AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
» Communication externe
par Loth de la Vision Mar 21 Juin 2016 - 15:06

» Réversa [ TOP ]
par Invité Ven 27 Mai 2016 - 8:21

» Le monde de Dùralas
par Invité Jeu 26 Mai 2016 - 7:00

» Anthalia
par Invité Dim 22 Mai 2016 - 15:17

» Marbrume, La Cité des Damnés
par Invité Lun 16 Mai 2016 - 15:07

» Questionnaire pour soutenir infinite RPG !
par Invité Sam 14 Mai 2016 - 17:33

» Escalus
par Invité Jeu 12 Mai 2016 - 9:02

» Mass Effect : Reborn
par Invité Mar 10 Mai 2016 - 15:00

» Forum en pause
par Asàf Lysereän Mar 10 Mai 2016 - 13:47


[RPI] L'exil est une longue insomnie

avatar
Ostracisé

On m'appelle Khalël Isam


Infos Personnage
RANG: Mowiel Solverre, Solaris Aanka'Leï, Enaîa Lysean Vara'Da,...
VILLE & APPARTENANCE : Ostracisé
MON AGE : 19 ans
Masculin
MESSAGES : 157
AGE : 24
INSCRIT LE : 05/06/2014
PSEUDO HABITUEL : Wrath
Joyaux : 36
http://www.ile-joyaux.com/t2448-journal-de-khalel-isam http://www.ile-joyaux.com/t2439-khalel-isam-termine
Posté dans [RPI] L'exil est une longue insomnie   - Sam 7 Juin 2014 - 11:25

Maisons troglogytes, Korrul an 1802.

Khal travaillait torse nu, abattant un marteau de fortune sur une lame chauffée à blanc. La chaleur était insupportable dans ce qu'il lui servait de demeure, la moiteur l'empêchait de respirer correctement et il s'arrêtait parfois pour reprendre son souffle. Fabriquer les armes blanches était ce qu'il y avait de plus pénible pour lui, il s'acharnait pourtant à soulever son marteau toujours plus haut. Il expira longuement en replongeant l'acier dans les flammes et reprit son dur labeur. Des perles de sueurs glissaient le long de son corps mais il ne perdait pas le temps de s'essuyer quand il battait le fer. Il s'arrêta pour observer l'état de la lame et fut plutôt satisfait de son œuvre... C'était certes du travail d'amateur, mais du travail d'amateur bien fait. Il plongea la lame dans un bac d'eau qu'il réutilisait sans arrêt pour cette unique tâche et apprécia le silence de retour dans sa demeure en s'affalant sur un amas de coussins... Plus de bruits assourdissants du marteau heurtant le métal. Le silence... :

-Oh Khal !

Ses sourcils se froncèrent aussitôt. Il aurait souvent donné n'importe quoi pour avoir une porte... Il se releva, s'essuya hâtivement et souleva le tissu de son entrée. En contrebas se tenait un de ses voisins, devenu ostracisé bien avant ses parents. Il avait un sac de cuir et semblait prêt à partir fouiller la décharge en quête de nourriture... Il n'était jamais bon de partir seul, et comme par hasard, c'était tombé sur Khalël. :

-Tu descends ?

-Et pour quoi faire ?!

-Fais pas l'con et viens !

En soupirant son agacement, il rentra pour mettre sa chemise, son turban et son épée à sa ceinture. Il s'empara de son propre sac et rejoignit l'homme qui l'empêchait de faire une pause pourtant méritée.

Arrivés à destination, Khal couvrit sa bouche et son nez du tissu. Cela le protégeait à peine de la mauvaise odeur ambiante, mais ce peu était salvateur. Baladant son regard dans les déchets, il cherchait autant de la nourriture que des objets qui pourraient lui être utiles... Il fallait faire un tri dans sa tête, pour ne pas ramener quelque chose qui au final ne lui servirait pas à grand chose... Il y avait du monde ce jour-là, parfois le murmure de certaines discussions lui parvenait, des projets d'ostracisés qui se limitaient à ce qu'il pourrait bien pouvoir manger le lendemain s'ils ne trouvaient rien aujourd'hui. Khalël n'y prêtait pas attention, c'était ça ou se laisser aller à la dépression, ce qu'il ne se permettait plus de faire depuis la mort de sa mère.

Et puis deux voix se firent plus virulentes, il leva la tête pour comprendre ce qu'il se passait. Deux hommes se battaient pour un gros morceaux de capri, sans doute jeté par un commerçant qui le jugeait périmé. Personne n'osait s'approcher d'eux pour tenter de les calmer... Les réactions étaient violentes dans des cas comme celui-là, Khal avait déjà vu une femme se faire tuer juste pour avoir voulu apaiser deux ostracisés se battant pour un trop petit morceau de beignet à la viande... Mais ça, Khal en avait profondément et véritablement rien à foutre. Ce genre de comportement attisait la colère des autres, certains n'attendaient même que ça ; une bagarre se déclenchant, c'était l'occasion de relâcher toute sa rage qu'on accumulait à cause de sa condition... Et tout ça gratuitement, sur un pauvre type qui n'avait rien demandé.

Khalël se dirigea droit vers les deux hommes qui semblaient prêts à en découdre, tout en dégainant son sabre. Leurs visages halés vira au blanc à la vue de l'arme... Il reculèrent promptement quand il arriva à leur hauteur. A leur plus grande surprise, Khal s'abaissa et commença à découper le morceau de viande en deux parts. Le silence s'était fait, beaucoup regardaient la scène avec des yeux remplis de surprises. Le jeune homme, une fois sa tâche accomplie, tendit un morceau à l'un et un morceau à l'autre, avant de retourner auprès de son voisin qui le fixait d'un air réprobateur. :

-T'as l'art de te mettre dans de la bouse de draoma jusqu'au cou toi... Si un jour j'apprends que t'es mort bêtement, je n'serai même pas étonné.

Khal haussa les épaules, il partageait un peu cette pensée... Il s'attendait un jour à crever pour la raison la moins commune de tout Korrul. Qu'importe, il savait avoir fait ce qu'il y avait à faire. L'atmosphère se fit plus sereine après cette épisode mais le temps passait plus les ostracisés se rendirent compte qu'il n'y avait plus grand chose déjà... Khal lui n'avait trouvé que quelques patamos et du bois pour son feu. Ce soir, c'est purée. Il raccompagna son voisin jusque chez lui et entreprit de gravir les marches jusqu'à sa grotte. Il était épuisé par cette longue journée et était pressé de pouvoir enfin dormir.

Son sang ne fit qu'un tour pourtant quand il souleva à peine le tissu à l'entrée, quelqu'un était en train de piller sa propre tanière. Son regard se remplit d'une rage que personne ne connaissait en lui et entra fulminant tout en proférant toutes les insultes qu'il avait appris. L'homme fut surpris et dans la panique s'empara de la seule arme qu'il avait sous la main ; à savoir, la lame que Khal avait battu en peu plus tôt. Il l'agita sous le nez de Khalël qui recula juste à temps avant de se faire méchamment énucléé. Il sortit sa propre arme de son fourreau, désarma le mec qui s'était invité, le chopa par la chemise et le vira à grands coups de pied aux fesses. Dans d'autres foyers, il se serait fait tué mais tant qu'il ne manquait rien dans sa maison, Khal n'allait pas s'en prendre à quelqu'un qui avait choisi la facilité pour survivre. En faisant un rapide tour du propriétaire, il constata que tout était en bordel mais que rien ne manquait... Tant mieux, ça lui évitait d'aller courir récupérer ses biens.

Il put enfin s'asseoir, le regard vide, cette fois certain qu'il ne pourrait plus se lever, même pour faire à manger. Mais alors que l'adrénaline retombait, il se rendit compte qu'il avait une douleur lancinante sous l’œil droit. Il se redressa vivement à la recherche d'un bout de miroir brisé et constata avec horreur qu'il avait une balafre un peu profonde sur la joue. Dans la colère et la panique, il n'avait rien senti, ni la douleur, ni le léger filet de sang. Agacé, il ne fit rien pour se soigner. C'était à peine profond, il ne pouvait pas recoudre et il devait laisser la blessure à l'air libre pour que de la croûte se forme rapidement. Il n'avait plus rien pour désinfecter la plaie alors il se contenta d'essuyer le sang avec un tissu propre... *A tous les coups, ça va me laisser une cicatrice.* Et il avait raison.

La main appuyée sur sa joue, il gronda de mécontentement... Maintenant qu'il était de nouveau debout, autant  faire à manger.



Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum