AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
» Communication externe
par Loth de la Vision Mar 21 Juin 2016 - 15:06

» Réversa [ TOP ]
par Invité Ven 27 Mai 2016 - 8:21

» Le monde de Dùralas
par Invité Jeu 26 Mai 2016 - 7:00

» Anthalia
par Invité Dim 22 Mai 2016 - 15:17

» Marbrume, La Cité des Damnés
par Invité Lun 16 Mai 2016 - 15:07

» Questionnaire pour soutenir infinite RPG !
par Invité Sam 14 Mai 2016 - 17:33

» Escalus
par Invité Jeu 12 Mai 2016 - 9:02

» Mass Effect : Reborn
par Invité Mar 10 Mai 2016 - 15:00

» Forum en pause
par Asàf Lysereän Mar 10 Mai 2016 - 13:47


Invités imprévus et non désirés

Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Invités imprévus et non désirés   - Dim 28 Déc 2014 - 6:27

Note:
 

Le soulagement d'atteindre le camp n'avait été que de courte durée, alors qu'un vent glacé de méfiance soufflait la bonne humeur de la déserteuse. Consciente des risques de ramener un groupe d'otage, elle ne s'était pas moins heurtée au caractère du responsable des lieux qui n'avait été prévenu qu'avec peu d'avance, par l'un de ses éclaireurs. Les consignes préconisant une activité discrète, Oönvüla et son vis-à-vis s'étaient verbalement sautés à la gorge dans un calme relatif, la première affirmant l'importance de prisonniers étrangers, ainsi que les informations sur l'actualité qu'elle pourrait obtenir des erfeydiennes, l'autre ayant à cœur la sécurité de son camp. Être parvenue à le convaincre de les accepter n'avait pas été de tout repos, et la sensation de pression était toujours là. Cependant, la rumeur d'une naissance était parvenue à ses oreilles - qu'elle avait laissé trainer -, et c'est avec un sourire lui montant jusqu'aux oreilles que la déserteuse se présenta à la petite tente de peau où étaient retenues Jörd des Early Dawn, avec sa compagne plus discrète.

Saluant les deux surveillants tout naturellement, elle se défit habilement auprès d'eux de deux bols de ragoût de jölgat, avant de s'engouffrer avec les trois restant à l'intérieur. Entravées par des cordes réduisant leur capacité de mouvement, privées de leurs armes comme de leur réserve de lyrium, les deux femmes ne pouvaient qu'attendre là... En l’occurrence, la jeune femme était leur première visite de la journée. Elle leur distribua la nourriture avant de s'installer à même la paille servant de sol comme de couche.

"Le p'tit s'est présenté correctement et il se porte à merveille, de même que sa mère. Bon, par contre j'espère que le ragoût n'a pas trop cuit : c'était cette dernière qui gérait les cuissons, et je ne sais pas encore ce que vaut son remplaçant. Mais même s'il se rate, le chef ne devrait pas être d'humeur à lui taper dessus." raconta-t-elle tout naturellement, avant de se saisir de sa cuillère grossière et d'attaquer la nourriture avec entrain.

La portion n'était pas aussi importante que dans ses rêves de banquets, et elle en vint rapidement à bout : le plat de résistance venait ensuite.

"Bien, avant toute chose : est-ce que vous, vous avez des questions ?" demanda Oönvüla.
avatar
Peuplade

On m'appelle Chilali Kohanakishi


Infos Personnage
RANG: ancienne éclaireuse devenue... déserteuse ?
VILLE & APPARTENANCE :  Hrim [sud-est] ; Clan Kohanakishi
MON AGE :  20 ans
Féminin
MESSAGES : 858
AGE : 39
INSCRIT LE : 14/03/2012
PSEUDO HABITUEL : Alyaa
Joyaux : 270
http://www.ile-joyaux.com/t593-empreintes-dans-la-neige-le-temps-s-estompe-reflets-d-argent http://www.ile-joyaux.com/t568-chil-tombe-le-masque
Posté dans Re: Invités imprévus et non désirés   - Ven 9 Jan 2015 - 9:59

Chil n'avait pas décroché un mot depuis qu'elle est Jörd avaient été attachée et séquestrée dans cette petite tente. Outre sa colère – qu'elle avait encore du mal à réfréner –, elle craignait d'être écoutée. Aussi, c'est un silence lourd qui accueillit la jeune hérétique et ses bols. Et Chil ne s'attendait pas à ça.
Les gens sont étranges, parfois, et cette Oönvüla n'était vraiment pas ordinaire. Faire ainsi la conversation comme si elle était avec des amis était la dernière chose qu'on attendait d'un geôlier. Surtout que personne, dans la matinée, n'avait fait référence à une naissance devant les deux prisonnières. Elles avaient bien entendu des gens se réjouir, mais on ne les avait pas personnellement informées. C'était donc plus qu'insolite de voir la déserteuse en faire mention avec autant de légèreté.
Chil écouta sans broncher et imita l'hérétique lorsqu'elle se mit à manger. Sauf qu'elle se contenta des quelques bouts de viande et de légumes qui flottaient dans le bouillon et ne toucha pas au liquide. Avec le masque, c'était trop compliqué et elle ne voulait pas faire ça devant des étrangers.
Après une frugale dégustation, Oönvüla reprit la parole. Si son entrée en matière avait paru ridicule aux yeux de l'éclaireuse, la suite avait de quoi la déstabiliser. C'était décidément bien différent de ce qu'elle avait imaginé.
Prudente, elle commença par s'intéresser à son yagock, gardant ce qui l'intriguait le plus pour plus tard. Après tout, elle ne s'inquiétait pas réellement pour Gara : c'était un animal plutôt doux... Tant qu'on le traitait bien.

« Gara s'agace un peu, quand il a faim. Vous l'avez nourri aussi ? »

Le ton laissait entendre les dégâts que pouvait faire l'animal, mais il ne fallait pourtant pas y voir une menace. Chil se rendait bien compte qu'un camp tout entier pouvait venir aisément à bout d'une bête trop impétueuse et elle ne souhaitait pas qu'il soit abattu simplement pour lui avoir appartenu.

HRP :
 
avatar
Peuplade

On m'appelle Jörd Hræsvelg


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Les Cimes Hérisées _ Early Dawn
MON AGE : 25 ans
Féminin
MESSAGES : 131
AGE : 32
INSCRIT LE : 11/07/2012
PSEUDO HABITUEL : /
Joyaux : 105
http://www.ile-joyaux.com/t868-dualite-aventureuse-jord http://www.ile-joyaux.com/t859-jord-hraesvelg
Posté dans Re: Invités imprévus et non désirés   - Dim 11 Jan 2015 - 12:06

La situation des deux erfeydiennes n'incitait pas à la discussion, ce que Jörd respectait car elle ne souhaitait pas divulguer des informations que pourraient utilisés leurs geôliers. Bien qu'elles se trouvaient seules dans la tente, rien ne permettait de dire qu'elles n'étaient pas espionnées. En tout cas, ce silence permettait d'entendre quelques bruits venant de l'extérieur sans pour autant parvenir à se faire une idée précise de l'activité du camp.  D'ailleurs la position de celui-ci était inconnue de Jörd, les précautions avaient été prises pour qu'il en soit ainsi.

Jörd leva la tête quand Oönvüla pénétra dans la tente et déposa devant les prisonnières de quoi manger. L'estomac de la guerrière se manifesta en réponse aux effluves qui parvenaient à son nez et elle se saisit du bol tout en écoutant le bavardage de la nouvelle venue. La teneur de la conversation avait de quoi étonner Jörd. Pourquoi leur parler de cette naissance ? Cela n'impactait en rien sur leur détention, à part le fait que cela pouvait influer sur la qualité de la nourriture. Elle qui pensait qu'ils allaient les cuisiner sur leur présence dans les montagnes en compagnie des étrangers, elle était perplexe. A moins que cela ne soit une manœuvre... Plutôt inattendue comme technique.

Jörd goûta au ragout tout en observant la visiteuse. Chilali en profita pour prendre des nouvelles de son yagock, amis elle devait avoir d'autres questions comme Jörd. Alors autant aborder le sujet qui fâche.

- Que va-t-il advenir des nous ?

Autant savoir ce qu'ils comptaient faire d'elles car elle doutait qu'ils les hébergent à titre gracieux. Une pensée traversa son esprit. Chilali et elle-même avaient été séparées des matrosciens, mais se trouvaient-ils dans le camp ou étaient-ils ailleurs ? Dans ce cas, quelles étaient les forces de leurs adversaires ? Elle doutait qu'on daigne l'informer sur ce point mais elle pouvait toujours prendre des nouvelles de ses camarades d'infortune.

- Que sont devenus les autres ? demanda-t-elle sans pour autant préciser leur identité. Avaient-ils parlé ? Qu'avaient-ils raconté ? Étaient-ils torturés ? De nombreuses interrogations qui resteront peut-être sans réponse.


Guide des Erfeydes
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: Invités imprévus et non désirés   - Jeu 29 Jan 2015 - 0:04

HRP:
 

Oönvüla s'accroupit, en équilibre sur ses pieds, tressautant allégrement dans un discret concert de murmures des feuilles qui la recouvrait en grand partie, du petit craquement de la paille sous ses pieds, alors qu'elle regardait ses deux prisonnières avec un sourire inquiétant.

"Que de questions ! susurra-t-elle avec ironie. Alors, qu'est-ce que je peux vous dire... Tapotage de menton de rigueur. "Votre bestiole a été nourri bien sûr, et avec ce qu'il avalé, il devrait être doux comme un agneau. Comme ça, il sera abattu sans problème, pour ensuite être cuisiné pour notre dieu Ragnoun. La déserteuse se frotta les mains d'impatience. Pour les prisonniers étrangers, la méthode pour le sacrifice est encore à décider, mais pour vous, elle est toute trouvée : vous serez jetées du haut d'une falaise lorsque le Soleil déclinera, et l'on verra si votre Gardien vient vous sauver du courroux de Ragnoun." Les derniers mots avec été dits avec une douceur morbide.

Se redressant à moitié, la jeune femme se mit à leur tourner autour par petits bonds, tournant la tête d'une manière peu naturelle, le visage changé en un masque d'expressions grotesques.

"Ragnoun nous vengera ! Ragnoun vous tuera ! Ragnoun crache sur votre Gardien et dévore vos enfants à chaque Soleil levant !" scandait-elle à chaque pas.

Entravée par la petitesse de la tente, la déserteuse en transe se contraignit à ne faire qu'une roulade, bondissant modestement entre les deux prisonnières pour retourner à sa place d'origine, roulée en une boule feuillue. Se redressant, elle tourna vers elles un regard ravi.

"Voilà qui n'était pas trop mal, non ? Elle éclata de rire. Ah, si tu voyais ta tête, Jörd ! J'aimerais voir celle de ta comparse, mais l'imaginer n'est pas plus mal. Elle essuya les larmes d'un bonheur malicieux qui s'était mise à couler. Qu'est-ce que j'en ai entendu de ces histoires, les "Bien vus" par le Gardien en racontent de belles, quand ils sont libres de médire sur ce qu'ils ne connaissent pas. Oönvüla pouffa. Vous avez déjà essayé de cuir un yagock sans que l'odeur ne porte loin ? Rien qu'un chevrin, cela attire déjà assez de créatures ou de gens, s'ils sont à portée de nez ! Quant à la falaise, cela fait beaucoup d'énergie pour rien. Je ne me rappelle plus s'ils bâillonnaient les sacrifiés dans leurs histoires pour éviter qu'ils crient et n'attirent encore l'attention." Baissant la tête, elle lâche un discret soupir, où pouvait pourtant se faire entendre un gouffre de tristesse lasse.

Seul le vent qui chuchotait au bas des tentures, quelques rumeurs de la vie dans le camp, se firent un temps entendre. La déserteuse releva la tête : elle n'était pas venu se lamenter.

"Gara a été nourri, peut-être juste un peu frugalement. Quant à vos compagnons, ils vont bien. Ils n'ont pas droit à beaucoup de confort non plus, mais rien d'insurmontable. Petit sourire contrit. Qu'est-ce que vous allez devenir... Question évidente, à la quelle je n'offrirai que cette réponse : cela va dépendre de vous, en partie. Que faisiez-vous dans ces montagnes, accompagnés par des étrangers ? Le Gardien ne les porte pas dans son cœur, il me semble. A moins qu'il n'ait finalement décidé de leur ouvrir les portes des Erfeydes ? Ils leur offriraient même des guides ?" Elle leva un sourcil narquois.
avatar
Peuplade

On m'appelle Chilali Kohanakishi


Infos Personnage
RANG: ancienne éclaireuse devenue... déserteuse ?
VILLE & APPARTENANCE :  Hrim [sud-est] ; Clan Kohanakishi
MON AGE :  20 ans
Féminin
MESSAGES : 858
AGE : 39
INSCRIT LE : 14/03/2012
PSEUDO HABITUEL : Alyaa
Joyaux : 270
http://www.ile-joyaux.com/t593-empreintes-dans-la-neige-le-temps-s-estompe-reflets-d-argent http://www.ile-joyaux.com/t568-chil-tombe-le-masque
Posté dans Re: Invités imprévus et non désirés   - Lun 2 Fév 2015 - 17:13

HRP :
 


Chil avait tressailli. Et même si son masque n'avait pas pour vocation de dissimuler ses réactions, elle se réjouissait, à cet instant, de le porter devant cette petite idiote. Qui s'amuse, en tant de crise, à raconter de telles sornettes à des prisonnières ? C'était parfaitement ridicule et aux yeux de Chil, totalement déplacé. En même temps, que pouvait-on attendre de ces païens ? Un jour, ils comprendraient la grandeur du Gardien et alors, ils feraient moins les malins !
Fâchée, Chil, dont le regard s'était durci, s'efforça de profiter de l'avantage de sa façade d'argile. Immobile, elle écouta Oönvüla jusqu'au bout, sans broncher. Mais lorsque celle-ci eut achevé ses inepties et posé ses questions, n'y tenant plus, elle répondit d'un ton tranchant qu'elle ne maîtrisait plus vraiment.

« Si vous n'étiez pas qu'une bande de renégats, vous sauriez que le Gardien m'a... »

Elle s'interrompit brusquement. Qu'était-elle entrain de faire ? S'ils apprenaient qu'elle voyageait avec Skye depuis un an, la situation risquait de lui échapper. Non pas qu'elle tienne toutes les ficelles en cet instant précis, mais livrer de telles informations les mettaient tous les quatre en danger. Jamais elle ne se le pardonnerait.
Cependant, Skye était armée lorsqu'ils leur était tombés dessus, difficile de faire croire qu'elles n'étaient pas de mèche. Quoiqu'elle dise, ils savaient déjà que la Matroscienne n'était pas son ennemie. Comment tourner ça sans tout dévoiler de leurs échanges ?

« Le guide, c'est elle », poursuivit Chil, en espérant que l'impie s'en contenterait. « J'ai profité de la rouquine et j'ai beaucoup appris de nos ennemis. (voilà, mélange mensonge et vérité pour tromper les apparences, continue) Il y a trois jours, nous sommes tombées sur une patrouille qui détenait Jörd ; nous l'avons libérée et fait un prisonnier. »

Il n'était pas aisé de policer l'idée de l'ennemi commun sans condamner Skye et Jens. Mais elle s'accrochait.

« Ces étrangers sont des tanches et leurs armes sont faciles à détourner. Le reste était un jeu d'enfant... Satisfaite ?! »

Mais avant que l'autre n'ait eut le temps de formuler la moindre réponse à une question qui était purement rhétorique, elle acheva sur un ton qui masquait à peine la menace :

« Vous vous fichez peut-être du Gardien, mais vous n'êtes pas moins menacés par les envahisseurs. Nous devons gagner cette guerre. Notre terre est précieuse et vos errements ne nous aide pas dans ce combat ! »
avatar
Peuplade

On m'appelle Jörd Hræsvelg


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Les Cimes Hérisées _ Early Dawn
MON AGE : 25 ans
Féminin
MESSAGES : 131
AGE : 32
INSCRIT LE : 11/07/2012
PSEUDO HABITUEL : /
Joyaux : 105
http://www.ile-joyaux.com/t868-dualite-aventureuse-jord http://www.ile-joyaux.com/t859-jord-hraesvelg
Posté dans Re: Invités imprévus et non désirés   - Jeu 12 Fév 2015 - 13:35

Les réponses d'Oönvüla n'étaient pas celles que Jörd s'attendait à entendre, à moins que justement elle s'attendait à tout de ceux qui les retenaient prisonnières. Être sacrifiée ? Elle grimaça à cette idée, n'ayant aucune envie de mourir et surtout pas dans ces conditions. Précipiter dans la mer...  Elle frissonna en s'imaginant la scène. Et la démonstration, sorte de manifestation dansante, ne la rassura pas sur leurs intentions. Jörd tombait des nues en constatant que la déserteuse s'était moquée d'elles, et la guerrière se renfrogna car elle s'était laissée prendre à cette mascarade. D'autant que cela n'avait pas échappé à Oönvüla qui ne manqua de le faire remarquer. En tout cas, ses paroles à l'encontre du Gardien lui confirma ses soupçons quant à sa condition de déserteuse. Sa mâchoire se crispa alors qu'elle fusillait son interlocutrice du regard. Mais alors qu'elle écoutait les véritables réponses, une pointe de soulagement se fit ressentir. Les matrosciens étaient toujours en vie, du moins d'après la déserteuse. Quel crédit pouvait-elle lui accorder ?

Chilali entreprit de lui répondre, les explications fournies étaient presque véridiques si l'on omettait le fait que la relation entre Chil et Skye était bien loin d'être aussi réductrice. L'histoire de manipulation correspondrait mieux à Jens et elle. Et la mention du Gardien éveilla sa curiosité. Quelle était la véritable mission de Chilali concernant Skye ?

- Je confirme les dires de ma camarade, elles m'ont sauvé la vie. Et vous devriez nous écouter les étrangers sont une menace et nous devons unir nos forces pour les repousser. Il nous faut en apprendre le plus possible sur eux.

C'était impératif pour s'assurer un avenir. Ils sont une inconnue pour les Erfeydes et leurs habitants. Les matrosciens devaient être menés auprès des chefs erfeydiens, ils ne seront d'aucune utilité aux déserteurs s'ils veulent affronter seuls les envahisseurs. Et leurs armes n'étaient pas aussi faciles à déjouer, elle en avait fait l'expérience et préférait éviter de la renouveler.


Guide des Erfeydes
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: Invités imprévus et non désirés   - Sam 14 Fév 2015 - 5:13

Le sourire qui fendit la figure de la déserteuse n'avait rien de bienveillant, tandis que son coeur se recroquevillait, chose fragile qui n'aspirait qu'à fuir ces prisonnières peu coopératives. C'était une chose que de réaliser que la sensiblerie n'avait pas sa place dans le conflit qui régnaient entre déserteurs et servants du Gardien, c'en était une autre de l'accepter, et de le vivre. Oönvüla redoutait de subir à nouveau cette épreuve, mais tel était son devoir envers les siens.

"Mensonge et vérité mêlés, tel est le secret du bon mensonge. répondit-elle sans plaisir, bien au fait de ces pratiques en temps que conteuse. Ne joue pas à ce jeu avec moi, Masque sans Nom. Tu tiens à cette étrangère, à cette Skye. Dit-elle doucement, se remémorant les propos qu'elle avait surpris. Depuis combien de temps la côtoies-tu pour avoir passé outre ses origines, cela je l'apprendrais. De même que la raison de votre présence dans ces montagnes et votre objectif. La véritable question est : 'comment"?'."

Récupérant les bols vides, elle les mit de côté dans un silence grave, isolée par ses espoirs fous, isolée par sa tristesse de devoir considérer les femmes devant elle comme des ennemis. Envers et contre toute logique, elle ne cacha pas la blessure dans sa voix.

"Malgré ta franchise, Jörd, toi qui ne te dissimule ton identité ni par un masque ni par ton silence, tu te révèles fausse comme ta camarade, à approuver ses mensonges. Cela est normal, mais pense à ceci : comment pourrais-je croire en vos appels à l'unité, alors même que ton allié crache sur les miens et rêve de nous tuer au nom de votre Gardien ? Je ne tiens pas à me retrouver face aux armes des étrangers avec l'une de vos lame au creux de mes reins. Qui est le véritable ennemi ? Ces étrangers décidés à s'approprier nos terres, ou ce Gardien qui usa d'un oracle comme d'une arme, sans explications, afin de tuer leur ambassadeur ? A temps, elle se retint de poursuivre : tenter de les raisonner sur leur allégeance eut été une perte de temps. Ensemble, elles se soutiendraient dans leur obéissance aveugle. Malgré nos différents, comprenez ceci : mon but n'est pas de vous nuire, mais de protéger. La connaissance est la clé. A vous de décider comment vous me la donnerez. Où comptiez-vous mener ces étrangers ? Depuis combien de temps Skye est-elle sous la protection des vôtres ? Pourquoi permettre à une étrangère de vivre parmi vous ? Qu'a-t-elle appris ? Sait-elle parler notre langue ? N'ayant pas manqué l'hésitation de la masquée, elle ajouta d'un ton moqueur. Quelle mission le Gardien a-t-il pu confier à un Masque sans Nom ?"

HRP:
 
avatar
Peuplade

On m'appelle Chilali Kohanakishi


Infos Personnage
RANG: ancienne éclaireuse devenue... déserteuse ?
VILLE & APPARTENANCE :  Hrim [sud-est] ; Clan Kohanakishi
MON AGE :  20 ans
Féminin
MESSAGES : 858
AGE : 39
INSCRIT LE : 14/03/2012
PSEUDO HABITUEL : Alyaa
Joyaux : 270
http://www.ile-joyaux.com/t593-empreintes-dans-la-neige-le-temps-s-estompe-reflets-d-argent http://www.ile-joyaux.com/t568-chil-tombe-le-masque
Posté dans Re: Invités imprévus et non désirés   - Ven 27 Fév 2015 - 17:53

Chil tentait tant bien que mal de s'accrocher aux valeurs que lui avait enseigné son père. Mais parfois, il est bien difficile de maîtriser son animosité. À cet instant, Chil échouait lamentablement. Les provocations, les insinuations – et surtout la perspicacité – de Oönvüla avait le don de lui faire bouillir le sang.

« Tu m'accuses de cracher sur les tiens, mais que fais-tu, toi ? Insulter le Gardien, c'est nous insulter tous ! Et j'ai un nom : je me suis présentée, il me semble. »

Incapable de retenir sa colère grandissante, elle craignait de commettre un impair. Ces déserteurs ne devaient surtout pas savoir que Skye comprenait l'Erfeydien. Cette information cruciale pouvait les mettre en danger tous les quatre. Sans compter qu'elle ne savait absolument rien de ce qu'il advenait de son amie et elle ne donnait aucun crédit aux dires de la feuillue.

« Nous protéger ? Tu y vas un peu fort, non ? De quoi veux-tu nous protéger ? »

Chil avait toujours eut pour philosophie de faire profil bas, de ne pas envenimer les choses, de mesurer ses propos. Ratage complet. Elle avait envie de lui en coller une pour lui faire ravaler son arrogance.

HRP :
 
avatar
Peuplade

On m'appelle Jörd Hræsvelg


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Les Cimes Hérisées _ Early Dawn
MON AGE : 25 ans
Féminin
MESSAGES : 131
AGE : 32
INSCRIT LE : 11/07/2012
PSEUDO HABITUEL : /
Joyaux : 105
http://www.ile-joyaux.com/t868-dualite-aventureuse-jord http://www.ile-joyaux.com/t859-jord-hraesvelg
Posté dans Re: Invités imprévus et non désirés   - Sam 14 Mar 2015 - 7:22

Jörd sentait que la situation agaçait Chilali. A vrai dire, n'ayant pas connaissance de la mission de sa compatriote, elle ne pouvait parler que sur des faits dont elle avait connaissances. Par contre, elle doutait que révéler des éléments sur Skye joue en sa faveur. Elle savait simplement que les deux femmes se rendaient dans le Sud quand le groupe qu'elle formait avec Jens et ses hommes avait croisé leur route. Jörd lâcha un soupir, les idéologies de chacun venaient entraver les appels à l'unité, cela ne l'étonnait guère. Et qu'Oönvüla remette en cause ses réponses, non plus.

- Nous ne sommes pas là pour critiquer les croyances de chacune, mais le Gardien devait avoir une raison de repousser leur ambassadeur. Il devait savoir que ces étrangers représentaient un danger pour nous. Alors qu'elle parlait, Jörd se rendit compte que si le Gardien n'avait pas tué l'émissaire, peut-être qu'il n'y aurait pas eu d'invasion. Elle s'interrompit quelques instant, quittant des yeux leur interlocutrice. Elle était saisie d'un doute, mais même si l'action de leur dieu se révélait être une erreur, la guerrière n'était pas en mesure de remonter le temps et les erfeydiens devaient maintenant assumer les conséquences.  

- Je comptais mener mon prisonnier à mon chef de faction pour en apprendre le maximum sur les matrosciens et leurs intentions.

Au moins cette information était véridique, Jörd voulait rejoindre les siens avec Jens pour en soutirer le maximum de renseignements. Mais elle ne pouvait répondre à la plupart des questions de leur geôlière. Elle avait juste une petite idée de la position du campement où elle avait été retenue prisonnière, mais elle était quasiment certaine que cette information devait être connue des erfeydiens qui, elle l'espérait, s'étaient déployés pour surveiller les étrangers.

- Tu souhaites protéger les tiens ? Protéger les erfeydiens du Gardien ? L'inconvénient, c'est que, comme tu le soulignes, les déserteurs se retrouvent avec deux lignes de front. Et les envahisseurs sont notre ennemi, pas le Gardien.

A cet instant, l'idée que les déserteurs s'allient aux matrosciens pour s'en prendre au Gardien l'effleura. Elle espérait que cette situation ne verrait jamais le jour, car il y avait du souci à se faire.

- Les seules choses que je peux te dire sur les matrosciens, c'est qu'ils sont bien mieux armés que nous avec un savoir qui nous dépassent. Ces deux prisonniers sont une aubaine pour essayer de contrer l'avancée des envahisseurs. Je doute que tu veuilles qu'ils aient main mise sur notre île.

Une lueur de défi traversa le regard de Jörd alors qu'elle plongeait son regard dans celui d'Oönvüla. Elle n'en dira pas plus, car elle n'en savait pas plus. Disons qu'elle préférait taire le fait que Jens et Skye se connaissaient et que cette dernière devait savoir un certain nombre de choses sur les Erfeydes vu le temps passé.


Guide des Erfeydes
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: Invités imprévus et non désirés   - Ven 24 Avr 2015 - 8:28

Savez-vous à quel point il peut-être difficile de gérer un groupe de personne promis à l’extinction ? Normalement, et je l’espère pour vous, non. Pour Möjra, c’était difficile, en tout cas, mais plaisant également. Gratifiant, en fait. Elle faisait ce qui lui semblait juste. Elle avait tout renié, tout sacrifié pour devenir une paria, et des années plus tard, dirigeait la première vraie communauté de déserteurs, et probablement la seule que l’île portât en son sein. Et elle était prête à faire encore plus de sacrifice pour les protéger et leur offrir une vie digne de ce nom. Car vivre enterré sous des millions de tonnes de roches n’était pas ce qu’elle appelait vivre. Survivre tout au plus, dans la crainte constante d’être découvert, et donc soit exterminés, soit, depuis quelques temps, éventuellement capturés par les outremuriens. Ils avaient tous eu vent de ce qui se tramait côté étrangers, ils capturaient les leurs et… Et on ne savait pas ce qu’il se passait. Il avaient bâti ce qui ressemblait à une ville, ou au moins un village, non à un campement militaire comme ils avaient déjà pu en voir. Et ceux qui vivaient là bas n’étaient pas des soldats. Pas tous en tout cas. Et curieusement, la présence de civils étrangers au même endroit que ses comparses captifs l’inquiétait nettement plus que la présence de soldats. Eux, on savait les gérer, deviner leurs intentions… Pas ces personnes là. Et l’absence de tout signal venant des prisonniers du village était également angoissant.

Ces préoccupations, en plus du chantier qui se avançait avec peine sous terre, expliquait en partie pourquoi elle n’avait pu quitter leurs galeries et cavernes plus tôt. Car quand elle avait appris d’un messager que sa seconde, Oönvula, avait mis la main sur deux étrangers et deux Erfeydiennes, elle avait immédiatement pris la décision de les rejoindre directement, en personne. Simplement, le temps lui avait cruellement manqué. Et elle détestait devoir quitter les siens, même pendant seulement quelques jours.

Cependant, accompagnée par quelques uns de ses meilleurs éléments, elle s’était rendue à l’endroit où les deux Erfeydiennes étaient retenues captives. Pourquoi elles, qui méprisaient les siens, au lieu des deux étrangers ? Pour elle la raison était simple : elle avait toujours eu une confiance totale en ses hommes. Mais personne ici, même les plus jeunes, n’oubliait que leur situation était à leur imputer, à eux qui avaient toujours un clan et une famille, et étaient, selon leur croyance, sous l’égide du Gardien. Et en son nom, commettaient des atrocités. Et cette mémoire commune, qui alimentait un feu d’ire brûlant, risquait de faire vivre de sales moments aux captives. Ce qu’elle tenait à éviter à tout prix. Ironiquement, les étrangers détenus par les déserteurs étaient bien plus en sécurité que ne l’étaient ces deux erfeydiennes. Eux n’avaient pas persécuté les déserteurs des siècles durant, au moins.

***

Quand elle arriva au campement, Oönvula s’entretenait déjà avec les prisonnières. Sans entrer dans la tente, elle lui demanda de venir, et de lui résumer ce qui s’était passé depuis qu’elles étaient ici, et même avant. Elle l’envoya commander les hommes qui protégeaient le campement, et déployer des effectifs nettement au delà. Ils étaient dans une zone de danger assez impressionnante, et Möjra n’avait vraiment pas envie de s’attarder ici. Une fois qu’elle aurait discuté avec les détenus, elle se rendrait au campement où étaient retenus les outremuriens. Une fois tout ce beau monde rassemblés, et histoire de programmer la suite des événements, ils iraient tous à la base des Murmure pour s’organiser. Et vu le dédale que c’était, il y avait peu de chances qu’ils puissent s’échapper de toute façon. Malgré le peu d’hommes qui y étaient présents.

Elle finit par pénétrer dans la tente une fois qu’elle avait appris ce qu’elle voulait. Elle retira son manteau, et comme Öonvula peu de temps avant, s’assit à même le sol. Elle ne prit pas la parole immédiatement. Elle les détailla longuement. Elle connaissait leurs noms, mais ça s’arrêtait là. Cependant ce qu’elle cherchait à voir, c’était d’éventuelles traces de mauvais traitement, de sévices. Elle n’ouvrit la bouche que lorsqu’elle fut satisfaite de ne rien apercevoir. Sa voix grave et suave résonna clairement.

«Excusez le tempérament de la petite, nous sommes tous un peu sous pression, et votre présence n’arrange rien, vous vous en doutez.»

Elle avait dit ça sans le moindre reproche dans la voix, mais cela n’enlevait rien au sens de cette phrase. Effectivement, tous les déserteurs présents au campement avaient de bonnes raisons de leur en vouloir, et de souhaiter leur mort. Si certains renégats étaient effectivement d’odieux criminels, combien d’entre eux n’étaient que des personnes qui, trop faibles physiquement, avaient fui le labyrinthe ? Combien d’autres avaient simplement été bannis sur un caprice d’un Hön ou un Hänek tyrannique ? Il faudrait malheureusement des siècles avant que l’épais voile de foi aveugle dégage le regard des Erfeydiens. Möjra ne pouvait leur en vouloir pour cela. Pour ce qui concernait les faits réels, elle gardait en elle une rancoeur et une honte tenace. C’est cependant d’une voix sévère mais calme qu’elle reprit la parole.

«La petite m’a résumé le principal, et c’est moi qui vais reprendre ce petit interrogatoire. Avant ça je vais me présenter, aussi. Möjra, la Tisse-Rêve pour mes ennemis et mes alliés. C’est moi qui dirige les Murmures de la Sylve, et suis donc celle qui commande à vos geôliers. Et je peux vous assurer qu’il ne vous sera fait aucun mal.»

Elle les observa un moment d’un oeil vif, puis défit leurs liens. Elle recula, et détacha ensuite son épée accrochée dans son dos, une aiguille dont la lame, la garde et la poignée en faisaient une arme plus grande qu’elle, et la planta fermement dans le sol.

«Je vous déconseille d’essayer de partir d’ici. Où alors, il faudrait me passer dessus, et là encore, conseil, n’essayez même pas. J’ai beau être petite et frêle, je ne suis pas chef des Murmures parce que j’ai de beaux yeux.»

Elle esquissa un sourire amusé, complice même, détonnant totalement avec l’actuelle situation, puis reprit la parole.

«Bien. Si vous avez des questions sur moi, je vous autorise à les poser. Sur moi ou les Murmures d’ailleurs. La situation de l’île est atrocement compliquée. Et si avant, je n’aurais eu comme réaction que de vous renvoyer d’où vous venez, les choses sont bien différentes. Il en va de même pour les étrangers. L’époque où je les aurais tués puis dansé sur leurs cadavres est loin. Posez vos questions, je vous répondrai dans la mesure du possible. Nous n’allons pas tarder à quitter ce camp. Il va bien falloir tuer le temps en attendant.»
avatar
Peuplade

On m'appelle Chilali Kohanakishi


Infos Personnage
RANG: ancienne éclaireuse devenue... déserteuse ?
VILLE & APPARTENANCE :  Hrim [sud-est] ; Clan Kohanakishi
MON AGE :  20 ans
Féminin
MESSAGES : 858
AGE : 39
INSCRIT LE : 14/03/2012
PSEUDO HABITUEL : Alyaa
Joyaux : 270
http://www.ile-joyaux.com/t593-empreintes-dans-la-neige-le-temps-s-estompe-reflets-d-argent http://www.ile-joyaux.com/t568-chil-tombe-le-masque
Posté dans Re: Invités imprévus et non désirés   - Dim 26 Avr 2015 - 14:41

Chil avait profité du départ d'Oönvüla pour essayer de se calmer. Elle se sentait insultée à chaque mot qu'ils prononçaient, à chaque sourire qui égayaient leurs visages, à chaque trait d'humour qui passait à ses yeux pour une offense ou une marque de mépris. Ce qui revenait au même. Elle fulminait d'être traitée ainsi. Il lui faudrait du temps pour retrouver son sang-froid. Aussi, n'était-elle pas dans les meilleures dispositions lorsque la chef des mécréants entra. Et ses paroles ne l'apaisèrent guère.

« Des questions... » lâcha-t-elle d'une voix sèche. « Je ne suis même pas sûre d'obtenir la vérité. Quelles questions aurais-je à poser ? Qu'allez-vous faire de nous », poursuivit-elle avec un peu du mépris qu'elle leur reprochait, « qu'allez-vous faire d' eux, qu'allez-vous faire tout court... ?  C'est ridicule ! »

Elle ne haussa pas la voix, mais sa froideur reflétait parfaitement la sourde colère qui grondait dans ses entrailles. La vérité, c'est qu'elle aurait voulu les détruire. Ne pas penser à leur clémence. Rendre les coups est toujours plus facile que d'en donner... Même quand on vous apprend à les ignorer.
avatar
Peuplade

On m'appelle Jörd Hræsvelg


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Les Cimes Hérisées _ Early Dawn
MON AGE : 25 ans
Féminin
MESSAGES : 131
AGE : 32
INSCRIT LE : 11/07/2012
PSEUDO HABITUEL : /
Joyaux : 105
http://www.ile-joyaux.com/t868-dualite-aventureuse-jord http://www.ile-joyaux.com/t859-jord-hraesvelg
Posté dans Re: Invités imprévus et non désirés   - Dim 10 Mai 2015 - 8:07

Voir Oönvüla sortir de la tente pour certainement d'entretenir avec quelqu'un suscita la curiosité de Jôrd. La déserteuse était-elle en train de faire un rapport à son chef, ou à un de ses chefs ? Elle n'en avait aucune idée. Par contre ce fut une autre personne qui les rejoignit et dont elle soutint l'examen en silence. Qui était cette nouvelle interlocutrice ? Sous pression ? Elle n'en doutait pas. Par contre être en présence du chef des Murmures était autrement plus surprenant. Maintenant la guerrière pouvait mettre un nom et un visage sur ce chef qui donnait de fil à retordre aux traqueurs des déserteurs. Jörd écouta ses paroles et haussa un sourcil quand les liens furent défaits.

En tout cas, ses mises en garde coupèrent court ses pensées de fuite. De toute manière, elle se voyait mal traverser le camp sans l'aide de l'ithylium, d'autant qu'elle n'avait pas la moindre idée du nombre d'opposants qui se dresseront sur son chemin. Trop d'inconnues pour être sûre de s'en sortir vivante. Alors elle délaissa ses plans pour écouter ce qu'il était dit. Quitter le camp ? Avec ou sans les prisonnières ? Chilali était sur les nerfs, cela s'entendait à la tension de sa voix. En soit elle avait résumé les questions qui traversaient l'esprit de Jörd. Néanmoins, cette dernière aimerait bien en apprendre plus sur les plans des déserteurs.

- Oui, que comptez-vous faire est une très bonne question... Mais je doute que vous nous informerez de tous vos projets. Quelle est votre prochaine destination ?

Vu qu'elles avaient carte blanche pour interroger Möjra, et bien Jörd entreprit d'en apprendre plus. Son calme apparent n'était qu'une façade. Intérieurement, elle avait envie d'action mais elle n'était pas suicidaire.


Guide des Erfeydes
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: Invités imprévus et non désirés   - Mar 19 Mai 2015 - 5:49


Ce genre de colère, qui frôlait parfois la haine en fait, n’impressionnait pas le moins du monde la petite femme, tranquillement assise sur le sol couvert de peaux de la tente. Elle avait été habituée à nettement pire que ça. Elle et tous les autres qu’elle avait réunis sous sa coupe bienveillante. A vrai dire elle s’attendait même à plus de virulence de la part des deux prisonnières. Si ses espoirs furent déçus sur ce point, cela voulait également dire que contre toute attente, une certaine forme de dialogue était possible. Ce qui permettrait peut-être de faire avancer les choses. Déserteurs ou non, ils avaient tous un gros problème en ce moment : l’invasion de leur territoire par des hordes d’étrangers qui semblaient, pour beaucoup, que leur vie était négligeable. Möjra ne savait pas trop pourquoi ils étaient tenaces. Du moins au début. Cette île gelée n’avait de prime abord rien à leur offrir. Mais les Erfeydiens jouissaient tous sans exception d’un don particulier en lien avec la ressource la plus précieuse dont ils disposaient : l’Ithylium. Si la chef des Murmures de la Sylve n’avait pas la moindre idée de comment ces hommes et femmes avaient découvert que cette ressource était foisonnante sur l’île, elle ne doutait pas qu’ils étaient là pour ça et non pour les qualités réfrigérantes du climat de l’Île Blanche.

Elle les jaugea encore quelques secondes, ignorant superbement leur suspicion ou leur mépris. Elle n’avait jamais considéré ces marques négatives autrement que comme de l’ignorance. Elles étaient comme tous les autres. Ancrées si fermement dans l’immuable continuité des traditions du peuple qu’elles en devenaient totalement aveugles. Au moins autant qu’un vulgaire caillou. Cela la désolait, mais elle n’était pas là pour exprimer sa compassion. Elle se contenta d’un sourire affable, répondant de bon gré aux questions énoncées.

«En ce qui vous concerne, eh bien je n’ai rien de vraiment prévu, vous êtes une sacrée surprise toutes les deux. Vous serez sauves tant que vous plierez à mes ordres, ceci étant. Vous nous haïssez peut-être mais nous ne sommes pas aussi sauvages que vous le pensez. Ni aussi… maléfiques

Son ton se durcit comme du roc sur cette dernière phrase. Elle avait encore depuis vingt ans des cauchemars de son premier raid contre les déserteurs, et du massacre qui s’en était ensuivi. Contre des enfants. Elle n’accepterait jamais qu’un enfant n’étant même pas entré dans sa deuxième décennie puisse représenter le mal.

«Nous allons rentrer à notre camp de base principal. Nous y serons tous en sécurité, et peut-être qu’ainsi, nous pourrons un peu discuter. De façon plus posée. J’ai beaucoup de questions à vous poser et peu de temps.»

Histoire d’illustrer sa phrase, un des hommes qui gardait la tente, un golgoth qui dépassait allègrement les deux mètres, au visage simple et tendre malgré sa taille, entra et s’adressa à Möjra comme si les prisonnières n’étaient pas là.

«Petite Mère, on a attrapé les étrangers qu’Oönvula a mentionné. Ils sont juste là, désarmés.»

Möjra adressa un remerciement et un grand sourire au garde, puis se leva, revigorée.

«Bien ! Les choses vont pouvoir accélérer un petit peu ! On rentre à la maison. Suivez moi, et pas de bêtises, sinon je vous passe au fil de l’épée comme une brochette de Jölgalt.»

Elle souriait, mais son regard froid comme la mort balayait tout esprit de plaisanterie éventuellement présent dans le ton chaleureux qu’elle avait depuis le début. Elle sortit donc, laissant les deux gardes escorter Jörd et Chilali, puis jaugea les deux étrangers qu’on lui avait amené. Les deux la dépassaient au minimum d’une demi-tête, mais peu importe, la fierté dans son regard suffisait souvent à écraser ceux qui se basaient sur le physique.

«… Et c’est ça qui vous pose autant de problèmes ?»

Elle s’adressait aux deux Erfeydiennes, mais par “vous” elle entendait essentiellement la Peuplade dans son ensemble. Certes, les deux matrosciens étaient probablement affaiblis - le milicien n’avait pas l’air de passer un bon séjour, décidément - et le climat ne rendait de toute façon service à personne. Doutant sur leur capacité à la comprendre, elle se contenta de donner des ordres à ses hommes, sur un ton sec, beaucoup moins maternel et bien plus militaire.

«Pliez les tentes, chargez les aurions et dissimulez nos traces. On rentre. Ces deux là n’ont pas pu s’échapper de l’autre camp attifés comme ça, allez récupérer leurs armes, ces machins m’intéressent. Dans dix minutes on est partis. Oh. Et bandez-leur les yeux.»

Elle ne tenait pas, si jamais un des quatre prisonniers arrivaient à s’échapper, qu’il donne le lieu où se concentraient les murmures. Ils avaient déjà du mal à maintenir leur parfait anonymat, de même que leur invisibilité apparente, ça n’était pas pour leur donner un chemin tout tracé vers chez eux.

«Il se passe tellement de choses en ce moment qu’on ne prend plus le temps ni de réfléchir ni de se poser les bonnes questions. Tous les quatre, vous allez nous suivre - à l’aveugle évidemment - et une fois là bas, on discutera. Je passe sur les menaces de mort si quelqu’un tente de s’échapper, je crois que j’ai suffisamment évoquer la possibilité plus que certaine que vous finissiez empalés. Sur ce, allons-y !»

Möjra attendit qu’ils aient les yeux bandés, tous, pour prendre la tête du petit groupe. Ils étaient, chacun d’eux, escortés par un Déserteur, qui les guidait depuis leur dos, histoire d’éviter de tomber dans une crevasse ou de se briser la cheville sur une ornière ou un rocher.
avatar
Peuplade

On m'appelle Chilali Kohanakishi


Infos Personnage
RANG: ancienne éclaireuse devenue... déserteuse ?
VILLE & APPARTENANCE :  Hrim [sud-est] ; Clan Kohanakishi
MON AGE :  20 ans
Féminin
MESSAGES : 858
AGE : 39
INSCRIT LE : 14/03/2012
PSEUDO HABITUEL : Alyaa
Joyaux : 270
http://www.ile-joyaux.com/t593-empreintes-dans-la-neige-le-temps-s-estompe-reflets-d-argent http://www.ile-joyaux.com/t568-chil-tombe-le-masque
Posté dans Re: Invités imprévus et non désirés   - Jeu 4 Juin 2015 - 14:56

Chil n'avait pas été surprise d'apprendre la tentative de fuite de Skye. Son amie n'était pas le genre qui restait en cage : elle avait ce caractère sauvage et ce désir de liberté qui la poussait à se défaire de toute chaîne. Chil en avait fait l'amer expérience, au début de leur périple, et en un sens, c'était aussi pour cela qu'elle l'appréciait.
D'un coup d'œil, elle s'était assurée que Skye allait bien. Elle avait simplement croisé son regard et y avait vu la même flamme énergique qui la faisait avancer, nourrissait sa combativité. En outre, Chil n'en était pas sûre, mais il lui avait semblé déceler autre chose, comme un infime changement. Quand on passe près d'un an avec quelqu'un, jours et nuits, à tout partager, on apprend à repérer chaque étincelle nouvelle.

Les menaces de Mörja n'effrayèrent aucunement la jeune femme. Au contraire, elles attisèrent sa haine. Se laissant bander les yeux sans mot dire, elle mit tous ses sens en alerte. Elle connaissait peu cette partie de la chaîne montagneuse et avait parfaitement conscience que rien ne lui permettrait, plus tard, de retrouver le repère des déserteurs – si toutefois elle parvenait à s'en extraire. Malgré tout, drapée dans son orgueil, elle se concentrait sur chaque son, chaque bruit, chaque respiration. Les pas dans la neige, les hommes qui hélaient, les animaux qui renâclaient. Elle comptait même les foulées et tentait de mémoriser les virages, les courbes, les dénivelés. Mais trop vite, elle se trouva désorientée et l’écho des cris perçant des oiseaux se répercutant sur les falaises achevèrent de la perdre.

Elle focalisa alors toute son attention sur son guide qui ne cessait de la poussée en avant. À nous deux, pensa-t-elle, tandis qu'ils entamaient une descente à l'ombre du versant Nord.
Elle força un peu le pas. La marche, ça la connaissait : elle ne trébuchait pas, ne ralentissait pas. Chil était persuadée que le déserteur le faisait exprès. Elle avait réfléchi au moyen de lui donner une leçon : elle n'allait pas se laisser faire. Elle avait songé à entraver ses pas, mais c'était faire fi du sort qui l'attendait si elle avait le malheur de mettre le pied trop près d'une crevasse. Aussi avait-elle pensé à autre chose et espérait poser son plan à exécution dès que l'occasion se présenterait. Elle était prête. Quant à lui...

« Arrête-ça », grogna-t-elle lorsqu'il la poussa à nouveau, « ou je te casse un bras. »

On m'appelle Contenu sponsorisé

Posté dans Re: Invités imprévus et non désirés   -

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum