AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
» Communication externe
par Loth de la Vision Mar 21 Juin 2016 - 15:06

» Réversa [ TOP ]
par Invité Ven 27 Mai 2016 - 8:21

» Le monde de Dùralas
par Invité Jeu 26 Mai 2016 - 7:00

» Anthalia
par Invité Dim 22 Mai 2016 - 15:17

» Marbrume, La Cité des Damnés
par Invité Lun 16 Mai 2016 - 15:07

» Questionnaire pour soutenir infinite RPG !
par Invité Sam 14 Mai 2016 - 17:33

» Escalus
par Invité Jeu 12 Mai 2016 - 9:02

» Mass Effect : Reborn
par Invité Mar 10 Mai 2016 - 15:00

» Forum en pause
par Asàf Lysereän Mar 10 Mai 2016 - 13:47


Et j'n'ai même pas eu besoin de boire une seule goutte de rhum ! [HOT]

Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Et j'n'ai même pas eu besoin de boire une seule goutte de rhum ! [HOT]   - Lun 12 Aoû 2013 - 13:42

» Musique.

Encore un de ces nombreux matins sur ce port désert. Quelque chose pourtant ronflait et rythmait le bruit de la brise qui venaient caresser les pilotis des quais. Les cheveux dans le vide, la bouche ouverte, Jahde dormait à poings fermés. Réveillée par les rayons du soleil qui lui chatouillaient les paupières, elle se redressa brusquement quand elle se rendit compte que le monde semblait … Sens dessus dessous. La Borgne s’était simplement endormie sur une pile de tonneaux, la tête balancée en arrière, manquant de tomber au moindre vacillement. Heureusement pour elle … Ou pour les autres, rien n’était venu troubler son sommeil, et elle avait dormi comme un loir. Mais un horrible mal de tête lui rappela la cuite qu’elle s’était prise hier soir.

Faire un concours du plus gros buveur de rhum de la côte avec de vieux loups de mer n’avait pas aidé à la rendre sobre, bien au contraire. Au bout d’un litre de cet alcool sucré, la pauvre avait chuté de son tabouret et était venue loger son séant contre la sciure crasseuse qui tapissait le sol du Goéland Qui Tousse. Jahde se rendit alors compte de l’absence de quelque chose … Car mis à part son œil droit et la moitié des cheveux de son crâne, oui, il lui manquait quelque chose. Son poignard que lui avait offert son beau-père lors de son départ de la maison, qui n’avait pas de grande valeur certes, mais pour elle, cela avait beaucoup d’importance. Se doutant de l’avoir fait tomber alors qu’elle se prenait une méchante claque alcoolisée, elle revint sur ses pas en se tenant la tête, sonnée par la douleur. Dormir dans cette position n’avait pas aidé, aussi.

Elle retrouva une de ses bottes qu’elle avait perdue en chemin, et l’enfila par-dessus sa chaussette noire, trouée, en sautillant à cloche-pied maladroitement, manquant de se cogner dans quelques caisses de marchandises qui trainaient là. Elle s’arrêta, sourit en voyant le lever du soleil à l’horizon, ces bateaux chancelant au rythme des petites bourrasques, le bruit des mouettes qui s’éveillaient, du bois qui craquait face à la houle, les voiles qui claquaient au vent. C’était son environnement, et là où elle avait toujours vécu. Sans ça, elle ne se sentirait pas à l’aise, pas … chez elle. Même si une partie de son cœur souhaitait les voyages, l’aventure et les trésors, une autre était heureuse de rester dans ce cocon. On ne pouvait pas dire que c’était une place rêvée pour une jeune de son âge, et beaucoup rêveraient de vivre dans les grandes villes de l’Île, et pourtant … Sans ça, elle ne serait sûrement rien.

Elle se retourna à contre-cœur et se dirigea vers cette fichue auberge. Quelques ivrognes – comme elle – se réveillaient d’une nuit difficile, et on entendait les grognements et autres râles des ruelles adjacentes aux tavernes. Poussant délicatement la porte de l’entrée, elle passa discrètement la tête par l’ouverture, mais s’en extirpa aussitôt. Une bouteille vide vint s’éclater contre le mur. Un peu plus et elle se la recevait en pleine figure ! Agacée, elle entra rapidement et referma la porte derrière elle. Ce n’était que les pirates restants qui, encore debout, tentaient de se battre alors qu’ils avaient plus d’alcool que de sang dans les veines. On aurait dit un combat de limaces, c’était assez drôle à voir.

Jahde de s’y attarda pas et fouilla le sol tapissé de copeaux de bois, à la recherche de sa précieuse arme. Quand elle l’eut enfin trouvée, elle se pencha pour la prendre mais devant elle … Deux bottes, et plus elle se redressait, plus elle se rendait compte qu’il y avait bien quelqu’un, là, face à elle. Arquant le sourcil, interpellée, et encore en train de décuver, elle regarda la personne, la tête penchée sur le côté, comme si cette position permettait de mieux la discerner. Une nana, aux longues tresses et un peu plus petite qu’elle la toisait presque. La borgne fronça le sourcil et grogna, balançant une phrase avec toute la politesse et le tact dont elle pouvait disposer :

« Qu’est-ce-que tu regardes, toi … ? »
avatar
Pirate

On m'appelle Riska les Deux Voix


Infos Personnage
RANG: Capitaine de la Nuée Ardente - Admin
VILLE & APPARTENANCE : Vanylle
MON AGE : 20 ans
Féminin
MESSAGES : 193
AGE : 23
INSCRIT LE : 27/07/2013
PSEUDO HABITUEL : Harrods
Joyaux : 390
http://www.ile-joyaux.com/t1796-riska-les-deux-voix#42328
Posté dans Re: Et j'n'ai même pas eu besoin de boire une seule goutte de rhum ! [HOT]   - Lun 12 Aoû 2013 - 22:20

Le silence de Vanylle au petit matin était si reposant, que n'importe qui aurait pu croire que cette ville regorgeait de tout, sauf de pirates. Sur les quais de bois, quelques matelots bien matinaux étaient déjà debout, s'attelant à nettoyer un pont trop sale ou à remplir des cales trop vides. Le doux souffle du vent venaient faire onduler les voiles repliées dans un léger clapotis redondant. Seuls, les ronflements des buveurs trop ivres et dormant à même le sol venaient briser ce cadre presque...idéal. Et des buveurs, pour sûr qu'il y en avait. Et plus on s'approchait du quartier des tavernes, plus ils étaient nombreux, pauvres hommes allongés sur le trottoir, comme de vulgaires déchets qu'on aurait jeté là. Quoi qu'en fait, c'est que s'en étaient, des déchets.

L'agréable silence des quais étaient bien plus rudement mis à l'épreuve, lorsque les tavernes n'étaient plus bien loin. L'heure avait beau être matinale, certains n'avaient pas dormi de la nuit, profitant des tonneaux de Socure et de Rhum qu'il fallait absolument terminer. Vous comprenez, l'alcool risquerait de s'éventer sinon... Quoi qu'il en soit, du côté du Goéland qui Tousse, le silence, il y en avait pas. Des bris de verres, des hurlements, des rires, des bruits de chutes. Et v'là que de la baston, même aux aurores, ça existe ! Et du haut de l'escalier où elle venait d'apparaître, Riska posa un regard blasé sur la scène.

La nuit avait été courte. Si nuit il y avait eu. Elle se souvenait vaguement de la soirée de la veille. Et approximativement de nombre de litres qu'elle avait ingurgité. Et peut-être bien aussi, du visage du beau matelot qui l'avait ramené là-haut. Jetant un œil derrière elle, elle regarda la porte de la chambre miteuse qu'elle venait de quitter, laissant un bel homme satisfait en train de ronfler, et soupira. C'était quoi son prénom déjà ?

Prudemment, elle descendit l'escalier, testant sa sobriété matinale. Aucune marche de loupé, c'était plutôt bon signe. Une fois le sol atteint, elle prit enfin le temps de s'étirer de tout son long et étouffa un bâillement. C'est vrai, elle n'avait pas dormi. Son regard étrange, mi-vert, mi-orange, se promena sur la salle et s'arrêta sur la table où elle avait festoyé. Pas de trace de sang. L'Autre n'avait donc pas fait de dégât.

« Et toi ! Sale catin ! Tu m'as cassé le nez hier soir ! »

Ah, p't'être bien que si finalement. Un pauvre débris ambulant et vacillant sous l'alcool s'approcha difficilement d'elle. Arrivé à sa hauteur, il leva le bras, prêt à frapper. Et tomba en arrière, ivre. Riska haussa les sourcils, amusée et avança pour rejoindre la sortie. Avant de s'arrêter brusquement, évitant au passage de marcher sur... quelqu'un semblait-il, à quatre pattes par terre. Encore un ivrogne. La dudit personne se redressa et la fixa, avant de lui demander très subtilement ce qu'elle regardait. Et le dit ivrogne n'en était pas un, mais plutôt une. Les Deux Voix l'observa en silence, avant de se baisser, ramasser le poignard qui semblait être l'objet à atteindre avant qu'elle ne la gêne, et lui tendit. Plus grande qu'elle, apparemment borgne et une partie du crâne rasée, celle qui se tenait devant elle avait tout l'air de se remettre péniblement, elle aussi, d'une soirée trop arrosée. Dans un soupir, Riska lui répondit :

« Toi, puisqu'à priori, ce n'est pas ton ombre qui me bloque le passage. »

Un sourcil haussé, hautain, elle s'amusa à la dévisager, puis laissa couler son regard lentement le long de son corps, observant chaque détail. Plutôt pas mal. Réajustant les lacets de son corset, les Deux Voix finit par reprendre :

« Allez, pousse-toi de là jeunette, je dois... »

Une bouteille s'écrasant contre l'arrière de son crâne ne lui laissa pas le temps de terminer sa phrase. Se retournant d'un bond, Riska répliqua d'un coup de poing dans le nez et observa son agresseur, trop saoul pour supporter un coup, et déjà à terre. Elle reconnut un homme qu'elle avait plumé la veille, lors d'un jeu de dès.

« Abruti. » Siffla-telle.
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: Et j'n'ai même pas eu besoin de boire une seule goutte de rhum ! [HOT]   - Mar 13 Aoû 2013 - 15:25

Tout ce qui se passait autour était inexistant, seul l’intéressait cet objet. Elle l’eut presque atteint, son but. Elle l’aurait pris en toute discrétion et serait repartie aussitôt. Hélas, une main se saisit de son arme et Jahde la regarda s’élever comme un chrétien qui aurait vu la vierge. La réaction se fit immédiate. Serrant les dents, son œil doré habituellement si pétillant se noircit. La réplique cinglante de cette ingénue qui avait osé lui enlever la chose qui avait le plus de valeur pour elle n’arrangea en rien cette colère. Les écoutilles bouchées, n’entendant que sa voix intérieure qui souhaitait rapidement sortir d’ici, elle se saisit du poignard d’un geste brusque et le rangea dans son fourreau, attaché à sa ceinture. Il était simple, et si elle le revendait elle n’en aurait sûrement que pour quelques galons de cuivre. Entièrement fait de métal, et autour de la garde, un bandage en écorce de palmier, habituellement utilisé pour panser les blessures, y était entouré afin d’assurer une meilleure prise. La lame, quant à elle, était percée de trois trous pour que le geste soit plus rapide et que la surface plate ne ralentisse pas le mouvement, facilitant ainsi le passage de l’air. Un peu émoussée, elle était pourtant tranchante quand on la polissait bien.

Lorsque la Borgne releva la tête, la femme réajustait sa gaine, ce qui fit tressauter sa poitrine galbée et généreuse. La mousse ne pouvait pas s’empêcher de rougir un peu à la vue de ces deux magistraux globes qui se trémoussaient devant elle. Mais à peine eut-elle le temps de se remettre de ses émotions que leur propriétaire s’était reçu une bouteille dans la nuque, qui explosa en mille morceaux au contact de cette chair ferme. Quelques bouts de verres s’y étaient néanmoins logés, laissant perler un peu de sang. Voyant le violent coup de poing qui ne s’attarda pas à s’abattre sur le pif du lanceur, Jahde ne put réprimer un rire amusé. Finalement, cette nana promettait de drôles de scènes. Malheureusement, les hommes présents dans la salle n’étaient pas du même avis, car quand ils entendirent la jeune pirate s’esclaffer, on discernait des grognements et des râles, même quelques insultes discrètes. Se raclant la gorge avant de reprendre son sérieux, la néophyte réajusta son bandeau et, d’une voix provocatrice, lança :

« Allez allez, par ici les enfants, que la fête commence ! »

Ils se précipitèrent tous – à leur rythme – vers les deux femmes, enragés. Le combat, aussi épique soit-il, ne dura que quelques secondes. Si certains s’étaient rendormis sur-le-champ, d’autres s’étaient pris le pied dans une chaise, dans un cordage ou dans un des corps somnolant qui jonchaient le sols, les deux seuls bonhommes qui avaient réussi l’exploit d’arriver à portée du coup de pied de Jahde se firent propulser contre un mur, chacun leur tour, la botte de la Borgne enfoncée dans leur gras du bide, geignant comme ils savaient si bien le faire. Ils ne prirent même pas la peine de se relever, découragés. Affichant un air fier qui n’avait pas vraiment lieu d’être, elle sourit à la jeune femme, se voulant charmeuse, presque impressionnante. Ce n’eut visiblement pas l’effet escompté et, un peu gênée par le silence qui suivit son combat héroïque, elle ajouta :

« Avouez quand même que je vous ai sauvé la vie. Sans moi, vous seriez morte à l’heure qu’il est. Vous serez étendue dans le sol, baignant dans votre propre sang. – elle lui poqua l’épaule, doucement, avec le poing – Héhé … ! »

Toujours rien. Pas un mot, pas un bruit. Rien que ce regard orange-verdâtre, perturbant, fascinant, elle ne savait pas comment le qualifier tant il était … Captivant. N’ayant pas envie de faire la conversation seule pendant des heures, elle s’alluma une cigarette d’un geste visiblement habitué, et, la clope pincée entre les lèvres, tendit la main vers sa consœur.

« Moi, c’est Jahde, dite La Borgne. Ravie de faire ta connaissance. Ou plutôt, ravie que tu fasses ma connaissance. Je préfère te prévenir, je suis indispensable. »

C’était donc la manière la plus appropriée qu’elle avait trouvé pour charmer cette jolie femme. Elle se maudissait intérieurement de ne pas avoir trouvé mieux que ça. Néanmoins, elle débutait dans le milieu. En fait, c’était la première fois qu’elle le faisait aussi directement et naturellement. Il faut dire … Que le jeu en valait la chandelle. Et quelle chandelle, nom de dieu. Une sirène à se damner.
avatar
Pirate

On m'appelle Riska les Deux Voix


Infos Personnage
RANG: Capitaine de la Nuée Ardente - Admin
VILLE & APPARTENANCE : Vanylle
MON AGE : 20 ans
Féminin
MESSAGES : 193
AGE : 23
INSCRIT LE : 27/07/2013
PSEUDO HABITUEL : Harrods
Joyaux : 390
http://www.ile-joyaux.com/t1796-riska-les-deux-voix#42328
Posté dans Re: Et j'n'ai même pas eu besoin de boire une seule goutte de rhum ! [HOT]   - Mer 14 Aoû 2013 - 14:30

Un nez cassé, une mâchoire fracturée et quelques pièces de gagnées ainsi que des bouts de verre incrustés, voilà ce que Riska avait distribué et récolté. Tout aurait pu s'arrêter tranquillement là, et elle serait ainsi rentrée à bord de la Nuée Ardente sans autre soucis, terminer sa nuit. Ce n'était malheureusement pas dans l'idée des hommes de la taverne. Ni même de sa consœur borgne. Et tandis que cette dernière lançait un appel à la bagarre, la rouquine soupira. L'affrontement fut bref, et remporté d'avance. Les deux seuls courageux qui réussirent à atteindre le niveau des femmes tâtèrent violemment de la botte de la brunette. Et Riska n'eut rien à faire, si ce n'est reculer d'un pas pour laisser tomber un pirate trop ivre.

Le calme revint sur l'endroit, bercé par les ronflements et autres gémissements typiquement viriles. La jeune femme, fière de sa victoire, se retourna et lança joyeusement qu'elle venait de lui sauver la vie, avant de lui tapoter l'épaule. Les Deux Voix se contenta de la regarder silencieusement, hésitant entre l'amusement et l'ennui. Elle ne l'avait jamais vu à Vanylle, ce qui était surprenant. Elle passait, certes, beaucoup de temps à bord du vaisseau, mais les nombreuses escales dans la ville des pirates étaient sources de rencontres. Et celle-ci ne lui disait rien. Bien dommage d'ailleurs...

La fumée dégagée par la cigarette qu'elle venait de s'allumer tira la schizophrène de ses réflexions. Le visage à-demi camouflé par le bandeau qui cachait son œil, la dite Borgne se présenta comme telle, tout en tendant une main amicale et en ajoutant une petite remarque suintant la modestie.

Haussant un sourcil, Riska la dévisagea, tandis qu'un sourire en coin étirait ses lèvres.

« Ben tiens... » Souffla-t-elle, amusée par le comportement de Jahde.

Oui, ce bout de femme n'était pas commun. C'était d'ailleurs bien la première fois qu'une fille l'accostait de ce genre. Ce qui n'était pas plus déplaisant à vrai dire. Car en y regardant bien, celle qui se tenait en face était fichtrement bien fichu. Un beau visage, dont l'oeil barré donnait un charme sauvage et mystérieux. L'oeil restant était pétillant et doré. Un corps filiforme aux hanches voluptueuses dont il donnait envie de s'y perdre. Oui, vraiment, le coup d'oeil en valait le coup. Et tout en remontant son regard mystique sur l'unique œil, un sourire malicieux illuminant son visage, Riska tendit à son tour la main pour serrer celle déjà en l'air.

« Enchantée. Moi c'est Riska. Mais tout le monde ici m'appelle, Les Deux Voix. Tu comprendras bien assez tôt. Si l'on se revoit... »

Elle laissa planer la fin de sa phrase. Volontairement. Elle avait remarqué que Jahde n'était pas insensible à son charme. Elle non plus d'ailleurs. Et cela attisait sa curiosité. Elle était curieuse. Curieuse de voir comment cette fille réagirait. Curieuse de savoir si elle jouerait la carte de la finesse ou non. Curieuse d'en apprendre un peu plus, si elles se revoyaient. Le destin était maître. Elle se contenta d'un sourire où voguait charme et amusement. Qui des deux deviendrait l'indispensable ? Le jeu en valait la chandelle.
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: Et j'n'ai même pas eu besoin de boire une seule goutte de rhum ! [HOT]   - Jeu 15 Aoû 2013 - 5:24

La réponse ne l’étonna pas, on ne réagissait pas souvent d’une façon positive à l’orgueil. En règle générale, les personnes qui avaient une haute estime d’eux-mêmes ou bien qui se sentaient bien dans leur peau étaient seuls. Ils rendaient les autres jaloux, par leur vantardise, tant cette attitude était rare. Jahde était de ceux-là. Celle qui se félicitait ne serait-ce que d’avoir gagné une partie de pouilleux aux cartes. C’était la Borgne, c’était comme ça qu’elle avait appris à se défendre. Car sous sa coquille de fille assurée se cachait beaucoup de tristesse et un passé douloureux. Mais pour le moment, c’est son habituel sourire fier qui se dessinait sur son visage, et son œil doré pétillait de joie. Serrant vivement la main de sa compatriote vigoureusement, elle lui secoua le bras, sûrement comme jamais on ne lui avait remué, tant elle était ravie.

« Enchantée, Riska ! Bien sûr qu’on s’reverra ! Sinon, votre espérance de vie se réduirait à vue d’œil. Et puis, qui viendrait à votre rescousse si je n’suis pas là ? »

Ses mains étaient douces, elle avait des ongles bien taillés et de longs doigts fins. Jahde, elle, portait une paire de gant dont le pouce était découvert à la main droite. Il s’était déchiré à force de bras de fers, de bagarres et de manipulations de cordages. Ainsi, sa peau chaude put tâter celle des Deux Voix, discrètement. Elle ne la laissait pas impassible, cette collègue pirate. Avec son corset qui lui serrait le buste sans l’étouffer, son ventre à l’air et son joli tatouage qui descendait du sternum aux hanches, sur lequel elle s’attarda, parce qu’elle adorait les motifs sur tous les types de peaux.

« Pas mal, le tatouage. Même si les miens sont … Largement mieux. »

La Borgne lui avait lâché la main un peu tardivement et s’était reculée, humble, ne voulant pas montrer trop de proximité. Elle aimait ce détachement qu’elle avait avec les gens. Se rapprochant d’une table avant d’y poser la moitié de son fessier, elle eut une vue sur le dos de Riska, grimaçant en voyant le verre qui s’y était incrusté. Immédiatement, elle se redressa.

« ‘Faudrait t’enlever ça avant que ça s’infecte. Avec l’humidité de Vanylle, tu risquerais d’en mourir, et … Ce s’rait con ! »

La jeune pirate s’éclipsa dans les cuisines quelques minutes, assez pour que sa consoeur s’inquiète de son absence – si elle avait une once d’intérêt pour Jahde – et revint avec une serviette et un récipient. Se plaçant dans le dos de la belle femme, elle se racla la gorge. Heureusement que, là où elle était placée, les Deux Voix ne voyait pas son visage. Ses pommettes s’étaient rougies instantanément. Elle pouvait respirer son parfum, sentir la chaleur de sa peau sans pouvoir y toucher. Elle n’avait pas l’habitude d’être aussi proche de quelqu’un. Surtout d’une femme. Surtout aussi canon. Habilement, et du bout des doigts, elle retira les corps étrangers délicatement, les posant ensuite sur la table. Une fois que ce fut terminé, elle essuya le sang avec un torchon mouillé et, l’imbibant ensuite d’un alcool fort qu’elle avait trouvé dans les cuisines, Jahde tapota sur les plaies. C'était la première fois qu'elle prenait autant soin de quelqu'un. Habituellement, elle l'aurait laissée crever dans d'atroces souffrances. Mais quelque chose faisait que la néophyte n'avait pas envie que sa nouvelle amie crève.

« Ça risque de piquer un peu. Mais bon, je suppose que tu t’en fiches, t’es une femme forte toi, une rebelle, encanaillée par cette belle ville … D’ailleurs je n’t’avais jamais vue avant. Je pense que j’m’en serais souvenue. T’es nouvelle ? »

Cette petite réflexion devrait lui mettre la puce à l’oreille, à moins d’être complètement naïve. La Borgne avait passé une grande partie de sa vie enfermée dans l’auberge où travaillait sa mère, et encore plus après l’accident qui lui fit perdre un œil. Cela ne faisait que quelques mois qu’elle pouvait enfin se balader en toute liberté. Le fait qu’elle ait une arme avait renforcé la confiance que ses parents avaient en elle, et surtout, ça les a énormément rassurés. Ayant appuyé quelques minutes le linge alcoolisé sur la plaie, la jeune femme le retira et soupira, tout en lançant un :

« J’ai fini ! Ah, qu’est-ce-que tu f’rais sans moi !? »

Oui, qu’est-ce qu’elles auraient fait si elles ne s’étaient pas rencontrées ? Il est des rencontres dont on se souvient toute sa vie et qui nous changent l’existence à jamais. Même si Jahde savait, dans son cœur, qu’elle préférait les femmes aux hommes, elle en était maintenant persuadée. Et ce fut la première fois qu’elle était désireuse de voir comment aller évoluer une relation.
avatar
Pirate

On m'appelle Riska les Deux Voix


Infos Personnage
RANG: Capitaine de la Nuée Ardente - Admin
VILLE & APPARTENANCE : Vanylle
MON AGE : 20 ans
Féminin
MESSAGES : 193
AGE : 23
INSCRIT LE : 27/07/2013
PSEUDO HABITUEL : Harrods
Joyaux : 390
http://www.ile-joyaux.com/t1796-riska-les-deux-voix#42328
Posté dans Re: Et j'n'ai même pas eu besoin de boire une seule goutte de rhum ! [HOT]   - Jeu 15 Aoû 2013 - 21:49

Leur main s'unirent, et tandis que Jahde lui secoua frénétiquement le bras, Riska, dans un regard perçant, se contenta d'une pression plus appuyée au niveau de la paume. Sa compatriote n'y allait pas de main-morte dans l'orgueil et le manque de modestie, et si cela aurait du largement agacer la schizophrène en temps normal, elle se retrouva à en être amusée dans le cas présent. Sûrement que la jeune femme qui se tenait en face d'elle recelait bien d'autres choses bien plus importantes à découvrir et qui ne sauraient être gâchées par un égo surdimensionné. L'instinct sûrement, poussait le maître-cannonier de la Nuée Ardente à rester ici encore un peu. A vrai dire, si elle l'avait réellement voulu, elle aurait continué son chemin depuis bien longtemps. Et il fallait croire que ce n'était pas le cas.

L'étrange regarde de Riska, qui se baladait sans gêne sur le corps de Jahde, revint en un rien de temps fixer son unique œil lorsqu'elle mentionna ses tatouages. L'Autre bouillonna à la remarque du « largement mieux » mais dans un effort qui passa inaperçu aux yeux de quiconque ne la connaissait pas, elle fit redescendre la pression. Ses deux tatouages, s'ils n'en avaient pas l'air à vu d'oeil, étaient inestimables pour leur propriétaire. Leur symbolique était sa raison d'être.

« Plus discrets surtout. » Se contenta-t-elle de souffler en guise de réponse, et en désignant les tatouages de la jeune femme.

Elle ne savait même pas si La Borgne l'avait entendu, puisqu'elle celle-ci recommençait déjà à blablater. Et surtout à s'inquiéter des quelques bouts de verres enfoncés dans la nuque de Riska. Avant que la principale intéressée n'ait pu émettre une suggestion, ou rien qu'une remarque – après tout, c'était quand même son corps qui était blessé - , Jahde avait déjà disparu dans les cuisines. Et s'y attarda, si bien que Les Deux Voix se retourna à plusieurs reprises pour voir ce qu'elle fabriquait.  Lorsqu'enfin elle réapparu, son air victorieux toujours accroché au visage, elle la laissa jouer les infirmières. Et en profita même. En fait, c'était même plutôt agréable. Penchant la tête en avant pour que sa soigneuse ait une meilleure prise des bouts de verre, Riska ferma les yeux et soupira doucement. Après tout, elle n'allait pas se plaindre de se faire chouchouter par une jolie nana. C'était si rare qu'elle rencontre une femme intéressée. Et appétissante.

La brûlure de l'alcool sur les plaies la tira de ses réflexions quelques minutes plus tard. Rouvrant les yeux, elle entendit la remarque de Jahde et ne pu s'empêcher de sourire doucement. Ne répondant pas de suite, elle attendit que la pause « bobo » soit terminée pour se redresser et se tourner vers La Borgne. Qui insista encore sur son indispensable personne. Décidément.

« Qu'est ce que tu ferais sans moi plutôt. » Rétorqua de but en blanc Riska, plongeant son regard mystique dans l'oeil doré de sa consœur.

Elle ne la quitta pas des yeux, et laissa s'écouler quelques secondes de silence. Secondes qui paraissaient minutes. Longues. Mais agréables. Et finalement, sans prévenir, Riska reprit la parole, tandis que son regard s'adoucissait et se faisait moins insistant.

« Je ne suis pas nouvelle non. Mais je suis le plus souvent à bord et voguant dans Grand Vent, alors il aurait été rare que nous nous rencontrions plus tôt. »

Elle se tut un instant, laissant son regard voguer sur la pièce qui les entourait. Les ronflements délicats et autres subtilités masculines rythmés toujours la taverne. D'un haussement de sourcil blasé, Riska s'échappa de ce spectacle pour se reconcentrer sur la jolie demoiselle qui se tenait face à elle. Étrangement, elle ne sentait plus l'Autre venir lui chatouiller l'esprit pour prendre le dessus et gouverner. Et à vrai dire, elle ne chercha pas à savoir où elle s'était enfouit, au plus profond de son esprit. Un moment de tranquillité ne lui ferait pas de mal. Surtout pour ferrer ce sublime poisson.

« Je ne t'ai jamais vu non plus ici. Et pourtant, à chaque escale, je suis à Vanylle. Et je connais la plupart des personnes. Ce n'est pas si grand que ça... »

Elle était curieuse. Elle était sûre de ne l'avoir jamais vu à Vanylle, ce qui était surprenant. Les pirates et leurs sympathisants n'étaient pas si nombreux, et l'on faisait vite le tour de la population de la ville. A condition de fréquenter les lieux publics. Alors, qu était-elle ? D'où venait-elle ? Riska était curieuse. Riska voulait savoir. Et de manière subtile, elle apprendrait ce qu'elle voulait. Par Ryun et Vama !
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: Et j'n'ai même pas eu besoin de boire une seule goutte de rhum ! [HOT]   - Ven 16 Aoû 2013 - 14:48

Malgré l’assurance et le répondant que montrait la borgne à toutes les remarques de sa collègue, cette dernière avait une répartie habile et calme, comme quelqu’un qui maîtrisait la situation et qui pouvait garder la tête froide en toute circonstances. Cela commençait à agacer la plus jeune, qui ne savait réellement plus quoi dire tant ses réactions étaient inattendues. Plutôt que de s’énerver, de se montrer indifférente ou de fuir, la jolie femme se prêtait au jeu, y prenant même part. Avec un air différent à la énième remarque de son interlocutrice, elle serra légèrement les dents avant de répondre.

« Vous ne m’êtes pas vraiment indispensable, en l’occurrence. »

Déglutissant instantanément après sa réponse, elle la regretta à la seconde même où elle avait prononcé ces mots. Baissant les yeux, pour le moins honteuse, elle grimaça, se maudissant intérieurement d’avoir dit cela alors que la situation ne s’y prêtait pas du tout. Et, contre toute attente, l’aînée lui posa la question fatidique. Celle qui fâche, qui irrite et qui fait mal au cœur. Elle s’était fait démasquer en moins de temps qu’il ne faut pour dire jambe de bois. Encore plus confuse, elle ne put davantage affronter le regard plein de doutes de Riska. Elle lui tourna le dos et appuya ses paumes contre le bois brut de la table qui lui servait à moitié de siège auparavant. Prenant une grande inspiration, elle soupira bruyamment et se gratta la nuque nerveusement. Sa gorge se serra, et son souffle devenait entrecoupé. Quel déshonneur pour un pirate que d’avouer qu’on se cachait simplement dans une auberge parce que l’on avait peur d’affronter l’extérieur. Il faut dire que cet incident l’avait assez traumatisée, et manquer de se faire violer par une bande d’hommes aux hormones agitées aussi jeune n’était pas simple à cicatriser. En perdre un œil encore moins. Elle releva son bandeau sous lequel sa peau se faisait moite, dévoilant son orbite vide et pas vraiment agréable à regarder, puis se gratta le sourcil avec le pouce. Bien heureusement pour elle, les Deux Voix ne pouvait pas voir ce spectacle des plus répugnants. Replaçant son cache-œil avec hâte, elle se retourna et adressa un sourire forcé à sa consœur.

« J’étais … occupée. »

Réponse vague, mais nécessaire. Qu’adviendrait-il si tout Vanylle était au courant que l’orgueilleuse Jahde était en fait une enfant couvée par ses proches, incapable de se protéger seule ? Dès que l’on mentionnait cette question tant redoutée, elle était mal à l’aise.  Reprenant un air assuré, coquille de son mal-être, elle changea radicalement de sujet sans même que Riska puisse réagir, enchaînant :

« Comme ça, tu navigues dans Grand Vent ? Et tu fais partie d’un équipage ? A quel poste ? »

Faire mine de s’intéresser à la vie de quelqu’un était la meilleure façon de pouvoir embrayer sans qu’on ne le remarque trop. Même si, il fallait bien l’avouer, la borgne n’avait pas besoin de mimer l’attention qu’elle portait à cette beauté fatale.  Chacune de ses œillades faisaient l’effet d’une bourrasque de chaleur dans le ventre de la jeune pirate. Elle sentait son regard chaud lui parcourir le corps comme si c’était ses mains qui lui frôlaient la peau, ses doigts qui dessinaient la moindre de ses formes. Elle en frissonnait tant elle était attirée par ce sentiment nouveau. Mais la peur de l’inconnu la saisissait aussi. Un mélange d’adrénaline et d’excitation montait en elle, comme si l’on secouait une bonne bouteille de bière avant de l’ouvrir. C’était tout à fait ça. Son aînée lui retournait les tripes, le cerveau et lui faisait perdre la raison. Un sourire idiot aux lèvres, la brune se surprit à l’admirer, l’œil intéressé, presque provocateur. La femme qui lui faisait face était une des plus splendides qui lui était donné de voir de toute sa vie. Alors, quitte à se faire passer pour une idiote, autant le faire bien, afin qu’elle ne s’en aille pas trop vite.

Quelques hommes en haut s’étaient réveillés, les cheveux ébouriffés et les yeux mi-clos. L’un d’entre eux, un beau marin bien bâti, vêtu d’un simple pantalon et dont les tatouages courraient sur le corps, s’approcha d’elles. Alors que Jahde fronçait le sourcil, méfiante, il s’avança près de Riska pour passer derrière elle et lui enserrer la taille. Un déchirement se fit sentir dans l’âme de la néophyte, et, perdant son sourire, serrant les dents pour ne pas s’énerver, elle les regarda pendant de longues secondes qui semblaient des heures. Les autres matelots s’installaient aux tables, et les serveuses commençaient à s’agiter pour satisfaire leur clientèle tout en essayant de mettre un peu d’ordre dans le bazar qui avait été orchestré la veille. La borgne fit mine de s’intéresser au reste de l’auberge, mais en vain. Cet homme, ses mains, sa proximité avec la dame aux yeux mystiques la gênait. Elle ignorait pourquoi, peut-être était-ce la jalousie, ou le fait que ses hormones se réveillaient soudainement. Le gaillard sembla murmurer quelques mots à l’oreille des Deux Voix avec un sourire qui se voulait coquin mais que la borgne trouvait limite malsain, et elle ne put que lui lancer un regard assassin.
avatar
Pirate

On m'appelle Riska les Deux Voix


Infos Personnage
RANG: Capitaine de la Nuée Ardente - Admin
VILLE & APPARTENANCE : Vanylle
MON AGE : 20 ans
Féminin
MESSAGES : 193
AGE : 23
INSCRIT LE : 27/07/2013
PSEUDO HABITUEL : Harrods
Joyaux : 390
http://www.ile-joyaux.com/t1796-riska-les-deux-voix#42328
Posté dans Re: Et j'n'ai même pas eu besoin de boire une seule goutte de rhum ! [HOT]   - Sam 17 Aoû 2013 - 10:19

La belle et fameuse confiance de Jahde semblait s'effriter, à mesure que Riska lui répondait et lui retournait ses questions. Celle sur sa nouveauté fut la plus efficace. Et dans une surprise non feinte, les Deux Voix observa sa consœur se retourner pour lui tourner le dos. Peu de temps certes, mais assez pour se douter que ce sujet était au moins aussi sensible que celui de l'enfance pour Riska. Elle fronça les sourcils, se demandant bien ce qui avait pu se passer pour qu'elle ait droit à une telle réaction. Et si elle était presque inquiète d'avoir blessé La Borgne, l'Autre, de nouveau éveillé, balaya ce sentiment aussi vite qu'un changement de courant dans Grand Vent. La curiosité avant tout.

La réponse que lui offrit Jahde suintait la confusion et la gêne. Prête à placer une nouvelle remarque suite à cette réaction, la schizophrène n'en eut pas le temps. Le visage de la jeune pirate reprenait son air victorieux et orgueilleux, et déjà, de nouvelles questions fusaient. Quelle pipelette celle là ! Riska ne retint pas un sourire amusé. La Borgne était craquante, avec son orgueil à en vouloir la faire taire de n'importe quelle façon. Un baiser, dans son cas, était le plus approprié. L'idée s'ancra fortement dans son esprit, mais deux mains autour de ses hanches lui firent rapidement oublier. Tressaillant légèrement, elle reconnut le pirate avec qui elle avait passé la nuit. Et serra les dents. Les « victimes » de son Autre étaient oubliées sitôt qu'elle redevenait « normale », et elle détestait avoir des contacts aussi intimes avec eux une fois le moment passé. Une nuit seulement. L'oubli après.

Néanmoins, Riska ne put s'empêcher de garder cette proximité en voyant le visage décomposé de Jahde. Ce qu'elle pensait se révélait être vrai. Si les Deux Voix la trouvait belle et attirante, il semblait en être de même réciproquement. Et le regard fuyant dont elle usait pour ne pas les regarder était... très parlant. Ou en avait l'air du moins. Déconcentrée et ne portant plus aucune attention à l'homme qui se tenait près d'elle, toute occupée qu'elle était à observer Jahde, elle sentit sa patience descendre en pointe lorsqu'il lui susurra à l'oreille qu'il aimerait remettre le couvert, et maintenant. Riska haussa les sourcils et se tourna à demi vers lui pour planter son regard brûlant dans le sien.

« Depuis quand es-tu assez intéressant pour me donner des ordres ?  Tu as déjà eu la chance d'y goûter une fois. Dégage. » Siffla-t-elle alors que son regard se durcissait.

Le matelot crispa sa mâchoire et s'avança d'un pas vers la jeune femme, presque agressif. Elle ne bougea pas, et l'observa avant de souffler :

« Je ne te le conseille pas. »

D'un doigt, elle vint se tapoter le front pour lui rappeler ce qui se cachait à l'intérieur. Il comprit aussitôt, et dans un juron abaissant le statut de Riska au rang de catin, il s'éloigna et sortit de la taverne en claquant la porte. Les yeux fixés sur l'endroit qu'il venait de quitter, les Deux Voix du user de quelques secondes de silence pour retrouver un calme absolu et enterrer l'Autre au plus profond de son âme. Puis, se retournant vers Jahde qui n'avait pipé mot durant la scène, elle fit comme si de rien ne s'était passé et répondit , enfin, à sa question.

« Oui je fais partie d'un équipage. Je suis Maître-Cannonier sur la Nuée Ardente. »

Elle n'avait pas besoin d'en dire plus, ni d'expliquer ce qu'était ce vaisseau. Sa réputation avait fait le tour de l'île depuis déjà des siècles. Et si, à la base, Riska n'avait pas fait exprès de le choisir en suivant son capitaine, elle était vite devenue fière d'en être un membre.

« Tu as trouvé un équipage depuis que tu es là ? »

La curiosité l'avait poussé à poser la question, sachant pertinemment pourtant que cela risquait de glisser de nouveau sur le sujet sensible de Jahde. Tant pis, elle prenait le risque. Elle se ferait pardonner plus tard.
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: Et j'n'ai même pas eu besoin de boire une seule goutte de rhum ! [HOT]   - Sam 17 Aoû 2013 - 19:35

La proximité qui liait cet homme avec l’objet de sa convoitise sembla durer une éternité. Et même si la néophyte sentit la plus aguerrie la scruter du regard, celle-ci ne put réprimer un léger soupir de soulagement quand un des habitués de l’auberge avec qui elle avait longuement festoyé hier lui fit signe du haut de la rambarde qui jouxtait l’escalier. Lui rendant son salut d’un geste vif du bras, elle répondit à son rire, lui faisant écho, se remémorant les concours de descente d’alcool de la veille. Il descendit rapidement, et cela aida fortement Jahde à oublier sa position actuelle, celle de porteuse de chandelle.  N’écoutant ni ne faisant attention à ce qu’il se passait entre le couple, elle discuta brièvement avec son camarade de jeu, se vannant de bon cœur. Il lui annonça après une ou deux minutes qu’il reprenait la route à bord de son vaisseau, et elle lui souhaita bon vent.

Une fois son ami parti, elle ne s’empêcha pas de jeter un léger coup d’œil au duo infernal, et elle sortit de ses gonds en voyant le gaillard menacer sa nouvelle protégée. Alors qu’elle portait sa main à son poignard, enserrant la garde comme si elle était le prolongement de son bras, prête à bondir comme un gros félin, la plus jeune se calma lorsque que son aîné fit un geste incompréhensible qui calma visiblement le chaud-lapin. Ce dernier claqua la porte, passablement énervé. Un regard surpris illumina le visage de la borgne alors qu’elle reportait son unique œil vers cette silhouette au combien alléchante, celle de la schizophrène. Ecoutant avec intérêt sa réponse, elle fut d’autant plus étonnée d’entendre que cette femme était en fait un membre de l’équipage de la très célèbre Nuée Ardente qui avait la fervente réputation d’être un redoutable navire de piraterie. Dotée d’un immense cor qui sonnait l’abordage, il avait eu à son bord de très célèbres pirates.

Une lueur d’admiration brillait désormais dans les yeux de Jahde, qui ne s’attendait pas à une telle déclaration. La brune n’aurait jamais cru que celle qui était une inconnue il y a une dizaine de minutes était Maître-Canonnier. Elle rêvait d’occuper ce poste. Ou de souffler dans la majestueuse trompe de ce beau bâtiment. Revenant à elle lorsque la belle lui posa une énième question, elle répondit tout de go, ayant perdu une partie de son engouement avec cette découverte funeste : non seulement cette beauté de la nature avait un amant, mais en plus, elle était attirée par le sexe opposé ! Quoi de plus déconcertant.

« Non, à vrai dire je recherche un équipage qui ne verrai pas d’inconvénient à accueillir à son bord une femme, néophyte de surcroît. »

Elle avait pris le langage courtois, celui du désintérêt. La jeune femme n’aimait pas souffrir à cause de simples sentiments, et elle avait l’intuition que si elle montrait trop de désir à obtenir l’attention de cette jolie demoiselle, elle se brûlerait les ailes. Et il fallait dire qu’actuellement, elle n’avait pas trop l’âme d’un Icare. Restant appuyée, le fessier contre la table et les mains posées en arrière dessus, prenant une pose dédaigneuse, elle baissa la tête en soupirant légèrement. Même si Riska avait repoussé ce monsieur, l’attirance n’était plus la même. C’était la peur d’avoir mal à cause de l’amour. Ce sentiment traître et vicieux qu’on lui avait toujours appris de se méfier. Bien qu’elle ne ressente pas quelque chose d’aussi fort pour les Deux Voix, elle savait au fond d’elle qu’elle y serait un jour confrontée.

Dans l’espoir que ce soit une femme comme elle, quelqu’un de fort et d’admirable, Jahde releva l’œil, la mèche retombée sur son bandeau, et passa ses cheveux superflus derrière son oreille d’un geste souple du poignet, avec un petit sourire charmeur, le regard planté dans le flot flamboyant de ses yeux à elle. C’était maintenant ou jamais. Elle attendait un geste, un mot, une bribe de phrase, quelque chose qui déclencherait un déclic entre elles. Taire ses envies n’était jamais bon, en particulier dans ces situations-là. La borgne tenta le tout pour le tout, avec sa pupille dorée qui semblait vouloir dire « Viens, n’aie pas peur ». Mais c’était comme si quelque chose freinait Riska. Quelque chose dont elle ignorait l’existence, mais qui visiblement était repoussant, et faisait fuir les plus courageux pirates de Vanylle …
avatar
Pirate

On m'appelle Riska les Deux Voix


Infos Personnage
RANG: Capitaine de la Nuée Ardente - Admin
VILLE & APPARTENANCE : Vanylle
MON AGE : 20 ans
Féminin
MESSAGES : 193
AGE : 23
INSCRIT LE : 27/07/2013
PSEUDO HABITUEL : Harrods
Joyaux : 390
http://www.ile-joyaux.com/t1796-riska-les-deux-voix#42328
Posté dans Re: Et j'n'ai même pas eu besoin de boire une seule goutte de rhum ! [HOT]   - Dim 18 Aoû 2013 - 18:55

Riska hocha la tête, d'un air compréhensif, lorsque sa consœur lui expliqua qu'elle était à la recherche d'un vaisseau. D'un haussement d'épaule, elle balaya la remarque sur son manque d'expérience. De nombreux vaisseaux étaient à la recherche de matelots débutants. Pour exécuter les tâches ingrates, certes, mais au moins, c'était un bon moyen de débuter dans le métier, et de voguer une première fois. De toute manière, intégrer un équipage en étant un p'tit néophyte se résumer à soit à ça, soit à coucher avec le Capitaine. Les Deux Voix avait eu la chance - dans son cas- d'utiliser la seconde méthode. Retrouvant ainsi sa liberté et gagnant très rapidement, un poste important dans l'équipage. Mais son histoire était peu commune...

Le regard que Jahde fixait sur elle la tira de ses réflexions, et ce qu'elle y lu la laissa stupéfaite. Ou ce qu'elle croyait y lire du moins. Mais le désir était bien trop reconnaissable pour que Riska ne le reconnaisse pas à travers la pupille doré de La Borgne. Un désir qui lui traversa l'estomac et qui chatouilla son envie, qu'elle refoulait depuis le début de la conversation. Le charme de sa consœur, et son tempérament bien qu’orgueilleux, ne l'avaient pas laissé de marbre, c'était certain. Mais elle savait se contrôler, et cela était nécessaire. Car si Jahde lui donnait terriblement envie d'elle, elle avait aussi l'air d'une super nana, que Les Deux Voix ne voulait pas risquer d'horrifier avec son étrangeté particulière. Elle savait que si elle se laissait aller à son désir, l'Autre prendrait le dessus pour rythmer ses pulsions. Les hommes, d'abord surpris, aimaient toujours ça. Mais une fille... Jahde, qu'elle venait de rencontrer qui plus est. Et pour qui elle ne ressentait pas simplement un désir bestial comme il en était question avec les hommes. Non. Elle ne pouvait pas laisser l'Autre gouverner, pas dans un cas pareil. C'était trop dangereux, trop...imprévisible.

Et pourtant, elle le sentait arriver, pointer le bout de son nez. Ses pupilles se rétractèrent presque entièrement, noyant ses yeux dans un océan de vert-orangé mystique, à mesure qu'elle sentait son double sortir de sa tanière. Instinctivement, sa main vint crocheter la table juste derrière elle, et la serrer de toute ses forces. Elle serra les dents, tentant de contrôler cette « métamorphose ». Le changement était toujours très rapide d'habitude, car Riska le laissait opérer naturellement. Mais aujourd'hui, et à ce moment présent, elle ne voulait pas. Elle voulait rester normale, lucide et complètement maîtresse de ses gestes. Baissant la tête, elle fixa son regard sur le plancher sale de la taverne. Elle ne voulait pas risquer de croiser l’œil doré de Jahde, qui risquerait de lui faire perdre toute maîtrise d'elle même. Mais l'Autre la poussait, la forçait. Ses yeux remontèrent le long du corps de La Borgne, attisant encore un peu plus un désir qui ne faisait que renforcer l'Autre. Et lorsqu'elle croisa enfin le pétillement doré, croyant perdre tout contrôle, le calme revint aussitôt. L'Autre disparu, comme aspiré par son antre qu'était le subconscient. Riska resta pantoise par ce qui venait de se passer. Elle aurait du céder entièrement à la volonté de l'Autre, mais le contraire s'était produit. Elle se perdit dans l'oeil doré de Jahde, ne comprenant pas une telle réaction de sa propre personne.

« Pourquoi ne viendrais-tu pas sur la Nuée Ardente ? »

Ce fut la seule chose qu'elle trouva la force de souffler. Avec un sourire qui se voulait sincère, mais qui était légèrement hésitant et qui montrait à quel point elle était perdue, elle appuya sa proposition. Se remettant de ce « choc », elle se surprit à explorer de nouveau le corps de La Borgne du regard, cherchant à provoquer la réaction de son Autre. Rien. Le calme plat. Et pourtant, le désir était toujours là. Son Capitaine était le seul avec qui elle pouvait rester normale en toutes circonstances, y compris lors de leurs nuits passées ensembles, noyés dans le désir. Jahde semblait être une autre exception. Et le sourire de Riska se fit plus fin, plus vrai.

« Je suis la seule femme à bord pour le moment, tu pourrais me tenir compagnie. »

Son regard aux reflets mystérieux s'ancra de nouveau dans la pupille dorée de La Borgne, laissant quelques flammes d'attirance se dessiner dans ses pupilles.
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: Et j'n'ai même pas eu besoin de boire une seule goutte de rhum ! [HOT]   - Lun 19 Aoû 2013 - 14:45

Tout d’abord, il y eut comme un éclair dans ses yeux. Le genre de lueur qui ne trahit pas la surprise, ni les pensées de son hôte. Puis, une grimace vint s’afficher sur ses lèvres, comme un masque théâtral japonais. Ne comprenant pas ce qu’il se passait dans la tête de son interlocutrice, la borgne haussa le sourcil, perplexe. Elle s’était accrochée au bois de la table qui se situait derrière elle, et semblait serrer fort, si fort que Jahde eut une petite frayeur. Avait-elle été vexée de son regard fougueux, qui puait le désir à des kilomètres à la ronde ? Il ne fallait pas être devin pour voir que ces deux-là s’attiraient mutuellement, comme deux aimants. Cela attisa d’ailleurs la curiosité des hommes aux alentours, qui, piqués à vif, se mirent à faire des messes basses tels de vieilles commères. Même si les femmes n’étaient pas si proches que cela physiquement parlant, leurs regards, leurs sourires en coin et leurs gestes timides trahissaient leur état psychologique.

Cependant, ce dernier mouvement inquiéta la néophyte, qui passa d’un faciès perplexe à une inquiétude lisible. Elle fit un mouvement en avant, comme pour s’approcher, mais soudain la belle releva le chef et planta son regard de braise dans l’ambre nacré de l’unique œil de la brune. Surprise, la jeune pirate recula brusquement à sa place, se cognant violemment les reins contre le rebord du meuble, lui arrachant une grimace de douleur. La proposition qui suivit ne put cependant que l’enchanter. Son rictus se remplaça vite par un sourire radieux, étendu par la surenchère des paroles de Riska. Lui tenir compagnie ? Elle en rêvait déjà. Sans montrer trop d’enthousiasme et se voulant toujours sûre d’elle, Jahde ne retint pas une énième ascension sur son piédestal.

« Ce serait avec joie que je viendrai sublimer les rangs de votre équipage, chère madame. »

En souhaitant détendre l’atmosphère, elle fit une révérence ponctuée de quelques moulinets du bras, l’autre replié dans son dos, comme les hommes maniérés avaient l’habitude de saluer. Pourtant, au fond d’elle, elle s’inquiétait. Quel était cet étrange comportement dont faisait part sa nouvelle amie ? On aurait dit qu’elle était possédée par on ne sait quel monstre. Tout s’éclairait dans la tête de la borgne. Voilà pourquoi ce matelot, qui faisait pourtant deux têtes de plus que Les Deux Voix, avait fui lorsque cette dernière, désignant son crâne, ait eu l’effet d’une menace sans pareille. D’où l’appellation de cette demoiselle, et ce surnom si bien trouvé. Même si une peur naissait au fond du cœur de la plus jeune, elle s’avança, non sans hésitation, et, continuant son jeu de courtoisie, saisit la main de Riska. Se baissant avec élégance et raffinement, elle y déposa un baiser. Simple, rapide, mais appuyé. Relevant simplement l’œil vers le visage de la belle pirate, elle plissa les yeux dans un sourire, et murmura presque :

« Une joie incomparable. »

Il était rare que Jahde se comporte ainsi, mais à personne exceptionnelle, comportement exceptionnel ! Elle appréciait ce genre de situations où elle sortait toutes les cartes de son jeu pour que la partie tourne à son avantage. Quelques sifflements de jalousie retentirent dans la salle, et ils rappelèrent à la borgne que ce n’était pas vraiment un lieu pour faire la cour. Relâchant la main de la jeune femme avec autant de volupté qu’elle l’avait attrapée, et, passant devant elle vers la porte et lui ouvrant, elle ne put s’empêcher de lui proposer :

« Allons dehors, nous serons plus tranquilles. »

Avant de refermer derrière elle, la jeune pirate tira la langue aux matelots présents dans la taverne, joueuse. Jahde se plaisait à taquiner et énerver ses confrères. Portant une main inquiète à son ceinturon en vérifiant que son poignard était bien là, elle rejoignit Riska d’un pas pressé. S’étirant de tout son long, elle posa ses mains sur sa nuque, les coudes pliés, et soupira de bon cœur.

« Agréable petite brise matinale, n’est-ce-pas ? »

Par cette promenade anodine sur les quais de Vanylle, les cheveux au vent, les doux embruns s’engouffrant dans ses narines, la borgne fut tentée de passer le bras en écharpe autour des épaules des Deux Voix. Elle ne s’y risqua cependant pas, effrayée par sa conclusion concernant la possible schizophrénie de cette femme. Un côté repoussant, mais à la fois intriguant qu’elle possédait. C’était un atout non négligeable. Et pourtant, prise d’un élan de courage soudain, elle posa – presque tremblotante – ses doigts sur l’épaule de sa camarade, s’avançant au-devant d’elle et s’exclamant, avec un engouement presque faux :

« Et si tu me montrais la fameuse Nuée Ardente dont tout le monde parle ?! »

Encore un prétexte pour pouvoir se montrer affectueuse. Son étreinte était presque invisible, et pourtant bien là. De sa paume, elle pouvait sentir la douceur et la chaleur de la peau de Riska. Elles n’avaient jamais été aussi proches, mais cette corde intérieure retenait l’aînée de faire le premier pas. Innocemment, elle l’avait touchée. Et pourtant, une crainte naquit dans son esprit. Celle de la voir fuir et partir à jamais, comme un gibier fugace. Jahde ne se laissait pas ainsi vaincre, et, surmontant sa peur, elle plongea à nouveau son regard de miel dans le sien, priant pour qu’elle se lance enfin.
avatar
Pirate

On m'appelle Riska les Deux Voix


Infos Personnage
RANG: Capitaine de la Nuée Ardente - Admin
VILLE & APPARTENANCE : Vanylle
MON AGE : 20 ans
Féminin
MESSAGES : 193
AGE : 23
INSCRIT LE : 27/07/2013
PSEUDO HABITUEL : Harrods
Joyaux : 390
http://www.ile-joyaux.com/t1796-riska-les-deux-voix#42328
Posté dans Re: Et j'n'ai même pas eu besoin de boire une seule goutte de rhum ! [HOT]   - Mer 21 Aoû 2013 - 21:11

La honte avait déserté depuis des années l'esprit et le cœur de Riska. Ryun et Vama avaient fait d'elle ce qu'elle était aujourd'hui. Elle était différente, anormale. Et si cette anomalie en rebutait plus d'un, elle était aussi devenue une force. L'acceptation d'une telle situation n'avait pas été simple. Mais une fois le cap passé, l'Autre accepté, la vie avait pu reprendre un cours habituel. Ou presque. Alors de honte, elle n'en éprouvait jamais. Mais la peur, elle, était toujours là.

Une peur sinueuse et sadique, qui s'infiltre au fin fond des tripes. Pas une peur horrifiante, que l'on voit et à laquelle on peut échapper en courant. Non. Une peur qui apparaît, lorsque l'on s'y attend le moins. La peur de perdre le contrôle et de faire du mal à une personne que l'on apprécie. La peur de découvrir que l'Autre, a aimé faire du mal à cette personne. Que l'on a aimé ça. Mais la peur de se rendre compte de ses faits une fois la lucidité retrouvée.

Cette peur là, c'est exactement celle que Riska éprouvait à ce moment donné. Sa rencontre avec Jahde ne remontait qu'à quelques minutes, et elle ne la connaissait pas. Pourtant, elle ne pouvait nier l'attirance qu'elle ressentait. Une attirance sincère. Et la peur de faire mal avait surgi en même temps. Elle se fichait de ça, d'habitude. Pas cette fois. Et lorsque la Borgne lui saisit la main pour la baiser doucement, son cœur rata un battement. Docile, elle la suivit dehors tandis que sa consœur avait retrouvé sa joyeuse bouille. La peur rôdait. Et augmenta d'autant plus quand le bras de la brunette vint s'enrouler autour de ses épaules. Les Deux Voix retint un mouvement de recul, et parvint à rester à sa place, affichant un air aussi décontracté qu'il lui étais possible. Dans un murmure, elle ne pu retenir une remarque :

« Tu n'as vraiment peur de rien. »

Elle ne su pas si Jahde l'avait entendu ou pas, car cette dernière lui proposait joyeusement de lui présenter le vaisseau légendaire. Un sourire attendri finit par décrisper les lèvres de Riska. La Borgne jouait fichtrement bien le jeu. Parce qu'elle n'était pas folle après tout, et si elle ne savait pas précisément ce qui agitait l'esprit de la schizophrène, elle s'était forcement rendu compte que quelque chose clochait. Le Maître-Cannonier avait vu son regard inquiet. Et elle redoutait le moment où elle devrait lui expliquer, et qu'elle comprendrait. Elle voyait déjà l'oeil horrifié, la moue dégoûtée et la fuite.

Elle ne pu pourtant pas se résoudre à l'abandonner ici, avant que ce ne soit elle qui l'abandonne. Inspirant à fond, elle sentit son démon intérieur se rire d'elle devant tant d'hésitation. Pour la première fois, elle manqua détester ce qu'elle était. Son regard étrange croisa la flamme doré de La Borgne et un élan de détermination lui souleva le cœur. Sa main droite se posa sans gêne sur la hanche découverte de la brunette, et l'attira un peu plus vers elle. Elles marchaient maintenant côté à côte, encore un peu plus collées l'une à l'autre. Riska savoura ce contact, tandis qu'un sourire victorieux naissait sur ses lèvres. Au diable la peur. Au diable l'Autre. Elle était ainsi. Elle le savait, tout comme se contrôler était devenu une habitude. Elle ne ferait pas de mal à Jahde, parce qu'elle voulait plus que tout la garder près d'elle. Comme maintenant.

« Allons-y. » Déclara t-elle, d'un ton chaleureux. « Et je te ferais visiter mes appartements, en prime. » Lui souffla t-elle à l'oreille, tandis qu'elle s'était penchée vers elle pour le lui susurrer.

Leurs visages n'étaient qu'à quelques centimètres l'un de l'autre, et Riska pu facilement sentir le parfum de Jahde. Elle laissa d'ailleurs ses lèvres effleurer la joue de La Borgne, dans une caresse fugace. Et une prise de risque dont elle était consciente. Son cœur battit un peu plus vite tandis qu'un sourire joueur éclaira son visage. L'Autre était resté tapis dans son ombre, s'avouant vaincu devant la résistance de sa propriétaire. La guerre n'était pas encore gagnée, mais la première bataille avait été remportée.

Le long des quais, les différents vaisseaux étaient alignés, comme pour un concours de beauté. Ne leur accordant pas même un regard, Riska continua son chemin, entraînant Jahde avec elle, et marcha jusqu'au bout. Là, à la dernière place, La Nuée Ardente s'élevait devant les yeux émerveillés de ceux qui savaient apprécier la beauté. La proue du bâteau était telle qu'on avait l'impression qu'une immense gueule s'ouvrait devant soi, prête à gober quiconque se dresserait sur son passage. Ce qui n'était pas tout à fait faux.

D'un geste de la main, Les Deux Voix invita La Borgne à grimper à bord, et monta à sa suite. Sans un mot, elle la laissa profiter de l'honneur qu'elle était en train de vivre.
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: Et j'n'ai même pas eu besoin de boire une seule goutte de rhum ! [HOT]   - Jeu 22 Aoû 2013 - 14:42

Elle entendit son murmure, mais n’en fit rien, comme si elle ne l’avait pas entendu. Car elle ne voulait pas gâcher la magie de cet instant, la proximité grandissante qui liait ces deux femmes, et le fait qu’elle n’ait rien dit de plus concernant ce geste. Posant déjà avec plus de confiance sa main sur la peau nue de Riska, elles avancèrent, alors que touste l’attention était portée sur elles, plus ou moins discrètement. Jahde lançait des regards noirs pour que quiconque n’ose s’approcher et leur faire remarquer leur attitude en public, ou même leur proposer quelques folies. Alors qu’elle songeait à s’éloigner un peu, préférant passer inaperçu, son aînée la saisit par la hanche et la plaqua contre elle avec fermeté. Le cœur de la borgne fit un bond dans sa poitrine, si bien qu’elle ne s’empêcha pas de pousser un petit couinement de stupeur. Le stress monta en elle, lui qui avait manqué à l’appel depuis le début de la journée.

Déglutissant presque bruyamment, la brunette tenta de se calmer. Jetant un rapide coup d’œil à sa consœur, elle vit son sourire fier, et ne put réprimer un petit pouffement du bout des lèvres, un tantinet amusée par ce retournement de situation. Puis elle prit la parole, l’entrainant à sa suite. Mais lorsqu’elle vint s’avancer, la poitrine dans le champ de vision de la jeune pirate, cette dernière sentit une vague de chaleur envahir son corps. Louchant dangereusement dans le décolleté de la belle, la néophyte tentait tant bien que mal de la regarder dans les yeux. En vain. Celle-ci lui proposait, de surcroît, de venir visiter ses appartements. Jahde n’aurait pas aimé se voir à cet instant précis. Elle était carrément cramoisie.

« Bien sein ! Euh … je veux dire, bien sûr, bien sûr ! – se corrigea-t-elle, extrêmement gênée. »

Rentrant sa tête dans son cou, elle essaya d’éviter tout baiser involontaire en reculant un peu la tête, gardant une vue agréable sur ces deux globes magistraux, un sourire en coin. Sa chaleur corporelle avait tant monté que les mains des Deux Voix semblaient fraîches. Même le vent du nord ne parvint pas à la faire frissonner. Il faut dire que sa nouvelle amie avait une poitrine à damner une bonne sœur ! C’était tout simplement divin ! Souriant bêtement en tournant la tête à l’opposé de sa camarade, elle jubila intérieurement. C’était comme une vengeance personnelle pour toutes ces jolies filles qu’elle avait vu passer sans qu’elles ne la remarquent. Maintenant, c’était son tour de profiter de la chair pulpeuse de ces demoiselles. Et de celle-ci en particulier. Les deux collègues arrivèrent devant cet immense vaisseau qu’était la Nuée Ardente, et Jahde parvint à se calmer, la bouche béate, le sourire aussi.

« C’était donc vrai … »

Inspectant le bâtiment avec une joie non feinte, elle lâcha – non sans regret – l’emprise sur Riska. Sautillant de joie, elle se précipita sur le pont lorsque cette dernière l’y invita. Comme une vraie sauterelle, elle fit rapidement le tour, inspectant et détaillant tout ce qu’elle voyait. C’était la première fois qu’elle montait sur une telle nef, elle ne voulait pas en perdre une miette ! Joyeuse comme jamais, le sourire jusqu’aux oreilles, la borgne jetait de petits coups d’œil en direction de la beauté qui l’accompagnait, la remerciant d’un signe de la tête, avant de s’approcher d’elle lentement, se détendant un peu après tant d’excitation et d’émotions. Sans un mot, elle l’étreignit, entourant son cou de ses bras, la serrant contre elle, sans non plus l’étouffer, et murmura à son oreille.

« C’est le plus beau jour de ma vie … »

Depuis le temps qu’elle en rêvait. Toute petite déjà, elle fantasmait d’aventure, de vaisseaux pirates si grands qu’ils pouvaient accueillir tout Vanylle, d’abordages sanglants, de mésaventures funestes, mais tout ça n’était que fiction. Aujourd’hui, cela devenait réel, et son ambition devenait réelle. Grâce à une inconnue, mais pas n’importe laquelle. En son cœur, Jahde avait le pressentiment qu’elle n’allait pas rester à ce statut-là. Riska semblait importante, et elle l’avait su dès que leurs regards s’étaient croisés. Elle n’était pas comme les autres, et le fait qu’elle se démarque avait joué en sa faveur. Soupirant longuement, la jeune pirate défit son étreinte et se racla la gorge, comme si de rien était.

« Désolée, je suis assez tactile avec toi alors que nous ne nous connaissons à peine. »

Son œil, à nouveau plongé dans les siens, se faisait plus insistant. Un pétillement était né au fond de ses pupilles, comme une révélation. Les Deux Voix était comme prédestinée à la rencontrer. La borgne sentit un lien unique se nouer au fur et à mesure que les minutes en sa compagnie défilaient. Mais, impatiente, elle ne se retenir de faire une remarque.

« Et donc, où sont ces appartements dont vous me parliez ? J’ai hâte de voir votre goût en matière de décoration d’intérieur. »

Même si elle eut envie d’exploser de rire, Jahde ne le fit pas et se retint du mieux qu’elle pouvait, n’esquissant qu’un sourire hypocrite au possible. Il fallait avouer que la coquetterie ne lui seyait pas du tout, et son opinion à ce propos, elle s’en moquait royalement. A part les giclées de sang sur les murs, elle n’avait jamais customisé une pièce. Non, ce qui l’intéressait était beaucoup plus subtil que cela …
avatar
Pirate

On m'appelle Riska les Deux Voix


Infos Personnage
RANG: Capitaine de la Nuée Ardente - Admin
VILLE & APPARTENANCE : Vanylle
MON AGE : 20 ans
Féminin
MESSAGES : 193
AGE : 23
INSCRIT LE : 27/07/2013
PSEUDO HABITUEL : Harrods
Joyaux : 390
http://www.ile-joyaux.com/t1796-riska-les-deux-voix#42328
Posté dans Re: Et j'n'ai même pas eu besoin de boire une seule goutte de rhum ! [HOT]   - Mer 28 Aoû 2013 - 7:26

« C’est le plus beau jour de ma vie … »

L'étreinte de Jahde respirait la sincérité et l'émotion. Et ses bras noués autour du cou de Riska manquèrent de l'émouvoir plus que de raison. Elle lui avait seulement permis de monter sur un vaisseau, rien de plus. Mais elle comprenait si bien la joie de La Borgne. Elle était pareille, lorsque son Capitaine lui avait donné l'opportunité de commencer une nouvelle vie à bord de la Nuée. Ce bateau semblait être celui des nouvelles chances. Et Riska était prête à user de force d'arguments pour que sa consœur puisse en faire partie. Elle le méritait. Et la schizophrène s'était sentie toute chose lorsqu'elle avait vu ce sourire rayonnant éclairer le visage de la brunette.  

Les bras de Jahde se défirent doucement du cou de Les Deux Voix, et cette dernière profita des derniers moments de proximité pour sentir une dernière fois le parfum sucré de la jeune femme. Un sourire en coin, elle la laissa se remettre de ses émotions avant de secouer la tête à sa remarque.

« Ne t'inquiète pas pour ça, va. Je préfère ça à  une pauvre mijaurée avec un balai coincé dans les fesses. »

Elle lui adressa un clin d'oeil amusé, et qui se voulait complice, avant de se mettre à rire lorsque la brunette lui rappela sa proposition. Lui faire visiter ses appartements. Appartements, était un bien grand mot. Mais elle l'avait dit, et elle le ferait. Un chatouillement lui effleura l'estomac, comme une adolescente avant son premier rendez-vous amoureux. A vrai dire, c'était presque un peu pareil. Seules, tout pouvait arriver dans cette chambre. Et alors que Riska se détournait pour se mettre en marche, un fin sourire se dessina sur ses lèvres. Oui, tout et n'importe quoi.

Elle avait invité Jahde à la suivre d'un geste de la main. Poussant une porte à gauche du pont principal, elles descendirent un escalier étroit avant de longer un long couloir. Du doigt, les Deux Voix montrait les différents dortoirs où vivaient les membres de l'équipage. Continuant son chemin, elle arriva au bout du long corridor où une porte s'élevait, seule. Elle la déverrouilla et laissa Jahde entrer en première.

« C'est ici que je vis, comme tu peux le voir, ça a plus l'air d'un cagibi qu'autre chose. Mais au moins, j'ai une chambre à moi seule, contrairement aux autres. C'est ça d'être intime avec le Grand Manitou. D'ailleurs, les appartements du Capitaine sont au niveau du pont, juste au-dessus de ma chambre. »

Elle entra à son tour, lorsqu'elle eut fini son explication et rangea deux trois bricoles qui traînaient là.

« Je suis désolée, je ne m'attendais pas à avoir de la visite aujourd'hui, alors c'est un peu... en désordre. »

Elle lui adressa un sourire pleins d'excuses et s'avança vers les fenêtre du fond, donnant sur la proue du bateau, et en l’occurrence, sur l'eau. Tirant sur les rideaux pour laisser la lumière passer et éclairer la petite pièce, elle se dirigea ensuite vers son lit, situé entre les deux fenêtres, et réajusta les draps correctement. Se tournant ensuite vers sa consœur, elle regarda rapidement si tout était en ordre et demanda :

« Tu veux quelque chose à boire ? »

Anticipant sa réponse, elle fila vers un meuble contre le mur droit et fouilla dans les nombreuses bouteilles pour voir ce qu'elle avait à savourer. Si elle voulait que Jahde se sente bien parmi eux, et surtout avec elle, il fallait qu'elle fasse les choses bien...
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: Et j'n'ai même pas eu besoin de boire une seule goutte de rhum ! [HOT]   - Dim 1 Sep 2013 - 10:21

Elle ne loupait pas une miette de cet instant. L’étreinte, qui avait duré une bonne minute, s’était achevée sur un sentiment de reviens-y. Son parfum s’estompa dans les narines de la borgne, même si elle restait proche d’elle et que la brune se délectait dès à présent de la vue offerte. Son clin d’œil aurait pu foudroyer Jahde sur place, mais elle fit mine de le prendre avec humour, souriant de plus belle, amusée. Son demi-tour agile et souple fit chavirer le cœur de la plus jeune, alors que son regard doré descendait machinalement son échine cambrée, et vint se poser sur ce majestueux fessier qui était le sien. Clignant des yeux très lentement, ceux-ci bien ouverts, elle mit du temps à se rendre compte qu’il fallait peut-être lui emboiter le pas. Admirant l’intérieur du bâtiment, non sans oublier le séant de la jeune femme qui la précédait, elle ne put s’empêcher de pousser de petites exclamations, comme si elle n’avait jamais vu l’intérieur d’une armada, alors qu’elle avait vécu tout son enfance au Vent En Poupe – ancien vaisseau retapé pour devenir auberge.

La clé se tourna dans la serrure et la porte s’ouvrit.  Jahde en fut toute chamboulée, c’était comme si elle entrait dans le jardin secret de sa consœur. Non sans timidité et pudeur, elle franchit le pas de la porte et referma soigneusement derrière elle. C’était spacieux, pas luxueux, mais suffisamment agréable pour que l’on puisse y vivre. Reposant avec joie son regard sur les Deux Voix, elle tiqua légèrement à l’entente du « intime avec le Grand Manitou ». Elle savait, par des rumeurs et autres apprentissages, que dans le milieu de la piraterie, il fallait bien souvent passer par le sexe pour réussir. Mais elle n’aurait jamais cru que Riska était le genre de fille que l’on appâtait dans son lit si facilement. Le gaillard au Goéland Qui Tousse et cette nouvelle information la firent perdre son sourire presqu’immédiatement. Lorsqu’elle s’affaira à ranger sa chambre – ce qui, pour la borgne, était inutile, puisqu’elle vivait elle-même dans un capharnaüm permanent – elle eut une grimace, une lueur triste dans le regard. C’était donc vaine affaire.

Contrairement à elle, l’énucléée avait une sainte horreur des histoires d’un jour et autres fornications débordantes de futilité. Il lui arrivait de flirter pour arriver à ses fins, mais ça ne dépassait jamais le stade du pelotage. Ainsi, elle avait tenu à garder sa virginité intacte jusqu’à l’arrivée du messie. Pendant un instant, elle avait cru à une occasion aux côtés de la schizophrène. Un soupir franchit ses lèvres, et elle eut du mal à cacher sa déception aux yeux de sa nouvelle amie. Le soleil fit irruption dans la pièce et extirpa la néophyte de ses pensées, qui se protégea de la lumière aveuglante d’une main, les paupières mi-closes et les sourcils froncés. L’entendant farfouiller dans des bouteilles, l’œil encore peu habitué à la lumière, elle répondit simplement :

« Un verre de rhum, s’il te plaît. Bien rempli. »

Elle se rappela de sa nuit passée et eut comme un haut-le-cœur. Elle s’assit simplement sur le lit de Riska, prenant ses aises, jetant ses bottes d’un mouvement de la cheville, non loin, et elle s’allongea en soupirant longuement, sa position faisant très clairement apparaître le « V » de son bassin. Le plafond était en bois, lui aussi, et un lustre pendait au milieu. Tendant la main vers celui-ci, elle s’étira longuement en poussant un petit gémissement d’aise.

« Ça fait longtemps que tu es sur ce vaisseau ? Tu ne sembles pas beaucoup plus âgée que moi, cela m’étonne que tu aies autant d’expérience. En même temps … »

Elle s’appuya sur ses coudes, un sourire narquois sur les lèvres, prête à en découdre.

« En écartant les jambes, tout peut être offert à qui le nécessite. »

Provocatrice, elle voulait voir la réaction de sa collègue, n’imaginant pas un instant qu’elle aurait une réaction positive, prête à se faire expulser des appartements à coup de bottes dans le derrière. Fière de sa connerie, Jahde affichait un grand sourire, et pourtant, au fond d’elle, elle le regrettait déjà. S’il avait fallu dire les choses correctement, ce n’était pas de cette manière qu’elle aurait dû s’y prendre. Pourtant, en son for intérieur, la borgne était persuadée qu’elle arriverait à avoir ce qu’elle veut. Coûte que coûte.
avatar
Pirate

On m'appelle Riska les Deux Voix


Infos Personnage
RANG: Capitaine de la Nuée Ardente - Admin
VILLE & APPARTENANCE : Vanylle
MON AGE : 20 ans
Féminin
MESSAGES : 193
AGE : 23
INSCRIT LE : 27/07/2013
PSEUDO HABITUEL : Harrods
Joyaux : 390
http://www.ile-joyaux.com/t1796-riska-les-deux-voix#42328
Posté dans Re: Et j'n'ai même pas eu besoin de boire une seule goutte de rhum ! [HOT]   - Sam 7 Sep 2013 - 10:56

Sans un mot, obéissant à son invitée qui prenait ses aises dans la chambre, Riska tira du plateau une vieille bouteille de rhum. Retirant le bouchon récalcitrant, elle porta le goulot à son nez pour sentir la liqueur ambrée et après avoir grimacé sous l'effluve piquante de l'alcool, remplit un verre. Tout en écoutant les questions de Jahde, elle servit un second verre de Socure avant de se crisper sur la bouteille.

« En écartant les jambes, tout peut être offert à qui le nécessite. »

La voix de La Borgne avait résonné comme une condamnation jusqu'à ses oreilles, et ce qu'elle pressentait comme la sonnerie annonçant l'heure des révélations lui tordit l'estomac. Si la remarque de sa consœur ne la blessa pas pour autant – elle assumait ses actes après tout -, elle lui laissa un goût amer dans la bouche. A vrai dire, elle ne s'y attendait pas si tôt.

* Un point pour elle. Ça t'apprendra à vouloir jouer les femmes normales, idiote. La prochaine fois, tu me laisseras prendre les décisions, et ce sera mieux pour tout le monde. * Lui souffla l'Autre, tandis qu'il rampait vicieusement jusqu'à son esprit.

Un masque d'indifférence se composa sur le visage de la jeune femme tandis qu'elle se retournait, et s'approchait du lit, les deux verres à la main. D'un ton totalement, détaché, elle lança :

« J'avais le choix entre écarter les jambes, ou couper des têtes. Pour le bien de tout le monde, j'ai choisi la première option. »

Elle tendit son verre à Jahde, et but une gorgée du sien, avant de planter un regard qu'elle aurait voulu moins défiant dans celui de La Borgne. L'Autre n'avait pas apprécié la remarque, et torturait maintenant le calme et le sang-froid de sa propriétaire. Si la brunette savait ce qu'il se cachait sous ces yeux vert-orangé, elle n'aurait pas pris le risque de s'approcher, ni même de la suivre ici. Et maintenant qu'elle était là...

« Ça n'aurait pourtant pas l'air de te gêner si j'écartais les jambes pour toi. »

La remarque avait jaillit avant même de pouvoir analyser le pour et le contre. Un sourire suffisant étira les lèvres de la schizophrène, tandis que levant son verre, elle fit signe de trinquer avec sa consœur avant d'en boire une gorgée. De l'alcool. Vite. Avant que l'Autre ne profite de la situation. Elle avait sentit le ton de sa voix se durcir sous les effets néfastes de son double, et même si Jahde l'avait provoqué, elle ne voulait pas paraître... violente avec elle. Ce qu'elle était pourtant en réalité. Elle avait réussi à se contrôler jusque là, même lorsqu'il avait manqué prendre le dessus à l'auberge. Elle savait que La Borgne ne cherchait ni à l'énerver méchamment, ni à être désagréable. Juste jouer.

« Je suis ici depuis mes 15 ans. Ça fait 4 ans que je navigue. Avant, j'ai fait mon éducation dans un bordel où l'homme qui m'a recueilli m'avait vendu. Ce navire fut ma porte de secours. »

Elle laissa planer son regard mystique dans l'unique bille dorée de La Borgne. Voilà comme elle aimait résumer son histoire, sa vie. Rien d'exceptionnel, ni fioriture, ni exagération, seulement quelques mots pour exprimer 19 années de vie.




DC : Enaïa Lyseän Vara'Da & Azeor Desnolancès & Kezaël Lysereän & Esheban Ondeluire & Eyföhl Aanka'Leï & Céléno Thogen & Kaïlindra

Merci Nivilk pour le kit  :heart2:
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: Et j'n'ai même pas eu besoin de boire une seule goutte de rhum ! [HOT]   - Dim 8 Sep 2013 - 8:25

» Musique

Avec un sourire mi narquois mi amusé, la jeune pirate détaillait non sans insistance le succulent séant qui s’offrait à sa vue, tandis que sa propriétaire servait les boissons. Puis, quand elle fit volte-face, Jahde tourna la tête brusquement, comme si de rien n’était, même si la discrétion n’était plus tellement de mise. Cette constatation lui arracha un rictus qui trahissait son envie de rire. Mais la remarque de Riska provoqua comme un frisson frais sur l’échine de la brune, qui lui effaça son faciès agaçant. Ça y est, elle avait réussi à la vexer, maintenant, elle n’aurait plus le droit au beau regard affectueux que lui offrait la schizophrène auparavant. Soupir déçu. Elle attrapa son verre, froidement, et le porta à ses lèvres. Le liquide brunâtre lui brûla la gorge. Visiblement, ce rhum ne datait pas d’hier. Mais, habituée, elle ne broncha pas, préférant écouter sa collègue. Un pouffement, puis un ricanement à sa remarque. Elle reporta son œil doré sur la silhouette délicieuse du maître-canonnier, affichant, non sans humour, la vérité que dévoilait cette simple phrase. Pour simple réponse, elle souffla d’une voix impassible :

« Ça … »

En effet, c’est ce qu’elle désirait depuis qu’elle avait posé l’œil sur elle. Cependant, Jahde ne se serait jamais crue aussi transparente. Puisque la belle ne se décidait pas à s’asseoir, la borgne se leva et lui fit face, lui rendant son regard provocateur. Quelque chose avait changé dans ses yeux, comme si elle n’était plus la même. Elle avait une sacré descente, et la néophyte la dévisagea lorsqu’elle avala de grosses gorgées de sa boisson, sûre qu’elle eut été alcoolisée, vu l’odeur. Le rhum, fort, commençait à réveiller la cuite de la veille, et la chaleur lui monta aux joues. Le récit de sa vie n’intéressait plus vraiment Jahde, qui avait le regard perdu dans le sien, avec un sourire idiot sur les lèvres, les paupières commençant à se fermer lentement. L’alcool qui avait macéré toute la nuit dans son foie avait été réveillé par quelques gorgées de ce verre, et déjà son ventre bouillonnait de désir.

Doucement, ne la lâchant pas de l’œil, elle attrapa Riska par l’épaule et lui fit faire un demi-tour, l’adossant au bord du lit. Une force était née de la boisson, et lui avait fait pousser des ailes. Face à elle, longtemps, elle la contempla sans retenue, comme un cheval débridé qui se mettrait à ruer une fois sa liberté retrouvée. Ses doigts courraient sur sa peau satinée, appréciant chaque courbe, chaque bosse, cicatrice ou même creux, montant de son épaule à sa joue en une caresse subtile. Un soupir chaud franchit ses lèvres, tandis qu’elle replaçait une de ses tresses derrière son oreille, ne la quittant pas des yeux. Son jeu de la femme bourrée fonctionnait à peine, tant le désir ici présent trahissait ses pensées les plus enfouies. Subitement, et du bout des doigts, elle la poussa sur le lit, la forçant à s’allonger. Puis, d’une pirouette maladroite mais tentant d’être sensuelle, elle se mit à califourchon sur elle, non sans renverser la moitié de son rhum sur le torse et le ventre de sa consœur, les dessins de sa peau se teintant en rouge à travers le liquide brun. Pouffant de rire comme une idiote, elle s’assit sur le côté en la regardant, l’air absent.

« Oups, pardon. Je vais devoir arranger ça. »

Le liquide perlait sur sa peau, sucré, collant à son épiderme comme du miel. Jouant d’abord de ses doigts sur le rhum répandu, elle imbiba une phalange de la boisson et la porta à sa bouche, l’œil charmeur planté tel un pieu dans les pupilles orangées de Riska. Agrippant le côté de son ventre d’une main, elle la ramena à elle, le regard inquisiteur, attendant une quelconque remarque ou réticence de sa part, mais rien. Approchant le visage de son nombril, elle y aspira du bout des lèvres le liquide qui fut recueilli dans le creux de cette marque de naissance, dessinant de l’ongle ses tatouages rosâtres qui lui seyaient si bien. Puis, attrapant ses flancs de ses deux mains gantées de mitaines, caressant sa peau de ses pouces, elle déposa de petits baisers en remontant, sa langue sortant rapidement de sa cachette pour venir racler la peau de tout ce rhum collant. Cela semblait durer une éternité, et Jahde craignait une réaction violente. C’est pourquoi elle gardait la paupière fermée. A califourchon sur le bassin de Riska, elle posa enfin le menton entre ses clavicules et inspira longuement, profitant de son parfum comme si c’était la dernière bouffée d’air qu’elle n’aura jamais, avant de rouler sur le côté et de s’étendre comme une étoile de mer, l’œil se rouvrant, le regard posé vers les fenêtres de la chambre. Grimaçant longuement, dans un soupir, elle murmura un :

« Désolée … »

Avant d’étendre ses bras à en toucher le mur, les jambes pendant sur le bord du lit. Son désir avait dépassé sa pensé, trahissant son envie. Dans sa tête, c’était la guerre. Dans son ventre, la tempête. Son cœur bondissait dans sa poitrine, si bien qu’elle aurait presque cru qu’il serait sorti, arrachant côtes et muscles sur son passage. Sa respiration forte, devint saccadée lorsqu’un nœud se forma dans sa gorge. Le nœud de la honte et du désarroi. Bien plus solide qu’un nœud de marin, celui-ci ne se défait que si l’on est très patient et délicat. Malheureusement, rien ne pouvait défaire le sentiment coriace de malaise qui s’était installé dans la pièce. Les secondes semblaient des heures, et Jahde attendait le dénouement de cette pièce digne d’une tragédie grecque.
avatar
Pirate

On m'appelle Riska les Deux Voix


Infos Personnage
RANG: Capitaine de la Nuée Ardente - Admin
VILLE & APPARTENANCE : Vanylle
MON AGE : 20 ans
Féminin
MESSAGES : 193
AGE : 23
INSCRIT LE : 27/07/2013
PSEUDO HABITUEL : Harrods
Joyaux : 390
http://www.ile-joyaux.com/t1796-riska-les-deux-voix#42328
Posté dans Re: Et j'n'ai même pas eu besoin de boire une seule goutte de rhum ! [HOT]   - Mar 10 Sep 2013 - 16:12

Tout se déroula et s'enchaîna très vite. Trop vite. Si vite que Riska ne bougea pas d'un poil durant toute la scène. Comme une vulgaire marionnette que l'on pouvait dandiner à bon souhait, elle se laissa faire entre les mains de Jahde. Pétrifiée, clouée aux draps par le lourd sentiment de douleur qui lui poignardait le cœur et qui semblait la scotcher au lit, comme si une épée transperçait à la fois son corps et le matelas. Du  moment où La Borgne la poussa pour qu'elle s'allonge, jusqu'à ce qu'elle quitte enfin son corps pour se coucher à ses côtés, Les Deux Voix lutta. Et pour la première fois de sa vie, elle crut perdre son humanité à essayer de résister. C'était comme si son esprit voulait se diviser en deux, comme si son âme se déchirait, tirée de chaque côté par une conscience différente.

D'abord les doigts, puis la langue de Jahde vinrent chatouiller son ventre lorsque le rhum y fut répandu. Le regard brûlant de ce combat intérieur qu'elle menait, Riska avait l'air d'une morte vu de dehors. Des frissons, néanmoins, parcouraient son corps quand sa consœur se faisait un peu trop insistante dans sa mission « récupération » de l'alcool qui semblait soudain si précieux. Le contact de leur deux peaux était tout simplement délicieux, exquis même. Et si elle avait pu en profiter entièrement et de manière lucide, il n'y avait pas à douter une seule seconde que la schizophrène en aurait savouré chaque miette. Seulement voilà, ce n'était pas possible. Parce qu'en temps normal, ce serait elle au dessus, en train de dominer sous les ordres de l'Autre, avec une violence qui plaisait aux hommes. Mais là, en compagnie de Jahde, elle avait envie de tout sauf d'être violente. Elle voulait la caresser, profiter de chaque parcelle de son corps aussi délicatement que celui lui était possible. Et l'embrasser. Ah ça oui, elle avait tellement envie de l'embrasser. Tendrement.

Aussi, quand Jahde s'allongea enfin sagement aux côtés de Riska, cette dernière mit un moment à reprendre possession de son esprit entier. Lorsqu'elle put enfin respirer tranquillement, sans sentir le poids de l'Autre vaciller sur sa conscience fragile, elle ferma les yeux et soupira. Du bout des doigts, elle caressa la hanche de sa consœur et souffla :

« Tu ne devrais pas t'amuser à ça. C'est dangereux. Pour toi. »

De nouveau, un soupir s'échappa de sa bouche et tout en rouvrant les yeux, elle tourna la tête pour les planter dans la pupille dorée de la brunette. Durant un court instant de silence, Riska l'observa, sans sourire, ni sourciller. Et elle la trouva belle. Très belle. Le genre de femme qu'elle voudrait aimer, mais pas qu'une seule nuit. Pas comme elle avait l'habitude de faire d'habitude. Cette fois là, c'était différent. Du moins, ce qu'elle ressentait était différent. Ce n'était pas cette envie bestiale qui la prenait lorsqu'elle sentait l'autre surgir. C'était un désir papillonnant comme dans l'estomac d'une adolescente encore pucelle. Un désir pur.

« Je sais ce que tu veux Jahde. Et tous les dieux savent que je le veux aussi. Mais je suis un danger permanent. »

Elle se redressa légèrement, seulement le buste, et s'appuya sur ses coudes. Ses yeux n'avaient pas quitté le regard unique de celle qui la chamboulait tant. La tension qui régnait sur la chambre était presque palpable, et pour détendre cette atmosphère qu'elle n'avait pas l'habitude de côtoyer, Riska ajouta avec un sourire :

« Et tu es si fragile que je pourrais te tuer d'une main. »

La vérité n'était pas si loin que ça, car Ryun et Vama savaient de quoi était capable Riska lorsque l'Autre était au commande. Néanmoins, elle se pencha au-dessus de Jahde et sans demander son reste, posa un baiser sulfureux sur les fines lèvres de la brunette.




DC : Enaïa Lyseän Vara'Da & Azeor Desnolancès & Kezaël Lysereän & Esheban Ondeluire & Eyföhl Aanka'Leï & Céléno Thogen & Kaïlindra

Merci Nivilk pour le kit  :heart2:
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: Et j'n'ai même pas eu besoin de boire une seule goutte de rhum ! [HOT]   - Mer 11 Sep 2013 - 8:47

Tout se déroula et s'enchaîna très lentement. Trop lentement. Jahde regardait les nuages qui défilaient dans le ciel, et elle aurait presque parié qu’ils mouvaient au ralenti. Cotonneux, légers, ils passaient sans se soucier de ce qui les entourait. Elle aurait tant aimé être ainsi. Impassible, ignorante, hors du temps et de l’espace. Malheureusement, l’inertie de sa voisine lui laissait comme un goût âpre dans la bouche. Quelque chose d’écœurant, de malheureux. Pas un geste ni un regard en sa direction pendant qu’elle s’affichait, se rabaissant clairement au rang d’animal. Et elle restait là. Immobile. Tel un meuble sans sentiments. Et cela avait noué le ventre de la borgne. Elle se sentait trahie, honteuse d’un tel geste. Voilà pourquoi elle s’était excusée. Cela paraissait déplacé, et pourtant elle en avait eu envie et l’avait fait.

Une caresse qui semblait lointaine lui frôla, et elle revint à la réalité, comme si son âme était sortie de son enveloppe corporelle et partie voler avec les cumulonimbus. Frissonnant, elle se retourna brusquement. Puis une phrase fit écho dans son oreille. Le mot « danger » résonna dans sa tête, et la brune eut pour toute réaction que d’arquer un sourcil. Bien malheureusement, le regard vert-orangé de sa proie se planta dans le sien si fort qu’elle ne put bouger, comme si ces deux magnifiques yeux l’avaient paralysée. La laissant continuer sa phrase, Riska semblant bien partie pour lui faire un bon monologue puant le reproche, Jahde soupira, quelque peu lassée de cette situation. Et, contre toute attente, la schizophrène lui avoua que les envies de la jeune pirate étaient réciproques. Ses lèvres se tintèrent de satisfaction, son œil doré redevint pétillant. Son aînée s’était redressée, s’approchant davantage, et prononça des mots quelque peu … Dérisoires.

Clignant des yeux lentement, la néophyte étendit son sourire avant de répondre, quand elle sentit quelque chose se poser sur ses lèvres. Rouvrant les yeux, elle vit le visage de Riska très près, si bien qu’elle eut comme tout réflexe de serrer les lippes. Une, puis deux secondes s’écoulèrent avant que l’information arrive jusqu’au cerveau. Son cœur fit un raté, et elle crut mourir d’une crise cardiaque tant il bondissait dans sa poitrine. Prenant peu à peu de l’assurance, ne voulant pas que ce moment s’arrête pas son incapacité à agir momentanée, elle répondit au baiser, un peu maladroitement certes – il faut dire que c’était son premier – glissant sa main dans le cou puis la nuque de son amante, pressant doucement sa paume contre pour l’inciter à continuer, alors qu’elle se délectait du goût de sa bouche du bout de la sienne.

Libre, son autre bras vint l’enlacer, ses doigts, frôler la peau de son dos. Tout était éteint là-haut, seul son désir bestial subsistait dans son esprit. C’était comme si un poids avait disparu de son estomac, laissant place à un bonheur aérien, simple mais persistant. Il fallut pourtant bien s’arrêter à un moment ou un autre, et Jahde brisa le lien de son plein gré, la main posée sur le creux des reins de Riska, n’osant descendre plus bas, par respect. Leurs corps bouillonnant l’un contre l’autre, la borgne installa le maître-canonnier sur elle, respirant son parfum à grandes effluves, profitant de ce moment de tendresse pour lui caresser chaque petit millimètre de sa peau, allant des bras aux reins, passant par le ventre, les épaules … Mais en restant sage tout de même.

Contrairement à son apparence robuste, les Deux Voix était légère, agréable à soutenir. On ne croulait pas sous son poids. Déposant un nouveau baiser plus bref sur ses lèvres, Jahde répondit à sa remarque, la voix plus douce et plus posée que jamais.

« Tu ne te débarrasseras pas de moi comme ça, Riska. »

Ne lui déplaise, même si la jeunette n’avait aucune conscience de ce qu’il se tramait dans la tête de cette folle. Et pourtant, ladite folle lui faisait ressentir des choses encore inconnues. Ce sentiment de papillons dans le ventre, jamais elle ne l’avait palpé d’aussi près. Dans son dos, elle traçait sa colonne vertébrale, le regard plongé dans les magnificences que formaient les pupilles de la belle. Ce fut comme si l’on avait trempé une plume d’encre verte dans un océan orange. C’était incroyablement addictif, comme vision. Et elle était persuadée qu’elle ne s’en lasserait jamais. Un sourire sincère et naturel vint se poser sur ses lèvres, et sa main rejoignit la joue de Riska, la touchant, l’appréciant de sa paume et du dos de ses doigts, murmurant, avec son haleine sucrée au rhum :

« Tu es splendide. »

Puis elle se rapprocha, la serrant d’un bras, lui offrant une nouvelle fois ses lippes, insinuant sa langue entre les siennes, tentant de rejoindre sa jumelle, sans savoir si les Deux Voix allait accepter cela. Ses mises en garde, elle n’en avait cure. Craindre ou aimer, Jahde avait déjà fait son choix.
avatar
Pirate

On m'appelle Riska les Deux Voix


Infos Personnage
RANG: Capitaine de la Nuée Ardente - Admin
VILLE & APPARTENANCE : Vanylle
MON AGE : 20 ans
Féminin
MESSAGES : 193
AGE : 23
INSCRIT LE : 27/07/2013
PSEUDO HABITUEL : Harrods
Joyaux : 390
http://www.ile-joyaux.com/t1796-riska-les-deux-voix#42328
Posté dans Re: Et j'n'ai même pas eu besoin de boire une seule goutte de rhum ! [HOT]   - Dim 22 Sep 2013 - 6:57

Le baiser se prolongea, agréablement, tendrement, tandis que La Borgne y répondait. Une fois sur la joue de Riska, l'autre dans son dos, elle la caressait doucement, provoquant une vague de frisson à chaque passage. La schizophrène, elle, profitait simplement de l'instant. L'Autre avait abandonné pour cette fois, du moins, elle en avait l'impression et les sensations qu'elle pouvait librement ressentir étaient bien plus merveilleuses que d'ordinaire. Jusqu'à ce que Jahde mette fin au baiser. A contre cœur, Riska se recula pour l'observer. Elle était belle, cette petite brunette à l'unique œil doré. Un petit trésor à elle-seule.

La laissant l'attirer sur elle, Les Deux voix ferma les yeux le temps de l'étreinte, lâchant un fin soupir de contentement. Un sourire tira ses lèvres lorsque Jahde lui souffla à l'oreille qu'elle ne la lâcherait pas ainsi. C'est bien qu'elle soit volontaire. Parce que du courage, il en faudrait pour dompter l'esprit rebelle et fou du maître-cannonier. Mais les mises en garde de cette dernière ne semblaient pas avoir effrayé le moins du monde la Borgne. Ce n'était pas si mal après tout. Combien de fois Riska avait-elle fait fuir des personnes qu'elle aurait voulu connaître plus largement. Combien de fois avait-elle du se faire une raison. « Je suis un monstre. Une folle. Tôt ou tard, je finirais seule parce que j'aurais tué tout le monde. » Telles étaient les paroles qu'elle se répétait la nuit, lorsque l'Autre lui lancinait la conscience, plongeant son esprit dans une tourmente sans fin.

Alors oui, que Jahde paraisse si obstinée à rester près d'elle était bon signe. Et cela rassurait presque  la schizophrène. Magnus, son sauveur, amant et Capitaine, était la seule personne avec qui elle gardait un contrôle intact. Et même si cela pouvait lui suffire pour le restant de sa vie, elle aimerait que quelqu'un d'autre lui dise qu'elle était normale. Et non pas différente. Si La Borgne arrivait à tenir tout aussi bien qu'à survivre en sa compagnie, Riska était quasiment sûre de réussir à se contrôler. Car le désir qu'elle ressentait n'étant pas simple envie bestiale.

Les lèvres de Jahde sur les siennes la tirèrent de ses pensées, et instinctivement, elle ferma les yeux et répondit au baiser. La bouche de la brunette était agréablement sucrée et Riska les aurait bien croquées si elle le pouvait. Mais des bruits de pas résonnant sur le pont au-dessus de la chambre du maître-cannonier les stoppèrent. Se redressant, la propriétaire des lieux écouta un instant avant de se tourner vers sa consœur :

« Magnus, notre Capitaine, est de retour. Il pas autorisé de laisser entrer des inconnus sur le vaisseau normalement. »

Elle posa un regard déçu sur la borgne avant d'esquisser un sourire, et reprit :

« Je sais que je vais terriblement te manquer mais il faut que tu tiennes. Si tu es toujours intéressée, je peux toucher quelques mots au Capitaine à propos de ta... candidature. Ce sera l'occasion de se voir très, très, très souvent. »

Elle se redressa, sautant au pied du lit et se pencha pour attraper une dernière fois, les lèvres de Jahde. Ses yeux se fermèrent le temps du baiser, profitant de ce contact jusqu'à la dernière seconde. Lorsque de nouveau, elle se séparèrent, Riska se dirigea vers la porte et posant une main sur la poignée, souffla :

« Rendez-vous au Goëland qui Tousse, dans 5 jours. Le temps pour moi de négocier ton arrivée parmi nous. Je te fais confiance. »

Un dernier clin d’œil, et tirant la porte vers elle, Riska disparut derrière, ses pas résonnant dans le long couloir jusqu'à s'éteindre progressivement. Il allait falloir occuper Magnus, le temps que Jahde sorte du vaisseau.

Spoiler:
 




DC : Enaïa Lyseän Vara'Da & Azeor Desnolancès & Kezaël Lysereän & Esheban Ondeluire & Eyföhl Aanka'Leï & Céléno Thogen & Kaïlindra

Merci Nivilk pour le kit  :heart2:

On m'appelle Contenu sponsorisé

Posté dans Re: Et j'n'ai même pas eu besoin de boire une seule goutte de rhum ! [HOT]   -

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum