AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
» Communication externe
par Loth de la Vision Mar 21 Juin 2016 - 15:06

» Réversa [ TOP ]
par Invité Ven 27 Mai 2016 - 8:21

» Le monde de Dùralas
par Invité Jeu 26 Mai 2016 - 7:00

» Anthalia
par Invité Dim 22 Mai 2016 - 15:17

» Marbrume, La Cité des Damnés
par Invité Lun 16 Mai 2016 - 15:07

» Questionnaire pour soutenir infinite RPG !
par Invité Sam 14 Mai 2016 - 17:33

» Escalus
par Invité Jeu 12 Mai 2016 - 9:02

» Mass Effect : Reborn
par Invité Mar 10 Mai 2016 - 15:00

» Forum en pause
par Asàf Lysereän Mar 10 Mai 2016 - 13:47


Échanges entre nous

avatar
Ostracisé

On m'appelle Khalël Isam


Infos Personnage
RANG: Mowiel Solverre, Solaris Aanka'Leï, Enaîa Lysean Vara'Da,...
VILLE & APPARTENANCE : Ostracisé
MON AGE : 19 ans
Masculin
MESSAGES : 157
AGE : 24
INSCRIT LE : 05/06/2014
PSEUDO HABITUEL : Wrath
Joyaux : 36
http://www.ile-joyaux.com/t2448-journal-de-khalel-isam http://www.ile-joyaux.com/t2439-khalel-isam-termine
Posté dans Échanges entre nous   - Jeu 25 Déc 2014 - 13:47

-Mowiel, concentre-toi !

Khalël savait qu'il était dur avec elle... Il se montrait exigeant pour un premier entraînement, mais il ne savait comment s'y prendre autrement. Armé d'un bâton de bois pour éviter d'être interrompu par des Veilleurs cette fois, il déviait les attaques de son amie pour ensuite attaquer d'une façon plus ou moins rude. Il frappait ses bras et ses jambes, bref, tout ce qu'elle négligeait de défendre dans son attaque, avec vivacité retenue néanmoins. Pourtant, lorsqu'il s'exprimait pour lui donner des conseils, c'était d'une voix douce, posée.

-Évite d'avancer tout ton corps... Tiens ton bâton à deux mains pour commencer. Tu verras mieux où ta garde est défaillante comme ça.

Il lui parlait sans faiblir dans l'échange... Pourtant, bien qu'il sache qu'il lui était vital de comprendre ses faiblesses, il grimaçait chaque fois qu'il la touchait avec son arme de fortune. Il ne voulait pas lui faire de mal, il voulait lui apprendre... Il frappa son tendon d'Achille à découvert. Il grimace le temps d'une seconde mais ne ralentit pas.

-Redresse-toi.

A l'épée à deux mains, on a tendance à privilégier une garde basse à une garde haute... Ce qui fait que le haut du corps est malheureusement laissé à découvert. Khalël avait le même problème autrefois, et il avait tendance à se tasser pour contrer cela, ce qu'était en train de faire Mowiel en bonne débutante. Il frappa doucement son cou, pour lui intimer de se redresser et lui faire comprendre que défendre les artères de son cou était tout aussi vital que le bas de son corps.

Elle s'en sortait bien, au fur et à mesure elle comprit ses propres points vitaux, l'importance de garder ses jambes pour répondre au mieux aux attaques. Lentement, Khal augmenta le rythme.

-Je vais t'attaquer. Défend-toi.

Il tourna sur lui-même pour donner un coup transversal assez puissant afin de dévier le bâton de Mowiel et s'empara de son cou de sa main libre. Il ne l'étrangla pas, et relâcha sa gorge presque aussitôt, gêné par l'intimité qu'il venait de créer.

-Presque. Il faut que tu maintiennes un peu mieux ton arme pour éviter ça.

Il faisait de son mieux pour rester sérieux et ne pas rougir de la situation... La vie de Mowiel était sans doute en jeu durant cet entraînement...



avatar
Ostracisé

On m'appelle Mowiel Solverre


Infos Personnage
RANG: Kezaël Lysereän, Asàf Lysereän, Khalël Isam, Kriss Almandina, Nessä Lysereän, Enaîa Lysean Vara'Da...
VILLE & APPARTENANCE : Penjoie - Cités troglodytes
MON AGE : 19 ans
Féminin
MESSAGES : 441
AGE : 24
INSCRIT LE : 27/09/2012
PSEUDO HABITUEL : Mowiel Solverre
Joyaux : 484
http://www.ile-joyaux.com/t2389-journal-de-bord-de-mowiel-solverre http://www.ile-joyaux.com/t1044-mowiel-solverre
Posté dans Re: Échanges entre nous   - Ven 26 Déc 2014 - 15:53

La sueur inondait son visage, son cou, le creux de ses reins ; et, sous la robe de lin dont elle était vêtue, ses muscles tremblaient de fatigue et d'horreur. Elle avait peur. Une peur énorme qui lui dévorait le cœur, la vidait, l'aspirait dans un gouffre sans fin. Une peur qui lui faisait gaspiller le peu d'énergie qu'elle possédait encore.

Elle n'avait qu'une vie et ne désirait la perdre pour rien au monde. Mais quelque chose en elle lui rappelait sans cesse ses insuffisances et ses faiblesses. Cet entraînement l'obligeait à s'y donner toute entière, jusqu'aux limites de ses forces. Pourtant, alors qu'il l'épargnait de bien des maux, Khalël lui semblait être, à cet instant, l'être le plus impitoyable qu'il ne lui ait été jamais donné de rencontrer. Et alors qu'elle recevait un énième coup, la colère la gagna.

- Ça suffit !

Ne lui laissant pas le temps de protester, Mowiel lâcha son bâton et ajouta :

- Je suis épuisée. Si je supporte une fois de plus un coup de ton bâton, je vais réellement vouloir te fracasser le crâne.

Malgré sa défiance, elle s'en voulait pourtant, d'abandonner si vite le combat. Elle était en train de reproduire exactement le même schéma qui l'avait conduite à s'enfuir loin d'Arish. Pourtant...la fuite lui semblait plus douce que la rigueur de l'entraînement auquel elle était soumise depuis plusieurs heures. Toute cette intransigeance...cette précision que requérait l'art du combat...c'était trop pour elle. Jamais elle n'atteindrait à temps un niveau suffisant pour protéger Khalël des dangers des cités Ostracisés.

- C'est impossible. Je me ferai tuer avant d'avoir pu apprendre à te porter le moindre coup. Apprends-moi plutôt à courir vite.
avatar
Ostracisé

On m'appelle Khalël Isam


Infos Personnage
RANG: Mowiel Solverre, Solaris Aanka'Leï, Enaîa Lysean Vara'Da,...
VILLE & APPARTENANCE : Ostracisé
MON AGE : 19 ans
Masculin
MESSAGES : 157
AGE : 24
INSCRIT LE : 05/06/2014
PSEUDO HABITUEL : Wrath
Joyaux : 36
http://www.ile-joyaux.com/t2448-journal-de-khalel-isam http://www.ile-joyaux.com/t2439-khalel-isam-termine
Posté dans Re: Échanges entre nous   - Ven 26 Déc 2014 - 17:05

Il sursauta quand elle laissa sa colère exploser et s'arrêta net. Il massa sa nuque tandis qu'elle lâchait son arme de fortune et disait vouloir lui ouvrir le crâne... Il voyait mal comment elle pourrait le faire avec un simple bâton de bois mais il tut sa remarque, ne sous-estimant pas les capacités de Mowiel à s'acharner sur son visage si elle était à ce point à bout de nerf. Il ne comprenait pas non plus qu'elle abandonne aussi rapidement... Bon, certes, ils échangeaient depuis presque deux heures maintenant, mais ça formait aussi son endurance pour qu'il la fasse travailler autant dès la première séance. Mais elle semblait si décidée à pouvoir se défendre seule il y a encore quelques jours qu'il ne s'attendait pas à un abandon aussi direct.

Elle était fatiguée, comparée à Khal qui respirait juste un peu plus fort, elle paraissait même exténuée. Il se souvint qu'il avait longtemps été découragé aussi, en voyant des camarades progresser plus vite, devenir plus fort plus rapidement, avant de se souvenir qu'il n'apprenait pas par plaisir, mais pour survivre. Il planta son bâton dans le sable avant de poser ses poings sur ses hanches.

-J'ai jamais dit que ce serait facile ou rapide. Par contre, ce n'est pas impossible.

Dois-je te rappeler que c'est toi qui m'a demandé de te faire subir tout ça ? Il évita tant bien que mal de le dire tout haut. Il fronça ses sourcils et pinça ses lèvres.

-Courir vite... Tu lèves bien les genoux et tu n'enfonces pas tout ton pied dans le sable. Rien de plus simple. Mais courir ça ne désarme pas un adversaire, et s'il est plus endurant que toi, rien ne l'empêchera de te rattraper.

Il reprit son bâton et jongla quelques instants avec, le temps de bien le reprendre en main, et fit en sorte d'avoir un regard déterminé, sinon un poil autoritaire.

-Aller, on va prendre un rythme moins soutenu si tu veux... Mais ! On n'abandonne pas.

Il prit délicatement sa main pour y mettre son bâton. Sans la lâcher, il se plaça derrière elle pour positionner correctement son corps... Les bras à hauteur du torse, l'épée tenue en avant. Il fit en sorte d'oublier le contact avec le corps brûlant pour prodiguer ses conseils, évitant au maximum de faire entendre sa gêne dans sa voix.

-C'est la garde médiane... Garde le bas du corps souple et alerte. Là. Je vais te montrer comment arrêter quelqu'un qui t'attaque dans cette position.

Il racla sa gorge et se posta devant elle... Il attendit quelques secondes avant de lui faire signe d'attaquer. Le défaut d'une garde médiane, on prend de l'élan, on lève les bras, on découvre ses points vitaux dès le premier échange. Avant même qu'elle finisse de faire tout ça, Khal fit un pas en avant, s'empara des poignets de Mowiel pour l'empêcher d'abaisser le bâton et fit un geste imitant en coup de poing dans l'estomac qui ne la frôla même pas. Puis il recula vivement, se tourna pour cacher ses rougeurs et ramassa le bâton qu'elle avait lâché un peu plus tôt...

-Voilà... A toi maintenant. Je vais le faire lentement comme ça tu verras bien quand m'arrêter.

Le désavantage qu'il y avait dans cette leçon, c'est qu'il était obligé d'être proche d'elle... Bien plus proche qu'ils ne sont au quotidien, même dans sa grotte étriquée où il avait réussi à leur faire conserver un minimum d'intimité. L'avantage... c'est qu'il se forgeait lui-même. Non pas à se défendre physiquement, mais plutôt sentimentalement, aux assauts d'émotions qui l'assaillaient à chaque contact avec Mowi.



avatar
Ostracisé

On m'appelle Mowiel Solverre


Infos Personnage
RANG: Kezaël Lysereän, Asàf Lysereän, Khalël Isam, Kriss Almandina, Nessä Lysereän, Enaîa Lysean Vara'Da...
VILLE & APPARTENANCE : Penjoie - Cités troglodytes
MON AGE : 19 ans
Féminin
MESSAGES : 441
AGE : 24
INSCRIT LE : 27/09/2012
PSEUDO HABITUEL : Mowiel Solverre
Joyaux : 484
http://www.ile-joyaux.com/t2389-journal-de-bord-de-mowiel-solverre http://www.ile-joyaux.com/t1044-mowiel-solverre
Posté dans Re: Échanges entre nous   - Lun 29 Déc 2014 - 8:11

Ses poumons étaient en feu. Les joues brûlantes, le corps trempé de sueur, Mowiel s'efforçait de résister aux assauts de son ami, plus puissants et plus rapides, depuis qu'elle avait renoncé à abandonner le combat. Khalël se déplaçait si rapidement qu'il semblait danser sur le sable. Par comparaison, Mowiel évoquait plutôt un jeune draoma, titubant et peinant à tenir ses jambes. En moins de temps qu'il n'en faut pour le dire, Khalël la désarma. Une fois de plus.

Une telle force...

Incapable de se battre plus longtemps, Mowiel laissa échapper le bâton qu'elle tenait à la main, lequel s'écrasa sur le sol. Puis elle chercha son souffle, luttant contre la panique qui la submergeait. A ce rythme, les Lysereän l'auront retrouvés avant qu'elle ne puisse faire quoi que ce soit pour leur échapper. Même les hommes de Nessä Lysereän, plus habitués à l'accompagner à ses bals qu'à la défendre de Forbans, pourraient la tuer en quelques instants, s'ils la trouvaient ici.

Essuyant son front du revers de sa main, Mowiel souffla :

- C'est écœurant...

Le souffle lui manquait. Mais la colère était plus forte que tout.

- Douze ans que tu te contente de fabriquer tes objets ridicules, au lieu de te battre pour une vie plus douce. Ça ne t'a jamais traversé l'esprit, de contester la loi ? Etre menacé chaque jour d'être réduit en esclavage par l'une des familles Cultivatrices n'a donc jamais poussé personne à prendre les armes ?

Se mordant la lèvre, elle ajouta d'une voix forte :

Tu es tellement fort, et pourtant...

- Les Ostracisés ne sont-ils que des lâches ?

La vie qu'elle avait vécu aux côtés des Lysereän l'avait aveuglée. Il lui paraissait si simple de protester. Si simple d'exiger. Quel mal, quel obstacle, pouvait bien empêcher tous ces gens à se battre pour gagner le droit de rejoindre les villes et vivre ainsi une vie décente ? Préféraient-ils, contrairement à ce qui se disait dans les villes, vivre ainsi soumis jusqu'à la fin de leurs jours ? Ou bien n'osaient-ils simplement pas franchir le pas ? Déçue, Mowiel ne prit pas conscience de la portée de ses mots.
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: Échanges entre nous   - Lun 29 Déc 2014 - 13:29

HRP:
 

Elle recoud ses maigres guenilles, et en échange c'est lui qui, de temps en temps, va chercher pour elle de l'eau aux portes de la ville. Là est le deal que Kriss a conclu avec Jill, un homme d'une trentaine d'années au corps bien bâti malgré les privations, et l'un des rares qui réussit à la faire rire avec le petit Salim. Et quand la vie les glace ou que la solitude les étouffe, ils se voient chez l'un ou chez l'autre et se réchauffent de leurs caresses. C'est comme cela qu'elle sait qu'il est aussi musclé que pourrait l'être un Veilleur Pourpre entraîné. Elle a senti ses abdominaux sous sa paume, tracé la courbe de ses épaules du bout des doigts. Ses yeux sont ses mains, et c'est avec eux qu'elle a mémorisé ses traits fins habitués à sourire et offrir le bonheur. Il illumine son âme, elle qui ne voit pas. La lumière est l'une des seules choses qu'elle parvient parfois à percevoir. Une sorte de sixième sens, un instinct qu'elle ne peut véritablement expliquer.

Elle marche, louvoyant entre les pauvres habitations des Ostracisés, son sac qui ne la quitte jamais battant sa hanche. Il est attaché à une ceinture de cuir, objet de luxe qu'elle a découvert dans une décharge quelques jours plus tôt. Cette même ceinture enserre sa taille et la robe longue qui laisse ses épaules à nue. Elle ignore sa couleur, mais la matière est agréable sur sa peau, et il émane du vêtement l'odeur d'une épice inconnue. Son précédent propriétaire l'a tâchée sans doute. Elle s'en moque. Cela sent bon, et c'est le principal, surtout dans un lieu à la puanteur ambiante comme celui-ci.

Elle parvient enfin à l'endroit où elle pense être, appelle le nom de son amant pour qu'il se rende compte de sa présence, même si amant n'est pas véritablement le mot exact. Un silence, puis un souffle se rapproche d'elle et une main lui sert familièrement l'épaule.

– Salut Kriss !

– Salut Jill. T'as ce qu'il faut ? demande-t-elle en lui tendant sa gourde vide.

A travers la fragrance que répand l'épice qui macule sa robe, se glisse une senteur, beaucoup moins délicate, de la chair en décomposition. Auparavant, Jill était médecin, ainsi on lui amène de temps en temps les personnes gravement blessées. Le lit où ils font l'amour est aussi le lieu de survie des mourants, ou, parfois, le linceul des cadavres.

– Oui, je vais te la remplir tout de suite.

– Je t'attends dehors.

Elle soulève la bâche qui abrite l'entrée et regagne la rue. Celle-ci est presque déserte, ou tout du moins n'entend-elle rien excepté un bruit de combats entre deux personnes. Elle tend l'oreille et capte des timbres de voix. Un homme déterminé, une femme qui semble désespérée. Manifestement, cette dernière n'a pas envie de se battre. Kriss approuve. La guerre n'est qu'une vaste connerie, et si les hommes prenaient le temps d'aimer au lieu de tuer, le monde ne serait pas autant dans la merde qu'il ne l'est aujourd'hui.

Ce qu'elle approuve moins, c'est quand le désespoir se meut en colère et que l'arme n'est plus un bâton de bois, mais des mots jetés pour faire souffrir. Kriss ne veut pas défendre le jeune homme, et elle ne le fera pas. En revanche, les accusations de la femme la touchent à elle aussi, et elle ne peut pas faire mine de n'avoir rien écouté.

– Je te trouve bien prétentieuse pour dire une chose pareille, chérie, lance-t-elle d'une voix dure.

Elle s'avance de quelques pas en direction du duo, tourne la tête vers l'origine de sa contrariété. Elle n'est pas véritablement en colère et n'a pas haussé le ton. Cependant, chaque phrase semble être une sentence, chaque syllabe tombe comme un couperet.

– Nous faisons la guerre aux Erfeydes, et il ne me semble pas que ça ait donné d'heureux résultats. D'ailleurs, toi non plus, tu n'as l'air d'avoir envie de te battre, si on remarque la facilité avec laquelle tu as baissé les bras.

Elle croise les bras, hausse un sourcil.

– A moins que tu ne te considères pas une Ostracisée ? Qui es-tu alors pour savoir mieux que nous ce que nous devons faire ?

Elle se doute que les remarques de la jeune femme ont dépassé sa pensée. Elle aussi, sa susceptibilité prend le dessus sur sa raison. Le temps qu'elle y réfléchisse, il est déjà trop tard. Mais elle, elle pense tout ce qu'elle dit, et ne regrette aucunement ses paroles.

– Je n'apprécie pas qu'on nous insulte ainsi. Si là n'est pas ta place, va t'en. Je ne te retiens pas.
avatar
Ostracisé

On m'appelle Khalël Isam


Infos Personnage
RANG: Mowiel Solverre, Solaris Aanka'Leï, Enaîa Lysean Vara'Da,...
VILLE & APPARTENANCE : Ostracisé
MON AGE : 19 ans
Masculin
MESSAGES : 157
AGE : 24
INSCRIT LE : 05/06/2014
PSEUDO HABITUEL : Wrath
Joyaux : 36
http://www.ile-joyaux.com/t2448-journal-de-khalel-isam http://www.ile-joyaux.com/t2439-khalel-isam-termine
Posté dans Re: Échanges entre nous   - Mer 31 Déc 2014 - 9:33

Des mots comme du venin s'insinuant dans tout son corps, des paroles bien plus percutantes que les coups qu'il lui avait infligé durant cet entraînement, une colère si contagieuse et si vive qu'elle s'empara de tout l'être de Khalël, avec autant de fureur qu'une tempête de sable détruit tout sur son chemin. Il se tut et se força au silence, sachant d'avance qu'il risquait de lui rendre sa rage au centuple. Néanmoins...

-Les Ostracisés ne sont-ils tous que des lâches ?

Lâches... Il se retourna et planta son regard noir de haine dans le sien. Si ses iris étaient habituellement dorées comme le miel, brûlantes comme le soleil, on aurait pu croire à cet instant qu'il n'y avait jamais rien eu de tout cela.

Il ne comprenait pas, il ne comprendrait sans doute jamais... Mowiel qui lui rappelait de ne pas risquer "inutilement" sa vie, qui lui disait que l'existence n'a pas de sens. Et puis soudain l'on devrait se jeter à corps perdu dans une guerre, sans préparation sans armes digne de ce nom, contre son propre peuple pour une liberté illusoire. Bien sûr que Khalël nourrissait de telle chimère, bien sûr qu'il était prêt à se battre, pour contester, prouver qu'il était aussi humain qu'un autre, hurler au monde, gueuler de toute son âme, de toute sa peine, de toute sa haine que c'était injuste, que personne ne méritait de se rouler dans les ordures pour manger, de boire de l'eau infecte qui pouvait tuer les enfants,... de justifier sa présence dans ce monde de merde !

Mais le visage déformé, les muscles tendus, il ne dit pas un mot... Par contre, une jeune femme s'approcha d'eux. Elle avait du être attirée par la voix de Mowiel. Sans perdre une seconde ce masque de rage palpable, limite incandescente, il la laissa parler... En peu de mots, elle mit exactement le doigt là où ça pouvait faire mal. Son amie n'avait aucune envie de se battre et l'urgeait à prendre les armes pour défendre sa liberté alors que c'était l'inverse il y a à peine quelques semaines... Khalël bougea enfin, il poussa un soupir de frustration tout en tentant de réprimer un grondement, faisant s'abaisser ses épaules. Oui, il ne la comprendrait sans doute jamais.

Et puis il prit une grande inspiration, sa voix n'était ni calme, ni menaçante. Posée. Se contentant de dire les choses comme elles lui venaient, sans retenue. Il avait apprécié que cette nouvelle interlocutrice ne le défende pas lui, mais les Ostracisés... Et pour lui, ça changeait tout. :

-Oui, je me contente de mes objets ridicules... Oui, je ne vais pas me jeter aux premiers Veilleurs qui passent pour avoir mieux, pour avoir plus... Désolé d'aimer le fait que je mange à ma faim, de considérer ma simple grotte comme un palace juste parce qu'il s'agit de mon toit. Mais j'ai grandi comme ça, je vis depuis toujours avec ça et ça me va ! Je n'irais pas prendre la vie des autres pour être à leur place, je ne me battrais que pour défendre ma vie et ma liberté. Je n'ai aucune idée de si c'est ce qu'il faut faire ou de ce qu'il y a de mieux ! Je suis un Ostracisé...

Exclu. Banni. Tout ce qu'on veut. On jette dans ce mot tout ce qu'on peut y penser, comme les Cultivateurs les jettent en dehors des villes, Khalël lui y jetait sa soif de justice et de respect de la vie. Le bâton qu'il avait gardé dans la main, il le brisa à l'aide de son genou et le jeta au pied de Mowiel... Il n'y avait aucune signification particulière dans ce geste, il avait juste besoin de le faire... Peut-être pour qu'elle comprenne que l'escrime n'avait aucune importance si elle le pensait lâche, si elle associait automatiquement cela à la mort... Peut-être pour qu'elle devine qu'il ne s'attendait pas à ce qu'elle le suive dans cette vie-là... Peut-être simplement qu'il voulait lâcher un peu de sa colère dessus, préférant détruire cette pauvre branche qui n'avait rien demandé...

Sans relever les yeux de là où il avait jeté le bâton, il s'adressa à la jeune femme qui les avait rejoins. :

-Et à qui avons-nous l'honneur ?...

Il était vraiment en colère, au point de cracher sur la politesse... Après tout, aucune des femmes avec qui il parlait pour l'instant n'avait fait preuve de courtoisie. Khalël croisa les bras en se disant qu'il pouvait se pardonner s'il manquait de manières à cet instant.



avatar
Ostracisé

On m'appelle Mowiel Solverre


Infos Personnage
RANG: Kezaël Lysereän, Asàf Lysereän, Khalël Isam, Kriss Almandina, Nessä Lysereän, Enaîa Lysean Vara'Da...
VILLE & APPARTENANCE : Penjoie - Cités troglodytes
MON AGE : 19 ans
Féminin
MESSAGES : 441
AGE : 24
INSCRIT LE : 27/09/2012
PSEUDO HABITUEL : Mowiel Solverre
Joyaux : 484
http://www.ile-joyaux.com/t2389-journal-de-bord-de-mowiel-solverre http://www.ile-joyaux.com/t1044-mowiel-solverre
Posté dans Re: Échanges entre nous   - Mer 31 Déc 2014 - 10:45

Dans son esprit défilèrent les images de son ancienne vie. Sa beauté et sa simplicité. Sa rigueur et son incommodité. Elle, comme le disait si souvent sa mère, elle était comme un Elvion, voltant à travers les courants et s’accommodant du plus petit confort qu'on puisse lui offrir. S'amusant du nettoyage des draps de ses maîtres et riant des larmes feintes des jeunes héritiers, Mowiel ne s'était jamais -ou presque- inquiétée de l'avenir. Elle n'y voyait qu'une vie plus heureuse, à l'image de celle de ces domestiques qui, à force de courage, se sont vus offrir un salaire plus digne et décent. Juste de quoi nourrir convenablement les membres de leur famille. Mais c'était suffisant. Alors comment cela avait-il pu se terminer ainsi ?

Ennuyée par la tournure que prenaient les événements, Mowiel ouvrit la bouche, mais aucun son n'en sortit. Elle fixait Khalël comme si elle réfléchissait à toute vitesse, pour ne pas dire plus d'abominations irréparables. Elle réussit tant bien que mal à contenir un hurlement. Mais ses mots, portés par la colère, dépassèrent sa pensée et se perdirent :

- De toute façon, je ne compte pas rester ici éternellement.

Ce n'était pas le moment de flancher.

Où irait-elle, une fois hors des limites des cités troglodytes ? A Penjoie ? On lui ferait sans aucun doute la chasse, et la proximité de la famille d'Anstarym l'angoisserait. Arish ? Cela reviendrait à la conduire à une mort certaine ! Ofägar alors ? Non. Les Lysereän avaient sans doute signalés son nom aux autorités Korruliennes, elle n'était désormais plus qu'une paria...Et qu'irait-elle faire dans le grand désert, en proie aux Forbans et aux prédateurs ?

C'est tellement injuste...Je suis tellement en colère...

Levant le regard vers l'inconnue, elle serra les poings.

- On se moque de qui elle est. Elle se mêle de ce qui ne la regarde pas. Si vous vous êtes sentie concernée par mes propos, c'est que vous avez sans doute quelque chose à vous reprocher.

Elle était belle et d'un charisme plutôt exceptionnel, chez les femmes Korruliennes. Pour elle, il y avait bien longtemps que le temps de l'enfance était révolu. Cela se sentait dans la puissance de ses mots et l'assurance de sa voix. Et elle avait raison. Cette femme avait raison sur tout. Sur l'arrogance de ses propos. Sur le fait qu'ici, elle ne se sentait pas à sa place. C'en était presque effrayant.
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: Échanges entre nous   - Dim 4 Jan 2015 - 4:20

Au tour du jeune homme de se défendre. Kriss apprécie le sens qu'il donne à ses mots, un sens qui fait écho à ce qu'elle ressent. Contrairement à lui, elle ne vit pas ici depuis toujours, mais ce n'est pas pour autant que sa blessure n'est pas la sienne. Être ostracisé laisse une marque qu'on ne peut pas oublier, et que cette fille n'oubliera pas non plus, qu'elle le veuille ou non.

Elle entend le bruit du bois qui se fend, et comprend qu'il a brisé son arme de fortune. Il ne veut plus se battre, ou considère que si sa partenaire a de telles pensées, alors ce n'est plus la peine. Il l'a déjà dit, il lui apprend à se défendre, non à passer à l'attaque pour... pour quoi d'ailleurs ? Pour montrer qu'ils sont les plus forts ? Que eux aussi savent tuer ? Quelle idiotie.

Il lui demande son nom, mais elle n'a pas le temps de répondre que déjà la jeune femme reprend, se retranchant derrière un « je ne resterais pas ici éternellement » avant d'agresser Kriss pour avoir osé intervenir. Il faut le reconnaître, cette fille a du cran. De la fierté aussi, et cela, l'aveugle le comprend. Mais ça n'enlève rien à la dureté déplacée qu'elle glisse dans ses paroles. Si elle continue comme ça, elle la mettra vraiment en colère, et ça ne sera pas joli à voir.

– Je suis Kriss Almandina, répond-elle, décidant dans un premier temps d'ignorer la rageuse, tournant la tête vers son coéquipier. Et toi, qui es-tu ?

Kriss Almandina. Un nom qui dans les cités ostracisés, n'est ni connu, ni inconnu. Des couturières, il y en plusieurs par ici, des aveugles aussi, mais des couturières aveugles, elle est sûrement la seule. Ses clients, si elle peut les appeler ainsi, ne se sont jamais plaints de ses services et vantent parfois ses doigts de fée à d'autres connaissances. Il est donc possible qu'ils aient entendu parler d'elle. Ou non.

Elle pivote à nouveau vers la jeune femme, lui accordant pleinement son attention, et hoche négativement la tête, tandis qu'un sourire désabusé s'esquisse sur ses lèvres.

– Tu as sans doute un joli minois et les formes qui vont avec, mais ce n'est pas pour ça que tu trouveras un ailleurs meilleur qu'ici sans encombres. Les ostracisés ont une odeur qui marque. A moins que tu ne comptes devenir fille de joie ? Vis comme tu veux après tout.

Elle s'avance d'un pas, et son sourire disparaît. Son regard, bien que légèrement décalé par rapport à celui de son adversaire, devient tranchant, acéré.

– Mais pour l'instant, tu es ici. Et tant que tu es ici, tu es des nôtres. Rentre-toi ça dans le crâne.

Encore le sourire, ce sourire en coin, suffisant, qui donne envie de mettre des gifles. La tension dans ses yeux disparaît un peu. Juste un peu.

– Je n'ai rien à me reprocher. Je ne suis pas une criminelle. J'ai atterri ici par folie, de ces élans fougueux qui prennent la jeunesse. A vrai dire, comme ce que tu es en train de faire.

Elle rit. Un rire sans joie. Pourquoi se réjouirait-elle ? Ce qu'elle va dire n'a rien d'agréable, non. Ce n'est plus une remontrance cette fois-ci, mais un conseil. Un conseil pour qu'elle ne commette pas les mêmes erreurs. Car à trop s'entêter, la chute n'en est que plus sévère.

– La passion est une belle chose, mais elle peut rendre aveugle. Prend garde. Moi, j'y ai déjà perdu la vue.
avatar
Ostracisé

On m'appelle Khalël Isam


Infos Personnage
RANG: Mowiel Solverre, Solaris Aanka'Leï, Enaîa Lysean Vara'Da,...
VILLE & APPARTENANCE : Ostracisé
MON AGE : 19 ans
Masculin
MESSAGES : 157
AGE : 24
INSCRIT LE : 05/06/2014
PSEUDO HABITUEL : Wrath
Joyaux : 36
http://www.ile-joyaux.com/t2448-journal-de-khalel-isam http://www.ile-joyaux.com/t2439-khalel-isam-termine
Posté dans Re: Échanges entre nous   - Dim 4 Jan 2015 - 9:40

Toujours dans une rage noire, Khalël était comme habité par deux entités qui se chamaillaient en lui. L'une hurlait bien fort, disant à Mowiel qu'elle n'avait qu'à partir dans ce cas, qu'au moins il serait plus emmerdé et qu'il pourrait enfin tranquillement refoutre le bordel qu'il veut dans sa grotte. L'autre était à genou devant elle, lui priant de rester, qu'il allait expliquer, qu'ils allaient oublier les malentendus, qu'il irait chercher tout ce qu'elle souhaite même s'il doit tuer pour ça, qu'il donnerait son corps pour la couvrir d'or et de bonheur, qu'il deviendrait muet, aveugle et sourd si c'était pour profiter éternellement de sa simple présence auprès de lui. Il ferma les yeux, une migraine lui martelant le crâne. Toujours les bras croisés, comme s'il retenait son corps de faire une quelconque bêtise, il laissa la femme se présenter.

Kriss... Fouillant sa mémoire, il avait sans doute déjà entendu son nom. Une couturière qui faisait de l'excellent travail, une aveugle. Connue aussi pour son franc parler. Ce qui allait suivre promettait d'être intéressant... Feignant de ne pas entendre Mowiel faire preuve de méchanceté gratuite, il répondit à son tour, poliment mais sans chaleur dans la voix. :

-Khalël Isam, le transformateur.

C'était le plus souvent à son titre qu'on reconnaissait Khal... Il était rare de combiner plusieurs spécialités dans le désert. Il était considéré comme l'homme à tout faire, quand on savait plus vers qui se tourner, on arrivait chez lui avec un objet cassé que personne ne connaissait ou avec une commande spéciale, et il se débrouillait pour répondre à la demande.

Quand Kriss se tourna vers Mowiel, il s'assit. En tailleur dans le sable, ne lâchant pas des yeux son amie, il attendait de voir comment elle comptait se débrouiller face à la leçon qu'elle allait recevoir. Il ne s'en délectait pas néanmoins, grimaçant à chaque insulte, se retenant de se placer entres elles pour défendre l'une ou l'autre. Il fallait qu'elle comprenne qu'Ostracisé n'était pas un choix. Et comme il n'y arrivait pas, peut-être qu'elle le croyait assez fort ou assez bête pour se lancer dans une guerre civile sur l'instant, l'arrivée de Kriss était la bienvenue. Qu'elle essaye donc, de le traiter de lâche encore une fois ; ne se comportait-elle pas de la même manière ? Abandonnant l'entrainement et tantôt, le menaçant de l'abandonner lui aussi ?... A cette perspective, il ferma ses poings avec force.



avatar
Ostracisé

On m'appelle Mowiel Solverre


Infos Personnage
RANG: Kezaël Lysereän, Asàf Lysereän, Khalël Isam, Kriss Almandina, Nessä Lysereän, Enaîa Lysean Vara'Da...
VILLE & APPARTENANCE : Penjoie - Cités troglodytes
MON AGE : 19 ans
Féminin
MESSAGES : 441
AGE : 24
INSCRIT LE : 27/09/2012
PSEUDO HABITUEL : Mowiel Solverre
Joyaux : 484
http://www.ile-joyaux.com/t2389-journal-de-bord-de-mowiel-solverre http://www.ile-joyaux.com/t1044-mowiel-solverre
Posté dans Re: Échanges entre nous   - Lun 5 Jan 2015 - 5:19

Mowiel connaissait bien la colère. Inébranlable, elle naît dans le bas-ventre, joue quelques temps dans les jambes, puis d’un seul coup, elle fait l’ascension des cuisses et inonde jusqu’à la plus petite parcelle du corps. Elle est comme un volcan en éruption, qui fait trembler la terre et pleurer le ciel ; lorsqu’elle explose, il est trop tard pour l’enchaîner, elle jaillit et brûle le cœur ; dès lors, toute raison s’abolit.

- Vous ne savez strictement rien !

Sans réfléchir aux conséquences de ses actes, Mowiel se saisit du bâton brisé par Khalël et frappa durement la femme avec son extrémité, cherchant, par ce geste à lui inspirer tout autre chose qu'un "joli minois avec les formes qui vont avec". Et ce fut une terrible erreur. Elle le sut alors même qu'elle la commettait.

C'est seulement après qu'elle remarqua qu'elle était aveugle. Réellement aveugle. Non pas par l'esprit, mais bien physiquement. Cette femme n'y voyait strictement rien. Et pourtant, tout au long de la discussion qui avait précédée, avant qu'elle ne joue avec les mots, elle n'avait rien laissé transparaître, si ce n'est ce regard un peu inexpressif et décalé, qui jurait avec son sourire déplaisant.

- Je veux juste rentrer chez moi, tant que mes yeux à moi me le permettent encore, cracha-t-elle.

En vérité, elle était terrorisée. Terrorisée par les dangers des cités troglodytes, terrorisée par les dangers du grand désert, terrorisé par les dangers qui l'attendaient, si, malgré les avertissements, elle osait franchir les murs d'Arish pour retrouver les membres de sa famille. Terrorisée à l'idée d'entendre, une nouvelle fois, qu'elle était condamnée à passer le reste de ses jours à se battre pour survivre. Car elle n'en avait plus la force.

Poussant son aînée dans l'espoir de la chasser, elle porta un regard furtif à Khalël. Et à sa vue, son cœur se serra si violemment qu'elle crut perdre pieds. La colère l'avait aveuglée.
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: Échanges entre nous   - Dim 11 Jan 2015 - 4:19

Khalël... elle connaît ce nom. Un nom porteur d'espoir, qui illumine les âmes des enfants. Lui aussi a des doigts de fées, avec lesquels il confectionne des jouets, créateur de rires et de sourires. Elle a entendu parler de lui dans la bouche du petit Salim, un garçon avec qui elle discute de temps en temps. Elle respecte ce faiseur de bonheur. Car la joie est si rare dans ces sombres cités...

Mais il y a toujours l'autre, là. Cette fille qui se croit tout permis et hurle à tort et à travers ses insanités. Kriss se demande ce qu'elle fout encore ici. Qu'attend-elle pour partir si leur présence lui est à ce point indésirable ? L'aveugle comprend que sa colère est si grande, si enflammée, qu'il ne sert plus à rien de chercher à la raisonner par la froideur d'arguments censés. Il faut surenchérir sur sa haine, lui donner un mur sur lequel elle peut frapper, jusqu'à ce qu'il ne lui reste plus rien.

Cependant, Kriss a commis une erreur. Sous-estimant son adversaire, elle a cru que la joute resterait uniquement verbale, pensant que la jeune femme serait trop lâche pour oser en venir aux mains. C'est un tort. Elle ne voit pas, encore moins ne pressent, le coup venir. Un bout de bois aiguisé vient érafler sa peau et, par réflexe, elle parvient à stopper la course de l'arme avant qu'elle ne s'enfonce trop profondément, pour l'ôter aussitôt des mains de sa rivale. Elle la jette au loin. Quelqu'un d'aussi irréfléchi n'a pas besoin de cela pour se montrer agressive. Les paroles suffisent.

Et en effet, la fille continue et lui crache son sombre venin. Elle veut rentrer chez elle ? Mais qu'elle y aille ! Pourquoi ne quitte-t-elle pas cet endroit qui lui fait horreur ? Quelque chose la rattache-t-elle ici ? Quelque chose... ou quelqu'un. L'esprit de Kriss lie Khalël à la jeune femme, et son esprit s'éclaircit. Tiens donc... il est vrai qu'entre amour et haine, la frontière est si mince...

Toutefois, cette poussée violente, ultime assaut physique, est l'étincelle qui enflamme le brasier de la colère de la couturière. Elle cède aussi à la rage, n'en pouvant plus d'essayer d'expliquer la vie à quelqu'un qui n'écoute rien. Non seulement aveugle de la situation réelle, mais également sourde comme un pot ! Elle lui attrape le bras, la pousse à son tour, et elles se retrouvent toutes deux à terre.

La jeune femme est couchée sous elle, le dos dans la poussière, les poignets immobilisés sous la pression des mains de Kriss. Cette dernière la surplombe, à califourchon sur son ventre, et la toise de sa morgue, désirant la faire sortir de ses gongs, désirant lui permettre d'expulser toute la terreur, la colère, l'injuste qui bouillonnent en elle.

– Tu vas trop loin, lâche-t-elle d'une voix calme, car son ton est modulé, sa rage contrôlée. Je ne sais rien de toi, mais tout de la vie qui se passe ici. Tu te leurres. Va t'en ou reste, mais assume qui tu es !

Elle resserre sa prise, s'attendant à la voir se débattre. Une idée lui vient, et son visage se tord en un sourire plein de morgue.

– Tu préférerais que ce soit Khalël à ma place, peut-être ? susurre-t-elle. Dans un endroit plus intime ? Et de façon plus... dénudée ?

Elle éclate de rire. Sur sa joue, là où le bâton a laissé sa marque, une goutte écarlate lentement éclot et coule sur sa peau blanche. Une larme de sang.

Une perle de haine.
avatar
Ostracisé

On m'appelle Khalël Isam


Infos Personnage
RANG: Mowiel Solverre, Solaris Aanka'Leï, Enaîa Lysean Vara'Da,...
VILLE & APPARTENANCE : Ostracisé
MON AGE : 19 ans
Masculin
MESSAGES : 157
AGE : 24
INSCRIT LE : 05/06/2014
PSEUDO HABITUEL : Wrath
Joyaux : 36
http://www.ile-joyaux.com/t2448-journal-de-khalel-isam http://www.ile-joyaux.com/t2439-khalel-isam-termine
Posté dans Re: Échanges entre nous   - Jeu 15 Jan 2015 - 11:42

Khalël ne savait rien effectivement de ce qui habitait Mowiel ; elle fuyait un maître disait-elle, mais il ne savait pas pourquoi, il ne savait rien de ce qui poussait cet homme à lui en vouloir autant et il s'en voulait à présent de ne pas avoir voulu en savoir plus pour aider son amie. Il ne voulait pas qu'elle se sente obliger de cracher son passé mais vu combien il la torturait, il aurait préféré prêter plus d'attention à ses confidences. Mais au vu de comment il l'étouffait, la rendait ivre de colère, la poussait à montrer ce visage effrayé, haineux, misérable... Il en ressentait autant de peine que de dégoût. Il se voyait en elle, il y a de cela quelques années, quand il avait lâché prise sur son humanité...

Il avait tendu son épée pour tuer, ne faisant preuve d'aucune compassion puisque le monde n'en faisait jamais preuve pour lui. Elle tendait son bâton brisé, ne faisant preuve d'aucune compassion puisque Kriss n'en avait pas pour elle. Kriss eut la joue blessée... Khal prit une inspiration face à l'ignominie du geste que Mowiel venait de faire... Que son adversaire soit aveugle n'avait aucune importance : elle avait laissé la rage et la peur dicter ses mouvements, et il avait faillit lui apprendre à se battre... Pire, ce n'était aucunement pour survivre qu'elle avait usé de son "arme". Il n'avait pas un mot pour décrire ce qu'il ressentait, mais il se douta que ses yeux se chargèrent de le faire à sa place quand il les posa sur Mowiel.

Déçu peut-être, triste, en colère aussi... Un mélange qui irradiait dans ses iris d'or : l'humiliation, la désapprobation, le remord, la souffrance... La bouche entrouverte, la respiration difficile : le choc, la douleur, l'incompréhension, le dégoût... Le reproche. Autant à elle qu'à lui. Une honte nouvelle lui dévorait les entrailles, non pas celle qui fait rougir, celle qui détruit ce que l'on voit, ce qu'on ressent et ce qu'on vit.

Il n'y eut le temps d'y avoir bien plus, puisque Kriss réagit avec vivacité à la dernière poussée de Mowiel en lui attrapant le bras et les étalant toutes les deux au sol. C'était pourtant d'une voix affreusement calme qu'elle lui parlait. Il n'était pas sûr que de la pousser à laisser libre court à sa colère soit une solution... La colère n'est jamais une solution... Mais il avouait que grâce à son intervention, il comprenait un peu mieux Mowi... Par contre, il ne saisit pas tout de suite le sens de sa dernière réplique. :

-Quoi ? dit-il naturellement.

Et puis soudain, ça le frappa. Quasiment littéralement, il s'était mentalement mis une gifle. Il ouvrit la bouche pour la refermer aussitôt et son visage s'embrasa. Imaginer la situation lui était trop embarrassant et étrange pour répondre quoi que ce soit à cela... Le rire de Kriss lui était presque agaçant, sans qu'il ne sache bien pourquoi. Il se terra dans le silence, ne sachant plus quoi dire ou faire, ses réflexions tournant à plein régime.



avatar
Ostracisé

On m'appelle Mowiel Solverre


Infos Personnage
RANG: Kezaël Lysereän, Asàf Lysereän, Khalël Isam, Kriss Almandina, Nessä Lysereän, Enaîa Lysean Vara'Da...
VILLE & APPARTENANCE : Penjoie - Cités troglodytes
MON AGE : 19 ans
Féminin
MESSAGES : 441
AGE : 24
INSCRIT LE : 27/09/2012
PSEUDO HABITUEL : Mowiel Solverre
Joyaux : 484
http://www.ile-joyaux.com/t2389-journal-de-bord-de-mowiel-solverre http://www.ile-joyaux.com/t1044-mowiel-solverre
Posté dans Re: Échanges entre nous   - Mar 20 Jan 2015 - 10:38

- Non ! Lâchez-moi ! hurla-t-elle, hystérique.

Le regard plein de haine et de douleur, Mowiel se débattit de toutes ses forces contre son adversaire. Elle la détestait. Elle détestait son rire sarcastique, le son de sa voix et chacun des mots qu'elle avait pu prononcer depuis leur rencontre. Elle détestait cette femme dont les remontrances lui transperçaient le cœur avec autant de justesse qu'un poignard finement aiguisé. Elle la détestait parce qu'elle était tout ce qu'elle n'avait jamais pu être, n'est pas et ne sera jamais : une femme parfaitement belle, qui malgré les obstacles rencontrés sur son chemin, ne semblait jamais avoir défailli.

Épuisée, le souffle court, elle renonça à se battre davantage.

- Que croyez-vous savoir au juste...?

Pour assurer à sa famille un avenir meilleur, elle avait trahi ses principes les plus fondamentaux. Puis elle était tombée amoureuse. Alors si pour Khalil Anstarym elle avait ressenti un amour sincère et profond, quel étrange sentiment faisait battre son coeur lorsque Khalël la prenait dans ses bras pour sécher ses larmes ?

Elle ferma les yeux et sans même qu'elle ait à se forcer, les premières larmes coulèrent sur ses joues.

Khalël était un très bel homme qui avait accompli beaucoup de belles choses dans sa vie. Un homme qui était content de vivre malgré l'insalubrité de sa maison et la faim qui le tenaillait. Un grand gaillard, robuste, sûr de ses convictions et sacrifiant tout à son ambition. Il lui avait sauvé la vie. Et elle, en retour, elle avait craché sur la médiocrité de son quotidien...alors que par sa seule présence à ses côtés, elle mettait chaque jour davantage sa vie en danger.

- Je ne peux y penser...Je ne veux pas être responsable de ce qu'ils lui feront s'ils apprennent qu'il est tout ce qu'il me reste ! Bon sang, Kriss, laissez-moi partir !
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: Échanges entre nous   - Dim 1 Fév 2015 - 13:41

Elle pleure. Cela s'entend à la fêlure dans sa voix quand elle demande à Kriss de la laisser partir. Le barrage de la colère a cédé, et le flot de ses sentiments s'écoule enfin. La rivière, nouvellement affranchie, reprend ses droits, et ce sont des mots venus du cœur qui semblent sortir de la bouche de la jeune femme. Elle en a mis le temps, mais a fini par se livrer. La tristesse est une émotion libératrice, de façon bien plus saine que ne peuvent l'être la rage ou les coups.

– Alors prend tes responsabilité, assène l'aveugle. Ou tu souffriras plus encore. Se dérober ne mène nulle part.

Pourtant, elle pense en avoir assez fait, et la délivre tout de même. L'attrapant par le poignet, elle l'entraîne avec elle pour la relever. Dans un geste inattendu, elle approche sa main du visage de son adversaire. La caresse est ferme, mais d'une extrême douceur. Elle ne signifie rien. Seulement que Kriss veut graver dans sa mémoire les traits des personnes qu'elle rencontre, et que seul le toucher le lui permet.

Puis, dans un soudain élan, elle lâche la jeune femme et la projette en direction de Khalël. Il n'a qu'à la prendre dans ses bras et lui susurrer des mots rassurants, s'il est son seul pilier dans ce monde. La manière est brutale, mais le geste calculé. Peut-être cela les rapprochera-t-il. Une relation sur laquelle on peut compter est tout ce qu'il y a de plus bénéfique.

– Ton nom ? l'interroge-t-elle d'une voix sans âme, histoire de se savoir comment se nomme cette petite teigne à qui elle a eu affaire.

Elle croise les bras. Qu'elle lui dise ou non, qu'importe. C'est aussi une manière de savoir si sa colère s'est entièrement calmée, ou si ce n'est qu'emprisonnée que sa hargne s'effondre. Qu'elle recommence à lui cracher au visage, et Kriss recommencera elle aussi ses tirades enflammées, une fois, deux fois, dix fois s'il le faut ! Jusqu'à ce qu'elle comprenne qui sont véritablement les Ostracisés, et qu'elle cesse de les traiter comme de la sous-merde. Jusqu'à ce qu'elle comprenne que les insulter, c'est aussi insulter Kriss et que jamais elle ne le permettra. Jusqu'à ce qu'elle comprenne qu'en faisant cela, la jeune femme fait également du mal à celui qu'elle aime.

– Je ne crois rien savoir, reprend l'aveugle, répondant à la première question de son adversaire. Je constate, c'est tout. Et je compte rester là toute la nuit s'il le faut tant que tu continueras à piétiner par tes paroles ceux que nous sommes.

Ce n'est pas véritablement un avertissement. Plutôt le témoin d'une volonté inébranlable. Manière de lui signifier que si sa colère reprend, ce n'est pas Kriss qui abandonnera la première, et que sa haine se heurtera au mur de sa ténacité tranchante.

Après tout, les Ostracisés ont si peu. Nul besoin qu'on les prive également de leur dignité...
avatar
Ostracisé

On m'appelle Khalël Isam


Infos Personnage
RANG: Mowiel Solverre, Solaris Aanka'Leï, Enaîa Lysean Vara'Da,...
VILLE & APPARTENANCE : Ostracisé
MON AGE : 19 ans
Masculin
MESSAGES : 157
AGE : 24
INSCRIT LE : 05/06/2014
PSEUDO HABITUEL : Wrath
Joyaux : 36
http://www.ile-joyaux.com/t2448-journal-de-khalel-isam http://www.ile-joyaux.com/t2439-khalel-isam-termine
Posté dans Re: Échanges entre nous   - Lun 2 Fév 2015 - 14:55

Elle pleure. Sitôt les larmes glissèrent de ses yeux fermés, Khalël se redressa sur son séant, mais il ne fit rien d'autre. Devait-il les séparer ou attendre la suite ?... Ce qu'elle avait pu dire, ce qu'elle avait pu faire ne comptait plus. Elle pleurait et son cœur se déchira sous la peine qu'il en ressentait, comme s'il allait l'accompagner dans sa souffrance. La lumière du soleil lui parut moins intense, la chaleur du désert nettement oppressante. Mais méritait-il pour autant d'aller la retrouver, de la prendre dans ses bras ? Il baissa la tête, tout aussi impuissant et inutile qu'un poteau au milieu des dunes de sable.

Kriss aida Mowiel à se relever, mais il était ailleurs... Alors quand son amie fut lancée dans sa direction, il ne put réagir que lorsqu'elle le percuta, sans le faire reculer d'un pouce. Il eut un mouvement de panique, avançant et retirant les bras successivement, ne sachant pas trop bien quoi faire, puis il eut un flash. Il vit une petite fille des ruelles d'Arish, effrayée et affamée, en larmes et en train de lui crier dessus. Doucement, il la prit alors dans ses bras... Elle sentait la sueur, le sel des larmes, et un parfum dont il était absolument certain qu'il n'y avait qu'elle qui le dégageait. Des fleurs ou un fruit peut-être... Une odeur qui allait avec la couleur de sa peau.

Incapable de prononcer la moindre parole, il se contenta de la serrer contre lui, n'arrivant plus à être en colère ou à être gêné. Il leva ses yeux vers Kriss et aurait voulu qu'elle puisse voir d'elle-même, le petit remerciement qu'il lui adressait. Elle croisa les bras, montrant à quel point elle restait droite, bien qu'elle soit ostracisée, bien qu'elle n'ait rien... Khal retrouva à ce moment la sympathie qu'il avait eu pour elle avant qu'elle n'utilise des mots crus et blessants. Et parlant de blessure...

Khalël repoussa un peu Mowiel, laissant un temps pour pouvoir regarder son visage puis il s'éloigna, un des bouts de son turban rouge à la main. :

-Kriss... dit-il, ne sachant comment faire autrement pour qu'elle se rende compte de sa présence. Bouge pas.

Il passa sa main calleuse sous son menton pour la maintenir puis tapota la légère éraflure que son amie lui avait faite à la joue avec le bâton. Ce n'était rien, mais ça retirait au moins les grains de sable qui avait pu s'envoler jusque là. Le regard concentré, il vérifia une nouvelle fois que la plaie était propre puis la lâcha. :

-Voilà. ...J'espère que tu nous pardonneras. En tout cas, si tu as besoin d'un transformateur...

La fin de sa phrase se perdit... Bien sûr qu'elle savait qu'il serait prêt à l'aider. Entre Ostracisés...



avatar
Ostracisé

On m'appelle Mowiel Solverre


Infos Personnage
RANG: Kezaël Lysereän, Asàf Lysereän, Khalël Isam, Kriss Almandina, Nessä Lysereän, Enaîa Lysean Vara'Da...
VILLE & APPARTENANCE : Penjoie - Cités troglodytes
MON AGE : 19 ans
Féminin
MESSAGES : 441
AGE : 24
INSCRIT LE : 27/09/2012
PSEUDO HABITUEL : Mowiel Solverre
Joyaux : 484
http://www.ile-joyaux.com/t2389-journal-de-bord-de-mowiel-solverre http://www.ile-joyaux.com/t1044-mowiel-solverre
Posté dans Re: Échanges entre nous   - Sam 7 Fév 2015 - 3:45

- Mowiel. C'est mon nom.

La gorge nouée, Mowiel se détourna, baissa la tête et laissa couler de nouvelles larmes silencieuses. Elle n'avait jamais été particulièrement douée pour se lier aux gens, au point de les suivre jusqu'au bout du monde, mais là, renoncer à ce rêve irréalisable qu'était celui de retrouver sa vie d'avant auprès des membres de sa famille était une décision difficile à prendre.

Car sa vie d'avant, elle était parfaite. Malgré la faim. Malgré la saleté.
Quand elle avait besoin de réconfort pour une raison idiote, un gros chagrin ou un genou écorché, son père la serrait toujours contre lui en lui assurant que tout irait bien. Ainsi la douleur se calmait. Elle allait mieux. Mais aujourd'hui, elle prenait conscience que jamais plus il ne la guérira. Ainsi séparée de lui, pourra-t-elle retrouver la paix qu'elle n'avait connue qu'à ses côtés ? Pourra-t-elle trouver dans les cités troglodytes de Penjoie un nouveau départ ?

Elle avait connu un tel malheur aux côtés des Lysereän qu'elle avait l'impression qu'une partie de son cœur avait été arrachée et laissait une blessure ensanglantée. Et s'ils leur avaient fait du mal ? Et s'ils lui faisaient du mal, en découvrant qu'il avait, sans le savoir, compromis leurs recherches ? Et s'ils le tuaient, dans ces cités où le meurtre est aussi banal qu'une accolade ?

- Ils sont dangereux.

Pour attirer l'attention de Khalël, Mowiel attrapa un pan de sa chemise de lin.

- Je les ai contrarié. Ils voudront me faire souffrir. Par ma faute tu vas...

...mourir.

Ses lèvres se crispèrent soudain. Elle avait peur.
Nessä ne faisait jamais les choses à moitié, lorsqu'il s'agissait de l'honneur des Lysereän. Kezaël lui était l'homme le plus puissant de tout Korrul, et comptait bien garder sa place parmi les Grands Hommes.
Tout ça pour quelques secrets. Tout ça pour un homme.
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: Échanges entre nous   - Jeu 12 Fév 2015 - 10:19

Elle sent les doigts rudes de Khalël qui glissent sur la peau de son visage, juste après qu'il l'ait informé de son approche. Immobile comme il le lui a demandé, elle reste également silencieuse. Il lui tient le menton, et le bout de ses doigts, dans une douce association d'assurance et de légèreté, effleure sa plaie avant de lâcher prise. Si la mémoire du commun est visuelle, celle de Kriss est textuelle. Sa peau est marquée des chemins qu'il a tracé de sa compassion qui n'en est pas vraiment une. La seule qu'elle côtoie et admette, à vrai dire.

Il lui propose son aide en tant que transformateur. Elle retient. Les pardonner ? Il n'y a pas de fautes commises, et si c'était le cas, elle proviendrait uniquement de la jeune femme. Mowiel, a-t-elle dit qu'elle s'appelait. Un joli nom, aux consonances agréables, d'un relief qui évoque les dunes du désert, fortes et malléables à la fois. Un nom qui convient à merveille à cette enragée pour l'aveugle.

Mowiel continue sur sa lancée en s'adressant à Khalël. A lui et uniquement à lui. Elle semble apaisée, et Kriss comprend qu'elle n'a pas sa place dans la suite. Peut-être un péril menace-t-il le jeune homme, mais ce n'est plus son histoire, encore moins son combat. Le reste, ils l'affronteront tous les deux. Ils y arriveront, elle en est certaine. Ils sont des Ostracisés après tout, n'est-ce pas ?

– Il n'y a pas à pardonner, seulement à comprendre, lâche-t-elle, les yeux dans un vague un peu au-dessus de leurs épaules, du moins le suppose-t-elle. Et même chose si vous avez besoin d'une couturière.

Elle incline brièvement la tête. Un signe d'au revoir. Un signe de respect aussi. Elle l'a pensé, et elle ne cessera sans doute jamais de le penser, mais la dignité est bien ce qu'ils leur restent, à eux, les enfants du désert, les abandonnés de Korrul. On leur marche suffisamment dessus ailleurs. On les surplombe suffisamment de dédain, de morgue et d'arrogance. Entre Ostracisés, c'est la solidarité qui est de mise. C'est ce qui leur permet de tenir le coup. D'entretenir cette étincelle d'espoir qui leur donne envie de survivre.

Et peut-être un jour, qui sait, quelqu'un se montrera-t-il assez fort pour les réunir, les souder, et mener une révolte afin de montrer à cet injuste système qu'aucun homme ne mérite une place comme la leur. Peut-être y aura-t-il la paix ou la guerre, les rires ou le sang, avec une victoire au bout du chemin. Avec la lumière d'un renouveau. Peut-être. Un jour...

– Que Ryun ne vous balance pas trop d'emmerdes, et dans le pire des cas, rendez-vous dans le désert des âmes et des esprits perdus, s'exclame-t-elle d'une voix enjouée, faisant référence au monde qui les attend après la mort.

Car il faut être réaliste, leur espérance de vie est plus courte que les autres membres de leur peuple. Ce qui ne les empêchera pas de se battre et de se défendre. Jusqu'au bout.

En revenant dans l'antre de Jill, Kriss se surprend à fredonner, et s'étonne de lire un bien-être innatendu qui s'est emparé de son cœur. Cela lui tire un sourire amusé. Il faut croire que, comme Mowiel, elle aussi avait besoin de s'exprimer. A se demander laquelle est la plus rageuse des deux...
avatar
Ostracisé

On m'appelle Khalël Isam


Infos Personnage
RANG: Mowiel Solverre, Solaris Aanka'Leï, Enaîa Lysean Vara'Da,...
VILLE & APPARTENANCE : Ostracisé
MON AGE : 19 ans
Masculin
MESSAGES : 157
AGE : 24
INSCRIT LE : 05/06/2014
PSEUDO HABITUEL : Wrath
Joyaux : 36
http://www.ile-joyaux.com/t2448-journal-de-khalel-isam http://www.ile-joyaux.com/t2439-khalel-isam-termine
Posté dans Re: Échanges entre nous   - Jeu 12 Fév 2015 - 13:11

Mowiel restait persuadée que Khal risquait les foudres de ses anciens maîtres... Il n'avait rien pour la contredire, sinon qu'il risquait bien plus de mourir bêtement dans le désert ou de son travail, le temps qu'ils les trouvent... Il prit les doigts fins de son amie lentement après avoir relâché Kriss. Celle-ci semblait comme apaisée ; il se dit qu'il allait peut-être tester ce genre de thérapie un jour... Ça leur avait fait du bien à toutes les deux à lâcher tout ce qu'elles avaient sur le cœur. Il le nota dans un coin de son esprit, ça pourrait toujours être utile.

Il lâcha un rire à la prière qu'elle leur adressa tout en s'éloignant. Ah ce Ruyn... Il devait bien se marrer de là où il est, s'il a tout vu de ce qui vient de se produire. Un gars parfaitement immobile entres deux filles en train de se crêper le chignon. Qu'il était beau le peuple de Korrul ! Mais il n'osa pas y redire quoi que ce soit... S'il était vraiment là, oui, ce serait bien gentil de sa part d'éviter de "leur balancer des emmerdes". Il resserra sa prise autour des doigts de Mowiel ; il songeait surtout à elle en se disant ça. Manquerait plus qu'ils les retrouvent vraiment, ses "maîtres" à la noix... Si pour l'instant il n'était pas en mesure de contrer une descendante dans sa grotte, il se jura de se préparer à ça dans les jours à venir.

Une fois Kriss hors de vue, il se tourna vers elle et posa ses deux mains sur ses épaules. :

-Regarde-moi. fit-il soudain sûr de lui comme jamais. Je ne peux pas te promettre qu'ils ne te trouveront pas, par contre, je ferai tout pour qu'ils ne te fassent plus de mal, compris ?

Non il n'était pas un lâche. :

-Je tiens vraiment à toi. Énormément en fait...



avatar
Ostracisé

On m'appelle Mowiel Solverre


Infos Personnage
RANG: Kezaël Lysereän, Asàf Lysereän, Khalël Isam, Kriss Almandina, Nessä Lysereän, Enaîa Lysean Vara'Da...
VILLE & APPARTENANCE : Penjoie - Cités troglodytes
MON AGE : 19 ans
Féminin
MESSAGES : 441
AGE : 24
INSCRIT LE : 27/09/2012
PSEUDO HABITUEL : Mowiel Solverre
Joyaux : 484
http://www.ile-joyaux.com/t2389-journal-de-bord-de-mowiel-solverre http://www.ile-joyaux.com/t1044-mowiel-solverre
Posté dans Re: Échanges entre nous   - Dim 15 Fév 2015 - 13:24

Mowiel sentit son ventre se nouer. Était-il possible qu'elle représente pour lui autre chose qu'une amie ? Autre chose qu'une invité dont il a la charge parce qu'il ne sait pas fermer les yeux sur la misère de ceux qui l'entourent ? La sensation qui l'envahit, aussi familière qu'étrange, la déboussola complètement. L'effraya, même. Ce sentiment, elle l'avait déjà ressenti. Une fois ! Aux côtés de l'homme qu'elle aurait dû terrasser. C'était à la fois si semblable et si différent. Les mains moites, le cœur qui bat pour le sien, le feu brûlant qui grandit au creux de ses reins et cette crainte indéfinissable qui fait trembler ses lèvres.

- Il va te tuer. Et moi je n'aurai pas pu...

Elle se dégagea de l'emprise de Khalël. Cela faisait près de dix jours qu'ils s'étaient retrouvés, et pourtant, il lui semblait qu'ils partageaient leur quotidien depuis l'éternité. Elle le connaissait comme s'il était son propre frère. Il avait du courage, de la bravoure et une tendance à faire preuve d’inconscience pour ceux qu'il aime. A nouveau, l'idée de quitter cet endroit lui traversa l'esprit. Non pas pour fuir cette fois-ci, mais bien pour protéger la vie de son ami du courroux grandissant de la famille Lysereän. Mais il la pourchasserait sans aucun doute, et sa colère n'aurait alors nulle limite.

- Tu es vraiment un emmerdeur, Khalël.

Sans laisser le temps à Khalël de répliquer, Mowiel attrapa son col et effleura ses lèvres avec les siennes, arrêtant son geste avant de commettre une irrémédiable erreur. Elle rêvait de connaître le toucher de ses doigts sur sa peau, la caresse de ses lèvres dans le creux de sa nuque, le parfum de son corps contre le sien. Mais l'impatience et la peur guidaient ses gestes. Et s'il mourait demain ? Et si parce qu'elle a hésité, parce qu'elle a souhaité prendre le temps de le découvrir davantage, elle perdait toute chance d'accéder au bonheur, ne serait-ce que le temps d'une nuit ?

Kriss avait raison. Se dérober ne menait nul part.

- Oublie...oublie ce que je viens de faire, balbutia-t-elle. Mais entends bien ceci : si tu meurs, je ne te le pardonnerai jamais.
avatar
Ostracisé

On m'appelle Khalël Isam


Infos Personnage
RANG: Mowiel Solverre, Solaris Aanka'Leï, Enaîa Lysean Vara'Da,...
VILLE & APPARTENANCE : Ostracisé
MON AGE : 19 ans
Masculin
MESSAGES : 157
AGE : 24
INSCRIT LE : 05/06/2014
PSEUDO HABITUEL : Wrath
Joyaux : 36
http://www.ile-joyaux.com/t2448-journal-de-khalel-isam http://www.ile-joyaux.com/t2439-khalel-isam-termine
Posté dans Re: Échanges entre nous   - Lun 16 Fév 2015 - 17:56

Quand elle s'éloigna de lui, il s'en sentit mal mais ne fit pas un geste pour la reprendre de nouveaux dans ses bras... Qu'est-ce qu'elle ne pourrait pas faire... le défendre ? Le protéger ?... Il eut envie de rire mais il s'abstint. A la place, il chercha à la regarder dans les yeux, et, avec un petit sourire, il tenta de mettre des mots sur ce qu'il ressentait. :

-Mais tu m'as déjà sauvé Mowiel. De moi-même... Et je suis certain que tu es capable de bien plus.

Il allait franchement rire quand elle le traita d'emmerdeur mais elle s'empara de son col. Instinctivement, il allait pour reculer mais elle approcha ses lèvres des siennes. C'était comme si son cœur s'était arrêté... C'est la deuxième fois qu'elle s'approchait si près de son visage et c'est la deuxième fois qu'elle lui faisait faire un arrêt cardiaque. Complètement immobile, il essayait de faire le tri dans ses pensées alors qu'elle reculait encore. Partagé entre le soulagement de pouvoir respirer à nouveau et la tristesse de ne pas avoir pu goûter à son contact, il n'avait pas encore réagit jusqu'à ce qu'elle balbutie. :

-Oublie...oublie ce que je viens de faire.

-Oublier...

Oh non, ça il ne risquait pas d'oublier. Ni ce qu'il fit ensuite. Il prit son bras, la rapprocha contre lui et posa ses mains sur les joues brûlantes de son amie. Il prit une longue inspiration et l'embrassa doucement... C'était comme si son cerveau explosait, comme si ses entrailles étaient en train de fondre. Il se demandait comme il faisait pour tenir debout puisqu'il ne sentait plus rien de lui, rien le contact avec la peau douce de Mowiel, la sensation de son corps contre lui, l'impression de sentir ses battements de cœur répondre en écho aux siens. Voilà... c'était son premier baiser.

Il éloigna juste son visage... Rouge jusqu'aux oreilles, il ouvrit et referma la bouche successivement. Devait-on demander l'autorisation avant de faire ça ?  Que devait-il dire maintenant ? Que devait-il faire ?! On ne lui avait jamais dit, ni vu, ce qu'il se passait après ! Il avait laissé ses émotions prendre le dessus pour la première fois depuis longtemps, et il se sentait perdu. Toujours rouge, refusant de se séparer plus longtemps de Mowiel, il posa son front sur le sien. :

-Ne recule plus.



avatar
Ostracisé

On m'appelle Mowiel Solverre


Infos Personnage
RANG: Kezaël Lysereän, Asàf Lysereän, Khalël Isam, Kriss Almandina, Nessä Lysereän, Enaîa Lysean Vara'Da...
VILLE & APPARTENANCE : Penjoie - Cités troglodytes
MON AGE : 19 ans
Féminin
MESSAGES : 441
AGE : 24
INSCRIT LE : 27/09/2012
PSEUDO HABITUEL : Mowiel Solverre
Joyaux : 484
http://www.ile-joyaux.com/t2389-journal-de-bord-de-mowiel-solverre http://www.ile-joyaux.com/t1044-mowiel-solverre
Posté dans Re: Échanges entre nous   - Sam 21 Fév 2015 - 4:24

Son coeur s’arrêta net.

Ne plus reculer ? Elle n’avait cessé de passer sa vie à courir, à éviter soigneusement de s’attacher à un endroit ou à des personnes. Elle n’avait cessé de croire à un paradis blanc, à un monde nouveau qui l'accueillerait sans mettre sa vie ou celle de ses proches en danger. Elle n’avait cessé d’espérer cet espace qui aurait quelque chose de rassurant.  Elle s’y sentirait bien : plus de douleur, plus de peine, plus rien. Mais ce n’était pas la bonne solution ; ce n’était pas LA solution. Certes elle s’y sentirait à l’aise car elle serait à l’abri de tout. En étant perdue dans ce paradis blanc, elle oublierait à jamais ce monde de souffrance dans lequel elle avait vécu toute sa vie, et qui se décomposait à vue d’oeil sous le joug des Chamanes et des hautes autorités militaires. Mais paradoxalement, on pouvait traduire ce désir comme une tentative de fuite, une parmi tant d’autre. Kriss l’avait pourtant bien prévenue : plutôt que de se confronter une bonne fois pour toutes à la réalité, elle préférait se constituer une carapace solide pour être tranquille, isolée du monde. Mais elle en avait plus qu’assez de cette situation. Assez de fuir, assez d’échapper à l’inéluctable ! Il fallait qu’elle se décide à y faire face. Mais à quoi exactement ? Et comment ?

Sa gorge se noua brusquement.

- La dernière fois, tu as dit que...

Et s'il prenait conscience de son erreur ? Et s'il la rejetait, dans l'espoir de lui épargner les souffrances insoutenables du veuvage ? Elle aurait des regrets, le coeur brisé et il lui faudrait des mois entiers pour se remettre de son chagrin. Cela ne semblait pas si terrible, à côté des souffrances que lui avaient infligé les Lysereän. Du moins préférait-elle s'en persuader.

Le poussant jusqu'au mur d'une vieille bâtisse, elle l'embrassa à nouveau, passionnément, ses doigts effleurant les muscles de son cou, de ses bras et de ses hanches. Tout allait vite, trop vite, même pour une femme comme elle qui avait l'habitude de vivre au jour le jour, saisissant toute opportunité de trouver un peu de bonheur. Mais elle craignait qu'il ne se dérobe ; qu'il se rappelle la promesse qu'il s'était faite à lui-même, de ne jamais prendre une épouse ; qu'il ne l'ait embrassé que parce qu'il en avait le désir.

avatar
Ostracisé

On m'appelle Khalël Isam


Infos Personnage
RANG: Mowiel Solverre, Solaris Aanka'Leï, Enaîa Lysean Vara'Da,...
VILLE & APPARTENANCE : Ostracisé
MON AGE : 19 ans
Masculin
MESSAGES : 157
AGE : 24
INSCRIT LE : 05/06/2014
PSEUDO HABITUEL : Wrath
Joyaux : 36
http://www.ile-joyaux.com/t2448-journal-de-khalel-isam http://www.ile-joyaux.com/t2439-khalel-isam-termine
Posté dans Re: Échanges entre nous   - Jeu 26 Fév 2015 - 7:57

La dernière fois, ce qu'il avait dit, quand il était encore le Khalël solitaire, l'homme qui ne comprenait pas pourquoi les autres s'évertuaient à s'aimer, à se compléter toute une vie jusqu'au jour où ils mourraient, qui pensait que ça ne valait pas la peine de partager ses sentiments pour un jour se réveiller, blessé, mutilé par la mort de la personne qu'on aime. Il se tenait loin des vraies choses, restant à la surface, courait en craignant que les émotions ne le pourchassent, la colère, la tristesse, la passion même simplement la joie... Cet homme était égoïste, se contentant de lui-même pour lui apporter un peu de soleil dans son sombre quotidien...

Et puis Mowiel était arrivée, l'illuminant avec une puissance qu'il n'a jamais connu, lui faisant prendre conscience que ça valait le coup... Que le bonheur qu'il ressentait à cet instant, qu'il dure ou non, méritait d'être vécu, méritait d'être partagé. Ce qu'il avait dit ne voulait plus rien dire maintenant que la lumière de Mowiel l'avait aveuglé, lui avait ouvert l'esprit. Mais la gorge nouée, encore un peu tremblant, il était incapable de dire tout ça. Il secoua la tête comme pour balayer ce qu'elle était sur le point de dire. Il était hors de question de faire marche arrière sous prétexte de se protéger d'une perte éventuelle alors qu'il n'avait pas su se protéger de l'amour qu'il ressentait pour elle.

Elle le poussa jusqu'à un mur, mais il ne la lâcha pas... Il se demandait si un jour il arriverait à se détacher, tellement il lui semblait impossible de respirer si elle se tenait loin de lui. Puis elle l'embrassa, faisant à nouveau battre son cœur à vive allure. Les doigts qu'elle glissait sur sa peau le faisaient frissonner. C'était comme si un sang neuf coulait dans ses veines, l'assourdissant, le brûlant. Il avait la sensation qu'un animal sauvage dans son ventre poussait un rugissement de joie pure. Il voulait le lui dire, mais un "je t'aime" n'aurait pas pu être suffisant pour décrire ce qu'il ressentait. Il y avait avait bien plus qu'elle, bien plus que le monde, bien plus que l'avenir qui s'ouvraient à lui et ces trois mots-là ne suffisaient pas pour exprimer toutes les promesses qu'il voulait lui faire. Malheureusement... Il n'en avait pas d'autres.

Il l'écarta un peu, juste un peu, pour les glisser dans un sourire. :

-Je t'aime.

Et sans attendre de réponse, il la serra contre lui, l'embrassa encore n'arrivant pas à se satisfaire de son goût dont il était impossible de se lasser, peut-être un peu fort, peut-être un peu brusque... Mais il aurait voulu fondre en elle pour ressentir encore plus fort.



avatar
Ostracisé

On m'appelle Mowiel Solverre


Infos Personnage
RANG: Kezaël Lysereän, Asàf Lysereän, Khalël Isam, Kriss Almandina, Nessä Lysereän, Enaîa Lysean Vara'Da...
VILLE & APPARTENANCE : Penjoie - Cités troglodytes
MON AGE : 19 ans
Féminin
MESSAGES : 441
AGE : 24
INSCRIT LE : 27/09/2012
PSEUDO HABITUEL : Mowiel Solverre
Joyaux : 484
http://www.ile-joyaux.com/t2389-journal-de-bord-de-mowiel-solverre http://www.ile-joyaux.com/t1044-mowiel-solverre
Posté dans Re: Échanges entre nous   - Ven 6 Mar 2015 - 8:04

Ce n'était pas son premier baiser, loin de là. Et pourtant, Mowiel n'avait jamais rien ressenti d'aussi fort auparavant. Tout son corps vibrait de son amour, tout son être réclamait ses lèvres, sa peau et sa saveur. Elle était comme traversé par une coulée de lave en fusion, ivre de désir et de bonheur, sentant ses jambes céder sous elle à mesure que son baiser se faisait plus fougueux, plus violent. Elle se serait sans aucun doute écroulée si Khalël ne l'avait pas serrée aussi fort contre lui, étouffant de ses bras puissants toute vaine tentative de fuite.

Que dirait père s'il me voyait ainsi ?

A cet instant, elle n'éprouvait qu'une envie, qu'un besoin : dire et redire à son ami qu'elle resterait toujours à ses côtés, quoi que pense son père de leur relation, quoi qu'il trouve à redire sur son choix de vie. Mais une infime réticence la retenait, quelque chose d'amer qu'elle n'aurait su définir et qui la poussa à se détacher, malgré elle, des lèvres de Khalël. Officiellement, elle était encore une habitante d'Arish. S'il advenait qu'elle ait un jour le choix de retourner à la Capitale auprès des membres de sa famille, serait-elle prête à abandonner les siens pour l'homme qu'elle aime ?

- Tu sais je...

Elle détourna les yeux. Elle était toute désorientée, surprise de voir que la ruelle était toujours là, que les habitations n'avaient pas changées. Après un baiser comme celui-là, elle ne serait même pas étonnée que le ciel soit devenu vert ou que le grand désert se soit retrouvé sous les eaux. Etre tenue dans les bras de Khalël et l'embrasser lui avait paru être la chose la plus naturelle au monde. Une chose à laquelle elle pourrait très rapidement s'habituer...

- Je crois que je suis en train de commettre une grave erreur.

Elle caressa la joue de Khalël, lui souriant faiblement.

- Mais je crois également qu'il m'appartient de la perpétrer.
avatar
Ostracisé

On m'appelle Khalël Isam


Infos Personnage
RANG: Mowiel Solverre, Solaris Aanka'Leï, Enaîa Lysean Vara'Da,...
VILLE & APPARTENANCE : Ostracisé
MON AGE : 19 ans
Masculin
MESSAGES : 157
AGE : 24
INSCRIT LE : 05/06/2014
PSEUDO HABITUEL : Wrath
Joyaux : 36
http://www.ile-joyaux.com/t2448-journal-de-khalel-isam http://www.ile-joyaux.com/t2439-khalel-isam-termine
Posté dans Re: Échanges entre nous   - Ven 6 Mar 2015 - 15:53

-Dans ce cas, nous sommes deux. dit-il en souriant.

Bien que ne sachant rien de toutes les difficultés qu’elle avait pu traverser, de tout ce que lui avait fait subir ses “maîtres”, il devinait la peine qu’elle avait eu à quitter sa ville, sa famille, à tout abandonner. Le prix de sa liberté était de se cacher aux yeux du monde, aux yeux de Ruyn. Ce dieu, qu’il existe ou non, qu’il les regarde ou non, devait être le premier à désapprouver leurs sentiments.

Mais plus rien ne comptait. Elle était là contre lui ; adieu le mauvais sort, le sable et le soleil, dehors, les déchets et les jouets, dedans, les amas de nourritures pourrissantes et les armes des Veilleurs, les plaintes des souffrants comme les cris de joie, les oubliés privés de mots et les assassins de l’existence. Si Ruyn lui avait offert la vie, Mowiel lui avait donné un cadeau encore plus précieux : l’envie. Vivre ostracisé, c’est mourir demain. Mais grâce à elle, dormir, manger, rêver, exister auront une nouvelle saveur, un sens enfin. :

-Mowi...

Pour qui connaît Khalël à cet instant, personne ne l’aurait reconnu. Ses deux mains glissant le long de ses bras, pour s’emparer de ses doigts fins, le visage plus enflammé qu’une mûly rougeoyante sous un soleil brûlant, essayant de retrouver son calme, on pouvait lire la tempête d’émotions qui bataillaient en lui. Il plongea les yeux dans les siens, ses sentiments offerts ; l’amour partagé, l’avidité de son désir, la sincérité de son affection,... :

-Est-ce qu’on peut rentrer ?

La tête basse, en tentant de cacher ses rougeurs, sans lâcher l’une des mains de Mowiel, il se mit en route. Un courant électrique parcourant son corps, de ses doigts à sa nuque, lui fit se rendre compte de ce contact. Il l’avait embrassée, il la touche, il la chérira. Rien que d’y songer, il était inutile de se cacher, la couleur s’empara de nouveau de ses joues avec violence. Et maintenant ?... La question se répétait à l’infinie dans sa tête, à un point tel qu’il se rendit à peine compte qu’il poussait déjà la porte de chez lui.

Il rentra avec elle, la referma et s’y adossa, immobile. Avant, il se serait mis au travail, se serait assis sur sa couche et aurait parlé du repas du soir… Maintenant, il ne savait plus. Après tous ces aveux… Que peut-on bien dire après ça ?



avatar
Ostracisé

On m'appelle Mowiel Solverre


Infos Personnage
RANG: Kezaël Lysereän, Asàf Lysereän, Khalël Isam, Kriss Almandina, Nessä Lysereän, Enaîa Lysean Vara'Da...
VILLE & APPARTENANCE : Penjoie - Cités troglodytes
MON AGE : 19 ans
Féminin
MESSAGES : 441
AGE : 24
INSCRIT LE : 27/09/2012
PSEUDO HABITUEL : Mowiel Solverre
Joyaux : 484
http://www.ile-joyaux.com/t2389-journal-de-bord-de-mowiel-solverre http://www.ile-joyaux.com/t1044-mowiel-solverre
Posté dans Re: Échanges entre nous   - Jeu 12 Mar 2015 - 8:52

Rien n’avait changé. Rien ne changeait jamais dans les cités Troglodytes.

La petite grotte les accueillait tels qu'ils l'avaient laissée. Le soleil, impitoyable, frappait de ses rayons invisibles le lourd rideau de l'habitation, seul rempart au monde extérieur et à ses abominations. Les outils, décor fâcheux, étaient toujours là, offrant à la vue de Mowiel un atelier plutôt qu'un chaleureux cocon familial. L'odeur, elle, était insupportable. Un Cultivateur ne s'aventurerait pas dans ce lieu empesté sans en sortir avec une forte quinte de toux. La sueur, la chaleur et l'odeur pestilentielle des cadavres ne faisaient pas bon ménage dans les quartiers les plus reculés de la cité.

Rien n'avait changé. Ou presque.

De l'index, elle caressa l'épaule nue de son ami. Ses paupières battaient, il semblait désorienté, préoccupé. Il y avait quelque chose dans ses yeux, une ombre, un trouble. Avait-il peut de quelque chose ? Peur de quelque chose contre quoi il ne pouvait rien ? Avait-il peur d'elle ? Non, il ne pouvait s'agir de cela. Il était d'eux deux le plus courageux, le plus brave et le plus confiant. Sans doute la journée avait-elle été trop fatigante et réclamait-il un peu de repos ?

- Qu'y a-t'il ? Khalël ?

Elle glissa ses doigts dans les siens, attirant son regard.

- Ne te fais pas de soucis. Maintenant, tout va bien se passer, tu verras.

On m'appelle Contenu sponsorisé

Posté dans Re: Échanges entre nous   -

Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum