AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
» Communication externe
par Loth de la Vision Mar 21 Juin 2016 - 15:06

» Réversa [ TOP ]
par Invité Ven 27 Mai 2016 - 8:21

» Le monde de Dùralas
par Invité Jeu 26 Mai 2016 - 7:00

» Anthalia
par Invité Dim 22 Mai 2016 - 15:17

» Marbrume, La Cité des Damnés
par Invité Lun 16 Mai 2016 - 15:07

» Questionnaire pour soutenir infinite RPG !
par Invité Sam 14 Mai 2016 - 17:33

» Escalus
par Invité Jeu 12 Mai 2016 - 9:02

» Mass Effect : Reborn
par Invité Mar 10 Mai 2016 - 15:00

» Forum en pause
par Asàf Lysereän Mar 10 Mai 2016 - 13:47


avatar
Forban du Désert

On m'appelle Feliadès Fille de l'Ombre


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Dunes Mouvantes - Clan des Hà'Sagàris
MON AGE : 39 ans
Féminin
MESSAGES : 52
AGE : 28
INSCRIT LE : 15/07/2013
PSEUDO HABITUEL : Nanaya
Joyaux : 50
Posté dans De sombres secrets   - Lun 6 Jan 2014 - 4:47

Flash Back

Cité Ostracisée d'Ofägar ~ 4/5 ans auparavant


Il y a des choses qui ne se disent jamais... Des actes qui restent bien enfouis dans les méandres des souvenirs passés... Pourtant, la Vérité est là, claire, évidente, mais on refuse toujours d'avouer l'impensable car une simple faiblesse pourrait entraîner une chute des plus mortelles... Mais la peur reste la peur... et même cachée, ignorée, refoulée, elle finit toujours par être révélée.

« … hm... C'est...  Un mâle. »

Les mains habilement posées sur le ventre imperceptiblement arrondie de Feliadès, Kahan venait de donner son verdict, après de longues minutes d'observation dans un silence pesant. Imperturbable en dépit de la montée d'angoisse qui lui rongeait l'estomac, la fille de l'Ombre, qui se trouvait allongée, ne dit pas un mot, et se contenta de fermer les yeux en prenant une bouffée d'air.  

« Et je n'ai plus de Graine de Bleutée pour ce que tu prévois de faire Feliadès. »

Inflexible, celle qui portait à nouveau la vie adressa à la vieille femme un regard pénétrant. Si elle souhaitait se débarrasser de l'enfant rapidement, elle allait devoir se débrouiller seule. Peu lui importait de devoir se confronter au désert et à ceux qui pouvaient bien le peupler en bordure. Après tout, jouer l'ombre qui se glissait habilement dans les tableaux de la société dégradante de Korrul faisait partie des choses qu'elle maîtrisait le mieux.  

« J'ai juste besoin de quelques heures. Le temps d'une chasse sanglante en solitaire. Tu m'as comprise. »

Se relevant avec précaution pour éviter une ultime nausée qui viendrait ébranler son masque de fer, la chef du Kerkeïs des Hà'sagàris alla chercher une longue toge de couleur sable dans un coin de son antre pour l'enfiler avec une certaine grâce.  

« Veille sur Cherune , et toutes les autres. Préviens Siwan, elle sait quoi faire, mais pas un mot à Kalinka , je n'ai pas envie de l'avoir sur le dos. »

Le ton autoritaire et tranchant, Feliadès continua de se vêtir afin de se camoufler à la perfection. Corps couvert, visage dissimulé, un arc ainsi que quelques flèches habilement cachés et voilà qu'elle était prête à affronter le désert. Se tournant alors vers Kahan  qui n'avait pas bougé d'un pouce, la fille de l'Ombre la toisa d'un regard impérial.  

« Merci. »

Après avoir prononcé un dernier mot d'une voix qui avait mélangeait froideur et bienveillance, la Forbanne s'éclipsa dans l'obscurité qui commençait doucement à disparaître au profit de la lumière du jour.

________________


Ce fut donc une fois à dos d'Avernas qu'elle s'élança dans le désert, ayant pour objectifs de trouver ces fameuses Graines de Bleutée.  Tournant pendant des heures autour des massifs rocheux sans grand succès, elle finit par se tourner vers la Cité des Ostracisés qui bordait Ofägar dans un dernier espoir. Cela faisait loin, elle en avait conscience, toutefois, elle ne pouvait revenir les mains vides... Pas avec ce qu'elle portait en elle.  

Laissant son Avernas dans un lieu sûr, Feliadès rejoignit la ville à pied, en se fondant parfaitement au décor. Le monde était tellement pauvre qu'elle doutait fortement attirer l'attention bien cachée derrière sa toge éprouvée par le temps. Ainsi, elle se glissa dans les dédales de la cité à la recherche de la personne qui pourrait lui fournir ce qu'elle voulait en l'échange de petites richesses volées qu'elle avait emportée avec elle.

Contenant ses envies de meurtres décuplées à cause de son état à la vue de la gent masculine peu respectueuse, la Forbanne resta de marbre, et pressa le pas jusqu'à une sorte de place principale non loin des murailles. Balayant la place d'un regard impérial, elle s'arrêta alors sur une vieille femme qui détenait ce qu'elle cherchait depuis bientôt une journée à présent. N'attendant pas une seconde de plus, elle alla à sa rencontre, en se faisant entendre le moins possible pour un échange des plus vitaux. La transaction ne dura que quelques secondes, juste le temps qu'il avait fallu à l'Ostracisée pour contempler les richesses qu'avait apporté Feliadès avec elle. Fière et soulagée, la Fille de l'Ombre fit alors demi-tour une fois les graines obtenues. Il ne lui restait plus qu'à rejoindre la sortie à présent.

Ou du moins, elle l'espérait grandement sans se douter qu'il allait en être totalement autrement.






Feliadès Fille de l'Ombre
« Tu connaîtras le vertige… Avant que la flèche ne te fige… »  



Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: De sombres secrets   - Sam 18 Jan 2014 - 9:57

Était-il en train de faire une erreur ? Eut-il mieux fait de ne rien faire ? A ces deux questions, sans doute tout son entourage eut-il répondu avec conviction "oui". Tandis que lui, un entêtant "non" ne le lâchait pas. Le jeune cultivateur était décidé... Prêt à en découdre avec quiconque eut tenté de  le retenir. Mais son plan avait marché, et à présent, couvert de sa grande cape couleur terre sèche, dont dépassaient seulement deux mains et deux pieds couverts de bandages usagés - il en avait fait de même avec son visage... ! Malgré une certaine répugnance - Radank allait en toute discrétion... Au milieu du misérable peuple de Korrul. Les ostracisés. Les murs entourant le monde de civilité qui l'avait vu naître et grandir étaient derrière lui. Et il n'eut laissé aucun doute lui faire faire demi-tour.

A mesure qu'il marchait, dardant des regards inquisiteurs de sous sa capuche vers les errants qu'il croisait, le garçon avait l'impression qu'ici, les rayons du Soleil était plus impitoyable, le sable plus sec, le vent plus vicieux... Il devait y avoir du vrai, là dedans, étant donné les constructions grossières qui constituaient cette caricature de "cité". Mais il y avait quelque chose à voir avec l'existence même qui semblait être menée ici... Les visages de certains enfants étaient heureux, certes. Mais Radank y lut aussi de la peur, et une sorte de fatalisme qu'il n'eut jamais pensé voir dans les visages de jeunes de son âge. Mais aucun de ceux qu'il ne côtoyait d'ordinaire n'avait les joues aussi creuses.

Si les adultes, aux mines patibulaires pour bien des hommes, l'intimidaient, le fuyard profitait néanmoins grandement de son déguisement : ils semblaient qu'autour de lui, il y en avait bon nombre pour être dupe. Malade, qu'ils devaient penser. Et pour éviter toute contagion, ils se tenaient à distance... Peut-être un peu trop. Regardant d'un côté, il fut percuté de l'autre... Quand il leva le regard de surprise, se fut pour croiser un regard  colérique. Qui se chargea aussi de dégoût... Et de peur. Des mots durs et une violente poussée le jetèrent à terre, dans la poussière et le sable. Toussotant, il se releva, voyant son 'agresseur' filer à toute allure en jetant un regard mauvais par dessus son épaule. Ne perds pas de vue ton objectif. Se morigéna-t-il, alors qu'il tremblait... Un peu. Je trouverais cette sorcière, et elle me guérira !

Se relevant, il s'épousseta, pour regarder avec une dureté vexée la direction qu'avait pris l'homme... Avant de se détourner, pour mieux l'oublier. Son "mal" a lui, il ne le transmettait à personne : la faiblesse. A s’essouffler bien vite, à se faire mal à cause d'une vulgaire chute qui eut laissé un bambin riant encore... S'en était rageant, de ne pouvoir suivre les autres. D'être laissé en arrière. Il n'avait trouvé pour seul recourt que... La magie. Et il n'y avait que les rejetés du Dieu - qui ne devait pas l'apprécier non plus d'ailleurs, ah, ironie ! - pour la pratiquer sans son accord. Sinon, il y avait les chamanes... Mais autant oublié. Son cas ne devait en rien être une "cause" intéressante. De patience il devrait faire preuve, comme toujours. Bah. A douze ans, il en avait assez de patienter.

Assez pour prendre pour vérité des rumeurs. Ce que l'impatience avait éclipsé de son esprit.

S'accrochant à son espoir, il s'approcha d'une femme, qui observait un gamin jouer plus loin, qui le ne remarqua que quand il s'adressa à elle.

"Excusez-moi..." Toussota le cultivateur. "Est-ce que vous sauriez où se trouve la... Sorcière ?"
"Ne me touches-pas !" Siffla soudainement l'ostracisé, en faisant deux pas en arrière à la vue de ses mains couvertes de bandages, qu'il avait levé en un geste implorant. "Gardes ta maladie pour toi !"
"Mais..." Parvint-il seulement à dire, surpris.
"VA T'EN !" lui fut-il craché au visage.

La mère s'empressa d'aller attraper son enfant, pour le tirer plus loin, tout en surveillant Radank, qui n'avait pas bougé. Garder quelques distances alors. Conclut-il, un peu ébranlé. Il s'adressa à un homme, sans l'approcher. Un crachat dans sa direction, et une fuite, furent sa seule réponse. Néanmoins, il persévéra. Sous les rayons sans compassion du Soleil, Radank posa la question à une dizaine de personne, perdant peu à peu ses bonnes manières alors que la frustration venait gangrener son espoir.

"Dis-moi où elle est !" Finit-il par crier à la face d'une vieille femme, qui lui avait grincé de déguerpir.

Le visage défiguré par la colère, l'ancêtre lui jeta une pierre. Celle-ci se prit dans le tissu, juste au dessus de son visage... Mais il n'en ressentit pas moins une piqûre douloureuse.

"Disparais, porte-malheur ! Va crever dans le désert !" s'époumona la vieille d'une voix cassée.

Soudainement effrayé, il voulut partir... Mais d'autres projectiles volèrent soudain, accompagnés de "Va-t-en ! Meurt !" colériques et criards. Choqué, il réalisa qu'il s'agissait d'enfants encore plus petits que lui qui l'agressaient comme cela. S'y était-il pris d'une mauvaise manière ? Pourquoi ne lui disaient-ils pas simplement ce qu'il voulait savoir ? Ces questions disparurent, alors qu'il ne pensait plus qu'à fuir les cailloux qui lui étaient lancés, se mettant à courir. Réalisant vaguement qu'il n'avait pas la moindre idée de comment retourner d'où il était venu, ou où trouver des Veilleurs, il se borna à avancer aussi vite qu'il le pouvait... Avec les petits à ses trousses. A qui se mêlèrent d'autres. Je ne vous ai rien fait imbéciles ! Laissez-moi !

Mais les enfants n'en firent rien, alors même que le jeune garçon sortait brusquement de l'étroitesse entre les maisons pour arriver sur une place. Regardant par dessus son épaule, il constata ce fait avec un soubresaut paniqué de son cœur... Avant de brusquement entrer en collision avec quelqu'un, à ne pas regarder devant lui. Avec sa petite taille, il ne fit pas tomber l'inconnu, alors que lui même s'étalait par terre. Il sentit des petits cailloux rebondir sur sa cape... Paniqué, il se releva précipitamment, sous les injures d'une autre vieille femme dont il avait piétiné un vêtement usé traînant par terre. Toute politesse oubliée, il remarqua à peine que la silhouette qu'il avait percuté semblait être celle d'une femme, avant que ses jambes ne l’entraînent dans une course hasardeuse, aussi loin qu'elles le pouvaient de ses agresseurs.
avatar
Forban du Désert

On m'appelle Feliadès Fille de l'Ombre


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Dunes Mouvantes - Clan des Hà'Sagàris
MON AGE : 39 ans
Féminin
MESSAGES : 52
AGE : 28
INSCRIT LE : 15/07/2013
PSEUDO HABITUEL : Nanaya
Joyaux : 50
Posté dans Re: De sombres secrets   - Sam 18 Jan 2014 - 16:07

Flash Back

Cité Ostracisée d'Ofägar ~ 4/5 ans auparavant


Alors qu'elle avait entamé un demi-tour gracieux en faisant voler les pans de sa tunique de couleur ocre, Feliadès fut percutée par un être non identifié car vint réveiller la sombre forbanne qu'elle pouvait être dans certains moments. Ainsi, un éclair de fureur passa dans ses yeux d'or lorsqu'elle aperçut une petite personne, un enfant sûrement, fuir comme un fou. Ignorant les réactions de dégoûts qui continuaient de fuser derrière elle, elle commença à marcher vite, sans lâcher la silhouette des yeux tel un prédateur chassant une proie facile. Le moment avait mal été choisi pour un tel écart, surtout dans l'état où elle se trouvait. A cran, à bout, et ne pensant qu'à supprimer l'être qu'elle portait en elle le plus rapidement possible  pour avoir l'esprit apaisé, elle n'était pas d'humeur à faire l'impasse sur un impoli de jeune âge.  

Lancée dans la traque, la fille de l'Ombre accéléra le pas, puis commença à se faufiler dans la foule, rapide et agile pour ne pas lâcher sa cible des yeux. Cependant, le petit jeu ne dura pas quelques secondes comme elle aurait pu l'espérer. Perdue dans le dédale de la cité Ostracisés, elle commença alors à perdre patience et elle ne se priva pas de bousculer légèrement les obstacles humains qui s'étaient dressés devant elle en soupirant avec force. Ne sachant pas pourquoi elle tenait vraiment à punir ce petit insolent qui l'avait bousculé, elle ignorait complètement ce qu'elle allait lui faire une fois entre ses griffes. Le tuer ? Non... Lui asséner un bon coup sur la tête ? Non, il méritait bien pire. Oh oui, bien pire qu'un simple coup.

Marquant alors une pause suite à une nausée trop violente qui vint lui brouiller la vue quelques secondes, la Cheftaine en profita alors pour essayer d'analyser la situation plus posément le visage crispé par une colère naissante. Sans lâcher la silhouette des yeux qui semblait prendre un chemin assez clair, elle reprit doucement ses esprits en marchant à un rythme lent... Prendre un raccourci s'avérait être la meilleure des solutions, surtout pour intercepter sa proie de façon plus violente. Se faufilant alors dans les chemins qui se traçaient dans la cité, Feliadès finit par tomber à quelques mètrs de la petite personne qu'elle filait... et laissa un fin sourire étirer ses lèvres fines.  

La course finirait hors de la cité, un bon point pour elle qui n'allait pas retenir la rage qu'elle avait accumulé depuis des jours. De ce fait, elle s'élança littéralement sur les talons de sa cible une fois qu'elle se sentit mieux. Enivrée par l'envie de passer ses nerfs sur quelqu'un qui venait de lui porter atteinte, elle se glissa aussi rapidement qu'une ombre vers celle qui courait devant elle, et une fois que cette dernière fut enfin à sa portée, elle élança sa main pour tenter de l'attraper avec la poigne forbanne typique des Hà'sagàris.






Feliadès Fille de l'Ombre
« Tu connaîtras le vertige… Avant que la flèche ne te fige… »  



Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: De sombres secrets   - Sam 18 Jan 2014 - 16:43


Le coeur frappant plus fort qu'il ne l'avait jamais fait, son sang hurlant à ses oreilles, Radank courait. Poussé par la force de sa peur... Parce que les gamins ne le poursuivaient plus. Mais elle le poursuivait. Le garçon pensait l'avoir reconnu comme celle qu'il avait bousculé, sans en être sûr. La surprise de voir cette adulte jaillir d'une rue transversale devant-lui, et le regarder... Laisse-moi ! Je ne t'ai rien fait ! Sans comprendre pourquoi, il s'était mis à courir encore, alors qu'il n'était coupable de rien, envers personne. Bousculant, se faufilant, heurtant... La peur l'avait saisi à la gorge alors que, regardant derrière lui, il l'avait vu. Toujours là. Le poursuivant, lui. Après les enfants, cette femme. Mais ils étaient fous, ici ! Fous ! Il n'avait rien fait de mal, il voulait juste trouver la sorcière... !

Mais cette pensée d'innocence n'avait pas fait long feu, consumée par l'énergie que dépensait sans mesure ses jambes. Perdu, terrifié, il fut complètement pris au dépourvu par la soudaine étendue qui se livra à lui, alors qu'il fusait entre deux badauds. Le désert... Éblouissant, aveuglant... Et brûlant. C qui ne l'avait pas retenu, réalisant que sa poursuivante n'abandonnait pas, alors même qu'ils quittaient la cité des ostracisés. Le souffle court, la gorge desséché, le gamin bien loin de chez lui s'était élancé sur le sol instable et traître, ses pieds se dérobant sur le sable...

"L... Laisses-moi !" souffla-t-il, entre deux inspirations heurtées.

Ses yeux s'écarquillèrent de terreur quand il réalisa qu'une ombre fusait sur la sienne. Ses jambes se dérobèrent soudain, et dans un chaos de grains volant, le cultivateur dévala, roulant sans parvenir à se retenir, la petite colline, avalant son lot de sable. Mais la sensation de cette masse qui fondait sur lui sans raison, le danger qui faisait battre comme un fou son cœur... Le fit se relever, après une dernière roulade. Toussant, il tituba en avant... Avant de se retourner, pour brandir ses mains enveloppées de bandages.

"Ne... Ne m'approches-pas, je suis mal... !" dit-il faiblement, sans force.

Et sans qu'il ne comprenne, sa tête fut soudain trop lourde. Son corps, vide. Fait chaud... Le Soleil sembla emplir son ciel, effaçant le monde. Il ne se sentit même pas tomber.
avatar
Forban du Désert

On m'appelle Feliadès Fille de l'Ombre


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Dunes Mouvantes - Clan des Hà'Sagàris
MON AGE : 39 ans
Féminin
MESSAGES : 52
AGE : 28
INSCRIT LE : 15/07/2013
PSEUDO HABITUEL : Nanaya
Joyaux : 50
Posté dans Re: De sombres secrets   - Sam 18 Jan 2014 - 17:37

Flash Back

Cité Ostracisée d'Ofägar ~ 4/5 ans auparavant


Feliadès voyait déjà sa proie entre ses doigts fins, mais non dépourvus de force, lorsqu'elle se retourna brusquement pour agir de façon... étonnante. Dans la course, elle avait ignoré ses roulades ainsi que les éclats de voix qui lui étaient parvenus... Mais là, elle ne put contourné l'enfant qui venait de lui faire face en brandissant ses mains entourées de bandage en criant d'une voix qui se voulait être masculine qu'il ne fallait pas l'approcher.  

Contrôlant l'arrêt brutal de la course avec dextérité, la Fille de l'Ombre laissa un rire nerveux ponctuer la phrase du jeune garçon. Croyait-il vraiment que son état allait la mettre à mal ou lui faire peur ? Le pauvre, il n'avait pas misé sur la bonne tactique, même si elle était très bonne.  Ainsi, l'ombre de la Forbanne continua de s'avancer de façon menaçante vers lui, ce gosse, qui serait un homme plus tard et qui ne méritait pas de vivre un instant de plus si on y réfléchissait bien. Pourtant, alors qu'elle était prête à fondre sur lui pour corriger sa dernière erreur, elle se stoppa dans son élan à la vue de l'état déplorable de sa proie attrapée.  

En effet, le gamin avait fini par sombrer, en tombant avec douceur sur le sable chaud du désert. Croyant tout d'abord à une ruse stupide de sa part, Feliadès s'avança d'un pas impérial vers le corps en faisant entendre une voix glaçante et assassine.

« Crois-tu pouvoir me duper, vermine ? »

Cependant, le gamin aux bandages semblaient vraiment souffrir d'un malaise. Entre la fuite et les blessures qu'il pouvait cacher derrière tout cet attirail, il n'avait pas du avoir assez de force. Aussi faible qu'un insecte... voilà ce qu'il était, et le désert allait le prendre entre ses bras brûlants pour une denière étreinte mortelle.

Dégageant le capuchon qui couvrait son visage parfait, la Cheftaine libéra sa chevelure d'un noir jais et sortit la gourde qui contenait de l'eau fraîche d'un geste rapide. Il n'était pas question que le petit trépasse de cette façon, pas après avoir reçu le châtiment adapté. Ainsi, avec lenteur, elle alla versé de l'eau sur sa figure, après l'avoir retourné avec le bout de son pied non sans prendre de pincette.

« Faible. Petite. Chose. »

Ne voyant qu'aucune réaction n'avait suivi son geste, Feliadès ne se montra pas patiente et sortit finalement son arc en relevant la bure qui l'avait si bien caché.  Totalement instable et ne souhaitant plus s'attarder sur un cas désespéré pour pouvoir s'occuper de son propre problème, elle sortit une flèche en alliant agilité et grâce puis, visa le tas de tissus au sol en levant la tête d'un air dédaigneux.  

*Tue le, tue le, tue le, tue le, VAS-Y *

Mais il n'en fut rien. Paralysée, la Cheftaine resta sur place, les yeux écarquillés, la mâchoire crispée par une colère sans limite. Pourquoi ? Pourquoi n'arrivait-elle donc pas à prendre la vie de cette chose alors qu'elle pouvait tuer n'importe qui d'autre en temps normal... ? Peut être était-ce à cause de ce problème qu'elle fuyait depuis des années...Ce problème qu'elle refusait d'admettre tant il était honteux mais qu'elle ne pouvait ignorer plus longtemps à présent car il lui revenait en pleine figure... Telle une claque violente et déstabilisante.





Feliadès Fille de l'Ombre
« Tu connaîtras le vertige… Avant que la flèche ne te fige… »  



Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: De sombres secrets   - Sam 18 Jan 2014 - 18:54

La drôle de sensation sur son visage... Humide... Je... Je suis... Il pouvait ouvrir les yeux. Étrangement, il sentait la lumière qui le frappait. Pourquoi ? Radank se sentait fatigué, mais pas très bien. Revenant lentement à la conscience, il se redressa. toussa, à cause de sa gorge sèche. Porta la main à son visage. Des bandages, mouillés. Hésitant, le garçon releva la tête. Et se figea à la vue de la flèche qu'une femme pointait dans sa direction. Si proche... Il eut pu en toucher la pointe s'il avait tendu le bras, croyait-il. Son souffle se ralentit, alors qu'il attendait...

Sauf que rien ne vint. Le vent faisait voler de temps à autre un peu de sable, en un mince voile descendant la dune. Il percevait du coin de l’œil la masse de la ville, pas bien loin, en entendait presque la rumeur... Malgré toute l'attention que focalisait cette chose, meurtrière, qui ne le quittait pas. Et le regard vacillant, là, juste derrière.

"Tu... Ne fatigues-pas ?" Finit-il par dire faiblement, ayant l'impression que le moindre son allait mettre un terme à ce temps, qui s'allongeait... Sans qu'il ne meurt d'une flèche dans le corps.

C'était une question stupide... Mais le fait qu'il soit encore vivant l'était tout autant. Sa fichue perte de conscience avait laissé la possibilité de l'abattre sans même qu'il ne s'en rende compte... Sans qu'il sache pourquoi... Il était revenu à lui, et le danger était toujours là. Pour l'enfant Serghar, c'était incompréhensible. Et l'impression que chaque inspiration pouvait être la dernière lui pesait. D'autant que les bandages humides le gênaient pour respirer, l'eau qui lui avait été versé dessus - mais pourquoi ?! - les rendant adhérents à ses lèvres. Dans un petit éclat de colère frustré, il se saisit brutalement des lambeaux de tissus, et les arracher à son visage, indifférent à révéler ainsi son visage sans couleur, ses yeux rouges...

"Qu'est-ce que tu attends ?!" S'exclama-t-il, toussant presque aussitôt, s'y étant pris trop brusquement.

Son corps trop faible en tremblait, de son effort. L'envie de courir avait continué sans lui, le laissant épuisé et las sur le sable brûlant, à la merci de ce Soleil qui l'insupportait... Et de cette femme qui ne se décidait pas.

"Tu t'amuses ?!" Lança-t-il sur un ton de reproche, dardant un regard pâle et rougeâtre de sous sa capuche. Rageur, il lança ,es bandeaux humides, qui allèrent percuter l'une des jambes tendus. "Je ne peux pas courir bien loin, presque pas crier ! Et même si je pouvais, ils s'en ficheraient, ces ostra' !" S'emporta Radank, s'adressant à l'inconnue tout comme au ciel sous lequel il vivait. "Et je sais même pas pourquoi tu m'as couru après..." Hoqueta-t-il, son émotion ne le portant plus guère, face à la fatigue.

D'un revers de main contrarié, qui défit un peu de tissu, révélant un doigt tout aussi blanc que sa figure, il effaça une larme qui perlait, malgré-lui. Pleurer dans le désert était parfaitement stupide. Pleurer, ne servait à rien, de toute façon. Ryun avait décidé de l'ignorer avant même qu'il ne vienne au monde.
avatar
Forban du Désert

On m'appelle Feliadès Fille de l'Ombre


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Dunes Mouvantes - Clan des Hà'Sagàris
MON AGE : 39 ans
Féminin
MESSAGES : 52
AGE : 28
INSCRIT LE : 15/07/2013
PSEUDO HABITUEL : Nanaya
Joyaux : 50
Posté dans Re: De sombres secrets   - Dim 19 Jan 2014 - 5:12

Flash Back

Cité Ostracisée d'Ofägar ~ 4/5 ans auparavant


Perdue dans la contemplation du garçon qui avait commencé à bouger, Feliadès ne faisait... rien. Totalement paralysée, en proie à des pensées qu'elle n'aimait guère, elle ne pouvait se résoudre à abattre sa cible de la façon la plus lâche qu'il soit. Pourtant, elle ne le toucherait pas, seule la flèche qui se trouvait à quelques centimètres de son visage le ferait, de façon nette et précise. Mais en vain, la Cheftaine resta figée, la rage lui grignotant les entrailles face à cette faiblesse qui était sienne.

*Pourquoi, pourquoi je ne peux pas LE FAIRE ! *

Hurlant mentalement à sa propre conscience, elle fut alors encore plus déboussolée par de nouvelles paroles faibles émise par le gamin aux bandages étranges. Lui non plus ne devait pas comprendre pourquoi le bourreau qui avait passé tant de temps à lui courir après ne faisait rien en dépit de son geste engagé. Ainsi, cela plongea de nouveau la fille de l'Ombre dans un état extrême. Car oui, elle comprit bien vite ce qui n'allait pas et pourquoi elle tenait tant à détruire la vie qui palpitait en elle le plus tôt possible...

Faible. Voilà ce que Feliadès était face à un enfant qui l'était tout autant pour la simple et bonne raison qu'elle ne se sentait pas capable de lui prendre la vie. Tuer ne lui avait jamais posé de problème, sauf qu'elle avait pris conscience il y a quelques années que cela n'était pas tout à fait le cas. Pour sûr, l'annonce de sa première grossesse mâle l'avait fait paniquer, littéralement. Se sentant incapable d'égorger un nouveau né alors que cela faisait partie des fondements du clan, elle avait trouvé une solution parfaite, la graine de bleutée, afin de tuer la vie avant même qu'elle n'ait eu de le temps de s'y attacher.

Ainsi, le fait de tomber nez à nez avec le gamin au moment où elle s'adonnait au sombre rituel de la fausse couche déclenchée enfonça de nouveau le couteau dans la plaie. C'était comme si le désert avait décidé de la mettre à l'épreuve en la confrontant au problème qu'elle refusait admettre. Cependant, tout cela ne s'arrêta pas... Non... car le garçon finit par déchirer les bandages qui couvraient son visage dans un excès de furie, en demandant à Feliadès ce qu'elle attendait.

Foudroyée par la vision de sa peau blanche et de ses yeux rouges, elle ignora la réflexion qui avait franchi ses lèvres, pour laisser place à une douce surprise sur son visage. Les yeux écarquillés, mais les traits soudainement plus détendus et moins crispés par la colère, elle contemplait l'être blanc de façon énigmatique sans ressentir le moindre dégoût. Faible, il l'était, d'ailleurs, lorsqu'il reprit la parole pour la défier de sa petite voix, il se fit littéralement engloutir par l'émotion. Émotion qui sur le coup, n'ébranla pas le moins du monde la Cheftaine. Alors comme cela, il ne comprenait pas pourquoi elle lui avait couru après ? Un rafraîchissement de mémoire s'imposait.

De nouveau plus ferme à cause de la raison de la poursuite qui venait de revenir dans la discussion, Feliadès baissa alors son arc, puis s'avança d'un pas vers le garçon pour lui asséner une gifle qui claqua brutalement dans les airs.  

« LA FERME ! »

Le souffle court pour une raison qui lui échappait, elle recula légèrement, puis baissa les yeux en déglutissant difficilement afin de reprendre d'une voix froide.

« Tu ne sais pas ce que tu as fait ? L'impolitesse d'une bousculade, ignare... »

Perdant de nouveau son regard d'or sur cet enfant dont la peau était littéralement l'opposée de la sienne, Feliadès resta silencieuse... Jamais elle n'avait vu un être à la peau aussi sombre que la sienne, ni avec cette capacité étrange que certains liaient à la jeunesse éternelle... Mais voilà qu'elle tombait sur un enfant qui lui donnait cette même impression... d'unicité.  Ainsi, toujours de cette prestance quelque peu ébranlée par les émotions diverses qui l'assaillaient, la fille de l'Ombre, qui avait gardé son arc dans une main, lança une question en plissant le regard...

« De qui es-tu l'enfant si ce n'est pas de la Lune, Gamin...? »

Encore plus ébranlée par ce constat douloureux qui impliquait un étrange lien entre eux de par leur peau à la couleur unique, la Cheftaine ne lui laissa pas le temps de parler et cria sous le coup de la colère qui était revenue au galop.

« RÉPONDS-MOI ! »

Subissant les contre-coups d'une grossesse et les humeurs changeantes qui allaient avec,  Feliadès n'arrivait même plus à se contrôler. Entre prises de conscience de la réalité de son problème qui devait rester secret et le garçon qui la laissait perplexe, elle ne pouvait dire ce qui allait se passer...





Feliadès Fille de l'Ombre
« Tu connaîtras le vertige… Avant que la flèche ne te fige… »  



Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: De sombres secrets   - Sam 25 Jan 2014 - 8:01

Le coup, auquel il ne s'attendait pas, l'avait projeté à terre. Il y resta, prostré, tremblant, une main posée sur sa joue endolorie... Il n'était jamais frappé. Presque pas. Car il était fragile. Mais la femme semblait n'en avoir que faire, à le menacer, lui crier dessus, le blesser... C'était un enfant, mais un enfant en colère, qui se détestait comme il détestait les autres. Et il venait d'avoir peur de sa mort, qui même elle l'avait dédaigner. Radank ne lutta pas contre la brusque colère qui l'envahit.

"Je suis Radank !" S'écria-t-il soudain, se redressant dans un mouvement de cape... Qu'il accompagna d'un jet de sable vers le visage de la femme armée.

Il n'était qu'un enfant face à une adulte qui avait déjà menacé de l'abattre... Mais à l'instant, cette menace lui paraissait si insignifiante... Puisqu'elle ne l'avait pas tué. Elle avait hésité, baissé son arme. Peut-être cette provocation changerait-elle la donne, mais le petit Serghar ne se laisserait pas malmené ainsi.

"Je suis fils de Serghar... !" Se mit-il à crier en se jetant sur l'inconnue, pour la frapper avec toute la force qu'il pouvait rassembler dans ses poings de gamin. "... Et je trouverais la Sorcière pour qu'elle me rende fort ! TU.N'AS.PAS.LE.DROIT.DE.ME.FRAPPER." Chaque mot hurlé accompagnant un coup.

A chaque fois qu'il lançait sa main fermée contre la chair ennemie, Radank enrageait, des larmes coulant bientôt. Du fait des grains de sable qui volaient, de sa colère, du sentiment d'impuissance qui enflait... Je veux qu'elle ait mal, mal, MAL ! Et cette pensée luttait contre cette impression implacable de faiblesse...
avatar
Forban du Désert

On m'appelle Feliadès Fille de l'Ombre


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Dunes Mouvantes - Clan des Hà'Sagàris
MON AGE : 39 ans
Féminin
MESSAGES : 52
AGE : 28
INSCRIT LE : 15/07/2013
PSEUDO HABITUEL : Nanaya
Joyaux : 50
Posté dans Re: De sombres secrets   - Jeu 30 Jan 2014 - 15:18

Flash Back

Cité Ostracisée d'Ofägar ~ 4/5 ans auparavant


Tuer ou ne pas tuer... Totalement perdue, Feliadès restait devant le gamin aux bandages sans rien faire. Alors qu'une pulsion meurtrière lui ordonnait de le mettre à mort, comme tous les autres mâles qui étaient déjà tombés sous sa coupe, une autre, lui dictait le contraire... Partagée entre deux sentiments radicalement différents, elle se contentait d'observer le jeune garçon qui avait commencé à se relever en lui lancer du sable à la figure pour crier trop fort à son goût.

*Tsss.*

Portant une main à son visage, elle siffla entre ses dents son agacement. Son prénom, elle s'en fichait bien, pour tout avouer, ce qui l'intriguait était cette couleur de peau unique et ses yeux d'un rouge éclatant. Pourtant, il disait avoir un père, du nom de Serghar... Perplexe dans un premier temps, la fille de l'Ombre fronça définitivement les sourcils lorsqu'elle l'entendit parler d'une sorcière. Avait-il toute sa tête ou l'astre brûlant avait-il eu raison de lui ?

Ignorant les coups qu'il lui portait faiblement au départ, elle fut tout de même obligée d'agir lorsqu'elle sentit une douleur violente ainsi qu'une bonne nausée pour l'accompagner. Attrapant alors le gamin à la gorge aussi rapidement qu'un prédateur en ne craignant pas le contact avec la peau d'un blanc parfait, Feliadès approcha son visage du sien pour lui parler en sifflant.

« Arrête ça de suite, ou je brise ta nuque sans hésiter cette fois. »

Sa voix s'était montrée froide, profonde, rocailleuse... Certes, son état venait de la rendre hostile, mais il fallait croire que ce n'était pas encore assez pour la pousser à commettre l'irréparable. Relâchant alors sa prise en projetant le gosse au sol, elle recula de quelques pas en l'observant d'un œil mauvais.    

« Tu es aussi faible qu'un insecte... Non... tu ne mérites même pas que je te tue.»

En plein conflit avec sa morale forbanne, la Cheftaine continuait de dévisager sa victime en prenant soin de garder une certain distance entre eux.  Il fallait partir, maintenant, ou tout cela finirait mal. Prendre conscience d'une faiblesse était une chose, la subir fortement en était une autre. Et elle n'était pas prête à prendre vraiment la réalité en pleine figure... Pas après avoir déjà pris une petite claque pour lui rappeler un point faible qu'elle ignorait et cachait aux yeux de tous.  

« Regarde toi, à imaginer qu'un sorcière puisse te sauver. Tu es lâche et idiot. »  

A nouveau, son ton fut aussi froid que moralisateur. Cependant, l'agressivité dont elle voulut faire preuve fut totalement annihilée par sa panique naissante et son état instable. Le souffle court, elle finit par pousser émettre un son aigu en portant ses mains à sa bouche pour appeler l'Avernas qu'elle avait laissé non loin de l'endroit où elle se trouvait. Une aubaine en somme, car si la bête avait faim, elle irait se jeter sur l'être faible qu'elle avait sous les yeux. Une fin rapide, et pas de sa main, voilà un plan qui ne pouvait que lui plaire.

Pourtant un étrange sentiment commença à lui ronger l'estomac dès lors que l'appel fut fait.. A croire qu'elle refusait involontairement que la mort soit donnée...





Feliadès Fille de l'Ombre
« Tu connaîtras le vertige… Avant que la flèche ne te fige… »  



Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: De sombres secrets   - Lun 3 Fév 2014 - 13:21

Aucune surprise, alors qu'il est jeté dans le sable comme un s'il ne pesait rien. A nouveau, ces maudits grains qui volent en tout sens, maltraitant ses yeux, sa bouche et sa gorge déjà malmenée. Alors qu'il se redresse en toussant, il le sens : ce regard sec, aussi sec que le sifflement de la flèche qu'elle n'a pas décoché. Des larmes viennent briller à la commissure des yeux rouges de l'albinos, alors qu'il masse la peau sensible de sa gorge. Le garçon regarde le sable, les pieds de la femme. Faible et idiot... Protester. Refuser. Sa mâchoire se contracte, alors qu'il redresse la tête.

Elle. La femme obscure. Qui l'a poursuivi sans raison valable. L'a menacé à plusieurs fois de mort. Radank la regarde... Et l'envie avec fureur. Elle est adulte, grande, forte... Et belle, même si le gamin qu'il est refuse de se laisser étourdir par ça, préférant la colère que lui inspire sa domination. A le regarder de haut. A le juger.

"Je ne me terre pas chez moi !" crache-t-il.

Mais ses autres arguments se refusent à lui. Une rumeur, c'est une rumeur qui l'a conduit ici. Mais il y croit. Veut y croire. A besoin d'y croire. Son esprit tourne en rond autour de cette idée, sans qu'aucun autre mot ne franchisse ses lèvres. L'inconnue a sifflé sans qu'il ne comprenne pourquoi, et il s'en moque. Décide, finalement, de la juger elle, puisqu'elle se le permet tant !

"Et toi alors ?!" s'exclame-t-il. "Tes menaces sonnent creux ! A part secouer un gamin, tu as fait quoi ? Hein ! Tu n'as même pas le cran de m'achever ! Du vent, de la peur, c'est TOUT !" hurle-t-il brusquement.

Ah elle est belle l'éloquence des enfants cultivateurs, alors que leur cœur frappe comme un petit fou dans leur poitrine si fragile. Tais-toi ! Semble vouloir dire le sien. Va te cacher ! Mais l'enfant n'entend pas. Il veut être fort... Et pour cela, il se tient debout. Sans fuir.

"Quand tu encoches une flèche, c'est pour la décocher, idiote !" s’excite-t-il.

La frayeur due à la correction est bien vite passée, puisque la mort s'est détournée. Son propre esprit est bien trop chaotique pour qu'il s'intéresse seulement au mur dans le regard de la femme. Un mur, un rempart... Mais cela perd de son importance, alors qu'une ombre jaillit bientôt sur une dune, tandis qu'une créature progresse à bonne allure malgré sa masse. L'enfant cultivateur l'entend, ce souffle puissant. Le roulement de muscles plein de vigueur parvient-il à ses jeunes oreilles... ? Alors qu'il se retourne pour voir ce qui vient, son souffle s'étrangle. Ses yeux s'écarquillent.

Un avernas.

Radank voit sans y croire, le redoutable prédateur approcher. Si prêt de la ville ! La femme ne semble pas être inquiétée. Mais ils va les... Le sifflement c'était... Il la regarde elle.

"Une... Hà'Sagàris." souffle-t-il.

Fuis, fuis ! Hurle son sang dans ses veines, jetant loin de lui cette stupeur futile. Courir, fuir... La ville, si proche... ! Mais alors que son regard s'attarde malgré lui sur la bête, il devine sans mal : elle lui tombera sur le dos avant qu'il n'ait attend le haut de la dune. Ses larmes coulent enfin, alors qu'il a envie de crier devant cette injustice.

Alors l'enfant se retourne, et braque un doigt blanc, frémissant de terreur et de fureur mêlées, sur la Forbane.

"C'est lui qui va me tuer ! Toi, tu n'auras été qu'un pitoyable souffle d'air dans les dunes !" hurle-t-il à moitié, sa gorge se serrant.

Il ne trouve d'autre moyen pour la dénouer, que de cracher sur les pieds de la femme. Quand il relève la tête, son regard qui a vu passer seulement une douzaine de solstices d'été tonne : qui est lâche ici ?!
avatar
Forban du Désert

On m'appelle Feliadès Fille de l'Ombre


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Dunes Mouvantes - Clan des Hà'Sagàris
MON AGE : 39 ans
Féminin
MESSAGES : 52
AGE : 28
INSCRIT LE : 15/07/2013
PSEUDO HABITUEL : Nanaya
Joyaux : 50
Posté dans Re: De sombres secrets   - Mar 11 Fév 2014 - 3:04

Flash Back

Cité Ostracisée d'Ofägar ~ 4/5 ans auparavant


Rares étaient les fois où la Fille de l'Ombre s'était retrouvée perdue... Et en cette journée de quête, tout avait joué en sa défaveur. L'annonce d'un enfant mâle, la graine de bleutée qu'elle avait mis du temps à trouver, et ce gamin qui la laissait totalement perplexe sans qu'elle ne comprenne pourquoi. Ainsi, elle attendait patiemment son Avernas, les dents serrées, en ignorant ouvertement le gamin qui commençait à s'insurger de peur de s'énerver, ou au contraire, de se laisser submerger par une émotion qu'elle ne connaissait que trop peu. Toutefois, lorsqu'il finit par l'insulter d'idiote suite à son hésitation constante qui la malmenait, elle se retourna, aussi impériale qu'une Reine pour le toiser d'un regard hautain. Comment pouvait-il la juger de la sorte ? Souhaitait-il vraiment mourir ?

Sa question ne trouva pas de réponse, car la monture appelée finit par  faire son apparition au loin. Apparition qui eut le don de refroidir le gamin qui comprit de suite à qui il avait affaire. Ne prêtant pas attention à sa déduction soufflée à demi voix, elle contempla alors la bête en gardant un faciès inébranlable. Mais alors qu'elle pensait sérieusement fuir pour laisser le gosse pourrir dans le désert, ce dernier enchaîna les erreurs qui vinrent chambouler les événements.

Entre les mots et le cracha malpoli, Feliadès planta alors son regard sur l'immondice qui avait osé franchir les limites. La peur rendait idiot, pour sûr, la démonstration qu'elle venait d'avoir en était la preuve. Il allait à présent voir qui était le pitoyable souffle d'air du désert.  

Poussant un nouveau cri ponctué par un claquement de langue, la Cheftaine vit l'Avernas se diriger vers elle pour s'arrêter à quelques centimètres. Cela faisait des années qu'elle avait sa monture, et jamais elle ne lui avait désobéi grâce à une  'éducation' qui lui avait été propre. Caressant alors sa tête en continuant de lui susurrer des mots à voix basse, elle finit par la laisser en plan pour se diriger vers le gosse qui méritait d'être secoué.  

Aussi rapide que le vent, et vif que l'éclair elle l'attrapa à la gorge en le soulevant légèrement du sol pour le dévisager avec dégoût. Resserrant ses doigts avec précision, elle se baissa pour positionner son visage à quelques millimètres du sien...

« Pitoyable... Tu fais bien partie de cette maudite cité. Aucun respect. »

Laissant un fin sourire malsain étirer ses lèvres charnues en gardant un regard aussi sombre que sa peau, elle reprit en sifflant entre ses dents.

« Les petites chose impures dans ton genre ne méritent pas de mourir de mes mains. Même mon Avernas ne veut pas de toi. Tu es aussi insignifiant qu'un grain de sable de ce maudit désert. Ta vie est tellement minable que tu fais pour mourir on dirait. »

Sans relâcher prise, elle approcha alors sa bouche d'une des oreilles du garçon pour une dernière réplique.

« Tu vas rester ici gamin, et si par miracle... si tu t'en sors, crois moi que nos chemins se recroiseront, et tu n'auras pas le temps de te montrer impoli. »

Avec violence elle le projeta alors sur le sol malléable en lui assénant une bonne gifle. Bien que l'envie de tuer n'était pas au rendez-vous, la Fille de l'Ombre était à présent assez en colère pour lui faire subir une bonne séance de torture. Laissant alors le 'Serghar ' au sol, elle grimpa sur le dos de sa monture avec agilité en refrénant l'envie de traîner la dépouille blanchâtre du gosse dans une bonne partie du désert. Cela ne servait à rien de jouer, surtout dans l'état dans lequel elle se trouvait. Encore ébranlée par la prise de conscience de sa faiblesse, elle ne pensait plus qu'à une chose, tuer l'être qu'elle portait en elle pour ne pas avoir à se confronter à la même situation délicate dans quelques mois...

Du moins... pour l'instant, car une dernière réaction pouvait bien tout faire basculer.  





Feliadès Fille de l'Ombre
« Tu connaîtras le vertige… Avant que la flèche ne te fige… »  



Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: De sombres secrets   - Ven 14 Fév 2014 - 17:44

HRP:
 
De ces regards censés vous dire à quel point vous êtes insignifiants, l'albinos n'a que faire. Ses surveillantes, ses parents... Pourquoi devrait-il les redouter, alors qu'il ne les tient pas en haute estime ? Ici, il ne s'agit que d'une sauvage, qui le jette, encore. Elle ne sait faire que ça ! Songe-t-il malgré sa gorge endolori. Faire prévaloir sa force de femme sauvage et adulte, l'intimider avec son prédateur domestique... A sa colère se mêle bientôt un mépris bâtard : ce qu'il en a assez de l'entendre débiter des sornettes !

"Sang-mêlé !" Crache-t-il, non sans difficulté, en se redressant. Et il darde un regard arrogant en direction de l'avernas monté et de sa maîtresse. "Tu es impure par ton sang, contrairement à moi, quoiqu'en dise Ryun !"

C'est là un blasphème, né de l'incompréhension quant à son état : pourquoi sa faiblesse ? Pourquoi cette peau blanche qui le montre comme un être à part ? Mais il n'y avait pas de serviteurs du Dieu, ni de personne respectable pour lui faire chauffer les oreilles : rien que cette sauvage dont le discours se révélait aussi ennuyeux que celui de bien des adultes. Il veut la regarder partir, le laisser-là lui, "l'indigne"... Alors qu'en réalité c'est qu'elle avait peur ! De quoi, il ne le comprenait pas, mais dans tous ses actes avortés - la flèche, les coups, l'avernas -, Radank le sentait : la Hà'Sagàris était perturbée. Pourquoi... ?

Cela n'était pas sa priorité, alors qu'un sourire mauvais, mais victorieux, s'étirait sur ses lèvres sèches. Ses manières hautaines n'étaient que du sable de les yeux : il avait affronté la cité des ostracités, il était tombé nez-à-nez avec une Forbanne et il tenait bon... C'était elle la faible, pas lui ! Il n'était pas stupide au point de lui reprocher de ne pas le tuer - il aurait manqué qu'elle ne se ravise et passe à l'acte, après plusieurs tentative - mais intérieurement... Le Cultivateur sentait les prémices d'une jubilation folle, après la terreur devant la mort venant.

HRP:
 
avatar
Forban du Désert

On m'appelle Feliadès Fille de l'Ombre


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Dunes Mouvantes - Clan des Hà'Sagàris
MON AGE : 39 ans
Féminin
MESSAGES : 52
AGE : 28
INSCRIT LE : 15/07/2013
PSEUDO HABITUEL : Nanaya
Joyaux : 50
Posté dans Re: De sombres secrets   - Lun 17 Fév 2014 - 7:15

Flash Back

Cité Ostracisée d'Ofägar ~ 4/5 ans auparavant


Feliadès s'imaginait déjà arpenter les dunes brûlantes du désert lorsque le gamin décida d'intervenir une dernière fois pour cracher son venin sur elle. En colère, il venait de mentionner ouvertement son sang dit impur en prétextant que c'était bien le contraire le concernant.  Blasée par une telle réflexion de dernière minute, la fille de l'Ombre ne put s'empêcher de rire silencieusement en se retournant vers le gosse.  Décidément, bien que faible d'apparence, il montrait une force d'esprit des plus intéressantes... Mais est-ce que cela serait suffisant une fois seul dans le désert ?

« Je me fiche de ton Ryun. Il n'est rien à mes yeux. »

Gardant ses positions, levant la tête de façon hautaine, la Cheftaine avait fini par siffler quelques mots entre ses dents serrées pour traduire les dernières pensées qui venaient de l'assaillir. Sa voix, aussi douce qu'assassine, brisa alors le silence imposé par la chaleur accablante.

« Crois-tu que si je t'égorge, ton sang aurait une couleur différente du mien gamin ? Ou un goût peut-être ? »

Toujours aussi impériale, elle le toisa du haut de sa monture en affichant un regard pénétrant non sans faire disparaître le sourire malsain qui étirait ses lèvres.

« Tu es aussi impur que moi. Gamin. Regarde toi. »

Ponctuant sa phrase par un soupir, elle finit par se convaincre qu'elle n'avait aucune raison de lui prendre la vie, et ce pour une question de faiblesse physique trop prononcée. Oubliés la peur et les secrets, la Cheftaine s'enferma de nouveau dans sa  bêtise en imaginant qu'elle venait d'agir de façon exemplaire... Délaissant alors le gosse après un ultime regard, elle fit de mi-tour, enfin, pour s'engager dans les méandres du désert en guidant avec dextérité l'Avernas qui aurait pu se faire un bon festin.  

Durant quelques minutes, elle repensa à ce qu'il venait de se passer, en retrouvant cette colère dirigée par sa propre personne. Personne n'avait vu, personne ne devait savoir, jamais. Et si celui qui avait clamé répondre au nom de Serghar venait à survivre et croiser son chemin d'ici quelques années, alors cette fois ci, elle n'hésiterait pas à un seul instant... Car il était bien plus facile de tuer un homme qu'un enfant.







Feliadès Fille de l'Ombre
« Tu connaîtras le vertige… Avant que la flèche ne te fige… »  



Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: De sombres secrets   - Lun 17 Fév 2014 - 17:53

Rien. Que. Du. VENT. Telle est la certitude de Radank alors qu'il regarde les lèvres pleines articuler, le regard hautain posé sur lui... Et la silhouette qui se détourne, et s'éloigne. Je suis vivant. J'ai fait face à une forbanne. Une Hà'Sagàris. Et je suis VIVANT. Étourdi, fatigué alors que son cœur s'apaise autant que l'avernas s'éloigne de lui, l'adolescent vacille... Mais refuse de choir. Enfin, un instant à peine, avant qu'il ne se laisse aller. Prends-le temps de respirer. Profondément. Une pause avant de repartir. Abruti par la chaleur, il regarda le ciel. Oui... Oui, il avait cru que ce serait la dernière fois qu'il se tiendrait debout sous lui. Ses yeux se plissèrent quand il se tourna vers le Soleil. Toi... Se redressant, il remit en place ses bandages, avant de se tourner vers la cité d'ostracisés.

Il lui fallait encore trouver la sorcière... Mais ses pensées refusèrent de s'éloigner si facilement de l'être qui avait disparu derrière une dune. Tu as croisé une Ha'Sagaris. Tu n'es pas encore un homme, mais tu as survécu à cette rencontre... Que pourrait te donner davantage une bonne femme ? S'interrogea-t-il doucement.

Quand il se remit en marche, il ne pensait plus à cette chimère. Repartant en sens inverse, il ignora parfaitement les ostracisés, se fondant juste, une fois encore, dans la masse en gardant profil bas. Mais intérieurement, il exultait.

Les serviteurs le virent dans les jardins... Et ne le laissèrent plus en paix. Mais ses proches, ses parents eurent beau le questionner par la suite, il ne révéla rien de son escapade. Gardant ce secret pour lui.

Son élixir de courage.
Ce ne fut pas moi le faible !

[RP Terminé]

On m'appelle Contenu sponsorisé

Posté dans Re: De sombres secrets   -

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum