AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
» Communication externe
par Loth de la Vision Mar 21 Juin 2016 - 15:06

» Réversa [ TOP ]
par Invité Ven 27 Mai 2016 - 8:21

» Le monde de Dùralas
par Invité Jeu 26 Mai 2016 - 7:00

» Anthalia
par Invité Dim 22 Mai 2016 - 15:17

» Marbrume, La Cité des Damnés
par Invité Lun 16 Mai 2016 - 15:07

» Questionnaire pour soutenir infinite RPG !
par Invité Sam 14 Mai 2016 - 17:33

» Escalus
par Invité Jeu 12 Mai 2016 - 9:02

» Mass Effect : Reborn
par Invité Mar 10 Mai 2016 - 15:00

» Forum en pause
par Asàf Lysereän Mar 10 Mai 2016 - 13:47


Ma fille, je viens t'annoncer que...

avatar

On m'appelle Davill Hadmas


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Q.G de la Milice
MON AGE : 48 ans
Masculin
MESSAGES : 93
AGE : 22
INSCRIT LE : 01/01/2013
PSEUDO HABITUEL : Merwaan
Joyaux : 20
http://www.ile-joyaux.com/t1259-davill-hadmas-a-vos-ordres-general
Posté dans Ma fille, je viens t'annoncer que...   - Mar 3 Déc 2013 - 10:13






“It's Like Every Breath I Take Is Debt”



-Talis ? la voix fatiguée du Général résonna près de la porte en bois qu'il savait être celle de la demeure de sa fille. Davill avait fait le trajet depuis Sant Poseinos sur un coup de tête. Ses conseillers avaient en vain tenté de le retenir, mais le presque quinquagénaire avait ressenti l'envie de retrouver sa fille. Il ne comptait plus les mois depuis la dernière fois qu'il avait eu l'opportunité de discuter avec elle, et cette simple pensée le rendait d'une humeur morose.

Car personne n'ignorait l'amour sans borne que le milicien porte à sa fille, adoptive certes, mais sa fille quand même. Nul ne peut contester l'amour que ce même milicien porte à sa patrie. Et de ce fait, on peut voir l'ensemble de ses relations comme étant une extension de son amour pour Matroos, à l'exception d'une. Celle qu'il entretient avec son enfant.

Depuis plusieurs semaines, il mène une sorte de double vie, préoccupé par la crainte d'être repéré par d'éventuels opposants, voire pire, que l'un de ses partisans ne craquent en ne finissent par retrouver le jeune gouverneur pour le prévenir de son pénible plan. Ses nuits s'accourcissent à mesure que le temps passe, et il se retrouve forcé d'être en mesure de travailler dès l'Aube, pour donner à la fois des consignes à ses hommes concernant les Pirates, mais aussi de se mettre à l'affût de la moindre information provenant de l'Île Boréale. Et dès que l'emploi du temps déjà bien chargé paraît se relâcher, le voilà reparti pour une nouvelle tâche mais cette fois-ci bien noble si l'on peut en discuter ainsi.

Il semble donc évident que ce séjour à Midel-Heim soit pour lui une bouffée d'air frais, et une possibilité de relâchement non-négligeable. Le grand homme avait redécouvert la beauté verdoyante de la ville fleurie. La Grande Midel-Heim. Au cours de sa carrière il avait été à quelques reprises seulement, en charge d'opérations dans la grande ville de l'Est, et de ce fait, il ne la connaissait que médiocrement en comparaison de Sant Poseinos ou Errande.
Toutefois, il voyait dans cette visite l'opportunité rêvée pour visiter la ville, et découvrir de magnifiques lieux.

Son poing fermé s'abattit à nouveau sur la porte, provoquant un son étouffé qu'il entendit se répercuter à l'intérieur de la maison. Sans pour autant frapper avec force, on pouvait facilement comprendre que l'énergie qui animait son poing était vivace, et bien plus grande que ne pourraient le laisse présager son âge avancé.

Sa fille était-elle bien là ? L'avait-il raté ? Possibilité à envisager étant donné qu'il n'avait pas prit la peine de la prévenir de sa venue.. Il tenait tellement à lui faire la surprise.. Sa main gauche était d'ailleurs refermée sur un petit coffret nacré, dont les rayons du soleil filtrant à travers les branches venaient éclairer les gravures. Il l'avait faite réaliser par une connaissance à lui, un artisan sculpteur de bois vivant à la capitale. Les gravures étaient sophistiquées, et représentaient une scène émouvante. On pouvait y voir de dos une jeune femme dans une longue robe, tenant le bras d'un homme plus grand, de profil, qui l'observait avec bienveillance.

Davill sourit en observant à nouveau la gravure, et patienta dans l'après-midi..




DC : Louhane l'Ange
avatar
Citoyen

On m'appelle Talis Hadmas


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Errande / Midel-Heim
MON AGE : 21 ans
Féminin
MESSAGES : 139
AGE : 28
INSCRIT LE : 22/04/2013
PSEUDO HABITUEL : Nanaya
Joyaux : 245
Posté dans Re: Ma fille, je viens t'annoncer que...   - Mar 3 Déc 2013 - 15:14

Les rayons du soleil caressaient agréablement ma peau en ce début d'après-midi ensoleillée... Une sensation parfaite qui me faisait fermer les yeux pour entrer dans une énième réflexion intense sur ma vie. Figée dans mon geste qui consistait à broyer des feuilles avec des instruments assez archaïques d'apparence, je profitais donc de cette chaleur qui était arrivée à se frayer un chemin parmi les branchages qui couvrait mon petit paradis.

Le temps était passé depuis le Bal, et je ne comptais plus les jours qui s'étaient écoulés depuis le départ des troupes de la Milice pour ce que j'appelais... le Territoire inconnu. A vrai dire, j'avais fini par m'enfermer dans ma bulle, à Midel-Heim, le seul endroit où je me sentais bien... Il fallait dire que le décor y était pour quelque chose... Cette nature, ces habitations... L'équilibre parfait rendait l'endroit unique, et c'était pour cela que je n'avais pas voulu m'aventurer autre part depuis mes nombreuses aventures et remises en question. D'autant plus que mon esprit se sentait bien plus apaisé...

J'avais changé. Certes. Autant physiquement que psychologiquement avec tout ça. Mes cheveux étaient plus longs depuis, à tel point que j'arrivais à les attacher rapidement pour un petit chignon et au niveau de la santé, on ne pouvait pas dire que la douleur m'avait définitivement quittée. Même renfermée, la blessure continuait de me lancer parfois lorsque je me tortillais dans tous les sens, ce qui me rappelait mon imprudence et cette soirée angoissante avec la haute sphère de Matroos.... La peur, la prise de conscience, la souffrance...

Au souvenir de ceux qui m'avaient apporté leur aide suite à la réouverture de ma blessure, mes yeux clairs se braquèrent sur le décor. Encore une fois, je n'avais pas eu l'occasion de remercier tout ce beau monde... D'une part à cause de cette angoisse étrange que me rongeait, et d'autre part car il n'y avait que le nom de famille 'Valyssar' que j'avais retenu. Décidément, je les cumulais en ce moment, et le dernier que j'avais remercié allait peut être finir les jours sur une autre terre...

*Allez, arrête donc tes bêtises T... *
« Talis ? »

Sursautant légèrement à l'entente de mon prénom que j'avais prononcé dans mon esprit pour me faire oublier tout ça, je cessai de respirer pour essayer de comprendre ce qu'il venait de se passer... Avais-je rêvé ?  Pourtant, j'étais persuadée d'avoir entendu une voix m'appeler... Posant alors mes ustensiles avec délicatesse, je pris alors le chemin qui menait à l'entrée de mon petit coin de calme en fronçant les sourcils. Essuyant mes mains sur le tablier court qui protégeait mon chemisier, j'avançai vers les portes, jusqu'au moment où un bruit sourd se fit entendre. Soulagée mais intriguée à la fois, mon visage resta crispé, comme si je m'attendais au pire... Ce ne fut qu'une fois la porte ouvert et mon père devant les yeux que mon expression changea littéralement, tout d'abord au profit de la surprise pour finir sur la joie intense mais contrôlée.

« Oh mais ! »

Sans rien dire de plus, je l'étreignis comme une fille le faisait avec son père en temps normal afin de le saluer avec tout l'amour que je ressentais pour lui. Oublier le Bal, la mission, la blessure... Cette figure paternelle était la bienvenue, vraiment, surtout que cela faisait des mois que je ne l'avais pas vue.

« Ca fait tellement longtemps ! Tu ne m'as pas dit que tu venais ! »

Détachant mes bras de lui, je jetai un œil aux alentours en faisant la moue... Venir seul était une chose qui me surprenait, surtout en ce moment... Cependant, je ne m'arrêtai pas sur le détails, et lui adressai un geste délicat pour l'inciter à entrer dans ma petite demeure, qui, par chance, avait été rangée quelques heures plus tôt.  

« Pardon... Je voulais venir plus tôt, mais je n'ai pas eu le temps avec tout ce qu'il se passe... ça me fait tellement plaisir de te voir. »

Enthousiaste, je l'étais, toutefois, au fur et à mesure que ma voix s'était faite entendre, mon sourire avait glissé sur mon visage pour montrer une mine plus tracassée. Peut être était-il au courant de toutes mes péripéties, même si j'en doutais... De toute manière, je comptais bien lui en parler si jamais des questions m'étaient posées car même si sa présence avait le don de me rassurer, je n'aimais pas jouer la cachottière, surtout que cela m'avait ébranlée bien plus que je ne l'aurais pensé.
avatar

On m'appelle Davill Hadmas


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Q.G de la Milice
MON AGE : 48 ans
Masculin
MESSAGES : 93
AGE : 22
INSCRIT LE : 01/01/2013
PSEUDO HABITUEL : Merwaan
Joyaux : 20
http://www.ile-joyaux.com/t1259-davill-hadmas-a-vos-ordres-general
Posté dans Re: Ma fille, je viens t'annoncer que...   - Mer 4 Déc 2013 - 7:35

Un courant d'air frais prit naissance dans les frondaisons et descendit naturellement de palier en palier, et passa en vitesse devant la porte de Talis, rappelant à Davill que malgré son pourpoint en cuir et ses multiples couches de vêtements épais, il n'était pas à l'abri de la fraîcheur des sous-bois. Quelques secondes plus tard, il entendit quelques bruits de pas à l'intérieur de la maison, bruits de pas qui se firent plus audibles et proches à mesure que les secondes s'écoulaient. Laissant le temps à l'homme de se redresser pour avoir fière allure.

La porte s'ouvrit et laissa place au visage ô combien étonnée de cette enfant chérie. Un sourire illumina ses traits, et il la vit fondre sur lui, comme un rapace sur sa proie, l'enserrant dans ses bras avec une tendresse non dissimulée. Le général fit de même, son rire cherchant naturellement une voie hors de sa gorge. Ses bras musclés emprisonnèrent la jeune femme tandis qu'il profitait du parfum musqué de ses cheveux, et de la chaleur de ce petit corps qui lui avait tant manqué. Le contact se rompit naturellement, et elle recula pour lui permettre d'entrer dans cette demeure à l'aspect parfaitement ordonné. Les fruits d'une éducation royale n'est-ce pas ? Un petit regain de fierté s'instilla en Davill qui bomba le torse en cherchant un endroit où s'asseoir. Il jeta son dévolu sur une chaise droite sculptée dans un bois clair. - Ne t'excuse pas voyons.rétorqua-t-il gentiment alors qu'il posait sur le meuble le plus proche le petit coffret de nacre. Entre eux, il n'y avait jamais eu un rapport de dominateur et de dominé. Davill étaient un homme d'extraction moyenne, et n'avait jamais souhaité imposer à sa fille les codes de la haute société, et encore moins depuis qu'il avait endossé le rôle de Général. - Alors ? Raconte moi ce qu'il s'est passé dernièrement. Je n'ai pas été très au fait.. Je suis obligé d'admettre que j'ai manqué à mon rôle de père mais.. Il posa son regard sur elle, et ses traits se détendirent à nouveau. - Que tu es belle ma fille.

Ravissante, et resplendissante. Ses traits s'étaient affinés, et elle avait finalement laissé pousser ses cheveux, ce qui lui allait à merveille. Pour lui, il avait toujours été difficile de la considérer comme une jeune femme fragile.. Il la savait forte, mais craignait que la vie ne soit trop dure avec elle et ne l'emporte trop rapidement. Non, pas la Mort. Mais la Vie. Que ses pas la guident loin de lui, et que leurs rapports se fassent de plus en plus rares. Et c'était en partie pour cela qu'il avait fait le déplacement, pour observer, savoir si le cheminement de sa fille les avaient mené aussi loin, et que, peut-être, le rôle de l'homme avait été endossé par un autre. - Tu dois être une sacrée perle pour les hommes de Midel-Heim. N'as-tu pas un fiancé ? Un compagnon ? Un homme qui partagerait ta vie ? Une fois de plus, il ne parlait pas d'un ton inquisiteur. Sa curiosité était due à l'éloignement prolongé qu'ils avaient subi. Entre autre..




DC : Louhane l'Ange
avatar
Citoyen

On m'appelle Talis Hadmas


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Errande / Midel-Heim
MON AGE : 21 ans
Féminin
MESSAGES : 139
AGE : 28
INSCRIT LE : 22/04/2013
PSEUDO HABITUEL : Nanaya
Joyaux : 245
Posté dans Re: Ma fille, je viens t'annoncer que...   - Jeu 5 Déc 2013 - 1:23

Je souriais, vraiment, sans me forcer, dès que mon regard se posait sur ce père qui représentait tout pour moi. Oubliant de nouveau bien vite les souvenirs des derniers mois qui s'amusaient à resurgir toutes les deux minutes, je fis une moue gênée lorsqu'il me dit que ce n'était pas la peine de m'excuser. Silencieuse et habile, j'attrapai alors de l'eau et quelques infusions fraîches et sucrées de plantes en le lançant parler.  

C'est lorsque mes appréhensions revinrent bien vite... surtout une fois les mots « raconte moi » eurent franchi les lèvres de celui qui m'avait recueilli étant toute jeune. Durant un quart de seconde, j'eus l'impression de basculer dans le vide, imaginant qu'il était au courant de mes péripéties inconscientes mais la suite vint me prouver le contraire, ce qui balaya l'impression étrange qui avait pris place sur mon visage. Que lui dire ? La vérité ? Maintenant, je n'étais plus vraiment à ça près... Cependant, je me contentais de déglutir, puis de sourire avec un certain malaise lorsqu'il s'émerveilla. Ah ! Les compliments, qu'est ce qu'ils avaient le don de me gêner...  

Pourtant, ce sourire de petite fille qui prit place sur mes lèvres disparut bien vite lorsque la curiosité entra en scène concernant ma vie privée. Un fiancé... Voilà un mot qui me fit peur de nouveau et repenser à la discussion que j'avais eu avec le Capitaine concernant un futur parfait.  Riant de façon énigmatique en posant deux verres sur une petite table, je finis par sortir une phrase, sur un ton qui se voulait être détendu.

« Je suis trop compliquée je crois pour avoir un fiancé... Enfin, les hommes... guidés et... hrm, voilà.  »

A cet instant, j'eus de nouveau l'image de ces bourgeois coincés lors du Bal en tête. S'il y avait bien une chose dont j'étais sûre, c'était que je ne finirais pas ma vie avec un type dans le genre. Mais était-ce bien facile à faire comprendre ?  C'était alors que l'image de Loghan entra dans mon esprit, durant quelques secondes, ce qui me poussa à me mettre une claque intérieurement en grondant un* Rho Talis arrête un peu, n'importe quoi * Décidant alors de ne pas trop m'attarder sur le sujet pour l'instant, surtout après mon comportement bizarre, je décidai de me lancer sur une voie beaucoup plus dangereuse après avoir raclé ma gorge en faisant preuve de politesse.

«... Il s'est passé tellement de choses ses derniers mois... j'ai ...»
*failli mourir deux fois en fait*
«...du me rendre un peu partout et croisé la route de ...»
*braconniers tueurs*
« ...certains types qui nous mettaient des bâtons dans les roues et j'ai aussi participé...»
*à une soirée horrible chez une Shadow*
«... au Bal donné par Selim Shadow mais j'ai du partir tôt dans la soirée car... »
*je pissais le sang, un médecin alcoolique a du me recoudre, j'ai cru que j'allais y passer*
« ... je n'étais pas dans mon assiette, je ne sais pas si tu as croisé Maman, elle a du...»
*peut être te dire la vérité car j'ai été obligée de lui dire*
«...t'en parler non ? »

Quelle bataille. Entre l'esprit à la parole, j'avais fini par dire des choses qui se rapprochaient de la vérité sans trop détailler tout cela, même si mes pensées avaient été là. Est-ce ma mère avait eu le temps de lui parler depuis que je lui avais tout dit ? Vérité qui l'avait effrayé mais qu'elle avait promis de garder pour elle si je ne me lançais pas dans une énième mission suicide sur un coup de tête. Complètement perdue, je repris soudainement mon sourire, un peu crispé, puis me fit de nouveau entendre en changeant encore une fois de sujet.

« Et toi, ça va à la Milice depuis le départ des troupes... ? Tu veux que je te serve quelque chose à boire ? »

La Terre Inconnue, la belle palette de boissons que je pouvais offrir, encore une fois, je mélangeais tout de façon maladroite ce qui laissait clairement entendre  que j'avais des choses à cacher. Me retenant de me frapper le front avec le revers de ma main en m'insultant d'idiote, je pris place à côté de lui en gardant  cette douceur qui était mienne lorsque je me trouvais face à lui. Avec une autre personne l'angoisse m'aurait sûrement ronger à la simple pensée de dire la vérité... Mais avec mon père c'était différent, même si je craignais plus que tout sa  réaction et me voyais déjà enfermée entre quatre murs, mariée, avec des gosses pour plus de sécurité... De toute façon, le mensonge n'était pas vraiment une choses que j'appréciais, surtout dans ce genre de cas.. et cela devait franchement se voir.
avatar

On m'appelle Davill Hadmas


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Q.G de la Milice
MON AGE : 48 ans
Masculin
MESSAGES : 93
AGE : 22
INSCRIT LE : 01/01/2013
PSEUDO HABITUEL : Merwaan
Joyaux : 20
http://www.ile-joyaux.com/t1259-davill-hadmas-a-vos-ordres-general
Posté dans Re: Ma fille, je viens t'annoncer que...   - Lun 9 Déc 2013 - 4:38

Pour Davill, entendre son enfant parler ainsi d'elle-même, c'était ressentir un énorme pincement au cœur. Certes, son caractère très marqué faisait d'elle une jeune femme hors norme et difficile à appréhender pour beaucoup de personnes, mais pour autant en tant que père il savait parfaitement qu'elle finirait par rencontrer un homme qui accepterait ce tempérament. A condition peut-être qu'elle soit plus modérée dans ses réactions et dans ses propos. Peut-être. Tu te trompes. Ton caractère est ta force, ta particularité. Lorsque viendra le temps.. J'ai comme l'impression que tu n'as pas l'air d'avoir particulièrement envie de partager ta vie avec quelqu'un pour le moment, dit-il en lui touchant le bout du nez avec tendresse.

Davill écouta le récit de ces derniers mois, surpris de l'avarice en détail dont fait preuve sa fille. Est-ce tout ? Je t'ai connu plus généreuse en détails ma fille. Mais.. Non je n'ai pas croisé ta mère. Je n'ai pas vraiment eu l'opportunité de la voir ces derniers temps.. Tu n'as pas idée des responsabilités qui m'incombent. Mes journées sont bien trop courtes, et les dossiers à régler sont infinis.Le père se pencha sur les différentes herbes que sa fille lui proposait et en pointa deux du doigt. Si ces deux là vont ensemble, je veux bien une infusion ma chérie.

Il l'observa faire, et posa une main sur les siennes lorsqu'il constata le petit tremblement qui parcourait ses mains de temps en temps. Talis, est-ce qu'il y aurait quelque chose d'anormal ? Tu ne m'as pas l'air totalement toi-même. Davill se leva et s'agenouilla lentement en face d'elle, sentant quelques articulations se dénouer dans son dos et ses genoux. Quelque chose te taraude n'est-ce pas ? Son index vint délicatement chercher le menton de son enfant pour le relever, l'obligeant à le regarder dans les yeux.




DC : Louhane l'Ange
avatar
Citoyen

On m'appelle Talis Hadmas


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Errande / Midel-Heim
MON AGE : 21 ans
Féminin
MESSAGES : 139
AGE : 28
INSCRIT LE : 22/04/2013
PSEUDO HABITUEL : Nanaya
Joyaux : 245
Posté dans Re: Ma fille, je viens t'annoncer que...   - Lun 9 Déc 2013 - 13:21

Comment avais-je pu penser que j'y échapperai ? Sincèrement. Mon père avait toujours su lire en moi, bien plus que n'importe qui. Il suffisait d'un faux sourire, d'un ton différent ou même d'un haussement de sourcils et voilà que je me retrouvais piégée, comme une petite fille ayant fait une bêtise. Sauf que dans mon cas, je n'avais pas gribouiller un document important, ou couper mes cheveux moi même pour être « différente »... non, c'était bien pire que cela.

Pourtant j'avais cru que mon comportement étrange était passé inaperçu lorsque la discussion avait dérivé sur ma personnalité et le travail qui pesait sur ses épaules. J'avais rougi à ces mots en me disant que ce n'était pas l'envie qui manquait, mais plutôt mon double masculin, puis j'avais fini par sourire avec compassion à la vue de l'homme, le Milicien qui avait une guerre à mener.  Ainsi, j'avais fini par lui servir une infusion de deux plantes parfaites, avec des gestes plus doux qu'à l'acoutumée... Mais tout avait basculé lorsque sa première interrogation se fit entendre.

J'avais voulu répondre qu'il n'y avait rien, que tout allait très bien, que tout cela était du à la fatigue. Mais il s'était levé, pour se mettre face à moi histoire de me forcer, avec un geste de compassion, à me faire relever la tête pour le regarder droit dans les yeux. L'ultime coup de grâce.

Retroussant mes lèvres en arquant les sourcils comme pour traduire ma gêne, je restai silencieuse un moment, puis finis par soupire en gardant les dents serrées.  

« C'est... Disons... compliqué... »

Tout dire en bloc en alignant des phrases sans grand sens ou prendre mon temps pour expliquer lentement ce qu'il s'était passé en détails ? Le choix était dur à faire, d'autant plus que je redoutais vraiment sa réaction... Ainsi je finis par saisir sa main en commençant à parler en gardant cette expression crispée sur le visage.  

« Je... En fait... »

Fermant les yeux avec force, je soupirai bruyamment, puis commençai mon récit en m'essayant lentement.

« J'ai fait... Enfin... Il y a quelques mois, j'ai découvert que des braconniers nous mettaient des bâtons dans les roues et... »

Osant un regard vers mon père à qui j'avais lâché la main lentement, je continuai après avoir dégluti difficilement

« Rha, puis j'ai voulu m'en charger, j'ai fait la têtue, comme d'habitude,  mais ça a mal fini, j'ai été blessée, un de ces types m'a... m'a... *embrochée* poignardée mais ça.. ça va ! »

Trop tard, voilà que je partais dans un récit rapide, plein d'émotions, dont les phrases étaient rythmées de mimiques et autres gestes pour rassurer ou expliquer mes ressentiments.

« J'ai été soignée tout ça, mais il y a eu le bal, à cause de Maman. Elle... Elle ne savait rien, j'ai dit que je m'étais empoissonnée sans le faire exprès  et puis ça s'est rouvert, là bas, j'ai abusé, mais.... mais Solomon Valyssar m'a aidée, avec les autres aussi, que des gens gentils, sincèrement, ils m'ont ramenée, ça va, ça va bien ! »

Le souffle court après avoir débité un tel flot de paroles, je marquai une pause... Plaquant une main contre mon front en m'insultant intérieurement d'idiote, je gardais la tête baissée pour me perdre dans mes pensées. Voilà, j'avais tout dit, sans mentionner Loghan en pensant qu'il ne ferait pas le rapprochement. Pensée débile sûrement.  Mais à vrai dire, je n'arrivais pas à avoir l'esprit clair, surtout après tout ce que je venais de dire.

« J'ai eu peur... vraiment. C'est la première fois que ça m'arrive... Et te cacher tout ça... ça ne m'a pas aidée... Mais j'étais, enfin, je ne voulais pas... je suis perdue... Pardon... Je...Je suis désolée. »  

Relevant la tête en tentant de contenir mon envie de craquer sous la pression qui s'était accumulée au fil des semaines, je m'attendais à subir n'importe quoi. Le visage crispé, les yeux lumineux de larmes de colère et de remord ne se détachant pas une seule seconde de mon père, j'espérais sincèrement qu'il me comprendrait... Ou du moins... juste un peu...
avatar

On m'appelle Davill Hadmas


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Q.G de la Milice
MON AGE : 48 ans
Masculin
MESSAGES : 93
AGE : 22
INSCRIT LE : 01/01/2013
PSEUDO HABITUEL : Merwaan
Joyaux : 20
http://www.ile-joyaux.com/t1259-davill-hadmas-a-vos-ordres-general
Posté dans Re: Ma fille, je viens t'annoncer que...   - Mar 10 Déc 2013 - 2:36

Son sixième sens paternel avait vu juste, quelque chose n'allait pas comme d'habitude avec son enfant. Tant de signes extérieurs d'inquiétude et de malaise l'avaient mis sur une bonne piste. Davill resta accroupi et laissa sa fille prendre sa main entre les siennes tandis qu'elle lui expliquait, de son mieux, les faits ayant bouleversé sa paisible vie. Pour avoir élevé cette enfant, il avait connaissance de son tempérament aventureux et fougueux, qui la poussait à aller au devant d'innombrables dangers sans prendre le temps de peser le pour et le contre. Tout du moins était-ce ainsi qu'il avait perçu la personnalité de sa fille au fil des ans.

Le Général ne la jugeait en aucun cas. Son regard était doux, perplexe, mais doux. Ses yeux cherchaient les siens pour y lire dedans toute l'intensité de ce récit, essayant de comprendre, au delà des mots, les faits ayant eu lieu. Une histoire de braconnerie.. Certainement à Gernie. Il avait envoyé un officier s'occuper d'une opération similaire, il se peut même qu'il se soit agit de ce bon Loghan. Divagation. Puis il y avait eu ce bal donc.. Un soupir quitta son nez tandis que ses épaules s'affaissaient. Lui qui avait essayé d'éloigner sa fille de ces soirées mondaines, voilà que sa mère l'y envoyait.

Il était hors de question qu'il remette en cause l'autorité de son ancienne épouse face à sa fille, mais il n'était pas particulièrement satisfait de ce qu'elle avait fait, surtout si elle avait connaissance de la blessure de leur fille. Mais soit. Tu as toujours été comme ça Talis. Je me rappelle cette fois où nous passions une semaine de vacances à Gernie, et tu avait commencé à lancer des morceaux de pains sur des Kyutapultes.. Alors que l'on t'avait bien dit de ne pas embêter ces petites bêtes. Tu avais reçu une femelle sur le bras, et pendant plusieurs jours il était tout bleui. Et.. Aussi loin que je me souvienne tu as toujours trouvé le talent pour te mettre dans des situations improbables.. Sauf que là.. Tu aurais pu y passer ma chérie. Je comprends que certaines causes te tiennent à coeur, et c'est magnifique, il faut des gens d'une telle sorte dans notre pays, pour nous rappeler où se trouve l'essentiel dans la vie. Je pense quand même que tu aurais pu m'en parler.. Surtout que j'avais un homme en mission à Gernie pendant cette période, j'aurais pu lui demander de te protéger.

Le Grand Général se releva, fronçant les sourcils lorsque ses articulations le firent encore un peu souffrir, puis il prit son infusion et porta ses lèvres contre le bord de la tasse. L'odeur était exquise, et force était de reconnaître le talent d'herboriste de sa fille. Après avoir pris une gorgée bien chaude, il se tourna encore vers elle. Quant à ce bal.. Je vois qui est Solomon. C'est un conseiller du Gouverneur, et un ami. Enfin, quoi qu'il en soit tu le remercieras de ma part pour s'être occupé de toi, si jamais tu croises de nouveau son chemin. Allez savoir, peut-être que l'approche de la cinquantaine avait donné à Davill un souffle de sagesse et d'amabilité.. Ah ma fille.. Je ne peux pas t'en vouloir. Quoi qu'il arrive tu es maintenant une adulte. Et la seule chose qui fait que je suis encore responsable de toi, c'est que tu n'as pas d'époux à qui confier ce devoir. Un clin d'oeil complice et le voilà retourné vers la chaise où il s'était assis précédemment, le temps de récupérer ce petit coffret de nacre. Malheureusement.. Avec les temps qui courent, et avec les.. affaires d'Etat qui m'occupent, et m'inquiètent, j'ai cru qu'il serait bon de prendre les devants, et de prendre de l'avance sur le jour où tu te marieras.

De sa grande main il dévoila le petit ouvrage qu'il avait apporté, et fait produire directement à Errande. Au cœur de ce coffret, se trouvait une bague taillée dans des pierres de toutes les couleurs, formant des anneaux s'entrecroisant, dans une harmonie totale. Ma fille, je viens t'annoncer que je te donne ma bénédiction. Peu importe l'homme avec qui tu choisiras de vivre, cette bague a autant de valeur que ma parole. Si un sourire prend tout d'abord place sur les visage de Davill, il est remplacé presque aussi tôt par une expression triste et accablée.. Je vais te confier la raison de cette .. Anticipation. Dans les semaines, ou les mois à venir, le visage de Matroos sera très certainement modifié, et ce par mes actes. J'ignore la manière dont ceci sera accueilli. Et si j'échouais, je risquerais d'être mis à mal. Tu es la seule chose au monde que je ne souhaite pas perdre, et je voulais te le faire savoir.. Je voulais également pouvoir te donner ma bénédiction en face.

Le Milicien, après avoir refermé la main de sa fille sur le coffret, l'enlace tendrement et dépose un long baiser sur son front. Un baiser rempli d'amour et d'affection..




DC : Louhane l'Ange
avatar
Citoyen

On m'appelle Talis Hadmas


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Errande / Midel-Heim
MON AGE : 21 ans
Féminin
MESSAGES : 139
AGE : 28
INSCRIT LE : 22/04/2013
PSEUDO HABITUEL : Nanaya
Joyaux : 245
Posté dans Re: Ma fille, je viens t'annoncer que...   - Mar 10 Déc 2013 - 15:17

J'imaginais déjà le pire lorsque la voix de mon père se fit entendre après mon récit... sans queue ni tête... Cependant, à mon grand soulagement, ce ne fut pas de la colère qui fusa dans les airs... mais une compréhension des plus évidentes au final. Faisant une moue retroussée avec ma bouche, j'écoutai alors une histoire passée qui expliquait clairement que mon tempérament d’insouciante de datait pas vraiment d'hier. Ainsi, il me comprenait, mieux que quiconque, d'ailleurs il me mentionna même Loghan sans faire le rapprochement... Ou alors il l'avait fait mais ne comptait pas me le dire.  

Me retenant d'en dire plus pour ne pas impliquer le Capitaine dans mon histoire, et pour ne pas non plus le laisser imaginer des choses, je restai silencieuse, le remord me rongeant toujours l'estomac. C'est alors qu'il dériva sur Solomon Valyssar, qu'il fallait à tout prix que je remercie d'ailleurs, pour finir sur cette histoire d'époux que je n'avais pas encore. Tout avait été si simple au final... Pourquoi avais-je angoissé autant ? Peut-être parce qu'il restait cette peur étrange qui me rendait un peu paranoïaque et qui m'empêchait d'être de nouveau totalement instable ?  

Fière d'avoir un père aussi compréhensif, je pris une bonne bouffée d'air en laissant un sourire gêné étirer mes lèvres fines. Sourire qui glissa rapidement au profit de l'interrogation lorsque les mots « prendre de l'avance » concernant un futur mariage arrivèrent à mes oreilles... Ah non. Pitié. Pas un gugus avec un balais dans le derrière pour mari. Vama ne pouvait pas me faire ça...

J'aurais bien grimacé, juste quelques secondes, mais j'étais restée figée jusqu'à ce qu'il me fasse voir de plus près le coffret qu'il avait emporté avec lui pour me montrer ce qu'il y avait à l'intérieur. Complètement choquée à la vue de la bague aussi magnifique que les fleurs les plus rares du monde, je restai là, la bouche entrouverte, les yeux écarquillés, sans dire un mot. Mais le coup de grâce fut porté lorsqu'il me donna sa bénédiction, peu lui importait l'époux que je prendrais...  

Clignant des yeux sans comprendre, je fus tout de même bien reconnectée à la réalité lorsque les événements à venir trouvèrent leur place pour expliquer cet acte soudain. Matroos allait bouger, grâce à lui...  pourtant je ne voyais pas vraiment de l'espoir dans ses paroles... mais autre chose de plus sombre... Quelque chose que je n'aimais pas du tout.  

Les dents serrées, je le laissai alors renfermer le coffre avec ma main dessus... puis lorsqu'il m'embrassa sur le front, je ne pus m'empêcher de fermer les yeux en fronçant les sourcils. Ce fut donc après quelques secondes de silence que je décidai de mettre les pieds dans le plat sans prendre de pincettes...

« Tu sais que là, tu me fais peur.  Vraiment... On dirait que tu... que tu vas... Que tu vas partir... Définitivement !  A cause de tout ce qu'il va se passer ! »

Marquant une pause en bougeant les lèvres dans le vide comme pour essayer de trouver les mots, je finis par soupirer en plaquant une main sur mon front.

« C'est que, je, enfin, je ne veux pas te perdre. On dirait... que... »

Cela ne servait à rien d'en dire plus, il devait avoir compris... Plongeant alors mes yeux dans les siens, je finis par m'adoucir sans pour autant perdre cette angoisse qui crispait mon visage.

« C'est un très beau cadeau, mais... je ne veux pas que tu me le donnes en pensant que... ce qu'il va se passer va mal se passer... Franchement... Matroos, tout ça, ça me fait encore plus peur que l'engagement, c'est pour dire. »

Petite note d'humour pour ne pas sombrer, voilà une technique qui m'était propre, surtout lorsque je sentais les larmes monter. Contemplant mon père comme une fille soucieuse de l'avenir, je serrais avec force la boîte qu'il venait de me remettre avec compassion. Il n'était pas question de perdre qui que ce soit dans ces histoires de politique et de guerre...
avatar

On m'appelle Davill Hadmas


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Q.G de la Milice
MON AGE : 48 ans
Masculin
MESSAGES : 93
AGE : 22
INSCRIT LE : 01/01/2013
PSEUDO HABITUEL : Merwaan
Joyaux : 20
http://www.ile-joyaux.com/t1259-davill-hadmas-a-vos-ordres-general
Posté dans Re: Ma fille, je viens t'annoncer que...   - Mer 11 Déc 2013 - 4:47

Un instant, Davill avait lu dans les yeux de sa fille une inquiétude grandissante. Elle avait certainement craint pour l'intégrité de sa liberté, pensant voir disparaître la quiétude de la solitude. Mais il n'avait jamais été dans les plans du père d'imposer à son enfant un mari, quel qu'il soit. Parce qu'il ne s'agissait pas de la tradition familiale, et parce que le Général avait toujours tenté de préserver sa famille des habitudes des Marchands, et de celles grandissantes des Bourgeois. Sans mépriser les uns et les autres, il était fier de son ascendance modeste, et comptait bien la faire prévaloir lorsque viendrait le temps des joutes verbales..

Un nuage avait assombri son visage, et donnait raison à sa fille quant aux inquiétudes qui commençaient à l'envahir. Je ne partirai pas, au sens où tu l'imagines. Ma vie n'est pas en danger, et je suis bien entouré. Mais je m'engage dans une manœuvre qui, si elle n'est pas couronnée de succès, jettera probablement l'opprobre sur notre nom.. Convaincu de la stupeur à venir, il continua ses explications. Notre grande Matroos est en train de se mourir.. Les événements sur l'Île Blanche ont accéléré ce processus jusqu'alors resté à l'état de germe.. J'en ai pris conscience récemment en observant de l'intérieur le fonctionnement de notre Etat. Tout cela doit changer.. Un faux sourire, se voulant rassurant, vint s'installer sur ses lèvres alors qu'il passait ses doigts rugueux et épais sur la joue si douce et délicate de sa fille chérie. Tu n'as pas à t'inquiéter. Je ne m'engage pas seul, et.. Ce que nous faisons, nous le faisons avec la certitude que le peuple nous suivra. Et s'il n'en est pas ainsi, alors je préfère encore m'exiler sur le front et léguer mon poste à un homme satisfait de notre système.

Avec attention il attrapa son infusion et en but une autre gorgée dont le chaleur vint réchauffer l'intégralité de sa gorge. Il sentit le liquide descendre le long des parois internes de son corps, laissant une délicate sensation au passage. Quoi qu'il en soit, je ne suis pas venu pour t'inquiéter avec ces affaires barbantes de politicien, mais bien pour te demander d'accepter ce cadeau. Tu peux en parler à ta mère si tu le souhaites, même si je me doute qu'elle risque de s'énerver contre moi en l'apprenant. Et choisis savamment l'homme qui sera le tien. Tu peux me l'assurer ? ajouta-t-il dans un sourire caché dans son épaisse barbe.

Au creux de son ventre, une boule se dénoua, et le nœud d'anxiété qui s'était emparé de lui en arrivant disparu peu à peu. Il avait fait ce qu'il souhaitait faire, et était persuadé par la même occasion d'avoir fait le bon choix en se présentant à sa fille. Tu sais, en vieillissant, j'ai réalisé que je possédais peu de chose dans cette longue vie qui est la mienne. Bien entendu, j'ai accompli des actes donc certains se souviendront, mon nom restera gravé dans l'Histoire, mais personnellement, je ne possède qu'un nombre infime de choses. Tout d'abord, j'ai la chance d'avoir vécu une vie merveilleuse, et remplie d'événements variés. Ce que j'espère pouvoir raconter à mes petits-enfants, si je les vois un jour naître. Un clin d'oeil malicieux à l'attention de sa fille accompagna ces paroles. Mais à côté de ça, j'ai la chance de t'avoir eu. Tu as été la source d'espoir dès que tu es entrée dans ma vie, et dans celle de ta mère. Et ça, c'est le plus beau cadeau qui ait pu m'être fait. Je regrette vraiment de n'avoir pu être plus présent à tes côtés au cours de ces dernières années, mais le temps file et ne se rattrape pas.

Douces sont les paroles du père qui dans l'adversité de l'instant, craint pour sa vie, et pour sa fille.




DC : Louhane l'Ange
avatar
Citoyen

On m'appelle Talis Hadmas


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Errande / Midel-Heim
MON AGE : 21 ans
Féminin
MESSAGES : 139
AGE : 28
INSCRIT LE : 22/04/2013
PSEUDO HABITUEL : Nanaya
Joyaux : 245
Posté dans Re: Ma fille, je viens t'annoncer que...   - Sam 14 Déc 2013 - 15:40

Matroos ne vivait pas un bon temps. J'en avais conscience. Et c'était bien là le problème. Mon père faisant partie des piliers, je ne pouvais que craindre les événements à venir. Bien sûr, il capta de suite mon soucis grandissant et s'empressa de me rassurer avec de bons mots. Enfin... bons mots... Disons que la peur de le perdre ne disparaissait pas vraiment, mais je me sentais un peu mieux au moins. Après tout, je tenais de lui et ne lâchais jamais le morceau facilement.

Ainsi, je saisis enfin une tasse, puis y ajoutai trois types d'infusions différentes, celles que je préférais. Assise, face à celui qui m'avait tout appris, j'écoutai, non sans enlever cette expression de soucis sur mon faciès, les paroles qui arrivaient jusqu'à mes oreilles. Sa venue, la bague, ma mère... Ah ma mère... En effet, je la voyais bien s'insurger un peu face au présent mais aussi au libre choix qu'il m'était donné tout à coup. Et oui, je ne comptais pas vraiment me lier à vie avec un de ces bourgeois coincés comme elle pouvait l'espérer dans un recoin de son esprit... Enfin... Avec qui souhaitais-je partager ma vie en même temps ?

Soupirant après une énième réflexion intérieure sur mon caractère et mes goûts bien complexes, je reposai de nouveau un regard intrigué sur mon père. Voilà qu'il repartait sur un chemin qui me mettait autant mal à l'aise que mal tout court...  Le temps qui passait, les choses accomplies, une vie bien remplie... Souriant en mordant ma lèvre inférieure nerveusement à la perception des mots « petits-enfants », je restai alors sans voix après la salve de paroles touchantes dont il m'avait gratifié.

Déglutissant avec difficulté, je sentais mes pommettes s'embraser et mes yeux me piquer. Par Vama, je n'allais pas me mettre à pleurer comme une fillette de quatre ans quand même ! Avalant une bonne gorgée de mon breuvage en grimaçant sous la douleur, je finis par sortir une phrase en reposant la tasse sur la petite table.

« Eh bah, imagine des petits-enfants pire que moi, tu ne serais pas près de t'ennuyer ! »

Un rire franc ponctua ma phrase, puis se fut sur un ton beaucoup plus sérieux que je repris en tentant d'ignorer cette gorge qui se serrait à chaque mot.

« Le temps ne se rattrape pas, mais il nous en reste devant nous tu sais, beaucoup, et puis tu as été présent pour moi, faut pas t'en faire comme ça. Tu m'as appris vraiment, la preuve... je pense que pendant cette... heu, mission improvisée, je ne m'en serais pas tirée si je t'avais pas eu pour Père. Vraiment. Merci d'être là... Merci..

Un sourire empli de joie étira mes lèvres. J'étais fière, oui, fière que ma vie soit telle quelle. Peu à peu l'angoisse des dernières semaines s'évanouissait... Je me sentais mieux... A croire que toutes mes craintes, ou du moins les pires, s'étaient envolées. Enfin, j'avais l'impression d'avoir tourné la page pour avancer sereinement.  C'est pourquoi, une fois l'instant émotion passé, je décidai de reprendre en partant sur un tout autre chemin...  

« Tu as des nouvelles de ce qu'il se passe sur l'Île... ? »

Question soudaine. Peut-être un peu trop. Mais il fallait dire que cette histoire de guerre me trottait dans la tête aussi... Buvant une nouvelle gorgée de cette eau regorgeant de saveurs, je marquai une pause avant de m'expliquer.  

« Ça me trotte tout ça, une nouvelle île, et puis tant de miliciens sont là-bas.. D'ailleurs, le Capitaine en fait partie non ? C'est un ami à toi de longue date c'est ça ? »

Je voulais être apaisée, certes, mais je n'avais pas pu m'empêcher de poser la question qui me trottait dans la tête concernant Loghan. En plus d'avoir appris à le connaître un peu, j'avais une dette envers lui, et pas n'importe laquelle. Il m'avait sauvé la vie, cette foutu Île n'avait donc pas intérêt à l'emporter.  Ainsi, j'avais feint de ne pas trop le connaître, avec une habilité quasi nulle étant donné que le mensonge ne faisait pas partie de mes grands talents lorsque j'étais face à mon père. Cependant, je le voyais mal me questionner à son sujet, la Guerre devait déjà bien lui occuper l'esprit et cela me mettait déjà bien à mal...
avatar

On m'appelle Davill Hadmas


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Q.G de la Milice
MON AGE : 48 ans
Masculin
MESSAGES : 93
AGE : 22
INSCRIT LE : 01/01/2013
PSEUDO HABITUEL : Merwaan
Joyaux : 20
http://www.ile-joyaux.com/t1259-davill-hadmas-a-vos-ordres-general
Posté dans Re: Ma fille, je viens t'annoncer que...   - Lun 30 Déc 2013 - 13:35

Nul ne pouvait reprocher à Davill sa manière d'être en tant que père. En effet, il avait du faire des compromis dans sa vie affective, faisant parfois primer sa carrière sur sa famille, mais dans le fond, avec une vue d'ensemble, le tableau de sa vie était parsemé d'éléments immédiatement liés à sa fille, et, il fut un temps, à son épouse. Mais l'on n'est jamais aussi dur qu'avec soi-même, surtout lorsque l'on a sur le dos des responsabilités incomparables.

- Tu n'as pas idée des regrets que je peux avoir te concernant. Il m'est difficile de ne pas penser à toi, mais il m'est encore plus difficile d'accepter de ne pas te voir au moins aussi souvent que je le souhaiterais. Ce que j'ai accepté, je doute que beaucoup d'autres hommes soient capables de s'y confronter.. Ah ma fille, j'espère que tu seras fière de moi lorsque toute cette pénible entreprise sera conclue.

ll passe pendant quelques instants sous silence le sujet de l'Île Blanche, réfléchissant méticuleusement aux informations qu'il peut communiquer à son enfant.

- Et bien, la situation est sous contrôle. Tous les hommes font de leur mieux, et nous progressons convenablement sur le territoire ennemi. Malheureusement, malgré mes fonctions, j'aurais préféré que tout ceci se déroule dans la paix et avec diplomatie.. Ce que les autochtones n'ont pas l'air de souhaiter. A mon grand regret. Il semblerait toutefois que nos hommes aient effectué une percée dans leur Muraille soi disant imprenable, ce qui a mené à une avancée spectaculaire de notre armée dans leur territoire. Mais rien n'est joué, et je doute que cette triste affaire ne se termine avec un traité de paix.. De ce que j'en sais, les barbares qui peuplent cette terre glacée ne semblent pas au fait de ce qu'est la diplomatie. Ils ont tué l'un des Chamanes Korruliens de sang froid, et ont laissé son corps chuter du haut de leur muraille.. Personne ne s'attaquerait de la sorte à un homme aussi important qu'un Chamane..

Davill esquisse un sourire sincère avant de continuer.

- En effet, Loghan est parti sur place. C'est un vieil ami à moi, un officier prometteur qui a des talents indispensables. Je suis bien content de le savoir sur le terrain. Il est d'ailleurs responsable de cette percée dans les terres ennemies. C'est un bon capitaine. Mais je ne m'en fais pas pour lui, il est compétent, et je sais qu'il servira correctement la Milice. Comme chacun des hommes partis sur cette terre.. Vama bénisse leurs âmes..




DC : Louhane l'Ange
avatar
Citoyen

On m'appelle Talis Hadmas


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Errande / Midel-Heim
MON AGE : 21 ans
Féminin
MESSAGES : 139
AGE : 28
INSCRIT LE : 22/04/2013
PSEUDO HABITUEL : Nanaya
Joyaux : 245
Posté dans Re: Ma fille, je viens t'annoncer que...   - Lun 30 Déc 2013 - 15:04

Ah... la Guerre. Voilà qu'après une nouvelle vague d'émotions, je me retrouvais confronter au sujet qui avait le don de me mettre à mal. Les morts, le sang, les affrontements... la peur que tout s’effondre, et de perdre des êtres chers... C'était tout ce à quoi je pensais lorsque j'entendais ce satané mot. Ainsi, après un énième sourire et une dernière vague de picotements au niveau des yeux pour éviter aux larmes de couler le long de mes joues suite aux paroles de mon père, je prenais une expression plus sérieuse... Les rapports... Encore une chose que je n'aimais pas vraiment que je feignais de ne pas comprendre pour éviter de sombrer dans une angoisse constante. Pourtant, à cet instant, je n'avais pas d'autre choix que d'écouter. Après tout, n'était-ce pas moi qui avait posé la question concernant l'Île Boréale ?

Bloquant ma respiration suite à un réflexe idiot, je prenais note. La guerre penchait en notre faveur, on avait franchi le mur et entamé une percée dans les terres glacées non sans mal. Un acte qui laissait clairement entendre que la paix n'allait pas résoudre le conflit et qu'un de deux camps allaient devoir sombrer pour permettre la suprématie de l'autre... Un acte stressant en somme, d'autant plus que mon père enfonça sans le vouloir le couteau dans la plaie en mentionnant le peuple ennemi comme étant très dangereux... Un Chamane était mort... Son corps avait même été balancé vulgairement dans les airs...

Déglutissant bruyamment, je finissais alors ma tasse d'une traite. Quelle idiote j'avais fait en posant cette question... Sérieusement. Encore une belle bêtise qui allait me hanter un moment. Toutefois, je n'eus pas le temps de sentir mon estomac se nouer car un sourire vint se poser sur le visage si grave de mon paternel. Coupée dans mon élan, je l'écoutai alors parler du Capitaine dont il faisait des éloges en mettant en avant son expérience et ses actes... Tout cela avait de quoi être rassurant... et pourtant, je n'arrivais pas vraiment à imaginer tous ces hommes revenir en vie en étant satisfaits, doués ou non. Ainsi, je laissai un soupir ponctuer mes pensées, puis me levai en m'étirant avec lenteur.

« J'espère que tout ira bien là-bas... Enfin pour eux, histoire qu'ils reviennent vite...en état... »

Voilà que je sortai une phrase sans trop réfléchir, l'esprit focalisé sur Loghan, et regrettai rapidement de peur d'attirer une curiosité qui pourrait me mettre à l'aise. Clignant alors des yeux, je repris rapidement en me tournant vers mon père.

« Tu veux rester manger ici ? Ça te fera un peu de repos, et promis, on parle de tout ce que tu veux, sauf de... tous ces trucs déprimants. »

Un sourire se posa sur mes lèvres à cet instant puis un clin d'oeil vint ponctuer ma phrase. Mais avant qu'une réflexion soit faite, je décidai de prendre les devants en riant franchement.

« Je ne suis peut-être pas douée pour les histoires de cœur, mais je sais très bien faire la cuisine, il ne faut pas croire ! »

Un peu de légèreté n'allait pas nous faire de mal pour mettre un point final à cette conversation. Préparée à profiter de ce père que je ne voyais pas souvent, j'envoyai valser mes craintes concernant l'avenir et décidai de ne penser qu'à l'instant présent. Car après tout, c'était là le plus important.
avatar

On m'appelle Davill Hadmas


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Q.G de la Milice
MON AGE : 48 ans
Masculin
MESSAGES : 93
AGE : 22
INSCRIT LE : 01/01/2013
PSEUDO HABITUEL : Merwaan
Joyaux : 20
http://www.ile-joyaux.com/t1259-davill-hadmas-a-vos-ordres-general
Posté dans Re: Ma fille, je viens t'annoncer que...   - Lun 20 Jan 2014 - 12:09

Être père, quelle aventure de tous les instants. Cette fascinante expérience qui donne à un homme une nouvelle raison de vivre, une nouvelle personne sur laquelle veiller, de nouvelles causes d'échecs, de joie, de tristesse, d'inquiétudes.. Tout ce qu'il faut pour donner un nouvel élan dans une vie déjà bien mouvementée. Avec Talis il avait eu tout ceci sans discontinuité.
Mais aujourd'hui était un jour de retrouvailles, de plaisir et de joie. Rien de plus, rien de moins. Un sourire s'étire sur ses lèvres, et il va s'asseoir pour patienter, loin de toutes intrigues politiques, loin de tout souci militaire. Juste un petit instant en famille tant qu'il en est encore temps..

Spoiler:
 




DC : Louhane l'Ange

On m'appelle Contenu sponsorisé

Posté dans Re: Ma fille, je viens t'annoncer que...   -

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum