AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
» Communication externe
par Loth de la Vision Mar 21 Juin 2016 - 15:06

» Réversa [ TOP ]
par Invité Ven 27 Mai 2016 - 8:21

» Le monde de Dùralas
par Invité Jeu 26 Mai 2016 - 7:00

» Anthalia
par Invité Dim 22 Mai 2016 - 15:17

» Marbrume, La Cité des Damnés
par Invité Lun 16 Mai 2016 - 15:07

» Questionnaire pour soutenir infinite RPG !
par Invité Sam 14 Mai 2016 - 17:33

» Escalus
par Invité Jeu 12 Mai 2016 - 9:02

» Mass Effect : Reborn
par Invité Mar 10 Mai 2016 - 15:00

» Forum en pause
par Asàf Lysereän Mar 10 Mai 2016 - 13:47


Joyeuse apocalypse

Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Joyeuse apocalypse   - Mer 26 Fév 2014 - 14:21

Thélador balayait le hangar. Veine besogne quand on songeait qu'une journée plus tard le sable sous les bottes viendrait de nouveau coloniser l'endroit, et salir le sol qu'il prenait tant de mal à rendre présentable. Ce qui est fait aujourd'hui serait à refaire demain... Mieux valait ne pas trop y songer pour ne pas se décourager.

Il repoussa mollement un tas de poussière quand un bruit lui fit relever la tête. Un vaisseau approchait. Il dégagea la piste et reprit sa tâche plus loin. Mais lorsque les portes de l'engin s'ouvrirent, il comprit que le balais serait pourplus tard : un veilleur venait de sauter au sol et appelait à l'aide :

-Des blessés ! On a été pris dans une embuscade ! Beuglait-il. [color:85a1=#ff3300]Venait nous aider à transporter les blessées !

Il n'en fallut pas plus au Matroscien pour délaisser son ennuyeux balais et se porter volontaire pour le transport des blessés. Il grimpa dans l'engin et suivi les instructions. La première chose qui le frappa fut l'odeur écœurante de sang. Il remercia intérieurement Ianryl de lui avoir fait assister à des mises bas de Draoma, l’exercice l'avait accoutumé à l'odeur ferreuse de l'hémoglobine et lui permis de ne pas rendre son déjeuner.

Il se fraya un chemin entre les corps étendus, et remarqua un homme à moitié sonné, dont le tibia était brisé dans une fracture ouverte d'une rare netteté. Le blanc de l'os ressortait clairement sur le pourpre du muscle dénudé...

-Aide moi à le soulever. Lui commanda l'un des veilleur encore valide, et le Matroscien s'arracha à la contemplation sinistre de la blessure pour s'exécuter. Ils glissèrent chacun un bras du blessé sur leur épaule et le soulevèrent d'un mouvement accordé. L'homme n’eut qu'un léger gémissement...

*Pas très bon signe...* Songea Thélador.

Toutse les civières avaient été réquisitionnés,et ils durent porter à deux le blessé jusqu'à l'infirmerie.

-La dame de Sang a-t-elle été prévenue ? Demanda alors l'autre veilleur en aidant Thélador à mettre le blessé sur un lit.
-On a besoin d'elle ici ! Comment-t-il avec impatience, et aussi une once d'angoisse compris Thélador en captant son regard...
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: Joyeuse apocalypse   - Mer 26 Fév 2014 - 14:42

On lui avait dit qu'une embuscade avait été faite par les forbans. Maudits forbans, ceux qui l'avait mutilé, bien que la cicatrice était bien caché. Erhenyce savait gérer les situations de crise, c'était aussi pour cela qu'elle faisait si bien son métier, garder son sang froid quoi qu'il arrive. Et pourtant, cette fois les forbans avaient tapé fort... très fort. Dans l'infirmerie, les hommes occupaient les lits, leurs cris, leurs pleurs même, lui donnait presque la migraine.

D'un geste sec, Erhyn attacha le tissus qui couvrait le le torse d'un des soldats et plaqua sa main sur la plaie de son ventre dont l'entaille était particulièrement profonde. Déjà, l'homme fermait les yeux, rendant son dernier souffle. Celui-ci n'avait pas été prit en charge à temps et venait de mourir avant même qu'elle n'ait eu le temps de faire quoi que ce soit. Celle que l'on nomme la Dame de Sang observa le visage pâle et détendu du soldat et déglutit. Pourtant, le travail ne s'arrêta pas là et un autre homme tendit la main vers elle en gémissant de douleur et sans attendre, le médecin se rua vers lui, l'aidant à se redresser avant d''examiner la blessure à sa tête. En voilà un en revanche qui avait eu de la chance... Un sale coup à la tête mais sans gravité. En quelques nstant, elle avait désinfecter la plaie et bander son crâne.

Un carnage, un véritable carnage. Erhenyce avait beau être performante, elle avait ses limites comme tout le monde et pendant un instant, elle resta figé au milieu de la pièce, assourdie par les geignement des victimes. L'albinos darda son regard azuré strié de rouge sur ses patients jusqu'à ce que des hommes entrent rapidement en soutenant un des leur. Les mots « Dame de Sang » lui vinrent aussitôt aux oreilles... Ce foutu surnom... La jeune femme ignora les deux soldats et saisit le visage du blessé entre ses mains avant de passer son doigt devant ses yeux :

« Suivez mon doigt... est-ce que vous savez où vous êtes ? »


L'homme était déjà à moitié inconscient. Alors qu'il fut allongé sur le lit, le médecin observa sa jambe... Salement amoché. Elle déglutit et tira sur le tissus imbibé de sang, l'arrachant et désigna au hasard l'un des deux soldats. Thélador.

« Vous là... vous allez m'aider. »

Elle contourna le lit et essuya son front d'un revers de main, y laissant une large traîné de sang. Plus que jamais, son surnom lui allait comme un gant et bien que les traits tiré par la fatigue, le stresse... Erhyn dégageait quelque chose de très fort.

« Vous allez tenir sa jambe... je dois à tout prit remettre l'os en place. »


Erhenyce plongea son regard albinos dans celui magnifique de Thélador et ajouta simplement.

« Et n'ayez criante... la seul personne à lui faire mal... ce sera moi. »
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: Joyeuse apocalypse   - Jeu 27 Fév 2014 - 2:33

Le chaos bourdonnait autour d'eux. Pas un seul sens de Thélador ne parvenaient à se soustraire à la situation. Sur ses mains, il sentait la viscosité du sang. Ses oreilles percevaient les cris. Sa vue, était saturée par le pourpre. Son odorat était giflé par les effluves de pu et le fer...

Son coeur, battait avec puissance dans sa poitrine... Et il se retrouva là. Sincèrement paumé. Complétement débordé. Mais il y avait bien quelque chose à faire pourtant ?!

"Vous là"

Un doigt blafard venait de le désigner. Il remarqua la jeune femme qui les avait rejoint et pour la deuxième fois de la journée, il eu l'impression de recevoir une gifle.

*Elle est comme Nora ! *

Pensa-t-il, à la fois surpris et excité par cette découverte. La blancheur de sa peau, l'absence de pigmentation, il connaissait ce spectacle ! Cette vision lui était étrangement familière. Mais cette femme n'était pas Nora. Il cessa donc la dévisager, craignant de la vexer, et docile exécuta à son ordre.  Il eut une hésitation, craignant d’aggraver l'état du patient, par réflexe il chercha le regard de la spécialiste. Celle ci perçu son interrogation silencieuse, et le rassura. Il dégluti pourtant quand même, et hocha la tête, signifiant qu'il était bien positionné. Prêt.

La Dame de Sang s’exécuta alors. Elle remit l'os dans son axe, et le craquement qui en résulta s’inscrivit tout de suite, dans l'esprit du jeune veilleur, au sein de la catégorie des bruits les plus désagréables qu'il n'avait jamais entendu ! Le cri consécutif que le blessé poussa, lui aussi s'ajouta à la liste.

Thélador, par réflexe, grimaça. Puis il se décala, laissant le soigneuse à son travail. Elle avait les gestes si précis ! Une concentration si tenace ! Comment arrivait-elle à faire ça ? Lui avait les mains qui tremblaient, et devait surveiller la moindre des contractions de son estomac ...
Il ne s'était jamais jugé comme une petite nature, mais il avait visiblement encore du chemin à faire pour s'endurcir... Il venait de le comprendre.

La Dame de Sang s’affairait sur le blessé, et lui se retrouva planté à la regarder, presque admiratif. Il aurait dû rebrousser chemin, aller aider à ramener d'autres blessés. Son corps n'aspirait qu'à ça : quitter ce lieux macabre. Retrouver un air plus pur. Et pourtant, il s'entendit dire :

-Je peux vous aider... Pour les sutures. J'en ai déjà fait. Sur des Draomas
.

Pourquoi vouloir prolonger son calvaire ? Parce, d'un certain côté, qu'il avait besoin d'être là : Au centre du Chaos. Il avait besoin de se familiariser avec le sang et l'horreur.

   
MP: hier j'ai oublié de t'en parler. Mais comme Thélador est Matroscien et le pupille de la bras Droit du général, on peut imaginer qu'il y a eu pas mal de ragot à son propos qu'Erhencye auraient pu entendre. Autre détail : au moment où on joue : Il n'a pas une barbe aussi longue Wink
il ressemble plus à ça : http://i48.servimg.com/u/f48/11/68/86/68/telado10.png
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: Joyeuse apocalypse   - Jeu 27 Fév 2014 - 3:27

HRP: merci pour la précision, je vais donc le prendre en compte =)


Sans plus attendre, Erhenyce saisit la jambe du soldat et fit pression dessus, enfonçant l'os dans la jambe pour le remettre dans son axe. Évidement, le patient hurla de douleur, déjà remettre un membre en place quand il n'était que déboité était affreusement douloureux, mais là... La Dame de Sang renifla faiblement et leva son regard froid strié de rouge sur l'inconnu. Sa tête lui disait quelque chose... Son teint était pâle, trop pour être un Korrulien, et puis cet accent... Alors qu'elle continuait de le fixer durement, Erhyn réalisa qu'il devait être ce jeune homme dont les rumeurs courraient à son sujet... la pupille du second du générale. C'était quoi son nom déjà ? Telmekor...? Tharasor ? un truc du genre. De toute façon pour le moment elle s'en fichait royalement, ayant bien mieux à faire.

La belle posa son regard sur la jambe qui continuait de saigner, mauvais signe. L'homme avait perdu connaissance à cause de la douleur, tant mieux. Erhenyce saisit un bandage et l'enroula autour de sa cuisse avant de serrer fortement pour faire garot puis s'empara d'un kit de suture alors que Thélador proposa son aide... Pendant un instant, Erhyn se demanda si il ne se fichait pas d'elle, mais non, il semblait sérieux et désireux d'aider. La bonne blague. Elle contourna le lit et s'approcha de lui, le fixant d'un regard glaciale à travers ses longs cils et murmura:

"Sur des Draomas...?"

Elle se mit sur la pointe des pieds (tellement plus petite que lui) et approcha encore son visage pour susurrer froidement.

"Si jamais vous faite ça comme un sagouin... je vous jure sur ma vie... que je vous ferrais regretter d'être venu au monde. A côté la charge de vos draomas adorés ne sera rien..."

Des draomas... Non mais qu'est-ce que c'est que ce pécore encore ? C'est ça le bras droit du générale ? Un éleveur de draomas ? Erhyn recula et détourna le visage. Grommelant pour elle même avant de se remettre à la tâche. Tout en soignant ses patients, Erhenyce gardait un oeil sur le soldat, vérifiant la façon dont il s'y prenait et surtout qu'il ne tuait personne. Il n'avait pas l'air sûr de lui le pauvre... Sans doute peu habitué à une tel quantité de sang. Finalement, n dernier patient arriva sur un brancard, le bras littéralement arraché. Erhenyce s'approcha rapidement alors qu'un des soldat tenait le bras entre ses mains, à deux doigts de vomir sur le sol.

"Hey! l'éleveur de draomas! ramènes toi !"

Erhyn arracha la bras des mains du soldat avant qu'il ne régurgite le contenu de son estomac partout dans la chair puis vint le fourrer dans les mains de Thélador.

"Soit gentil et met ça dans le bac au fond de la pièce avec les autres."

Les autres ? Oh juste les membres mutilés qu'elle avait collectionné depuis le début de la journée. Erhenyce se tourna vers le patient et fronça les sourcils... IL était mort... probablement depuis un moment déjà. Elle fixa les deux soldats qui avaient apporté l'homme et lâcha avec colère.

"Vous m'avez apporté un cadavre... HORS DE MA VUE!"

Ce fut le dernier. Heureusement. Alors que les morts furent emmener et les blesser placé dans une autre pièce, Erhenyce était resté là. Lentement elle s'assit sur une chaise, posant les mains sur ses genoux et baissa le visage. Elle aimait son travail mais elle détestait ce genre de situation. Combien d'homme et de femmes avaient-elle vu mourir aujourd'hui ? Quatre. Vu le nombre de blessé qui étaient arrivé c'était un miracle qu'il n'y ai pas plus de morts... Mais c'était toujours quatre de trop.
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: Joyeuse apocalypse   - Jeu 27 Fév 2014 - 4:56

Il avait dit une connerie. Il l'avait senti ! Au moment même où les mots avaient franchi ses lèvres, il avait senti qu'ils étaient de trop. Voilà que maintenant l'Albinos avait planté ses yeux incolores sur lui, le regardant l'air de se demander si il plaisantait ou pas.
Il s'apprêtait donc à disparaitre, faire comme si il n'avait rien, et surtout oublier ce moment d’intense solitude, quand elle s'approcha de lui.

Instinctivement, il eut envie de reculer. Elle était plus petite et plus fluette que lui. Mais il y avait quelque chose dans ses yeux, dans sa voix, dans son attitude qui vous glaçait le sang et vous donnait l'impression de n'être qu'un gamin venant de faire une bêtise.

La froideur de sa voix fut suffisante pour assurer à la jeune recrue qu'elle ne plaisantait pas. Mais alors pas du tout. Il secoua, un peu nerveusement la tête, pour assurer qu'il avait compris. Le message était bien passé.

Il s'empressa d'aller un peu plus loin, pour proposer son aide en suture à un autre soigneur. Il sentait pourtant qu'il était surveillé. Ses premiers gestes furent un peu tremblants, puis rapidement, il oublia la jeune femme et ces menace. La concentration avait pris le dessus. Ses sutures n'avaient rien de très esthétiques, mais elles avaient leur efficacités.

"L’éleveur de Draoma ! "

Il releva la tête à l’interpellation, les sourcils froncés. C'était quoi ce surnom ? Il ne lui prit pourtant pas l'audace de préciser à la dame qu'il avait, accessoirement, un prénom.

Il s'avança, persuadé qu'elle avait peut être besoin de lui, ou peut être, ho miracle allait-elle s'excuser d'avoir douté de ses capacités ?

Apparemment non.

Sans qu'il ne comprenne vraiment, le voilà avec un bras entre les mains. Entier. Du bout des doigts, à l'épaule. Comme celui d'une poupée, mais en plus grand, en plus vrai, et en plus puant. Il cligna des yeux. Cherchant à s'assurer que il ne rêvait pas. Ou plutôt qu'il ne cauchemardait pas. Puis il s'empressa d'aller déposer la pièce anatomique là où l'attendait les autres.

Il avait réussi à ne pas vomir, et il avait appris qu'un bras sans le reste, c'est assez léger.
Et bien au moins ce soir, il ne serait pas fâcher d'aller se coucher ! Quand enfin la pression redescendit, que les blessés avaient tous étaient pris en charge, il réalisa qu'il était en sueur, couvert de sang, mais surtout exténué.
Il avait contenu son dégoût, avait tant de concentration qu'il en était épuisé. Il tituba un peu et prit appui contre un mur en soupira.

Il n'avait pas remarqué qu'il n'était pas seule et que la dame de sang était elle aussi là. A quelque mètres, assise sur une chaise.

Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: Joyeuse apocalypse   - Jeu 27 Fév 2014 - 5:36

Il avait bien gérer le bougre. Thélador lui faisait pensé à elle à ses débuts dans la médecine... Gestes hésitants, dégouts... Et puis avec le temps, ça fini par disparaitre. Le sang fait partit du quotidien, les cris sont comme une berceuse et les morts de simples souvenirs. Dans ses pensées, la Dame de Sang savourait ce moment de silence jusqu'à ce que le soldat titube et se soutienne contre le mur. Laissant sa froideur de côté, elle se leva et s'approcha, glissant une main dans son dos.

"Hey... ça va aller ?"

Avec tout cela, elle en avait oublié que lui même avait peut être un truc qui clochait aussi. Ignorant qu'il n'avait pas été sur le champ de bataille, elle le guida jusqu'à un lit et le fit s'assoir.

"Respire... au faite... Bravo, tu as assuré tout à l'heure."


Plongeant ses yeux dans ceux de Thélador, elle posa une main sur son front humide. Pas de fièvre, c'était déjà ça.

"Est-ce que tu es blessé quelque part ?"


Elle glissa ses doigts froid sur la gorge du soldat, palpant sa gorge puis les glissa jusqu'à sa nuque. Rien visiblement... Ce n'était peut être qu'un coup de chaud, l'émotion... Erhenyce soupira et prit le visage du jeune homme entre ses mains et abaissa faiblement ses paupières inférieur à l'aide de ses pouces pour mieux observer ses yeux puis elle le relâcha, penchant la tête sur le côté.

"Je crois que tu as juste besoin de repos... Souffler un peu. C'est éprouvant de se retrouver dans une pièce jonché de cadavre, de mutilés... hein ?"


Elle sourit faiblement, chose rare. Elle tentait de se montrer agréable... vu qu'elle ne l'avait pas été plutôt et qu'il avait subit sans bronché, il méritait bien un peu d'attention le pauvre. Erhyn mit une légère tape sur l'épaule du soldat puis s'éloigna doucement, retirant doucement la tunique pourpre qui couvrait sa tenue noire et soupira en la déposant dans un coin.

"Au faite, c'est quoi ton nom ?"
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: Joyeuse apocalypse   - Jeu 27 Fév 2014 - 12:58

Une main venait de se poser dans son dos. Thélador se sentit brusquement crispé. Sensation de malaise qui ne fit que s’accroitre quand il comprit à qui était cette main : la jeune femme Albinos.

Mais elle semblait aussi fatiguée que lui, peut être même trop pour se montrer désagréable. Au contraire, même, elle se montra soucieuse... D'une pression elle le fit avancer vers le lit, et il s’exécuta toujours aussi docile.
Il aurait voulu lui dire que tout aller bien, que ce n'était qu'un excès de fatigue, mais la jeune femme semblait faire une véritable effort pour se montrer agréable, et il ne voulait pas prendre le risque de la vexer...

Sa réserve fut récompensée, car il eut le droit à des félicitation pour son travail. Comme à chaque fois qu'on relevait chez lui une bonne action, il ne pouvait s'empêcher de se sentir gêner et il répondit modestement :

-Ho ... Heu je n'ai fait que donner un coup de main... C'était normal avec tout ces blessés...

Mais à peine avait-il fini sa phrase que la veilleuse se mit à le palper sans qu'il ne comprenne pourquoi. Une main sur son front, une prise de pou, un tripatouillage de nuque...

*Mais qu'est ce qu'elle fait ?*

A moitié rassuré, et intimidé par cette proximité "médicale", il resta presque paralysé. Attendant que ça passe. Essayant de paraître le plus naturel possible.

-Ne je ... je vais bien. Assura-t-il, froisser dans son orgueil d'apparaitre si faible à cause de trop de sang et de cadavre. Elle semblait d'ailleurs l'avoir totalement compris , car elle poussa jusqu'à le taquiner sur l'épreuve qu'il venait de passer. Un reflet bougon traversa le regard de Thélador, mais il ne pouvait pas nier que cette expérience avait été éprouvante.

Il s'entendit même murmurer :
-Je n'avais jamais vu autant de mort dans une seule pièce ... Et en autant de morceau aussi d'ailleurs.

Il repensa au bras, et ravala une grimace. Inconsciemment, sa main alla frotter la bas de son épaule, là où sous le tissu se trouvait la cicatrice qu'il avait reçu de son unique face à face avec un forban... L'infection avait failli lui coûter le bras à l'époque...
"Au faite, c'est quoi ton nom ?"

Il réalisa en effet qu'avec toute cette agitation les présentations n'avaient pas été faites. Il se sentit même flatter qu'elle s'en inquiète. Peu de veilleurs finalement s'interessait à une simple recru comme lui...

-Thélador Gotruscos.

Se présenta-t-il volontiers.

-Et vous êtes ...

La dame de sang, ça il l'avait assez entendu, mais elle devait bien avoir un vrai nom.
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: Joyeuse apocalypse   - Jeu 27 Fév 2014 - 13:16

Il était gêné, s'en était presque adorable. D'accord, c'était adorable. Totalement.
Et puis cette fausse modestie... Non mais sérieusement, il savait très bien qu'il avait été super... Enfin il valait mieux ça qu'un homme bourré d'orgueil et qui l'aurait prit de haut, là au moins, aucun risque. Erhenyce soupira de nouveau, massant sa nuque douloureuse alors que le soldat se présenta avant de la questionner de la même manière. La jeune femme tourna son visage barbouillé de sang et planta son regard dérageant sur Thélador et murmura simplement.

"Erhenyce Khar'ayn."


C'était rare qu'on cherche à savoir quelque chose sur elle. Généralement les gens se contentait de parler dans son dos, de l'ignorer... et puis ce pseudonyme ridicule et inutile... la Dame de Sang. Elle n'aimait pas ce nom... c'était dérangeant, ça la faisait passé pour une personne sanglante, barbare... Alors qu'elle passait son temps à sauver des vies. Certes, pas toujours de la manière la plus douce mais... C'était quand même ce qu'elle faisait, sauver des gens. Et personne ne l'avais... jamais remercier pour cela. Jamais.

"Je sais que... je n'aie pas été très agréable tout à l'heure mais... c'était l'horreur, j'étais sous pression et... enfin je tenais à m'excuser. Je t'assure tu as fait du très bon travail... Encore pardon de t'avoir manqué de respect."

Elle même qui n'aimait pas être juger et rejeté, l'avait tout simplement fait avec Thélador. Oui, Erhyn culpabilisait pour cela... ce n'était pas son genre de prendre les gens de haut. Consciente de son erreur, elle tenait sincèrement à se faire pardonner auprès du soldat. Elle sourit faiblement , disons plutôt qu'elle pinça les lèvres de façon... amicale ?

"Tiens d'ailleurs, c'est marrant ce petit accent que tu as... tu n'es pas d'ici hein ?"


le médecin s'empressa de remplir deux verre d'eau et en tendis un à Thélador avant de s'assoir elle aussi sur le lit, soulageant ainsi le bas de son dos endoloris. Erhyn allait rarement vers les autres, mais avec ce qui s'était passé aujourd'hui, elle ressentait le besoin d'avoir un peu de compagnie... Les cadavres ça commençait à vite lui taper sur les nerfs, discuter avec quelqu'un de gentil et de bien vivant, c'est tout ce dont elle avait besoin... Quelqu'un qui ne la jugeait pas sur sa différence.
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: Joyeuse apocalypse   - Jeu 27 Fév 2014 - 16:04

Erhenyce Khar'ayn. D'accord, il retiendrait. Il avait pensé qu'après ça, elle le congédiait. Qu'elle voudrait être un peu seule, histoire de se remettre. Mais non, une nouvelle fois, l'espace vibra au son de sa voix. Une voix qui avait perdu son assurance : Elle lui présentat ses excuses avec une sincérité qui lui fit comprendre qu'elle n'avait rien du monstre au mauvais caractère qu'il avait imaginé de prime abord.

-Non, non c'est rien, je comprend ! Ne vous excusez pas, y'a pas de mal.
S'empressa-t-il de préciser. Même si sur le coup, il avait eu sacrément peur qu'elle lui retombe dessus, et qu'il s'était mis à douter de lui même, entendre de la voix de l'experte des excuses pour ça lui semblait trop étrange. Inaccoutumé. Il encaissait trop souvent les railleries des ses comparses pour trouver "naturel" qu'on s'excuse de l'avoir blessé...
Il regarda Erhenyce. Capta son "sourire", et comprit que l'échange était aussi "nouveau" pour elle. Il lui semblait, qu'elle était hésitante, dans sa façon de parler et d'agir. Il cru remarquer une certaine réserve, comme si elle était prête à se rétracter au moindre faux pas mais pourtant elle ne refusait pas la discussion... L’encourageait même en le questionnant...  

L'accent. Évidemment, et les yeux bleus de surcroit, rien qui ne fasse de lui un Korrulien... Il aurait préféré que les ragots le précède, et qu'il n'est pas à raconter ça. Mais honnêtement, la jeune femme ne semblait pas de celle que les racontars intéressaient.

-Oui. Je suis Matroscien.Répondit-il avec politesse.
Il sentait déjà sous cette interrogation, toutes celles qui venaient après ; qu'est ce qu'un Matroscien faisait engagé dans l'Armée Korrulienne ? Et qu'est ce qu'un Matroscien faisait à Korrul tout cours d'ailleurs ?
Ainsi lui épargna-t-il le luxe d'avoir à poser ces questions et y répondit par lui même :
-Je faisais parti d'une Famille de Marchand. Mais mon oncle a contracté une dette envers les Desnolancès. Il fallait la payer par l'argent ou par le sang. Pas assez d'argent, donc il m'a envoyé. J'avais 10 ans.

Résuma-t-il sans rentrer dans les détails. Plus les années passées, et moins il aimait raconter cette histoire... Elle faisait remonter trop de son passé, trop de son histoire...
Et puis, il sentait le regard étrange de la veilleuse sur lui. Une attention qu'il n'avait pas l'habitude de recevoir... Depuis qu'il était ici, Lalah n'était plus là avec son aura d’Héritière adorée pour détourner les regards. Il avait commençé à sortir de l'ombre. Et les moments comme celui ci, il avait carrément l'impression d'être en plein soleil ! Il toussa, comme pour chasser une boule coincé dans le fond de sa gorge, et s'empara de la première idée qui lui vint pour éloigner la discussion de lui :

-Vous avez un peu de sang là. Annonça-t-il, avec un geste qui englobait pourtant le tout le visage d'Erenhyce.

Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: Joyeuse apocalypse   - Ven 28 Fév 2014 - 4:18

Erhenyce écouta Thélador raconter son histoire. Certes, ce fut court mais elle n'était pas du genre à chercher à savoir les détails, surtout si cela gênait la personne concerné. Par respect mais aussi par habitude via sa profession, elle savait rester très respectueuse envers les gens et leur vies, leurs secrets. La demoiselle resta silencieuse, se content de fixer le soldat.. Lui même semblait un peu gêner de se confier, même si ce n'était que légèrement. Erhyn déglutit, elle était mal à l'aise pour lui... être ainsi arraché à sa famille à cause d'une question d'argent, c'était tout simplement inhumain.

Le silence tomba pendant un instant, c'était étrange mais... Erhyn se sentait bien là... Thélador était la première personne autre que sa mère à avoir un semblant de discutions avec elle. Hors contexte du travail, évidement. C'était agréable, c'était... comme un avoir un ami. La jeune pinça les lèvres dans un sourire nerveux puis le soldat lui fit remarquer qu'elle avait un peu de sang...un peu ? Tout est relatif, elle avait une mine affreuse, tiré par la fatigue et son visage presque entièrement était recouvert d'hémoglobine qui avait couler le long de sa gorge jusque dans sa tunique, la collant à sa peau. Gênée, la demoiselle se leva du lit et s'éloigna pour rejoindre un bac d'eau teinté de rose par le sang qui avait déjà maculer le liquide puis y plongea ses mains avant d'éclaboussé son visage. Elle un instant pour se débarbouiller, frottant sa peau qui retrouva rapidement son éclat laiteux. Sans attendre, elle sécha son visage à l'aide d'un linge propre et pivota, fixant Thélador.

"Merci... est-ce mieux à présent ?"

Elle posa négligemment le linge sur le bord du bac et s'approcha lentement de Thélador. Elle ne savait pas quoi dire, quoi faire. Alors qu'elle s'interrogeait sur la fan de l'aborder, de faire la discutions, un bruit résonna et brusquement, Erhyn bascula en arrière, tombant lourdement sur les fesses. Elle venait de glisser bêtement sur une flaque de sang... d'une c'était la honte totale mais en plus, la chute avait été rude. Le médecin grimaça et resta a moitié affalé au sol avant de se redresser, assise.

"Par Ruyn..."

Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: Joyeuse apocalypse   - Ven 28 Fév 2014 - 4:53

Il avait vraiment été soulagé qu'elle ne lui pose pas plus de questions. Soulagé, il l'avait été aussi qu'elle ne se vexe pas pour la remarque qu'il avait fait sur le sang. Elle alla même rapidement se débarbouiller. Il pu enfin distinguer les vrais traits de son visage , et il la trouvait bien moins terrifiante sans tout ce sang ! Maintenant il découvrait un visage fin qu'on pouvait sans mentir qualifier de "jolie". Mais évidemment, il avait cette peau blanche, blafarde, qui avait du en répugner plus d'un. Thélador, lui, ne pouvait s'empêcher de la trouver mystique. Intrigante.

Il hocha la tête en réponse à sa question.

Il eu un blanc. Un silence, pensant. L'un comme l'autre ne savait quoi dire. Histoire de s'occuper la bouche il se mit à boire l'eau qu'elle lui avait servi une minute plus tôt. C'est alors qu'il la vit, s'avancer, mettre le pied dans la flaque de sang, il aurait voulu lui crier de faire attention, mais il avait la bouche pleine... Et ce qui devait arriver arriva : Erhencye glissa.

Ce fut une chute magnifique, non vraiment, elle était presque artistique ! Le plus beau avait été l'expression de surprise qui avait déformé le visage opaline de la spécialiste.

Thélador n'avait pas bougé. A vrai dire il se contrôlait... Il le savait, il aurait dû s'inquiéter. Voler à ses côtés pour s'assurer que tout allait bien... Mais voilà, la fatigue, le fait qu'il soit à bout de nerf sûrement, fit que le seul sentiment que cette scène lui invoquait été l'hilarité qu'il contenait.

Il avait encore les joues remplies d'eau. Et il craignait qu'en avalant, il ne fasse sortir son rire du même coup. Alors il resta un petit moment là, silencieux, à se demander comment il allait pouvoir se sortir de se mauvais pas et puis ... Il eut une pensée : celle qu'il devait vraiment avoir l'air ridicule là, la bouche pleine d'eau à ne pas avaler.

Ce fut la goutte de trop. Il éclata de rire- recrachant par la même occasion toute l'eau que contenait sa bouche- Par bonheur, il avait eu le temps de détourner la tête pour éviter une nouvelle douche à la jeune femme. Mais il était bel et bien totalement hilare, son rire raisonnait dans la pièce, entre coupé par des toussotements, et puis de nouveau le rire qu'il ne parvenait pas à contrôler.

Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: Joyeuse apocalypse   - Ven 28 Fév 2014 - 5:49

Erhenyce releva le visage et fixa Thélador. D'abord elle ne réalisa pas vraiment ce qui se passait... Puis le jeune homme se leva, les joues gonflées car la bouche pleine d'eau. Qu'est-ce qu'il lui prenait...? Puis brusquement, il recracha son haut et éclata de rire, arrachant une moue de surprise au médecin. Il se fichait d'elle... Erhyn déglutit et se releva difficilement, le postérieur et le bas du dos douloureux. si lui était hilare à cause des nerfs, pour elle c'était l'inverse, elle n'était pas du tout d'humeur à rire.

"ce n'est pas drôle..."


Vraiment mal à l'aise, la jeune femme essuya ses mains pleines de sang sur sa tenue sombre, plus nerveuse que jamais. Et die que pendant un instant elle avait espérer avec un contacte normal avec quelqu'un... Et finalement le Matroscien se moquait d'elle ouvertement. Enfin c'est ainsi qu'elle le voyait.

"Sortez... Sortez d'ici !!!"

Elle saisit le linge sur le bord de la bassine et le lui jeta, les yeux larmoyants. Vexée pour si peu, Erhyn était tout simplement au bord de la crise de nerfs. sa journée avait été horrible et las de voir les gens se moquer d'elle, la pauvre croyait que le soldat se comportait comme les autres alors qu'il n'en était rien... Il était amusé, il décompressait, mais ne le voyait pas de cet oeil. Elle le frappa sur les bras, lui mettant des tapes plus guider par la honte que la colère, elle ne lui faisait même mal.

"je vous déteste! hors de ma vue! vous n'êtes qu'un idiot!!!"

Elle se saisit de la serviette et frappa Thélador avec , se défoulant sur lui sans vergogne.Pauvre fille dont les nerfs lâchaient totalement. Les larmes le long de ses joues, elle fixa le soldat avec colère et tristesse.

" Vaurien! ça vous fait donc rire à ce point ?! vous ne valez pas mieux que les autres !"
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: Joyeuse apocalypse   - Ven 28 Fév 2014 - 10:32

"ce n'est pas drôle..."

Ha si ça l'était ! D'ailleurs, ça l'était tellement qu'il commençait à avoir une crampe aux abdominaux ! Tellement concentré à essayer de se reprendre, le Matroscien ne perçu pas le changement radicale d'Erhenyce, et se prit le linge en pleine tête sans l'avoir vu venir. Le projectile eut au moins l'utilité de lui faire reprendre ses esprits, et enfin il remarqua l'air furibond de l'Albinos qui le foudroyait de son regard incolore.
Il s'apprêtait à s'excuser, mais il n'en eut pas le loisir. Déjà elle fondait sur lui. Sa voix, montée dans les aiguës,vrilla les tympans de Thélador, et par réflexe il se recroquevilla, protégeant son visage de ses attaques furibondes. Ça ne faisait en soit pas mal, mais pour sur, Thélador était totalement prit au dépourvu.  Il ne comprit pas ce qui venait de ce passer. Il n'avait que rire à une chute ...

Elle vociférait et il capta vaguement un "Vaurien" qui devait le définir, et les coups continuaient à pleuvoir avant qu'il ne réagisse :

-STOP ! Gronda-t-il soudain en saisissant les poignets de le jeune femme pour l'immobiliser. Il serra avec colère, et si la peau de l'albinos n'avait pas déjà été immaculée, pour sûr elle aurait blanchie sous la  pression qu’exerçaient les mains puissantes du matroscien.

Il la dominait à présent de toute sa hauteur, et ses yeux avaient perdu toute lueur de timidité au profit d'une froideur polaire. Disparu le petit Veilleur en formation qui faisait profil bas. A cet instant, il était redevenu le cultivateur, furieux qu'on lui manque de respect aussi éffrontement.

Ils restèrent alors figés l'un en face de l'autre. Si Erhenyce avait été un homme, il lui aurait volontiers envoyé on poing en travers de la figure pour lui apprendre à ne pas le chercher... Mais c'était une femme... Qui pleurait de surcroit.

Il décida donc de se calmer, (de toute façon il n'avait rien d’évident au fait qu'elle le ferait la première)

Anticipant de futurs insultes, ou une éventuelle rébellion il ajouta toujours sévèrement :
-Non taisez vous ! Asseyez vous, Et maintenant calmez vous !

Ordonna-t-il sur un ton qui n'admettait pas de réplique, et seulement il la relâcha, non sans continuer à la surveiller d'un oeil mauvais.
Pour sa part, il était encore furieux qu'elle se soit jeter sur lui avec autant de véhémence, mais il parvenait à reprendre doucement ses esprits. Sèchement, il se détourna, et ramassa le linge dont elle s'était servie pour le battre.
De geste calculés, il le plia, agissant comme si Erhenyce n'était plus dans la pièce avec lui, puis alla le ranger à sa place. Ce simple geste, l'avait calmé pour de bon.  
Il se retourna vers elle. Soupira et demanda, les sourcils encore froncés :
-C'était quoi ça ? Je peux savoir ce qui cloche chez vous ?!  
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: Joyeuse apocalypse   - Ven 28 Fév 2014 - 11:02

Pas content.
C'est le moins qu'on puisse dire vu la réaction que Thélador venait d'avoir. Erhenyce fut surprise de se faire ainsi attrapé. Elle gémit faiblement et s'adoucit aussitôt, fixant le soldat avec étonnement et tristesse. Il ne s'en rendait peut être pas compte, mais il avait ce qu'il fallait pour imposer le respect, sans doute qu'avec le temps, il ferait même un bon gradé, il en avait l'étoffe. Si Erhyn réagissait si étrangement à cet instant, c'est qu'en plus d'être étonner par la réaction de Thélador, c'était la proximité soudaine qu'il y avait entre eux.... réfléchissons... Combat, soin, combat, entrainement, soin... Oui, elle avait beau se retourner l'esprit et n'arrivait pas à savoir à quand remontait la dernière fois qu'un homme l'avait toucher et c'était tenu si prête d'elle autre que dans le domaine du boulot. Le dernier était sans aucun doute son défunt père...

Le coeur battant la chamade comme une pucelle en rûte (un peu beaucoup ce qu'elle est... pucelle en tout cas), Erhenyce se laissa faire, incapable de dire ou faire quelque chose. Quand enfin Thélador relâcha sa prise et calma ainsi le pauvre petite coeur d'Erhyn à deux doigts de l'explosion; la demoiselle recula d'un pas et chassa ses larmes d'un geste de la main. Qu'elle se sentait idiote d'avoir réagit ainsi... Mais il était vrai qu'elle était à bout de nerfs après une telle journée. Elle prit appuie contre le lit et détourna le visage tristement, répondant simplement:

"Mauvais journée... Quatre soldat que j'ai pas réussis à sauver, certain qui resteront infirme toutes leurs vie..."

Erhenyce souffla longuement, tremblante de la tête au pied puis doucement, elle se pinça l'arrête du nez, fermant les yeux et confessa.

"Et votre réaction face à ma chute... qui m'a rappeler à quel point... je ne suis rien. Aussi loin que je me souvienne, je n'ai jamais été respecter par personne sauf par mes parents... Ici j'ai sauvé des dizaines et des dizaines de vies et pourtant je n'ai n'est de considération de la part de personne... On ne m'adresse même pas la parole, on me regarde de haut, avec dégout... Les hommes me fuit parce que je suis trop laide... alors quand vous avez commencer à discuter avec moi, quand vous m'avez fait part de votre malaise à cause de votre différence... je me suis sentit moins seule, pendant un instant... Vous voir rire de moi, m'a durement ramener sur terre."
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: Joyeuse apocalypse   - Ven 28 Fév 2014 - 11:36

A bout de nerf. Ok...ça il pouvait comprendre. Il ressenti même une certaine compassion... Il avait était là aussi. Il avait vu ses frère mourir, et n'avait rien pu faire de plus qu'elle...

Il ferma les yeux. Soupira. Cherchant des paroles réconfortantes pouvant tenir la route. Mais alors, elle reprit la parole pour une confession des plus intimes, et il se sentit morveux. Jamais il n'avait imaginé qu'un simple rire aurait pu réveiller de tels souvenirs. Il avait sacrement merdé !

Il se mordit la lèvre, sachant pertinemment qu'il allait devoir trouver les mots justes pour se rattraper. Il pouvait bien lui dire qu'il n'avait pas voulu la blesser, elle pouvait très bien décider de ne pas le croire...

Il toussa.
-Je vous les dit ... Je suis Matroscien. Sur le Littoral, il y a bien moins de soleil ... Et les femmes pour la plupart s'en protègent et cultivent leur pâleur ... On peut même dire que là bas c'est une sorte de gage de beauté, d'avoir la peau blanche ...

Expliqua-t-il, avant de laisser le silence se faire pour lui laisser le temps de comprendre le compliment détourné. Une nouvelle inspiration, puis il continua :

-J'ai passé mon enfance aux côtés de femmes dont la seule préoccupation était de choisir la robe qui irait le mieux avec leur coiffure... Aujourd'hui j'ai vu une femme mettre les mains dans le sang, replacer des os, recoudre des plaies béantes sans faiblir un seul instant, et en gardant son sang froid alors que moi même je ne désirais que fuir...


Une nouvelle fois il la laissa comprendre ce qu'il y avait comprendre sans le formuler. Il n'était pas bon pour ça.

-Vous n'avez pas sauvez tout le monde, c'est vrai... Mais vous ne les avez pas tous laissé mourir. Certains sont vivants, grâce à vous...Alors, sincèrement, Pensez vous qu'on puise se moquer de ça ?


Demanda-t-il en penchant la tête, sa voix ayant repris une inflexion douce. Il laissa échapper un sourire qu'il voulait rassurant. Totalment calme, il pouvait à presenter présenter ses excuses en toute sincérité.

-Je suis désolé si je vous ai blessé. Ce n'était pas mon intention. La journée a été éprouvante et nerfs ont lâché... Je regrette sincèrement de vous avoir heurté. Pardon.

Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: Joyeuse apocalypse   - Ven 28 Fév 2014 - 11:58

Tout deux se sentait particulièrement bête. Erhenyce n'était pas du genre à perdre ainsi son sang froid, elle regrettait amère ses mots mais surtout ses gestes. Quelle honte de s'en prendre ainsi à un soldat... à coup de serviette. On a vu mieux comme correction... Alors que la jeune femme tenait de calmer sa tristesse, sa colère et les battements de son coeur, Thélador vint à prendre la parole, beaucoup plus doux qu'à l'instant. Erhyn ne réalisa pas tout de suite... Puis quand elle le fit, elle se redressa et pivota doucement, posant ses yeux bleus strié de rouge sur le soldat. Oh elle avait bien compris le sous entendu, loin d'être idiote, elle avait saisit le compliment... Les compliments. Puis vint les excuses du jeune homme alors qu'Erhenyce resta là, abasourdie une fois encore.

"Belle...? vous me trouvez...belle ?"

Elle avait beaucoup e mal à y croire. Après tout, il avait dit lui même avoir été forcé de quitter son pays à l'âge de 10 ans, donc bien trop jeune pour être initié à la culture de son pays et développer les gouts qui y sont rattaché. Malgré cela, il semblait sincère. La Dame de sang détourna le regard un instant, pas très à l'aise et murmura timidement.

"C'est la première fois... qu'un homme me dit... que je suis belle. Je suis..."

Que répondre à ça ? Elle ne comprenait pas elle même l'émotion qu'elle ressentait. C'était intense, ça c'est sur et pour la première foi de sa vie, ses joues se colorèrent d'une teinte rosâtre. La jeune femme se mordit la lèvre timidement. Elle qui était si glaciale d'ordinaire, si sur d'elle même... à présent elle ressemblait plutôt à une adolescente qui découvrait les premiers émois de l'amour. Elle s'en sentit doublement ridicule. Erhyn rit nerveusement, secouant la tête en se grattant la tempe.

"Je... woah! c'est... alors c'est ça... de se sentir... euh..."

Elle cherchait ses mots. Elle fixa Thélador , pinçant les lèvres et continua.

"Merci de votre franchise... et de vos compliments... Vous n'étiez pas obligé... je n'aime pas être prise en pitié. Mais, je dois bien l'avouer.... vous aussi... vous avez... beaucoup de charme."
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: Joyeuse apocalypse   - Ven 28 Fév 2014 - 14:44

Il existait une multitude de regard... Mais celui qu'Erhenyce lui lança, était unique : c'était celui d'une femme qui réalise qu'elle peut plaire. Il y avait une étincelle particulière, un nouvel éclat, quelque chose qui ne pouvait venir que d'une femme et qui ne pouvait qu'attendrir l'homme qu'était Thélador.  Il sentit sa timidité revenir au grand galop alors qu'elle mettait des mots sur ses silences, et qu'émue elle balbutiait son étonnement... Ciel, comment cette femme faisait-elle pour passer du dragon au chaton en aussi peu de temps ?

C'était inhumain. Mais adorable.

Thélador détourna le regard. Il ne comprenait que trop bien son ressenti. Il avait vécu la même chose lorsqu'il avait compris l’intérêt qu'il avait éveillé chez Nora. Quand elle l'avait accueilli si volonté dans les recoins les plus intimes de son anatomie et qu'il s'était enfin senti "désiré"... Cela avait été un tel soulagement ! Il n'avait plus était vraiment le même depuis. Il avait gagné confiance en lui. Et si aujourd'hui il avait pu se montrer aussi franc, c'était surement grâce à cela...

Désirable, elle l'était. Il aurait pu lui prouver qu'il le pensait vraiment... A bien y regarder, la jeune femme était en manque si flagrant d'affection qu'il aurait pu s'en servir sans qu'elle ne s'en rende compte. Mais il n'y songea pas. Ou plutôt, il se refusait à y penser...Cela n'aurait était que profiter d'une faiblesse pour combler son propre manque.

Il se refusait à jouer avec le coeur d'autrui de la sorte. Un instant il lui prit la crainte qu'il avait fait une erreur. Peut être avait-il insufflé dans l'esprit de la dame de fausses idées ? De faux rêves ?

Un homme comme lui pouvait se contenter d'une relation charnelle. Mais les femmes avaient un besoin plus pur d'amour. Si on en croyait les livres en tout cas...

Ainsi décida-t-il de faire attention. Il eut un sourire désabusé à son compliment et haussa les épaules comme si ça n'avait pas d'importance.

-N'y voyez pas de pitié. Ça ne reste qu'un compliment de Matroscien, et beaucoup prendrez ça pour une insulte.  
Souligna-t-il avec pragmatisme.

L’intérêt d'un étranger pouvait émoustiller des Korruliennes, mais bien généralement la peur de se déshonorer en enfantant un forban était plus forte.    

-Je sais ce qu'il en coûte d'être jugé sur son apparence. De toujours devoir en faire deux fois plus pour être remarqué. De ne jamais attendre de remerciements car on a apprit qu'ils ne viendrait pas. On finit par s'émouvoir des miettes d'attentions qu'on nous donne, là où les autres en reçoivent des sacs entiers... C'est fatiguant.  

Expliqua-t-il avec compassion.

-Mais ce n'est pas parce que les gens ne vous voient pas que vous n'existez pas. Vous pouvez choisir de vivre plus par vos actes, que par le regard des autres.

Confia-t-il.
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: Joyeuse apocalypse   - Ven 28 Fév 2014 - 14:56

Cet homme était d'une nature exceptionnel.. Il était si humain. Comment pouvait-on mettre à l’écart quelqu'un qui avait une tel vision de la vie et des gens ? Erhyn resta sans voix à l'écoute de ces mots, c'était comme une berceuse, tellement apaisant. Il trouvait les paroles juste et la jeune femme se sentit plus apaisé. Son sort n'était peut être pas si terrible après tout... c'est vrai on ne l'aimait pas, mais sa vie n'était pas râté pour autant, elle avait un travail qui la passionnait, elle prenait plaisir à aider les autres même si elle avait peu de remerciement.

Erhenyce inspira profondément, elle sentait un regain d'énergie d'envahir. Son coeur était plus léger et pas simplement parce qu'un homme la trouvait jolie... Non, c'était parce qu'un homme c'était montré humain envers elle, parce qu'il avait été compatissant, qu'il avait compris sa douleur. Elle se sentait... beaucoup moins seule. Au diable les préjugés, au diable la peur, au diable la timidité. Erhyn sourit faiblement et lâcha.

"ça vous dirait une balade dans Penjoie ? Je ne sais pas pour vous mais moi j'ai envie de me débarrasser de tout ce sang et d'aller prendre l'air!"

Oui, elle avait juste envie de vivre, de profiter de cette fin de journée loin des cris et de la douleur et rien de mieux pour cela qu'une balade sous le soleil, loin de l'uniforme des veilleurs. Comme de simple citoyens, des gens qui se comprenaient et partageaient quelque chose. Erhyn n'avait jamais eu d'amis et Thélador semblait enclin à le devenir... hors de question de laisser cette chance s'échapper.

"Alors... ? on pourrait se retrouver disons... dans une heure, au coeur de la ville ? j'aime bien l'ambiance qui y règne, surtout avec les danseurs."
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: Joyeuse apocalypse   - Dim 2 Mar 2014 - 10:05

HRP : Trop méga classe ton avatar !

L'ambiance c'était détendu. Thélador comprenait à présent que la jeune femme qu'il avait vu en entrant dans la pièce n'était probablement qu'un masque, un facette pour se protéger des autres et de leur intolérance.
Erhenyce n'affichait plus la moindre réserve. Au contraire, quelque chose en elle avait changé. Légèrement, évidemment, mais elle semblait plus ... Sereine.
Le sourire peut être ?

"ça vous dirait une balade dans Penjoie ?"

Le matroscien retint une grimaçe, conscient qu'il allait décevoir la veilleuse il déclina avec un ton d'excuse :

-Je ne suis pas autorisé à quitter le QG sans ordre de mon maitre...

Rappela-t-il. Car oui, il n'était qu'en formation... Il vit la décéption poindre sur le minois de l'Albinos, et il s'empressa d'ajouter :

-Mais ... Nous pouvons manger ensemble par exemple... A la cafeteria ?

Proposa-t-il.

HRP2 : Je te propose que dans ta rep tu fasse l'ellipse qui mène au repas Wink
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: Joyeuse apocalypse   - Dim 2 Mar 2014 - 10:53

Oui elle se sentait mieux... Elle savait que ça ne durerait pas mais Erhyn tenait à profiter de la gentillesse du matroscien. Quand il refusa l'invitation en annonçant qu'il ne pouvait quitter le QG, la jeune femme eu un léger sursaut de surprise:

"Encore en formation...? je vois.."


Mais contre toute attente, Thélador lui proposa de manger en sa compagnie. D'abord muette, Erhenyce le fixa calmement puis sourire, hochant la tête respectueusement.

"J'en serais... vraiment ravie."


Et comment! Les seul fois où elle n'avait pas manger seul, c'est parce que les soldats n'avaient nulle part où s'assoir. Évidement, on ne lui adressait pas la parole pour autant. C'est donc le cœur léger que le médecin avait quitter l'infirmerie pour aller dans les quartiers "résidentiels" du QG. Après un bon moment à se débarrasser du sang et enfiler une tenue propre des veilleurs, la jeune femme avait prit le chemin de la cafétéria...

Nerveuse et heureuse à la fois, Erhenyce avait choisis de manger léger, l'estomac un peu noué. C'était nouveau... Si agréable. Elle comprenait pourquoi sa mère insistait pour la voir se faire au moins un ami... rien que pour le plaisir que cela procure d'avoir quelqu'un avec qui parler, partager ou tout simplement passé du temps. Une fois installé à table, la belle albinos commença à manger, observant Thélador et sourit nerveusement.

"ça me fait bizarre d'être là avec toi... d'ailleurs, je crois que d'autre trouve ça bizarre aussi."

Aux autres tables, certains soldats, gradé ou non jetait des regards vers Erhyn et Thélador, certain murmurait quelques paroles inaudible. Forcément, les deux rebus de la société à la même table, ça faisait des vagues. Erhyn fronça les sourcils et lâcha froidement à un jeune homme qui la fixait avec insistance:

"Quoi ? regarde ailleurs ou bien je te fait un ravalement de façade à coup de scalpel!!!"


Elle se radoucit et sourit à Thélador avant de mordre dans son pain. Parfois, elle faisait peur... Souvent enfaite, surtout quand elle se montrait douce et brusquement, si agressive qu'elle aurait pu faire de l'ombre à un Bunnyraptor.
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: Joyeuse apocalypse   - Lun 3 Mar 2014 - 7:39

Crasseux de sang comme il était, la première chose que Thélador avait fait en sortant de l'infirmerie, c'était d'aller à la douche. Ce n'avait pas était un luxe, et c'est le poil pas lustré mais presque qu'il s'en alla rejoindre Erhenyce à la cafétéria.

La jeune femme l'attendait, et c'est avec simplicité qu'ils prirent place ensemble à un table. Thélador, pour être honnête n'avait pas fait attention aux personnes pouvant les observer, mais quand elle lui fit la remarque, et agressa un pauvre veilleur qui avait eu l'audace de trop la regarder, il marqua une pause et senti sur sa nuque un nombre important de regards...

Loin d'être aussi sang chaud que la demoiselle, il prit le partie de la patience... Qu'ils murmurent, ils finiraient bien pas user leur salive...

Il ne pu s'empêcher de remarquer pourtant, qu'il attirait plus l'attention en mangeant avec la spécialiste que lorsqu'il mangeait avec Nora. Mais Nora, elle n'affichait pas sa blancheur au yeux du monde ... Une question vint alors à l'esprit.

-Puis-je poser une question sans risquer un coup de scalpel ? Demanda-t-il mi taquin, mi sérieux.

-N'avez vous jamais voulu vous ... Dissimuler ?
Et avant qu'elle n'ai le temps de mal interpréter sa question il précisa :


-Non pas que je considère que vous devrez le faire. Mais ... Je me demandais si vous y aviez un jour songé.

Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: Joyeuse apocalypse   - Lun 3 Mar 2014 - 7:57

Pauvre chou. Erhenyce se sentit un peu mal à l'aise en réalisant qu'elle l'avait peut être un peu brusquer à ce montrer si agressive envers un soldat. La jeune femme se contenta d'un hochement de tête pour lui donner son accord, Thélador posa donc sa question. Le médecin en fut un peu étonné puis après avoir mâchouiller sa viande et l'avoir avaler, elle répondit simplement.

"Quand j'étais enfant oui... J'étais... vraiment malheureuse... un jour j'ai prit le peu de maquillage que possédait ma mère et... je m'en suit mise partout sur le visage dans l'espoir de me camoufler... ce fut une vrai catastrophe évidemment et finalement on s'est moqué encore plus de moi."

Elle eu un léger rire en pensant à ce souvenir.

"Arès cela je n'ai plus jamais voulu me cacher. Je préfère assumer ce que je suis Thélador... se cacher ne sert à rien. Fuir, ça n'a jamais été dans mes principes."

Erhenyce soupira longuement avant de boire quelques gorgées puis elle plongea son regard dans celui de matroscien et pencha la tête sur le côté.

"Cependant, quand je sort la majorité du temps je suis très couverte... Le suis obligé de porter de tenues à capuche pour protéger mes yeux du soleil... Au même titre, ma peau ne le supporte pas non plus. Alors mes robes sont très léger, mais couver une grande partie de mon corps... Il n'y a qu'en fin d'après midi et en soirée que je peux me découvrir pour ne pas risquer d'être brulé par le soleil."
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: Joyeuse apocalypse   - Lun 3 Mar 2014 - 14:59

Thélador avala une bouchée en ecoutant la jeune femme. Il fut content de voir qu'elle prenait la chose avec calme, et qu'elle ne s'était pas vexée... La preuve réelle de leur amitié naissante !

Il ravala une grimace en imaginant a scène qu'elle lui avait décrite. Lui aussi avait toujours ressenti le besoin d'être comme ceux qui l'entourait... Mais quelque part, il n'était pas né Korrulien. Elle si. Mais avec une différence qui devait souvent lui peser lorsqu'elle regardait dans la glace. Elle devait se demander "pourquoi elle", sans jamais connaitre la réponse...

L'injustice de la vie n'avait donc aucune limite !
On pouvait aimer sans être aimer en retour.
On pouvait naitre d'un même sang, mais différent.

Il repoussa un légume à la consistance douteuse, et s'apprêta à poursuivre la conversation quand quelqu'un trébucha jute derrière lui. L'acte avait même peut être une nature volontaire, il n'aurait sur le dire.
La seule chaise qu'il eut le temps de sentir c'est l'assiette qui lui vola en plein visage, la sauce lui dégoulinant contre la peau et sous ses vêtements, les aliments lui collant aux cheveux ...
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: Joyeuse apocalypse   - Lun 3 Mar 2014 - 15:15

Erhenyce se perdit dans la contemplation de Thélador, soutenant son regard. Il n'avait même pas besoin de répondre pour qu'elle sache qu'il la comprenait. Si elle ne se retenait pas à cet instant...

Mais ce moment agréable et presque magique fut brusquement gâché par un acte de méchanceté pure. Le regard d'Erhenyce était passé de Thélador à l'homme en arrière plan qui fit mine de chuter pour finalement laisser son assiette tomber sur la tête du soldat. Un silence tomba pendant un instant puis évidemment, des rires retentirent. Pendant un seconde qui lui sembla une éternité, la jeune femme observa la foule puis son nouvel ami... Tous ignoraient... ce qu'ils venaient de provoquer.

Le médecin se leva de sa chaise et passa près de Thélador sans lui accorder le moindre regard puis elle s'approcha du vaurien qui avait eu l'idiotie de lâcher cette assiette. Dardant son regard glaciale sur lui, l'homme ne fit que rire plus fort, agitant les mains:

"Ouuuh... Quoi, t'es pas contente parce que j'ai ridiculiser ton amie ? Tu veux peut être que je te fasse le même traitement, le monstre."


Erhenyce saisit le bras de l'homme avant de le tordre d'un coup net puis pivota doucement pour venir plaquer sa main sur sa nuque. En deux enjambés elle l'avait tiré jusqu'à la table puis sa main migra de la nuque du soldat à ses cheveux qu'elle empoigna sans une once de douceur.

"Je vais t'en donner moi des traitements... on va jouer au docteur tous les deux."


Avec une violence inouïe, la belle claqua brusquement la tête du soldat contre la table, faisant chuter les deux plateaux repas. Une fois, deux fois, trois fois puis quand il fut suffisamment sonné, elle se saisit de la fourchette de Thélador et la planta avec rage dans la main du soldat qui poussa un long cri de douleur. Vint ensuite le couteau qui rejoignit la fourchette puis sans douceur aucune, l'albinos lui asséna un violent coup de genoux dans la cuisse, le faisant plier, le forçant à se mettre à genoux.

"Maintenant tu vas faire des excuses à mon ami."
"Jamais.."

Mauvaise réponse. Une fois encore, sa tête heurta la table alors que le sang du soldat s'écoula le long de son visage. Il gémit, les yeux à demi-clos et Erhyn saisit son assiette et la brisa contre la table, ne gardant qu'un morceau tranchant de celle-ci en main. Sans attendre, elle bascula la tête de l'homme en arrière et pointa l'objet tranchant vers sa bouche, la glissant à l'intérieur de sa joue.

"Maintenant... tu t'excuses ou crois moi tu n'auras plus jamais la possibilité de rire de tes actes."


L'homme se mit à sangloter, tremblant, le regard dans le vague et murmura:

"Je..je..je m'excuse... je suis désolé...pardon..."
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: Joyeuse apocalypse   - Mar 4 Mar 2014 - 14:38

Son regard. C'est dans son regard que Thélador comprit qu'il allait se passer quelque chose, mais quoi ? Il n'aurait pas pu s'en douter. Il avait vu de nombreux soldats réagir à des provocations... Mais rien susceptible de le préparer à ça.

En à peine une fraction de minute, Erhenyce était sur le fautif. Tout dans son attitude n'était qu'austérité et froideur. Thélador aurait dû réagir. Dès le premier instant, il aurait dû l'en empêcher. Mais il était figé, paralysé ... La violence avec laquelle elle venait de s'en prendre à l'homme, ce manque de compassion, éveillait en lui un souvenir qu'il avait refoulé...

 "Je..je..je m'excuse... je suis désolé...pardon..."

Les pleurs de l'homme. Ce fut l'élément déclencheur. Et voilà qu'en une seconde il était debout, toujours barbouillé de sauce il aboya :
-Lâchez le !

Mais il ne lui laissa pas le temps d’obéir, il l'avait saisi à pleine pour rejeter en arrière sans douceur. Il ne s’inquiéta pas une seconde de savoir si où elle avait atterri, il n'avait que d'yeux que pour l'autre veilleur au visage ensanglanté. Vu l'axe de son nez il était surement brisé...

*Par Vama ...*

Il retira le couteau et la fourchette. L'autre n'était plus en état de résisté, ou de refuser l'aide, bien heureusement. Il était trop salement amoché...
Autour d'eux, d'autres personnes venaient de lever. Il y avait de l'action. Thélador 'y prêta pas attention. Il glissa le bras de l'homme sur son épaule et le redressa.

-C'est bon mec, je te tiens... Je t’emmène à l'infirmerie.
Lui glissa-t-il pour le rassurer.

-Cette fille ... Elle est folle... Souffla l'autre., la respiration encore saccadée.

Thélador serra les mâchoires. Il fit pivoter son regard vers Erhenyce, et souffla avec froideur :

-Oui... Elle l'est.

Et il se détourna, soutenant le blessé pour l’emmener à l'infirmerie, et laissa l'Albinos là, alors que l'ensemble de la cafétéria s'était lever pour voir ce qui venait de se passer.

On m'appelle Contenu sponsorisé

Posté dans Re: Joyeuse apocalypse   -

Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum