AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
» Communication externe
par Loth de la Vision Mar 21 Juin 2016 - 15:06

» Réversa [ TOP ]
par Invité Ven 27 Mai 2016 - 8:21

» Le monde de Dùralas
par Invité Jeu 26 Mai 2016 - 7:00

» Anthalia
par Invité Dim 22 Mai 2016 - 15:17

» Marbrume, La Cité des Damnés
par Invité Lun 16 Mai 2016 - 15:07

» Questionnaire pour soutenir infinite RPG !
par Invité Sam 14 Mai 2016 - 17:33

» Escalus
par Invité Jeu 12 Mai 2016 - 9:02

» Mass Effect : Reborn
par Invité Mar 10 Mai 2016 - 15:00

» Forum en pause
par Asàf Lysereän Mar 10 Mai 2016 - 13:47


Se briser pour mieux se reconstruire

Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Se briser pour mieux se reconstruire   - Dim 14 Juil 2013 - 10:26

Encore une fois ce matin, il avait entre aperçu son propre reflet : Un homme au teint bruni par le soleil, aux cheveux blonds rejetés en arrière, noués en queue de cheval, et enfin aux yeux bleus comme un ciel sans nuage.
Un visage qu'il connaissait si bien... Le sien, depuis tant d'année. Et pourtant, il savait qu'il n'était plus le même. Quelque détails subtiles pouvaient en attester : les rides précoces qui lui naissaient sur le font, son sourire fade qui n'arrivait plus à se montrer convainquant, et enfin l'éclat mourant qui couvrait son regard d'une ombre morne ...  
Mais qui d'autre que lui pouvait vraiment le voir ? Qui le connaissait assez pour comprendre de derrière ce visage impassible se dissimulait les vestiges boiteux de son "avant" ?

Delian ... Sûrement. C'était pour ça que Thélador avait lâchement fuit sa compagnie depuis l'avant veille... Depuis qu'il avait retrouvé Lalah pour mieux la perdre à jamais...

Il s'était cru trop faible pour y survivre. Lorsqu'il lui avait tourné le dos, vacillant, lorsque les larmes lui avaient inondé les yeux, lorsque misérable, il s'était effondré seul dans un recoin esseulé pour pleuré comme un gosse abandonné, il s'était cru mourir de chagrin pour de bon.

Pourtant, après un moment, il s'était relevé et il était rentré. Il avait subi, stoïque, les remontrances qu'il méritait pour son retard. Il avait, sans la moindre protestation, accepté la corvée de balais, et puis après ça il était parti se coucher avec les autres sans autres signes d'accablement.
Le lendemain, il s'était réveillé et comprit que quelque chose "clochait". Il s'était senti étrangement "inerte", et lorsque Rodshim lui avait lancé sa provocation habituelle sur son origine il n'avait même pas eu besoin de se forcer pour rester indifférent.
Cette absence de sensation l'avait d'abord alarmé avant qu'il n'en comprenne la raison : il avait perdu l'espoir. Il était devenu indifférent et résigné. Quelque chose en lui s'était brisé pour de bon la veille. Il avait levé le ton sur Lalah, et lorsqu'il avait exprimé son projet de s'en aller pour de bon, la jeune femme ne l'avait pas retenu. Qui était le coupable de ce fiasco ? Il ne se leurrait pas ... Il avait sa part de responsabilités. Mais que faire pour régler la chose : Envoyer une lettre d'excuse qui resterait sans doute sans réponse ?
Non... Il fallait cesser de s'imposer telles chimères. La jeune femme avait sûrement raison : mieux valait pour lui qu'il use son énergie à devenir un Veilleur digne de ce nom, plutôt que de continuer à vouloir s’approprier son coeur, qui était aujourd'hui et pour toujours, destiné à un autre.  

Même si elle avait dit l'aimer ... Elle devait le haïr à présent... A quoi bon se battre ? Il était vaincu depuis le début.  

D'une démarche souple, il se dirigea vers le gymnase, et ouvrit la porte. Il resta un instant surpris de voir que l'endroit malgré l'heure plus que matinale n'était pas vide.L'hésitation le prit d'avantage lorsqu'il remarqua que la silhouette qui s’acharnait sur le mannequin lui était familière... Il aurait voulu être seul... Mais avant qu'il ne puise s'éclipser, la jeune femme tourna la tête vers lui et il fut contraint d'expliquer sa venue. Fermant la porte derrière lui, il se contenta d'un :

-Je ne suis pas le seul à avoir des insomnies ... Ou tu viens ici à cette heure pour éviter les regards curieux ?
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: Se briser pour mieux se reconstruire   - Lun 15 Juil 2013 - 14:08

La force est quelque chose d’intérieur, montrer de la force et du caractère n'est pas forcément faire preuve de force et de caractère. Car pour montrer il faut quelqu'un pour regarder. C'est dans la solitude qu'on l'on mesure la vrai force de quelqu'un a faire face aux événements, à la vie en général. Et à ça, Nora faisait encore preuve de faiblesse. Il est évidement facile de faire preuve de caractère devant les autres, de leur montrer que tout ce qui se dit ne l'atteint pas, que les regards et leur nature sur son corps ne lui font ni chaud ni froid. Mais une fois seule, elle n'a plus que la raison de ce geste pour la consoler. Une peau blanche, mais des yeux d'or seul la pilosité sans pigmentation va dans son sens rappelant a qui veut bien le voir qu'elle n'est pas forban, juste différente, malchanceuse pour les plus obtus.

Alors aussi quand le travail n'est plus assez prenant pour effacer tout ça, elle s'en va frapper jusqu'à l'épuisement les mannequins d’entraînement. Ça marche pour tellement de personne pourquoi pas pour elle. De plus cela lui permet de se familiariser avec les mouvements qu'elle apprend en regardant les soldats. Et aux heures tardives de la nuit personne pour lui demander ce qu'elle fait la et pourquoi elle le fait. Les seules personnes qu'elles croisent occasionnellement en on généralement autant sur le cœur qu'elle.

Aujourd'hui elle se défoule sur le mannequin qui sert a s’entraîner aux contre, et tout en défilant coups après coups les visages de ceux qu'elle à décider de fracasser ce soir elle se met au travail. Elle s’entraîne à réalisé les contres brutaux qu'elle à vu réalisé quelques jours plus tôt. Chaque contres ébranle violemment le mannequin en bois, ainsi que les avant bras de la jeune scientifique mais qu'importe, la douleur aussi est un bon moyen d'oublier. Et d'une certaine manière un moyen toujours plus sain que l'alcool.

Et c'est la que la porte s'ouvre, elle se retourne bien trop rapidement pour paraître a l'aise. Mais a cette heure ci elle pensait bien être seule. En temps normale elle aurait sûrement eu du mal a reconnaître qui que ce soit. Mais des hommes de cette carrure avec les cheveux aussi clairs, elle n'en voyait qu'un. Visiblement il était déçu que quelqu'un soit présent, il allait devoir s'y faire il n'est pas le seul a vouloir se défouler loin des regards indiscrets.

-Je viens a cette heure pour ne pas infliger à quelqu'un ce que j'inflige présentement a ce pauvre mannequin.

Elle ne rajoutera pas que cela en agacerait plus d'un de voir une néophyte se battre avec des styles de combats leur appartenant. Comme une sorte de miroir.

-Je présume que toi aussi tu as quelque chose sur le cœur qu'il te faut absolument déverser sur l'un de ses malheureux mannequins.

Sûrement l'intuition féminine, ou la force de l'habitude mais tout les hommes qu'elle avait entendu raconter des histoires avec cette tête la, racontait une histoire avec une femme dans le rôle principale.
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: Se briser pour mieux se reconstruire   - Lun 15 Juil 2013 - 14:54

Il avança. La porte claqua derrière lui. Ses pas résonnèrent, ricochant contre les murs, emplissant la salle. Il marqua un arrêt à quelque mètres de Nora et lui offrit son attention non sans un certain mal aise en l'entendant si rapidement comprendre que quelque chose clochait. Est-il devenu si limpide à ces yeux ? Ou est elle plus perspicace que d'autres...

Il hausse des épaules, comme pour nier son affirmation sans véritable conviction de la tromper... Il a toujours été un piètre menteur.

-Isalin ronfle comme un moteur de module de course... Et j'en avais assez de tourner dans mon lit.

Sa justification, si elle est incomplète n'en est pas pour autant fausse... Les dortoirs étaient peut être pratiques, mais ils n'étaient en rien une invention faite pour maximiser un repos réparateur. Tournant les yeux vers le jeune femme, il cherche en vain à croiser son regard, obstinément dissimulé par sa capuche. Elle était essoufflée. Sa poitrine se soulevait à un rythme soutenu. Elle devait être là depuis un moment...
Il se sentit presque coupable d'avoir eut la même idée qu'elle... Légèrement penaud il ajouta :

-Je suis désolé. Je voulais pas te déranger...  

Il eut un sourire d'excuse avant d'ajouter, soucieux :

-Qu'as tu donc sur le coeur ? Il s'est passé quelque chose ?

S'inquiéter pour autrui était un bon remède à l'inquiétude que l'on s'inflige. S'oublier lui même, il ne demandait que cela. Peut être, se disait-il, pourrait-il faire quelque chose pour elle. Essayer d'avoir une parole réconfortante, un geste de soutien... Ils étaient amis après tout... Et peut être qu'à elle, il pourrait apporter quelque chose de positif.

-Tu n'es pas oblier de m'en parler ... Mais si tu le veux ... Enfin, je suis là...

Se sentit-il obligé de préciser.
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: Se briser pour mieux se reconstruire   - Mar 16 Juil 2013 - 13:55

Tant d'endroits ou se rendre, certains avec de belles vues, d'autre juste agréable pour y faire un tour. Et il fallait qu'il vienne s'enfermer dans le seul qui puait la sueur, ou la seule chose à faire consiste à frapper et bouger jusqu'à en puer soit même la sueur...Et il serait venu la juste pour s'éloigner d'un ronfleur ? S'il n'avait pas envie de parler qu'il ne parle pas, mais Nora n'aimait pas être prise pour une idiote. Cela faisait plusieurs années qu'elle côtoyait des soldats et parfois même très intimement et elle pouvait affirmer sans se vanter les connaître un peu.

-Pour échapper a un ronfleur...Vraiment...

Elle avait dit cela d'un ton léger, à lui de rebondir dessus s'il le voulait. Autre chose qu'elle avait appris avec les hommes c'est que plus on cherche à leur tirer les vers du nez et plus ils se bornent à tout raconter sauf ce qu'ils ont sur le cœur.

-Voyons Thelador, cet endroit est biiiiiiiiiiiiiien assez grand pour nous deux. On c'est déjà retrouvé dans beaucoup plus...Intime.

Quand bien même elle aurait voulu se retenir de lâcher ça elle n'y serait sûrement pas arrivé. Chercher des petites provocations lui faisait travailler l'esprit assez agréablement pour mettre de coté ses petits soucis.

-Oh tu sais, rien de plus que le quotidien. Moqueries de si de la, quelques jaloux qui n'ont pas digéré de voir leur tour se finir.

Et pourtant ils étaient tous prévenus. Le meilleur moyen de la faire fuir était encore de lui faire croire qu'elle était en train de s'engager dans quelque chose de trop...Engageant. Elle prie une gorgé d'eau de la bouteille qu'elle avait ramené, et rabattis sa capuche en arrière pour pouvoir mieux respirer. Elle aurait vite fait de la remettre en cas d'arriver surprise. Elle adressa un franc sourire à son ami VP alors qu'elle se laissait tomber sur un tapis d’entraînement.

-Tu sais, il n'est pas rare de croiser des gens évacuer quelques frustrations ici. Chagrin d'amour, promotion ratée, échec de mission, voir simplement mauvaise journée. Et comme tout le monde est généralement trop fier pour le faire devant les autres, on vient le faire ici et quand on croire quelqu'un c'est généralement ni vu ni connu.

Elle pose son regard ambré sur lui, elle avait été franche et lui avait fait part de son malaise de la journée bien évidement elle n'était pas entrée dans le détail...Mais après tout a quoi bon s’épancher plus sur le sujet ne changerait pas la nature des paroles proférées et encore moins ne les arrêteraient. Ca n'était pas un soucis...Ponctuel.

-Isalin t'embête-il a ce point par ses ronflements, que la nuit tu viens faire ici ce que tu ne peux pas faire sur lui ?
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: Se briser pour mieux se reconstruire   - Mar 16 Juil 2013 - 14:55

Soucieux, il s'avança vers elle tout en l'écoutant. Il dû retenir une grimace en l'entendant banaliser ses mésaventures... Vivre entouré de trop "d'ennemis" il savait ce que cela faisait. Il comprenait presque trop bien ce besoin de défouler ces frustrations collectionnées par la faute de quelques répliques piquantes et trop justes. Quand à la jalousie de certains de ses courtisans, il préférait ne pas trop s'y attarder. En songeant aux autres hommes qu'elle pouvait côtoyer il sentait comme un Garuda lui labourer la poitrine.


Il vint s'installer à côté d'elle sur le tapis, en soutenant son regard ambré. Quelque chose dans ses paroles, dans sa façon de les formuler l'informait qu'elle avait vu plus loin que ce qu'il avait voulu en montrer... Pour un homme si silencieux sur sa vie privée, il trouvait dérangeant qu'on puise si facilement lire en lui... Mais Nora était particulière, songea-t-il. Il s'était livré à elle plus d'une fois, et son sens de l'observation n'était plus à démontrer.

-Je vois ... je ne peux donc rien faire pour toi ...


Glissa-t-il presque avec regret. Songer à autre chose aurait pu l'empêcher de songer à ce qui l'avait vraiment amené ici. Un vague sourire souleva ses lèvres :

-J'irais jamais tabasser Isalin pour ces ronflements... Il a une tête de plus que moi, c'est moi qui finirait dans les Patamo avant d'avoir eu le temps de le toucher.

Il laissa un silence planer, alors que ses yeux s'étaient mit à contempler l'invisible. Brusquement il poussa un soupir et fronça les sourcils :

-Tu l'as remarqué hein ? Que ces pas les ronflements qui m'ont mené ici à cette heure ?

Il eut un nouveau sourire sans chaleur avant d'avaler sa salive pour se dénouer la gorge de l'étau d'émotion qui commençait à se former autour d'elle.

-Je l'ai revu ... Y'a deux jours ... Au marché de Penjoie.

Lâcha-t-il finalement, en fixant le mur d'en face. Il savait qu'elle saurait. Elle seule savait son "petit secret".

-Elle m'a annoncé que son père lui avait trouvé un mari ...

Continua-t-il en pliant les genoux contre son torse, dans une position défensive, comme pour protéger son coeur d'un nouvel impact.

-Un type qu'elle n'a jamais vu, mais fils de cultivateur... Un bon parti, profitable pour les affaires de la famille...

Expliqua-t-il en laissant ses mots mourir doucement sur ses lèvres, avant de laisser un nouveau soupir lui soulever la poitrine.  

-Elle a pleuré dans mes bras l'angoisse que cela lui inspirait. Alors j'ai voulu lui faire comprendre qu'elle n'avait pas à se laisser vendre... Mais elle m'a dit qu'elle n'avait pas le choix. Qu'elle le ferait parce que c'était son devoir... Et ... Ça m'a blessé... Je l'avais déjà embrassé ... Et elle avait régit en refusant de croiser mon regard et en me repoussant. "On était plus des enfants" selon elle ... On s'était "égaré"... J'ai pensé que je l'avais humilié. Ce n'était qu'un baiser, mais elle m'a explicitement fait comprendre qu'elle ne voulait plus que ça se reproduise. Et voilà qu'à lui, un illustre inconnu, elle accepte de se laisser marier parce qu'il "du bon côté de la frontière"... Comme si c'était pas une erreur de se soumettre au choix de son père simplement parce que il l'avait pour elle et pour eux !    

Pour la première fois depuis deux jours, il se prit à ressentir un sentiment : la colère. Refusant de se laisser emporter une  nouvelle fois, il inspira profondément, ferma les yeux et termina abruptement par :

-Alors, on c'est disputé...
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: Se briser pour mieux se reconstruire   - Ven 19 Juil 2013 - 3:34

Elle tapote le tapis juste a coté d'elle pour l'inciter a prendre part le plus proche possible d'elle. Et vu qu'il garde un peu ses distances, elle les comble d'un léger mouvement. Visiblement il semblait étonné qu'elle ait mis dans le mille. Les hommes, toujours a se croire unique. Alors qu'au final ils ont presque tous les même réflexes, les femmes ne sont pas différentes mais leurs réflexes sont totalement différents. Il se tourne vers elle et avec regret énonce la dure évidence, et l’honnête de sa tristesse vis a vis de son impuissance toucha la jeune scientifique plus violemment qu'elle ne l'aurait voulu. Ses yeux...Et quels yeux ! Rien que pour ce regard elle aurait été prête a tout. Mais l'heure n'était pas à ce genre de comportement. Elle se contenta juste de poser sa tête contre l'épaule du jeune soldat.

-Tu fais beaucoup à ta manière tu sais.

Elle aurait pu ajouter « Je suis moins seule quand tu es la », mais en plus de tomber dans le niais et le cliché cela n'aurait fait que l’entraîner sur une pente glissante. Et elle voulait garder le contrôle de la situation ce soir. Il recommence avec son histoire de ronflement, mais ne réagit pas du tout quand il termine. Comme pour lui dire qu'il va devoir trouver mieux elle le laisse mariner dans son silence jusqu'à ce qu'il craque.

-Oui, généralement c'est toujours quelque chose de plus profond qui amène des hommes ici. C'est toujours quelque chose de plus douloureux qui se passe quand quelqu'un à ce genre de regard.

Elle se décroche de lui cette fois pour lui faire face. Fini les petits sourires, l'espièglerie dans le regard. Elle était prête à l'écouter, à lui tendre sa main elle doutait pouvoir l'aider à porter son fardeau. Les chagrins d'amour ne se partagent pas. Ils ne sont que des énormes abcès sur le cœur qu'il faut percé, et même la encore on ne peut qu'attendre que le temps fasse son œuvre. Il se remit à parler d'elle. Jamais son nom n'avait été prononcé et sûrement ne le serait-il jamais, et de toute manière elle ne voulait pas le connaître. Certaines choses sont mieux la ou elles sont, savoir qui n'aurait pas permis à Nora d'aider mieux que ça Thelador. Alors ainsi la belle allait se marier, et bien entendu il n'était pas l'heureux élu. Un illustre inconnu. Et que si son cœur battait pour Thelador son devoir lui indiquait d'épouser l'autre. Cela n'arrive que dans les grandes familles. Elle le regarda prendre une position fœtal comme si elle pouvait le retrouver jusque ici pour venir le torturer un peu plus. Seul les gens du grand monde se complique la vie de cette manière, faisant passer l'aspect pécuniaire de leur richesse déjà conséquente devant leur propre bonheur. Comme quoi, même la richesse avec le temps devient une chaîne.

Avait-elle le droit de lui dire le font de sa pensée ? Qu'il c'était lui même compliqué la vie rien qu'en tombant ainsi amoureux d'elle ? Qu'elle avait fait son choix et qu'elle ne c'était pas sentie prête a affronter sa famille pour lui ? Mais aussi elle aurait pu lui dire qu'il lui avait demandé de choisir entre lui et sa famille toute entière, que refuser ce mariage pour se marier par amour aurait pu avoir des retombées lourdes de conséquences pour elle ?

Non ce n'était pas à elle de lui dire tout ça, ou alors pas aujourd'hui. Aujourd'hui elle serait l'épaule dont il aura sans doute besoin pour se tenir, la main dont il aura sans doute besoin pour se redresser et peut être même le pied au derrière dont il aura peut être besoin pour repartir.

-Je ne saurai te contredire sur ce dernier point. On a toujours le choix, le tout est de savoir ce qu'on est près à sacrifier pour sa liberté.

Et dans l'ordre naturel des choses quand ce genre de situation arrive, ils c'étaient disputés. Et il n'y a jamais que deux types de disputes celles que l'on peut rattraper avec des excuses, et celles ou tellement de choses sont dites qu'il est difficile de rattraper le coup. Parfois même on se rend compte avec le temps que l'ont à même bien fait.

-Ça c'est si mal fini que ça ?
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: Se briser pour mieux se reconstruire   - Ven 19 Juil 2013 - 12:09

Faire une pause lui avait permis de remettre un peu d'ordre dans ses sentiments. Les souvenirs remontaient doucement... Douloureusement. Il trouva alors étrange la précision avec laquelle il se souvenait de la scène. Il lui semblait presque qu'il aurait été capable de redessiner la fissure qui lézardait le mur qui lui avait fait face au moment où il s'était levé du banc pour toiser la cultivatrice et lui jeter au visage son ultimatum...

Peut être que ce souvenir si précis était sa punition pour avoir cru à l'impossible. Peut être était-ce là ce qu'il était condamné à ne jamais oublier ...

Après une nouveau soupir il répondit à la question de la veilleuse :

-Non en effet ... A vrai dire je lui ai dit que si sa famille était son choix, les veilleurs seraient le mien, et que jamais plus elle, ou sa famille, ne devrait attendre quelque chose de moi. Elle ne pas retenu... Et je suis parti...Voilà ... je suis un homme "Libre" à présent.

Expliqua-t-il, d'une voix sans joie.

-La chose devait arrivée... C'était évident. Je l'ai toujours su... Mais ce qui me tourne le plus dans la tête, ce n'est pas tant ce mariage ... Mais plus le fait qu'elle m'ai avoué "m'aimer comme elle n'avait jamais aimé personne"... Je n'arrive pas à comprendre pourquoi elle a fait ça ? Pourquoi à ce moment là, après m'avoir dit qu'elle en épouserait un autre ? Alors que jusque là elle avait toujours réagit comme si j'avais commis l'irréparable en l'embrassant... Elle aurait pu me laisser dans l'ignorance... Qu'étais-je sensé faire après qu'elle m'ai avoué ça, au moment même où je la savais destinée à un autre ?

Alors qu'il formulait les questions en même temps qu'elle surgissaient dans son esprit, Thélador sentit de nouveau le malaise le reprendre : ce sournois sentiment d' impuissance face à la tournure qu'avait pris les événements en quelque secondes a peine...
Il ferma les yeux, le visage de Lalah tourné vers le ciel, le son las de sa voix qui lui avait avoué son amour, tout cela lui revenait avec une netteté cruelle...

Il rouvrit les yeux, prestement :

* A-t-elle seulement été sincère avec moi ? *

Se demanda-t-il alors, douteux.
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: Se briser pour mieux se reconstruire   - Dim 21 Juil 2013 - 15:06

Alors effectivement les choses c'étaient mal finies comme une fin de roman ou ces deux personnages crées l'un pour l'autre finissent néanmoins l'un sans l'autre. Ses histoires préférées, sûrement parce que d'une certaine manière elle était elle aussi destinée a passer a coté de son homme. Pourquoi serait-elle donc la seule ? Mais bien entendu se consoler avec des fictions n'est pas la même chose que de se réjouir du malheur d'un ami, et pour une fois ce genre d'histoire lui laissa un goût salé dans le fond de la bouche. Un homme libre, être libre c'est souvent quelque chose que l'on aimerait être sans le souhaiter pour autant. Car notre liberté s’arrête la ou commence celle des autres. Autrement dit un homme libre est un homme seul.

Elle restant un moment silencieuse après qu'il eu finit son histoire. Que s’apprêtait-elle a faire, quelque chose dont elle n'avait pas l'habitude. Généralement quand elle parlait femme avec un homme c'était souvent pour parler d'elle. Elle ne connaissait pas cette femme, et ça ne serait sûrement pas pour demain et elle n'allait pas dire ça pour elle mais pour lui.

-Ce que je vais dire maintenant est à prendre avec des pincettes comme on le dit souvent dans mon labo. Je ne connais pas la femme dont tu parles, mais j'ai dans l'idée que si elle t'as révélé tout ça vers la fin c'était dans l'espoir que tu fasses quelque chose. Sûrement attendait-elle de toi que tu n'acceptes pas son choix, que tu t'insurges et la sauve de ce mariage dont elle ne veut pas.

Elle se laissa tomber sur le tapis les bras écartés, avant d'ajouter quelque chose qui lui ressemblait beaucoup plus mais d'un ton beaucoup plus léger, comme une alternative en laquelle il ne faut pas croire. Mais une alternative tout de même.

-Ou alors c'était simplement l'expression d'un désir égoïste d'avoir le lait de capri et l'argent du lait de capri. Mais n'étant pas femme à en critiquer une autre surtout quand je ne la connais pas. Je vais m'en tenir la pour les multiples explications possibles qui me viennent en tête. Tu ne peux t'en remettre qu'a ton propre jugement. Soit un homme.

Elle se contenta juste de poser une main non gantée sur l'épaule de Thélador.

-Et puis...Si jamais ça devient trop dur, je suis toujours la. Je ne vais pas t'abandonner ainsi visage pâle. Et si l'envie t'en prend j'ai assez de produit pour gâcher une bonne centaine de mariage d'une centaine de manières différentes.

C'était de l'humour, peut être une trentaine de manière différentes tout au plus. Mais s'il le lui demandait il était bien possible qu'elle l'aide pour ça aussi.
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: Se briser pour mieux se reconstruire   - Mar 23 Juil 2013 - 13:19

Lorsque, prudente, Nora énonça sa théorie sur le comportement de Lalah, le Matroscien tourna vers elle un regard presque interloqué : la jeune femme pouvait-elle vraiment avoir voulu lui lancer un appelle au secours aussi ... détourné ? Avait-elle dit une chose tout en songeant à l'inverse, et attendu que le Matroscien lise à travers les lignes ? Si tel était bel et bien le cas, une chose était sûre, Thélador était bel et bien passé à côté de la manœuvre...
Un léger doute l'assaillit avant qu'il ne se reprenne. Nora devait se tromper. Lalah n'avait pas eu la moindre parole qui aurait pu laisser sous entendre qu'elle voulait vivre leur amour en dépit de tout. Elle a avait tendu un discours tellement obtus sur les raisons pour lesquels ils ne pouvaient vivre à deux, qu'elle se serait surement davantage emporté si il avait tenté de la raisonner.

-De toute façon, c'est trop tard... Elle m'a chasser, et je ne veux plus avoir à souffrir d'avantage... Trancha-t-il finalement, puisqu'en dépit de tout, Nora avait raison : il devait se fier à lui même. Sur son épaule la main secourable de la scientifique l'aida à ne pas céder aux larmes. Il avait cru devoir affronter ça seul, mais elle était là... Et il compris à quel point cela pouvait changer les choses d'avoir une présence aussi compréhensive à ses côtés. Il se sentait plus léger d'avoir partager son fardeau, si bien qu'il se prit même à rire lorsqu'elle lui proposa de saccager le mariage.

-Ciel ne me tente pas ! Je dois déjà me retenir de penser à toutes les façon dont je pourrais éliminer ce "Isfrael" ... Alors ne me fait pas rêver d'avantage ...  

Il se retourna à demi vers elle, et lui offrit un sourire plus construit que tout ce qu'il avait pu produire jusque là.

-Merci Nora ... De ne pas m'avoir traiter de crétin d'être tombé amoureux, ou de ne pas m'avoir dit que ce n'était rien et qu'un jour je finirais par l'oublier... Merci de m'avoir simplement ... écoutée, même si cela doit te sembler passablement pitoyable.

La remercia-t-il avec sincérité. Pendant un instant, leurs regards furent plongé l'un dans l'autre. Et elle se trouvait là, à porté de bras, il aurait pu simplement l'embrasser, car l'envie le tenaillait d'aller chercher plus loin encore sa compagnie, mais il n'en fit rien. Il n'était pas la question d'attirance ou de désir, mais de confiance et d'amitié... Il comprit brutalement à quel point elle était devenue une confidente chère à son coeur, et combien il aurait pu être perdu et esseulé sans sa compagnie. Alors, lentement il se pencha, et déposa un baiser sur son front, sans autre prétention que celle de la remercier.

-J'aurais fini en vieille loque si nos routes ne s'étaient pas croiser je crois ... Tu sais... Avant toi, j'aurais jamais imaginer parler aussi libre de ce genre de "chose" à une femme...
Confia-t-il avec un demi sourire, et les joues légérement rougie par cette confession.
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: Se briser pour mieux se reconstruire   - Jeu 25 Juil 2013 - 14:20

Les hommes et leurs têtes dures. Au moins elle lui avait fait part de son idée, elle n'allait pas insister lourdement. Après tout il se pouvait qu'elle ait tord après tout. Et de toutes les manières les femmes de hautes familles sont toujours des nids à problèmes, il allait souffrir son absence durant quelques semaines, peut être des mois et s'il est un homme exceptionnel des années. Mais l'amour ne laisse jamais vraiment tomber ceux qui le cherche.

Elle l'avait chassé disait-il, pourtant Nora était persuadé qu'avec les mots juste il pouvait de suite reprendre sa place a ses cotés. Cela aussi elle aurait pu le lui dire, mais cupidement elle n'en fit rien, l'entendre rire était bien la preuve qu'a cet instant précis elle était plus ce qu'il lui fallait que cette autre femme.

-Dommage, il me reste encore tellement de produits encore non testé sur l'homme...Un mariage aurait été une occasion en or. Tant pis.

Il sourit, et elle ne peut s’empêcher de penser qu'il est vraiment beau garçon et que cette autre femme avait été fort idiote de le laisser partir aussi facilement.

-L'amour a l'effroyable pouvoir de rendre même le dernier des érudits aussi idiot que le plus bête des hommes. D'ailleurs c'est a ça qu'on reconnaît un vrai amoureux, aux choix idiots qu'il fait pour faire durer son histoire.

Et partout les dieux pourvu qu'on l'en préserve encore longtemps, déjà qu'elle était irréfléchie et impulsive de nature elle ne voulait même pas savoir ce que l'amour pourrait lui faire faire de pire encore que le désir. Elle accepte ce baiser quelque peu toute chose, généralement ce genre de marque de tendresse ne venait pas seule. Et la solitude de cette dernière lui donnait tout son sens, aussi la scientifique ne put retenir son rougissement. Elle posa sa main nue sur la joue de Thélador profitant de la proximité pour ajouter doucement.

-Vivre ensemble, ou mourir seul. C'est déjà une ligne de conduite dehors, ça l'est encore plus ici chez les veilleurs. Et a qui d'autre qu'une femme voudrais-tu parler de ça, vu que vous les hommes ni comprenaient rien de chez rien !

Elle l'enlaça et a sa plus grande surprise sans la moindre envie autre que de celle de l'enlacer. Comme le font deux amis après ce genre de conversation, comme une grande sœur qui termine de réconforter son petit frère qui vient de se heurter a un autre coup dur de la vie.

-Bientôt tout ceci sera derrière toi, Korrul regorge de belles jeunes filles à la peau dorée. Entraînes toi dur, les muscles et les prouesses aux armes feront le reste.
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: Se briser pour mieux se reconstruire   - Lun 29 Juil 2013 - 13:07

Nora l'enlaça. Par réflexe, il la serra à son tour. Il sentit ses cheveux court lui chatouiller la joue, mais la chose n'était pas désagréable.

Combien de fois avait-il enlacé Lalah de la sorte, pour la réconforter, la rassurer, la féliciter, ou plus simplement pour lui faire comprendre qu'il était là pour elle... Et voilà qu'aujourd'hui, il avait l'impression que les rôles étaient inversés, qu'il était l'enfant et Nora elle la grande soeur, venu le cajoler.

Il n'avait plus de petite soeur. Les rôles ne reviendraient jamais à la" normale". Il ne tiendrait plus jamais Lalah dans ses bras comme Nora l'enlaçait à présent; pour l'empêcher de s'effondrer... A cette pensée son regard bleuté s'abîma dans le vide.

-Peut être, mais aucune ne sera "elle"...

Répondit-il vaguement alors qu'ils se séparer l'un de l'autre. Son regard chercha celui de ambré de Nora, et il ajouta avec un soupir :

-De toute façon, la seule femme qui aura mon attention à partir d'aujourd'hui ça sera mon arme, pour m'assurer une bonne carrière...

Il détourna les yeux avant de reprendre, amère :

-Un Elvion ne se brûle pas deux fois sur la même flamme... La leçon a été assez désagréable à recevoir, et je ne compte l'oublier de si tôt ; Les femmes, c'est fini pour moi.
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: Se briser pour mieux se reconstruire   - Lun 29 Juil 2013 - 13:49

Aucune ne sera elle, que répondre à cela cette affirmation en plus de mettre en lumière l'évidence même n'avait pas le moindre sens. Encore heureux pour lui qu'aucune ne serait comme elle, vu que c'était à cause d'elle qu'il se retrouvait ici après avoir quitté sa famille. Et ce regard qu'il avait, Nora le connaissait bien c'était un regard parmi ceux qu'elle supporte le moins. Et bien malgré elle la jeune femme se mit à sourire en prévision du ramassis d'idioties qui n'allaient pas tarder a sortir de la bouche de Thelador.

Elle se prépara autant mentalement que physiquement à ce qui allait arriver, elle avait accepté de lui venir en aide sur ce coup la, alors autant le faire jusqu'au bout. Il pouvait s'estimer heureux qu'elle ne le reprenne elle, plutôt qu'il ne se ridiculise devant quelqu'un de bien plus haut gradé. Le coup parti avec une force et une vitesse qu'elle même n'avait pas soupçonné. Fugacement elle sentit  la barbe de quelques jours de Thélador lui rapper sa peau fine et blanche, et le bruit raisonna dans la pièce avant de se perdre dans la nuit.

-C'est bon ? On peut faire arreter les violons ? Tu te crois un homme avec tes idioties. Tu crois que parce que tu l'as décidé ce soir tu vas d'un seul coup arrêter d'avoir un cœur. T'as pris un coup par la vie, et maintenant que tu es à terre tout ce que tu trouves à faire c'est creuser encore un petit peu pour tomber plus bas.

Elle avait commencé par parler normalement, puis l'émotion avait fini par faire vibrer sa voix. Elle chantait sa colère, sa colère de le voir abandonner aussi facilement dès le premier échec surtout pour quelque chose comme ça. L'amour va et vient.

-Tu veux devenir un soldat...Peuh, tu n'es même pas encore tout a fait un homme. Une femme te dit non, te joue un coup tordu alors c'en est fini tu n’essaieras plus ? Qu'est ce qui va se passer le jour ou tu vas te retrouver devant un forban et que ce dernier te mettra à terre par une quelconque fourberie. Tu vas rester à terre en déblatérant des idioties en attendant qu'il te tue !?

Le deuxième coup parti à poing fermé, son regard d'incompréhension la rendait encore plus en colère, ainsi que la dureté de sa mâchoire. Durant un court instant elle avait même crue que son poing ne s'en remettrait pas.

-Ça n'est pas ça se relever et faire face. Thelador ce que tu veux faire la, c'est juste fuir en gardant la tête haute. Personne n'a jamais dit que c'était facile, ça ne l'est pour personne. Mais si tout le monde abandonnait quand il échoue la première fois, nous n'irions nul part...Si je ne m'étais pas relevé encore et toujours, je ne serais pas la à te cogner dessus pour que tu comprennes ça plus vite mon ami.

Elle c'était calmée aussi subitement qu'elle avait explosé sur lui. Ses yeux avaient même fini par rougir des larmes de colère qui ne passèrent finalement jamais le cap de ses yeux. Elle était toujours en train de se masser son poignet quand elle continua.

-Je tiens beaucoup à toi. Il n'y en a pas beaucoup que je sauverai si jamais je devais faire un choix. Mais avec une telle mentalité, tu vas te faire tuer. Tu m'entends, tu vas te faire tuer. Bien entendu que tu as une leçon à retenir de cette aventure avec elle, mais sûrement pas celle d'abandonner. Maintenant allons dehors, j'ai besoin d'air et toi aussi.

Puis elle ajouta d'un coup comme si elle venait de se rappeler de quelque chose.

-Sauf si bien entendu tu veux me rendre les coups que je viens de te donner. Mais étant donné que c'était pour ton bien il va falloir te battre pour mes les rendre mon cœur.
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: Se briser pour mieux se reconstruire   - Lun 29 Juil 2013 - 14:38

Thélador ouvrit la bouche et la referma. Il avait les deux joues en feu et un petit goût de sang au coin des lèvres. Encore incertain d'avoir vécu ce qu'il venait de vivre, il se massa la mâchoire avant de répondre honnête :

-Attends... J'ai encore du mal à réaliser la première baffe, alors laisse moi un peu de temps avant de te répondre...

Choqué, il l'était c'était le moins que l'on puise dire ! A vrai dire, que ce soit Nora qui puise s'injurier de le voir renoncer à l'amour et aux femmes le laisser sincèrement sans voix. Il aurait cru qu'elle comprendrait mieux qu'un autre ce choix ... Mauvaise déduction, qui lui avait coûté chère.
Il posa sur elle un nouveau regard, quelque chose qui se situait entre la crainte et le respect. Au moins elle avait été franche avec lui. Elle l'avait certes cogné, deux fois, et sa retenir sa force, mais elle l'avait fait pour lui... Il n'arrivait même pas à ce sentir vexé. Enfin si il l'était, d'avoir été prit sans pouvoir réagir... Mais étrangement... Il n'était pas si touché que ce qu'il aurait cru, car fond, si elle l'avait fait c'était parce que elle le croyait capable de faire face. Du moins c'était ce qu'il imaginait comprendre, car le raisonnement féminin était toujours une insurmontable énigme pour lui.
Alors qu'un silence s'étendait entre eux, que Thélador utilisait pour remettre ses idées en place et mettre le doigt sur son erreur, il confia avec un demi sourire:

-Tu es vraiment effrayante des fois...

Puis, n'ayant toujours pas décidé si elle avait raison ou tord de remettre en question sa décision il ajouta avec un regain d’orgueil, et un soupçon de provocation :

-Jamais je laisserai un ennemi me marcher sur pied... Pas question d'aller prendre l'air, femme, je suis venu ici m'exercer, alors laisse moi te montrer ce qu'il en coûte de traiter un Gotruscos de perdant !

Il ponctua son invitation, d'un geste de la main qui l'invitait à venir se frotter à lui. Puis il attrapa un bâton et lui lança un sourire mi-carnassier mi-amusé.
Il doutait pouvoir la battre à plat de couture en quelques coups basique, et c'était bien ce qui lui mettait le sang en feu : Elle saurait lui face et un bon échange de coups bien placés l'aiderait sûrement à évacuer ce qui l'empêchait de réfléchi comme un véritable homme.
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: Se briser pour mieux se reconstruire   - Lun 29 Juil 2013 - 15:04

Effrayante, qu'elle aimait qu'on lui dise cela après l'une de ses petites performances surprises. Au moins cela voulait dire que le message était bien passé. Les coups sont généralement de très bon vecteurs de leçon chez les hommes, après tout entre eux ils ne se privent pas pour faire passer leurs différents. Ainsi pour parlementer avec un homme, elle avait pris des réflexes d'hommes.

-Tu t'en remettras, j'ai bien failli perdre mon poignet sur ta tête dure comme la pierre.

Mais le soucis de provoquer un homme en duel c'est qu'ils sont généralement très peu à décliner l'offre, surtout ici. Et le voici déjà qui prenait ses airs.

-Ennemi tout de suite les grands mots comme...

Mais c'est trop tard, voici la phrase de trop ou plutôt le mot de trop. Femme. Elle ne rêvait pas, il venait de l'appeler femme. Et pourquoi pas femelle aussi tant qu'on y était. Un voile passa sur les traits de la jeune femme et plus nerveusement que par envie un sourire fini par percer sur ses lèvres. Alors qu'elle ramassait son gant et rabaissait sa capuche.

-De toutes les paroles malheureuses que tu pouvais avoir, en voilà une qui te vaudra de retourner dans ton lit en rampant et en pleurant...Homme.

Pas de bâton pour elle, l'arme trop encombrante l’empêchait de donner le plein potentiel de sa vitesse et de son agilité. Elle opta pour deux bâtonnets en bois de la taille des matraques électriques. Et elle prit sa pose, une pose qui venait d'un homme qu'elle avait passé plusieurs années à observer. En secret elle avait copié la majorité de ses mouvements et de ses techniques de combats après tout le lieutenant Jarrah avait toujours été gracieux et efficace avec deux matraques.

Elle se mit de profil, les jambes légèrement écartées, un bras tendu pour pointer la poitrine de Thelador, l'autre bras faisant passer l'autre matraque de bois au dessus de sa tête pour viser celle de ce dernier (faut imaginez la queue d'un scorpion). L'un pour parer ou porter de petit coup vicieux, l'autre pour cogner ou aider à la parade des coups lourds. Elle avait la technique, mais non l'endurance pour un long combat, et encore moins pour un style de combat aussi rapide et autant sur la pression que celui du lieutenant Jarrah alors elle pria pour qu'il abandonne avant qu'elle ne prenne trop de mauvais coups. Car il était à prévoir que l'orgueil de la korrulienne ne l’empêche de s’arrêter a temps.

Elle avançait par petit pas ne brisant sa position que pour attaquer petit coups rapides par petits coup rapides comme un serpent qui mort, esquivant autant que possible, parant quand nécessaire. Attendant la faille qui lui permettrait de lui rappeler que l'on ne peut attendre d'une femme qui n'est pas soldat un combat propre et loyal.
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: Se briser pour mieux se reconstruire   - Mar 30 Juil 2013 - 16:11

Elle a relevé le défis. Ils se font face. Si la colère semblait pas être innocente dans l'attitude de la jeune femme, Thélador n'en vit rien. Tout ceci n'était pour lui qu'un jeu. Un défi auquel il se prêtait avec enthousiasme...
IL analysa la situation. Puisqu'il avait prit le bâton comme arme, il jouissait d'une plus grande allonge. Mais Nora semblait plus rapide que lui. Jamais il n'avait vu ce mode de combat, mais il ne fallu que quelques attaques tests pour en comprendre les points forts malheureusement plus que multiples...

Ainsi, la danse commença. Il prenait soin de la tenir à distance, testant sa défense, conscient qu'elle attendait une erreur de sa part.

Mais il ne lui laissa pas ce plaisir. Au contraire chaque coups qu'il donnait semblait lui redonner confiance... Si bien qu'à un moment, bien qu'il n'eut pas encore percer la défense de Nora, il se permit la fantaisie de poursuivre leur conversation :

-Alors pour toi ce n'est pas quelque chose de répréhensible ....

Une pause, il para un attaque et reprit :

-Un matroscien et une Korrulienne... Tu trouves pas ça ... Choquant ?  

Un pas sur le côté, et d'une enjambée il la força à reculer.

-Tu penses vraiment que ce genre d'histoire soit ... Possible ? Envisageable ?    

Il commençait à essouffler. Il en prit conscience et comprit qu'il fallait agir avant de laisser sa défense se défaire. Alors, abandonnant toutes tactiques évoluée, il bondit sur Nora, et profita de son poids pour l’entraîner dans sa chute. Presque avec sauvagerie, il la plaqua au sol. Haletant, il chercha son regard sous la noiceur de sa capuche. Une ombre passa dans son regard avant qu'il ne lui demande :

-Et si c'était toi la prochaine ? Si je devais te perdre toi aussi pour avoir voulu ne pas finir seul ? Tu dirais toujours la même chose ?  
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: Se briser pour mieux se reconstruire   - Mer 31 Juil 2013 - 6:55

Il y a une différence entre le savoir et la pratique. Une différence de quelques centième de secondes, Nora savait ce qu'elle devait faire mais il lui fallait y penser. Hors celui qui pense en combat fini généralement par le regretter. C'était d'autant plus rageant qu'elle ne se savait manquant que d'une chose, l'expérience. Elle avait commencé par mener la danse imposant son rythme, jusqu'à ce que la fatigue et que son adversaire finisse par s'adapter. Et inexorablement elle se sentit reculer, lâcher du terrain, frapper moins fort et moins vite. Seul son orgueil et la colère qu'il faisait naître en elle lui permettait de faire fit de l’essoufflement qui la gagnait petit a petit. Quand à lui non content d'inverser la pression il prit le luxe de la questionner.

Un matroscien et une korrulienne, et bien elle n'y avait jamais véritablement pensé bien que tout le monde soit d'accord pour penser que le fruit de cette union soit quelque chose de répréhensible. Elle se mit à doubler, voir tripler ses attaques, pour le déstabiliser qu'il ne sache plus combien d'attaque devait encaisser sa garde avant de se repositionner. D'un point de vue biologique et elle était biologiste l'amour entre matroscien et korrulien n'avait rien de complètement aberrant ou alors il aurait fallut pouvoir prouver que l'un des deux peuples devait abandonner son statut d'humain.

-Mettons un instant que mon avis compte, et que l'on puisse considérer une union entre matroscien et korrulien en mettant de coté le fruit qu'il en résulterait. Je pense que seule des contraintes culturelles font obstacle à de quelconque sentiments amoureux entre nos deux peuples.

Et encore une fois, savoir n'est pas toujours pouvoir elle vit dans ses yeux qu'il c'était préparé à faire quelque chose. Mais le temps qu'elle comprenne quoi il était déjà sur elle, la différence de poids et son essoufflement firent le reste. Elle fut violemment projetée au sol ce qui lui coupa le souffle un court instant. La soudaineté de ce geste inattendu ne lui permis qu'un seul dernier petit mouvement, une dernière petite fourberie qui la sauverait sûrement de la défaite totale. Sa capuche qu'elle n'avait pas pris la peine de fixer tomba avec le reste.

-Ne parle pas de moi comme s'il te suffisait de me vouloir pour que tu m'obtiennes. Ça risque d'être un peu plus compliqué que ça.

C'est l'instant qu'elle choisi pour mettre à profit son dernier coup. D'un léger mouvement de la main elle fit frotter son eskrima contre l'entre-jambe de Thélador.

-J'ai tes précieuses en otage très cher. Et pour répondre à ta question s'il fallait que tu me perdes tu y arriverais sûrement plus facilement avec des discours de perdant comme celui de tout à l'heure, plutôt qu'avec tes origines et tes beaux yeux bleus. Maintenant si tu pouvais te redresser pour me laisser respirer, sinon je vais devoir tuer mes otages.

Elle avait prononcer la dernière phrase avec un petit sourire tout en tapotant gentiment l'intérieur de la cuisse de Thelador. Et pour être sur qu'il ne puisse se protéger de cette terrible menace elle écarta ses jambes à l’intérieur des siennes pour le forcer à faire de même.
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: Se briser pour mieux se reconstruire   - Mer 31 Juil 2013 - 14:17

Un effleurement, ce ne fut rien de plus mais bien assez pour signer sa défaite. Malgré la pression insistante qui menaçait ses "précieuses" comme l'avait si joliment énoncé Nora, il  n'obtempéra pas de suite. Ses sourcils froncés figeaient son visage dans une expression de réflexion... Puis avec un grognement il se dégagea, et la laissa se relever, seule.

Il jeta son bâton vers les autres dans un geste brusque. Pourtant, ce n'était pas cette défaite qui le contrariait le plus :

-Je parlais de t'aimais, pas de "t'obtenir". Ça n'a rien à voir... Tu confonds tout.

Il pivota vers elle. Il sembla sur le point d'ajouter quelque chose, mais se ravisa. Après un court instant il reprit :

- Tu as raison, je fuis peut être, mais toi tu triches. C'est la défaite que tu ne supportes pas ? D'où ton discours sur la façon dont je devrais réagir ?  

Questionna-t-il avant d'ajouter :

-Aimer ce n'est pas combattre contre l'autre, mais avec lui. C'est regarder dans le même sens pour un même but. C'est se donner jusqu'à la plus infime parcelle de soit même sans ériger la moindre défense. C'est s'oublier pour le bonheur de l'autre. Aimer et être aimé n'est pas un objectif, c'est un présent, un cadeau de la vie... Tu savais ça Nora ? Ou pour toi aimer n'est qu'une réaction chimique ? Tu sais ce qu'on ressent quand on offre son coeur et qu'il fini brisé comme un vulgaire jouet ?

Il n’attendit pas vraiment la réponse, car il la connaissait déjà, et ajouta :

-Ta leçon est peut être bonne en théorie, mais qu'en est-il de la pratique ? Tu as peut être trop d’orgueil pour t'avouer vaincu , mais pas moi. Je sais reconnaître une défaite reçu pour avoir accumuler trop d'erreurs. Je sais être humble quand je dois l'être. Et je ne pense pas que cela fasse de moi un sous homme. Renoncer a elle été le choix le plus dur de toute ma vie. Je ne plaisantais pas Nora, quand je disais vouloir assassiner cet Isfraël... Quoi que tu ai vu de moi Nora, tu n'as jamais vu l'homme amoureux. Tu n'as pas la moindre idée de ce que peux devenir si j'en venais à m'accrocher à elle, ou à l'illusion d'une nouvelle idylle impossible... Alors maintenant je vais me consacrer à ma carrière, et rien qu'à elle, car ce trop plein de colère que j'ai en moi, je dois m'en débarrasser. Soit je deviens un soldat, soit je deviens un assassin. Je ne fuis pas le mal que je pourrais un jour recevoir de nouveau, mais le mal que je risque de rendre si l'aventure venait à se reproduire. Je sais qui je suis, et ce que je suis. J'ai atteint mes limites Nora. Voilà la vérité.    

Il avait le souffle court, la faute à l'effort fourni et à cette longue tirade, mais son ton était rester clair et décidé du début à la fin. Il avait planté un regard dur dans le sien, mais après un instant, il poussa un soupir, et la tension accumulée dans ses épaules se relâcha.

-Je sais que tu voulais simplement m'aider Nora, et ton soutien est une vraie bénédiction... je te l'ai dis... Mais c'est ma vie ... Mon histoire... Mon coeur, et par conséquent, c'est à moi de prendre mes décisions. C'est mon choix... Et j'aimerais que tu le respectes, si tu me respectes un temps soit peu.  
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: Se briser pour mieux se reconstruire   - Mer 31 Juil 2013 - 15:09

Il ne fait pas signe de vouloir la relever, tant mieux aux vues de son regard il est peut être préférable de rester à terre. Car si tout à l'heure la soudaineté de son discours l'avait empêché de réagir, elle sentait venir sa contre attaque. La vrai contre attaque. Visiblement ils ne c'étaient pas compris. Par obtenir elle avait voulu parler d'amour. Avait-il seulement compris obtenir dans le sens de la coucherie. Elle avait souvent couché, ça n'était pas pour autant qu'elle c'était sentie liée par l'amour a un homme. Avait-elle si longtemps cherché à esquiver l'amour qu'elle en était arrivée à n'en plus se faire comprendre quand elle voulait en parler ?

Elle l'écoute les yeux tourner quand il tente de lui expliquer ce qu'est l'amour. Elle ne l'écoute qu'a moitié, toute cette discutions provient d'un malentendu. Néanmoins elle ne l’arrête pas, il est comme une vaisseau au décollage. De sa façon de parler on comprend qu'il sait ou il veut aller et que plus important encore il a besoin d'y aller. Alors autant le laisser faire. Il aimerait savoir si elle a déjà aimé quelqu'un, bien entendu elle aime son frère, mais à coté de ça...Bien entendu elle a cru en aimer des hommes en arrivant ici. Tous beaux, forts, grands et musclés tous normaux. Et elle avait pris peur, comment dire à quelqu'un qu'on l'aime si l'on ne peut même pas se montrer à lui au grand jour ?

Il pose la question mais enchaîne avant d'attendre une réponse bien la preuve qu'au lieu de véritablement chercher à savoir il était en train de porter un jugement. Et bien qu'il juge, il n'était ni le premier ni le dernier à la juger pour son comportement. Ses paroles couleraient sur elle comme les chuchotements qui arrivaient jusqu'à ses oreilles quand elle passait dans les couloirs. Elle fini par se mettre en position assise. Durant un moment elle eu envie de lui couper la parole de se lever et de partir, le laissant seul dans son mélodrame. Mais cette discutions elle l'avait déclenchait, elle l'avait déclenchait quand elle avait fait avec lui ce qu'elle ne supporte pas que l'on fassent avec elle. Elle avait émis une critique sur sa façon de vivre sa vie.

Elle baissa la tête à demi honteuse du tout petit soutire qui venait de naître sur son visage. Quelle idiote elle avait été des années à étudier la distance relationnelle idéale pour entretenir une relation saine avec quelqu'un et cela qu'importe ses actions. Et par deux fois elle avait dépassé cette limite, montrer à Thelador son secret n'était pas une erreur au contraire seul lui pouvait l’appréhender. Mais vouloir s’insurger dans sa vie et vouloir en rectifier le sens c'était de trop, comme il venait de lui en faire la remarque. Bien entendu que c'était sa vie, son cœur, ses histoires. Bien entendu qu'il était le seul à en faire ce qu'il en veut. Elle se releva légèrement raide, ramassant ensuite ses eskrimas elle commença par le début.

-Excuse moi. Généralement je ne cherche pas à dire à qui que ce soit comment il doit gérer sa vie. Puisque moi même j'accepte très difficilement ce genre de ''conseils''. J'ai perdu mon sang froid et je suis allé trop loin.

Elle faisait un effort pour contrôler sa voix et bien qu'elle lui paraissait atrocement mécanique elle ne pouvait guère faire mieux. Les excuses ne sont pas sont fort.

-Comme tu l'as si bien dit c'était déplacé car je ne sais pas. Je n'ai jamais été brisé comme un vulgaire jouet, et je n'ai même jamais offert mon cœur.

Elle aurait pu ajouter les raisons qui étaient les siennes. Mais présentement elle n'avait pas envie de s'offrir a lui. Elle avait tout sauf envie de se justifier et si elle pouvait donner l'illusion de se lamenter il n'en était rien. On ne peut pleurer ce que l'on a jamais eu.

-Si j'ai donné l'impression de te manquer de respect, ça n'était pas voulu non plus.

Elle ramassa le baton qu'il avait fait tomber en le jetant et le rangea en même temps que les armes qu'elle avait choisi. Elle lui tournait encore le dos quand elle ajouta.

-Et tant que nous sommes en train de clarifier les choses. Je n'ai rien confondu du tout quand j'ai parlé d'obtenir.

Elle n'avait pas imaginé qu'il ne verrait que l'aspect coucherie de la chose. Mais en même temps elle n'avait pas vraiment habitué à quoi que ce soit de plus romantique. Pas étonnant qu'il mette ce genre de phrase derrière les siennes. Elle eut à nouveau un petit sourire, ça n'était que le juste retour de bâton qui l'attendait pour son comportement. Retour de bâton qu'elle assumait pleinement.

-Mon envie de prendre l'air n'a pas baissé pour autant. Je crois que je vais sortir maintenant, toutes ma colère et ma frustration ce sont évanouis dans cette pièce.

Elle se retourne et s'en, libre à lui de faire ce qu'il voulait de sa vie avec sous sans elle pour le restant de la soirée en la suivant ou pas.
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: Se briser pour mieux se reconstruire   - Ven 2 Aoû 2013 - 4:31

Il aurait fallu être aveugle pour ne pas percevoir la raideur avec laquelle Nora lui avait répondu... Les mots de Thélador n'avaient pas été choisi pour leur douceur, et il restant un moment de marbre face à l'attitude renfrognée de la scientifique. N'avait-elle pas elle même commis l'impaire de baser son argumentation et sa leçon sur un sujet dont elle ignorait trop pour se permettre cette arrogance ? Fallait-il qu'il se sente coupable d'avoir relevé la faille de son discours ? Ne l'avait-elle pas avoué elle même : ses paroles étaient déplacées. Il n'avait fait que le relever.

Il eut néanmoins un haussement de sourcils étonné en l'entendant spécifier que non, elle n'avait rien confondu. Étrangement mal à l'aise de lui avoir prêter des pensées qui n'étaient pas les siennes, il détourna le regard un bref instant.

Il se mordit la lèvre avant de pouvoir de nouveau la regarder, et vit que déjà elle s'éloignait de lui.

-Nora ! Attend !

S'écria-t-il comme poussé par une révélation, avant de la rejoindre à grandes enjambées pour l’attraper par le bras. Il accrocha son regard et se retrouva stupide... Qu'était-il sensé dire là ? Qu'avait-il voulu lui dire ? Pourquoi avait-il fait ça ?

-Je... enfin... Je suis désolé... Je voulais pas être... blessant.    

Expliqua-t-il, penaud, improvisant au fur et à mesure ce qui rendant son discours laborieux.

-Tu sais... Il y peu de gens qui se sont montrés très honnêtes et francs avec moi... Mais toi tu n'es pas comme eux, et j'apprécie cette franchise... C'est ce qui te rend si différentes de bien d'autres à mes yeux, bien plus que ta peau... Mais je reste frileux sur certains points... Je n'aime pas être traité de lâche pour de mauvaises raisons. Je sais que je ne suis pas parfait, que j'ai encore beaucoup de chose à apprendre, et je sais aussi que sans toi, j'en saurais encore moins. Enfin tout ça pour dire que ... J'espère que ... Qu'enfin... Qu' on est toujours amis...      

Il leva vers elle le regard incertain de ceux qui savent que les mots ne sont pas leur fort, et intérieurement il priait pour qu'elle comprenne tout ce qu'il lui était impossible de dire faute de vocabulaire.
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: Se briser pour mieux se reconstruire   - Sam 3 Aoû 2013 - 18:08

Elle était partie, elle avait tenu à entretenir une certaine note dramatique dans sa sortie. Mais en réalité ses entrailles n'étaient plus tordue que par l'envie de rire. Une furieuse envie de rire sans explication aucune. L'ironie de la situation présente était juste devenue insupportable pour elle, elle l'avait sans aucun ménagement foutu le nez dans ce qu'elle avait pris et prenait sûrement encore pour de la faiblesse. Et en moins de temps qu'il ne fallait pour se l'expliquer il avait finit par dire tout haut, juste devant elle, ce que tout le monde disait d'elle tout bas. Et de la même manière qu'elle l'avait pour lui, il lui avait obligé a fourrer son nez dans ses propres « problèmes ».

Heureusement qu'il eut la présence d'esprit de l'appeler avant de la rattraper. Sinon il l'aurait sûrement vu et entendu se tordre de rire comme une démente. Elle se recomposa avec une vitesse due à l'expérience se remettant droite même si cette fois si la démarche était loin de toute raideur. Et sûrement à cause de son sale caractère de mauvaise perdante, le regard qu'elle lui retourna, alors qu'elle ne se retournait qu'a moitié, était plus évocateur d'un « quoi encore » que d'une invitation à parler véritablement. Ses yeux avaient beau avoir la couleur du soleil, l'on oublie aussi trop vite que l'or est un métal aussi froid que les autres. Néanmoins elle lui laisse son bras vu qu'en réalité elle mourrait d'envie de savoir ce qu'il allait bien pouvoir lui dire maintenant. Elle mourrait d'envie de voir comment après l'avoir secoué comme seul son grand frère en avait jamais eu l'audace, il allait la surprendre encore ce soir.

Et elle ne fut pas déçue. Elle en avait vu des hommes se retenir de parler pour ne pas la contrarier ou la blesser. Elle en avait vu des hommes s'excuser pour ne pas la perdre, mais plus souvent son corps qu'elle même. Et jamais elle n'en avait vu un dans un pareil état de sincérité mélangé à de la maladresse. La sévérité de son regard elle ne put la maintenir bien longtemps, et elle se força à l’impassibilité jusqu'à ce qu'il finisse. Elle laissa alors échapper un peu de son hilarité.

-Et comment mon petit visage pâle ! Et comment. Si j'ai bien cru que tu n'étais finalement qu'un homme parmi les hommes, j'ai bien vu que ça n'était pas tout à fait vrai non plus.

Très doucement elle avait fini par libérer ses bras dans le seul but de les passer autour du cou de Thelador avec tout autant de finesse. Elle s'approcha de lui pour lui souffler sur le ton de la confidence.

-Il se peut que d'une certaine manière j'ai autant besoin de toi, que toi de moi.

Et comme maintenant tout son corps en brûlait de désir après tout ce qu'il venait de vivre. Après qu'il l'est empoigné autant physiquement que verbalement comme un vrai homme, elle ne put s’empêcher de venir goutter à ses lèvres qui il y avait peu encore avaient dit du mal d'elle. Elle laissa partir un petit son étouffé alors qu'elle se décrochait de lui aussi subitement qu'elle l'avait accroché. Elle passa brièvement le bout de sa langue sur ses lèvres.

-Ça commence à goutter l'homme.
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: Se briser pour mieux se reconstruire   - Dim 4 Aoû 2013 - 14:03

Allait-elle encore le cogner ? C'était la question qu'il se posait, et qui sûrement, à l'avenir, il se poserait souvent. Imperceptiblement il jeta un coup d'oeil sa main libre, cherchant à prévenir l'attaque si elle devait venir, mais il n'y vit rien d'alarmant.
Reportant alors son regard vers le sien, il y décela une lueur d'amusement peu avant qu'elle ne laisse échapper un rire qui rendit le jeune homme perplexe ;avait-il dit quelque chose de drôle ? Il ne lui avait pas semblait... Se moquait-elle donc de lui ? Il s'en sentit quelque peu froissé... Il s'était vraiment donné du mal pour lui sortir ces quelques mots, ainsi aurait-elle pu se montrer un peu plus indulgente avec lui ! Cherchant l'attitude à adopter pour répondre convenablement à celle de la scientifique, il ne sentit qu'au dernier moment ses bras glisser autour de sa nuque, et quand leurs lèvres entrèrent en contact, il en fut presque surpris. Pourtant, des baisers, ils en avaient déjà partagé d'autres ... Alors pourquoi celui ci ne l'avait-il pas vu venir ?

Il resta un peu perplexe, sentant grandir en lui un malaise qu'il n'identifia pas tout de suite. A quoi rimait tout cela ? se demanda-t-il alors... Qu'entendait-elle lorsqu'elle prétendait avoir besoin de lui, comme lui avait besoin d'elle ? Parlait-elle de son corps, ou de son amitié ? Ou des deux à la fois ? Il réalisa alors qu'il redoutait de poster la question... Il cligna des yeux, et eut un sourire hésitant :

-Tant mieux alors ...

Murmura-t-il avant de comprendre ce qui le troublait d'avantage que ses paroles : c'était ses gestes : le baiser, leur proximité, et cette invitation plus qu'équivoque. Cette situation, déjà tant de fois jouée, l'indisposait étrangement aujourd'hui. Lalah, comprit-il avec tristesse. Lalah bientôt partagerait ce même genre de baiser avec un autre, et d'avantage encore... Fermant à demi les paupières, il devinait presque leurs corps, fiévreux, s’enlacer pour mieux se découvrir... Il sentit son coeur se contracter si vivement qu'il sentit la douleur se rependre jusqu'à son estomac.

Doucement, il se dégagea de l’étreinte de Nora, posant sur elle, pour la première fois, un regard indifférent.

-Je ferais mieux d'aller profiter des dernière heures de sommeil qu'il me reste... Demain mon programme est chargé.

Expliqua-t-il, distant.
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: Se briser pour mieux se reconstruire   - Mar 6 Aoû 2013 - 16:13

Un jeu, tout ceci était peut être un jeu. Mais avec tout ce qui c'était dit aujourd'hui elle voyait la chose différemment. Peut être était-ce sa façon de faire à elle. Donner ce qu'elle veut donner quand elle veut le donner, et surtout à qui elle veut le donner. Peut-on n'aimer qu'une seule personne, comment être sur que cet amour restera fécond. Thelador était sur d'avoir trouvé la bonne et aujourd'hui il était la en face d'elle à moitié anéanti. De son coté à elle, on ne peut parlé que d'éclat voir même d'explosion sporadiques. Quelque chose de fort et brûlant, puis plus rien. En était-elle plus malheureuse pour autant ? Voilà quelque chose qu'il lui faudrait éclaircir quand elle aurait du temps à elle.

Peut être pensait-il qu'elle jouait avec lui, ça n'était pas totalement faux. Mais ce baiser lui n'avait rien de faux tout comme cette étreinte, à cet instant précis ses sentiments pour lui avaient pris cette forme. Ni plus ni moins. Pas besoin d'être devin pour comprendre ce qu'il lui était passé par la tête quand il se dégagea. Le baiser loin de l'avoir éloigné de celle qui venait de briser son cœur l'avait ramener à elle. Et quoi que la jeune veilleuse eut envie de faire pour l'aider rien n'y ferait. Rien ne sert d'aller contre l'amour ou les chagrins d'amour, seul le temps est efficace.

-Je crois que c'est une bonne idée. Le sommeil fait des miracles sur la morosité. Je viendrais te rendre visite pour te frapper si jamais tu te laisses a nouveau abattre.

Elle avait fini elle même de s'éloigner de lui les bras dans le dos un sourie aux lèvres. Il lui fallait aussi rejoindre ses appartements, sa journée n'avait rien d'exceptionnel mais l'effort mental est tout aussi éprouvant que l'effort physique. Celui qui n'y croit pas ne pense pas assez. Elle leva une jambe utilisant la force développée par cette dernière pour pivoter sur son talon resté encore a terre, puis elle s’enfonça dans le couloir d'un pas rapide, enjoué mais d'une certaine manière conquérant.

-Bonne nuit Thelador.

Lança-t-elle avant de disparaître presque littéralement au tournant d'un couloir.

On m'appelle Contenu sponsorisé

Posté dans Re: Se briser pour mieux se reconstruire   -

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum