AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
» Communication externe
par Loth de la Vision Mar 21 Juin 2016 - 15:06

» Réversa [ TOP ]
par Invité Ven 27 Mai 2016 - 8:21

» Le monde de Dùralas
par Invité Jeu 26 Mai 2016 - 7:00

» Anthalia
par Invité Dim 22 Mai 2016 - 15:17

» Marbrume, La Cité des Damnés
par Invité Lun 16 Mai 2016 - 15:07

» Questionnaire pour soutenir infinite RPG !
par Invité Sam 14 Mai 2016 - 17:33

» Escalus
par Invité Jeu 12 Mai 2016 - 9:02

» Mass Effect : Reborn
par Invité Mar 10 Mai 2016 - 15:00

» Forum en pause
par Asàf Lysereän Mar 10 Mai 2016 - 13:47


Un jeu de mains qui n'en est pas un

Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Un jeu de mains qui n'en est pas un   - Lun 17 Fév 2014 - 10:12

La nuit est encore loin. Une pensée douce-amère, alors qu'elle parcourt des yeux le campement du petit groupe. Une légère tension, palpable, du fait de l'éloignement avec le reste des Murmures. A peine une journée de marche... Enfin, à peine. Cela peut paraître bien plus long avec des erfeydiens sur nos traces. Heureusement, tel n'était pas le cas. La chasse avait été fructueuse, les larcins moins mais sans que les  habitants ne les prennent sur le fait. A présent, la petite troupe attendait la couverture de l'obscurité, repliée dans une grotte : le jour était trop clair pour circuler. Certains s'occupaient d'ores et déjà des bêtes, plus loin dans les profondeurs grises, la caverne s'emplissant d'odeur d'odeurs organiques : transporter des peaux et des paquets de viande serait plus aisé que les chevrins entiers. Oönvüla eut bien prêté main forte mais... Elle n'était pas la plus efficace dans cette tâche, malheureusement, contrairement dans la surveillance des alentours. A guetter un souffle humain, notamment.

Sans sentir un regard peser sur son dos, c'eut été mieux. Tournant la tête, elle sourit à Yrmröd dont le visage aux traits secs affichait une moue d'extrême déplaisir. Mais la déserteuse s'y était faite depuis longtemps : c'est celle qu'il avait toujours arboré (quoique avec davantage de colère) quand elle tentait de jouer un petit air de flûte lors des haltes, avant qu'ils ne rejoignent les Murmures. Elle ne put se ré-orienter vers l'extérieur, car les mains de l'Ëkenväld commencèrent à réaliser des mouvements complexes : faire comme si elle n'avait rien vu eut été blessant. Alors elle se tourna tout à fait vers lui, alors qu'elle avait le droit à un nouveau sermon : l'homme s'échinait depuis leur départ.

"Tu ne devrais pas être là." Disait-il. "Maintenant, ils ont besoin de toi pour des choses plus importantes qu'une simple chasse."

Oonvüla avisa la demi-douzaine de personnes présentes, dont Yr' et elle : un bel effectif, si l'on considérait celui des Murmures. Tordant les doigts, arquant les poignets, elle répondit de même. Elle usait suffisamment de sa voix avec les "bien-parlant" pour ne pas rechigner à s'exprimer ainsi avec le muet. C'était autre chose que de parler ainsi avec son corps. Et un régale pour les yeux, pour les connaisseurs, quand l'interlocuteur avait acquis une telle aisance. Le fait qu'il ait inventé ce langage y était aussi pour quelque chose.

"Elle n'est pas négligeable, et tu le sais." Expliqua-t-elle avec une expression taquine. "Tu ne me vois juste pas à la tête d'un groupe."

Le déserteur rougit, sans en être gêné : tout était bon à prendre pour se faire comprendre de personnes qui lui étaient chères. Il était tout aussi capable de ne rien laisser échapper. Ses mains suspendirent leur valse un instant, avant qu'il ne reprenne, plus lentement.

"Non. Oui." Firent ses mains. "Tu as le rire facile, le jeu est ta seconde nature. Tu peux veiller sur les autres : mais tu leur prêtes plus attention qu'aux dangers extérieurs."

La réponse d'Oönvüla le fit sursauter : une langue très clairement tirée.

"Et toi tu préfères guetter les skolls plutôt que de soigner la sentinelle." Compléta-t-elle.

Les lèvres d'Yrmröd s'étirèrent comme à contre cœur en un sourire mi-féroce, mi-amusé : là où l'Ëkenväld reprochait parfois sa trop grande sensibilité à la Hraeslörn (il n'était pas le premier), elle lui faisait le reproche inverse. Cœur de glace. Même si je reconnais qu'il montre des signes de fonte. Mais elle dût se détourner du plaisir visuel de l'expressivité débridée de son ami : ce qu'elle entendait, c'était un souffle fort, que l'on tentait de contrôler. Émotion. Elle tourna la tête vers la nouvelle venue, ses mains signant déjà des mots... Avant de se raviser. Il s'agissait d'une nouvelle recrue.

"Inge !" Dit-elle en souriant. "Il y a un problème ?"
avatar
Déserteur

On m'appelle Inge Hardinvast


Infos Personnage
RANG: Vardøn ; Zoey ; Snjór ; Jorgga ; Fjölan ;
VILLE & APPARTENANCE : Murmures de la Sylve ~ Travailleuse du bois
MON AGE : 25 ans
Féminin
MESSAGES : 199
AGE : 27
INSCRIT LE : 16/10/2012
PSEUDO HABITUEL : Jezibaba
Joyaux : 478
http://www.ile-joyaux.com/t1084-inge-hardinvast-l-affranchie
Posté dans Re: Un jeu de mains qui n'en est pas un   - Dim 23 Fév 2014 - 8:26


Depuis trois jours que Zoey l'avait présentée aux Murmures de la Sylve, Inge n'avait essuyé que des regards méfiants et longs silences lorsqu'elle passait à proximité de groupes ayant repéré sa présence.

À son arrivée on l'avait défaite de ses armes et priée de faire profil bas le temps que les déserteurs l'acceptent. Bien que ces précautions soient justifiées par sa récente appartenance à la Faction des Shaas d'Argent, Inge supportait difficilement les remarques à voix basses derrière son dos et la distance volontaire que beaucoup mettaient entre elle et eux.

Pendant trois jours, donc, elle n'échangea de mots qu'avec Zoey et quelques déserteurs moins méfiants, ou peut-être simplement plus compréhensifs. On lui avait vaguement expliqué la structure du groupe et son fonctionnement, étrangement similaire à celui des factionnaires, et on lui parla d'une alliance avec un second groupe de déserteurs qui parlaient  avec leurs mains. Principe étrange pensait-elle sans réellement comprendre, avant de les voir à l'œuvre.

Deux d'entre eux bavassaient en agitant les bras à quelques mètres d'elle alors qu'elle entretenait l'un des feux du camp. Si les messes basses de certains avaient le mérite de se vouloir discrètes, ce brassage de vent juste en face d'elle constituait une véritable provocation, puisqu'elle avait développé depuis son arrivée ici la certitude qu'où qu'elle aille, on en parlait comme d'une potentielle ennemie. Qu'aurait-il fallu qu'elle fasse d'autre pour se donner crédit à  leurs yeux ? Leur ramener la tête du factionnaire à qui elle avait fendu le crâne ?

Les yeux rivés sur les flammes, elle serra les poings qu'elle aurait bien voulu enfoncer dans chacun de leurs deux visages rieurs, si ça ne lui aurait pas coûté la vie.
Hélée par le gamin feuillu, elle le fixa un instant, songeant à user de son don pour l'étouffer dans sa végétation mais se ravisa. Au moins un qui avait fini par lui parler directement.

- Si ce que vous avez à dire est si intéressant, faites-en profiter tout le monde.

Son ton sec et son visage fermé traduisaient clairement sa contrariété et son exaspération pour les apartés qu'elle avait subis depuis ces derniers jours. Et manque de chance, ce fut le premier qui avait fini par lui adresser la parole qui prit pour ses congénères...
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: Un jeu de mains qui n'en est pas un   - Dim 23 Fév 2014 - 11:48

Pourquoi ai-je l'impression de m'être pris une gifle ? Songea Oön' après avoir sursauté aux propos, mais surtout au ton de la nouvelle déserteuse. Oui, c'était cela : que ce soit son regard, sa manière de se tenir ou de parler, tout dans Inge clamaient à peu de choses près, "J'ai envie de TAPER". Enfin, c'est ainsi qu'elle l'interprétait. Et elle eut la surprise de lire la même envie chez Yrmröd alors qu'il se levait brusquement pour faire face à la femme. Oönvüla s'empressa de l'imiter.

L'Ëkenväld avait rapidement jauger du regard son vis-à-vis, perdant presque aussitôt le sourire qu'il avait arboré. Et ses mains se mirent bientôt à bouger, alors que son ancienne protégé avait un temps de retard. Mais pas assez pour éviter le choc devant ce qu'il signait. Je ne vais pas traduire ça. Elle préféra plutôt couvrir aussitôt les mains de son ami des siennes, en lui jetant un regard peu amène... Qu'il lui rendit, avant de se dégager. Pendant un bref instant, elle sentit la colère vive logée dans ses yeux l'effleurer, sans la viser directement. Yrmröd dévisagea avec un emportement non dissimulé Inge. Oönvüla pesta : le premier ne se conduisait absolument pas d'une manière aussi irréfléchi d'ordinaire, à répondre à la provocation, et la seconde... Était une nouvelle venue ayant fait son temps au sein d'une faction. Voilà d'où venait le problème.

"Arrêtes tout de suite." Sa voix était cinglante.

Il n'en fit rien.

"Je crois que vous avez un petit problème de compréhension." Signa-t-elle rapidement, d'une manière taquine et agacée à la fois. "Elle a droit a quelques explications."

Elle ignora sciemment le refus vif qu'il lui signa avant de se tourner vers Inge, l'air pas aussi détendue qu'elle l'aurait voulu. Mais être entre deux boules de nerf n'est jamais facile, surtout quand l'une est un proche qui a oublié d'user de sa cervelle pour outrepasser une vieille colère. Bien qu'elle comprit que l'oublier eut été difficile.

"Faisons les choses correctement, veux-tu ?" Dit-elle "Je me nomme Oönvüla, et mon ami Yrmröd. Et je te pris de le pardonner pour son emportement mais d'une certaine manière, tu l'as insulté. Par ignorance, je crois bien, donc je vais t'expliquer pour éviter d'autres problèmes."

Une main se posa sur son épaule, tentant de la détourner... Elle fit volte face, lui donna un bon coup de pied dans le mollet en signant un "Montre l'exemple au lieu de te comporter comme un gamin fâché !" avant de se retourner encore. Si L'Ëkenväld souffrit un tantinet du coup donné, ce fut surtout le geste qui le surprit suffisamment pour qu'il ne proteste pas davantage.

"Ce sont des démêlés avec des guerriers erfeydiens qui lui ont valu d'être muet, Inge." Expliqua-t-elle avec douceur. "Crois bien qu'il aurais exprimé tout son amour de vive voix s'il l'avait pu." Ajouta-t-elle non sans un certain amusement dans la voix. "Que croyais-tu que nous disions ?"
avatar
Déserteur

On m'appelle Inge Hardinvast


Infos Personnage
RANG: Vardøn ; Zoey ; Snjór ; Jorgga ; Fjölan ;
VILLE & APPARTENANCE : Murmures de la Sylve ~ Travailleuse du bois
MON AGE : 25 ans
Féminin
MESSAGES : 199
AGE : 27
INSCRIT LE : 16/10/2012
PSEUDO HABITUEL : Jezibaba
Joyaux : 478
http://www.ile-joyaux.com/t1084-inge-hardinvast-l-affranchie
Posté dans Re: Un jeu de mains qui n'en est pas un   - Mer 2 Avr 2014 - 13:22

L'homme s'était brusquement levé, tendu comme un arc et lançait un regard assassin à Inge qui ne se fit pas prier pour se saisir du tisonnier près d'elle avant de se redresser à son tour. Le poing serré sur l'outil, elle se voyait déjà le planter dans l'œil de l'imprudent. Mais avant qu'ils n'aient pu entamer les festivités, le gamin s'était interposé entre les deux brutes. Mais de quoi se mêlait-il ? Et que foutait-il encore à agiter ses mains ? Il tenait si peu que ça à son intégrité physique ?

- Tu te fous de moi ? Hurla-t-elle de la manière la plus agressive qui soit.

Mais le môme n'arrêta pas pour autant de brasser de l'air avec le costaud. Sérieusement ? Inge fit un pas en avant dans l'intention de lui faire comprendre le respect et s'arrêta dans son élan lorsqu'il se retourna vers elle. Quel air niais il avait ! L'affranchie sentit monter en elle une soudaine envie de lui élargir le sourire alors qu'il faisait les présentations. Inge ne démordait pas de sa position, mais cela avait au moins eu le mérite de lui rappeler qu'elle n'avait aucun intérêt à se mettre à dos un groupe d'hommes mieux armés qu'elle, et qui avaient encore des doutes quant à son affranchissement.

Ainsi donc il n'avait plus de voix ? Soit. La nouvelle ne sembla pas déstabiliser la guerrière qui ne paraissait aucunement gênée de sa faute. On lui disait rien, elle aurait dû faire comment pour le deviner ? Le lire dans les tripes d'un howok ?

- Très bien. Il est pas sourd non ? ricana-t-elle avant de lever les yeux vers le dénommé Yrmröd. Alors calme ta joie mon gros, j'ai pas encore le savoir universel. Le regard de nouveau posé sur le nabot, elle effaça son rictus moqueur. Tu devrais apprendre à ton molosse à choisir un adversaire aussi armé que lui. Un nouveau sourire ironique s'adressa au guerrier. À moins que les factionnaires lui aient aussi ôté son honneur.
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: Un jeu de mains qui n'en est pas un   - Jeu 10 Avr 2014 - 8:21

Un poing s'écrasa sans prévenir sur le visage de Inge. Yrmröd fut stupéfait de réalisé qu'il ne s'agissait pas du sien.

"Tu ne sais pas alors tu te tais." Dit froidement Oön'en agitant sa main douloureuse avec une grimace. "Et pardon pour le coup. Mais vous êtes tous les deux insupportables à vous chercher sans savoir rien de l'autre. Alors une bonne fois pour toute : vous êtes ALLIES. Et je m'adresse aussi à VOUS têtes de jögalt !" dit la Hraeslörn à l'attention de tous les déserteurs dont l'attention avait été attiré par son attaque.

Un peu d'ithylium et de vent créé propagea efficacement la rumeur à travers le camp. Après avoir couvert toute la troupe d'un regard ombrageux, la jeune déserteuse reporta son attention sur les deux énergumènes l'entourant. Yrmröd avait déjà recommencé à adresser des signes peu sympathiques à l'adresse d'Inge. Oönvüla n'était pas intéressée par l'idée de rejouer des poings - elle tenait à ses mains - mais une idée lui vint.

"Yrmröd, tu vas apprendre le langage à Inge ! Comme ça tu pourras lui expliquer son erreur." s'exclama-t-elle, ravie.

Durant le silence horrifié qui suivit, le Ëkenväld la regarda tout bonnement avec l'air de vouloir lui arracher la langue pour ce qu'elle avait dit. La jeune femme afficha une mine d'autant plus heureuse : ils l'avaient bien cherché.

"Je refuse !" signa-t-il.
"Dymeïdra sera bien curieuse de l'entendre." Répliqua-t-elle de la même manière.
"Tu n'oserais pas..."
"Si tu arrêtes de faire l'enfant. Elle est des nôtres, Yrmröd. Elle en aura besoin pour communiquer avec les autres... Et être moins isolée"

Le déserteur se renfrogna, sa raison aux prises avec sa rage. Oön' attendait, espérant. Les déserteurs ne pouvaient pas se permettre ce genre de prise de tête stupide, d'autant moins en territoire ennemi.


HRP:
 
avatar
Déserteur

On m'appelle Inge Hardinvast


Infos Personnage
RANG: Vardøn ; Zoey ; Snjór ; Jorgga ; Fjölan ;
VILLE & APPARTENANCE : Murmures de la Sylve ~ Travailleuse du bois
MON AGE : 25 ans
Féminin
MESSAGES : 199
AGE : 27
INSCRIT LE : 16/10/2012
PSEUDO HABITUEL : Jezibaba
Joyaux : 478
http://www.ile-joyaux.com/t1084-inge-hardinvast-l-affranchie
Posté dans Re: Un jeu de mains qui n'en est pas un   - Mer 23 Avr 2014 - 6:50

Spoiler:
 

La surprise d'Inge lorsque le gamin la frappa fut telle qu'elle n'eut pas l'idée de riposter instantanément. Comment avait-il osé ? Le foudroyant du regard, elle se demandait si les déserteurs valaient suffisamment pour qu'elle aille jusqu'à fendre le crâne d'un Shaas. Le regard plus meurtrier que jamais, elle étripait l'inconscient dans son esprit, l'immolait ensuite pour jeter ses cendres dans une fosse à purin. Certes, c'était radical, mais n'en auriez-vous pas fait autant ?

- Tu tiens si peu que ça à ta vie ?

Se massant la pommette endolorie par le coup, l'Affranchie serrait son tisonnier tandis qu'Oönvüla s'époumonait dans un sermon qu'il adressa aux déserteurs présents. Génial, elle était tombée sur le moralisateur de service. Inconsciemment elle leva un regard presque compatissant vers Yrmröd qui devait en avoir fait les frais plus d'une fois, regard qui devint bien vite révolté lorsqu'il fut question que cette montagne lui donne des cours.

- Un putain de muet ? siffla-t-elle alors qu'ils n'avaient pas terminé de signer.

Inge était fière, arrogante, sérieusement bornée mais pas stupide. Ce langage semblait faire partie du mode de vie d'un bon nombre de ces déserteurs, et l'apprendre ne pourrait que lui permettre d'y trouver sa place. Seulement, cet Oönvüla ne semblait pas décidé à lui accorder le professeur le plus compréhensible...

- Quand j'aurai terminé de rire à le voir brasser du vent, tu m'expliqueras comment je suis censée comprendre ce qu'il me dit.
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: Un jeu de mains qui n'en est pas un   - Mer 23 Avr 2014 - 18:45

"Ah mais ce n'est pas moi le professeur." Répondit la jeune femme, tout sourire, indifférente à la menace. "Yrmröd, pourrais-tu lui montrer ?"

Enfin Inge semblait accepter quelque chose ! Et pas des plus inutile, la Hraeslörn était ravi. Veiller à ce que le duo ne s’entre-tue pas à la moindre occasion - le temps qu'ils fassent connaissance et que l'ancienne Shaas se sente plus en confiance... D'ici quelques jours peut-être ? - était la moindre des choses. Aussi quand son ami lui rendit un regard incrédule, s'effaça-t-elle docilement tout en signant.

"Je vais rester à vos côtés. Au cas où." Fut son propos, alors que son visage irradiait d'espoir et d'encouragement pour son ami.
"..." Les mains de l'homme se suspendirent sans rien signer.

Il semblait aussi à l'aise que lorsqu'une déserteuse l'avait entraîné dans la ronde des danseurs, peu de temps après leur intégration au groupe de déserteurs. Sa mère eut été bien curieuse d'assister à la chose, sans doute. Yrmröd s'éloigna un instant, laissant Oön' perplexe mais, comme dit précédemment, emplie de confiance envers lui. Elle profita de ce petit temps pour faire signe à un déserteur d'aller surveiller à sa place l'entrée de la grotte. L'individu s’exécuta, tandis que le Ëkenväld revenait, les mains pleines de petits cailloux, avant de s'accroupir, et de faire signe à Inge de l'imiter.

Oönvüla le fit - même si on lui avait rien demandée -. Quand la nouvelle recrue voulue bien obtempérer, avec tout l'enthousiasme d'une pierre, Yrmröd au visage fermé et sérieux... Lui montra un cailloux. Allongé, qu'il tenait dans le sens de la hauteur, tout en se pointant lui même du doigt. De sa main libre, il signa un mot : "humain". La Hraeslörn l'ayant donc sur le bout de la langue voulut ouvrir la bouche, et se fit simplement exécuter immédiatement visuellement par son ami. Elle plaqua donc en réaction ses deux mains sur ses lèvres ayant la bougeotte, l'air penaude.

Le muet se concentra sur son élève. Posant le caillou "humain" debout, il en pris un autre, plus massif, qu'il fit se mouvoir mollement sur la paume ouverte de sa main. Quand il abaissa cette dernière, son visage n'était plus qu'un masque stupidement serein mâchant grossièrement une nourriture imaginaire. Nouveau signe de la main libre : "herbivore". L'éclat de roche "herbivore" rejoignit l'"humain", tandis qu'Yrmröd prenait un dernier, toujours dans le sens de la largeur... Et le faisait bondir brusquement dans sa paume, tout en montrant les dents. "Prédateur" fut le signe montré. La Hraeslörn observait avec une certaine fascination son "manège" pédagogique.

Le Ëkenväld réunit aligna les trois cailloux, avant de les indiquer chacun leur tour du doigt à Inge, avec un air interrogateur. Oönvüla n'osait plus bouger, guettant la réaction d'ancienne Shaas. Est-ce que ça va marcher ? Yrmröd n'avait signé aucune insulte pendant ces quelques minutes, après la première altercation, c'était bon signe.


HRP:
 
avatar
Déserteur

On m'appelle Inge Hardinvast


Infos Personnage
RANG: Vardøn ; Zoey ; Snjór ; Jorgga ; Fjölan ;
VILLE & APPARTENANCE : Murmures de la Sylve ~ Travailleuse du bois
MON AGE : 25 ans
Féminin
MESSAGES : 199
AGE : 27
INSCRIT LE : 16/10/2012
PSEUDO HABITUEL : Jezibaba
Joyaux : 478
http://www.ile-joyaux.com/t1084-inge-hardinvast-l-affranchie
Posté dans Re: Un jeu de mains qui n'en est pas un   - Lun 5 Mai 2014 - 7:00

Les deux brutes se faisaient face tandis que le gamin reculait en continuant de brasser l'air à l'intention du géant muet. Inge regarda se dernier s'éloigner non sans émettre quelques remarques à son égard, pensant qu'il n'était pas décidé à lui apprendre quoi que ce soit. Mais lorsqu'il revint les bras chargés de pierres de différentes tailles et diverses formes, le visage de l'Affranchie n'exprimait plus qu'un étonnement certain devant le colosse qui s'était résigné à faire d'elle son élève.

Elle se mit à son niveau lorsqu'il l'y invita, intriguée par son manège, et fusilla du regard les quelques déserteurs alentours qui ricanaient à la vue du spectacle, accrochant au passage le regard du môme qui n'avait pas l'air peu fier de son idée.
Un claquement de langue de la part de son professeur la ramena à sa première leçon de langue silencieuse. Il agitait devant lui une caillasse longiligne en se désignant avant d'exécuter le signe correspondant. Inge mima, positionnant sa main comme il le faisait tout en cherchant ce qu'il pouvait bien vouloir dire. Yrmröd ? Brutasse ?

- Homme ?

Un vague hochement de tête lui fit comprendre qu'elle avait vu juste, ou à peu près vue la moue à peine satisfaite de l'homme qui enchaînait déjà sur la pierre suivante. La grimace d'Yrmröd détendit étrangement la récente déserteuse qui ne ressentait plus aucune animosité de la part de son professeur. Sans un mot elle copia le signe tandis qu'il lui présentait la troisième pierre. Un skoll ?

Les trois pierres étaient finalement alignées entre eux. Les yeux rivés sur ces dernières, Inge répétait discrètement les signes des deux mains jusqu'à ce qu'Yrmröd ne les pointe une par une. La première était gagnée d'avance.

- Homme. répéta-t-elle en signant. Levant les yeux vers Yrmröd, elle sentait qu'elle y était presque.

Ce fut au tour de la seconde pierre.
- Howok ? Ses doigts se croisèrent difficilement dans le signe associé. Le déserteur fit non de la tête, faisant réfléchir de nouveau l'Affranchie qui se rappela l'autre pierre partir à l'assaut de celle-ci. Proie ? Mauvaise pioche, elle chercha encore. Herbivore ? Enfin ! Elle y était. N'attendant pas qu'il pointe la dernière, elle en avait déjà déduit la signification. Carnivore !




Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: Un jeu de mains qui n'en est pas un   - Sam 10 Mai 2014 - 17:24

Oönvüla ne chercha pas à cacher le sourire qui s'étira jusqu'à ses oreilles, alors que Inge, après des débuts bien revêches se prêtait au jeu des signes. Yrmröd lui-même semblait avoir été distrait  de sa vieille colère par la bonne volonté de l'ancienne Shaas. Tout en hochant la tête, l'Ëkenväld fit un nouveau signe pour marquer son approbation : "oui". Avant de signer à l'adresse de son amie... Une fois le message transmis, la jeune déserteuse expliqua :

"Il ne s'agit que de quelques termes basiques, mais une fois que tu maîtrisera d'autres signes, tu pourras rentrer dans les détails. Par exemple..." Dit-elle, avant de regarder à nouveau Yrmröd.

Comme pour la prendre en défaut, il avait déjà commencé à signé... Il trouve moyen de me tester aussi ! S'amusa-t-elle, à la vue de la discrète mimique d'amusement qu'elle percevait néanmoins sur le visage aux traits durs. Elle s'empressa de traduire, ces subtilités demandant plus de temps à être comprises, pour que Inge puis dès lors tenter de les retenir...

◘ ◘ ◘ ◘ ◘

Après moult répétitions - la complexification des termes demandant toujours plus de précision dans le geste - les deux déserteurs purent voir la nouvelle recrue signer sans faute : "Deux humains & un gros herbivore devant, moins dix mètres, odeur nourriture, à la bouffe." C'était Oön' qui avait insisté pour les derniers termes - la nourriture, c'est important -, même si elle avait  semblé la seule enthousiaste. Après cette réussite, ils le furent tous trois.

"Bravo ! Et d'ici demain tu auras oublié toute cette phrase !" S'exclama-t-elle avec bonne humeur. Oönvüla s'empressa de continuer. "Mais c'est normal ! Avec la pratique, tu vas retenir. Les autres ont déjà un répertoire de signes, n'hésites pas à t'adresser à eux quand tu n'es pas avec Yrmröd." Le concerné ne semblait toujours pas très enthousiaste... Du moins moins hostile, toutefois. La jeune femme ajouta, avec un clin d'oeil. "Et ne crains aucune tromperie ! Ils auraient autant à perdre que toi s'ils te faisaient retenir quelque chose de faux : communiquer un maximum d'informations en toute discrétion est un avantage bien trop important pour être négligé." Elle reprit son souffle. Puis acheva par : "Et aucun Murmures, si ce n'est les Ëkenväld, ne connaissent de signes insultant. Ils n'en ont pas l'utilité."
avatar
Déserteur

On m'appelle Inge Hardinvast


Infos Personnage
RANG: Vardøn ; Zoey ; Snjór ; Jorgga ; Fjölan ;
VILLE & APPARTENANCE : Murmures de la Sylve ~ Travailleuse du bois
MON AGE : 25 ans
Féminin
MESSAGES : 199
AGE : 27
INSCRIT LE : 16/10/2012
PSEUDO HABITUEL : Jezibaba
Joyaux : 478
http://www.ile-joyaux.com/t1084-inge-hardinvast-l-affranchie
Posté dans Re: Un jeu de mains qui n'en est pas un   - Mer 2 Juil 2014 - 10:29

Les minutes passèrent et l'ancienne Shaas faisait danser ses mains en harmonie avec celles de ses deux interlocuteurs. Les frêles mains d'Oönvula et celles, puissantes, d'Yrmröd s'étaient alliées dans une leçon bien particulière. Inge avait bien eu l'occasion d'apprendre quelque mots différents des siens en rencontrant des clans à l'erfeydien variant selon leurs localisations, mais ce langage muet avait un quelque-chose d'universel.

Lorsque le gamin évoqua l'idée qu'Inge puisse aller tailler le bout de gras avec d'autres membres des Murmures, cette dernière retrouva l'air renfermé qu'elle affichait avant sa leçon. À avoir croisé certains des déserteurs, la jeune femme n'avait décelé chez eux aucune sympathie à son égard, et ce n'était certainement pas elle qui irait la chercher coûte que coûte. Mais avant que sa réponse n'ait franchi la barrière de ses lèvres, elle fut attirée par une agitation en arrière dans le campement. Le métal des armes que l'on prenait tintait dans un brouhaha de neige écrasée par des dizaines de paires de pieds et de hurlements.

- Un raid ! Un raid, ramenez-vous !

Raidie, Inge se tourna nerveusement vers Oönvula et Yrmröd, leur adressant un regard déterminé et désabusé à la fois. Son épée lui avait été retirée dès lors qu'elle avait rejoint le campement, et elle craignait de ne pas la revoir de sitôt malgré les circonstances. Mais en cet instant, comment pouvait-elle sauver sa peau ? Leur prouver sa bonne foi ? Immobile, son regard se posait tantôt sur le gamin, tantôt sur l'homme. Un signe d'eux, et elle rejoignait le combat.




Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: Un jeu de mains qui n'en est pas un   - Ven 11 Juil 2014 - 12:25

De l'ithylium jaillit, avant qu'un courant d'air ne s'élance, se répendantà l'intérieur de la grotte, couvrant le bruit...

"Vous trois la ferme." siffla avec dureté Oönvüla, les yeux aussi rageurs que ceux d'Yrmrörd s'étaient écarquillés de consternation devant une telle débacle.

Les deux fautifs et la fautive furent aussitôt mis à terre par leurs comparses encore doués de bon sens.

"La panique et la mort, c'est ce que vous voulez ?! Le jour est presque tombé, on doit..."

Yrmröd s'était déjà relevé, allant rassembler des affaires. La jeune Hraeslörn réfléchissait furieusement : grotte, impasse mais facile à défendre, luminosité faible avantage pour une fuite, une dispersion, nourriture transportable quoiqu'il valait mieux l'abandonner pour être le plus à même de fuir... Mais tout une chasse de perdue... Le camp fut défait, alors que es bruits ennemis se faisaient bien trop proches au goût des oreilles sensibles d'Oönvüla. Le tintement d'une épée... Celle qu'Yrmröd jetait à Inge, pour ne pas la laisser désarmée.

"On ne peut pas les affronter, ils sont trop nombreux... !" souffla la "Bras-droit" avec une rage impuissance.

Avant qu'une idée folle ne frappe à la porte de son esprit.

"Les durs d'oreille, vous venez avec moi ! Les autres au fond de la grotte ! Sans viande ! Inge, je veux que tu me fasses une magnifique parois de roche...! Donnez-lui tout l'ithylium nécessaire !" demanda avec excitation la jeune femme à la Shaas, un espoir fou dans les yeux. "Enfin, il faut pas qu'elle fasse trop récente la pierre, d'accord ?"

Et Yrmröd de signer furieusement des "non, non, non !" tenaces, et complètement ignorés par l'intéréssée.
avatar
Déserteur

On m'appelle Inge Hardinvast


Infos Personnage
RANG: Vardøn ; Zoey ; Snjór ; Jorgga ; Fjölan ;
VILLE & APPARTENANCE : Murmures de la Sylve ~ Travailleuse du bois
MON AGE : 25 ans
Féminin
MESSAGES : 199
AGE : 27
INSCRIT LE : 16/10/2012
PSEUDO HABITUEL : Jezibaba
Joyaux : 478
http://www.ile-joyaux.com/t1084-inge-hardinvast-l-affranchie
Posté dans Re: Un jeu de mains qui n'en est pas un   - Jeu 14 Aoû 2014 - 15:26

Inge s'était relevée alors que le gamin rappelait trois déserteurs à l'ordre. En d'autres circonstances, elle se serait trouvée étonnée de voir ces derniers obéir à un jeunot aussi facilement, mais en ces circonstances elle s'estimait simplement heureuse qu'ils ne fassent plus un bruit.
Les yeux de l'ancienne Shaas parcouraient la grotte à la recherche d'une arme qu'elle saurait manier à la perfection, de SON épée qui lui avait été retirée. Rien de tout cela sur les ratteliers près de l'entrée de la grotte. Se retournant vers le duo nabot/montagne, elle vit Yrmröd s'éloigner pour revenir avec deux armes, dont l'une qu'il lança à Inge. L'espace d'un instant elle observa cette lame qui lui avait valu son exil en faisant couler le sang d'un factionnaire, mais les mots d'Oönvula la ramenèrent brusquement à la réalité de sa nouvelle situation. D'un hochement de tête, elle ne chercha pas à comprendre le raisonnement du gamin et suivit le mouvement jusqu'au fond de la grotte.

Saisissant Yrmröd par le bras, elle l'immobilisa un instant pour le défaire de la fiole d'ithylium qui pendait à sa ceinture et en répandit au sol avant de reculer. Une main tendue devant elle, elle concentrait son esprit tout entier dans ce mur de roche qui s'érigea jusqu'au plafond de la grotte. La pierre, lisse au départ, s'enfonça violemment à certains endroits pour donner un aspect plus naturel et usé. De la mousse courut des parois environnantes et s'accrocha çà et là, ajoutant en authenticité.
Une fois le mur dressé, Inge se retourna vers les hommes et femmes restés derrière elle, apercevant un Yrmröd à l'air inquiet, tranchant avec celui assuré du gamin un peu plus tôt. Fixant la montagne, elle lui lança un regard interrogateur et haussa les épaules, comme pour tenter de comprendre ce qui clochait. Le regard qu'il lui rendit avait quelque-chose d'accusateur, lui faisant se demander si elle avait bien fait de suivre les indications d'un gosse.




Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: Un jeu de mains qui n'en est pas un   - Jeu 14 Aoû 2014 - 19:53

HRP:
 

Malgré l'inquiétude qu'elle jugulait de son mieux, Oönvüla sentit percé l'ébahissement... Il faudra que je lui demande de le re-faire. Une sculpture d'Yrmröd faisant la tête pour le camp ? Alors que ses doigts compagnons attendaient, impatient, elle colla son front contre la roche. Ithylium. Elle transforma une infime pas de la dureté en air, en un petit tunnel par lesquels glissèrent ses mots.

"Nous allons les éloigner pour vous permettre de fuir. Suivez Yrmröd jusqu'au campement le plus proche, obéissez-lui. Si de nos poursuivants s'attardent ici..." Elle déglutit, ressentant encore une aversion à la pensée de ce qu'ils devraient peut-être faire. "Profitez de l'effet de surprise s'ils sont peu nombreux. Sinon, attendez... Maintenant silence. Je te laisse corriger le défaut, Inge. Beau travail."

Se retournant, la Hraelörn tomba face aux regards incrédules de ceux qu'elle avait condamné à être poursuivi. Elle leur sourit effrontément, faignant d'être sûr d'elle... Je vais mettre à l'épreuve ce que vous m'avez enseignée, Dymeïdra & toi, Yr'. Une fois encore.

"Qu'est-ce que vous attendez ? Vous me maudirez quand on les aura semez ! En attendant, ayez l'air de courir pour vos vies !" souffla-t-elle avant de s'élancer vers la sortie.

Et le petit groupe faillit dans la nuit noire... Bientôt des cris retentirent. Les déserteurs détalaient dans les bois, jouant les maladroits, laissant plus de traces qu'il n'en fallait. Le coeur battant à tout rompre, la jeune femme espérait que leurs poursuivants se seraient laissés bernés... Qu'ils avaient assez effacé leurs traces en s'installant pour que leur nombre exact soit indéterminable... Que le faux fond de grotte d'Inge les bernerait si nécessaire... Qu'aucun des trois idiots qui fuyaient avec elle ne trébucherait dans l'obscurité...

HRP:
 
avatar
Déserteur

On m'appelle Inge Hardinvast


Infos Personnage
RANG: Vardøn ; Zoey ; Snjór ; Jorgga ; Fjölan ;
VILLE & APPARTENANCE : Murmures de la Sylve ~ Travailleuse du bois
MON AGE : 25 ans
Féminin
MESSAGES : 199
AGE : 27
INSCRIT LE : 16/10/2012
PSEUDO HABITUEL : Jezibaba
Joyaux : 478
http://www.ile-joyaux.com/t1084-inge-hardinvast-l-affranchie
Posté dans Re: Un jeu de mains qui n'en est pas un   - Dim 21 Sep 2014 - 9:33

Spoiler:
 

Un courant d'air effleura la nuque de l'Affranchie, la faisant tressaillir. Se retournant, elle ne vit que son œuvre, mur de pierre qui les privait de toute lumière du jour et, bientôt, de tout oxygène. La voix du gamin feuillu lui parvint pourtant de l'autre côté de la paroi et, regardant les autres Murmures qui ne semblaient pas surpris par cette étrange présence, Inge comprit qu'elle n'était pas la seule à entendre cette voix.

Étrangement, aucun des Murmures ne semblait remettre en cause les ordres du gosse. Même Yrmröd, aussi imposant ait-il été, s'en remettait aux consignes d'Oönvula en hochant la tête à ses propos.
L'ancienne Shaas se retourna brusquement en entendant son nom et s'étonna encore une fois de ne trouver que la paroi froide qu'elle avait créée. Sa très récente arrivée au sein du groupe de déserteurs ne pouvait pas échapper à qui que ce soit.

Dans un hochement de tête, l'affranchie fit disparaître l'infime interstice par lequel s'était glissée la voix. Derrière elle, elle fut surprise de trouver des hommes et des femmes sereins, presque rassurés par les propos d'un gosse. Ce n'était pas tant le fait qu'il soit parti risquer sa vie pour sauver les leurs qui l'avait étonnée, ceci étant fréquemment observable chez des erfeydiens au sens de l'honneur particulièrement développé, mais plutôt cette discipline et cette obéissance dont ils faisaient preuve. Seul Yrmröd affichait une mine contrariée, se retenant difficilement de ne pas taper du pied pour rester silencieux.

De longues minutes passèrent pendant lesquelles les visages finirent par devenir inquiets, les traits soulignés par la lueur bleutée des quelques flammes générées. La lourde main d'Yrmröd s'abattit sur l'épaule d'Inge, signe qu'il était temps de décamper. La jeune femme se leva et posa ses mains contre la paroi qu'elle avait créée, créant une brèche assez large pour trois hommes bien bâtis. Derrière elle, tous étaient sur le qui-vive, prêts à décocher leurs flèches et brandir leurs armes, mais aucun ennemi ne se trouva devant eux. Le géant muet déglutit. Aurait-il préféré leur faire face plutôt que de les savoir aux trousses d'Oönvüla ?

~~~~~~

Le plus gros de la troupe avait rejoint le camp le plus proche. Bien qu'ils soient parvenus à échapper à une troupe factionnaire, aucun d'eux ne se laissait aller aux réjouissances. Tous avaient l'air inquiet et guettaient le retour des manquants à l'appel, Oönvüla y compris. Les feux avaient été éteints, les tentes démontées et les vivres empaquetées dans l'attente de savoir si le petit groupe avait accompli sa mission, ou bien s'il faudrait fuir de nouveau.




Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: Un jeu de mains qui n'en est pas un   - Dim 9 Nov 2014 - 12:48

Bientôt, les murmures se turent, perturbés par les bruissements alentours... Une sentinelle surgit bientôt, l'un des fuyard avec lui. Quelques sourires naquirent, mais l'attente se poursuivit, alors que se murmurait le récit : le récit de la course dans la montagne, des racines traîtres, du poids de la présence de leurs poursuivants, derrière eux... Des détours, des passages difficilement praticables pour un grand nombre. Mais ce n'est que loin de la grotte qu'ils avaient pu se surpasser.

A nouveau, un silence... Jusqu'à l'arrivée du second retardataire. Mais il fallait encore attendre...

Chercher à les perdre. Une dernier fois ils s'étaient tous trois rejoints, et la Hraeslörn avait attaché à leur pas les anneaux d'air tourbillonnant, brouillant  leurs empreintes. Après quoi, ils coururent encore. Mais avec la satisfaction d'entendre le boucan des indésirables s'éloigner toujours: qu'ils peinent à trouver les traces moins nombreuses de leur passage !

Alors ils avaient pu souffler, et chercher à se repérer. Et rejoindre les leurs.

Un peu de chaleur et de compagnie. Ils étaient éreintés par leur course folle. Mais l'attente tirait les traits. L'Ekenväld muet avait cessé de faire les cent pas. Il tentait l'oreille.

Un sifflement, et quelqu'un cria. C'était le premier rentré. Oönvüla surgit des fourrées.

"La boule de neige, c'est pour avoir commencer à raconter sans moi." Dit-elle aussi fort qu'elle l'osa, avant de chercher des yeux Inge, et de lui sourire à pleine dents. "Ton mur les a berné, bravo !"

Et puis elle se laissa subitement tomber par terre.

"C'est que ça donne chaud de courir." Dit la déserteuse, avant de se mettre à claquer des dents.

RP:
 

On m'appelle Contenu sponsorisé

Posté dans Re: Un jeu de mains qui n'en est pas un   -

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum