AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
» Communication externe
par Loth de la Vision Mar 21 Juin 2016 - 15:06

» Réversa [ TOP ]
par Invité Ven 27 Mai 2016 - 8:21

» Le monde de Dùralas
par Invité Jeu 26 Mai 2016 - 7:00

» Anthalia
par Invité Dim 22 Mai 2016 - 15:17

» Marbrume, La Cité des Damnés
par Invité Lun 16 Mai 2016 - 15:07

» Questionnaire pour soutenir infinite RPG !
par Invité Sam 14 Mai 2016 - 17:33

» Escalus
par Invité Jeu 12 Mai 2016 - 9:02

» Mass Effect : Reborn
par Invité Mar 10 Mai 2016 - 15:00

» Forum en pause
par Asàf Lysereän Mar 10 Mai 2016 - 13:47


avatar

On m'appelle Janalya Hermontrick


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Vanylle
MON AGE : 23 ans
Féminin
MESSAGES : 339
AGE : 45
INSCRIT LE : 02/05/2012
PSEUDO HABITUEL : /
Joyaux : 5
http://www.ile-joyaux.com/t703-janalya-hermontrick#16309
Posté dans Avanies à Vanylle    - Jeu 28 Nov 2013 - 10:28


Avanies à Vanylle

On dit qu'en voyage, plus on s'approche de la destination, plus le temps s'écoule lentement. Ces derniers jours, même s'ils sont ponctués de nuits délicieusement passionnées, sont comme les grains de sable prisonniers de la gravité dans leur sablier de verre. Un à un, ils s'éteignent lentement, les rapprochant sans cesse de Vanylle. Mais l'impatiente Jana a la détestable impression qu'ils n'y arriveront jamais ! Enfin, la veille, se sont découpés dans un ciel cendreux, les sommets des falaises qu'ils vont devoir franchir pour enfin atteindre leur but.

En ce nouveau jour, les cieux ont décidé de se montrer cléments, un pâle soleil transperce la grisaille floconneuse des nuages, et projette ses timides rayons sur les hauts remparts naturels qui protègent la ville des pirates. Ils grandissent sous les yeux de Tibor et Jana, au fur et à mesure de leur avancée. Imposants. Infranchissables.
De gros arbustes épineux, des broussailles chaussent l'assise du mur rocheux, tels d'hostiles sentinelles. La pirate a soudain une grosse bouffée d'angoisse. Et si elle ne retrouvait pas l'entrée du passage ? Et s'ils se perdaient avant d'en sortir ? Puis elle se morigène, se traite de sombre idiote, secoue la tête pour chasser ces idées stupides, et scrute l'escarpement, une lueur déterminée dans le regard.
- Nous voici au pied du mur, trésor ! Voyons voir par où nous allons pouvoir nous glisser avec nos deux gros pépères. Sautant au bas de leur carriole, la brunette se masse les jambes engourdies par la longue position assise. Elle fait le tour des deux triqueballes, caresse leurs mufles humides et rejoint Tibor :
- Par la barbe d'Isaac, nous allons devoir fouiller toute cette végétation. L'entrée se trouve quelque part derrière, mais je suis bien incapable de te dire où exactement ! On longe chacun de notre côté, le premier qui découvre quelque chose appelle l'autre ? Qu'en penses-tu ? Je ne vois pas d'autre solution ... Des gants, il nous faut des gants, c'est que ça pique, cette vacherie !

Après un baiser brûlant à mettre le feu à ces fichues broussailles, les deux amants se séparent et suivent chacun la paroi, à la recherche d'une faille assez large pour leur attelage. Après s'être battue plusieurs fois avec des branches rebelles, Jana ramasse un long bâton qui lui permet de sonder, sans trop de mal, les buissons trop agressifs.
Commence alors une fastidieuse exploration. Les falaises sont griffées de petites fissures, cicatrices des pluies et des vents violents qui agitent cette région de Matroos. Le plateau est lui aussi raviné, tailladé de déchirures, de canyons qui forment là-derrière, un vrai labyrinthe. Il faut être pirate pour s'y orienter, et parvenir à Vanylle, sinon c'est la mort assurée dans ce dédale de pierre.

Découragée par l'ampleur de la tâche, elle jette un regard vers Tibor qui lui aussi s'éloigne en battant les broussailles. Soudain sa perche s'enfonce largement dans un arbuste qui engloutit son bras et manque de peu de l'avaler aussi. Récupérant de justesse son équilibre, elle écarte avec précaution les branches, et se glisse derrière la barrière végétale. C'est là ! Elle a trouvé ! Il ne lui reste qu'une chose à vérifier avant de crier victoire. Sortant son briquet, elle éclaire la grotte qui lui semble moins vaste que dans ses souvenirs, mais bien assez pour y faire passer les canons. Elle s'avance vers le halo lactescent qui  s'étoile sur le fond de la cavité, et découvre l'impressionnant couloir tantôt à ciel ouvert, tantôt couvert d'une dentelle de roches ocres.

Rassurée, Jana revient sur ses pas et tâte la paroi sur sa gauche. Elle ausculte scrupuleusement la roche, retire la mousse, et déniche enfin la preuve qu'elle est sur la bonne voie : une marque à peine visible, juste assez pour celui qui la cherche, trois entailles. Trois petites entailles qui leur ouvrent les portes de Vanylle. Vite elle replace la mousse, et s'extrait en pestant, du buisson qui, opiniatre, s'accroche à sa veste, comme s'il refusait de la laisser sortir :
- Sacrebleu ! Saleté ! Nom d'un médor ! crie-t-elle en se secouant vivement pour se débarrasser des branchages importuns.
- Tibor, Tibor, viens vite par ici, viens, je crois que j'ai trouvé ! J'ai trouvé ! hurle-t-elle victorieusement en courant vers la carriole.

Essoufflée, elle se jette dans les bras de son aristo-pirate, tout en continuant de crier:
- J'ai trouvé ! ... J'ai trouvé le passage ! .... On sera bientôt chez moi !


Angélyne Montaigu, Hors la loi / Calyth Montivelle, Pilote / Ylaria Desnolancès, Cultivatrice
Avatar de Thélador, merci Wink
avatar

On m'appelle Tibor Keiron


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Sant Poseinos
MON AGE : 27 ans
Masculin
MESSAGES : 240
AGE : 46
INSCRIT LE : 02/05/2012
PSEUDO HABITUEL : Promor, Yannick, Janos et Raffaella
Joyaux : 3
Posté dans Re: Avanies à Vanylle    - Mar 3 Déc 2013 - 8:52


Par Vama, ce qu'il est long et pénible de fouiller ainsi parmi les rochers et les taillis qui en épousent les contours, lorsqu'on ignore l'apparence exacte de ce que l'on recherche. Voilà précisément ce que ressent Tibor en s'acharnant en vain à tripoter la falaise. Certes, Jana lui a décrit de son mieux l'aspect que présente la brèche donnant accès au passage menant à Vanylle, mais les mots de la jeune maître-armurier ne lui ont pas permis de s'en faire une idée précise. Il faut bien avouer que le gentilhomme vit en ce moment une aventure hors du commun, et qu'il se sent désorienté, voire même totalement impuissant, face à cet univers rude et inhospitalier dont il ignorait jusque là l'existence.

On ne s'improvise pas bourlingueur ainsi, au débotté, lorsqu'on est habitué à mener une vie confortable et sédentaire dans un luxueux domaine. Et même ses activités nocturnes et illicites lui paraissent bien ternes et anodines en comparaison de la présente expédition. L'aristo-pirate apprend tout cela à ses dépens, et le découragement, ainsi que la hantise d'un échec qui les contraindrait à errer indéfiniment à l'ombre de ces falaises de granit, s'insinuent inexorablement en lui.

Jusqu'à ce cri, cette explosion de triomphe et de joie jaillissant et rejaillissant encore de la gorge de sa pirate ! Elle a trouvé l'entrée ! C'est magnifique ! Voilà enfin la délivrance ! Et Jana, essoufflée mais ivre de bonheur, surgit d'une encoignure entre deux rochers et se jette au creux des bras que son amant ouvre pour elle. Et Tibor rit de la voir aussi radieuse, aussi heureuse, et il la fait tournoyer dans les airs, encore et encore, à lui en faire perdre la raison, ne la reposant dans l'herbe qu'après mille tourbillons vertigineux et mille baisers joyeux dans le cou et sur les lèvres. C'est formidable, ma chérie ! J'ai vraiment hâte d'être chez toi avec ces fichus canons ! Je pense que notre étrange convoi va en étonner plus d'un ! Allez, viens vite me montrer cette ouverture, ma belle flibustière ! Mais dis-moi, es-tu certaine que notre carriole et nos deux bestiaux vont pouvoir emprunter le passage ? ... lui lance t-il en l'entraînant vers la faille, soudain très inquiet quant aux dimensions du boyau.

La délicieuse pirate et son gentilhomme échevelé pénètrent donc dans l'orifice que la belle a dépouillé du rideau de broussailles qui l'obstruait. Le constat est rassurant. Effectivement, le goulot semble suffisamment large pour permettre au singulier attelage de le traverser sans trop de difficultés. C'est une excellente nouvelle, et il y en a d'autres. Le ciel nimbé de la lumière du soleil se manifeste au-dessus de leurs têtes, car la voûte rocheuse se rétracte épisodiquement, et il les éclaire en suffisance. En outre, le sol rocailleux n'est guère accidenté, et les roues de la carriole, tirée par les puissants triqueballes, devraient franchir aisément tous les obstacles qui se présenteront. Du moins si Vama est leur allié.

- Ne perdons pas de temps, ma chérie. J'en ai ras-le-bol de ce voyage, et je suis persuadé que tu ne demandes qu'à retrouver ton atelier et tes occupations habituelles. Moi je rêve plutôt d'un bon bain chaud et ensuite d'une bonne nuit sur un matelas confortable. Depuis ce matin, à force de dormir par terre, j'ai le dos qui craque comme un vieux plancher tout sec et tout tordu, et il aurait bien besoin d'un sérieux rafistolage par tes petites mains de vilaine pirate. Tu n'ignores pas, ma princesse, que je suis un aristocrate raffiné et fragile, et que j'ai l'habitude qu'on s'occupe de moi. Qu'on me chouchoute. Et puis ce sera ta quote-part pour l'utilisation de mes deux colosses !   ... affirme t-il en souriant éloquemment, retrouvant un moral flambant neuf rien qu'à ces charmantes perspectives.

La suite ne prend que quelques minutes. Les amants réintègrent d'un bond l'avant de la carriole, et engagent le convoi dans la brèche. Triqueballes et canons s'y faufilent lentement, sans la moindre difficulté. Zou ! L'entrée à peine franchie, l'impétueux duo se hâte alors de masquer à nouveau l'accès de la grotte en y accumulant branchages et rochers, jugeant cette précaution nécessaire même si la prairie est abandonnée par toute âme qui vive. Puis ils regagnent leur place, et la carriole s'ébranle laborieusement, et se remet en marche, au centre de ce long ruban calme tapissé de rochers, et de ses nombreux méandres, couronnés d'une luminosité diffuse. Prochain arrêt, Vanylle ! ... exulte le gentilhomme en dévisageant joyeusement sa brune maîtresse.   Dis-moi, ce sera encore long avant d'y arriver, ma belle aventurière ? ... interroge t-il en espérant une réponse négative de la part de Jana.



avatar

On m'appelle Janalya Hermontrick


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Vanylle
MON AGE : 23 ans
Féminin
MESSAGES : 339
AGE : 45
INSCRIT LE : 02/05/2012
PSEUDO HABITUEL : /
Joyaux : 5
http://www.ile-joyaux.com/t703-janalya-hermontrick#16309
Posté dans Re: Avanies à Vanylle    - Jeu 2 Jan 2014 - 12:36

Dernière étape avant de retrouver son armurerie, son chez elle ! Après le luxe et les merveilles des Vitis, la flibustière craint que son compagnon ne soit quelque peu déçu par la simplicité de ses appartements, au-dessus de son atelier. Mais à sa décharge, elle reconnaît qu'il s'est admirablement acclimaté à leur voyage à la dure, et elle fera tout ce qui est en son pouvoir pour qu'il se plaise à Vanylle. Malgré sa réputation et la violence qui secoue les abords des tavernes, elle aime sa ville, si différente, et ses habitants, ces sang-mêlés qui ont su survivre sur cette lande hostile ...

D'abord le passage, ce fameux passage lui semble plus petit que dans ses souvenirs d'adolescente, plus lumineux aussi. Est-ce-que les pluies diluviennes qui harcèlent régulièrement Vanylle, ont rongé la dentelle de roche qui surplombe leurs têtes ? Ou bien est-ce ce soleil qui les accompagne depuis le matin qui illumine ces couloirs étroits ? Toujours est-il qu'ils ont largement assez de lumière pour s'enfoncer au coeur des falaises, dans ce mystérieux labyrinthe. Jana se souvient des consignes de son oncle Isaac, à chaque embranchement, ils devront vérifier que les trois petites entailles sont bien là, sculptées dans la roche. Sinon ils ne sortiront jamais de ce dédale de galeries toutes aussi traîtresses les unes que les autres, impasses tortueuses et mortelles ...

Au premier carrefour, deux boyaux se présentent aux aventuriers : l'un sombre et peu accueillant, l'autre éclairé par le soleil, comme celui par lequel ils sont arrivés. Jana explique alors à Tibor qu'ils ne doivent surtout pas se fier aux apparences, qu'il leur faut chercher sur les parois rocheuses, les trois entailles entourées d'un cercle qui ont été gravées là par les premiers Pirates, lorsqu'ils ont découvert ce passage terrestre entre Matroos et Vanylle. La galerie la plus lumineuse est la plus tentante, mais pas forcément la bonne. Elle précise qu'en général, les marques devraient se trouver sur leur gauche, à l'entrée des tunnels. Puis elle saute de la carriole pour examiner la pierre, dans le plus sombre des deux, persuadée que ce sera par là qu'il faudra passer. Elle allume son briquet et l'approche de la paroi, écartant la mousse accrochée aux aspérités. Soudain elles sont là, sous ses doigts, les trois entailles cerclées ! Le sésame pour Vanylle !

- J'avais raison ! C'est le plus obscur qu'il faut emprunter ! crie-t-elle à son compagnon qui était en reconnaissance de l'autre côté. Il va nous falloir une lanterne pour y voir quelque chose, j'espère que le soleil nous rejoindra bien vite. Je vais ouvrir la marche devant les triqueballes pour qu'ils voient où ils mettent leurs pattes ... Voilà, allons-y ! termine-t-elle en empoignant la lampe et avançant dans le noir. Heureusement le boyau reste assez large pour leur cargaison, et après plusieurs courbes, des lueurs flavescentes dansent sur les murs annonçant enfin des trouées dans l'oppressant plafond rocheux.

- Ouf ! De nouveau de la lumière ! s'écrie la brunette, éteignant la lanterne, inutile à présent que les rayons du soleil se jouent des fissures qui déchirent les falaises. - Et il y a un nouvel embranchement, trésor, tu viens m'aider à trouver la bonne galerie ? Si je me souviens bien, c'est l'avant dernier, nous ne devrions plus tarder à voir la fin du tunnel ! Bon, je sais ce n'est pas drôle ... Elle adresse un clin d'oeil appuyé à son amant, lui envoie un baiser sur ses doigts et retourne à la chasse aux entailles.

Tibor déniche la marque, et ils n'ont plus qu'à grimper sur le banc pour poursuivre tranquillement leur route jusqu'à la prochaine fourche. Mais bien sûr, ce serait trop simple, ce couloir n'est pas aussi large que les précédents et comble de malchance, ses parois se resserrent insidieusement comme les mâchoires d'un monstrueux Styx, comme si elles voulaient se rejoindre au dessus de leurs têtes. Ils sont même obligés à plusieurs reprises de baisser la tête, pour éviter les aspérités qui saillent. Bientôt des grincements assortis d'étincelles leur signalent que les essieux éraflent la roche, malgré leurs efforts pour rester au centre de la galerie de plus en plus étroite. Impossible de faire marche arrière, ils n'ont pas d'autre choix que d'espérer que leur route ne s'arrêtera pas là, qu'ils parviendront à s'extirper de ce piège. Muette d'angoisse, Jana se raidit à chaque grincement, la tension est palpable, elle ne sait plus si le pire serait de rester bloquer là ou d'endommager la carriole ...

Enfin le dernier carrefour se profile, et avec lui un élargissement conséquent du couloir. La brune pirate retrouve le sourire et la voix, lorsqu'ils débouchent finalement à l'air libre. Enveloppée de lambeaux de brume, Vanylle s'étend paresseusement à leurs pieds.
- Nous voilà arrivés, trésor !  Regarde, tu vois là-bas, le spatioport, c'est là que doit se trouver le Romanz à présent. Jana s'est dressée sur le banc, et désigne du doigt le flux de vaisseaux qui décollent et atterrissent au loin. Puis elle indique une autre direction : - De ce côté, c'est le Marché, la partie commerçante et animée de Vanylle. Mon armurerie est là quelque part, au milieu de ces toits disparates ... Dans un autre quartier, j'ai un entrepôt où nous pourrons décharger les canons, et peut-être bien installer un coin pour nos triqueballes ... Surexcitée à l'idée d'être enfin chez elle, Jana babille comme une enfant, tendant le bras pour décrire à Tibor les merveilles de Vanylle.


Angélyne Montaigu, Hors la loi / Calyth Montivelle, Pilote / Ylaria Desnolancès, Cultivatrice
Avatar de Thélador, merci Wink
avatar

On m'appelle Tibor Keiron


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Sant Poseinos
MON AGE : 27 ans
Masculin
MESSAGES : 240
AGE : 46
INSCRIT LE : 02/05/2012
PSEUDO HABITUEL : Promor, Yannick, Janos et Raffaella
Joyaux : 3
Posté dans Re: Avanies à Vanylle    - Sam 4 Jan 2014 - 1:52


L'intérieur de cette falaise, surmontée d'un vaste plateau et de promontoires saillants, parait interminable. Il leur offre un long dédale de méandres de pierre, tous pareils par leur structure, mais à la fois tous différents par leur étroitesse variable et surtout par leur luminosité inégale, le toit d'azur les surplombant s'entêtant à disparaître et à renaître plus loin, en fonction de la disposition des rochers. Par bonheur, les rares pirates utilisant ce chemin ont gravé des signes distinctifs à chaque croisement, qui indiquent la voie à suivre. Tibor est surpris de cette attention, lui qui considérait plutôt les habitants de Vanylle comme des rustres et des brutes épaisses peu soucieuses de leurs concitoyens. Les préjugés ont parfois la peau dure, surtout lorsqu'on est habitué au luxe et qu'on n'a jamais pris la peine de s'intéresser à ce qui se passe en dehors de ce brillant cénacle que constitue la haute société matroscienne. Mais nul doute que son séjour chez sa Jana lui réservera encore bien d'autres sujets d'étonnement.

Soudain, tout se complique. Le boyau s'amenuise, le plafond se tasse, les parois semblent désireuses de se rejoindre pour interdire le passage du convoi. Les roues de la carriole crissent et gémissent contre le roc, et le moral de notre gentilhomme se réfugie au fond de ses chaussettes. Vont-ils échouer aux portes de Vanylle alors que leur but est si proche ? Précautionneusement, ils continuent toutefois d'avancer, maintenant les triqueballes au centre de la galerie, ce qui s'avère une tâche bougrement malaisée compte tenu de la masse imposante des deux bestiaux. Une exclamation de joie de sa sculpturale maîtresse s'en vient soudain atomiser ses doutes. La belle a repéré l'extrémité du conduit, et l'artère souterraine s'élargit et s'illumine d'un halo phosphorescent que dispense un soleil un peu voilé par la brume. Leurs tribulations, leurs épreuves, se terminent enfin ...

Quelques mètres encore, un ultime effort des triqueballes, et Vanylle se déploie sous leurs yeux, au bout d'un sentier en pente douce. Jana s'est redressée, euphorique, contemplant avec ravissement sa ville et l'essaim de vaisseaux hétéroclites qui bourdonne allègrement dans son ciel, et son bonheur estompe déjà la rudesse de leur odyssée. Même sale, même fatiguée, la maître-armurier n'a jamais été aussi délicieuse qu'en ce moment, et Tibor lui caresse nonchalamment la cuisse en mangeant des yeux son visage épanoui et en souriant à sa joyeuse faconde de fillette surexcitée. C'est que la belle veut lui montrer tout à la fois, avec un empressement et un enthousiasme charmant : le spatioport, le marché, les différents quartiers où elle vit, et l’œil du gentilhomme s'efforce de se frayer un chemin parmi les innombrables ruelles qu'il découvre.

- Oui, mon amour, j'ai un peu de mal à tout distinguer d'ici, mais j'ai hâte de visiter tout ça en ta compagnie. C'est beaucoup plus vaste que je ne l'imaginais. Mais avant ça, d'abord un bon bain et une bonne nuit de sommeil, non ? Nous devons dégager sensiblement la même odeur nauséabonde que nos triqueballes, pour l'instant, ma chérie. Mais ce n'est pas grave, grâce à ce parfum exquis et à mes frusques crasseuses, je ferai « couleur locale ». Personne n'imaginera que je viens de Matroos. Mais rassure-moi, ma flibustière, il y a bien l'eau courante dans ton patelin ? ... demande t-il en lui adressant un sourire malicieux.

Il passe un bras autour de la taille de sa maîtresse, et la rassied délicatement à ses côtés. A présent que Vanylle lui tend la main, l'aristo-pirate est pressé d'en découvrir chaque aspect, chaque rue, et de percer tous ses mystères. Car il est en quelque sorte un privilégié, un pionnier, puisque, en définitive, bien peu de Matrosciens peuvent se prévaloir d'avoir posé le pied sur son pavé.

- Crois-tu vraiment que l'oncle Isaac a suffisamment dessaoulé pour ramener le Romanz à bon port, ma chérie ? Tu dois être impatiente de revoir sa bonne bouille de vieux sac-à-malice et sa patte folle. En route, beauté fatale ! J'ai hâte d'y être ! ... lance t-il en reprenant les rênes et en dirigeant les bestiaux vers la cité. La jovialité et l'entrain du gentilhomme sont toutefois un brin surfaits. Au fond de lui, il est plutôt anxieux. Comment va se dérouler ce séjour en terres inconnues ? Va t-il trouver aisément sa place aux côtés de sa maîtresse ? Aura t-elle du temps à lui accorder ? Pourra t-il se rendre utile, lui qui est incapable de différencier un canon d'une arquebuse ? Aux Vitis, ils n'avaient qu'une seule chose à faire : s'aimer. Et ils ne s'en sont pas privés. Mais ici, Jana a sa vie, son commerce, ses relations.

Bref, mille questions  le troublent et l'assaillent alors que le convoi pénètre dans la ville par une ruelle sordide et nauséeuse. Bien entendu, les triqueballes suscitent la curiosité et les rires parmi les badauds. La plupart de ces pignoufs n'en ont sans doute jamais approchés de si près, et l’orgueilleux aristocrate ressent une réelle hostilité de la foule vis-à-vis de ses animaux. L'irritation s'insinue progressivement dans sa caboche, mais il tâche de ne rien laisser paraître, et surtout de ne créer aucun incident. Il ne peut s'empêcher toutefois de murmurer à l'oreille de Jana : Pressons-nous pour arriver à tes entrepôts et pour installer nos bestiaux le mieux possible, ma chérie. L'attitude de ces loqueteux ne me dit rien qui vaille. C'est encore loin ? ... s'enquiert-il d'une voix où percent inquiétude et exaspération.



On m'appelle Contenu sponsorisé

Posté dans Re: Avanies à Vanylle    -

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum