AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
» Communication externe
par Loth de la Vision Mar 21 Juin 2016 - 15:06

» Réversa [ TOP ]
par Invité Ven 27 Mai 2016 - 8:21

» Le monde de Dùralas
par Invité Jeu 26 Mai 2016 - 7:00

» Anthalia
par Invité Dim 22 Mai 2016 - 15:17

» Marbrume, La Cité des Damnés
par Invité Lun 16 Mai 2016 - 15:07

» Questionnaire pour soutenir infinite RPG !
par Invité Sam 14 Mai 2016 - 17:33

» Escalus
par Invité Jeu 12 Mai 2016 - 9:02

» Mass Effect : Reborn
par Invité Mar 10 Mai 2016 - 15:00

» Forum en pause
par Asàf Lysereän Mar 10 Mai 2016 - 13:47


Honorez l'ancêtre, et il vous dispensera sa sagesse

avatar

On m'appelle Joker

MESSAGES : 90
INSCRIT LE : 01/01/2012
PSEUDO HABITUEL : Joker
Joyaux : 4
Posté dans Honorez l'ancêtre, et il vous dispensera sa sagesse   - Dim 18 Aoû 2013 - 16:59



Arda Ierken - 71 ans, habitante de Pleyrion, ancienne chasseuse

Il était de ces jours où il ne vaudrait mieux pas sortir de chez soi... La vie était agréable à Pleyrion, depuis que le village avait été reconstruit. Et pour être sûr qu'il ne brûle pas à nouveau, les jeunes l'avait même fortifié ! Ah il était beau leur village... Les déserteurs tenus d'autant plus à distance que ces allumés de Bois de Koun s'y étaient installés, veillant sur les habitants, et sur le taux de la mortalité élevé des infidèles des environs.

Si son dos tenait encore la route, elle leur aurait bien botté le train jusqu'au Labyrinthe, et dans la gueule du plus gros wormyn qu'elle y aurait trouvé. Plus moyen de piéger du déserteur apeuré, ils les font fuir à des lieux à la ronde ! Pire, ils envoient leurs petites recrues se prendre dans des pièges qui ne leur étaient pas destinés ! Et qui devait tout refaire après leur passage ? Arda Ierken bien sûr !

Aussi allait-elle en grommelant ce beau mâtin, ancêtre courbée sur elle-même et son vieil ami "Bâton" - du moins c'est ce que lui barattaient ses plus petits petits-enfants, sur conseil de la plus grande qui disait qu'il fallait traiter "Mamy" avec douceur ha ! -, son manteau en fourrure de koun lui tenant agréablement chaud, alors qu'elle marchait, avec moult craquements de hanche, dans la direction de l'une des grandes portes. Il était loin le temps où elle pouvait - presque - laisser un petit quelque chose sur le pas de sa porte pour un fuyard écervelé...

C'est ce à quoi elle pensait plaisamment, juste avant qu'une plaque traîtresse de verglas dissimulée sous la neige ne l’envoie les quatre pattes en l'air, son ami "Bâton" dans un buisson, dans un curieux et absolument pas naturel mouvement qui fit douloureusement craquer ... Quelque chose. Son genoux, réalisa-t-elle aussitôt. Non vraiment. Douloureux.

Le chapelet de jurons qui suivie ne manqua pas d'attirer l'attention, deux jeunesguerriers accourant bientôt pour assister l'ancêtre. La-dite ancêtre fut verte de douleur et de rage en reconnaissant là deux aspirants koun. Et qu'ils osent la toucher, ces têtes de bois d'urcan ! Ses injures trouvèrent-là des cibles très appropriées. C'était de la faute à leur engeance si elle devait parcourir des distances indues pour profiter des plaisirs de ses vieux jours !
"Bas les pattes !" claqua sa voix, rendue sèche par l'âge. Ce qu'elle haïe le léger chevrotement qu'elle crut y entendre... "Vous n'avez donc pas mieux à faire ?!"
"La guérisseuse n'est pas loin..." commença l'un d'eux, une hachette à la hanche et une mèche de cheveux noir nattée lui descendant jusqu'à l'épaule.
"Merde de wedo je ne t'ai pas dit de l'ouvrir ! Allez voir dans les Cimes si j'y suis !" Vociféra Arda, alors que leurs "attentions" pour la relever manquaient la faire pleurer de douleur."Rentrez voir vos söndara de mères plutôt que de me... Haaaaaaa !" soupira-t-elle fortement, alors que l'un des deux, l'archer aux cheveux bruns longs la soulevait.
Et son comparse eut la décence de grimacer pour elle ! Arda n'eut pas celle de se taire alors qu'ils l'emportaient - contre son gré ! -, hurlant "Et mon bâton imbécile !" en indiquant d'un doigts tremblant par dessus une épaule vigoureuse le coin où le morceau de bois avait glissé. Après quoi le trio put partir à la recherche d'Alénoä Osfrid, vieillarde enrageant et jeunes guerriers aux oreilles sifflant bien vite, ces derniers attirant les regards goguenards des confrères qu'ils croisèrent.

Leur approche de la maison ne fut sans doute pas discrète. Le jeune aux cheveux noirs - répondant au nom d'Ölkyr - s'empressa d'aller frapper à la porte.
"Alenoä, on t'amène la vieille Ierken ! Elle s'est encore..." s'exclama-t-il, sa voix exprimant à peine son impatience.
"Va donc pleurer auprès de ton chef, morveux ! Osfrid, je ne veux pas te voir sortir tu m'entends ?!" tempêta Arda en se démenant dans les bras de son porteur.
Il était hors de question qu'elle perde son temps à se faire soigner ! Son époux avait encore assez de force dans les mains pour lui remettre le genoux en place.

Il y eut des bruits de coups, des glapissements de douleur et un cri de victoire ronchon.

Quand la porte de la masure s'ouvrit, se tenaient devant elle Ölkyr qui tenait son nez ensanglanté, et Arda, affalée sur le brun sonné et étalé par terre. S'étant saisit de son bâton que le premier avait tenu, elle lui avait lancé le bout dans le visage avant de stopper le second qui voulait la retenir d'un coup vif dans la nuque... Avant de tomber avec lui, faute d'appuis, bâton et jambe gauche étant indisponible et hors d'usage. Mais à votre avis, avec quoi tenait-elle en place les marmots qui lui étaient parfois confiés ? Certainement pas avec des promesse de gâteries, ça non ! Elle leva un regard courroucé.
"Arrête donc de m'regarder comme ça et aide moi à me relever !" grommela-t-elle.
Non pas qu'utiliser un de ces koun comme paillasse ne lui fut pas plaisant mais... Sa position était quelque peu inconfortable.


Pour utiliser ce compte, faites une demande dans ce sujet.
avatar
Peuplade

On m'appelle Alenoä Osfrid


Infos Personnage
RANG: Grim, Nivilk, Hermine, Fjölan, Dhungäard, Noröa, Astrid, Edvald, Chilali, Skye
VILLE & APPARTENANCE : Clan Hagen ~ Village de Pleyrion
MON AGE : 27 ans
Féminin
MESSAGES : 89
AGE : 25
INSCRIT LE : 12/08/2013
PSEUDO HABITUEL : Kathy
Joyaux : 202
http://www.ile-joyaux.com/t1828-carnet-d-une-guerisseuse http://www.ile-joyaux.com/t1822-alenoa-osfrid
Posté dans Re: Honorez l'ancêtre, et il vous dispensera sa sagesse   - Lun 19 Aoû 2013 - 1:39

Alenoä était pourtant bien tranquille ce matin-là, à récurer la cuisine du dispensaire, habillée d'une tunique de grosse toile, rustique mais pratique. C'était un travail rude que de garder le dispensaire étincelant de propreté, qui lui écorchait les mains, mais beaucoup plus sympathique au final que de voir des gens souffrir. C'était certes son métier, mais ce n'était pas pour autant qu'elle aimait ce spectacle ; elle préférait largement les voir repartir guéris que de les voir arriver. Grim était sans doute quelque part, à faire quelque chose d'utile, elle lui faisait assez confiance à présent que pour ne pas le surveiller en permanence dans le dispensaire.

Les mains dans l'eau, elle réfléchissait au stock de remèdes à renouveler bientôt, lorsqu'elle entendit un raffut de tous les diables à l'extérieur. Si l'on parlait de gens que l'on aimait pas voir arriver... Mamy Ierken était de ceux-là. Acariâtre, la vieille. Mais quelque part, Noä sentait qu'un jour, son propre caractère n'en arriverait pas très loin, à force d'être autoritaire avec son petit monde. Et puis, peut-être qu'un jour, aussi, elle serait grand-mère. Son regard glissa sur Grim qui accourait déjà, gamin bien pensant, dans l'espoir sans doute d'aider quelqu'un. Il ne fallait pas se presser pour Arda, elle n'avait jamais envie de venir, de toutes façons, si ses petits enfants n'allaient pas à chaque fois contre son avis, elle serait déjà morte. Mais ça, bien sûr, elle ne voulait pas le comprendre. Vieille jolgält, va.

Essuyant posément ses mains, la guérisseuse s'approcha de l'entrée en clopinant.

« J'arrive, Ölkyr, une seconde. » Elle ajouta, en grommelant bien plus bas, « Et je ne sors pas, non d'un skunk, c'est plutôt toi qui vas rentrer... »

Il ne fallait pas se leurrer, Alenoä ne manquait pas de respect pour les ancêtres. Sauf quand les ancêtres en question ne lui facilitaient absolument pas la tâche, comme en fait... La plupart des vieux erfeydiens. Pour une raison inconnue, il était pratiquement impossible de trouver une personne âgée sympathique et débonnaire... Foutu climat. La jeune femme soupira profondément, et ouvrit la porte, craignant le pire après les bruits de bousculade qui venaient de retentir.

« C'est du joli. T'as pas honte de martyriser les gosses, à ton âge ? »

Elle resta un instant appuyée dans l'encadrement de la porte, les bras croisés devant le spectacle... Et un léger sourire aux lèvres. Arda ne changerait donc jamais. Noä regarda son apprenti d'un air amusé, avant de lui signifier que, tout de même, il fallait faire quelque chose.

« Grim, occupe-toi d'Ölkyr, donne-lui au moins un linge pour son nez, puis reviens m'aider, j'en aurai besoin. »

Boitant vers l'extérieur malgré l'interdiction d'Arda, elle se pencha, passa le bras de la blessée autour de sa nuque et la fit rentrer vaille que vaille, le duo tanguant allègrement. Les gamins pourraient bien bouger tout seuls, ils étaient jeunes et solides après tout. Elle regarda la vieille d'un air presque aussi ronchon que le sien. Entre sales caractères, on se comprend.

« Si tu n'avances pas, je te garde toute la semaine, vu ? Et n'espère pas t'enfuir, j'ai de quoi t'attacher. »

Elle avait beau être infirme, Alenoä possédait une force jugée étonnante par la plupart des gens et, puisqu'elle connaissait son lieu de travail par coeur dans les moindres fissures au sol, elle pouvait se déplacer de manière remarquablement fluide. Ce n'était qu'au dehors qu'elle était handicapée, comme en attestait le solide bâton qui attendait près de la porte.

« Alors... Dis-moi... Qu'est-ce que... tu as encore... fait... Mamy ? »

Ce n'était pas rien que de soutenir le vieux machin, et Alenoä ahanait sous l'effort. Plus que quelques mètres... Elles arrivèrent enfin à la table que Noä utilisait pour ausculter et soigner les gens la plupart du temps. Le meuble n'avait pas grand chose de confortable à l'exception d'un linge propre pour le couvrir, mais la jeune femme avait des projets pour faire construire quelque chose de plus adapté. Plans, croquis, c'était en cours... Mais ce n'était pas encore là, et il fallait faire grimper la vieille dessus. Noä fit un signe de tête au garçon qui avait précédemment servi à amortir la chute de la grand-mère.

« Un, deux, trois... Gnnn... » Et on soulève. Pas légère, la dame.

Enfin, mémé était assise sur la table, loué soit le Gardien. Alenoä s'appuya un instant sur la table, la jambe douloureuse. Stupide patte tordue. La soigneuse regarda sa patiente du coin de l'oeil. Elle allait sans doute s'en prendre plein la tronche d'ici pas longtemps ; inspirons, expirons, restons calmes.
avatar
Peuplade

On m'appelle Grim Hagen


Infos Personnage
RANG: Alenoä Osfrid, Céléno Thogen, ...
VILLE & APPARTENANCE : Village de Pleyrion - Clan Hagen
MON AGE : 8 ans
Masculin
MESSAGES : 116
AGE : 24
INSCRIT LE : 18/05/2013
PSEUDO HABITUEL : Mowiel Solverre
Joyaux : 88
http://www.ile-joyaux.com/t2391-journal-de-bord-de-grim-hagen http://www.ile-joyaux.com/t1587-grim-hagen
Posté dans Re: Honorez l'ancêtre, et il vous dispensera sa sagesse   - Jeu 22 Aoû 2013 - 2:20

Recevoir l'enseignement d'Alenoä Osfrid impliquait nécessairement que l'on se montre obéissant et d'une rigueur à toute épreuve. Grim s'empressa donc de tendre un morceau de tissu à celui qui saignait du nez. Ölkyr c'est ça ? Cet homme était l'un des meilleurs amis de son oncle, s'il ne se trompait pas. Aussi, pour rien au monde le petit garçon ne l'aurait laissé repartir dans un tel état. Qu'aurait pensé Edvald si son neveu, en plus de ne pas être capable de tenir une épée, lui rendait ses compagnons couverts de sang et titubants ? Grim osait à peine l'imaginer. Il était le seul membre de sa famille de qui il avait encore la confiance.

- Tiens, prends ça et pince-toi très fort les narines. Comme cela, ajoute-t-il en faisant une démonstration plutôt grossière.

Voyant qu'il avait encore quelques difficultés à maintenir son équilibre, il l'incita à s'asseoir contre le mur de l'habitation, ce qu'il fit sans broncher.

- Assies-toi, ordonne-t-il d'une petite voix, et pince-toi le nez comme je te l'ai montré. Et ne bouge plus tant que tu ne te sentiras pas mieux, d'accord ? Alenoä s'occupera de toi tout à l'heure si tu ne vas mieux, le rassura-t-il sans réelle conviction.

Grim n'était pas dupe. Depuis quelques temps déjà, il était bien conscient qu'Alenoä ne supportait plus les Bois de Koun, et la raison qui la poussait à les détester ainsi échappait totalement au raisonnement du petit garçon. Qu'avaient-ils fait de mal ? Ils servaient le Gardien avec ferveur, loyauté et discipline. Lorsqu'ils rentraient, ils ne venaient la consulter que si nécessaire, et non pas pour une entaille de rien du tout. Quant au fameux moment où l'un des membres de sa famille se déplaçait pour venir le reprendre...Grim n'avait jamais réussi à mettre de mots dessus. Tout ce qu'il désirait pour le moment, c'était de les savoir en bonne santé.

- Comment va Edvald ? glissa l'enfant, inquiet, tandis qu'il lui tendait un nouveau tissu.
- Il est le plus en forme d'entre nous. Ne t'en fais donc pas pour lui. Edvald est impatient de rentrer et de t'enseigner la rigueur des Bois de Koun.

Cette réponse lui suffisait. Il laissa Ölkyr se remettre de ses émotions puis s'empressa de rejoindre Alenoä, après avoir jeté le tissu imbibé de sang dans un panier qu'il brûlera plus tard. C'est la tête basse qu'il pénétra dans l'habitation, conscient qu'il avait accordé à son patient plus de temps que nécessaire. En silence, il se glissa près de son Maître, suffisemment loin de la vieille dame pour ne pas être l'une de ses prochaines victimes.

Au village, elle faisait parfois la terreur des plus jeunes...des plus jeunes que Grim. Mais Grim aussi en avait une peur bleue. Il ne l'avait pas reconnu dans l'immédiat, mais maintenant qu'elle était proche, il n'avait plus aucun doute sur son identité. Arda Ierken. Le petit garçon préférait de loin affronter la colère d'un Shaas que celle de cette vieille dame ! Elle avait encore la force des jeunes recrues. Si au fur et à mesure du temps son corps ne lui avait pas dit "stop", peut-être aurait-elle encore cassé plusieurs nez, plusieurs côtes ou pire...décimé les Bois de Koun à elle toute seule.

Un regard...et Grim enfouie son visage dans les jupons d'Alenoä, terrorisé.
avatar

On m'appelle Joker

MESSAGES : 90
INSCRIT LE : 01/01/2012
PSEUDO HABITUEL : Joker
Joyaux : 4
Posté dans Re: Honorez l'ancêtre, et il vous dispensera sa sagesse   - Sam 24 Aoû 2013 - 20:43



Arda Ierken - 71 ans, habitante de Pleyrion, ancienne chasseuse
"Les martyriser, ces petits ?" s'exclama d'une voix presque attendrie la vieille. "Mais si j'avais voulu leur faire mal, j'aurais commencé par les bijoux de famille de leur père ! Au moins là ils auraient eu une raison d'être aussi patauds !" cracha-t-elle aussitôt.
Elle agrémenta le tout d'un regard noir à l'attention du petit Hagen qui, sur ordre de la guérisseuse, s'appliquait à prendre soin de l'aspirant koun encore debout... Avec beaucoup trop d'égards, d'après l'aigri grand-mère. Ce qui laissa largement le temps à Alenoä de saisir le bras d'Arda pour mieux la soulever. Une fois la vague de douleur qui accompagna le mouvement de sa jambe - qu'elle ponctua de quelques jurons bien sentis, hors de question de laisser une seule larme couler ! -, la blessée s'empressa de foudroyer du regard la guérisseuse désobéissante... Pour mieux souffrir la menace. Elle renifla bruyamment.
"Attache-moi donc fillette." gronda-t-elle seulement, avant de s'exclamer à l'attention des jeunes gens dans son dos. "Ölkyr ! Quand tu auras fini de te faire faire beau, va donc chercher mon bon à rien de mari !" Avant d'ajouter, juste avant qu'Alenoä ne parvienne - c'est qu'elle a de la force à revendre, la gamine ! - à la faire rentrer dans sa tanière. "Et n'oublie pas d'emmener Kvarl ! Ça ne se fait pas de traîner comme ça devant le logis d'une femme, sans bonne raison..."
Mon cher Widükind saura, lui, défaire mes liens. songeait allègrement la vieille. Tout dépendra s'il fait une sieste où non. ajouta-t-elle, plus sceptique. Fallait le dire... Son compagnon avait le sommeil d'un wedo. Difficile de le faire bouger une fois que se faisait entendre son ronflement de forge. Le coup de bâton où il fallait marchait toujours, mais il n'y avait qu'Arda pour se servir de cette méthode. Pas trop fort quand même.

Que son soutien tente de lui poser une question ne lui déverrouilla pas les lèvres, alors qu'elle s’abîmait toute entière dans l'effort, pour parcourir ces quelques fichus mètres. A sa grande surprise, ce fut le Kvarl précédemment évoqué qui aida Alenoä à hisser la blessée sur le grand meuble - dont Arda avait "apprécié" l'inconfort de bien trop nombreuses fois au goût de son vénérable fessier -. Ce qu'elle fit remarquer d'un simple grognement. La douleur, l'amour-propre qui se refusait à lâcher un gémissement de plus, tout cela... Puis enfin son vieux corps fut installé - à son plus grand déplaisir -, avant que le jeune koun ne s'esquive aussitôt, frottant son pauvre petit cou endolori. Elle salua d'un énième regard sombre le retour du petit Grim, avec un reniflement dubitatif alors qu'il se cachait dans les jupons de son Maître.
"Tu ferais bien de surveiller ce petit, Osfrid..." dit-elle gravement. "J'voudrais pas que son attention devienne un intérêt trop vif... Et me fasse regretter de ne pas m'être chargé de son père à lui." ajouta-t-elle en levant les yeux vers la guérisseuse fatiguée, avec marqué en lettres de feu  dans le regard "Tu ne veux pas d'un petit koun Hagen, toi non plus ?"
L'animosité de la jeune femme - en comparaison de l'ancêtre Ierden - envers ce clan n'était pas vraiment un secret... Au moins un point sur lequel les deux femmes s'entendaient. Mais qui n'était pas le motif de la venue de la vieille.
"Mais pour en revenir à ce qui m'amène..." continua-t-elle doucement. "Je t'avais dit de ne pas sortir, howok stupide !" glapit soudain Arda. "N'espère même pas approcher tes mains de ma jambe, et peu m'importe tous les 'bon soins' que tu voudrais me prodiguer ! Widükind m'arrangera ça. Je n'ai pas besoin de ton aide, fillette." siffla-t-elle avec un regard furieux.
Mais quoi qu'en dise Arda, le tibia gauche était cassé, comme en attestait la vive douleur qui ne voulait pas se faire oublier. Qu'Alenoä y jette un œil, et elle ne manquerait pas de voir le bel hématome qui grandissait, là où l'os n'était plus aligné... Encore faudrait-il que la guérisseuse parvienne à venir à bout des chausses en fourrure de la grand-mère, qui tenait toujours son bâton... Et dont le regard venimeux indiquait qu'elle n'hésiterait pas à s'en servir.


Pour utiliser ce compte, faites une demande dans ce sujet.
avatar
Peuplade

On m'appelle Alenoä Osfrid


Infos Personnage
RANG: Grim, Nivilk, Hermine, Fjölan, Dhungäard, Noröa, Astrid, Edvald, Chilali, Skye
VILLE & APPARTENANCE : Clan Hagen ~ Village de Pleyrion
MON AGE : 27 ans
Féminin
MESSAGES : 89
AGE : 25
INSCRIT LE : 12/08/2013
PSEUDO HABITUEL : Kathy
Joyaux : 202
http://www.ile-joyaux.com/t1828-carnet-d-une-guerisseuse http://www.ile-joyaux.com/t1822-alenoa-osfrid
Posté dans Re: Honorez l'ancêtre, et il vous dispensera sa sagesse   - Lun 26 Aoû 2013 - 14:28

Alenoä soupira, un mélange d'exaspération et de tendresse envers le petit qui se cachait dans ses jupons. Il fallait vraiment qu'il prenne un peu confiance en lui, mais elle ne pouvait s'empêcher de ressentir une pointe de fierté par rapport au fait qu'il n'ait pas peur d'elle, qu'il le considère comme un refuge contre le monde extérieur. La guérisseuse lui ébouriffa les cheveux, essayant de le rassurer tout en écoutant parler l'ancêtre. Elle lui rendit son regard, le même sentiment flamboyant dans ses propres prunelles. Elles étaient au moins d'accord là dessus : Nivilk Markin était dangereux pour les gamins du coin. Et il n'aurait pas le sien, quoiqu'en dise l'autre cinglé de tonton Hagen. Les choses étaient bien claires entre les parents de Grim et Alenoä : il était son apprenti, sauf si lui-même en décidait autrement lorsqu'il serait en âge. Vu le caractère de l'enfant, elle ne le voyait pas bien s'engager dans le labyrinthe. Elle priait souvent pour que cela ne change pas.

« Je garde les yeux ouverts, Mamy. Mais il a des parents tout de même. », dit-elle presque à regret, regardant le petit avec douceur. Cependant, elle tourna la tête précipitamment quand la vieille se mit brusquement à caqueter en tous sens. Noä plissa les yeux, elle en aurait presque sifflé de colère. Elle ne manquait pas de souffle, la Ierken, pour raconter autant de stupidités en deux phrases.

« Je ne serais pas sortie si tu n'avais pas cassé le nez du gamin comme une vieille jolgält, tu ne peux t'en prendre qu'à toi-même. Widükind est probablement en train de ronfler bien tranquillement chez toi, n'espère même pas qu'il arrive avant que ta jambe ait triplé de volume. Alors tu vas te calmer et te laisser soigner. »

La voix de la guérisseuse était encore calme, mais d'un froid dangereux qui annonçait la naissance d'un profond agacement. Elle darda un regard furibond sur le bâton, comme pour la défier de s'en servir.

« Grim, tu prépares de quoi faire une atèle, et tu veilles à ce qu'Arda ne s'enfuie pas, elle en serait bien capable. Si je ne reviens pas d'ici là, essaye de regarder l'état de sa jambe pour me dire ce que tu en penses. Je descends prendre de la glace. »

Il fallait que Noä s'éloigne un peu, sinon ça allait dégénérer, et les habitants de Pleyrion n'avaient sûrement pas envie d'entendre hurler deux harpies, sans compter les malades qui dormaient dans la pièce contiguë. Elle allait revenir vite, et Grim avait des instructions. Arda n'oserait tout de même pas s'en prendre à un petiot comme lui, qui ne voulait que bien faire, si ?

Attrapant au passage un seau, la jeune femme sortit la clef de la cave de sous sa tunique, et clopina dans l'escalier pour aller gratter un peu de la glace qui recouvrait les murs, transformant le sous-sol en chambre froide. Ils en auraient besoin pour faire dégonfler la blessure et faire une atèle efficace. A tout hasard, elle remonterait aussi de quoi faire une gangue solide autour de la patte blessée, quelque fois que ce soit plus sérieux qu'une entorse. Au travail.
avatar
Peuplade

On m'appelle Grim Hagen


Infos Personnage
RANG: Alenoä Osfrid, Céléno Thogen, ...
VILLE & APPARTENANCE : Village de Pleyrion - Clan Hagen
MON AGE : 8 ans
Masculin
MESSAGES : 116
AGE : 24
INSCRIT LE : 18/05/2013
PSEUDO HABITUEL : Mowiel Solverre
Joyaux : 88
http://www.ile-joyaux.com/t2391-journal-de-bord-de-grim-hagen http://www.ile-joyaux.com/t1587-grim-hagen
Posté dans Re: Honorez l'ancêtre, et il vous dispensera sa sagesse   - Jeu 29 Aoû 2013 - 11:05

Bon sang ! Avait-il fait quoi que ce soit qui puisse froisser le Gardien pour devoir vivre cela ?

Le petit garçon porta un regard inquiet sur la vieille Ierken, tandis que son Maître quittait la pièce, furibond. Elle était l'une des rares femmes du village de Pleyrion qui n'avait pas peur d'Alenoä Osfrid ; de ce fait, Grim n'appréciait pas vraiment ses manières directes. Elle s'était même lancée avec elle dans des joutes oratoires animées qui auraient fait fuir toutes les personnes présentes et les auraient laissées échauffées, les yeux étincelants de vigueur, très satisfaites d'elles-même et de leur adversaire. A tel point que l'enfant était depuis toujours soucieux de savoir si au fond, elles ne s'appréciaient pas toutes les deux. Il s'imagina alors une poignée de main, puis une embrassade amicale...et cette vision manqua de l'achever. Dépassé, il s'empressa d'aller chercher de quoi fabriquer une attelle au fond de la salle, tout en gardant un oeil vigilant sur sa patiente. Amies toutes les deux ? Ça jamais ! Pas avec cette femme !

Quelle vieille peau d'Howok celle-là ! Pire qu'un enfant ! Pire encore qu'un Wédo en colère ! Elle avait la jambe en piétre état et elle refusait obstinément de se faire soigner, et ce par la meilleure Guérisseuse de toute la zone sud-est des Erfeydes, voire des Erfeydes eux-même ! De quoi rendre furax le petit garçon, qui ne comprenait pas que les Erfeydiens à forte tête refusent toujours une main tendue. La fierté ? L'honneur ? Lorsque leur précieuse vie était en danger, lorsque leur mobilité, leur santé se trouvaient menacées, ne pouvaient-ils pas donc faire un petit effort et laisser ceux qui en ont le pouvoir leur venir en aide ?

Hors de lui, Grim rassembla plusieurs morceaux de bois soigneusement sélectionnées, des pancements et quelques ficelles, si jamais il prenait l'envie à l'autre Howok vulgaire de lui fausser compagnie...Enfin plutôt pour bien attacher l'attelle, qu'elle ne la perde pas lors de l'une de ses affrontements avec un malheureux Bois de Koun. Et Alenoä qui ne revenait pas ! Que pouvait-elle bien fabriquer ? Sa colère se transforma très vite en panique : il allait devoir se charger d'Arda et de sa jambe...C'est tout juste s'il manqua d'avaler de travers sa salive.

S'occuper seul d'examiner une jambe cassée, ou fêlée, ou peut-être qui n'avait rien ! S'approcher de la femme la plus redoutée parmi les jeunes enfants de Pleyrion ! Répondre aux attentes d'un Maître exigeant, ne pas le decevoir, bien agir et surtout, ne pas se voir reprocher son manque d'assurance, encore une fois ! Trop de choses à la fois, trop de choses stressantes, impossibles, plus qu'impossibles même ! Tremblant, il s'approcha à petits pas de la vieille dame, certain qu'il allait une nouvelle fois decevoir Alenoä. Il aimait tellement quand elle lui souriait et lui ébourrifait les cheveux, le regard plein de fierté.

- Je...je vais regar...

Il bafouilla une série de termes incompréhensibles, même pour qui le connaîssait.

- Ne bouge pas...

Délicatement, il saisit la botte en fourrure, dans le but de la lui retirer et de libérer la jambe. Il l'imaginait déjà hurler à la mort, soit pour exagérer et exiger de lui qu'il cesse, soit pour qu'Alenoä remonte en quatrième vitesse ! Il était fils, neveu, frère et cousin de Koun. Un courageux petit garçon. Oui, courageux. Il tira soudainement, surveillant attentivement la moindre de ses grimaces.
avatar

On m'appelle Joker

MESSAGES : 90
INSCRIT LE : 01/01/2012
PSEUDO HABITUEL : Joker
Joyaux : 4
Posté dans Re: Honorez l'ancêtre, et il vous dispensera sa sagesse   - Jeu 29 Aoû 2013 - 13:13



Arda Ierken - 71 ans, habitante de Pleyrion, ancienne chasseuse

Duel Of The Fates by John Williams on Grooveshark

Le regard de la vieille Ierken était plus aiguisé que la plus fine lame, plus glacée que le plus ancien de glaciers... La guérisseuse osait lui tenir tête. Encore ! Avec ses airs de fines connaissances, rabaissant son Widükind - bien sûr qu'Arda savait qu'il dormait sûrement à point fermé, stupide dzufn ! - et l'invitant à se calmer ! Et puis ces petits conseils qu'elle dispensa à son faiblard d'apprenti, qui tremblait dès que son regard faisait mine de l'effleurer. Comme si elle allait se laisser faire ! Petite inconsciente... fulminait la vieillarde sur la table, qui était toujours aussi inconfortable.

Oubliée la douleur, Arda eut volontiers ordonné à son époux de transpercer l'insolente avec l'une des monstrueuses lances de glace dont il avait le secret - et la force pour les soulevés... Il y a une trentaine d'années -, alors qu'Alenoä s'éclipsait en laissant la blessée avec le petit Hagen. Et même le boitement prononcé d'Osfrid ne trouva pas grâce à ces yeux. Sa main libre s'était refermée sur le bord de la table comme les crocs d'un skunk sur un cou. Quiconque tendant assez l'oreille eut sans doute perçu le crissement sinistre de ses ongles crochus sur le meuble. Il se passa un long moment où il n'y eut rien, si ce n'est petits bruits que faisait Grim en vaquant à ses tâches, et les milles imprécations que lançait en direction du couloirs Arda. Et puis...

Des mots gentils. Une main timide qui touche sa chaussure. Et tire.

La vieille Ierken tourna brusquement la tête, se penchant subitement sur l'apprenti d'Alenoä pour le fixer avec des yeux aux iris si petits qu'une tempête hivernale semblait avoir pris place dans le gris infinis de son regard.
"Lâche  ça, Hagen. Tout. De. Suite." souffla-t-elle, tel un oslon piquant dans le murmure mortel du vent vers une proie tétanisée.
Et puisqu'il ne réagissait pas assez à son goût, elle le frappa au visage de son autre pieds. Avec toute la force furieuse de son vieux corps. Ce n'était pas un marmot qui allait la retenir !
"OOOSFRIIID !" cria-t-elle soudain, dans le craquement de son vénérable dos qui se redressait trop rapidement, clamant la douleur ravivée par son mouvement de jambe, et par dessus tout... Son ancestrale indignation. "CUL SERRE DE KHAN ! Combien te fois faudra-t-il que je te le répète ?! JE N'AI PAS A T’OBÉIR ! Ta mère était encore dans les couilles de ton grand-père que j’éviscérais des déserteurs depuis des années ! Enfonce-toi ça dans le crâne si tu ne veux pas que je m'en charge !" hurla-t-elle avec rage.
La vieille ne comptait pas rester une seconde de plus, oh ça non ! Et peu lui importait les geignards qu'elle avait pu réveiller de ses cris. Elle pointa violemment sa vieille branche en direction de Grim, dénudant dans le geste son poignet squelettique, parfaitement indifférente à sa douleur.
"Et n'essaye pas d'intervenir. Ta mère t'a assez materné pour deux." siffla-t-elle.
De sa main libre, elle poussa sa vieille carcasse, tendant dans un même temps son pieds valide vers le sol. Son petit Widükind n'aura même pas eu le temps de lever une paupière que sa chère Arda sera là à le réveiller à coup de bâton pour n'avoir pas été plus rapide. Son corps fourmillait d'une rage difficilement contenu. Elle n'avait plus qu'à être debout pour filer, en frappant encore le Hagen s'il faisait mine de...

Mais elle n'eut pas le temps de pousser davantage la réflexion. Son fessier quitta le plat de la table, son corps glissant sur quelques centimètres, alors qu'elle observait encore du coin de l'oeil le petit Hagen, son pieds près à la recevoir... Sauf qu'elle avait oublier de reposer son bâton pour supporter son poids. Sa vieille jambe demandant du secours, sa jumelle s'empressa de se joindre à l'effort de guerre.

Elle posa l'autre pieds.

S'appuya dessus.

L'os cassé n'apprécia pas.

La vieille tomba comme un tas de vieux chiffons, en lâchant son bon ami bâton, qui claque sur la pierre.
"HAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAA !!!" hurla-t-elle à plein poumon, d'une voix à faire sursauter le Gardien.
Pour les blessés qui dormaient à son arrivée, le sommeil avait dû s'enfuir à la vitesse d'une avalanche.


Pour utiliser ce compte, faites une demande dans ce sujet.
avatar
Peuplade

On m'appelle Alenoä Osfrid


Infos Personnage
RANG: Grim, Nivilk, Hermine, Fjölan, Dhungäard, Noröa, Astrid, Edvald, Chilali, Skye
VILLE & APPARTENANCE : Clan Hagen ~ Village de Pleyrion
MON AGE : 27 ans
Féminin
MESSAGES : 89
AGE : 25
INSCRIT LE : 12/08/2013
PSEUDO HABITUEL : Kathy
Joyaux : 202
http://www.ile-joyaux.com/t1828-carnet-d-une-guerisseuse http://www.ile-joyaux.com/t1822-alenoa-osfrid
Posté dans Re: Honorez l'ancêtre, et il vous dispensera sa sagesse   - Ven 30 Aoû 2013 - 7:38

Balayant d'un geste de la main les insultes qui l'avait suivie dans le couloir, Alenoä était tranquillement descendue chercher ce dont elle avait besoin dans la cave. A l'aide d'une lame bien large, elle avait gratté la glace jusqu'à en avoir un demi-seau, quantité tout à fait suffisante pour faire dégonfler un unique genou. Cela lui prit un bon moment : ses mains s'engourdissaient dans le froid, mais elle refusait de porter cape et gants pour descendre dans son propre sous-sol, entêtée qu'elle était. Elle attraperait un jour la mort comme ça, lui disait régulièrement la personne qui venait renouveler la glace, mais la jeune femme se contentait de hausser les épaules.

L'oreille tendue vers le rez-de-chaussée, duquel elle entendait chaque bruit à travers les planches de bois qui en constituaient le sol, la guérisseuse se hâta de rassembler le pot de pommade et la poudre pour faire la pâte qui durcirait autour de l'atèle, consciente qu'elle était partie depuis déjà un petit moment. Pour son grand soulagement, elle n'entendait que le remuement des objets que Grim préparait. Mais cela ne dura pas ; alors qu'elle se préparait à remonter péniblement les escaliers, puisqu'elle ne pouvait pas se tenir aux murs avec les bras chargés comme cela, Alenoä entendit le pauvre enfant bafouiller. Oh, crotte de strix !

Se hâtant dans les marches inégales, la jeune femme faillit tomber et se rompre le cou plusieurs fois, alors que la vieille martyrisait son gamin. Les choses n'allaient pas se passer comme ça, et du feu brûlait déjà dans ses yeux. Comme elle allait souffrir. Noä grinçait des dents, pestant à voix basse contre ces marches qu'elle avait toujours laissées telles quelles plutôt que de demander à ce qu'elles soient équarries.

Une scène d'apocalypse l'attendait en haut, sans surprise. Elle déposa bien vite ce qu'elle était descendue chercher sur la première table à portée, traversant du mieux qu'elle pouvait la salle où il y avait eu des gens endormis, ces mêmes gens qui lui demandaient des explications au passage. Alenoä s'arrêta juste avant la porte qui la ramènerait près d'Arda et Grim, très énervée.

« Y A RIEN A VOIR, VOUS LA BOUCLEZ ET VOUS VOUS REPOSEZ ! ET VOUS GUÉRISSEZ GENTIMENT ! »

Laissant derrière elle les malades soit ébahis soit complètement terrorisés, Alenoä fit enfin face au carnage qui l'attendait gentiment. La vieille en tas sur le sol, qui hurlait comme si on l'égorgeait... Et son pauvre petit apprenti qui avait l'air complètement terrorisé, dont la pommette bleuissait à vue d'oeil. Oh, par le Gardien ! Elle clopina vers Grim, et le ramassa dans ses bras, une fois n'est pas coutume, dégageant ses cheveux de son visage pour examiner la petite joue meurtrie.

« Qu'est-ce qu'elle t'a fait... ? », siffla-t-elle entre ses dents, la voix chargée de colère. Ou plutôt, elle allait demander à la principale intéressée. Serrant son gamin contre elle, Alenoä se tourna vers la vieille chose rampant au sol. Elle avait tellement envie que ça de marcher sur sa patte blessée ? Qu'elle en subisse les conséquences quelques minutes ! La guérisseuse prit une grande inspiration, et on dût l'entendre jusqu'à l'autre bout du village. Autant dire que dans la pièce à côté, ceux qui savaient se déplacer se rapprochaient comme des fourbes de la porte encore ouverte pour assister à cette scène d'anthologie.

« MAIS BON SANG DE BOIS, CA VA PAS DE FRAPPER UN GAMIN SANS DÉFENSES ? IL EST SOUS MA RESPONSABILITÉ, ET IL A ESSAYÉ DE T'AIDER, ESPECE DE WEDO INGRAT ET PUANT ! »  


Le souffle court, les joues rougies, Alenoä essayait de se calmer, mais il y avait encore du venin à déverser. Un tout petit rien moins fort, peut-être, même si elle avait les poumons suffisamment puissants pour continuer encore longtemps à ce rythme.

« Tu mériterais que je te laisse RAMPER là en interdisant à qui que ce soit de t'aider, puisque tu veux autant t'en sortir toute seule. Ou t'endormir jusqu'à la semaine prochaine, qu'est-ce que tu en dis ? IL FERAIT PLUS CALME ! Et au final je devrais peut-être te laisser te faire bouffer par la GANGRÈNE ? Tes enfants apprécieraient sûrement, hein ? Au moins tu serais moins encline à taper dessus ! »

Bon, elle était peut-être un peu mauvaise. Mais on ne touche pas à Grim, c'est comme ça. Elle se sentait prête à lui rentrer dans le lard comme un Koun enragé, mais sa conscience professionnelle se réveillait doucement. Elle posa l'enfant dans un geste d'une douceur qui contrastait violemment avec ses paroles, et lui demanda à voix basse d'aller chercher ce qu'elle avait abandonné dans l'autre pièce dans sa hâte de voir ce qui se passait là. Et puis elle remonta ses manches. La vieille allait retourner sur cette table, et ne plus en bouger, par le Gardien !
avatar
Peuplade

On m'appelle Grim Hagen


Infos Personnage
RANG: Alenoä Osfrid, Céléno Thogen, ...
VILLE & APPARTENANCE : Village de Pleyrion - Clan Hagen
MON AGE : 8 ans
Masculin
MESSAGES : 116
AGE : 24
INSCRIT LE : 18/05/2013
PSEUDO HABITUEL : Mowiel Solverre
Joyaux : 88
http://www.ile-joyaux.com/t2391-journal-de-bord-de-grim-hagen http://www.ile-joyaux.com/t1587-grim-hagen
Posté dans Re: Honorez l'ancêtre, et il vous dispensera sa sagesse   - Mer 4 Sep 2013 - 12:42

Dans la salle de repos, au milieu des malades, Grim fondit en larmes, bien malgré lui. L’enfant ne parvenait pas à comprendre pourquoi cette vieille dame l’avait frappé aussi violemment au visage, alors qu’il souhaitait simplement lui venir en aide. Il se sentait désarmé devant sa douleur, incapable qu’il était d’y mettre fin ou même de la soulager. Ce n’était pourtant pas la première fois qu’il avait affaire à un Erfeydien récalcitrant, mais aujourd’hui, tout semblait jouer en sa défaveur. Il n’était d’aucun secours ni à son Maître, ni à l’ignoble Arda Ierken. Tremblant, il se recroquevilla sur lui-même, la pommade et la poudre d’Alenoä entre les mains. Avait-il seulement sa place ici ? Son oncle ne cessait de répéter qu’il serait plus épanoui au sein des Bois de Koun.

Dans la pièce voisine, Alenoä sermonnait sévèrement la vieille femme. Il y avait quelque chose dans sa voix. Quelque chose qui réveilla en Grim le souvenir d’une de ces nuits glaciales d’il y a bien longtemps. Son père était terriblement en colère contre lui. Il vociférait des méchancetés sans se rendre réellement compte de l’impact qu’elles avaient sur son dernier enfant. En larmes, le petit garçon s’était réfugié chez son nouveau Maître, et s’était assis avec elle auprès de l’âtre, tant que les cris avaient duré. Elle l’avait bercé dans ses bras jusqu’à ce qu’il se calme, quelque chose que sa mère n’avait pas jugé bon de faire au moment où il en avait le plus besoin.
Elle était tout pour lui. Son Maître, sa seconde mère, l’autorité et la douceur tout à la fois. Grim se releva malgré les larmes et la douleur à sa joue, puis rejoignit en trottinant la salle d’auscultation.  

C’est qu’elle était encore à terre l’Arda ! A gesticuler comme un vulgaire insecte ! Dans son état, son père aurait bien pu la tuer simplement en lui marchant dessus, de quoi libérer le village d’un poids sans précédent. Elle faisait presque pitié, à crier comme si on l’égorgeait. Grim lui aurait bien tendu une main secourable, mais il craignait qu’elle le frappe de nouveau et se tenait à l’écart, dans un coin de la salle.

Le petit garçon n’aimait pas être victime de coups ou de paroles violentes. Cette maison était comme un abri dans lequel il pouvait se réfugier lorsqu’il se sentait menacé. Si Alenoä ne l’obligeait pas à sortir, Grim pouvait bien rester la journée entière à l’intérieur, à occuper les malades avec diverses activités. Le plus souvent, il accordait de l’attention aux très jeunes enfants, qui pour la plupart, avaient déjà un caractère proche de celui des adultes de leur entourage…hormis lorsqu’on leur proposait gentiment des activités plus divertissantes que les combats ou les débats animés. Avec ces gens, il se sentait chez lui. Ils étaient dépendant de ses soins, et plus souvent qu’on ne pourrait le croire, reconnaissants du temps passé à prendre soin d’eux. Sous leurs airs bourrus, les Erfeydiens pouvaient se montrer plus doux qu’un Koun…Enfin presque tous.

Grim s’approcha doucement de son Maître et lui attrapa la main, déclarant d’une petite voix :

-Je veux qu’elle guérisse…
avatar

On m'appelle Joker

MESSAGES : 90
INSCRIT LE : 01/01/2012
PSEUDO HABITUEL : Joker
Joyaux : 4
Posté dans Re: Honorez l'ancêtre, et il vous dispensera sa sagesse   - Sam 7 Sep 2013 - 16:06


Arda Ierken - 71 ans, habitante de Pleyrion, ancienne chasseuse
La vieille était au comble de la douleur : non contente de subir le hurlement de sa jambes, voilà qu'elle se payait les menaces de cette fillette ! Mais, en plus de cela, il y avait ce rire, ce rire qui la faisait trembler de partout, avachie comme elle était sur le sol, oublieuse de cette position bien peu glorieuse. Cette expression grinçante de tout son mépris pour les propos d'Osfrid, mais qu'elle ne réprimait pas. Courbée, une main fébrile tâtonnant à la recherche de son bâton, elle subissait la souffrance sans la laisser pour autant étioler sa colère : cette dernière avait été soufflée, certes, mais des braises chaudes refusaient de mourir, dans le cœur ancien de la chasseresse d'antan.. Guérisseuse stupide, qui ne pense qu'à dorloter ses patients adorés...
"Mais fait donc, petite, fait donc... Laisse-moi donc rejoindre ce bon vieux Gardien." se mit-elle à grincer, en la sombre mélopée de celle qui tient la mort en respect depuis bien longtemps. "Laisse donc la vieille Arda crever, pour qu'elle ne touche plus à ton Hagen, ni ne veille sur ses petits-enfants..." Sa voix était basse, comme pour un conte auprès de la cheminée.
Sa main osseuse et tremblante parvint enfin à se refermer sur le fichu morceau de bois. Ses yeux se levèrent vers Alenoä, et Grim qui glissait un mot dont suintait toute sa bienveillance. Un croassement méprisant s'échappa encore de la bouche de vieillarde... Coupé par le regard vif quel posa sur eux.
"FAIT-DONC ! QUE LEUR CHAIR TENDRE NE CONNAISSE PLUS MON BÂTON !" tonna-t-elle soudain, transperçant les tympans des curieux. "Ton pauvre petit chouine de s'être pris mon vieux pieds, là où un wedo lui aurait arraché son adorable tête ! Crois-tu bien faire en le protégeant du monde ? Crois-tu qu'il sera toujours à l'abri ici ? Crois-tu QUE TU SERAS TOUJOURS LA POUR LE PROTÉGER ?" Son ton s'était fait accusateur, sa main s'était raidi. "Supprime-moi que ces enfants n'aient plus à me supporter ! Qu'ils demeurent faibles, et pleurent au moindre coup ! OU TUES-LES MAINTENANT SI TU TIENS TANT A EUX ! Cela leur épargnera les souffrances causées par leur stupide faiblesse, que tu auras tant cherché à préserver !" Une accusation rageuse se faisait-là entendre. Et était-ce... Non ? Une larme qui coulait, égarée dans les plis de sa peau ancienne ? "Qu'il se batte un peu plus ce gamin, au lieu d'aller trouver refuges dans tes jambes... Il ne te fera que tomber, à agir comme il le fait."
Et, concluant, elle cracha dans leur direction un acide crachat chargé de toute sa hargne d'ancêtre.

Tout aussi rapidement, elle se désintéressa d'eux, son autre main cherchant dans son manteau, avant d'en sortir une fiole. Un ongle en fit remonter le bouchon, et quelques gouttes d'ithylium vinrent toucher le plancher. Rangeant son bien, la vieille ferma les yeux, inspirant profondément... Avant de s'asseoir. Son visage se tendit, ses lèvres s'écrasèrent l'une contre l'autre en une ligne aussi fine que tracée par un couteau. Elle relâcha son souffle, quelques gouttes de sueur venant couler le long de ses tempes. Puis... Modeler, former... L'ithylium répondit, et de la terre se forma, s'éleva pour venir à sa rencontre, soulevant son corps éreinté. Cela ne lui épargna nulle douleur, mais elle contint ce fait. Se laisser surprendre une fois, c'était déjà une fois de trop.

Un "pieds" de terre, sous elle, qui vint enveloppé et tenir son dos. Et qui bougeait sur son ordre. Il n'y avait pas que des inconvénients à prendre de l'âge, et sa bouche parvint à s'étirer en un sourire déterminé et content du contrôle qu'elle ressentait à l'égard de sa création. Que la guérisseuse tente d'y changer quoique ce soit, et se serait au caractère butée de la vieille qu'elle devrait  se frotter. Son 'porteur' terreux se mit en mouvement, glissant vers la porte. Arda n'avait pas été attachée, alors elle comptait bien partir par ses propres moyens.

La porte s'ouvrit. Sans l'intervention de la vieille, qui leva un regard contrarié... Avant de rester pendant un infime instant baba.

La large carcasse de Widükind lui barrait la sortie.

Celui-ci regarda avec surprise celle qu'il reconnut comme étant sa chère compagne. Même si l'étonnement laissa vite place à la compréhension, d'après la tension que le vieil homme pouvait percevoir, et ce moyen de déplacement improvisé. Il soupira, passant une main dans sa nuque dans un geste d'embarras.
"Qu'est-ce que tu as fait à Ölkyr et Karl pour qu'ils tiennent à peine debout ?" demanda-t-il, s'attendant déjà à...
"Pousse toi de là vieille barrique !" ce genre de réponse que grinça Arda, après s'être ressaisi. "J'essaye de sortir de ce trou, au cas où tu ne l'aurais pas remarqué !" continua-t-elle.
Elle s'échauffa quelque peu, alors que le vieillard l'ignorait, s'intéressant plutôt à Ostrid dans son dos.
"C'est grave, guérisseuse ?" dit-il avec une certaine gravité.
"Écoutes-moi quand je te parle, vieil empoté !" continua sa compagne, enrageant d'être ainsi stupidement bloquée dans son plan d'évasion.
Mais l'homme fit la sourde oreille, se penchant soudain vers elle.
"Je vais voir ça, les garçons m'ont parlé d'une jambe gauche..." dit-il en feignant le sérieux d'Ostrid en train de prendre soin d'un patient.
"MAIS ELOIGNE TES GROSSES PAS DE... !" vociféra subitement Arda, ses yeux écarquillés dévisageant son compagnon qu'elle soupçonnait d'un affreux piège.
Mais ses maigres mains ne purent rien contre la force de Widükind, qui demeurait bien supérieure à la sienne malgré l'âge. Et alors... L'homme glissa un bras sous ses jambes et dans son dos, puis la soulevant aussi facilement qu'un marmot, laissant juste filtrer une légère grimace alors qu'Arda hurlait à nouveau, et plutôt près de ses oreilles. Ensuite, voyant qu'elle soufflait bruyamment dans ses bras, il agrémenta la chose d'une légère remise en place, faisant légèrement sauter son fardeau dans ses bras comme s'il le tenait mal... Cela eut pour effet de faire fortement bouger la jambe blessée, et de jeter dans l'inconscience une Arda livide comme un cadavre laissé dans la neige.

D'une pichenette mentale, il fit disparaître le siège de terre, avant de rentrer plus avant dans la maison, sa chère et tendre évanouie dans les bras. Il adressa un sourire bon enfant à Alenoä, où pointait tout de même une once de gène.
"Où est-ce que je la met ?" demanda-t-il... Et là, l'innocence feinte clama tout l'amusement qu'il avait ressenti à démettre ainsi son irascible compagne.
La chose étant néanmoins évidente, il déposa avec cette fois une extrême douceur le corps mou sur la table. Comme s'il était tout de même désolé d'avoir fait si mal à la femme inconsciente... Bien que celle-ci soit pour le moment sourde de son repentir.


Pour utiliser ce compte, faites une demande dans ce sujet.
avatar
Peuplade

On m'appelle Alenoä Osfrid


Infos Personnage
RANG: Grim, Nivilk, Hermine, Fjölan, Dhungäard, Noröa, Astrid, Edvald, Chilali, Skye
VILLE & APPARTENANCE : Clan Hagen ~ Village de Pleyrion
MON AGE : 27 ans
Féminin
MESSAGES : 89
AGE : 25
INSCRIT LE : 12/08/2013
PSEUDO HABITUEL : Kathy
Joyaux : 202
http://www.ile-joyaux.com/t1828-carnet-d-une-guerisseuse http://www.ile-joyaux.com/t1822-alenoa-osfrid
Posté dans Re: Honorez l'ancêtre, et il vous dispensera sa sagesse   - Lun 9 Sep 2013 - 11:50

Alenoä avait regardé la vieille avec un mélange de pitié, de compréhension et du reste de sa colère qui s'évaporait doucement. Cette mise en scène n'était probablement qu'un énième rappel de ce qui était considéré comme une faiblesse de sa part... La justice, qui fait que l'on ne lève pas la main sur celui qui ne l'a pas mérité. Elle était pourtant sévère, elle était pourtant dure avec l'enfant, qui faisait constamment des efforts pour apprendre, persévérer. La guérisseuse trouvait ridicule qu'on lui reproche de ne pas lui faire tâter de son bâton deux fois par jour, alors que Grim était suffisamment effrayé par une voix sévère. Il ne le méritait pas la plupart du temps. Et quand il le méritait vraiment, chose rare, il y avait droit non seulement par elle, mais aussi par ses parents quand ils avaient vent de l'affaire.

Aussi, elle avait écouter la vieille tonner et tempêter, un léger sourire aux lèvres, la main posée avec douceur sur l'épaule de son apprenti. Arda avait peur, voilà la vérité qu'elle pouvait lire : peur de mourir, d'abandonner les jeunes à leur sort dans cet environnement hostile. Les adultes avaient tous peur de voir leur peuple s'éteindre, Alenoä ne faisait pas exception. C'était la terreur que la nature reprenne le peu qu'elle avait cédé, de voir la famine, la maladie, la faiblesse s'installer. Mais la jeune femme était convaincue, peut-être à tort, que si le destin avait voulu que Grim survive jusque là, c'était qu'il avait quelque chose à accomplir dans le monde. Peut-être était-ce simplement de remplacer le petit qu'elle désespérait d'un jour mettre au monde, peut-être était-ce de hauts faits qui porteraient son nom aux quatre coins de l'Île Blanche. Alenoä était mère, qu'elle le veuille ou non, que ce soit officiel ou pas, et elle avait une foi inébranlable dans son garçon. Elle n'avait pas peur. Il ne tomberait pas.... Et s'il tombait, ce serait pour mieux se relever, qu'elle soit là ou pas pour l'aider ; elle en était convaincue. Avoir peur ne signifiait pas pour autant être dénué de ressources, et lorsque Grim aurait surmonté la peur, et bien... Ce jour-là, il deviendrait quelqu'un d'exceptionnel.

Elle regarda le crachat atterrir sur le plancher, beaucoup plus sereine qu'auparavant, sensation étrange s'il en est. Elle aurait pu dire à Arda qu'elle comprenait sa peur, qu'elle la partageait, répondre point par point à chacune de ses provocations... Mais cela n'aurait servi à rien, elle n'aurait pas compris. Les vieux s'imaginent toujours avoir raison, par leur âge et leur expérience. Les jeunes s'imaginent toujours que les vieux ont tort, parce que leur expérience date. C'est comme ça, ça ne changera pas. Alors, elle se contenta de la regarder fuir, sans bouger le petit doigt pour la retenir. Si c'était ce qu'elle voulait...

Elle s'accroupit, tanguant pour ne pas perdre l'équilibre sur sa jambe tordue pendant qu'Arda glissait vers la porte sans plus se préoccuper d'eux.

« Je sais que tu veux la voir guérie, mais elle ne veut pas. Il faut choisir ses batailles, et celle-ci est perdue. »

Alenoä sourit tendrement, et ébouriffa les cheveux de Grim.

« Et puis ne l'écoute pas. Tu es un bon apprenti, elle n'avait pas le droit de te maltraiter. Sinon je te le ferais savoir. »

Lorsqu'elle se redressait en croyant retourner à ses tâches, cependant, elle entendit la voix de Widükind. La jeune femme se redressa avait prudence, équilibriste aguerrie, et regarda vers la porte, un sourire triomphant s'élargissant sur ses lèvres.

« Quoique... Les renforts sont arrivés, garçon. »

Alenoä sourit au vieux bonhomme, qu'elle était très, très contente de voir, tout d'un coup. Un allié devant la furie, c'était toujours ça de pris ; elle allait peut-être pouvoir se mettre au travail normalement. Elle avait bien peur que ses menaces de gangrène aient un fond de réalité, quoiqu'elles ne soient pas vraiment sincères. Elle lui fit un bilan des évènements par dessus les glapissements de la vieille.

« Figure toi que j'ai pas encore eu la possibilité de regarder, alors j'en sais rien. Vu qu'elle tient plus debout, je dirais que la jambe est au moins fracturée, si c'était une entorse elle ne ferait que boiter, mais je ne peux pas t'en dire plus tant que je ne peux pas regarder de près. Elle a malmené Ölkyr, Kvarl et Grim par dessus le marché, ça va du beau bleu au nez cassé. Rien d'irréparable, mais elle finira un jour par se faire mal en faisant mal aux gosses, je ne sais pas comment elle fait pour garder autant de forces... Enfin... »

Alors que Widükind soulevait sa femme, cette dernière se remit à hurler, piaillant d'outrage comme un gros volatile déplumé. Cependant, juste au moment où Alenoä commençait à grimacer pour ses pauvres tympans, Arda se tut, évanouie. Il avait bien semblé à la guérisseuse que c'était une blessure conséquente... Elle fronça les sourcils, reprenant son sérieux alors qu'elle s'approchait du curieux couple.

« Pose la sur la table, au moins elle n'en bougera plus pour l'instant. »

Cela fait, elle posa quelques linges pliés sous la tête de l'ancêtre en guise de coussin, pour atténuer la dureté du bois. Elle entreprit ensuite d'enlever la maudite botte et de retrousser les chausses. Le spectacle qui se dévoilait n'était pas beau à voir, et elle se mordit la lèvre inférieure : une bonne partie de la jambe était bleue, malmenée par les multiples chutes. La guérisseuse palpa doucement la zone abîmée, les yeux fermés pour se concentrer sur son toucher. Enfin, c'était ce que n'importe qui aurait dit, mais elle se concentrait plutôt sur l'image de l'intérieur d'une jambe saine, vue sur un bienheureux déserteur qui avait aidé la science.

Après inspection, comparaison, examen minutieux... Le diagnostic tomba :

« Je dirais que la jambe est cassée et démise juste en dessous du genou. Ce n'est pas très grave chez la plupart des gens, mais la plupart des gens n'ont ni un âge canonique, ni l'habitude de gambader comme des jölgalt en goguette... »

Noä adressa un regard entendu au malheureux mari de la vieille sorcière. Ce regard qui signifiait qu'il allait devoir la surveiller s'il tenait à elle, et qu'elle lui souhaitait vraiment bonne chance dans cette tâche digne du Gardien lui-même.

« Grim ? Au travail. »
avatar
Peuplade

On m'appelle Grim Hagen


Infos Personnage
RANG: Alenoä Osfrid, Céléno Thogen, ...
VILLE & APPARTENANCE : Village de Pleyrion - Clan Hagen
MON AGE : 8 ans
Masculin
MESSAGES : 116
AGE : 24
INSCRIT LE : 18/05/2013
PSEUDO HABITUEL : Mowiel Solverre
Joyaux : 88
http://www.ile-joyaux.com/t2391-journal-de-bord-de-grim-hagen http://www.ile-joyaux.com/t1587-grim-hagen
Posté dans Re: Honorez l'ancêtre, et il vous dispensera sa sagesse   - Sam 14 Sep 2013 - 13:51

- C’est que…, commença-t-il, hésitant. Je ne veux pas qu'elle...

Le petit garçon secoua la tête dans la négative, reculant d’un pas prudent.

Et si Arda Ierken se réveillait ? Et si elle s’en prenait de nouveau à lui, le frappant comme elle frapperait un adulte normalement constitué ? Le cœur gonflé de détresse et de terreur, Grim pleura comme un poupon tout juste sorti du ventre de sa mère, les joues baignées de larmes lourdes. Il ne lui fallut pas plus de quelques secondes pour quitter la salle de soins et rejoindre sa chambre à l’étage, laissant là son Maître, sa patiente et l’époux de cette dernière. Il n’était pas question qu’ils soient témoins de ses angoisses.

Dans la chambre à peine éclairée par les rayons du soleil, l’enfant recroquevillé au sol sursautait brusquement lorsqu’il lui semblait entendre les pas d’Alenoä dans l’escalier. Tout son être est saisi de tremblements, depuis la tête, jusqu’au bout de ses doigts de pieds. Nerveux, il était conscient que sa fuite allait faire réagir son Maître. Car elle allait forcément réagir, se mettre en colère, exiger des explications. Quoi qu’elle fasse, il ne se sentait pas prêt à l’affronter et regrettait déjà sa lâcheté. Quel autre comportement aurait-il pu adopter ?

Pour l’heure, il était bien décidé à garder ses distances, même si cette attitude le punissait lui-même. Tant qu’Arda Ierken se trouvera sous ce toit, il ne sortira pas de cette chambre, ni ne pointera le bout de son nez dans les autres pièces de la maison. C’était trop de souffrances en perspective, et celles que lui causait sa joue lui suffisaient bien assez.

Les escaliers grincèrent de nouveau. Les courants d'air ? La vieille de la bâtisse ? Ou encore son Maître, qui venait le chercher ? Paniqué, il plaça derrière la porte une vieille chaise en bois, avant de grimper sur le toit, en passant par la petite fenêtre.

A sa vue, sa Sentinelle jappa, probablement plus consciente que personne des risques que prenait son petit protégé. Heureusement il resta là, immobile, les genoux contre son torse pour lutter contre le froid. Proie du vent et de ses peurs, Grim prit conscience de sa vulnérabilité.
avatar

On m'appelle Joker

MESSAGES : 90
INSCRIT LE : 01/01/2012
PSEUDO HABITUEL : Joker
Joyaux : 4
Posté dans Re: Honorez l'ancêtre, et il vous dispensera sa sagesse   - Sam 21 Sep 2013 - 15:08


Arda Ierken - 71 ans, habitante de Pleyrion, ancienne chasseuse et compagne de Widükind

&

Widükind Ierken - 67 ans, habitant de Pleyrion, ancien guerrier et compagnon d'Arda
Remarque : dixit PNJ du PNJ, copyright Fjölan
Widükind poussa un gros soupir de wedo mal léché à la remarque d'Alenoä, tout en grommelant quelques tendres commentaires sur la douceur et la résistance digne d'un urcan de sa compagne toujours évanouie à la jambe magnifiquement bleue. La facilité déconcertante avec laquelle il l'avait calmée l'avait pourtant informé de la gravité de la blessure... Mais bon, cela faisait toujours plus grave quand la guérisseuse le disait, et qu'Arda n'était pas là -enfin, assez consciente - pour grogner ses remèdes miracles. Soutenant le regard de l'estropiée, Widükind se gratta ostensiblement le bout du nez, cachant d'une manière peu convaincante le sourire goguenard qui s'afficha sur ses traits burinés.
"T'en fait donc pas pour moi Alenoä. C'est pas une jambe cassée qui sera plus terrible qu'une trentaine d'années de vie avec elle." fit-il tranquillement remarquer, un rire tendre dans la voix.
Et c'est presque sur ces mots que l'hésitant petit Grim prit la poudre d'escampette par les escaliers. Le vieil homme ouvrit des yeux ronds.
"C'est pas si choquant que ça, si ?" interrogea-t-il, quelque peu ahuri, se demandant bien la raison du comportement du gamin.
Dansant d'un pieds sur l'autre, le regard de Widükind alla des marches à Alenoä, tout en faisant un détour par sa belle Arda toute rabougrie. A la première il adressa successivement une mine perplexe, contrite, amusée puis préoccupée. Après une dernière moue, il invita de la main la guérisseuse à aller voir ce qui troublait ainsi son apprenti... Mais il ne lui laissa pas le temps de bouger, se déplaçant lui-même en grommelant.
"Quoique ait pu dire Arda, je crois que je gérerais mieux ton p'tit que sa jambe." dit-il sur un ton bourru. Néanmoins, il s'arrêta un instant avant de commencer l'ascension, jetant un regard penaud à Alenoä. "Mais je peux me tromper."
Puis il la laissa en la compagnie de la Vieille Aigrie.

De son pas un rien lourd et raide, il porta sa vieille carcasse jusqu'à la porte de Grim, qu'il trouva close. Poussant doucement, il sentit de la résistance. Se tirant l'oeille gauche, il fit une première tentative.
"Grim, j'crois que quelqu'un a oublié une chaise contre ta porte !" dit-il fortement.
Faute de réponse satisfaisante, il se permit un puissant coup d'épaule contre le bois. La chaise souffrit, et la porte s'ouvrit dans un fracas peu discret. Déboulant presque dans la chambre, il ne put que constater l'absence du petit, mais perçu le jappement d'une Sentinelle au dehors. Grimaçant pour son épaule, il remit le pauvre meuble debout, vérifia que la porte n'était pas désaxée, puis s'approcha de la fenêtre, par laquelle il passa sa tête, à la tignasse grise disparate.
"Qu'est-ce que t'as trouvé là-haut ? s'interrogea-t-il à voix haute
Puis, parfaitement à l'aise avec son corps massif, il fit goutter d'une petite gourde de l'ithylium... Et bientôt celui-ci prit la forme grossière d'un escalier qui lui permettrait de monter sur le toit, en évitant les acrobaties déconseillées pour son âge. Il avait déjà eu cette discussion avec son vieux dos, et c'est ce dernier qui avait eu le dernier mot. Prenant la peine de creuser légèrement les marches pour y placer ses pieds et éviter une mauvaise glissade, il monta donc, et trouva bien Grim perché.
"Te voilà-donc !" annonça-t-il.
Hissant sa carcasse à hauteur de l'enfant, il s'accroupit, espérant que les grincements de ses articulations n'étaient pas trop perceptibles. Le vent aidait plutôt, de ce côté. Se penchant légèrement, il put détailler la face du gamin...
"Même avec une jambe cassée, elle vise toujours bien. remarqua-t-il sur un ton grondant. "Fais-voir ça à ce wedo de Widükind." continua-t-il plus doucement. "Il se débrouille pas très bien avec les os cassés, mais pour ça il peut t'aider un peu."
Il leva sa grosse paluche, y déposant une goutte d'ithylium, avant de la tendre en direction de l'hématome qui apparaissait sur le visage de Grim. L'air ambiant était déjà glacial, mais les cristaux qui se formait dans sa paume concentrerait mieux le froid, engourdissant un peu le visage mais endormant la douleur... Si le petit apprenti voulait bien le laisser le toucher.
"Qu'est-ce qui te tracasse, petit ? Ce n'est qu'un coup, tu sais que ça guérit bien... Même celui de cette vieille bique, tu peux me croire." tenta-t-il pour engager la conversation sur un terrain apparemment sensible, s'offrant comme interlocuteur.

-----------

Deux étages plus bas, là où personne ne risquait de se casser un membre sur de la neige dure après une belle chute, Arda se mit à bouger légèrement. Entrouvrant ses paupières, elle grogna durant son réveil douloureux.
"Aurion puant..." fut son premier mot doux. "Je me souviendrais comment prendre soin de toi si tu te casses quelque chose..." continua-t-elle, mâchant à moitié les mots. Puis ses billes grises glissèrent sous ses paupières mi-closes, se posant sur Alenoä. "L'âge avancé de la jogält ne l'empêche toujours pas de corriger les petits bois de kouns." lui fit-t-elle observer, avec un petit rire rauque. Elle se tut un instant, jaugeant la guérisseuse. Puis... "Qu'est-ce que tu veux faire, petite ?" ajouta-t-elle plus sombrement, son agressivité semblant avoir été mise en veilleuse par sa récente inconscience.


Pour utiliser ce compte, faites une demande dans ce sujet.
avatar
Peuplade

On m'appelle Alenoä Osfrid


Infos Personnage
RANG: Grim, Nivilk, Hermine, Fjölan, Dhungäard, Noröa, Astrid, Edvald, Chilali, Skye
VILLE & APPARTENANCE : Clan Hagen ~ Village de Pleyrion
MON AGE : 27 ans
Féminin
MESSAGES : 89
AGE : 25
INSCRIT LE : 12/08/2013
PSEUDO HABITUEL : Kathy
Joyaux : 202
http://www.ile-joyaux.com/t1828-carnet-d-une-guerisseuse http://www.ile-joyaux.com/t1822-alenoa-osfrid
Posté dans Re: Honorez l'ancêtre, et il vous dispensera sa sagesse   - Mer 25 Sep 2013 - 8:05

Alenoä voulait bien croire que Widükind en avait vu d'autres. Elle se contenta de sourire et de hausser les épaules, déjà toute à sa tâche. Cependant, l'aide qu'elle avait demandée ne vint pas, et pour cause. La jeune femme soupira en voyant son apprenti disparaître après avoir marmonné ce qui ressemblait à des morceaux de phrases laissées en suspens.

Elle secoua la tête de dépit, et entreprit tout en parlant au vieux bonhomme de renouer ses cheveux dans une tresse plus serrée, la première ayant laissé échappé une grande partie de sa chevelure lors des précédents évènements. Elle n'aimait pas travailler avec des mèches dans le visage.

« Grim n'a pas besoin de beaucoup pour être choqué, Widükind. J'aurais dû me douter qu'il aurait peur. » Elle sourit, indulgente pour l'instant. « Vas-y. Si tu peux, ramène-le, mais y a des chances qu'il soit bien caché. »

Noä n'imaginait pas à quel point, et heureusement ; elle put se mettre au travail pendant que Widükind allait chercher après Grim. Alors qu'elle se penchait enfin sur Arda sans être dérangée, celle-ci se réveilla à moitié. Le sourire d'Alenoä se fit étrangement doux.

« T'as raison, Arda. Quel que soit l'âge, taper sur les Bois de Koun est une activité saine. Mais si tu pouvais les corriger depuis une charrette ou les bras de ton homme pendant quelques temps, ce serait beaucoup mieux pour tout le monde, tu ne crois pas ? » Discutant mine de rien, Alenoä profitait de l’accalmie pour enlever enfin la botte de la vieille, avec autant de douceur que possible, centimètre par centimètre. « Quant à ce que je veux faire... Je veux te soigner. »

Elle tira un bon coup pour enlever le reste, faisait glapir la vieille femme. Au moins c'était fait. La guérisseuse lui lança un regard d'avertissement.

« On est bien parties, ne m'oblige pas à rappeler ton mari. »

Sans plus de manière, Alenoä dégagea la jambe d'Arda du tissu qui la recouvrait, et observa. La peau était bleuie par les chocs répétés, ce n'était pas très joli à voir. Elle soupira. C'était le moment où il aurait été bien pratique d'être deux, pour replacer la fracture correctement avant de l'immobiliser. Et ça allait faire mal. Elle clopina jusqu'à la cuisine, un oeil toujours fixé sur la vieille Ierken, quelques fois qu'elle ne tente encore de s'enfuir comme un gros ver rampant, et revint vite avec une bouteille d'alcool fort. Elle s'assit à côté de la table d'auscultation.

« J'ai comme l'impression que tu vas me maudire sur quatorze générations si j'essaye de t'endormir, alors... » Elle versa une bonne lampée de liquide dans un bol à portée. « On va essayer l'abrutissement éthylique. » Tendant le récipient à l'ancêtre, Alenoä sourit. « Bien sûr, si tu préfères ronfler comme une bienheureuse directement, c'est ton droit le plus strict, je peux y ajouter de quoi te faire dormir. A toi de voir. »

Ce n'était pas très orthodoxe, comme méthode, mais Alenoä essayait peut-être de se faire pardonner pour la dureté des mots qu'elle avait eus un peu plus tôt, en lui donnant le choix qu'elle ne se donnait habituellement pas la peine de proposer.
avatar
Peuplade

On m'appelle Grim Hagen


Infos Personnage
RANG: Alenoä Osfrid, Céléno Thogen, ...
VILLE & APPARTENANCE : Village de Pleyrion - Clan Hagen
MON AGE : 8 ans
Masculin
MESSAGES : 116
AGE : 24
INSCRIT LE : 18/05/2013
PSEUDO HABITUEL : Mowiel Solverre
Joyaux : 88
http://www.ile-joyaux.com/t2391-journal-de-bord-de-grim-hagen http://www.ile-joyaux.com/t1587-grim-hagen
Posté dans Re: Honorez l'ancêtre, et il vous dispensera sa sagesse   - Lun 7 Oct 2013 - 15:33

Le petit garçon voulut crier de toutes ses forces et repousser la main gelée du vieux Widükind de sa joue endolorie. Toutefois, ses muscles tétanisés par le froid refusaient obstinément de lui répondre.

Qu'on le retrouve si rapidement ne faisait pas partie de ses plans, et sans aucun doute sa Sentinelle y était pour quelque chose. Si sa fidélité lui permettait de gambader dans le village sans craindre que les autres petits garçons ne viennent le terroriser, elle l'empêchait néanmoins d'échapper trop longtemps aux adultes à sa recherche, lorsqu'il lui prenait l'envie soudaine de se cacher. Et puis, comment un vieillard sourd comme Widükind aurait-il pu deviner qu'il se trouvait sur le toit, si les jappements tapageurs de l'animal ne l'avaient pas mis sur la voie ?

Trahi, Grim porta sur l'ancien deux yeux bleus où se reflétait une multitude de sentiments contradictoires. Il voulait qu'il s'en aille, et cela sans dévoiler à Alenoä le lieu où il avait choisi de s'isoler. Car pour sûr, elle se mettrait très en colère en apprenant qu'il avait pris le risque d'escalader le toit !


- Il n'y a rien qui me tracasse, tu fais erreur, Widükind, marmonna le petit garçon, avant de subitement détourner la tête en espérant ainsi échapper aux autres questions susceptibles de lui être posées.

Et bien malgré sa tentative de fuite, il sentait toujours sur lui le regard insistant du vieillard. Alors, agacé, il déversa tout ce qu'il avait sur le coeur, sans réellement se rendre compte des proportions que pourraient prendre ses doutes.

- Quand mon oncle Edvald rentre à la maison, il n'arrête pas de me dire que je devrais renoncer à l'art de la guérison, que je ferais un bien meilleur guerrier. Il veut m'apprendre le courage et la férocité, pour que je devienne un Bois de Koun et fasse la fierté du Gardien. Selon lui, guérir c'est pour les faibles, ceux qui ne peuvent pas porter l'épée, les femmes rachitiques ou les estropiés.

Frigorifié, il se recroquevilla sur lui-même, ajoutant d'une voix faible :

- A chaque fois qu'Alenoä a besoin de moi...je...je ne...
avatar

On m'appelle Joker

MESSAGES : 90
INSCRIT LE : 01/01/2012
PSEUDO HABITUEL : Joker
Joyaux : 4
Posté dans Re: Honorez l'ancêtre, et il vous dispensera sa sagesse   - Dim 13 Oct 2013 - 11:51


Arda Ierken - 71 ans, habitante de Pleyrion, ancienne chasseuse et compagne de Widükind

&

Widükind Ierken - 67 ans, habitant de Pleyrion, ancien guerrier et compagnon d'Arda
Remarque : dixit PNJ du PNJ, copyright Fjölan
Chose étonnante, la vieillarde réagit à la pique d'Alenoä par un faible rire.
"Ma foi, j'atteindrai plus facilement leur tête vide de là-haut !" dit-elle avec une sombre joie, qui eut fait frémir plus d'un jeune guerrier.
Puis la guérisseuse entreprit de retirer les chausses qui couvraient si bien le corps usé, et la vieille n'eut guère la tête à l'attaquer davantage, réprimant d'honteux gémissements, les remplaçant par les grondements d'une bête acculée... Sans parvenir à empêcher un profond soupir de se faire entendre, alors que la chair se révélait... Et l'ampleur des dégâts. Arda observa l'état de sa jambe d'un œil dédaigneux, comme si les os ainsi cassés n'étaient qu'une bande d'incapables. Elle ne fit pas mine de s'enfuir durant la petite absence d'Alenoä, puis l'écouta avec sérieux.
"Rien à faire des générations, c'est ton sang que je maudirai, fillette. J'ai assez dormi pour aujourd'hui..." grommela-t-elle, avant d'ajouter avec un sourire effrayant. "Que mon Widükind entende ce que ça me coûte qu'il n'ait pas castré assez de Bois de Koun dans sa jeunesse."
Après quoi la vieille rafla la bouteille, pour en avaler de longues rasades, se préparant sans aucun doute à souffrir.

-----------

Quand Grim finit enfin par lâcher ce qu'il avait sur le cœur, le guerrier au cheveux gris écouta avec patience et attention, sans aucune trace d'amusement sur son visage que les vents avaient si longtemps frappé.
"Ton oncle manie trop son arme, garçon, et oublie l'intérêt de la garder au repos." dit-il, grognon, avant que son visage ne s'éclaire d'un sourire. "Peut-être même bien qu'il ne serait pas de ce monde sans l'aide de l'une de ces "femmes rachitiques" et de ces "estropiés", comme il le dit. En tout cas, ce ne serait pas mon cas, j'ai bien trop épuisé ma mère, quand j'ai décidé que je voulais sortir." Posant même un regard reconnaissant sur le garçon, pour la charge qu'il acceptait en tant que guérisseur... La charge de leur vie. "On a besoin de gamins comme toi. Les guerriers peuvent tailler les déserteurs en pièce tant qu'ils veulent, ils ne combattraient pas longtemps sans personne pour remettre leurs entrailles en place." Puis il lui adressa un franc sourire de grand-père, allant juste lui taper - avec retenue tout de même - et affection dans le dos...
Jusqu'à ce qu'un hurlement ne le surprenne. Un cri inhumain, qui ébranla le vieillard jusque dans son cœur, qui battit avec frénésie malgré son âge avancé, alors qu'il se levait brusquement, les yeux écarquillés.
"Arda ? souffla-t-il.
Car ce cri s'apparentait à celui qu'il redoutait. Celui qui lui annoncerait, qu'un jour, sa compagne ne serait plus, et qu'il serait seul, sans son caractère innommable pour rendre ses journées si distrayantes... Et partager ses souvenirs, devant les petits qui couraient dans leurs jambes, près à se jeter dans ce monde si dur.

Mais le mouvement fut trop rapide... Et son pieds trop peu sûr. Ainsi, il vit le monde partir dans le mauvais sens, alors qu'il perdait l'équilibre, s'abattant sur le toit parsemé de plaques de gel... Emportant sans le vouloir dans sa chute le petit Hagen, happé par sa masse. Le vieillard accusa le cou en percutant le toit, puis en perçut le bord qui se rapprochait dangereusement, le corps de l'enfant sous lui. Il parvint à entourer ce dernier de ses bras et à le tenir contre lui, avant qu'ils ne soient tout deux soudain livrés au vide.

Son escalier de glace lui rentra dans les côtes. Son air fut douloureusement expulsé, avant qu'il ne glisse encore.

Un infime instant où il ne sentit rien, si ce n'est le corps si précieux dans ses bras, et le sien si douloureux... Avant qu'il ne percute définitivement le sol, expirant dans un long soupir, et une explosion de souffrance, son être entier grondant devant un tel traitement.

Il resta sonné un instant, tous ses membres lui disant qu'il allait mal, alors que des habitants arrivaient en courant. Le vieux guerrier parvient finalement à relever un peu la tête, pour regarder la tête touffue qu'il avait sous le menton.

"Pas trop de mal gamin ? gromelle-t-il avec difficulté. "Je crois... Qu'un guérisseur m'aiderait bien... souffle le vieil homme, presque avec jovialité, malgré les multiples côtes qu'il se devinaient cassées.

-----------

Alenoä pouvait bien être la meilleur guérisseuse de toutes les Erfeydes, Arda n'en avait rien à faire : ELLE AVAIT MAL PAR LE GARDIEN ! Mal à s'en déchirer les corde vocales, alors que la jeune femme travaillait à lui arranger le bazar dans sa jambe. L'alcool semblait bien dérisoire par rapport au feu qui rugissait à chaque nouveau mouvement. La vieille luttait furieusement contre l'envie qu'elle avait de ravager à coup d'ongles le visage d'Osfrïd. Si elle n'avait plus le contrôle de sa voix, au moins maîtrisait-elle encore son sac de peau et d'os !

Puis, sans prévenir, la douleur sembla devenir plus sourde... Elle devait s'y habituer, la Ierken... Juste assez pour que ses sens l'informent de la masse qui percuta soudain le sol, à l'extérieur de la maison, les vibrations engendrées n'échappant pas à ses sens rendus bien sensibles par l'âge. Ses yeux s'étrécirent, alors qu'un nouveau cri jaillissait de sa gorge... Mais emplit d'une rage terrorisée. Elle avait senti la progression de son compagnon dans le maison de pierre... Les présences sur le toit...
"WIDÜKIND ! Que fiches-tu stupide wedo ?!" gueula-t-elle, sans égard pour l'ouïe de la guérisseuse. "Et qu'est-ce que tu fabriques encore là Osfrïd ?" lui grogna-t-elle dessus, soudain extrêmement hargneuse. "Bouge ta saleté de patte raide avant que je ne le fasse moi même ! File dehors ! DEHORS ! TOUTE DE SUITE !"
Et les braillements enragées de la vieillarde ne prirent fin que quand elle n'eut plus de souffle pour exprimer son emportement, sa gueulante se finissant sur un sanglot étranglé et angoissé, alors que des larmes furieuses passaient les barrières de ses paupières d'ordinaire bien sèches.


Pour utiliser ce compte, faites une demande dans ce sujet.
avatar
Peuplade

On m'appelle Alenoä Osfrid


Infos Personnage
RANG: Grim, Nivilk, Hermine, Fjölan, Dhungäard, Noröa, Astrid, Edvald, Chilali, Skye
VILLE & APPARTENANCE : Clan Hagen ~ Village de Pleyrion
MON AGE : 27 ans
Féminin
MESSAGES : 89
AGE : 25
INSCRIT LE : 12/08/2013
PSEUDO HABITUEL : Kathy
Joyaux : 202
http://www.ile-joyaux.com/t1828-carnet-d-une-guerisseuse http://www.ile-joyaux.com/t1822-alenoa-osfrid
Posté dans Re: Honorez l'ancêtre, et il vous dispensera sa sagesse   - Lun 14 Oct 2013 - 11:06

Alenoä avait bien du mal à remettre en place les os, malgré toutes les précautions qu'elle prenait... Il aurait mieux fallu tirer un grand coup, mais cela la faisait grincer des dents pour Arda. Toute imbibée qu'elle allait bientôt l'être à force de biberonner la bouteille, la vieille ne pourrait sans doute pas échapper à la douleur qui allait venir.

Noä essuya son front d'un revers de manche, en sueur après ces rebondissements et tous ses efforts pour tenter la méthode douce, et elle tira, un grand déplacement sec dans lequel ses mains expertes remirent tout en place. Arda hurla, et l'univers sembla imploser.

La jeune femme ne comprit pas ce qui se déchaînait dedans et dehors du dispensaire, elle resta figée comme une gourdasse, attitude qu'elle n'avait pourtant que rarement, habituée à réagir au quart de tour. Et pourtant, il fallut qu'Arda la tire de son ébahissement, où elle était à se demander pourquoi cette simple opération avait vraisemblablement déclenché la colère du Gardien.

Elle ouvrit la bouche, la referma, puis se dirigea vers la porte d'une démarche aussi raide que boiteuse. La vieille s'époumonait, un bruit de tous les enfers venait du dehors... Qu'est-ce qui se passait, bon sang de bois ?... Sur le seuil, enfin, elle reprit ses esprits, peut-être un peu trop vite que pour que Grim puisse s'expliquer.

Alenoä vit rouge, un écarlate flamboyant. Et elle inspira profondément.

« Grim Hagen... », commença-t-elle d'une voix dangereuse. « J'espère pour toi que tu as une excellente explication quant au fait que Widükind soit monté te chercher par l'escalier intérieur et qu'il se retrouve là. »

Elle était bien trop calme, sa voix était beaucoup trop posée.

« Tu vas rentrer, et tu vas rassurer Arda, tu vas t'occuper d'elle jusqu'à ce que j'en aie fini ici. Je ne tolérerai aucune discussion. Sa jambe est remise droite, elle peut attendre un instant. »

La jeune femme ne s'énervait pas, pas contre Grim. Elle avait appris il y a bien longtemps que les meilleures punitions n'étaient pas avec lui celles qui faisaient le plus de bruit ou qui causaient le plus de douleur physique ; celles-là avaient toutes les chances de le faire fuir, de l'envoyer dans sa chambre se recroqueviller sous les couvertures. Alors, elle choisissait ce qui lui ferait le plus réfléchir, ce qui serait le plus perturbant. Qu'il imagine seulement, qu'il se retrouve à la place de celui qui aurait pu annoncer à Alenoä que son apprenti s'était rompu le cou en tombant du toit, qu'il explique à quelqu'un qu'un être cher était blessé à cause de lui... Cette mission-là valait autant que beaucoup de coups de bâton.

La guérisseuse s'approcha ensuite du vieillard, ignorant délibérément le garçon, qui avait tout intérêt à obéir. Elle s'accroupit, tanguant dangereusement.

« Hé, Widükind... ? » Il était conscient, malgré qu'il ait apparemment du mal à respirer. « Pas de chance, t'es vivant, ça veut dire encore quelques années avec ta chérie. » Elle sourit, parlant pendant qu'elle passait ses mains sur lui pour tenter de déterminer ce qui était cassé. Il était toujours mieux de distraire les patients, au cas où elle appuyait sur une zone douloureuse. « On va arranger tout ça. » Elle était douce, un peu trop, comme elle avait été trop calme auparavant pour cacher une fureur noire... Intérieurement, elle priait pour que son dos n'ait pas absorbé trop de l'impact. Elle finit par se redresser. Quelle journée... « Je vais aller chercher du renfort mon vieux. Autant Arda, je sais encore la transporter, autant pour toi j'y arriverai pas toute seule. Je vais faire vite. »

Elle retourna dans le dispensaire avec sa lenteur habituelle, et vint se planter les mains sur les hanches dans la salle de repos des malades, ignorant au passage soigneusement la vieille et le gamin. Puisque les patients avaient été curieux de la scène un peu plus tôt, qu'ils participent : certains d'entre eux pourraient bien transporter l'imposant vieillard sur dix mètres, s'ils s'y mettaient à plusieurs.

Pendant que les désignés volontaires sortaient chercher Widükind avec le brancard à roulettes qu'Alenoä utilisait pour transporter les gens lorsqu'elle était seule, sorte de brouette pas très confortable mais redoutablement efficace, la guérisseuse prépara deux des lits disponibles, heureusement côte à côte ; sa table d'auscultation était prise, mais elle se doutait bien qu'Arda ne voudrait pas rester dans l'autre pièce. Noä soupira. Mais vraiment... Quelle journée !
avatar
Peuplade

On m'appelle Grim Hagen


Infos Personnage
RANG: Alenoä Osfrid, Céléno Thogen, ...
VILLE & APPARTENANCE : Village de Pleyrion - Clan Hagen
MON AGE : 8 ans
Masculin
MESSAGES : 116
AGE : 24
INSCRIT LE : 18/05/2013
PSEUDO HABITUEL : Mowiel Solverre
Joyaux : 88
http://www.ile-joyaux.com/t2391-journal-de-bord-de-grim-hagen http://www.ile-joyaux.com/t1587-grim-hagen
Posté dans Re: Honorez l'ancêtre, et il vous dispensera sa sagesse   - Jeu 17 Oct 2013 - 10:01

Grim ne se fit pas prier pour rejoindre la vieille Arda Ierken en salle d’auscultation. Les ordres d’Alenoä étaient clairs et ne laissaient pas place à la désobéissance. Aujourd’hui, le petit garçon en avait trop fait pour oser défier une nouvelle fois les règles de la maison. Jamais il n’aurait imaginé qu’il puisse un jour décevoir son Maître comme il venait de le faire. Jamais elle n’avait porté sur lui un regard si enflammé, celui-là même habituellement destiné aux combattants des Bois de Koun. Si la colère n’avait eu qu’une place infime dans sa voix, elle l’avait transpercé en plein coeur, telle la lame affûtée d’une épée.

Les mains tremblantes, le cœur serré, les yeux brouillés par les larmes, Grim informa sa patiente de ce qu'il venait de se passer, sans un mot pour défendre sa cause. Il était seul responsable des blessures du vieux Widükind. S'il n'avait pas eu à monter sur le toit pour venir le chercher, alors rien de tout cela ne se serait passé et personne n'aurait été blessé. En fuyant ses responsabilités, le petit garçon venait peut-être de condamner à mort un homme d'une extrême générosité.

- Je ne voulais pas lui faire de mal, sanglota-t-il. Je te jure que je ne recommencerai pas...Pardon...Pardon Arda...

Non loin, plusieurs patients s'empressèrent de ramener le blessé à l'intérieur, certains maugréant, très probablement parce qu'on ne leur avait pas laissé le choix. Les gémissements d'agonie de Widükind manquèrent d'achever le petit garçon, qui avait entendu ses os craquer lorsque son corps avait touché le sol. Si cet homme ne l'avait pas protégé dans sa chute, probablement serait-il dans le même état que lui, voire mort sur le coup. Les seules séquelles qu'il gardait de sa chute était une peur sans précédent et quelques contusions, rien d'alarmant.

Les poings serrés, il reporta de nouveau ses yeux sur Arda, la suppliant intérieurement de lui pardonner son erreur. Il était prêt à tout pour obtenir son pardon, à tout, même au pire. Si elle voulait le frapper, alors qu'elle le fasse ! Il ne bougerait pas et subirait la punition jusqu'au bout, avec la force d'esprit d'un homme, d'un vrai. A côté de cela, son crime était bien plus difficile à endosser, notamment pour de si frêles épaules.
avatar

On m'appelle Joker

MESSAGES : 90
INSCRIT LE : 01/01/2012
PSEUDO HABITUEL : Joker
Joyaux : 4
Posté dans Re: Honorez l'ancêtre, et il vous dispensera sa sagesse   - Sam 19 Oct 2013 - 19:53


Arda Ierken - 71 ans, habitante de Pleyrion, ancienne chasseuse et compagne de Widükind

&

Widükind Ierken - 67 ans, habitant de Pleyrion, ancien guerrier et compagnon d'Arda
Remarque : dixit PNJ du PNJ, copyright Fjölan
Et la vieillarde vrillait un regard fixe sur Grim qui racontait comment Widükind l'avait trouvé sur le toit, comment son compagnon avait ensuite glissé, comme ce wedo de vieillard avait chuté, le petit dans les bras...
"Mais qu'est-ce que tu dis, Hagen... ?" souffla-t-elle d'une voix faible. "MAIS QU'EST-CE QUE TU ME DIS ?!" cria la Ireken soudainement, ses mains se tendant comme des serres vers l'apprenti. "Que faisais-tu là haut sombre crétin ? Qu'est-ce que tu croyais y trouver ?! Le Gardien en personne ?! Bien sûr que quelqu'un allait venir ! ET CET IMBÉCILE L'A FAIT !"
La vieille hystérique sembla même soudain prise de la folie de vouloir se lever pour mieux se jeter sur l'enfant... Mais ses sens l'avertir, et elle se figea, se tendant avec désespoir vers l'entrée, par laquelle une masse inerte passait, portée par tous les faiblards encore capables de tenir debout. Ils eut pu être de vulgaire insecte, le résultat eut été le même. Arda n'avait d'yeux que pour son compagnon. Ah et, de voix aussi.
"IMBECILE ! SENTINELLE STUPIDE ! BOUSE DE KOUN !" brailla-t-elle au passage du blessé, et à l'attention de ce dernier. "Qu'est-ce qui t'a pris de monter là haut ? Tu as oublié tes cheveux blancs ? TU AS OUBLIE TES CHEVEUX QUI TOMBENT, ET TES OS QUI GRINCENT ?!"
Mais la vieille fut interrompue brutalement dans son délire hystérique.
"Tu me donnes mal à la tête vieille femme..." souffla Widükind, détournant un instant son attention de son corps douloureux pour réagir un minimum à la bonne femme... Qui était son épouse, il est toujours intéressant de le rappeler.
Et Arda qui s'était tendue sur la table, guettant sans se l'avouer le moindre signe de vie, sembla retomber dans le sac d'os qu'était son corps, emmailloté en partie par des fourrures. La douleur de sa jambe avait totalement été mise au second plan. L'ancienne chasseresse porta ses mains à ses tempes.
"Par mes ancêtres, mais pourquoi ai-je épousé un tel crétin..." siffla-t-elle, furieuse, avant de partir sur un monologue de lamentations outragées, ponctué d'une vérification de la généalogie de son compagnon et y traquant la moindre tare, tel le grand oncle qui attaqua un clan adverse en tenant son épée à l'envers, ou encore une vénérable grand-mère qui rata si bien son plat qu'une vingtaine d'invités eurent la diarrhée toute une nuit. De ces agréables histoires de familles qui se racontent avec mauvaise volonté... Ou bonne si le gaillard a assez bu pour oublier un tant soit peu son bon sens.
Pendant ce temps-là, Widükind entretenait une conversation passionnante avec la guérisseuse.
"Alënoa..." gémit-il presque. "Tu as vraiment parlé d'années ? Avec elle ? Tu as conscience que ce que tu me dis est pire que de clamsé aujourd'hui ?" souffla-t-il avec un ironique désespoir.
Mais le vieillard prit pour argent content les propos d'Osfrïd, et avant qu'on ne l’emmener à l'écart, il parvint à adresser un sourire livide à sa compagne.
"C'est pas pour aujourd'hui la délivrance, vieille femme !" dit-il avec toute la joie canaille qu'il trouva dans sa carcasse amochée.
"AH ! GARDIEN QUE TU ES MÉCHANT !" cria Arda en réponse, alors que Widükind disparaissait à ces yeux, son agressivité retrouvée s'éteignant avant l'heure.
Étrangement, il se fit entendre comme un soulagement dans la voix ancienne, alors que la chasseresse d'antan se rallongeait enfin, ses mains osseuses cachant son visage... Et ses larmes.
"Il m'aura, cet idiot. Il aura raison de mon vieux cœur avec ces fadaises..." marmonnait la vieille entre deux sanglots étouffés, le reste du monde oublié, seul comptant son compagnon que l'on allongeait dans la pièce voisine.
Du moins son esprit s'était-il assez recroquevillé pour qu'elle ne réclame pas encore à cor et à cri à être mise près de lui aussitôt... Pour l'engueuler pour sa bêtise, bien entendu.

HRP:
 


Pour utiliser ce compte, faites une demande dans ce sujet.
avatar
Peuplade

On m'appelle Alenoä Osfrid


Infos Personnage
RANG: Grim, Nivilk, Hermine, Fjölan, Dhungäard, Noröa, Astrid, Edvald, Chilali, Skye
VILLE & APPARTENANCE : Clan Hagen ~ Village de Pleyrion
MON AGE : 27 ans
Féminin
MESSAGES : 89
AGE : 25
INSCRIT LE : 12/08/2013
PSEUDO HABITUEL : Kathy
Joyaux : 202
http://www.ile-joyaux.com/t1828-carnet-d-une-guerisseuse http://www.ile-joyaux.com/t1822-alenoa-osfrid
Posté dans Re: Honorez l'ancêtre, et il vous dispensera sa sagesse   - Dim 20 Oct 2013 - 14:35

Pour la première fois de sa vie, Alenoä n'était pas dérangée par les glapissements de la vieille Ierken. Elle changeait les draps rapidement pour qu'ils soient prêts à accueillir Widükind lorsque les désignés volontaires auraient pu le ramener jusque là, mais elle ne se pressait pas en vue de secourir son apprenti ; autant qu'il se rende compte des conséquences de ses actes, et Arda n'était de toutes façons pas en état de lui faire mal sans hurler de douleur elle-même. La jeune femme se figea un instant, pondérant les probabilités, l'idée qu'Arda serait bien capable de se lever pour tordre le cou de Grim lui ayant traversé l'esprit. Cependant, n'entendant pas l'enfant appeler au secours, elle se remit sa tâche, précise et imperturbable dans le chaos ambiant.

Elle revint dans la pièce d'entrée juste à temps pour voir Widükind entrer dans la maison. Et curieusement, elle sourit devant le déluge d'insultes, le coeur serré. Si Arda hurlait si fort, si elle ne pouvait faire autrement que de parler haut et fort, c'était sans doute pour masquer sa peine. Noä espérait qu'elle aussi, un jour, finirait par hurler sur quelque de toute la force de ses poumons, quoique peut-être pour un motif moins dramatique. Elle faillit ne pas entendre que Widükind lui parlait, toute à ses espoirs et à ses rêveries, qui lui prenaient parfois lorsqu'elle commençait à fatiguer, ce qui était le cas vu le déroulement de cette journée de plus en plus mouvementée.

La jeune femme sourit, et tapota la jambe du vieillard, partie de son corps la plus proche où elle ne risquait apparemment pas de lui faire mal.

« Oui mon vieux, des années. Faut dire aussi que tu l'as cherchée, celle-là. Je sais bien que tu voulais récupérer le gamin... » Elle adressa un regard en coin à Grim, exprimant très clairement toute sa désapprobation. « Mais tu ne crois pas qu'elle a un peu raison ? »

Sans plus traîner là, elle fit signe aux porteurs de plus en plus mal lotis de la suivre dans la pièce à côté, pour qu'ils allongent enfin le vieil homme sur le lit qu'elle avait préparé. Ce fut laborieux de le transporter sans le faire souffrir, et Alenoä grimaça. Il n'était pas facile d'immobiliser correctement des côtes cassées. Elle se pencha de suite sur le patient inattendu.

« Bon, on va voir ça. » Elle releva la blouse de Widükind, afin de voir si des marques n'apparaissaient pas sur la peau. A son grand soulagement, ce n'était pas le cas ; cela aurait signalé à coup sûr une hémorragie interne. Bien qu'elle eût de quoi les traiter grâce à la petite Nibelungen, ces blessures étaient suffisamment dangereuses sur un corps jeune pour qu'elle ne voulut pas les voir apparaître sur celui de Widükind. Elle sourit, tentant de le rassurer. « Comme je le pensais, ça ne devrait pas être trop grave. Tu vas me dire où ça fait mal exactement. »

Alenoä rêvait de quelque chose qui lui eut permis de voir à travers la peau, mais cela n'était pas possible, même dans ses espérances les plus folles. Personne a ce jour n'avait à sa connaissance développé un lien pareil – le contraire eut été étonnant – et elle avait beau chercher, elle ne trouvait rien qui le permette. Elle allait poser ses mains sur l'homme, et puis elle se ravisa. Il valait mieux que s'il avait mal, Arda soit là pour constater qu'elle ne le torturait pas pour se venger du coup infligé à Grim. Et puis, elle avait prévu deux lits.

« Un instant. »

Elle reprit son espèce de brancard roulant, et se rendit auprès d'Arda, qui avait rendu les armes et pleurait. A nouveau, le coeur d'Alenoä se serra, elle lui parla d'une voix douce.

« Je t'amène près de lui. »


Relevant ses manches, elle entreprit de transférer la vieille de la table à l'étrange brouette, tant bien que mal.

« C'était tout de même plus pratique quand il pouvait te porter », pesta-t-elle à voix basse avant de reprendre un timbre normal. « Grim, j'espère que tu te rends compte de la situation. Tu vas amener tout le matériel près des lits pendant que je transporte Arda. Et c'est toi qui vas la soigner. »

Il n'y avait plus grand chose à faire, en soi : poser l'attelle en la serrant bien, et la recouvrir de plâtre pour assurer qu'elle tienne le temps de la réparation des os. A l'âge de la dame, cela prendrait peut-être un peu plus de temps que sur un jeunot, c'était d'autant plus important. Grim devrait bien être capable de faire ça, n'est-ce pas ?
avatar
Peuplade

On m'appelle Grim Hagen


Infos Personnage
RANG: Alenoä Osfrid, Céléno Thogen, ...
VILLE & APPARTENANCE : Village de Pleyrion - Clan Hagen
MON AGE : 8 ans
Masculin
MESSAGES : 116
AGE : 24
INSCRIT LE : 18/05/2013
PSEUDO HABITUEL : Mowiel Solverre
Joyaux : 88
http://www.ile-joyaux.com/t2391-journal-de-bord-de-grim-hagen http://www.ile-joyaux.com/t1587-grim-hagen
Posté dans Re: Honorez l'ancêtre, et il vous dispensera sa sagesse   - Sam 26 Oct 2013 - 5:49



La colère d'Alenoä déchira le coeur du petit garçon, qui obtempéra sans un mot. Il aimait la voir sourire, s'émerveiller. Il aimait lorsqu'elle lui ébouriffait les cheveux, le félicitant pour son travail et les progrès qu'il avait accompli depuis son arrivée au dispensaire. Mais aujourd'hui, elle lui faisait grassement payer son  imprudence, qui avait bien failli coûter la vie à un innocent. Qu'il le veuille ou non, Grim était dans l'obligation de plâtrer la jambe brisée d'Arda Ierken.

S'il avait appris à le faire auprès de son Maître tout récemment, le mettre en pratique sur la femme la plus redoutée du Village de Pleyrion, et plus particulièrement par les jeunes Bois de Koun, était une toute autre histoire. Pour lui, un Wedo en colère valait mieux qu'une vieille peau furax. Quand bien même présentait-elle ses premiers signes de faiblesse, il n'était pas à l'abri qu'elle se réveille soudainement et tente de l'étrangler pour se venger de ce qu'il avait infligé à son mari. Monter sur le toit malgré la glace relevait de l'inconscience.

Grim rassembla dans un vieux panier tout le matériel dont il allait avoir besoin. Il rejoignit ensuite son Maître dans la salle voisine, où Widükind tentait de trouver le repos malgré la douleur. Le petit garçon évita soigneusement son regard, inquiet d'y trouver de la rancune, ou pire encore, de la pitié. Il ne voulait pas qu'il s'inquiète pour lui, même si la chute avait été plutôt rude. Au pire des cas, il n'allait garder de cette journée que des mauvais souvenirs et quelques douleurs éphémères.

- Je vais stabiliser ta jambe, dit-il d'une petite voix, à l'attention d'Arda Ierken. Il ne faut pas bouger, d'accord ? Sinon je vais devoir recommencer tout...

Une fois certain qu'Alenoä lui prêtait de l'attention, Grim se mit au travail. Installer une atèle n'était en soi pas si difficile, bien que très douloureux pour la patiente. Les muscles n'étaient pas mis à l'épreuve, et heureusement, car l'enfant n'avait pas une alimentation qui lui permettait de les développer comme les autres petits garçons de son âge. Le plus compliqué venait après. Il lui fallait préparer une pâte spéciale afin de faire le plâtre que la vieille chasseuse allait porter pendant plusieurs mois. Grim n'était plus très certain des doses mais comme son Maître ne jugea pas bon d'intervenir, peut-être était-il sur la bonne voix.

Une fois la mixture prête, il plaça autour de la jambe de sa patiente plusieurs couches de bandages souple, puis le recouvrit avec le plâtre.
avatar

On m'appelle Joker

MESSAGES : 90
INSCRIT LE : 01/01/2012
PSEUDO HABITUEL : Joker
Joyaux : 4
Posté dans Re: Honorez l'ancêtre, et il vous dispensera sa sagesse   - Dim 3 Nov 2013 - 10:03


Arda Ierken - 71 ans, habitante de Pleyrion, ancienne chasseuse et compagne de Widükind

&

Widükind Ierken - 67 ans, habitant de Pleyrion, ancien guerrier et compagnon d'Arda
Remarque : dixit PNJ du PNJ, copyright Fjölan
Malgré son émotion, Arda fit mine de se braquer à l'approche d'Alenoä... Mais, sans le savoir, celles-ci prononça les mots magiques pour s'épargner l'ire de la vieille : "Je t'amène près de lui." Jamais elle ne l'aurait dit à voix haute, mais cela était bel et bien ce que réclamait à cor et à cri son cœur de chasseresse pas si glaciale que cela quand il était question de son "crétin" de compagnon. Ainsi se laissa-t-elle portée avec docilité jusqu'au lit jouxtant celui de Widükind, qui n'avait répondu aux remontrances et aux commentaires d'Alenoä que par de vagues grognements de wedo ronchon, respirer lui étant quelque peu douloureux.

A peine Arda était-elle entrée que les deux vieux ne purent plus se lâcher des yeux, Widükind parfaitement impassible, et Arda semblant vouloir le tuer simplement d'un regard. La guérisseuse et son apprenti s'affairant étaient quelque peu passés au second plan. Que l'ancien guerrier blessé se détourne finalement pour sourire au Grim rendu si craintif par l'emportement de sa compagne fut comme une insulte pour celle-ci, qui, enfin allongée, déversa à nouveau sa colère (qu'elle semblait posséder en quantité illimitée) sur son compagnon.
"Tes ancêtres doivent se retourner dans leur tombe devant une bêtise pareille ! Grimper sur le toit, non mais tu t'es vu ? Une carcasse que tu es, qui n'attend qu'un petit coup pour se briser !" Le blessé trouva alors judicieux de sourire de toutes ses dents en désignant du doigts la jambe à nu qui allait être plâtrée. Arda tempêta derechef... Tout en restant sagement allongée. "WIDÜKIND IERKEN, N'ESSAYE MÊME PAS DE CHANGER DE SUJET !" Grim choisit le juste moment pour demander l'immobilisme d'Arda, et profita donc du volume sonore atteint. "FAIS CE QUE TU AS A FAIRE HAGEN !"
Après quoi elle se tourna à nouveau vers Widükind, qui l'écouta à moitié alors qu'Alenoä cherchait les points douloureux sur son torse massif. Tantôt il jetait un regard à sa compagne colérique, tantôt il hochait la tête à l'attention de la guérisseuse quand une pointe de douleur fusait sous ses doigts. Et quand la première fit mine de se calmer, alors que Grim était encore à l'oeuvre, Widükind usa de ses forces soigneusement amassées pendant les dernières minutes pour asséner une seule attaque.
"Ma douce, tais-toi avant d'avoir vraiment la face aussi fripée et rouge qu'un bébé tout juste sorti de sa mère." dit-il, masquant sa douleur derrière le plaisir de la taquiner.
Il n'en fallut pas plus à la vieille, qui entreprit alors de lui rafraîchir la mémoire quant à ses glorieux actes passés : comment pour avoir "emprunter" l'arme de son camarade, la sienne avait fini dans une bouse de koun; comment lors d'un  duel avec un autre guerrier, il avait été mis à terre par celui-ci du fait de la forte sensibilité de ses oreilles quand elles étaient tirées (d'où qu'il n'ait plus accepter les duels à mains nues par la suite); comment, lors d'une grande cuite, il s'était trompé de maison, se réveillant dans le lit de l'ancienne Ardekÿ qui l'en avait chassé au petit matin à coup de bâton; et enfin, - même lui rougit à ce souvenir -, dans quel état il était revenu après avoir fait (en courant) le tour du village une dizaine de fois complètement nu, au plus fort du froid, revenant aussi bleu que le ciel en journée, avec ses deux "précieuses" plus petites que les graines d'un fruit. Le vieil homme avait été capable d'un peu tout et n'importe quoi pour séduire une chasseresse endurcie particulièrement tenace dans ses refus.

Comment il fut réchauffé ensuite relevant des histoires intimes du vieux couple (donc aussi sacrées que l'antre d'un émissaire), Widükind ne l'évoqua pas, s'esclaffant juste un peu avant de se calmer de lui même, ses blessures se rappelant à son souvenir.

Ainsi Arda remarqua à peine les désagréables sensation de sa jambe alors que le plâtre était mis en place. Son compagnon ne la relançant pas, elle posa un regard sec sur Grim, plusieurs minutes après que le plâtre eut entièreent recouvert les bandages.
"Tu as finis ?" lui demanda-t-elle, aussi reconnaissante qu'un enfant jeté dans l'eau glacée de la rivière.
"Merci." Cela vint de Widükind qui se redressa juste un peu pour laisser voir à Grim la reconnaissance sur son visage, là où la vieille la retenait précieusement. "Même Arda ne pourra pas le défaire."
L'ancienne chasseresse fit mine de s'offusquer,puis ne dit rien. D'un œil morne, elle évalua la "chose" qui venait lui emprisonner, pour son "bien" et pour des mois sa vieille jambe, avant de jeter un regard courroucé au trio, puis de se tourner un peu et de fermer les yeux en grommelant. Sa manière à dire qu'elle en avait assez de supporter une telle farce. Son compagnon en profita pour la regarder avec un attendrissement extraordinaire, avant de reposer sa "carcasse" douloureuse. Cela n'était pas dans ses habitudes, mais pour la suite il se reposait entièrement sur Alenoä.


Pour utiliser ce compte, faites une demande dans ce sujet.
avatar
Peuplade

On m'appelle Alenoä Osfrid


Infos Personnage
RANG: Grim, Nivilk, Hermine, Fjölan, Dhungäard, Noröa, Astrid, Edvald, Chilali, Skye
VILLE & APPARTENANCE : Clan Hagen ~ Village de Pleyrion
MON AGE : 27 ans
Féminin
MESSAGES : 89
AGE : 25
INSCRIT LE : 12/08/2013
PSEUDO HABITUEL : Kathy
Joyaux : 202
http://www.ile-joyaux.com/t1828-carnet-d-une-guerisseuse http://www.ile-joyaux.com/t1822-alenoa-osfrid
Posté dans Re: Honorez l'ancêtre, et il vous dispensera sa sagesse   - Lun 11 Nov 2013 - 14:26

Même si elle était en colère, Alenoä avait tout de même prêté une grande attention aux gestes de Grim. Elle avait soupiré, un petit souffle inaudible ; il fallait qu'il apprenne qu'il ne soignait pas correctement juste parce qu'elle le regardait. Le petit coup d'oeil en coin du gamin ne lui avait pas échappé, alors qu'elle croisait les bras et s'appuyait le derrière contre la petite table à côté du lit de Widükind, reposant sa jambe avant d'elle-même soigner le vieil homme. L'enfant voulait être sûr qu'elle observe, et à bien le connaître, Noä se doutait qu'il n'aspirait qu'à son approbation... Mais ce n'était pas ça qu'il fallait. Il ne devait pas être performant pour plaire à son maître, il devait être performant pour sauver des vies. Qu'importe la reconnaissance. Alenoä n'y avait jamais aspiré, elle n'avait pas vraiment eu d'autre maître que ses livres et ses observations... Elle comprenait, mais difficilement, le ressenti de son apprenti.

Oh, quelque part, elle était flattée de voir ces petits yeux qui montaient vers elle comme vers une référence, qui attendaient son commentaire. Mais il faudrait un jour qu'il s'en passe. Enfin, peut-être était-elle trop exigeante. Le visage toujours fermé, puisque sa colère ne partirait pas en un clin d'oeil, Alenoä hocha sèchement la tête devant son travail, là où elle lui aurait habituellement ébouriffé les cheveux en souriant. De toutes façons, il ne l'aurait probablement pas entendue parler, dans le vacarme de la dispute des vieux amoureux. Intérieurement, ces deux-là réchauffaient le coeur d'Alenoä. Ils s'aimaient, ils pourraient compter l'un sur l'autre tant qu'ils vivraient, et les insultes n'étaient que des mots d'amour à l'erfeydienne. A leur manière, ils étaient autant violents que drôles.

Plâtrée et visiblement exténuée – ce qui n'était pas en soi étonnant, avec les derniers évènements qui avaient dû entamer sérieusement son énergie, à défaut d’érailler ses impressionnantes cordes vocales -, la vieille Ierken se calmait enfin, et fermait les yeux, sous le regard ébahi d'Alenoä. Elle était bizarrement honorée de ces grommellements et de ce sommeil apparent ; Arda lui faisait confiance. Sans plus tarder, elle boita pour préparer ce qui lui était nécessaire. Dans le cas de Widükind, pas de plâtre, mais des bandes bien serrées feraient l'affaire. Et... Une petite goutte de jus de duzfn, qui l'endormirait pour laisser la guérisseuse travailler sans qu'il sente la douleur.

Bientôt, l'homme dormit, suffisamment profondément que pour ne plus être conscient des gestes de la guérisseuse, qui eut tôt fait de l'examiner. Ce n'était pas vraiment grave, une côté peut-être cassée, deux sûrement fêlées... S'il mangeait correctement et ne se démenait pas trop, ses os se répareraient.  Néanmoins... Il faudrait qu'elle le garde deux ou trois jours pour s'assurer qu'il n'y avait pas d'organe touché, et probablement qu'Arda reste aussi du même coup. Noä soupira. Elle avait bien intérêt à profiter de cet intermède calme avant que les deux ne se réveillent. Prestement, elle appliqua sur son torse une pommade à base de plantes qui était supposée l'aider à mieux respirer par les vapeurs qu'elle émettait, un médicament en phase de test. Peut-être pas très utile dans ce cas, mais il devait lui être douloureux d'inhaler avec ses blessures, autant que cela se fasse le plus facilement possible.

De longues minutes plus tard, lorsqu'il fut bien emballé dans les bandes de soutien et bordé dans le lit, la jeune femme était en nage et courbaturée de l'avoir retourné dans tous les sens. Elle repoussa en arrière quelques mèches de cheveux poisseuses qui s'étaient échappées de sa natte, et tourna enfin son attention vers le garçon qu'elle avait ignoré un certain temps.

« Laissons-les dormir. »

Clopinant lentement vers les escaliers, elle y grimpa laborieusement, pestant entre ses dents contre cette jambe qui lui ordonnait de s'asseoir après tant de temps debout. Arrivée en haut, dans la pièce à vivre exiguë, elle se laissa tomber avec soulagement dans son fauteuil attitré, celui qui avait un petit tabouret avec un coussin juste à portée pour étendre cette satanée patte. Il faudrait vraiment qu'elle trouve un moyen de résoudre ce problème, mais quelque chose lui disait qu'elle ne ferait pas mieux que l'onguent calmant qu'elle utilisait déjà. Elle s'étira en grimaçant, les yeux fermés serrés sous la douleur, avant de rouvrir un regard aux aguets sur l'enfant qui l'avait suivie.

« J'espère au moins que tu as appris quelque chose aujourd'hui, Grim. »

Les yeux se firent sévères. Vas-y garçon, déballe les bonnes leçons du jour.
avatar
Peuplade

On m'appelle Grim Hagen


Infos Personnage
RANG: Alenoä Osfrid, Céléno Thogen, ...
VILLE & APPARTENANCE : Village de Pleyrion - Clan Hagen
MON AGE : 8 ans
Masculin
MESSAGES : 116
AGE : 24
INSCRIT LE : 18/05/2013
PSEUDO HABITUEL : Mowiel Solverre
Joyaux : 88
http://www.ile-joyaux.com/t2391-journal-de-bord-de-grim-hagen http://www.ile-joyaux.com/t1587-grim-hagen
Posté dans Re: Honorez l'ancêtre, et il vous dispensera sa sagesse   - Dim 17 Nov 2013 - 8:51


Le petit garçon fit oui de la tête et une larme glissa doucement sur sa joue. Il avait ressenti, plus qu'il n'avait endendu le merci de que lui adressé le vieux Widükind avant de laisser aller sa tête sur l'oreiller et de fermer les yeux. Grim avait tellement honte de ses agissements. Honte pour tout ce que ces gens avaient souffert jusqu'à présent. Après quelques instants d'un long silence, il releva son regard où de grosses larmes maintenant ruisselaient. Si la possibilité lui avait été offerte, il aurait voulu s'enfuir, de peur qu'Alenoä ne voit sa peine et lui reproche de nouveau son manque de courage. Quand il croisa le regard sévère de son Maître, son sang s'arrêta soudainement de circuler et la peur s'empara de lui. Sa colère l'écrasait, même si elle semblait la contenir. Plus que jamais, il se sentait minable.

- Il ne va pas mourir, n'est-ce pas ? Widükind.

Il déglutit avec difficulté.

- Il m'a pris sur lui pour pas que...que...je me...pour pas que je m'écrase par terre. J'ai entendu ses os craquer, il a crié et puis...

Le souvenir de cet instant le fit frissonner de terreur.

- Je te promets que je ne m'éloignerai plus, je ne monterai plus sur le toit et je travaillerai dur, même si ça me fait peur ou que c'est trop difficile. Je ne ferai plus de mal à personne, je ne veux plus que quelqu'un se blesse à cause de moi...

Quelle rude journée. Son conflit avec la vieille Arda lui avait laissé un magnifique hématome sur la joue, tandis que sa chute, bien moins grave que celle de Widükind, avait engourdi chacun de ses muscles. Quelques bleus pour ce qui aurait dû être son arrêt de mort. Les larmes de son Maître et de sa famille si sa disparition la touchait un tant soit peu. Sa Sentinelle avait très probablement contribué à lui sauver la vie elle aussi, en jappant suffisamment fort pour que le vieillard trouve la cachette de son petit compagnon. Ils étaient tous là pour lui et lui ne faisait que fuir comme un lâche.

La tête basse, il s'approcha en silence d'Alenoä et posa ses doigts sur sa jambe douloureuse, lui prodiguant un massage sommaire mais qui pourrait peut-être la soulager, rien qu'un peu. Il ne cherchait pas à éviter les zones douloureuses, bien au contraire. En trouvant les muscles noués de cette jambe mal-formée, il espérait bien décontracter ceux qui étaient responsables de son mal. Quand Alenoä soignait une blessure dépourvue de plaie, elle touchait systématiquement l'endroit où ça faisait mal, manipulant, appuyant jusqu'à ce que le patient retrouve sa motricité ou la remercie de lui avoir enlevé un poids, pour quelques heures, voire quelques jours. Mais ses petits doigts et son manque d'expérience ne lui permettait pas d'accomplir les mêmes miracles. Elle, elle était si talentueuse.
avatar
Peuplade

On m'appelle Alenoä Osfrid


Infos Personnage
RANG: Grim, Nivilk, Hermine, Fjölan, Dhungäard, Noröa, Astrid, Edvald, Chilali, Skye
VILLE & APPARTENANCE : Clan Hagen ~ Village de Pleyrion
MON AGE : 27 ans
Féminin
MESSAGES : 89
AGE : 25
INSCRIT LE : 12/08/2013
PSEUDO HABITUEL : Kathy
Joyaux : 202
http://www.ile-joyaux.com/t1828-carnet-d-une-guerisseuse http://www.ile-joyaux.com/t1822-alenoa-osfrid
Posté dans Re: Honorez l'ancêtre, et il vous dispensera sa sagesse   - Dim 17 Nov 2013 - 14:54

Alenoä eut un profond soupir, résultat de sa fatigue et de l'ampleur des choses à expliquer. Il était un enfant. D'ailleurs, tous les petits erfeydiens étaient des enfants, quoiqu'en pensent leurs mères, quoiqu'en pense la nature, ils avaient tous des choses à apprendre avant d'être lâchés dans le vaste monde, et ils faisaient des bêtises. C'était le cours normal de la vie, après tout. La chose était que le sien, petit et trouillard, avait sans doute encore plus de choses à assimiler que les autres, car non seulement il lui fallait passer au dessus de ses peurs et se faire une place parmi ceux qui avaient la « chance » d'être des brutes nées, mais il était aussi intelligent. Un double fardeau à cet âge où les parents auraient voulu le voir s'orienter, comme tous les autres, vers l'art de la guerre. Non pas qu'il n'y ait rien d'honorable à se précipiter pour taper sur d'autres êtres humains, mais il fallait tout de même bien quelqu'un en retrait pour soigner ces cing... défenseurs. Quoiqu'il en soit, le garçon se donnait du mal pour trouver et garder sa place, et le poids de la culpabilité pesait en ce moment-là beaucoup trop lourd pour de si jeunes épaules. L'explication était compliquée. Elle cherchait ses mots en silence, espérant ne pas avoir l'air trop sévère face à des larmes qui lui donnaient juste envie de le serrer contre elle ; elle ne pouvait pas, malgré son coeur qui se fendait.

« Widükind ne devrait pas mourir, » dit-elle enfin. « Du moins je ne crois pas, un malheur peut toujours arriver sans prévenir, mais ça m'étonnerait. Il sera fragilisé, il aura mal quelques temps, surtout s'il tousse, mais je ne pense pas que ses jours soient en danger. Vous avez eu beaucoup de chance. »

Elle ne pouvait pas se permettre d'enjoliver les choses, pas avec le métier auquel Grim se destinait. Un jour, il serait confronté à la mort, un jour peut-être, il devrait la donner à quelqu'un qui supplierait pour le repos éternel... Il n'aurait pas été juste d'en parler à demi-mots. La présence, occasionnelle ou fréquente par période, de la mort dans le dispensaire n'avait jamais été un secret, mais sa vue n'était pas encore pour Grim. Pas encore.

Noä grimaça sous le massage, mais ne dit rien. C'était un bon réflexe qu'il avait là, même s'il n'avait pas encore la force nécessaire pour réellement la soulager, c'était un bon début. Elle lui apprendrait sans doute à mieux faire, lorsque la discussion se prêterait à digression... Et lorsque ce ne serait pas un moyen d'essayer d'apaiser la colère. De toutes façons, son agacement s'atténuait ; elle jugeait plus important qu'il comprenne plutôt qu'il se souvienne d'une quelconque correction. Comprendre, selon Alenoä, primait toujours, sur presque tout. Elle croisa les mains sur ses genoux, l'air plus détendue.

« Widükind t'a fait un cadeau. Il aurait pu t'en faire un bien plus lourd à porter, t'accrocher un boulet au pied, mais avec son état qui ne semble pas trop grave... C'est vraiment un cadeau. C'est une bonne leçon, ne pas mettre les autres en danger en ne se mettant pas soi-même en danger. En retour, je pense que tu peux réfléchir sur pourquoi ça s'est produit... Et je pense que tu arriveras à la conclusion que tout n'est pas de ta faute, même si tu en es persuadé maintenant. »


C'était sans doute une finale surprenante, qui méritait une meilleure explication.

« C'est un vieil homme imbécile, qui se prend encore pour un jeunot. Comme Arda, qui va risquer ses jambes sur les plaques de glace. Il n'aurait jamais dû monter sur le toit, et il est probable que sans lui, tu ne serais jamais tombé, puisque tu es agile. Ou du moins, en tombant, tu ne te serais pas fait aussi mal que lui. »

L'explication n'était pas faite pour rassurer Grim, elle était là pour rétablir l'équilibre et la vérité. Honnêteté et droiture étaient des vertus appréciées de la guérisseuse, elles vont de paire avec la compréhension.

« Quoiqu'il en soit, j'apprécierais que tu n'y montes plus. Non seulement parce que personne n'est infaillible et que je n'aimerais pas devoir te récupérer en tant que patient, mais aussi parce qu'il est inutile d'abîmer le toit, ce n'est pas fait pour marcher dessus. Et si tu dois travailler dur, ce n'est pas parce que je suis en colère. Tu ne dois pas travailler pour me satisfaire, ce n'est pas ton but, jamais. Tu dois travailler parce que ton rôle, si tu veux le remplir entièrement, est de sauver des vies. C'est ça, le vrai but. Même si j'étais perpétuellement en colère après toi, même si j'étais méchante et acariâtre, ça ne devrait pas compter, parce que les seuls comptes que tu as vraiment à rendre sont à toi-même et à ceux que tu soignes. Moi, je suis là pour te guider dans cette voie, rien de plus. »

Elle scrute le visage de l'enfant, cherchant des signes d'approbation.

« Tu comprends ce que je veux te dire ? Si quelqu'un meurt et que tu sais que tu as fait tout ce que tu pouvais pour lui, ou que c'était la seule solution pour soulager sa douleur, ce n'est pas un échec, c'est l'ordre de la nature. Si quelqu'un meurt parce que tu n'as pas fait ce qu'il fallait, non pas par ignorance mais par fainéantise ou par négligence... Tu en porteras la culpabilité toute ta vie. »

Alenoä essayait d'être un bon maître pour son apprenti. Et cela passait par la vérité, aussi brutale soit-elle.

On m'appelle Contenu sponsorisé

Posté dans Re: Honorez l'ancêtre, et il vous dispensera sa sagesse   -

Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum