Korrul et lui tendit le verre.

« En espérant que cela soit à votre goût. »

Levant son verre, l'invitant à trinquer avec lui, il la quitta des yeux un instant, le temps de boire une gorgée. L'alcool sucré mais costaud lui brûla la gorge en passant, mais il l'apprécia pleinement. Toussotant, il attrapa un toast pour apaiser sa bouche et présenta l'assiette de mets à la jeune femme, avant de se mettre à rire doucement en pensant à la douceur qu'il avait cru trouver dans cette boisson.


DC : Enaïa Lyseän Vara'Da & Azeor Desnolancès & Kezaël Lysereän & Kidjyïa Rijwän & Riska les Deux Voix & Eyföhl Aanka'Leï


Pour plus d'informations sur les Ondeluire, c'est ICI




Merci Ravena pour le kit <3
avatar
Citoyen

On m'appelle Moda l'Imposteur


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : (Sant - Poseinos)
MON AGE : 31
Masculin
MESSAGES : 305
AGE : 27
INSCRIT LE : 28/12/2012
PSEUDO HABITUEL : Moda
Joyaux : 25
http://www.ile-joyaux.com/t1247-moda-l-imposteur
Posté dans Re: Trente et une années d'excès   - Dim 11 Aoû 2013 - 3:49

Moda maintenait la tête droite devant lui mais son regard, voilé par son masque, observait avec attention deux marchand qui complotaient à l'ombre d'une alcove au fond de la salle. Le sang mêlé avait escroqué le premier en faisant remplacer le contenu d'une cargaison, laquelle, si elle n'avait aucune valeur aux yeux de Moda, pourrait-être revendue à prix d'or, et en toute discretion, au second. C'était ce genre de petit coup facile et sans danger qui alimentaient en grande partie les caisses d'Isulf Zocchiedre. Ce manège allait cependant cesser sous peu, les coup de ce genre devenant de moins en moins rentable compte tenu du temps nécessaire à leur élaboration. En fait c'était même toute l'existance d'Isulf qui allait petit à petit s'effacer.

Il tourna tout juste la tête lorsqu'on lui attrapa délicatement le bras.

Sa vision recadrée par les épais contours de son masques en bois sorcier lui dévoilait à présent une jeune femme dont le visage, bien que masqué, n'était pas inconnu.

"Venycia Gotrusco"

C'était cette personne même qui avait été le témoin traumatisé de l'attentat à l'acide. En réalité cette attaque aurait probablement paru beaucoup moins violente si elle avait pu voir le rétablissement éclair d'Errol qui se portait à présent comme si de rien n'était. Il s'attendait à ce que l'ancienne marchande cherche à lui adresser la parole mais ne l'avait pas placé dans les premières personnes avec qui il désirait s'entretenir. Soit, après tout elle était aussi là pour parler affaire, à priori, et pas seulement pour s'inquiéter de sa santé.

Tout en réarangeant ses pensées, il modula sa voix, corrigeant son intonation et son timbre affin de reproduire avec une fidélité notable celle du véritable Errol Parhelion.

"Madame Howk, commença-t-il à demi voix, constatant que son interlocutrice n'était encore pas tout à fait à l'aise avec son nouveau titre, quelle touchante solicitude, croyez moi, votre attention me va droit au coeur. Toutefois, tel que vous me voyez, je suis le seul héritier de ma branche et il est de ce fait impensable, que je laisse une petite brulure à l'acide altérer mon existance !"

Un ton joviale accompagné d'un éclat de rire maitrisé, voilà qui devait clore pour un moment les appitoiements.

"Ah cette fresque, c'est une idée de mon père, mentit-il, mais il sera trop timide pour le reconnaitre. Les artisants qu'il a contacté on fait un travail remarquable, j'espère que dame Shadows appréciera l'attention. Mais d'ailleurs puisque nous en somme à parler de nos parents, pourquoi ne pas en profiter pour les présenter l'un à l'autre comme nous l'avions convenu et nous libérer ainsi pour le reste de la fête de nos considérations professionnelles?"
avatar
Marchand

On m'appelle Neylie Valyssar


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Errande - Marchande
MON AGE : 25 ans
Féminin
MESSAGES : 92
AGE : 30
INSCRIT LE : 21/07/2013
PSEUDO HABITUEL : Jörd
Joyaux : 185
http://www.ile-joyaux.com/t1779-petits-carnets-d-une-shadow http://www.ile-joyaux.com/t1778-neylie-shadow
Posté dans Re: Trente et une années d'excès   - Lun 12 Aoû 2013 - 2:33

Un bal masqué. Le thème aurait pu être plaisant si cet évènement n'était pas dédié à ma chère demi-sœur. En dépit de mon animosité pour celle-ci je me devais d'être présente. J'aurai pu m'absenter mais cela aurait signifié que Selim aurait dicté ma conduite, me faisant fuir ma propre maison. Intolérable. Elle savait que je ne la portais pas dans mon cœur, mais jusqu'à présent j'avais conservé les apparences intactes. Comme la fête prenait place dans notre domaine, j'avais décidé de faire acte de présence.

Pour m'accorder au thème, j'avais opté pour une robe de couleur bordeaux avec le masque assorti. Le bustier était décoré d'un motif en pierres noires soulignant en partie ma poitrine. J'avais choisi de laisser mes cheveux tomber librement jusqu'au creux de mes reins, cela changeait des coiffures attachées que j'arborais parfois. Une légère touche de maquillage et quelques bijoux furent ajoutés. Je choisis pour bracelet une de mes créations, un cœur d'Armory finement travaillé pour en révéler tout l'éclat et ciselé du cygne Shadow, le tout serti sur un support ouvert, choisi pour mettre en valeur la pierre.

Une fois prête, je descendis me fondre dans la foulée déjà conséquente. J'avais laissé le temps aux invités d'arriver avant de faire mon apparition. Je ne cherchais nullement à attirer l'attention sur moi, aujourd'hui l'honneur en revenant à Selim. Je la repérai rapidement à cause de l'attroupement qu'elle générait. Chacun venait la saluer et lui présenter ses hommages. Pour ma part, j'avais déjà eu l'occasion de la croiser, donc je me dispensai d'aller la voir. J'aperçus dans un coin le peintre Jack Belfort, reconnaissable à son matériel. Invité pour immortaliser l'évènement, je doute qu'il s'ennuie avec le défilé de nobles actuellement présent. L'éclat d'une chevelure rousse attira mon regard et je plissai les lèvres. La présence de Venycia Howk ne m'étonna guère puisqu'elle était l'amie de Selim. Néanmoins, je laissai la foule se refermer sur la jeune fille, poursuivant ma route. Je saluai certains des invités que je croisais, essayant de mettre un nom sur les masques. Il me sembla reconnaitre parmi les groupes de discussion un membre des Ondeluires, nos concurrents sur le marché de la pierre, ainsi que les Sheï'Arcath, mais les parures n'aidaient pas. Le doute ne fut plus permis quand un des masques tomba. Je les saluai brièvement pour ne pas les déranger outre mesure. Je notai dans un coin de mon esprit les liens potentiels. Je trouvais intéressant d'observer l'évolution de certaines rencontres. D'autant qu'Esheban Ondeluire était libre.  

L'arrivée des Parhelion ne passa pas inaperçue, il avait toujours le chic pour attirer l'attention. Je ne pouvais nier qu'ils avaient le goût de la démesure, mais outre le présent ce qui attira mon attention furent leurs masques, de véritables œuvres en bois-sorcier. Coûteux à n'en pas douter. Une fois la surprise passée, je poursuivis mon chemin analysant l'organisation de la soirée de Selim. Elle avait pensé à tout, au moins elle ne fera pas honte à notre nom sur ce point-là.

Mon regard fut attiré par une silhouette familière, attestant de la présence des Saule. Le jeu des apparences était en marche. Je lui fis un signe discret pour lui signaler ma présence avant de me diriger vers le buffet pour me servir un verre. Je sirotai le vin en regardant de nouveau la foule, laissant la possibilité à quiconque de venir me voir avant que je ne me décide à changer de place.


Guide des Erfeydes


Chibi by Hiempsal. Thanks ! :
 
avatar
Bourgeois

On m'appelle Venycia Howk


Infos Personnage
RANG: Thélador Gotruscos, Elior Gotruscos, Solomon Valyssar, Varen Shei'Arcath, Coco du Rico, Jack Belfort, Delian Howk, Errol Parhelion (Moda l'Imposteur), Nodin Kellen (Günel), Miobë Shei'Arcath, Talis Hadmas, Neylie Valyssar, Hiempsal Saule, Ebenezer Eisenheim
VILLE & APPARTENANCE : Vuulte ● Famille Marchande Gotruscos / Famille Bourgeoise Howk
MON AGE : 18 printemps.
Féminin
MESSAGES : 378
AGE : 25
INSCRIT LE : 13/04/2013
PSEUDO HABITUEL : Kathy
Joyaux : 1356
http://www.ile-joyaux.com/t1523-cher-journal http://www.ile-joyaux.com/t1507-venycia-howk-gotruscos
Posté dans Re: Trente et une années d'excès   - Mar 13 Aoû 2013 - 8:26

Flûte. Il fallait espérer que personne n'ait entendu ce nom, ce n'était vraiment pas l'endroit pour se faire remarquer en tant que bourgeoise, il ne fallait pas gâcher l'effet du masque ! Heureusement, Parhelion avait parlé à demi-voix, cela atténuait quelque peu l'impact possible... Enfin. Il n'était pas possible que personne ne l'ait reconnue, de toutes façons, mais elle ne savait pas encore si Hiempsal Saule était du genre à apprécier les mensonges. Quelque chose lui disait que ce n'était probablement pas le cas.

Elle ne put retenir un frisson à la mention de son imposante blessure, malgré qu'elle ne se départisse pas de son sourire. Vite, se concentrer sur autre chose, penser à la fresque. C'était beaucoup mieux à la fois pour la conversation et son propre bien-être.

« Dame Shadow ne saurait qu'apprécier un cadeau si bien pensé, je gage qu'elle sera charmée. »

Ce n'était peut-être pas vrai, puisque l'immense objet était fort encombrant, mais Selim ne manquerait pas aux politesses d'usage, Venycia ne pouvait donc se tromper sur la forme. Mais déjà, l'homme proposait une rencontre entre leurs parents... Comment dire ? Les Gotruscos n'étaient pas là, préférant largement éviter les rassemblements mondains pour l'instant, malgré qu'ils ne veuillent pas en priver leur progéniture.

« Mes parents ne sont pas présents, à vrai dire. Ils sont à Gernie pour discuter d'un contrat avec la famille Shei'Arcath, ils devraient rentrer à Vuulte dans la nuit. Peut-être pourriez-vous passer les voir demain ? »

C'était fort embêtant au final, puisqu'elle même ne savait pas vraiment quand elle rentrerait au Domaine Gotruscos... Cela faisait un moment qu'elle était absente de chez les Howk, et il ne fallait pas que les parents de son mari croient qu'elle délaisse sa famille d'adoption, ce serait bien mauvais pour la supercherie qu'elle avait monté avec Delian. Au final, Venycia allait se retrouver avec un agenda de ministre, à force de gérer autant de choses en même temps... Tout cela devenait compliqué. Elle aurait largement préféré ne passer son temps qu'à s'amuser et à danser, mais il fallait bien grandir un peu.

« Quoiqu'il en soit, que pensez-vous de la fête ? Avez-vous déjà eu le temps de profiter de ce cadre magnifique ? »


Voilà. Toujours revenir sur un sujet maîtrisé.
avatar
Marchand

On m'appelle Miobë Marchebois


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Gernie
MON AGE : 24 ans
Féminin
MESSAGES : 352
AGE : 24
INSCRIT LE : 27/01/2013
PSEUDO HABITUEL : Mowiel Solverre
Joyaux : 187
http://www.ile-joyaux.com/t2388-journal-de-bord-de-miobe-shei-arcath http://www.ile-joyaux.com/t1330-miobe-shei-arcath#35147
Posté dans Re: Trente et une années d'excès   - Sam 17 Aoû 2013 - 16:29

Il émanait de lui une noblesse à l’état brut. Elle qui s’était toujours trouvée très à l’aise en compagnie de fils de familles Marchandes était aujourd’hui plus déstabilisée qu’aux négociations qui avaient opposées les Shei’Arcath aux Mihaly, il y a bientôt dix ans. Cet homme attirait tous les regards ! Et quel homme en vérité ! Il était grand, musclé et particulièrement beau. Un certain raffinement, une certaine majesté émanait de lui. Il portait un pantalon visiblement taillé sur mesure et une chemise émeraude d’une extrême élégance. Ses cheveux noirs et épais étaient soigneusement coiffés, venant effleurer un cou d’ivoire. Et ses yeux…des yeux verts  perçants qu’il promenait sur elle.
Mais ne faisait-elle pas de même à son égard ? remarqua-t-elle brusquement. Décidée à ne rien laisser paraître de son affolement, elle releva fièrement le menton et s’efforça d’ignorer la petite voix parasite qui s’était élevée en elle. Ils étaient là, tous les deux, au milieu de ces masques et robes fantaisistes, à boire et à manger. Que pouvait-il arriver de mal ? Même Déolin Shei’Arcath ne semblait pas s’inquiéter de savoir sa femme en compagnie d’un autre homme que lui.  

- Le vin de Gernie est de grande qualité, mais cette liqueur sait ravir mes papilles, glissa-t-elle subitement, pour détourner l’attention de son interlocuteur. Vous avez bon goût, Monsieur Ondeluire.

Un long silence s’en suivit, tandis qu’elle piochait dans les mets qu’on lui proposait. Puis elle soutint le regard d’Esheban et tressaillit malgré elle sous l’intensité de la gentillesse qu’elle y lisait. Une vague de désir la submergea alors. La même qui avait manqué de la faire suffoquer lorsque Gaspard Laragore avait volé ses lèvres il y a de cela quelques jours. Mais à vingt-quatre ans, elle était suffisamment adulte pour ne pas se laisser abuser par de tels sentiments. Et suffisamment mature également pour reprendre le contrôle et ne pas céder à la tentation. Une aventure avec un homme Ondeluire était bien la dernière chose dont elle avait besoin aujourd’hui. Et il n’avait certainement lui-même aucune envie d’une jeune femme mariée, et qui plus est, à un Shei’Arcath, ce qui a de quoi rebuter les courtisans les plus impétueux.
Décidément, elle perdait la tête. N’avait-elle donc pas retenu la leçon ?

Le départ de Gaspard Laragore, Miobë s’obstinait à s’en croire l’unique responsable. Il n’avait donné aucune nouvelle depuis bientôt une semaine et la jeune femme s’inquiétait à mesure que les jours passaient, comme à chaque fois qu’il disparaissait d’ailleurs. Lors de leurs dernières retrouvailles au Domaine Shei’Arcath, elle lui avait vivement conseillé de trouver une épouse et de tout faire pour être heureux avec elle. Elle avait secrètement espéré qu’il l’oublie, qu’il refasse sa vie et ainsi, qu’elle ne soit plus la proie des tentations les plus folles. Mais ce baiser avait tout gâché. Jamais elle n’avait été plus amoureuse que ce jour. Et aujourd’hui, son cœur saignait de partager la couche d’un homme comme Déolin Shei’Arcath, alors qu’il réclamait un autre.

Consciente qu’elle négligeait depuis trop longtemps son cavalier, Miobë se tourna vers lui et lui offrit un sourire qu’elle espérait plus sincère qu’il ne l’était vraiment. S’il n’avait pas été là, elle aurait rejoint le jardin  pour prendre l’air et réfléchir à tout cela. Au milieu de tout ce monde, elle étouffait. Alors comme pour retrouver son souffle, elle posa une main sur sa poitrine avant de rendre le masque d’argent à son légitime propriétaire.

- Dame Shadow souhaitait un bal masqué. Vous devriez remettre votre masque, sans quoi nôtre hôte pourrait bien se vexer, dit-elle en cherchant l’intéressée du regard.

Pour la trouver, il suffisait de repérer l’endroit où il y avait le plus foule. L’apercevant enfin, Miobë s’empara de son propre masque, qu’elle n’avait pas porté depuis le début des festivités. Cacher son identité l’excitait et l’inquiétait tout à la fois. Ce genre de soirée était souvent sujet à la séduction et au charme, car on oubliait qui était marié et qui ne l’était pas. Quant à celui ou celle qui l’était, qui pouvait bien le deviner, sans connaître l’identité de son interlocuteur ? Il était peut-être plus judicieux de rester aux côtés d’Esheban dans les premiers temps de la soirée. Pour la suite, il lui suffirait de retrouver son mari.

C'est alors qu'elle le vit au loin : Solomon Shadow. Cette simple vision suffit à la mettre hors d'elle. Sans s'expliquer auprès du Seigneur Ondeluire, elle s'éloigna vers le grand balcon et y respira l'air frais du dehors. Elle préférait mille fois les colères de son époux à la compagnie de ce gougat !
avatar
Marchand

On m'appelle Esheban Ondeluire


Infos Personnage
RANG: Chef de la famille Ondeluire - Admin
VILLE & APPARTENANCE : Errande
MON AGE : 32 ans
Féminin
MESSAGES : 290
AGE : 23
INSCRIT LE : 27/01/2013
PSEUDO HABITUEL : Harrods
Joyaux : 949
http://www.ile-joyaux.com/t1329-esheban-ondeluire
Posté dans Re: Trente et une années d'excès   - Dim 18 Aoû 2013 - 17:54

Le silence de Miöbe trahissait ses profondes réflexions, et ne pouvant s'engager à la tirer de ses pensées, Esheban se contenta de l'observer. De l'admirer, serait plus justement dit. A vrai dire, il prit plaisir à la contempler discrètement, tandis qu'elle réfléchissait. Son visage délicat et au teint de porcelaine était ravissant, brillant sous le pétillement noisette de ses yeux. De longs cils noirs venaient soutenir un regard exquis. Tandis qu'un corps filiforme, majestueusement habillé d'une robe pourpre, terminait l'admirable tableau. Déolin Shei'Arcath avait de la chance, et par Vama, le chef des Ondeluire espérait bien qu'il la savourait !

Les deux orbes de la jeune femme se reposèrent sur lui, accompagnant son retour à la réalité d'un sourire. Auquel Esheban répondit avec plaisir. Encore peu habile dans ces marques de joie, il ne pouvait que faire des efforts pour y arriver au mieux, lorsqu'une aussi jolie dame lui faisait l'honneur de lui tenir compagnie. Ses yeux émeraudes avaient retrouvé une flamme depuis bien trop longtemps éteinte et son visage d'habitude si fermé, avait tendance à s'ouvrir plus facilement, pour laisser quelques sourires s'exprimer. Le goût à la vie ne lui était revenu il n'y a que peu de temps, à peine 1 an ou 2, ce qui était peu comparé aux 8 ans de la mort de son épouse. Et lorsqu'il rencontrait une personne telle que celle qui avait la chance d'admirer à ce moment même, il ne regrettait pas d'avoir réussi à surmonter une telle épreuve.

La douce voix de Miöbe le tira à son tour de ses pensées. Lui tendant le masque qu'elle lui avait précédemment enlevé, elle lui conseilla de le remettre, tout en sortant le sien. Il s'exécuta, croisant au passage, le regard de Neylie Shadow, sa grande amie. Un sourire sincère se dessina sur ses lèvres lorsqu'il la vit, et se promit d'aller la voir dès qu'il en aurait l'occasion. En attendant, la compagnie de l'épouse Shei'Arcath était bien trop agréable pour qu'il ne la laisse partir. Partir, ce fut bien le mot qui convint. Car lorsqu'Esheban reposa le regard sur la dame de ses pensées, il eut juste à peine le temps de la voir disparaître à travers la foule. Restant stupéfait d'une telle réaction, il fronça les sourcils et se marcha à sa suite. Il retrouva sur le chemin, le masque qu'elle n'avait pas eu le temps d'attacher. Poussant du coude une dernière personne qui gênait son passage, l'héritier Ondeluire sentit l'air frais d'Errande lui chatouiller le menton -seule partie découverte par son masque- lorsqu'il atteint enfin le grand balcon. La robe pourpre de sa cavalière improvisée fut assez facilement repérable, la plupart des invités étant encore serrés à l'intérieur. Inspirant doucement, il s'approcha de la jeune femme et captant son regard, souffla :

« Est-ce ma personne qui vous fait fuir à telle vitesse ? Si c'est le cas, un mot de vous et je disparais. »

Tout en attendant sa réponse, il lui tendit son masque, perdue durant sa fuite. Lui adressant un sourire rassurant, et dont le port du masque le rendait presque mystique, il s'approcha de Miöbe et lui noua le sien, prenant garde à ne pas accrocher de cheveux avec. La proximité avec elle lui chavira le cœur. Il y avait bien longtemps qu'il n'avait pas approché une femme d'aussi près, et son parfum manqua de le noyer dans un océan de sensations perdues. Il croisa son regard le temps d'une demi-seconde. Qui sembla durer une éternité. Son cœur rata un battement. Il entrouvrit la bouche, cherchant un souffle d'air et finit par se reculer prestement, en se raclant la gorge.

« Excusez-moi Ma Dame, j'espère ne pas vous avoir gêné. »

Il lui adressa un signe de tête respectueux, tout en mettant la plus grande distance qu'il pouvait avec elle. Elle était mariée, et il n'avait pas le droit à un faux pas, malgré tout le désir qu'il pouvait éprouver. Désir d'autant plus enflammé avec ce jeu mystérieux suscité par le bal masqué.


DC : Enaïa Lyseän Vara'Da & Azeor Desnolancès & Kezaël Lysereän & Kidjyïa Rijwän & Riska les Deux Voix & Eyföhl Aanka'Leï


Pour plus d'informations sur les Ondeluire, c'est ICI




Merci Ravena pour le kit <3
avatar
Marchand

On m'appelle Miobë Marchebois


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Gernie
MON AGE : 24 ans
Féminin
MESSAGES : 352
AGE : 24
INSCRIT LE : 27/01/2013
PSEUDO HABITUEL : Mowiel Solverre
Joyaux : 187
http://www.ile-joyaux.com/t2388-journal-de-bord-de-miobe-shei-arcath http://www.ile-joyaux.com/t1330-miobe-shei-arcath#35147
Posté dans Re: Trente et une années d'excès   - Mar 27 Aoû 2013 - 10:08

Dès qu'il se mit à sourire, Miobë sentit son coeur battre un peu plus fort. Ses yeux aussi souriaient. Ses yeux incroyablements verts.
Oh par Vama, elle n'avait jamais ressenti ce genre de choses ! Que lui arrivait-il ? Elle n'ignorait pourtant pas que cet homme était un dangereux parti pour une femme mariée. Mais avec ce physique renversant, sa peau très délicate qui réussait la profondeur de son regard, il lui offrait une vision à damnée une servante de Vama.  Nul doute désormais : Esheban Ondeluire était une invitation au pêché à lui tout seul.

Miobë détacha son regard, sans trop savoir quoi dire et quels étaient ses sentiments. Elle était en colère oui. En colère contre elle-même. La culpabilité plantait ses griffes dans son cou, impitoyablement douloureuse. Et plus encore que n'importe qui, elle était désolée pour elle-même.

- Vous...Ce n'est pas ça...

Elle avait la gorge si serrée qu'elle peinait à trouver ses mots. C'était comme si le regard de son époux  l'empêchait d'être maîtresse d'elle-même, et plus encore ces derniers jours.
Depuis que Gaspard lui avait volé ce baiser au Domaine, Miobë se sentait épiée, surveillée et coupable de tout. Ses sentiments, ses sens, tout était comme un champ de bataille : incertains, irréels, désordonnés. Elle n'était plus capable de concentration, ni de raison. Il s'agissait là d'un crime bien trop lourd à porter de si petites épaules.

- Vous n'avez rien fait de mal, Monsieur Ondeluire, finit-elle par dire, évitant le regard de son interlocuteur. Il s'agissait simplement...Ce balcon m'a semblé approprié pour fuir un homme que je ne porte pas dans mon coeur.

De crainte qu'Esheban ne lui pose des questions sur ce dit homme, la jeune femme s'empressa d'ajouter :

- Si mon mari m'avait vu prendre ainsi la fuite, il aurait trouvé cela bien impoli, j'imagine. Il aurait fallu que je prenne sur moi et aille saluer cet homme, prendre de ses nouvelles puis lui souhaiter une merveilleuse soirée, le sourire aux lèvres et la mine réjouie par sa présence. A son tour, il se serait enquis de ma santé, ainsi que de celle de mon époux. Et comme à chaque fois que nous nous adressons à des Marchands que nous ne voyons pas souvent...

*...Il nous aurait demandé comment vont les enfants et s'ils ont bien grandi depuis la dernière fois.*

Elle posa une main sur son ventre, qui n'avait jamais eu la chance de porter le moindre enfant. Comme elle enviait Eshisil d'avoir ainsi pu mettre au monde Arkaïs et Saelia. Ils étaient des enfants comme elle en avait toujours rêvé, et à force de s'occuper d'eux lorsque leur mère l'y autorisait, elle avait fini par les considérer comme un moyen d'oublier son infertilité. Un rêve de maternité inaccessible et pourtant si enviable.

On m'appelle Contenu sponsorisé

Posté dans Re: Trente et une années d'excès   -

Page 1 sur 4Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum