AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
» Communication externe
par Loth de la Vision Mar 21 Juin 2016 - 15:06

» Réversa [ TOP ]
par Invité Ven 27 Mai 2016 - 8:21

» Le monde de Dùralas
par Invité Jeu 26 Mai 2016 - 7:00

» Anthalia
par Invité Dim 22 Mai 2016 - 15:17

» Marbrume, La Cité des Damnés
par Invité Lun 16 Mai 2016 - 15:07

» Questionnaire pour soutenir infinite RPG !
par Invité Sam 14 Mai 2016 - 17:33

» Escalus
par Invité Jeu 12 Mai 2016 - 9:02

» Mass Effect : Reborn
par Invité Mar 10 Mai 2016 - 15:00

» Forum en pause
par Asàf Lysereän Mar 10 Mai 2016 - 13:47


Quand le réel soutire à l'esprit un délire ensommeillé...

avatar
Émissaire

On m'appelle Toomon Ilynlugh


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Antre dans les Erfeydes
MON AGE : 22
Masculin
MESSAGES : 70
AGE : 28
INSCRIT LE : 26/07/2013
PSEUDO HABITUEL : /
Joyaux : 210
Posté dans Quand le réel soutire à l'esprit un délire ensommeillé...   - Dim 6 Juil 2014 - 13:08

L'Hiver s'égraine, tandis que les prés se parent d'une candide pureté opaline, les monts s'étoffent d'une nouvelle nappe blanchâtre. Dans son obstination à employer intelligemment les douceurs climatiques d'un été sur le déclin, un jeune émissaire se hasarde au pied des monts encerclés, à la recherche des Sauveuses d'âme. La délicate plante aux caractéristiques médicinales, est vouée à un emploi alternatif... De fait, ses propriété apaisantes en cas de démence octroient à l'émissaire un échappatoire temporaire aux rêves délirants qui gangrènent son esprit ces dernières lunes. Éphémère illusion de bien-être...

Toomon scrute d'un œil avertit les parois grisâtres qui se profilent sous son regard d'ébène. Il espère apercevoir la lueur que dispense ces plantes dans la nuit qui échoit. La dernière parcelle de pâleur s'éclipse, légitimant à l'obscurité sa place. De faibles éclats colorés apparaissent à flanc de falaise, ils dansent étrangement sous les yeux de l'émissaire, avant d'être littéralement absorbés par les ténèbres... 

Est-ce... la pluie...? Faible mélodie, audacieuse ritournelle, que me vaut tes tourments obsessionnels? Est-ce le prix à payer, pour cet infime accès à l'ombre de la conscience du Gardien? L'ombre... L'obscurité ne puis se concevoir en l'absence de lumière, mais peut-être est-ce l'inverse, je l'ignore. Toutes mes questions sont résorbées par cet attachement pernicieux que mon esprit voue au Gardien... volontairement. 

Dans sa chute, le camail d'un blanc pur a glissé du chef de l'émissaire. Mais le froid mordant de la neige nocturne n'opère aucune stimulation sur son corps inerte, est-ce le véritable sommeil qui l'a pris, ou le Gardien, dont les griffes ne laissent repartirent quand on le veut?

Je veux sortir... de ma tête...
avatar
Peuplade

On m'appelle Sighild Oyljern


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Pleyrion
MON AGE : 28 ans
Féminin
MESSAGES : 59
AGE : 28
INSCRIT LE : 30/06/2014
PSEUDO HABITUEL : Medusa
Joyaux : 5
http://www.ile-joyaux.com/t2488-sighild-oyljern#56243
Posté dans Re: Quand le réel soutire à l'esprit un délire ensommeillé...   - Jeu 10 Juil 2014 - 15:07

Une étreinte chaleureuse et maternel, un regard, un baiser.
Il était temps pour Sighild de partir et de laisser son fils Haldan aux bon soins des Hagen. Cette famille qui n'était pas la sienne était pourtant d'un grand soutient, et ce malgré la trahison d'Asbjörn. Des semaines d'absence, voyager sur des centaines de kilomètres... Errer seule dans le froid. La raison de ce voyage ? Une plante... Rare et précieuse, coûteuse. Une fleur qui aurait pût changer sa vie si enfant, Sighild avait connu son existence si elle avait sût reconnaître la maladie de sa mère avant qu'elle se soit emporter durement par un terrible accident. La sauveuse d'âme. L'herboriste savait où en trouver, une fois par an elle partait à la recherche de cette plante merveilleuse aux vertues incroyables et puissantes.

Voilà donc des semaines que Sighild voyageait à travers Fendrevent, longeant les falaises dans l'espoir de trouver cette fleur remède à bien des maux. Juchée sur son aranelia, la Noire bravait le vent et le froid bien que ce ne fusse pas l'un des jours les plus glaciale qu'elle ait connu depuis son départ. La lumière du jour baissait doucement, signale qu'il était temps pour elle de se trouver un abris pour la nuit, mais son regard fut attiré par une petit chose dans la neige. Stoppant son imposante monture, l'erfeydienne glissa doucement de son abdomen et s'avança doucement sans lâcher du regard la chose inerte dans la poudreuse.

Quelle ne fut pas sa surprise en découvrant un jeune homme frêle et inconscient à ses pieds. Celle que l'on nomme l'Aranelia Noire fixa l'inconnu de son regard froid puis s'accroupit doucement, posant une main gantée sur lui. Une brève secousse qui ne le sortit pas de torpeur. Sighild porta sa main à son visage et coinçant la pointe de son doigt entre ses dents, elle tira doucement pour retirer son gant et glissa à nouveau sa main nue vers le jeune homme, effleurant ses lèvres pour sentir un souffle chaud et régulier. Il dormait, tout simplement. Voilà une chose bien étrange... Malgré son savoir, Sighild n'était pas guérisseuse, jamais encore elle n'avait vu quelqu'un dormir de cette façon. Elle observa cet inconnu attentivement, fixant l'arrière du crane rasé la longue tresse. Un léger froncement de sourcil et avec douceur, elle le tourna délicatement, observant les marques d'une délicate couleur bleu nuit. Un émissaire.

Le cœur de l'herboriste loupa un battement. A Pleyrion on était réputé pour sa foi envers le gardien. Les émissaires étaient aimés et respectés au plus au point. Le gardien l'avait mit sur la route de ce garçon sans défense, c'était son devoir que de l'aider. Oh Sighild n'était pas connu pour sa gentillesse, mais un émissaire... Mais quand il sagissait des émissaire et du gardien... Avec douceur, l'Aranelia souleva la tête du jeune homme et la déposa sur ses cuisses puis doucement, elle retira son long manteau de laine et le couvrit avec. Tant pis si elle même avait froid, ce qui comptait c'était son bien être à lui. Plus loin, l'immense aranelia fit quelques pas avant de s'enfouir sous la neige dans un bruissement régulier alors que sa maîtresse caressait les cheveux de l'émissaire et souffla.

« Ouvres les yeux, envoyé du gardien... »
avatar
Émissaire

On m'appelle Toomon Ilynlugh


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Antre dans les Erfeydes
MON AGE : 22
Masculin
MESSAGES : 70
AGE : 28
INSCRIT LE : 26/07/2013
PSEUDO HABITUEL : /
Joyaux : 210
Posté dans Re: Quand le réel soutire à l'esprit un délire ensommeillé...   - Sam 12 Juil 2014 - 2:33

Murmures... ils bruissent à mes tympans, tel un serpent qui ondule à la surface d'une eau noire chargée d'écume. Tandis que les ombres s'insinuent avec délicatesse aux tréfonds de mon esprit, un vent glacial vint chatouiller mon corps. Mon épiderme est parcouru d'un frisson des pieds à la tête, quelque chose semble vouloir m'extirper de ce sommeil. Est-ce un désir extérieur, ou un pulsion personnelle en réaction à un stimulus a priori dérangeant, que seul mon inconscient à détecté comme tel? Oui, c'est purement physique et matériel, il n'y a rien d'illusoire dans ce contact physique que mon enveloppe charnelle est en train d'appréhender lentement.

Les gestes sont pacifiques, mais le désagrément tactile est suffisamment puissant pour sortir l'émissaire de sa léthargie. Il ouvre deux paupières, révélant chacune une obsidienne, ses prunelles noires tombent sur un visage encadré d'un rideau aussi ébène qu'elles. Si son corps n'a pas encore réagit par un mouvement, son esprit considère déjà la menace potentielle. Si bien que deux filaments noirs, vraisemblablement constitués d'une myriade de particules étranges, émanent de son corps, et s'enroule discrètement autour des poignets qui maintiennent sa tête. Véhiculant avec eux cette sorte d'angoisse sourde et imaginaire, qui s'empare progressivement des êtres touchés par les particules. La peur irrationnelle doit germer petit à petit dans cet esprit qui le regarde, mal fermé à toutes tentatives malsaines, étant donné que la situation parait sereine et sans danger.

Soudain, l'émissaire revient avec force dans le réel, et reprend pleinement possession de ses facultés, usurpées momentanément par son inconscient. Les filaments obscurs relâchent leur emprise et le jeune homme se redresse lentement. Un manteau de laine glisse doucement sur ses genoux... Encore un être pourvu des meilleures intentions auquel il s'apprêtait à faire du mal. Son regard se perdit un instant dans la nuit, la lumière des astres se réverbérant sur la neige éclatante, procurait un léger halo de clarté, mais il n'osait pas se retourner. Il soupira, et laissa échapper un murmure.


-"...Je suis désolé."

Il leva ses mains sous ses yeux et fut pris d'un spasme de dégoût en se demandant si toutes les parties de son être étaient réellement désolées de ce qui venait de se produire. Puis, il réalisa qu'il s'était à nouveau endormi au milieu de nulle part et s'enfonçait il y a peu dans des ténèbres absolues dont ce contact l'avait retiré.

-"Merci de m'avoir ramené."

Cela n'était sans doute pas très clair pour son interlocutrice à qui il tournait toujours le dos, mais il n'y avait sûrement jamais rien eu de très clair dans la tête de Toomon.
avatar
Peuplade

On m'appelle Sighild Oyljern


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Pleyrion
MON AGE : 28 ans
Féminin
MESSAGES : 59
AGE : 28
INSCRIT LE : 30/06/2014
PSEUDO HABITUEL : Medusa
Joyaux : 5
http://www.ile-joyaux.com/t2488-sighild-oyljern#56243
Posté dans Re: Quand le réel soutire à l'esprit un délire ensommeillé...   - Dim 13 Juil 2014 - 1:30

Sighild n'était pas du genre impressionnable, mais lorsque que les filaments sombres ondulèrent autours de ses bras, déversant à travers sa peau un courant froid, une vague de peur l'envahit. Elle resta immobile, retenant son souffle sans lâcher du regard la manifestation du pouvoir de l'émissaire. Avait-il seulement conscience de son geste ? Incapable de bouger, paralysée par l'angoisse, l'aranelia attendait, le coeur battant la chamade.

Enfin, le jeune homme reprit conscience, ouvrant les yeux et annula son pouvoir, arrachant un long soupir presque douloureux à Sighild qui le suivit du regard pendant qu'il se redressait. L'herboriste ignorait si c'était parce qu'il venait émerger d'un profond sommeil, mais l'émissaire semblait accablé, la remerciant de l'avoir ramener à la réalité. La jeune femme tira doucement sur la cape en laine et vint la déposer sur les épaules du jeune homme avant de se redresser.

"Ne sois pas désolé émissaire... Relèves-toi, la nuit arrive, tu ne peux pas rester ici."

Droite et fière, la sombre femme scruta les alentours avant de pousser un sifflement léger et mélodieux dont l'écho se perdit dans l'air. l'instant après, un long bruissement se fit et plus en retrait, la neige se mit à gigoter avant qu'une énorme araignée en émerge et émette un petit crissement inquiétant. Sighild fixa sa monture qui s'approchait et lâchant.

"Approche ma belle.... oui...."

Tendant la main, la Noire caressa la tête de la bête dont les yeux noirs la fixait sans ciller. L'animal fini par plier ses pattes, s'abaissant et Sighild glissa une main dans le dos de l'émissaire, le guidant jusqu'à l'abdomen de Nonrä, la blanche aranelia.

"Grimpe émissaire... Nous voyagerons plus vite ainsi. Je ne emmène dans un endroit sûr pour la nuit."


Il était probable qu'il éprouve une certaine appréhension à l'idée de toucher cet animal. Les aranelia n'était pas les montures les plus courantes mais Sighild les appréciait particulièrement. Plantant son regard gris intense et dérangeant sur l'émissaire, la jeune femme l'invita d'un hochement de tête à monter sur l'animal.
avatar
Émissaire

On m'appelle Toomon Ilynlugh


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Antre dans les Erfeydes
MON AGE : 22
Masculin
MESSAGES : 70
AGE : 28
INSCRIT LE : 26/07/2013
PSEUDO HABITUEL : /
Joyaux : 210
Posté dans Re: Quand le réel soutire à l'esprit un délire ensommeillé...   - Mer 16 Juil 2014 - 13:11

[HRP/ Désolé pour le retard, sale gros début de semaine imprévu >.< /HRP]

Elle posa doucement la cape sur ses épaules... Quel étrange attitude, la plupart prenait distance après ce genre de désagrément causé par l'émissaire. Certes, ils demeuraient à sa disposition, bien que remués de l'intérieur, car la foi porté au Gardien accusait dévouement. En était-il ainsi, une intention simplement mue par la dévotion? Dénudé de marques et d'une chevelure nacrée, Toomon serait-il resté à disposition du froid mordant de la nuit, dédaigné? Ha! Paranoïa lorsque tu nous tiens! L'émissaire se prit la tête entre les mains quelques secondes, et après un rapide dialogue avec lui même, il se releva. Qu'importe les motivations d'une étrangère, après tout?

Il s'avança vers la grande arachnide qui se détachait étrangement sur l'horizon obscur. La créature aiguisa sa curiosité, il n'avait guère eu l'opportunité d'en croiser auparavant et cette vision le fascina plus qu'elle ne l'effraya. Le contact est toujours plus aisé avec les animaux... Ou du moins c'est une réalité pour un jeune émissaire quelque peu asocial... Comme l'animal semblait répondre à la voix de sa maîtresse avec obligeance, cela conforta son absence d'appréhension. Avec des gestes qui peuvent sembler relativement agiles et rapides pour quelqu'un à l'aspect de Toomon, il prit vite position sur l'animal. Celui-ci amorça alors sa marche, pour aller...


-"Où m'emmenez-vous exactement?"

Il réalisa seulement qu'il était en présence d'un humain, qui risquait tout naturellement de le mener en des lieux fréquentés par d'autres humains, ... Trop à son goût, en vérité. Un frisson le parcouru, à quelle distance se trouvait le premier bourg? Lorsque les réflexions importantes se dissipèrent, c'est d'autres préoccupations plus futiles qui vint hanter son esprit. Ils cheminaient silencieusement et, en dehors de ses congénères de l'antre, Toomon ne demeurait jamais bien longtemps en présence d'une personne étrangère à sa caste... Donc... qu'est-ce qu'on fait dans ces cas là? D'un naturel plaisant à ses réflexions, le silence devint comme un bourdonnement inadéquat, il articula bêtement.

-"Qu'allez-vous faire de moi?"

Le 'qui êtes-vous' prévu à l'origine, avait fait inconsciemment place à une demande qui pouvait paraître on ne peut plus suspicieuse, et qu'il n'avait pu retenir.
avatar
Peuplade

On m'appelle Sighild Oyljern


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Pleyrion
MON AGE : 28 ans
Féminin
MESSAGES : 59
AGE : 28
INSCRIT LE : 30/06/2014
PSEUDO HABITUEL : Medusa
Joyaux : 5
http://www.ile-joyaux.com/t2488-sighild-oyljern#56243
Posté dans Re: Quand le réel soutire à l'esprit un délire ensommeillé...   - Sam 19 Juil 2014 - 3:06

Le jeune homme semblait apprécier la vision qu'offrait l'immense arachnide. Observant silencieusement, Sighild attendait patiemment, sentant parfaitement que l'émissaire n'était pas à son aise. Et puis d'abord, que faisait un émissaire si loin de chez lui, perdu ainsi dans les montagnes, inconscient dans la neige ? L'herboriste le guida un peu plus vers l'abdomen de la bête mais il ne semblait pas décider à grimper, préférant lui poser des questions qui trahissait son angoisse. Allons bon, voilà qu'il parlait d'elle comme d'un ravisseur... faisait-elle à ce point peur pour que m^me un émissaire en vienne à douter de ses motivations ?

"Où je t'emmène ? Là où tu me diras de t'emmener, émissaire."

Elle n'avait pas l'intention de le mener où que ce soit contre son gré. Sighild pencha la tête sur le côté, dardant son regard glaciale sur sur le jeune homme. Un léger sourire se dessina sur les lèvres charnues de la sombre femme. Bon sang, elle inspirait si peu confiance avec cette expression, pas étonnant que le garçon se sente si mal à l'aise.

"Je ne vais rien faire de toi si ce n'est te mettre en sécurité ou te ramener près des tiens."

Cette fois, elle le prit par les épaules et le guida jusqu'à la selle juchée sur le dos de l'animal qui attendait patiemment. Elle le força à monter puis fit de même, se placant devant l'émissaire et empoigna les rennes avant de faire claquer sa langue contre son palais.

"Aller Nönra, en route!"

Aussitôt, l'aranelia se redressa et s’élança rapidement, bravant la neige et le froid. Agile et rapide, la bête se faufilait le long des falaises alors que sa maitresse lâcha.

"Alors, si tu me disait ton nom émissaire...? et tant qu'à faire, dis moi ce que tu faisais ici ? Et où dois-je te déposer..."
avatar
Émissaire

On m'appelle Toomon Ilynlugh


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Antre dans les Erfeydes
MON AGE : 22
Masculin
MESSAGES : 70
AGE : 28
INSCRIT LE : 26/07/2013
PSEUDO HABITUEL : /
Joyaux : 210
Posté dans Re: Quand le réel soutire à l'esprit un délire ensommeillé...   - Dim 27 Juil 2014 - 10:12

Bien évidemment, elle ne lui voulait aucun mal... Et Toomon n'avait pas exprimé de crainte de cet ordre là. La simple perspective d'être en compagnie d'êtres humains autres que ceux de sa caste, représentait pour lui un problème, et c'est ainsi qu'il avait conçu une "menace" potentielle. Il se rendit compte un peu tard que ces propos ne pouvaient qu'être mal interprétés, et avec logique cependant. Par contre, il fut bien embêté lorsqu'elle lui demanda où aller. L'émissaire scruta les alentours obscurs, constatant avec une certaine contrariété, qu'il n'était en aucune mesure de s'orienter dans la nuit. Néanmoins, il connaissait des repères fixes.

-"Mon antre se situe à quatre heure de marche, vers l'ouest en partant des monts."

Tandis qu'il essayait de trouver une position confortable sur la monture, elle lui demanda son nom. Élémentaire politesse, à laquelle il n'avait songé plus tôt. Les aptitudes sociales de l'émissaire affichaient leur pauvreté, une lacune qu'il envisageait rattraper depuis longtemps, sans que jamais il n'en dépasse le stade de la pensée...

-"Je me nomme Toomon Ilynlugh, et vous êtes?"

Il songea alors à la présence de la femme au pied des monts, dans la nuit tardive, et cette pensée éveilla un brin de curiosité. Sans réfléchir que celle-ci puis sembler déplacer il posa une seconde question.

-"Pourquoi voyagez-vous dans la nuit?"

Finalement, ce questionnement était valable pour lui aussi, à la réflexion. Et il réalisa qu'à moins de mentir, il devrait peut-être être amener à lui raconter qu'elle venait d'embarquer un type un peu bancal et moyennement fiable sur le plan psychologique... Toomon frissonna, mais son visage trahit un sourire qui le dérangea presque lui-même.
avatar
Peuplade

On m'appelle Sighild Oyljern


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Pleyrion
MON AGE : 28 ans
Féminin
MESSAGES : 59
AGE : 28
INSCRIT LE : 30/06/2014
PSEUDO HABITUEL : Medusa
Joyaux : 5
http://www.ile-joyaux.com/t2488-sighild-oyljern#56243
Posté dans Re: Quand le réel soutire à l'esprit un délire ensommeillé...   - Lun 28 Juil 2014 - 8:42

[HRP= désolé ma rep est pourrie mais j'ai un peu de mal à écrire là xD]

Quatre heure à pieds ? Voilà qui faisait une sacrée trotte, surtout avec le sommeil qui se couchait derrière les montagnes. Ils n'y seront jamais à temps. Le mieux était encore de déposer ce jeune homme dans le hameau le plus proche. Le froid s'endurcit alors que le soleil disparaissait, laissant les deux erfeydiens dans la pénombre.

« Mon nom est Sighild Oyljern. »

La question qui suivit arracha un léger sourire à la jeune femme qui répondit simplement et avec honnêteté.

« Je suis une herboriste de Pleyrion... Je viens ici une fois par an pour venir à la recherche d'une plante que l'on nomme la sauveuse d'âmes... »

S'approchant d'un renfoncement dans la roche, la sombre herboriste stoppa sa monture avant de fixer les alentours et de lâcher.

« Ton antre est bien trop loin, je ne peux voyager de nuit avec un froid pareil. Je m'arrêterais au premier hameau et nous y trouverons refuge pour la nuit. »

Sans attendre son avis, elle fit de nouveau avancer sa monture, la faisant accélérer. Le temps menaçait de se gâter en ce début de soirée, il valait mieux être à l'abri lorsque la tempête allait éclater. Moins d'une heure plus tard, Sighild se stoppa devant un village et descendit de son aranelia avant de fixer son partenaire de voyage.

« C'est ici que nos chemin se sépare jeune émissaire... dès demain matin tu pourras reprendre la route vers ton antre... Mais pour cette nuit il vaut mieux que tu reste à l'abri. »


avatar
Émissaire

On m'appelle Toomon Ilynlugh


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Antre dans les Erfeydes
MON AGE : 22
Masculin
MESSAGES : 70
AGE : 28
INSCRIT LE : 26/07/2013
PSEUDO HABITUEL : /
Joyaux : 210
Posté dans Re: Quand le réel soutire à l'esprit un délire ensommeillé...   - Ven 1 Aoû 2014 - 9:47

Trop loin... La sentence tomba comme une pierre avec lourdeur sur l'estomac de Toomon. Elle comptait le déposer dans le premier village sur leur route. Le jeune émissaire émit un soupir de résignation, que pouvait-il bien y faire? Il n'allait tout de même pas lui signifier que cela le dérangeait clairement. Exiger qu'elle le ramène en usant de son statut ne faisait guère partie de ses habitudes non plus... Rentrer à pieds? Oh, ça restait une option qui risquait de lui prendre après avoir passé une ou deux heures dans le village... Même une probabilité, plus qu'une option, à bien y réfléchir. L'Aube serait encore vite là, et avec elle une clarté montante.

Avec l'obscurité, Toomon ne remarqua pas de suite le petit bourg qui se découpa sur l'horizon. Masse informe, noire, et à peine distincte dans la nuit. Un veilleur se tenait non loin de l'entrée et s'avança à leur approche. Il prit soin d'aider l'émissaire à descendre de l'araignée géante et proposa de lui offrir un repas et une nuit à l'auberge. Le jeune homme acquiesça, tandis que Sighild faisait demi-tour, en lui disant au-revoir.


-"Bien, je vous remercie pour votre aide."

Là dessus il tourna les talons et prit la suite du veilleur, qui balançait une petite lumière au bout de son bras tendu, dans l'abri d'une lanterne. Toomon regarda distraitement la flamme ballotter de gauche à droite, et pria que le matin arrive vite.

On m'appelle Contenu sponsorisé

Posté dans Re: Quand le réel soutire à l'esprit un délire ensommeillé...   -

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum