AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
» Communication externe
par Loth de la Vision Mar 21 Juin 2016 - 15:06

» Réversa [ TOP ]
par Invité Ven 27 Mai 2016 - 8:21

» Le monde de Dùralas
par Invité Jeu 26 Mai 2016 - 7:00

» Anthalia
par Invité Dim 22 Mai 2016 - 15:17

» Marbrume, La Cité des Damnés
par Invité Lun 16 Mai 2016 - 15:07

» Questionnaire pour soutenir infinite RPG !
par Invité Sam 14 Mai 2016 - 17:33

» Escalus
par Invité Jeu 12 Mai 2016 - 9:02

» Mass Effect : Reborn
par Invité Mar 10 Mai 2016 - 15:00

» Forum en pause
par Asàf Lysereän Mar 10 Mai 2016 - 13:47


[RPI] Bravoure, Aventure et Moments Uniques

avatar

On m'appelle Giacomo Sul'Enthu


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Ofägar
MON AGE : 18
Féminin
MESSAGES : 167
AGE : 28
INSCRIT LE : 13/09/2013
PSEUDO HABITUEL : Giaco
Joyaux : 1280
Posté dans [RPI] Bravoure, Aventure et Moments Uniques   - Mer 2 Oct 2013 - 7:11

Aventure 1

Le premier baiser



Une nuit fraîche et plaisante tombait sur la ville de d'Ofägar. Les femmes de charmes étalaient leur beauté dans l'unique maison de charme d'Ofägar et la soirée battait à son plein. Pourtant, toutes charmeuses n'avaient pas nécessairement la chance d'avoir les feux de la rampe et d'être dans le seul établissement de luxure. Dans les tréfonds de la ville, et ses petits lieux moins recommandables, il y avait bien une poignée d'établissement miteux où il était moins conseiller d'aller. Dans une de ces auberges médiocre de petite vertu, il  y avait une néophyte en la matière. La jeune femme avait choisit la profession sans honte, mais sans choix. Son corps était sa seule marchandise pour améliorer sa rente, son prénom était Suleika. Ses longs cheveux noir cascadait comme une nuée de soie aussi noire que l'encre et ses grands yeux d'un brun velouté vous invitait à goûter les mystères de la nuit. Cette apparence de prédatrice cachait en réalité beaucoup de crainte, elle n'était que peu expérimentée pour trouver des clients. La situation était différente une fois le client acquis... Mais en trouver, voilà une chose qui s'avérait plus difficile. Rebutée par des compétitrices et chassée ici et là par des rivales, elle avait dût de replier vers les lieux les moins conviviaux.


Suleika entra dans l'antre d'une taverne qui ne vallait pas plus qu'un gallon de bronze, le menton haut et un sourire séducteur aux lèvres. Elle avança d'un pas langoureux pour aller commander un verre, l'attitude pleine d'assurance. Son regard sombre invitait ici et là quelques hommes à se risquer aux jeux de la nuit. La plupart semblaient réagir un minimum, sauf un. La présence taciturne se tenait dans le fond de l'auberge, "un guerrier" massif semblait fumer dans un pipe fine, un heaume couvrant la majorité de ses traits. Les habits noirs et le heaume lui rappelaient les Veilleur Pourpre bien "qu'il" n'avait pas la fameuse tunique de la couleur emblématique. Bien dommage, les Veilleurs Pourpres sont des âmes solitaires qui ont plusieurs qualités: Ils ont une bonne mine, sont généralement en santé, propre et en plus ils payent bien. D'ailleurs, elle tentait inlassablement de retrouver ce Veilleur qui l'avait payé 2 gallons d'argent pour une nuit, une jolie somme! L'avoir eu en client régulier, ça aurait été sa veine! Bref, il fallait faire son deuil, ça ne serait pas ce soir qu'elle capturerait un Veilleur. De plus, "l'homme" dans le fond ne lui jetait même pas un regard.

Un moue contrariée s'afficha sur le visage de Suleika. Malgré sa jeunesse et sa nouveauté dans le domaine, elle s'avérait relativement orgueilleuse et n'aimait pas se sentir résisté. Elle ignora donc souverainement ce goujat qui ne daignait même pas reluquer ses mouvements lascif. Un groupe de trois hommes, déjà très éméchés et bruyants, entrèrent dans la taverne. Ils avaient été jeté de l'auberge précédente, vue leur mauvaise conduite, et maintenant ils se rabattaient vers plus médiocre. Des hommes ivres, ça s'embobine bien. Le manque d'expérience ne la mit pas en garde contre l'attitude trop criarde et agressive des proies en question. Suleika les approcha donc et commença à étaler tous ses charmes pour vendre marchandise. Dans son esprit, elle se disait qu'elle arriverait peut-être à monter le prix entre les trois comparses, faire enfler la valeur.

Les choses se passèrent entièrement autrement.

Quand les hommes voulurent quitter, ce qui semblait le chef des trois entraina la femme de charme par le poignet. La jeune femme se libéra,  de manière sec, et lui rappela l'essentiel de la chose: la paye qu'il allait devoir verser s'il le suivait pour Ryun sait quoi. Le voyous se révolta et l'alcool n'aidait pas à la situation: Payer??? Lui? Après qu'elle l'ai travaillé si longtemps à l'effleurer, le toucher, lui servir à boire ou s'asseoir sur lui? Il n'en était pas question, il avait vue ces gestes comme une promesse, comme quoi la femme en question s'était amouraché de lui et pas une question de gallons. Il était vexé.

L'ambiance changea subitement, l'endroit était presque vide: le tenancier, la jeune femme, les trois voyous et le type du fond qui fumait encore sa pipe en buvant son verre.(Cette personne là s'était faite rapidement oublier)

L'enchanteresse fit un vol plané vers la table et renverser parmi les verres et plats sales. Étourdie, elle ne put réagir avant que les trois hommes décide de s'en prendre à elle. Ils la battaient et elle se débattait farouchement, la scène était déplorable. Le tenancier se leva, en premier indigné, puis s'esquiva vivement à l'arrière de son établissement en voyant le reflet d'un couteau briller. La nuit était si avancé, il ne restait personne pour aider à une heure pareille et un tel endroit. Personne? Pas vraiment.

Alors que la femme de charme s'affolaient sous la poigne menaçante des hommes, redoutant le moment à venir, "le guerrier" se leva pour se diriger rapidement vers eux, enfilant sa tunique pourpre. Un Veilleur, ce n'était pas une chose contre lequel il faut se dresser, mais les trois voyous étaient trop saoul pour songer avec un brin de logique. Le chef attendait un avertissement pour répliquer avec audace mais l'avertissement ne vînt jamais. Au lieu de ça, "le colosse" s'arrêta juste en face et plongea sa tête couverte d'un heaume vers l'agresseur, l’assommant net. Le combat était lancé. Une chaise  se fracassa contre le dos du défenseur alors "qu'il" tentait péniblement de mettre de la distance entre eux et la jeune femme effrayée. Des coups de poings puissants fusèrent, coupant le souffle des assaillants un par un. Lorsque le trois furent au sol, en train de reprendre leur esprit, l'un deux leva les mains en signe de soumission. La garde fût baissé, visiblement "le soldat" ne souhaitait pas tuer les trois voyous. Ils ont beau être des malfrats de petite envergure, ils ne sont pas des forbans, une bonne leçon était suffisante.

Pourtant, le jeune homme en question n'était pas aussi loyal que son ennemi et à peine que "le Veilleur "fût détourné, il lui enfonça une dague dans le dos, enivré par la colère et l’humiliation. La femme de charme cria, plaçant une main devant sa bouche meurtrie. La conséquence fut sans appel. Le poing massif s'abattit de nouveau sur la tête des voyous mais cette fois-ci avec l'intention de les assommer jusqu'au matin. Le coup de couteau ne semblait pas avoir affecté "le Veilleur", avait-il été touché?

Soufflant de manière rauque, "le Sauveur" se redressa une fois que ses assaillants ne bougeaient plus. "Il" passa par le comptoirs pour laisser une bourse de gallons au tenancier afin de couvrir les frais de la bagarre. "Le guerrier" n'avait pas dit mot depuis le début et le silence ne bougea pas.  Approchant la jeune femme blessée et effrayée, "il" la souleva dans ses bras et sortit. Les rues défilèrent lentement et ses pas étaient lourds.  Alors que l'enchanteresse se lovait dans les bras de "son Sauveur", encore sous l'émoi, elle murmurait après un long silence:


-Mais qui êtes-vous? Pourquoi m'avoir aidé? Quel est votre nom?

Il n'eut pas de réponse, simplement en sourire en coin.Le duo remontait la ville vers des endroits plus recommandable et après une trentaine de minute, "le colosse" s'effondra tout d'un coup. Il était facile de retracer leur chemin, celui-ci était parsemé de gouttelette vermeille: "Le Veilleur" était bel et bien blessé. Dans la chute, Suleika tomba au sol, roula dans la poussière et se traina immédiatement auprès de "lui". Ses mains tâtèrent le vêtement imbibé de sang dans le dos, complètement trempe. Son cœur battait fort, elle regardait le bas du visage qui ressortait de l'ombre du heaume, dans la pénombre de la rue. "Son Sauveur" était gravement blessé, il avait mit sa vie en péril pour elle. Désespérée, elle cria à l'aide de toute ses forces, elle ne voulait pas "le" laisser mourir. Des Veilleurs Pourpres étaient justement en tour de garde dans les environs et accoururent à l'endroit. On questionna la femme sommairement et quand le récit fut terminé, l'un des deux ne pu s'empêcher de s'amuser de la manière suivante:

-Ça, c'est du Giacomo tout craché! Ne vous en faite pas mademoiselle, Giacomo va s'en sortir, c'est du solide.

Ils s'éloignèrent un moment pour aller chercher une civière en vitesse, leur sœur d'arme avait beau être un exemple de résistance, elle pouvait mourir comme n'importe qui.

De son coté, la femme de charme, troublée par l'émoi et trompée par le prénom, appuya l'idée que la personne qui l'avait sauvé était un homme. Serrant la main de Giacomo dans la sienne, le regard luisant d'émotion, elle déposa un baiser timide et fébrile sur les lèvres de "Son Sauveur". Elle ne reverrait probablement jamais "le premier homme" qui avait fait battre son cœur après cette nuit, quelles en sont les probabilités? Les Veilleurs revinrent et emportèrent Giacomo, laissant un troisième raccompagner la jeune femme à son lieu de domicile. Elle les regarda partir une main contre le cœur, remerciant Ryun de lui avoir envoyé un de ses servants pour la protéger. Elle était tombée amoureuse d'une illusion.


Épilogue

Une journée ensoleillée au marché, plusieurs mois après, Suleika était à un étal de fleur. Marquée par sa mauvaise expérience, elle avait fait le choix de tenter sa chance vers d'autres emplois de nouveau. Sa réussite avait été couronné de succès et elle travaillait maintenant à pour un commerçant, le propriétaire de l'étal en question.

Songeuse cette journée là, elle arrangeait des fleurs en pensant à cette fameuse nuit qui avait changé sa vie. Où était son guerrier? Une voix féminine, costaude, la sortie de sa torpeur. Un visage placide et souriant la regardait, la mine bienfaitrice de Giacomo était tourné vers elle. Habillée en Veilleuse, elle avait son heaume sous le bras. La guerrière s'adressa ainsi à la jeune femme qu'elle avait sauvée:

-Dites-moi, mademoiselle, combien sont vos lotus des sables? Vous êtes adroite dans votre métier, vos arrangements floraux sont très jolie.

Suleika sourit gentiment en retour à la grande femme, se doutant nullement que "le mystérieux guerrier" était celle-ci. Giacomo se réjouissait de voir la jeune femme dans un autre emploie. Elle avait aperçu de loin celle-ci à quelques reprises et désirait l'encourager aujourd'hui en achetant un lot de plante avant une expédition.

-C'est très gentil de votre part. Je suis en réalité nouvelle. Pour vous, je vous ferai un lotus pour 2 gallons de bronze.

L'achat fût complété et la colosse repartie dans la foule. Leur vie s'étaient effleurées et quittées, leur souvenir tissé dans un doux mensonge. Suleika ne saurait jamais qui avait été son mystérieux sauveur et Giacomo ignorerait toute sa vie qu'elle avait reçu un premier baiser.
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum