AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
» Communication externe
par Loth de la Vision Mar 21 Juin 2016 - 15:06

» Réversa [ TOP ]
par Invité Ven 27 Mai 2016 - 8:21

» Le monde de Dùralas
par Invité Jeu 26 Mai 2016 - 7:00

» Anthalia
par Invité Dim 22 Mai 2016 - 15:17

» Marbrume, La Cité des Damnés
par Invité Lun 16 Mai 2016 - 15:07

» Questionnaire pour soutenir infinite RPG !
par Invité Sam 14 Mai 2016 - 17:33

» Escalus
par Invité Jeu 12 Mai 2016 - 9:02

» Mass Effect : Reborn
par Invité Mar 10 Mai 2016 - 15:00

» Forum en pause
par Asàf Lysereän Mar 10 Mai 2016 - 13:47


C'est bien ma veine...

Invité

On m'appelle Invité

Posté dans C'est bien ma veine...    - Mer 24 Juil 2013 - 12:52

Suite à la découverte de récents cadavres dans les environs de Penjoie, une investigation à débuter dans le but d’éclaircir la raison de ses multiples cadavres et autre meurtre, puis principalement savoir l’auteur de ses odieux crimes. Une partie des veilleurs encore disponible fut réquisitionnée pour enquêter sur ses cas. Dans une étude préliminaire, les observations viennent à montrer que les Forbans n’étaient pour une fois, pas impliqués là-dedans. Les marques et le mode différent complètement et bien trop propre pour ses « sauvages ».

Les veilleurs fut mise au courant qu’une personne semblait avoir était témoins de la scène et encore vivante. Sur les rapports y figure le nom de Venycia annoté de « Témoin majeur ». L’une des questions principales était de savoir pourquoi est-elle encore en vie ? La raison restait encore un mystère, seulement des hypothèses en guise de réponse ? Se pouvait-il qu’elle connaisse l’individu ? Cette théorie lui semblait absurde, comme c’est l’une des premières fois sur ce territoire. Alors pourquoi ? Cette interrogation restait en suspens dans sa tête. S’il existe une logique derrière un crime ? Le plus souhaitable afin d’éviter d’être pris lors d’une élimination et le plus raisonnable est de faire disparaitre les preuves ou autres témoins « gênants ». Mais pour l’heure, les veilleurs ne possédaient que très peu d’information puis avec l’expérience, les jugements hâtifs sont toujours erronés et bride la réflexion.

C’est ainsi que Daeran entra dans la salle, accompagnée d’un second veilleur bien plus jeune que lui et surtout avec moins expérimenter. Mais il fallait faire avec, une grande partie de ceux encore présents au QG, viennent seulement d’être récemment admis ou promu. Il fixa longuement l’individu, un sourire apparu momentanément sur ses lèvres qu’il camouflant aussitôt au risque de se discréditer pour la suite. La vue de larges plaques rosies au niveau de visage de cette jeune Mastroscienne l’amusait au plus haut point. Des fines perles de sueur étaient visibles sur front blanchâtre. Que venait-elle bien faire ici, à Korrul. Elle semblait ne pas supporter les chaleurs compréhensibles avec des vêtements qu’elle portait, si peu adaptés à l’environnement. Ce qui semblait être jadis une robe blanche se trouvait tapissé de sable et des devants aux salissures peu alléchantes maintenant. Il préféra mettre de côté cette pensée pour se rencontrer sur sa véritable présence ici : obtenir des informations et des réponses. Néanmoins on lui avait informé qu’elle ne comprenait aucun mot ou presque de Korrulien .

Il tira lentement la chaise, n’aimant pas rester debout très longtemps et puis à son âge il ne fallait pas trop forcer. Il porta toute son attention envers Venycia, puis coupa le silence de la pièce sur un ton neutre.
« Bonjour, afin d’aller vite et dans l’espoir que vous soyez loin d’ici avant la nuit. Je suis Daeran, en charge de cette investigation. Pour un gain te temps, je sais que vous êtes… » Marqua un léger temps de pause et utilisa un tant soit peu le Matroscien « ….Mademoiselle, ou Madame Venycia Gotruscos ? Oh peu importe».Son sourire de complaisance laissa place à un regard plus sérieux, reprenant en Joyellien à défaut de pouvoir continuer dans sa langue «  Ce que je ne sais pas, c’est qu’elle est votre rôle dans cette histoire ? C’est un peu anodin de voir une personne aussi jeune et d’une certaine notoriété trempée dans ce genre d’évènement vous ne trouvez pas ? ».

Bien entendu elle n’était pas sans savoir que pour le moment il était assez démuni. N’ayant pas vraiment de renseignement ou tuyau intéressants pour l’instant. Ainsi que dans l’incapacité de pouvoir la garder très longtemps ici. Le seul point positif si on pouvait dire, c’était que très peu de personnes dont ses parents n’avaient connaissance ou l’écho de l’existence de cette discussion pour le moment. Une chance pour Daeran qui avait horreur de devoir régler des litiges surtout face à ces Mastrociens mordus par leurs préjugés et une haine quelque peu viscérale pour le peuple de Korrul.
avatar
Bourgeois

On m'appelle Venycia Howk


Infos Personnage
RANG: Thélador Gotruscos, Elior Gotruscos, Solomon Valyssar, Varen Shei'Arcath, Coco du Rico, Jack Belfort, Delian Howk, Errol Parhelion (Moda l'Imposteur), Nodin Kellen (Günel), Miobë Shei'Arcath, Talis Hadmas, Neylie Valyssar, Hiempsal Saule, Ebenezer Eisenheim
VILLE & APPARTENANCE : Vuulte ● Famille Marchande Gotruscos / Famille Bourgeoise Howk
MON AGE : 18 printemps.
Féminin
MESSAGES : 378
AGE : 26
INSCRIT LE : 13/04/2013
PSEUDO HABITUEL : Kathy
Joyaux : 1356
http://www.ile-joyaux.com/t1523-cher-journal http://www.ile-joyaux.com/t1507-venycia-howk-gotruscos
Posté dans Re: C'est bien ma veine...    - Mer 24 Juil 2013 - 12:58

Elle n'avait vraiment pas de chance, la malheureuse. C'était la deuxième fois qu'elle se retrouvait face à des gardiens de l'ordre korruliens. Bon, la première fois, ç'avait été distrayant, encore, une nuit avec une forban dont elle n'était sortie qu'avec un bon bleu et quelques morsures bien placées... Mais cette fois-ci, il y avait des morts.

On l'avait ramenée à la vivenef familiale sans qu'elle soit vraiment réactive, mais des Veilleurs Pourpres étaient bien vite venus la chercher au spatioport de Penjoie pour l'interroger. On ne lui avait même pas laissé le temps de se changer. Quelque part, il était bon de constater que même les barbares ne laissaient pas un crime pareil impuni. Elle était restée silencieuse tout le trajet, perdue dans sa concentration pour vider sa tête de l'image monstrueuse de l'assassin. Ne penser à rien, s'écouter respirer, encore et encore... Tout passera. Il suffit d'attendre que la peur s'évacue, que les visions partent.

Le trajet fut long, dans ces conditions, mais l'immense bâtiment du quartier général des Veilleurs finit par se dessiner dans le désert, même si Veny le regardait sans le voir, toute perturbée qu'elle était. Elle fut amenée dans une grande pièce à l'air stricte, et assise sur une chaise. Les militaires korruliens ne faisaient pas dans la dentelle, contrairement à la jeune matroscienne qui avait peut-être l'air encore moins à sa place là que dans le désert. Elle ramena ses pieds sur son siège, entourant ses genoux de ses bras ; applaudissez la souplesse, pour quelqu'un qui porte un corset en guise de sous-vêtement.

Quelqu'un entra, et elle sursauta, malgré que le bruit de la porte n'ait pas été des plus forts.

« Bonjour, afin d’aller vite et dans l’espoir que vous soyez loin d’ici avant la nuit. Je suis Daeran, en charge de cette investigation. Pour un gain te temps, je sais que vous êtes… ….Mademoiselle, enfin Madame Venycia Gotruscos».

Un vieux bonhomme, qui lui parlait en joyellien, Vama merci ! Elle éprouvait un soulagement sans nom de ne plus entendre les modulations rêches du korrulien, qui auraient jeté du sel sur sa peur à vif. Elle hocha la tête sans le regarder, confirmant qu'il avait le bon nom. Mais il continua sur sa lancée, pour lui poser des questions devant lesquelles son sang ne fit qu'un tour.

« Ce que je ne sais pas, c’est qu’elle est votre rôle dans cette histoire ? C’est un peu anodin de voir une personne aussi jeune et d’une certaine notoriété trempée dans ce genre d’évènement vous ne trouvez pas ? »

Alors là. Elle n'était mêlée à rien du tout, elle avait eu le malheur d'être au mauvais endroit au mauvais moment !... Bon, d'accord, cela arrivait souvent. Mais tout de même !
Le rouge lui monta aux joues, renforçant les coups de soleil. La peau de son visage commençait doucement à se confondre avec le roux de ses cheveux, comme si la jeune fille allait prendre feu d'une seconde à l'autre. Elle déplia ses jambes, se levant brusquement. L'homme était assis, et elle pouvait le regarder de haut malgré sa petite taille. Elle braqua sur lui ses pupilles dilatées par le choc subi précédemment et l'emportement présent.

« Mon rôle dans cette histoire ?! C'est le rôle de quelqu'un qui s'est fait agresser par un de ces barbares que vous n'êtes pas fichus de tenir en laisse, par Vama ! Et tremper dans quel genre d'évènements, je vous prie ?! Ce n'est pas comme si je l'avais AIDÉ, bon sang, il a voulu me TUER ! »

Sa voix s'emportait, Venycia était furieuse de ces insinuations. Elle avait juste envie de se terrer dans sa cabine de la vivenef et d'oublier, et voilà qu'on l'accusait !
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: C'est bien ma veine...    - Mer 24 Juil 2013 - 13:02

Daeran continuait de scruter la jeune fille, de premier abord elle lui paraissait très frêle et semblait être perdu dans ses réflexions L’attitude recroqueviller sur elle-même venait la trahir encore un peu plus. Puis un bref de soulagement s’immisça sur le visage de Venycia lorsqu’il rompit le silence. Mais disparu presque immédiatement dont ses pupilles avaient pris un éclat complètement différent suite aux mots qu’il avait proférer. Il savait pertinemment que c’était un peu absurde de prendre l’angle de l’accusation. Mais pour lui c’était un des meilleurs moyens pour sonder et récupérer rapidement des informations sur elle, par chance elle était très réceptive. Ses mots avaient fait mouche, il perçut une certaine ardeur dans son regard et son attitude, ou peut-être véritablement de la colère ? Peu importait Daeran, il avait réussis à capter momentanément son attention…

Il écouta passivement ses mots, il s’attendait à entendre une voix fluette empreinte de sanglots, mais à ce moment cette jeune fille malgré son âge, paraissait remplis d’assurance et de ressource malgré les évènements précèdent. Toutefois il restait le plus implacable devant elle, afin d’éviter de perdre la face. Tandis qu’intérieurement il aurait voulu rigoler en raison de cette situation plutôt loquace. Ils étaient réduits à feinter une accusation de meurtre sur une simple jeune fille, d’apparence chétive. Qui plus est-elle se permettait d’émettre des critiques envers leurs services. Mais il ne préférait pas répondre à cette provocation bien que cela lui mordait les lèvres.
Il semblerait que le moment de léthargie ce soit dissipé pour laisser place à une personne plus « éveillée » dans cette pièce.

Dans cette salle la notion de temps lui était devenue superficielle, il restait là, à fixer Venycia. Mais il n’appréciait pas vraiment ce type d’entretiens, préférant largement être sur le terrain qu’être ici, dans cette minuscule pièce semblable à une geôle en raison de l’aspect vétuste des murs. A défaut d’avoir une bonne compagnie, c’était toujours mieux pour lui d’être ici, qu’ailleurs, cela évite notamment de se retrouvé affecté à une autre tâche plus encombrante et fatiguant que «ça ». Toutefois la chaleur devenait de plus en plus insoutenable où seulement une fine sortie servait d’aération. Assez primaire d’ailleurs. Cela devait être un véritable supplice pour elle, ainsi il demanda à la jeune recrue encore présente d’aller lui chercher quelque chose pour boire et oublier un tant soit peu la fournaise de cette pièce. Ipso facto, le veilleur revient quelques minutes plus tard chargées d’un godet et d’eau qu’il déposa devant elle.

«  À défaut de pouvoir vous offrir mieux, je pense que vous satisferez de ça pour le moment » ajouta sur un ton moqueur. Comme si elle était en mesure de choisir en cet instant.

Après un petit moment, il reprit le fil l’interrogation, qui tourna plutôt à une banale discussion pour le moment. Peu à peu il prit un regard plus prévenant envers elle, choisissant une autre stratégie d’approche. Néanmoins il ne pouvait trop attendre, au risque que les éléments pouvant servir disparaissent ou soient refoulés par son esprit. Ce n’était pas habituel qu’il prenne des pincettes lors d’interrogatoire mais la situation n’était pas vraiment commune. Avoir une fille, qui plus est matrociennes associé à ce genre d’affaire. Cela aurait pu faire une bonne histoire de roman comique.

«  Je sais que cela peut paraitre un peu difficile, mais que pouvez-vous me dire sur cet épisode ? Même des détails feront l’affaire».
avatar
Bourgeois

On m'appelle Venycia Howk


Infos Personnage
RANG: Thélador Gotruscos, Elior Gotruscos, Solomon Valyssar, Varen Shei'Arcath, Coco du Rico, Jack Belfort, Delian Howk, Errol Parhelion (Moda l'Imposteur), Nodin Kellen (Günel), Miobë Shei'Arcath, Talis Hadmas, Neylie Valyssar, Hiempsal Saule, Ebenezer Eisenheim
VILLE & APPARTENANCE : Vuulte ● Famille Marchande Gotruscos / Famille Bourgeoise Howk
MON AGE : 18 printemps.
Féminin
MESSAGES : 378
AGE : 26
INSCRIT LE : 13/04/2013
PSEUDO HABITUEL : Kathy
Joyaux : 1356
http://www.ile-joyaux.com/t1523-cher-journal http://www.ile-joyaux.com/t1507-venycia-howk-gotruscos
Posté dans Re: C'est bien ma veine...    - Mer 24 Juil 2013 - 13:04

Il se moquait d'elle. Il n'avait rien écouté. Il avait juste envoyé son larbin chercher de l'eau dont elle n'avait aucune envie, l'eau au goût atroce de cette saleté de désert.

Venycia avait une envie folle de hurler de toute la force de ses poumons, peut-être autant pour évacuer son stress que vraiment parce qu'il l'énervait. Quoique. Elle n'était pourtant pas violente d'ordinaire, mais elle sentait la colère lui susurrer de lui sauter à la tête, d'effacer ce sourire narquois... Comme elle voulait effacer de sa tête le sourire effrayant de l'assassin. Les mains posées à plat sur la table entre eux, elle le regardait comme s'il n'était qu'un insecte dégoûtant. Ou comme s'il était un korrulien. Oh, mais, attendez, c'était un korrulien ! En voilà une bonne raison de hurler !

« Vous n'avez peut-être pas compris : un de vos SAUVAGES a essayé de me TUER et a DESCENDU TROIS PERSONNES ! Et tous ce que vous trouvez à faire, c'est envoyez vos hommes chercher A BOIRE ? »

Elle repoussa le godet violemment, et ce fut un miracle qu'il ne se renverse pas après pareille oscillation. La jeune fille était rouge vif  et en sueur, pas très glamour, mais elle avait une bonne excuse pour ne pas être parfaite, ce jour-là. A vrai dire, elle respirait difficilement dans cet endroit surchauffé, les émotions n'aidant pas... Tirant visiblement pour prendre une inspiration tremblante, elle l'écouta poursuivre comme si de rien n'était. C'était officiel, elle allait bientôt commencer à cracher du feu si elle ne se calmait pas bientôt... Ou tomber dans les pommes, au choix. Ne voyaient-ils pas qu'elle n'était pas bien ? L'autre potiche, là, il aurait pu faire quelque chose de plus utile qu'aller chercher de l'eau, par exemple la ramener à la vivenef, voilà ! Elle divaguait un peu, mais un peu de compassion, que diable !

L'homme semblait ne pas se rendre compte de son trouble, voulait des détails. Sa première réaction était de l'envoyer se faire voir, mais si elle voulait que le meurtrier soit arrêté... Le dilemme se vit brièvement sur son visage cramoisi. De chaque côté, c'était mettre des bâtons dans les roues d'un tortionnaire... Elle s'assit à nouveau, tombant à moitié, et passa une main dans ses longs cheveux pour les décoller de sa nuque trempée de sueur, avant de darder un regard mauvais sur le Veilleur Pourpre.

« Difficile ? J'essaye de ne pas y penser depuis deux heures et vous me demandez UN COMPTE-RENDU ? Sérieusement ? »

Elle avait la gorge sèche à force de tant hausser cette voix de diva qui résonnait dans la pièce. Finalement, l'eau n'aurait pas été une si mauvaise idée, mais elle l'avait envoyée promener, ce n'était pas pour la réclamer maintenant. Veny secoua la tête pour s'éclaircir les idées, sans grand succès, et ouvrit la bouche pour commencer son récit.

« Puisque ça vous amuse... On cueillait des plantes pour les rempoter pour notre serre... à Vuulte, on a une grande serre....... avec mes parents. Je... Je me suis un peu éloignée, et... »

Et sa voix se brisa, alors qu'elle passait de la colère à l'apathie, des larmes perlant au coin de ses yeux au regard vide à présent. Mécaniquement, comme si ses membres étaient devenus lourds, elle se remit en boule après un instant de silence. C'était vraiment pas gagné.
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: C'est bien ma veine...    - Mer 24 Juil 2013 - 13:09

Comme précédemment, Daeran continua d’observer chaque mouvement et réaction de Venycia, quelque peu pâle, mais au fur à mesure, elle semblait plus en proie à l’agitation et son visage se plissait de colère. Toutefois à l’entente de ses mots, il ne put retenir plus longtemps son envie de rire, cette petite commençait à l'amuser véritablement au fil du temps. Il reprit difficilement son sérieux en marquant une pause, il reprit sur un ton calme à défaut de s’énerver.

«  Hmmm… Ce n’est pas nécessaire d’exhausser ta voix, puis entre nous ont est pas une heure près. Ses 3 malheureusement personnes plus ou moins disloquées ne reviendront pas à la vie. »

En revanche son seuil de tolérance commençait à s’amoindrir au fil du temps. Il déplaça le verre d’un revers de la main, pour prévenir tout débordement du contenant et la mi- portion mastrocien. L’ambiance dans la pièce avait changé en un instant. La conversation prenait elle aussi une tournure différente, probablement due à la chaleur et à l’exaspération mutuelle. Il se tourna légèrement vers son compagnon et fit un bref échange en Korrulien, sachant pertinemment qu’elle ne comprenait pas. Un sourire s’esquissa sur le veilleur. Daeran lui traduisait les phrases ne maitrisant pas encore un autre langage que lui de Korrul. Puis se repend sur la petite affichant quelque signe d’agressivité.
Il reprit exagérément sa respiration et reprend sur un ton taquin tirant sur la provocation :
«  Oh ! Je pense qu’il a jugé que c’était une perte d’énergie inutile de devoir te tuer. Il avait surement autre chose à faire que t’enlever ta vie insignifiante, demi-portion» . Ceci était en réponse à ses précédentes provocations à son encontre, bien que cela ne serve pas véritablement à l’avancer de l’investigation. Il prenait le temps de jouer un bref instant, sans en oublier l’intérêt réel. Il savait éperdument que cela ne ferait que jeter de l’huile sur le feu, mais au moins elle finira bien par ce désénervé un tant soit peu, suffisait donc d’être patient. Ainsi la chaleur était un allié dans ses circonstances.

Une nouvelle fois il se pencha vers le jeune veilleur qui sortit aussi tôt de la pièce. Daeran lui a proposé d’aller s’affairer ailleurs, car ici c’était plus une perte de temps pour chacun. Il aura bien interverti les rôles, mais ne parlant que Korrulien, le choix était vite fait. En revanche, sous-jacente à cette idée, la pièce se trouvait sans témoins…
Spoiler:
 

Lorsque la porte se referma, brisant le petit courant d’air qui était une véritable bénédiction à ce moment. Il voulut prendre la parole mais couper par Venycia. Il lança un bref soupire dévoilant quelque peu son exaspèrement suite à la tournure des évènements. Elle ne semblait pas encore disposer à parler de ce qu’elle a potentiellement vu. Il venait de comprendre que cette discussion ne va pas être simple. Il aurait préférait avoir en face de lui un homme plus âgé, il ne saurait pas gêner pour le faire parler sans prendre de précaution quitte à lui infliger une correction. Seulement là, il n’aurait pas l’impression de perdre son temps.

Son regard réprobateur s’efface au moment où elle abordait enfin quelque chose d’utile. Mais ce moment était bien trop beau, des larmes s’immisçant sur le visage de Venycia avant de se recroqueviller en boule. Daeran pensait avoir un peu avancé, mais au final de nouveau au point de départ. Il se trouvait être pris de court, n’a pas vraiment l’habitude de traiter des cas comme celui-ci.

Comment faire dans cette situation ? A ce moment-là, il trouvait cette jeune Mastrocienne presque aussi embêtante que sa propre fille voire pire…

Daeran se leva de sa chaise avant de se rapprochait de cette petite coloquinte d’aspect valétudinaire. N’ayant plus énormément de corde à son arc, il sortit d’une de ses poches un fin mouchoir qu’il déposa sur le bord de la table.

« Si les larmes t’apaisent, laisse-les s’épancher »tout en continuant avec en Mastrocien « Je suis navré que vous soyez ici et face à ce genre de situation. Mais chaque visite que vous faites ici, est tumultueuse»dit-il, en référence à sa dernière présence à Ofägar qui a fait un peu de bruit. C’est peu commun une Matroscienne rencontrant une Forban, elle avait le chic pour faire parler d’elle…
Il attendait qu’elle se ressaisisse avant de l’affubler d’autres questions se soldant très probablement par des sanglots eux aussi.
avatar
Bourgeois

On m'appelle Venycia Howk


Infos Personnage
RANG: Thélador Gotruscos, Elior Gotruscos, Solomon Valyssar, Varen Shei'Arcath, Coco du Rico, Jack Belfort, Delian Howk, Errol Parhelion (Moda l'Imposteur), Nodin Kellen (Günel), Miobë Shei'Arcath, Talis Hadmas, Neylie Valyssar, Hiempsal Saule, Ebenezer Eisenheim
VILLE & APPARTENANCE : Vuulte ● Famille Marchande Gotruscos / Famille Bourgeoise Howk
MON AGE : 18 printemps.
Féminin
MESSAGES : 378
AGE : 26
INSCRIT LE : 13/04/2013
PSEUDO HABITUEL : Kathy
Joyaux : 1356
http://www.ile-joyaux.com/t1523-cher-journal http://www.ile-joyaux.com/t1507-venycia-howk-gotruscos
Posté dans Re: C'est bien ma veine...    - Mer 24 Juil 2013 - 13:15

En boule sur sa chaise, Venycia restait sourde à la soudaine gentillesse de celui qui s'était jusque là comporté comme un salopard fini. C'était bien beau de se montrer aimable, à présent que les choses n'allaient plus dans le sens qu'il souhaitait. Il allait jusqu'à parler en matroscien pour tenter de l'apaiser. Hypocrite. Il essayait d'effacer ses rires mesquins et ses piques imméritées par une douceur maladroite.

Néanmoins, elle avait grand besoin d'évacuer ses émotions, et elle suivit son conseil. Oh, si elle avait pu, elle aurait continué de le contrarier, mais l'état de choc ne se contrôle pas : cachant son visage dans ses bras, elle sanglotta un long moment. Pleurer pour la peur, pleurer pour la chaleur qui menaçait de l'étouffer. Pleurer pour les morts, pour les vivants en danger. Pleurer pour l'injustice qui s'acharnait sur elle durant ce voyage maudit dans cet horrible pays. Mais il fallait qu'elle se ressaisisse, elle aurait tout le temps pour oublier, plus tard... Elle leva le nez, et attrapa le mouchoir pour se redonner un visage à peu près humain.

Car la pauvre petite chose était rouge de coups de soleil, rouge des larmes versées, ces mêmes larmes qui avaient tracé des sillons dans la poussière sur ses joues. Un tableau bien avenant qu'elle présentait là, à mille lieues de ce qu'aurait dû montrer une jeune Marchande. Néanmoins... Elle avait craqué, elle avait passé une partie de ses nerfs, et le feu de la détermination revenait dans ses yeux, quoique la flamme en soit encore tremblottante. Venycia eut un pauvre sourire en pensant à l'allusion qu'il avait faite à sa précédente aventure en terre Korrulienne... Elle était déjà fichée. Si les Veilleurs Pourpres avaient eu vent de ce qui s'était réellement passé dans cette maison abandonnée et sombre d'Ofagär, elle aurait eu bien plus de sourires en coin que de compassion. Elle n'avait aucune envie que son amante d'un soir soit capturée, contrairement à l'infâme personnage qui avait tué trois pauvres malheureux, aussi ne rebondit-elle pas sur le sujet ; cette pensée avait cependant eu le bienfait de la détendre un peu, qui l'eût cru ?
L'adolescente respira un grand coup. Elle ne se défit pas de sa position protectrice, mais elle reprit la parole, d'une petite voix.

"Même si vous êtes une sale brute imbécile que je n'ai absolument aucune envie d'aider..." Un regard meurtrier ponctua la phrase. Un soupir suivit de près. Résignation. "Savoir l'assassin en liberté me terrorise. Vous avez intérêt à l'attraper." Se tordant les mains de nervosité, elle tenta de reprendre le fil du récit à peine entamé d'un peu plus tôt.

"Je me suis éloignée de mes parents pour ramasser plus de fleurs, tellement que je me suis retrouvée en plein désert." Une grande inspiration, une de plus. C'était difficile, mais il fallait que ça sorte ; l'abcès devait être crevé, qu'elle puisse enfin se sortir tout cela de la tête, rentrer à Matroos en paix. "Je suis arrivée devant... Les gens. Trois personnes par terre. Il y avait... un couteau..." Elle se recroquevilla plus encore. "Un homme avec une cagoule. Il essayait de ranimer l'un des hommes, il criait... J'ai cru..." Les larmes perlèrent à nouveau. "J'ai cru qu'il avait perdu ses amis..."

Son regard se baissa sur ses mains. Elle aurait juste préféré s'enfuir de là, rentrer chez elle, loin de tout ça.
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: C'est bien ma veine...    - Mer 24 Juil 2013 - 13:19

Daeran ne c’était pas trompé, il avait une véritable peste en face de lui. Une espèce qu’on en fait plus… Il contenu cette sensation de frustration suite à la lenteur qu’avancé cette affaire. Il pensait en finir rapidement, mais n’aurais jamais pensé que cela serait aussi laborieux que ça d’avoir des renseignements concret et utile. C’est bien beau, mais la raison de sa présence dans ce désert ne l’intéressait vraiment pas. Ainsi ce mécontentement se transformant rapidement en irascibilité, car obliger d’être soumis aux bon vouloir d’une petite fille qui ne semblait pas vouloir mettre du sien, ni obtempéré pour un gain de temps. Daeran essaye de garder les idées claires aux risques de commettre un faux pas, à cet instant il avait juste une envie c’était de finir ça…

L’apparence paisible qu’il affichait jusque-là semblait loin maintenant, un certain regain d’énervement était présent sur son visage. Mais il n’avait pas le choix ; attendre. Mais attendre quoi ? Il avait seulement l’impression de perdre inéluctablement son précieux temps. Il avait beau réfléchir à une solution, mais rien ne lui semblait objectif ou adapté à la situation.

Il se trouvait être à deux doigts d’être tenté de sortir de la pièce et la laissa là, cette petite sphère larmoyante. Mais il était quasiment sur qu’elle arrivait d’une manière ou d’une autre à lui attiré des problèmes. S’il avait un surnom à lui attribué cela serait « Venycia la Plaie ». Daeran reprit la parole avec un peu d’amertume et d’agacement, mais fut coupé, lorsque la jeune recru d’avant ouvrit la porte.

Le Veilleur s’avancement légèrement et interpèle Daeran. Il lui informe que de nouvelles informations, viennent de parvenir. Que des engins explosifs se trouvaient dissimulait dans le désert et les récents cadavres de voyageurs infortunés, son amputé sur la même personne, selon les rumeurs il s’agirait d’un habitant revanchard et pour d’autre un vagabond aliéné –Ah quelle information ! Rien de bien transcendant pour le moment. Le veilleur continuant en disant qu’une seconde-personne semble avoir eu la mal chance de croiser, elle aussi sa route, mais qui est encore en vie… Toutefois, ne voulant pas ébruiter cette affaire et pour soi-disant préserver sa notoriété il n’était pas envisageable de la rencontrer. Ainsi la lumière pouvant éclairer un peu cette affaire venait de s’éteindre. En revanche Daeran arbora un petit sourire, l’investigation avançait ENFIN, et ce n’était pas grâce à la demi-portion en tout cas.

Néanmoins la description donnée par cette personne était une silhouette vêtue d’une multitude de lambeaux et autre carré de tissu, rappelant un peu les mendiants. Mais arborer une fascination pour les bombes et autres engins improvisés, ce qui nécessite forcément de s’approvisionner quelque part. Peu à peu Daeran vient à se demandait pourquoi l’investigation venait seulement d’être ouverte ? Ses informations ne semblent pas être si récentes que ça, il avait le vague souvenir d’avoir entendu une histoire similaire dans les couloirs du QG. Alors pourquoi seulement ce « réveil soudain ». Seulement parce que cette fois c’était un nom Korulien qui risquait d’être impliqué ? Ou que c’était enfin une « « vraie » personne avec un statut et un certain pouvoir qui était mis en péril ?
Les moyens pour retirer ses engins et probablement pour retrouver l’auteur étaient disponibles et mobilisables. Mais est-ce que l’envie y était ? Avec l’histoire de nouvelle île, les priorités semblent avoir changé.

Suite au dialogue, le veilleur porta de nouveau son attention sur Venycia. Il fut un peu pris de surprise voyant que des larmes ruisselaient le long de son visage. Immédiatement il se demandait ce que l’officier avait bien pu lui faire ou dire ? Il semblerait qu’il avait un peu plus de compensation et de réelles considérations pour elle que Daeran en avait.
« Qu’est-ce que tu lui as fait pendant mon absence ? Tu sais que s’il lui arrive quelque chose on va devoir s’expliquer … »
« Oh ! Ne t’en fais pas trop, elle semble encore troubler par les évènements. » ajouta Daeran avec son petit sourire narquois.

La recrue semblait un peu septique, il connaissait vaguement Daeran et savait que la gentillesse n’était pas son fort, la compensation n’en parlons pas… Il ferma la porte avec certaine réticence et adressant un dernier regard à la jeune matroscienne en proie au trouble pour le moment. Ne pouvant lui adresser la parole, une faiblesse de ne pas connaitre un peu mieux le Joyelien…
Daeran redirigea son attention sur Venycia, qui semblait avoir repris un peu sur elle et son « calme » enfin on pouvait dire. Il percevait toujours de la colère et du mépris dans son regard, cela l’amusait quelque peu, il aurait cru la représentation de sa propre fille, beaucoup plus jeune devant lui.
« Oh! Je vois que ton état s'améliore, j'ai même le droit au regard rempli de contemption à mon égard. C'est fabuleux !» dit-il sur un ton rieur «En revanche, avant que tu entames tes critiques à mon encontre. Cette fois-ci à la différence d’apporter de la flotte, il s’agit d’information sur votre « ravissante rencontre». En soit, plus vite tu aideras « la brute imbécile » que je suis plus vite tu ne verras plus mon hideux visage et pourra retourner auprès de tes parents» dit-il en accentuant certains mots pour la dynamiser, puis continuant sur une question « Cet homme encapuchonner, avait-il une silhouette pouvant s’apparenter à un vagabond ou un mendiant de par ses haillons de vêtement ?» demanda-t-il en évitant de poser trop de questions d’un coup. Ne voulant pas réitérer les mêmes effets que la dernière fois
avatar
Bourgeois

On m'appelle Venycia Howk


Infos Personnage
RANG: Thélador Gotruscos, Elior Gotruscos, Solomon Valyssar, Varen Shei'Arcath, Coco du Rico, Jack Belfort, Delian Howk, Errol Parhelion (Moda l'Imposteur), Nodin Kellen (Günel), Miobë Shei'Arcath, Talis Hadmas, Neylie Valyssar, Hiempsal Saule, Ebenezer Eisenheim
VILLE & APPARTENANCE : Vuulte ● Famille Marchande Gotruscos / Famille Bourgeoise Howk
MON AGE : 18 printemps.
Féminin
MESSAGES : 378
AGE : 26
INSCRIT LE : 13/04/2013
PSEUDO HABITUEL : Kathy
Joyaux : 1356
http://www.ile-joyaux.com/t1523-cher-journal http://www.ile-joyaux.com/t1507-venycia-howk-gotruscos
Posté dans Re: C'est bien ma veine...    - Mer 24 Juil 2013 - 13:21

Si elle avait été en pleine possession de ses moyens, Venycia aurait peut-être pris ses piques pour autant de tentatives de la faire réagir, mais ce n'était pas le cas. Malgré son trouble, ravivé encore par les quelques phrases en korrulien prononcées au retour de l'autre Veilleur, elle sut se ressaisir assez que pour lancer au vieil homme un regard de pure haine. Il dépassait complètement les bornes. Elle l'avait insulté, mais dans sa tête, elle en avait le droit. C'était un Korrulien, après tout, et elle était Matroscienne. Toutes les raisons sont excellentes pour haïr quand on a peur, c'est la base même de tout racisme, la racine en soi de la xénophobie.

Cependant, la brute imbécile avait posé une question à laquelle Veny se sentait le devoir de répondre ; elle passa outre ses railleries, elle n'avait plus la force de crier, plus assez de volonté pour tempêter. Elle s'accrochait de toutes ses forces à la question, la retournant dans tous les sens mentalement, jusqu'à ce que les mots soient à la limite du compréhensible. Un vagabond ou un mendiant... Après un silence, elle ouvrit la bouche pour répondre.

« Oui, il était sale, avec des vêtements rapiécés... Mais ce n'était pas une capuche, c'était plutôt une espèce de sac qu'il avait sur la tête, avec des trous pour les yeux... »

Elle frissonna à cette mention. De grands yeux jaunes, d'une couleur absolument pas naturelle pour quelqu'un qui a pratiquement toujours vécu à Matroos... Encore une vision dont il faudrait se débarrasser. Elle inspira, et continua :

« Quand je suis arrivée, il essayait de ranimer l'un des hommes, je suppose que c'était faux... Il m'a parlé en... korrulien, » Elle plissa le nez de dégoût. « Mais je n'ai rien compris. A part qu'il me demandait mon nom. »

Elle baissa les yeux. Idiote qu'elle avait été, elle lui avait donné son prénom !

« Il a parlé très longtemps, mais je ne sais pas du tout ce qu'il a dit... Sur le moment, j'imaginais qu'il m'expliquait ce qui s'était passé, mais maintenant... Je ne sais pas. »

Toujours roulée en boule sur sa chaise, elle posa son menton sur ses genoux.

« Il m'a touchée, puis il a enlevé sa cagoule... Il était affreux. »

Veny ne souhaitait pas s'étendre sur le point du contact physique, vraiment. Mais sur la laideur... Pourquoi pas.

« Pire que vous, ce n'est pas rien. Des yeux fous... Et le sourire aussi. Avec des dents... » Elle frissonna au souvenir de la dentition dont la couleur n'était pas sans rappeler celle du sable. « Des cicatrices. Presque pas de cheveux, comme s'ils étaient... Brûlés. »

Elle se tut brutalement. Au fil de sa description, sa voix avait baissé de volume progressivement, passant d'un ton normal -quoique profondément haineux- à un murmure à peine audible. Veny passa à autre chose, pour ne pas que l'image de l'assassin dans sa tête devienne trop précise ; c'était encore beaucoup trop frais, trop à vif. Elle se remit à parler, un peu plus fort, mais pas de beaucoup :

« J'ai su que c'était lui qui les avait... tués, parce qu'il a repris son couteau sur l'un des... hommes. »

« Morts », « victimes », ces mots-là ne passaient pas... Mais si l'abruti au moins centenaire devant elle avait ne serait-ce qu'un peu de logique, ce serait compris. Cette fois-ci, elle ne voyait plus trop ce qu'elle pourrait ajouter, mais elle se doutait qu'il inventerait encore bien un moyen de la torturer plutôt que de la laisser rentrer à la vivenef. C'était un Korrulien, après tout.
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: C'est bien ma veine...    - Mer 24 Juil 2013 - 13:24

Daeran semblait peu à peu harasser, probablement par cette investigation qui s’éternisait plus que prévu, et d’une tournure qu’il n’aimait pas vraiment. Il aurait dû savoir qu’avec un Matroscien dans l’équation, la normalité n’existe plus vraiment. Il lâcha un léger soupire, dire qu’il aurait pu prendre sa permission… A défaut de prendre du bon temps ou simplement se reposer, il était agrémenté de cette horrible boule porteuse d’ennuis qui avait le don de stimuler ses nerfs. Il s’efforça de réfléchir positivement, la situation aurait pu être pire certes ; « tout ce qui peut mal tourner va mal tourner »…

Il s’étira quelque peu avant de boire un peu d’eau, puis reporte une attention toute particulière à ses propos. Enfin un semblant de discussion mise à part les quelques railleries sous-jacentes et parsemant ses phrases, dirigé à son encontre, mais plus souvent tourné vers les Korruliens. Il l’aurait bien appris le respect à cette petite effrontée, mais il n’était vraiment neutre lui non plus, puis dépasserais plus encore sa juridiction.

Au fil du dialogue, les dires de Venycia venaient corréler les informations des Veilleurs. Sans grande surprise pour lui, mais toujours un brin de mépris lorsqu'il pensait sur les raisons de tout cette animation pour cette histoire. Seulement car c’était « elle » la victime cette fois. Par moment, il aurait bien voulu que cela soit elle qui git sur le sol, au moins il aurait était exempté de cette rencontre avec ce véritable « faix urticante ». Un sourire s’afficha, elle n’en oublia pas de cracher encore son venin, cette fois-ci sur son physique. Elle ne manquait pas de cran, sans lui rappeler sa fille. Néanmoins celle-ci semblait encore plus virulente, il plaignait quelque peu sa famille espérant que c’est un cas unique. Il prit la parole lorsque celle de Venycia devenait défaillante.

« Je vois, il s’agit bien de la même personne… Je suppose que vous … » laissa sa phrase en suspens, trouvant idiot de faire durer plus longuement cette conversation, avec des détails et autre informations qu’il savait surement. Puis cette voix commençait à l’exaspére. Ainsi, Daeran se redressa timidement, avant d’entre ouvrir la porte puis se décale pour lui faire face. Il prit faussement un doux sourire, tout en utilisant de nouveau, de manière hypocrite le Mastrocien en reprenant ;
« Je pense que cela sera tout, je pense avoir toutes les informations utiles. Merci donc pour votre aide apporté dans cette enquête. »

Il s’amusa pour l’une des dernières fois avec elle. Au contraire, il ne souhaite pas la revoir de sitôt, probablement un sentiment partagé. Certainement l’une des seules choses en communs avec un dédain mutuel. En outre, il l’invita à sortir tout en la raccompagnant sans ménagement vers la sortie. Prenant les couloirs les plus longs remarquant que Venycia semblait avoir de légère difficulté à se mouvoir avec sa robe et les devants de tissu, usés par cette journée « riche en rencontre fortuite ». Un petit sourire taquin arborait ses lèvres. Ils s’enfonçaient lentement dans les dédales qu’était le QG jusqu’à atteindre progressivement la sortie. C’est ici qu’il la quitta, redonnant ce « ballot » à un autre veilleur qui l’emmènera surement rejoindre le vivenef et ses parents. A partir de ce moment, ce n’était plus de son ressort, il lui restait plus qu’à retranscrire de manière manuscrite cet entretien et les remettre pour l’avancer de cette enquête.

« Au revoir Venycia Gotruscos… Au plaisir donc» ajouta-t-il, empreint de mauvaise foi et en Korrulien , sachant qu’elle « adore éperdument » cette magnifique langue et qu'ils ne risquaient pas de se revoir. Il se tenait droit jusqu’à ne plus la voir dans son champ de vision avant de s’engouffrait dans les bâtiments, un soupir de soulagement se fit entendre. liberté…

On m'appelle Contenu sponsorisé

Posté dans Re: C'est bien ma veine...    -

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum