AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
» Communication externe
par Loth de la Vision Mar 21 Juin 2016 - 15:06

» Réversa [ TOP ]
par Invité Ven 27 Mai 2016 - 8:21

» Le monde de Dùralas
par Invité Jeu 26 Mai 2016 - 7:00

» Anthalia
par Invité Dim 22 Mai 2016 - 15:17

» Marbrume, La Cité des Damnés
par Invité Lun 16 Mai 2016 - 15:07

» Questionnaire pour soutenir infinite RPG !
par Invité Sam 14 Mai 2016 - 17:33

» Escalus
par Invité Jeu 12 Mai 2016 - 9:02

» Mass Effect : Reborn
par Invité Mar 10 Mai 2016 - 15:00

» Forum en pause
par Asàf Lysereän Mar 10 Mai 2016 - 13:47


Qu'importe le jugement dernier quand deux âmes s'entrelacent.

avatar
Pirate

On m'appelle Riska les Deux Voix


Infos Personnage
RANG: Capitaine de la Nuée Ardente - Admin
VILLE & APPARTENANCE : Vanylle
MON AGE : 20 ans
Féminin
MESSAGES : 193
AGE : 23
INSCRIT LE : 27/07/2013
PSEUDO HABITUEL : Harrods
Joyaux : 390
http://www.ile-joyaux.com/t1796-riska-les-deux-voix#42328
Posté dans Qu'importe le jugement dernier quand deux âmes s'entrelacent.   - Ven 8 Aoû 2014 - 10:24

Le ciel étoilé de Vanylle se découvrait peu à peu à mesure que la nuit reprenait ses droits sur les environs. Sur le flot de vagues, la Nuée Ardente approchait lentement de la ville pirate, gouvernée par Aleera. Cramponnée à la balustrade de la proue, oubliant totalement l’agitation des autres femmes qui s’apprêtaient à retrouver la terre ferme, Riska observait sans bouger les autres vaisseaux déjà accostés, . La pénombre ne lui permettait pas de les identifier facilement, pourtant, les voiles noires significatives ne lui permirent aucun doute. Le Pourfendeur des Vents était là.

Les tâches habituelles d’un retour au quai lui semblèrent aussi longues que toute une misérable vie. Son regard n’arrêtait pas de bifurquer vers le terrifiant vaisseau qui semblait aussi calme qu’un inoffensif bateau. L’équipage masculin avait déjà regagné les pavés de Vanylle et fêtait sans doute son retour dans une quelconque taverne. Jaasau était sûrement avec eux. Du moins s’il en était revenu vivant. Voilà 5 mois qu’elle ne l’avait pas revu et qu’elle ne savait ni si elle devait pleurer sa perte ou prier pour son âme. Elle savait seulement que le voyage pour lequel il partait était dangereux. Mortel. Elle avait attendu ce jour, celui de revoir le Pourfendeur à quai, depuis des mois. Et maintenant qu’il était là, une sourde appréhension lui rongeait l’intérieur du corps.

La lune était haute dans le ciel sombre quand Riska posa enfin un pied à terre. Sans un mot depuis l’accostage, elle fila à toute vitesse à travers les ruelles de la ville. Les semelles de ses bottes claquant les pavés et résonnant entre les murs sales. Elle bifurqua, s’aidant d’une main pour ne pas glisser dans le virage et ne ralentit qu’une fois arrivée près de l’échoppe abandonnée. Là, elle s’arrêta brutalement devant la porte fermée et reprit son souffle. L’angoisse de ce qu’elle redoutait le plus au monde lui prit la gorge et elle resta immobile plusieurs minutes avant d’approcher du battant. Une main tremblante se posa sur la poignée. Doucement, elle l’abaissa et l’ouvrit. L’obscurité du refuge la laissa aveugle un court instant, avant que la faible lueur d’une lampe à ithilium ne lui apparaisse, là-bas, près du matelas qui servait de lit. Une ombre aussi, finit par bouger devant elle. Et en s’approchant, elle le vit enfin. Son regard sauvage était encore plus sombre que la dernière fois. De nouvelles cicatrices et plaies semblaient aussi s’être ajoutées à son corps déjà décoré.

"Jaasau."

Un souffle. Un murmure s’échappant de ses lèvres. Il était plus terrifiant qu’avant. Mais plus envoûtant aussi. Un pas en avant. Son coeur se serra de soulagement en le voyant bien vivant. Un autre pas. Encore. Finalement, c’est au pas de course qu’elle détruisit la distance qui la séparait encore de lui, et sans hésitation, le prit dans ses bras. Elle ferma les yeux et se replongea dans ce contact qui lui avait tant manqué. Simplement.




DC : Enaïa Lyseän Vara'Da & Azeor Desnolancès & Kezaël Lysereän & Esheban Ondeluire & Eyföhl Aanka'Leï & Céléno Thogen & Kaïlindra

Merci Nivilk pour le kit  :heart2:
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: Qu'importe le jugement dernier quand deux âmes s'entrelacent.   - Sam 9 Aoû 2014 - 8:45

Changé. Le terme collait bien à Jaasau. Tous sur le vaisseau avaient pu voir ce que Sorcor avait contribué à démolir, mais aussi à construire. Déjà peu loquace, il ne parlait que pour donner des ordres. Il restait la plupart du temps quelque part sur le pont principal, ou au poste de pilotage, d’où la vue était un peu plus dégagée, et n’allait dans sa cabine que tard le soir. Et quand les pirates terminaient leurs heures de repos et retournaient sur le pont pour effectuer leurs tâches assignées, il était déjà là. Ce qu’il faisait dans sa cabine ? Un épais mystère.

La retour à Vanylle fut long, très long depuis le Canal de Merrow. Il ne fut ponctué de seulement deux affrontements, deux vaisseaux de transport de marchandises faiblement défendus. Le Pourfendeur n’en avait fait qu’une bouchée. Au combat, la violence du Baron Noir s’était largement décuplée, comme s’il cherchait dans les danses qu’il menait non plus le rapprochement avec la partenaire ultime et la recherche du danseur qui lui siérait parfaitement, mais un exutoire. Il taillait ses ennemis en pièces, au sens le plus littéral qui soit. Quand il y avait affrontement, mieux valait ne pas se retrouver dans son sillage, car il avait une nette tendance à occulter l’identité des belligérants, transformant tout être mouvant en cible potentielle.

Dès que Vanylle fut en vue, il laissa des ordres sur les tâches à accomplir avant leur prochain départ, l’entretien du vaisseau et le partage des quartiers libres, et s’enferma dans sa cabine. Il n’en sortit que lorsque le vaisseau fut à quai, pour s’en aller dans les ruelles de Vanylle, un lieu précis en tête. Qu’il n’avait pas oublié malgré toutes les affreuses transformations que son psyché avait subi.

Vide. Il attendrait. Il n’était pas pressé, et n’arriverait de toute façon pas à décoller les matelots des tavernes dans lesquelles ils avaient foncé de si tôt.

«Je suis revenu.»

Ce fut les seuls mots qu’il arriva à prononcer quand la jeune pirate se précipita sur lui. Il n’avait pas bougé, et l’avait serré doucement contre lui, laissant involontairement échapper un petit grognement. Pas d’insatisfaction -il ne serait même pas là sinon- mais de douleur. Certaines blessures étaient diablement tenaces. Merci l’acide. Et Marcellus n’étant plus de ce monde, il s’était vu contraint de soigner ça comme il le pouvait : pas du tout.

Sa voix également avait changé. De façon très légère, mais parfaitement perceptible pour qui le connaissait. Plus monotone, plus sèche, empreinte d’un ton de demi-mort. Cela résume à peu près bien les intonations qu’elle avait désormais.

«Je pensais pas que ça serait si long.»

Il laissa un long, très long baiser sur ses lèvres, puis recula légèrement pour l’observer dans la faible lueur que dispensait la lampe. En cinq mois elle avait changé elle aussi. Du moins… Ses souvenirs étaient tellement en foutoir (et ces cinq mois lui avaient bien parus être une décennie), qu’il pouvait affirmer le changement sans forcément définir précisément quoi. Elle avait juste un peu vieilli, sûrement. Récolté quelques souvenirs d’abordage, peut-être. Ses cheveux avaient poussé. Tout ce qui pouvait se passer en cinq mois dans la vie d’un pirate.

«Nous ne repartirons pas tout de suite, je m’en suis assuré.»
avatar
Pirate

On m'appelle Riska les Deux Voix


Infos Personnage
RANG: Capitaine de la Nuée Ardente - Admin
VILLE & APPARTENANCE : Vanylle
MON AGE : 20 ans
Féminin
MESSAGES : 193
AGE : 23
INSCRIT LE : 27/07/2013
PSEUDO HABITUEL : Harrods
Joyaux : 390
http://www.ile-joyaux.com/t1796-riska-les-deux-voix#42328
Posté dans Re: Qu'importe le jugement dernier quand deux âmes s'entrelacent.   - Lun 11 Aoû 2014 - 13:18

Le regard aux étranges reflets de Riska n'avait pas tardé à s'assombrir d'inquiétude lorsque la voix profonde de Jaasau avait résonné près de son oreille. Si les cinq mois qui s'étaient écoulés lui avaient paru être une décennie, elle gardait pourtant en mémoire une vive image du pirate du Pourfendeur. Son baiser avait été agréable, comblant un manque certain. Mais cette obscure aura dont il était habituellement entourée n'avait, semblait-il, fait qu'accroitre. Relevant la tête, elle l'observa donc un moment en silence, effaçant cette ombre de sourire qui avait naquit sur ses lèvres lorsqu'elle l'avait senti dans ses bras. Elle l'avait retrouvé. Mais à quel prix ?

« Tu n'avais de toute manière pas l'choix. Je n't'aurai jamais pardonné de ne pas revenir. »

S'échappant de son étreinte, elle recula à son tour de quelques pas pour mieux l'observer, se contentant de hocher la tête en signe de contentement quand il lui assura que son prochain départ n'était pas pour tout de suite. La faible lumière de la lampe ne lui permettait pas de voir en détails le torse dénudé du pirate, mais ses yeux habitués ne tardèrent pas à déceler de nombreuses plaies encore fragiles et laissées sans soin. La jeune femme fronça les sourcils, sa main se posant instinctivement sur l'une des blessure apparente au niveau des côtes droites. Doucement, ses doigts passèrent sur la boursoufflure causée sans doute par l'infection qui empêchait une bonne cicatrisation. Et ce n'était pas la seule. Un soupir s'échappa de ses lèvres.

« Déshabille-toi. Je vais soigner tes blessures. Tu as survécu jusque là, ce serait dommage que tu succombes à cause d'une infection. »

Habile manière de dire qu'elle n'avait pas envie de le perdre encore une fois. Elle venait juste de le retrouver. Sans lui laisser vraiment le choix de répliquer, au pire des cas il grognerait, elle lui désigna le semblant de lit qu'ils partageait depuis presque trois ans. Sans un mot de plus, elle tourna les talons et fila derrière les vestiges de comptoir pour y attraper une bouteille d'alcool et de quoi suturer ce qui pouvait l'être. Revenant près de lui, elle se déchaussa et grimpa à son tour sur le matelas. Ses yeux glissèrent lentement sur le corps de Jaasau avant de s'accrocher à son regard. Changé. Se penchant vers lui, elle l'embrassa longuement. Lorsqu'elle se recula enfin, ce fut pour l'observer de nouveau, fascinée et à la fois inquiète de ce changement qu'elle lisait clairement dans ses prunelles. Alors, tendrement, tandis qu'elle préparait de quoi désinfecter les plaies, elle souffla :

« Je crois que tu as beaucoup de choses à me raconter. »




DC : Enaïa Lyseän Vara'Da & Azeor Desnolancès & Kezaël Lysereän & Esheban Ondeluire & Eyföhl Aanka'Leï & Céléno Thogen & Kaïlindra

Merci Nivilk pour le kit  :heart2:
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: Qu'importe le jugement dernier quand deux âmes s'entrelacent.   - Mar 12 Aoû 2014 - 4:56

Des choses à raconter ? Ca oui, il en avait. Ces cinq derniers mois n’avaient pas été qu’un simple voyage, ç’avait été le tournant le plus magistral dans l’histoire du Pourfendeur des Vents, depuis sa création.

Il la laissa faire, pendant qu’il essayait de rassembler ses souvenirs. La bonne nouvelle était qu’il ressentait toujours autant de plaisir à retrouver la jeune pirate qu’il côtoyait depuis des années. Il avait juste un mal fou à montrer quoi que ce soit depuis que Sorcor avait essayé de le réduire en bouillie. Mentalement en tout cas, l’ancien capitaine avait presque réussi à faire de lui un être bâtard à mi chemin entre l’automate déglingué et l’humain torturé et empoisonné par la folie pure. Il n’avait pas besoin de la raison calme et posée de ces matrosciens de merde quoi qu’il arrive, pour diriger le vaisseau.

«Quand je suis parti l’autre fois… Ce n’était pas juste pour un voyage. Le monde change beaucoup, mais pas le Pourfendeur. C’était un problème. Nous ne dansions plus comme avant, et celui qui portait sur ses épaules le fardeau de l’équipage ne faisait plus rien. C’est à peine s’il donnait des ordres. De la part d’un capitaine, c’était inacceptable. Alors...»

Il prit le temps de souffler un peu avant de reprendre. Il lui raconta tout. Il omit beaucoup de détails, sur les conditions d’emprisonnement, les manières plutôt dégoûtantes qu’il avait eu de survivre. Il omit également le détail des tortures infligées par Sorcor. Mais sur le reste, il dit tout. Que le capitaine ne méritait, à son sens, plus sa place sur le vaisseau. Que ses amis se complaisaient dans l’oisiveté, quand la plupart des matelots étaient là non seulement parce que le Pourfendeur était sûrement la terreur de Grand Vent, mais aussi pour faire couler le sang et s’enrichir à foison avant de rentrer à Vanylle. Pas pour rester sur le pont, entretenir le vaisseau et se bourrer la tronche toute la journée faute d’avoir un navire matroscien à saborder.

Il lui expliqua son échec, la fausse trahison de Cynydd, la longue période de détention. Même s’il tenta de le dissimuler, même s’il essaya de se détacher de ces évènements, il eut du mal à énoncer - même de façon très superficielle - les tortures infligées pendant des jours et des jours au Baron Noir. La terreur de ces instants, à la surprise de Jaasau, restait très vivace. De honte son regard dévia. Il n’arrivait toujours pas à accepter que lui, le danseur funeste, puisse ressentir ce genre de peur purement animale face à un prédateur qui veut notre mort. De désagréables frissons traversaient son échine à répétitions, et plusieurs fois il dut serrer les poings pour calmer le tremblement de ses doigts. Cependant, il se devait d’être honnête avec Riska et lui expliquer pourquoi il avait tant changé. Tout du moins, sans l’expliquer très clairement, elle le devinerait sans peine.

Ensuite vint la période du combat. Là il n’omit pas le moindre détail. La peur mêlée à une rage animale, l’abandon de tout trait humain, de toute la raison qui faisait de lui un homme et non une simple bête. Il se souvenait parfaitement de cette danse, marquée du sceau de la fureur et de la frénésie. Il alla même jusqu’à lui expliquer la façon dont il avait mis à mort l’ex-capitaine, en lui arrachant littéralement un morceau de gorge avec les dents, et la moitié de sa jugulaire avec. Il ne put retenir une ombre spectrale de sourire à l’évocation de ce passage. Le transfert d’émotions qui avait lieu à ce moment là… Jamais il n’avait mis autant de haine et de colère dans un coup, au point d’en oublier ses armes.

«C’était mûrement réfléchi depuis longtemps, mais l’intelligence de Sorcor et le nombre de ses partisans nous a mis beaucoup de bâtons dans les roues… Mais c’est désormais terminé. Jaasau le Baron Noir n’est plus second, mais Capitaine du Pourfendeur des Vents. Beaucoup de choses ont changé, dont moi, et encore plus vont changer à l’avenir. Les brumes du Cap Vanylle et les nuages de Grand Vent vont bientôt virer au rouge...»

Il laissa un petit soupir lui échapper. Il avait beaucoup parlé, et il avait largement perdu cette habitude. Il estimait cependant avoir été parfaitement honnête avec la jeune pirate, et après une rapide revue de ses souvenirs, en fut assuré.

«Il semblerait juste que cette révolution m’ait coûté un peu plus que de simples blessures.»
avatar
Pirate

On m'appelle Riska les Deux Voix


Infos Personnage
RANG: Capitaine de la Nuée Ardente - Admin
VILLE & APPARTENANCE : Vanylle
MON AGE : 20 ans
Féminin
MESSAGES : 193
AGE : 23
INSCRIT LE : 27/07/2013
PSEUDO HABITUEL : Harrods
Joyaux : 390
http://www.ile-joyaux.com/t1796-riska-les-deux-voix#42328
Posté dans Re: Qu'importe le jugement dernier quand deux âmes s'entrelacent.   - Mar 12 Aoû 2014 - 17:49

Dans la petite échoppe abandonnée, un silence de plomb s’était installé, seulement perturbé par la respiration des deux pirates. L’ambiance n’en était pas plus lourde, juste calme. Presque apaisante, s’il n’y avait pas toutes ses interrogations que la Cannonière de la Nuée se posait. S’il n’y avait pas tout ce mystère autour du revenant qu’elle avait tant attendu, presque désespérément. Elle n’avait osé rien dire de plus, préférant le laisser décider de quand et comment il lui raconterait ce qu’il avait vécu. Elle ne savait rien, ne se doutait de rien. Elle savait juste que son voyage avait manqué lui coûter la vie, puissent les blessures sur son corps le prouver. Mais elle n’aurait jamais pu imaginer que c’en était à ce point.
 
Ce fut au bout de quelques minutes qu’il prit enfin la parole. Sa voix profonde brisa un silence qui en devenait presque agaçant pour la jeune pirate. Alors, aussi attentive qu’elle pouvait l’être, et que sa conscience toujours plus instable le lui permettait, Riska écouta. Elle écouta comme elle ne l’avait jamais fait jusqu’à présent. Comme une enfant écoutant le plus éprouvant des contes. La plus étrange des histoires. L’histoire d’une vie. Ou du moins, d’un fragment de vie. Façonnant le reste d’une humanité, changeant tout ce qu’elle avait déjà était. Tout le long du récit, elle se tut, ne levant pas les yeux une fois. Elle préférait mille fois les garder visser sur les blessures où elle se concentrait, échappant ainsi à une angoisse profonde qui lui vrillait les tripes. Elle ne savait pas l’expliquer. Pourquoi. Comment. Ce qu’avait vécu Jaasau la mettait mal à l’aise, d’autant plus qu’elle l’avait senti tressaillir à plusieurs reprises lorsqu’il avait énoncé et raconté les tortures auxquelles il avait était vendu. Instinctivement, elle avait appuyé ses mains contre son torse, cherchant peut-être à le réconforter comme elle le pouvait. Mais pas une fois encore, elle n’osa croiser son regard. Elle n’était pas terrifiée par cet homme que tout avait changé. Elle n’arrivait juste pas à encaisser tout ce qu’il lui racontait, tout ce qu’il avait enduré. Ses propres batailles d’accostage semblaient bien ridicules à côté de ça.

Ses dernières phrases laissèrent une trace indélébile dans l’esprit de Riska. Terminant de suturer la dernière plaie, elle lâcha maladroitement l’aiguille et la compresse en entendant le nouveau titre du pirate. Capitaine du Pourfendeur des Vents. Le récit l’avait mise sur la voie, mais jamais, par tout ses dieux, elle n’aurait imaginé l’entendre un jour. Elle aurait du être contente. Fière même après tout. Elle n’en retira qu’un mutisme plus conséquent dans lequel elle s’enfonça un peu plus. Rattrapant ce qu’elle avait laissé tomber, elle rangea le tout et se leva sans un mot. Elle contourna le comptoir, déposa ce qui avait besoin de l’être et attrapa une bouteille dont elle but une gorgée bien trop conséquente pour quelqu’un qui n’avait pas quelque chose à faire passer. Et quelle chose. Elle était Cannonière de la Nuée Ardente, amie proche, très proche d’Aleera sa Capitaine. Et voilà que le pirate qu’elle fréquentait depuis presque trois ans devenait lui aussi Capitaine. Et du Pourfendeur tant qu’à faire. Lorsqu’il n’avait que tout deux qu’un rôle secondaire sur leur vaisseau respectif, leur relation ne risquait rien. Mais maintenant ? Si elle lui faisait confiance, et toujours malgré son changement apparent, elle l’était un peu moins du côté de la Ténébreuse qui risquait de tordre le cou de sa pirate bien-aimée quand elle apprendrait que son amant venait de se placer à la tête du meilleur vaisseau ennemi et concurrent.

Dans un long soupir de lassitude, Riska finit par revenir vers le lit et tendit la bouteille à Jaasau. Elle le contempla de sa hauteur, le surplombant alors qu’il était encore à moitié allongé, sans un mot d’abord. Elle était soucieuse, pensive et étrangement, l’Autre ne chercha même pas à se mêler de ces bizarreries qui semblaient tourmenter non pas seulement son esprit, mais aussi son coeur.

"Je serais là pour t’aider à guérir. Si tu veux."

Elle ne savait que dire de plus. Sinon qu’il pouvait compter sur elle. Elle ne pouvait pas lui mentir en lui affirmant qu’elle comprenait ce qu’il avait vécu, qu’elle savait ce que cela faisait. Non. Elle n’en savait rien. Alors elle subirait ce changement avec lui, et l’aiderait. Elle en était réduite à ça.

"Je serais toujours là. J’espère."




DC : Enaïa Lyseän Vara'Da & Azeor Desnolancès & Kezaël Lysereän & Esheban Ondeluire & Eyföhl Aanka'Leï & Céléno Thogen & Kaïlindra

Merci Nivilk pour le kit  :heart2:
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: Qu'importe le jugement dernier quand deux âmes s'entrelacent.   - Jeu 14 Aoû 2014 - 6:18

Jaasau ne s’attendait pas à une situation de ce genre, pour la bonne raison qu’il n’avait pas réfléchi à ce que tout cela pouvait signifier pour Riska avant de relater son voyage. Pas qu’il ne se souciât pas de son avis, qu’on se le dise, mais il était aussi naturel pour lui de lui conter ce qu’il s’était passé que de respirer. Mais dans les tréfonds de ses réflexions, il avait légèrement oublié, à force d’évoluer avec elle dans une petite enclave du monde qui n’appartenait qu’à eux, qu’elle était tout de même une pirate de la Nuée Ardente. Leur concurrent direct. Il ne percuta finalement que lorsqu’elle ouvrit la bouche. Qu’il était con, il aurait bien du se douter que lui annoncer ça de but en blanc aurait ce genre de réaction. C’était, finalement, le même genre de dilemme devant lequel il se retrouvait. Riska, et tout ce qui allait avec la pirate, et son vaisseau, exactement à l’opposé de la Nuée.

Il finit par se lever, dominant Riska de plusieurs centimètres, et lui prit doucement la bouteille des mains pour en boire une bonne rasade.

«Je te demanderai jamais de quitter ton vaisseau, ou d’aller à l’encontre de ses idéaux. Ni de ceux de ta… Capitaine. Parce que toi non plus tu ne me demanderas pas d’aller à l’encontre de la volonté du Pourfendeur.»

Il but une autre gorgée. Non ça c’est sûr… autant pour l’un que pour l’autre, leurs vaisseaux étaient une part bien trop importante de leur vie, de leur être même, pour être délaissés au profit d’une relation, aussi agréable soit-elle. Parce que sans ces vaisseaux justement, ils ne seraient rien. Si Jaasau était désormais le pirate qu’il était, et à plus forte raison Capitaine, c’était parce que le Pourfendeur et son équipage avait contribué de façon conséquente à forger l’être qu’il était aujourd’hui.

«Par contre. Même si c’est un terrain plutôt glissant, j’espère que tu seras là pas seulement pour me rafistoler quand je reviens à moitié mort. De toute façon je ne compte pas revenir que si je suis blessé.»

Il finit par se rasseoir sur le lit, pensif. Le risque et Jaasau, deux entités fusionnelles. D’un côté, l’équipage du Pourfendeur se foutrait probablement de savoir ce qu’il fiche à Vanylle quand le vaisseau effectue un retour à quai. En revanche, ils verraient probablement d’un mauvais oeil le fait que la femme qu’il fréquente soit une membre de leur seul réel rival. Pah. Trop de choses à gérer, le nouveau capitaine n’avait juste pas envie d’y penser. De toute façon, pour l’heure, personne ne faisait attention à ce qu’il pouvait faire, ils étaient tous dispersés dans les tavernes et les bordels pour fêter la fin d’un voyage des plus mouvementés. Quand il releva la tête vers Riska, son regard était aussi dur que du diamant, et plus tranchant qu’une lame de rasoir.

«Si jamais Aleera tente de te faire du mal, par contre… Elle va m’entendre. J’ai les moyens de répliquer à grande échelle, maintenant.»

Une manifestation, plus ou moins tordue, du fait qu’il tenait à elle. Suffisamment pour attaquer un capitaine en représailles, d’aileurs.


«… Tu comptes rester debout longtemps ?» Dit-il avec un spectre de sourire au coin des lèvres.
avatar
Pirate

On m'appelle Riska les Deux Voix


Infos Personnage
RANG: Capitaine de la Nuée Ardente - Admin
VILLE & APPARTENANCE : Vanylle
MON AGE : 20 ans
Féminin
MESSAGES : 193
AGE : 23
INSCRIT LE : 27/07/2013
PSEUDO HABITUEL : Harrods
Joyaux : 390
http://www.ile-joyaux.com/t1796-riska-les-deux-voix#42328
Posté dans Re: Qu'importe le jugement dernier quand deux âmes s'entrelacent.   - Dim 17 Aoû 2014 - 12:20

Jaasau s’était finalement levé. Approché. Il avait bu une longue gorgée à son tour. Et si Riska craignit qu’il ne s’agace de son comportement tout à coup distant, il n’en fut rien. Au contraire. Il se montra même… compréhensif. Ses craintes n’avaient pas eu le temps d’être exprimées clairement, mais le pirate les avait soufflé en quelques mots, prenant une avance et une attitude qui rassura considérablement la jeune femme. Elle se garda bien de lui dire pourtant, restant silencieuse jusqu’à ce qu’il ait complètement terminé.

Une ombre de sourire de satisfaction finit néanmoins par étirer le coin des lèvres de la Cannonière. Sans qu’elle puisse vraiment le retenir, elle baissa la tête pour le dissimuler aux yeux de Jaasau. Ses paroles, en plus d’être rassurantes, lui avaient donné l’impression d’être vraiment importante. Pour lui. Pour une fois qu’elle éprouvait ça. Elle ne s’était jamais inquiétée de ça, sa priorité étant la Nuée Ardente et l’équipage. Mais ces cinq mois passés loin de lui, lui avaient tout de même paru plus vides. Plus dangereux et mouvementés aussi. Car si elle maîtrisait parfaitement son Autre en sa présence, c’était de moins en moins le cas lors des voyages à bord du vaisseau. Le calme de leurs rencontres fréquentes lui avait clairement manqué.

"Aleera ne me fera jamais de mal, tant qu’elle est assurée que je ne trahirais pas la Nuée pour toi."

Elle manqua ajouter qu’elle avait beau tenir à lui de plus en plus, elle ne risquait jamais de trahir celle qui l’avait sauvé, justement parce qu’elle lui devait la vie. Le sourire depuis si longtemps retenu par Riska finit par se dévoiler pour de bon, tant parce qu’elle était rassurée de ce qu’elle avait entendu, que par la nouvelle remarque du Capitaine. L’observant un instant, elle finit par hausser un sourcil de manière ironiquement hautaine.

"Tout dépend si le Capitaine du Pourfendeur des Vents daigne m’accepter dans son lit."

Elle imita une révérence assurément mal faite, adressa un sourire défiant mais amusé à Jaasau et finit par le rejoindre sur le matelas sans attendre l’autorisation qu’elle avait demandé. Instinctivement, ses lèvres se posèrent sur celles du pirate pour un long baiser qu’elle prolongea tant qu’elle pouvait. Puis, sans gêne et tout à fait à l’aise, elle vint s’installer sur lui à califourchon, son visage face au sien. Elle pu se perdre à nouveau dans ce regard sauvage, bien plus encore qu’avant, mais toujours aussi envoûtant. Elle déposa un nouveau baiser, plus court, mais non moins agréable.

"Alors, ça fait quoi d’embrasser une pirate de ton ennemie directe ?"

Douce provocation, elle ne s’attendait même pas à ce qu’il lui réponde en fait. Qu’importe, elle voulait juste le retrouver.




DC : Enaïa Lyseän Vara'Da & Azeor Desnolancès & Kezaël Lysereän & Esheban Ondeluire & Eyföhl Aanka'Leï & Céléno Thogen & Kaïlindra

Merci Nivilk pour le kit  :heart2:
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: Qu'importe le jugement dernier quand deux âmes s'entrelacent.   - Mer 20 Aoû 2014 - 8:17

La réponse de Riska, il s’y était attendu. Il lui aurait probablement répondu la même chose d’ailleurs. Les équipages étaient leur souffle vital, les trahir, c’était se trahir soi-même. Ni Jaasau ni Riska ne s’y résoudraient, quelle qu’en soit la raison. De fait, c’est un spectre de sourire qui déforma brièvement ses lèvres quand elle répondit. Elle était resté la pirate exemplaire qu’il avait connu il y a trois ans et demi de cela. Du changement c’était bien, mais trop d’un coup ça pouvait être dur à digérer - lui même ne se doutant pas qu’il rentrait exactement dans cette catégorie -.

Il retira d’un geste vif la veste qui l’accompagnait désormais, son uniforme de Capitaine si l’on voulait, et répondit avec ardeurs aux avances de la jeune femme, avant de répliquer sur un ton entre l’amusement et la provocation :

«C’était déjà très agréable avant… Mais là on peut considérer ça comme une provocation directe à l’adresse de l’Insoumise, ça rajoute un côté… piquant.»

Il la serra avec force contre lui.

Avec un peu de recul, il saisissait totalement le manque qu’elle avait laissé en lui ces derniers mois. Avant, même disparates, leurs retrouvailles étaient tout de même assez régulières. Si le Pourfendeur revenait assez rarement à quai, il n’en restait pas moins qu’il ne passait jamais la moitié d’une année matroscienne en vol, sans donner la moindre nouvelle à Vanylle. Et sans en recevoir, de fait. Maintenant qu’il était là, dans cette chambre emplie de pénombre et de l’odeur de leurs deux corps réunis, il comprit qu’il lui avait vraiment manqué quelque chose durant tout ce temps. Et ce qui s’était passé en vol n’avait rien fait pour arranger les choses, évidemment.

De façon presque automatique, ses mains s’affairaient déjà à retirer, une à une, les couches de vêtements superflues sur le corps de la jeune pirate, pendant que le Capitaine s’abreuvait insatiablement de la peau, des ,lèvres de Riska. Avec tous les évènements récents, Jaasau avait pour le coup un véritable aperçu du paradis. Et s’il était du genre à mépriser ce genre de croyances, il se permettrait bien un petit écart ce coup-ci.

«J’espère que t’es en forme, parce qu’on est pas prêt de quitter la pièce...»

Il lui envoya un sourire enjoué et entendu, suivi du regard de circonstance. Les tâches sur le vaisseau étant assignées, il n’avait pas besoin d’y retourner sauf cas d’extrême urgence, et il y avait peu de chances que cela arrive. Il comptait profité aussi longtemps et intensément de ces glorieuses retrouvailles que possible. Et se doutait que Riska allait sûrement faire de même. La vie d’un pirate était faite de trop de paramètres aléatoires et/ou inconnus, le Baron Noir en était la preuve vivante. Ou presque.

HRP:
 
avatar
Pirate

On m'appelle Riska les Deux Voix


Infos Personnage
RANG: Capitaine de la Nuée Ardente - Admin
VILLE & APPARTENANCE : Vanylle
MON AGE : 20 ans
Féminin
MESSAGES : 193
AGE : 23
INSCRIT LE : 27/07/2013
PSEUDO HABITUEL : Harrods
Joyaux : 390
http://www.ile-joyaux.com/t1796-riska-les-deux-voix#42328
Posté dans Re: Qu'importe le jugement dernier quand deux âmes s'entrelacent.   - Dim 24 Aoû 2014 - 9:20

Doutes envolés, plaisir retrouvé. Jaasau avait tôt fait de mettre fin aux angoisses de la jeune pirate, ne se faisant pas prier pour la retrouver serrer contre lui. Ni pour l’éplucher de ses vêtements qui ne firent pas long feu, alors qu’elle le laissait faire avec un sourire entendu. Ses mains à elle se promenaient sur le torse désormais nu du nouveau Capitaine. Un simple contact, une simple caresse qui la fit frissonner. Cinq mois sans, et elle sentait la différence. Le manque surtout. Elle ne s’était jamais attardée sur cela avant, leurs rencontres étaient périodiques, dès qu’ils le pouvaient. Plus avant même, il lui suffisait d’un claquement de doigt pour se trouver un amant et assouvir ses envies. Depuis qu’elle le côtoyait,, tout était différent. C’était de lui qu’elle avait constamment envie, et de personne d’autre.

"Allons donc, le Capitaine aurait-il besoin d’attention et de tendresse ?"

Elle répondit à ses baisers. Langoureux, sauvages. Laissant les lèvres du pirate s'épandre sur les parties de son corps déjà dénudées. Un sourire de contentement étira les siennes. D’un geste, elle ôta les dernières barrières de tissu, révélant entièrement son corps. Son corps qu’il connaissait si bien. Même si quelques nouvelles cicatrices avaient eu le temps de trouver une place dans un arsenal déjà bien rempli. Le poussant en arrière, elle prit le dessus. Tant qu’elle pouvait. Le jaugeant d’un regard où se mêlait malice et envie, désir et bestialité. L’Autre eu tôt fait de retrouver de la vigueur, attiré par tant d’émotions revitalisantes. Les prunelles vertes orangés de Riska se rétractèrent aussitôt, mais ayant encore toute sa conscience, elle n’y fit pas cas. Jaasau la connaissait, tout comme sa folie mentale.

"Mais peut-être que le mot tendresse n’est pas le plus adapté."

Chuchota t-elle au creux de son oreille après lui avoir assailli le cou de quelques morsures bien senties. Mais qu’elle savait plaisantes. Se redressant légèrement, elle plongea dans un regard semblable et pourtant si différent du sien. Elle s’y perdit, et instinctivement se pencha pour un nouveau baiser, sa main se promenant sur un joue parsemée de souvenirs de combat. Geste tendre, dénotant complètement avec ce qu’elle était pourtant. Mais avec lui, elle était différente. Et ce n’était peut-être pas plus mal après tout.




DC : Enaïa Lyseän Vara'Da & Azeor Desnolancès & Kezaël Lysereän & Esheban Ondeluire & Eyföhl Aanka'Leï & Céléno Thogen & Kaïlindra

Merci Nivilk pour le kit  :heart2:
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: Qu'importe le jugement dernier quand deux âmes s'entrelacent.   - Ven 5 Sep 2014 - 13:28

Besoin d’attention et de tendresse ? Si les nombreux évènements survenus pendant son voyage lui avaient copieusement occupé l’esprit, un fragment de ce dernier restait systématiquement tourné vers elle, inébranlable, et alimentant à la fois sa soif de retour, et ses réserves d’énergies pour tenir le coup. Si elle n’avait aucune idée de ce qui s’était passé là haut, elle y avait cependant joué un rôle, et pas des moindres.

La tendresse, cependant, et comme le fit remarquer Riska de façon parfaitement percutante, serait plus que relative. Il l’attira contre lui, un sourire amusé aux lèvres. Si l’Autre voulait se joindre à la partie, grand bien lui fasse, tant que les deux parties conscientes de la pirate le restaient.

«Après cinq mois d’enfer, t’as un goût exotique et paradisiaque. Sauvage, mais paradisiaque quand même.»

Il rendit chacun des assauts de Riska, avec la fougue d’une envie longtemps, trop longtemps maturée, qui commençait, lentement, à s’évacuer. Et effectivement la tendresse ne serait peut-être pas l’apanage de cette soirée, mais un désir et une sauvagerie fiévreuse. Une grande et irrépressible volonté de rattraper le temps perdu. Et comme il l’avait dit, ils ne seraient pas prêts de quitter la chambre vieillotte avant un bon moment. La brève réflexion qu’elle lui avait manqué bien plus qu’il n’avait osé le dire traversa son esprit, rapidement engloutis par les tourbillons du désir qui affluaient en lui, stimulés par Riska avec un brio toujours aussi saisissant.

Ses mains coururent sur un corps qui n’avait plus de secret pour lui depuis déjà longtemps, mais qu’il redécouvrait aujourd’hui. Il connaissait chaque courbe, chaque tatouage, pratiquement toutes les cicatrices, et pourtant, il avait l’impression fugace de les voir pour la première fois. S’il n’avait pas été entièrement focalisé sur cet instant qui n’avait pas de prix, il aurait certainement compris que ce voyage infernal lui avait volé bien plus que quelques saignées et fragments de sa raison déjà atrocement entamée.

Il se remit d’un coup en position assise, tenant la jeune pirate contre lui, et prit le temps de la regarder, la détailler, scrutant de ses yeux sombres chaque motif sur sa peau, et remontant peu à peu vers son regard, dans lequel il se noya pendant un bon moment. Mais le temps de l’action se fit sentir, et il plongea quasiment sur elle, l’embrassant, laissant les stigmates rouges des morsures dans son cou et sur ses trapèzes. Ses mains, la caressaient avec une harmonie totalement anarchique, se contentant de passer partout où elles le pouvaient, assoiffées de chair, assoiffées de la sienne, surtout. Ca oui, elle lui avait manqué. Et l’absence de femmes sur le vaisseau n’y était pour rien. Il ne s’en serait de toute façon pas servie. Elle et lui étaient radicalement différents sur une multitude de chose, mais jamais il n’avait vu de pirate, à plus forte raison du sexe opposé, s’approcher de ce qu’il pouvait être, ou imaginer.
avatar
Pirate

On m'appelle Riska les Deux Voix


Infos Personnage
RANG: Capitaine de la Nuée Ardente - Admin
VILLE & APPARTENANCE : Vanylle
MON AGE : 20 ans
Féminin
MESSAGES : 193
AGE : 23
INSCRIT LE : 27/07/2013
PSEUDO HABITUEL : Harrods
Joyaux : 390
http://www.ile-joyaux.com/t1796-riska-les-deux-voix#42328
Posté dans Re: Qu'importe le jugement dernier quand deux âmes s'entrelacent.   - Mar 9 Sep 2014 - 2:44

Un goût paradisiaque. Ça oui. Même pour elle qui n’avait pas passé autant de temps que lui à en baver quelque part, enfermé et torturé. Son manque à elle n’avait rien à voir, mais la présence du pirate à ses côtés lui fit tout de même un bien fou. Elle l’avait imaginé si souvent en train de mourir,de souffrir et de ne jamais revenir, qu’elle ne perdit pas de temps en discussion. Ses gestes toujours aussi délicatement savants savaient réchauffer le corps tatoué de Jaasau, et bientôt, elle en reçu les réponses. Un grognement de plaisir s’échappa de ses lèvres quand il la dévora littéralement. Lui non plus n’avait pas perdu la main. Et comme il l’avait si bien prévenu, cette vieille échoppe risquait de les supporter encore un moment.

Il n’avait pas menti. Quand Riska se laissa enfin tomber sur le côté, le souffle court et la peau perlée de sueur, la nuit était tombée. Elle ne savait même pas depuis combien de temps ils étaient là, à se retrouver, s’échanger caresses et baisers, à ne faire plus qu’un. Tout ce qu’elle savait, c’est que son corps était brûlant de plaisir et semblait ne pas trouver de fin à un désir toujours renaissant, dès que Jaasau l’embrassait avec un peu d’insistance. Cette fois tout de même, elle resta sage, reprenant un souffle mis à rude épreuve durant cette dernière séance sensuelle mais sauvage. Elle se contenta de blottir sa tête au creux de l’épaule du pirate et soupira longuement.

"J’aime pas dire ce genre de chose. Mais je crois que tu m’as vraiment manqué."

Ces mots avaient beau ne pas être dit avec le plus grand romantisme, ni la plus fine douceur du monde, ils restaient significatifs pour la jeune femme. Elle était une pirate après tout. Une tueuse, meurtrière. Pourtant, elle essaya d’y porter toute la tendresse dont elle était possible. Elle était habituée à fréquenter Jaasau, depuis trois ans. Elle habituée à le retrouver fréquemment ici. Elle était habituée aussi, à se demander s’il reviendrait, avec le profond pressentiment que ce serait le cas. Mais elle n’était pas habituée à autant, à se poser tant de questions pour quelqu’un, ni pour lui, et à goûter à l’angoisse de perdre un être cher. Elle avait toujours exécré ce genre de sentiment qu’elle trouvait futile et dépourvu d’intérêt. Il lui était pourtant tombé dessus. Et avait du se rendre à l’évidence. Il lui avait manqué bien plus qu’elle ne pourrait lui dire. Alors, elle l’exprimait avec son corps.




DC : Enaïa Lyseän Vara'Da & Azeor Desnolancès & Kezaël Lysereän & Esheban Ondeluire & Eyföhl Aanka'Leï & Céléno Thogen & Kaïlindra

Merci Nivilk pour le kit  :heart2:
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: Qu'importe le jugement dernier quand deux âmes s'entrelacent.   - Dim 12 Oct 2014 - 10:05

Jaasau avait les yeux mi-clos, mais on voyait clairement le regard d’or du pirate voguer sur le corps de Riska au gré des courbes généreuses et agréables de la pirate, un demi sourire ancré sur les lèvres. Soirée épuisante sur bien des points, mais également revigorante après tous ces jours d’absence. Maintenant, dans un état de semi-transe, il laissait aller ses mains sur son corps nerveux et pourtant tout à fait dans les normes (peut-être même au delà) de la féminité, suivant la courbe rebondie de sa poitrine, la nervure de sa cage thoracique, ses hanches, le creux appelant au méfait de son aine… Puis tourna la tête vers elle à sa remarque, légèrement surpris. Leurs rencontres régulières avaient manqué à l’un comme à l’autre, c’était un fait avéré, mais il ne s’attendait pas à ce qu’elle le dise à voix haute. Il partageait son sentiment, mais il savait qu’elle était aussi expansive que lui, c’est à dire pratiquement pas.

Une pensée lui traversa l’esprit, furtivement, qu’il chassa avec sauvagerie dans la seconde. Ignorant les appels de sa conscience et les interrogations de son esprit, il laissa un petit soupir lui échapper, et étreignit la jeune femme.

«Je crois que tu n’es pas la seule dans c’cas, Riska.»

Après tout, s’il avait tenu le coup sur le Pourfendeur, outre par sa détermination à renvoyer Sorcor dans les limbes de Yoëust, c’était aussi grâce à elle. Contrairement à autrefois, il avait quelqu’un à retrouver lors de ses retours, aussi imprévus qu’irréguliers, à Vanylle. Et parce que c’était devenu, comme pour elle, une habitude qu’il attendait avec pas mal d’impatience. Il eut un éclair mental. Sa respiration se bloqua légèrement pendant quelques secondes, puis se relaxa, au rythme de cette pensée qui avait traversé sa tête comme un éclair. Pour la première fois il posa un pied légèrement en dehors du code d’honneur qu’il s’était fixé, et observa Riska.

«Je n’suis pas revenu pour rien. Il y a toi, mais pas que. Je vais devoir prendre contact avec Aleera. Rapidement. Pour un voyage, peut-être un des plus grands jamais entrepris.»
avatar
Pirate

On m'appelle Riska les Deux Voix


Infos Personnage
RANG: Capitaine de la Nuée Ardente - Admin
VILLE & APPARTENANCE : Vanylle
MON AGE : 20 ans
Féminin
MESSAGES : 193
AGE : 23
INSCRIT LE : 27/07/2013
PSEUDO HABITUEL : Harrods
Joyaux : 390
http://www.ile-joyaux.com/t1796-riska-les-deux-voix#42328
Posté dans Re: Qu'importe le jugement dernier quand deux âmes s'entrelacent.   - Sam 18 Oct 2014 - 16:04

Le calme enveloppait la vieille taverne, alors qu’une légère odeur de corps mêlés et de passion planait encore dans l’air. Nue, contre celui qu’elle attendait à chaque retour sur terre, Riska profitait d’un instant de tranquilité, de satisfaction. Et surtout, de normalité. Les yeux clos, volontairement pour ne pas voir la réaction que pouvait susciter la remarque qu’elle avait faite précédemment, elle resta murée dans un silence profond qui avait suivit ses mots. Elle n’était pas bavarde, ne parlait que quand cela était nécessaire. Lui dire ce qu’elle pensait réellement lui était apparu comme vital. Mais si ses paupières fermées la gardait d’une déception à lire sur le visage du pirate, un sourire creusa le plis de ses lèvres lorsqu’il l’étreignit un peu plus fort en répondant quelque chose de similaire. Son coeur se serra doucement, alors qu’un sentiment de victoire et de joie se fraya un chemin dans l’animalité qui habitait son corps tout entier.

Le regard pesant de Jaasau finit pourtant par la tirer de ses pensées, et, lentement, ouvrit les yeux pour découvrir qu’il l’observait attentivement. Elle fronça les sourcils à ses mots et se redressa sur ses coudes pour lui rendre un visage interrogateur et curieux.

"Aleera ?"

Répéta t-elle presque bêtement, alors qu’une méfiance involontaire se glissa dans sa voix. Quelle discussion, quel projet assez important nécessitait qu’il la rencontre. Rapidement qui plus est. Qu’est ce qu’elle ne savait pas ? Sa Capitaine lui disait toujours tout, et elle se surprit à jalouser le fait de ne pas être au courant. Mais la Ténébreuse elle-mêmme était-elle au courant ?

"Nous ne sommes là que depuis aujourd’hui, nous ne repartirons pas avant plusieurs jours. Tu peux la rencontrer quand tu le souhaites."

Finit-elle par souffler, abandonnant l’idée que son amant et sa Capitaine lui cachaient quelque chose. Elle finirait par savoir. Sa curiosité naturelle tout comme son poste sur la Nuée ne lui permettrait pas de ne pas êttre au courant bien longtemps. Mais si ce fait la rassura un peu, elle resta douteuse sur la rencontre qui opposerait les deux Capitaines pirates. Au pire, ils tenteraient de se tuer. Au mieux, Aleera essaierait encore une fois de le mettre dans son lit. Et des deux options, Riska ne savait pas vraiment laquelle était la mieux.

"Quel est ce… voyage ?"

Demanda t-elle finalement, rongée par sa curiosité trop extrême. Tant qu’à avoir le Capitaine du Pourfendeur dans son lit, autant en profiter tant physiquement que pour glaner des informations qui concernaient l’équipage dont elle faisait partie. Allier loisir et travail, que demander de mieux.




DC : Enaïa Lyseän Vara'Da & Azeor Desnolancès & Kezaël Lysereän & Esheban Ondeluire & Eyföhl Aanka'Leï & Céléno Thogen & Kaïlindra

Merci Nivilk pour le kit  :heart2:
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: Qu'importe le jugement dernier quand deux âmes s'entrelacent.   - Dim 9 Nov 2014 - 10:39


Jaasau faillit hésiter à lui dire la raison de sa volonté de rencontrer la capitaine. Tout d’abord parce que ce qui concernait la haute hiérarchie des équipages ne concernait pas forcément les lieutenant. Ensuite parce que la politique de son navire - la sienne - devrait l’en empêcher. Révéler des informations à Riska, peu importe l’importance qu’elle pouvait avoir pour le Baron Noir, relevait de la trahison. Il imaginait très bien la réaction de Cynydd qui aurait probablement tourné tous les canons du vaisseau dans sa direction pour le réduire en miettes. Voire moins que ça. Mais d’un autre côté, elle n’était pas qu’une simple pirate à bord, elle était également gradée, et proche de la Capitaine qui plus est. Autant dire que dès qu’il prendrait contact avec Aleera, elle serait également mise au courant dans la minute qui suivrait. Pour résumer : l’hésitation ne fut que passagère, même pas perceptible.

«Je pense, et mon équipage me suivra, qu’il est temps de mettre un peu de côté nos rivalités pour s’attaquer à des morceaux un peu plus dignes de notre soif d’aventures et de sensations.»

En effet, si les luttes intestines entre pirates pour l’influence à Vanylle étaient monnaie courante et stimulantes au possible pour les équipages, elles duraient depuis trop longtemps. Il était avéré que la Nuée Ardente et le Pourfendeur des Vents, bien qu’ayant des idéologies contraires, étaient clairement très proches de l’égalité parfaite en ce qui concernait l’influence, le pouvoir, et la crainte inspirée. Mais l’un comme l’autre des équipages réclamaient plus. Les navires marchands n’offraient plus de cibles satisfaisantes depuis déjà trop longtemps pour le Baron Noir, et vu les effusions de sang qu’il avait déclenché avec Riska des années auparavant, il se doutait bien que cela devait être la même chose pour elle. Et par conséquent pour un certain nombre de femmes de son équipage.

«Rhodia. Le problème avec ce type et son trésor, c’est qu’il l’a assez bien planqué. Et que si on veut traverser la ceinture de Feu, il faudrait soit voler une vivenef, ce qui à nos yeux n’est même pas envisageable… Soit trouver un moyen de passer en force. Avec plusieurs vaisseaux c’est jouable. Et je ne connais pas beaucoup d’équipages qui auraient assez de cran pour s’y essayer.»

Il passa une main doucement sur le visage de Riska avec un petit sourire amusé. Il reconnaissait implicitement (bon il ne fallait pas être un génie pour le comprendre non plus) que la Nuée Ardente figurait parmi ces équipages. Riska lui en avait donné plusieurs fois la preuve, qu’il s’agisse pendant des combats, ou autrement.

«D’ailleurs, tu pourras la prévenir, si tu veux. Cela m’étonnerait qu’elle m’accueille à nouveau à bord, et personnellement, je ne remettrais les pieds sur ce vaisseau sous aucun prétexte. Mais elle sait que nous nous voyons, alors elle ne devrait pas s’étonner de te voir arriver, porteuse d’un message de ma part.»

Il l’observa longuement, et alors qu’il avait sévèrement rabroué Cynydd quand il avait osé ramener sa fraise, il posa une question :

«Qu’est-ce que tu en penses ?»
avatar
Pirate

On m'appelle Riska les Deux Voix


Infos Personnage
RANG: Capitaine de la Nuée Ardente - Admin
VILLE & APPARTENANCE : Vanylle
MON AGE : 20 ans
Féminin
MESSAGES : 193
AGE : 23
INSCRIT LE : 27/07/2013
PSEUDO HABITUEL : Harrods
Joyaux : 390
http://www.ile-joyaux.com/t1796-riska-les-deux-voix#42328
Posté dans Re: Qu'importe le jugement dernier quand deux âmes s'entrelacent.   - Mar 11 Nov 2014 - 10:21

Le regard luisant accroché au visage rude du pirate, Riska haussa les sourcils lorsque celui-ci débuta ses explications. Vagues pour le moment, du moins trop pour que la jeune femme comprenne où il voulait en venir. Était-ce volontaire et souhaitait-il lui cacher le plus important de l’histoire ? Elle n’était que la Cannonière de la Nuée Ardente après tout. Rien ne l’obligeait à lui révéler des informations qui ne regardaient que la Capitaine. Elle préférait croire que son silence n’était que temporaire, la laissant mijoter dans un tas de questions et une furieuse envie d’en savoir plus. Instinctivement, elle pinça les lèvres, à la fois soucieuse et curieuse. Mais une flamme de joie sauvage traversa furtivement ses prunelles quant Jaasau mit fin à son supplice et lui dévoila la suite de ses pensées. Le trésor de Rhodia. Rien que ça. Un large sourire étira la moue précédente de la pirate, alors qu’elle imaginait la quête dans laquelle il semblait vouloir se plonger. Mieux qu’une quête, c’était une conquête.

"Je pense que si nous arrivons à unir les deux équipages les plus importants du moment à Vanylle, peu de choses pourraient y résister."

Souffla t-elle dans un petit rire, tant d’excitation à l’idée de faire partie d’un tel projet, que de l’envergure d’une telle idée, et surtout du peu de probabilité de réussir. Ce trésor était avant tout une légende pour le commun des mortels. Pour les pirates, il signifiait surtout l’accession à une richesse sans fin et une réputation inégalable. Ainsi qu’une aventure dangereuse, mortelle mais terriblement excitante. Tout ce qui rythmait une vie de sang-mêlé et de reclus comme eux, mais en bien plus intéressant.

Revenant sur les paroles de Jaasau, Riska plissa les yeux, alors qu’elle se redressait, s’installant en tailleur sur le vieux matelas et laissant une poitrine gourmande à l’air libre, la couverture effilée couvrant le bas de son corps. S’attachant peu à sa nudité dévoilée, elle se plongea dans une profonde réflexion, laissant ses doigts jouer machinalement sur le torse de son amant. Finalement, dans un soupir résigné, elle ne trouverait de toute manière pas la réponse miraculeuse ce soir, elle murmura :

"Rhodia a bien réussi à passer la Ceinture de feu pour aller planquer son fichu trésor. Il y a un forcement un moyen…"

Et ce moyen, ils le trouveraient, elle en était certaine. Encore fallait-il que les deux équipages parviennent à trouver un accord, un terrain d’entente sur lequel baser cette fameuse collaboration. Aleera ne serait pas difficile à convaincre, elle croyait dur comme fer à ce trésor. Mais l’idée avait été mise de le trouver seule, simplement avec les femmes de la Nuée. Elle devrait donc se faire à l’idée de collaborer avec leurs principaux rivales, et surtout, de partager les gains à la fin du voyage. Autant dire que Riska n’était pas au bout de ses peines, mais le trésor en valait la peine, et sans hésitation, elle déclara :

"Je parlerai de cette...idée à Aleera demain."

Ainsi conclu, elle se pencha vers Jaasau, un sourire malicieux aux coins des lèvres, et l’embrassa furtivement.

"En attendant, il nous reste une nuit à combler."




DC : Enaïa Lyseän Vara'Da & Azeor Desnolancès & Kezaël Lysereän & Esheban Ondeluire & Eyföhl Aanka'Leï & Céléno Thogen & Kaïlindra

Merci Nivilk pour le kit  :heart2:
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: Qu'importe le jugement dernier quand deux âmes s'entrelacent.   - Mer 12 Nov 2014 - 2:33

S’il lui avait tout dit sur ses projets futurs, ou au moins le principal, il n’avait pas pour autant exprimé sa pensée profonde. Peut-être parce que c’était inutile, ou alors parce qu’il y avait un risque que cela refroidisse notablement l’enthousiasme perceptible de Riska. Mais concrètement, ce projet n’était qu’une façade à ses yeux. L’un comme l’autre des équipages connaissaient Grand Vent par coeur. C’était un fait avéré depuis déjà pas mal d’années. Ce que Jaasau voulait, c’était de nouvelles saveurs, de nouvelles danses, aux pas et partenaires inconnus,autres que ces maudits commerçants ou pirates dont il pouvait presque nommer les chefs sans avoir à réfléchir. Korrul était, à l’instar de Matroos, un peuple construit, hiérarchisé, civilisé. Disposant d’un gouvernement, de forces de l’ordre… et de criminels ! Quelle ne serait pas sa joie de trouver, là bas, des hommes qui comme lui, étaient rejetés, mis en marge de la société pour cause de méfaits ou d’origines douteuses. Il partait vers une course à l’inconnu, il mettait sa vie, celle de son équipage, peut-être même celui de la Nuée, en jeu, tout ça pour danser encore plus frénétiquement.

«Si Rhodia a trouvé un moyen de passer, non seulement y’a un moyen, mais ce moyen résistera pas à deux équipages comme les nôtres.»

Il esquissa un petit sourire, content que Riska partage ses ambitions. Peut-être pour des objectifs différents - si elle se satisfaisait de la découverte d’un trésor perdu depuis des siècles, tant mieux - mais au moins elle le suivait.

Ce qui concerne les objectifs de Jaasau ne l’empêcherait pas de s’emparer d’au moins une part du trésor quand ils le trouveraient cependant ! En admettant qu’ils y arrivent, il savait très bien que les hommes de son équipage étaient à des éons de penser comme lui. Ou plutôt, Jaasau avait tendance à fonctionner selon un raisonnement perverti par une folie furieuse, qui le mettait totalement en dehors des voeux et pensées communes de l’équipage. Mais ils méritaient tout de même récompenses s’ils arrivaient à leur fin. Ceci dit, ils verraient ça plus tard.

Sentant les voiles sombres de sa Partenaire frémir au rythme d’un rire cristallin, lugubre et glacial, son corps fut parcouru d’un puissant frisson. Son regard brilla d’une puissante étincelle d’envie. Il saisit Riska et passa au dessus d’elle, enfouissant sa tête dans son cou.

«Une nuit ?... On va manquer de temps, accroche toi.»

Résumé:
 

On m'appelle Contenu sponsorisé

Posté dans Re: Qu'importe le jugement dernier quand deux âmes s'entrelacent.   -

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum