AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
» Communication externe
par Loth de la Vision Mar 21 Juin 2016 - 15:06

» Réversa [ TOP ]
par Invité Ven 27 Mai 2016 - 8:21

» Le monde de Dùralas
par Invité Jeu 26 Mai 2016 - 7:00

» Anthalia
par Invité Dim 22 Mai 2016 - 15:17

» Marbrume, La Cité des Damnés
par Invité Lun 16 Mai 2016 - 15:07

» Questionnaire pour soutenir infinite RPG !
par Invité Sam 14 Mai 2016 - 17:33

» Escalus
par Invité Jeu 12 Mai 2016 - 9:02

» Mass Effect : Reborn
par Invité Mar 10 Mai 2016 - 15:00

» Forum en pause
par Asàf Lysereän Mar 10 Mai 2016 - 13:47


Repas caritatif chez les Lysereän

Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Repas caritatif chez les Lysereän    - Sam 7 Sep 2013 - 5:42

Thélador avait mal dormi. Ces derniers temps, la chose était courante, mais jamais autant qu'aujourd'hui il en avait ressenti les effets...
L'intervention de la veille y était sûrement pour beaucoup, mais il s'était levé courbaturé et fatigué. Salim, un autre apprenti qui était de loin l'un des meilleurs amis qu'il s'était fait au Q6G ne manqua d'ailleurs pas de lui faire la remarque :

-Non d'un Garuda, tu as une tête à faire fuir un astiver ! S'était-il exclamé en voyant émerger le Matroscien. Mais celui ci, cette fois s'était agacé de la remarque, et tout en le gratifiant d'un regard noir lui avait répondu :

-Ferme la Salim, ou tu pourras bientôt manger et tenir ta langue dans ta main en même temps.

Puis, sans s’attarder d'avantage, Thélador l'avait quitté pour vaquer à ses occupations. Ce n'est qu'en fin de journée que les deux compères s'étaient retrouvés, convoqués par la même personne : L'officier supérieur Ishka- qui n'était autre que le maitre de Salim. Apparemment la jeune femme sauvé la veille avait repris connaissance, et on avait apprit qu'elle n'était autre qu'une cousine Lysereän, comme dans Kezaël Lysereän qui organisait son repas caritatif le soir même... Autant dire qu'Ishka n'allait pas louper cette occasion pour mettre en avant l'héroïsme qu'il n'avait pas, et qu'il s'appliquerait à ramener la Dame saine et sauve à sa famille le plus prudemment possible, c'est à dire escorté comme il le fallait. Thélador, devait participer sur ordre de son maitre, cela faisait presque une semaine qu'il devait expérimenter le terrain aux côtés de divers Veilleurs. Mais aujourd'hui la perspective de devoir sortir pour raccompagner la Dame à ce Diner où toute la noblesse Korrulienne serait présente ne l'enchantait vraiment pas.

-Tu es sûr que ça va le pâle ? Je t'assure que tu as mauvaise mine... Lui glissa Salim alors qu'ils se dirigeaient vers la chambre de la dénommée "Mowiel". Pour seule réponse, Thélador pressa le pas.
avatar
Ostracisé

On m'appelle Mowiel Solverre


Infos Personnage
RANG: Kezaël Lysereän, Asàf Lysereän, Khalël Isam, Kriss Almandina, Nessä Lysereän, Enaîa Lysean Vara'Da...
VILLE & APPARTENANCE : Penjoie - Cités troglodytes
MON AGE : 19 ans
Féminin
MESSAGES : 441
AGE : 24
INSCRIT LE : 27/09/2012
PSEUDO HABITUEL : Mowiel Solverre
Joyaux : 484
http://www.ile-joyaux.com/t2389-journal-de-bord-de-mowiel-solverre http://www.ile-joyaux.com/t1044-mowiel-solverre
Posté dans Re: Repas caritatif chez les Lysereän    - Sam 7 Sep 2013 - 8:33

- Mais comment ai-je pu faire preuve d’autant d’insouciance ? s’exclama soudainement Mowiel, en proie à la panique depuis son réveil. Si j’arrive en retard à la réception, le Seigneur Lysereän va entrer dans une colère noire !

La jeune femme avait maintenant conscience de la terrible erreur qu’elle avait commise en omettant les conseils donnés par Jaïna : jamais elle n’aurait dû quitter le Domaine des Lysereän sans se faire accompagner par au moins deux ou trois domestiques armés ! Et mieux encore, elle aurait tout aussi bien fait de ne pas s’empresser d’aller fréquenter des quartiers dans lesquels une Cultivatrice bien renseignée n’aurait jamais mis les pieds, même avec un argument solide en main. Là-bas, Mowiel avait manqué de perdre la vie.

A bien y réfléchir, jamais avant ce jour elle n’avait été victime d’une pareille agressivité de la part du peuple Korrulien. La richesse de ses atours suffisait-elle donc à justifier d’un comportement aussi déplacé ? Finalement, l’habit du pauvre n’avait peut-être pas que des désavantages, surtout en terrain hostile.

L’éclat du soleil couchant la ramena à la réalité, et l’atterrissage fut difficile. Au lieu des hommes qu’elle attendait avec la plus grande des impatiences, ce fut un médecin qui s'annonça.

- Par Ruyn, mais que font les Veilleurs Pourpres chargés de me raccompagner au Domaine ? marmonna-t-elle.

Une nouvelle fois, elle fut forcée de subir un examen médical complet. Cet homme était probablement soucieux de savoir si tout allait pour le mieux depuis hier. Avait-il donc si peur d’omettre un détail vital et d’être la cible de la colère des Lysereän ? Décidément, cette famille régnait en maître sur Arish.

- Ecoutez, je sais que vous avez reçu des ordres, mais il faut impérativement que vous me rameniez chez moi ! Je dois me laver, m'habiller pour l'occasion, me coiffer et me maquiller ! Alors si vous pouviez presser un peu les choses, je vous en serai très reconnaissante !
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: Repas caritatif chez les Lysereän    - Dim 8 Sep 2013 - 13:13

Les trois veilleurs venaient d'entrer dans la chambre. Salim et Thélador en retrait, et l'officier Ishka en gestionnaire la mission prit la parole pour tous.

-Madame, veiller excuser ces précautions, mais elles sont nécessaires. Il s'agit de vous rendre en meilleur santé à votre famille.  
Affirma-t-il avec sourire mielleux. En temps normal, l'homme n'était pas aussi courtois, mais le voilà plus enclin à la courtoisie quand c'est une grande Dame qu'il se doit de protéger. Sombrement, Thélador songea que si cette jeune femme n'avait été qu'une servante, l'officier ne lui aurait même pas adressé la parole... C'en était presque risible... Mais Thélador n'avait pas la tête à rire. Il espérait simplement que ils se mettent rapidement route, et qu'ils soient tous aussi rapidement rentrés : il se sentait tellement fatigué... Le veilleur médecin apparu et après une courte discussion avec L'officier donna l'autorisation pour que Mlle Lysereän rentre chez elle.
-A la bonne heure ! Lança l'officier supérieur avec un enthousiasme qui frôlait le ridicule aux yeux fatigués de Thélador. Nous pouvons nous mettre en route. Puis il se posta aux côté de la jeune femme et lança aux deux recrues (d'un ton bien moins précautionneux)
-Khäl, Gotruscos, vous fermez la marche. Ursok nous attend dans le vaisseau.
Plus délicatement il s'enquit auprès de Mowiel ;
-Vous n'avez pas le mal de l'air ? Si tel et le cas, sachez que le trajet sera court, ne vous inquiétez pas.
avatar
Ostracisé

On m'appelle Mowiel Solverre


Infos Personnage
RANG: Kezaël Lysereän, Asàf Lysereän, Khalël Isam, Kriss Almandina, Nessä Lysereän, Enaîa Lysean Vara'Da...
VILLE & APPARTENANCE : Penjoie - Cités troglodytes
MON AGE : 19 ans
Féminin
MESSAGES : 441
AGE : 24
INSCRIT LE : 27/09/2012
PSEUDO HABITUEL : Mowiel Solverre
Joyaux : 484
http://www.ile-joyaux.com/t2389-journal-de-bord-de-mowiel-solverre http://www.ile-joyaux.com/t1044-mowiel-solverre
Posté dans Re: Repas caritatif chez les Lysereän    - Lun 23 Sep 2013 - 2:21

- Serons-nous à l'heure à la réception de mon cousin ? questionna la jeune femme, inquiète, se souciant peu de savoir si elle supporterait le voyage. Mon retard pourrait être très mal perçu par les invités.

Les hommes Lysereän étaient bien capables de la jeter dehors pour un affront pareil. Etre en retard à un banquet d'une telle ampleur n'était pas digne d'une Cultivatrice, et encore moins digne d'une servante à qui deux hommes avaient accordés leur entière confiance. A présent, elle ne devait commettre aucune erreur supplémentaire, sous peine de perdre bien plus que son nouveau statut.

- Comprenez, Monsieur, que je ne souhaite pas que les évènements d'hier s'ébruitent.

Mowiel se sentait mal à l'aise au milieu de ces mondanités et paroles insensées. Jamais elle n'avait été contrainte de tenir un pareil discours, et aujourd'hui, elle n'avait d'autre choix que de s'y soumettre. Elle se demandait toujours pourquoi tous ces gens se forçaient à se sourire, alors qu'ils ne s'appréciaient guère ou se connaissaient tout juste depuis quelques heures. De ce qu'elle pouvait constater, les Officiers ne faisaient pas exception à la règle.
Les simples soldats eux, étaient de bien meilleure compagnie, quoi qu'un peu rustres, lorsqu'ils ne venaient pas d'un milieu riche comme celui des familles de Cultivateurs.

Et lui, d'où pouvait-il venir ? se demanda soudainement la jeune femme, en jettant un rapide coup d'oeil en direction de l'homme qui lui avait, semble-t-il, sauvé la vie. Ses yeux bleus avaient de quoi destabiliser tout Korrulien qui se respecte, bien qu'ils lui donnent un charme insolite. Il était beau, mais vraiment étrange. Bizarre. Excentrique à souhait.
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: Repas caritatif chez les Lysereän    - Mar 24 Sep 2013 - 13:29

Thélador, bien qu'à l'écart, avait entendu les inquiétudes de la jeune femme. Ainsi donc, elle avait manqué de se faire tuer, deux veilleurs, dont lui même, avaient été blessé, et la seule chose qui la préoccupait était que son arrivée tardive aller contrarier ses invités ?
Les femmes cultivatrices n'avaient donc pas le moindre sens des priorités ? N'y avait-il que les impressions qu'elles devaient donner qui leur importait ? Songea Thélador en levant les yeux au ciel sans ce soucier que son geste puise être aperçu par la Lysereän déboussolée.

Nerveusement, il se mit à trépigner du pied.Ces courbettes étaient bien jolies, mais il était impatient de se remettre en activité.

-Nous allons nous mettre en route immédiatement alors, Madame. Céda l'officier, en ouvrant le bras, pour inviter la dame à les suivre.

Voilà donc qu'il passe devant les deux apprentis, la dame sur les talons et que la petite troupe se met en route vers le vaisseau. Dans les prunelles soucieuses de la cultivatrice, Thélador a remarqué des interrogations. Des interrogations qui semblent le concerner directement. Lorsque leurs yeux se croisent, il lève le menton, la défi presque de penser qu'il n'a pas sa place dans ce QG. Dans ses yeux azurés, cernés par la fatigue, on peut presque lire "C'est MOI qui t'ai sauvé. Ne l'oublie pas". Et puis, une seconde plus tard les regards se quittent. On se contente d'avancer et de s'ignorer.

Bientôt le moteur pousse son rugissement, et le conducteur les amènent à leur destination. Arrivé, Ishka est le premier à descendre. Mais c'est bien le matroscien qui offre son bras à la dame pour qu'elle puise descendre sans encombre. Profitant de cette proximité, il lui glisse :

-Comment pouvez vous plus craindre vos invitées et votre famille que les hommes d'hier ?

Il a remarqué sa tension. Évidemment, elle a tenté de la dissimuler, mais il doit dire que elle n'est pas très forte à ce jeu là. Pendant tout le trajet, il lui trouvé des tics nerveux... Un instant, il a même eut pitié. Elle semblait si soucieuse de son retard. Sûrement qu'être une Lysërean est une fonction haute en responsabilité.
avatar
Ostracisé

On m'appelle Mowiel Solverre


Infos Personnage
RANG: Kezaël Lysereän, Asàf Lysereän, Khalël Isam, Kriss Almandina, Nessä Lysereän, Enaîa Lysean Vara'Da...
VILLE & APPARTENANCE : Penjoie - Cités troglodytes
MON AGE : 19 ans
Féminin
MESSAGES : 441
AGE : 24
INSCRIT LE : 27/09/2012
PSEUDO HABITUEL : Mowiel Solverre
Joyaux : 484
http://www.ile-joyaux.com/t2389-journal-de-bord-de-mowiel-solverre http://www.ile-joyaux.com/t1044-mowiel-solverre
Posté dans Re: Repas caritatif chez les Lysereän    - Lun 7 Oct 2013 - 13:17

- Vous vous trompez, Monsieur, se défendit la jeune femme, tandis que ses pas la rapprochaient de la Demeure des Lyserëan. Rien ne saurait me faire plus peur que des hommes qui en veulent à ma vie.

Mowiel était terrifiée à l'idée qu'il découvre la vérité. Elle s'efforça donc de ne pas paraître intimidée. S'il apprenait qu'elle n'était pas la femme qu'elle prétendait être, il lui volerait sa liberté à coup sûr, et cela sans que les Lysereän ne lèvent le petit doigt pour s'y opposer. Elle devait la vie à l'un d'entre eux, mais eux ne lui devaient rien. Elle seule était en mesure d'assurer son avenir, et cela commençait par un jeu de mensonges frisant la perfection.

- A dire vrai, j'ai encore du mal à croire à la véracité des évènements de la veille. Tout cela semblait si irréel, comme un cauchemar auquel on ne peut échapper.

Un flot de souvenirs, à la limite du supportable, défila dans son esprit. Si elle avait oublié plusieurs épisodes des évènements d'hier, certains lui étaient revenus plus rapidement qu'elle ne l'aurait voulu. Elle aurait souhaité tout oublier de ce jour ; tout, y compris le visage de ses assaillants. Leurs voix et leurs regards avaient hantée sa nuit, comme ils hanteraient probablement toutes les autres à venir. Bien malgré elle, elle ne put réprimer un frisson d'angoisse : jamais elle n'aurait imaginé que l'on puisse s'en prendre aussi impunément à une Cultivatrice. Sans les Veilleurs Pourpres, elle serait très probablement morte à l'heure qu'il est. Elle leur devait la vie, aussi difficile que cela puisse être. L'auraient-ils secouru si elle n'avait été que Mowiel Solverre, domestique de son état ? L'aurait-il fait, lui ? se demanda-t-elle en reportant toute son attention sur son interlocuteur.

Il la dominait de toute sa hauteur. Son regard était si sévère et profond qu'elle se demandait perpétuellement si elle devait se sentir flattée ou insultée. C'était le genre d'homme que l'âge rend de plus en plus séduisant, mais qu'on ose à peine approcher. Le bleu de ses yeux représentait un interdit qu'il n'était pas bon d'ignorer. Un avertissement que tout parent convenable veille à donner à leurs enfants. S'il avait été comme tous les autres, bronzé de peau et aux yeux d'or, peut-être se serait-elle éprise du seul être à avoir un jour considéré sa vie comme digne d'intérêt.

- Je n'ai pas eu l'occasion de vous remercier pour ce que vous avez fait pour moi.

Je veillerai à ce que mon cousin vous récompense comme il se doit, faillit-elle dire. Mais en vérité, Kezaël, ou qui que ce soit d'autre d'ailleurs, ne lui devait rien. Elle seule pouvait lui rendre toute la gratitude qu'il méritait. Mais comment ? En lui jurant fidélité comme elle avait juré fidélité à Wirïan Lysereän ?

Tu as un rôle à jouer, Mowiel. Une Cultivatrice ne se rabaisserait pas à montrer du dévouement envers son sauveur, surtout s'il n'est que Veilleur Pourpre.

Un court instant, l'ombre d'un pardon habita le visage de la jeune femme, avant qu'il ne se détourne du Veilleur, pour se poser sur les hauts murs du Domaine. Ce qui se tramait aujourd'hui dans l'esprit des Lysereän pourrait bien être bien plus grave que tout ce qu'elle avait pu imaginer jusqu'à aujourd'hui. Tout en exerçant une faible pression sur le bras de son cavalier, elle lui glissa sur un ton de confidence :

- Mon père me disait que le danger est omniprésent, où que l'on se trouve. Sachez cependant que dans une belle demeure, il n'est que plus riche.
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: Repas caritatif chez les Lysereän    - Jeu 10 Oct 2013 - 15:11

"Vous vous trompez".

L'affirmation ne manqua pas de faire sourire, ironique, le Matroscien. Voilà une phrase qui semble le définir lui. Sa vie. Son existence. Avec agacement,  le voilà qui, du bout de pied, se met à tapoter le sol. Comme un cheval impatient qui attend. Quoi donc ? La réponse évidemment. Mais à quelle question ?

Pourquoi avoir prit si à coeur cette affirmation ? Elle ne sait rien de lui. Elle ne disait pas ça pour lui. Elle disait ça pour elle. c'est ce que font toutes cultivatrices : parler d'elle sans se rendre compte que leur mot sont parfois des poignards ...

Il ravale une grimace d'irritation. Le voilà qui pense à Lalah ; Encore, et toujours. Inlassablement, comme un poisson tourne en rond dans son bocal ... Le voilà qui l'imagine partout... Derrière chaque visage de femme et derrière chaque attitude féminine...
Cette femme n'a pourtant rien à voir avec la Desnolancès... Malgré tout, il se sent jugé, blessé, énervé. Il regrette presque d'avoir poser sa question. Il se fiche bien de sa réponse. Il se fiche bien d'elle. Il se fiche de tout le monde .

Son martellement s’amplifie puis s'arrête, la faute au "cortège" qui s'avance vers la propriété.

Avec une indifférence à peine feinte, il écoute vaguement la jeune femme. Son remerciement le fait tiquer. Il tourne vers elle ses prunelles d'azurs mais il ne lui accorde pas un sourire. La voilà sûrement juste poli. Récitant sa leçon : "dit merci au monsieur qui ta sauvé". Il hoche simplement la tête, et lui épargne le traditionnel "ce n'est que mon métier" aussi désuet qu’hypocrite.

Mais la demoiselle semble préoccupée par bien pire que les manières froides de son escorte... Il le remarque juste avant qu'elle ne lui glisse à voix basse une confidence qui cette fois le fait réagir.

Ses sourcils se froncent, et accentuent les ombres qui creusent son visage. Un instant, il semble méditatif. Son regard a suivi celui de la jeune femme, et c'est posé sur les murs de la demeure...    Peut être imagine-t-il, cette peur qui habite la Lyserean est-elle bien la résultante de la crainte de mourir. Peut être l'accident d'hier n'en est pas un. Peut être ne devait-elle pas être là à cette réception. Peut être ses plus grands ennemis sont-ils ses frères.
Méthodique, la réflexion du matroscien se met en route. Chercher-t-elle à lui faire evisager que l'épreuve d'hier n'était rien ? Cherche-t-elle à lui faire comprendre que la main qui tenait la lame hier n'était que celle d'un pantin au bout d'une ficelle ?
Peut être est-ce de là que vient cette méfiance qui émane de la jeune femme ? Car il devine dans ses attitudes les habitudes prudentes de quelqu'un qui regarde le monde comme on tâte un hérisson : en attendant la piqure qui ne viendra, en fin de compte, que lorsqu'on s'y attend le moins.

En fait... à bien y regarder, Elle ne semble même à sa place.

Brusquement, Thélador réalise à quelle vitesse son esprit a mit sur pied une machination sans plus de preuve qu'une altercation, et une phrase énigmatique. Il secoue la tête. Cherche à remettre ses idées en place bien qu'elles s'y refusent. Une migraine s'annonce, c'est bien à craindre...

Il interroge la demoiselle du regard et lui demande franchement:

-Pourquoi me dire ça à moi ?


C'est vrai cela. Pourquoi à lui et pas à l'officier ? Il a peine à croire qu'elle ait fait ça par excès de confiance... Il n'est pas aveugle. Il a vu le mal aise qui s'installe en elle à chaque fois que leurs regards se croisent et que le saphir accroche le topaze ...  


-Peut être ...
Insiste-t-il, inquisiteur, Deviez-vous vous montrez plus précise ? Vos propos sont bien énigmatiques, pour quelqu'un semble si sûr de savoir où se trouve le vrai danger ...  
Il hausse un sourcil. Cherche à la déstabiliser en empêchant son regard de fuir le sien. Il veut voir au delà de ce masque qu'elle semble si habilement porter... Quelque chose chez elle cloche. Il en est certain à présent.
avatar
Ostracisé

On m'appelle Mowiel Solverre


Infos Personnage
RANG: Kezaël Lysereän, Asàf Lysereän, Khalël Isam, Kriss Almandina, Nessä Lysereän, Enaîa Lysean Vara'Da...
VILLE & APPARTENANCE : Penjoie - Cités troglodytes
MON AGE : 19 ans
Féminin
MESSAGES : 441
AGE : 24
INSCRIT LE : 27/09/2012
PSEUDO HABITUEL : Mowiel Solverre
Joyaux : 484
http://www.ile-joyaux.com/t2389-journal-de-bord-de-mowiel-solverre http://www.ile-joyaux.com/t1044-mowiel-solverre
Posté dans Re: Repas caritatif chez les Lysereän    - Dim 13 Oct 2013 - 14:30

Le Veilleur Pourpre posa sur une elle un regard scrutateur qui la mit rapidement mal à l’aise. Par sa simple présence, il faisait planer une menace réelle sur le plan des Lysereän. Il n’y avait pas le moindre doute dessus, cet homme finirait par obtenir ce qu’il voulait, mais il était hors de question qu’elle lui facilite les choses, pas plus qu’elle ne venait de le faire en tout cas. Clamer haut et fort les intentions de Kezaël Lysereän relèverait du suicide, car s'il avait fait preuve de bonté en l'accueillant à son domaine, jamais il ne lui pardonnerait un tel acte de trahison.

Mowiel avait sa part de responsabilités dans toute cette histoire. A l'instant même où elle avait accepté de servir ses Maîtres en tant qu'espionne, la jeune femme avait pris le risque de terminer le reste de sa vie en prison. Elle connaissait peu de choses concernant les lois et sentences appliquées à Korrul, mais intégrer le cercle très fermé des Cultivateurs par le mensonge et le déguisement, était pour sûr un acte d'une extrême gravité. L'audace n'était pas une qualité admirée par tous.

A cette pensée, la jeune femme serra les poings si fort que ses phalanges devinrent blanches. Elle ne pouvait plus revenir en arrière. L'argent qu'elle recevait permettait à sa famille de survivre. Pour eux, elle était prête à tout, même au meurtre. Que lui avait-il pris de confier ses craintes au Veilleur ? C'était une erreur qu'elle avait tout intérêt à ne plus reproduire.

- Peut-être vous ai-je adressé ces mots parce que vous êtes plus enclin au dialogue que votre Officier, Monsieur.

Esquissant un faible sourire, elle ajouta sur le ton de l'ironie :

- Pour vous dire la vérité, le regard que vous posiez sur ma personne tout à l'heure était si insultant qu'il aurait tout à fait convenu à un miséreux. Je ne sais pas si je dois me sentir flattée ou vexée, mais quoi qu'il en soit, votre mépris du rang me rendrait presque admirative.

Les Veilleurs Pourpres n'étaient pas tous très bien vus par les habitants de Korrul, surtout dans les quartiers les plus pauvres. Si certains passaient leur chemin, d'autres se permettaient des paroles indignes d'un être humain, traitant les plus fragiles comme s'ils n'étaient que des animaux. L'un de ses petits frères avaient été sévèrement battu après avoir volé un commerçant. Il était revenu à la maison couvert de bleus et d'entailles. Ses larmes avaient déchiré le coeur de Mowiel. Tout ça pour un vulgaire morceau de viande.

Cet homme semblait différent.
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: Repas caritatif chez les Lysereän    - Mer 16 Oct 2013 - 13:53

Si Thélador avait attendu une réponse et une réaction, celle qu'il reçu le laissa d'abord patois. Elle l'accusait de s'être montré irrespectueux ? Voir insultant ? Il ne voyait pas du tout de quoi elle pouvait parler. Encore une de ces grandes dames qui avaient mal prit un regard sous prétexte qu'il n'avait pas exactement la bonne lueur d'admiration c'est cela ?
Loin de se sentir honteux de l'impression qu'il avait donné à la cultivatrice, il ne détourna pas le regard. Un instant il en oublia le vrai sujet, c'est à dire cette énigmatique phrase, et il se concentra sur les paroles de la demoiselle. Ainsi donc elle prétendait être "admirative" de cette austérité dont il faisait preuve ?
C'était à ne rien y comprendre ! Quand il faisait des efforts, on l'accusait de froideur, et quand il n'en faisait aucun on le félicitait pour son antipathie ...

Les femmes étaient vraiment des créatures étranges.

Une nouvelle fois, il eut une moue dédaigneuse, et répondit sans laisser ses bonnes manières le brider :

-Je suis ravis que mon caractère vous ai diverti, mais gardez vos flagorneries et vos tentatives d'amitié pour ceux qui en raffolent : vos invités. Je suis la vie qui devra mourir pour protéger des gens comme vous. Qu'une chaire en attente de sa sentence, car elle n'a qu'une chose à faire pour satisfaire vos bons gens c'est de pourrir. Ne faites pas semblant de l'avoir oublier. Ne pensez pas une seule seconde que votre attention me flatte. Les gens comme vous m'ont bien assez déçu pour que je me passe de leur ...



-GOTRUSCOS !

L'officier supérieur Ishka venait brusquement de s'arrêter pour pivoter vers eux. A grandes enjambées il s'avança, furibond et d'un geste brusque bouscula Thélador, pour  le séparer de la jeune femme.

-Ferme là petit vaurien ! Reste à ta place !

Aboya-t-il avec férocité.

Mais Thélador n'entendit pas le reste des remontrances. A l'instant même où il avait sentit la bousculade le réprimander, il avait senti une colère froide et terrifiante le submerger. Sans qu'il ne se l'explique, ce simple geste, était pour lui une provocation. Pire : une invitation au combat.
Son esprit semblait avoir oublié jusqu'à l'information la plus basique qui était que cet homme qui vociférait le pouvait car il était son supérieur...

Alors, oubliant toute raison il fit un pas en avant, le visage déformé par un rictus de haine. Un instant, il vit incompréhension se dessiner dans les yeux de l'officier, et l'instant après, alors que sa détermination était au plus haut, qu'il allait enfin faire le mettre un poing en pleine figure, il sentit une douleur éclater dans sa poitrine.

Quelqu'un l'avait rattrapé avant qu'il ne tombe. quelqu'un qui cria son nom. Mais le matroscien n'aurait su dire qui était cette personne. Il n'aurait pas su dire pourquoi il se trouvait là. La seule chose qui emplissait son esprit, c'était cette douleur fulgurante. Son coeur, songea-t-il alarmé, son coeur allait exploser ! Sa main se crispa sur sa poitrine. Il n'arrivait plus à respirer. Sa vision se troublait. Ses yeux avaient perdu toute froideur pour exprimer l’incompréhension et la peur.
Que cela s'arrête pria-t-il. Que tout s'arrête ...

Et il fut exaucer.Car de fait tout s'arrêta.

¤¤¤¤¤¤

Salim avait réagit au quart de tour. Au moment même où Thélador avait menacé son maitre, il s'était préparé à agir. Mais c'est avec angoisse qu'il avait vu le corps de son ami s'effondrer. Bousculant la cultivatrice, il l'avait pourtant rattraper avant qu'il ne s’écrase au sol.
Dans ses bras, son ami semblait se débattre contre son propre corps. D'effroi il s'entendit hurler son nom. Cherchant à comprendre. A le ramener.

Il l'avait bien vu qu'il n'était pas normal depuis ce matin ! Si taciturne, Thélador l'avait été beaucoup ces derniers temps, il avait aujourd'hui atteint un sommet qui ne lui ressemblait pas. Le remord submergea Salim. Il aurait du insister pour le faire aller à l'infirmerie. Une nouvelle fois, le matroscien fut parcouru d'un spasme, et brusquement, plus rien.

-Thélador !
Appela-t-il avec angoisse alors que la tête de son ami ballota mollement sous les secousses qu'il lui imposait, cherchant désespérément à lui faire rouvrir les yeux.

Avec précaution , il le reposa, et se pencha, angoissée au dessus de lui  pour glisser deux doigts contre sa jugulaire.

-Je ne sens pas son pouls ! Lança Salim angoissé Il ne respire plus ! Ajouta-t-il en lançant un regard paniqué à son maitre qui semblait ne pas plus comprendre ce qui venait de se passer devant ses yeux.
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: Repas caritatif chez les Lysereän    - Jeu 17 Oct 2013 - 14:39

En tant que biologiste elle avait a peu près disséqué tout ce que le désert pouvait lui offrir comme animal, du plus mignon au plus visqueux et affreux. Et si les premières fois ne sont pas toujours enivrantes généralement la deuxième ne pose pas de soucis. Mais autopsier un humain, il se pouvait qu'elle ne s'y fasse jamais. Pas moins dur il se pouvait même que ce soit encore le plus facile, mais sûrement le plus dérangeant de savoir que c'était comme jeter un œil à l'intérieur de sa propre chair.

En temps normal aucun médecin n'aurait voulu d'elle dans une sale d'autopsie, et d'un autre coté jamais elle n'aurait voulu d'elle ici non plus. Mais visiblement ce décès relevé de ses capacités, de ses connaissances sur le monde merveilleux des poisons. Elle pouvait même annoncer sans trop paraître qu'elle était celle qui en savait le plus de tout le QG, pour en avoir inventé et perfectionné plus qu'il n'était possible de le songer. Et il ne lui fallut que quelques instant pour trouver les marques de l'un de cadeaux laissé au monde, une étrange marque violacée autour d'une blessure visiblement un couteau. La caractéristique d'un ancien poison qu'elle avait mis au point au début de sa formation et très vite abandonné, car au final trop lent à faire effet. Elle l'avait imaginé et conçu pour semé le trouble chez l'ennemi en rendant ses victimes instables. Pour comprendre il faut imaginer un forban blessé rentrer chez lui agressé les autres peut être même en tuer d'autre avant de mourir tué par les autres. Le seul soucis venait du fait que si jamais l'arme était ensuite volée et retournée contre des veilleurs, alors pas besoin d'être un génie pour comprendre.

Il était donc évident qu'ils avaient affaire avec un copieur de son poison, et une bien pâle copie. Les dosages étaient chaotiques, à vrai dire c'était bien un miracle que le pauvre garçon ne soit pas mort avant, sûrement l'exercice quotidien qui avait rendu son cœur plus résistant. Le mélange était bien trop instable, Nora avait instillé de la rage dans une bouteille, la c'était comme enduire son cœur d'huile et d'y mettre le feu dès qu'on faisait monter sa tentions.

Et si la journée n'avait pas bien commencée la suite s'annonçait bien pire. Ses camarades de chambrée lui apprirent qu'il tenait ses traces d'hier après un combat pour sauver une cultivatrice. L'un d'eux s'exprima pour dire qu'il avait aussi vu une marque semblable quelque part sur Thélador, la jeune scientifique manqua de s'étouffer avec cette nouvelle. Elle ne devait pas se montrer trop touché très peu de gens étaient au courant de leur amitié, et si cela pouvait duré ça n'était pas plus mal. Le jeune veilleur était parti accompagné la cultivatrice qu'il avait sauvé à une sorte de réception. Nora s'en mordait les doigts d'avance, si ce dernier venait à commettre l'irréparable avant de s’évanouir, même s'il n'était pas trop tard pour le sauver, les retombées seraient terribles.

En tant que personne la plus qualifiée pour réussir cette mission qui elle l'espérait ne virerait pas au sauvetage, elle prit les choses en main. Elle ordonna qu'un médecin et deux soldats l'accompagne jusqu'au hangar, dans la précipitation et l'envie de ne pas perdre encore l'un des leurs personne ne fit attention a l'étiquette. Trouver un pilote ne fut pas bien difficile non plus, elle avait des amis à peu près partout. Ce qui lui permis d'obtenir un vaisseau et de s'expliquer sur le trajet pour ne pas perdre une seconde de plus. Elle occupa aussi le voyage en faisant l'inventaire des différents produit qu'elle avait. Si jamais ce dernier faisait un arrêt cardiaque il lui faudrait de quoi calmer son cœur avant que ce dernier n'explose au démarrage. Elle espérait aussi qu'a l'heure qu'il était elle n'allait pas devoir arriver comme un deuxième cheveux sur la soupe en plein milieu d'une fête de cultivateur. Elle aurait surement beaucoup de mal à le pardonner à Thélador.

Elle aurait bien retiré ses gants pour se ronger les ongles jusqu'au sang alors qu'en route il cherchait le mort qui marche. Car avec un tel cocktail dans le sang on pouvait difficilement parler d'autre chose. Juste un mort qui ne le savait pas encore. Elle hurla presque de stopper la machine quand elle vit un autre module non loin d'une magnifique demeure de cultivateur. Un petit attroupement était visible non loin de la et elle aurait juré qu'il était question de quelqu'un sans pouls, ils ne leur fallu pas longtemps pour placer leur module a coté du leur et par la suite les rejoindre. Jamais de sa vie elle ne se rappelait avoir couru aussi vite. Elle sauta littéralement a genoux pour combler la fin de la distance qui la séparait de son ami.

-Depuis combien de temps...Depuis combien de temps !!!

Pas le temps d'expliquer, pas le temps de se présenter. Chaque seconde qu'il passerait sans un cœur battant renforçait les chances de séquelles graves si jamais il s'en remettait. Elle coupa sa veste au couteau pour que la piqûre soit plus facile a faire quand il repartirait. Le médecin savait ou piquer. Elle se mit a faire le massage cardiaque pour faire repartir le cœur, et se mit à expliquer tout en même temps pour éviter les foudres du supérieur de Thélador qui commençait a virer carmin.

-Il a été empoisonné durant une rixe, ses récentes sautes d'humeur sont le premier symptôme les derniers étant l’arrêt cardiaque et la mort.

Elle comptait dans sa tête les pressions données sur la poitrine et les périodes de bouche a bouche. Le réveil serait violent, peut être aussi violent qu'une naissance pour un nouveau né. Mais avec ce qu'elle avait ramené il n'était même pas évident qu'il reste conscient plus longtemps que le temps de la piqûre. Elle sentit qu'il revenait à lui bien avant de le voir, une intuition ? Avait-elle sentit son cœur repartir d'un battement. Elle attendit quelques secondes, qu'il soit bien réveillé avant de le droguer. Le but n'était pas de lui faire faire un deuxième arrêt cardiaque. Le corps du jeune veilleur fut parcouru par violent soubresaut comme s'il venait d'être frappé par la foudre, il se redressa aussi violemment qu'elle le plaqua au sol a nouveau.

-Ce n'est rien Thélador, c'est moi Nora...Tu es malade, et je viens t'aider.

Puis dans sa langue maternelle.

-Piqûre...Maintenant !!!

Ce fut vite fini, le produit était puissant et directement injecté dans la poitrine. Un draoma aurait dormi une bonne semaine pour moins que ça. Mais lui était toujours la, les yeux mi clos dans un état catatonique mais bien la. Elle ordonna qu'on aille lui chercher de quoi le transporter jusqu'au module. Les épaules de la scientifique se voûtèrent alors que tout son stress semblait redescendre. Il était hors de danger tant que l'on pouvait contrôler son rythme cardiaque.

-Tu devrais dormir un peu Thélador...Je suis sur que tu es très fatigué.

Elle se rappela néanmoins qu'elle se trouvait en face de l'un de ses supérieurs. Elle se releva, salua, et exposa les faits aussi clairement que possible.

-Nous sommes venus suite à la mort d'un veilleur. Empoisonné en même temps que le soldat Gostrusco.

Elle ne put s’empêcher de tourner légèrement la tête vers la cultivatrice qui avait joué le rôle de la demoiselle en détresse, elle en revint tout de suite à son chef.

-Il va aussi falloir que je le ramène au QG, son état doit être stabilisé au plus vite, et son corps purgé du poison. Sinon...Il connaîtra le même sort.
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: Repas caritatif chez les Lysereän    - Lun 28 Oct 2013 - 11:54

La mort. Thélador l'avait déjà effleuré. Il l'avait déjà nargué. Maispour la première fois, il venait de l'embrasser. Un baiser glacé et douloureux, si loin de ceux que la vie lui avaient fait partager ...

La douleur. C'est la première chose qu'il ressenti lorsque son coeur se relança. La contraction avait été si violente que son corps entier en avait été secoué. Ses yeux s'étaient rouverts, transpirant d'angoisse, alors que sa respiration haletante tentait de rattraper le retard accumulé.

Du mouvement, il y avait des gens autours. Des regards qui l'observaient, et lui ... Lui ne se souvenait pas ce qu'il faisait ici.

°°°°°°°

Ishka lui aussi avait du mal à comprendre. Les nouveaux Veilleurs avaient surgit, au bon moment, c'était le cas de le dire. La cagoulée venait vraisemblablement de sauver le pupille du Bras droit, et donc elle venait aussi par extension de lui sauver la vie !
Quoi que ... Il y avait une nuance dans son discours que Ishka n'aimait pas... Quelque chose qui sous entendait que le bleu n'était pas entièrement tiré d'affaire :

-Et bien ramenait le dans ce cas !  Lança-t-il brusquement, lourdement éprouvé par ses nerfs. Il aurait bien rangé un peu plus, mais la dame le contraignait à garder un minimum de calme.

-Salim, tu les accompagne. Tu me feras le rapport.  Ajouta-t-il, retrouvant un peu ses esprits.

-Je termine la mission et je vous rejoins.  Il se tourna vers la capuchonnée :

-Ce gamin est le pupille du Bras droit, alors, sauvez le, sinon on aura tous des gros problèmes !  Surtout lui, mais il ne préférait pas trop y penser.
Il pivota vers la dame, visiblement choquée, et il feignit le calme :

-Mademoiselle, je déplore que vous ayez eu à subir cela ... La vie de veilleur n'est pas sans risque ... Allons, suivez moi, je vais vous ramener à vos proches. Vous y trouverez sans doute le réconfort.  

°°°°°°°

Il y avait une voix. Une dame. Des paroles rassurantes... Il s'y accrocha, trop peureux de plonger de nouveau. Pourtant il avait beau lutter, Thélador se sentait exténué... Ses paupières papillonnèrent vaguement avant de se fermer...

La voix avait raison... Il était vraiment très fatigué.

On m'appelle Contenu sponsorisé

Posté dans Re: Repas caritatif chez les Lysereän    -

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum