AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
» Communication externe
par Loth de la Vision Mar 21 Juin 2016 - 15:06

» Réversa [ TOP ]
par Invité Ven 27 Mai 2016 - 8:21

» Le monde de Dùralas
par Invité Jeu 26 Mai 2016 - 7:00

» Anthalia
par Invité Dim 22 Mai 2016 - 15:17

» Marbrume, La Cité des Damnés
par Invité Lun 16 Mai 2016 - 15:07

» Questionnaire pour soutenir infinite RPG !
par Invité Sam 14 Mai 2016 - 17:33

» Escalus
par Invité Jeu 12 Mai 2016 - 9:02

» Mass Effect : Reborn
par Invité Mar 10 Mai 2016 - 15:00

» Forum en pause
par Asàf Lysereän Mar 10 Mai 2016 - 13:47


Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Dis bonjour 626    - Mer 11 Sep 2013 - 15:12

Certains poisons ne nécessitent pas « d'aide » pour pénétrer dans le corps. Il arrive quelque fois que juste être au contact du liquide soit suffisant. Et s'il est possible inoculer du poison de cette manière, peut on aussi faire en sorte de faire entrer sans blesser la chair des anti douleurs directement a l'endroit de la plaie pour accélérer la vitesse d'effet. La bestiole qui secrétait le précieux liquide, un batracien aux couleurs extravagantes trouvé près d'un domaine de cultivateur. Quelqu'un c'était effondré juste après avoir avoir tenu l'animal entre ses mains. Et Nora avait du batailler pour qu'on lui fasse parvenir un spécimen. La dissection de l'animal aurait sûrement été le moyen le plus rapide de la comprendre, mais vu qu'elle n'était pas prête d'en récupérer une autre alors elle était obligée de récupérer sans brusquer l'animal son venin.

Les résultats n'étaient pour l'instant pas très probant, il ne lui était pas évident de mettre en évidence puis d'isoler le facteur pénétrant. Sans véritablement s'en rendre compte elle avait passé la nuit au dessus de son microscope à analyser l'animal sous toutes ses coutures. Et rien a faire, le spécimen numéro 626 restait toujours un mystère. Puis au bord de l'épuisement complet elle avait fini par se laisser aller contre sa chaise, posant ses jambes sur la paillasse. Elle ne dormirait pas bien longtemps, mais peut être de quoi faire la soudure avec la pause du midi.

Son réveil fut aussi brutale que les deux mauvaises nouvelles qu'il apportait, l'une découlant de l'autre. Elle avait du remuer dans son sommeil et avait du faire tomber le bocal de 626, et ce qui l'avait réveillé du d'entendre quelqu'un saluer le bras droit du général.

-C'est pas vrai, c'est pas vrai, c'est pas vrai...Foutue bestiole !

Une chance pour elle, elle portait sous sa blouse blanche sa combinaison en cuir ainsi le batracien n'avait pu lui faire de mal même en grimpant le long de ses jambes. Ni une ni deux la jeune scientifique se mis à tout remuer pour retrouver l'objet de négligence. Elle le trouva près de la porte de sortie mal fermée comme à l'habitude pour faire entrer un peu d'air. Le temps de se précipiter en renversant tout sur son passage ne fut pas suffisant pour empêcher 626 de sortir et de continuer sa progression vers la liberté. Nora suivi la bête en se jetant dans un premier temps contre la porte, puis dans un deuxième temps à terre pour attraper son précieux spécimen après une petite glissade qui l'amena juste devant une paire de jambes. Elle étouffa une petite exclamation de douleur pour se redresser comme sous le coup d'une impulsion électrique, pour saluer son supérieur hiérarchique.

-Veillez m'excuser officier Vara'da ...J'étais a la poursuite d'un spécimen évadé potentiellement dangereux.

Elle avait ramené l'animal contre sa poitrine le tenant à une main assez fermement pour éviter toute nouvelle évasion, mais assez doucement pour ne pas en faire de la bouillie. Nora avait déjà vu le bras droit du général plusieurs fois, mais jamais d'aussi près. Premier constat elle était grande, assez pour que la capuche de la jeune scientifique puisse dissimuler dans les ombres la partie haute de son visage. Et pour un premier contact on ne pouvait pas dire que c'était réussi...Pour quel genre de calamité maladroite allait-elle passer. Elle s'écarta d'un mouvement quasi mécanique et brusque pour laisser passer sa supérieur.

-Encore désolée pour tout ça, cela ne se reproduira plus.

Voilà pourquoi Nora déteste particulièrement les excuses, une fois qu'on a commencé on ne sait plus s’arrêter. Surtout quand elles sont sincères, elle aurait voulu que sa supérieur lui exprime que c'était bon. Mais elle sûrement ne lui en laissait-elle pas le temps. La pression de l'autorité était encore quelque chose qu'elle avait du mal à gérer. Son frère aurait sûrement parler des séquelles de sa relation conflictuelles avec ses parents.
avatar
Veilleur Pourpre

On m'appelle Enaîa Lysean Vara'Da


Infos Personnage
RANG: Bras Droit des Veilleurs Pourpres - Admin
VILLE & APPARTENANCE : Penjoie
MON AGE : 28 Ans
Féminin
MESSAGES : 739
AGE : 23
INSCRIT LE : 07/05/2012
PSEUDO HABITUEL : Harrods
Joyaux : 266
http://www.ile-joyaux.com/t750-croire-en-quelque-chose-et-ne-pas-le-vivre-c-est-malhonnete#17230 http://www.ile-joyaux.com/t726-enaia-lysean-vara-da-terminee#16682
Posté dans Re: Dis bonjour 626    - Ven 13 Sep 2013 - 16:41

Un silence de plomb mais apaisant régnait sur le QG. Pas un bruit, si ce n'est quelques grincements et autres cliquetis matériels. La nuit s'achevait doucement, tandis que les premiers rayons de soleil venaient teindre le ciel de nuances orangées. Lentement, les appartements excentrés réservés aux hauts-gradés furent baignés d'une légère lumière, annonçant pour eux, la fin des rêves. Et c'est dans un gémissement plaintif qu'Enaïa se retourna dans son lit, grimaçant lorsque son visage se retrouva à la lumière, bien que faible. Tirant sur les draps, elle s'enfonça dessous et tenta d'échapper à sa conscience éveillée qui lui soufflait de se lever.

Finalement, son sens du sérieux eut raison de son immense envie de faire une grasse matinée. Il y avait bien longtemps qu'elle n'en avait plus fait, et même si le sommeil venait souvent à manquer, elle ne regrettait jamais les sacrifices qu'elle avait du faire sur son confort. Protéger Korrul était bien plus important. Elle aurait tout le temps de se reposer lorsqu'elle serait vieille et décrépie. Alors en attendant, le travail l'attendait. Une rapide toilette fut faite, un petit déjeuner copieux expédié et la voilà installée à son bureau, le nez déjà plongé dans la paperasse. Des signatures à apposer, des missions à distribuer, des surveillances et patrouilles à reléguer et des rendez-vous à assurer. La matinée fut si chargée que la jeune femme ne la vit même pas passer et lorsqu'enfin elle arriva à bout du dernier dossier qu'elle devait traiter, elle souffla longuement. La plupart de ses collègues étaient déjà attablés dans la salle commune, savourant leur déjeuner. Mais il était à peine midi et se redressant, la Bras Droit des Veilleurs sortit de son bureau pour assurer un petit tour du propriétaire.

La solidarité et la bonne-entente entre Veilleurs était pour Enaïa, l'un des points les plus fondamentaux dans leurs idéaux. Et ne manquant jamais à cette règle, il n'était pas rare de la voir marcher dans le QG, rendant visite aux armuriers, aux ingénieurs, aux médecins et tous les autres, afin de s'assurer que tout allait bien. Et si certains trouvaient ce comportement ridicule, il était bien connu que la plupart des soldats appréciaient ce geste. Après tout, ici, ils étaient tous frères et sœurs et les liens tissés se devaient de perdurer.

Les pas de la jeune femme la menèrent instinctivement en direction des laboratoires. Zone qu'elle ne fréquentait quasiment jamais en dehors de ses visites de courtoisie, elle choisit de s'y rendre pour cette fois. Poussant la porte du sas d'entrée, elle salua chaleureusement les deux scientifiques qu'elle croisa et continua à s'avancer. La porte du laboratoire principal se trouvant tout près, elle s'y rendit d'un pas mesuré, répondant au salut d'un autre soldat. Et s'arrêta net, en manquant de marcher sur quelque chose. Ou plutôt quelqu'un. Car à vrai dire, une personne encapuchonnée venait de plonger à ses pieds. La dite cascadeuse se releva d'un bond tout en bredouillant une excuse. Reconnaissant l'une des biologiste du laboratoire, Enaïa lui adressa un sourire rassurant et répondit :

« Nul besoin de vous excuser autant de fois Soldat Vanalli. Il n'y a pas de mal. Vous ne vous êtes pas blessé en exécutant ce magnifique plongé j'espère ? »

Se retenant de rire, la scène repassant en boucle dans sa tête, elle laissa une expression amusée éclairer son visage. Puis, fronçant les sourcils en direction de la bestiole que tenait la jeune femme, elle se pencha pour mieux la voir et souffla :

« Ainsi donc, c'est cette petite chose qui vous cause tant de soucis ? » Elle se redressa et posa un regard intéressé sur le visage à moitié caché par la capuche. « Qu'est ce donc ? Il ne me semble pas avoir déjà vu une telle bestiole dans nos laboratoires. »

A vrai dire, elle n'en savait pas grand chose des animaux que pouvaient contenir les nombreuses cages de cet endroit. Mais par respect pour ces chercheurs, la jeune femme s'était toujours tenue informée des dernières trouvailles et recherches. Et vraisemblablement, cette petite chose ne faisait pas encore partie des dernières nouveautés.



DC : Azeor Desnolancès & Kezaël Lysereän & Kidjyïa Rijwan & Esheban Ondeluire & Riska les Deux Voix & Eyföhl Aanka'Leï & Céléno Thogen
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: Dis bonjour 626    - Sam 14 Sep 2013 - 7:30

Surprise, pour l'être elle l'était. Elle n'avait pas imaginé un seul instant que ça cascade soit accueillie de cette manière. Ou tout du moins pas par un sourire aussi, amusé. Présentement il lui suffisait de fermer les yeux pour imaginer le sourire carnassier du chef de service, au moment ou il lui demandait si cela lui plaisait de passer son temps de travail a jouer les serpillières et à troubler le calme environnant. Elle tira sur sa capuche comme dans le but de faire disparaître son visage entièrement il y a toujours une différence entre se faire remarquer parce qu'on le cherche, et se faire remarquer quand on ne l'a pas voulu.

-Non officier Vara'Da, rien de bien méchant.

Pour tout dire ses deux genoux avaient claqué par terre ainsi que ses coudes, et si sur le coup une douleur aiguë lui avait transpercé le corps elle c'était bien calmé. Elle dut cependant retenir la grimace qu'elle sentait venir rien qu'a la pensée des bleues qui allaient indéniablement colorer sa peau trop blanche.

-Dans le laboratoire de biologie animal la dangerosité d'un animal n'est pas proportionnelle a sa taille...On pourrait presque dire qu'elle y est inversement proportionnelle.

Elle commença par fusiller du regard le batracien pour l'avoir mis dans cette situation. Mais l'amoureuse de science qu'elle était ne pouvait qu'aimer cette créature pour tout les mystère qu'elle renferme.

-Nous venons de le recevoir il y a trois jours. Ce spécimen à était trouvé au cœur d'une plantation. Il peut paralyser quiconque entre en son contact directe, sa peau suinte une sorte de poison paralysant. Les cultivateurs en ont tué la plus part, mais nous avons réussi à récupérer ce spécimen.

Elle n'étala pas l'étendue de toute l'histoire, beaucoup de soldats n'ont que faire du procédé. Les sciences sont pour les scientifiques, le combat pour les combattants. Bien entendu certains sont plus curieux que les autres et cherchent à comprendre, mais pour celui que cela n’intéresse pas cela peut vite devenir rébarbatif. Mais la curiosité qu'avait montré l'officier Vara'da ne semblait pas feinte, après tout elle était le bras droit du général pourquoi aurait-elle feint quoi que ce soit, surtout devant un petit soldat biologiste.

-Nous ne l'avons pas encore nommé, ne sachant pas si son espèce va survivre. Il porte le numéro 626 pour le moment.

Le batracien d'une belle couleur bleu comme le ciel de matroos avait commencé à faire un raffuts infernal. Comment une si petite créature pouvait produire autant de bruit juste en gonflant et dégonflant sa poitrine. Il y eu un petit instant de flottement allait elle abusé du temps de son supérieur, mais encore une fois la question ne se posait pas véritablement. Si elle n'avait pas le temps elle n'aurait aucun mal a le lui dire.

-Êtes-vous déjà entrée dans la pièce ou nous gardons toutes les créatures gardées ici pour leur caractéristiques utiles au combats pour la création d'armes, de médicaments et autre ?

Elle risqua un petit sourire, la plus part des officiers cherchent à marquer une distance avec leur subordonnés, mais généralement ils le cherchent avec une attitude froide. Peut être pouvait se relâcher légèrement, de toute façon elle n'en était plus à sa première « bêtise ».
avatar
Veilleur Pourpre

On m'appelle Enaîa Lysean Vara'Da


Infos Personnage
RANG: Bras Droit des Veilleurs Pourpres - Admin
VILLE & APPARTENANCE : Penjoie
MON AGE : 28 Ans
Féminin
MESSAGES : 739
AGE : 23
INSCRIT LE : 07/05/2012
PSEUDO HABITUEL : Harrods
Joyaux : 266
http://www.ile-joyaux.com/t750-croire-en-quelque-chose-et-ne-pas-le-vivre-c-est-malhonnete#17230 http://www.ile-joyaux.com/t726-enaia-lysean-vara-da-terminee#16682
Posté dans Re: Dis bonjour 626    - Mer 18 Sep 2013 - 4:46

Attentive et se voulant la plus chaleureuse possible, Enaïa écouta la jeune biologiste lui parler un peu du petit spécimen qu'elle tenait dans ses mains. Le petit batracien commençait à s'impatienter et le fit bientôt savoir par quelques croassements aigus. Ainsi donc, cette bestiole était couverte de paralysant. S'il était possible d'obtenir d'autres prétendants de la race, il serait très intéressant de travailler sur une arme utilisant cette caractéristique qui faciliterait certaines missions d'infiltration. Et inconsciemment, l'officier eut un fin sourire quand elle se rendit compte de ses pensées. Elle n'arrêtait jamais, cherchant toujours quelque chose qui améliorerait l'armement ou les conditions Korruliennes, dès qu'elle voyait quelque chose de nouveau. Secouant la tête doucement, elle se reconcentra sur l'animal et souffla :

« Eh bien, bienvenue ici 626. J'espère que tu sauras te montrer utile. »

Elle manqua d'esquisser un geste pour caresser le batracien avant de se souvenir des paroles de Nora. Posant un regard intéressé et brillant sur la scientifique, elle hocha la tête en réponse à sa question et composa un petit sourire, reflétant celui de l'encapuchonnée.

« Je suis déjà entrée oui, mais il y a quelques temps. Je ne suis pas contre une petite visite, si vous le voulez bien. »

La balade s'improvisa donc et Enaïa se fit bonne élève. Suivant son guide à travers les pièces peu éclairées qui gardaient précieusement les spécimens ramassés, elle écouta chacune de ses paroles, s'intéressant à tout et posant des regards curieux sur chaque bestiole rencontrée. Elle était surtout impressionnée par l'usage que pouvaient faire ces biologistes, des poisons et autres caractéristiques observés sur les spécimens. Armes, poisons, médicaments. Il était possible de sauver une vie, tout comme de la retirer.

Les questions ne tardèrent pas à se formuler dans la tête de la jeune femme, et elle ne se priva pas pour les poser à la scientifique qui semblait bien plus à l'aise maintenant qu'elle était dans son élément. Et c'est tout ce qu'espérait l'officier. Sa présence ici ne devait pas causer de gêne ou de malaise et elle fut rassurée d'observer que sa guide la traitait comme tout autre soldat désireux d'en savoir plus.

« Le petit batracien dont j'ai fait la connaissance tout à l'heure, serait idéal pour créer un poison paralysant, n'est ce pas ? »

Voilà qui était dit. A vrai dire, depuis qu'elle avait compris tout ce qu'il était possible de faire en récoltant les propriétés de certains êtres, la jeune femme sentait son imagination déborder d'idées. Et cela la confortait dans son envie de voir se créer une arme paralysante.



DC : Azeor Desnolancès & Kezaël Lysereän & Kidjyïa Rijwan & Esheban Ondeluire & Riska les Deux Voix & Eyföhl Aanka'Leï & Céléno Thogen
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: Dis bonjour 626    - Mer 18 Sep 2013 - 13:17

Il est effectivement bien difficile des fois de se retenir de venir tripoter les bestioles, une caresse de si de la. Si petites, si mignonnes et si colorées. Et si l'on pense que leur arme la plus efficace est leur poison il en est une autre qui l'est tout autant. Leur puissance d’attraction et de séduction. Hormis les insectes qui la plus part du temps révulsent la plus part des gens, le reste avait de quoi décrocher un « Oooh qu'il est mignon » même à un forban. Aussi c'est avec un petit sourire qu'elle recula l'animal avant de voir sa supérieur arrêter son geste d'elle même.

-Je sais, c'est très tentant...Mais vous le regretteriez immédiatement. 626 est mignon, mais n'aime pas trop les contacts, sûrement un grand timide.

Elle était déjà venue, cela ne surprenait guère notre scientifique après tout elle est ici presque chez elle. Mais le service de recherche est en perpétuel évolution, des insectes sont découverts très régulièrement ainsi que des fleurs. L'on peut faire deux visites à deux ans d’intervalles et se retrouver complètement perdu.

Ainsi donc ils entrèrent dans le petit monde organisé de Nora, et de ceux qui travaillent avec elle. Elle connaissait chacune des créatures entreposées ici, qu'elles est un nom ou juste un numéro. C'est à peine si elle regardait les cages qu'elle montrait et décrivait. Elle caressa ceux qui pouvaient l'être, nourrit ceux qui devaient l'être et enfin remit à leur place ceux qui avaient été déplacé. Et comme l'élève qui récite sa leçon elle répondit à toutes les questions apportant plus ou moins de précisions pour ne pas perdre son auditoire. C'était rafraîchissant pour elle d'entendre quelqu'un poser de vraies questions elle avait emmené quelques soldats ici, mais la plus part étaient plus intéressés par elle que par son travail. Elle y était pour quelque chose elle ne niait pas, mais de temps en temps c'est gratifiant de pouvoir parler avec quelqu'un qui s’intéresse a ce que l'on fait.

Elle plaça 626 dans la boite qui était la sienne, un petit univers assez humide avec de la verdure. Il allait devoir y rester un bon moment peut être même y mourrait-il, alors autant qu'il s'y sente un minimum bien. Au moins cela lui permettait de ne pas ressentir la moindre gène en entrant ici.

-626 à effectivement comme principal objectif de recherche la création d'une drogue paralysante. Il faut imaginer un produit tellement fort que l'on n'aurait besoin que d'effleurer son adversaire voir de l'éclabousser pour qu'il fonctionne. Mais je chercher aussi a comprendre par quel moyen son poison pénètre aussi facilement et rapidement la peau. Cela pourrait grandement augmenter l'efficacité de nos médicaments.

Puis soudain comme frappée par la foudre la biologiste se redressa, jusqu'à maintenant elle avait traité le poison. Mais elle n'avait pas véritablement fait attention a l'animal lui même.

-J'aimerai aussi pouvoir étudier sa peau, savoir comment il est possible que le poison ne l'affecte pas. Le soucis des poisons c'est qu'ils ne restent jamais des propriétés exclusives. Il vaut mieux donc avoir une contre mesure avant de lancer la production.

626 avait déjà commencé à sauter partout à l'intérieur de sa cage. Il ne restait plus qu'une dernière chose a faire. Elle s'approcha de la porte d'entrée ou elle nota quelques numéros, une dizaine pour être précis. Au dessus d'une feuille ou visiblement ce petit numéro avait débuté il y a un bon moment. Chacun leur tour des petits malins s'amusaient à faire changer de place quelques animaux et la mettait au défis de tous les retrouver et de les remettre en place. Jusqu'à maintenant pas une seule erreur.

Voilà...Je crois qu'on à fait le tour. Si jamais vous avez des questions, je serai heureuse de pouvoir y répondre.
avatar
Veilleur Pourpre

On m'appelle Enaîa Lysean Vara'Da


Infos Personnage
RANG: Bras Droit des Veilleurs Pourpres - Admin
VILLE & APPARTENANCE : Penjoie
MON AGE : 28 Ans
Féminin
MESSAGES : 739
AGE : 23
INSCRIT LE : 07/05/2012
PSEUDO HABITUEL : Harrods
Joyaux : 266
http://www.ile-joyaux.com/t750-croire-en-quelque-chose-et-ne-pas-le-vivre-c-est-malhonnete#17230 http://www.ile-joyaux.com/t726-enaia-lysean-vara-da-terminee#16682
Posté dans Re: Dis bonjour 626    - Dim 22 Sep 2013 - 8:49

Pour la plus grande joie d'Enaïa, la biologiste confirma ses idées de poisons paralysants. Et bien plus que ça, elle laissa entendre à son supérieur que l'étude d'une telle bestiole pourrait tout aussi bien améliorer l'efficacité des médicaments. L'étude de sa peau semblait aussi être au programme, et le bras droit des Veilleurs haussa doucement les sourcils. Ce petit batracien était insensible au poison qu'il produisait, et sûrement donc, à celui qu'il pouvait recevoir. Il serait tellement pratique pour des soldats, d'avoir un équipement capable d'absorber ainsi les toxines sans qu'elles n'affectent l'organisme.

Nora bougea, et aussitôt, Enaïa retourna à la réalité, laissant de côté ses ambitions technologiques pour plus tard. Suivant du regard la jeune femme, elle l'observa griffonner quelques numéros sur une feuille en papier et fronça les sourcils :

« Qu'est ce donc ? »

Curieuse, l'officier s'approcha et posa un regard doré sur la porte où était collé le papier. Des séries de numéro se suivaient, jusqu'à la nouvelle que venait de remplir Nora. Comme s'il s'agissait de l'ordre de quelque chose. Un « oh » de surprise se dessina sur les lèvres de la supérieure lorsqu'elle comprit à quoi cela correspondait. Les animaux du laboratoire étaient tous référencés par un chiffre.

Passant une main dans ses cheveux à moitié détachés, Enaïa se tourna vers Nora, posant un regard mi-admiratif, mi-amusé sur l'encapuchonnée, et déclara :

« Si ces numéros correspondent bien à ce que je pense, vous semblez avoir une mémoire digne des plus grands érudits. Ce qui d'ailleurs ne me surprendrait pas, vu l'incroyable et très complet exposé que vous m'avez fait durant la visite. »

Elle adressa un sourire entendu à la biologiste avant de reprendre :

« Je n'ai aucun autre question par rapport à ma visite. Mais seulement une, pour vous. Que diriez-vous de devenir mon assistante personnelle ? A vrai dire, avec le départ de notre Général pour l'île Boréale, je risque d'avoir besoin d'aider pour certaines choses. Et votre mémoire me serait très utile. »

Cette idée lui était venue aussi rapidement que les questions qu'elle lui avait posé tout au long de la visite des laboratoires. En fait, elle n'avait même pas vraiment réfléchi à la teneur de sa proposition, tellement elle avait été bluffé par les compétences de Nora. Son cœur avait parlé pour elle, et elle ne pouvait pas la laisser toute la journée dans un laboratoire sombre alors qu'elle excellerait ailleurs. Il était presque devenu rare de trouver d'aussi bons et intelligents soldats, alors autant en profiter. Mais elle s'en voulu presque d'avoir demandé ça si brusquement à la jeune femme, qui devait s'attendre à toute sorte de question, sauf ça. Mais maintenant que c'était fait, Enaïa espérait simplement qu'elle dirait oui.

Son impulsivité avait toujours été chez elle, et par Ryun, qu'est-ce qu'il était difficile de la contrôler par moment. Comme à cet instant précis. Où elle priait son dieu pour que la biologiste ne la prenne pas pour une demeuré et accepte sa proposition.



DC : Azeor Desnolancès & Kezaël Lysereän & Kidjyïa Rijwan & Esheban Ondeluire & Riska les Deux Voix & Eyföhl Aanka'Leï & Céléno Thogen
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: Dis bonjour 626    - Lun 23 Sep 2013 - 13:55

Elle n'essaya même de jouer la fausse modestie, elle y avait renoncé le jour même ou elle avait commencé à répondre à toutes les petites provocations gentilles de ses collègues sur sa mémoire. Le concept même de noter quelque chose pour ne pas l'oublier, les seuls papiers qu'elle avait n'étaient qu'a l'usage des autres, des rapports pour ses supérieurs des notes pour les autres. Une mémoire digne des plus grands érudits. Elle pensait sans trop se sentir orgueilleuse en avoir une meilleure, ce qui n'en rend pas moins, bien au contraire, méritant ceux qui en savent encore aujourd'hui bien plus qu'elle. Ryun a fait en sorte que jamais rien ne sorte de sa mémoire, et aujourd'hui cette extrême facilité l’empêchait de ressentir du mérite. Elle ne fait pas d'effort, c'est comme félicité quelqu'un parce qu'il respire. Mais les compliments sont rares, surtout quand ils viennent de tout en haut. Alors elle décida de ne pas exposer les raisons qui font qu'elle n'a pas le moindre mérite la dedans.

Elle c'était préparée a répondre qu'effectivement elle n'oubliait pas grand chose, pour ne pas dire qu'elle n'oubliait rien du tout. Mais l'officier supérieur reprit et pour la première fois de sa vie la biologiste resta sans voix. Bien entendu elle n'avait jamais pensé rester tout en bas de l'échelle toute sa vie, il y a aussi des possibilité d'évolution au seins du corps scientifique. Mais la c'était totalement inattendue, si elle en avait eu un objet dans les mains sûrement l'aurait-elle lâché sur le coup de l'émotion. Elle avait pendant un petit moment secondé son frère, mais être l'assistant d'un lieutenant et celui du bras droit du général c'est le jour et la nuit. Qu'allait-il se passer pour elle si elle n'était pas à la hauteur ? Cela pouvait il méchamment plomber ses états de services ?

Elle tourna lentement la tête vers sa supérieur, et s'il aurait été difficile pour Enaîa d'observer les craintes qui tourmenter Nora l'inverse n'était pas réciproque. Avait-elle peur d'essuyer un refus, alors qu'il lui aurait juste suffit de transformer la requête en ordre pour être exaucée. Et puis il n'était question pour l'instant que du temps que mettrait l'équipe à revenir de l'île blanche. Enfin n'allait elle pas simplement regretter de ne pas avoir accepté cette offre ? Combien de personne ont eu ce genre d’opportunité dans leur vie ? Ce fut à son tour de sourire, un sourire naturel alors la tourmente à l'intérieur de sa poitrine se calmait de son anxiété pour ne garder que son excitation.

-Ça serait un honneur, je ferai de mon mieux pour vous seconder.

Voilà c'était dit, et comparé à il y a quelques secondes elle était maintenant étrangement calme. Peut être cette douce résignation que l'on éprouve à être devant le fait accompli une fois qu'on a sauté le pas. Il ne lui restait donc plus qu'a faire de son mieux, et qui sait, peut être était-ce le début de la reconnaissance pour celle qui avait décider de vivre le visage et la peau cachée.

Elle espérait cependant pouvoir continuer à continuer ses expériences. Son premier amour était toujours la science, elle était une femme de science. Et elle doutait de pouvoir vivre heureuse loin de tout ça. Mais en travaillant dur, elle se sentait capable de pouvoir faire les deux.

-J'aurai toujours le droit de continuer mes expériences ?

Glissa-t-elle d'une voix hésitante. Certaines personnes n'attendent rien d'autre de ceux qu'ils ont à leur service qu'une dévotion de tout les instants.
avatar
Veilleur Pourpre

On m'appelle Enaîa Lysean Vara'Da


Infos Personnage
RANG: Bras Droit des Veilleurs Pourpres - Admin
VILLE & APPARTENANCE : Penjoie
MON AGE : 28 Ans
Féminin
MESSAGES : 739
AGE : 23
INSCRIT LE : 07/05/2012
PSEUDO HABITUEL : Harrods
Joyaux : 266
http://www.ile-joyaux.com/t750-croire-en-quelque-chose-et-ne-pas-le-vivre-c-est-malhonnete#17230 http://www.ile-joyaux.com/t726-enaia-lysean-vara-da-terminee#16682
Posté dans Re: Dis bonjour 626    - Dim 6 Oct 2013 - 12:26

Un silence pesant tomba sur la pièce sombre et peu éclairée, si bien qu'Enaïa eut la vague et inquiétante impression que Nora allait refuser son offre. Elle savait sa crainte visible et elle n'essaya même pas de la camoufler derrière un masque de sévérité et d'ordre. Si la jeune biologiste devait accepter son offre, c'était par pure envie et par obligation. Aussi, ce fut un véritable soulagement lorsqu'un sourire éclaira enfin le visage pâle et à demi-caché de la scientifique. Les mots qui vinrent ponctuer cette grimace de joie n'en furent plus que délicieux et si Enaïa n'avait pas appris à contrôler son impulsivité, il y avait fort à parier qu'elle aurait serrer Nora dans ses bras.

Ainsi, gardant la place et le contrôle qui revenaient à son statut, elle se contenta de hocher la tête avant de sourire, amusée, à la dernière question de la biologique. Cette jeune femme lui paraissait bien trop sympathique pour qu'elle ne puisse se comporter autrement qu'en tant que supérieur, et elle était quasiment certaine que dans d'autres circonstances, elles auraient été amies. Il n'y avait qu'à voir le nombre de points communs qu'elles avaient. L'amour de leur métier était le principal.

« Evidemment, la question ne se pose même pas. Je ne suis pas là pour vous empêcher de faire votre métier. Juste pour vous ajouter du travail. »

Elle lui adressa un clin d'oeil complice et se mit à rire tout en s'approchant d'elle. Posant une main sur son épaule qu'elle tapota chaleureusement, elle reprit :

« Je blague. Votre rôle d'assistante ne sera que partiel. Et votre boulot de biologiste restera toujours prioritaire. Il faudra simplement trouver la bonne organisation pour pouvoir gérer sur les deux fronts. Vous vous en sentez capable ? »

La question était plus posée par principe que par véritable inquiétude à vrai dire. Car si Enaïa avait l'habitude de s'inquiéter pour ses soldats, elle savait très bien qu'elle n'avait pas à s'en faire pour Nora de ce côté là.

« Bien, si vous êtes toujours d'accord pour avoir ce job, que diriez-vous de venir visiter mon bureau et ce qui sera le votre ? »

De nouveau un sourire, qu'elle voulait sympathique et attrayant. Les deux jeunes femmes allaient passer du temps ensembles, alors autant partir sur de bonnes bases.



DC : Azeor Desnolancès & Kezaël Lysereän & Kidjyïa Rijwan & Esheban Ondeluire & Riska les Deux Voix & Eyföhl Aanka'Leï & Céléno Thogen
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: Dis bonjour 626    - Dim 6 Oct 2013 - 14:31

Déconcertante, à telle point que pour l'une des rares fois de sa vie Nora ne savait comment prendre la personne en face d'elle. Elle avait l'habitude des gradés qui dans le soucis de la hiérarchie entretiennent généralement des relations distantes avec leur subordonnés et généralement plus le nombre de grades d'écarts était important et plus la distance l'était aussi. Mais la, tout lui semblait tellement différent. Tout dans l'attitude de sa supérieur lui laisser sous entendre qu'elle était une personne aussi sincère que gentille, sans faux semblant et soucis de l'étiquette. Mais était-ce suffisant pour devenir aussi nature à son tour.

Généralement les boutades n'ont guère d'effet sur elle, elle était même plutôt celle qui les lance. Mais cette fois ci c'est-elle qui tomba dans le piège à chaque fois. Et elle remercia Ryun de lui avoir posé cette capuche sur visage. Ainsi si elle se permis de sourire après le clin d'oeil et l'éclat de rire de l'officier Vara'Da, cette dernière ne vit rien de l'impact de sa blague. Elle se redressa le visage bien en face de celui son interlocutrice, même ainsi il était impossible de voir son visage entièrement, tout au plus sa bouche tatouée et son menton légèrement voilé par l'ombre projeté par la capuche.

-Je ne doute pas pouvoir remplir ses deux fonctions. Il fut un temps ou en plus de ma charge de travail j'assistais dans son travail le lieutenant Vanalli.

Visiter le bureau du numéro deux des veilleurs, qui n'en a jamais rêvé ici. En tout cas elle faisait parti de ceux qui c'était toujours demandé à quoi cela pouvait-il bien ressembler. Elle se doutait bien que le bureau lui même devait bien être aussi grand que l'intégralité de ses propres appartements. Elle déboutonna sa blouse avant de marquer un temps d'arret, la combinaison qu'elle portait en dessous n'allait-elle pas gêner, ou tout du moins lui donner une mauvaise image. Et puis de toute manière elle n'avait plus le choix elle n'avait que ça présentement, et en plus ses autres tenues elle ne les gardait que pour les très grandes occasions qui ne viendraient sûrement jamais. Elle fit donc tomber la blouse pour ne garder que le cuir.

-C'est avec plaisir que je vous suivrai pour découvrir votre bureau.

Elle lui rendit son sourire aussi naturellement que possible.
avatar
Veilleur Pourpre

On m'appelle Enaîa Lysean Vara'Da


Infos Personnage
RANG: Bras Droit des Veilleurs Pourpres - Admin
VILLE & APPARTENANCE : Penjoie
MON AGE : 28 Ans
Féminin
MESSAGES : 739
AGE : 23
INSCRIT LE : 07/05/2012
PSEUDO HABITUEL : Harrods
Joyaux : 266
http://www.ile-joyaux.com/t750-croire-en-quelque-chose-et-ne-pas-le-vivre-c-est-malhonnete#17230 http://www.ile-joyaux.com/t726-enaia-lysean-vara-da-terminee#16682
Posté dans Re: Dis bonjour 626    - Sam 12 Oct 2013 - 14:51

Dans un hochement de tête entendu, Enaïa approuva la réponse de celle qui était désormais, son assistante. La jeune femme se sentait capable de l'aider tout en continuant son activité de biologiste, et c'était parfait ainsi. Aussi, une fois prêtes, les deux soldats prirent la route de la sortie des laboratoires. La luminosité des couloirs principaux du QG surprit l'officier qui plissa les yeux un instant, habituée à la pénombre des bureaux des scientifiques. Leurs pas résonnèrent tout au long de leur marche, jusqu'à ce qu'Enaïa ne s'arrête devant une porte, au dernier étage. Déverrouillant le battant, elle le poussa et fit signe à Nora d'entrer.

« Bien, voici mon bureau. Mes appartements se trouvent juste un peu plus loin. Avancez, je vous en prie. »

Refermant derrière elle la porte, elle s'avança dans la grande pièce. Le mur d'en face était principalement ouvert par une large baie vitrée qui donnait sur la cour et les entrepôts du QG en contrebas. Si l'on regardait un peu plus loin, le Désert des Murmures se dessinait à perte de vue, à travers l'ondulation de la chaleur solaire. Un point de vue magnifique qu'Enaïa ne pouvait que se vanter d'avoir. D'autant plus que sa table de travail était juste devant. A gauche de la pièce, plusieurs bibliothèques étaient largement remplies de livres en tout genre. Stratégies militaires, histoire de Korrul et légendes mythiques. Des fauteuils à l'aspect moelleux tendaient les bras à tous les amoureux de lecture. A droite, une grande table où se côtoyaient plusieurs cartes, compas et notes sur les différentes techniques militaires à adopter dans tels cas, et ordres de mission à attribuer.

« Je vous prie de m'excuser, je n'ai pas pris le temps de tout ranger correctement, et il reste encore un peu de bazar. »

D'un sourire mi-gêné, mi-amusé, Enaïa laissa sa main s'étendre dans un geste ample pour présenter la pièce. S'avançant vers un petit guéridon du côté de la bibliothèque, elle versa deux verres de lait de Capri parfumé et invita Nora à en prendre un. Après une gorgée qui rafraîchit sa gorge asséchée à force de parler, l'officier reprit :

« Votre bureau sera placé juste là-bas, près du mien et de la grande table, dans le coin de la pièce. Cette partie vous appartiendra, et vous pourrez l'aménager comme bon vous semble. Ajoutez-y des meubles, et tout ce que vous voulez, il y a de la place. Cela vous convient-il ? »

Son regard doré pétillant d'excitation à l'idée de pouvoir travailler avec quelqu'un, Enaïa laissa son sourire habituel charmer son interlocutrice. Elle avait déjà accepté le travail, il ne restait plus qu'elle se sente bien ici.



DC : Azeor Desnolancès & Kezaël Lysereän & Kidjyïa Rijwan & Esheban Ondeluire & Riska les Deux Voix & Eyföhl Aanka'Leï & Céléno Thogen
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: Dis bonjour 626    - Dim 13 Oct 2013 - 9:30

Effectivement l'on ne pouvait pas accusé les laboratoires d'être les endroits les mieux éclairés de tout le quartier général. Mais cela n'avait jamais véritablement gênée Nora, et quand bien même cela aurait été le cas a cause de la capuche ça n'aurait sûrement pas fait de grande différence pour elle. Aussi elle n'eut pas le soucis d'être éblouie en sortant. Elle suivit son officier bien plus que supérieur silencieusement encore « sous le choc » de la nouvelle. Elle c'était toujours imaginée qu'elle aurait eu plus vite fait pour entrer dans le bureau du bras droit de faire une bêtise que par son propre mérite. Comme quoi tout arrive, même quand on est qu'un simple petit soldat...Non moins qu'un simple petit soldat un scientifique travaillant pour des soldats.

Au signal elle entra dans les appartements, et même si elle s'y était attendue, elle fut tout de même surprise de leurs beautés et de leurs grandeurs. On aurait pu facilement croire qu'il y avait plus d'espace dans l'une de ses pièces que dans l'intégralité de l'espace de vie quotidien de la biologiste. Et mieux encore il y avait une large fenêtre offrant une vue splendide sur les paysage entourant la base. Ça non plus elle devait s'en passer, sa misérable lucarne n'offrait qu'un trait de lumière juste assez fort pour éclairer faiblement sa pièce. Après tout, tout était fait pour éviter aux soldats d'avoir envie d'y traîner plus que de raison. Et ça n'était que le bureau...Que devait bien offrir les autres pièces, d'ailleurs des autres pièces. Cela faisait tellement longtemps que la vie spartiate de la jeune femme lui avait fait oublier ce que cela faisait d'avoir plusieurs pièces à soit. Sans véritablement le vouloir, mais plutot sous le coup de l'émerveillement elle enregistra à peut près tout ce qui lui passa sous les yeux, jusqu'au titre des livres qu'elle eut le temps de voir avant de passer sur autre chose.

Les excuses de l'officier Vara'Da lui rappelèrent sa présence, elle ne su que dire sur le coup. S'excuser pour un léger désordre inhérent a son travail. Cela aussi c'était quelque chose de totalement naturel pour la scientifique, pour bien travailler il faut se créer une ambiance de travail, et s'approprier les lieux est un bon moyen d'y arriver. Et la grandeur des lieux rendait quasi insignifiant le désordre, pour deux fois moins dans ses propres quartiers elle aurait pu recevoir un blâme.

-Du bazar ? Ou ça ?

Répondit-elle avec un grand sourire, elle n'avait rien trouvé de mieux. Elle ne pouvait accepter d'excuses pour quelque chose qu'elle faisait aussi, et encore moins de la part de quelqu'un qui au même âge qu'elle c'était quasiment placé tout en haut de l'échelle. A vrai dire rien que d'être vouvoyé elle en avait les poils des bras dressés. Elle prit le verre de lait a grand renfort de remerciements, elle n'avait rien bu depuis ce matin. Travailler lui faisait parfois oublier les besoins de son corps. Le reste de la proposition la laissa rêveuse un instant, elle avait longtemps partagé les appartements de son frère, avant de se retrouver avec son propre placard comme elle aimait appeler sa couchette. Et cela impliquait qu'il lui faudrait refuser pour deux raisons, la première est qu'elle n'avait pas les moyens de meubler son petit coin de bureau sans que cela ne fasse tache avec le reste de la pièce. Et ensuite elle n'avait tout bonnement pas de meuble a faire venir. Un placard pour des vêtements, un lit, de quoi se laver. Voilà tout ce dont elle avait toujours disposé, sans jamais véritablement s'en plaindre, les labos lui fournissant le reste. Elle resta interdite un court instant avant d'ajouter d'une voix blanche qui se voulait neutre.

-Cela me convient parfaitement...Mais je n'ai pas de meubles à faire venir.

Elle n'en rajouta pas plus pour ne pas donner l'impression de se plaindre de la petitesse des appartements de soldats. Après tout cela ne l'avait jamais gênée après tout, tout les soldats au plus bas de l'échelle sont traités ainsi.

-Je pensais que cela viendrai avec la monté en grade, enfin si les montés en grade viennent. Une fois que j'aurai mon propre bureau.

Et ce sourire, un sourire qui appelait un sourire que Nora ne pouvait se refuser à donner. Quelque chose comme une invitation a suivre, et pour l'instant elle avait vraiment envie de suivre et voir jusqu’où cela pouvait la mener.

-Et puis quand bien même...Tout est si beau ici, j'aurai peur de nuire à la décoration.
avatar
Veilleur Pourpre

On m'appelle Enaîa Lysean Vara'Da


Infos Personnage
RANG: Bras Droit des Veilleurs Pourpres - Admin
VILLE & APPARTENANCE : Penjoie
MON AGE : 28 Ans
Féminin
MESSAGES : 739
AGE : 23
INSCRIT LE : 07/05/2012
PSEUDO HABITUEL : Harrods
Joyaux : 266
http://www.ile-joyaux.com/t750-croire-en-quelque-chose-et-ne-pas-le-vivre-c-est-malhonnete#17230 http://www.ile-joyaux.com/t726-enaia-lysean-vara-da-terminee#16682
Posté dans Re: Dis bonjour 626    - Jeu 31 Oct 2013 - 7:01

A peine les réponses de sa nouvelle assistante parvenues à ses oreilles, Enaïa fronça les sourcils et croisa les bras, se plongeant dans une réflexion intense. A vrai dire, elle était presque déçue d'apprendre que sa nouvelle recrue ne possédait aucun meuble dont elle pourrait pleinement profiter dans bureau largement spacieux pour deux. Grimaçant, elle se rendit finalement que compte qu'elle-même, dans ses débuts, n'avait même pas un lit propre à son nom. Mais les échelons avaient défilé si vite qu'elle n'avait pas eu le temps de se plaindre du manque de confort attribué aux simples soldats. Et Nora devait être dans ce cas.

La dernière réponse de son assistante vis-à-vis de la beauté de la décoration la tira brusquement de ses pensées. Lui adressant un sourire amical, elle jeta un rapide coup d'oeil à la pièce et finit par déclarer, déterminée :

« Je pense que cette prise de poste est très largement semblable à une montée de grade. »

D'un coup d'oeil, elle chercha une quelconque désapprobation sur le visage de la jeune femme, ainsi que sur celui du soldat qui gardait sa porte. Rien. Alors, tandis que son sourire grandissait sur son visage, elle ajouta :

« Je dirais même que je suis certaine que cela en est une. »

S'approchant de Nora, elle posa une main chaleureuse sur son épaule et reprit :

« Et qui dit montée de grade, dit bureau personnel. Votre première mission, si vous l'acceptait, sera de vous rendre au bureau de l'intendant, et de lui commander un bureau digne de ce nom. Mon assistante se doit d'être confortablement installée. Et tant qu'à faire, prenez donc ce qu'il vous plaira d'autre pour agrémenter le coin qui vous est réservé. »

Son sourire atteint le maximum de sa largesse, heureuse de pouvoir faire bénéficier sa nouvelle recrue de tant d'avantages. C'était tout à fait légitime après tout. Elle espérait seulement que la concernée ne refuserait pas son offre par pudeur ou gêne.

[HRP: Désolée du retard! J'étais sûre d'avoir déjà répondu au rp ! o_o]



DC : Azeor Desnolancès & Kezaël Lysereän & Kidjyïa Rijwan & Esheban Ondeluire & Riska les Deux Voix & Eyföhl Aanka'Leï & Céléno Thogen
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: Dis bonjour 626    - Jeu 7 Nov 2013 - 14:08

Une sorte de monté en grade, et juste uniquement pour la reconnaissance de l'un de ses talents. Outre l'envie de sauter partout, de crier et aussi de narguer ses parents et tout ceux qui ont un jour penser qu'elle ne pourrait jamais rien faire de sa vie, ceux qui pensent que Ryun ne l'a qu'a moitié accepté. Mais elle se devait de rester calme et digne, et elle pouvait cette fois remercier Ryun de la capuche qu'elle portait sinon la moindre petite trace de maquillage aurait sûrement fini par baver très légèrement de ses yeux devenus humides. Qu'elle était heureuse de pouvoir garder tout ceci pour elle bien a l'abri dans l'ombre de sa capuche.

Une main sur l'épaule, bien entendu le cuir empêchait le moindre échange de chaleur mais pourtant le geste portait bien plus que ce que son officier pouvait se l'imaginer. Sur les doigts de la main, c'était l'ordre de grandeur des personnes qu'elle connaissait et qui avait eu avec elle cette gentillesse. Oh bien entendu, d'autres étaient gentils aussi mais quand c'est intéressé on a plus de mal à s'en émouvoir.

Des meubles, plus encore juste des possessions. On lui proposer d'avoir son propre matériel à elle, quelque chose qui ne dépendrait que d'elle et qui techniquement ne devait être utilisé que par elle. Elle c'était engagé, en plus de son amour des sciences, parce qu'elle était a peu près sure que le seule place que pouvait réclamer une femme avec son problème. Et en échange de sa petite vie sans avenir, on avait promis de pourvoir au minimum vital de ses besoins. Mais aujourd'hui ce minimum venait d'être un peu repoussé. Elle n'était pas du genre à abuser du système, mais réclamer des fournitures étaient aussi naturel que de se présenter à la cantine pour manger. Elle allait pouvoir y réfléchir sérieusement. Peut être pas non plus sinon la liste allait devenir aussi longue que complexe. Alors pour commencer un bureau, un grand bureau avec des tiroirs, beaucoup de tiroirs. De la décoration, toutes ses années plongée dans la science lui avait forgé un esprit très pragmatique. Hors la décoration n'avait rien de pragmatique, jusqu'à maintenant elle n'y avait vu qu'une perte de place. Hors quand on vit dans un placard on apprend vite à rentabiliser la moindre parcelle de vide. Et la décoration c'est souvent gâcher de la place pour rien. Elle s'empressa donc d'accepter avec un sourire rayonnant.

-Et bien puisqu'on parle de bureau, j'ai toujours voulu avoir le mien...Avec des tiroirs un peu partout, au dessus et en dessous. J'accepte donc avec joie ma première mission.

Puis se grattant le sommet du crane et ce malgré la capuche, elle ajouta.

-Mais il va sûrement falloir que vous me rédigiez un ordre écrit. Si j'arrive chez l'intendant en demandant un bureau en ma qualité de nouvelle assistante, mais sans pouvoir le prouver je vais sûrement passer un sale moment.

Elle marqua une pause, tout ceci était définitivement trop beau pour être aussi facilement accepté. Il lui fallait du temps pour s’arrêter, regarder, se pincer.

-Désolé...j'ai encore un peu de mal à assimiler tout ce qui m'arrive, si ca ne tenait qu'a moi, et sauf votre respect je serai déjà en train de vous enlacer...Elle s’éclaircit la gorge et reprit au comble de la gène. Ça sonnait mieux dans ma tête.

Elle était en train de s'enliser elle le savait pertinemment. Ses joues avaient du prendre une teinte carmin à en juger par la chaleur qu'elles semblaient dégager. Elle s'empressa d'aller chercher une feuille vierge sur laquelle elle griffonna assez vite un ordre de réquisition pour un bureau, un fauteuil et du matériel d'écriture plus que correcte, ainsi il ne lui manquait plus que la griffe de sa supérieur.
avatar
Veilleur Pourpre

On m'appelle Enaîa Lysean Vara'Da


Infos Personnage
RANG: Bras Droit des Veilleurs Pourpres - Admin
VILLE & APPARTENANCE : Penjoie
MON AGE : 28 Ans
Féminin
MESSAGES : 739
AGE : 23
INSCRIT LE : 07/05/2012
PSEUDO HABITUEL : Harrods
Joyaux : 266
http://www.ile-joyaux.com/t750-croire-en-quelque-chose-et-ne-pas-le-vivre-c-est-malhonnete#17230 http://www.ile-joyaux.com/t726-enaia-lysean-vara-da-terminee#16682
Posté dans Re: Dis bonjour 626    - Dim 24 Nov 2013 - 10:21

Une ombre de rire retenu éclairait le visage d'Enaïa. Devant elle, Nora avouait enfin pleinement la joie qu'elle ressentait de pouvoir avoir des meubles à elle, et qu'elle pourrait choisir seule. Ce n'était pas grand chose, seulement un bureau et quelques autres babioles, mais la jeune femme se sentait heureuse de pouvoir procurer un tel réconfort à son assistante en ayant si peu fait.

Cette dernière la rappela d'ailleurs bien vite à l'ordre en lui avouant qu'elle risquait avoir peu de chance d'obtenir ce qu'elle voulait sans autorisation spéciale. Et le bras-droit se maudit intérieurement de ne pas y avoir pensé elle-même. S'approchant de son bureau pour s'occuper de rédiger la note, elle fut devancé par Nora, qui, gênée par ses dernières paroles, était allé chercher un changement de sujet en s'occupant elle même de procurer le papier. Et ce fut trop pour Enaïa qui finit par se mettre à rire. Un rire franc et chaleureux qu'elle eut du mal à stopper devant l'excitation de sa nouvelle assistante.

Elle parvint néanmoins à signer correctement la note, et tout en la tendant à Nora, souffla tout en reprenant son sérieux :

« Si cela peut vous prouver que ce n'est pas un rêve, je vous autorise à m'enlacer. »

Elle se remit à rire doucement, tout en s'approchant de la biologiste pour l'étreindre quelques secondes. Puis, lui tapotant l'épaule, le visage toujours aussi rayonnant, elle reprit :

« Trêve de plaisanterie, allez donc chercher ce qu'il vous faut. Je ne serais sûrement plus dans le bureau à votre retour alors aménagez votre coin comme vous le souhaitez. Nous nous reverrons dans l'après-midi. »

Elle suivit du regard Nora qui se dirigeait vers la porte, et avant que celle-ci ne ferme le battant derrière elle, elle ajouta :

« Nora ! » Elle se tut en attendant que la concernée se retourne et finit : « Bienvenue chez toi. »

Un dernier sourire et la porte se referma sur la biologiste, tandis qu'Enaïa soupirait doucement, tout en retournant à ses papiers.



DC : Azeor Desnolancès & Kezaël Lysereän & Kidjyïa Rijwan & Esheban Ondeluire & Riska les Deux Voix & Eyföhl Aanka'Leï & Céléno Thogen

On m'appelle Contenu sponsorisé

Posté dans Re: Dis bonjour 626    -

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum