AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
» Communication externe
par Loth de la Vision Mar 21 Juin 2016 - 15:06

» Réversa [ TOP ]
par Invité Ven 27 Mai 2016 - 8:21

» Le monde de Dùralas
par Invité Jeu 26 Mai 2016 - 7:00

» Anthalia
par Invité Dim 22 Mai 2016 - 15:17

» Marbrume, La Cité des Damnés
par Invité Lun 16 Mai 2016 - 15:07

» Questionnaire pour soutenir infinite RPG !
par Invité Sam 14 Mai 2016 - 17:33

» Escalus
par Invité Jeu 12 Mai 2016 - 9:02

» Mass Effect : Reborn
par Invité Mar 10 Mai 2016 - 15:00

» Forum en pause
par Asàf Lysereän Mar 10 Mai 2016 - 13:47


Une amitié à toute épreuve

Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Une amitié à toute épreuve   - Mar 11 Nov 2014 - 12:48

Les jours avaient passé à un rythme lent... Le froid continuait d'avoir raison du morale des troupes, les blessés étaient toujours aussi nombreux et les morts... Tout autant. Une chose est sûr, Erhenyce ne manquait pas de travail alors que certains pouvaient passer des jours sans ne rien faire car leur seule fonction était le combat. Malgré cela, l'albinos commençait à éprouver de plus en plus d'empathie à l'égard de l'ennemi. La cruauté des siens envers le peuple Erfeydiens mettait ses nerfs à rude épreuve mais la jeune femme n'était pas autoriser à ouvrir la bouche... Et pour dire quoi de toute façon ? La seule fois où elle s'était imposé dans la tente du colonel, ses mots n'avaient servit à rien si ce n'est attiser un peu plus la rancoeur du capitaine à son égard.

Plus le temps passait et plus Erhyn se sentait chamboulé par tout ce qui se passait ici. Lentement sa confiance envers son peuple faiblissait... Pire encore, elle venait même à douter de son dieu. Pour elle même, si un chamane avait été tué, cela ne justifiait en rien le massacre de tout un peuple... Et puis elle y voyait un simple prétexte pour venir s'emparer de l'ithylium. C'était à n'y rien comprendre... Tant de souffrance et de mort... Pour ça ? Toute cette histoire l'épuisait, tant de cadavres empilés pour que des gens comme les cultivateurs puissent s'enrichir un peu plus. Et ensuite ? Une fois leur poches pleines d'or, qu'arrivera t-il ? Ces gens avaient déjà tout ce qu'ils désiraient...  Finalement la seule chose qui leur manquait vraiment, c'était leur humanité.

Erhenyce se retournait le cerveau, trop de questions sans réponse et malheureusement la présence d'Azeor n'aidait en rien. Son unique ami avait lui aussi fuit sa famille et sa patrie pour venir ici dans l'endroit le plus froid et désolé du monde, prêt à faire la guerre pour... Pour quoi au juste ? Le médecin n'en savait rien, Azeor ne lui avait toujours pas dit. Oh, elle ne lui en voulait pas, attendant simplement qu'il soit prêt à se livrer, d'autant que depuis leur dernières disputes leur relation s'était grandement amélioré. Il aurait été stupide qu'elle le force à parler... Cela aurait tout gâché. Le savoir là lui permettait de tenir, ses visites fréquentes lui permettait de ne pas craquer face à la pression...Elle découvrait la puissance que pouvait avoir un simple sourire, une poignée de main, quelques paroles agréables échangé. Pour l'heure, Azeor était son seul rempart contre la folie qui la guettait, il était le remède à son désespoir.

Couché sur l'un des lit du dispensaire, Erhyn observait le plafond. Le silence qui régnait ici l'aidait à réfléchir. Elle avait passé la journée à soigner les soldats durement atteint par le froid. L'un d'eux avait même fini par décédé d'hypothermie, prit en charge trop tard. La seule chose auquel aspirait la korrulienne était au repos bien mérité. Se retournant doucement, elle ferma les yeux, laissant le sommeil la gagner alors qu'au dehors, la nuit commençait à peine à tomber. Juste dormir quelques instants... Rien d'autre.
avatar
Ostracisé

On m'appelle Azeor Desnolancès


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Penjoie
MON AGE : 27 ans
Féminin
MESSAGES : 722
AGE : 23
INSCRIT LE : 07/06/2012
PSEUDO HABITUEL : Harrods
Joyaux : 271
Posté dans Re: Une amitié à toute épreuve   - Lun 24 Nov 2014 - 16:09

Le soleil faiblard qui caractérisait cette île glaciale disparaissait déjà derrière les hauts pics des Monts Rumar quand le chef de chantier annonça la fin de la journée. Dans un long soupir exprimant tant sa fatigue que sa lassitude, Azeor laissa tomber ses outils au sol et s’étira longuement. Son corps musclé par le travail ardu était quotidiennement endolori à force de répéter toujours les mêmes mouvements. Piquer, creuser, encore et encore. Comme un vulgaire esclave qui n’avait pas le choix. En fait, c’était exactement ce qu’il était ici, dénué de sa condition privilégiée de Cultivateur, inconnu de tous. Mais, si le boulot était éreintant et le faisait dormir comme un enfant les nuits venues, il n’arrivait toujours pas à regretter son choix. Ce choix de quitter le luxe et le confort de sa vie, pour...ça.

Ça au moins, il l’avait choisi. Et son rapprochement avec Erhenyce, son amie korrulienne retrouvée inopinément ici, l’aidait à se conforter dans ce choix qu’il avait bien fait de partir. Ici, les relations humaines étaient véritables et mises à nue. Pas de faux semblants, sauf avec les supérieurs, mais une vraie cohésion entre les hommes. Du moins, c’est ce que ressentait Azeor, et qui lui permettait de soigner sa conscience bouleversée par la guerre qui faisait rage et qui, par contre, ne motivait pas du tout ses actes. Sûrement un trait qu’il avait gardé de ses origines, il était là par simple égoïsme, dans le seul but de fuir sa vie d’avant. Il ne se souciait ni de la guerre, ni de ce qu’il se passait au front. Tant qu’il n’était pas directement lié à ça, et qu’il ne voyait pas ses camarades de chantier mourir. Et si, comme il l’aimait tant, les Erfeydes permettaient de se lier d’amitié, il n’avait toujours pas avoué à Erhenyce les véritables raisons de sa présence ici. Il connaissait son esprit humaniste et généreux, et il l’admirait pour ce qu’elle était entièrement. Mais il savait aussi qu’elle ne comprendrait pas sa décision.

C’est pourtant vers le dispensaire qu’il se dirigea automatiquement après un détour dans son dortoir. Silencieux lorsqu’il entra dans ce qui servait d’infirmerie, et qui l’avait accueilli plusieurs jours auparavant alors qu’il était blessé, il se faufila entre les lits de fortune et chercha du regard la jeune albinos. Il reconnu au bout d’un moment, sa silhouette allongée à l’écart des malades, et s’en approcha sans bruit, pour ne pas réveiller ce qui lui semblait être un profond sommeil. Un sourire attendri, chose rare, étira les lèvres du korrulien, qui, dans un geste délicat, tira sur le corps frêle une couverture qu’il avait trouvé à côté. Le plus doucement possible, il la couvrit et toujours silencieux comme un félin, s’installa dans un lit à proximité. Il n’avait pas encore envie de dormir, malgré l’effort conséquent de la journée. Alors, il se contenta de poser un regard bienveillant sur le corps de son amie et la veilla, avec une légère et amusée, scotchée au visage.


DC: Enaïa Lysean Vara'Da & Kezaël Lysereän & Esheban Ondeluire & Riska les Deux Voix & Eyföhl Aanka'Leï


Merci Erhenyce pour l'avatar ! <3
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: Une amitié à toute épreuve   - Ven 5 Déc 2014 - 8:30

Les quelques instants de repos se changèrent en de longues minutes qui défilaient dans le calme le plus totale du dispensaire. Dans ce camp c'était sans doute l'endroit le plus calme que l'on trouvait... quoi que cela dépendait des moments car quand venait un blessé, les choses pouvaient vite devenir horrible entre ces quatre murs. Mais pour le moment, les choses s'étaient apaisées et Erhyn profitait amplement de cet instant de solitude pour retrouver quelques forces, si bien qu'elle ne sentit même pas qu'on la couvrait d'une couverture. Une bonne heure s'écoula avant que son corps ne pivote pour venir changer de côté, mais la jeune femme continua de dormir, savourant le confort de l'oreiller sur laquelle sa tête reposait, sans compter la douce chaleur procurer par la couverture qu'une âme bienveillante avait installer sur elle discrètement. Lorsque enfin dans un soupir la korrulienne ouvrit les yeux, elle leva une main pour la poser sur son front. Erhenyce ignorait combien de temps elle était resté là à dormir et la première chose qu'elle observa fut la couverture posé sur elle. La jeune femme la saisit, fronçant les sourcils puis pivota le visage pour fixer la silhouette installé dans le lit à côté du sien.

« Bonjour... »

Un doux sourire se dessina sur le visage de l'albinos qui fixa son ami avec un œil pétillant. Erhyn se redressa doucement, glissant une main dans sa longue cheveulure et bailla doucement avant de lâcher un rire bref.

« ça fait longtemps que tu es là à me regarder dormir ? Attention, le voyeurisme n'est pas très bien vu ici... »

C'était pour le taquiner évidemment. Après tout Azeor avat fait pire que ça... Comme l'embrasser par exemple.... Chose qui avait conduit le duo à une dispute qui en avait fait trembler les murs du camp. La belle soupira et saisit ses cheveux qu'elle attacha rapidement en une longue tresse puis l'attacha d'un geste habile sans lâcher le cultivateur du regard.

« Tu as fini de travailler ? Oh rassures-moi... tu ne t'ais pas blessé au moins ? Azeor si c'est le cas dis le moi de suite, ce n'est pas vigilant de me laisser dormir si tu dois être soigné ! »
avatar
Ostracisé

On m'appelle Azeor Desnolancès


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Penjoie
MON AGE : 27 ans
Féminin
MESSAGES : 722
AGE : 23
INSCRIT LE : 07/06/2012
PSEUDO HABITUEL : Harrods
Joyaux : 271
Posté dans Re: Une amitié à toute épreuve   - Mer 10 Déc 2014 - 3:43

Dans un fin sourire où flottait amusement et attendrissement, Azeor ne quittait pas des yeux la belle endormie qui bougeait dans son sommeil, profitant des quelques instants de repos qu’elle pouvait grappiller entre ses services. Repos qui toucha pourtant à sa fin au bout d’une bonne heure, car il la vit ouvrir les yeux dans un papillonnement de paupières, et retint un large sourire quand elle regarda la couverture sans comprendre. Finalement, il accueillit son salut avec un regard tendre et souffla :

"Je ne regardais pas simplement, j’admirais."

Il n’était pas certain qu’elle ait entendu sa remarque, que déjà, elle s’inquiétait de sa santé et se demandait s’il était blessé. Un ricanement amusé s’échappa de la gorge du korrulien qui, dans un bond, se redressa et s’approcha d’elle pour la calmer, posant ses mains sur les siennes dans un signe de paix et de détente. Le contacte le fit presque frissonner, mais il se retint bien de le montrer.

"Calme toi Erhen, je n’ai rien, je suis juste venue voir comment tu allais. Tu sais très bien que douillet comme je suis, tu m’aurais entendu agoniser depuis dehors."

Cette fois, il laissa un large sourire étirer son visage encore mât malgré le froid et le manque de soleil de l’île. Il aimait retrouver Erhenyce après ses journées difficiles où il lui semblait qu’il allait succomber à chaque coup de vent glacial. La voir lui redonnait cette force, ce courage qu’elle avait en elle et qui étaient communicatifs. Il se sentait vivant dès qu’il posait son regard pourpre sur son visage blanc et dénué de couleur, mais ô combien beau et délicat. Cette amitié lui était précieuse, malgré les obstacles qu’ils avaient du surmonter. Cette amitié n’en était que plus forte, et il la chérissait plus que tout.

Ses yeux brillants captèrent ceux envoûtants de la jeune femme et il fronça les sourcils, alors qu’un doigt délicat lui caressa la joue en signe d’inquiétude. Dans un murmure, il demanda d’une voix tendre :

"Tu as l’air exténuée, tu préfères que je repasse plus tard ?"


DC: Enaïa Lysean Vara'Da & Kezaël Lysereän & Esheban Ondeluire & Riska les Deux Voix & Eyföhl Aanka'Leï


Merci Erhenyce pour l'avatar ! <3
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: Une amitié à toute épreuve   - Mer 10 Déc 2014 - 5:47

Il l'admirait ? Erhenyce ne s'était pas attendu à ça... Cette phrase sonnait étrangement à son oreille. Qui avait-il à admirer alors qu'elle ne faisait que dormir ? Là était la réflexion qu'elle se faisait, elle la femme dont personne ne voulait, qu'on évitait, qu'on rejetait. L'idée même qu'un homme puisse la trouver belle au point de passer une heure à la regarder dormir n'était absolument pas envisageable. Alors quand Azeor se leva pour venir la rassurer, la jeune femme inspira doucement et serra doucement les mains de son amis autours des siennes. Un contact délicieusement agréable qui lui faisait un bien fou.

« Oh tu n'es pas si douillet que cela... Je me souviens très bien de la dernière fois où je t'aie trouvé ici à tenter de te soigner seul alors que tu as passé plusieurs jours à me fuir... ta plaie était vilaine et infecté... Tu as plus de courage que tu ne le crois. »

Un doux sourire s'étira sur les lèvres de l'albinos mais bien vite celui-ci disparu alors qu'Azeor caressa sa joue en exprimant à son tour une inquiétude touchante à son égard. La jeune femme soutint son regard et déglutit difficilement avant de sourire nerveusement. Ce rythme elle en avait l'habitude, cela rythmait ses journées et parfois même ses nuits depuis des années.

« Je vais très bien, juste un petit coup de fatigue... »


Plus les jours passaient aux Erfeydes et plus les deux amis étaient proches. Ils se découvraient mutuellement et Erhenyce adorait tout ce qu'elle apprenait sur le caractère d'Azeor. Lentement elle leva la main et retint le geste du cultivateur pour éloigner son doigt de sa joue et la belle souffla simplement.

« Tu peux rester... je n'ai pas trop de travail et... Ta présence me fait beaucoup de bien. »


Se forçant à bouger, l'albinos tourna le dos à Azeor. Cette proximité avait tendance à la mettre mal à l'aise, ignorant si elle devait y voir un signe de la part de son ami... Ou non. C'était difficile de s'y retrouver lorsque l'on ne connaissait rien à l’ambiguïté que pouvait avoir les rapports entre deux personnes et Erhyn avait bien du mal à agir en conséquence.

« Euh... je dois m'occuper de l'inventaire du matériel médicale... Tu veux venir m'aider ? »

Filant vers la porte du fond, la jeune femme sourit doucement et l'ouvrit avant de s'écarter doucement pour fixer Azeor. Le silence plana un léger instant et l'invitant d'un geste de la main, le médecin souffla, un sourire doux aux lèvres.

« Alors ? Tu viens ? Si tu m'aide j'aurais terminé plus vite et j'aurais plus de temps pour toi ensuite... »
avatar
Ostracisé

On m'appelle Azeor Desnolancès


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Penjoie
MON AGE : 27 ans
Féminin
MESSAGES : 722
AGE : 23
INSCRIT LE : 07/06/2012
PSEUDO HABITUEL : Harrods
Joyaux : 271
Posté dans Re: Une amitié à toute épreuve   - Dim 21 Déc 2014 - 15:35

Si Azeor avait ressenti un réel plaisir à retrouver son amie, et lui caresser la joue tendrement, il tressaillit légèrement lorsqu’elle le repoussa pour s’échapper de ce contact ambiguë, dont il prit subitement conscience. Une moue gênée traversa son visage, alors que ses prunelles s’enflammèrent, non pas de colère, mais d’une surprise et d’un sentiment qu’il ne comprenait pas. Son coeur s’était serré de la voir s’éloigner de lui ainsi, et il se demandait quelle était la cause d’une telle sensation. La seule femme qu’il avait aimé été Xeliera, bien que cet amour partagé fut de très courte durée. Autant dire qu’il ne savait toujours pas ce que c’était. Encore moins la complicité et l’affection comme il les ressentait pour Erhenyce. Il savait seulement qu’il y avait quelque chose, là, entre eux. Qui ne demandait qu’à naître.

"Fais attention à toi s’il te plaît. Tu es ma seule amie. Et je tiens à toi."

Souffla t-il doucement, si bien qu’il se demanda si elle l’avait entendu, alors qu’elle s’éloignait vers le fond du dispensaire. Il se retint d’ajouter qu’il tenait à elle plus qu’elle ne pouvait l’imaginer, mais il se garda bien de la mettre plus mal à l’aise qu’elle ne l’était déjà, et garda soigneusement ses mots pour plus tard. Peut-être. La voix chantante de l’albinos le tira de ses réflexions sentimentales, et il cligna des yeux en la regardant sourire. Elle était belle. Il secoua la tête, retrouvant la réalité et balbutia :

"Oui, oui j’arrive."

A son tour, un sourire se fraya un chemin sur son visage habituellement impassible, et il ne tarda pas à rejoindre la jeune femme qui l’attendait impatiemment. La pièce où il pénétra à sa suite était quelque peu...effrayante, avec tous ces outils d’opérations et de chirurgie, il déglutit difficilement en s’imaginant se retrouver avec ce large scalpel planté dans le torax. Se gardant bien d’émettre une reflexion, il s’attela à la tâche qu’Erhenyce voulait de lui, et se mit à trier les différents aiguilles et autres matériaux.

"Tu te sers vraiment de tout ça ? Tu pourrais presque faire concurrence au meilleur des bouchers de Penjoie avec ce matériel !"

Finit-il par dire, un large sourire éclairant maintenant son visage, alors qu’il lançait un regard amusé et malicieux à la jeune femme. L’ambiance s’était clairement tendue depuis qu’elle s’était échappée de sa caresse, et il savait que c’était de sa faute. Alors, il pouvait bien s’appliquer à mettre un peu d’ambiance. Au moins la faire sourire, comme quand elle était heureuse, malgré la fatigue. La joie lui allait tellement bien.


DC: Enaïa Lysean Vara'Da & Kezaël Lysereän & Esheban Ondeluire & Riska les Deux Voix & Eyföhl Aanka'Leï


Merci Erhenyce pour l'avatar ! <3
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: Une amitié à toute épreuve   - Mar 23 Déc 2014 - 13:26

Pourquoi tant d'inquiétude ? Qu'est-ce qui pouvait bien se passer dans la tête d'Azeor pour que chaque fois qu'il aperçoit son aie, il semblait ronger par de forte émotions. Fixant Azeor, Erhyn le dévisagea à instant alors qu'il acceptait de la suivre jusque dans la remise où le matériel médicale était stocké. Le médecin préféra garder le silence, allumant la lampe à ithilium pour éclairer l'endroit puis elle observa les étagères et saisit un calepin avec une liste de tout ce que le stock devait contenir. Souriant doucement, la belle le tendit à son ami et lâcha.

« Tiens... Il te suffit de lire la liste et de dire le nombre qu'il reste sur les étagères... C'est simple. »

Alors que l'ambiance était retombé, Azeor tenta une plaisanterie pour détendre l'atmosphère ce qui n'échappa pas à Erhenyce. La jeune femme lâcha un rire amusé et souffla.

« Attends de me voir amputer quelqu'un et tu verras que les bouchers de Penjoie, même les meilleurs, font pâle figure à côté de moi. »

Oui, un sacré boucher que voilà, ce n'était clairement pas pour rien si la belle avait un surnom à faire froid dans le dos chez les veilleurs... La Dame de sang. Malgré la petite blague, l'ambiance resta plutôt froide dans la petite réserve alors qu'Erhyn tournait le dos à son ami, prenant une autre liste et commença à répertorier le contenu des étagères. Bon sang, elle ne pouvait vraiment pas rester comme ça... Mais le rapprochement avec Azeor la mettait si mal à l'aise... Non pas que c'était désagréable, loin de là, juste que la korrulienne ne savait pas comment réagir à ça. Allons bon, Azeor avait prit sur son temps libre pour lui rendre visite et voilà que la veilleuse faisait sa timide, tentant de garder une certaine distance... Ne risquait-elle pas de le blesser ? Probablement. Erhyn déglutit et lâcha.

« Dis... Tu te souviens de notre rencontre ? »

Un tendre sourire se dessina sur les lèvres de la jeune femme alors qu'elle pivota doucement le visage pour lancer un regard en biais à son ami. Oui, cette rencontre... Totalement farfelu. Une des meilleurs de toute sa vie. Peut être même... La meilleur.

« Ce jour là j'ai bien cru que je m'étais cassé le nez en te heurtant... Bon sang et cette tête que tu tirais ! »

Lâchant un rire amusé, Erhyn s'accouda à une des étagères, arquant un sourcil en fixant son ami puis lança d'un ton taquin.

« Tu sentais le Draoma. Je ne sais pas d'où tu revenais mais tu étais en sueur et par Ruyn... Ton odeur me piquait le nez !!! »

Un nouveau rire et la belle se détourna d'Azeor, lâchant d'une voix plus douce.

« Et ma mère... Bon sang, j'ai rarement eu aussi honte de toute ma vie ! Tu te souviens qu'elle 'avait à moitié arraché ma robe pour que je tente de te séduire ? C'était ridicule.... Moi, séduire quelqu'un. Je ne sais pas à quoi maman avait pensé ce jour là mais en tout cas, la situation était à se tordre de rire. Tu ne trouve pas ? »
avatar
Ostracisé

On m'appelle Azeor Desnolancès


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Penjoie
MON AGE : 27 ans
Féminin
MESSAGES : 722
AGE : 23
INSCRIT LE : 07/06/2012
PSEUDO HABITUEL : Harrods
Joyaux : 271
Posté dans Re: Une amitié à toute épreuve   - Ven 26 Déc 2014 - 7:42

A son grand contentement, Erhenyce joua le jeu et se mêla sans problème à la tentative d’humour de son ami. A la voir ainsi, Azeor ne pu retenir un sourire attendri, d’autant plus heureux de la voir rire avec lui. Son coeur se gonfla d’un sentiment se rapprochant sûrement de la joie, et il savoura cette sensation qu’il ne connaissait plus vraiment. Sensation qui le galvanisa un moment, si bien qu’il lui répondit avec un sourire amusé et un regard malicieux :

"Au moins, tu n’as pas de soucis à te faire en cas de reconversion."

Et de nouveau, il se laissa aller à l’hilarité, en choeur avec la jeune femme, dont il observa de coin de l’oeil, le visage souriant. A elle aussi, la joie lui siait à merveille, et un instant, Azeor imagina son amie avec un sourire permanent, et ôtant cette inquiétude qui la rongeait quotidiennement, à cause d’un travail éreintant. Mais ses réflexions furent bien vite balayées par la question subite de la médecin, qui faisait référence à leur rencontre. Un large sourire étira le visage de l’ex-cultivateur qui n’avait pas besoin d’efforts pour se remémorer un tel souvenir.

"Comment pourrais-je oublier ça ? C’était très drôle, d’autant que tu n’as pas hésité à m‘insulter dès les premières minutes de notre rencontre."

Il lui jeta un regard faussement vexé, avant de lui sourire tendrement à son tour. Il se mit à rire surtout, lorsqu’elle évoqua la tentative désespérée de sa propre mère, qui était aussi la domestique d’Azeor, de rapprocher les deux jeunes gens par tous les moyens, et surtout en s’assurant que la tenue d’Erhenyce soit sexy. Entre deux soubresauts d’hilarité, il répliqua :

"Ta mère pensait seulement à ton bonheur et à te faire plaisir. Même si la situation était à mourir de rire, je dois bien l’avouer."

Un nouveau rire chantant la sincérité et la franchise s’échappa de la gorge d’Azeor. Depuis combien de temps n’avait-il pas eu l’occasion de rire ainsi ? Simplement porter par les bons souvenirs d’une amitié récente mais profonde. A bien y réfléchir, depuis toujours. Les seuls bons moments qu’il gardait étaient ceux de son enfance, bercé par les rires de Lalah, quoi qu’ils fussent restreints par la mort d’un père inoublié. L’arrivée de Théladore avait bouleversé à jamais sa vie, et il ne se remémorait rien d’aussi joyeux depuis. Seule sa rencontre avec Xeliera avait fait renaître l’espoir d’un coeur asséché des années plus tard, mais Ryun lui-même, ne semblait pas disposé à laisser une once de bonheur au Cultivateur. Le départ de la jeune femme, la seule qu’il ait aimé au premier regard, avait terminé de détruire un coeur douloureux et surtout, perdu.

A ces pensées, Azeor s’arrêta progressivement de rire, détournant un visage devenu blême et confus du regard de son amie. Baissant les yeux sur son activité, il se mua soudainement dans un silence douloureusement triste. L’évocation de sa rencontre avec Erhenyce lui faisait regretter toutes ces années passées à survivre, plus qu’à vivre. Pourquoi n’était-elle pas arrivée plus tôt dans sa vie ? Pourquoi cette amitié qui lui tenait tant à coeur n’était pas venu le sauver avant, quand il était encore temps, et que son coeur battait de ses derniers moments d’espoir. Il aurait sûrement ainsi, échappé à l’emprise mystérieuse d’un amour abandonné, à la solitude dangereuse d’un enfant incompris et devenu un adulte aussi froid que la glace de l’île boréale. Il aurait eu ainsi, le rayon de soleil et de joie qui lui aurait permis de tenir encore, et de continuer une vie insupportable. Et surtout, il n’aurait pas eu besoin de fuir son pays, sa famille. Oui, s’il avait connu Erhenyce plus tôt, il était certain que sa vie aurait changé radicalement, et qu’il aurait été un homme heureux, se contentant d’une profonde amitié, bien avant maintenant. Maintenant qui était trop tard, car il en était certain, il ne parviendrait plus jamais à mériter une vie joyeuse, ni à aimer comme il avait pu le faire, malgré cette étrange sensation qui le prenait quand il était près d’Erhenyce.


DC: Enaïa Lysean Vara'Da & Kezaël Lysereän & Esheban Ondeluire & Riska les Deux Voix & Eyföhl Aanka'Leï


Merci Erhenyce pour l'avatar ! <3
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: Une amitié à toute épreuve   - Ven 26 Déc 2014 - 10:09

Riant de bon cœur, Erhenyce inscrivit quelques mots sur son calepin tout en fixant des médicaments entreposés sur l'étagère face à elle. Oui sa mère pensait uniquement à la rendre heureuse mais ce jour là, pas sur que c'était à sa fille que Morhenya pensait... Elle n'avait jamais caché son envie d'avoir un jour des petits enfants, chose qu'Erhenyce n'était clairement pas en mesure d'offrir. Ce n'était pas là un manque d'envie , disons plutôt qu'elle était... Inaccessible. Car on en revenait toujours là... Qui voudrait d'elle ? Qui à Korrul passerait outre les préjugés pour s'unir avec une femme comme Erhyn ? Peu de monde, c'était une évidence. En réalité la seule personne à passer outre cela était présente avec elle dans cette petite réserve. Azeor.

Gardant le silence, Erhyn sentit l'atmosphère s'alourdir de nouveau . Les deux amis retombèrent dans un mutisme triste, évitant le regard de l'autre alors que chacun des deux étaient en proie à de bien vilaine pensées. Mais ici, dans ce pays gelé, qui se souciait de ça ? La jeune femme pivota doucement le visage, glissant vers Azeor un regard en biais. Depuis q'l était là, la vie aux Erfeydes était bien moins dur, il était bon de le voir après une dur journée de travail, de savourer chacun de ses sourires, ses paroles tendres... Et bien que l'albinos fuyait le contact physique avec son ami, elle n'en appréciait pas moins lorsqu'il prenait l'initiative de la toucher. Quand il osait... Mais pour l'heure, ce qui l’inquiétait c'était surtout l'expression du cultivateur, cette douleur dans son regard, ce silence insistant... Par Ryun, pourtant chacun de leurs échanges finissaient toujours ainsi ?

« Azeor... ? Est-ce que j'ai dis quelque chose de mal ? »


C'était fort probable, peut être avait-elle raviver chez lui un souvenir douloureux. Ce n'était pourtant pas l'effet voulu. Délaissait son calepin sur l'étagère, le médecin pivota complètement pour s'approcher de son ami. D'abord hésitante, elle fini par lever la main et d'un geste maladroit, la posa sur la joue de son ami comme il l'avait fait un peu plus tôt dans l'autre pièce.

« J'ignore toujours ce qui t'as poussé à fuir korrul, à abandonné ta vie... Mais peut être est-il temps que tu en parle Azeor. Je suis là pour toi, tout comme tu l'es pour moi... J'ai une totale confiance en toi... Je sais que je peux tout te dire... Alors sache qu'il en va de même pour toi. »


sa main se retira presque aussi vite qu'elle s'était posé sur la joue chaude d'Azeor. Toucher quelqu'un autre que d'une façon médicale et professionnel était encore une chose qu'Erhyn avait bien du mal à concevoir, surtout quand il s'agissait d'un homme. La belle lui retira le calepin des mains et soupira doucement.

« Par Ruyn... parle moi Azeor... Ne t'enfonce pas dans un tel silence !Dis moi ce qui te rend si malheureux... Confies-toi à moi... »

Elle le supplia du regard, plongeant ses yeux délavé dans ceux de son ami. Elle avait envie de le serrer dans ses bras, aussi fort qu'elle le pouvait mais elle se retint. Erhenyce n'osa pas, préférant s'abstenir de tout contact qui pourrait devenir dérangeant pour Azeor.
avatar
Ostracisé

On m'appelle Azeor Desnolancès


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Penjoie
MON AGE : 27 ans
Féminin
MESSAGES : 722
AGE : 23
INSCRIT LE : 07/06/2012
PSEUDO HABITUEL : Harrods
Joyaux : 271
Posté dans Re: Une amitié à toute épreuve   - Ven 26 Déc 2014 - 12:24

Il aurait du s’en douter. Il aurait du savoir que ce soudain silence inquiéterait Erhenyce, et qu’elle lui poserait l’inévitable question, dont il parvenait toujours à s’échapper. Jusqu’à aujourd’hui. Ses yeux brillaient de trop de douleur, et son visage coulait de trop de tristesse pour qu’il puisse une fois de plus, éviter d’y répondre et retrouver sa contenance et son impassibilité habituelle, après une pirouette de langage bien sentie. Il tenta pourtant, de la rassurer d’un regard qui se voulait assuré, mais qui ne l’était pas du tout, et d’un souffle, où il laissa glisser ces mots :

"Ce n’est rien. Ne t’en fais pas."

Mais le regard suppliant de son amie lui fendit le coeur, du moins ce qu’il en restait, alors que ce même organe vital sautait de surprise une seconde après, lorsque la main douce de la jeune femme se posa sur sa joue. Les paroles chaudes de la médecin parvinrent presque à calmer la douleur d’une vie qui s’était réveillée dans le corps d’Azeor, et de nouveau, il baissa les yeux, s’avouant gênée de cette faiblesse et de cet état dans lequel il se présentait. Dans un murmure, pas plus fort que le précédent, il laissa entendre :

"C’est juste que… si je t’avais connu plus tôt, je suis certain que ma vie aurait été plus… facile, parce que notre relation me permet d’apprécier ce qu’il me reste de bons moments."

Il adressa un sourire las où flottait la plus profonde des tendresse, et dans un geste inachevé, voulu rattraper cette main qu’Erhenyce se hâtait d’éloigner, alors que ce contact était si doux, si précieux pour lui. Il la laissa pourtant fuir, se contentant de laisser son bras retomber le long de son corps, croisant difficilement le regard inquisiteur de la jeune femme. Du bout des lèvres, il parvint tout de même à mettre des mots ce qu’il ressentait. Difficilement, car il n’avait pas l’habitude de s’exprimer réellement par la parole, préférant largement le silence et la solitude.

"Je vis quotidiennement dans le regret. Et depuis que je te connais, notre relation me rend… plus heureux, je ne sais pas, comme si je m’éveillais d’un sommeil douloureux. Alors je pense à tout ce qui a été ma vie jusqu’à notre rencontre, et ce n’est qu’un amoncellement de pertes et d’échecs, finalisé par une fuite."

Il grimaça, comme si ces souvenirs étaient tels des milliers d’aiguilles se plantant dans son coeur vide, mais encore bien vivant. Une féroce colère naquit au creux de son estomac, attisée qu’elle était par ces regrets douloureux et inoubliables. Bientôt, son regard pourpre s’enflamma d’une agonisante fureur, alors que sa voix, rocailleuse, tremblait quand il reprit, d’un ton plus sûr :

"Si je t’avais connu avant, peut-être que j’aurai réussi à supporter tout ça. La mort de mon père qui a traumatisé l’enfant que j’étais, mon amour de Lalah ma cousine détruit par son ignorance lorsque Thélador est arrivé dans la famille, la fierté abandonnée de ma famille quand je n’ai compris que je n’étais qu’un pilote et rien d’autre qu’un homme à marier pour faire fructifier le domaine, et un coeur brisé par un premier amour presque éphémère. Un premier amour que j’aurai pu réserver à quelqu’un d’autre, toi par exemple."

Il dévia son regard sur le visage d’Erhenyce, une fraction de seconde, juste le temps de l’admirer plus que simplement l’observer, alors que sa colère redoublait, aidée par cette triste douleur ancrée. Finalement, se détournant presque complètement de la jeune femme pour se reconcentrer sur le comptoir de travail où étaient étalés des dizaines de scalpel, il en prit un dans sa main et s’appliqua à le faire rouler entre ses doigts, honteux de ne pouvoir la regarder droit dans les yeux quand il laissa tomber subitement :

"Et c’est ce qui me tue. De ne pouvoir te faire profiter que de l’ombre de ce que je pourrais être, alors que je pourrais t’aimer, réellement, si tout ça ne m’avait pas asséché le coeur."

Dans un geste sec et vif, il planta la lame dans le bois du plan de travail et ressera sa main dessus, ses phalanges blanchissant sous la pression. Qu’avait-il fait à Ruyn pour voir chaque instant de joie s’effriter lamentablement ?


DC: Enaïa Lysean Vara'Da & Kezaël Lysereän & Esheban Ondeluire & Riska les Deux Voix & Eyföhl Aanka'Leï


Merci Erhenyce pour l'avatar ! <3
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: Une amitié à toute épreuve   - Ven 26 Déc 2014 - 13:02

Peut-être aurait-elle du s'abstenir finalement.... La douleur d'Azeor sembla redoubler d'intensité, comme son amie n'avait fait que remuer le couteau dans la plaie. Le korrulien avait tenter d'attraper la main de son amie mais trop tard car Erhyn avait été plus rapide. Azeor ne chercha pas le contacte plus que cela, exprimant ses regrets, ses déceptions et toute la tristesse qui le rongeait. La veilleuse aurait sans doute préféré une soirée au calme remplit de douceur et de sourire mais les deux amis ne semblaient plus apte à rire joyeusement. Erhyn retint son souffle quand Azeor s'empara d'un scalpel pour venir le planter dans la table, lâchant des phrases qui la percutèrent comme le plus violent des coups.

C'était quoi cette histoire ? Il aurait voulu l'aimer ? Voilà qui était idiot et inimaginable. Toujours avec sa piètre estime de soit, Ethyn n'imaginait vraiment pas un homme comme Azeor tomber amoureux d'elle. Perturbé, la jeune femme resta à distant et se contenta de lâcher.

« Si. »

Car il y avait toujours un 'si' et Azeor l'avait judicieusement placé dans sa phrase, faisant comprendre à son amie que cela n'arriverait jamais. Il était difficile de dire si Erhyn était déçu par cette révélation... En partie oui, mais dans un sens non, voilà longtemps qu'elle avait cessé d'espérer quoi que ce soit de la part des hommes. La belle inspira douloureusement, cherchant à rester digne face à cela et se contenta de répondre.

« Ton amitié m'est très précieuse... t'avoir connu avant aurait sans aucun doute changé beaucoup de choses pour nous deux. Je ne demande rien de plus que ce que tu me donne déjà,  Azeor. »

Et pourtant elle se montrait plus froide. Détournant le visage, le médecin s'éloigna doucement, prenant à nouveau son calepin et observa sa propre écriture. Bon sang comme elle avait mal... Pourquoi ? Les paroles de son ami avait eu un impacte puissant en cet instant. Alors Erhyn repensa au baiser d 'Azeor... ce bref contacte qui avait électrisé son corps bien que la raison de celui-ci l'avait dégoutté. Et puis tout ces regards, ces sourires... Et ces mots, comme plus tôt lorsqu'il avait dit ne pas la regarder mais l'admirer. Qu'elle idiote. Qu'avait-elle cru au juste ? Finalement, peut être avait-elle espérer quelque chose. Nauséeuse et furibonde, Erhyn se mit à écrire nerveusement la liste des compensants médicamenteux présent sur l'étagère et se contenta de lâcher.

« Oh, pour ton info Azeor... J'ai appris qu'aimer les gens c'était les apprécier pour ce qu'ils sont... Sache que j'aime aussi l'ombre de toi-même. »

Cette fois elle ne pouvait pas être plus clair. L'ombre de lui-même certes, mais lui-même quand même. Ce qu'elle voyait ici c'était un homme pleins de courage qui travaillait durement pour son pays, fuyant simplement une vie qui ne lui convenait pas. Il aurait pu aller n'importe où avec sa fortune et jouir d'un restant de vie paisible... Au lieu de quoi Azeor avait privilégié une vie simple à travailler. Il était devenu comme la majorité de son peuple, une ombre sans le sous qui oeuvrait avec ses moyens pour donner un futur aux générations à venir. Cette ombre de lui-même valait mille fois mieux que l'homme qu'elle avait rencontré à Penjoie. C'était triste qu'il ne le voit pas ainsi. Erhenyce aurait voulu lui dire mais elle ne trouvait ni les mots ni la force de lui dire sa façon de penser et de voir les choses. Elle aurait voulu lui dire la façon dont elle le voyait ici au Erfeydes, cet homme plein de courage et de témérité qui passait des journées dans le froid mortel de l'île blanche à risquer sa vie. Pour rien au monde elle n'aurait voulu qu'il redevienne ce qu'il était avant, même s'il avait été un homme bien. S'en était trop... Abaissant le calepin, la korrulienne pivota le visage et fixa son ami tristement, secouant doucement le visage alors que d'un regard larmoyant elle souffla.

« Je veux que tu reste celui que tu es devenu aux Erfeydes. J'adore tellement cet homme fort et courageux... Ton passé, aussi douloureux soit-il, c'est lui qui a fait de toi cet homme merveilleux. Ne le renie pas, accepte le.»

Le calepin fut négligemment envoyer sur l'étagère, manquant de faire tomber une fiole d'antiseptique alors qu'Erhyn s'approchait d'Azeor. Par Ruyn comme elle avait envie de l'étreindre, là tout de suite maintenant. Oublier sa peur, son hésitation...

« L'ombre de toi-même.... C'est elle qui me donne la force de ne pas tout foutre en l'air, de ne pas abandonner... »

Hésitante, la korrulienne leva doucement les bras. Tremblante, elle se rapprocha et crocheta doucement la nuque de son ami pour le tirer à elle et le serrer tendrement dans ses bras. Elle l'avait fait... Elle avait réussis... Parce qu'Azeor en avait besoin. Erhyn savait que parfois un simple geste doux et sincère valait bien des mots. Son ami avait besoin d'elle en ce moment, besoin de chaleur et dé réconfort. Glissant une main dans les cheveux blonds du korrulien, son autre bras entourant ses larges épaules, l'albinos souffla tendrement.

« Je suis là, tu n'es plus seul... Et je te veux tel que tu es. »
avatar
Ostracisé

On m'appelle Azeor Desnolancès


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Penjoie
MON AGE : 27 ans
Féminin
MESSAGES : 722
AGE : 23
INSCRIT LE : 07/06/2012
PSEUDO HABITUEL : Harrods
Joyaux : 271
Posté dans Re: Une amitié à toute épreuve   - Sam 3 Jan 2015 - 11:39

Aussi détruit qu’il pensait l’être, Azeor releva la tête et osa regarder son amie, qui d’une voix sans douceur, s’attachait à lui expliquer qu’il n’avait pas besoin d’être un autre pour qu’elle l’apprécie. Le geste était touchant, sûrement rassurant. La conscience du jeune homme s’en retrouva émue, mais sa douleur n’en changea pas moins. Il lui fallait bien plus, plus que des mots pour guérir son âme meurtri, et même s’il appréciait qu’Erhenyce lui témoigne une telle amitié, comme il n’en avait jamais connu, ce n’était plus assez. D’une voix basse, si basse qu’elle en était presque inaudible, il souffla sur un ton morne :

"Tu apprécies ce que je suis car tu ne connais que ça…"

Et ses yeux se détournèrent de nouveau, secs et sans larmes, mais son visage donnait l’impression qu’il mourrait d’envie de se libérer par quelques moyens. Violence ou sanglots. Il parvint à se contenir, coupé de toute envie de bouger quand les deux bras fins de la chirurgienne entourèrent sa nuque pour l’attirer à elle dans une étreinte. Une étreinte à laquelle il ne s’attendait pas, et qui le pétrifia sur place. Le son de la voix d’Erhenyce le tira de sa confusion, mais sans oser la toucher, il se laissa faire, se contentant de reprendre d’une voix faible, mais ferme :

"J’ai tout abandonné pour toucher la liberté et me libérer de mes regrets. J’ai abandonné ma propre famille. Je ne suis ni courageux, ni merveilleux, juste lâche."

L’étreinte lui permettait de ne pas avoir à croiser le regard de son amie, et si ce contact le laissait immobile de surprise, il avait au moins cet avantage là. Pourtant petit à petit, il se rendit compte que la chaleur de ce corps féminin contre le sien s’insinuait en lui, réchauffant sur son passage ce coeur douloureux, qui le devint un peu moins, et qui oublia sa peine pour un moment. Doucement, ses bras se levèrent à son tour pour venir entourer les épaules de la jeune femme, l’emprisonnant à son tour dans un contact qu’il savait difficile pour elle. Sans trop la serrer pour qu’elle se sente libre de reculer à tout moment, il profita ainsi de l’étreinte, et ferma les yeux. Un nouveau souffle se libéra d’entre ses lèvres pour porter quelques mots :

"J’aurai voulu pouvoir te serrer dans mes bras sans tout perdre de ce que j’étais vraiment, c’est tout."


DC: Enaïa Lysean Vara'Da & Kezaël Lysereän & Esheban Ondeluire & Riska les Deux Voix & Eyföhl Aanka'Leï


Merci Erhenyce pour l'avatar ! <3
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: Une amitié à toute épreuve   - Sam 3 Jan 2015 - 15:04

Azeor était têtu, mais Erhyn comprenait son ressentiment. Plus les minutes passaient et plus la douleur de son ami lui rappelait la sienne. Le gardant dans ses bras, la korrulienne caressa ses cheveux de douces caresses, ses doigts fins se glissant entre les mèches blondes du cultivateur pour effleurer son cuir chevelu avec tendresse. Cette étreinte lui faisait un bien fou, c'était dommage qu'elle n'avait pas osé se laisser aller ainsi jusqu'à présent.

« Tu as choisis ta vie, tu as fait ce qu'il fallait pour être libre... Tu es un homme Azeor et de ce fait ta vie c'est toi qui l'a choisit. Personne ne devrait avoir le droit de te dire comment vivre, agir et penser. Cette liberté tu y a le droit en tant qu'être humain... ça ne fait pas de toi un lâche, bien au contraire. »

A son grand soulagement, Azeor fini par lui rendre son étreinte et l'albinos ferma les yeux et le serra un peu plus fort. Au diable les angoisses... l'un comme l'autre avait besoin de réconfort et le trouvait dans ce câlin chaleureux. Erhyn souffla et pivota le visage pour l'enfouir contre la gorge d'Azeor, gardant le silence alors qu'il lâchait à nouveau ses craintes.

« Je t'en prie... Tais-toi et serre moi juste contre toi. »

Peu importe ce qu'il avait perdu, il était là et c'est tout ce qui comptait. Il était le pilier qui lui permettait de ne pas s'écrouler sous l'ambiance infâme qui régnait dans ce maudit camp. Chaudement lovée contre son ami, la jeune femme se laissa aller paisiblement, savourant sa chaleur, sa douceur.Il n'y avait plus qu'eux, le reste n'existait plus en cet instant. Dans un murmures, Erhyn fini par lâcher...

« Je réalise à quel point j'ai besoin de toi... S'il te plaît ne me laisse plus Azeor... »

Au finale la seule chose qui lui faisait peur était de le voir s'éloigner de plus belle. Erhenyce ne pouvait s'empêcher de se dire qu'il y avait encore un risque qu'un jour il disparaisse à nouveau... Surtout maintenant que leur lien était devenu si fort... Voilà de quoi la terrorisé. Déglutissant, la jeune femme secoua faiblement le visage, le pressant un peu plus contre Azeor avant de pressé sa joue sur son épaule.

« Et tu pourras pas toujours te faire pardonner en m'embrassant. »


Lâcha t-elle sur un ton léger et amusée. Il fallait bien cela pour tenter de détendre l'atmosphère, les choses prenaient une tournure affreusement dramatique et ce n'était pas plaisant. D'autant pus que le souvenir du baiser, avec du recule, était loin d'être désagréable, mais la raison de celui-ci était encore flou dans l'esprit de la jeune femme. Pourquoi ? Pourquoi avoir ça ? Avait-il une chose en tête à ce moment ? Peut être avait-il fait sur un coup de tête sans vraiment réfléchir. Quoi qu'il en soit ce baiser avait eu un impacte qu'elle ne pouvait absolument plus nier.
avatar
Ostracisé

On m'appelle Azeor Desnolancès


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Penjoie
MON AGE : 27 ans
Féminin
MESSAGES : 722
AGE : 23
INSCRIT LE : 07/06/2012
PSEUDO HABITUEL : Harrods
Joyaux : 271
Posté dans Re: Une amitié à toute épreuve   - Dim 11 Jan 2015 - 4:38

L’étreinte perdurait. Chaude et rassurante, tendre et plaisante. Les yeux clos, Azeor profitait de ce contact privilégié qu’il lui était donné de partager avec son amie, sa proche amie, la seule qu’il pouvait compter dans sa vie. Il la savait distante physiquement, peu portée sur les démonstrations affectives de la sorte, alors, tant qu’il le pouvait, il la gardait contre elle. Lui qui n’avait sans doute pas reçu de telle marque d’affection depuis la mort de son père, qui n’avait plus serré contre lui que la silhouette très vite envolée d’un amour espéré. Alors, cette étreinte là, elle avait le goût de l’amitié sincère, d’un contact chaleureux et d’un partage sans mauvaise foi. Cette étreinte là, Azeor ne voulait pas la briser, et dans un souffle, il répondit aux paroles d’Erhenyce :

"Je réalise surtout que j’ai de la chance de t’avoir."

Ses bras entourant les épaules de la jeune femme, ses doigts caressèrent instinctivement son dos et sa nuque, dans un geste machinalement exécuté, mais qu’il lui semblait important de partager. Il n’y avait rien d’ambiguë, même si ses paroles précédentes indiquaient très clairement un désir plus poussé de connaître la médecin, dans des circonstances différentes que la guerre et le malheur. Un jour peut-être. En attendant, sa main vint se frayer un chemin à la base de la tête d’Erhenyce, se mêlant à ses cheveux. D’une voix toujours aussi basse, mais ferme, il la rassura :

"Je ne t’abandonnerai jamais, je te le promets."

Ouvrant les yeux, il revint à la réalité en même temps que le décor de la salle lui apparaissait. Comme s’il se réveillait d’un doux rêve, les paroles plus légères de son amie firent naître une esquisse de sourire sur ses lèvres, malgré la lourdeur de son coeur. au souvenir du baiser échangé, et qu’il avait surtout imposé plus qu’autre chose à la jeune femme, il grimaça et répliqua, tout en se reculant légèrement pour pouvoir la voir, mais prenant soin de ne pas la lâcher :

"Je ne suis pas certain que le baiser de la dernière fois ait vraiment joué en ma faveur, ni ait aidé au pardon."

Un sourire, plus franc cette fois, écarta ses lèvres, alors qu’une mine désolée s’installa sur son visage, aux traits toujours plissés d’ironie et d’amusement. Il se souvenait très bien, qu’après cet acte, une violente dispute s’en était suivi. Et s’il savait qu’il avait ses torts, ses excuses n’avaient pas suffit à calmer les nerfs d’Erhenyce violemment atteinte par le geste, et dont les paroles avaient quelque peu dépasser ses pensées. Mais une bonne explication avait suivit quelques jours après, et les deux amis se retrouvaient une nouvelle fois, dans les bras l’un de l’autre. Sa conscience remise de l’épisode mélancolique précédent, l’envie de la taquiner revint aussi vite que la lueur de défi dans ses yeux, et il déclara, d’une voix tout à fait sincère mais amusée sur la fin :

"Je regrette encore de t’avoir fait du mal ainsi. Mais pas de l’acte en lui-même, c’était loin d’être désagréable."


DC: Enaïa Lysean Vara'Da & Kezaël Lysereän & Esheban Ondeluire & Riska les Deux Voix & Eyföhl Aanka'Leï


Merci Erhenyce pour l'avatar ! <3
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: Une amitié à toute épreuve   - Dim 11 Jan 2015 - 9:35

L'étreinte se renforça quand Azeor y répondit, laissant les deux amis savourer cet instant qui n'appartenait qu'à eux.Combien de fois avait-elle rêver d'être ainsi enlacé par quelqu'un ? Homme ou femme, amis, amant, âme sœur... Peu importe qui la lui donnait, tout ce qui comptait était cette sensation d'être importante au yeux qu'une autre personne, cette sensation d'amour puissant et vrai. Erhyn aurait pu rester ainsi indéfiniment à se délecter de l'étreinte d'Azeor, de sa chaleur et de son odeur alors qu'il promettait sincèrement de ne plus partir. Ne plus la laisser seule, livrée à elle-même.Ces mots lui réchauffèrent le cœur tout autant que les gestes de l'ancien cultivateur alors que finalement, l'étreinte se défis douceur et qe les deux amis échangèrent un regard. Azeor s'excusa pour le baiser mais l'aveux qui suivit, aussi malicieux fut-il, laissa son amie perplexe.

« C'était... Agréable, oui. »


Pourquoi mentir ? Même si elle n'avait pas vraiment de comparaison, Erhyn ne pouvait pas nier que le baiser l'avait laisser de glace. Et c'est justement parce qu'il avait été délicieux qu'elle avait si mal réagit à celui-ci. Se servir d'une chose aussi douce et belle pour soumettre quelqu'un était égoïste et méchant. Mais Azeor avait comprit cela, c'est tout ce qui comptait. Ici, dans cette petite pièce, rien d'autre ne comptait en réalité. Les quelques minutes qui s'étaient écoulées avaient été accompagnées de bien des mots, de paroles tendre et douloureux. Les aveux d'Azeor n'avait pas laisser son amie de marbre, mais Erhyn ne savait pas comment réagir fa ce à cela et plus les secondes défilaient moins elle avait envie de quitter cette pièce. Levant une main, elle caressa avec douceur le visage du korrulien, soupirant doucement. Parler du baiser était une chose, mais d'autre mots avaient profondément toucher Erhenyce qui se remettait en question. Il l'avait dit... il avait avouer une chose qui la dépassait complètement.

« Tu as dit que... Le premier amour que tu as connu, tu aurais voulu le réserver à quelqu'un d'autre... quelqu'un comme moi... Pourquoi ? Je suis tout ce que notre peuple déteste. Il n'y arien en moi qui puisse satisfaire et attirer un homme comme toi Azeor. La vérité... C'est que tu vaux bien plus que moi. »

Elle n'était qu'un animal de foire, vu comme un monstre par tout son peuple. Secouant doucement le visage, Erhyn revint enlacer son ami. Ils se faisaient du mal à penser ainsi, c'était une mauvaise habitude qu'ils avaient en commun mais cette nouvelle étreinte apaisa aussitôt cette sensation de mal aise qu'éprouvait la jeune femme.

« Finalement, c'est peut être moi qui devrait me faire pardonner auprès de toi... »

reculant le visage, Erhyn plongea son regard dans celui du korrulien puis pencha légèrement le visage avant de venir l'embrasser tendrement. Elle n'avait pas son expérience ni son savoir en la matière mais il ne fut pas difficile de reproduire le baiser qu'Azeor lui avait donné dans le hangar. A présent ils étaient quitte, non pas pour le fait de se faire pardonner de quelque chose mais plutôt pour ce qu'ils venaient de s'offrir mutuellement : tendresse, douceur et complicité accompagné d'une petite touche d'amour naissant et sincère.
avatar
Ostracisé

On m'appelle Azeor Desnolancès


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Penjoie
MON AGE : 27 ans
Féminin
MESSAGES : 722
AGE : 23
INSCRIT LE : 07/06/2012
PSEUDO HABITUEL : Harrods
Joyaux : 271
Posté dans Re: Une amitié à toute épreuve   - Mar 13 Jan 2015 - 15:07

L’ambiance se détendait à vue d’oeil, la pression engendrée par les mauvais souvenirs et la douleur s’était dégonflée, en partie grâce aux bons mots d’Erhenyce qui avait su quoi dire pour faire apparaître un sourire sur le visage de son ami. Un sourire dont il lui était entièrement reconnaissant, mais qui se crispa légèrement quand elle fit allusion à ses paroles précédentes, à propos de l’amour. Pourquoi elle ? Quelle question ! S’il le savait, il ne serait pas en train de ronger son frein à se haïr de ne pas savoir quoi faire et comment réagir. Elle, parce qu’elle était belle, quoi qu’elle puisse en dire; elle était intelligente et généreuse. Elle, parce qu’il y avait bien longtemps qu’il avait appris à ne plus se fier aux jugements des autres, et qu’elle valait bien mieux que ce qu’elle pensait. S’apprêtant à lui expliquer sa pensée comme il le pouvait, - il était bien trop mal à l’aise avec ce genre de propos pour espérer se faire comprendre clairement -, il n’en eut pas le temps, coupé qu’il le fut dans son élan, par les lèvres de la jeune femme qui se posèrent sur les siennes. Le baiser fut rapide mais tout à faut agréable, mais laissa l’ex-cultivateur bouche-bée, s’attendant à tout, sauf à cela. Dans un raclement de gorge, il reprit contenance et posa sur Erhenyce un regard brillant de surprise, et d’autre chose. Un sentiment proche du désir.

"Le mérite n’existe pas dans ce genre de relation. Personne ne vaut personne."

Intima t-il en réponse aux paroles de la jeune femme qui avait précédé son baiser. En amour, toutes les barrières sociales tombaient, et la supériorité de telle ou telle personne n’existait plus. L’amour avait le pouvoir de remettre chaque personne au même niveau, celui de simple individu pourvu de sentiments plus forts que la raison. De toute sa réflexion, Azeor n’avait pas lâché son amie des yeux, cherchant à saisir quelque chose. Ce qu’elle pensait peut-être, ce qu’elle désirait surtout. Et que faire ? Il avait envie de lui hurler qu’il ne l’aurait jamais embrassé si elle n’était pas attirante, il avait envie de la secouer pour lui épargner la méchanceté dont elle avait été la victime et lui montrait comme elle était humaine, au même titre qu’un korrulien hâlé. Et surtout qu’elle était belle. Les mots alors, furent concis et s’échappèrent sans que sa conscience n’ait pu s’y opposer.

"Je suis désolé."

Il avait soufflé cela comme une anticipation, une avance à ce qu’il allait faire, cherchant d’avance à se faire pardonner. Et dès le dernier mot prononcé, son esprit sembla sombrer dans un monde à part, où ne restait que lui et Erhenyce. Ses deux mains remontèrent le long des épaules de la jeune femme pour venir saisir tendrement ce visage aux étranges reflets pâles, et tout en même temps, fit un pas en avant pour réduire la distance entre eux. Ses lèvres touchèrent celles, roses et gourmandes de la médecin, et ne s’en séparèrent pas avant d’y avoir goûté largement, lui donnant un baiser passionné et langoureux, qui n’avait rien à voir avec le premier qui leur avait valu une dispute. Peut-être que celui ci saurait se faire plus apprécier.

L’absence de refus de la jeune femme rassura un tant soit peu Azeor qui en profita pour en rajouter une couche, savourant un baiser sensuel, dont les premiers effets commençaient à se faire sentir. Il se sépara d’elle une demi minute, juste le temps de croiser son regard clair, et replongea aussitôt, laissant une main curieuse descendre ardemment le long des hanches féminines. Le désir avait pris sa place le plus naturellement du monde, influencé par l’accord silencieux d’Erhenyce qui n’avait pas bronché. Profitant de ce consentement prometteur, il souleva la médecin pour la poser doucement sur le bord du plan de travail, accentuant ainsi un peu plus le rapprochement de leur corps qui se retrouvaient maintenant collés, dans une position tout à fait intime et érotique, qui ne tarda pas à enflammer l’excitation retenue de l’ex-cultivateur qui prenait conscience, pour la première fois, de ce qu’était d’avoir envie d’une femme.


DC: Enaïa Lysean Vara'Da & Kezaël Lysereän & Esheban Ondeluire & Riska les Deux Voix & Eyföhl Aanka'Leï


Merci Erhenyce pour l'avatar ! <3
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: Une amitié à toute épreuve   - Mer 14 Jan 2015 - 4:36

Le baiser fut rapide, simple mais tendre. Manquant aussi d'expérience dans ce domaine, c'était nouveau pur Erhyn d'embrasser quelqu'un, elle ignorait tout de la façon dont un baiser pouvait se dérouler.Reculant le visage, la jeune femme évita le regard de son ami. A nouveau elle se sentait gêné alors qu'il ne l'avait pas repoussé et avait même répondu à son baiser. Prête à reculer et filer hors de la pièce, le médecin ne fut pas assez rapide et fut surprise de voir Azeor la toucher, sentir ses mains remonter le long de ses bras pour saisir son visage. Oh elle le voyait venir à des kilomètres.... Un nouveau baiser. Pas la force de le repousser, les mots échangés, les regards partagés et le baiser précédents avait été suffisant pur titiller le désir de la demoiselle qui répondit vivement à ce nouveau baiser offert par son ami.

Par Ruyn comme c'était bon... Elle aurait put rester ainsi des heures à embrasser son ami dont la langue vint effleurer la sienne, électrisant son corps avec une force inouïe. Si Azeor cherchait à montrer qu'il n'était pas dégoutter par son ami, il venait de réussir haut la main car pour la première fois de sa vie l'albinos se sentait désirée et adorée. Quand le baiser prit fin, erhyn avait l'esprit embrumé, elle plongea sont regard dans celui du korrulien dont les mains s'aventuraient sur ses courbes légères. Elle aurait du fuir, partir à toute jambes mais au lieu de ça la jeune femme resta lové contre lui, savourant chacun des gestes de l'ex-cultivateur qui soudain, la souleva comme un rien pour l’asseoir sur un pan de travail.

Écarquillant les yeux de surprise, la jeune femme le fixa alors qu'il se glissait entre ses cuisses, se rapprochant d'elle encore plus. Il faisait étrangement chaud dans cette pièce où le silence régnait pour ne laisser planer qu'un duo de respiration effrénées par un désir fort. Erhenyce déglutit, penchant le visage pour venir capturer une fois de plus les lèvres de son ami alors que ses bras enlaçaient ses larges épaules pour le ramener au plus d'elle. Une étreinte délicieuse qui la faisait frémir alors que les mains d'Azeor glissait sur ses cuisses. Aussi bon était cet échange, aussi intime soit-il... Au fond d'elle la jeune albinos savait que ce n'était pas correcte. Oui, ils étaient attiré l'un par l'autre, oui ils étaient désireux d’aller plus loin... ET ensuite ? Ce n'est pas vraiment comme cela qu'Erhyn avait imaginer sa première fois... certainement pas dans une minuscule réservé d'un camp militaire avec des mourants dans la pièce adjacente... Pas aussi précipitamment. L'un comme l'autre méritait mieux et elle le savait. Mettant fin au baiser, la belle sourit doucement, prenant le visage d'Azeor entre ses doigts et souffla.

« Ce serait une bêtise d'aller plus loin... TU ne crois pas ? Tu veux vraiment faire ça ici, comme ça ? »


Se laissant glisser doucement du plan de travail, Erhyn souffla, ajustant le haut de tenue de veilleur et pinça les lèvres.

« Ne vas pas croire que je n'en ai pas envie... C'est la première fois que j'éprouve quelque chose de si fort et de si bon... Mais je veux te donner le meilleur de moi Azeor et je ne gâcherais pas ça sur un coup de tête. On mérite mieux que cela. »

Un léger sourire se dessina sur le visage de la belle qui se hissa sur la pointe des pieds pour venir voler un nouveau baiser à son ami. Il ne dura pas longtemps, de peur de raviver ce désir qui les pousserait à quelque chose qu'ils pourraient regretter ensuite.

« Navré... J'ai encore beaucoup de travail... Mais je serais ravie que tu m'aide, si tu en as envie. »
avatar
Ostracisé

On m'appelle Azeor Desnolancès


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Penjoie
MON AGE : 27 ans
Féminin
MESSAGES : 722
AGE : 23
INSCRIT LE : 07/06/2012
PSEUDO HABITUEL : Harrods
Joyaux : 271
Posté dans Re: Une amitié à toute épreuve   - Mer 14 Jan 2015 - 6:13

L’ambiance, bien que tendue quelques minutes plus tôt, était maintenant brûlante. Pas de colère, ni de violence, mais bien de désir et d’excitation, alors que les deux “amis” se lançaient chacun à la découverte de l’autre. Leurs lèvres se déliaient rarement, préférant rester unies dans un baiser langoureux, tandis que des mains suaves et gourmandes se promenaient sur les formes généreux de la jeune femme. Pourtant, Azeor sentit son coeur se serrer lorsqu’Erhenyce mit fin au baiser, posant sur lui un regard qui en disait long sur ses pensées. Ses mots lui donnèrent raison, et il laissa un fin sourire en coin étirer sa bouche quand elle lui demanda si c’était vraiment ce qu’il voulait, dans un endroit pareil. Doucement, il lui caressa la joue, avant de se reculer, l’observant descendre du perchoir improvisé et souffla :  

"Tu as raison…"

La déception pouvait évidemment se lire dans son regard, mais il savait que ce qu’ils s’apprêtaient à faire n’était pas digne d’un tel endroit. Et tout deux méritaient amplement mieux que de faire cela à la va vite dans un recoin sombre avec pour bruit de fond, les gémissements des blessés de guerre. Alors oui, elle avait totalement raison, et Azeor fut soudain prit d’une violente gêne, se haïssant d’avoir manqué entraîner son amie dans une chose si importante à leurs yeux, sans penser au reste. Baissant les yeux, il se racla la gorge et ajouta, presque honteux :

"Je suis désolé, je ne voulais pas te… faire peur."

Le baiser rapide mais toujours aussi agréable de la médecin lui redonna un peu de vigueur, oubliant son malaise. Accrochant son regard pourpre sur la silhouette fine et féminine qui lui avait tant donné envie peu de temps avant, il sourit à sa proposition et secoua la tête.

"Je crois qu’il vaut mieux que je m’en aille maintenant. Au cas où."

Les sous-entendus de sa phrase ne faisaient aucun doute, et dans un sourire amusé, s’approcha de la jeune femme, l’attira vers elle pour lui donner un dernier baiser langoureux, auquel il manqua ne plus jamais se décrocher. Finalement, il la relâcha et dans un dernier clin d’oeil mi-moqueur, mi-amusé, sortit de la pièce et lui promettant de revenir la revoir très vite.


Citation :
Azeor rend sa visite habituelle à Erhenyce, avec qui une profonde amitié s'est liée depuis leur dernière dispute. Il la trouve endormie, et reste à ses côtes jusqu'à son réveil, la laissant profiter d'un repos bien mérité. Lorsqu'Erhenyce se lève, elle trouve son ami en train de l'observer et gênée par des sentiments ambiguës, elle lui propose de l'aider à faire l'inventaire. Tout deux se retrouvent dans une pièce reculée où Azeor va se livrer sur sa vie et ses sentiments, soutenue par son amie qui comprend enfin sa douleur. Un baiser finit par être échangé, quelques caresses échangées, avant que la jeune femme ne le repousse, préférant remettre ça à plus tard, et dans un endroit plus convenable.


DC: Enaïa Lysean Vara'Da & Kezaël Lysereän & Esheban Ondeluire & Riska les Deux Voix & Eyföhl Aanka'Leï


Merci Erhenyce pour l'avatar ! <3

On m'appelle Contenu sponsorisé

Posté dans Re: Une amitié à toute épreuve   -

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum