AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
» Communication externe
par Loth de la Vision Mar 21 Juin 2016 - 15:06

» Réversa [ TOP ]
par Invité Ven 27 Mai 2016 - 8:21

» Le monde de Dùralas
par Invité Jeu 26 Mai 2016 - 7:00

» Anthalia
par Invité Dim 22 Mai 2016 - 15:17

» Marbrume, La Cité des Damnés
par Invité Lun 16 Mai 2016 - 15:07

» Questionnaire pour soutenir infinite RPG !
par Invité Sam 14 Mai 2016 - 17:33

» Escalus
par Invité Jeu 12 Mai 2016 - 9:02

» Mass Effect : Reborn
par Invité Mar 10 Mai 2016 - 15:00

» Forum en pause
par Asàf Lysereän Mar 10 Mai 2016 - 13:47


Quelles gloussantes réjouissances !

Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Quelles gloussantes réjouissances !   - Jeu 7 Nov 2013 - 11:01

La cargaison de gloussantes fraîches avait eu du retard et Jo’ le Cuistot – accessoirement la patron de la taverne "Gloutons d’gloussantes" – venait de supporter un groupe d’ivrognes affamés en manque de p’tites marchandes. Autant dire que son humeur n’est pas des plus réjouissantes.

- « Pourquoi qu’elles sont dans c’t’état là les caisses ? Avec c’t’odeur de pisse dégueulasse hein ? T’as lâché ton fil dessus ou quoi ? » Les questions mitraillent le livreur, mais le pauvre gamin n’en a que faire et le lui signifie de la plus aimable des façons.

- « Pisse ou pas pisse, ça f’ra trois galons d’argent. » Oui, c’est cher, oui la qualité est plus que douteuse, oui une partie finira à la poubelle, mais Jo’ le Cuistot est un véritable maître dans la transformation d’aliments immondes en plats… passables. Il paie le mioche non sans quelques insultes et s’en retourne dans les cuisines de sa taverne, plus le temps passe plus son groupe de soiffards risquent d’exploser le mobilier.

* * *
* *
Fier d’avoir volé trois galons d’argent à un gamin trop peu méfiant, Eddy se réjouit à l’idée de s’empiffrer pour la soirée. Voilà deux jours qu’il survie dans les poubelles des différentes tavernes, alors il compte bien profiter d’un vrai repas avec ces trois galons d’argent. Il n’en revient toujours pas et ne peut réprimer un « Yeah  ! » lorsque il aperçoit l’enseigne en forme de grosse Gloussantes. Non, ce n’est pas une représentation de la femme de Jo’, même s’il y a de quoi se méprendre, je vous l’accorde… .

- « Deux gloussantes Jo’ » s’écrie-t-il en s’engouffrant dans l’établissement. Quelques regards insistants ne manquent de le faire fuir mais sa faim surpassant sa peur – si, c’est possible ! – il continue jusqu’à une table de libre.

* * *
* *
Deux gloussantes et une bouteille de surçon plus tard – n’oublions pas qu’il possédait trois galons d’argent à son arrivée –, il débat avec un enfant d’une dizaine d’années sur l’intérêt qu’auraient les catins à instaurer un système de fidélité pour leur clientèle. Le gamin n’étant pas en manque d’arguments, il se voit pourtant dans l’obligation d’arrêter les échanges pour un besoin pressant. Mais Ed’ attrape une bouteille – presque – vide sur la table d’à côté et la donne à… son interlocuteur dont il ignore le nom. Le propriétaire de la bouteille proteste, Eddy affirme en véritable pleutre qu’il est, que c’est l’enfant qui lui a demandé de la prendre.


La suite est quelque peu confuse pour Diddy, mais il est presque sûr d’avoir vu l’enfant volé jusqu’à l’autre bout de la salle, sur une table de véritables pirates, ceux à qui il manque toujours un œil, un doigt ou un pied et qui donnent clairement l’impression de manger du milicien au petit déjeuner. Ceux qu’il ne faut surtout pas échauffer, encore moins lorsqu’ils sont à quai et que l'alcool coule à flot depuis une bonne heure... .




[HRP] Que la bagarre commeeeence \o/…
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: Quelles gloussantes réjouissances !   - Ven 8 Nov 2013 - 17:09

De ceux qu'il ne vaut mieux pas sortir de leur torpeur d'alcoolique satisfait, comme l'espèce d'épave, dont un oeil était barré par un bandeau délavé, dont la chemise ne semblait avoir connu que vent et fluide depuis quelques générations, et qui se leva en vagissant de colère tout en vacillant sur une jambe de chair, et une autre de bois. A n'en pas douter, le garçon qui avait traversé la sale par la voix des airs n'aurait pu tomber sur mieux... Le gaillard se mit à agiter son poing en menaçant le morveux étalé et sonné. Alors que deux de ses confrères tentaient vaille que vaille de sauver un peu du précieux liquide qui s'écoulait sur le bois, entre des assiettes qui ne contenaient globalement plus que des restes de ce qui avait été des gloussantes, le pirate releva brusquement l'opportun avant de lui postillonner au visage son haleine parfumée au vieux picrate.
"Non mais qu'es-ce tu crois l'vermisseau ? A qui tu crois t'en prendre comme ça ?! J'rek Les Crocs, t'entend ? TU VEUX VRAIMENT CHERCHER J'REK LES CROCS ?!" gueulait-il au marmot, tout en exhibant ce qu'il restait de sa dentition, soit des chicots noircis. "Mais tu le f'ras pas à J'rek t'entends ? Gamin ou pas, j't'arracherais ton p'tit vers avant d'le donner aux skikraks ! T'es rien morveux, tu piges ? Rien ! Et j'vais te le faire comprendre. Moi, J'rek, celui qui..."
Et voilà que le vieux pirate voulait vagir son histoire... Tout entier à son virulent monologue, il ne fit guère attention au pas distingué qui se glissa dans son dos. Enfin, distingué... Pour un pirate. Souple et confiant, à son aise. Quand l'un des compagnons du gueulard releva la tête, il se retrouva avec l'une des figures remarquables de l'assistance, qui avait quitté sa table isolée plus loin : un pirate qui se plaisait à ne se donner d'autre nom que "Le Pâle". Et si ce dernier prêtait au rire, avec la poudre blanche dont il se couvrait la face, ce rire déchantait bien vite devant le creux sombre qui fixait l'amusé... Qui n'était plus si guilleret au final. Les cicatrices que nous lui connaissons n'étaient point visibles sous la couche de poudre.

Pour l'annecdote, le vieux J'rek - Jek de son vrai nom, mais un peu d'exotisme rend plus redoutable - se plaisait à raconter encore et encore comment il avait gagné son surnom, soit en jetant à terre lors d'un abordage moult ennemi, malgré sa jambe fraîchement sectionnée jusqu'au genou, et cela en attaquant avec les dents les chevilles adverses. Cela expliquait d'ailleurs l'oeil perdu. Le Pâle avait déjà considéré la technique comme stupide : spectaculaire certes, mais perdre un œil parce qu'attaquant depuis le sol des ennemis élevés... ? Enfin, voilà pour l'anecdote. Et le lieutenant de l'Amante, venue se sustenter en paix dans une auberge presque pas pouilleuse, n'en avait rien à faire du vieillard et de son histoire suffisamment entendu.

La moitié d'une gloussante dans le ventre, il eut voulu savourer le reste... Mais voilà qu'il préférait à la parole ou la discrétion une méthode plus radicale : celle de s'approcher tranquillement, de saisir la bouteille qu'avait lâché le mioche victime au moment de la rencontre en sa tête et l'une des tables, et de présenter l'objet de convoitise à la face du vieux borgne. D'une manière violente. Le verre refusa de voler en éclat - du verre de mauvaise qualité mais bien épais pour compenser, et ne contenant pas grand-chose en conséquence, même plein -, mais le cartilage du nez de J'rek lui, le fit dans un bruit de craquelure humide et de braillement de vieux. Les Crocs tomba sur un comparse en meuglant en se tenant le visage, alors que la bouteille ensanglantée finissait piteusement dans un coin.
"Une bouteille c'est plus efficace qu'une histoire pour assommer autrui, Jek." dit presque suavement Le Pâle, la main posée sur le manche du sabre lui bâtant la hanche.
Bien sûr son torse et ses manches faisaient toujours office de support à de nombreuses lames dissimulées sous un manteau marin et une chemise... Mais il fallait varier les plaisirs. Un sourire presque gentiment cruel s'afficha sur son visage alors que le vieil homme gigotait, avec son camarade en dessous. Le lieutenant eut la bonne idée de se baisser, et une chaise lui passa au dessus pour frapper les membres d'une table voisine. Comme si cela ne le concernait pas, il leva le bras pour ordonner clairement.
"Jo', une autre gloussante par ici !" dit-il avec force et... Un semblant de distinction.
Mais voilà que les voisins dérangés le menaçaient de leur propre plat. Un beau gâchis, au yeux du pirate pâle, bien qu'il eut sans conteste préféré leur viande à eux. Toujours un petit goût inattendu selon l'individu... Néanmoins, les assiettes qui lui furent envoyées ne lui plaisant guère, il roula sur le planché - sa veste avait connu suffisament de sol pour ne plus s'en offusquer -, se mettant à l'abri sous sa propre table... Avant de la propulser de ses deux pieds joints en direction du groupe d'attaquant. Une idée fort intéressante, il lui semblait, qui le fit sourire comme un gamin. Et tant pis pour son reste de gloussante.
HRP:
 
avatar

On m'appelle Skip la Plume


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Vanylle, pirate solitaire babe ! (... non je rigole. Jeune cartographe cherche désespérément équipage)
MON AGE : 14 balais, m'sieur !
Féminin
MESSAGES : 561
AGE : 27
INSCRIT LE : 07/10/2011
PSEUDO HABITUEL : Skippy
Joyaux : 0
http://www.ile-joyaux.com/t1917-journal-d-un-futur-pirate-petit-mais-puissant http://www.ile-joyaux.com/t266-skippy-le-kangourou-o
Posté dans Re: Quelles gloussantes réjouissances !   - Mar 12 Nov 2013 - 13:37

Skip s'était retrouvé devant la porte de la taverne les jambes un peu tremblantes, fatigué de marcher et effrayé de tomber sur un des frères l'Embrouille, qui l'avaient enquiquiné tout l'après-midi, en poussant la porte de chaque établissement. Il espérait que le Gloutons d’gloussantes serait celui qu'il cherchait. Il avait inspiré un grand coup comme lui conseillait Ortence et avait écarté le battant en expirant tel un cow-boy dans un saloon, les bottes qui claquent en moins. Là, un regard alentour l'avait informé qu'il était au bon endroit.
Ses premiers pas, il les avait fait le dos droit, la démarche assurée, du moins autant qu'un gamin de treize ans le pouvait, le regard au loin, perçant, enfin surtout pour ne pas se poser maladroitement sur un pirate plus susceptible que les autres.

Ses derniers pas, il les avait fait à quatre pattes.

« P-pépé ! Je t'ai cherché p-partout ! » dit-il en se hissant au niveau du siège de son grand-père.

Les assiettes volaient déjà dans tous les sens. Skip avait cessé depuis longtemps de comprendre comment on pouvait déclencher des bagarres aussi rapidement quand on était initialement venu pour manger. Ou pour boire. Mais Skip ne buvait pas, et il n'avait pas touché à la gloussante malade, contrairement à son pépé.

« A-allez viens, pépé ! J'ai p-promis à Ortie de te ramener à la m-maison, on-on s'inquiét-était, t-tu sais. »
« NAN ! » brailla le vieux boiteux en se mettant maladroitement debout.

Il dut, pour ce faire, prendre appui sur son petit-fils, ce qui fait que Skip se retrouva courbé en deux alors que le vieux pirate s'appuyait de tout son poids sur son dos.

« Aïe ! P-pépé, t-tu me f-f-fais mal ! »
« CHES P'TITS JEUNES CHE CROIENT T-TOUT PERMIS ! » beugla Yvan l'Boiteux en balançant un coup de jambe en bois contre la première chaise venue.

Skip ne vit pas très bien ce qui se passa ensuite, à moitié effondré sous le poids de son grand-père, auquel il s'accrochait du mieux qu'il le pouvait pour ne pas chuter avec lui. Il avait bu. Il avait l'habitude. Mais ce soir... ce soir, c'était différent. Yvan l'Boiteux n'avait pas l'alcool aussi mauvais. Skip marmonna quelques mots d'excuse pour les gens autour, mais personne ne sembla l'entendre dans le brouhaha ambiant. Et ce qui devait arriver arriva : en se retournant pour transporter un grand-père peu coopératif en direction de la porte (soit à l'autre bout de la taverne), il bouscula quelqu'un, marcha sur quelque chose (espérons que ce n'était pas aussi un quelqu'un) et se prit ledit pépé sur la tronche en s'étalant contre le mur.

« LAICHE MOI CH'TE DIS ! » brailla Yvan l'Boiteux en agitant les bras, la jambe et la prothèse en bois dans tous les sens.

Skip n'avait pas la force de dire à son bien-aimé grand-père que c'était lui qui le retenait en l'écrasant, et pas le contraire.



Merci Yscar pour l'avatar  :gah:
DC: Yuma Kohanakishi (Alban Mothllek, Uzor)
avatar
Pirate

On m'appelle Sacha


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Vanylle - L'Hélios
MON AGE : Environ 20 ans
Féminin
MESSAGES : 47
AGE : 25
INSCRIT LE : 24/08/2013
PSEUDO HABITUEL : Kathy
Joyaux : 121
http://www.ile-joyaux.com/t1974-a-l-aventure-compagnons-jdb-de-sacha http://www.ile-joyaux.com/t1840-sacha
Posté dans Re: Quelles gloussantes réjouissances !   - Lun 25 Nov 2013 - 5:31

Lorsque Sacha descendait de l'Hélios, c'est à dire pas souvent, c'était généralement pour apporter sa paye à sa maman. Elle avait serré les jolies pièces dans sa main avec ravissement, comme toujours ; ce n'était pas grand chose, mais c'était déjà ça de pris. Une solde de mousse de plus à ajouter au trésor que maman Nelys gardait pour elle, en vue d'un jour faire... Sans doute quelque chose avec. Ou plus probablement pour l'empêcher de tout dépenser en babioles brillantes, crédule comme elle était au milieu de tous les escrocs de Vanylle. Néanmoins, elle gardait toujours un sou pour quelque chose de très important : manger.

Ce n'était pas que la cuisine de Marcel n'était pas bonne, mais le cuistot avait tendance à se méfier de Sacha, et donc à ne pas la laisser trop approcher des plats. Elle était l'une des rares qui ne pouvaient pas se servir directement dans la marmite lors des repas, sinon elle en prenait la moitié. La jeune fille avait beau se plaindre qu'elle était en pleine croissance – à environ dix-neuf ans, mais oui mais oui – rien n'y faisait... Alors lors des escales, elle se faisait un petit plaisir. Une grosse gloussante rôtie rien que pour elle.

Lorsqu'elle était arrivée, il faisait encore plus ou moins calme, et elle avait eu le temps de grimper à son endroit habituel, sur l'une des poutres du plafond. C'était assez facile, il suffisait de se faufiler jusqu'à l'escalier vers la réserve, qui était en mezzanine au dessus de la salle, puis de sauter prudemment jusqu'à la poutre de son choix. Assise en tailleur, l'énorme assiette sur les genoux, Sacha régalait, bien à l'abri des ennuis qui l'auraient attendus dans la salle. Les pirates, pour une raison qui lui échappait, avaient bien du mal à laisser les filles tranquilles ou à ne pas lancer des trucs un peu partout lorsqu'ils avaient descendu une choppe ou deux. Sacha était le genre à se planquer avec sa nourriture de toutes façons, petit animal qui ne partage pas, alors c'était une double bonne raison.

Pas mal de viande et un bon gros rototo plus tard, elle avait fini, et dépliait son couteau pour bien nettoyer les os et ne pas en perdre une miette, lorsqu'une fourchette vint se planter à travers ses cheveux dans le mât contre lequel elle était appuyée. Un signe du destin pour qu'elle peigne sa tignasse emmêlée ? Sans doute, mais elle n'était pas assez subtile que pour le saisir. Tirant sur l'ustensile, elle se pencha en avant pour constater que cela venait d'une andouille qui avait rué sous sa table... Gaspillant de la nourriture. Il aurait au moins pu lui envoyer la gloussante entamée, quoi ! Puisque c'était comme ça, il allait faire les frais de son entraînement.

En effet, Sacha devait s'entraîner à viser. Elle avait perdu son oeil droit un mois plus tôt, ce qui altérait grandement sa perception de l'environnement. D'où son jeu assez récent, dont les règles étaient assez simples. Dix points si on touche la tête. La langue coincée entre ses lèvres, concentrée, elle lança un tibia de gloussante sur le malotrus.

Wouh ! Dix points sur le gus tout blanc !

Elle se recroquevilla, à plat ventre sur sa poutre, discrète, cherchant une autre cible, lorsque son regard croisa par hasard celui d'un gamin, qui l'avait visiblement repérée. Sacha hésita un instant, avant de faire un petit signe au rouquin. Allez, viens jouer, au lieu de risquer ta vie au milieu des hostilités. Elle était bien placée pour savoir que les gens de petite taille ne faisaient pas long feu quand les chaises volaient.

HRP:
 
avatar
Pirate

On m'appelle Toma la Teigne


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Le Pourfendeur des Vents
MON AGE : 13 ans
Féminin
MESSAGES : 46
AGE : 23
INSCRIT LE : 23/06/2013
PSEUDO HABITUEL : Sumire/Cocotte
Joyaux : 20
http://www.ile-joyaux.com/t1699-toma-la-teigne#41147
Posté dans Re: Quelles gloussantes réjouissances !   - Lun 25 Nov 2013 - 6:15

Cynydd et ses potes qui étaient partis dans le bordel du coin, Marcellus et Mike qui se pintaient avec les pires ivrognes de l'équipage, Charlie et Iule qu'elle avait perdu de vue. Et elle, pauvre mousse, elle était TOUTE SEULE. Enfin toute seule ça voulait dire tranquille aussi, mais elle s'ennuyait un peu. Et avant tout elle avait une faim d'Avranai.
Heureusement, elle trouva bien vite l'enseigne de la taverne "Gloutons d’gloussantes", endroit où la jeune pirate s'était régalée plusieurs fois. Elle avait réussi à piquer quelques sous à Mike, à défaut d'avoir trouvé de la bouffe dans ses poches, mais elle avait ainsi de quoi manger quelques cuisses. Si seulement les gloussantes pouvaient être composées uniquement de délicieuses cuisses, pensait-elle. Cynydd il pensait aussi ça, mais ne voulait absolument pas dire la même chose. Encore un peu innocente la Toma.
Elle entra donc et ne se surprit pas du joyeux chaos environnant. Encore heureux que ça se bastonnait pas encore. Elle trouvait ça stupide, bien que marrant, les bastons, du moins quand y'avait pas de jolis galons d'or en jeu. La gamine évita quelques assiettes, faillit glisser sur un os et se dressa en face du comptoir pour demander avec une grosse voix:

-Tavernier, j'veux quatre cuissots de gloussante rôtis et fissa, j'suis pas patient et j'pourrais bouffer ta femme tellement j'ai faim !

Encore une fois, elle répétait un truc entendu sur le Pourfendeur, une phrase qui lui semblait cool mais dont elle n'avait probablement jamais vraiment pensé à la véritable signification.

-Comme il est mignon ce petit ! C'est moi qui vais te dévorer de bisous !

Elle grimaça. La dite femme s'était ramenée. Une grosse dondon au visage peint vulgairement et aux cheveux presque cramés tant ils étaient torturés au fer à friser. La grasse dame se pencha pour poser un gros baiser mouillé sur la joue de la mousse, la faisant couiner de dégoût pendant qu'elle se débattait. Après avoir balancé ses sous sur le comptoir, rouge de honte, on lui donna son assiette et elle ne se fit pas prier pour déguerpir afin de s'asseoir dans son coin.
Toma aimait bien se mettre à l'écart comme ça, pour observer les gens. Surtout qu'aujourd'hui c'était particulièrement rigolo. Un vieux s'agitait, pendant que son petit fils essayait de le calmer. Plusieurs trucs volèrent en travers de la taverne, dont un gamin (elle fut d'ailleurs très heureuse que cela ne soit pas elle pour une fois). Ça s'échauffait un peu aussi, des beignes commençaient à se distribuer.
Toma leva les yeux et son regard se posa sur une damoiselle qui mangeait là haut, sur une poutre. On aurait cru un petit oiseau qui picorait. Un petit oiseau un peu vorace mais drôlement joli, même avec son œil en moins. Elle se sentit toute drôle à la mater comme ça, et encore plus bête quand son regard croisa le sien. Et quand elle lui fit signe de venir, son cerveau eut un faux contact. Le même genre de malfonction qui quand ça arrivait dans la machinerie du Pourfendeur, ça parvenait à faire crier "OH MERDE" au très calme Charlie.
Bon, elle avait même pas bouffé la moitié de son plat, mais en bas ça commençait à devenir trop le boxon pour un poids plume comme elle. Et elle voulait pas servir de projectile. De toute façon, la damoiselle elle semblait bien plus marrante qu'une malheureuse cuisse de gloussante. Toma ne se fit pas prier plus longtemps et grimpa jusqu'au perchoir, regardant la scène de haut en s'exclamant:

-Bah c'est qu'ils deviennent tous dingos en bas. Y'a quelqu'un qui a pété trop fort et personne sait qui c'est ? C'est un conflit courant sur le Poupou.

Oui le Poupou, c'est comme ça qu'elle surnommait intérieurement le Pourfendeur et c'était la première fois qu'elle lâchait ce mot de vive voix. Et le petit oiseau était encore plus mignon de près. En bas, une table venait d'être retournée, coinçant trois personnes en dessous. Tout cela s'annonçait bien marrant, vivement qu'il y ait des blessés.
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: Quelles gloussantes réjouissances !   - Lun 25 Nov 2013 - 12:22




Eddy se remet tout juste du sort du gamin lorsqu’une table fuse à deux pas de lui, dans un sifflement… peu probable pour un meuble, certes, mais il pourrait presque se persuader de l’avoir entendu souffler un « mince, raté », alors qu’elle s’est éclatée juste à côté.

*Faut faire quelqu’chose. Plonge, crie, pleure, fuit… * Sans l’exécuter forcément dans cet ordre, le couard s’élève d’un petit bond, genou relevé et atterrit sous sa propre table en braillant un « AAAH » de peur. D’ici-bas il scrute, il surveille que rien ne lui tombe sur le coin de la gueule et cherche. Quoi ? La sortie ! Droit devant, une ligne droite, un vide, un no man’s land  presque irréel.

Les larmes montent et il ne peut s’empêcher de pleurer face à cette liberté qui lui tend les bras. Ou bien est-ce ce boiteux braillard dont la guibole de bois ne cesse de lui briser les balloches -littéralement- au rythme de la bagarre ? Difficile à dire. Il lui coupe toute retraire… en plus de l’émasculer et Ed’ ignore encore comment le vieux en est venu à lui broyer les noix, mais il ne s’éternise pas pour le lui demander. Ni à lui, ni au mioche qu’il tente d’étouffer de tout son poids. *Chacun sa merde* estime-t-il en laissant le petit se faire baver dessus par son geôlier castrateur.

Après avoir plongé, crié et pleuré, il ne lui reste plus que la fuite -sa préférée-. Mais perturbé par l’ambiance, somme toute amusante pour des pirates il n’en doute pas, il prend la direction opposée à la voie salutaire de la porte d’entrée, donc de sortie… . Dans sa course effrénée -quatre pas- il reçoit un morceau de gloussante sur l’épaule, balle perdue, magnifique combo par ricochet, points comptent double pour le tireur.

- « Bâtard ! » Hurle-t-il, à personne. Pourtant, le colosse qui lui tournait le dos se retourne pour punir l’impoli, ou simplement pour se défouler. Faute d’être percuté par un coup de boule, c’est un coup de bol qui lui tombe dessus, car la frêle victime qu’il est se retrouve dans l’angle mort du borgne. M’enfin, les quelques pas chassés pour garder l’alignement œil-mort-du-colosse et corps-presque-intact-de-Diddy parfait. En même temps, entre deux points, difficile de ne pas garder une droite.

Un pas de trop, l’alignement se brise, tout comme le nez d’Eddy. Suite à quoi, il se retrouve sur la mezzanine -bien que le souvenir d’avoir emprunté les escaliers ne lui soit pas certain- entre une rouquine et une borgne. *Encore ?* À croire que le monocle percera plus facilement que les lunettes à Vanylle… .

HRP:
 
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: Quelles gloussantes réjouissances !   - Ven 29 Nov 2013 - 10:10

Quoi de plus ravissant que des poivrots gueulant, coincés sous une table ? D'autant que Le Pâle eut la brillante idée de se jucher dessus au milieu des tirs de boissons et de nourriture qui fusèrent bientôt. Accroupi sur la table renversé, avec de gros asticots s'agitants dessous. Allez comprendre pourquoi, il trouva cela hilarant, leurs visages empourprés comme la sensation d'un sol instable.
"Elle vient cette gloussante, Jo' ?" gueula-t-il pourtant, plantant son sabre dans le bois pour tenir alors que ses adversaires roulaient en dessous pour tenter de se dégager.
Même si à n'en pas douter, un tel espoir demeurait vain, au vu des pugilats qui se mettaient en place un peu partout, sur fond sonore de cris furieux et délirants d'un vieillard, le premier vol d'un gamin ayant comme qui dirait mit le feu au poudre. Accroché à son arme, le lieutenant de l'Amante se pencha vers ses victimes, leur murmurant un "Vous roulez très bien sous cette table !".

Avant qu'un objet non identifié ne le touche à la tête. Le pirate vit donc bientôt un os - de gloussante sans doute, de quelle autre créature aurait-on pu le tirer dans une taverne ? - finir entre deux trognes vociférantes. Jetant un regard derrière lui, il ne vit d'abord que la masse de pirates ivres et enragés qui entreprenaient méthodiquement de faire le boxon dans l'honorable établissement à coup de bouteilles - cette mode ne venait pas de lui, il fallait l'avouer -, de jambes de bois et de pattes de volaille cuites. Quelque part, il y en avait un pour chanter horriblement faux une chanson paillarde, ce qui déclencha une volée de rires gras. Son succès ne l'empêcha pas de se taire brusquement dans un son de meuble brisé.

Dans toute cette agitation, il remarqua pourtant une créature perchée dans les hauteurs, bientôt rejoint par un petit rouquin. Son poste étant excellent pour un tel tir, le Pâle se demanda s'il s'agissait bien de la tireuse. Revenant sur son trio d'ivrognes, il en cogna deux pour récupérer l'os bien rongé... Juste avant qu'un poids supplémentaire ne fasse pencher la table dans un autre sens.
"Bâdard de Bilicien !" Couina avec rage une voix, faisant se retourner le Pâle. "S'tu groit que j'vais te baisser m'débigurer comme ça... !"
Le borgne reconnut avec une grande joie son camarade J'Rek Plus D'Nez, qui pressait sa face ensanglantée d'une main tout en le menaçant de l'autre qui tenait une... Botte. Trouée, dont la semelle pendouillait lamentablement. Le thème de cette bagarre devait être les pieds, car il sentit alors une main se saisir de l'un des siens. Que son sabre soit toujours dans le bois de la table l'empêcha de la couper aussitôt. Écrasant le poignet de son autre talon, il fit volt-face pour s'adresser à son adversaire qui avançait sur lui, avec un air déterminé entre son pouce et son majeur, assuré de sa victoire par le pouvoir de la botte.
"ATTENTION !" S'exclame le Pâle avec une expression alarmée, tout en fixant au dessus de l'épaule à la veste délavée.
Prêt à riposter, le vieux borgne se retourne... Et prend de plein fouet un coup de poing dans la nuque. S'affalant, il sert un bref instant au lieutenant de l'Amante de trépied - pas très stable - pour bondir, et s'accrocher à la poutre au dessus d'eux. Surplombant la salle, il vit la table être jetée sur le côté... Avec son sabre. Ne prenant pas le temps de le regretter, il avance vers sa cible... Désormais en compagnie d'un gaillard l'air un brin sonné, en plus du rouquin. Arrivant à leur hauteur, il ouvre une main dans la direction de la fille au joli œil blanc avec un sourire, dévoilant l'objet du délit : un os de gloussante.
"Je crois que cela t'appartient." susurre-t-il, faisant peu à peu glisser son couteau dans l'une de ses manches...
Pour tirer lui aussi, planter la lame dans le flan du roux ou graver un cœur sur l'os, il ne sait pas encore, et n'a pas le temps d'y penser.

La faute à une chaise qui le percute dans prévenir.

L'os vole et lui avec, chutant de la poutre. Ayant juste le réflexe d’agripper le pieds du garçon et du sonné, la fille étant trop loin. Tout le monde descend ! En bas, les poivrots précédemment écrasés jubilent devant leur réussite, se frayant bientôt un chemin dans la cohue à coup de coudes, de pieds et d'assiette dans des crânes pour rejoindre leur nouvel ami.
HRP:
 
avatar
Pirate

On m'appelle Sacha


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Vanylle - L'Hélios
MON AGE : Environ 20 ans
Féminin
MESSAGES : 47
AGE : 25
INSCRIT LE : 24/08/2013
PSEUDO HABITUEL : Kathy
Joyaux : 121
http://www.ile-joyaux.com/t1974-a-l-aventure-compagnons-jdb-de-sacha http://www.ile-joyaux.com/t1840-sacha
Posté dans Re: Quelles gloussantes réjouissances !   - Sam 30 Nov 2013 - 6:25

En quelques minutes, il s'était passé un bon paquet de trucs qui avaient rempli cette poutre, alors que Sacha n'y avait pourtant invité qu'une seule personne. Tous des squatteurs. Mais reprenons les choses dans le bon ordre. Le p'tit rouquin était donc grimpé près d'elle sans rechigner, probablement tout aussi conscient qu'elle que la situation – où des chaises volaient, tout de même – n'était pas faite pour des petites choses comme eux. Elle l'avait accueilli en souriant de toutes ses dents, miraculeusement encore au complet.

« Sais pas. Ou alors y a quelqu'un qu'à foutu un truc dans le soçure. Sur l'Hélios c'est pire quand y peuvent pas boire que quand y sont pleins. »

Elle ne se rappelait pas d'un vaisseau appelé le Poupou, mais ce nom était tout de même vachement cool. Quand elle aurait un balur – grand rêve de jeunesse, voler en zigzag – ce serait une option de nom... Il faudrait qu'elle retienne. Elle ouvrit la bouche pour demander des précisions, quitte à faire la conversation, mais avant qu'elle ne puisse en placer une, un gugus atterrissait entre eux, et elle se penchait au dessus pour voir s'il était vivant, pour constater qu'il fixait son oeil mort. Elle recula, le visage un peu moins jovial, se disant avec un détachement hallucinant qu'il faudrait qu'elle se trouve un machin stylé à se mettre sur la face pour cacher ça, comme la plupart de ceux qui avaient perdu un oeil et ne voulaient pas faire gerber leur prochain. Heureusement qu'elle avait assouvi sa vengeance en bouffant cette saleté de piaf.

Et en fait, heureusement qu'elle avait reculé. Parce que le grand gus tout blanc était en train de grimper aussi sur cette malheureuse poutre.

« Mais y a pas moyen d'être tranquille trente secondes ici ! »

Bah ouais. C'était sa poutre. Sur invitation uniquement.

Ceci dit, il n'avait pas l'air trop heureux. Et si Sacha n'était pas particulièrement dégourdie, elle savait tout de même qu'on ne tire pas un couteau innocemment quand il n'y a pas de nourriture à moins d'un mètre... Vu les os exceptionnellement bien nettoyés de sa gloussante personnelle, il valait mieux reculer encore un petit peu, question de prudence, tout en hochant la tête vigoureusement.

« Ouep, c't'à moi, mais c't'un cadeau, voyez... »

La fin de sa phrase se perdit dans la surprise de le voir se prendre une chaise dans la tronche. Retour de karma pour avoir sorti un couteau, probablement. Mais le bougre se raccroche à ce qu'il peut, fait tomber tout le monde sauf Sacha, qui observe le bazar avec la bouche aussi ronde que ses yeux. Le rouquin et le premier intrus sont accrochés à la poutre, tentant de ne pas se casser la gueule avec le parasite accroché à leurs chevilles.

« Attends, j'vais t'aider ! »

Sans hésiter, Sacha se laisse glisser la tête en bas, juste accrochée par les jambes à la poutre, façon borzinet pendu, juste à côté du gamin.

« 'ccroche toi... »

Elle plisse les yeux, parce que sa position fait que plein de trucs tombent des innombrables poches de son pantalon. Des bouts de saucisson, des épingles, un ou deux insectes qui trouvaient sans doute l'endroit assez chaud pour nidifier, une bande pansement qui se déroule joyeusement pour atterrir sur la tête d'un ivrogne en dessous, et ainsi de suite. Une pluie de trucs utiles comme de déchets, un paquet de trésors facilement reconstitué. Rapide, Sacha attrape au vol un bout de sauciflard et le met en bouche, avant de se concentrer sur son but et de tenter de défaire les doigts du grand borgne de la cheville du garçon. Mais le salaud s'accroche.

Et pendant ce temps-là, la poutre plie lentement sous le poids de cette grappe de pirates suspendue au milieu, sans que personne semble s'en rendre compte.
avatar
Pirate

On m'appelle Mike Rhobb


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Pourfendeur des Vents / Vanylle
MON AGE : 17
Masculin
MESSAGES : 32
AGE : 27
INSCRIT LE : 21/06/2013
PSEUDO HABITUEL : le grand, le magnifiques, l'incroyable et absolument fantastique Moda
Joyaux : 25
http://www.ile-joyaux.com/t1695-mike-rhobb#41095
Posté dans Re: Quelles gloussantes réjouissances !   - Mer 8 Jan 2014 - 2:56

Une Baston au glouton d'Gloussante, la rumeur avait parcouru Vanylle en un instant. Mike avait laché Marcellus après quelques verre pour aller rejoindre une fille qu'il avait brièvement rencontré lors de la dernière escale et il avait rêvé d'elle à plusieurs reprise, signe que le destin devait les réunir. En outre il avait la sensation que le courant passerait assez bien entre eux et pour cause, il lui avait offert un collier qu'il avait fabriqué lui même avec un lacet et une vielle cuillère piquée dans la gamelle d'un vieux ronchon qui dormait par terre, et elle ne lui avait pas fait bouffer. Oui, il en était persuadé, c'était la femme de sa vie, et d'ailleurs elle rêvait surement de lui elle aussi... En chemin il s'était arrêté pour cueillir trois fleurs pas trop boueuses qui poussaient entre deux poubelles et c'est à ce moment que la rumeur vint à ses oreilles sous la forme d'une bande de jeunes marauds qui couraient en direction de l'auberge.

"ça s'chicane au glouton, faut pas rater ça, v'nez les mecs !"

Le Dilemme s'installa rapidement dans l'esprit du jeune cuistot. La dernière sortie du pourfendeur l'avait empli d'une certaine frustration suite à deux abordages consécutifs auxquels il n'avait pas participé "pour des raisons tactiques" qu'on lui avait dit. Des raisons tactiques, ça ne signifiait pas grand choses pour lui. Le principe d'un abordage n'était-il pas simplement de foncer dans le tas et tout casser? Quelles raisons tactiques pouvaient bien l'empêcher d'y prendre part? Bref, c'était soit rattraper ça avec une bonne baston des familles, soit rejoindre... comment elle s'appelait déjà ? Mathilde ? Nan celle là lui avait versé une pinte sur la tête. Ginette ? C'était pas celle qui lui avait mit de la terre dans le caleçon?  Patricia ... l'avait simplement ignoré et Anna gloussait avec ses copines dés qu'il essayait de lui adresser la parole. Mais comment s'appelait la femme de sa vie alors ? Il ne pouvait définitivement aller la voir sans se souvenir de son prénom...

"Une petite baston devrait m'remettre la mémoire en place"


Une Bagarre dans une auberge, rien de bien original à Vanylle mais ça n'empêchait pas le quartier de venir assister aux échanges de tables et de tessons de bouteilles. Une Bonne troupette s'était amassée à l'entrée, raillant les pirates que l'établissement crachait par ses fenêtre et acclamant les gladiateurs de fortune qui s'affrontait sur le champ de bataille improvisé. Bien sur la foule ne s'interdisait pas de manifester son désaccord en jetant tout ce qu'elle avait à disposition sur l'objet de son mécontentement - généralement un lâche refusant de se battre ou voulant fuir la taverne. Et c'est ainsi que mottes de terre, caillasses et vieilles godasses s'invitèrent dans les festivités. Pour couronner le tout, ceux qui n'étaient pas satisfaits par les places de derrières et qui voulaient assister au spectacle aux premières loges, avaient entrepris de grimper sur le toit et de profiter des lucarnes.

Mike s'était déjà frayé un bon passage, il ne savait pas trop s'il entrerait par la porte ou par une fenêtre mais il entrerait, c'était sur.

"Eh mais le toit est pas un peu plus plat que d'habitude ?" entendit-il derrière lui.

Encore deux rangées de supporters enflammés et le voilà dans l'arène. Bien sur c'était une cohue pas possible et à peine sur les lieux, il devait déjà esquiver les projectiles. Il brandit alors avec fierté le bouquet destiné à la femme de ses rêves et s'exclama:

"AUCUN VENT NE NOUS ARRÊTERA !! POUUUUUURFENDEUUUUUUUR" Et il s'élança dans un grand: "AAAAAAAAAAAAAAAAAAH !!"

Sans trop regarder ce qu'il faisait il cibla le pirate le plus proche, se jeta sur lui, les deux hommes roulèrent au sol, se relevèrent à peu près au même moment mais avant de lui mettre un pain, Mike reconnu un collègue de l'équipage.

"Bon sang microbe, mais qu'est ce que tu fous espèce de couillon ! Tu peux pas faire gaffe sur qui tu tapes ? Bordel mais c'est pour ça qu'on veut plus que tu participe aux abordages ! ... Et qu'est ce que tu fous avec des fleurs d'abords ?"

"Désolé"
lança-t-il avec un sourire confus. "C'est pour ma petite amie."

"T'as une petite amie ? Toi ? Comment elle s'appelle ?"

"Euh, ... c'pas le moment de discuter, à couvert !"


Il se jetèrent tous les deux derrière une table juste à temps pour éviter Sparky Bouboulle qui chargeait comme un demeuré. Le pirate bien que court sur pattes était à lui seul aussi lourd qu'une pièce d'artillerie à Eralium et, lancé comme un doberquin après une balle, il était probablement tout aussi dangereux. le boulet de démolition les frôla et s'échoua mollement sur le comptoir qu'il traversa comme si c'était du papier.

 "Il nous faut un plan !"
déclara le cuistot en jetant furtivement un regard en dehors de son abris. Ses yeux parcoururent rapidement le réfectoire et tombèrent alors sur Toma aux prises avec un grand borgne à l'allure patibulaire.

"Mais c'est le mousse !" S'exclama-t-il. "Il faut l'aider !"

Ses inspiration chevaleresques qui le poussaient à aller au secours des plus faibles ne le rendaient malheureusement pas plus intelligent et il ne s'assura même pas que son camarade le suivait. Il enjamba un corps gémissant, grimpa sur une chaise en une foulée, se hissa sur les épaules d'un petit barbu, sauta, agrippa une poutre du bout des doigts pour se donner un dernier élan et atterri avec grâce dans une flaque de gnôle qui le fit glisser et le projeta sur Aeddan. Il repris se esprit l'espace d'une demi-seconde.

"He grosse brute !" Hurla-t-il à l'attention du borgne, ses fleurs toujours à la main. "Attaque toi plutôt à un adversaire de ta taille ! ... ou presque de ta taille !"

Un rapide coup d'œil en arrière confirma une crainte qui venait de se former dans son esprit: Oui, il était tout seul...
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: Quelles gloussantes réjouissances !   - Sam 25 Jan 2014 - 9:12

Passé la surprise de perdre l'équilibre et de n'avoir plus pour prises que des jambes, le Pâle observa la borgne se mettre à l'envers - ce qui s'accompagna d'une pluie très intéressante de projectiles plus inutiles les uns que les autres, si ce n'est le saucisson... Que la gamine enfourna dans sa bouche aussitôt - pour tenter de... Le décrocher. Son sourire réapparut, fin et étiré, malgré la perte de l'une de ses lames : il en avait encore assez pour lui crever le second œil. Ou lui couper ces petits doigts avec lesquels elle tenta de décrocher les siens.

Sauf qu'il fut à nouveau percuté. Par un autre pirate cette fois.

Lâchant prise de surprise, il s'effondra sur celui qui avait tant tenu à le décroché, avec un "fouuuu" d'air expulsé par l'impact. Commençant légèrement à s'énerver - d'autant que des détracteurs à lui arrivaient, vaille que vaille malgré la foule déchaînée -, il baissa un regard glacé sur le gêneur... Tout en affichant une mine qui se voulait joviale. Autant que celle d'un macchabée.
"Reviens me voir dans quelques années alors." cracha-t-il à l'imbécile, tout en le saisissant rudement par le col, pour se relever avec lui. "Trop aimable." Lui arrachant le bouquet de fleurs - pourquoi un bouquet dans une taverne ? Excellente question -, il le jeta tout bonnement sur les pirates qui arrivaient.
Et tandis que ces derniers réceptionnaient le gaillard, le Pâle se saisit de l'une des lames de la manche de son bras occupé, pour mieux la lancer sur le groupe. La petite siffla, érafla l'oreille du guignole aux fleurs avant de se planter dans l’œil d'un gros pirate. Celui-ci se mit à brailler. Le Pâle rit. Usa du bouquet pour frapper au visage un pirate proche, avant de fuir rejoindre les cuisines. En passant, il vit l'aubergiste planqué derrière le comptoir. Il lui abandonna les fleurs, avant de s'engager dans la partie "réservé au personnel".
avatar
Pirate

On m'appelle Toma la Teigne


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Le Pourfendeur des Vents
MON AGE : 13 ans
Féminin
MESSAGES : 46
AGE : 23
INSCRIT LE : 23/06/2013
PSEUDO HABITUEL : Sumire/Cocotte
Joyaux : 20
http://www.ile-joyaux.com/t1699-toma-la-teigne#41147
Posté dans Re: Quelles gloussantes réjouissances !   - Sam 1 Fév 2014 - 19:23

Okay. Elle avait pas tout compris ce qu'il s'était passé. Tout arrivait beaucoup trop vite dans cette fichue auberge. Le grand pâle flippant, un couteau qui fut pas loin de la planter, des catapultages intempestifs et elle se retrouvait les pieds dans le vide. Décidément on voulait vraiment pas la laisser en paix aujourd'hui. En plus il était trop lourd pour qu'elle puisse se débattre ! Elle n'allait pas tarder à lâcher prise, ses doigts se mettant à trembler et glisser. Mais c'est là que Sacha vint à sa rescousse, la libérant de l'abominable bougre. Autant vous dire qu'en remontant sur la poutre, elle la regarda avec de grands yeux admiratifs, comme si elle venait de la sauver d'un bunnyraptor affamé. Après avoir baragouiné un « merci » timide, elle déclara d'un ton plus sûr d'elle, bombant un peu le torse, parce que bon, c'est ce que font tous les garçons qui essaient de crâner un peu :

-Vaut mieux qu'on se bouge d'ici. Ils sont trop jaloux de notre place de luxe, à force de gros lards qui rappliquent, elle va péter et démolir tout le bâtiment. On va trouver une vraie planque d'espion, moins dangereuse et plus cool, tu vas voir. Suis moi !

Sans plus attendre,Toma attrapa Sacha par le poignet et l'emmena avec elle se cacher dans sous une table en bas. Voilà, jusqu'au prochain dérangement, elles pourraient rester spectatrices. Elle retint un éclat de rire en voyant un pirate sauter de sa chaise pour aplatir un autre pauvre bonhomme. Ça commençait à virer freestyle, un peu comme les combats de rues, dont elle profitait souvent de l'euphorie des parieurs pour faire quelques blagues ou voler quelques bourses. C'était toujours plus drôle de piéger les gens quand ils étaient complètement concentrés sur autre chose. Inspirée par ce souvenir, la fillette aperçu quelques jeunes muvers qui profitaient des miettes au sol et esquissa un petit sourire espiègle, avant de les ramasser en prenant soin qu'ils ne la mordent pas. Ils n'étaient pas bien grands, mais ils étaient gras, poilus et gesticulants. Berk ces bêtes étaient vraiment écœurantes, mais elle sentait que ça vaudrait le coup. Qu'est ce qui fallait pas faire pour faire rigoler une nouvelle amie.

-Bouge pas et regarde !  Tu vas être en première loge pour le feu d'artifesse du siècle.

Discrètement, elle se dirigea vers l'homme pâle, prenant soin de ne faire aucun bruit dans son dos, ce qui s'avérait compliqué en slalomant dans un tel bazar, et de surcroît tout en enjambant les premiers blessés. Elle tira doucement l’élastique de son pantalon et y lâcha deux des insectes, elle en garda un au cas où. Le tenancier allait bien se marrer quand le peu sympathique bonhomme allait danser comme une korrulienne entre les casseroles. Il avait tellement l'air terrorisé, le pauvre aubergiste, ça lui ferait un peu de bien. Laissons donc la porte graaande ouverte derrière le sale type, ce serait dommage de rater tout ça. Oh tiens, Mike était là bas ! Allez, il pouvait en profiter lui aussi, des muvers. Le cuistot ne tarda pas à être livré en compagnon de calfouette, et la rouquine se précipita vers sa planque, guettant tout autant la réaction de ses victimes que de la borgne.
Et puis bon, elle se vengeait un peu aussi. Non mais en plus, fallait dire ce qui était, il l'avait trop cherchée le flambeur là, il méritait que ça. Elle aimait pas sa tête en plus, mais ça vous l'aviez sûrement compris. Et Mike ? Bof c'était juste Mike, c'est toujours drôle de le malmener.
avatar
Pirate

On m'appelle Sacha


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Vanylle - L'Hélios
MON AGE : Environ 20 ans
Féminin
MESSAGES : 47
AGE : 25
INSCRIT LE : 24/08/2013
PSEUDO HABITUEL : Kathy
Joyaux : 121
http://www.ile-joyaux.com/t1974-a-l-aventure-compagnons-jdb-de-sacha http://www.ile-joyaux.com/t1840-sacha
Posté dans Re: Quelles gloussantes réjouissances !   - Lun 3 Fév 2014 - 4:52

Cette poutre s'était vite vue fort encombrée. Le bouquet de fleurs balancé dans la tronche de la grande brute pâle avait été une bonne diversion, et le p'tit rouquin était libre. Sacha s'était redressée vite fait, avant d'être entraînée vers un autre endroit par son compagnon du moment. Elle s'en fichait un peu, à vrai dire ; courir dans tous les sens, c'était cool.

Elle observa avec grand intérêt Toma accomplir son coup, tout en passant discrètement une main vers le dessus de la table qui leur servait de refuge. Personne ne prêterait attention à ses petits doigts qui cherchaient un quelconque truc abandonné sur la table. Elle finit par choper une bouteille de soçure dont, malgré sa position couchée, le fond était toujours bien garni.

Toma revint près d'elle, et Sacha fronça les sourcils un instant.

« Les muvers vont pas les manger hein ? »

Elle n'en avait pas spécialement peur, mais tout de même, ces trucs-là, ça mange n'importe quoi. Et puis elle haussa les épaules.

« Ils l'ont mérité. L'grand il a sorti un couteau, et l'autre y pue les fleurs. »

Ouais, il pue les fleurs. Rien à voir avec le fumet délicat d'une gloussante rôtie, ou l'incroyable parfum de la soçure bien fermentée... Sacha avait le nez un peu déréglé. En parlant de soçure, elle leva sa bouteille à la vue de Toma, en but une gorgée puis lui fila le flacon.

« Santé ! »

Elle avait beau prétendre le contraire, on ne la laissait pas souvent boire. Elle ne captait pas trop pourquoi, mais bon. Une histoire de maladresse. Comme si elle, la grande aventurière, était maladroite. Pfeuh.

C'est ainsi que ce fut l'heure de l'apéro sous une table, en attendant que les muvers fassent leur oeuvre... Cela ne devrait pas tarder, la danse allait bientôt commencer. Du moins, si les colonnes branlantes du bâtiment ne cédaient pas avant ; un gugus pas très malin avait entrepris d'en tabasser un autre, qu'il maintenait par le col contre le montant principal. A chaque coup de poing, tout tremblait.

Vanylle, ville réputée pour la solidité de ses constructions.
avatar
Pirate

On m'appelle Mike Rhobb


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Pourfendeur des Vents / Vanylle
MON AGE : 17
Masculin
MESSAGES : 32
AGE : 27
INSCRIT LE : 21/06/2013
PSEUDO HABITUEL : le grand, le magnifiques, l'incroyable et absolument fantastique Moda
Joyaux : 25
http://www.ile-joyaux.com/t1695-mike-rhobb#41095
Posté dans Re: Quelles gloussantes réjouissances !   - Sam 1 Mar 2014 - 8:06

Le cuistot fit un petit vol plané. Il craignit un instant de ne pouvoir se réceptionner avec assez d'équilibre mais finalement sa trajectoire fut stoppée par une bedaine bien ronde qui amortit sa course comme un coussin et le fit rebondir en avant, juste ce qu'il faut pour se remettre d'aplomb sans encombre. Il voulu remercier ce généreux pirate matelassé mais quand il se retourna pour lui exprimer sa gratitude la lame d'Aeddan vint faire sa macabre besogne. L'entaille qu'elle lui laissa dans l'oreille n'était rien face à la vision de cet allier inconnu soudainement mortellement mutilé.

"Je te vengerais monsieur trampoline !"
Lança-t-il alors que ses camarades relevaient péniblement leur ami.

Le grand Borgne. Toute l'attention de Mike était à présent focalisée sur cet homme sans scrupule qui se prétendait pirate. Ou plutôt sur l'endroit où il se trouvait à peine une minute plus tôt. Mais où était-il passé? Avait-il fuit? Etait-il lâche à ce point? A y réfléchir un peu plus, cela semblait une théorie tout à fait viable, l'homme s'était bien attaqué à Toma, un simple enfant et il avait lancé une dague sur un trampoline désarmé. Des actes biens bas. Ce salaud pouvait cependant être tout prêt, avec tout ce grabuge il serait bien être difficile à repérer.

"Ca ne se passera pas comme ça !" Formula-t-il alors que quelque chose lui démangeait l'arrière train.

Mike revint sur les lieux de leur premier accrochage. Déjà une piste se dessinait, à quelques pas un homme au visage ensanglanté... et avec quelques pétales éparpillés sur la tronche. A n'en pas douter le borgne s'était servit du bouquet d'une façon peu recommandable. Un peu plus loin les fleurs gisaient au pied de l'aubergiste abrité derrière le comptoir. Il le rejoint en deux enjambée, s'empara des fleurs déjà mal en point et le tendit sous le nez du tenancier.

"Ou est passé l'homme qui avait ces fleurs ? C'est un grand blond avec un oeil en moins, où est-il ?"

L'homme lui désigna fébrilement les cuisines. Alors c'était ainsi, le borgne cherchait à s'enfuir par la porte de derrière. Il n'y avait décidément plus assez de mots pour décrire la lâcheté de ce lascar.  Mike s'élança puis s'arrêta net. Ses fleurs ne survivraient pas à une nouvelle confrontation avec cet homme. Que faire? Son regard parcouru rapidement la pièce. Toma ! Il venait de repérer le mousse planqué sous une table en compagnie de ce qui semblait, à cette distance, être une charmante demoiselle. Ainsi le mousse avait lui aussi trouvé une âme fragile à protéger au péril de sa vie? Était-ce la raison pour laquelle il avait eu un accrochage avec l'autre pleutre? Toma, ce petit mousse, si jeune et déjà si preux ! Il aurait surement besoin de conseil en matière de séduction... mais pas tout de suite.

"Toma !" Siffla-t-il en se glissant à la hauteur du garçon.

"Belle prise l'ami, tu devrais l'emmener en dehors de ce taudis, elle mérite mieux que ça. Tient," dit-il en lui tendant les fleurs. "Tu en aura surement plus besoin que moi! Je compte sur toi champion !" Finit-il avec un clin d'oeil lourd de sous-entendus.

"Mad'moiselle" adressa-t-il à sacha en signe de salutation.

Mais il n'y avait plus de temps à perdre, son adversaire était peut-être encore dans l'auberge et il fallait lui faire payer ses méfaits. La démangeaison au niveau de son postérieur s'était accentué. Probablement la manifestation de son esprit de combattant qui le poussait au devant de nouveaux combats. Probablement. Il s'avança à son tour dans les cuisines.
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: Quelles gloussantes réjouissances !   - Sam 15 Mar 2014 - 17:36

"Monsieur..." Fut galamment soufflé dans la nuque du crétin, alors qu'un Pâle légèrement agacé surgissait dans son dos, un sourire carnassier aux lèvres.
Sans autre mot, il saisit la tête du gaillard et l'écrase contre le plancher, pour mieux se jeter sous la table et attraper le rouquin. Ses doigts sont crochus, avides, attrapent la chemise sans vergogne et le tire, sans égard pour la fille. Se redressant rapidement, le pirate piétine le crétin, soulevant presque le poids plume qu'est le gosse alors qu'il l’entraîne dans la masse, distribuant coup de pieds, de coudes... Même une lame se met à jouer dans sa main libre... Avant qu'il ne se tourne, approchant son visage du petit, dont il tient l'encolure à l'étrangler. Son sourire est grand, son sourire est plein de dents, et son oeil unique le transperce comme le ferait une aiguille.
"Si on t'as fait le coup des muvers, a moi ausssi j'y ai eu droit au début. Y a des techniques. Pas bien gracieuses,  mais efficaces." susurre-t-il, alors qu'il approche son poignard de l'un des délicats globes oculaires de l'enfant.
Et c'est bien vrai. Ven's y avait eu droit, ça amusait les grands pirates que de rire du p'tit qui gigotait. Alors le petit se jetait par terre, écrasant les bestioles à l'intérieur même de ses vêtements. Pas bien agréable, et le Pâle se sentait quelque peu agacé aujourd'hui d'avoir du faire pareil. Il avait bien du sentir des petites dents tenter de se planter, avant que la vermine ne meurt. L'agitation, les conneries... Il avait des choses plus intéressantes à faire. Déguster une gloussante en paix, si difficile ? Il avait rien de particulier contre les gamins d'ordinaire... Un mouvement vif, un éclat d'acier et hop, l'oeil cède, éclate, écarlate... !

Non.

Brusquement il se ravise. Son couteau se redresse... Et coupe. Juste là, l'arcade sourcilière fort délicate. Et pourtant, le sang coule déjà, liquide, chaud, cavalant vers l'oeil intact.
"Qu'une coupure. Ça saigne toujours beaucoup, là." Dit-il négligemment, presque riant alors qu'il se tourne encore.
Mais pourquoi pas un peu d'alcool pour désinfecter... ? Le sourire s'étale encore, et résolument, le Pâle va en cuisine, avec un acolyte bien récalcitrant...

Tonneau. Ouvrir. Mettre le gamin dedans. Le frapper pour le sonner un peu. Re-fermer. Renverser. Et...

Faire rouler.

C'est ainsi que surgit un certain pirate, poussant du pied un tonneau empli d'alcool et d'un matelot. "Chaud devant !" S'exclame dans un éclat de rire le pirate fou, totalement insensible à l’état dans lequel doit se trouver sa victime. Et que le tonneau roule, et que les autres clients de l'auberge se poussent pour éviter de se le prendre sur les pieds, et que les retardataires s'affaissent dessus en braillant, jusqu'à le faire éclater.

Et le Pâle rit, rit de ce petit tour, resté à l'entrée de la cuisine, tout sourire... Un regard se tourne vers lui. Une lame vole. Un hurlement. Pas si mauvaise, comme situation, finalement.
avatar
Pirate

On m'appelle Toma la Teigne


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Le Pourfendeur des Vents
MON AGE : 13 ans
Féminin
MESSAGES : 46
AGE : 23
INSCRIT LE : 23/06/2013
PSEUDO HABITUEL : Sumire/Cocotte
Joyaux : 20
http://www.ile-joyaux.com/t1699-toma-la-teigne#41147
Posté dans Re: Quelles gloussantes réjouissances !   - Sam 15 Mar 2014 - 18:51

Sans trop comprendre pourquoi, Mike lui refila des fleurs qui sentaient la pisse, visiblement fier d'elle. Pourquoi ? Elle en captait que goutte. Il avait p't'être remarqué qu'elle avait fait toute la vaisselle sur le vaisseau ce matin. Le mousse haussa les épaules. Mais alors qu'elle buvait joyeusement avec sa camarade, le borgne bizarre eut vite fait de la retrouver, l'attrapant par la chemise en manquant de la déchirer. Bizarrement, sa première pensée ne fut pas de s'inquiéter pour sa vie, mais son identité. Qu'elle se rassure, Aeddan ne vit pas les grossiers bandages autour de sa poitrine. Par contre, en ce qui concernait sa santé, elle avait nettement plus de peine à avoir, ne tardant pas à être rouée de coups. Gigotant et se débattant, elle était sur le point de se dégager quand il finit part l'étrangler et menacer directement son globe oculaire d'un petit couteau.
Effroi. Glacée, tétanisée, elle ne voit plus que la lame brillante, à quelques centimètres de sa pupille. Avec un peu de détachement, elle aurait plaisanté en demandant si c'était pour monter un club avec Sacha, mais aucun mot, aucune boutade ne pouvait s'échapper de ses lèvres. Elle ferma les paupières, en serrant les poings, la crispation réveillant toutes les douleurs qui étaient encore endormies. Ce ne fut pourtant pas l'horreur d'un œil crevé qu'elle senti, mais le fil tranchant sur son arcade sourcilière, annonçant une larme rouge coulant sur sa joue. Soulagement et amertume se mêlèrent.

Mais le sourire diabolique du pirate lui fit comprendre que son calvaire ne faisait que commencer. Envolé Toma le dur, la futur terreur, le petit gaillard. Retour à la fillette de taverne, frêle et naïve. Ses réflexes étaient morts, elle était molle comme une poupée de chiffon, handicapée par une panique qui ne lui laissait que son cerveau reptilien. Elle ne pouvait qu'attendre la fin du martyr.
La gamine eut à peine le temps de comprendre qu'on la frappait à la tête qu'elle se retrouva plongée dans un tonneau d'eau de vie, hurlant malgré elle dans le liquide sous la douleur infligée à ses yeux et sa plaie. Ce ne fut pas tout, car elle se mit à rouler, la désorientant et lui faisant avaler des quantités monstres d'alcool. Alors l'air vint à manquer, elle porta ses mains à sa gorge qui se serrait, en se tortillant. C'était pas une mort pour elle ! C'était un cercueil pour un ivrogne ! La gosse tint bon, bien que les secondes étaient aussi longues que des siècles. Elle vit enfin sa délivrance arriver quand le tonneau craqua pour se vider lentement, puis étant ouvert par un visage familier.

Elle émergea d'un coup, les yeux exorbités et rougit. Cet élan d'énergie se volatilisa pour laisser place à un tournis inévitable et de grosse larmes qui n'étaient plus de son âge commençant à faire leur apparition, tandis qu'elle sortait du tonneau par des mouvement patauds. Reniflant, elle ouvrit ses bras pour les refermer autour de la taille du cuistot, essayant d'articuler un merci entre deux hoquets. Ils se faisaient peut-être des crasses, sur le Pourfendeur, mais Mike, bien que pas très malin, c'était un type bien, le premier à aider ceux qui en avaient besoin. Elle ouvrit la bouche pour lui dire toutes les gentilles choses qui lui passaient par la tête, mais au lieu d'aider à sortir des compliments, ce fut un flot de dégueulis que l'alcool fit déverser sur le malheureux. Le mousse grimaça et s'éloigna pour finir de vider son estomac dans le premier seau venu. Qui était en fait une botte abandonnée, mais on allait pas chipoter sur les détails. Elle s'essuya la bouche, s'appuya, pour ne pas dire s'affala, sur le comptoir pour retrouver ses esprits, priant Ruyn et Vama pour que le Pâle soit occupé à malmener quelqu'un d'autre. Toma inspira, souffla, laissa son corps reprendre un peu de ses forces, crispant doucement ses mains sur le bois en sentant une colère venimeuse s'insinuer en elle. Et comme si sa mésaventure ne lui avait pas servi de leçon, elle s'était saisi d'une bouteille encore pleine d'un alcool brun, s'avança derrière le monstre d'un pas félin, quoiqu'un peu titubant et d'un coup brutal brisa le verre sur l'arrière du crâne du Pâle. Sans plus attendre et dans un dernier accès de folie, elle courut vers Sacha, s'empara de son poignet aussi délicat qu'une aile d'oiseau, et sortit sans plus tarder de la taverne. Fini les conneries pour aujourd'hui.


Spoiler:
 
avatar
Pirate

On m'appelle Sacha


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Vanylle - L'Hélios
MON AGE : Environ 20 ans
Féminin
MESSAGES : 47
AGE : 25
INSCRIT LE : 24/08/2013
PSEUDO HABITUEL : Kathy
Joyaux : 121
http://www.ile-joyaux.com/t1974-a-l-aventure-compagnons-jdb-de-sacha http://www.ile-joyaux.com/t1840-sacha
Posté dans Re: Quelles gloussantes réjouissances !   - Dim 16 Mar 2014 - 15:11

Belle prise ? Sacha regarda la bouteille qu'elle avait chipée d'un air dubitatif. C'était juste une bouteille, pas besoin de lui faire parcourir le monde. Il était vraiment étrange, le gus avec les fleurs. Elle allait l'appeler Gus, ça lui allait bien. Elle venait à peine de décider qu'il s'appellerait Gus qu'il était parti. Elle haussa les épaules. Tant pis.

Par contre, Face-de-Farine, il était revenu, et en force. Il avait choppé le garçon à côté d'elle sous la table, pour lui plaquer un couteau contre l'oeil. Sacha compatissait vraiment, mais dans le fond, elle se disait que c'était beaucoup plus classe que de se prendre un piaf dans la tronche ; si elle avait pu choisir, elle aurait fait comme ça aussi. Elle aurait bien essayé de le tirer de là, son nouveau copain, mais si elle lui tirait sur les chevilles elle allait carrément lui empaler la tête sur le couteau. C'était un peu plus grave que juste l'oeil, sauf si elle était mal renseignée et qu'il y avait rien dans la tête d'important. Mais bon, dans le doute, hein.

Elle entendait le toit et les poutres grincer et craquer joyeusement. Il ne fallait pas trop tarder à sortir de là... Sacha s'extirpa de sous la table, prudemment, sans quitter Fesse-de-Matroscien des yeux. Alors qu'il mettait le garçon dans un tonneau. Changement de direction ; s'il s'éloignait comme ça en roulant, elle pourrait le tirer de là, peut-être.

Malheureusement, elle était un peu loin, avec la marée de gens bourrés que le tonneau renversait, alors Gus arriva avant elle. Elle le considéra un instant, de loin... Il était sympa, en fait, parce que c'était la seule autre personne qui avait bougé pour aider le rouquin. Sacha n'oublierait pas ; c'était toujours cool de savoir qui était gentil, à Vanylle. Pour ne pas se retrouver dans un tonneau, par exemple.

Les grincements s'accentuaient, et à présent que l'adolescent avait l'air sauf – quoiqu'un peu suicidaire, en fait, mais Sacha aurait fait pareil – la jeune fille s'appliqua à remplir ses poches de divers trucs abandonnés sur la table la plus proche. C'était toujours utile, après tout, et puis les gens qui avaient laissé des objets là étaient sûrement pleins comme des outres. Ou comme des tonneaux. Sauf peut-être le grand papouff qui la regardait avec un air bête (comme un papouff) et méchant (pas comme un papouff). Sacha lui adressa son sourire le plus innocent, en reculant d'un tout petit pas en arrière. Sprint dans 3...

Et hop, on lui choppa le bras avant la fin du compte à rebours. Bon bah, direction la porte. Sacha adressa un salut militaire et un grand sourire au gars à qui elle avait piqué elle ne savait même pas quoi, et se mit à courir avec Toma. Et elle claqua la porte derrière eux. Un peu trop joyeusement.

Dans un dernier gémissement particulièrement plaintif, la poutre principale céda, et la taverne toute entière s'effondra sous les yeux ébahis des petits pirates.

« Oops. »

Bah. Tant pis. Autant se tirer loin, au cas où Truc-Blanc serait encore en vie. Et on continue le sprint.
avatar
Pirate

On m'appelle Mike Rhobb


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Pourfendeur des Vents / Vanylle
MON AGE : 17
Masculin
MESSAGES : 32
AGE : 27
INSCRIT LE : 21/06/2013
PSEUDO HABITUEL : le grand, le magnifiques, l'incroyable et absolument fantastique Moda
Joyaux : 25
http://www.ile-joyaux.com/t1695-mike-rhobb#41095
Posté dans Re: Quelles gloussantes réjouissances !   - Mer 19 Mar 2014 - 15:21

Quand il passa la porte des cuisines il eu la très perturbante sensation d'avoir traversé une faille dimensionnelle et d'être arrivé dans un univers où le sol était vertical et sautait à la figure des gens. Se prendre les épaisses planches de parquet dans le nez l'aida un peu à remettre les choses à leur place. Les failles dimensionnelles faisaient des rayons roses et vert qui s'échappaient en spirale et elle faisaient des "wouwouwou", pas des "monsieur", il le savait bien pourtant. C'était encore un coup de ce borgne fourbe.

"Tsss, ce crétin a cru qu'il m'avait fait mal avec son coup dans le dos, il a même pas pris la peine de vérifier si j'étais K.O. l'imbécile."

C'était pourtant évidant, dans le cas contraire il serait pas reparti comme un voleur.

"Ou peut-être qu'il a peur de moi..."

Oui c'était une explication assez probable, après tout Mike était un membre du pourfendeur, pas mal de gens faisaient dans leur froc rien qu'en entendant ce nom et la grande perche faisait surement partie de ces gens.
Mike se releva, essuyant le sang qui coulait de son nez, le dos légèrement meurtri, rien de bien méchant, et fit immédiatement demi-tour pour retrouver la trace du borgne. Dans la salle principale les choses avaient visiblement pris des dimensions incontrôlables. Aeddan avait remis la main sur Toma, et le menaçait avec une dague.

"T'as fais une grosse erreur mec !"

Un projectile, vite, là, une table... une grosse table.

"Bordel Mike, qu'est ce que tu fous encore ?" Lui demanda le camarade qu'il avait croisé un peu plus tôt.

"Je... dois... balancer... lourd... aide moi !"

"Hein ?"

"Aide moi à balancer ça sur l'autre borgne, c'est lourd !"


Le pirate soupira puis s'attela à aider Mike. La table était imposante, large et épaisse, deux hommes n'étaient pas de trop pour la soulever.

"Attends on doit balancer ça sur qui?"

"Le bor... il est où?"
"Ah, lâche pas ! Mon pied putain !"
"Ah le voilà, c'est le grand moche qui traine un tonneau !"


La table, renversée, décolla du sol et, emportée par les deux hommes, traversa l'auberge au pas de course, percuta un homme, puis un autre, avant d'atteindre finalement sa cible qui s'était emporté dans un rire démentiel. Il rigolait beaucoup moins écrasé par une table. Pas de trace de Toma, mais le borgne, aussi fou, lâche et sournois qu'il était, avait eu la bonne idée d'apporter de la boisson. Mike ne comprenait juste pas pourquoi il la faisait rouler au sol cependant. 'fin, ce n'était pas très important, il avait un butin à réclamer. Prenant une posture héroïque, il stoppa l'imposant fût, puis voulu le redresser mais le couvercle céda, un flot de liquide alcoolisé se déversa alors sur lui et un petit roux à la démarche titubante en sortit.

"Toma ?"

 Il voulu lui demander pourquoi il était entré dans ce tonneau, c'était pas vraiment une bonne cachette, il aurait mieux fait d'essayer de se planquer dans un placard, encore que... Mais ses interrogations s'évanouirent quand le garçon le saisit à la taille. Il était plus que sonné, Mike ne l'avait jamais vu dans un tel état, d'un coup il lui en voulait beaucoup moins pour toutes les fois où il avait piqué dans le garde mangé du vaisseau.

"La, la, tout va bien ne t'inquiète paaaaaaAAAAAH mais c'est dégueulasse !!"

Il resta quelques secondes estomaqué. On venait de lui vomir dessus ! Il n'avait pas de mots pour exprimer la surprise, le dégout, l'agacement, et en même temps cette compassion pour le petit mousse dont il ne pouvait se défaire. Puis il repensa à sa première cuite et se dit que quelque part vomir sur quelqu'un c'était un peu une marque d'affection dans un certain sens...

"Mais c'est quand même vraiment dégueu... j'peux pas me pointer chez ma copine comme ça..."

Il inspecta rapidement le torchon trempé de vin qui lui servait de chemise puis, sans hésiter plus longtemps le déchira et jeta les lambeaux au sol, exhibant sans complexe une musculature finement découpée. Il était particulière fier de ses abdos qu'il travaillait depuis plusieurs mois. Il s'approcha d'Aeddan, exagérant le balancement de ses épaules pour bien mettre en avant les volumes de son torse, un sourire satisfait se dessinant sur ses lèvres. Puis un craquement, des poutres qui tombent du plafond. Une pluie de tuiles et de rondins de bois, puis un choque, les ténèbres.

"Sandra"  Sandra c'était le nom de cette fille, il s'en souvenait maintenant.
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: Quelles gloussantes réjouissances !   - Jeu 20 Mar 2014 - 12:30

Projectile bien plus surprenant que ses dagues : une table. Qui vient brusquement à sa rencontre alors qu'il a reporté son attention sur ses adversaires immédiats. Quoi de mieux qu'un lourd meuble pour réaliser la légèreté d'un corps humain. Son manque de résistance. D'ancrage au sol. Dans un vacarme de catastrophe naturelle, la table défonce le comptoir, manque l'écraser, et a sa course arrêtée par un mur. Pour la plus grande choix de la cage thoracique survivante du Pâle. Celui-ci reste sonné un bon moment, le souffle coupé... Avant de commencé à rire encore, ravi d'être vivant, se tortillant bientôt pour se dégager de sous le meuble.

Ses voisins ont eux aussi été emporté par la charge de la masse, et s'en relève à peine - ou ont des priorités ailleurs -. Aussi le corps encore douloureux du pirate se déplie, comme isolé de la pagaille ambiante... Avant qu'un énième coup ne lui soit asséné. Violent. Lourd. Un bruit d'éclat lointain lui fait noter : Verre. Sans doute une bouteille. Avant que son cerveau ne tombe dans un puits sans fond... Se cognant à loisir contre ses parois dans l'affaire. Jusqu'à ce qu'il ne sente ni ne voit plus rien.

Même pas le bruit de l'auberge s'effondrant sur lui.

♦ ♦ ♦

Le réveil est douloureux. Très. Le Pâle sent son corps endolori protester. Il ne voit même pas où il est... Ses poumons prennent violemment la parole dans une toux lui arrachant la gorge. Il réalise alors que l'air est saturé de poussière. Portant la main à sa tête, il y sent... Du sang sec. Et une bosse. Cette constatation s'accompagne d'une grimace, dans le noir. Il se redresse...

Cogne.
Jure. Fort. Plusieurs fois.

Qu'est-ce que... ? Hésitant, il tâtonne. Du... Bois ? Le plafond est très bas. Et en pente. Écarquillant les yeux, il tente de pousser... Sans résultats. Il retente quelques centimètres plus loin... Là ! La masse finit par céder... Et une faible lumière fait son apparition, révélant l'heure encore tardive. Au cours de la nuit. Finissant de se dégager de sous la table - qui l'avait protégé, au final... ? -, le survivant se recroqueville dans le maigre espace, poursuivant ses efforts, avide de lumière, de place...

Jusqu'à émerger. Prenant une grande inspiration d'un air - toujours aussi vicié par la proximité humaine et des ordures de toutes sortes - frais, le Pâle s'extrait des décombres, indemne (à un coup de bouteille près). Laissant son unique oeil vagabonder sur la carcasse aux entrailles exposées de l'auberge, le pirate demeure muet. Dans le silence suivant la ruine d'un honnête établissement. Surpris peut-être... Avant qu'un sourire ne s'étire.

Dans la nuit de Vanylle, un pirate rit. Toujours vivant.

HRP:
 

On m'appelle Contenu sponsorisé

Posté dans Re: Quelles gloussantes réjouissances !   -

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum