AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
» Communication externe
par Loth de la Vision Mar 21 Juin 2016 - 15:06

» Réversa [ TOP ]
par Invité Ven 27 Mai 2016 - 8:21

» Le monde de Dùralas
par Invité Jeu 26 Mai 2016 - 7:00

» Anthalia
par Invité Dim 22 Mai 2016 - 15:17

» Marbrume, La Cité des Damnés
par Invité Lun 16 Mai 2016 - 15:07

» Questionnaire pour soutenir infinite RPG !
par Invité Sam 14 Mai 2016 - 17:33

» Escalus
par Invité Jeu 12 Mai 2016 - 9:02

» Mass Effect : Reborn
par Invité Mar 10 Mai 2016 - 15:00

» Forum en pause
par Asàf Lysereän Mar 10 Mai 2016 - 13:47


avatar

On m'appelle Coco du Rico


Infos Personnage
RANG: Jens, Jack.
VILLE & APPARTENANCE : Vuulte & Maison du Cadran
MON AGE : 19
Féminin
MESSAGES : 94
AGE : 24
INSCRIT LE : 30/01/2014
PSEUDO HABITUEL : Gérard / Feirungorie
Joyaux : 747
http://www.ile-joyaux.com/t2172-joies-d-une-fille-coco#49305 http://www.ile-joyaux.com/t2170-coco-fille-de-joie-itinerante
Posté dans [RPFB] Cocotte minute   - Ven 31 Jan 2014 - 6:59

Vuutle – Maison du Cadran (bordel)
Coco (13ans) & Jens (25ans)
Enfants et âmes sensibles, il y aura quelques zizis dans ce sujet.
Si vous préférez ne pas les voir, n'avancez pas plus loin.

C'était le grand soir.
Les treize ans de Coco, ses débuts sur la grande scène, son premier coup d'éclat. Ce soir, elle perdait sa virginité, une bonne fois pour toute. Elle allait enfin avoir une paye, elle allait pouvoir s'acheter des vêtements et des bijoux et plein de choses qui ne seraient pas au bordel. Si elle réussissait bien, elle aurait le respect de la Mama. Elle allait quitter la chambre des gamines pour rejoindre les autres prostituées de la maison de passe. C'était la cour des grandes, elles allaient parler de choses de grandes, et puis elle était jeune et prometteuse, qui sait dans quelques années elle serait assez populaire pour avoir sa vraie chambre à elle, comme Féline. Pour toutes les fois où elle avait du laver les draps de cette chambre-là...
C'était le grand soir, celui qui lui offrirait mille et uns privilèges. Et pour cela, elle devait juste copuler avec un homme.

Elle n'était pas la seule, ce soir-là, à perdre sa virginité. Toutes les trois, elles étaient assises sur la banquette du Salon d'Accueil, habillées des plus légèrement, maquillées et soignées comme jamais. Coco était la plus grande, la plus rousse, la plus potelée de toutes. Elle avait même des seins, des petits, mais des vrais. Ses tâches de rousseur la faisait croire en meilleure santé qu'elle ne l'était. Et puis elle souriait, papillonnait des yeux, respirait l'innocence et la naïveté tout en papotant discrètement avec sa voisine.
Pendant ce temps, la Mama se chargeait d'accueillir les clients, en leur proposant les vierges de la soirée. Certains venaient spécialement pour l'occasion, d'autres étaient joyeusement surpris, tandis que les derniers passaient leur chemin pour des poitrines plus grosses. Dans quinze minutes, les enchères allaient commencer. D'autres filles commençaient déjà à roder autour des clients, prêtes à récupérer les multiples déçus.

C'est avec de grands yeux pleins de curiosité que Coco observait tout cela. Ces hommes riches, ces officiers, ces lieutenants, ces capitaines, ces riches marchands, tout cela lui donnait un peu le tournis. Certains étaient jolis, mais d'autres l'étaient quand même beaucoup moins. Et la plupart n'avaient pas l'air très rigolos. On lui avait raconté tellement de choses horribles sur ces dépucelages qu'elle ne savait plus vraiment à quoi s'attendre. D'un côté elle était impatiente et curieuse, de l'autre inquiète de l'inconnu.
Sans vraiment s'en rendre compte, elle s'était mise à dévisager les hommes qui la dévisageaient. Ces grands yeux verts les sondaient maintenant au silence, pendant que ses deux camarades préféraient fixer le sol.

Coco s'était mise à compter les jolis.
avatar
Milice

On m'appelle Jens von Schroeder


Infos Personnage
RANG: Déserteur de la milice, ancien capitaine
VILLE & APPARTENANCE : Errande ; fils de bourgeois
MON AGE : 32 ans
Masculin
MESSAGES : 735
AGE : 27
INSCRIT LE : 02/01/2012
PSEUDO HABITUEL : Jezibaba
Joyaux : 1434
http://www.ile-joyaux.com/t554-jens-von-schroeder-ou-le-mythe-d-icare http://www.ile-joyaux.com/t368-jens-von-schroeder
Posté dans Re: [RPFB] Cocotte minute   - Ven 31 Jan 2014 - 8:15

Cela n'aurait dû se résumer qu'à boire un coup dans quelques auberges pour fêter sa promotion et à finir seul dans un lit avant de reprendre la route du QG le lendemain matin.

Au lieu de ça, le tout nouvel officier von Schroeder, tout juste promu Lieutenant, n'avait pas su dire non à ceux qu'il regrettait avoir appelés "amis" un jour. Le groupe de miliciens bien éméchés s'était retrouvé, malencontreusement d'après eux, dans le quartier des plaisirs de la ville de Vuulte, arguant qu'il était temps que l'Errandais se dévergonde. Seulement, ils n'auraient jamais cru avoir affaire à un homme si droit et plein de principes. Bien que ses camarades aient tenté de le présenter à de pulpeuses filles de joie, Jens n'avait fait que les esquiver, leur demander de bien vouloir le laisser passer ou bien rester impassible lorsque l'une d'elles tenta le tout pour le tout en l'embrassant langoureusement. Autant vous dire qu'elle apprécia moyennement qu'il l'immobilise contre un mur et lui demande sèchement de s'occuper de ses affaires.

Tout ce que les miliciens étaient parvenus à faire étaient de le rendre nerveux. Mais bien que tendu, le lieutenant prenait sur lui et attendait patiemment que ceux qu'il avait pourtant sous ses ordres décident enfin de rentrer au bercail.
Finissant par occulter tout ce qu'il pouvait voir, Jens ne revint à la vie réelle lorsque le groupe fut rentré dans un établissement. À première vue il aurait pu croire qu'il s'agissait là d'une taverne, à en juger par ces hommes braillards et les relents d'alcool qui en provenaient. L'officier déchanta très vite lorsqu'il aperçut trois adolescentes au delà de la marée humaine qui lui firent réaliser dans quel endroit il avait mis les pieds.

La première fut présentée, petite blonde à la peau claire, ses yeux bleus parcouraient la foule, semblant espérer que l'un de ces poivrots la sortirait de ce trou à rat. Les enchères montèrent et s'arrêtèrent à la proposition d'un grand et costaud barbu à l'hygiène douteuse qui la suivit à l'étage, arrachant une mine de dégoût à l'officier.

La seconde était brune à la peau légèrement hâlée et à la chevelure ébène. Son regard noir ne quittait plus des yeux la porte de sortie qu'elle devait rêver d'atteindre un jour, mais tous ces hommes avides de plaisirs de la chair illustraient parfaitement tout ce qu'elle devrait endurer pour mériter sa liberté.

La troisième était différente. Plus grande, plus ronde et moins effrayée, Jens lisait en elle une éducation basée sur une vie de luxure et de misère qu'il avait toujours condamnée. L'idée de voir ces filles trompées sur la réalité des choses et formées pour vendre leurs corps l'avait toujours révulsé. Et cette demoiselle-là incarnait tout ce qu'il regrettait de voir chez le genre humain. Les enchères se lancèrent et montaient à une vitesse folle à en faire frissonner le milicien qui s'avança jusqu'à l'estrade sur laquelle la jeune fille était exposée. Comment pouvait-elle rester aussi sereine ?

Spoiler:
 



AVATAR ©SKYE ♥

avatar

On m'appelle Coco du Rico


Infos Personnage
RANG: Jens, Jack.
VILLE & APPARTENANCE : Vuulte & Maison du Cadran
MON AGE : 19
Féminin
MESSAGES : 94
AGE : 24
INSCRIT LE : 30/01/2014
PSEUDO HABITUEL : Gérard / Feirungorie
Joyaux : 747
http://www.ile-joyaux.com/t2172-joies-d-une-fille-coco#49305 http://www.ile-joyaux.com/t2170-coco-fille-de-joie-itinerante
Posté dans Re: [RPFB] Cocotte minute   - Ven 31 Jan 2014 - 13:15

Bien sûr, elle était dernière. Pas juste.

La tension montait, les prix aussi. Un des pas joli acheta la première. Un gros dégueulasse pour la deuxième. Coco, pendant ce temps, avait eu le temps de bien observer la foule. En plus de compter les jolis, elle les avait classé en fonction de leurs vêtements, de leur attitude, de leur sobriété et de leur potentiel rigolo. Elle voulait qu'il soit parfait. Elle voulait l'apothéose et la gloire, le client impossible à contenter qu'elle maîtriserait en quelques instants. Elle serait acclamée et obtiendrait directement la chambre de Féline, avec sa vue sur la cour.

On avait dit à Coco de ne pas parler. La Mama avait été catégorique : pas un mot avant la fin de la transaction. La jeune prostituée, trop naïve, n'avait pas compris que c'était pour cacher son immense bêtise, son accent populaire et son excentricité. Elle était encore trop jeune pour vraiment savoir maîtriser les hommes.
Mais alors, comment faire pencher la balance ?

Ce fut lorsque Coco se mit enfin en avant qu'elle trouva sa cible. Un joli en retrait, l'air presque sobre et sérieux, qui la regardait elle. Il la regardait elle et son visage, avec un air étrange, incompréhensible pour la simplicité imbécile de l'adolescente. Il l'attira de suite. Il était différent. Il était joli. Il était lieutenant.

Alors elle lui sourit. Ses yeux verts, plongés dans les siens, ne décollaient pas de son visage. Elle tentait d'être sensuelle avec son corps d'enfant et son sourire aguicheur, mais elle ressemblait bien plus à une gamine sur le point de faire une bêtise qu'à une professionnelle du sexe. Il y avait quelque chose de dérangeant dans son décolleté plongeant, dans sa main sensuellement posée sur une hanche à peine développée. Malgré toute ses leçons, elle n'arrivait pas à lancer un regard sensuel à sa cible blonde.
Elle lui souriait, à lui et à lui seul, dans cette expression qui voulait seulement dire viens jouer avec moi.

Les prix se mirent à monter, la Mama essaya de faire se détacher le regard de Coco. Mais non, elle avait décidé. Elle le voulait lui.

HRP:
 
avatar
Milice

On m'appelle Jens von Schroeder


Infos Personnage
RANG: Déserteur de la milice, ancien capitaine
VILLE & APPARTENANCE : Errande ; fils de bourgeois
MON AGE : 32 ans
Masculin
MESSAGES : 735
AGE : 27
INSCRIT LE : 02/01/2012
PSEUDO HABITUEL : Jezibaba
Joyaux : 1434
http://www.ile-joyaux.com/t554-jens-von-schroeder-ou-le-mythe-d-icare http://www.ile-joyaux.com/t368-jens-von-schroeder
Posté dans Re: [RPFB] Cocotte minute   - Sam 1 Fév 2014 - 18:57

Bien que semblant plus femme que les deux précédentes, l'adolescente gardait un visage enfantin que son regard trahissait et qu'elle plongeait dans celui acier de l'officier. Jens le soutenait non pas par fierté, mais surtout pour tenter de trouver dans ces yeux verts un semblant de compréhension face à l'horreur qui se tramait en cette demeure.
Parmi la vingtaine de soiffards hurlant des sommes qu'ils n'auraient jamais pu débourser, le groupe de miliciens qui avait amené le lieutenant dans ce bordel riait à gorges déployées et encourageait son supérieur à se joindre aux enchères, ne pensant pas le voir réaliser ce souhait. L'errandais était bien trop empli de valeurs et de morales pour s'abaisser à prendre part à un tel commerce.

Jens ne quittait pas des yeux la créature que l'on avait trop bien dressée à satisfaire la galerie. Ses courbes naissantes contrastaient beaucoup trop avec son regard langoureux et son décolleté ne demandait qu'à être rempli, mais personne ne semblait se soucier de voir une si jeune adolescente si bien adopter les postures de fille de joie.
Ses yeux se détachèrent brièvement de celui de l'intéressée pour parcourir l'assemblée. Qu'ils soient Marchands, Bourgeois ou Miliciens, gradés ou non, tous avaient touché le fond de la misère humaine et ne valaient pas plus qu'un vulgaire pirate. Et l'un d'eux serait bientôt en mesure d'apprendre à cette fille comment subir leurs violentes pulsions, continuant de ne lui montrer que la pire vision de l'Homme.

- Cent d'argent !

Les voix se turent après que Jens eut fait sa proposition. Une telle somme était d'une démesure telle qu'elle en fit rire certains qui se ravisèrent bien vite en ne voyant aucun sourire sur son visage. Cent galons, cela avait de quoi refroidir les ardeurs de beaucoup et ici-même, de tous. Personne ne se risquant à surenchérir, le lieutenant se saisit de la bourse qui pendait à sa ceinture et en sortit les galons argentés avant de s'avancer davantage vers l'estrade et de les tendre à l'adolescente en s'assurant néanmoins qu'elle n'aurait pas préféré l'un de ces soûlards.

- Si cette demoiselle est prête à se satisfaire de ma personne.



AVATAR ©SKYE ♥

avatar

On m'appelle Coco du Rico


Infos Personnage
RANG: Jens, Jack.
VILLE & APPARTENANCE : Vuulte & Maison du Cadran
MON AGE : 19
Féminin
MESSAGES : 94
AGE : 24
INSCRIT LE : 30/01/2014
PSEUDO HABITUEL : Gérard / Feirungorie
Joyaux : 747
http://www.ile-joyaux.com/t2172-joies-d-une-fille-coco#49305 http://www.ile-joyaux.com/t2170-coco-fille-de-joie-itinerante
Posté dans Re: [RPFB] Cocotte minute   - Dim 2 Fév 2014 - 2:47

Deux galons d'or.

Ca faisait combien de gâteaux ça ? Beaucoup, non ? Coco n'avait jamais eu d'argent de sa vie, sauf peut-être un ou deux galons de bronze balancé par un passant, quand elle était encore à la rue. Elle savait que les deux filles d'avant avaient été vendues moins cher, beaucoup moins cher. Même Féline, sa virginité elle l'avait pas vendue aussi cher.
Alors quand le monsieur s'approcha et tendit la main pour lui donner les galons, Coco eu d'abord assez peur. Elle devait faire quoi déjà ? Pendant que les conversations allaient bon train, Coco essayait de se remettre du choc. Comme toujours quand elle avait un problème, elle finit par jeter un regard vers la Mama. La Mama, comme toujours, était imperturbable. Et Coco comprit ce qu'elle devait faire. Elle pouvait même entendre la voix résonner dans sa tête.

Commence par le remercier, imbécile.

Les petites mains de l'enfant se refermèrent d'abord sur celles du militaire, avant de saisir les pièces. Un contact tendre, un sourire, un doux murmure : « Merci monsieur. » Elle n'eus même pas à simuler la rougeur qui colora un instant ses joues. « Attendez un instant. » Elle s'éclipsa, petite nymphette aux pieds nus, et apporta fièrement les deux pièces à la Mama. Avec ça, elle aurait bientôt la chambre de Féline.

Tu es jeune, tu es innocente, intacte, c'est pour ça qu'on te paye aussi cher.

Elle reprit la main du monsieur, elle n'avait plus à simuler la joie, elle était rayonnante. Peu importe ce qu'il se passait après, ces deux galons d'or lui feraient supporter tout ce que « prendre la virginité » pouvait vouloir dire. Toute la douleur, elle ne la montrerait pas. Elle serait parfaite. Dans sa tête, elle voyait déjà le monsieur devenir son plus fidèle client et ainsi garantir son ascension rapide. Elle ne savait pas encore à quel point elle avait raison.
« Veuillez me suivre monsieur. »
Un regard à la Mama, et elle su qu'elle lui laissait la Chambre d'Ivoire. Elle était vraiment trop gâtée aujourd'hui. C'était Bonne-Entente avant l'heure. D'un pas trottinant elle le menait à travers les couloirs où on pouvait déjà commencer à entendre des gémissements émaner des chambres. Coco traversait ces couloirs comme dans un rêve. Ces couloirs qu'elle avait parcouru en tant que servante, elle les possédait à présent comme fille de joie. Elle avait enfin sa place quelque part.

Elle resta silencieuse tout le long du trajet, lançant tout de même quelques regards timides et incroyablement candides en direction du monsieur.

Tant que vous n'êtes pas dans la chambre, tu te tais. Les clients de nos jours, ça croit que tant que c'est pas entré dans la chambre, ça peut repartir.

La porte fut fermée. L'enfant souriait. « Je m'appelle Coco ! » Elle parlait peut-être un peu fort, mais c'était d'avoir du se taire aussi longtemps.

On s'en fout de toi. Parle-lui de lui !

« Et vous monsieur vous vous appelez comment ? » Elle avait ce petit accent joyellien quand elle parlait, et on sentait qu'elle butait parfois sur certains mots. Pour la Mama, une prostituée de luxe devait parfaitement parler matroosien. Même si cette langue était une infamie à apprendre, aux yeux de Coco.

Mais non, pas son nom... Vers lui, va vers lui, arrête de divaguer.

Elle se rapprocha encore, levant les yeux vers lui. Elle avait oublié de le faire vraiment entrer dans la pièce et ils avaient cette discussion à peine à un mètre de la porte, debout, tandis qu'une chambre luxueuse s'étendait derrière eux.

Et hop, on démarre peut-être un jour, non?

« Vous... Vous voulez me déshabiller ? Ou vous voulez que je le fais ? »

Si le bégaiement était accidentel ou intentionnel, nul n'aurait su le dire, même Coco. Mais dans cette chambre trop grande et trop belle, devant ce monsieur qu'elle avait voulu un peu trop fort, elle se sentait juste complètement dépassée par les événements. Elle ne faisait que suivre la voix de Mama, comme une automate. Se jeter dans le bain, et espérer que ce soit lui qui prenne les commandes.
avatar
Milice

On m'appelle Jens von Schroeder


Infos Personnage
RANG: Déserteur de la milice, ancien capitaine
VILLE & APPARTENANCE : Errande ; fils de bourgeois
MON AGE : 32 ans
Masculin
MESSAGES : 735
AGE : 27
INSCRIT LE : 02/01/2012
PSEUDO HABITUEL : Jezibaba
Joyaux : 1434
http://www.ile-joyaux.com/t554-jens-von-schroeder-ou-le-mythe-d-icare http://www.ile-joyaux.com/t368-jens-von-schroeder
Posté dans Re: [RPFB] Cocotte minute   - Dim 2 Fév 2014 - 16:41

Lorsqu'il lui tendit les galons, Jens crut percevoir une ombre de doute dans le regard de la jeune femme. S'était-elle rendue compte de l'absurdité de la situation ? L'arracher à l'établissement  aurait été une idée des plus mauvaises d'après l'officier qui en avait déjà imaginé les conséquences. Premièrement, une vingtaine d'hommes à ses trousses persuadés d'avoir été floués, deuxièmement, une matriarche possédant certainement un réseau tentaculaire se faisant une joie d'entacher à jamais la réputation de la famille von Schroeder. La seule option restante était de tenter du mieux qu'il pouvait d'ouvrir les yeux de cette pauvre créature  en espérant qu'elle relaie son désir de  liberté à ses compagnes.

La rouquine le tira brusquement de ses réflexions en lui demandant de le suivre. Derrière ses recrues braillaient des félicitations à son égard en lui souhaitant de passer un agréable moment,  ce qui eut pour effet de rendre le regard de l'officier plus meurtrier que jamais. Tant d'indécence et de laisser aller dans leurs actes et leurs paroles lui donnaient des hauts-le-cœur qu'entretinrent les gémissements qui parvenaient à ses oreilles pendant qu'il traversait le couloir, guidé par l'adolescente.

Cette dernière referma la porte de la chambre derrière lui tandis qu'il balayait la pièce du regard. Ici, plus un bruit, plus d'odeurs, tout était propre et décoré dans un style des plus raffinés et en vogue chez les personnes de bonne famille. Si ça n'avait été la présence d'une jeunette dont il avait acheté la virginité, Jens aurait pu se sentir dans son élément.

Coco se présenta enfin. Drôle de nom songea-t-il, mais peu importait. Lorsqu'elle s'enquit du nom de l'officier, ce dernier fixait le lit à baldaquin, tentant d'effacer de son esprit la vision des horreurs ayant pu se dérouler sur ces draps de satin.

- Jens.

Son ton était froid, presque glacial. Sûrement pas celui que l'on pouvait entendre souvent dans une telle chambre. Mais son air fermé disparut bien vite pour laisser place à l'étonnement aux derniers propos de l'adolescente dont les mots tranchaient bien trop avec l'âge qu'on lui avait donné. Treize ans s'il voyait juste. La société matroscienne n'aurait en rien condamné cette relation, mais l'errandais avait été habitué à bien plus... expérimentée. S'il avait pu avoir des aventures, ç'avait été avec des femmes aux formes déjà bien affirmées et qui ne vendaient pas ces dernières.

- Pas maintenant. Ses mains s'approchèrent du corsage de Coco et en resserrèrent légèrement le ruban. Il réalisait tout juste avoir réagi sur un coup de tête en s'embarquant dans une situation qu'il craignait de regretter pendant de longues années, mais en posant son regard dans celui émeraude de Coco, il cherchait un moyen de lui faire voir une autre facette du monde sans créer d'esclandre. Tâche difficile à vrai dire, la demoiselle ne semblait pas décidée à sortir de son rôle. Posant doucement une main sur son épaule, il passa à côté d'elle avant de s'installer dans un luxueux fauteuil à quelques pas.

Ses yeux se posèrent de nouveau dans ceux de l'adolescente.

- N'as-tu pas peur de ce que je pourrais te faire ?



AVATAR ©SKYE ♥

avatar

On m'appelle Coco du Rico


Infos Personnage
RANG: Jens, Jack.
VILLE & APPARTENANCE : Vuulte & Maison du Cadran
MON AGE : 19
Féminin
MESSAGES : 94
AGE : 24
INSCRIT LE : 30/01/2014
PSEUDO HABITUEL : Gérard / Feirungorie
Joyaux : 747
http://www.ile-joyaux.com/t2172-joies-d-une-fille-coco#49305 http://www.ile-joyaux.com/t2170-coco-fille-de-joie-itinerante
Posté dans Re: [RPFB] Cocotte minute   - Dim 2 Fév 2014 - 17:02

Pourquoi ?
Pourquoi pourquoi pourquoi pourquoi ?

Coco s'était figée, horrifiée, devant le refus du monsieur. De Jens. Il ne voulait pas d'elle ? Il ne l'aimait plus ? Il voulait pas lui faire l'amour ? Ou avec ses vêtements ? Ou il voulait la taper ? On lui avait dit qu'il y avait des monsieurs qui aimaient juste faire mal aux filles. Vu qu'elles n'avaient pas de famille.
Coco commençait à s'affoler quand elle se souvint que la Mama ne laisserait jamais faire ça. La Mama avait dépensé trop d'argent dans son éducation pour ça. Non non, Coco ne risquait rien.
Pas maintenant, qu'il disait. Alors plus tard ?

Elle regarda le monsieur aller jusqu'à réajuster son noeud avec un air surpris. Il n'avait l'air ni méchant, ni menaçant. Peut-être était-il puceau, lui aussi ? Ou il avait peur de faire l'amour ? Et il voulait une fille devant laquelle il n'aurait pas à avoir honte ? C'était ça ?
Elle ne savait pas encore que, des années plus tard, elle continuerait à se poser des questions sur la sexualité de son ami, qui lui resterait toujours assez incompréhensible.

Ne le perds pas.

La voix de la Mama, bien que toujours présente et rassurante, devenait de plus en plus discrète. Elle suivit cependant ses conseils et, lorsqu'il alla plus loin dans la pièce, elle le suivit. Elle le suivit jusqu'à la chaise et, arrivé sur la chaise, elle eu même l'audace de s'asseoir sur l'accoudoir du fauteuil, à quelques centimètres à peine de son client. Elle réfléchit à sa question, ou plutôt fit semblant d'y réfléchir, pour avoir l'air d'être une fille qui réfléchit.

« Baaaah. Coco elle est chez Mama, et c'est le grand soir. Mama elle a payé cher pour Coco, et Jens aussi il a payé cher. Alors y a pas beaucoup de chances que quelque chose arrive à Coco. Pourquoi faire quelque chose à Coco ? » Elle s'arrêta, puis répéta. « Pourquoi faire quelque chose à Coco ? Coco elle est gentille, et Jens a payé cher pour Coco. Si c'était pour faire du mal, Jens il serait allé voir moins cher. Ou gratuit. »

Elle avait un instant perdu son regard sur la chambre, le lit, les beaux murs. Elle parlait un peu fort et avec ses mains, ce fameux accent de la rue et ses fautes de grammaires étaient un peu dissimulés par la rapidité de son discours. Si la Mama l'avait entendu parler comme ça devant un client, elle se serait bien fait disputer.
Elle regarda de nouveau Jens. Dans les yeux elle le regarda, elle plongea son regard dans le sien et lui sourit avec toute sa douceur. Un sourire juste un peu moins exubérant que d'habitude et un peu plus tendre.

« Je n'ai pas peur de Jens. Je ne sais juste pas trop ce que je dois faire. Je ne sais pas et ça fait peur ça, un peu. »
avatar
Milice

On m'appelle Jens von Schroeder


Infos Personnage
RANG: Déserteur de la milice, ancien capitaine
VILLE & APPARTENANCE : Errande ; fils de bourgeois
MON AGE : 32 ans
Masculin
MESSAGES : 735
AGE : 27
INSCRIT LE : 02/01/2012
PSEUDO HABITUEL : Jezibaba
Joyaux : 1434
http://www.ile-joyaux.com/t554-jens-von-schroeder-ou-le-mythe-d-icare http://www.ile-joyaux.com/t368-jens-von-schroeder
Posté dans Re: [RPFB] Cocotte minute   - Lun 3 Fév 2014 - 3:25

Elle avait l'assurance d'une croqueuse d'hommes et n'en finissait pas d'étonner Jens, y compris lorsqu'elle vint s'installer à quelques centimètres de lui sur l'accoudoir du fauteuil, lui offrant la vue de deux jambes blanches et galbées. Mais il lui en fallait bien plus pour sauter sur une femme, et davantage quand il s'agissait d'une adolescente n'ayant pas choisi sa voie.

Aussi ses yeux ne s'attardèrent pas sur le spectacle de chair et continuaient de soutenir le regard de Coco dont il découvrait la manière de parler bien particulière, ne faisant qu'entretenir cette image d'enfant dans l'esprit du milicien.

- Non, je ne te ferai pas de mal. Que répondre à ces paroles ? Ah, oui, tout d'abord... Mais  ne veux-tu pas dire  "je",  quand  tu parles de  toi ?

Sa manière de parler d'elle à la troisième personne laissait  entendre à Jens qu'elle arrivait elle-même à ne se considérer que comme un objet. Et quand elle associait cela à la "Mama", il rêvait de voir celle-ci foudroyée sur place par Vama. Mais pour ce  métier plus  vieux que le  monde, plus  aucun miracle ne semblait possible. Et ce n'était pas faute de lui graisser la patte.

- Si j'ai payé aussi cher, c'est pour t'épargner le pire face à un autre homme, et te laisser libre de choisir la  vie que  tu souhaites mener.  En effet, ces cent d'argent avaient déjà fait leur effet en coupant le sifflet des plus affamés, mais ils pouvaient aussi être largement suffisants pour que la rouquine rachète sa condition et entame une nouvelle vie. Restait à savoir ce qu'elle souhaitait en faire.
- Que comptes-tu réaliser avec une telle somme ? Tu n'as pas envie de sortir de cet endroit ?



AVATAR ©SKYE ♥

avatar

On m'appelle Coco du Rico


Infos Personnage
RANG: Jens, Jack.
VILLE & APPARTENANCE : Vuulte & Maison du Cadran
MON AGE : 19
Féminin
MESSAGES : 94
AGE : 24
INSCRIT LE : 30/01/2014
PSEUDO HABITUEL : Gérard / Feirungorie
Joyaux : 747
http://www.ile-joyaux.com/t2172-joies-d-une-fille-coco#49305 http://www.ile-joyaux.com/t2170-coco-fille-de-joie-itinerante
Posté dans Re: [RPFB] Cocotte minute   - Mar 4 Fév 2014 - 5:48

Coco fit la grimace aux remarques de Jens. Zut, elle avait été débusquée. Elle avait compté sur le côté mignon de la chose pour s'en tirer sans soucis. « Le dites pas à la Mama. » Elle grommelait à moitié, la mine un peu boudeuse. « Le Matrooscien c'est trop compliqué. Coco... J'aime pas conjuguer. » Cela ne faisait que six ans qu'elle apprenait cette langue et la motivation n'était pas vraiment au rendez-vous. Elle était la pire des élèves du bordel et la Mama avait souvent piqué des colères en la voyant faire preuve d'aussi mauvaise volonté. Le pire, ça avait été la semaine où elle avait du parler uniquement en matrooscien pour s'entraîner. La semaine la plus silencieuse de sa vie.

En l'entendant continuer, elle eu un sourire. Un sourire doux, presque compatissant. Il était adorable. Il voulait la sauver. On l'avait prévenue, pour ceux-là. Certaines les détestaient. Coco les trouvait juste mignons. Tout en souriant elle descendit plus bas : face à face avec Jens, elle était assise sur ses genoux, jambes écartées. Elle n'était pas obscène, elle n'était pas provocatrice, elle était juste tactile. Il était joli, et gentil, et mignon. Elle l'aimait bien. Elle voulait lui faire l'amour.
« Tout l'argent de Jens, il n'est pas pour moi. Il va d'abord à la Mama, puis il va à la Maison, puis après il va un peu à Coco. L'argent de Jens, il va nourrir les petites qui ne peuvent pas encore se vendre, il va nourrir Lilas qui a très peu vendu cette semaine, il va payer le loyer et permettre d'améliorer la Chambre Bleue qu'un client a endommagé. » Elle expliquait tout cela comme elle l'expliquerait à un enfant qui ne comprend rien à la vie. Elle lui caressa la joue en souriant. Il avait tellement voulu bien faire. « Moi je vais m'acheter pour la première fois un objet qui est à moi. Un bijou, un vêtement, un truc joli qui sera à moi, et rien qu'à moi. Grâce à Jens. Merci. » Elle ne voulait ni sa pitié, ni sa compassion. Elle voulait juste sa gentillesse et son joli visage. Sans réfléchir, elle embrassa la joue qu'elle venait de caresser.
avatar
Milice

On m'appelle Jens von Schroeder


Infos Personnage
RANG: Déserteur de la milice, ancien capitaine
VILLE & APPARTENANCE : Errande ; fils de bourgeois
MON AGE : 32 ans
Masculin
MESSAGES : 735
AGE : 27
INSCRIT LE : 02/01/2012
PSEUDO HABITUEL : Jezibaba
Joyaux : 1434
http://www.ile-joyaux.com/t554-jens-von-schroeder-ou-le-mythe-d-icare http://www.ile-joyaux.com/t368-jens-von-schroeder
Posté dans Re: [RPFB] Cocotte minute   - Mar 4 Fév 2014 - 15:09

Un doux sourire illuminait le visage de Jens qui entendait parler une jeune fille comme les autres, sans regards vicieux ni voix envoûtante. Juste Coco qui parlait d'elle sans se soucier de valoir son prix... Mais ça ne dura pas longtemps.

L'adolescente était à cheval sur ses genoux et son souffle venait le caresser doucement pendant qu'elle expliquait le fonctionnement d'une vie qu'il ne connaissait finalement pas. Les yeux fermés de désespoir, l'index lui massant la tempe, il comprenait petit à petit qu'il n'aurait pas été aisé de la sortir d'une telle condition sans que cela aie des répercussions sur d'autres destins brisés.

- N'auras-tu donc aucun remord à laisser passer cette occasion ?

Il ne voulait plus l'entendre se cacher derrière une langue qui n'était pas la sienne et avait donc utilisé le joyellien dans l'espoir qu'elle s'y tienne, et qu'il l'entende enfin parler d'elle comme la jeune femme qu'elle devenait.

Un doux contact sur sa joue le tira de ses réflexions et lui fit lever les yeux vers Coco qui se réjouissait déjà de posséder un objet quelconque. Comme son univers était éloigné des mondanités bourgeoises et marchandes, comme ses envies paraissaient petites face à des caprices de haute société... Elle était parvenue à attendrir l'officier qui aurait presque culpabilisé d'avoir songé un instant à lui offrir une vie différente alors qu'elle semblait tellement épanouie dans celle-ci... Quelle serait sa déception lorsqu'elle aura fait face aux pires brutes et grands vicieux qui voudraient profiter d'elle.

Il resta silencieux pendant un long moment, que l'on aurait pu exprimer en minutes. Dans quel dilemme s'était-il mis ? Arracher cette innocente d'ici, au risque d'engendrer des représailles sur d'autres filles du bordel ou bien accepter l'idée que celle-ci finirait ses jours sans avoir connu la tendresse d'un amant attentif ?

Ses mains se détachèrent lentement des accoudoirs alors que son regard descendit jusqu'au nœud du corsage de la rouquine que ses doigts effleurèrent le temps d'une hésitation. Par Vama, jamais durant ses vingt-cinq années sur Matroos il n'aurait pensé en arriver là un jour. Et si la seule issue à tout ceci était de faire de lui cet amant attentionné ? Il tira finalement sur le lacet dans un geste ample, le défaisant totalement du bustier qui s'ouvrit sur la poitrine de l'adolescente. Les yeux de l'officier revinrent chercher ceux de Coco dans un calme ne laissant pas penser que son cœur s'était mis à battre à toute vitesse.

- Il est encore temps de changer d'avis. Je ne veux t'apporter aucun regret.



AVATAR ©SKYE ♥

avatar

On m'appelle Coco du Rico


Infos Personnage
RANG: Jens, Jack.
VILLE & APPARTENANCE : Vuulte & Maison du Cadran
MON AGE : 19
Féminin
MESSAGES : 94
AGE : 24
INSCRIT LE : 30/01/2014
PSEUDO HABITUEL : Gérard / Feirungorie
Joyaux : 747
http://www.ile-joyaux.com/t2172-joies-d-une-fille-coco#49305 http://www.ile-joyaux.com/t2170-coco-fille-de-joie-itinerante
Posté dans Re: [RPFB] Cocotte minute   - Mer 5 Fév 2014 - 14:54

Coco était tendue comme un arc.

Elle l'avait embrassé, elle l'avait quasiment embrassé, presque embrassé, elle avait encore le goût de sa joue sur ses lèvres. Elle voulait plus, elle voulait voir plus. Elle avait enfin le droit d'aller jusqu'au bout avec quelqu'un, un quelqu'un qu'elle avait choisi et qui était gentil. Qui avait l'air gentil. Qui lui parlait même en joyellien juste pour lui faire plaisir. Il était joli, et naïf, et attentionné, et sa joue avait définitivement bon goût.
La jeune fille était vierge, elle se jetait à lui avec toute son innocence, sa parfois maladroite candeur, et lui restait immobile.

Il restait immobile, immobile et silencieux. Elle était là, sur ses genoux, jambes écartées, dans sa robe blanche à moitié transparente. Offerte. Et s'il ne voulait vraiment pas d'elle ? Et s'il la trouvait trop bête, pas assez jolie ? Était-ce un test de la Mama ? S'était-elle trompée quelque part ? Coco restait sagement immobile, à présent trop effrayée pour bouger.
Peut-être qu'il n'aimait pas la tendresse ? Peut-être qu'elle était trop jeune ? Elle n'avait pas assez de seins ?
Il ne bougeait pas. Elle se mordillait les lèvres. Il ne bougeait toujours pas. Allait-elle se mettre à pleurer le jour où tout devait commencer ?

Lorsqu'il leva enfin le bras, elle cru qu'elle allait enfin pouvoir respirer. Elle n'en eu pas l'occasion. Elle n'eut ni caresse, ni tendresse, ni câlin. Il ne la toucha pas. Il visa le lacet de son corset. Ce faux contact était pire qu'un vrai. Il l'attaquait par quelque chose qui n'était pas elle, mais qui la définissait. Il la déshabillait. Son cœur battait à tout rompre dans sa poitrine, tant le geste avait été soudain et inattendu, malgré sa lenteur. Tout son être résonnait à présent d'une seule certitude. Il la voulait.
Elle sourit.

Ses seins étaient à nus, ces petites pommes à peine formées, déjà tendues par la tension. Coco souriait, ouverte. Comme si elle avait fait cela toute sa vie, elle se pencha vers le visage de Jens, et l'embrassa. Le premier baiser fut un effleurement, un simple passage de ses lèvres sur les siennes, avant de vérifier d'un regard interrogateur s'il ne prenait pas peur. Le deuxième fut plus franc, peut-être encore un peu doux, mais tendre. Au troisième, sa main commençait à triturer dans ses cheveux blonds et elle rapprocha son bassin pour se retrouver collée à lui. Là, elle oublia de compter. Lorsqu'elle s'arrêta, son visage était à quelques centimètres du sien. Espiègle, elle lui répondit dans un murmure :

« Cela dépend. N'as-tu pas peur de ce que je pourrais te faire ? »
avatar
Milice

On m'appelle Jens von Schroeder


Infos Personnage
RANG: Déserteur de la milice, ancien capitaine
VILLE & APPARTENANCE : Errande ; fils de bourgeois
MON AGE : 32 ans
Masculin
MESSAGES : 735
AGE : 27
INSCRIT LE : 02/01/2012
PSEUDO HABITUEL : Jezibaba
Joyaux : 1434
http://www.ile-joyaux.com/t554-jens-von-schroeder-ou-le-mythe-d-icare http://www.ile-joyaux.com/t368-jens-von-schroeder
Posté dans Re: [RPFB] Cocotte minute   - Mer 5 Fév 2014 - 15:44


Le visage de l'adolescente s'était illuminé, comme si elle n'avait attendu qu'une telle attention de Jens à son égard. Étrange, dans ce genre d'établissement c'était plutôt des femmes que l'on attendait des faveurs... Sans prononcer un mot elle l'avait laissé sentir ses lèvres une première fois, les goûter une seconde fois, les savourer la troisième. Les yeux fermés il laissa s'envoler tous les doutes qui l'accablaient depuis son entrée dans cette chambre et tous ses espoirs de la voir libre et hors de cette demeure.

Lorsqu'elle se redressa, il eut la surprise de l'entendre parler naturellement et ne retint pas cette lueur de satisfaction qui s'installa dans ses yeux. Il la voyait naturelle et épanouie, il espérait lui faire savoir que tous les hommes qu'elle connaitrait ne seraient pas tous à jeter. Il essaierait de le lui montrer cette nuit là, et tant d'autres ensuite.

L'officier soutenait le regard de la mignonne, discernant dans ses traits ceux de la femme qu'elle allait devenir. Une belle femme que beaucoup s'arracheraient à des sommes astronomiques, mais aucune n'atteignant celle qu'il avait déboursée ce soir là. S'il n'avait pas réagi aux enchères des deux autres jeunes filles, c'était le temps de réagir à cette injustice. Mais était-ce ensuite pour approcher celle-ci ?

Sa main gauche posée sur le tissu froissé de la robe qui lui tombait sur la taille, Jens fit doucement glisser la droite sur la cuisse immaculée, se frayant un chemin sous les pans de tissu qui se soulevaient sur sa trajectoire.

- Serait-ce une menace ? Un léger sourire lui étira les lèvres tandis que sa main s'arrêtait sur le bassin de Coco. Ça fonctionne.

Pressant au creux de ses reins il l'amena à lui et l'embrassa lentement, longuement, puis fit courir ses lèvres jusqu'au creux de son cou où il ferma les yeux pour en découvrir le parfum. Si l’œil ne rappelait pas qu'elle commençait à peine sa vie de femme, le toucher dévoilait des courbes prêtes à se montrer, qu'il continuait de parcourir avec sa main gauche qui glissa de la taille à la flamboyante chevelure dans laquelle elle plongea, enserrant quelques mèches le temps d'un nouveau baiser.



AVATAR ©SKYE ♥

avatar

On m'appelle Coco du Rico


Infos Personnage
RANG: Jens, Jack.
VILLE & APPARTENANCE : Vuulte & Maison du Cadran
MON AGE : 19
Féminin
MESSAGES : 94
AGE : 24
INSCRIT LE : 30/01/2014
PSEUDO HABITUEL : Gérard / Feirungorie
Joyaux : 747
http://www.ile-joyaux.com/t2172-joies-d-une-fille-coco#49305 http://www.ile-joyaux.com/t2170-coco-fille-de-joie-itinerante
Posté dans Re: [RPFB] Cocotte minute   - Mar 11 Fév 2014 - 14:47

Coco rit. On ne sait pas trop si c'est de contentement, d'amusement ou des chatouilles. Les joues rosées par on ne sait trop quoi, les yeux illuminés d'une énergie inconnue, l'enfant prend vie sous les doigts du milicien. Elle tremble, se cambre, retient, accélère sa respiration, sourit, se mord les lèvres, glousse, enfin. Petite poupée, petite marionnette qui s'anime sous les mains du sexe.
Coco aime les mains sur son corps, elle aime les regards et les doigts qui la parcourent, la découvrent, l'adorent parce qu'elle sait qu'elle est belle, qu'elle sent bon, qu'elle est douce. Elle savoure autant les lèvres sur son cou par pur désir sexuel que par une profonde satisfaction narcissique. La seule réussite de Coco, c'est son corps. Faire l'amour à Coco est la meilleure façon de lui dire à quel point son corps est beau. Coco aime que l'on fasse l'amour à son corps.

« Mon petit Jens  » petit surnom dont elle aura du mal à se débarrasser par la suite « ne sous-estime jamais les filles de joie.  » Elle rigole encore, de plaisir encore, de joie encore ? Tout cela s'entremêle en elle. « Nous arrivons toujours à avoir ce que nous désirons d'un homme.  » Beaucoup d'audace pour une pucelle. Mais Coco était dans son élément, dans son territoire, elle se sentait chez elle lorsqu'elle était nue, enlacée, embrassée. Les draps étaient ses éléments.

Elle s'enfuit la coquine, elle glisse entre ses doigts, s'échappe de ses lèvres. Elle s’extirpe de ses derniers vêtements d'un mouvement de hanche, ne laissant sur les genoux de Jens que le cadavre d'une robe blanche. Une robe blanche pas assez opaque pour être pure. Complètement dénudée, il n'y a plus que sa longue chevelure rousse bouclée pour dissimuler le coin d'une épaule ou la courbe d'un sein. Elle le regarda de ses grands yeux verts, à la fois exaltée et inquiète. Elle ne sait toujours pas où elle va, elle a toujours peur de ce qu'il pourrait se passer, Jens est encore un peu trop flou pour elle mais elle fonce dans le tas, elle saute à l'eau, elle y va de tout son cœur. Elle a appris au fil des années que c'était la seule manière d'avancer.

La pièce est grande et elle se tient en son centre. « Je suis nue et tu es habillé. Quelque chose ne tourne pas rond.  »  Ces grands yeux, ces étranges yeux, à la fois naïfs et pervers le fixent avec convoitise. « Déshabillez-vous, monsieur. » La politesse est moqueuse, l'ordre claquant. Qu'est-ce qu'elle aime cette sensation de pouvoir de se sentir désirée.
avatar
Milice

On m'appelle Jens von Schroeder


Infos Personnage
RANG: Déserteur de la milice, ancien capitaine
VILLE & APPARTENANCE : Errande ; fils de bourgeois
MON AGE : 32 ans
Masculin
MESSAGES : 735
AGE : 27
INSCRIT LE : 02/01/2012
PSEUDO HABITUEL : Jezibaba
Joyaux : 1434
http://www.ile-joyaux.com/t554-jens-von-schroeder-ou-le-mythe-d-icare http://www.ile-joyaux.com/t368-jens-von-schroeder
Posté dans Re: [RPFB] Cocotte minute   - Mar 11 Fév 2014 - 16:02

Jens haussa les sourcils. Pourquoi riait-elle ? Comment pouvait-elle être aussi à l'aise dans un moment pareil ? Si lui ne l'était pas, Coco semblait dans son élément, à n'en point douter.  Mais à mesure qu'il l'observait, il voyait dans ses gestes, ses regards et sa voix une femme maniant les ficelles de la séduction à la perfection. Ses paroles sont celles d'une adulte qui connaît son sujet et sait rassurer son homme, lequel regrette de le plus sentir la chaleur de sa peau sous ses mains.

Le tissu tombe, laissant voir toutes ses formes qu'il parcourt doucement, s'attardant sur les courbes qui lui font oublier les années qui le séparent d'elle. Ses hanches, sa taille et ses seins immaculés qu'il n'a pas encore effleurés l'appellent et pourtant, il reste assis, ne réalisant encore qu'à peine ce qu'il a pourtant déjà bien entamé. Et elle aussi. Elle surtout. Bien empressée, elle ne portait plus que sa crinière et lui demandait de se dévêtir aussi promptement qu'elle. Mais ça n'aurait fait qu'expédier un instant dont il voulait la voir se souvenir bien plus tard...

L'officier se dressa devant elle et défit un à un les boutons de sa veste qu'il laissa mollement tomber au sol, aux côtés de la robe maintenant froissée. Ne quittant pas l'adolescente du regard, il défit le lacet qui enserrait le col de sa chemise blanche, dévoilant le sommet de son torse, puis s'arrêta pour balayer une mèche rousse qui obstruait le visage de la jeune fille.

- Ce que l'on veut, on le mérite. lança-t-il dans un sourire de défi. Ceci valait autant pour la requête qu'avait faite Coco que dans l'espoir que cette phrase marque un tant soi peu son esprit, de manière à ce qu'elle applique peut-être cette politique avec d'autres...

Ses pas le guidèrent vers une table basse sur laquelle on leur avait laissé un pichet de vin ainsi que deux verres en cristal. Remplissant ces derniers, il revint à Coco, posant le verre qu'il lui destinait sur l'accoudoir du siège et vidant le sien qu'il laissa lui aussi sur le meuble. Nul doute que l'ivresse de cette nuit aurait suffi à leur faire tourner la tête, mais elle promettait d'assoiffer ces deux jeunes gens...

L'officier contourna l'adolescente pour se retrouver derrière elle et s'en approcha, jusqu'à sentir sa chaleur et à travers le fin tissu de sa chemise qu'il finit par ôter totalement, savourant à présent la douce sensation de la peau de Coco contre la sienne, l'enserrant pour en profiter plus encore, perdant son visage dans ses cheveux pour s'imprégner de son parfum, faisant glisser ses lèvres jusqu'à sa nuque où ses paroles ne furent plus que des soupirs.

- Mademoiselle aurait-elle d'autres exigences ?



AVATAR ©SKYE ♥

avatar

On m'appelle Coco du Rico


Infos Personnage
RANG: Jens, Jack.
VILLE & APPARTENANCE : Vuulte & Maison du Cadran
MON AGE : 19
Féminin
MESSAGES : 94
AGE : 24
INSCRIT LE : 30/01/2014
PSEUDO HABITUEL : Gérard / Feirungorie
Joyaux : 747
http://www.ile-joyaux.com/t2172-joies-d-une-fille-coco#49305 http://www.ile-joyaux.com/t2170-coco-fille-de-joie-itinerante
Posté dans Re: [RPFB] Cocotte minute   - Mar 25 Fév 2014 - 13:01



Jens se déshabille enfin. Il laisse ses vêtements et se laisse aller au mouvement. Il la provoque, il la caresse, il part, revient, la frôle, l'enlace, la caresse encore. Elle sourit de cette attention évanescente, reste immobile au milieu de la pièce, attend d'être butinée. Elle adore l'attention offerte par la promesse du sexe. Elle aime sentir son corps désiré.
Coco n'est pas intelligente, elle le sait. Quand on attend des choses de son intellect, cela l'oppresse, l'énerve presque. Coco n'est pas grand chose à l'intérieur. Coco est ce que l'on voit, ce qu'elle montre, cette marée continuelle de sentiments brusques et différents. Ces larmes soudaines, ces rires éparpillés, ces sourires offerts un peu au hasard. Guidée par le courant, cette légère petite fleur n'a aucune profondeur.
Alors ce que Coco préfère ce n'est pas qu'on lui pose des questions, qu'on cherche à la comprendre à travers de longues discussions ampoulées. Coco aime le contact, la brusquerie des sentiments, l'absurdité de l'attirance physique. Elle aime sentir son corps désiré, parce qu'il est ce qui la représente le mieux en tant que personne. Son corps c'est elle dans toute sa beauté, pas ses réponses maladroites quand on essaye de la faire disserter sur des sujets qui la dépassent.

Ce que l'on veut, on le mérite ?
Non. Ce que Coco veut, elle l'attrape de ses petites mains blanches et elle lui fait l'amour. Et s'il ne veut pas aujourd'hui, tant pis, elle essayera demain.

Elle ne peut retenir un petit gloussement de contentement à son murmure. Elle adore les murmures, c'est comme des caresses mais en mots.
Le verre de vin est rapidement posé sur le sol, après avoir jugé en une petite gorgée que c'était vraiment pas bon comme boisson.
Elle se retourne pour regarder Jens, ou plutôt son corps, son corps nu. Ses grands yeux verts scrutent d'un air critique les muscles de son torse. Ils semblent satisfaits puisque, quelques instants plus tard, elle lève les bras pour enserrer son cou et, d'une impulsion, se retrouve accrochée à lui, en parfait petit koala. Son visage est à présent en face du sien, comme elle semble l'apprécier, et elle lui murmure à son tour, front contre son front, nez contre son nez.

« Un câlin d'abord, un gros. Et puis après... tu me caresses les seins ? »

Elle sembla satisfaite de sa proposition puisque, la seconde suivant, elle a le visage enfoui dans son cou tout en serrant ce grand monsieur contre elle. Elle chantonne un peu, un tout petit filet de voix enfoui contre une peau. Comme si elle cherchait à le détendre.


avatar
Milice

On m'appelle Jens von Schroeder


Infos Personnage
RANG: Déserteur de la milice, ancien capitaine
VILLE & APPARTENANCE : Errande ; fils de bourgeois
MON AGE : 32 ans
Masculin
MESSAGES : 735
AGE : 27
INSCRIT LE : 02/01/2012
PSEUDO HABITUEL : Jezibaba
Joyaux : 1434
http://www.ile-joyaux.com/t554-jens-von-schroeder-ou-le-mythe-d-icare http://www.ile-joyaux.com/t368-jens-von-schroeder
Posté dans Re: [RPFB] Cocotte minute   - Lun 3 Mar 2014 - 13:20

La rouquine avait filé entre les bras de l'officier pour goûter au vin puis se raviser. Immobile tandis qu'elle l'observait, Jens se demandait à quoi elle pouvait bien songer en cet instant. N'avait-elle donc réellement aucune appréhension ? Certes, il n'avait certainement pas l'air aussi brute et violent que d'autres ayant envié les premières formes de Coco, mais comment pouvait-elle paraître aussi sereine dans un monde si cruel ?

Un instant il avait espéré la voir se raviser et revoir sa proposition, douce utopie qui s'évanouit bien vite dès lors qu'elle se pendit à son cou, écrasant sa poitrine contre son torse en lui faisant part de ses envies immédiates. Fermant les yeux et souriant doucement, il s'efforça de faire abstraction de ce contraste toujours aussi frappant entre ses désirs de femmes et ses paroles d'enfant avant de passer un bras sous sa croupe pour la porter.

- J'y réfléchirai...

D'un sursaut, il réajusta la position de la rouquine sur son bras et l'enserra de l'autre, la serrant davantage contre lui et réduisant la distance qui séparait ses lèvres de la peau de la jeune fille jusqu'à ce qu'elle ne se compte plus qu'en millimètres. Ses yeux se rouvrirent pour suivre le cheminement de mèches écarlates puis s'attarder sur les courbes de ses reins déjà bien définies. Sans qu'il ne s'en rendre tellement compte, son hôtesse parvenait petit à petit à lui faire oublier l'enfant qu'elle était au profit de la femme qu'elle devenait, faisant peu à peu s'endormir ses réticences et s'éveiller le désir.

Le milicien resta ainsi pendant un instant, immobile, les yeux perdus dans le vague tandis qu'il effleurait l'échine de Coco en écoutant la mélodie qu'elle fredonnait au creux de sa nuque, lâchant peu à peu prise sur toutes les questions qui l'assaillaient et sentant son corps s'engourdir, ses paupières fermées se chargeant de lui faire oublier le monde réel.
Lui qui cherchait toujours à avoir le contrôle, il ne savait quoi faire sans point d'ancrage à la réalité. Alors lorsque la voix de l'adolescente s'était faite trop lointaine, il rouvrit brusquement les yeux qui se raccrochèrent au parquet, aux tapis et au lit qu'il préférait voir plutôt que de s'en souvenir.

Plaquant de nouveau sa main contre les reins de la rouquine, il donna un nouvel accoup de manière à ce qu'elle se redresse pour lui faire de nouveau face. Sans un mot dire, il fit se rencontrer de nouveau leurs lèvres et, après quelques pas, la bascula sur le lit qui grinça sous leur poids. Il se redressa sur ses avant-bras, il lui sourit et dégagea une mèche rousse qui obstruait son visage. Son regard n'exprimait plus aucune compassion ni aucun espoir, seulement une envie, celle de l'aimer cette nuit là comme elle devrait l'être toutes les autres.



AVATAR ©SKYE ♥

avatar

On m'appelle Coco du Rico


Infos Personnage
RANG: Jens, Jack.
VILLE & APPARTENANCE : Vuulte & Maison du Cadran
MON AGE : 19
Féminin
MESSAGES : 94
AGE : 24
INSCRIT LE : 30/01/2014
PSEUDO HABITUEL : Gérard / Feirungorie
Joyaux : 747
http://www.ile-joyaux.com/t2172-joies-d-une-fille-coco#49305 http://www.ile-joyaux.com/t2170-coco-fille-de-joie-itinerante
Posté dans Re: [RPFB] Cocotte minute   - Sam 26 Avr 2014 - 16:45

Oui Jens, oublie mon âge, oublie mon corps trop enfantin, oublie l'argent, oublie le lieu. Souviens-toi juste de ton désir, du fait que je sois une femme et que j'ai envie de toi. Prouve-le moi en m'embrassant, en me pressant contre ton corps, en m'allongeant sur le lit avec une douceur peut-être enfin un peu moins tintée de délicatesse. Regarde-moi avec ce regard empli de désir. Caresse-moi, parcours mon corps, découvre chacune de mes réactions à chacun de tes mouvements. Laisse-toi aller, détends-toi entre mes doigts.

« C'est que l'on devient audacieux. »

Coco y arrivait. Il s'était détendu. Elle gérait sa première fois. Parfait. On continue comme ça et on arrive au jackpot. Juste quelques petits efforts et elle rentrait dans l'Histoire de la Prostitution.
Ses petites mains parcourèrent délicatement le torse, tout en le regardant de son éternel air mutin (elle avait bien compris que cela l'excitait). Puis, tout en se redressant un peu, elle passa ses doigts dans son dos, griffant un peu la peau par endroit, s'immiscant délicatement sous le pantalon pour saisir d'une main une de ses fesses avec un sourire approbateur. Elle avait vraiment bien choisi.
La main explorait, tripotait, fit le tour des fesses avant de passer sur les hanches, caresser l'entre-jambe juste pour le taquiner avant d'arriver sur le sexe déjà tendu. Son sourire s'élargit. Elle avait vraiment vraiment bien choisi. C'est que ça allait être rigolo à mettre dans sa bouche ça. Ses yeux brillaient d'excitation. Elle aimait ça. Elle aimait l'adrénaline, l'inconnu, la découverte d'un corps étranger. Elle adorait le contact de la peau, du gland, le regard qu'il lui lançait, les réactions minimes qu'elle percevait en lui à chacun de ses mouvements. Elle décida de faire durer le plaisir. Elle ne bougea que lentement, serra à peine, ne s'enfonça guère plus loin. Il fallait dire que le pantalon gênait un peu.

Tout au long du mouvement elle regardait Jens de cet air exalté, illuminé, déjà excitée de l'excitation qu'elle provoquait. Avide de plus. Avide de chacune de ses réactions, de chaque confirmation de son talent, de chaque indice de la réciprocité de ses sensations.
Coco était heureuse, Coco faisait ce qu'elle aimait. Coco n'avait pas besoin d'avoir l'amour tant qu'elle pouvait faire l'amour.


avatar
Milice

On m'appelle Jens von Schroeder


Infos Personnage
RANG: Déserteur de la milice, ancien capitaine
VILLE & APPARTENANCE : Errande ; fils de bourgeois
MON AGE : 32 ans
Masculin
MESSAGES : 735
AGE : 27
INSCRIT LE : 02/01/2012
PSEUDO HABITUEL : Jezibaba
Joyaux : 1434
http://www.ile-joyaux.com/t554-jens-von-schroeder-ou-le-mythe-d-icare http://www.ile-joyaux.com/t368-jens-von-schroeder
Posté dans Re: [RPFB] Cocotte minute   - Mar 29 Avr 2014 - 13:54

Aux paroles de l'adolescente, Jens sourit doucement. De l'audace, il pouvait en avoir, comme en témoignaient ses galons ornant sa veste gisant au sol. Mais en de telles circonstances il ne voulait qu'y aller en douceur. Coco aurait assez d'occasions de rencontrer des hommes plus brusques plus tard...

Ses muscles se tendirent à mesure que les doigts de la fille de joie en effleurait la peau, lesquels lui firent échapper un discret soupir lorsqu'ils glissèrent sous son pantalon. Son torse vint peser sur la poitrine dénudée, ses bras le soutenant juste ce qu'il fallait pour ne pas l'étouffer, et l'officier serrer son entrejambe sur celui de la jeune femme, autant de fois que la pression de ses doigts se faisaient sentir sur l'extrémité de son anatomie, dans un léger mouvement de va-et-vient massant la fleur qui ne demandait qu'à éclore.

Les lèvres de l'errandais vinrent effleurer le creux du cou qui lui était offert avant de descendre lentement sur l'épaule puis dévier sur le sein durci qu'il goûta longuement. Sa main droite enlaça ses doigts avec celle de Coco, prenant soin de caresser chaque pan de peau se mettant sur son passage, tandis que son opposée glissait sur le ventre légèrement rebondi jusqu'à rejoindre la petite qui s'était conviée sous le tissu des derniers vêtements qu'il portait, l'enserrant doucement et l'invita à suivre un mouvement plus ample et rythmé, les reins de l'officier ne cessant pas leur danse pour autant.

Les yeux fermés il sentait le corps chaud de Coco se mouvoir sous lui, dont les parfums lui restaient en tête alors que ses lèvres et sa langue jouaient délicatement de l'extrémité du sein et que sa main quitta celle de l'adolescente pour se glisser entre ses cuisses et caresser l'intérieur de ces dernières. L'enfant qu'il avait vue en entrant s'était évanouie dans un souvenir qu'éloignaient les élans de désir que lui faisaient ressentir la femme dont les soupirs lui caressaient la nuque.



AVATAR ©SKYE ♥

avatar

On m'appelle Coco du Rico


Infos Personnage
RANG: Jens, Jack.
VILLE & APPARTENANCE : Vuulte & Maison du Cadran
MON AGE : 19
Féminin
MESSAGES : 94
AGE : 24
INSCRIT LE : 30/01/2014
PSEUDO HABITUEL : Gérard / Feirungorie
Joyaux : 747
http://www.ile-joyaux.com/t2172-joies-d-une-fille-coco#49305 http://www.ile-joyaux.com/t2170-coco-fille-de-joie-itinerante
Posté dans Re: [RPFB] Cocotte minute   - Dim 9 Nov 2014 - 11:07

Coco est aujourd’hui un petit gâteau, une douce sucrerie. C’est en tout cas l’impression qu’elle avait alors que Jens la dégustait, la caressait, la parcourait avec un appétit qu’elle n’avait jusque là jamais connu. Les autres filles avec qui elle aimait s’amuser n’avaient pas cette fièvre. Elles ne faisaient que jouer, que découvrir, elles n’allaient jamais bien loin et l’avidité ne faisait pas partie de leurs joutes. Ici, il y avait une finalité, un désir d’aller loin, et fort, et de jouir dans la plus totale des extases.
Elle aimait se sentir désirée, elle aimait se sentir belle, et caressée, elle aimait sentir que son charme fonctionnait et que, sous ses doigts, le sexe de Jens ne faisait que se durcir encore.

La suite se fit presque sans mots. Coco rigola beaucoup, surtout lorsqu’elle se mit en tête de lui retirer son pantalon, qu’il essaya de l’aider, et qu’ils s’emmêlèrent vite dans un foutoir de tissus. Il y eu aussi ce moment à la fois charmant et drôle où, en voulant savourer son sexe, elle se retrouva avec des cheveux devant les yeux et dans la bouche. Ils passèrent un autre moment à essayer de discipliner, sans succès, sa folle chevelure. Et elle rit encore, et elle l’embrassa encore, parce qu’elle aimait trop comment il la regardait, comment il la caressait, comment ses doigts en elle la faisait se sentir toute chaude. Elle perdait le contrôle de son propre corps et elle adorait cela.
Lorsque vint finalement le moment du coït, il y eu un conflit sur celui qui irait au dessus. Coco, avec son culot habituel, lui était monté dessus et avait déjà commencé à la faire entrer en elle lorsque, dans un élan de fierté virile peut-être, Jens l’avait poussée en arrière pour se retrouver au dessus d’elle. Elle n’avait pas pu s’empêcher de sourire, charmée d’être étonnée, amusée peut-être de l’air sérieux de son amant. Et elle l’embrassa encore, pour le détendre entendre, alors qu’il la pénétrait véritablement et qu’elle essaya en vain de retenir un cri de surprise et de plaisir.

Elle émergea de l’orgasme quelques secondes après la fin de l’acte, encore un peu dans les étoiles, pas complètement connectée avec la réalité. Un sourire fini cependant par traverser son visage et elle laissa échapper avec un air satisfait : “C’était bieeeen.” Et sur ces mots elle se dressa sur les coudes pour faire claquer un bisou sur la joue de Jens et, reculant un brin, ramena ses jambes vers elle avec un soupir. C’était cool le sexe mais qu’est-ce que c’était fatiguant.
Complètement nue, elle s’assit en tailleur face à Jens avec son petit air malicieux habituel. “Tu as bien aimé ? Tu reviendras ?

Bien sûr, elle connaissait déjà la réponse. Elle n’allait pas le laisser partir celui-là. Prêt à dépenser autant, aussi tendre, et en plus un orgasme quasi-simultané durant sa première fois ? Aucune chance qu’elle le laisse s’échapper.


On m'appelle Contenu sponsorisé

Posté dans Re: [RPFB] Cocotte minute   -

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum