AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
» Communication externe
par Loth de la Vision Mar 21 Juin 2016 - 15:06

» Réversa [ TOP ]
par Invité Ven 27 Mai 2016 - 8:21

» Le monde de Dùralas
par Invité Jeu 26 Mai 2016 - 7:00

» Anthalia
par Invité Dim 22 Mai 2016 - 15:17

» Marbrume, La Cité des Damnés
par Invité Lun 16 Mai 2016 - 15:07

» Questionnaire pour soutenir infinite RPG !
par Invité Sam 14 Mai 2016 - 17:33

» Escalus
par Invité Jeu 12 Mai 2016 - 9:02

» Mass Effect : Reborn
par Invité Mar 10 Mai 2016 - 15:00

» Forum en pause
par Asàf Lysereän Mar 10 Mai 2016 - 13:47


Les rencontres vont et viennent pour toujours se retrouver

avatar
Ostracisé

On m'appelle Azeor Desnolancès


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Penjoie
MON AGE : 27 ans
Féminin
MESSAGES : 722
AGE : 23
INSCRIT LE : 07/06/2012
PSEUDO HABITUEL : Harrods
Joyaux : 271
Posté dans Les rencontres vont et viennent pour toujours se retrouver   - Jeu 28 Aoû 2014 - 8:53

Une semaine. Une petite semaine glaciale, givrée, mais enivrante. Une semaine qu’Azeor avait posé le pied sur l’île boréale, en tant que soldat volontaire. Il s’était attendu à regretter sa décision, tant par le climat inhabituel que par des tâches dont il n’avait pas l’habitude d'exécuter. Il n’en fut rien. Même le contraire. Ici, il servait vraiment à quelque chose. Ici, il choisissait qui il était.

Comme tous les jours depuis son arrivée, celui qui se faisait appeler Zaor était posté près du chantier de la station d’extraction. Costaud et sérieux, il avait d’abord été chargé de creuser, comme tous les autres ostracisés. Mais son esprit vif et ses sens développés lui avaient permis d’abandonner les pelles et autres outils, pour avoir le privilège de tenir une arme et de se ranger du côté des vrais soldats. Son rôle à lui, c’était surveiller les alentours du chantier, afin qu’aucun barbares de l’île ne viennent tenter de saboter le projet. Si son arme ne lui avait encore servit à rien, il n’en était pourtant pas peu fier, mettant un point d’honneur à remplir sa mission avec sérieux. Et si son travail impeccable ne lui valait pourtant pas les éloges des officiers, qui se souciaient peu des gens comme lui, et ce dont, au passage, il se fichait; il n’avait jamais été aussi heureux. D’avoir une vie qu’il avait choisi.

La fin du travail ayant sonné, Azeor regagna le camp des Veilleurs parmi ses collègues. Peu étaient devenus ses amis. Bien qu’il se soit choisi la vie qui lui plaisait, il n’en était pas non plus devenu sociable. Mais il avait tout de même réussi à se lier avec deux trois hommes, sympathiques et peu bavards. Juste ce qu’il fallait pour se comprendre et se distraire. En leur compagnie donc, il se rendit au hangar principal afin de déposer le matériel. Prenant soin de rabattre l’épaisse capuche de fourrure sur sa tête, tant pour se protéger du froid que pour éviter d’être reconnu. Il y avait peu de chance pour ça. La plupart des soldats étaient issus de milieux modestes, ou ne sortaient pas assez pour le connaître. Ses collègues étaient des ostracisés. Ne restaient plus que les officiers dont la plupart provenaient de familles Cultivatrices. S’il n’était pas un Desnolancès connu, il n’en restait pas moins reconnaissable et prenait donc toutes les précautions nécessaires.

Resté seul dans un coin du hangar le temps de ranger ce qu’il restait, - les autres ayant déjà terminés -, Azeor se redressa et se retourna, sa capuche abaissée et le visage découvert, certain d’être seul. Ce qui n’était pas le cas. Son regard pourpre tomba sur le visage d’une jeune femme au visage pâle. Très pâle. Qu’il reconnu sans hésitation. Jurant, il se hâta de remettre sa capuche et se détourna rapidement, juste à temps pour ne croiser qu’un dixième de seconde le regard de la médecin. Erhenyce.


DC: Enaïa Lysean Vara'Da & Kezaël Lysereän & Esheban Ondeluire & Riska les Deux Voix & Eyföhl Aanka'Leï


Merci Erhenyce pour l'avatar ! <3
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: Les rencontres vont et viennent pour toujours se retrouver   - Jeu 28 Aoû 2014 - 9:40

« Assez ! Ça suffit soldat Khar'ayn ! Apprenez à rester à votre place ! »
« Je sais où est ma place, ce n'est pas sur un champ de bataille à tuer ces gens ! »
« Vous avez défoncé le visage de votre collègue contre le mur ! Votre place serait surtout en détention ! Vous êtes un danger publique !!! »


Erhenyce garda le silence en fixant son supérieur. Fou de rage, l'homme s'était levé, tapant la table en bois de son poing en la fixant de son regard dorée. L'albinos remua légèrement et susurra.

« Lieutenant... Cet homme m'avait insulté. Et ce n'était pas la première fois. »
« Et c'est comme ça que vous réglez vos comptes ? Vous êtes une honte pour les veilleurs. »
« Une honte ? En quoi suis-je une honte ? Je sauve des vies ! Je passe des journées à sauver le cul de vos officiers ! Et c'est moi la honte ?! »
« Parlez moi sur un autre ton Khar'ayn ! Je suis votre supérieur, pas un de vos collègues ! Et oui, vous êtes une honte pour notre pays et pour les veilleurs !!! »
« Aussi loin que je me souvienne, les veilleurs existent pour protéger Korrul... Nous sommes des gardiens, pas des assassins. Que faisons nous ici, hein ? Nous tuons sans pitié, massacrons femmes et enfants ! Et je ne parle même pas du sort des ostracisés ! »
« Encore un mot Khar'ayn et je vous expédie à Korrul dans l'heure... »
« Non... Non vous ne le ferez pas. »

Un silence tomba et Erhyn s'approcha du bureau, défiant son chef du regard. Elle était particulièrement mal luné ces derniers temps et beaucoup se plaignait de son comportement. Mais un comportement justifier. Depuis cette réunion avec Esmeor et son fils, Erhenyce n'avait qu'une envie : renvoyer tout ce beau monde à coup de pieds au derrière, direction korrul.



« Ne me cherchez pas soldat, vous... »
« Vous ne le ferez pas pur la simple et bonne raison que vous avez trop besoin de moi. Les chirurgiens ne courent pas les rues, surtout en temps de guerre. Et rare sont ceux qui ont mon talent... Je le sais, vous le savez, c'est d'ailleurs pour cela qu'on ne m'a jamais donner plus que des mises à pieds. »
« Dehors... DEHOOORS ! Et là prochaine fois que vous agressez un autre soldat, je peux vous jurer Khar'ayn, que je vous donnerais une bonne raison  de haïr les votre. Sortez à présent !!!! »

La voix tonitruante du lieutenant résonna dans la petite tente. L'albinos pivota sur elle même et sans un mot, quitta le lieu pour rejoindre le froid des erfeydes. Un regard vers l'horizon... Un pays magnifique, des gens innocents... Et Korrul qui venait détruire tout cela. Quelle honte. Oui, c'est elle qui avait honte... Honte de voir ce que son pays faisait. Soupirant longuement, longue cheveux lâché au vent, la jeune femme passa devant les soldats qui se réchauffaient prêt d'un feu. Ils n'ouvrirent pas la bouche, tous savaient ce qu'elle avait fait à leur ami par simple excès de colère... Tous avaient entendu ce qui s'était dit dans la tente. A présent elle avait besoin de calme... Entrant dans le hangar, Erhyn glissa une main dans ses cheveux avant de se saisir des bords de sa capuche et de la secouer pour chasser la neige . Généralement cet endroit était désert à cette heure-ci, si ce n'est quelques personnes qui venaient là discrètement pour se protéger du froid... En l'occurrence, une. Le regard clair de la jeune femme se posa sur la silhouette un peu plus loin qui semblait chercher à se cacher. Tiens donc, voilà un comportement pas du tout suspect. Arquant un sourcil, l'albinos s'approcha et murmura :

« Hey, qu'est-ce que vous faites là.... ? »
avatar
Ostracisé

On m'appelle Azeor Desnolancès


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Penjoie
MON AGE : 27 ans
Féminin
MESSAGES : 722
AGE : 23
INSCRIT LE : 07/06/2012
PSEUDO HABITUEL : Harrods
Joyaux : 271
Posté dans Re: Les rencontres vont et viennent pour toujours se retrouver   - Ven 29 Aoû 2014 - 14:42

Par Ruyn, cela ne faisait qu’une semaine qu’il était là et il fallait qu’il tombe sur la seule personne qui risquait de le reconnaître à plusieurs milliers de kilomètres de chez lui. Le terme pas de chance n’était même pas assez fort pour exprimer la poisse qui lui tombait dessus à ce moment là. D’autant qu’il n’y avait aucun doute, il avait reconnu la voix, il s’agissait bien d’Erhenyce. La Veilleur Pourpre qu’il avait rencontré sur le domaine Desnolancès alors qu’elle était en visite chez sa mère, domestique de la famille. Les premières paroles avaient été… fracassantes. Et la suite toute aussi distrayante, d’autant que la mère de la jeune femme avait tenté quelques subterfuges afin de les rapprocher. Intimement. C’était sans compter le coeur déjà pris du Cultivateur. Qui avait terminé brisé.

En tout cas, l’instant n’était pas aux souvenirs heureux. Il fallait qu’il se sorte de ce mauvais pas qui risquait de lui coûter cher si la chirurgienne prévenait par mégarde d’autres soldats, et que tout ça remontait aux oreilles des officiers. Officiers qui le reconnaîtraient forcement, malgré le pseudonyme utilisé. Resté de dos, Azeor réfléchit à toute vitesse, cherchant une tentative de s’en sortir sans trop de risque. Des voix résonnant plus loin dans le hangar lui indiquèrent que sa situation était encore plus critique qu’il ne le pensait. Et Erhenyce qui approchait encore.

"Je range."

Fut tout ce qu’il grommela, tentant de changer le ton de sa voix. Mais la présence de la jeune femme dans son dos lui apprit qu’elle s’était encore rapprochée. Son comportement devait être suspect à des kilomètres à la ronde. Alors, exécutant la première idée qui lui passa par la tête, il se retourna vivement, attrapa d’une main ferme le bras de l’albinos, plaquant l’autre sur sa bouche pour l’empêcher de crier, que se soit de surprise, d’exclamation ou tout autre, et la tira dans un coin sombre sans douceur, avant de la plaquer contre un mur, à l’abri des regards. Sa capuche tomba dans le mouvement hâtif, et son visage se dévoila aux yeux de celle qui était presque une amie. Il vit ses yeux s’ouvrirent de surprise et ne pu retenir une ombre de sourire mi-amusé, mi-ironique.

"S’il te plaît, ne dis rien. Je joue ma vie ici."

Il n’en dit pas plus, juste assez pour être sûr qu’elle ne parlerait pas. Du moins pas de suite. Une fois certain qu’elle ne hurlerait plus, il retira sa main et l’observa en détails. Elle devait sûrement le détester de ne pas avoir redonner de nouvelles depuis leur rencontre. Mais les vadrouilles incessantes d’Azeor ne lui avaient pas permis d’envoyer autant de missives qu’il l’aurait souhaité. Il aurait été trop facilement repérable ou traçable. Maintenant qu’il se retrouvait devant elle, il aurait tout le loisir de s’expliquer. Et de la convaincre de se taire.


DC: Enaïa Lysean Vara'Da & Kezaël Lysereän & Esheban Ondeluire & Riska les Deux Voix & Eyföhl Aanka'Leï


Merci Erhenyce pour l'avatar ! <3
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: Les rencontres vont et viennent pour toujours se retrouver   - Sam 30 Aoû 2014 - 15:40

Cette voix... Même modifié, elle aurait juré la connaître. Erhenyce approcha encore, sourcils froncés et observa l'homme qui lui tournait le dos... Mais ce fut d'un geste rapide et brutale qu'il fit volte-face, la saisissant pour venir la plaquer contre le mur, loin des regards.... Sur le moment, l'albinos cru bien qu'il sagissait d'un des veilleurs rancunier qui cherchait à régler ses comptes avec elle. Il n'aurait pas été le premier et certainement pas le dernier... la dame de sang avait l'art de se faire des ennemis au sein de son ordre... Si crainte et si hait... Il était difficile de savoir qui avait peur et qui la détestait tant les deux émotions se confondait dans le cœur de presque tout les veilleurs. Pourtant, son appréhension d'être de nouveau confronter à l'un des siens disparut quand le visage de son acolyte fut découvert... Ce fut pire que ce qu'elle avait crut... face à elle se dressait son seul et unique ami. Enfin, si l'on pouvait dire. Une amitié naissance, belle et simple... Qui avait subitement prit fin lorsque le fils Desnolancès avait fuit Penjoie sans donner aucune raison, sans dire au revoir.


Erhenyce écarquilla les yeux de surprise en découvrant le visage du cultivateur. Que faisait-il là ? Depuis combien de temps ? Comment ? Pourquoi... ? Le cœur battant la chamade, la jeune femme le fixait avec un regard troublé, mêlé de peur et de colère. Quand enfin il se décida à retirer sa main, elle inspira longuement sans le lâcher du regard. Avec un air froid et détâché, Erhyn se ressaisit puis brusquement, leva la main qui s'abattit avec violence sur le joue du Korrulien. Celle-là, il ne l'avait pas volé. C'était une très mauvaise journée et manque de chance pour Azeor, il avait mal choisit son jour pour tomber sur son amie... Erhyn le toisa de haut avec un regard fou, elle était si furieuse... D'une voix pourtant calme mais terriblement glaciale, elle souffla.


« Tu m'as... abandonné. »


Elle se souvenait parfaitement de ce jour là. Thélador était mort, elle avait elle-même fait la piqûre qui avait mit fin aux souffrances du matroscien. Suite à cela, Erhyn avait quitter le QG pour quelques jours, rejoignant sa mère pour faire son deuil... Et demandant des nouvelles de son nouvel ami sur qui elle aurait pût compter dans ce moment difficile, elle avait appris qu'il avait fuit, laissant une lettre à sa mère... Très mauvais timming, cela n'avait en rien aider l'albinos qui par la suite avait reçue l'ordre de se joindre aux troupes qui partaient pour les Erfeydes. Laissant planer le silence, la jeune femme fixa le cultivateur puis murmura.


« Pas un mot, pas un au revoir... rien. J'espère pour toi que tu as une sacrée bonne raison Azeor... Ou bien je jure de te traîner par la peau des fesses jusque chez mon supérieur. »
avatar
Ostracisé

On m'appelle Azeor Desnolancès


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Penjoie
MON AGE : 27 ans
Féminin
MESSAGES : 722
AGE : 23
INSCRIT LE : 07/06/2012
PSEUDO HABITUEL : Harrods
Joyaux : 271
Posté dans Re: Les rencontres vont et viennent pour toujours se retrouver   - Dim 31 Aoû 2014 - 14:17

Elle l’avait reconnu. Il n’y avait aucun doute. Et s’il se doutait que sa brusque disparition lui donnait une bonne raison d’être énervée contre le jeune homme, l’ex-cultivateur ne s’était pourtant pas attendu à se prendre un tel retour de flamme. La gifle avait claqué avec force, si bien que son visage en avait bougé. Lâchant d’une main Erhenyce, dont il tenait toujours le bras de l’autre, il massa sa mâchoire endolorie en retenant un grognement. Malgré l’agacement que venait d’allumer un tel geste, Azeor resta silencieux, respectant la parole de la chirurgienne. Presque attentif, il l’écouta lui reprocher sa fuite et son absence de nouvelle. Comme s’il avait fait ça par plaisir.

"Pour qui tu me prends ? J’ai pas tout abandonné juste pour jouer à cache-cache avec ma famille."

Son ton était méprisant, son regard hautain. Il n’était pas encore habitué à se comporter comme un homme au même niveau que tous les autres. S’il n’était pas quelqu’un de détestable en tant que Cultivateur, son statut élevé lui avait tout de même permis d’échapper à ce genre de comportement qu’il pouvait condamner comme il voulait. Mais maintenant qu’il avait fait une croix dessus, c’en était fini, et il fallait bien qu’il se rende à l’évidence. Il n’avait plus le droit de s’offusquer qu’une demoiselle s’en prenne à son physique et ne se gêne pas pour lui dire ce qu’elle pensait. Soufflant finalement longuement, il lui lâcha le bras et se hâta de remettre sa capuche.

"J’ai perdu le seul espoir de liberté que j’avais. Ma famille est sur le point de me renier, si ce n’est pas déjà fait à l’heure qu’il est."

Il avait baisé d’un ton, retrouvant un calme pourtant instable au début de la conversation. Posant une main près de la tête d’Erhenyce pour éviter qu’elle ne s’échappe, à moins ce qu’elle décide de lui passer sur le corps, il planta son regard rouge dans le sien et l’observa un instant en silence. Doucement, presque instinctivement, il se rapprocha d’elle, son visage à quelques centimètres. Il sentit bientôt la respiration haletante de la jeune femme contre ses lèvres.

"Je peux enfin choisir qui je suis ici. Alors je compte sur ton silence."

Sans lui laisser le temps de répondre, il s’empara de ses lèvres et l’embrassa avec douceur. Un baiser improvisé à la doucereuse odeur de chantage et d’amusement. Et d’envie aussi. Plus qu’il ne l’aurait cru en fait. Il eut du mal à se séparer de l’albinos, qu’il trouva bizarrement envoûtante. Pourtant, une fois qu’il parvint à reculer, ce fut pour arborer un sourire sûr de lui et étrangement détestable. Il était hors de question qu’il perde la face contre une femme.


DC: Enaïa Lysean Vara'Da & Kezaël Lysereän & Esheban Ondeluire & Riska les Deux Voix & Eyföhl Aanka'Leï


Merci Erhenyce pour l'avatar ! <3
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: Les rencontres vont et viennent pour toujours se retrouver   - Dim 31 Aoû 2014 - 14:57

Jouer à cache-cache avec sa famille ? Pourquoi lui dire cela ? Erhyn n'avait rien dit, rien insinuer, elle avait juste réclamer une explication. Azeor semblait à bout de nerfs... Mais pourquoi ? La première fois qu'ils se sont vu, le jeune homme lui avait parler d'une femme... Il lui avait dit que son cœur était prit... était-ce pour cela qu'il avait fuit ? Pourtant, la colère de l'albinos était toujours aussi forte. Il était partit sans rien dire, une faute qu'il devrait se faire pardonner. La chirurgienne glissa nerveusement sa main dans ses longs cheveux, les plaquant sur le haut de son crâne, si jamais on venait à découvrir un cultivateur ici... si l'on découvrait qu'elle le cachait... ça irait très mal pour elle. Que faire ? Que dire ? Malgré sa colère, il était son ami, Erhenyce ne pouvait se résoudre à trahir ainsi son seul ami. La jeune femme se perdit dans ses pensées quand Azeor fit mention de son dernier espoir de liberté... Liberté qu'elle même attendait depuis des années, liberté qu'elle envisageait ici même... Au fond d'elle, Erhenyce pouvait sentir que ce pays pleins de magie avait bien des choses à lui offrir. Ici les gens vivait libre, sans contraintes, vivant au jour le jour. Peuple fier, peuple libre...Elle enviait les erfeydiens, au moins de réfléchir à certaines choses, d'avoir des pensées qu'elle n'aurait jamais dû avoir...


Ce fut finalement le korrulien qui la sortit de ses pensées, la faisant reculer jusqu'au mur et l'empêchant de fuir ? A quoi jouait-il ? Il se croyait intimidant ? Bon sang, c'était la guerre ici, elle avait déjà affronter des hommes pires que lui dans le désert, de véritable assassin, croyait-il vraiment l'effrayer ? Stupide. Le comportement d'Azeor était différent de celui qu'il avait eu envers elle a korrul. Le jeune homme polis, agréable et attentionné semblait avait disparut, remplacer par un homme au cœur lourd de regret, de douleur... Un connard, comme l'on en voit trop souvent. En revanche, la chose auquel erhyn ne c'était pas attendu, fut ce baiser... Doux et délicat et pourtant ce baiser avait un goût amer, comme celui d'un homme cherchant à faire du chantage affectif à une femme faible et sans défense. Elle aurait pu aimé ce baiser si cela avait été quelque chose de naturel... pour elle. Son seul baiser avait été celui d'un homme mourant qui avait rendu l'âme juste derrière... Voilà de quoi vous vacciner contre les effusions romantique pour un moment. Ne pouvait-elle donc pas avoir le droit à un baiser simple comme chaque femmes ? Il faut croire que non. Lorsque Azeor recula avec un sourire immonde aux lèvres, Erhyn sentit son cœur se serrer. Son seul ami... Qui se comportait avec elle comme une enflure de première catégorie. Triste scène que voilà... L'albinos le fixa et souffla.



« Comment peux-tu oser me faire ça... ? »


Elle l'avait toujours respecté depuis qu'ils avaient fait connaissance. Du moins, depuis qu'ils s'entendaient mieux car les premiers minutes de leur rencontre avait été plutôt houleuses. Saisissant Azeor par la gorge, Erhenyce pivota sur elle et inversa les rôle, le plaquant à son tour contre le mur et se colla à lui sans douceur, plantant ses prunelle délavées dans les siennes.


« Ne t'avises pas de jouer avec moi Azeor... Parce que la perte de ta petite liberté n'est rien à côté de ce que moi j'ai subit. Tu veux que je te dise ce qui s'est passé juste avant ton départ, espèce de lâche ? »


Fronçant les sourcils, elle relâcha la gorge du jeune homme pour aggripant le col de son manteau chaud et susurra d'une voix froide.


« J'ai eu mon tout premier baiser... Un vrai baiser, tu sais de qui ? D'un homme mourant... Tu le connaissait d'ailleurs... Puisqu'il travaillait pour ta famille. »


Erhyn avait bien du mal à se contrôler, sa haine était palpable, autant que sa tristesse.


« Thélador... Il est mort. Je suis venu à Penjoie pour te l'annoncer... L'annoncer à ta famille... Sauf qu'à mon arrivée, ma mère m'a dit que tu avais quitter la ville, laissant une lettre à ta mère.... Et moi, rien. J'étais là, seule avec ma tristesse... et tu m'as laissé quand j'ai eu le plus besoin de toi. Et te revoilà... Et tu oses m'embrasser, sans mêle t'excuser ? Afficher ce sourire détestable sur ton visage ? Tu es pathétique Azeor. »

La jeune femme se radoucit et relâcha son ami, le fixant avec un regard triste, les yeux humides.



«  Comment tu peux me toucher comme ça alors que tu sais que je souffre du comporter des hommes à mon égard ? Si je tiens à toi c'est parce que tu es différent... Et voilà qu'à présent tu te comporte comme eux ? Ton abandon a été suffisamment difficile à supporter, tu n'as pas à me faire subir une douleur supplémentaire. »
avatar
Ostracisé

On m'appelle Azeor Desnolancès


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Penjoie
MON AGE : 27 ans
Féminin
MESSAGES : 722
AGE : 23
INSCRIT LE : 07/06/2012
PSEUDO HABITUEL : Harrods
Joyaux : 271
Posté dans Re: Les rencontres vont et viennent pour toujours se retrouver   - Mar 2 Sep 2014 - 13:52

Il l’avait mérité. Son comportement ne pouvait qu’emmener à une telle réaction, et c’est avec un silence confus qu’il laissa la jeune femme le plaquer au mur avec violence. Il assumait totalement son idiotie, pourtant, les mots qu’elle employa à son égard firent remonter une profonde colère trop longtemps enfouie. Il se contint difficilement, écoutant les yeux flambant de rage, si bien que même l’annonce de la mort de Thélador ne lui fit que peu d’effet.

"Espèce de lâche ? Et qui es-tu toi pour oser m’insulter de la sorte hein ? Tu crois que ta différence te permets de pouvoir juger les autres alors que c’est ce que tu méprises le plus chez ceux qui te font du mal ?"

Il lui avait craché ses mots au visage, arrachant les doigts qui lui maintenaient le cou serré et la repoussa sans douceur. Il pouvait comprendre son malaise, sa tristesse et sa douleur. Il pouvait être un ami solide, mais pas pour une personne qui se permettait de juger avec si peu de gêne alors qu’elle était la première à se plaindre du regard des autres. Et à réagir avec violence pour cela.

"Tu ne sais rien de ma vie Erhenyce, et si c’est pour entendre les plaintes d’une pathétique gamine ce n’est pas la peine de rester ici. “Tu m’as laissé sans nouvelles” Nia nia nia. Crois tu que si j’ai tout laissé comme ça c’était une partie de plaisir ? On s’est vu une fois, une semblant d’amitié s’est construit. Mais cela n’explique en rien que je te doive quoi que ce soit, ni que tu attendes autant de moi pour ensuite venir me le cracher à la gueule. Je n’avais pas le choix, je devais me faire oublier et éviter de me faire repérer et reconnaître. Mais c’est vrai qu’envoyer des lettres depuis mes cachettes auraient été très discret."

Il soupira longuement, tentant d’évacuer une rage qu’il sentait bouillonner dans son estomac. Elle n’avait pas de chance, elle était sans doute sa première et seule véritable amie, du moins ce qui pouvait s’en rapprocher et commencer à l’être. Il avait agit comme un idiot, mais sa réaction à elle n’était pas plus mature.

"Quant à la mort de Thélador, j’en suis désolé si cela t’a affecté."

Il se radoucit sensiblement pour lui faire part de ces semblantes condoléances, dardant sur elle un regard toujours brillant de colère mais peint d’une compassion certaine. Ce fut pourtant tout ce qu’il ajouta à ce sujet. Il avait toujours exécré Thélador, et même si son décès ne lui apportait aucun plaisir, il n’arrivait pas à se sentir triste de sa perte. Il était seulement touché par la peine de ses proches, Erhenyce par exemple.

"Mon baiser était déplacé excuse-moi. Je suis encore perdu et j’ai tendance à réagir impulsivement. Même si c’était agréable…"

Une ombre de sourire était venu accentuer la fin de sa remarque, mais un voile de sincère désolation s’était posé sur son visage. Il ne regrettait pas de l’avoir embrassé, mais ce qui l’y avait poussé était totalement idiot, et il en était amèrement désolé. Cette sorte de liberté qui lui ouvrait les bras était toute nouvelle pour lui, qui avait toujours eu l’habitude de répondre aux ordres de la famille et de suivre à la lettre un enseignement strict et digne d’un petit prince. Alors se retrouver ainsi, seul, maître de son destin, il allait devoir s’y faire.

"Sur ce, je te salue. Puisque tout ce qui semble t’intéresser c’est ta petite personne et le fait que j’ai “osé partir sans te le dire”, je n’ai rien à faire ici. Dénonce moi si tu veux. Mais je trouverai sûrement d’autres amis qui chercheront aussi à me comprendre comme je peux le faire."

Il lui adressa un regard digne des plus grandes tragédie, savant mélange d’amère déception et de vive colère. Un pas sur le côté, il la poussa de son passage pour passer et remonta sa capuche tombée dans l’altercation. Il n’avait plus rien à faire avec elle si ce n’était que pour entendre des reproches. Les femmes étaient bien toutes les mêmes. Et il ne serait jamais mieux servit que par lui-même.


DC: Enaïa Lysean Vara'Da & Kezaël Lysereän & Esheban Ondeluire & Riska les Deux Voix & Eyföhl Aanka'Leï


Merci Erhenyce pour l'avatar ! <3
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: Les rencontres vont et viennent pour toujours se retrouver   - Ven 5 Sep 2014 - 13:33

Les choses dérapaient sérieusement. Azeor avait un comportement déplacé et des mots acerbes qui n'étaient pas mérités. Erhenyce le laissait geindre alors qu'elle était accusé de le juger... la bonne blague, dixit celui qui venait de l'embrasser sans raison et l'envoyer paître par la suite. Allons bon, l'air de la montagne semblait ne pas lui réussir. Serrant les dents, la dame de sang lâcha d'une voix sifflante qui trahissait son agacement.


« Ton baiser j'en ai rien à secouer, ensuite je ne te juge pas, je dis juste la vérité. Tu m'as simplement laissé, tu es partit sans prévenir, point. Ce sont les faits Azeor... Tu es assez grand pour faire tes choix, tu veux partir sans prévenir ? Eh bien fait ! Mais ne viens pas ramper ensuite et m'embrasser comme si je comptais pour toi alors que tu viens justement de dire que la seule chose qui nous lie est... je cite... Un semblant d'amitié. »


L'albinos préféra ne pas revenir sur le sujet concernant Thélador, c'était quelque chose de difficile. Suivant le cultivateur du regard, la jeune femme fronça les sourcil et fini par le suivre. Accélérant le pas, elle passa près de lui et le saisit par le col pour le tirer à l'extérieur.


« Je vais te donne une bonne raison de te plaindre... pas de chance pour toi, tu as choisis le mauvais jour pour venir me casser les pieds... Mais au moins tu as raison sur une chose, notre semblant d'amitié ne nous permet pas de nous connaître suffisamment... Sinon tu aurais su qu'on ne me parle pas sur ce ton... jamais. Mais tu sais ce qu'on dit, il n'est jamais trop tard pour apprendre. »


Se stoppant, de sa main libre la femme asséna un puissant coup dans la mâchoire de son soit disant amie puis le relâcha en lâchant dans un souffle de soulagement.


« Là, je me sent tout de suite beaucoup mieux. Maintenant qu'on est repartie sur de bonnes bases, si nous nous parlions comme deux personnes civilisées ? »


Un peu plus loin, deux soldats observaient la scène en se réchauffant près du feu. L'un deux bailla et se frictionna les bras en lâchant mollement.


« Il se passe quoi encore ? »
« A ton avis ? Elle est encore entrain de mater quelqu'un... »
« Pour pas changer... Il a fait quoi celui là ? »
« Je sais pas trop, de ce que j'ai entendu ça parle d'amitié et de baiser... »
« Qui a baiser qui ? ! »
« Non, un baiser abrutit ! »
« Ah... tu m'as fait peur... »
« En tout cas celui là va avoir chaud pendant un moment, on voit clairement qu'il la connaît pas, tu te souviens la dérouillée qu'elle a foutu à Malek dans la cafétéria ? »
« Et comment, il a fini la tronche défoncé et une fourchette dans la main. »
« Je te paris un quart de ta solde que celui là fini aussi avec la trogne en sang avant la fin de la journée. »
« Moi je pari qu'elle fini dans ses bras avant la fin de la journée ! »
« T'es un grand malade toi ! »
« Non, mais t'as dit que ça parlait d'un baiser, moi j'dis que y a de la romance dans l'air... »
avatar
Ostracisé

On m'appelle Azeor Desnolancès


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Penjoie
MON AGE : 27 ans
Féminin
MESSAGES : 722
AGE : 23
INSCRIT LE : 07/06/2012
PSEUDO HABITUEL : Harrods
Joyaux : 271
Posté dans Re: Les rencontres vont et viennent pour toujours se retrouver   - Sam 6 Sep 2014 - 9:07

Il avait mal. Très mal. Bien plus à l’âme qu’à la mâchoire où Erhenyce venait de lâcher l’agacement et la colère qu’elle retenait depuis le début. Son visage endolori n’était rien à côté de la profonde blessure de son coeur et de son esprit qui venait de se réouvrir. Elle était décidément comme tous les autres, bien plus idiote que lui même l’avait été. Et cette triste réalité était sans doute une souffrance bien plus insupportable qu’un coup porté à la figure, sans raison valable.

"Tu ne vaux pas mieux que tout ceux que tu méprises."

Furent ses seuls premiers mots. Ignorant les remarques des deux soldats plus loin qui commentaient la scène, Azeor était fixé sur la jeune femme en face de lui et qui se permettait maintenant de lui dire qu’ils pouvaient repartir sur de bonnes bases. Était-elle bête à un tel point pour s’imaginer que tout lui était du et qu’un claquement de doigt, ou un coup de poing dans le cas présent, était la solution à tous ses problèmes ? La fureur de l’ex-cultivateur avait, elle, fondue comme neige au soleil. La rancoeur et le dégoût l’avaient remplacé et si en temps normal, il aurait du se faire violence pour ne pas rendre le coup, même à une femme, la douleur de se voir traiter ainsi par une soi disant amie l’avait privé de toute envie de répliquer. A vrai dire, il était excédé par un tel comportement.

"Tu es incapable de faire la différence entre eux et moi. Entre de la méchanceté gratuite et de la véritable sincérité. Je me suis excusé pour un comportement déplacé que j’ai reconnu et assumé, eux ne le feront jamais. Tu te permets de me reprocher des choses pour ensuite me dire que tu n’en as rien à faire. Reste logique."

Le ton de sa voix était posé, parfaitement contrôlé mais ses yeux flamboyants parlaient pour lui. Mépris, déception et même dégoût, il n’avait plus envie de lui cacher ce qu’elle lui inspirait au moment présent. Qu’importe qu’elle soit un peu plus blessée, il n’attendait plus rien d’elle. Pas après ce qu’elle venait de faire.

"Ton geste est bien plus déplacé que n’importe quoi d’autre. Tu viens de briser le seul lien entre nous qui aurait pu se transformer en une belle amitié. Tu règles tout par la violence, et tu as beau faire la fière, la forte ou tout ce que tu veux, je parle comme je veux à une femme qui se permet de frapper dès qu’elle se sent en manque d’arguments valables."

Il avait envie de lui cracher au visage. Il se contenta de se baisser pour ramasser un peu de neige et l’appliquer sur sa joue rougie par le coup. Heureusement pour lui, et pour elle, le travail de Cultivateur l’avait endurci et il ne souffrirait pas d’une fracture. Il lui aurait fait payer au mille.

"J’assume mon attitude idiote, je l’ai regretté, je me suis excusé. Il serait bon que tu en fasses de même. Ne viens pas t’étonner du regard des autres après ça."

Il ne lui adressa même pas un dernier regard avant de se détourner d’elle pour rejoindre le campement où dormaient les corps de soutien des Veilleurs. Il n’avait pas envie de lui parler, ni même de se battre. Elle n’en valait plus la peine. Pas après ça. Il repoussa la lourde toile et pénétra dans le bivouac chauffé et désert. Tous les autres étaient déjà près des marmites à attendre le dîner. Lui n’avait pas faim. Il retira son épais manteau et se contenta d’un marcel, pour plonger dans ses réflexions près d’un feu crépitant.


DC: Enaïa Lysean Vara'Da & Kezaël Lysereän & Esheban Ondeluire & Riska les Deux Voix & Eyföhl Aanka'Leï


Merci Erhenyce pour l'avatar ! <3
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: Les rencontres vont et viennent pour toujours se retrouver   - Sam 6 Sep 2014 - 11:56

Bon sang mais qu'il se taise ! Toujours à la ramener, à se plaindre, à l'insulter et se faire passer pour une victime ! Erhenyce était à deux doigts de le frapper à nouveau juste pour l'assumer histoire qu'il cesse de geindre une fois pour toute.

« Mais j'en ai rien à faire de ce que pense les gens ! C'est là la différence entre toi et moi, c'est que moi au moins je m'assume ! Et toi, à part fuir et te cacher comme un vaurien, tu fais quoi au juste ? Je serais toi j'y réfléchirais à deux fois avant de parler. »

Mais Azeor insistait, parlant de ses excuses et de la façon dont elle le traitait. L'albinos éclata de rire, un rire jaune cela dit, car elle n'était vraiment pas d'humeur à s'amuser ou rire de quoi que soit. Le toisant avec force, la jeune femme lâcha durement à son ami .

« A qui tu vas faire croire ça ? A part essayer de t'en convaincre... Parce que tu t'es excuser de m'avoir embrasser certes... Mais à aucun moment tu t'es excuser de m'avoir insulter et traiter comme un déchet parce que je t'ai reprocher de t'être barrer comme un connard. Donc si on résume... Tu t'excuse pour un baiser comme si c'était un acte mauvais mais pas de la façon dont tu t'adresse à moi ? Ça tourne vraiment pas rond dans ta tête. Mais moins maintenant je sais à quoi m'en tenir. »

Et après c'était elle qui se comportait comme les autres ? Alors lui l'avait embrassé et agissait ensuite comme si ce baiser était mal. Au finale, elle le dégouttait physique comme n'importe quel autre homme... Inutile de chercher à tourner autour du pot, c'est comme ça qu'elle voyait les choses. Mais si cela la gênait c'était surtout parce que venant de son seul ami, c'était blessant.

« Mais si je me souviens bien... tu m'avais vaguement parler d'une femme... Enfi,, mentionnée, tout juste... Tu m'avais dit que ton cœur était prit... Dis moi Ô grand Azeor parfait et merveilleux homme que tu es... Tu te serais pas fait larguer par hasard ?  Oh, laisse moi deviner, c'est pour elle que tu t'es casser comme un rat... Et ensuite tu oses m'embrasser ? T'es un porc Azeor. Sérieusement, t'es encore plus immonde que tout ces abrutit que je côtoie sans cesse. T'as cru quoi ? Que j'allais te servir d’exutoire pour que tu puise soulager ton cœur brisé ? Désolé, mais ça marche pas comme ça. Ouvre les yeux mon grand, ici t'es dans la réalité, il est temps de grandir. J'en ai marre d'être traité comme une sous merde et d'être relégué au second plan, alors quand tu voudras te comporter enfin comme un homme qui assume ses actes, viens me voir, là on pourra discuter, en attendant... Je te déconseille de m'approcher, sinon... Crois moi je te ferais amèrement regretter d'être entrer dans ma vie. »

Le desnolancès pouvait l'insulter, l'humiler et la juger autant qu'il voulait... Mais la traité comme un goujat de façon si macho et inhumaine... ça c'état hors de question. Se détournant de lui, Erhenyce s'éloigna rapidement, s'engouffrant dans une tente qui servait de dispensaire pour les blessé. Les deux soldats soupirèrent et l'un d'eux lâcha.

« De la romande tu dis... ? Prépare ta solde, tu vas perdre. »
« Pff, c'est pare que t'y connaît rien ! Tu vois pas comme c'est passionné ! »
« Je vois surtout deux cons qui se prenne le bec pour des bisous alors qu'on est en pleine guerre et qu'on se pèle le cul. »
« C'est ce que je dis, t'y connaît rien. »

avatar
Ostracisé

On m'appelle Azeor Desnolancès


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Penjoie
MON AGE : 27 ans
Féminin
MESSAGES : 722
AGE : 23
INSCRIT LE : 07/06/2012
PSEUDO HABITUEL : Harrods
Joyaux : 271
Posté dans Re: Les rencontres vont et viennent pour toujours se retrouver   - Dim 7 Sep 2014 - 7:38

"Elle est aussi bête que toutes les femmes. Égoïste et incapable de comprendre quoi que ce soit tant que ce n’est pas ce qu’elles veulent entendre."

Azeor grognait pour lui-même dans le bivouac. Se glissant dans son semblant de lit de camp, il rumina encore un moment avant de s’endormir, usé par le travail. Il n’entendit même pas les autres rentrer du repas, plongé qu’il était dans un sommeil presque réparateur. Au moins, il ne penserait pas elle.


Une semaine plus tard


Il ne l’avait pas revu, où du moins, avait tout fait pour l’éviter. Il tournait la tête, déviait le regard, ignorait la silhouette qu’il reconnaissait. Elle faisait de même, et il s’en portait bien mieux. Il n’avait aucune envie de lui parler, leur dernière dispute avait été violente. Et s’il avouait son comportement idiot, il accusait encore le coup des paroles meurtrières d’Erhenyce. Lâche, vaurien, tout ça pour une femme. Elle ne connaissait rien. Et s’était permis des mots que même sa famille n’aurait pas eu le toupet de lui balancer au visage. Et de ça, il ne lui pardonnerait jamais. Alors il l’évitait, et faisait comme si elle n’existait pas.

Il était plutôt satisfait de sa technique jusqu’au jour où, près de la station d’extraction en construction, quelques éclaireurs barbares décidèrent d’une avancée un peu trop osée. La réplique fut immédiate, et Azeor, posté comme il était en tant que soutien armé, du utiliser son arme pour la première fois sur de véritables cibles. Dans le feu de l’action, il ne réfléchit pas, et le cri d’un des hommes des neiges lui apprit qu’il avait touché dans le mille. Mais une violente brûlure au niveau des basses-côtes le fit reculer brutalement. Il y posa instinctivement une main qu’il retira ensanglantée et pesta contre le sorcier qui venait d’abattre sa fameuse magie sur lui. Un des Veilleurs se chargea de le venger et tout redevint calme. Appliquant un simple tissu sur la plaie, quoi que profonde malgré ce qu’il en disait, il reprit le travail comme si rien ne s’était passé.

Deux jours plus tard, pourtant, il du se rendre à l’évidence. N’ayant pas jugé nécessaire de faire soigner sa blessure, il n’avait laissé tel quel, ne la désinfectant que quand il y pensait, soit quasiment jamais. Mais la douleur de la plaie ajoutée à l’infection naissante était de plus en plus difficile à supporter malgré toute la bonne volonté qu’il y mettait. Ce fut l’un de ses collègue qui l’obligea à se rendre au dispensaire quand il s'aperçut de la mine trop pâle de son “ami”. Un simple toucher du front, et il était certain qu’il avait de la fièvre. Il se retrouva donc couché sur l’un des lit de l’infirmerie, les yeux clos et se concentrant sur autre chose que sur sa blessure martyrisée par les mains peu délicates et habiles d’une infirmière qui semblait plus troublée par le torse musclé de l’ex-cultivateur que par l’état inquiétant de la plaie.

"Vous auriez du venir dès le premier jour, la blessure est infectée."

Azeor soupira et jeta un regard agacé à la demoiselle à travers ses yeux mi-clos.

"Parce que ça aurait changé quelque chose à votre incompétence ?"

La jeune femme devint aussi blanche que la neige et recula en balbutiant et s’excusant. Grognant, il se redressa, grimaçant sous la douleur de la blessure et attrapa de quoi recoudre, ignorant les supplications de l’infirmière qui tenta de l’obliger à se recoucher.

"Retournez à votre place ! Vous allez vous faire encore plus mal. S’il vous plaît."

Il ne prit pas la peine de lui répondre, et débuta une suture peu certaine, serrant les dents. La fièvre manqua le faire tomber à terre, et il rejeta l’aide de la jeune femme qui appelait à l’aide. La douleur de la blessure n’était rien à côté de celle de son coeur, et jamais il ne s’avouerait vaincu pour si peu. Pourtant, son esprit lui, n’était pas d’accord et la souffrance endurée était bien trop importante pour qu’il continue à la supporter. L’inconscience était une bonne solution, et il se retint de justesse au lit avant de tomber à terre en grognant, luttant pour ne pas sombrer.


DC: Enaïa Lysean Vara'Da & Kezaël Lysereän & Esheban Ondeluire & Riska les Deux Voix & Eyföhl Aanka'Leï


Merci Erhenyce pour l'avatar ! <3
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: Les rencontres vont et viennent pour toujours se retrouver   - Dim 7 Sep 2014 - 13:53

Comme si la guerre n'était pas déjà assez difficile comme ça, il fallait en plus ajouter une couche avec Azeor qui lui cassait royalement les pieds... Et c'était peu dire, car même si le jeune homme semblait ne pas en avoir conscience, il avait profondément blessé l'albinos. Et comme toujours, son seul exutoire fut le travail... Erhyn en venait à ne presque plus dormir car dès qu'elle avait un moment de libre, son esprit se focalisait sur cette satané dispute qui les avait divisé... Décidément, les relations sociales n'étaient pas faite pour elle. Pourtant, ce jour là, après une bonne semaine à s'éviter l'un l'autre, le korrulien fit irruption dans le dispensaire. Repoussant l'infirmière, l'injuriant et faisait sa tête de draoma mal luné, le Desnolancès réalisa à peine qui venait d'entrer. La dame de sang s'avança rapidement, essuyant ses mains sur un chiffon alors que son ami cherchait à se recoudre seul... Mais quel idiot! Et voilà qu'il manquait d'en tourner de l'oeil... Allons bon, bouder était une chose, mais Erhenyce ne voulait pas avoir sa mort sur la conscience et ici, dans ce dispensaire, il était dans son domaine, chez elle... Il n'aurait pas le dernier mot.

« Tu comptes faire quoi avec une suture aussi pitoyable ? »


A vue d'oeil la plaie était infecté... Double idiot même. Quel crétin, à coup sûr il avait laisser ça s'infecter juste pour ne pas venir ici et la croiser. Erhyn soupira longuement et murmura.

« Bon aller, fais moi voir ça... Et inutile de râler, ici je suis ton médecin... Tu peux cracher ton venin à l'extérieur mais dans mon dispensaire tu te tiens tranquille. Et évites de traumatiser mes infirmières s'il te plait. »

Entre son mauvais caractère et sa tenue, les pauvres femmes avaient de quoi devenir folle. Erhyn prépara un kit de suture puis saisit un tabouret qu'elle plaça près du lit de fortune avant de s'assoir puis elle attacha ses longs cheveux et murmura.

« Allonges toi, détends toi... »

Sans attendre, la belle observa la plaie, touchant le contour qui trahissait l'infection puis elle s'empara d'un tissus propre et l'aspergea d'un produit désinfectant et tamponna la plaie avec. Généralement elle ne faisait pas dans la dentelle, soignant de façon efficace mais pas toujours agréable... Pourtant là, elle se montrait particulièrement douce.

« Azeor, qu'est-ce qui s'est passé pour te retrouver avec une telle blessure ? Tu aurais vraiment dû venir me voir... »

L'inquiétude trahissait le regard de l'albinos. Bon sang, après la mort de Thélador, elle n'était vraiment pas prêt à personne une autre personne... Cette pensée lui serra douloureusement le cœur et brusquement, sa colère se dissipa, ne restait plus que de la tendresse et de l'angoisse. Rapidement la suture fut faite, à la hauteur de son talent. Erhyn soupira et aida son ami à s’asseoir pour ensuite lui bander le ventre et ajouta.

« Je veux que tu reste ici pour cette nuit, je préfère te garder en observation... Je dois garder un œil sur ta plaie pour vérifier que ton infection ne s'aggrave pas... »

Erhenyce n'osait pas croiser son regard, pourtant ses yeux se levèrent doucement et se plongèrent dans ceux de son ami. Le silence... Tiens, ils étaient seul ? L'infirmière avait dû quitter la pièce depuis quelques minutes déjà. Erhyn se racla la gorge et détourna le visage, fourra l'aiguille et le matériel de désinfection dans un petit bac en métal.

« Ne fait pas trop d'effort, tu pourrais rouvrir la plaie. »
avatar
Ostracisé

On m'appelle Azeor Desnolancès


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Penjoie
MON AGE : 27 ans
Féminin
MESSAGES : 722
AGE : 23
INSCRIT LE : 07/06/2012
PSEUDO HABITUEL : Harrods
Joyaux : 271
Posté dans Re: Les rencontres vont et viennent pour toujours se retrouver   - Lun 8 Sep 2014 - 11:56

Par Ruyn, ses prières ne marchaient donc plus ici, sur cette terre sauvage où seules les lois de la nature et de la magie semblaient décider de tout. Il avait bien réussi à faire fuir l’infirmière qui lui triturait la plaie depuis tout à l’heure, mais ce fut pour voir arriver bien plus coriace en matière de femme. Et de médecin. Erhenyce. En personne. Et la douleur de la blessure avait beau valoir toutes les souffrances, Azeor ne pu retenir un grognement de mécontentement non dissimulé. S’il avait envie d’une chose, c’était surtout de ne pas la voir et d’éviter tout conflits. Chose impossible avec elle.

"Partir d’ici au plus vite."

Souffla t-il seulement lorsqu’elle lui demanda ce qu’il comptait faire tout seul avec sa suture. Sa réponse était idiote, il s’en fichait. Il voulait juste quitter ce lieu où l’odeur de mort, de sang et de souffrance était partout. Il n’avait d’autant pas envie de lui parler, son mauvais caractère titillé par l’infection qui lui brûlait le corps et la tête. Pourtant, il fut bien obliger de se laisser faire. Il n’avait aucune envie de mourir à cause d’une simple blessure non soignée, et il n’était clairement pas en position de force. Il s’allongea donc sur le lit comme indiqué, et soupira, laissant la jeune albinos regarder la plaie. A sa question, il n’y répondit pas de suite, d’abord surpris par la douceur dont elle faisait preuve, et ensuite, hésitant lui même quant à la réponse.

"Je pensais pas que ça virerait aussi mal c’tout…"

Ce n’était pas tout à fait faux. Il aurait aussi bien pu rajouter qu’il n’avait pas envie de la voir non plus, ce qui était plutôt vrai bien qu’il regrettait amèrement leur dispute et ce qu’il pensait être une amitié brisée et gâchée. Mais il y avait bien autre chose, et il l’avoua sans honte dans un murmure.

"J’évite ce genre d’endroit. J’ai tendance à toujours m’en sortir avec de mauvaises nouvelles… alors je les fuis. Ça te fera une bonne raison de m’insulter de lâche."

Il n’avait pas pu retenir la dernière remarque, encore vexé des insultes dont il avait été fustigé. C’était peut-être vrai après tout. Il n’était sûrement qu’un lâche. Mais la mort de son père était un bien trop grand traumatisme pour qu’il apprécie ce genre d’endroit où il avait passé les pires mois de sa vie, à se demander si son géniteur s’en sortirait. A le voir mourir sous ses yeux, dans un dernier souffle laborieux. Alors oui, il pouvait bien être lâche, il n’en porterait pas plus d’importance de la bouche de quelqu’un qui pensait tout savoir.

"Allonger sur un lit d’infirmerie, je risque pas de suer d’effort t’en fais pas."

Il croisa le regard d’Erhenyce et détourna rapidement le sien, flamboyant malgré la douleur avant de fermer les yeux, échappant à la surprise de lire de l’inquiétude dans les prunelles de la doctoresse. Puis, il soupira longuement, et se mua dans un silence sous-entendu. Il avait dit tout ce qu’il avait à lui dire. Qu’elle parle ou se taise à jamais.


DC: Enaïa Lysean Vara'Da & Kezaël Lysereän & Esheban Ondeluire & Riska les Deux Voix & Eyföhl Aanka'Leï


Merci Erhenyce pour l'avatar ! <3
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: Les rencontres vont et viennent pour toujours se retrouver   - Lun 8 Sep 2014 - 12:28

Peu de gens aimait ce genre d'endroit, la seul exception était ceux qui y travaillait, et encore. Erhenyce elle s'y sentait comme chez elle, dans les lieux médicaux c'est là qu'elle sauvait des vies. Azeor l'avait juger en disant qu'elle ne valait pas mieux que ceux qu'elle méprisait, s'il savait à quel point il était loin de la vérité... Il ignorait que ces gens avait chercher à la tuer, la laissant pour morte dans le désert... Et qu'après ça, elle avait prit la décision de devenir médecin et de sauver ceux qui justement, la haïssait. Et chaque jours depuis, Erhyn se donnait corps et âme pour sauver ces gens qui ne voyait qu'en elle une erreur de la nature... Tous ignorait à quel point elle était humaine... Azeor y compris. Mais pouvait-elle le lui reprocher ? Après tout il avait souligner le fait qu'ils ne se connaissaient presque pas mais il faut dire qu'il n'avait pas chercher à la revoir... et puis finalement il était partit, faisant une croix sur ceux qui était entrer dans sa vie. Glissant une main sur son front, la veilleuse plaqua ses mèches blanches sur son crane avant qu'elle ne retombe devant son visage.

« Reposes toi, tu as besoin de reprendre des forces. »


Pas un mot de plus. Finalement, l'albinos fila au fond du dispensaire, s'installant sur une vieux tabouret et commença à faire l'inventaire de son matériel... Voilà qui était déplaisant, en plus du fait qu'il s'agissait d'une activité ennuyeuse, le matériel commençait à se faire rare. Si l'on prenait le nombre de victime, il y avait vraiment de quoi s'inquiéter. Ce fut deux soldats qui firent irruption dans le dispensaire, portant un troisième qui gémissait de douleur.

« Au secours ! Docteur ! Quelqu'un, on a un blessé !!! »

Erhenyce se leva brusquement, lâchant son calepin et fila droit vers le lit où le soldat venait d'être déposer. La cuisse transpercée par un bout de mois plutôt massif, il perdait énormément de sang.

« Qu'est-ce qui s'est passé ?! »
« Un piège, dans les alentours du camp... On ne l'avait pas, il était cacher sous la neige, Ilhak à marcher en plein dessus et il s'est refermer sur sa jambe ! Vu la taille le piège devait être destineé au gibier... bon sang mais quel animal peut-on choper avec un truc aussi gros ?! »

Erhyn quand à elle garda le sielnce, observant le pic en bois empalé dans la jambe du soldat. Même si elle arrivait à sortir ce truc, elle ne donnait pas cher de sa jambe... Ce mec avait deux option, soit il mourrait dans peu de temps de son hémorragie et le froid avec probablement une infection en prime, soit elle le sauvait mais il pouvait dire adieu à sa jambe et donc à sa carrière...

« Ilhak, vous m'entendez … ? »

L'homme gémit, entrouvrant les yeux. On visage était cadavérique. Erhyn fit signe aux soldats de sortir puis elle contourna le lit et retira l'oreiller et souffla.

« Ilhak, vous devez rester éveillé ! Vous m'entendez ? Gardez les yeux ouvert ! »

Si il ne luttait pas, s'en était fini de lui. Pas le temps d'y aller avec des pincettes. L'albinos s'empressa de faire un garrot autour de la jambe du blessé puis aggripa le pic en bois puis décompta à voix faible. Dans un craquement sonore, elle pivota le pic et l'arracha d'un coup sec, arrachant un long cri de douleur au sol. Le pic fut balancer au sol et d'un geste rapide mais précis, le médecin plaqua un épais tissus sur la plaie sanguinolente avant d'essuyer son front d'un revers de main et y étalant le sang de son patient.

« Allez, courage ! Ilhak, regardez moi ! »

L'homme étouffa un sanglot, agrippant au draps du lit pour fixer la chirurgienne. Pas besoin de mot, mais la compassion dans le regard de la belle était suffisamment parlante.

« Ilhak... je peux vous sauver... Mais votre jambe sera foutu... »
« Je... Pitié... arrêtez juste cette douleur... »

Il n'en fallait pas plus. Retirant le tissus, Erhyn se saisit de son matériel de suture et s'empressa de stopper l'hémorragie. Après un bonne attente et un patient inconscient par anesthésie, il fut finalement en bonne voie pour être sauvée. Sa jambe avec mais il en resterait invalide pour le restant de ses jours. Une fois son travail fini, l'albinos se laissa choir sur le lit d'à côté, fixant le soldat endormit et recouvert d'une couverture. Le silence.... Bienfaiteur. Pourtant, les nerfs retombèrent et le médecin au visage et aux mains maculées de sang étouffa un sanglot. Elle était épuisée, dormait peu, mangeait peu... Ses nerfs étaient mit à rude épreuve ici... Plus que n'importe où.
avatar
Ostracisé

On m'appelle Azeor Desnolancès


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Penjoie
MON AGE : 27 ans
Féminin
MESSAGES : 722
AGE : 23
INSCRIT LE : 07/06/2012
PSEUDO HABITUEL : Harrods
Joyaux : 271
Posté dans Re: Les rencontres vont et viennent pour toujours se retrouver   - Mar 9 Sep 2014 - 3:36

Elle n’avait rien dit de plus. Ne le jugeant sûrement pas assez bien pour qu’il mérite des excuses. Ou au moins des explications. Sur une simple recommandation, elle s’était éloignée pour se plonger dans son travail. Et Azeor du se contenter de cela. Son pressentiment n’était donc pas que cela. Leur début d’amitié était véritablement brisé. Dans un soupir, il détourna le regard de la jeune femme qui lui tournait le dos, occupé à compter son matériel médical, et ferma les yeux. Tant qu’à ne servir à rien, autant dormir. Ça ferait passer le temps plus vite. Et il pourrait sortir d’ici en vitesse.

Le destin sembla justement en désaccord avec les projets d’Azeor, encore une fois, car à peine commençait il à sombrer dans un sommeil réparateur qu’il en fut tiré dans un sursaut, lorsque des cris emplirent le dispensaire. Deux soldats portaient un troisième, grièvement blessé. Et pour cause, un pic était planté dans sa jambe et ce dernier hurlait à la mort. La voix d’Erhenyce résonna aussitôt après, alors qu’elle prenait en charge la victime. Se recouchant complètement, l’ex-cultivateur ferma de nouveau les yeux, tant pour éviter de voir ce genre de choses dont il n’avait pas l’habitude, que pour tenter de se reposer un peu. En vain. Durant les longues heures où la vie du soldat oscilla, il ne parvint pas à trouver le repos et malgré ses yeux clos, écouta tout le long de l'opération. Il ne pu retenir un soupir de soulagement lorsque le calme revint enfin, et que la chirurgienne annonça la réussite des soins. Au moins un de sauvé. Et il allait enfin pouvoir dormir. Ou pas. Non loin, dans le silence reposant de l’infirmerie, un sanglot étouffé se fit discrètement entendre. Azeor ouvrit un oeil, capta la silhouette d’Erhenyce sur un lit à proximité et comprit. Elle était courageuse. Très, et sûrement bien plus que la plupart des hommes présents ici. Il l’admirait pour ça, pour la compassion dont elle faisait preuve avec ses patients aussi. De l’extrême agilité et compétence qu’elle possédait. Elle était une femme plein de qualité. Dommage que son caractère trop violent et sa manière de juger sans savoir ne vienne tout gâcher. Sans ça, le jeune homme était quasiment certain de pouvoir succomber à son charme.

Encore vexé de leur dispute, le nouveau soldat hésita un instant entre rester couché et se lever pour aller la réconforter. Il finit par se hisser debout, avec peine, une main sur le pansement de sa blessure. S’approchant d’un petit meuble, il attrapa un bac vide où il versa de l’eau propre, ainsi que des compresses et s’avança en boitant vers le lit où était allongée Erhenyce. Sans un mot, il l’obligea à se redresser en position assise, et se mit à l’oeuvre, nettoyant d’abord ses mains ensanglantées avant de frotter avec une infime douceur le visage maculé de sang de la jeune femme. Lorsqu’elle fut propre, il l’observa un instant, le visage impassible et finit par tourner les talons, rangeant ce qu’il avait emprunté. Il se coucha à nouveau à sa place, se tourna sur le côté indemne de son corps, prêt à s’endormir.

"Oublie pas de manger. Les autres ne valent rien à côté de toi pour soigner, et je veux pas mourir."


Le lendemain, c’est tout naturellement qu’Azeor se réveilla avec la lumière faiblarde du soleil. Se redressant à moitié, il grimaça lorsqu’il sentit la brûlure de sa plaie toujours présente et jura. Combien de temps allait-il devoir rester ici. Il avait autre chose à faire, il devait aider. Il s’en remit à l’une des infirmière qui vint lui changer son pansement en lui demandant s’il n’était pas possible de lui administrer de quoi alléger la douleur, afin qu’il puisse travailler. La réponse fut négative, et tout en grognant, il se recoucha, de nouveau de mauvaise humeur.


DC: Enaïa Lysean Vara'Da & Kezaël Lysereän & Esheban Ondeluire & Riska les Deux Voix & Eyföhl Aanka'Leï


Merci Erhenyce pour l'avatar ! <3
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: Les rencontres vont et viennent pour toujours se retrouver   - Mar 9 Sep 2014 - 14:13

Étés et hivers, à travers des décembres neigeux, assis au bord de l'eau près des braises...
Oubliant la vie qu'ils ont eu une fois auparavant.
- Je ne t'aurai pas laissé, je t'aurai retenu, quand le dernier jour arrive... Et si tu avais eu besoin de moi, ne m'aurais tu pas retenu le dernier jour ?

Des larmes à n'en plus finir. Tout ce qu'elle voulait c'était oublier la tension dans son corps, les sombres pensées dans son cerveau... Profiter d'un repos mérité, oublier cette guerre... Simplement s'endormir... Et pourquoi pas, ne jamais se réveiller. Mais le destin en avait décider autrement, Azeor aussi visiblement. Alors qu'Erhyn lâchait face à la pression, chose extrêmement rare pour elle, le jeune homme trouva la force de se lever de son lit pour la rejoindre et avec une douceur toute particulière, commença à toiletter le visage de son amie. A cet instant, elle pouvait le penser... Il était son ami, celui qu'il lui avait sourit si chaleureusement lors de cet après midi brûlant de korrul. Hoquetant, la jeune femme avait abandonné son masque de femme glaciale et insensible, libérant à travers ses sanglot toute la tristesse qui la submergeait depuis des mois... La mort de Thélador, le départ d'Azeor, le rejet, la peur...la solitude. Même avec un mentale de fer comme le sien, il arrivait un moment où la coupe était pleine. Erhyn n'éprouvait aucune gêne à pleurer ainsi, elle n'avait pas la force de retenir ses larmes et malgré son chagrin, en elle brillait une parcelle de lumière... parce qu'il là dans un moment difficile, parce qu'elle n'était pas seule.

L'eau du bac fut rapidement teinté de rouge et l'albinos leva son regard rougit et gonflé par ses pleurs vers le visage chaud de son ami. La colère qu'elle avait eu pour lui venait de s'envoler... Disparu comme un rien... Par sa présence, par ses gestes il venait de lui prouver qu'elle avait eu tord. La veilleuse déglutit, hoquetant encore, cherchant à reprendre son souffle et murmura alors qu'il nettoyait ses mains comme le ferait un parent avec un enfant.

« Merci... j'avais tord... TU n'es pas.... tout ce que j'ai dis sur toi... tu es une bonne personne... »


Sa voi s'éteignit et le silence retomba. Propre, la femme détourna le visage pur fixer le vide. Elle ne pleurait plus mais son visage portait les stigmate de son chagrin et de la fatigue. Manger ? Non, elle ne le ferait pas, demain sans doute quand elle irait mieux mais à présent elle avait surtout besoin d'une bonne nuit de sommeil. Tout près de lui. Sans répondre Erhenyce se rallongea et ferma les yeux... Rapidement le sommeil la submergea. Cependant elle fut réveillé aux aurores mais Azeor lui sortit de son repos que bien plus tard. Alors que l'infirmière lui refusait de quoi soulager la douleur, Erhyn entra à son tour dans le dispensaire et lâcha.

« Khalia, laissez je m'en occupe. »
« Bien docteur.... »

Erhyn s'approcha du lit et posa son regard fatigué sur le jeune homme avant d'esquisser un sourire. Sans un mot, elle sortit une seringue et piqua la hanche du korrulien pour lui injecter un anti-douleur et lâcha enfin.

« J'ai quelque chose à te dire... »


Prenant place sur son tabouret, la belle inspira et expira doucement en ajustant sa veste et fixa Azeor avec un regard bien moins triste que la veille. Il était évident comme le nez au milieu de la figure que la présence du jeune cultivateur lui avait fait du bien. Un bref échange certes, mais les gestes qu'il avait eu valait tout les mots doux du monde.

« J'ignore pourquoi tu es partit... C'est vrai ça m'a fait du mal... Mais je comprends que tu avais tes raisons et.. .je l'accepte. J'ai eu des mots envers toi que je n'aurais jamais dî prononcer tout comme je n'aurais pas dû te frapper. Mais... Mais ! Hier soir... j'ai craqué... j'étais affreusement mal et... Tu as été là bien que je ne le méritais pas... Je n'ai pas de mot pour te dire comme tes gestes et ta présence ont été bénéfique pour moi... ET pas seulement ! J'ai revu en toi cette lumière que j'avais vu le jour de notre rencontre... Un home qui ne s'arrête pas à ce qu'il voit.... Qui a du cœur.... »

Erhyn pencha la tête sur le côté et sourit avec tendresse, l'oeil fatigué mais pétillant. Une moue attendrissante qu'il était rare de voir chez elle.

« Travaille ici avec moi Azeor... Tu es un homme gentil et tu as de la compassion... certes tu n'es pas très doué pour les sutures mais... ça je peux te l'apprendre ! Acceptes s'il te plait... je partagerais avec toi tout mon savoir... Je n'ai pas grand chose à t'offrir à part mon amitié et arrangé un peu ta vie ici... je préfère te savoir là avec moi que dehors à risquer ta peau... Tu n'as pas idée comme j'étais inquiète quand je t’aie vu blessé... Je ne veux pas ressentir ça de nouveau... Laisse moi prendre soin de toi... »
avatar
Ostracisé

On m'appelle Azeor Desnolancès


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Penjoie
MON AGE : 27 ans
Féminin
MESSAGES : 722
AGE : 23
INSCRIT LE : 07/06/2012
PSEUDO HABITUEL : Harrods
Joyaux : 271
Posté dans Re: Les rencontres vont et viennent pour toujours se retrouver   - Mer 10 Sep 2014 - 12:03

Pour la première fois depuis son arrivée sur l’île blanche, Ruyn, ou tout autre Dieu s’en approchant et pouvant entendre les prières d’Azeor depuis cette galère enneigée, sembla apte à réaliser son voeu. Le soulager de sa souffrance pour lui permettre de sortir. Certes, le souhait ne fut qu’exaucé à moitié, mais c’est dans un sursaut de surprise qu’il reçu la dose d’anti-douleur dans la hanche, avant de le sentir agir aussitôt. La brûlure s’apaisa et il en soupira de soulagement. Il n’était pas douillet, mais il n’avait rien contre un peu de confort. Ainsi soulagé, il fit l’effort de se redresser pour se mettre à la hauteur de celle qui venait de l’aider. Erhenyce. Encore. Il la remercia d’un geste de la tête, s’attendant à ce qu’elle tourne les talons, comme d’habitude. Pourtant, ce fut avec une agréable surprise qu’il la vit rester, et lui annoncer qu’elle devait lui parler. Silencieux, il ne dit rien, la confortant juste dans son désir de s’exprimer. Et tout le long, il écouta attentivement.

"Merci."

Fut son seul mot une fois qu’elle eut terminé. Un simple remerciement, mais dont son regard pourpre flambant exprimé bien plus. Un remerciement pour son aide, à deux reprises. Un remerciement pour son honnêteté et son franc-parlé, bien qu’elle se fut trompé sur plusieurs points. Un remerciement pour sa générosité, son courage et son humilité. Elle reconnaissait avoir été trop loin. Elle s’excusait. Il n’avait plus aucune raison de lui en vouloir. Alors, comme si ses mots avaient débloqué un cadenas tenant fermement le jeune homme, ce dernier se mit à sourire. Sûrement le plus sincèrement possible depuis bien longtemps, si ce n’est depuis la mort de son père. Un sourire de soulagement, de joie et d’espérance. Il avait tant cru perdre une amie qu’il savait fidèle et attentive. Une femme si semblable à lui-même.

"Excuse-moi pour mes paroles indélicates. Je crois que tu n’as pas compris ce que j’aurais voulu que tu comprennes réellement."

C’était à son tour de l’avouer. Il s’était déjà excusé, pour son baiser. Il le fit de nouveau, pour ses paroles qui, même s’il les penait, n’avaient pas été prises comme elles auraient du l’être. Il l’avait blessé, involontairement, mais il l’avait fait. Alors il le fit avec une humilité déconcertante, surtout venant d’un ancien cultivateur. La balle était enfin au centre. Ils pouvaient repartir sur de bonnes bases. Et ce fut le cas.

"Ta proposition est très alléchante. Mais je ne sais pas si je serais capable d’un tel travail, surtout dans un endroit que j’ai tendance à fuir. Il va me falloir un professeur très patient."

Erhenyce s’avoua bien plus généreuse qu’il ne l’aurait pensé, et il avait d’abord eu du mal à croire à sa proposition. Et bien qu’elle l’enchantait plus que de rester dehors, dans le froid, une arme entre les mains à surveiller un chantier, il n’arrivait pas à s’imaginer les mains dans le sang, à sauver des vies. Lui qui avait une certaine tendance à détester les endroits où la mort régnait de trop près. Mais entre courir le risque de mourir ou aider ceux qui étaient près à trépasser, que valait-il mieux ? Ils étaient en pleine guerre, et il n'avait pas le droit de se poser la question de ce qu'il préférait faire. Tout ce qu'il devait se demander était : Où serait-il le plus efficace ?

"Laisse moi y réfléchir quelques jours."

Finit-il par conclure, adressant un sourire plein de reconnaissance à Erhenyce. Elle ne voulait que son bien. Il ne voulait que son bonheur. Et il était certain qu’elle serait une admirable professeur, patiente et attentive, même envers un piètre élève comme lui. Il devait y réfléchir, sérieusement. Au moins pour l’annoncer à ses collègues. Mais pour cela, encore fallait-il qu’il puisse se remettre sur pieds et retrouver sa liberté.

"Quand est-ce que je pourrais sortir ?"


DC: Enaïa Lysean Vara'Da & Kezaël Lysereän & Esheban Ondeluire & Riska les Deux Voix & Eyföhl Aanka'Leï


Merci Erhenyce pour l'avatar ! <3
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: Les rencontres vont et viennent pour toujours se retrouver   - Jeu 11 Sep 2014 - 9:01

Le sourire sincère d'Azeor valait tout les mots du monde. Une vague d'émotion traversa l'albinos dont le regard pétilla de joie, une lueur qu'il était rare de voir chez elle. Ne restait plus qu'à savoir si son ami allait accepter sa proposition en plus d'apprécier le geste. Le cœur battant la chamade, Erhyn fixait le cultivateur, la nervosité était palpable chez elle. Contre toutes attentes, le jeune homme vint à s'excuser de ses paroles... Oui il n'avait pas été délicat mais elle n'ont, l'important était qu'à présent ils arrivaient à se parler, à se comprendre un peu mieux. Ils retrouvaient cette complicité qui les avaient lié autrefois... Et c'était bon de ressentir cette paix à l'intérieur de soit. Erhyn eu un léger rire et murmura.

« Tu as vu …? On a eu notre première dispute... Et finalement on s'en sort plutôt bien, hein ? C'est une très bonne je pense... Tu sais je n'ai jamais été doué dans les relations sociales mais... Tu m'as fait comprendre qu'il était bon parfois de se livrer et... De savoir communiquer quand quelque chose ne vas pas. C'est un bon début je crois... A nous de faire en sorte que ça continue comme ça. »

Se penchant, Erhyn tira le tabouret pour se rapprocher du lit. Bien sûr qu'il pouvait prendre son temps pour y réfléchir mais la jeune femme prit le temps d'expliquer quelques petites choses, histoire de le mettre plus à l'aise face à l'idée de travailler au dispensaire avec elle.

« Prends ton temps, rien ne presse Azeor... Mais rassures-toi... Tu apprendras à ton rythme. C'est vrai que ce n'est pas métier facile, personne ne te demande de devenir médecin ou chirurgien, il y a différent métier dans le corps médical, tel que les infirmiers... Et crois moi ils sont tout aussi utile. Nous manquant de personnel Azeor, j'ai besoin d'être entourer de gens sérieux et en qui je peux avoir pleinement confiance... D'un point de vue humain, j'ai aussi besoin de gens qui ne dénigre pas leur prochain... Qui sont conscient des maux physique et psychologique des patients. J'ai besoin de gens de cœur mais qui savent aussi mettre sous clé leur émotion quand ils doivent agir vite et bien. C'est pour cela que je pense que tu serais parfait pour travailler ici. Tu es solide Azeor, tu as du cœur... Tout ce qu'il te reste à savoir... C'est les bases de la médecine ! »

Un nouveau sourire et Erhyn détacha doucement le pansement pour observer la plaie de son ami. Elle avait un bien meilleur aspect mais l'infection était toujours présente. S'empressant de faire un nettoyage rapide, la veilleuse murmura, concentrée sur ce qu'elle faisait.

« Voilà des années que je suis médecin... Rien ne m'avait préparer à faire carrière comme tel... Et regarde moi... Je suis à présent l'un des meilleurs éléments du corps médicale de l'armée korrulienne... Je me suis donné les moyens... J'ai appris très vite... Et surtout j'aime mon métier même s'il n'est pas facile comme tu as pu le remarquer hier. Tu trouveras les marques et je serais là pour t'épauler, il suffira juste de voir où se situe ta limite, tu ne seras probablement pas capable de t'occuper de cas grave comme cet Ilhak... Ou peut être que si... Ce sera à nous de voir jusqu'où tu peux et veux aller.»

Relevant le visage, l'albinos posa son regard incolore sur Azeor et soupira doucement.

« Je n'ai jamais prit aucun élève... Parce que je n'ai jamais trouvé personne avec les qualités qu'il fallait... Mais toi tu les as Azeor... Et j'ai tellement de chose à t'apprendre et j'aurais le plus grand plaisir à partager mon savoir avec toi. »

Reprenant ses soins, Erhenyce refit un nouveau pansement et se leva, déposant sa bassine avec le matériel usager sur une table.

« Tu resteras ici encore quelques jours, au moins le temps que l'infection passe. Pour le moment tu es trop faible Azeor et tu as du mal à tenir sans anti-douleur... Profites-en pour te reposer et réfléchir à ce que je t'aie dit, je suis auprès de toi de toute façon alors si tu as des questions ou besoin de compagnie n'hésites pas à me le dire d'accord ? »
avatar
Ostracisé

On m'appelle Azeor Desnolancès


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Penjoie
MON AGE : 27 ans
Féminin
MESSAGES : 722
AGE : 23
INSCRIT LE : 07/06/2012
PSEUDO HABITUEL : Harrods
Joyaux : 271
Posté dans Re: Les rencontres vont et viennent pour toujours se retrouver   - Sam 13 Sep 2014 - 4:41

Comme si tout avait toujours été ainsi entre eux, Erhenyce se remit à discuter, normalement, revenant sur un dispute qui semblait presque banale à l’entendre. Azeor ne pu retenir un sourire, amusé de cette situation, mais bien plus joyeux surtout, de retrouver une amie qui lui deviendrait chère, il en était certain. A sa remarque, il ne pu s’empêcher de répondre pourtant.

"Première dispute, sûrement pas la dernière, mais j’espère que tu te retiendras de me frapper à chaque fois. Je donne pas cher de ma peau sinon."

Avant de se mettre à rire franchement, repassant sa main sur sa mâchoire qui était restée endolorie quelques jours. Reprenant son sérieux, il l’écouta de nouveau attentivement, hochant la tête à certains moments pour signifier qu’il comprenait très bien ce qu’elle attendait de lui et ce qu’elle comptait aussi lui apprendre. C’étaient là de grandes responsabilités, tant pour elle en le formant, que pour lui lorsqu’il serait prêt à aider et sauver des vies. Mais le jeu, si l’on pouvait se permettre ce mot là dans cette situation de guerre, en valait la chandelle, et surtout, bien plus, des hommes.

"J’espère qu’en acceptant, je serais à la hauteur de tes attentes alors."

Un nouveau sourire, plus fin, mais tout aussi sincère. Il était prêt à accepter, mais il devait encore réfléchir seul, en être certain et ne pas regretter une décision aussi importante. Son sourire s’atténua un peu lorsque la jeune femme lui annonça qu’il devait rester encore quelques jours au dispensaire. Par Ruyn, il n’était pas chanceux. Mais en reconsidérant son cas, il devait s’avouer pas si malheureux que ça, surtout qu’Erhenyce lui proposait sa compagnie quand il en aurait besoin. Que rêver de mieux ?

"Je resterai bien sagement ici… Me laisse pas trop longtemps seul, j’ai tendance à moins apprécier la solitude dans ce pays."

Il lui attrapa la main, la portant à ses lèvres pour l’effleurer d’un doux baiser. Baiser explosant de différents sentiments. Reconnaissance, joie, attention. Même une tendresse volontaire. Il lui devait beaucoup. Et aujourd’hui, il avait eu l’occasion de découvrir Erhenyce dans sa forme la plus humaine possible. Généreuse et compatissante, prête à tout pour ceux qui lui étaient chers. Il n’avait jamais douté d’un tel coeur, mais l’espace d’un instant, et durant les jours qui avaient suivi leur dispute plutôt violente, il avait hésité, se demandant si ce fameux coeur n’était pas trop profondément enfoui pour pouvoir encore fonctionner. Il s’était trompé, à son plus grand soulagement.

Lui relâchant la main, qu’il tint entre la sienne un peu plus longtemps que ne le demandait un simple baiser, il la laissa s’éloigner, une pointe de déception dans le coeur. Déception qu’il ne comprit pas de suite, avant de réaliser que la jeune femme lui plaisait plus qu’il ne l’aurait avoué. Alors, un sourire amusé aux lèvres dont lui seul profitait, il se recoucha confortablement avant de sombrer dans un sommeil lourd, du à l’anti-douleur, mais parsemé de songes. La réalité aurait tôt fait de lui révéler ce qui l’attendrait à son réveil.


DC: Enaïa Lysean Vara'Da & Kezaël Lysereän & Esheban Ondeluire & Riska les Deux Voix & Eyföhl Aanka'Leï


Merci Erhenyce pour l'avatar ! <3
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: Les rencontres vont et viennent pour toujours se retrouver   - Sam 13 Sep 2014 - 7:58

Ils étaient passé d'une extrême à une autre... Passant de rage et haine à douceur et complicité. Soutenant le regard de son ami, Erhyn lui sourit avec douceur alors qu'il exprimait sa crainte à rester seul. Il n'y avait pas de honte à cela, surtout lorsque l'on était blessé et qu'on avait échapper de peur à la mort. Par chance, il n'y avait qu'Azeor et Ilhak à s'occuper ce qui laissait plus de temps à la veilleuse de pouvoir passer du temps avec son ami. Ce qui ne serait pas refus, elle aussi avait besoin de soulager son esprit et son corps.

« Je ne serais pas loin Azeor... Si nécessaire une infirmière viendra me chercher, si je venais à m'absenter du dispensaire. »


Le sourire de la jeune femme fondit doucement alors que le Kourrulien saisit sa main et déposa un baiser sur le dos de celle-ci. Un doux effleurement de lèvre, une tendresse sincère et agréable. Immobile, Erhenyce fixa Azeor perplexe, une lueur de nervosité dans le regard. Un baiser puis un baise-main... Avait-elle loupé quelque chose ? Comment étaient-ils arrivé de cris et coup à... ça ? Le plus inquiétant était surtout la sincérité d'Azeor dans ses gestes et ses paroles. Main dans la main, les deux amis restèrent un très léger instant comme ça avant de se séparer. Erhyn se racla la gorge et se détourna du lit en soufflant doucement.

« Repose toi, je repasse te voir tout à l'heure... mon...euh... Inventaire... m'attends. »

Quelle excuse bidon mais néanmoins véridique. Filant rapidement mais discrètement, Erhyn s'engouffra dans la second pièce qui servait de remise pour le stock des médicaments et matériel en tout genre du dispensaire. Elle ferma la porte et colla son dos à celle-ci avant de pousser long soupir. Bon sang, son cœur battait si fort...

« Aller... Du calme, c'était un geste... Purement amicale ! C'est ça... Amicale... »

Et qui croirait cette connerie ? La veilleuse essayait de s'en convaincre,en vain. Il faut dire aussi qu'elle était peu habituer à ce genre de comportement etla peur de la déception était grande. Secouant la tête, l'albinos s'approcha d'une étagère, saisit son calepin et se remit au travail. Elle tenta bien de sortir de cultivateur de sa tête mais le résultat fut peu concluent. IL ne restait qu'à faire preuve de patience, les choses finiraient par se tasser d'elle même, du moins, elle l'espérait.

Résumé au staff a écrit:
Suite aux remontrances de son supérieur, Erhenyce tombe par hasard sur Azeor qui avait subitement disparu de Penjoie avant qu'elle ne parte à la guerre. S'en suit une dispute violente entre les deux amis incapable de se comprendre... Les choses finissent par s'améliorer lorsque Azeor se retrouve au dispensaire pour se faire soigner suite à une attaque subit par les erfeydiens. Un rapprochement entre les deux amis survient et Erhyn propose au Desnolancès de le prendre sous son aile pour lui enseigner l'art de la médecine et l'éloigner ainsi du danger de la guerre...

On m'appelle Contenu sponsorisé

Posté dans Re: Les rencontres vont et viennent pour toujours se retrouver   -

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum