AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
» Communication externe
par Loth de la Vision Mar 21 Juin 2016 - 15:06

» Réversa [ TOP ]
par Invité Ven 27 Mai 2016 - 8:21

» Le monde de Dùralas
par Invité Jeu 26 Mai 2016 - 7:00

» Anthalia
par Invité Dim 22 Mai 2016 - 15:17

» Marbrume, La Cité des Damnés
par Invité Lun 16 Mai 2016 - 15:07

» Questionnaire pour soutenir infinite RPG !
par Invité Sam 14 Mai 2016 - 17:33

» Escalus
par Invité Jeu 12 Mai 2016 - 9:02

» Mass Effect : Reborn
par Invité Mar 10 Mai 2016 - 15:00

» Forum en pause
par Asàf Lysereän Mar 10 Mai 2016 - 13:47


La pauvreté est la mère des crimes

avatar
Ostracisé

On m'appelle Mowiel Solverre


Infos Personnage
RANG: Kezaël Lysereän, Asàf Lysereän, Khalël Isam, Kriss Almandina, Nessä Lysereän, Enaîa Lysean Vara'Da...
VILLE & APPARTENANCE : Penjoie - Cités troglodytes
MON AGE : 19 ans
Féminin
MESSAGES : 441
AGE : 24
INSCRIT LE : 27/09/2012
PSEUDO HABITUEL : Mowiel Solverre
Joyaux : 484
http://www.ile-joyaux.com/t2389-journal-de-bord-de-mowiel-solverre http://www.ile-joyaux.com/t1044-mowiel-solverre
Posté dans La pauvreté est la mère des crimes   - Lun 9 Juin 2014 - 6:43

- Pars donc, miséreuse ! Tu fais fuir mes clients !

C'était une toute petite fille maigre de sept ans ou plus, couverte de haillons malpropres ; ses pieds nus étaient chaussés de bouts de tissus troués, noués par une petite cordelette à la cheville. Elle s'efforçait de couvrir son petit corps tremblant de peur d'un semblant de capeline minuscule et usée, qui était devenue depuis trop longtemps déjà trop courte pour elle. Son visage mince et maladif, pâle et squelettique, était tourné vers les nombreux commerçants qui exposaient les produits de leur dure labeur. Elle les regardait timidement, sans oser rien demander, et, avec une sorte de terreur, elle surveillait qu'aucun Veilleur Pourpre n'était de patrouille dans le coin.

Cela faisait déjà plusieurs années qu'elle faisait la manche les jours de Marché. Lorsqu'elle était chassée d'un endroit, elle allait s'installer quelques mètres plus loin, et ainsi de suite, agaçant chaque jour un peu plus les commerçants les moins tolérants, qui n'hésitaient plus désormais à appeler les Veilleurs pour chasser la vermine de devant leurs étalages.

- Ma famille meurt de faim...Pourrais-je avoir l’un de vos Avotius, Monsieur ?
- Dégage ! Ça vaut cinq galons de bronze, petite sotte ! hurla l'homme interpellé en chassant l'enfant de son chemin. Que l'on chasse ces pauvres hors de la ville, par Ruyn ! Ils arrêteront de quémander les nobles gens tous les dix mètres !

La tête basse, Mowiel alla quémander auprès d'autres gens. Une Dame, grossière, qui la gifla. Un vieux monsieur, bien gentil, mais probablement aussi pauvre qu'elle. Et enfin un père et son fils. Tirant sur le haut du grand monsieur, la petite fille chercha son attention, priant qu'il ait en sa possession quelque chose qui pourrait nourrir ses petits frères et sœurs.

- Monsieur...J'ai soif...Et j'ai faim...Mon petit frère il va mourir parce que lui aussi il a faim. Ma maman, elle n'a plus de lait pour lui.
avatar
Ostracisé

On m'appelle Khalël Isam


Infos Personnage
RANG: Mowiel Solverre, Solaris Aanka'Leï, Enaîa Lysean Vara'Da,...
VILLE & APPARTENANCE : Ostracisé
MON AGE : 19 ans
Masculin
MESSAGES : 157
AGE : 24
INSCRIT LE : 05/06/2014
PSEUDO HABITUEL : Wrath
Joyaux : 36
http://www.ile-joyaux.com/t2448-journal-de-khalel-isam http://www.ile-joyaux.com/t2439-khalel-isam-termine
Posté dans Re: La pauvreté est la mère des crimes   - Lun 9 Juin 2014 - 8:29

-Faites attention à vous surtout.

Estjel plaçait correctement les tissus servant de turbans à Khal pour la énième fois, avec cette inquiétude dans la voix. Elle les avait fait spécialement pour lui... Elle pensait qu'il était encore trop tôt pour lui de partir à la découverte de Korrul. Entres les Veilleurs Pourpres et les Ostracisés qui n'hésitaient pas à attaquer leurs semblables, sans parler des dangers naturels présents dans le désert... Mais Ukyël y tenait. Khalël devait se faire sa propre idée de la misère du monde dans lequel il vivait, non pas que de la sienne, mais aussi celle des autres. Son père s'arma pour le voyage, prit son sac et embrassa sa femme. Elle leur fit signe de la main tandis qu'ils sortaient du foyer.

C'était la première fois que Khal sortait de la grotte aussi longtemps, aussi loin. Il avait encore du mal à comprendre le pourquoi de cette virée mais il avait accepté de suivre son père autour des trois grandes villes. Le voyage était long, les nuits dangereuses. Ukyël dormait peu, toujours aux aguets du moindre danger. Ils arrivèrent à Arish après plusieurs jours de voyage, non sans quelques embûches. Ils avaient presque vidés leurs sacs de vivres.

Pour Khal, la ville ne différait pas tant que ça de Penjoie. Il y avait cette même décharge emplie d'ostracisés à la recherche de nourriture, ils durent se faire tout aussi discret pour entrer en ville, cachés dans une carriole remplie de chapeaux venant d'Ofägar, les rues étaient autant remplis de pauvres faisant la manche que chez lui... C'était sans doute pour cela qu'un étrange sentiment naquit en lui ; entre la colère et la tristesse, il constatait que partout ailleurs, c'était pareil... Partout, il y avait des gens qu'on traitait comme des déchets. Khal serra la main de son père aussi fort qu'il le put, il ne voulait pas pleurer, c'était un grand garçon. A la place, son visage avait cette expression pleine de rage, ses yeux dorés fixant les marchands qui rejetaient tous ceux qui avaient faim.

Une petite fille en haillons vint vers eux. Ce qui frappa instantanément Khal était sa maigreur, sa pâleur,... Elle tremblait dans ses vêtements troués et plus que la faim, on pouvait lire dans ses yeux une immense fatigue... Elle agrippa à son père comme s'il s'agissait d'une bouée perdue dans l'océan et lui demanda de quoi manger pour elle et sa famille, avec une voix faible et lasse. Ukyël posa un regard triste sur l'enfant, caressa sa joue et s'apprêta à partir.

Khalël s'immobilisa quelques secondes sous la surprise. Son père, aimant et toujours près à rendre service, allait ignorer cette petite fille implorante purement et simplement. Il poussa une espèce de grognement et ramena Ukyël devant la fillette en tirant fortement sur son bras. Certes, Khal n'était pas costaud, mais sa volonté surpassait tout. Il planta ses yeux dans ceux de son père. L'homme soupira. :

-On ne peut pas nourrir tout le monde Khalël.

Le petit garçon le savait, il avait l'impression que son cœur se tordait dans sa cage thoracique. Mais... Cette fillette avait une famille, un petit frère, une mère... Ça aurait pu être la sienne à sa place. Khal imagina un instant ce qu'aurait pu être sa vie si ses parents n'avaient pas quitté Penjoie. Quémander, se faire humilier chaque jour,... Non, si Khal devait voir la misère du monde, il devait aussi montrer à cette fillette qu'un peu d'espoir existait.

Khalël lâcha son père, s'empara du poignet de la fillette et partit en courant dans la foule. Les appels d'Ukyël ne servaient à rien, il disparut de son champs de vision bien trop rapidement pour qu'il puisse y faire quelque chose. Il se cacha dans une ruelle un peu sombre. Il retira ses turbans qui lui donnaient trop chaud, reprit son souffle et posa son sac de cuir à terre. Il en sortit un morceau de tissu dans lequel était conservé le peu de nourriture qu'il lui restait et le lui tendit, ainsi que sa gourde à moitié emplie d'eau.

-Tiens... C'est tout ce que j'ai.



avatar
Ostracisé

On m'appelle Mowiel Solverre


Infos Personnage
RANG: Kezaël Lysereän, Asàf Lysereän, Khalël Isam, Kriss Almandina, Nessä Lysereän, Enaîa Lysean Vara'Da...
VILLE & APPARTENANCE : Penjoie - Cités troglodytes
MON AGE : 19 ans
Féminin
MESSAGES : 441
AGE : 24
INSCRIT LE : 27/09/2012
PSEUDO HABITUEL : Mowiel Solverre
Joyaux : 484
http://www.ile-joyaux.com/t2389-journal-de-bord-de-mowiel-solverre http://www.ile-joyaux.com/t1044-mowiel-solverre
Posté dans Re: La pauvreté est la mère des crimes   - Lun 9 Juin 2014 - 11:46

La petite fille attrapa les vivres et l’eau avec tant de vigueur qu’il était aisé de croire qu’elle n’avait rien mangé depuis plus de deux ou trois jours. Fouillant le morceau de tissu, elle y trouva quelques fruits, des légumes et de nombreuses galettes d’Herbefeu, très adorées par l’un de ses petits frères. En portant une à sa bouche, elle la dévora en moins de temps qu'il n'en faut pour changer de chemise.

- Ton papa ne va pas être en colère ? Ce sont tes galettes, et ça, c'est ton eau. Comment tu vas faire pour manger, si tu me donnes tout ce que tu as ? lui demanda-t-elle, la bouche pleine. Je ne veux pas qu'il te frappe parce que tu t'es enfuis.

Sans lui laisser le temps de rétorquer quoi que ce soit, Mowiel remit au petit garçon la moitié de ce qu'il lui avait donné et cacha ses propres vivres dans son haillon. Elle n'avait jamais demandé tant de générosité aux gens qu'elle interpellait dans les rues d'Arish. Elle s'était toujours contentée d'un galon de bronze, d'un reste de fruit, de légumes à la fraîcheur douteuse, et de rien d'autre.

Se laissant aller contre le mur, la petite fille s'assit, épuisée. Il y avait bien longtemps qu'elle n'avait pas couru ainsi, sous une chaleur étouffante et le ventre vide. La dernière fois qu'elle avait fait ça, c'était en fuyant la colère de deux Veilleurs Pourpres qu'elle avait involontairement offensés. Bien qu'ils n'aient pas vraiment cherché à la rattraper, ils l'avaient forcé à courir longtemps, jusqu'à ce qu'elle rejoigne les quartiers pauvres qui entouraient Arish.

- Tu devrais aller voir ton papa. Tu peux lui dire que je t'ai volé si tu veux. Comme ça il ne te grondera que parce que tu t'es éloigné.

Se relevant, elle lui fit un signe de au revoir et tituba dans la petite ruelle sombre, les vivres collés contre elle comme s'ils étaient le plus précieux de tous les trésors. Elle ne savait pas vraiment où elle allait, elle devait à tout prix retrouver le centre de la ville, pour ensuite retrouver son chemin. Elle avait un peu peur de croiser le papa du petit garçon, et aussi les Veilleurs, qui, sans aucun doute, ne manqueront pas de l'accuser de vol si elle se promenait avec tant de nourriture.
avatar
Ostracisé

On m'appelle Khalël Isam


Infos Personnage
RANG: Mowiel Solverre, Solaris Aanka'Leï, Enaîa Lysean Vara'Da,...
VILLE & APPARTENANCE : Ostracisé
MON AGE : 19 ans
Masculin
MESSAGES : 157
AGE : 24
INSCRIT LE : 05/06/2014
PSEUDO HABITUEL : Wrath
Joyaux : 36
http://www.ile-joyaux.com/t2448-journal-de-khalel-isam http://www.ile-joyaux.com/t2439-khalel-isam-termine
Posté dans Re: La pauvreté est la mère des crimes   - Lun 9 Juin 2014 - 12:57

Il la regarda dévorer une de ses galettes. Il sourit intérieurement, il était rassuré... Et puis seulement il se mit à réfléchir. Mince, c'était la première fois qu'il désobéissait autant à son père et surtout, à l'une des règles d'or : « Reste toujours dans mon champs de vision. ». Il se doutait qu'il recevrait la fessée du siècle... Il resta immobile quand elle lui rendit la moitié de sa nourriture, surpris. Quand on trouve de quoi manger, on se sert sans demander son reste. Il n'en croyait pas ses yeux, la petite avait encore assez d'honneur pour ne prendre que peu de ce qu'il lui offrait. Cette fois, il laissa un léger sourire s'emparer de ses lèvres tandis qu'épuisée, elle se laissa aller contre le mur un instant. Elle se releva, lui conseillant de retrouver son père et lui fit signe de la main.

Khal aurait pu en rester là... Après tout, il avait donné ce qu'il y avait de plus précieux pour lui. Pourtant, il regarda sa démarche chancelante. Elle était à bout de force. Khalël se dépêcha de tout ranger dans son sac et repartit dans sa direction. Son père pouvait bien attendre encore un peu. :

-Mon père me punira pour être parti, pas pour t'avoir donné à manger. Il est gentil...

Bon, ça ne se voyait pas au premier coup d'oeil et il était plutôt impressionnant parce qu'il était grand, mais c'était vrai ; son père était d'une gentillesse incroyable, avec tout le monde, et il était courageux, un homme qui n'avait pas peur d'affronter le désert pour sauver sa famille. Ses parents étaient de vrais modèles, certes pas parfaits, mais c'était tout ce dont pouvait rêver Khal.

Il attrapa sa main et passa le bras frêle par dessus ses épaules, il la soutenait un peu afin qu'elle puisse marcher droit. Il tangua légèrement, le garçon n'était pas plus épais que la demoiselle en haillons, mais il se maintint comme il put et commença à avancer comme si de rien n'était. :

-Je... m'appelle Khalël. Et toi ?

D'aussi loin qu'il se souvienne, c'est la première fois qu'il se présentait à quelqu'un. On lui a certes déjà demandé son prénom, mais il attendait toujours qu'on lui demande, que ce soit les adultes ou les enfants que sa mère gardait parfois. :

-Je te raccompagne chez toi et j'irai retrouver mon père après. On prévoit toujours un point de rencontre si on se perd.

Khal avait un bon sens de l'orientation, il savait qu'il ne se perdrait pas même dans cette ville qu'il ne connaissait pas. Grâce à sa bonne mémoire, il lui suffirait de revenir sur ses pas. Et puis, il y avait une autre règle que Khalël avait retenu : « Ne jamais partir seul. ». Alors même si elle le repoussait, il la suivrait, jusqu'à ce qu'elle soit chez elle en sécurité.



avatar
Ostracisé

On m'appelle Mowiel Solverre


Infos Personnage
RANG: Kezaël Lysereän, Asàf Lysereän, Khalël Isam, Kriss Almandina, Nessä Lysereän, Enaîa Lysean Vara'Da...
VILLE & APPARTENANCE : Penjoie - Cités troglodytes
MON AGE : 19 ans
Féminin
MESSAGES : 441
AGE : 24
INSCRIT LE : 27/09/2012
PSEUDO HABITUEL : Mowiel Solverre
Joyaux : 484
http://www.ile-joyaux.com/t2389-journal-de-bord-de-mowiel-solverre http://www.ile-joyaux.com/t1044-mowiel-solverre
Posté dans Re: La pauvreté est la mère des crimes   - Mar 10 Juin 2014 - 4:49

La petite fille se mit à rire. Elle imagina son ami perdre l'équilibre sous son poids et elle, ne rien perdre de la scène. C'était la première fois qu'un petit garçon lui apportait son aide et se montrait si généreux. Si Mowiel ne manquait aucune occasion de jouer avec les autres enfants de son quartier, aucun ne se montrait solidaire lorsqu'il s'agissait de mendier, voler ou quémander de la nourriture aux portes des marchés. Chacun gardait ses trouvailles pour sa famille et lui, sans jamais partager ni se vanter, au risque de se faire dépouiller une fois à l'écart des foules.

- Ma maman dit que je ne dois jamais donner mon nom à un inconnu, finit par dire l'enfant, après avoir longuement hésité. Elle dit que sinon, ils trouveront la maison et nous dépouilleront, parce qu'il est facile de voler quelqu'un avec des enfants comme moi. Ton papa, c'est peut-être un voleur.

Un écart soudain arracha Mowiel un petit cri de surprise.

- Tu vas nous faire tomber si tu continues de me tenir comme ça, s'amusa l'enfant, avant de se détacher de lui. Je peux marcher toute seule, je suis grande.

Lui attrapant la main, elle le guida au travers d'une multitude de petites ruelles sombres, que même le soleil de midi peinait à atteindre. Fréquentées par des hommes fortement alcoolisés, des cadavres et des animaux errants, elles offraient néanmoins peut-être plus de sécurité que les grandes rues, surveillées nuit et jour par les patrouilles des Veilleurs. Ce que la petite aimait le plus dans ses ruelles étriquées, c'était y hurler pour entendre l'écho de sa voix, qui se répercutait sur la façade des maisons.

- Ma maison elle est très loin d'ici tu sais. Ton papa va s'inquiéter si tu mets trop de temps à revenir. Tu devrais aller...

La petite fille n'eut pas le temps d'achever sa phrase, qu'elle trébucha sur un homme immense, allongé à même le sol. Il puait la crasse et l'alcool et n'avait pas belle allure, le visage couvert de grosses cicatrices. Lorsqu'il grogna et se releva, il s'attaqua immédiatement aux deux gamins.

- Bande de sales marmots ! J'vais vous sortir les tripes et vous les faire bouffer jusqu'aux dernières après vous les avoir enfoncées dans votre petit derrière !
avatar
Ostracisé

On m'appelle Khalël Isam


Infos Personnage
RANG: Mowiel Solverre, Solaris Aanka'Leï, Enaîa Lysean Vara'Da,...
VILLE & APPARTENANCE : Ostracisé
MON AGE : 19 ans
Masculin
MESSAGES : 157
AGE : 24
INSCRIT LE : 05/06/2014
PSEUDO HABITUEL : Wrath
Joyaux : 36
http://www.ile-joyaux.com/t2448-journal-de-khalel-isam http://www.ile-joyaux.com/t2439-khalel-isam-termine
Posté dans Re: La pauvreté est la mère des crimes   - Mar 10 Juin 2014 - 11:46

La petite fille se mit à rire, il n'avait aucune idée de pourquoi. Il avait pas trop l'habitude de rire lui... Il essayait de souvenir de la dernière que ça lui était arrivé tandis qu'elle sous-entendait que son père aurait être un voleur. Il haussa les épaules, parce que oui, ça aurait pu et il comprenait qu'elle ne lui dirait pas son prénom. Il se balançait de plus en plus dangereusement et elle le repoussa prétextant qu'elle était assez grande pour marcher toute seule... Ses paupières se plissèrent. Avec ce qu'il avait vu en peu plus tôt, il en doutait sérieusement. Il lui laissa prendre sa main et la suivit à travers les ruelles...

Dans sa tête de gamin, tout en retenant l'itinéraire, il se demandait comment il était possible que son père porte sa mère à bout de bras, le tout délicatement, comme s'il soulevait une reine d'une valeur inestimable... Il se jura qu'un jour, il serait aussi fort que lui. Il suivait la fillette et regardait le spectacle qu'offrait les hommes ivres, la crasse et l'ombre des ruelles... Ses traits se tordirent de dégoût, pas à cause de cette vision ou de l'odeur, mais à cause de la mentalité des gens qui laissaient tout tomber, la réalité comme leur honneur, sans même se battre parfois.

Elle lui parla encore, lui conseillant de partir. Cette fois, il soupira agacé. Elle n'avait pas l'air plus vieille que lui et elle se permettait de le traiter comme un gamin... Bon oui, il l'était mais c'était pas une raison ! Il était là pour découvrir Korrul non ? Il devait visiter Arish non ?... Il le ferait avec elle. Point. Il ne comprenait pourquoi il était aussi décidé, aussi résolu à rester auprès d'elle... Tout de façon, il n'eut pas l'occasion d'y réfléchir un peu plus.

Il la vit trébucher. Pour une fille qui disait pouvoir marcher toute seule... Il suivit son regard au sol et ses muscles se tendirent automatiquement. Eurk, c'qu'il est laid. Le pire, c'est quand il ouvrit la bouche pour les insulter... Son haleine fétide s'écrasa sur le visage de Khal qui du retenir un haut-le-cœur. Il se baissa aussitôt la menace prononcée, ramassa autant de sable qu'il put dans son petit poing et jeta le tout aux yeux de l'affreux pour l'aveugler. Il se retourna vers la fillette et cria. :

-COURS !

Il fit de même... Il s'étonna d'avoir hurlé, franchement, courir dans une situation pareille s'imposait. Il comptait sur sa magouille ainsi que sur l'ivresse pour ralentir l'homme qui avait l'air encore soûl. Courir sur le sable, il n'y a rien de plus fatiguant quand on ne sait pas comment s'y prendre. Khal a appris à devenir un « coureur de feu », selon les propres dire de sa mère... Poser à peine le pied au sol dans un instant court, infime... et partir à toute blinde, puissant. C'était bien le seul tour de force dont le petit garçon était capable.

Il n'y a pas tant de cachettes dans une ville... A part semer les gens dans le labyrinthe des rues, on ne peut pas faire grand chose. Khal scrutait la fillette du coin de l’œil, elle avait l'air épuisée tout à l'heure, il se doutait que ce nouveau sprint ne l'arrangerait pas. Il regrettait de l'avoir fait courir... En jetant un regard derrière lui, il constata que personne ne les poursuivait. Il s'empara d'une façon peut-être un peu trop violente le poignet de la petite, la fit pivoter et tourner dans une rue à gauche. Il la plaqua au mur et dépassa sa tête pour surveiller leurs arrières. ...Rien. Toujours aux aguets, il s'autorisa à expirer un sourire tout en reprenant son souffle aussi discrètement que possible. :

-Pour quelqu'un qui donne beaucoup de conseils, tu ne regardes même pas où tu mets les pieds... puis il reprit un peu plus sérieux. Repose-toi, s'il arrive, je détournerai son attention.

Il ne remarqua même pas qu'il avait toujours la main agrippée au poignet de la fille.



avatar
Ostracisé

On m'appelle Mowiel Solverre


Infos Personnage
RANG: Kezaël Lysereän, Asàf Lysereän, Khalël Isam, Kriss Almandina, Nessä Lysereän, Enaîa Lysean Vara'Da...
VILLE & APPARTENANCE : Penjoie - Cités troglodytes
MON AGE : 19 ans
Féminin
MESSAGES : 441
AGE : 24
INSCRIT LE : 27/09/2012
PSEUDO HABITUEL : Mowiel Solverre
Joyaux : 484
http://www.ile-joyaux.com/t2389-journal-de-bord-de-mowiel-solverre http://www.ile-joyaux.com/t1044-mowiel-solverre
Posté dans Re: La pauvreté est la mère des crimes   - Mer 11 Juin 2014 - 4:25

Elle avait dû cesser de courir et d’avancer, parce qu’il l’avait décidé ainsi. Le souffle court, le regard inquiet, le coeur battant, Mowiel supplia Ruyn que l’homme offensé ne soit désormais plus qu’un mauvais souvenir et qu’il ne retrouve jamais leur trace, pas même les prochains jours, lorsqu’elle reprendra ses activités de mendiante. Jamais elle n'avait rencontré quelqu'un d'aussi effrayant. Ses larges cicatrices sur le visage et les bras dénonçaient les nombreux combats auxquels il avait été mêlé tout au long de sa vie...jusqu'à dépérir et tomber dans l'amour des boissons alcoolisées. S'il avait eu tous ses moyens lorsqu'elle l'avait percuté, elle aurait sans aucun nul doute été tué sur le coup.

- Il est loin...il est loin, n'est-ce pas ? demanda la petite fille à son ami. Il ne va pas revenir, il ne faut pas qu'il revienne, sinon il va nous faire du mal.

L'alcoolique semblait bien avoir disparu. En fait, il pouvait être n'importe où. Cette idée effraya un peu plus l'enfant, qui se mit à trembler, se rendant compte à présent à quel point elle avait eu de la chance d'avoir été en compagnie de Khalël. Il lui avait sauvé la vie. Et il continuait de le faire. Pourquoi ?

Il ne la connaissait que depuis quelques minutes à peine. Jamais il ne l'avait rencontré auparavant et jamais elle n'avait fait quoi que ce soit pour s'attirer son attention, si ce n'est réclamer à son père un peu d'argent pour nourrir sa famille. Pourtant, il lui avait tout donné : sa gourde, ses galettes, son amitié et sa protection. Et elle ? Qu'avait-elle fait pour lui, si ce n'est lui attirer des ennuis, tant avec son père qu'avec cet homme dangereux qui rôdait dans le coin ?

- J'ai peur qu'il nous frappe, j'ai peur de la douleur, geignit l'enfant avant de se mettre à pleurer, chamboulée par les derniers événements. A cause de moi tu as eu peur aussi. J'voulais pas qu'il t'arrive tout ça, j'voulais pas que tu aies des ennuis avec ton papa, c'est ma faute. Faut que je dise pardon à ton papa, et au monsieur bizarre, sinon tu vas...tu vas...Pardoooooon...

Essayant de se dégager de l'emprise de Khalël, la petite fille ne cessa de lui demander où devait l'attendre son papa, insistant comme une enfant capricieuse. Jamais elle ne s'était retrouvée dans une situation aussi effrayante, ayant, jusqu'à aujourd'hui, plus ou moins toujours réussi à fuir tous les ennuis qu'elle s'attirait.

- Quand j'serai grande je te protégerai...dit-elle innocemment. Là j'suis trop petite. Même maman le dit que je suis trop petite.
avatar
Ostracisé

On m'appelle Khalël Isam


Infos Personnage
RANG: Mowiel Solverre, Solaris Aanka'Leï, Enaîa Lysean Vara'Da,...
VILLE & APPARTENANCE : Ostracisé
MON AGE : 19 ans
Masculin
MESSAGES : 157
AGE : 24
INSCRIT LE : 05/06/2014
PSEUDO HABITUEL : Wrath
Joyaux : 36
http://www.ile-joyaux.com/t2448-journal-de-khalel-isam http://www.ile-joyaux.com/t2439-khalel-isam-termine
Posté dans Re: La pauvreté est la mère des crimes   - Mer 11 Juin 2014 - 7:32

Les yeux de Khal s'agrandirent quand il vit la petite fille paniquer. Il ne savait pas quoi répondre à sa peur... Oui, il avait eu peur lui aussi, mais il s'interdisait à ce que cela l'empêche d'agir. Encore une règle imposée par son père... Tout ce qu'il put faire c'est ne pas la lâcher, car aucun mot rassurant ne lui venait. Elle se mit carrément à pleurer... Ça, il ne s'y attendait pas. Toujours muet, il essayait de comprendre pourquoi elle réagissait de façon aussi intense.

Elle lui dit soudain qu'un jour, quand elle serait grande, elle le protégerait. Il sentit ses lèvres tressaillir, sa gorge se contracta et après quelques instants d'hésitation, il laissa un rire léger s'échapper. S'il avait oublié la dernière fois qu'il lui était arrivé de rire, il se souviendrait un moment de celui-là. Il ne se moquait pas d'elle, mais comme il avait pensé à la même chose un peu plus tôt, il ne pouvait s'en empêcher. :

-Tu ne veux même pas me dire ton prénom et d'un coup tu me dis que tu veux me protéger plus tard ?... son rire reprit toujours aussi discret. Merci c'est gentil.

Il sortit sa gourde, but une gorgée et la lui tendit tout en vérifiant encore la rue. L'homme soûl avait du abandonner en remarquant qu'ils étaient déjà loin, s'il avait réussi à enlever le sable de ses yeux assez rapidement. Il se tourna de nouveau vers elle et fit un effort pour avoir le ton le plus rassurant possible. :

-Il n'est pas là, apparemment il n'a même pas pris la peine de nous suivre. ...Calme-toi maintenant.

Il ne savait pas trop quoi faire... Il espérait qu'en tapotant son épaule, cela l'apaiserait au moins un peu. Son souffle était à nouveau calme, il faisait le point dans sa tête. Il avait bien eu raison de vouloir raccompagner son... amie ?... Vraiment ? Pouvait-il se dire ça ?... Il supposait que oui, après ce qu'elle venait de dire. Il soupira... :

-Je ne compte pas te dire où je dois retrouver mon père. Je dois d'abord te ramener chez toi.

Il vérifia la rue encore une fois, prudence est mère de sûreté, et il tendit sa main à la fillette. :

-Faut qu'on bouge.



avatar
Ostracisé

On m'appelle Mowiel Solverre


Infos Personnage
RANG: Kezaël Lysereän, Asàf Lysereän, Khalël Isam, Kriss Almandina, Nessä Lysereän, Enaîa Lysean Vara'Da...
VILLE & APPARTENANCE : Penjoie - Cités troglodytes
MON AGE : 19 ans
Féminin
MESSAGES : 441
AGE : 24
INSCRIT LE : 27/09/2012
PSEUDO HABITUEL : Mowiel Solverre
Joyaux : 484
http://www.ile-joyaux.com/t2389-journal-de-bord-de-mowiel-solverre http://www.ile-joyaux.com/t1044-mowiel-solverre
Posté dans Re: La pauvreté est la mère des crimes   - Mer 11 Juin 2014 - 17:58

- Tu es têtu, rouspéta la petite fille en se saisissant de la main de son ami. Je ne dois pas te montrer où j'habite, ni te donner mon nom, alors on s'arrêtera avant ma maison. Sinon je m'enfuis en courant et jamais tu ne me retrouveras.

Ils marchaient depuis des kilomètres, des kilomètres pendant lesquels Mowiel enseigna à Khalël tous les petits chemins à emprunter pour retrouver le centre d'Arish. Elle lui indiqua les traces et signes révélant la présence de Corbics, et donc de cadavres humains en décomposition. Puis, souriante, elle pointa du doigt toutes les personnes dont elle connaissait l'histoire, parfois peu anodine. Il lui plaisait de raconter le passé d'un Veilleur Pourpre que l'alcool avait jeté à la rue ; du petit garçon recueilli par une famille aisée puis lâchement abandonné à son sort lorsque sa bouille mignonne ne plaisait plus ; et enfin elle de la vieille dame, un peu perdue, qui ne manquait pas de courtiser toutes les jeunes recrues des Veilleurs en patrouille. De quoi en amuser plus d'un, y compris l'Officier en charge de ses hommes, peu habitué à assister à de telles scènes.

- Tu vois, cet homme là-bas, assis contre le grand pilier ? Un jour, alors qu'il venait de voler un fruit à un honnête commerçant, il s'est fait rattraper par la patrouille de Veilleurs. L'Officier a frappé si violemment son visage qu'il ne s'en est jamais vraiment remis. Aujourd'hui, sa colère à leur encontre est telle qu'il ne manque jamais une occasion de jurer lorsqu'il les croise, s'attirant alors de nouveau leur colère, et de nouveau une pluie de coups. Il inspire la pitié de ma maman...

Évitant le regard de l'homme, Mowiel entraîna son ami dans un chemin plus étriqué. Lorsqu'ils en sortirent enfin, les premières maisons des quartiers pauvres d'Arish firent leur apparition. Une accumulation de petites maisons fragiles et sans charme. Dans les rues courait une dizaine d'enfants, plus loin, un homme vendait à moindre prix des vieux fruits récupérés sur le Marché. La petite fille n'aimait pas cet endroit. Bien que plus calme que les quartiers Ostracisés, la vie était au ralenti ici. Les morts étaient nombreux. Trop nombreux. Et souvent, les responsables de ses morts n'étaient jamais loin : la faim et les Veilleurs.

- Maintenant tu peux t'en aller. Je n'habite pas loin, je saurai retrouver mon chemin toute seule et personne ne me fera de mal. Mon papa et ma maman sont à la maison, parce que mon papa, il ne trouve pas de travail. Alors il aide maman.

Lâchant sa main délicatement, elle déposa sur la joue du petit garçon un bisou puis s'éloigna de lui en courant, sans lui laisser le temps de réagir. Souhaitant le semer, au cas où il n'accepterait pas son départ précipité, elle emprunta une multitude de petits chemins complexes et similaires, qu'elle connaissait par coeur à force de les parcourir. Sortant de l'un d'eux, la fillette percuta sèchement un obstacle qui lui fit lâcher ses vivres.

- Gamine, regarde où tu vas ! hurla un Veilleur d'un âge déjà respectable. Oh, mais que voyons nous là...Je te connais toi...T'es la p'tite Solverre...C'toi qui vole la nourriture aux commerçants d'Arish n'est-ce pas ? Ils me disent tous qu'ils ont vu une p'tite fille comme toi traîner dans le coin...
- Je ne vole pas, se défendit l'enfant, apeurée. Je n'ai jamais volé, ma maman dit que ce n'est pas bien, que je vais avoir des ennuis si je vole...j'vous le jure...
- Et c'est quoi ça ? Hein ? demanda-t-il en pointant du doigt les fruits étalés par terre. Tu m'prends pour un Draoma ?!

D'un geste sec du pied, il écrasa l'ensemble des aliments, puis se saisit de la main de la petite fille, la traînant vers ses deux autres collègues, occupés à faire une remontrance à une femme qui gênait le passage d'un petit convoi.

- Tu sais ce qu'on fait aux voleuses comme toi ? On leur coupe la main !
avatar
Ostracisé

On m'appelle Khalël Isam


Infos Personnage
RANG: Mowiel Solverre, Solaris Aanka'Leï, Enaîa Lysean Vara'Da,...
VILLE & APPARTENANCE : Ostracisé
MON AGE : 19 ans
Masculin
MESSAGES : 157
AGE : 24
INSCRIT LE : 05/06/2014
PSEUDO HABITUEL : Wrath
Joyaux : 36
http://www.ile-joyaux.com/t2448-journal-de-khalel-isam http://www.ile-joyaux.com/t2439-khalel-isam-termine
Posté dans Re: La pauvreté est la mère des crimes   - Mer 11 Juin 2014 - 19:35

Elle lui prit sa main en rouspétant un peu, mais il lui sourit. Il la suivit docilement, pendant longtemps, s'abreuvant de toutes les histoires qu'elle lui racontait. Des enfants, des femmes, des vieillards,... Et même des Corbics qu'il ne voyaient certes pas pour la première fois... Il veillait à retenir les indications qu'elle lui donnait pour se diriger vers la ville. Khal aimait les histoires, que ce soit des contes ou non. Il avait retenu toutes celles que sa mère lui racontait pour s'endormir, et il y en avait beaucoup. Cette fois, c'est lui qui allait lui en raconter, et elle sera sans doute ravie de le voir parler plus qu'à l'accoutumée.

Au détours d'une ruelle, elle s'arrêta finalement. Le regard de Khalël balaya dans un lent panoramique les quartiers pauvres d'Arish. Alors elle vivait ici, parmi les cadavres et la menace constante des Veilleurs. Khal songea à sa grotte... Elle lui semblait plus chaleureuse que ce qu'il avait sous les yeux. La petite lui demanda de s'en aller, elle l'embrassa et partit rapidement. Il rougit, la seule personne qui l'embrassait c'était sa mère. C'était bizarre... Il se retourna comme pour partir puis s'arrêta net.

Non, il n'était toujours pas rassuré. Et puis la curiosité le rongeait un peu... Il ne réfléchit pas plus longtemps, il vira de bord et s'enfonça dans les ruelles entres les maisonnées qui semblaient tomber en ruines... C'était un véritable labyrinthe, plus encore que le méli-mélo des escaliers qu'il y avait aux refuges des ostracisés. Il l'avait perdue de vue, il doutait pouvoir la retrouver... Il était sur le point d'aller retrouver son père quand il entendit un homme hurler. Il parlait à une certaine Solverre... Une mendiante... Incertain, il fit dépasser sa tête au coin de la rue pour rester discret et il reconnut son amie, apeurée, se défendant comme elle pouvait. Bien sûr qu'il ne la croyait pas... Il n'avait jamais vu un Veilleur Pourpre croire aux pauvres types « de son espèce »... Il gronda quand il le vit se saisir brutalement de la fillette.

La menace tomba, il allait lui couper la main. Khal se colla au mur tout en réfléchissant à toute vitesse... Ils étaient trois, il ne pouvait pas y arriver tout seul. Il partit comme une trombe, sprintant aussi vite qu'il le pouvait, il remonta les ruelles, sauta au-dessus des cadavres, glissait à chaque virage pour retrouver celui qu'il cherchait... L'homme qui s'était fait frappé au visage par un Officier. Il était toujours assis contre le pilier, il posa un regard sur Khal. :

-M'sieur ! Il y a des Veilleurs là-bas ! Ils accusent une fillette d'avoir volé à manger !

L'homme s'était levé à peine il entendit le début de la phrase, son regard rempli de hargne, Khalël n'était pas sûr qu'il avait bien entendu la fin de sa phrase. Mais il s'en foutait, son plan fonctionnait. Il suivait l'homme qu'il avait alpagué jusqu'à ce qu'il voit quelque chose scintiller dans le sable... Une dague qu'un cadavre tenait comme s'il s'agissait d'un trésor qu'il aurait pu emporter dans la mort. Khal desserra les doigts difficilement pour s'emparer de la lame. On ne sait jamais, se disait-il.

Il repartit en espérant qu'il n'allait pas arriver trop tard... L'ancien voleur se mit à beugler des mots vulgaires aux Veilleurs. Khal avait fait le tour d'une maison, discrètement, pour arriver dans l'ombre d'une ruelle derrière la fillette toujours maintenue par l'Officier qui regardait maintenant ses deux collègues s'en prendre à l'homme qui les insultait toujours malgré le nombre de coups qu'il recevait. D'un geste vif, Khalël sortit de sa cachette et enfonça la dague dans le poignet du Veilleur qui hurla tout en relâchant la fillette. Khal la poussa en arrière, sans la regarder. :

-Va-t-en !

Il se baissa juste avant que l'Officier ne puisse l'attraper et se mit à courir dans le sens opposé duquel se dirigeait son amie. Il se retourna, inspira profondément et brailla aussi fort qu'il pouvait la seule insulte korrulienne qu'il connaissait... et qui fit son effet. Il courait dans les ruelles sans trop savoir où il se dirigeait, trop concentré à toujours gagner quelques mètres sur ses poursuivants. Il les perdit au détour d'un carrefour, prit appuie sur une boîte en bois qui se trouvait là et sauta sur le toit bas de la maison la plus proche, manquant de peu la glissade qui l'aurait lourdement fait retomber au sol. Il fit un roulé-boulé, se redressa dans un même mouvement et sauta de toit en toit, pour s'éloigner des Veilleurs qui avaient perdu sa trace. Il s'immobilisa sur un toit solide, s'allongea à plat ventre pour rester discret et attendit qu'ils décident d'abandonner la poursuite.

Il entendit un juron au loin et sut qu'il était enfin hors de danger. Il se mit sur le dos et regarda le ciel, essayant de calmer la respiration qu'il avait bloqué un peu trop longtemps à son goût. Il allait attendre encore un peu sur le toit, pour être sûr, et il reprendrait sa route... Il se demandait si son amie était bien rentrée, et puis il se souvint de la nourriture qu'il avait donné, écrasé sous le pied de cet enflure de Veilleurs. Khal frotta son visage de ses mains, fatigué, exaspéré,... Il pleura un peu... Il en avait marre de voir le monde. Le monde était affreux. Le monde puait la sueur, les vapeurs d'alcool et la pourriture.

...Pourvu que Solverre aille bien.



avatar
Ostracisé

On m'appelle Mowiel Solverre


Infos Personnage
RANG: Kezaël Lysereän, Asàf Lysereän, Khalël Isam, Kriss Almandina, Nessä Lysereän, Enaîa Lysean Vara'Da...
VILLE & APPARTENANCE : Penjoie - Cités troglodytes
MON AGE : 19 ans
Féminin
MESSAGES : 441
AGE : 24
INSCRIT LE : 27/09/2012
PSEUDO HABITUEL : Mowiel Solverre
Joyaux : 484
http://www.ile-joyaux.com/t2389-journal-de-bord-de-mowiel-solverre http://www.ile-joyaux.com/t1044-mowiel-solverre
Posté dans Re: La pauvreté est la mère des crimes   - Jeu 12 Juin 2014 - 15:57

- Tu n'avais pas le droit ! hurla la petite fille à son ami, depuis la ruelle adjacente, d'où elle pouvait l'apercevoir. Tu devais rentrer chez toi, tu devais aller retrouver ton papa ! Descends ! Sinon je...je...je grimpe et je te fais tomber !

Les larmes coulaient le long de ses joues crasseuses, une fois encore. La petite fille n'avait pas supporté l'idée d'imaginer son ami entre les mains des Veilleurs Pourpres, qui auraient pu lui faire n'importe quoi, y compris le tuer. Khalël était sans aucun doute rapide, malin et habitué, tout comme bien d'autres petits garçons pauvres, à fuir les patrouilles. Mais il n'était pas un adolescent. Il n'était pas adulte. Il n'était qu'un enfant, comme elle. Et un enfant ne peut se débrouiller seul pour se sortir de toutes les situations dangereuses qu'il rencontrera au cours de sa vie. Un enfant c'est un enfant. Un enfant, ça a besoin de la présence d'un adulte.

- T'es qu'un idiot, parce que tu n'écoutes jamais rien, chouina Mowiel, en se frottant les yeux. Tu n'es plus mon ami ! T'es méchant ! T'es pas gentil !

Immédiatement, elle regretta ses paroles. Bien sûr qu'il était encore son ami. Il lui avait sauvé la vie pour la seconde fois de la journée, laissant de côté la peur et faisait preuve d'un immense courage en osant affronter les Veilleurs. Mais elle avait eu si peur que la terreur avait rapidement laissé place à la colère. Si elle l'avait pu, elle l'aurait roué de coups comme elle rouait de coups son petit coussin en plume lorsque ses parents la punissaient injustement.

- Mowiel ! s'écria alors soudainement une voix masculine. Mowiel, qu'est-ce que tu fais là ? Qu'est-ce qui t'arrive ? Tu vas bien, mon enfant ?
- Papa...

L'homme la prit dans ses bras et regarda aux alentours, cherchant à qui elle avait bien pu s'adresser en hurlant ainsi. Ne comprenant pas ce qu'elle lui disait dans le creux de son oreille, il lui caressa tendrement les cheveux avant de sécher ses larmes du bout du pouce.

- Tout va bien...Tout va bien petite fille...
avatar
Ostracisé

On m'appelle Khalël Isam


Infos Personnage
RANG: Mowiel Solverre, Solaris Aanka'Leï, Enaîa Lysean Vara'Da,...
VILLE & APPARTENANCE : Ostracisé
MON AGE : 19 ans
Masculin
MESSAGES : 157
AGE : 24
INSCRIT LE : 05/06/2014
PSEUDO HABITUEL : Wrath
Joyaux : 36
http://www.ile-joyaux.com/t2448-journal-de-khalel-isam http://www.ile-joyaux.com/t2439-khalel-isam-termine
Posté dans Re: La pauvreté est la mère des crimes   - Jeu 12 Juin 2014 - 16:49

Il reconnut sa voix, elle l'engueulait et pas qu'un peu... Il rampa jusqu'au bord du toit où il la vit, elle allait bien... si on omettait les larmes abondantes qui coulaient, elle était entière. Khal soupira de soulagement en essuyant ses propres larmes. Il l'écouta silencieusement tandis qu'elle lui reprochait de ne pas l'avoir écouté, d'être resté... Oh, elle aurait préféré avoir une main en moins peut-être. Quand elle lui dit qu'il n'était plus son ami, seuls ses sourcils se froncèrent... Son expression cacha le fait qu'il était profondément blessé. Bien sûr qu'il ne s'attendait pas à des remerciements, en fait, il ne s'attendait même pas à ce qu'elle vienne le retrouver. Mais cette simple phrase le blessa plus que toutes les autres...

Un homme interpella la petite... Mowiel... Mowiel Solverre donc. Même touché par ce qu'elle lui avait dit, il voulait retenir son prénom. Il les laissa dans leurs retrouvailles et se releva. Lui aussi, il avait un père... et il devait le rejoindre. Il sauta du toit, se réceptionna lourdement dans le sable et jeta un dernier regard à la fillette qui devait être bien froid malgré sa couleur dorée. Il s'en moqua, après tout, il n'était plus son ami n'est-ce pas ?... Il mit la dague qu'il avait encore dans sa poche et s'en alla.

Il marchait d'un pas un peu rapide, renfrogné, grognant de temps en temps... Il faisait toujours attention à ce qu'il n'y avait aucun Veilleur dans la rue où il s'engageait mais sa tête bouillonnait. Non mais sans blague... Elle l'avait traité d'idiot ! Idiot ! Par une gamine crasseuse en plus !... Il s'arrêta pour se regarder avant de repartir encore un peu plus énervé... Bon, lui aussi il était crasseux, mais là n'était pas la question ! Il shoota dans le sable, essayant de retrouver son calme. Un vieil homme allongé au sol, baignant dans son propre vomi, gémit à son nez. :

-Quoi ?! Tu vas m'traiter d'idiot toi aussi p't'être ?!

Il repartit sans attendre de réponse... Il corrigea la pensée qu'il avait eu un peu plus tôt ; ce n'était pas le monde qui était affreux, c'était les filles ! Les filles crasseuses qui racontent des histoires et te font des bisous... sans prévenir en plus ! Vivement qu'ils quittent Arish tiens ! Il arrivait presque à la fin des quartiers les plus pauvres quand il décida enfin de se calmer un peu...

Elle avait eu peur, voilà. Khalël connaissait bien des gens devenus fous après avoir frôlé la mort d'un peu trop près... Il ne pensait pas que Mowiel était devenue folle, mais qu'elle s'était laissée envahir par les émotions. Il eut un petit pincement au cœur. Quand il sera rentré, il ne la verrai plus jamais sans doute.



On m'appelle Contenu sponsorisé

Posté dans Re: La pauvreté est la mère des crimes   -

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum