AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
» Communication externe
par Loth de la Vision Mar 21 Juin 2016 - 15:06

» Réversa [ TOP ]
par Invité Ven 27 Mai 2016 - 8:21

» Le monde de Dùralas
par Invité Jeu 26 Mai 2016 - 7:00

» Anthalia
par Invité Dim 22 Mai 2016 - 15:17

» Marbrume, La Cité des Damnés
par Invité Lun 16 Mai 2016 - 15:07

» Questionnaire pour soutenir infinite RPG !
par Invité Sam 14 Mai 2016 - 17:33

» Escalus
par Invité Jeu 12 Mai 2016 - 9:02

» Mass Effect : Reborn
par Invité Mar 10 Mai 2016 - 15:00

» Forum en pause
par Asàf Lysereän Mar 10 Mai 2016 - 13:47


On ne badine pas avec la mort

avatar
Gens du Milieu

On m'appelle Ren Kartal


Infos Personnage
RANG: Ton père.
VILLE & APPARTENANCE : Penjoie - Gens du Milieu
MON AGE : 23 ans
Féminin
MESSAGES : 114
AGE : 23
INSCRIT LE : 20/09/2012
PSEUDO HABITUEL : Sumire
Joyaux : 625
http://www.ile-joyaux.com/t1035-ren-kartal
Posté dans On ne badine pas avec la mort   - Ven 6 Sep 2013 - 14:02

La nuit était tombée depuis un certain moment, assez longtemps pour que les habitués de cette taverne miteuse de Penjoie aient pour la plupart fini de dîner. Il restait bien deux ou trois piliers de bar en train de vider leurs dernières boissons, mais leur état pour le moins contrefait faisait qu’ils n’étaient guère plus importants qu’un élément du décor. La lumière qui émanaient des lanternes présentes à chaque table, quand elles n’étaient pas volées, était médiocre. Pas assez forte pour offrir une clarté agréable et pas assez tamisée pour permettre une ambiance feutrée. Il faisait sombre, ça puait le vieux spiritueux et certains meubles étaient grignotés par les nuisibles. Le gérant nettoyait ses verres en observant d’un œil méfiant l’entrée en face du comptoir, rodé à des arrivées malencontreuses et déplaisantes propres à ces heures peu recommandables. Ren ne portait pas spécialement dans son cœur ce genre de lieu. Le tavernier est de confiance, qu'on lui avait dit. Elle était trop soumise à son goût aux décisions que prenaient ses contacts pour les lieux de rendez-vous, mais faute d'une meilleure organisation, elle s'en contentait. La plupart de ces personnes peu recommandables lui servant d’intermédiaire étaient d’anciens clients du meurtre (et jamais du prêt), qui consentaient à effacer une partie de leur dette en monnaie contre ce service. S’en suivait une relation de confiance. Son silence contre le leur. Ils étaient liés à vie, si elle venait à pourrir en prison, ils y partiraient tous aussi. La jeune femme possédait ainsi plusieurs contacts dans chaque ville, des personnes de tout genre, éparpillés soigneusement dans presque toutes les zones. Un business bien étendu, sans pour autant aller jusqu’à une mafia. Elle bossait toujours et sans exception en solo, où elle voulait, quand elle le voulait et si elle le voulait. Eux n’étaient que des messagers aux quatre coins de Korrul, payant à vie pour avoir été radins. Penjoie restait évidemment son point d’ancrage et d'action, mais cette fois-ci, c’était d’Ofägar que lui venait le demandeur. Il n'était pourtant pas si rare que certains se déplacent jusqu'à elle pour un rendez-vous.

Ren était dans coin au fond de la salle, avachie sur sa chaise, les pieds posés sur la table. Le capuchon de sa cape était rabattu sur sa tête, d’où dépassait seulement une pipe effilée décorée de motifs ciselés stylisés, au réservoir minuscule, qu’elle remplissait régulièrement  d’une herbe au goût parfumé et aux vapeurs relaxantes. Elle patientait en chantonnant des éloges à Ruyn, non pas par dévotion, mais car ces chants lui avaient servi de berceuses et hantaient régulièrement ses pensées. Elle patientait depuis un peu trop longtemps d’ailleurs, observant de nombreuses allées et venues depuis son arrivée. Elle avait dû commander des fruits confits et quelques verres pour éviter de se faire virer de l’établissement par l’aubergiste. D’ailleurs elle n’était plus aussi aux aguets qu’elle aurait voulu le rester,  ce qui indiquait aussi le degré d’attente qu’elle subissait. Et elle attendrait toute la nuit s’il le fallait, car elle ne laisserait s’envoler aucun contrat. Bien sûr, il s’agissait aussi du fait qu’il était extrêmement dangereux de ne pas s’avoir si on l’avait simplement et naturellement plantée ou bien s’il s‘agissait d’une amorce à une série d’ennuis. Parce qu’en tant qu’assassine, si un client lui posait un lapin, cela ne se contentait pas de briser son pauvre petit cœur, mais pouvait signaler qu’on lui tendait un piège ou que le contact était en train de se faire cuisiner par des Veilleurs Pourpres. On sait bien qu’ils sont stupides comme des draomas et qu’ils avaient peu de chances de la retrouver, mais ils n’hésiteraient pas à remuer ciel et terre pour pourrir son business, et accessoirement son existence.

Elle sursauta. La porte s’était brusquement ouverte, laissant entrer un homme d’une bonne vingtaine d’année, percé, barbu et balafré. Inutile de préciser qu’il avait l’air aimable au possible, comme la majorité des gens que Ren avait l’immense privilège de rencontrer. La tueuse soupira en crachant toute sa fumée. Encore un nerveux qui allait demander à ce qu’elle tue sa fiancée qui n’avait pas respecté la tradition virginale. Il ne mit pas longtemps à comprendre qu’elle était la seule personne ayant le profil de celle à qui il avait affaire et s’assit à sa table. Elle rangea ses jolies gambettes pourtant bien couvertes dans son sarouel rouge, mais ce n’était pas des manières quand on parlait de choses sérieuses. Calmement, elle se redressa, toujours à visage couvert et lâcha d’un ton plus enthousiaste qu’elle ne l’aurait voulu probablement à cause de l’appât du gain :

-Bonsoir, je suis de toute ouïe. Tu peux énumérer tout de suite tous les détails qui te plaisent, on discutera salaire plus tard, bonhomme.

Elle se tourna vers le tenancier qui la fixait d’un air grivois. La réaction de Ren ne se fit pas attendre, vive et très légèrement maladroite à cause de ses quelques verres descendus. Tirant à moitié une de ses dagues courbes, elle s’exclama :

-ET J’SUIS PAS UNE CHARMEUSE, ESPÈCE DE VIEUX DÉGOÛTANT !

Un rire gras et il remit le nez dans sa vaisselle. Il avait l’air de se poser la question depuis qu’elle était ici à attendre, au moins les choses étaient désormais claires. Elle fuma quelques secondes et reprit d’une voix adoucie de force, aux intonations fausses, dont on devinait facilement le sourire crispé caché sous cette zone d’ombre :

-Nous disions ?


avatar
Veilleur Pourpre

On m'appelle Anzû Der Hayr


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Arish - Fils du Milieu
MON AGE : 28 ans
Masculin
MESSAGES : 272
AGE : 27
INSCRIT LE : 05/01/2012
PSEUDO HABITUEL : Jezibaba
Joyaux : 400
http://www.ile-joyaux.com/t698-anzu-der-hayr-force-passe-droit http://www.ile-joyaux.com/t374-anzu-der-hayr
Posté dans Re: On ne badine pas avec la mort   - Mar 10 Sep 2013 - 5:20


    S'il y avait bien quelque-chose qu'Anzû ne supportait pas concernant son statut de Veilleur, c'était ces missions de simple patrouille qu'on lui attribuait trop régulièrement à son goût. Si les murs des bureaux des officiers avaient pu lui rapporter certaines discussions, il aurait su et compris que ces rondes suivaient toujours des missions où le sanguin korrulien faisait preuve de son insubordination caractéristique. Mais pourquoi le garder ?
    Malgré son léger problème avec l'autorité, Anzû s'était toujours avéré être un soldat efficace et ne posant pas trop de questions. Quand on lui disait d'aller casser du forban il était le premier volontaire à se présenter. C'était lorsqu'on lui disait comment faire qu'il se braquait.

    Mais revenons à cette ronde qui prenait fin alors que la nuit était tombée depuis un moment déjà sur Penjoie. Encore une fois, rien à signaler et ce manque d'action avait pour effet d'exaspérer le Veilleur qui n'était déjà pas d'un tempérament des plus agréables.
    Enfin, pour le coup, cette ronde sans accrocs lui permit de se libérer suffisamment tôt pour ce rencard qu'un ami d'un ami d'un mec à qui il avait pété le nez lui avait arrangé. Alors que d'autres auraient pris le temps de se rendre présentable à celle qui les attendait, lui se contenta de marcher droit vers le lieu de rendez-vous sans prendre la peine de dissimuler son uniforme. Si des malfrats l'apercevaient en un lieu peu recommandable, il y avait tout de même fort à parier qu'ils n'iraient pas se risquer à le dénoncer en prenant le risque de tomber eux-mêmes aux mains des forces de l'ordre.

    C'est donc sa cape pourpre au vent qu'il finit par donner un coup de pied dans la porte de l'auberge, puisqu'elle n'avait pas l'air de consentir à s'ouvrir par les moyens habituels. Une fois à l'intérieur, il jeta un coup d'oeil à la population locale. Deux piliers au comptoir, un aubergise gras au regard lubrique posé sur une silhouette féminine assise à une table. Anzû préféra déduire que cette dernière était celle qui l'attendait et la rejoignit.

    Sans lui donner le temps de l'ouvrir, elle confirma sa théorie. Tant mieux, les trois autres options n'avaient rien de convainquant. Semblant à peine l'écouter tout au long de son discours, ce n'est qu'à la fin de celui-ci qu'il s'adressa au tavernier plutôt qu'à l'inconnue.

    - Et avec qui faut baiser pour avoir à boire dans ce trou ?

    Nouveau rire gras du concerné qui prépara la première chose qui lui passait sous la main, tandis que le veilleur se retourna vers la jeune femme.

    - Je suis venu ici à visage découvert, c'est pas pour discuter le bout de gras à une encapuchonnée. Baisse-moi ça et on pourra parler affaires.


  
avatar
Gens du Milieu

On m'appelle Ren Kartal


Infos Personnage
RANG: Ton père.
VILLE & APPARTENANCE : Penjoie - Gens du Milieu
MON AGE : 23 ans
Féminin
MESSAGES : 114
AGE : 23
INSCRIT LE : 20/09/2012
PSEUDO HABITUEL : Sumire
Joyaux : 625
http://www.ile-joyaux.com/t1035-ren-kartal
Posté dans Re: On ne badine pas avec la mort   - Mar 10 Sep 2013 - 16:12

Il était vulgaire, il était lourd et il essayait de se donner un style mi-nonchalant mi-nerveux. La tueuse n’avait déjà presque plus envie de bosser pour lui. Il lui rappelait plusieurs déplaisantes connaissances. L’appât du gain restait pourtant fort, et la fit prendre sur elle. Le potentiel client s’adressa enfin à elle, avec toute la courtoisie qu’on pouvait attendre de lui :

-Je suis venu ici à visage découvert, c'est pas pour discuter le bout de gras à une encapuchonnée. Baisse-moi ça et on pourra parler affaires.

Eh bien, il faisait vraiment pas dans la dentelle celui- là. La Korrulienne lui aurait joyeusement fait un doigt d’honneur s’il n’avait pas été veilleur pourpre, mais elle n’allait pas se risquer à aller trop loin, elle nageait déjà en eaux troubles, il lui fallait mieux éviter les écarts. Pour l’instant. Ren répondit d’abord discrètement d’un petit rire narquois, secouant négativement la tête avant de s’expliquer.

-T’es un vépé, je bosse pas avec les vépés à visage découvert. Normalement je bosse même pas du tout avec les vépés.  Considère ta chance.

La jeune femme marqua une pause, souffla sa fumée plus ou moins volontairement vers le visage de son interlocuteur, avant de reprendre avec plus de sérieux, mais gardant ses mauvaises habitudes de pipelette condescendante.

-Toute façon, ça te changera rien de savoir à quoi je ressemble. Peu importe si je suis borgne avec plein de cicatrices, ou au contraire si j’ai un petit minois qui me permettrait de gagner quelques sous en plus. Je fais dans l’efficacité, pas le social ni le concours de charisme. Je ne fais confiance à personne, encore moins aux gens comme toi. T’as beau faire dans le cliché du ripou typique, j’suis pas assez débile pour me laisser gentiment …

Ce fut une surprise sans vraiment en être une. Le rebelle à deux ronds s’était penché avec précipitation sur la table, renversant la moitié de ce qu’il s’y trouvait au passage, pour lui ôter son capuchon, les coutures sautant littéralement. Elle se retrouvait donc avec un vêtement foutu et un cocktail renversé sur ses genoux. Ou comment se faire détester en deux secondes chronos. Le tarif venait d’augmenter drastiquement pour lui.
Les grands yeux ambre de Ren s’étaient arrondis lors de l’incident, mais son regard retrouvait maintenant  une expression exaspérée, se contentant d’observer l’énergumène avec un air blasé. Un connard, encore un connard, tous des connards. Enfin, il valait mieux se faire arracher une capuche plutôt que sa petite culotte. Si ses rencontres viraient toutes comme ça, elle pourrait bientôt écrire un bouquin sur le sujet. Enfin, tout cela restait dommage, elle aimait bien cette cape, elle était jolie, elle lui venait d’une riche veuve qui était morte avant de l’avoir remboursée. Triste monde.
Mais retour aux choses sérieuses, il fallait le remettre quand même à sa place, on était pas chez les forbans, là, un peu de tenue s’imposait. C’était elle la patronne ici. Non mais.
D’un ton monocorde mais extrêmement sincère, la jeune fille répliqua :

-Si je sais que tu m’as balancé, je te retrouve, je te coupe les doigts un à un, je bouffe ton cœur encore battant et je te laisse crever dans un caniveau, bonhomme.

Elle haussa un sourcil en s’assurant que le message soit bien passé, même s’il était cent fois plus probable que tout cela lui soit rentré par une oreille pour en ressortir de l’autre, vu le caractère. Aussi tendue qu’elle était, elle ne s’épancha pourtant pas plus longtemps là-dessus, elle voulait vite en finir.

-Bref, trêve de politesses, t'es content, tu peux m’admirer autant que tu veux maintenant. Tu veux zigouiller qui, quand et comment ?

Ils avaient déjà perdu trop de temps avec ces absurdités, et le temps, c’est de l’argent. Elle avait hâte d’avoir ses consignes, accomplir son job et avoir le plaisir d’avoir lesté un veilleur de ses sous. Elle s’attendait à du dramatique, du sensationnel. Il leur fallait une bonne raison pour quémander de l’aide à des fripouilles dans son genre.


avatar
Veilleur Pourpre

On m'appelle Anzû Der Hayr


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Arish - Fils du Milieu
MON AGE : 28 ans
Masculin
MESSAGES : 272
AGE : 27
INSCRIT LE : 05/01/2012
PSEUDO HABITUEL : Jezibaba
Joyaux : 400
http://www.ile-joyaux.com/t698-anzu-der-hayr-force-passe-droit http://www.ile-joyaux.com/t374-anzu-der-hayr
Posté dans Re: On ne badine pas avec la mort   - Mer 11 Sep 2013 - 13:45


    En plus d'avoir une tronche de peste, elle en avait le tempérament. De nouveau assis sur sa chaise -peu confortable-, Anzû ne pipait mot pendant que la gamine se donnait des airs de racaille en jouant la menace. Le "vépé" aurait pu rire aux éclats s'il n'avait pas été d'une humeur de jahen. Mais elle avait simplement le don de l'exaspérer avec ses grands airs.

    Plutôt que de répondre immédiatement à sa question, il préféra mettre lui aussi les choses au clair.

    - Et si j'apprends que tu parles de moi je t'escorte moi-même jusqu'à la Ceinture de Feu et n'y plonge que ta petite tête de rilak.

    Il but une gorgée de la chope que l'aubergiste venait de déposer devant lui et reposa ses yeux dorés sur ceux couleur diarrhée maligne de draoma de son interlocutrice.

    - Blbloupblblll... On parle mieux le verre posé sur la table, mais c'est mieux quand on essuie la mousse de sa bouche avec son avant bras. On l'appelle "Pépette", tu la trouveras dans les quartiers chics de Penjoie. J'espère pour toi que tu sais te montrer discrète parce-qu'elle est sous très haute surveillance...


  
avatar
Gens du Milieu

On m'appelle Ren Kartal


Infos Personnage
RANG: Ton père.
VILLE & APPARTENANCE : Penjoie - Gens du Milieu
MON AGE : 23 ans
Féminin
MESSAGES : 114
AGE : 23
INSCRIT LE : 20/09/2012
PSEUDO HABITUEL : Sumire
Joyaux : 625
http://www.ile-joyaux.com/t1035-ren-kartal
Posté dans Re: On ne badine pas avec la mort   - Mer 11 Sep 2013 - 14:33

Elle resta impassible face aux menaces qu'il proférait, qui par ailleurs manquaient un peu d'originalité. En plus il avait l'air d'un Garuda malade s'abreuvant dans une flaque de boue quand il buvait. Ouais, décidément, elle aurait largement préféré qu'il soit sa victime plutôt que son client.
Ren fronça les sourcils. Bon la demande commençait bien mal, elle lui semblait bien bizarre. Pépette ? Elle ne savait si c'était le surnom donné à une charmeuse de luxe ou bien à une gamine choyée par toutes les mémés du coin. Elle allait avoir besoin de plus de précisions que ça.

-Oui mais encore ? Quelle adresse exactement, ou au moins à quoi ressemble la baraque ? Et Pépette, à quoi je la reconnaîtrais ? Tu connais ses habitudes, à quelle heure elle sort ? Les dispositions concernant la sécurité ? Quelle preuve tu veux en échange de paiement ?

Elle redressa le menton et ajouta:

-Et pas de soucis pour la discrétion, je suis sûre que j'ai eu affaire à bien pire. Mais j'ai besoin de plus d'informations, et si elles sont suffisantes, tout cela pourra même être torché dans les heures qui suivent.

Voilà, maintenant qu'elle parlait clairement travail, son air un peu hautain était parti en échange d'un visage concentré et d'un regard attentif. Elle était prête à absorber la moindre donnée supplémentaire et la garder clairement en tête, et même commencer à élaborer ses stratégies maintenant. Enfin, si l'autre débile avaient encore des choses à dire, sinon il pouvait cordialement aller se faire foutre. Et lui payer un verre pour compenser le dérangement.


avatar
Veilleur Pourpre

On m'appelle Anzû Der Hayr


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Arish - Fils du Milieu
MON AGE : 28 ans
Masculin
MESSAGES : 272
AGE : 27
INSCRIT LE : 05/01/2012
PSEUDO HABITUEL : Jezibaba
Joyaux : 400
http://www.ile-joyaux.com/t698-anzu-der-hayr-force-passe-droit http://www.ile-joyaux.com/t374-anzu-der-hayr
Posté dans Re: On ne badine pas avec la mort   - Jeu 12 Sep 2013 - 14:50

    - Tu sauras la trouver, son maître a le plus gros commerce de tapis de la ville. La salope se fait entretenir dans l'aile sud.

    Il but quelques gorgées et laissa s'installer un court silence, n'ayant pas envie d'avoir l'air de bavasser cette abrutie. Mais elle avait raison, il lui fallait bien quelques informations supplémentaires.

    - Elle sort faire le tour du quartier tous les jours après le déjeuner, tu pourras pas la rater, son gros cul déborde des rues qu'elle passe.


  
avatar
Gens du Milieu

On m'appelle Ren Kartal


Infos Personnage
RANG: Ton père.
VILLE & APPARTENANCE : Penjoie - Gens du Milieu
MON AGE : 23 ans
Féminin
MESSAGES : 114
AGE : 23
INSCRIT LE : 20/09/2012
PSEUDO HABITUEL : Sumire
Joyaux : 625
http://www.ile-joyaux.com/t1035-ren-kartal
Posté dans Re: On ne badine pas avec la mort   - Sam 14 Sep 2013 - 12:17

La jeune fille haussa un sourcil en grinçant des dents. Ca restait hasardeux. D'habitude on lui donnait une adresse, l’apparence précise de la victime. Avec juste cela, elle se devait d'interroger des passants, ce qui était extrêmement risqué. Et à cette heure, il n'y avait aucun moyen de s'assurer clairement d'un détail sans paraître louche. Ren écoutait les instructions, partait et agissait, avant de disparaître. Ni plus, ni moins. Et ce débile compromettait ses méthodes de travail. Elle garda son calme, sinon elle pouvait être sûre qu'elle allait lui casser quelque chose sur le crâne. Décidée à ne rien lâcher, elle émit quelques dernières questions:

-Maître ? Pépette est une esclave, une charmeuse privée ? Et pourquoi tu veux la zigouiller ? Quelques dernières clarifications, j'estime le paiement et je me tire lui ouvrir la gorge, okay ?

Elle finit d'une traite son verre, fuma les dernières bouffées qui lui restait, et se prépara à partir, en attendant les dernières directives de ce qu'elle avait mentalement élu le plus détestable de ses clients.


avatar
Veilleur Pourpre

On m'appelle Anzû Der Hayr


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Arish - Fils du Milieu
MON AGE : 28 ans
Masculin
MESSAGES : 272
AGE : 27
INSCRIT LE : 05/01/2012
PSEUDO HABITUEL : Jezibaba
Joyaux : 400
http://www.ile-joyaux.com/t698-anzu-der-hayr-force-passe-droit http://www.ile-joyaux.com/t374-anzu-der-hayr
Posté dans Re: On ne badine pas avec la mort   - Mer 25 Sep 2013 - 2:35

Anzû émit un léger rictus à imaginer ladite Pépette déguisée en charmeuse de luxe, toute de dentelle vêtue. Le grotesque de cette vision parvenait même à amuser le Veilleur Pourpre.

- Mes motivations, ça regarde que moi, tu croyais quand-même pas que j'allais te raconter ma vie ? Il finit d'une traite sa chope et la fit claquer sur la table pour signifier qu'il en attendait la petite soeur. Pépette est une abrutie de labraquin mieux entretenue que toi et moi. Bute-moi ça et t'auras fait ton boulot.

Là, par contre, aucun sourire. Anzû était tout à fait sérieux et ne semblait absolument pas voir le ridicule de sa commande. En revanche, celle d'en face...


  
avatar
Gens du Milieu

On m'appelle Ren Kartal


Infos Personnage
RANG: Ton père.
VILLE & APPARTENANCE : Penjoie - Gens du Milieu
MON AGE : 23 ans
Féminin
MESSAGES : 114
AGE : 23
INSCRIT LE : 20/09/2012
PSEUDO HABITUEL : Sumire
Joyaux : 625
http://www.ile-joyaux.com/t1035-ren-kartal
Posté dans Re: On ne badine pas avec la mort   - Mer 25 Sep 2013 - 13:16

Pépette. Est. Un. Labraquin.
C'était le gag du siècle, mais pour Ren, cela n'avait absolument rien de drôle. Elle avait maintenant un ennemi, c'était ainsi qu'elle le percevait. Elle fronça les sourcils, la rage commençant à la prendre à la gorge. La Korrulienne sentit alors le sang monter dans ses pommettes tant elle se retenait de hurler. Elle avait attendu toute la soirée pour CA ? Elle préféra alors se contenter d'un rire mauvais, avant de le fixer d'un œil noir, concluant d'un ton sec:

-Non mais tu te fous de ma trogne ?

L'assassine se leva, le toisant un poing sur la hanche. Sans prévenir, elle planta vivement une de ses dagues dans la table en bois, pile entre l'index et le majeur de son interlocuteur. Elle entendit l'aubergiste râler pour la dégradation, mais elle fit la sourde oreille pour se pencher vers Anzû, sifflant d'une voix venimeuse:

-T'es venu de la ville voisine, tu m'as fait poireauter comme une débile, tu m'parles comme si j'étais le dernier des draomas boiteux, tu m'fais languir trois plombes pour les infos et tout ça pour quoi ? Pour trucider un labraquin ? Tu m'as prise pour quoi ? La fourrière ? Et j'parie que tu comptais m'payer des clopinettes pour tes conneries en plus ?

Ce n'était pas l'attitude à adopter face à un Veilleur Pourpre qui connaissait votre identité et vos activités douteuses, certes, mais elle passait outre ce détail pour ne voir dans cette histoire qu'un type qui se payait sa tête et la dénigrait. Elle récupéra sa dague et la pointa quelques secondes en direction de sa gorge, avant de la rengainer.

-Je te le dis entre quatre z'yeux, p'tite gueule: va te faire enculer par mille forbans en rut.

Elle voulait le cogner, mais il fallait qu'elle se retienne, qu'elle trouve une alternative. Sans vraiment réfléchir et uniquement portée par ses nerfs, Ren remballa ses affaires, tourna les talons et sans même le regarder lui adressa un doigt d'honneur mignon comme tout.

Spoiler:
 


avatar
Veilleur Pourpre

On m'appelle Anzû Der Hayr


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Arish - Fils du Milieu
MON AGE : 28 ans
Masculin
MESSAGES : 272
AGE : 27
INSCRIT LE : 05/01/2012
PSEUDO HABITUEL : Jezibaba
Joyaux : 400
http://www.ile-joyaux.com/t698-anzu-der-hayr-force-passe-droit http://www.ile-joyaux.com/t374-anzu-der-hayr
Posté dans Re: On ne badine pas avec la mort   - Sam 28 Sep 2013 - 5:14

Spoiler:
 


    Étrangement, Anzû n'avait absolument pas prévu qu'une tueuse à gage s'offusque de devoir tuer un labraquin. Bah quoi ? Ça restait un contrat comme un autre, en plus il lui offrait une cible relativement facile, si on exceptait ses gardes du corps...

    Avant même qu'il n'ait pu tenter de la remettre à sa place, l'autre s'était levée et se dirigeait vers la sortie. Bien décidé à ce que ce contrat soit respecté, le Veilleur se leva brusquement de sa chaise et fonça vers elle pour lui saisir le bras et la retourner vers lui.

    - Ecoute, sale petite...
    - RUYN AKBAAAR !

    Le reste des gentilles paroles d'Anzû fut interrompu par un allumé qui était entré en fracassant la porte et en leur rentrant dedans en hurlant pour finir sa course contre les dizaines de tonneaux derrière le comptoir sur lesquels il se fit sauter, et le reste de la taverne avec lui en projetant nos deux protagonistes vers l'extérieur avant de les ensevelir sous des gravats léchés par les flammes que nourrissaient les différentes boissons qui s'avéraient être de parfaits combustibles..

    La dernière pensée de l'aubergiste avait été "mais pourquoi devais-je avoir autant d'alcool ?", et celle d'Anzû fut "pourquoi ces mecs portent des casques ?".


  
avatar
Gens du Milieu

On m'appelle Ren Kartal


Infos Personnage
RANG: Ton père.
VILLE & APPARTENANCE : Penjoie - Gens du Milieu
MON AGE : 23 ans
Féminin
MESSAGES : 114
AGE : 23
INSCRIT LE : 20/09/2012
PSEUDO HABITUEL : Sumire
Joyaux : 625
http://www.ile-joyaux.com/t1035-ren-kartal
Posté dans Re: On ne badine pas avec la mort   - Dim 29 Sep 2013 - 14:27

Ren sentit que ça commençait à chauffer et que le veilleur n'allait pas tarder à riposter, la choppant par le bras. La jeune femme se dégagea, serra les poings, lui fit face et...
Boum.
Purement et simplement, un kamikaze, sortit de nulle part venait de réduire en miettes la taverne. Elle vola, son débile de ex-futur-client aussi. Elle se cogna la tête à l’atterrissage la laissant dans le brouillard avec un terrible acouphène qui lui faisait vibrer les tympans. Elle rouvrit doucement les yeux, encore assourdie et la vision floue, avant de se redresser lentement pour s'asseoir. Son dos et son crâne lui faisaient un mal de chien. L'assassine se débarrassa des débris qui écrasaient ses jambes. Elle fit l'inventaire de ses membres. Tout était bien là, aucune blessure grave. Juste des égratignures bien piquantes, elle saignait un peu, mais elle pouvait se sentir miraculée.
La jeune femme se rappela alors de son interlocuteur d'avant l'explosion et l'appela par le dernier surnom qu'elle lui avait donné:

-Hey, p'tite gueule ! T'es toujours vivant ? P'tite gueule ?

Elle scruta aux alentours, grimaça en voyant les flammes évoluer dangereusement et le vit, non loin d'elle. Ren se leva avec un peu de difficultés et s'approcha rapidement pour s'accroupir auprès de l'homme, encore dans les vapes. Sans aucune délicatesse, elle le gifla pour le réveiller, avant de le secouer par l'épaule.

-Machin, t'as pas trop l'temps de pioncer là, à moins de vouloir finir en rôti, grouille toi. Pis c'est quoi ton nom d'abord ?


avatar
Veilleur Pourpre

On m'appelle Anzû Der Hayr


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Arish - Fils du Milieu
MON AGE : 28 ans
Masculin
MESSAGES : 272
AGE : 27
INSCRIT LE : 05/01/2012
PSEUDO HABITUEL : Jezibaba
Joyaux : 400
http://www.ile-joyaux.com/t698-anzu-der-hayr-force-passe-droit http://www.ile-joyaux.com/t374-anzu-der-hayr
Posté dans Re: On ne badine pas avec la mort   - Lun 7 Oct 2013 - 6:21


    Un sentiment de plénitude avait envahi Anzû. Tandis que son corps se retrouvait à moitié enseveli, qu'une large coulée de sang lui décorait le visage et qu'une épaisse fumée aurait raison de lui avant les flammes, son esprit divaguait et lui faisait voir d'autres lieux propices au repos. Il s'imaginait dans l'oasis lorsqu'une main délicate vint l'extirper de son sommeil. Le Veilleur ne se fit pas prier pour émerger et, pur réflexe d'un soldat mieux qu'entraîné, il agrippa la jeune femme à la gorge, tirant son visage vers lui et n'hésitant pas à serrer les doigts.

    - Ne t'avise plus jamais de porter la main sur moi, gamine.

    Derrière celle qu'il fixait d'un regard noir et faisant clairement comprendre qu'une récidive de sa part signerait son arrêt de mort, il pouvait deviner les flammes toutes aussi dangereuses que la fumée qu'elles dégageaient. Repoussant l'importune, Anzû se dégagea des décombres et se releva tant bien que mal et sembla ignorer la question qu'elle lui avait posée, s'éloignant du désastre. Ce ne fut qu'une fois qu'elle l'eut rejoint, hors de portée, qu'il daigna lui fournir un semblant de réponse.

    - Tu crois vraiment que je vais te donner mon nom pour que tu puisses aller crier à qui veut qu'un Veilleur s'accorde tes services ?

    Si les charmeuses qu'il lui arrivait de côtoyer étaient libres de connaître son nom, il n'en était rien pour une tueuse à gage comme celle-ci. Anzû pouvait se montrer illogique parfois, mais il n'était pas idiot et n'était pas prêt de risquer sa place pour une petite frappe comme celle qui lui avait pourtant sauvé la mise.


  
avatar
Gens du Milieu

On m'appelle Ren Kartal


Infos Personnage
RANG: Ton père.
VILLE & APPARTENANCE : Penjoie - Gens du Milieu
MON AGE : 23 ans
Féminin
MESSAGES : 114
AGE : 23
INSCRIT LE : 20/09/2012
PSEUDO HABITUEL : Sumire
Joyaux : 625
http://www.ile-joyaux.com/t1035-ren-kartal
Posté dans Re: On ne badine pas avec la mort   - Lun 7 Oct 2013 - 16:25

L'assassine se débattit brusquement quand il la prit à la gorge, mais le danger fut de courte durée. Il la menaça et c'était déjà fini. Bordel il devait avoir du sang forban éclopé ce déchet. Il ne lui donna pas son nom et Ren eut un sourire mauvais. Elle accéléra sa marche et haussant un sourcil, elle lui fit face, bras croisés:

-Tu me crois assez conne pour pourrir mon business en balançant mes clients ? C'est une relation de confiance à vie, j'ai des noms bien plus importants sous le coude que celui d'un pauvre vépé.

Elle marqua une pause et lui tourna le dos, continuant pourtant la conversation en s'éloignant d'un pas pressé de l'auberge en feu, comme si l'accident n'avait déjà plus grande importance dans son esprit.

-Mais vu ta sale trogne et ton caractère de styx qui a une rage de dent, suffit d'une description et tu seras vite reconnu.

La jeune fille se retourna et lui adressa alors un grand sourire moqueur:

-De toute façon nous n'avons plus rien à nous dire. Tu m'a déjà dérangée pour rien et tu m'annonce là que tu comptes me faire assassiner un labraclebs pour trois rond. Tu peux t'casser, soldat p'tite gueule.

Deux doigts sur la tempe, elle lui adressa un salut militaire et s'éloigna d'un pas pressé, grimaçant en s'attendant à des réprimandes. Ingrat, malpoli et bête comme un draoma, il avait décidément remporté la loterie des trous du cul celui là. S'il lui parlait encore, elle allait surement lui écraser gentiment ses poings dans le nez. Elle était plus en service.


avatar
Veilleur Pourpre

On m'appelle Anzû Der Hayr


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Arish - Fils du Milieu
MON AGE : 28 ans
Masculin
MESSAGES : 272
AGE : 27
INSCRIT LE : 05/01/2012
PSEUDO HABITUEL : Jezibaba
Joyaux : 400
http://www.ile-joyaux.com/t698-anzu-der-hayr-force-passe-droit http://www.ile-joyaux.com/t374-anzu-der-hayr
Posté dans Re: On ne badine pas avec la mort   - Mar 15 Oct 2013 - 8:06


    Les critiques que l'on pouvait faire sur son caractère n'atteignaient plus Anzû depuis bien longtemps déjà. En revanche, dès que ces mêmes remarques concernaient sa personne, il fallait s'attendre à une réaction de sa part, et elle était rarement amicale. À croire qu'insérer un mot entre l'adjectif et lui suffisait à s'éviter les foudres du veilleur. Sauf quand on lui avait déjà bien échauffé les oreilles comme cette...

    - Brise burnes !

    Peu satisfait de la voir s'éloigner alors que leur entrevue n'était pas finie, il ramassa une pierre qu'il lança dans sa direction, laquelle lui frôla la tempe.

    - Mon nom est Anzû der Hayr ! and this is jackass ! clama-t-il alors que la tueuse s'était retournée et revenait vers lui, sûrement pas pour l'embrasser. Autour d'eux des habitants commençaient à courir vers le lieu de l'explosion et parmi eux, quelques Veilleurs bien trop occupés à gérer la situation pour se soucier du petit manège d'Anzû qui se tenait sur ses gardes à mesure que l'abrutie approchait. Et tu te souviendras de moi quand tu te remettras le nez en place.


Spoiler:
 


  
avatar
Gens du Milieu

On m'appelle Ren Kartal


Infos Personnage
RANG: Ton père.
VILLE & APPARTENANCE : Penjoie - Gens du Milieu
MON AGE : 23 ans
Féminin
MESSAGES : 114
AGE : 23
INSCRIT LE : 20/09/2012
PSEUDO HABITUEL : Sumire
Joyaux : 625
http://www.ile-joyaux.com/t1035-ren-kartal
Posté dans Re: On ne badine pas avec la mort   - Mar 15 Oct 2013 - 12:33

L'insulte ne lui tira qu'un sourire et elle ne prit pas la peine de se retourner pour si peu. Par contre, ce qui fut nettement plus irritant, ce fut la pierre qui lui érafla la tempe, avant qu'il ne lui crie son nom. Les yeux arrondis par un air courroucé, elle tourna les talons et s'approcha, tandis qu'il la menaçait une nouvelle fois. C'était ironique de voir ces deux débiles ne se soucier que de déboîter la mâchoire de l'autre tandis que le monde derrière eux paniqués pour l'auberge dont ils étaient rescapé.
Ren était face à l'énergumène, l'observant en haussant un sourcil, en lâchant d'un ton blasé:

-Et bien Anzu, bouffe mes semelles.

Elle n'avait même pas finit sa phrase que déjà, elle lui éclata le visage avec son pied. On aurait pu appeler ça un ura mawashi geri mais à Korrul, contentons nous de nommer ce genre de chose un "coup de pied un peu vil et impromptu". Elle y avait mit plus de souplesse que de force, mais cela devait tout de même être loin de faire du bien. Un sourire satisfait se dessina sur les lèvres de la Korrulienne, mais lorsque le veilleur lui refit face, son visage se décomposa en y lisant de la rage folle et elle prit la fuite sans plus attendre. Il fallait qu'elle songe un jour à arrêter de s'en prendre à plus gros qu'elle. Mais c'était tellement marrant.


avatar
Veilleur Pourpre

On m'appelle Anzû Der Hayr


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Arish - Fils du Milieu
MON AGE : 28 ans
Masculin
MESSAGES : 272
AGE : 27
INSCRIT LE : 05/01/2012
PSEUDO HABITUEL : Jezibaba
Joyaux : 400
http://www.ile-joyaux.com/t698-anzu-der-hayr-force-passe-droit http://www.ile-joyaux.com/t374-anzu-der-hayr
Posté dans Re: On ne badine pas avec la mort   - Mer 30 Oct 2013 - 7:53


    Le coup porté par l'abrutie ne sembla pas des plus douloureux, à en juger par la tête d'Anzû trop occupé à imaginer les supplices qu'il lui ferait subir plutôt que de chouiner sur le filet de sang qui s'échappait de son nez.

    Sans se faire prier il se lança à la poursuite de la fuyarde qui n'avait pas eu le courage d'attendre sa riposte. Et c'est qu'elle courait vite !
    Mais c'était aussi le cas du Veilleur qui, en plus de ça, avait été parfaitement entraîné pour courser des petites frappes dans son genre. Une fois à sa hauteur, plutôt que de l'attraper par le col il la doubla et, dans un demi-tour pas forcément très esthétique, fit rencontrer son poing avec le joli minois de cette saloperie, l'autre allant de son côté s'enfoncer dans son ventre.

    - T'as mal choisi ton homme ma jolie.


  
avatar
Gens du Milieu

On m'appelle Ren Kartal


Infos Personnage
RANG: Ton père.
VILLE & APPARTENANCE : Penjoie - Gens du Milieu
MON AGE : 23 ans
Féminin
MESSAGES : 114
AGE : 23
INSCRIT LE : 20/09/2012
PSEUDO HABITUEL : Sumire
Joyaux : 625
http://www.ile-joyaux.com/t1035-ren-kartal
Posté dans Re: On ne badine pas avec la mort   - Mer 30 Oct 2013 - 8:37

Elle s'y attendait, il allait forcément la rattraper. Ce fut sans surprise qu'il la dépassa, mais elle fut légèrement prise au dépourvu par la violence des coups qu'il lui asséna. La douleur fut brute et cuisante, mais elle du s'estimer heureuse qu'il ne lui avait rien cassé. Aussi, elle avait tout de même le souffle coupé, pliée en deux quelques secondes sans rien faire. Elle se redressa doucement et leva son menton vers le veilleur. La jeune fille lui cracha alors son sang au visage, lui lançant un rictus mauvais:

-T'es tout bon à taper des poids plumes et tirer au blaster comme un abruti sur un voleur de pain. Mais tu n'es absolument rien à côté de ce qui peut traîner dans ces rues.

Sans plus attendre, elle lui donna un violent coup de tête dans le thorax pour reprendre sa fuite, moins vive que précédemment. Elle prit cependant un malin plaisir à renverser des choses derrière elle pour lui ralentir sa route. Des tonneaux, un étal de marché, une table, une grand-mère...
La situation était bourbeuse au possible et sa joue lui faisait un mal de chien. Et pourtant, elle était morte de rire, comme une gamine en train de jouer. Ça faisait un sacré moment qu'elle attendait de vivre une péripétie du genre.


avatar
Veilleur Pourpre

On m'appelle Anzû Der Hayr


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Arish - Fils du Milieu
MON AGE : 28 ans
Masculin
MESSAGES : 272
AGE : 27
INSCRIT LE : 05/01/2012
PSEUDO HABITUEL : Jezibaba
Joyaux : 400
http://www.ile-joyaux.com/t698-anzu-der-hayr-force-passe-droit http://www.ile-joyaux.com/t374-anzu-der-hayr
Posté dans Re: On ne badine pas avec la mort   - Lun 18 Nov 2013 - 7:41


    D'un revers du bras Anzû essuya la salive écarlate qu'elle lui avait envoyée au visage. Mais comment faisait-elle pour être aussi chiante ? Elle avait passé un brevet d'état ? Mais même si elle avait suivi des cours, elle aurait été tellement contrariante qu'on l'aurait foutue à la porte de l'établissement pour emmerdeurs.
    Ses paroles furent suivies par un coup de tête qui lui fit faire un ou deux pas en arrière, assez pour qu'elle prenne une longueur d'avance. Pas digne de ce qui traînait dans les rues ? C'est sûr que si lesdites rues grouillaient d'avortons comme elle, il ne risquait pas de se battre pour être en charge des patrouilles de quartier...

    Et de nouveau il se lança à la poursuite de la morveuse, rattrapant la grand mère qu'elle avait bousculée pour la jeter sur le côté qui présentait, fort heureusement pour la malheureuse, un épais tas de fumier qui amortit sa chute.
    Bien que le rythme de la poursuivie ait été moins rapide que précédemment, ces obstacles qu'elle s'obstinait à renverser n'aidaient pas tellement Anzû qui n'eut d'autre solution que de tenter de l'assommer avec les moyens du bord, faisant voler différents objets qu'elle laissait derrière elle. Fruits, vaisselles, cailloux, même la chaussure d'un marchand lorsqu'il n'eut rien d'autre à se mettre sous la dent.

    - Arrête toi raclure de descente d'organes, j'en ai pas fini avec toi !


  
avatar
Gens du Milieu

On m'appelle Ren Kartal


Infos Personnage
RANG: Ton père.
VILLE & APPARTENANCE : Penjoie - Gens du Milieu
MON AGE : 23 ans
Féminin
MESSAGES : 114
AGE : 23
INSCRIT LE : 20/09/2012
PSEUDO HABITUEL : Sumire
Joyaux : 625
http://www.ile-joyaux.com/t1035-ren-kartal
Posté dans Re: On ne badine pas avec la mort   - Lun 18 Nov 2013 - 8:26

Elle aurait pu courir encore longtemps comme ça, mais l'autre décérébré en décida autrement, lui balançant des objets divers et variés. La pagaille mise dans les rues était telle qu'on aurait pu croire à une révolte. La vision de toutes ces choses renversées, brisées, retournées devenait nettement plus comique quand on savait que les responsables était une planche à pain ricanante et un grand con brailleur.

Elle esquiva la majorité des projectiles, mais sa course s'arrêta prématurément quand elle glissa sur un des cailloux qu'il lui avait lancé. Elle bascula en arrière de façon relativement acrobatique pour atterrir sur le dos, quoique assez violemment car sur le coup elle couina de douleur. Et le roi des gueulards arrivait à grandes enjambées, les poings déjà brandis. Ren réagit vite. Restant à terre, elle balaya les genoux du veilleur pour lui faire partager le plaisir qu'était de s'éclater de plein fouet la colonne vertébrale sur le sol. Souriant de toutes ses dents, la jeune fille s'assit alors lourdement sur son ventre, prenant soit d'écraser ses pieds sur ses mains pour éviter qu'il ne se défende trop vite. Elle entama une brève série de violents coups de poings dans la mâchoire d'Anzû, au point qu'elle commençait elle même à se faire mal aux phalanges. Mais elle ne pouvait évidemment pas espérer que cette petite victoire soit de long feu et il valait mieux se remettre à fuir maintenant. L'assassine se releva en se massant les mains et pouffa de rire.

-Si avec ça tu arrives encore à l'ouvrir, c'est que Ruyn t'as laissé un sacré don d'emmerdeur. Ciao p'tite gueule !


avatar
Veilleur Pourpre

On m'appelle Anzû Der Hayr


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Arish - Fils du Milieu
MON AGE : 28 ans
Masculin
MESSAGES : 272
AGE : 27
INSCRIT LE : 05/01/2012
PSEUDO HABITUEL : Jezibaba
Joyaux : 400
http://www.ile-joyaux.com/t698-anzu-der-hayr-force-passe-droit http://www.ile-joyaux.com/t374-anzu-der-hayr
Posté dans Re: On ne badine pas avec la mort   - Mar 19 Nov 2013 - 4:44


    - Ha !

    Voyant la morveuse à terre, Anzû afficha un sourire carnassier. Une chance que cette abrutie ne sache pas mettre un pied devant l'autre, ça lui facilitait la tâche...
    Mais celle qu'il pensait sonnée par terre parvint à lui faire rejoindre le sol et ne se fit pas attendre pour le rouer de coups avant de se relever et faire son intéressante plutôt que de s'enfuir directement. Une chance pour le veilleur qui se releva d'un bond et la saisit à la gorge alors qu'elle envisageait de reprendre ses jambes à son cou. La plaquant contre un mur il lui cracha son sang à la figure à son tour.

    - Là, bégueule, t'as parié sur le mauvais draoma. Ses doigts s'enfoncèrent davantage et il l'écrasa contre la paroi, tout à fait conscient qu'une emmerdeuse dans son genre ne perdrait pas de temps à tenter de l'émasculer avec ses jambes.

    Son poing libre vint rencontrer les côtes de celle qui faisait la maline quelques secondes plus tôt puis alla rendre visite à sa mâchoire puis à son arcade dans un bruit sourd. Et le respect de la gente féminine, elle pouvait se le mettre là, derrière.

    - Recrue ! Vous ne pensez pas qu'on a autre-chose à faire ?

    Anzû tourna la tête pour apercevoir l'un de ses semblables portant deux seaux d'eau ayant interrompu sa course vers l'incendie pour le rappeler à l'ordre. Der Hayr émit un soupir d'exaspération et lâcha sa prise avant de lui asséner un dernier coup de poing au visage.

    - Remercie Ruyn ou n'importe-quelle autre conne d'entité. Si je te recroise un jour, t'as tout intérêt à avoir travaillé tes droites. Tu cognes comme une grand-mère.

    Il lui tourna alors le dos et accourut vers les flammes, rageant de ne pas avoir pu en finir avec la donzelle. Enfin, même s'il l'avait eue à sa merci, ce n'était pas en uniforme qu'il aurait pu la démembrer et il n'aurait pas eu suffisamment d'éléments pour la mettre en cellule. C'était ce qui s'appelait "avoir le cul bordé de nouilles".


Spoiler:
 


  
avatar
Gens du Milieu

On m'appelle Ren Kartal


Infos Personnage
RANG: Ton père.
VILLE & APPARTENANCE : Penjoie - Gens du Milieu
MON AGE : 23 ans
Féminin
MESSAGES : 114
AGE : 23
INSCRIT LE : 20/09/2012
PSEUDO HABITUEL : Sumire
Joyaux : 625
http://www.ile-joyaux.com/t1035-ren-kartal
Posté dans Re: On ne badine pas avec la mort   - Mar 19 Nov 2013 - 12:49

C'était à prévoir, il avait vite réagi.
S'essuyant le visage, elle ricana, malgré sa gorge meurtrie, en oubliant vite la situation. La dernière fois qu'on l'avait plaquée contre un mur, ça n'avait pas été pour la frapper...
Le coup de poing qu'elle se mangea dans les côtes la rappela vite à la réalité, muant son rire en hoquet. Deux nouveaux coups, un à la mâchoire, et l'un contre le crâne, qui la sonnèrent un peu. Là elle se marra moins quand le sang lui dégoulina sur la paupière. Pire, elle sentit une certaine envie de riposte qui la fit chercher lentement une de ses dagues, cachée sous sa tunique. Mais alors que sa main s'était refermée sur la garde, Anzû fut interpellé.

-Recrue ! Vous ne pensez pas qu'on a autre-chose à faire ?

Un autre veilleur, qui s'occupait de l'explosion à la taverne. L'autre débile reprenait du service. C'était merveilleux.
Il la frappa une dernière fois au visage, et la menaça, mais déjà elle souriait de nouveau. Alors qu'elle frottait ses bleus, il s'éloigna, et Ren le railla avant qu'il ne soit trop loin pour l'entendre:

-Tu fais le malin, mais la place du sauvage que t'es n'est pas chez les VP, p'tite gueule. T'es un des nôtres ! On s'reverra !

Dans un geste surfait et caricatural, grotesque même en vue de son visage tuméfié, elle lui envoya un baiser, avant de tourner les talons, hilare. Elle ne préféra pas le provoquer plus, pour une fois, elle voulu se modérer. De toute façon, elle avait mal un peu partout et elle devait s'estimer heureuse de n'avoir rien de cassé. Sa chance était arrivée, et elle s'était bien amusée, il ne valait mieux pas tout gâcher.
Mais elle comptait bien remettre ça.


Spoiler:
 


On m'appelle Contenu sponsorisé

Posté dans Re: On ne badine pas avec la mort   -

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum