AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
» Communication externe
par Loth de la Vision Mar 21 Juin 2016 - 15:06

» Réversa [ TOP ]
par Invité Ven 27 Mai 2016 - 8:21

» Le monde de Dùralas
par Invité Jeu 26 Mai 2016 - 7:00

» Anthalia
par Invité Dim 22 Mai 2016 - 15:17

» Marbrume, La Cité des Damnés
par Invité Lun 16 Mai 2016 - 15:07

» Questionnaire pour soutenir infinite RPG !
par Invité Sam 14 Mai 2016 - 17:33

» Escalus
par Invité Jeu 12 Mai 2016 - 9:02

» Mass Effect : Reborn
par Invité Mar 10 Mai 2016 - 15:00

» Forum en pause
par Asàf Lysereän Mar 10 Mai 2016 - 13:47


Sous la table et une envolée d'hydromel, des choses terribles se préparent

Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Sous la table et une envolée d'hydromel, des choses terribles se préparent   - Lun 17 Fév 2014 - 15:13

Ça co-co-co-cogne fort ! Tentait de penser la fillette entre deux éclats de rire, sous l'une des tables massives qui supportaient depuis des années les banquets Hraeslörn. Un fois encore, les tonneaux avaient été percés, et les hommes de rugirent leur enthousiasme en cœur (ou pas) avec leur voisin, faisant s'entrechoquer les chopes, et voler les femmes (certains cas inverses avaient été aperçus, et les hommes concernés avaient droit à leur lot de boutades) dans de joyeuses danses.

C'était d'ailleurs ces derniers qui faisaient hoqueter l'enfant : c'est que cela faisait beaucoup de pied qui bondissaient, glissaient sur le bois, causant d'innombrables chocs, et le bois qui ne cessait de tousser sciure et poussière. Mais la fillette n'en traçait pas moins son chemin à quatre pattes, dans le décor innommable que formaient restes de nourriture (ils étaient peu à oser gâcher de l'aurion !), cornes à boisson égarées, de même que quelques bottes et dague. L'enfant croisa aussi une hache, que son propriétaire cherchait à tâtons. Elle poussa l'arme vers lui en passant, et lui décocha un sourire quand il la regarda avec de grand yeux. Hop, hop, hop ! Et que les danseurs bondissaient, au son de la musique, des pieds battants et des mains frappant ! Et le rire du Hänek de réussir l'exploit de couvrir un instant la clameur de l'assemblée ! Oönvüla éclata - modestement - de rire sous table, connaissant la fascinante sensation de la puissance de la poitrine vibrante de Kherndaäd Hraeslörn (elle s'y était perchée pas plus tard qu'en début de soirée).

Ici ! Se pressa-t-elle soudain, à la vue de petites jambes. Ah qu'il était triste d'en voir qui restaient assis ! C'était bien souvent des invités... La fillette sourit de plus belle, atteignant sa cible. La fille du Hänek Kallhjärta ! Lui tirant (soi-disant) discrètement la cheville pour attirer son attention, Oönvüla adressa un regard pétillant de malice à la tête blonde.

"Moi c'est Oönvüla !" cria-t-elle, sachant qu'avec les multiples voix qui se faisaient entendre, son cri devait être à peine plus audible qu'un vol de dzufn. "Et toi ?!"

Une brusque inspiration... Poussière. Constata-t-elle avec une once de contrariété. Avant de brusquement éternuer à la face de sa nouvelle/future amie. Oups. Elle adressa un sourire penaud à la Kallhjärta.
avatar
Peuplade

On m'appelle Fjölan Kallhjärta


Infos Personnage
RANG: Peottre, Nivilk, Agazhar, Dhungaärd, Hermine, Alenoä, Edörja, Niklas, Oönvüla.
VILLE & APPARTENANCE : Ystenhaim, Shaas d'Argent, Clan Kallhjärta
MON AGE : 26 ans
Féminin
MESSAGES : 1002
AGE : 23
INSCRIT LE : 05/05/2012
PSEUDO HABITUEL : Sumire
Joyaux : 7200
http://www.ile-joyaux.com/t732-fjolan-kallhjarta#16739 http://www.ile-joyaux.com/t2021-faction-erfeydienne-les-shaas-d-argent
Posté dans Re: Sous la table et une envolée d'hydromel, des choses terribles se préparent   - Lun 17 Fév 2014 - 16:34


Fjölan, 9 ans

Elle détestait ça, ces grands repas bruyants auxquels son père l'amenait pour lui "montrer comment un chef de clan devait se comporter au milieu de ses compères". Ca buvait, ça mangeait, ça se bousculait, ça criait. Pis les autres enfants étaient pas bien mieux que ces gros lourdeaux d'adultes. Ils avaient l'air sales et bêtes, courant partout en hurlant pour la plupart. Y'en avait même un qui préférait manger ses crottes de nez plutôt que son rôti d'aurion. La petite Kallhjärta remuait sur le banc avec une moue boudeuse, regardant fixement Farkas pour lui supplier de faire cesser ce calvaire au plus vite, même si le pauvre ne pouvait pas faire grand chose de plus que supporter les plaisanteries graveleuses de son voisin de table. Irritée, elle lui attrapa le bras pour le tirer, mais elle ne récolta qu'une réprimande.
Un homme face à elle s'était mit à chanter très fort et très faux. Maladroitement, elle lui lança son gobelet, le rata évidemment, et cria de sa voix fluette:

-Arrête monsieur, tu connais même pas les paroles ! On dirait Paté le Jölgalt quand maman l'a tué pour le festin du Tümwallah !

Son éclat de voix était passé inaperçu de tous dans ce brouhaha infernal. Perdant patience, la fillette plaqua ses mains sur ses oreilles, en grognant, restant figée dans cette position quelques minutes en signe de protestation. Elle aussi, elle voulait bouger, parce qu'elle en avait marre de ce boucan et d'être serrée entre son paternel et une dame toute grasse qu'elle ne connaissait même pas. Mais elle ne voulait pas approcher les autres gamins, pour des raisons plus ou moins rationnelles. Une des plus concrètes étant que ses interactions avec les autres finissaient souvent en bagarres où elle griffait et mordait comme une furie le premier qui la contrariait.
Alors qu'elle établissait toutes sortes de plans dans sa tête pour s'enfuir le plus discrètement possible, elle sentit une main s'agripper à sa cheville et se contenta d'abord de secouer vivement la jambe pour s'en débarrasser, mais si tenace que fut cette main, elle finit par se pencher pour voir qui l’interpellait. Une petite, inconnue au bataillon, qui se baladait sous les tables. Elle se présenta, mais elle n'entendit pas vraiment le nom.

-Hein ? Ondula ? Tu t'appelles O..

Pluie de postillons et autres fluides bucco-nasaux dont elle ne voulait pas connaître la nature. Avec un gémissement dégoûté, elle s'essuya le visage de sa manche, avant de s'écrier plaintivement:

-Bouse ! J'en ai même dans l’œil ! J'suis sûre qu'il va fondre tellement t'es crado, Ondula ! On t'as pas apprit à mettre ta main devant ta bouche ? Y'a des gens qui sont morts comme ça !

Elle se glissa à ses côtés, pour s'agenouiller face à sa cadette, posant ses poings sur ses hanches, en tentant de se donner un air de réprimande. D'une voix qu'elle voulu posée et adulte, mais qui se révéla plutôt extrêmement vantarde, elle raconta:

-Une fois, y'a un vagabond qui a toussé à la face de papy Bertil, deux jours plus tard, il a attrapé une grosse fièvre qui a failli le tuer ! Tu veux me tuer Ondula, c'est ça ?

Bien qu'elle parlait sèchement, c'était plus une leçon de savoir vivre qu'un reproche. Un mimétisme de l'intransigeance particulière de sa famille, probablement. Cependant, la politesse, c'était quelque chose de très relatif aux Erfeydes, mais ça, on en avait pas forcément notion à neuf ans. Elle voulait bien faire, pour elle, elle ne faisait que rendre service.
La fillette se détendit et finalement dédramatisa un peu l'incident, haussant finalement les épaule en soupirant. Un poing sur le cœur, comme le voulait la tradition, elle se présenta:

-Je m'appelle Fjölan Kallhjärta, fille de Farkas Kallhjärta et héritière de son clan !

Le fait qu'elle était obligée de parler fort pour pouvoir se faire entendre rendait le geste particulièrement solennel, mais avant tout cocasse, en ce lieu des plus insolites.





Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: Sous la table et une envolée d'hydromel, des choses terribles se préparent   - Lun 17 Fév 2014 - 17:09

Si Oönvüla vit bien que la fille se fâcha un peu, elle ne comprit strictement rien à ce qu'elle dit ensuite. Parles plus fort ! Tu parles pas vraiment d'un loslon qui a poussé un lapili pour taper un balbiers des glaciers, pas vrai ? Quant à sa question "On est où là ?", ce devait être aussi être autre chose. Voilà ce qui arrive quand les invités comprennent pas que 'chuchoter' sert à rien. S'amusa-t-elle en faisant non de la tête, le nez à quelques centimètres de celui de la Kalljärta, en montrant l'une de ses oreilles. Puis la fille se releva... Et salua. Oönvüla voulut bondir sur ses pieds pour faire pareil, se cogna la tête contre la table, puis sortit de sous le meuble pour se redresser et saluer, sautillant presque aussitôt sur place au rythme de la musique dominante.

"Salutation Föpan !" hurla-t-elle avec bonne humeur, l'éternuement déjà oublié. Bon, le mot "héritière" paraissait plus cohérent. "Kherndaäd est mon oncle, et je suis une héritière des histoires Hraeslörn !" clama-t-elle de son mieux avec toute la fierté d'une fillette.

Jetant un coup d’œil de part et d'autre, Oönvüla ne put que se sentir à l'étroit : il y avait d'une part homme qui regardait bizarrement les danseurs - Pourquoi il fait cette tête ? Il a avalé son aurion de travers ? songea avec perplexité la petite - et l'une de ses tantes éloignées. Malgré les muscles qu'elle devait bien avoir, pour frapper sans relâche le métal dans sa forge, personne ne niait qu'elle avait avait un goût prononcé pour l'aurion. Sauf que chez elle ça se voyait plus que chez les autres...

Les vibrations se propageaient partout dans le corps d'Oönvüla, dans sa petite poitrine par les chants, dans ses petits pieds par la danse... Et eux deux ils bougent pas. Pensait-elle, navrée. C'est pourquoi elle braqua un regard où brillait une joyeuse détermination sur Föpan. Ses dents d'enfant brillèrent à la faveur des feux d'ithylium, qui faisaient aussi bondir sur les murs, au rythme de la musique, les ombres des Erfeydiens rassemblés.

"On y va aussi ?" s'époumona-t-elle, ne tenant déjà plus en place.

Ni une ni deux, la Hraeslörn se retourna, écarta ce qui encombrait la table... Avant de bondir dessus. Se retournant aussi sec, elle tendit une main à la Kalljärta : même sans parole, l'invitation était on ne peut plus évidente !
avatar
Peuplade

On m'appelle Fjölan Kallhjärta


Infos Personnage
RANG: Peottre, Nivilk, Agazhar, Dhungaärd, Hermine, Alenoä, Edörja, Niklas, Oönvüla.
VILLE & APPARTENANCE : Ystenhaim, Shaas d'Argent, Clan Kallhjärta
MON AGE : 26 ans
Féminin
MESSAGES : 1002
AGE : 23
INSCRIT LE : 05/05/2012
PSEUDO HABITUEL : Sumire
Joyaux : 7200
http://www.ile-joyaux.com/t732-fjolan-kallhjarta#16739 http://www.ile-joyaux.com/t2021-faction-erfeydienne-les-shaas-d-argent
Posté dans Re: Sous la table et une envolée d'hydromel, des choses terribles se préparent   - Mar 18 Fév 2014 - 15:57

Le sol tremblait sous les pas des danseurs, la musique aurait pu être agréable si chacun des invités ici présents n'étaient pas dotés de voix si puissantes. Quel contraste épuisant au parlé posé et chuintant typique de son village, tantôt monocorde, tantôt chantant. Chez elle, quand on criait, c'était brusque, bref mais tétanisant, comme un coup de tonnerre. Ce n'était pas comme ici une façon de s'exprimer, mais une systématique prémisse à quelque chose de déplaisant. Réprimande, ordre, colère, impatience. Tout sauf des choses à connotation festive. Le calme de la pinacée lui manquait.

Ondula se heurta en voulant se lever, ne tirant qu'un haussement de sourcils blasé à la Kallhjärta quand elle se mit à babiller encore une fois de façon incompréhensible. Néanmoins, quand la gamine se mit à danser avec des mouvements patauds, elle ne pu s'empêcher de glousser, alors qu'elle sortait à son tour de la cachette. La Hraeslörn sauta sur la table et lui proposa de grimper aussi. Un instant d'hésitation, elle fut tentée quelques secondes de pousser la main de la petite, mais finit par l'attraper, peut être un peu trop brusquement, par le poignet pour préférer la faire redescendre. D'accord pour s'amuser un peu, mais hors de question de s'afficher comme ça ! En plus, Farkas la disputerait... Fjölan la tira alors, se faufilant avec elle entre les brusques et inattentifs grands, elle trouva finalement un espace pour faire danser Ondula, la faisant tourner en rigolant. La fillette se disait que si elle l'occupait un peu, elle pourrait avoir la paix un certain moment par la suite. Elle nota aussi la différence d'âge qui était légèrement moins marqué qu'entre elle et sa sœur, bien que similaire. Simple remarque qui lui était à la fois inutile et intéressante. Elle n'aura pas trop à changer son comportement de celui qu'elle avait avec Sigrid.
Mais bien vite, elles commencèrent à se faire bousculer, presque piétiner par les grands, ce qui usa très rapidement les nerfs de la jeune Kallhjärta. Un adolescent lui marcha malencontreusement sur le pied, il n'eut même pas le temps de s'excuser qu'elle lui décocha un coup de poing en plein ventre. Elle choppa Ondula par le bras pour se précipiter dehors avec elle, poussant les deux battants de la porte avec force et gratifiant toute l'assemblée d'un monstrueux courant d'air gelé.
Fjölan poussa un long soupir, respirant l'air frais à plein poumons en fixant distraitement les volutes de buée. Se retrouver à l'extérieur lui fit le plus grand bien, calmant son mal de tête naissant et surtout, son besoin d'espace. Il était temps, elle n'en pouvait plus, n'étant définitivement pas adaptée à une agitation aussi particulière. Son attention se reporta de nouveau la bizarroïde qui l'accompagnait, apparemment moins enjouée qu'elle à l'idée de se retrouver dehors.

-Hey, pourquoi tu tires cette tête, Ondula ? M'dis pas que tu veux retourner à l'intérieur avec tous ces gens qui crient et qui poussent ? On peut s'amuser tranquillement ici !

Sans préavis, elle lui balança une boule de neige au visage, avant de s'éloigner en ricanant, malgré ses phalanges qui subirent la brûlure de la glace. Elles s'étaient un peu échappées à la va vite, et le froid commençait déjà à faire sentir sa morsure, leur habillement étant plutôt adapté à la chaleur humaine de la taverne qu'à ce type de situation. Sans plus attendre, et sûrement aussi par volonté de pavaner un peu, elle sortit une petite fiole d'ithylium, qui lui avait été donnée afin qu'elle puisse s'entraîner. La fillette avait découvert son lien de feu il y'a peu de temps, mais elle était désormais capable de faire vivoter une flamme de la taille de son index dans sa paume, suffisamment longtemps pour se réchauffer les mains. Avec un petit air fier, elle montra son tour à sa camarade en levant le menton :

-Ma mère, elle dit que bientôt je pourrais peut être lancer des boules de feu !

La flammèche mourut, redevenant une petite masse bleue liquide, mais avec un grognement contrarié, elle s'efforça de la faire renaître, légèrement plus grande que la précédente.





Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: Sous la table et une envolée d'hydromel, des choses terribles se préparent   - Mar 25 Fév 2014 - 3:15

Oönvüla avait été contente : Föpan avait bien voulu danser ! Mais la Hraeslörn avait vite déchanté, alors que sa camarade ne semblait pas à l'aise dans la foule... Même pas le temps de comprendre pourquoi son amie avait frappé l'un de ses cousins qu'elle était tirée à l'extérieur. Souriant aux autres Hraeslörn qu'elles croisaient, elle attendit que la Kallhjärta ralentisse.

"La foule te dérange Föpan ? Et puis je m'appelle pas Ondula, mais Oönvüla. Et toi ton vrai prénom c'est... AAAH !" S'exclama-t-elle alors qu'une boule de neige lui percutait le nez.

En tombant sur les fesses, elle porta les mains à son visage alors que des larmes perlaient à ses yeux. Mais pourquoi elle a fait ça ? Ça fait mal... Ecartant les doigts, elle écarquilla les yeux à la vue du rouge sur ses doigts, qu'illuminaient les divers feux allumés à chaque petite bâtisse entourant la grande auberge. Levant un regard larmoyant vers la Kallhjärta, elle vit la petite flammèche disparaître.

"Tu pourrais demander à Grand P'pa Hisk'. A chaque fois qu'on longe des montagnes et que des loslons tentent de faire peur aux aurions pour attraper les petits, il les fait fuir avec une vague de feu !" Raconta-t-elle, sa douleur oubliée, les yeux pétillants.

Se pinçant le nez, elle appliqua un peu de neige dessus avant de se remettre debout. Respirer par la bouche avec une telle température n'était pas très agréable. Elle fronça les sourcils à l'attention de Föpan... Et la petite quantité d'ithylium sur laquelle elle s'acharnait disparue, transformée en petit courant d'air Oönvüla attira à elle. La fillette tira une langue taquine à l'attention de son aînée avant de se détourner et de s'approcher d'un feu. Là, elle maintint l'air créé au dessus des flammes quelques instants, avant de le faire glisser sur la peau découverte de son visage - tout en évitant son nez et la neige appliquée dessus -... Où s'épanouit un doux sourire alors qu'elle profitait de la chaleur. Elle fit signe à la Kallhjärta de venir.

"Il fait plus chaud ici, vient !" Dit-elle.
avatar
Peuplade

On m'appelle Fjölan Kallhjärta


Infos Personnage
RANG: Peottre, Nivilk, Agazhar, Dhungaärd, Hermine, Alenoä, Edörja, Niklas, Oönvüla.
VILLE & APPARTENANCE : Ystenhaim, Shaas d'Argent, Clan Kallhjärta
MON AGE : 26 ans
Féminin
MESSAGES : 1002
AGE : 23
INSCRIT LE : 05/05/2012
PSEUDO HABITUEL : Sumire
Joyaux : 7200
http://www.ile-joyaux.com/t732-fjolan-kallhjarta#16739 http://www.ile-joyaux.com/t2021-faction-erfeydienne-les-shaas-d-argent
Posté dans Re: Sous la table et une envolée d'hydromel, des choses terribles se préparent   - Mer 12 Mar 2014 - 11:56



-Hey ! Mais je m'appelle Fjölan ! Pas Föpan ! Respecte moi un peu là quand même.

Vexée, bien que pour peu, elle croisa la bras avec une mine renfrognée, répondant par la même occasion à sa proposition avec amertume :

-J'ai pas besoin de ton papy pour apprendre à maîtriser le feu. Mon papa c'est le meilleur de tout le village, il arrive à s'enflammer en entier sans se brûler ! Il m'a dit qu'un jour, quand je serais plus grande, il m'apprendrait aussi à faire ça. Ça fait fuir n'importe quelle bête qui essaie de t'attaquer !

La fillette regarda avec une once de jalousie Oönvüla et son petit tour. Vu comme ça, c'était pas très impressionnant, elle était encore bien jeune, mais on racontait plein de légendes sur ceux qui étaient liés au vent. Il était dit que certains pouvaient voler, forcer un Ygran à se poser, ou même déclencher des tempêtes. Parfois, mais la jeune Kallhjärta n'y croyait pas trop, on disait que leur rareté s'expliquait parce qu'ils étaient les préférés du Gardien. Elle connaissait seulement Valborg comme personne dotée de ce don, cependant, elle l'avait uniquement vu dévier des flèches lors d'une attaque de déserteurs. Irritée, Fjölan souffla sèchement par le nez. Elle ne voulait pas que cette gamine un peu débile devienne un jour plus puissante qu'elle. Elle ne voulait d'ailleurs que personne soit plus forte qu'elle quand elle sera grande et Hänek. C'était toujours les plus forts qui arrivaient à se faire obéir, et elle, elle était née et élevée pour devenir une forte.
D'un geste de la main, elle transforma de nouveau le courant d'air en feu, cette fois sous forme sphérique, l'amenant à elle, pour finir en lui rendant sa forme originelle et lui faire rejoindre la fiole. La petite semblait vouloir se réchauffer près des flammes, mais Fjölan s'ennuyait déjà. Elle aurait voulu jouer à s'entraîner aux armes, triturant le petit poignard à sa ceinture, mais Oönvüla était trop petite pour ça. Hors de question de se faire disputer parce qu'elle avait malencontreusement coupé le doigt à une cadette en essayant de lui apprendre un tour. Elle préféra proposer un jeu un peu plus enfantin, mais dont elle pourrait profiter pour faire subir quelques espiègleries à la Hraeslörn. Désignant l'orée d'un bosquet, à l'entrée du village, elle proposa avec un petit sourire malicieux :

-Ça te dit une partie de cache-cache ?





Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: Sous la table et une envolée d'hydromel, des choses terribles se préparent   - Sam 15 Mar 2014 - 13:56

"Et ses vêtements ils deviennent quoi, à ton Papa, quand il s'enflamme tout entier ?" demanda Oön' avec de grands yeux émerveillés.

Papy harkin il le fait jamais. Je me demande si ça à voir avec ce qui est arrivé à mon cousin l'autre jour : il a voulu surprendre tout le monde en faisant ça... Il a réussi, sauf qu'après il était tout nu et il avait très froid qu'il disait. Songea-t-elle en riant bas. Tandis que la douleur du nez de la Hraeslörn s'apaisait, la jeune Kallhjärta récupéra son ithylium - Je l'ai vessée ? Non, vexée ! - avant de faire une proposition des plus intéressantes... Si ce n'est que cela signifiait s'éloigner encore davantage de la fête, dont les chants les entouraient encore, comme le souffle puissant d'une grande bête.

"Tu es sûre, Föpan... ? Enfin, Fjölan ! Tu veux pas y retourner... ?" Dit-elle timidement. "Je veux bien à condition qu'on revienne pour les contes, hein ? Je voudrais pas rater tous ceux qu'on ramener les Chercheurs !"

Il était là question de l'un des moments (un peu) plus calme de la fête, où le volume sonore diminuait afin que soit perceptibles au plus grand nombre les paroles de ceux qui avaient parcouru les Erfeydes à dos d'aurion, et étaient revenu, des quatre coins des toundras et des montagnes pour conter les légendes des villages les plus isolés... Et aucun enfant Hraeslörn n'aurait voulu rater ces histoires incroyables !

"Et c'est toi qui comptes alors !" S'exclama Oönvüla dans un éclat de rire, passant sous le nez de Fjölan à toute allure pour filer en direction du bosquet enneigé.

Une cousine sortant de l'une des petites maisons l’interpella, surprise de la voir s'éloigner de l'auberge. "Je serais là pour les contes !" la rassura sa cadette sans ralentir le rythme. Et elle espérait bien que ce jeu-là plairait plus à la Kallhjärta !
avatar
Peuplade

On m'appelle Fjölan Kallhjärta


Infos Personnage
RANG: Peottre, Nivilk, Agazhar, Dhungaärd, Hermine, Alenoä, Edörja, Niklas, Oönvüla.
VILLE & APPARTENANCE : Ystenhaim, Shaas d'Argent, Clan Kallhjärta
MON AGE : 26 ans
Féminin
MESSAGES : 1002
AGE : 23
INSCRIT LE : 05/05/2012
PSEUDO HABITUEL : Sumire
Joyaux : 7200
http://www.ile-joyaux.com/t732-fjolan-kallhjarta#16739 http://www.ile-joyaux.com/t2021-faction-erfeydienne-les-shaas-d-argent
Posté dans Re: Sous la table et une envolée d'hydromel, des choses terribles se préparent   - Jeu 3 Avr 2014 - 8:53

La fille de Hön se retenait difficilement d'hausser les sourcils ou de rouler des yeux à chaque fois que sa petite interlocutrice prenait la parole. Mais quand elle accepta son jeu, elle ne put retenir un soupir soulagé. En plus elle lui donnait le beau rôle, elle n'aurait pas à grimper tout en haut d'un arbre ou s'enfoncer trop loin dans les bois pour s'accorder quelques instants de répit. Avec un petit air hautain, elle se redressa, posant un poing sur sa hanche.

-D'accord, je compte jusqu'à trente ! fit-elle avec un sourire qui n'avait rien d'innocent.

Elle s'éloigna pour s'appuyer contre un arbre, commençant à compter sagement en guettant le départ de la petite. Quand elle fut assez loin, Fjölan haussa le ton de sa voix en rebroussant chemin pour retrouver la taverne. Oönvüla était marrante cinq minutes, mais la Kallhjärta était vite irritée par les enfants plus jeunes. Elle ne comptait pas pour autant rentrer dans la bâtisse non plus, encore plus agacée par le vacarme ambiant. Ce qu'elle entendait à l'extérieur avait un volume suffisant pour qu'elle puisse suivre le récit de chasse qui était conté, l'homme parlant avec emphase et fierté. Et puis, aussi nerveuse et tyrannique qu'elle était pour son âge, elle gardait un certain sens des responsabilités. Elle voulait que sa cadette poireaute de longues minutes avant de revenir, soit dépitée d'avoir été laissée derrière, soit ridiculement fière d'un don imaginaire pour la dissimulation. Dans tous les cas, un bon élément pour se moquer un peu d'elle. Mais si il lui arrivait malheur, la gamine savait que ça lui retomberait dessus, alors il valait mieux qu'elle reste aux aguets, assise contre ce mur en jouant avec la flammèche qui dansait dans ses mains pour combler la chaleur d'une cape de fourrure qui manquait à ses épaules.
Et sa vigilance ne fut pas vaine, car un bruit la fit se dresser brusquement.





Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: Sous la table et une envolée d'hydromel, des choses terribles se préparent   - Mar 20 Mai 2014 - 1:52

Ni plus ni moins qu'une Oönvüla courant à toute allure... Sans prêter attention où elle mettait les pieds, l'un de ces derniers s'étant pris dans une choppe oubliée là. Perdant l'équilibre, la petite Hraeslörn s'étala par terre. Se relevant rapidement, à peine sonnée, elle avisa Fjölan toute proche. D'un petit bond elle fut sur elle, saisissant ses mains pour les secouer en tout sens, les yeux grands de surprise et l'air de ne pas y croire.

"Föpan, tu ne vas jamais me croire !" S'exclama-t-elle, se trompant de nom sous le joue de l'excitation. "C'est cousin Svärn ! Je l'ai vu alors que j'étais cachée - d’ailleurs pourquoi tu attends ici ? -. MAis c'est pas grave. Après tous ces hivers il est de retour ! Et il n'est pas tout seul ... !" dit-elle en se retournant en direction de trois silhouettes approchant.

Puis revenant à Fjölan, à la vue de sa mine... Oönvüla rougit, bafouilla, avant de réussir à dire :

"Enfin, tu pouvais pas savoir. Mais après ce temps on le croyait... Et il est revenu !" Son sourire reprit de l'ampleur, anéantissant toute gêne. "Il faut que j'aille prévenir Daäd !"

Allez ensuite savoir pourquoi, mais dans son désir de faire son rapport, la petite attrapa une main de la Kallhjärta pour l’entraîner à sa suite dans la foule de l'auberge, tandis que le trio avançait tant qu'il pouvait, sa présence détournant des festivités - un temps seulement - tous les Hraeslörn reconnaissant le cousin Svärn.
avatar
Peuplade

On m'appelle Fjölan Kallhjärta


Infos Personnage
RANG: Peottre, Nivilk, Agazhar, Dhungaärd, Hermine, Alenoä, Edörja, Niklas, Oönvüla.
VILLE & APPARTENANCE : Ystenhaim, Shaas d'Argent, Clan Kallhjärta
MON AGE : 26 ans
Féminin
MESSAGES : 1002
AGE : 23
INSCRIT LE : 05/05/2012
PSEUDO HABITUEL : Sumire
Joyaux : 7200
http://www.ile-joyaux.com/t732-fjolan-kallhjarta#16739 http://www.ile-joyaux.com/t2021-faction-erfeydienne-les-shaas-d-argent
Posté dans Re: Sous la table et une envolée d'hydromel, des choses terribles se préparent   - Sam 26 Juil 2014 - 9:18

Contre son gré, elle fut de nouveau emportée dans cette taverne où elle ne voulait plus mettre les pieds. Il était facile de reconnaître les nouveaux arrivant. Ils étaient entourés de gens bavards qui les alpaguaient sans leur laisser de répit. Elle n'aimait pas la tête du dénommé Svärn. Elle n'aimait personne ici, mais lui, il avait quelque chose qui l'incitait à la méfiance. Enfin, bien que le récit d'Öonvula ait largement influencé son impression. La gamine plissa le nez avec un regard méprisant et ne se retenant pas plus, excédée par toute sa journée, elle lâcha froidement :

-Je m'en fiche. Je m'en fiche de toutes tes histoires débiles. Ton cousin là, pour disparaître comme ça, il est sûrement devenu un déserteur ! (sa voix se fit plus forte, elle s'adressait désormais à tout le monde) Vous devriez pas l'accueillir aussi joyeusement mais l'interroger ! A coup de poings dans le ventre et de pieds dans les genoux. Vous êtes trop naïfs pour des adultes !

Son père savait où tout cela allait mener, sachant que son insolence ne s'arrêterait pas là. Il commençait à écarter fermement la foule, la mine sombre, se pressant pour faire taire l'irritante enfant. Elle s'emportait un peu plus, fixant férocement l'assemblée, intriguée par cette môme qui s'agitait soudainement. Leurs airs amusés, ou parfois outrés ne faisaient qu'encourager son énervement.

-Quoi ? Qu'est ce que vous avez ? De toute façon vous êtes tous stupides dans cette famille ! Vous criez, vous buvez trop, vous puez et vous avez rien dans le crâne ! Vous êtes tous que des chiures de...

La main puissante de Farkas heurta la joue de Fjölan, dans une terrible gifle. Il ne l'avait que très rarement frappée et jamais avec une telle violence. Elle n'était pas tombée, mais elle avait vacillé, le visage cuisant. D'abord sonnée, elle regarda ensuite son père avec de grands yeux humides. Ce dernier ne fut en aucun cas attendri et ordonna d'une voix si calme qu'elle en était pire qu'un hurlement :

-Tu sors d'ici tout de suite et tu ne rentres pas sans que je ne te l'ai demandé. Tu me fais honte.

La jeune Kallhjärta avait ouvert la bouche, pour la refermer, les traits tremblants. La dernière phrase lui avait fait plus de mal que le coup lui même, et elle s'enfuit, renversant une chaise sur son passage, mais retenant tant qu'elle pouvait des larmes humiliées.





Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: Sous la table et une envolée d'hydromel, des choses terribles se préparent   - Sam 26 Juil 2014 - 14:21

Il fallut que sa mère la trouve dans la foule, les joues baignées de larmes, pour qu'Oön' réagisse, petite fille figée d'incompréhension devant un tel rejet de son monde par sa nouvelle amie. Quelques caresses & mots chuchotés dans le cocon maternel, alors que Kherndaäd Hän Hraeslörn devisait avec le Hön Kallhjärta sur la conduite de son enfant, avant de faire signe à son cousin - degré indéterminé - de s'approcher. Bientôt s'éleva une clameur de joie : un fils Hraeslörn était de retour parmi les siens ! Quant aux deux petits garçons qu'il présenta comme ses propres fils, nul n'exigea de détails : le récit des dernières années aux loin du Chercheur se ferait en temps voulu !

Et pourtant, une jeune Hraeslörn ne joignit pas sa voix à celle des siens. Plus tard ses nouveaux cousins, plus tard... ! Il y avait cette amie qui avait disparu. Sur de tels mots... ! La petite en était bouleversé, malgré que sa mère eut tenté de lui expliquer : la jeune Kallhjärta méconnaissait simplement leurs mœurs. Fjölan, attends-moi, je vais te raconter ! Sans oublié cette gifle qui retentissait encore à ses oreilles. Elle avait hoqueté devant la violence du geste... Et des mots. J'aurais dû lui expliquer plus tôt.

Elle chercha. Dans les maisonnettes alentours, du côté des aurions... A tous ceux qu'elle croisait, manquant souvent les percuter, la tête comme une girouette, elle demanda - même aux grosses bêtes d'ailleurs -, s'ils n'avaient pas vu son amie qui courait. Parfois oui, parfois non, ou plutôt peut-être , sans parler des meuglements graves des titans placides, Oönvüla ne fut guère renseigner. Sans compter qu'elle ne s'y prit pas très méthodiquement... Elle dérangea la même cousine en train d’allaiter son enfant deux fois, ayant tourner en rond.

Fjölan... Des billes glacées perlant à ses paupières, la petite tourna sur elle-même. Où tu es... Les sanglots montèrent... Puis retombèrent. Elle observa les toits enneigés, que caressait le vent nocturne, la lumière et la chaleur que semblait dégager l'auberge pleine de vie... Et elle écouta. Les bourrasques. Les cris & les rires. Le rot d'un bébé - Je suis retournée à sa chaumière... Chut ! -. Les aurions qui parlaient... Et des petits bruits, parmi le murmure des branches. Le cœur de la fillette se serra, alors qu'elle se dirigeait vers le bosquet.

A quelques pas du premier arbre, elle hésita, se tordant les mains. Puis elle s'enfonça sous les frondaisons, à petits pas, comme s'il ne fallait pas déranger le tjanba, à l'affût de la chevelure de petite duniig de son amie.

"Fjölan, dis, Fjölan..." appela-t-elle doucement, ses pieds faisant craquer la couche de neige."Dis Fjölan, tu es fâchée ? C'est pas ce que je voulais dire. Les Chercheurs qui reviennent pas pendant longtemps, ça arrive souvent... Mais on sait jamais si ils ne peuvent pas revenir, ou qu'ils oublient de le faire. Parce qu'ils ont plein d'histoire encore à apprendre pour nous les raconter, tu comprends ?"

Les petits bruits tristes s'étaient arrêtés, mais elle ne voyait toujours pas la Kallhjärta, dans la semi-obscurité... Oönvüla lâcha un sanglot, à l'idée qu'elle avait pu se tromper, que son amie était toute seule, ailleurs dans le noir. Fatiguée, la fillette se laissa tombée dans le tapis froid, essuyant d'une main l'eau de ses yeux.

"Fjölan... Fjölan, il fait si noir... Et j'ai pas pensé à prendre une torche..." dit-elle aux arbres, hoquetant timidement.
avatar
Peuplade

On m'appelle Fjölan Kallhjärta


Infos Personnage
RANG: Peottre, Nivilk, Agazhar, Dhungaärd, Hermine, Alenoä, Edörja, Niklas, Oönvüla.
VILLE & APPARTENANCE : Ystenhaim, Shaas d'Argent, Clan Kallhjärta
MON AGE : 26 ans
Féminin
MESSAGES : 1002
AGE : 23
INSCRIT LE : 05/05/2012
PSEUDO HABITUEL : Sumire
Joyaux : 7200
http://www.ile-joyaux.com/t732-fjolan-kallhjarta#16739 http://www.ile-joyaux.com/t2021-faction-erfeydienne-les-shaas-d-argent
Posté dans Re: Sous la table et une envolée d'hydromel, des choses terribles se préparent   - Lun 4 Aoû 2014 - 15:32

Spoiler:
 


Elle avait couru de nouveau vers la forêt, premier lieu qui l'avait inspirée pour se cacher de cette horrible assemblée. Recroquevillée derrière un arbre, Fjölan avait sangloté quelques secondes, pour se ressaisir aussi vite qu'elle pu. Non, pleurnicher n'était pas digne d'elle ! Faire face à un groupe d'adultes pour leur dire leur quatre vérités et ensuite pleurer d'avoir eu ce courage ? Hors de question ! Elle préféra se défouler en lançant des pierres aussi loin qu'elle en était capable, ignorant royalement le soleil qui déclinait. Mais bien vite ce bébé d'Oönvüla l'avait retrouvée, chouinant son nom, bavassant sur son clan et ses « chercheurs ». Elle hésita un instant à rester derrière le tronc, mais finit par se lever, déclarant simplement :

-Pas besoin de torche.

A ces mots, une lueur naquit dans le creux de la paume de la jeune Kallhjärta, alors qu'elle avait déjà un peu avancé sans qu'on ne la remarque. Elle était plus proche d'Oönvüla que cette dernière n'aurait pu le croire, à peine plus de trois pas. Son regard était toujours rougit par les larmes, mais une froide colère était maintenant perceptible. Une colère qui tendait tout ses muscles, née de la honte et la frustration d'avoir été traitée ainsi. Personne ne l'avait écoutée sérieusement et on l'avait fait taire d'une gifle. Elle avait, selon elle, toutes les raisons de se mettre dans cet état. Un tic méprisant fit frémir sa lèvre supérieur. Une expression assez dérangeante pour une fille de son âge. Mais ce ne fut rien comparé à ce qui suivit.

-Je ne voulais pas que tu me suives, je veux pas de tes explications. Je ne les crois pas. Tu m'ennuies.

Fjölan ne prémédita pas le geste qu'elle commit par la suite. Pur mouvement de violence gratuite, elle la poussa brusquement sur le sol pour la renverser. Puis, elle enroula ses mains autour de son petit cou fragile et serra, serra, serra. Sa première envie avait été de lui faire peur, mais l'agression s'éternisait. Elle ne riait pas, elle ne paniquait pas. Son visage était lisse, concentré, observant avec intérêt l'enfant qui suffoquait. Elle la sentait s'agiter inutilement sous son poids, tentative de fuite misérable face à une aînée à la consistance bien plus importante que la sienne. Mais la sensation la plus grisante, c'était ce souffle qui se bloquait sous ses doigts, hoquet répétitif qui contractait vainement sa gorge. Cette envie de vivre qu'elle écrasait sans pitié. Elle se si sentait puissante devant cette vie qui dépendant seulement de sa volonté. Ainsi tuer ressemblait à ça ? Continuer ou épargner ? C'était sa seule décision. Déjà les yeux de l'enfant se fermaient doucement et un horrible sourire se dessina sur les lèvres de Fjölan.

Pourtant, la chance d'Öonvüla résida dans un bruit infime. Un craquement à l'orée du bois. On les recherchait. L'affolement vint enfin la saisir et elle se releva brusquement, laissant sauve, bien qu'étourdie la jeune Hraeslörn.

-Si tu en parles, cette fois-ci je ne te laisserais pas t'en sortir. Remonte ton col sinon ils vont voir ta marque.





Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: Sous la table et une envolée d'hydromel, des choses terribles se préparent   - Jeu 14 Aoû 2014 - 7:59

Pourquoi ? Pourquoi ? Pourquoi ? L'esprit encore vacillant, la fillette tituba, tâtant sa gorge qu'aucune pression n'écrasait plus... Mais gardant encore la trace de la brûlure du de la petite flamme demeurée dans la paume de la Kallhjärta alors qu'elle la... Les larmes qui coulaient sur son visage blanc comme un linge n'apaisèrent en rien sa détresse. Et pourtant... Les mots de celle qu'elle prenait par une amie la touchèrent. Si tu en parles... Reprenant peu à peu contenance, Oönvüla se remit sur pied, son cœur tressautant, le corps encore tremblant... Mais décidée. Une brise tout sauf naturelle se mit à souffler.

"Les Hraeslörn ne se taisent pas." chuchota-elle.

Les frondaisons furent agitée par une bourrasque : des paquets de neige s'abattirent dans un glissement feutré. La fillette courait déjà vers le bruit des siens. Elle s'accrochait à son nom, à la pensée de sa famille, à la voix de Kherndäad qui tonnerait, aux bras de sa mère qui l'enlaceraient. Les mots et le geste de la Kallhjärta lui avaient fait si mal... Pourquoi ?

◘ ◘ ◘ ◘ ◘

Oönvüla n'eut jamais la réponse à cette question. Kherndäad s'éclipsant pour rencontrer à l'écart le Hön des Kallhjärta, des murmures parcoururent l'assistance, sans que rien ne soit confirmé. Et, malgré la réputation des Hraeslörn, rien ne filtra durant les jours qui suivirent...

Le clan de Fjölan quitta les lieux, leur nom intact. Ce silence inquiéta d'autant plus Oönvüla quant au devenir de celle qu'elle avait prise pour une amie : l'incompréhension n'avait pas tué l'espoir. Elle eut tant souhaité comprendre...

Résumé:
 

On m'appelle Contenu sponsorisé

Posté dans Re: Sous la table et une envolée d'hydromel, des choses terribles se préparent   -

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum