AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
» Communication externe
par Loth de la Vision Mar 21 Juin 2016 - 15:06

» Réversa [ TOP ]
par Invité Ven 27 Mai 2016 - 8:21

» Le monde de Dùralas
par Invité Jeu 26 Mai 2016 - 7:00

» Anthalia
par Invité Dim 22 Mai 2016 - 15:17

» Marbrume, La Cité des Damnés
par Invité Lun 16 Mai 2016 - 15:07

» Questionnaire pour soutenir infinite RPG !
par Invité Sam 14 Mai 2016 - 17:33

» Escalus
par Invité Jeu 12 Mai 2016 - 9:02

» Mass Effect : Reborn
par Invité Mar 10 Mai 2016 - 15:00

» Forum en pause
par Asàf Lysereän Mar 10 Mai 2016 - 13:47


Invité

On m'appelle Invité

Posté dans À l'auberge des rejetés   - Mar 30 Aoû 2011 - 4:53

Les trois jeunes femmes s'aventuraient dans les rues de Sant Poseïnos, à la recherche de la taverne dont Lianaëlle leur avait parlé. Venicya conversait joyeusement avec sa nouvelle amie, tandis qu'Abril les suivait dans un silence poli mais amical.

Ayant traversé le Quartier Animé, elles finirent par passer par la Rue des Plaisirs, au grand ravissement de Venicya. Ne connaissant pas la ville, elle se réjouissait d'en découvrir tous les recoins, même les plus secrets. Elle s'extasiait sans retenue devant les étranges boutiques qu'elles croisaient, et saluait avec un grand sourire les femmes quelque peu dévêtues postées dans la rue.

Au sortir de cette rue, les boutiques se faisaient plus convenables, malgré un aspect assez délabré et vieillot. Venicya gardait un œil vigilant afin d'essayer de repérer la taverne qu'elles recherchaient, connue sous le nom de Kendra Kam, ou encore auberge des rejetés.

C'est alors que ladite enseigne apparut au coin d'une rue. Mission accomplie ! La fille de Marchand, toute contente, se dirigea vers la taverne pour mieux l'admirer. Elle avait l'air par-faite. Elle semblait très bien illustrer Sant-Poseïnos, affichant une façade aux couleurs de la ville. Sa clientèle semblait dépourvue de touristes et être suffisamment convenable pour madame Ollie. Venicya se tourna vers Lianaëlle, le sourire aux lèvres, attendant une sorte de confirmation, quand un serveur ouvrit la porte.

Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: À l'auberge des rejetés   - Mar 30 Aoû 2011 - 7:55

« Oh ! » Fit-il d'un air surpris. « Si j'avais su qu'on allait avoir une telle charmante compagnie aujourd'hui, j'aurais peut-être considéré respecter la règle n°7. 'Sortir les poubelles, c'est par derrière.' »

C'est qu'il fallait faire un grand détour de cinq mètres pour passer par derrière. C'était ridicule. Tout ça pour éviter les situations comme celle-ci bien sûr (l'odeur répugnante qui s'éparpillait partout pouvait chasser les clients), mais ça faisait tellement longtemps qu'ils n'avaient pas eu de 'nouveaux clients' que Alois s'en soucia guère. Avec un charmant petit sourire il s'excusa auprès de la clientèle avant de disparaître dans la ruelle à côté.

« Installez-vous, je vous en prie, je viendrais vous voir dans un instant ! »

Et il était parti. Mais pas pour longtemps, ça je vous l'assure. C'était toujours intéressant de voir de nouvelles têtes. Surtout si elles faisaient leur apparition dans une auberge aussi louche. (Enfin, avis personnel... Il y a des gens qui trouvent que cela a son charme. Particulièrement les touristes !) Et si je peux être complètement honnête, Alois avait comme cette petite impression qu'il y avait des histoires captivantes qui se cachaient derrière ces trois aimables personnages. Déjà, elles ne semblaient pas vraiment d'être du genre à traîner ensemble, ce qu'il dériva en voyant les différents regards qu'elles portaient. L'une distraite, l'autre excité et encore une de sceptique. Certainement pas meilleures amies. Pourquoi venir dans une auberge telle Kendra Kam si elles n'avaient rien à raconter ? La bourgeoisie ne venait pas souvent par ici.

TUH. Ca risquait d’être magnifique tout ça. Il rentra par derrière cette fois-ci – comme un bon serveur – et les localisait dans la salle pour voir ce qu’elles allaient faire à présent.
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: À l'auberge des rejetés   - Mar 30 Aoû 2011 - 9:41

Lianaëlle s’était volontiers laissée porter par la bonne humeur de sa nouvelle amie. Le babillage enthousiaste et la traversée des rues en tout genre avait très vite chassé le souvenir quelque peu déplaisant de ses premiers échanges avec Abril. Désormais, elle la considérait plus comme une présence calme, presque rassurante – chose étrange, elle serait la première à l’admettre. Bref, elle était bien plus amène à faire la paix désormais.

Quand enfin l’enseigne de l’auberge des rejetés apparut, elle laissa sa curiosité naturelle la mener. D’un regard, elle l’apprécia tout autant que Venicya. Un nouvel établissement était synonyme, bien souvent, de nouvelles rencontres et de nouvelles histoires. Un prétexte supplémentaire pour passer le moins de temps possible à la demeure familiale. Elle allait partager sa pensée auprès de Veny et d’Abril, sans en avoir l’occasion.

Elle jeta un regard ahuri au serveur. Un drôle de personnage, qui accueillait les clients, poubelles en main. Règle numéro sept, hein ? Elle avait hâte devoir à quelles autres règles il pouvait déroger. Néanmoins, elle ne s’en formalisa pas vraiment –seul un rire amusé lui échappa – et, pour une fois docile, s’avança dans l’auberge, en cherchant une place où s’installer. Elle décréta bien vite, par flemme, par courtoisie, ou par goût du jeu qu’elle voulait plutôt bénéficier d’une surprise. Elle ne savait pas trop pour Venicya, mais comme sa jeune amie avait plutôt l’air du genre à se laisser porter par les événements et pas à faire de caprices quant à un simple emplacement, elle se tourna vers Abril, un sourire avenant aux lèvres en adéquation avec son humeur de plus en plus radieuse :

« Auriez-vous une préférence quant à notre emplacement, mademoiselle Ollie ? »


Ce n’était pas parce qu’elle se sentait plus à l’aise qu’elle se voyait tutoyer Abril comme elle le faisait spontanément avec la jeune Gotruscos. Elle s’en montrait pas moins plus ouverte d’esprit. Elle jeta un regard en biais au jeune et intriguant serveur qui revenait – par la porte de derrière, ce coup-ci – et s’amusait déjà de cet endroit. Si ni Abril, ni Venicya ne se prononçait quant à l’endroit où s’installer, peut-être se fierait-elle à l’avis du serveur.
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: À l'auberge des rejetés   - Sam 3 Sep 2011 - 18:41

Même en ayant l'esprit tourmenté, Abril ne pouvait s'empêcher d'être touchée par le charme de sa ville natale. Bien que silencieuse, elle n'en n'éprouvait pas moins une certaine fierté en voyant la jeune Gotruscos s'extasier devant les boutiques et autres façades de la rue des Plaisirs. Nul doute que Vuulte était loin d'égaler la splendeur de Sant Poseïnos.

S'étant laissée mener par les deux autres, c'est plutôt brutalement que la blonde fut tirée de ses pensées lorsqu'elles s'arrêtèrent devant la taverne dont il avait été question. Abril considéra l'enseigne avec circonspection; non, définitivement, elle n'y avait jamais mis les pieds. L'établissement présentait plutôt bien et ne semblait pas trop mal fréquenté. Se demandant quel genre de spécialités l'on pouvait bien servir ici, elle emboîta le pas à Venycia et Lianaëlle.

L'apparition de la poubelle - et du serveur derrière - ne l'amusa pas plus que cela - si elle avait géré l'endroit, il aurait été viré sur le champs - mais elle ne s'en formalisa pas pour autant. Certaines personnes n'avaient tout simplement pas le sens des convenances. Quand d'autres y étaient trop attachés. Bref, personne n'était parfait. Lorsque Lianaëlle lui demanda s'il elle observait une préférence quant à la table qu'elles allaient occuper, Abril prit le temps de considérer la question. Finalement elle pointa en souriant une table située juste à côté d'une grande fenêtre et agréablement éclairée par la lumière du jour.

"Cette table là me plait bien, à moins que vous n'y voyiez un inconvénient."
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: À l'auberge des rejetés   - Lun 5 Sep 2011 - 10:12

« C'est par-fait ! », s'était exclamée Venicya avec enthousiasme.

Elle était ravie. Après une agréable promenade dans les rues de la ville, elles avaient enfin trouvé l'auberge qu'elles cherchaient. Et par qui avaient-elles été accueillies ? Par un jeune et ô si charmant serveur aux manières adorables. La petite gaffe de la poubelle l'avait fort amusée - c'était bien son genre, à elle aussi ! même si elle doutait servir dans une taverne un jour - et elle l'avait suivi du regard alors qu'il s'en allait la jeter.

La salle était très charmante. Et la table que mademoiselle Ollie avait proposée l'était tout autant. Elle leur permettait de voir à la fois toute la salle et aussi par la fenêtre, et de bénéficier des rayons du soleil. Venicya s'y dirigea la première, choisissant une des chaises qui donnaient sur l'intérieur de la salle. Elle aimait beaucoup observer les gens, et elle attendait surtout de lorgner sur le beau serveur.

Le voilà qui arrivait, justement ! Sans doute pour prendre leur commande. La fille de Marchand réfléchit quelques instants.

« Je prendrais un rhum glacé au citron, s'il vous plaît. Et vous, Lianaëlle, mademoiselle Abril ? »
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: À l'auberge des rejetés   - Dim 2 Oct 2011 - 12:51

Eukay, elles s'étaient installés. C'était déjà ça. Enfin, c'était l'étape un. L'étape deux, c'était de prendre leurs commandes. La plupart du temps, Alois était très bien au courant de ce que prendraient les gens, vu qu'il y avait que de vieux habitués qui traînaient dans cette auberge. C'était toujours intéressant de voir ce que les gens commandaient.

Un rhum glacé pour la charmante demoiselle ! Répéta-t-il avec conviction.

And now the others...
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: À l'auberge des rejetés   - Mer 5 Oct 2011 - 12:22

Lianaëlle hésita, tout en couvant Venicya du regard. Voilà que la jeune femme s’était choisie une place de choix. Celle qu’elle aurait elle-même choisie, pour être toute à fait franche. Mais peu lui importait, en fin de compte. Elle se demanda brièvement si elle ne devait pas demander à Abril quelle place lui convenait le mieux, pour finalement hausser les épaules et s’installer aux côtés de Veni’, tout naturellement.

Sa place sélectionnée, elle prit garde à bien s’installer selon ses critères. Pas question de faire sa grande dame, ça non, elle préférait de loin croiser les jambes en biais, même si elle risquait quelque peu d’encombrer le passage. Ainsi, son coude, délicat, reposait sur la table sans qu’elle ne tournât le dos à son amie ; elle se tenait le dos droit sans être hautaine. Un parfait intermédiaire entre la grâce et la désinvolture.

« Que prendre ? »

La question lui avait échappée, alors qu’elle faisait attendre – honte à elle ! – ce si joli serveur. Dur de choisir. D’autant plus qu’elle n’aimait pas le rhum et ne pouvait se jeter dans la facilité pourtant tentante du « mettez-en deux ». Elle eut une moue contrite, qui plissa son nez droit en une mimique infantile, puis, se jeta à l’eau sur un coup de tête.

« Ce que bon vous semble, du moment que ce soit frais, et sans rhum. Surprenez-moi. »

Voilà, c’était bien plus drôle ainsi.
Une petite spécialité maison l’aiderait à se faire une meilleure idée sur l’établissement. Et sur son curieux serveur. Quant aux surprises, elle les aimait ! Alors bon, qu’importe où cela la mènerait.
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: À l'auberge des rejetés   - Sam 19 Nov 2011 - 21:44

Abril s'installe elle aussi, droite mais de façon néanmoins décontractée, les mains gentiment croisées sur la table. Bien se tenir était naturel chez elle, tellement incrusté dans ses façons qu'elle n'avait même plus à y prêter attention.

A son tour, elle considéra le serveur, non sans songer qu'il avait l'air quelque peu négligé, ce n'était pas très professionnel.


"Un lait au caramel, s'il-vous-plait."

La boisson préférée de Keylan, songea-t-elle avec tristesse. Peut-être que s'il s'avérait particulièrement bon elle pourrait revenir un jour en compagnie de Jaz et de leur fils.
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: À l'auberge des rejetés   - Lun 19 Mar 2012 - 17:00

Le serveur avait noté leur commande et était reparti. Venicya, attendant avec impatience de pouvoir rafraîchir son gosier, regarda ses interlocutrices.

« Alors, que pensez-vous de cet endroit, mes chères ? »

Elle-même le trouvait très charmant. Elle nota l'endroit mentalement, histoire d'y revenir quand elle pourrait. Elle regarda les deux jeunes femmes, et décida de s'y intéresser.

« Alors comme ça, Abril, vous vivez ici ? Dans votre famille, je suppose ? »
avatar

On m'appelle Tibor Keiron


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Sant Poseinos
MON AGE : 27 ans
Masculin
MESSAGES : 240
AGE : 46
INSCRIT LE : 02/05/2012
PSEUDO HABITUEL : Promor, Yannick, Janos et Raffaella
Joyaux : 3
Posté dans Re: À l'auberge des rejetés   - Lun 14 Mai 2012 - 8:23


Diantre ! Un vieil alcoolique grincheux et puant du bec, du nom d'Isaac, trimbalant une jambe de bois, et une péronnelle aussi féminine qu'un brigadier-chef moustachu, dont le prénom exact lui a échappé, mais qui ressemblerait vaguement à Nana ou Lana, voilà la description de ce que Tibor Keiron s'attend à rencontrer dans cette gargote. Quelques sous-fifres aussi, sans doute quelques pirates repentis qui titubent désormais dans les tavernes plutôt que sur le pont d'un bateau. C'est donc ici qu'en principe les marchands d'armes les plus compétents de Vanylle retrouvent leurs contacts matrosciens pour y traficoter dans une semi-clandestinité permanente. Cette information paraît fiable, elle a coûté une poignée de galons au cousin du Gouverneur, mais elle l'a profondément surpris ! Un vieillard un peu fêlé escorté d'une gamine revêche, sans doute aussi attirante qu'un canon ! Tibor escomptait beaucoup mieux que ça pour solutionner son problème et se faire conseiller quant au choix des explosifs qui lui seront nécessaires, tout en occultant bien entendu les aspects les plus embarrassants de son entreprise. Il a décidé de donner l'explication suivante : ce sera pour venir à bout d'une poignée de rochers particulièrement encombrants qui l'empêchent d'agrandir sa propriété qu'il aura besoin de ce matériel, et non pas pour fracasser les murailles du domaine de la Whalberg, domaine qu'il envisage de cambrioler en attirant, par une série d'explosions, tous les gardes à bonne distance de l'emplacement qu'il a repéré pour s'y infiltrer !

Pour cette négociation essentielle, le gentilhomme s'est vêtu avec raffinement, selon ses habitudes, afin que ses interlocuteurs puissent mesurer l'importance du personnage. Tibor est un dandy, il aime dresser des barrières entre la populace croupissant dans son jus, obligée de travailler comme des sauvages pour subsister, et entre les dignes représentants de l'élite de Matroos, dont il est incontestablement l'un des plus prestigieux spécimens. Il s'est donc habillé d'une chemise légère et d'un foulard de soie, jeté artistiquement sur son épaule, d'une redingote bleu tendre impeccablement ajustée à la taille, d'un pantalon uni et d'un gilet assorti, et sa barbiche, sa moustache et sa chevelure blonde sont irréprochables. Pour seule fantaisie, seule originalité, il porte une boucle d'oreille d'ambre, de couleur turquoise, de la même teinte que ses prunelles éclatantes et orgueilleuses. Voilà notre homme, dans sa version « lumière du jour ». La nuit, c'est masqué et costumé de noir qu'il rôde sur les toits, mais ce secret est bien gardé, il en va de son honneur et de sa vie.

Sans daigner jeter un regard aux boutiques qui se succèdent rue des Plaisirs, Tibor Keiron marche d'un bon pas vers l'auberge. Il la connaît, elle est plutôt calme, plutôt confortable, sans être d'un standing digne de son rang, mais notre gentilhomme n'a pas le choix. Il consent à se mêler à la masse laborieuse en cas de besoin, et les circonstances l'exigent aujourd'hui. Il pousse la porte, et, aussitôt, son faciès outrecuidant se tourne vers les rares clients. Il les examine avec froideur, avec aplomb, et les deux zigotos qu'il cherche des yeux brillent visiblement par leur absence. Qu'importe, il va en profiter pour se rafraîchir et attendre quelque peu. Il a horreur de ça, patienter est réservé aux larbins et aux cochers, un Keiron n'attend pas, mais en l'occurrence, il y est contraint.

Il s'installe dans un fauteuil, la mine contrariée, guettant tout mouvement dans l'entrée, en cette belle fin d'après-midi ensoleillée.



avatar

On m'appelle Janalya Hermontrick


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Vanylle
MON AGE : 23 ans
Féminin
MESSAGES : 339
AGE : 45
INSCRIT LE : 02/05/2012
PSEUDO HABITUEL : /
Joyaux : 5
http://www.ile-joyaux.com/t703-janalya-hermontrick#16309
Posté dans Re: À l'auberge des rejetés   - Mer 30 Mai 2012 - 8:37

Le voyage de Vanylle à Sant Poseïnos s'est déroulé sans histoire, Isaac a joué au capitaine, tout le long, distribuant ses ordres au seul et unique homme d'équipage, de sa voix grave et autoritaire. Jana aussi a eu son compte, c'est qu'il est inépuisable le bougre ! Mais elle a plutôt en tête la suite de leur voyage, et vu que le Romanz fait quelques caprices, elle va devoir trouver un autre moyen pour retourner chez elle et malheureusement, elle ne peut pas se permettre d'acheter à prix d'or le silence d'un autre capitaine de vaisseau, Sa cargaison est trop précieuse et illicite, pour la laisser aux mains d'un inconnu, Et elle n'a pas envie de finir à la Prison de la Brume. Elle espère que Xander Bioul, son intermédiaire, aura une solution à lui proposer.

Son affaire est à présent prospère et respectable non seulement à Vanylle, mais aussi dans certaines villes de Matroos. Et elle est reconnue, comme l'un des meilleurs Maîtres Armuriers, elle tient à cette bonne réputation, qui peut dissimuler les quelques transactions illégales qu'elle doit faire pour les Pirates. Pour l'instant, accompagnée de son oncle Isaac qui ne voulait qu'elle se rende seule en ville, elle va retrouver son contact, ici, à Sant Poseïnos. Ils marchent d'un bon pas, tous les deux, insensibles à l'agitation colorée du Quartier Animé. Ils se dirigent directement vers la Rue des Plaisirs, où ce brave Xander Bioul les attend, à l'Auberge des Rejetés, où il a ses quartiers. On y sert d'excellents repas, arrosés comme il se doit de vins fins de Gernie, ou du délicieux Borgo ...

Les échoppes multicolores de la Rue des Plaisirs regorgent de marchandises variées et de toutes les provenances, les chalands traînent encore le long des vitrines. Janalya apprécie toujours cette promenade au travers de la vile, quelque soit le moyen de transport, Sant Poseïnos reste une de ses destinations préférées, car on y mange bien mieux qu'à Vanylle. Et elle a une faim de loup, aiguisée par les odeurs alléchantes des plats de poissons qui font la réputation gastronomique de la ville et qui s'échappent des cuisines des auberges qu'ils dépassent. Enfin ils entrent à "l'Auberge des Rejetés", qui bien que son nom ne soit pas des plus accueillants, sert une excellente soupe de poissons dont elle raffole.

L'atmosphère feutrée et chaleureuse de la salle est toujours aussi agréable, quelques tables sont occupées, et Jana jette un coup d'oeil prudent à chaque client, mais rien à craindre, pas de Milicien. De jeunes femmes à la mise élégante échangent joyeusement les derniers potins de la haute société, un homme, genre gravure de mode, est assis dans un fauteuil et croise son regard, dédaigneusement, il semble attendre sa dulcinée, et bien sûr Xander, qui est déjà installé à sa table habituelle, plongé dans la lecture du Daily Jewels. Elle entraîne son oncle vers le lecteur impassible et l'apostrophe gentiment :

- Bien le bonsoir, Xander ! C'est toujours un plaisir de vous revoir, les nouvelles sont bonnes ? Pouvons-nous nous joindre à vous ? Je vous présente mon oncle Isaac Mansfield, Isaac, voici Xander Bioul, notre intermédiaire ici.

Sans attendre de réponse, la jeune femme prend place à table, les discussions sérieuses peuvent commencer, autant ne pas se gâcher le repas et se débarrasser séance tenante des choses importantes. Soudain importunée par la sensation désagréable qu'on l'observe, Jana se retourne brusquement et croise le regard turquoise, du dandy prétentieux. Effrontée, elle le fixe à son tour d'un air insolent, avant de revenir aux négociations en cours ...


Angélyne Montaigu, Hors la loi / Calyth Montivelle, Pilote / Ylaria Desnolancès, Cultivatrice
Avatar de Thélador, merci Wink
avatar

On m'appelle Tibor Keiron


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Sant Poseinos
MON AGE : 27 ans
Masculin
MESSAGES : 240
AGE : 46
INSCRIT LE : 02/05/2012
PSEUDO HABITUEL : Promor, Yannick, Janos et Raffaella
Joyaux : 3
Posté dans Re: À l'auberge des rejetés   - Jeu 31 Mai 2012 - 2:07


Quel pauvre spectacle, quel maussade et affligeant ballet, tout ce va-et-vient sans saveur dans l'entrée. Pour un esthète comme Tibor, qui fréquente et tutoie les personnages les plus prestigieux de cette partie du monde, et qui plaisante avec leurs épouses, beautés sculpturales et plantureuses dont les gorges ploient sous le poids des perles et les bijoux, ce spectacle si quelconque atteint les profondeurs abyssales de la tristesse et du néant. Il n'offre aucun intérêt.

Même un généreux soleil éclaboussant de son ocre les portes vitrées rutilantes de l'entrée n'y peut rien. Sa mission est impossible. Oui, impossible pour lui de métamorphoser cette profonde banalité des gueux, des gens du peuple, qui défilent d'un pas empressé, en cette distinction, ce raffinement exquis, qui habillent les dignes représentants de ce monde luxueux que Tibor côtoie journellement. L'élégance ici présente est trop fruste, trop clinquante, pour séduire notre homme, ou même pour simplement mériter un seul de ses regards de velours et de turquoise. Et il se fait suer, le bougre, en long, en large et en travers. Vivement la nuit pour qu'il puisse revêtir sa pelisse de ténèbres et rôder sur les toits. Le royaume des ombres, pour lui, c'est plus qu'un dérivatif, c'est plus qu'une double vie, c'est son oxygène, c'est sa lumière, même si cela peut paraître paradoxal. Mais le personnage est complexe. Tibor a parfois lui-même du mal à discerner ce qu'il est réellement, même si, en cet instant précis, il est le cousin du gouverneur, et s'il se doit d'agir comme tel.

Enfin ! Il en aura fallu du temps à ces lambins ! Mais le tuyau était valable ! Ça correspond au signalement ! Un ours mal léché traînant une patte folle d'un joli bois vermoulu, accompagné d'une haridelle efflanquée vêtue de cuir et de noir, les cheveux courts, taillés à la garçonne. Joli p'tit lot malgré tout pour ceux qui apprécient les grandes bringues un peu bécasses, aussi féminines que les dockers qui travaillent au port ou que les curés de campagne. Le charmant duo s'en va rejoindre une table où glande un bonhomme, planqué derrière sa gazette, et que Tibor n'avait pas remarqué. Sans doute un comparse de cette fine équipe de bras cassés.

Keiron hésite un tantinet en les regardant s'installer. C'est la donzelle qui s'explique en premier, mais d'où il est situé Tibor ne perçoit pas ses propos. Sans doute parle t-elle au nom de son patron, le boiteux, qui interviendra lorsque la conversation prendra une tournure plus intéressante et qu'il faudra qu'ils se mettent d'accord entre magouilleurs. Son regard croise celui de la typesse. Et il n'y distingue que du dédain, de l'arrogance. Elle se prend pour qui, cette pécore ? Ce n'est pas ainsi qu'on dévisage un Keiron ! Il lui adresse un sourire méprisant, mais, puisqu'il est là pour ça, puisqu'il a besoin de cette bande de joyeux drôles, il quitte son fauteuil et s'approche de leur table. Il se campe derrière la femelle, bien droit, l'obligeant ainsi à se retourner et à se tordre le cou si elle veut lui parler. C'est plutôt aux deux hommes qu'il s'adresse, négligeant ostensiblement de se présenter avant d'être certain de leur identité et de leur compétence. Il parle distinctement, mais sans élever la voix, ce qui est pourtant une de ses habitudes lorsqu'il discute avec des gueux.

C'est bien vous les marchands d'armes de Vanylle ? Les Hermontruc ? J'aurais besoin d'explosifs ! Il n'en dit pas plus et contemple les faciès des deux individus.



avatar

On m'appelle Janalya Hermontrick


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Vanylle
MON AGE : 23 ans
Féminin
MESSAGES : 339
AGE : 45
INSCRIT LE : 02/05/2012
PSEUDO HABITUEL : /
Joyaux : 5
http://www.ile-joyaux.com/t703-janalya-hermontrick#16309
Posté dans Re: À l'auberge des rejetés   - Jeu 7 Juin 2012 - 4:05

A peine le temps d'aborder les choses sérieuses avec Xander, qu'une voix grave et hautaine, qui manifestement ne souffre d'être ni négligée, ni contredite, vient s'immiscer désagréablement dans leur conversation. Janalya pressent que l'individu prétentieux avec qui elle a déjà croisé le fer, par regards crânes interposés, est le même malotru qui vient les déranger. Et cet imbécile fini l'ignore, complètement, considérant qu'elle n'est qu'une simple potiche, il s'adresse aux deux hommes attablés avec elle. Le mépris qui se dégage de sa façon d'écorcher son nom, en dit long sur son arrogance, et la fait bouillir, si bien que sans même attendre que l'un de ses compères prennent la parole, elle se lève brusquement, repoussant sciemment sa chaise dans les jambes du guignol guindé, qui se tient juste derrière elle, avec l'intention affichée de lui faire mal. Elle se tourne ensuite vers lui, pour s'apercevoir qu'ils sont quasiment de la même taille, et plonge son regard bleu glacial dans les iris myosotis qui la toisent avec un furieux dédain. D'une voix froide et posée, car elle n'est pas en position de faire un esclandre au milieu de l'auberge, elle rétorque le plus calmement de monde, un sourire résolument méprisant étire ses lèvres vermeilles :

- Oh je suis vraiment désolée, mais quelle idée aussi de se présenter dans le dos des gens ! Les bonnes manières se perdent à Matroos. Je m'appelle Janalya Hermontrick, et pas Hermontruc, lance-t-elle, insistant bien sur la dernière syllabe. Et je suis Maître Armurier, ne vous en déplaise, Monsieur le poseur sans éducation, pas "marchande d'armes" ! ajoute-elle, accentuant les guillemets d'un geste leste de ses mains. Qui êtes-vous d'abord pour venir vous imposer ainsi dans une conversation privée, sans la moindre excuse ? Nous ne sommes pas vos domestiques, ou vos gens ! Si vous avez besoin d'explosifs, il faudra attendre votre tour, j'ai d'autres chats à fouetter, bien plus importants, avant de m'occuper de ... votre petite personne ! Retournez donc vous asseoir dans votre fauteuil, dégustez votre verre et laissez-moi travailler ! Je vous ferai signe quand j'en aurai terminé, termine-t-elle franchement insolente. Puis, la main sur la garde ouvragée de sa dague, comme un avertissement muet, bien qu'elle n'ait pas grand chose à craindre d'un tel freluquet en un lieu public, elle reprend sa place, lentement, se désintéressant de ce gêneur.

A l'air estomaqué de ce pauvre Xander, elle se rend compte qu'elle a peut être commis un impair, mais le regard approbateur et le grand sourire d' Isaac sont ce qui compte le plus pour elle. Pas question, sous prétexte qu'elle vient de Vanylle, qu'elle se laisse marcher sur les pieds par une gravure de mode arrogante. Elle pose une main sur le bras de son oncle pour le remercier de son soutien, mais surtout pour l'avoir laissée régler seule cette intrusion intempestive. Délicatement, elle saisit de l'autre, le verre à pied élancé, déposé discrètement par le serveur pendant sa diatribe, fait miroiter le liquide ambré aux rayons dorés du soleil de cette fin d'après midi, puis avale une gorgée de ce délicieux Borgo qui fait la réputation de Sant Poséïnos, savourant la chaleur de l'alcool qui glisse onctueusement dans sa gorge, et échauffe d'une bien agréable façon, ses sens.


Angélyne Montaigu, Hors la loi / Calyth Montivelle, Pilote / Ylaria Desnolancès, Cultivatrice
Avatar de Thélador, merci Wink
avatar

On m'appelle Tibor Keiron


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Sant Poseinos
MON AGE : 27 ans
Masculin
MESSAGES : 240
AGE : 46
INSCRIT LE : 02/05/2012
PSEUDO HABITUEL : Promor, Yannick, Janos et Raffaella
Joyaux : 3
Posté dans Re: À l'auberge des rejetés   - Jeu 7 Juin 2012 - 10:04


Satanée haridelle ! De quoi j'me mêle ? C'est qu'elle est aussi mauvaise qu'une gale, cette drôlesse aussi aguichante qu'une porte d'étable ! Bien-sûr, il l'a un peu cherchée, il l'a superbement ignorée en intervenant à sa table, car il va de soi qu'au sein de son élite bourgeoise et aristocratique, les affaires sérieuses se règlent entre hommes ! Exclusivement entre hommes ! Les greluches n'ont pas droit au chapitre, elles sont uniquement là pour jouer les potiches, pour agiter les fesses et exhiber leurs avantages mammaires, deux choses dont cette pie ne dispose guère, de toute évidence, pas plus que d'une bonne éducation d'ailleurs. Mais était-elle obligée de lui occasionner un mal de chien en lui labourant les guibolles à grands coups de chaise, non, certes pas.

Il l'écoute, les yeux pétillant d'une rage difficilement contenue. Il pourrait exploser également, voire même la souffleter, ce qui lui procurerait un vif plaisir, mais il se maîtrise de son mieux. Tibor dispose d'une excellente réputation dans la ville, et les gueux s'empresseraient d'en faire des gorges chaudes s'il venait à s'empoigner avec une telle maraude mal ficelée. Ces imbéciles aussi inutiles qu'un chandelier en plein midi attendent de tels événements pour se moquer des personnes influentes qui les dépassent en fortune et en sagesse, de ce gratin auquel ils n'appartiendront jamais, c'est bien connu ! Une telle aventure nuirait aussi à la réputation de son cousin le gouverneur si leur nom était traîné dans la boue, ce que Tibor désire éviter autant que possible, car il dispose de sa protection et de sa bienveillance. Toutes deux pourraient lui être très utiles un jour ou l'autre, en raison des activités délictueuses qu'il entreprend la nuit, à l'insu de tous.

De plus, même si ces Hermontrick ne sont pas les seuls armuriers disponibles sur la place, ils sont certes parmi les plus fiables, du moins s'il faut en croire la rumeur, même s'ils ressemblent plutôt à un vieillard à-demi impotent et stupide et à une malade mentale particulièrement excitée et irritable, ce qui devrait logiquement nuire à leur commerce. Il se force donc à écouter jusqu'au bout les éructations de la grognasse, sans l'interrompre. Puis il réplique, lorsque la furie reprend sa place. Il réplique, oui, mais s'adressant de nouveau aux deux hommes, qui le contemplent avec des sentiments mitigés, visiblement, l'éclopé cacochyme paraissant plutôt jubiler, et l'autre semblant sidéré, voire totalement médusé.

Eh bien, par la faute de cette gorgone, Messieurs, vous venez de perdre une affaire particulièrement juteuse, qui pouvait en amener beaucoup d'autres, ainsi que la considération des Keiron, dont le plus illustre représentant est mon ami et cousin le gouverneur. Vous pouvez l'en remercier et l'en féliciter ! Soit ! Je m'adresserai donc à d'autres « marchands d'armes » ... conclut-il en reprenant volontairement les mots qui ont fait bondir la virago. Messieurs, je ne vous salue point !

S'avisant de ce que la jeune femme porte à ses lèvres un verre de Borgo, il cogne légèrement sa chaise d'un coup de genoux, ce qui suffit à la perturber et lui fait répandre quelques gouttes d'alcool sur ses vêtements. C'est en souriant que Tibor tourne le dos à la tablée et s'éloigne d'un pas vif vers la sortie, satisfait de cette anodine mais délicieuse vengeance. Cette négociation qui a fait naufrage bouleverse provisoirement ses sombres projets, elle retarde ses plans, mais au moins, l'honneur est sauf !



avatar

On m'appelle Joker

MESSAGES : 90
INSCRIT LE : 01/01/2012
PSEUDO HABITUEL : Joker
Joyaux : 4
Posté dans Re: À l'auberge des rejetés   - Ven 8 Juin 2012 - 3:47

Assis à sa table habituelle, Xander Bioul est arrivé en milieu d'après-midi à l'"Auberge des Rejetés". C'est un homme de haute stature et à la mise respectable, commerçant renommé et apprécié pour sa débrouillardise et ses approvisionnements aussi divers que variés. Il attend l'arrivée du Maître Armurier de Vanylle, Janalya Hermontrick, qu'il doit rencontrer aujourd'hui. Il aime bien traiter avec elle, car elle c'est une négociatrice rusée, et les discussions sont souvent âpres et très jubilatoires. De plus elle lui propose souvent des armes aussi originales qu'efficaces, c'est une débrouillarde qui n'a pas froid aux yeux. Et ce qui ne gâte rien, c'est une jolie jeune femme, qui, bien qu'impétueuse, sait se montrer charmante. Il s'est installé confortablement, a commandé un verre de son vin préféré, et lit le demier Daily Jewels, imperméable aux bavardages de ses voisines ou des autres consommateurs. Plongé dans sa lecture, il ne découvre son invitée et son compagnon que lorsqu'il entend sa voix flûtée, le saluer.

- Bien le bonjour à vous deux, enchanté de vous rencontrer Monsieur Mansfield. Asseyez-vous, avez-vous fait bon voyage ? s'enquiert-il tout en commandant des rafraîchissements. J'ai de mon côté réussi à réunir tout ce que vous m'aviez demandé ma chère Janalya ...Il écoute ensuite le capitaine qui accompagne Janalya, raconter les péripéties mécaniques du Romanz, qui ont retardé ses invités et il comprend que le retour à Vanylle ne va pas être simple. Mentalement il passe en revue ses relations, cherchant qui pourrait les dépanner, quand un homme les interrompt soudain, et s'invite dans leur conversation sans gêne aucune.

Surpris, il reconnaît immédiatement le cousin du Gouverneur, Tibor Keiron, dont on dit qu'il n'est guère commode avec les gens du commun. Il commet d'ailleurs l'erreur d'ignorer la jeune femme, s'adressant aux hommes qui lui font face. Erreur que relève immédiatement Janalya qui est très chatouilleuse sur son statut de négociante en armes et qui réagit si vivement, que Xander n'a guère le temps d'intervenir pour apaiser la discussion. Les choses s'enveniment rapidement et Keiron les quitte, les privant certainement d'une transaction juteuse, mais surtout d'éventuels marchés lucratifs avec le Gouverneur.

- Et bien voilà une monumentale bourde, ma chère, rembarrer ainsi cet homme puissant était bien la dernière chose à faire. Quelques affaires avantageuses pour vous comme pour moi, viennent de nous échapper stupidement. Croyez-en mon expérience, quand on attrape un si gros poisson dans ses filets, on ne doit pas le laisser filer. Peut -être pourriez-vous le rattraper et le ramener à de meilleurs sentiments ? Présentez lui des excuses, flattez son ego, faites lui du charme, peu importe, mais débrouillez vous pour qu'il revienne s'asseoir à cette table, qu'on puisse savoir ce qu'il désire ... Je ne peux pas me permettre de manquer une telle occasion, et vous non plus ! Allez pressez vous, ma jolie ! Il quitte l'auberge ...


Pour utiliser ce compte, faites une demande dans ce sujet.
avatar

On m'appelle Janalya Hermontrick


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Vanylle
MON AGE : 23 ans
Féminin
MESSAGES : 339
AGE : 45
INSCRIT LE : 02/05/2012
PSEUDO HABITUEL : /
Joyaux : 5
http://www.ile-joyaux.com/t703-janalya-hermontrick#16309
Posté dans Re: À l'auberge des rejetés   - Ven 8 Juin 2012 - 12:27

Sévère, cinglante comme le fouet, la réponse du gentilhomme endimanché ne se fait pas attendre, elle condamne sans appel, la conduite irrespectueuse de Jana, mais la prive aussi de marchés conséquents. Si elle se blâme intérieurement, elle affiche une mine sereine, sirotant son verre de Borgo. Que cet homme si important soit assez puéril pour donner un coup dans sa chaise et lui faire renverser quelques gouttes du liquide doré sur son bustier, la fait sourire :
- Bien joué ! murmure-t-elle pour elle-même, c'est de bonne guerre, dommage la suite aurait pu être intéressante ... Elle écoute sans broncher le discours raisonnable de Xander, car sa décision est prise. Elle est bien trop curieuse, et bien trop assoiffée de reconnaissance, pour laisser passer une telle occasion de se voir admettre comme un fournisseur du Gouverneur.

- C'est bon Xander, vous avez raison, j'y vais, acquiesce-t-elle de mauvaise grâce, en se levant. Elle fait disparaître les quelques gouttes du cuir châtaigne de son caraco, en le tamponnant avec une serviette de table, et se dirige lentement vers la porte, comme un condamné se rend à l'échafaud. Elle a oublié un instant qu'elle n'était pas à Vanylle, qu'ici, ce n'est pas celui qui parle le plus fort qui est reconnu, mais plutôt celui qui a la plus grosse bourse à sa ceinture. Sa fierté va prendre un sacré coup de canif, mais elle n'a pas le choix, elle doit assumer son mauvais caractère et réparer cette stupide bévue, sinon Xander lui en voudra à mort, et elle doit reconnaître qu'il aura raison. Si on lui faisait ce coup-là, elle serait bien capable de sortir de ses gonds, voire d'en venir aux mains.

Le dandy irascible a passé la porte de l'auberge, et Jana presse le pas, elle préfère l'accoster dehors afin qu'il ne l'humilie pas devant toute la salle, les clients curieux de son esclandre la regardant déjà sortir. Immuable le soleil a continué sa course et ses rayons rasent désormais les toits des maisons qui longent la Rue des Plaisirs, réchauffant les murs d'ombres orangées. Quelques belles de nuit, à qui on doit le nom de cette rue, apparaissent ça et là, racolant les hommes, accompagnés ou pas. Jana sourit en se disant qu'elle serait très étonnée de voir ce gandin de Keiron s'arrêter, mais si elle ne se décide pas, il disparaîtra dans la foule bigarrée qui circule encore à cette heure.

Elle accélère le pas et arrive enfin à la hauteur du jeune homme, il a bien plus fière allure à l'extérieur que dans la salle de l'auberge, il pourrait même être séduisant s'il quittait cet air pincé et hautain, inhérent à sa caste. Non, non Jana, ne joue pas à ça, trop dangereux pour toi ce genre de bonhomme ! Oui mais voilà, c'est ça qui est amusant ! Et elle se lance, posant légèrement sa main sur son bras pour le ralentir :

- Attendez, Monsieur, attendez, s'il vous plaît ! Laissez-moi une chance de m'expliquer, de m'excuser ! déballe-t-elle rapidement, sans reprendre son souffle et surtout sans lui laisser le temps de répliquer. Elle plante hardiment son regard gris bleu, dans les prunelles, non pas myosotis comme elle l'avait cru au premier abord, mais plutôt turquoise à la lumière du jour. Captant du coup son attention, elle opte pour la plus désarmante des franchises : - Ma conduite de tout à l'heure est, je sais, impardonnable, mais ne condamnez pas Xander Bioul qui n'y est pour rien. Il ne vous arrive jamais de ces journées où vous préféreriez ne pas être sorti de votre lit ? C'est ce que j'ai vécu aujourd'hui, et bien sûr cela ne me dédouane pas de ma stupidité, mais je vous en prie, revenez à notre table, vous pourrez discuter à votre aise avec Xander, je me tairai même si vous l'exigez ...termine-t-elle, redoutant la sentence de cet homme froid et arrogant ...


Angélyne Montaigu, Hors la loi / Calyth Montivelle, Pilote / Ylaria Desnolancès, Cultivatrice
Avatar de Thélador, merci Wink
avatar

On m'appelle Tibor Keiron


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Sant Poseinos
MON AGE : 27 ans
Masculin
MESSAGES : 240
AGE : 46
INSCRIT LE : 02/05/2012
PSEUDO HABITUEL : Promor, Yannick, Janos et Raffaella
Joyaux : 3
Posté dans Re: À l'auberge des rejetés   - Lun 11 Juin 2012 - 9:34


Bougres d'ânes ! Que de temps perdu à cause de cette peste insolente et de ses acolytes ! Ça fait des semaines que Tibor s'efforce de mener à bien son délicat projet, le plus rapidement possible, et le voici dans l'impasse alors que sa stratégie est enfin établie ! Et pourquoi cette hâte ? C'est tout simple ! Parce que sa cible, la Whalberg, richissime célibataire déboulant d'on ne sait où, risque de disparaître un jour ou l'autre, aussi soudainement qu'elle est apparue, ou de se séparer des bijoux et des galons qu'il convoite ! Dès lors, s'il ne parvient pas à acquérir les explosifs qui lui sont indispensables, il aura manigancé tout ça pour rien ! Cette idée suffit à l'indisposer énormément, car il va de soi qu'un Keiron, même dans ses activités les plus secrètes et les plus délictueuses, déteste patienter et ne pas maîtriser son sujet. Cette pie d'Hermontrick appartient vraiment à cette catégorie de jeunes mijaurées arrogantes dont il a horreur, à cette légion de bougresses sans cervelle qui s'estiment habiles en affaires alors qu'elles ne comprennent strictement rien au commerce ! La preuve en est là ! Ils ne se sont pas entendus alors que Tibor était prêt à délier largement les cordons de sa bourse !

C'est dans cet état d'intense énervement que le gentilhomme s'éloigne à grands pas, pestant contre cette tuile inattendue, croisant sans les voir les badauds qui lambinent devant les vitrines des boutiques, baignées par la douce chaleur de cette après-midi languissante, tel un troupeau compact et anonyme. Soudain, des pas plus rapides derrière lui, et une main s'accroche à son bras ! Qui ose ? Il lève les yeux vers l'importun, qui est une importune. Janalya Hermontrick ! Il aurait du s'en douter ! Sans doute a t-elle réfléchi lorsqu'il a pris la tangente ! Sans doute ses deux sbires ont-ils contribué à lui ouvrir les yeux, sans doute lui ont-ils clairement expliqué qu'il est maladroit de refuser de travailler pour une famille aussi illustre que les Keiron ! Soit ! Il l'écoute, car il a besoin de ses services. Il l'écoute d'ailleurs avec une légitime satisfaction. Elle est contrainte de reconnaître ses torts, de faire amende honorable, de présenter ses excuses, ce qui flatte l'égo du cousin du gouverneur et, il faut bien l'avouer, ce qui charme le voleur qui sommeille en lui et ne s'éveillera qu'au coucher du soleil.

Mais, avant toutes choses, soigner les apparences ! Il se doit à son personnage d'aristocrate. Le voleur n'est qu'un oiseau de nuit. Il dort le jour. Et l'histrion enfile son masque de froideur et d'arrogance, sans interrompre pourtant les propos du maître-armurier. Non, il l'observe, discrètement. Le soleil illumine de sa tendre clarté dorée les topazes de ses yeux magnifiques. Elle a un visage frais, un visage franc, sans impuretés, sans défauts. Elle est plus jolie qu'il ne l'avait constaté dans un premier temps, sous la lumière parcimonieuse de la taverne. Vêtue d'une toilette élégante, avec quelques rembourrages ça et là, maquillée et joliment coiffée, elle pourrait même se promener à son bras. En dissimulant sous une robe du soir ce nombril qu'elle expose outrageusement, par exemple.

Voilà ! Notre donzelle a terminé. Tibor fait mine d'hésiter un moment, toujours pour la même raison : l'étiquette, la distance à sauvegarder entre leurs mondes, entre un élégant gentilhomme et une fille de Vanylle, commerçante aux allures de pirate. Bien, ça suffit ! Il accepte.

C'est d'accord, jeune fille. J'accepte vos excuses. Nous y retournons. Et vous avez droit à la parole. Un sourire bref de ses yeux turquoise, un brin moqueurs, et il lui indique le chemin, comme si elle l'ignorait. Toujours l'étiquette. Je suppose que nous en discutons devant vos deux compères ? Mais parlez-moi donc de cette fichue journée ! ... ajoute t-il en lui tenant la porte entrouverte.



avatar

On m'appelle Janalya Hermontrick


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Vanylle
MON AGE : 23 ans
Féminin
MESSAGES : 339
AGE : 45
INSCRIT LE : 02/05/2012
PSEUDO HABITUEL : /
Joyaux : 5
http://www.ile-joyaux.com/t703-janalya-hermontrick#16309
Posté dans Re: À l'auberge des rejetés   - Mer 20 Juin 2012 - 6:25

Immobiles au milieu du trottoir, îlot isolé dans l'océan mouvant de la foule des badauds qui circulent encore, les deux jeunes gens s'affrontent du regard, topaze contre turquoise, la tension est palpable, électrique. Et il hésite ce goujat ! Il prend son temps ! Il savoure son embarras, et dans ses yeux céruléens dansent de petites flammes moqueuses, qui la rassurent un peu, et démentent la froideur de son apparence. Quel drôle de personnage, songe-t-elle, en écoutant sa réponse. Dommage qu'il soit aussi coincé, il pourrait être séduisant ... s'il souriait plus souvent ... Jana lui décoche un grand sourire commercial, celui qu'elle réserve à ses clients récalcitrants à lâcher leurs galons, alors qu'ils passent la porte de l'auberge. Et elle se lance dans l'énumération de la liste exhaustive de ses déboires de la journée :

- Un second qui se casse la jambe en tombant du toit de sa maison, ce matin, avant d'embarquer, un oncle surprotecteur qu'il a fallu caresser dans le sens du poil pour le convaincre de m'accompagner pour le remplacer, un vaisseau capricieux qui ne pourra nous ramener à Vanylle, puisqu'il est en panne, une cargaison délicate, qu'il faut conduire chez nous rapidement ... Et pour couronner le tout, mon caprice de tout à l'heure .... termine-t-elle, avec cette fois un vrai sourire, un sourire d'excuses, qu'elle lui adresse avant de reprendre sa place à la table des négociations. Prenez une chaise et dînez donc avec nous ! On discute mieux le ventre plein !

Janalya, retrouvant ses bonnes manières, joue son rôle d'hôtesse avec naturel, et présente Xander comme son intermédiaire commercial et ami de longue date, et Isaac comme son oncle et capitaine provisoire du Romanz. Puis laissant le temps à son invité de dernière minute, de prendre une chaise, elle jette un clin d'oeil complice à son oncle Isaac, dont le verre ne semble pas avoir de fond, elle espère juste qu'elle n'aura pas besoin d'aide pour le ramener jusqu'au Romanz, après ce dîner qui promet d'être mémorable, au vu de son début plutôt chaotique. Elle appelle ensuite le serveur afin que chacun puisse commander ce qu'il désire savourer. Enfin elle se tourne vers Keiron, qui à sa grande surprise, est venu s'installer entre elle et Xander, alors qu'un siège libre trônait à l'opposé.

- Alors, dites-moi tout, vous voulez que je vous trouve des explosifs, Monsieur le cousin du Gouverneur. Mais vous avez un net avantage sur moi, glisse-t-elle dans un sourire espiègle, qui pétille jusque dans ses prunelles d'azur. Vous semblez en savoir beaucoup sur mon oncle et moi, alors que je ne connais même pas votre nom. Reconnaissez que pour vous céder une marchandise aussi délicate, il me faut en savoir un peu plus,et sur vous, et sur ce que vous projetez d'en faire. J'ai peut être ce qu'il vous faut à bord du Romanz. Sinon il vous faudra attendre mon prochain voyage, en espérant que cette fichue panne, ne nous bloque pas au Spatioport pendant des lustres. Sans quoi, il va vraiment falloir que je trouve une solution pour rejoindre Vanylle au plus vite ... Ses yeux clairs plongent dans le regard turquoise, épiant avec curiosité ses réactions ... C'est qu'il l'intrigue, ce type de la haute, qui cherche de la dynamite ...



Angélyne Montaigu, Hors la loi / Calyth Montivelle, Pilote / Ylaria Desnolancès, Cultivatrice
Avatar de Thélador, merci Wink
avatar

On m'appelle Tibor Keiron


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Sant Poseinos
MON AGE : 27 ans
Masculin
MESSAGES : 240
AGE : 46
INSCRIT LE : 02/05/2012
PSEUDO HABITUEL : Promor, Yannick, Janos et Raffaella
Joyaux : 3
Posté dans Re: À l'auberge des rejetés   - Jeu 21 Juin 2012 - 4:03


Manger avec ces pignoufs, dans cette gargote horriblement banale ? Voilà une bien curieuse idée. Cette donzelle est charmante, soit, elle a un très joli nombril, soit, mais comment peut-elle croire qu'un Keiron puisse accepter de se mêler aux goinfreries animales d'un sac à vinasse déjà largement éméché et de son acolyte, ce Xander Bioul, dont le nom est bien connu à Matroos, et qui n'y bénéficie pas d'une réputation exceptionnelle, étant plutôt considéré comme un habile filou dans tout ce qui est lié au trafic d'armes.

Bref, se joindre à une équipe aussi bizarroïde et équivoque n'est sans doute pas raisonnable pour le cousin du gouverneur en place, et le gentilhomme soucieux de son étiquette et du quand-dira-t-on hésite sérieusement, mais c'est Tibor le voleur qui décide en s'installant à côté de la brunette. Et le bougre compatit sincèrement aux mauvaises fortunes qui ont accablé sa voisine. Un tel enchaînement de catastrophes est plutôt exceptionnel. Tibor entrevoit d'ailleurs une solution qui pourrait régler l'un d'entre eux, mais il décide de patienter encore un tantinet avant de proposer son aide, histoire de voir comment évoluera la négociation. Il hoche la tête en écoutant la suite des propos de Janalya. Tiens, il croyait bien s'être présenté, ou que tout le monde l'avait identifié, mais visiblement ce n'est pas le cas. Il s'exécute donc. Le voici redevenu l'aristocrate imbu de sa personne, aimant éblouir ses interlocuteurs, capable d'exagération et de démesure pour y parvenir, s'employant à époustoufler tous ceux qui ne disposent pas de son aisance et de sa fortune, même si celle-ci repose sur ses activités nocturnes et bien-entendu illégales, ce qui d'ailleurs ne regarde que lui.

Je suis Tibor Keiron, jeune fille, un des plus importants régisseurs de la politique de Matroos, et un des piliers de la communauté économique et des soirées mondaines. Cousin du gouverneur, ainsi que vous le savez déjà ... insiste t-il, un peu lourdement, savourant cette évidence. Et j'accepte donc votre invitation à partager ce repas. Cela va nous permettre de faire plus ample connaissance et de discuter de notre petite transaction. Je ne connais pas les spécialités de la maison, vous pouvez commander pour moi comme pour vous. ... ajoute t-il tout en ne se faisant guère d'illusions sur la qualité de la cuisine proposée par l'établissement. Et je goûterais volontiers à ce Borgo, du moins s'il en reste un peu ... enchérit-il en observant du coin de l’œil Xander et l'autre vieille bourrique assoiffée qui se pochardent allègrement.

En ce qui concerne les explosifs qu'il désire acquérir, il n'est pas pris au dépourvu. Il a préparé ses boniments depuis longtemps, puisqu'il lui est impossible bien entendu de révéler l'usage exact de cet achat. Il enchaîne donc, succinctement. Inutile de trop en révéler, car cela pourrait engendrer des questions plus embarrassantes ... Les alentours de ma propriété sont encombrés d'énormes rochers qui m'empêchent d'agrandir mes jardins. J'aimerais donc les réduire en miettes pour étendre mon domaine, et allonger aussi les pâturages qu'occupent mes triqueballes ...

Il tergiverse un instant, puis, une pensée en amenant une autre, et la brunette paraissant attentive à ses propos, il poursuit ... Mes triqueballes pourraient d'ailleurs constituer une des solutions à votre problème de transport. Ce sont des animaux puissants, qui m'obéissent parfaitement, et qui pourraient véhiculer votre cargaison puisque votre vaisseau vous a malheureusement lâchés. Du moins si votre trajet évite le désert, auquel ils ne peuvent s'adapter à cause de la chaleur intense.

Tibor cogite rapidement. Il n'a pas l'intention de s'encombrer des deux poivrots, mais peut-être pourrait-il montrer ses deux énormes bestioles, dont il est particulièrement fier, à la Maître-armurier. Il propose donc ... : Je pourrais éventuellement vous les faire voir ce soir, après le dîner, si l'idée vous intéresse ? Mais bien-sûr c'est donnant-donnant, si vous utilisez mes animaux, vous me ferez un prix d'ami pour les explosifs ... ajoute t-il en souriant cette fois très franchement, sans retenue, ce qui fait pétiller joliment ses prunelles turquoise.



avatar

On m'appelle Janalya Hermontrick


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Vanylle
MON AGE : 23 ans
Féminin
MESSAGES : 339
AGE : 45
INSCRIT LE : 02/05/2012
PSEUDO HABITUEL : /
Joyaux : 5
http://www.ile-joyaux.com/t703-janalya-hermontrick#16309
Posté dans Re: À l'auberge des rejetés   - Dim 24 Juin 2012 - 10:46

Des triqueballes ? Ces énormes bestioles ? Brrrr, ça lui fait froid dans le dos, et le voilà qui en parle comme s'ils étaient de simple ganias. Mais il n'a pas tort ce serait la solution idéale, bien sûr moins rapide que le Romanz, mais bon, à chemanoir donné on ne regarde pas les dents. Par contre il sera obligé de l'accompagner, et ça, c'est un problème, car le passage entre Matroos et Vanylle est un secret que seuls les pirates connaissent. Pas question de révéler cette information au cousin du Gouverneur, Vanylle serait réduite à feu et à sang par la Milice. Mais Janalya n'a pas le choix, elle trouvera bien une solution à l'approche du défilé. Alors que leurs assiettes de soupe de poissons sont servies, et leurs verres remplis de Borgo bien frais, elle commence à se détendre, la journée pourrait finir bien mieux qu'elle n'avait commencé. A la table les discussions vont bon train, d'un côté Xander et Isaac qui dissertent sur le Borgo, vidant verre sur verre, de l'autre Keiron et elle en pleines négociations commerciales. Elle ne compte plus les bouteilles qu'ils ont descendues depuis leur arrivée, ils se débrouilleront tous les deux pour rentrer après tout ! Elle s'arrange pour garder son verre presque plein, de façon à garder la tête froide, elle y trempe juste les lèvres de temps à autre pour laisser croire qu'elle boit autant que les autres convives, elle n'en est qu'à son troisième verre et c'est largement suffisant !

Le dandy semble se décoincer un peu et petit à petit la conversation s'engage plus sereinement, par moment il abandonne cet air hautain et méprisant qui sied à sa condition de grand de Matroos. Cet achat d'explosifs lui tient visiblement à coeur, mais elle ne sait pas pourquoi, elle a un doute sur l'utilisation qu'il veut en faire. N'importe quel artisan bâtisseur de Sant Poseïnos, lui aurrait fait sauter ses rochers, alors pourquoi le faire lui-même ? Et ses yeux, par Vama, il devrait être interdit d'avoir des yeux pareils ! Depuis qu'il est à table, il ne cesse de la regarder, et les nuances de bleus qu'elle y discerne, révèlent son humeur, aussi sûrement qu'un baromètre. Et là, alors qu'il sourit franchement, ils prennent une jolie couleur turquoise, limpide comme l'eau de certains lagons paradisiaques, elle a presqu'envie d'y plonger ... Mais stop, pas touche, se morigène-t-elle, c'est un Keiron, et elle une pirate ! Enfin c'est son oncle le pirate de la famille, elle est plus intéressée de piller les portefeuilles que les vaisseaux.

- Voilà une proposition, qui ma foi, tient la route. Je n'aime guère ces grosses bestioles, et pour être honnête, elles me fichent la trouille. avoue-t-elle dans un sourire espiègle. Elles sont d'une force phénoménale et vous écraseraient d'un rien. Mais si vous dîtes qu'elles sont dociles, ça pourrait faire l'affaire. Elle cogite à toute allure se demandant si elle peut faire confiance à cet homme, puis décide de prendre le risque, après tout s'il doivent voyager ensemble, au pire il restera prisonnier à Vanylle, s'il tente de la rouler. Elle lui confie à voix basse : - Le chargement est très lourd, il s'agit de huit canons, vous croyez qu'ils pourront tirer une telle charge ? Puis reprenant un ton normal, elle ajoute : - Quant aux explosifs, et bien il va falloir que j'évalue la quantité qu'il vous faut, à moins que vous ne le sachiez déjà, alors autant faire d'une pierre deux coups, ne vous inquiétez pas du prix si vous nous ramenez à Vanylle je suis prête à vous faire un sacré prix !

La soupe est excellente et accompagnée de petits pains tièdes, qui fondent dans la bouche, un vrai régal, les morceaux de poissons qui surnagent, sont tout aussi succulents, si bien qu'elle a presque terminé son assiette, alors que le gentilhomme chipote, hésitant manifestement à goûter. Elle ne peut se retenir de le taquiner, plongeant ses yeux gris pétillant de malice dans ses prunelles turquoise :

- Vous pouvez manger sans crainte, la soupe est délicieuse et les poissons divins, ça vous changera de votre ordinaire de luxe. Quoique vous en pensiez, vous pourriez être surpris, agréablement surpris. Je ne cherche pas à vous empoisonner regardez, j'ai presque fini ... Nous irons voir vos bêtes et vos rochers ensuite, si vous le voulez bien, nos deux autres amis resteront là, à comparer les différentes cuvées de Borgo !


Angélyne Montaigu, Hors la loi / Calyth Montivelle, Pilote / Ylaria Desnolancès, Cultivatrice
Avatar de Thélador, merci Wink

On m'appelle Contenu sponsorisé

Posté dans Re: À l'auberge des rejetés   -

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum