AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
» Communication externe
par Loth de la Vision Mar 21 Juin 2016 - 15:06

» Réversa [ TOP ]
par Invité Ven 27 Mai 2016 - 8:21

» Le monde de Dùralas
par Invité Jeu 26 Mai 2016 - 7:00

» Anthalia
par Invité Dim 22 Mai 2016 - 15:17

» Marbrume, La Cité des Damnés
par Invité Lun 16 Mai 2016 - 15:07

» Questionnaire pour soutenir infinite RPG !
par Invité Sam 14 Mai 2016 - 17:33

» Escalus
par Invité Jeu 12 Mai 2016 - 9:02

» Mass Effect : Reborn
par Invité Mar 10 Mai 2016 - 15:00

» Forum en pause
par Asàf Lysereän Mar 10 Mai 2016 - 13:47


[RPFB] Coups de massues et une tasse vide

avatar
Pirate

On m'appelle Ben Roberts


Infos Personnage
RANG: Jassau Le Baron Noir, Kuon Tronche-de-Cambouis, Toma la Teigne, Zechariah Kurljones
VILLE & APPARTENANCE : Le Pourfedeur des Vents
MON AGE : 33
Masculin
MESSAGES : 62
AGE : 29
INSCRIT LE : 12/10/2014
PSEUDO HABITUEL : Fraz
Joyaux : 46
http://www.ile-joyaux.com/t2692-carnet-de-bord-du-machiniste http://www.ile-joyaux.com/t2646-ben-roberts-le-machiniste
Posté dans [RPFB] Coups de massues et une tasse vide   - Mer 14 Jan 2015 - 18:26

20 Shannor

La cadence mécanique des moteurs du Pourfendeur, il s’agissait là d’une des merveilles du monde aux yeux du mécanicien. Un engin d’une telle beauté, il ne pouvait qu’être admiratif les ingénieurs qui avaient construit le tout… si seulement cette merveille avait été bien entretenue.  Un piston et puis une courroie, un stabilisateur et puis un convertisseur… c’est à croire que les gens qui s’occupaient de cette beauté ne possédaient aucun respect pour celle-ci !   Enfin, il ne pouvait pas trop ce plaindre non plus, les milles et un mal que possédait le Pourfendeur avait de quoi le tenir occupé pour de nombreuses lunes et il en aurait sans doute de nombreuses à venir.  Un titan dans ce genre demandait de nombreuses heures d’entretiens sur une base régulière et notre machiniste avait le plaisir d’y dévouer une grande partie de son temps.
Couché sur le dos sous l’un des convertisseurs principaux, le machiniste replaçait la pièce qu’il avait réparée la veille.  Une réparation ne valait certes pas nécessairement une pièce neuve, mais cela était certainement mieux que de tomber des cieux en plein vol !   De plus, ce genre de pièce étant plutôt rare, il lui aurait impossible d’en trouver à Vanylle, même dans les pires trous à rats!   Il connaissait très bien ce genre d’endroit et ce qu’il était possible d’y trouver en temps habituelle et ce qu’il avait de besoin, il n’allait pas trouver là, du moins pas en ce jour.  C’est donc pour cette raison qu’il avait passé la soirée éveillé à trouver une façon de recycler ce qu’il avait sous la main et de faire fonctionner.  Enfin, les détails techniques attachés à cela ne sont sans doute pas bien intéressant pour les gens ne possédant point la fascination technique faces à la mécanique comme le machiniste.  Positionné ainsi, ce dernier tentait tant bien que de mal de replacer la pièce où elle devait aller ! Si elle avait pu sortir, elle pouvait entrer à nouveau c’est sûr ! Parfois, il fallait juste la persuader un peu, c’est tout, avec un peu de lubrifiant d’abord et si ça ne fonctionne pas, il la bonne vieille technique du ‘’je tape jusqu’à ce que ça entre’’  demeure toujours une option.  Naturellement, pour certaines parties demandant un peu plus de délicatesse et de finesse, taper dessus n’est pas nécessairement recommandé.  La plupart des gens sont parfois surpris de connaitre à quel point certaines pièces ne devraient pas être tapé dessus, du moins pas trop durement.  Le Pourfendeur est tout de même un sacré colosse, un coup de massue ici et là ne fait pas tant de mal que ça, sauf si on c’est bien les placé… ou mal les placé… ça dépend sans doute du point de vu à prendre à ce sujet.  

Ce n’était donc qu’après de nombreuses minutes passés ainsi qu’il avait enfin réussi à replacer le tout !  Il était donc possible pour cette merveille du monde de reprendre les cieux sans risquer de s’écraser deux minutes après le décollage ! Un travail bien fait demandait à être récompenser, non ?  Se retirant de sous les moteurs, le front couvert de graisse et de sueur, notre protagoniste pris en main sa tasse à saia.  D’un geste vif il avait apporté celle-ci à ses lèvres que pour être déçus de voir celle-ci complètement vide.  Il retira de devant ses yeux ses lunettes avant de mieux voir le fond de la tasse avant de la reposer sur le sol.  Toute personne relativement familière avec Ben savait qu’il y existait ici deux possibilité… soit il allait se lever et aller la remplir lui-même… ou bien il allait gueuler si fort que même le son des moteurs à pleine capacité n’aurait pas pu enterrer sa voix.  Le tout aurait pu continuer dans le calme et la prospérité, mais c’est seulement si on oublie un peu qu’un peu plus tôt il avait demandé à cette demie portion qui aimait bien trainer dans ses pattes d’aller lui remplir sa tasse!   Il n’avait aucun problème avec ce petit abrutit  tant qu’il suivait les quelques règles établis !  La première étant de ne pas trop poser de question… ensuite de ne pas être directement dans ses pates… et puis l’une des plus important, si Ben lui demandait d’aller remplir la tasse, il devait le faire illico presto!  Pas dans cinq minutes, pas même dans deux minutes, si Ben devait prendre sa tasse et la voir vide, les choses allait mal finir !  Voilà pourquoi il n’était pas étonnant d’entendre les paroles suivantes être hurlé  à travers la salle des machines.

‘’TOMA! Il est où ce foutu morveux que je lui fous une baffe!’’ Il n'y avait rien de mieux que le Vanylien afin d'exprimer la colère!

Il s’agissait étrangement ici d’un spectacle auxquels les membres du Pourfendeur étaient déjà habitué de voir depuis l’arrivée du machiniste à bord.  Déjà qu’à sa venue à bord, il avait su laisser une impression sur eux, démontrant une personnalité des plus colériques… et encore, il s’agissait là de bons jours ! Ce dernier s’était donc lever, tasse en main regardant autour de lui afin de retrouver les traces du petit morveux!  Il était parti depuis longtemps celui là ?  Une chose était certaine, il n’avait pas quitté la salle des machines afin d’aller remplir la tasse du machiniste!  Ce crétin devra avoir une bonne explication pour s’être absenté ainsi! Ce n’est pas comme si la salle des machines était en feu et puis même si cela avait été le cas, il aurait été mieux pour tous d’aller remplir cette tasse de saia avant que Ben le balancer dans le feu lui-même !






Synchrophony, Heart of the machine - The machinist's theme
avatar
Pirate

On m'appelle Kuon Tronche-de-Cambouis


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Vanylle - Pourfendeur
MON AGE : 15 ans
Masculin
MESSAGES : 14
AGE : 24
INSCRIT LE : 01/12/2014
PSEUDO HABITUEL : Wrath
Joyaux : 0
http://www.ile-joyaux.com/t2699-kuon-tronche-de-cambouis-l-apprenti-mecano#59479
Posté dans Re: [RPFB] Coups de massues et une tasse vide   - Jeu 12 Fév 2015 - 6:08

Ceinture parée, avec ses propres outils favoris -ceux qu'il vaut mieux toujours avoir sur soi-, ses deux couteaux scintillants, blouson de cuir et, pour une fois, coiffé et presque propre, Tronche-de-Cambouis salua une dernière fois ses collègues de l'entrepôt avant de partir pour le Pourfendeur... On ne montrait pas qu'on était ému, voyons, virilité avant tout, mais on pouvait voir dans certains yeux une certaine tristesse de voir partir la petite crotte qui avait grandi et tant appris parmi eux... En plus, c'était certainement pour y mourir comme un benêt : pirate, un métier dangereux voyez-vous. Mais Kuon s'en fichait éperdument, il allait accomplir son rêve qu'il croyait impossible à réaliser et ça, c'était peut-être le plus beau cadeau que pouvait lui offrir la vie. Et s'il mourrait demain... c'était pas important. C'est donc avec un immense sourire fendant son visage qu'il partit à la conquête de son avenir.

Sourire qui se transforma en une bonne tête d'ahuri déconfit devant le vaisseau. Le Pourfendeur, suintant, grondant, effrayant même, grouillait d'activité et il se garda bien de déranger qui que ce soit dans ses travaux. Pas étonnant qu'ils recrutent, cette bête-là devait abriter une cinquantaine de techniciens !... Rêveur, il tentait déjà de visualiser la salle des machines... C'qu'il devait y avoir là-dedans comme beautés de mécanique pour l'amener à voyager sur Grand-Vent ! Tout en évitant les allers et venus des matelots chargeant le navire, il pénétra à l'intérieur, scrutant les couloirs, commençant déjà à se faire une carte mentale des lieux, s'imprégnant de l'ambiance, toujours en évitant de déranger les autres... Il fut interpellé par un grand costaud néanmoins... Kuon lui jeta un regard de bas en haut... Si celui-là ne s'occupait pas de la sécurité du vaisseau, alors il voulait bien porter un tutu pour le reste de son existence. Bien heureusement, il n'aura pas à le faire puisque la grosse brute posa une lourde main sur son épaule, prit une expression qui se voulait sans doute terrifiante ainsi qu'une grosse voix bien forcée comme on les aime. :

-Toi, minus... Qu'est-ce tu fous là ? J'te connais pas.

-Ch'uis un nouveau machiniste.

Devant l'air éberlué du tas de muscles, Kuon prit une clef à molette de sa ceinture et la lui agita sous le nez... C'que ça pouvait être lent un péteux ! :

-Moi nouveau, moi réparer des trucs.

-Un peu de respect morveux ! cracha la brute en prenant des couleurs cramoisies. La salle des machines c'par là... et j'te déconseille de te retrouver sur mon chemin aujourd'hui.

-Ouais... Merci quand même hein.

Il repartit comme si de rien n'était laissant la brutasse méditer sur l'espérance de vie du petit nouveau sur le rafiot... Depuis quand on engage des gamins qui se prétendent mécanicien ?! Bien que, lui-même n'ayant que deux neurones fonctionnant les jours impairs par temps de pluie quand la lune atteint son premier quartier, il se doutait que ça devait être toute une science de resserrer des boulons. Et fichtre, ce qu'il détestait la science.

Pendant ce temps-là, Kuon tentait de se diriger dans les entrailles labyrinthiques du Pourfendeur. Faut dire que la direction qui lui avait été donnée était vague -aussi vague que les yeux vides d'intelligence de la brute d'ailleurs-, et il se retrouva bientôt dans des couloirs quasiment abandonnés. Il avait eu l'impression de changer de dimension, maintenant qu'il n'y avait plus les hurlements des matelots et les bruits de pas pour les couvrir, les bruits sourds d'un moteur au repos lui parvint... Il essaya de se diriger aux bruits, lentement bercé par la mélodie du cœur du vaisseau, délicieuse symphonie à ses oreilles.

Ça aurait pu passer comme un tournevis dans sa vis adaptée si, à un carrefour, il n'avait pas tourné à gauche et rencontré un corps mou... et brûlant. Surpris, il lâcha un cri de douleur, recula prestement et porta la main à sa ceinture... Avant de comprendre qu'il n'avait rien à craindre du truc mou : c'était roux, petit, très petit et tout sec, perdu dans des vêtements trop grands, qui se baladait avec une théière remplie d'un liquide noir et bouillant. Un mioche, comme lui en somme, mais version réduite il fallait croire. Kuon soupira et relâcha ses couteaux, il se foutait bien de l'état de sa chemise, il avait tellement l'habitude d'être crade qu'un peu de saia n'y changeait rien... Juste, la sensation humide à cause du tissu qui lui collait à la peau était bien moins agréable que de la graisse à son humble avis. :

-'Scuse, j't'ai pas vu venir.

Oui, il lui arrivait d'être poli. Il était même tellement poli qu'il allait aider son pauvre camarade à ramasser les éclats de théière par terre... Au vu de la quantité de liquide qu'elle contenait, ce n'était surement pas pour le gosse à lui tout seul... Il manquerait plus qu'il se fasse engueuler par sa faute alors qu'il vient d'arriver.



Spoiler:
 
avatar
Pirate

On m'appelle Toma la Teigne


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Le Pourfendeur des Vents
MON AGE : 13 ans
Féminin
MESSAGES : 46
AGE : 23
INSCRIT LE : 23/06/2013
PSEUDO HABITUEL : Sumire/Cocotte
Joyaux : 20
http://www.ile-joyaux.com/t1699-toma-la-teigne#41147
Posté dans Re: [RPFB] Coups de massues et une tasse vide   - Jeu 12 Fév 2015 - 12:07

Depuis que Jaasau avait fait zigouiller la grosse majorité des autres mousses, le boulot était devenu infernal. Certes, l'équipage se reconstruisait petit à petit, mais ça manquait cruellement de petites mains. Et voilà que le nouveau mécano arrivait comme un prince et la traitait comme sa bonniche personnelle alors qu'elle avait la crasse de tout le vaisseau à récurer. Mais bon, étant toujours en train de nager dans la fosse à purin de la hiérarchie, elle devait s'écraser ou c'était des problèmes. Par les tripes d'une avranaï ! Mais depuis le temps qu'elle était sur ce foutu rafiot, ils pourraient au moins la passer matelot ! Certes, elle avait l'air du dernier des avortons avec sa carrure ridicule qui la trahissait de plus en plus, mais elle avait plusieurs fois fait ses preuves !

Pourtant, elle était là, à trottiner avec cette foutue théière de saia, qu'elle avait eu un mal fou à remplir de nouveau, interpellée par des pirates se plaignant du retard qu'elle prenait dans certaines tâches. Et bah merde à eux, un peu d'eau savonneuse et leurs calbutes tout crades ils peuvent les laver eux même.

Une collision la tira de ses réflexions. Évidemment c'est toujours quand on est le plus occupé qu'il nous arrive le plus de contretemps. Toma poussa un petit cri aussi aigu que ridicule, s'ébouillantant durant le choc. La théière lui avait échappé des mains et s'était explosée sur le sol, sa commission réduite à néant. Elle resta un moment bouche bée devant le carnage, avant de relever la tête vers le fautif.
A peine plus âgé qu'elle, malgré sa grande taille pour un adolescent, c'était un garçon maigrichon mais surtout qui lui était totalement inconnu qui venait se mettre sur sa route. D'un air inquisiteur, elle plissa les yeux pour dévisager le type qui l'avait bousculée, avant de lâcher d'un ton presque lassé :

-Bah purée encore un nouveau ?

La mousse secoua sa chemise tachée avant de déclarer forfait, haussant ses épaules menues avec un air blasé. Elle gratta sa tête rousse, fixa les brisures par terre et se remit à geindre :

-Gnaaah... C'est bien sympa tout ça, les excuses, mais c'est moi qui vais prendre une dérouillée pour la vaisselle cassée. Ça rigole pas ici, t'sais, surtout depuis la mutinerie. Un pet de travers et.. (Elle mima un couteau sous sa gorge) COUIC. Et prépare toi à te faire exploiter, ça manque de péons ici. Les gens qui ont de la bouteille ils savent plus se sentir pisser. Le machiniste, là il vient tout juste d'arriver et il se sert déjà de moi comme esclave.

Ses yeux s'agrandirent et elle prit un air sévère. La gamine chopa sèchement le gringalet par la manche et le traîna avec elle, en direction de la salle des machines. Elle était en position de force, chose bien rare sur le Pourfendeur. Si elle réussissait à l'intimider un peu, peut-être bien que ça ferait une personne qui ne lui marcherait pas dessus !

-Bah tiens tu vas lui expliquer toi même ce qu'il vient de se passer !


Et sans délicatesse, elle le poussa dans l'antre de Ben, se postant derrière le malheureux, poings sur les hanches.


Spoiler:
 
avatar
Pirate

On m'appelle Ben Roberts


Infos Personnage
RANG: Jassau Le Baron Noir, Kuon Tronche-de-Cambouis, Toma la Teigne, Zechariah Kurljones
VILLE & APPARTENANCE : Le Pourfedeur des Vents
MON AGE : 33
Masculin
MESSAGES : 62
AGE : 29
INSCRIT LE : 12/10/2014
PSEUDO HABITUEL : Fraz
Joyaux : 46
http://www.ile-joyaux.com/t2692-carnet-de-bord-du-machiniste http://www.ile-joyaux.com/t2646-ben-roberts-le-machiniste
Posté dans Re: [RPFB] Coups de massues et une tasse vide   - Dim 15 Fév 2015 - 19:05

Le machiniste ne s’était pas fait une réputation pour être un homme bien patient, cela la plupart des hommes du Pourfendeur l’avait appris rapidement. Si sur le pont le capitaine est le maître, dans la salle des machine c’est Ben Roberts qui mène le bal, ou presque. Bien entendu, si le capitaine débarque, c’est Ben ce ferme plus ou moins la gueule… oui plus ou moins, car même si le Baron n’est point un enfant de cœur, il ne connait rien concernant la façon dont ce vaisseau fonctionne. À bord depuis peu de temps, le machiniste connaissait presque tout ce qu’il y avait à savoir à propos de ce Goliath, su moins suffisamment afin de s’assurer qu’il ne tombe pas des cieux ou ne s’enflamme pas après une explosion dans la salle des machines. Il savait autant comment le faire voler que comment s’assurer qu’il soit impossible de quitter le port. Le rythme de la machine, il pouvait déjà le sentir, mais pour bien fonctionner et ne pas gueuler sur tout ce qui bouge, il était important qu’il ait une bonne tasse de saia. Toutefois, il parait que c’est trop demandé puisque ce morveux de Toma semble s’être égaré ! Pour quel autre raison ne serait-il pas déjà revenu ?

Il était facile de voir que le machiniste n’était pas bien heureux en ce moment ! Il n’avait pourtant rien demandé de bien compliqué, non ? Lui apporter du saia, pas besoin d’être un géni pour faire ça ! Cependant, semblerait-il qu’il s’agissait là d’une tâche nettement trop complexe pour cette demi-portion ! Oh pour être dans les pattes, ça il est doué il n’y a pas de doute, mais quand il s’agit d’accomplir la simple tâche d’aller chercher du saia, alors là il est aussi inutile qu’une brique quand tu te noie ! Et encore là, au moins la brique tu peux assommer des gens avec !

Alors qu’il s’apprêtait à partir à la recherche de ce crétin, le voilà qu’il déambule en trainant un autre morveux avec lui. Vous pouvez donc vous imaginer qu’en voyant Toma sans saia, Ben fut aucunement enchanté.

‘’Toma! T’as pris tout ce temps pour revenir les mains vide ! Et qu’est-ce que tu m’apporte là !? Un autre morveux!?’’

Avec une clef à molette dans la main, il était sur le point de frapper sur quelqu’un! Le visage crasseux et le regard furieux il posa son regard sur le nouveau crétin avant de le pointer avec son outil.

‘’Tu veux quoi toi?’’ Lui demanda-t-il en reniflant sans grâce.

Oh mais quel était cette odeur qui avait su frayer son chemin jusqu’à ses narines ? Non il ne s’agissait pas de l’huile à moteur, mais le doux parfum du plus délicieux des breuvages ! Le seul problème c’était que c’était le nigaud qui se trouvait devant lui qui sentait comme ça.

‘’Pourquoi tu sens le saia toi?’’

Il le questionna tout en plaçant l’outil sous le menton de l’inconnu. Un inconnu à bord, tien voilà une image familière ! Il y a de cela peu de temps c’était le cas pour lui d’être un inconnu à bord du vaisseau.

‘’On t’a coupé la langue ? Répond!’’

Ben possédait quelques visages, là il s’agissait du visage entre deux tasses après avoir dû bosser comme un fou afin de s’assurer qu’il puisse décoller… cette version de sa personne n’était pas la meilleure à rencontrer et ce pauvre crétin venait de faire sa rencontre dans l’un des pires moment.





Synchrophony, Heart of the machine - The machinist's theme
avatar
Pirate

On m'appelle Kuon Tronche-de-Cambouis


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Vanylle - Pourfendeur
MON AGE : 15 ans
Masculin
MESSAGES : 14
AGE : 24
INSCRIT LE : 01/12/2014
PSEUDO HABITUEL : Wrath
Joyaux : 0
http://www.ile-joyaux.com/t2699-kuon-tronche-de-cambouis-l-apprenti-mecano#59479
Posté dans Re: [RPFB] Coups de massues et une tasse vide   - Ven 20 Fév 2015 - 6:43

La crevette qu'il avait percuté lui avait appris l'essentiel en peu de phrases. En gros, il devait se tenir à carreau s'il voulait pas finir avec un trou en plus dans le corps... Il suivit des yeux le mouvement que le mousse fit sous sa gorge et retint une grimace. Kuon ne s'attendait pas à être respecté évidemment, t'es que d'la bleusaille aux yeux des "aînés", mais il allait faire ses preuves et le mériter, comme il avait mérité sa place à l'entrepôt. Ce qui se présentait très mal...

Car à ce moment, le gosse s'empara de son blouson et le traîna à sa suite, lui faisant lâcher les morceaux de théière qu'il avait déjà ramassé... Ils allaient voir le machiniste. Son patron donc... Elle le poussa dans la salle des machines et son regard se perdit sur les monstres qui l'habitaient ; les pistons, les moteurs, tous les mécanismes vrombissaient, se percutaient dans un rythme assourdissant qui lui faisait battre son cœur en rythme... Mais la voix d'un homme couvrit le tout, et l'éclat d'admiration dans ses yeux disparut quand il les posa sur le machiniste. Un gars qui en valait un autre par son apparence, mais à la vue de la colère qui lui déformait le visage, l'instinct de Kuon lui conseilla de jamais s'attirer les foudres de son patron... Bien que ce soit déjà le cas, par un étrange concours de circonstance.

Il fit de son mieux donc pour ne pas réagir quand il l'appela "morveux", mais il jeta un regard en biais à Toma, le regard brûlant en comprenant la situation : le machiniste était un de ces dingues de saia, ils avaient renversé la théière et le mousse espérait s'en sortir en lui présentant un responsable sur qui taper... Le sale petit malin de macaque de mes deux. Mais face au mouvement que fit la clef à molette du machiniste, il reporta toute son attention sur celle-ci, priant pour qu'elle ne rencontre pas son crâne. Il allait pour répondre quand son patron le renifla fortement... Bordel mais il était quoi, un carnivore ?! Cannibale peut-être même... Un fou de saia cannibale. Oh vindiouss qu'il était dans de beaux draps !

En prenant une grande inspiration, Kuon "récupéra sa langue". Ce Toma l'avait mis dans une merde pas possible mais il était hors de question qu'il se laisse marcher d'ssus par un mioche pas plus vieux que lui. :

-Je suis Kuon, votre nouvel apprenti machiniste, arrivé sur le Pourfendeur aujourd'hui. J'allais à votre rencontre quand j'ai croisé Toma qui a renversé votre saia sur moi.

Voilà, efficacité. Droit comme un "i" devant son chef, sans sourciller du regard, exposant les faits avec rapidité. Cela lui rappelait les comptes-rendus qu'il donnait à la fin de la journée à son contremaître. Il espérait pas apaiser la rage du machiniste en faisant cela... On n'arrête pas un homme en manque de saia avec des mots. Mais avec de l'action. :

-On va vous en faire d'autre. Je suis certain que le mousse s'appliquera à me guider à travers le vaisseau et à ramener votre boisson intacte cette fois-ci.

C'était salaud, mais pas plus que ce qu'avait fait l'autre mioche. Sans attendre que le machiniste lui réponde par l'affirmative ou par un coup de clef à molette bien placé, il s'empara du bras du mousse comme il l'avait fait un peu plus tôt et sortit précipitamment de la salle des machines. Marchant à grands pas, il le relâcha au bout d'un moment, muet, un peu énervé d'avoir foiré à ce point sa première rencontre avec son chef, qu'il était certain qu'il le lui ferait payer longtemps.



Spoiler:
 
avatar
Pirate

On m'appelle Toma la Teigne


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Le Pourfendeur des Vents
MON AGE : 13 ans
Féminin
MESSAGES : 46
AGE : 23
INSCRIT LE : 23/06/2013
PSEUDO HABITUEL : Sumire/Cocotte
Joyaux : 20
http://www.ile-joyaux.com/t1699-toma-la-teigne#41147
Posté dans Re: [RPFB] Coups de massues et une tasse vide   - Jeu 26 Mar 2015 - 12:36

Toma restait froide face aux engueulades de Ben. Il avait juste l'air d'un doberquin attaché à une chaîne trop courte aboyant sur tout ce qui passe. Pile le profil du bon frustré qui déchargeait sa mauvaise foi sur les plus jeunes pour se sentir important. Quelle débilité d'avoir cédé à ses caprices dès le début. Rien ne stipulait qu'elle devait lui obéir au doigt et à l’œil ! Son rôle de mécano était plus important que le sien, mais il n'a rien de celui de commandant !
Après ces vociférations, le nouveau retrouva l'usage de la parole, semblant déjà près à servir celui qu'il se devait d'assister. Il était donc apprenti machiniste et il s'appelait Kuon. Elle retiendrait. C'était important ça, de bien se souvenir des noms, surtout de ceux à qui on pouvait décharger facilement des corvées.

Il était alors temps d'apprendre l'art du saia à ce petit ! Elle tira le gringalet par le veston, pour l'amener aux cuisines. Par chance, Mike ne se trouvait pas dans son antre, et elle pu joyeusement se servir dans les placards, grignotant au passage quelques provisions. Une fois tous les éléments prêts à l'usage, elle se tourna vers le nouveau, se forçant à afficher une moue bougonne, histoire de se donner un genre autoritaire.

-Bon regarde bien parce que je le ferais pas deux fois ok ? Tu vas voir, c'est super simple.

La gamine écrasa vivement les graines dans un petit mortier, pendant que l'eau chauffait. Elle attrapa ensuite une théière et posa une sorte papier sur l'ouverture, où elle versa la poudre. Une fois l'eau portée à ébullition, elle la fit couler pour y filtrer ce qui deviendra la précieuse boisson. Le procédé prenait un petit moment, tout juste le temps de se faire un bon sandwich. La tambouille finie, elle se saisit de la vaisselle, reprit le chemin vers la salle des machines avec Kuon. Il était maintenant enfin temps de prendre congés de tout ce petit manège stupide. Elle ne pouvait pas subir plus longtemps ces mauvais traitements. Elle était un membre de l'équipage à part entière ! Pas un paillasson ! Elle avait plus d'ancienneté ici que lui ! Elle avait même survécu à la mutinerie ! Toma la Teigne n'était plus n'importe qui, bon sang, il est vraiment temps qu'elle ait une véritable réputation. Et pour cela, elle se devait urgemment de s'affranchir de sa dévotion aveugle !
La gamine entra en fanfare, posa la théière à côté de Ben et tapa du pied sur le sol, manquant de renverser une deuxième fois la boisson. Droite et ridiculement sérieuse, elle qui était normalement d'une certaine timidité, elle déclama d'un ton pompeux :


-Monsieur le machiniste, j'ai pas que ça à faire que de jouer vos serviteurs personnel. Alors vous allez me faire le plaisir de désormais vous servir de votre cher apprenti comme esclave pendant que moi je dois récurer TOUTES les latrines du navire. Je suis mousse, pas valet de chambre. BONNE JOURNEE.

Elle se permit de partir en claquant la porte, sans demander son reste. Une fois seule dans le couloir, elle sembla s'affaisser, ses traits se détendirent pour se faire plus maussades. L'ancien machiniste lui manquait terriblement. Lui au moins était quelqu'un de patient et calme, qui lui avait appris beaucoup de choses. Celui-ci, loin de nourrir sa curiosité, ne faisait qu'accentuer ses accès de violence et son ras-le-bol de ce Pourfendeur post-mutinerie. Il n'était pas rare qu'elle songe à quitter cet équipage pour en trouver un autre, mais cette vie au sein des plus terribles pirates de Vanylle lui donnait l'impression que tous les autres n'avaient ni avenir ni ambition. Alors elle était prête à tenir, coûte que coûte, malgré son handicap de plus en plus douloureux à cacher. Elle voulait plus que tout devenir une vraie pirate de renom et seule une vie à la dure pouvait lui offrir cette opportunité.


Spoiler:
 
avatar
Pirate

On m'appelle Ben Roberts


Infos Personnage
RANG: Jassau Le Baron Noir, Kuon Tronche-de-Cambouis, Toma la Teigne, Zechariah Kurljones
VILLE & APPARTENANCE : Le Pourfedeur des Vents
MON AGE : 33
Masculin
MESSAGES : 62
AGE : 29
INSCRIT LE : 12/10/2014
PSEUDO HABITUEL : Fraz
Joyaux : 46
http://www.ile-joyaux.com/t2692-carnet-de-bord-du-machiniste http://www.ile-joyaux.com/t2646-ben-roberts-le-machiniste
Posté dans Re: [RPFB] Coups de massues et une tasse vide   - Ven 3 Avr 2015 - 16:56

Il travaillait avec des abrutit de la nouvelle pluie, voilà !  Oui, des jeunes crétins à peine expulsé de l’entre jambe de leur mère qui croyait qui jouer les pirates était si amusant !  Oh mais une vie remplis d’aventures à bord d’un gros vaisseau, une belle fantaisie en effet pour les jeunes yeux de gamins.  Comment croyait-il que la machinerie d’un tel colosse fonctionnait ? Avec le pouvoir de l’amour et de la pensée positive?  Oh si c’était ainsi que le vaisseau fonctionnait, cela ne servait à rien de trop se forcer à réparer et reconstruire certaines parties du vaisseau, le jeune cœur de nos deux crétins allaient être en mesure de faire voler le vaisseau jusqu’à de nouveaux horizons, pas besoin de notre machiniste pour ça ! Il bossait jours et nuit afin de s’assurer que la maintenance du vaisseau soit faite, non pas du tout, avec les bouffons du coin le Pourfendeur est assuré d’être en mesure de voler jusqu’à la fin des temps !

Peut-être qu’il est un peu trop grincheux, peut-être qu’il gueule beaucoup, mais le machiniste a généralement une bonne raison de gueuler ainsi.  Bossant jour et nuit à réparer, remplacer, reconstruire et résoudre le véritable casse-tête mécanique qu’est le Pourfendeur, cet homme dort que très peu et une bonne tasse de Saia est tout ce qu’il demande.   Toutefois, les jeunes morveux ne semblent pas vraiment s’en rendre compte ou même apprécier le travail que fait l’homme.  Non, non il ne fait que gueuler pour rien ce type plein de graisse, il n’a aucunement la pression sur le dos ! Sauf bien sûr possiblement le poids des moteurs et de la carcasse métallique qui l’entourent.  Alors qu’il attendait une simple tasse de Saia, non il a fallu que le morveux aidé par un autre abruti trouve une façon de brillamment échouer à la tâche !  

Attend alors le retour du morveux, pour une seconde fois, le machiniste se remis au travail. Une clef à molette en main, devait retirer une pièce, mais l’usure et l’âge des boulots rendait le tout difficile.  Afin détordre le tout, quoi de mieux que quelques bon jurons bien placés et la force de son bras ?  Certains dirons que le langage peu politiquement correcte de Ben n’aide sans doute pas à la cause mais à cela il leur dit avec toute la délicatesse du monde de se rentrer un balais bien profondément dans leurs cul! Non mais, les jurons est une bonne façon d’exprimer la frustration, on ne voudrait pas qu’il garde tout cela à l’intérieur.  

Éventuellement, les petits pas de Toma avaient su retrouver leur chemin jusqu’ici et le doux parfum du Saia se faisait sentir à nouveau.  Le machiniste détourna rapidement le regard vers le petit pied qui tapait sur le sol et surtout sur les nerfs avant d’écouter le gamin lui faire la morale et foutre le camp.  À cela, le machiniste ne dit rien… il est vrai qu’il était dur avec le morveux, qu’il abusait sans doute de ce petit con pas plus haut que trois pommes, mais il fallait bien que quelqu’un le soit.  Ce n’est pas parce qu’il s’agit d’un petit morveux qu’il devait être traité avec des pincettes.  D’ailleurs, il peut ce compter chanceux de ne pas avoir reçus une baffe comme un autre idiot qui était venu faire chier le machiniste il y a de cela deux jours.  Remarquant après le départ de Toma les pates incompétente de l’autre idiot, de sous une grosse pièce le machiniste gueula.

‘’Hey toi le crétin, rend toi utile et passe-moi la massue’’

Non mais, il fallait bien le faire travailler!   Il se croyait où ? Sur une croisière de plaisance pour Monsieur le petit Prince ?  Ici, si tu travail pas, bah… les chances sont que tu vas passer par-dessus bord!





Synchrophony, Heart of the machine - The machinist's theme
avatar
Pirate

On m'appelle Kuon Tronche-de-Cambouis


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Vanylle - Pourfendeur
MON AGE : 15 ans
Masculin
MESSAGES : 14
AGE : 24
INSCRIT LE : 01/12/2014
PSEUDO HABITUEL : Wrath
Joyaux : 0
http://www.ile-joyaux.com/t2699-kuon-tronche-de-cambouis-l-apprenti-mecano#59479
Posté dans Re: [RPFB] Coups de massues et une tasse vide   - Dim 3 Mai 2015 - 8:05

Kuon retenait tout : les noms, les chemins, les visages… Il mettait de l’ordre dans ses idées pour vite prendre le courant de la vie de pirate. Même si la rage l’animait au fond de lui… Bien sûr qu’on allait pas être tendre avec un mioche, un nouveau, mais brin ! il était mécanicien pas concocteur de boisson chaude !... Néanmoins, il fixa avec attention les moindres gestes de Toma, prêt à les répéter à l’avenir… Combien de théières allaient lui demander le fou à molette ?... Il n’osait même pas poser la question, de peur de passer pour quelqu’un satisfait du sort qu’on lui préparait… Il soupira une ou deux fois, c’est tout ce qu’on put lui retirer… puis il suivit la crevette pour revenir à la salle des machines.

Là, le mousse posa presque brutalement la théière à côté de son patron puis se mit bien droit… Kuon recula, se préservant du moindre coup d’éclat mais ce qu’il se passa fut bien plus calme, et plus drôle que ce à quoi il s’était attendu… La crevette n’était pas un esclave qu’il disait, qu’il avait autre chose à faire. Mais entre le sérieux qu’il dégageait et son allure, la situation était risible… Kuon baissa la tête et se pinça les lèvres, se retenant de rire, voulant éviter de se faire remarquer par le machiniste. Il sut retrouver son sérieux au moment où la porte fut claquée.

L’instant de suspens dura longtemps, mais à ses yeux ce ne fut qu’un instant… Il regardait l’amas de tuyaux de pistons, de turbines,… Un paradis si grand qu’il en était minuscule. :

-Hey toi le crétin, rend toi utile et passe-moi la massue

Kuon grinça des dents sur “crétin” mais il n’eut pas le choix que de répondre à l’ordre. Il se débarrassa de sa veste en cuir, et prit la première massette qu’il vit… Heureusement pour lui, et contrairement à tous les tournevis, les marteaux et les boulons, toutes les massues se ressemblent. Il fixa l’espace d’un instant la théière puis versa un peu de saia dans la tasse vide de son patron… Tronche-de-Cambouis savait combien c’était énervant de devoir s’arrêter de travailler en plein chantier juste pour pouvoir satisfaire un besoin naturel. Ca permettrait p’t’être au machiniste de se détendre un poil. Il apporta le tout ne s’attendant pas à un merci et se décida d’y aller avec un peu de culot, histoire de pas se faire marcher dessus à l’avenir. :

-M’sieur, vous avez besoin encore besoin de moi ou j’peux faire le tour de la salle, me familiariser avec les machines et voir s’il y a des mécanismes que je ne connais pas encore ?...

Il s’attendait à un non catégorique… On pense que tous les gosses ont la sale manie de tripoter tout ce qu’ils voient, mais il n’avait pas à le faire vu qu’il ne connaissait rien du Pourfendeur. Mais bon, on pense aussi parfois que tous les mécanos grincheux ne sont que des râleurs bourrins sans jugeotte.



Spoiler:
 
avatar
Pirate

On m'appelle Ben Roberts


Infos Personnage
RANG: Jassau Le Baron Noir, Kuon Tronche-de-Cambouis, Toma la Teigne, Zechariah Kurljones
VILLE & APPARTENANCE : Le Pourfedeur des Vents
MON AGE : 33
Masculin
MESSAGES : 62
AGE : 29
INSCRIT LE : 12/10/2014
PSEUDO HABITUEL : Fraz
Joyaux : 46
http://www.ile-joyaux.com/t2692-carnet-de-bord-du-machiniste http://www.ile-joyaux.com/t2646-ben-roberts-le-machiniste
Posté dans Re: [RPFB] Coups de massues et une tasse vide   - Dim 17 Mai 2015 - 19:50

Bien voilà que le morveux avait su se rendre utile, au moins il y avait ça. Il faut aussi dire que même un être des plus simplets aurait pu accomplir une telle tâche avec succès, donc il ne s'agit pas ici d'un grand accomplissement. En effet, pas besoin d'être un grand prodige afin d'apporter une tasse de Saia et une massue, mais si cet abruti était capable de faire ça et savait demeurer loin des pates du machiniste la plupart du temps... il ne devrait pas avoir de soucis puisque déjà avec ça, il avait l'air un peu moins d'un crétin. Prenant la massue en main, le machiniste ne perdit pas trop de temps avant d'utiliser l’outil afin de remettre en place une pièce de manière très peu délicate. Il ne s'agissait pas ici d'un morceau à prendre avec des pincettes, donc quelques coups de massues allaient l'aider, car il n’y a rien de mieux afin de convaincre une pièce un peu têtu qu’une massue… cela fonctionne aussi avec les gens parfois. Oui, le machiniste n’était pas reconnu comme étant un être d’une grande délicatesse la plupart du temps et savoir qu’un telle homme en a les mains une massue en ce moment, on essaie de pas trop faire en sorte qu’il se foute en colère. Enfin, là le danger avait tout même été évité.

Lorsque le gamin s’adresse au machiniste, celui-ci ne s’arrêta même pas durant un moment, donnant quelques coups de massue qui avait su raisonner dans la salle des machines avant même qu’il prenne la parole entre deux coups.

‘’Tant que tu bousille rien’’ avait-il dit sèchement.

Il n’avait pas besoin de son aide en ce moment, donc s’il souhaitait se familiariser avec la salle des machines, tant mieux. C’était mieux ça que de trainer juste là, à attendre que Ben lui donne un ordre pour se bouger le cul ! Avoir un crétin qui regardait au-dessus de son épaule à chaque manœuvre pouvait être très chiant généralement, donc savoir que le gamin avait envie de faire le tour de la salle des machines, tant mieux. Il donna deux coups de plus et le tout était maintenant en place, lui offrant un moment de répit afin de sortir de son trou et de finalement apprécier le délicieux Saia. Glissant sur le sol, puis se redressant, le machiniste déposa la massue à ses coté, puis pris la théière afin de se verse une délicieuse tasse de Saia. Ô l’arôme ! La couleur, le goût ! Fermant les yeux, il prit un moment afin de laisser entrer le parfum du liquide chaud dans ses narines, puis bu une première gorgée avant de se lever.

Ce Goliath demandait encore beaucoup de travail, mais c’est aussi pour cette raison qu’il s’était engagé! S’il avait souhaité un boulot tranquille, sans soucis et avec un horaire stable, il aurait fait un choix de carrière bien différent que celui de mécanicien… ou du moins n’aurait jamais tenté de mettre les pieds ici. Sans doute aurait-il tenté sa chance ailleurs qu’à Vanylle, mais le défis de créer, monter, démonter avec un rien, le plaisir et la frustration que cela représentait était ce qui l’animait. Il pouvait ressentir la pulsation de chaque pièce mécanique du vaisseau, plus il passait de temps à bord, plus son horloge interne se synchronisait avec celle du Pourfendeur. Bien entendu, il devait partager ce vaisseau avec de nombreux autres membres de l’équipage… il appartenait à titre officiel au capitaine, mais peu importe à qui ce colossale tas de ferraille appartenait, ce n’est pas le maître à bord qui allait bien s’en occuper, du moins pas comme il se doit aux yeux du machiniste. Il pouvait bien gueuler des ordres, mais en bout de ligne, le capitaine n’était qu’une tête à bord… chaque membre de l’équipage possédait son rôle, certains plus important que d’autres. Tien parlant de rôle :

‘’Hey le crétin, t’as fini de faire le touriste ?’’

Gueula le machiniste s’adressant au crétin avant de déposer sa tasse vide sur une boite à outils non loin. Il jeta un coup d’œil aux alentours afin de tenter de retrouver le gamin. Il avait aucune idée qui il était, où même ce qu’il comptait vraiment faire à bord





Synchrophony, Heart of the machine - The machinist's theme
avatar
Pirate

On m'appelle Kuon Tronche-de-Cambouis


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Vanylle - Pourfendeur
MON AGE : 15 ans
Masculin
MESSAGES : 14
AGE : 24
INSCRIT LE : 01/12/2014
PSEUDO HABITUEL : Wrath
Joyaux : 0
http://www.ile-joyaux.com/t2699-kuon-tronche-de-cambouis-l-apprenti-mecano#59479
Posté dans Re: [RPFB] Coups de massues et une tasse vide   - Mer 17 Juin 2015 - 4:06

Après avoir eu l’approbation du fou de saia, Kuon partit à la recherche de mécanismes qu'il ne connaissait pas... Et effectivement, il y en avait pas mal. Des machine de refroidissement qu'il n'avait jamais vu ailleurs, des moteurs de secours, des pistons et vilebrequins faisant facilement trois fois la taille de ceux qu'il avait pu enduire de graisse à l'entrepôt... A la vue d'autant de travail, peut-être que d'autres gosses soupireraient, mais Kuon affichait un sourire plus que satisfait : il allait apprendre des choses. Il jeta un coup d'oeil au plafond. Les mécanismes principaux s'entassaient les uns sur les autres pour tenir dans l'immense salle des machines... Il devait y avoir d'autres choses à voir, mais l'apprenti décida de rester dans le coin sans pour autant abandonner sa visite.

S'accrochant à un tuyau large comme dix Toma, il entreprit d'y grimper sans "rien bousiller". Au vrombissement de celui-ci, il songea qu'il devait s'agir du système de renouvellement de l'air. A une bonne hauteur, il s'installa et plaça sa main en visière... Vindiouss, mais en fait, cette salle était vraiment immense ! Il pensait se l'être imaginé, aidé par la joie de découvrir de nouvelles machines, mais non... En même temps, il en fallait pour faire décoller un engin pareil. Devait-il déduire qu'il y avait une autre salle du même genre dans le vaisseau ? Il grimaça à sa question ridicule. Forcément qu'il devait y en avoir une... Un vaisseau de guerre pareil avec tous ses moteurs au même endroit ?! C'est le meilleur moyen de perdre le contrôle de l'engin en un coup de canon bien placé. Le supposait-il. Il était apprenti mécano, pas étudiant en batailles pirates !...

Et puis quelque chose attira son attention à sa droite. Le tuyau traversait le plafond, sans doute pour y aérer des pièces importantes, mais derrière, un plus petit se détachait au fur et à mesure, une caisse à outils plutôt massive l'y aidant sûrement. Kuon haussa les sourcils... Mais quel est l'con qui laissait ses outils en plan, sur un tuyau fragile ?! Dixit celui qui grimpe sur les aérations... Oui bon, certes, mais son tuyau à le mérite d'être solide, et ça n'excuse pas l'oubli terrible de la caisse. Il voulait pas tripoter plus que de raison les machines, mais une erreur si flagrante risquait de faire payer tout le vaisseau. Mordant sa lèvre inférieure, Kuon tendit son corps pour attraper la caisse et la ramener à lui... Et maintenant ? Ce tuyau-là, il ne le connaissait pas. Se pouvait être quelque chose d'important comme tout à fait accessoire. Mais qu'est-ce qui est accessoire dans un vaisseau aussi immense ?... Roh pis du brin !

Serrant ses jambes autour du tuyau, il se pencha en arrière, face contre plafond et tendit ses bras pour atteindre la base de l'autre avec ses mains. C'était un système avec de grosses vis, deux tenaient le coup mais les deux autres semblaient se démener pour retrouver la liberté... Ben pas aujourd'hui mesdemoiselles ! Kuon tâtonna sa ceinture à la recherche du plus gros des trois tournevis en sa possession et commença à replacer le tuyau. C'aurait été un jeu d'enfant s'il n'était pas à l'envers et qu'il ne se maintenait pas par la seule force de ses jambes... Bah, ça fait les muscles au moins. :

-Hey le crétin, t’as fini de faire le touriste ?

Ah bah c'est l'moment tiens ! Les jambes commençant à trembler, Kuon aurait préféré faire le touriste. Il finit de visser, vérifia la solidité de l'attache, remis son tournevis en place, glissa le long du tuyau, récupéra la caisse à outil et se jeta dans le vide. Il se retrouva à quelques pas devant le machiniste... Hmm, là, s'il se fait pas engueuler, il a vraiment le cul bordé d'nouilles. :

-Oui m'sieur. Et j'ai trouvé une caisse oubliée.

Et lui dire qu'il avait tripoté un tuyau ? Naaan... Laissons-le imaginer que les ouvriers ont fait leur boulot avant de partir. Dire qu'il vient d'arriver et qu'il y a un boubourse qui lui en doit déjà une !... S'il s'prend pas un coup de massue dans la poire...



Spoiler:
 
avatar
Pirate

On m'appelle Ben Roberts


Infos Personnage
RANG: Jassau Le Baron Noir, Kuon Tronche-de-Cambouis, Toma la Teigne, Zechariah Kurljones
VILLE & APPARTENANCE : Le Pourfedeur des Vents
MON AGE : 33
Masculin
MESSAGES : 62
AGE : 29
INSCRIT LE : 12/10/2014
PSEUDO HABITUEL : Fraz
Joyaux : 46
http://www.ile-joyaux.com/t2692-carnet-de-bord-du-machiniste http://www.ile-joyaux.com/t2646-ben-roberts-le-machiniste
Posté dans Re: [RPFB] Coups de massues et une tasse vide   - Mer 1 Juil 2015 - 4:39

Ayant interpellé le nouvel abrutit de première à bord du Pourfendeur sans recevoir une réplique immédiate, notre machiniste se serait presqu’énervé. Heureusement pour tous ceux à bord, surtout le morveux, avec une bonne tasse entre les mains de Saia fraichement faites, ce cher Monsieur Roberts devenait presque sociable. S’il y a encore des gens qui doutent du pouvoir de ce délicieux breuvage, vous n’avez qu’à leur présenter le machiniste avant et après qu’il ait bu une bonne tasse, il s’agit d’un homme différent… enfin, un peu. Il possède toujours se ton de gros grognon dans sa voix, il vous enverra sans doute voir à Korrul s’il y est, mais au moins les risques qu’il vous fout une baffe est grandement réduit. Bon, quand on y pense un peu cette réduction au niveau du risque est principalement lié au fait qu’il a une tasse entre les mains et que celui-ci ne souhaite pas échapper une seule goûte, mais c’est tout de même une amélioration. Cela dit, il attendait toujours que le morveux qui jouait au touriste soit de retour, ou du moins qu’il lui réponde.

On pourrait sans doute blâmer le silence sur le bruit de la machinerie, mais puisque la plupart des machines ici étaient éteintes. De plus, même lorsqu’en état de marche, avec tout le bruit de celle-ci, lorsque ce cher Ben gueulait, celui-ci était entendu. Donc, ce petit morveux ne possédait donc aucune raison de ne pas répondre. Ah ces foutu touriste quoi ! Alors que le machiniste s’apprêtait à tenter de retrouver ce pauvre con, le voilà qu’il refaisait enfin surface apportant avec lui un petit cadeau. Oh mais qu’avait-il là entre les mains ?

‘’ Oui m'sieur. Et j'ai trouvé une caisse oubliée.’’

Jetant un coup d’œil à la dite caisse, notre vieux grognon remarqua alors qu’il s’agissait d’une caisse d’outil…

‘’C’est une caisse d’outils, tu croyais trouver quoi dans la salle des machines, des Lesbos en peluches? À moins qu’elle sorte de ton cul j’vois pas ce qu’il y a de si extraordinaire à ça’’

Termina-t-il en prenant une des grosses clefs à molette avec sa main libre. Non mais, allait-il perdre son temps comme ça à chaque fois qu’il trouve un foutu boulon ? Observant les outils, qui n’étaient pas les siens, le machiniste se demandait bien pourquoi le petit con en face de lui avait cru important de lui montrer sa trouvaille.





Synchrophony, Heart of the machine - The machinist's theme
avatar
Pirate

On m'appelle Kuon Tronche-de-Cambouis


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Vanylle - Pourfendeur
MON AGE : 15 ans
Masculin
MESSAGES : 14
AGE : 24
INSCRIT LE : 01/12/2014
PSEUDO HABITUEL : Wrath
Joyaux : 0
http://www.ile-joyaux.com/t2699-kuon-tronche-de-cambouis-l-apprenti-mecano#59479
Posté dans Re: [RPFB] Coups de massues et une tasse vide   - Lun 21 Sep 2015 - 6:57

Kuon laissa une micro-expression assombrir son visage. De l'agacement. Bien sûr qu'il savait où il se trouvait... Mais jamais il n'avait vu des outils traîner ainsi. Fallait-il s'étonner au final, si le Pourfendeur était aussi délabré ? Se retenant de faire une leçon qu'il n'avait pas à faire à son patron, il expliqua son point de vue. :

-'Scusez m'sieur. Mais j'ai appris qu'il fallait tout autant prendre soin des machines que de ses outils, et qu'il fallait pas les faire traîner n'importe où.

Il tapota sa ceinture où se trouvait tous les outils qu'il avait gagné à force de sueurs et de durs labeurs. Jamais il ne s'en séparait et il en prenait soin quasiment tous les soirs. :

-Mais si l'on se doit d'agir autrement sur ce vaisseau. J'obtempère.

Il posa la caisse et croisa les bras. Autant montrer, d'une pierre deux coups, qu'il n'était pas stupide et qu'il pouvait être une bonne patte s'il le fallait. Cet homme, qu'il le veuille ou non, était son nouveau patron. Et Kuon n'allait jamais remettre en question ses ordres et ce qu'il allait lui apprendre... On ne l'empêchera jamais de penser, mais pour survivre, il savait qu'il fallait être un "bon garçon". :

-Bref, vous me cherchiez, me voilà. Avez-vous besoin de moi ?



Spoiler:
 

On m'appelle Contenu sponsorisé

Posté dans Re: [RPFB] Coups de massues et une tasse vide   -

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum