AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
» Communication externe
par Loth de la Vision Mar 21 Juin 2016 - 15:06

» Réversa [ TOP ]
par Invité Ven 27 Mai 2016 - 8:21

» Le monde de Dùralas
par Invité Jeu 26 Mai 2016 - 7:00

» Anthalia
par Invité Dim 22 Mai 2016 - 15:17

» Marbrume, La Cité des Damnés
par Invité Lun 16 Mai 2016 - 15:07

» Questionnaire pour soutenir infinite RPG !
par Invité Sam 14 Mai 2016 - 17:33

» Escalus
par Invité Jeu 12 Mai 2016 - 9:02

» Mass Effect : Reborn
par Invité Mar 10 Mai 2016 - 15:00

» Forum en pause
par Asàf Lysereän Mar 10 Mai 2016 - 13:47


Invité

On m'appelle Invité

Posté dans [RPFB] Règlement de compte   - Jeu 12 Fév 2015 - 12:03

Il y avait peu de chose que Ravena supportait, trop peu patiente et bien trop exigeante. Mais une chose passait au dessus de tout le reste, c'était la lâcheté et le mensonge. Rien en ce monde ne pouvait rendre cette femme de plus mauvaise humeur et c'était pire depuis sa grossesse, depuis que les hormones mettait à mal ses émotions et sa patience. Alors quand sa cousine avait de nouveau pris la fuite en prétextant un mensonge, imposant au couple Ondeluire une humeur maussade et inquiète, il était clair que Miobë allait en payer le prix. D'abord inquiète et angoissée, très vite Ravena fut finalement submergée par la colère, la fureur. Oh elle savait très bien que Miobë finirait par réapparaître, peu importe qu'elle revienne d'elle-même ou bien qu'Esheban lui mette la main dessus... Quand ce moment viendrait, alors la pauvre Midelaine risquait de subir les foudres les plus virulentes de sa cousine.

Et cet instant venait d'arriver. De retour depuis la veille, Ravena n'avait pas croisé sa cousine et avait su les grandes lignes de cette histoire par Esheban, chose qui n'aidait en rien la nouvelle madame Ondeluire à garder son calme. Pourtant, face à son mari elle était restée d'un calme olympien, répliquant simplement : « elle est en bonne santé, c'est tout ce qui compte. » Une seule et unique phrase qui vivrait de rage contenue et c'est bien pour cela que Ravena n'avait pas été de suite à la rencontre de Miobë. Non, cela aurait été une très mauvaise idée, Ravena savait qu'elle aurait eu un comportement plus que virulent vis à vis d'elle et puis le faire avec Esheban dans les parages aurait été une grave erreur... Attendre que l'Ondeluire quitte le domaine pour parler à la Mideleine.

Ravena avait passé la matinée enfermé dans son atelier à dessiner. Son nouveau travaille était prenant et particulièrement plaisant. Plus qu'un job, cette activité auprès des Ondeluire était un exutoire à toutes forme d'émotions négative, pourtant ce matin là, rien ne réussit à apaiser Ravena qui arracha la feuille à son support avant de la chiffonner dans un gémissement de rage et de la jeter au sol avec les autres croquis jugés raté. La jeune femme serra les dents, observant les multitudes de chiffonnades sur le sol, réfléchissant... Cette situation ne pouvait pas durer plus longtemps, elle avait bien trop de chose sur le cœur qu'il était temps que Miobë entendre. Pour leur bien à toutes les deux.

Sans attendre, la Dame Ondeluire quitta l'atelier, claquant la porte derrière elle et fila à travers la demeure pour rejoindre la chambre prêté à sa cousine. Rapidement son poings se ferma et ses phalanges heurtèrent le bois de la porte et sans même attendre une réponse, Ravena ouvrit la porte et entra avant de la refermer d'un claquement qui annonçait des retrouvailles peut réjouissante. Son regard violine se posa sur la silhouette de sa cousine... Ce regard qu'elle avait... était identique à celui de son père. D'une froideur effrayante, presque inhumaine, comme si elle s'apprêtait à perpétrer un acte ignoble... Mais rien de tout cela évidement. Juste cette haine qui suintait de tout son être, ces yeux qui en disait long sur son ressentiment alors qu'une soudain, sa voix brisa le silence.

« Oh ne me regarde pas comme ça Miobë, tu sais parfaitement pourquoi je suis là. Et ne t'avise même pas de répliquer d'une quelconque manière qui soit parce moi je ne suis pas Esheban, il est hors de question que je te plaigne en quoi que ce soit. »

A cette instant, la seule chose dont Ravena avait envie, c'était de voir sa paume heurter avec force la joue de Miobë, sentir de nouveau cette sensation qu'elle avait ressentir lors de ce repas en famille qui avait fini en eau de boudin. Au jeu de cela, la jeune femme resta droite, du moins autant que possible au vue de sa condition, son ventre rond ne pouvait plus être caché à présent. La belle fit un pas en avant et siffla tel un serpent, d'une voix menaçante.

« Je savais que te pardonner était une erreur, je le sentais au fond de moi....jamais je n'aurais dû te faire confiance. J'ai été sotte de suivre Esheban sur cette voix... Tu ne mérites pas l'attention que l'on te porte.... tu agis comme une enfant égoïste et niaise. »

Un rire nerveux effleura les lèvres de Ravena qui détailla sa cousine avec dédain. Oh bon sang comme elle avait envie de la frapper... C'était à se demander finalement si Ravena avait vraiment changé, il faut dire aussi que Mio avait l'art grandiose de mettre sa cousine dans tous ses états.
avatar
Marchand

On m'appelle Miobë Marchebois


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Gernie
MON AGE : 24 ans
Féminin
MESSAGES : 352
AGE : 24
INSCRIT LE : 27/01/2013
PSEUDO HABITUEL : Mowiel Solverre
Joyaux : 187
http://www.ile-joyaux.com/t2388-journal-de-bord-de-miobe-shei-arcath http://www.ile-joyaux.com/t1330-miobe-shei-arcath#35147
Posté dans Re: [RPFB] Règlement de compte   - Dim 15 Fév 2015 - 6:08

La jeune femme quelque peu déconcertée par l'accueil de sa cousine, ouvrit quasi machinalement le petit coffre au pied de son lit, plongea ses mains à l'intérieur, effleura les tissus fluides et soyeux, et sans même choisir, se saisit au hasard d'une robe en velours, avant de disparaître derrière le paravent en bois délicatement travaillé. Elle était pâle, émaciée et fatiguée. Ses yeux sombres semblaient vides de toute expression. Elle n'avait pas réussi à dormir une seule nuit complète depuis le décès de Jack, faisant fi de sa santé au profit de vaines recherches. Ravena, figure féminine du monde Marchand, n'avait pas à la voir ainsi dépareillée, tout juste vêtue de sa tenue de nuit et les joues creusées par le chagrin.

- Que puis-je te dire que je n'ai pas dit à ton époux, Ravena ? riposta-t-elle d'une voix agacée. Je vous ai menti, à tous les deux, et je m'en excuse.

Elle avait été, auparavant, d'une beauté et d'une élégance époustouflante. Il n'y avait qu'à voir le portrait que lui avait peint Jack Belfort, il y a de cela trois longues années. Sa chevelure flamboyantes et son interminable robe verte incrustées de pierres précieuses, avait fait plus d'âmes jalouses à Gernie que n'en feront jamais d'autres robes. Aujourd'hui, cette même robe ne faisait qu'accentuer le ternissement de son visage. Renonçant à se coiffer, la jeune femme sortit de sa cachette, et fit face à sa cousine.

- Tu aurais fait exactement la même chose s'il s'agissait d'Esheban. Parce que j'étais prête à tout pour retrouver mon ami, parce que je souhaitais être libre de mes mouvements et aller jusqu'aux tréfonds du banditisme pour ...le revoir, je vous ai menti. Je vous ai trahi, et je ne regrette rien. Je ne regrette rien, tu m'entends ?

Ravena était belle. Même la colère la rendait belle.

- J'ai fait ce que je croyais juste.

 
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: [RPFB] Règlement de compte   - Dim 15 Fév 2015 - 7:31

Miobë n'était plus que l'ombre d'elle-même. C'était à la fois horrifiant et désopilant de la voir ainsi. Pourtant Ravena ne laissa rien paraître, stoïque face à sa cousine, elle se contenta de l'observer de bas en haut avec une lueur de dédain dans le regard. Des excuses, encore des excuses... C'était bien beau tout ça mais la marchande s'en fichait, ce qu'elle voulait elle c'était du changement, de véritables actes, pas de vaines paroles qui ne faisaient qu'attiser sa colère encore plus. Dans un grincement de dent qui trahissait son agacement, Ravena s'approcha de sa cousine, saisissant un pan de sa tenue de nuit et l'examina avant de le relâcher avec un mouvement agacé. Les suppositions de Miobë furent de trop et sa cousine empoigna brusquement son menton, approchant son visage pour la toiser d'un regard assassin, sifflant d'une voix menaçante.

« Tais-toi... De quel droit me juges-tu ? Je t'interdis de supposer quoi que ce soit me concernant. Tu ne me connais pas Miobë. Je me fiche de ce tu voulais chère cousine... Ce que je peux te dire en revanche c'est que nous t'avons fait confiance, nous t'avons protégé en dépit de ta lâcheté... »

Un rictus se dessina furtivement sur les lèvres de Ravena qui était à deux doigts de l'explosion. Ses doigts se resserrèrent sur la mâchoire de Miobë, si fort que ses ongles y laissèrent une marque sur sa peau, chose sans aucun doute douloureuse vu l'état de faiblesse de la pauvre Marchebois. D'un coup, Ravena poussa Miobë en arrière, la libérant de sa poigne et lui tourna à demi le dos, détaillant la pièce puis jeta de nouveau un regard assassin à sa cousine.

« Si ça ne tenais qu'à moi... Tu serais déjà chez ton père à cette heure-ci. Esheban est trop bon avec toi... Toujours à vouloir te protéger... N'en as-tu pas marre de toujours le mettre à cran, d'aller pleurer dans ses bras et quémander sa pitié ? »

Un pas, un second et enfin un troisième. La distance qui séparait les deux fut annulé en quelques secondes à peine et Ravena coinça sa cousine contre le mur, l'empêchant de fuir  en plaquant ses mains à plat sur le mur de chaque côté de la tête de Miobë.

« Tu n'as pas changé... Toujours aussi faible... Déjà enfant, la seule façon que tu avais de te cacher pour ne pas avoir à assumer tes fautes... c'était celle là. Pleurer, et te faire prendre en pitié. Tu me dégoûtes... Et tu sais pourquoi ? Pas seulement parce que ta façon de te comporter me rend malade, mais parce que MON mari, pendant que tu fais ton numéro de martyr incomprise est trop occupé à devoir te gérer et te consoler... Alors qu'il devrait s'occuper de moi qui suis enceinte et accouchera dans quelques mois. »

Le silence retomba. Colère et jalousie animaient chaque geste et parole de Ravena. Si Miobë avait cru s'en tirer si facilement parce qu'Esheban était trop bon pour lui en vouloir plus de cinq minutes, elle était loin de se douter de ce qui lui pendait au nez. Retirant ses mains, Ravena se détourna de sa cousine et lâcha froidement.

« Mais... Tu n'es pas une cause perdu ma cousine. A partir de maintenant et tant que tu vivras sous ce toit... je vais m'occuper de toi. Tu as intérêt à te tenir tranquille et à m'obéir ou bien je te jure sur la tête de mon enfant à naître que je te donnerai une bonne raison de pleurer. »

Lâchant un soupir, la Dame Ondeluire fit un geste vers sa cousine et s'assit dans un siège moelleux, soulageant ainsi son dos et son ventre qui semblait peser une tonne.

« Et cela commence dès maintenant. Tu vas te laver et vite, puis t'habiller, je me chargerais de te coiffer. Ensuite tu m'accompagneras à mon atelier et nous commencerons... Par t'éduquer. Je vais faire de toi une femme forte Miobë. »
avatar
Marchand

On m'appelle Miobë Marchebois


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Gernie
MON AGE : 24 ans
Féminin
MESSAGES : 352
AGE : 24
INSCRIT LE : 27/01/2013
PSEUDO HABITUEL : Mowiel Solverre
Joyaux : 187
http://www.ile-joyaux.com/t2388-journal-de-bord-de-miobe-shei-arcath http://www.ile-joyaux.com/t1330-miobe-shei-arcath#35147
Posté dans Re: [RPFB] Règlement de compte   - Lun 16 Fév 2015 - 7:10

- Tu te trompes, Ravena ! Les larmes que j'ai versées n'étaient pas pour ton mari. Elles étaient pour mon ami ! Tu peux me reprocher mes mensonges et la dangerosité de mes actes, mais pas la peine que je ressens. Est-ce de la lâcheté, de la faiblesse, que de pleurer la mort d'un être cher ? Godrikh t'a-t-il arraché le peu d'humanité qu'il te restait ?

Ses yeux s'assombrirent et elle serra convulsivement la mâchoire.

- Je ne te connais pas parce qu'il t'a arraché à moi il y a dix ans.

Gagnée par l'émotion, Miobë s'empressa de rejoindre la salle d'eau. Une fois dévêtue, elle descendit les marches du petit bassin. Un frisson la parcourut au contact de l'eau chaude sur ses pieds froids. Lasse, elle se glissa dans l'eau avec délice, le corps détendu pour la première fois depuis bien longtemps. Différents flacons étaient soigneusement posés sur le rebord du bassin. La jeune femme les ouvrit un à un, en sentit les divers parfums, parfois doux et fruités, parfois plus âpres et épicés, mais toujours agréables, comme l'odeur entêtante des cheveux sa jeune cousine.

Au sortir du bain, Miobë se regarda dans le miroir. Elle revêtit une longue robe bleu clair, garnie de dentelles, avec un long nœud bleu marine au creux de la poitrine. Une robe qu'elle n'avait pas porté depuis plusieurs longues années, et qui lui avait été offerte par sa mère, à l'une de ses visites au Domaine Marchebois. Celle-là même que Déolin avait complimenté, à l'occasion de l'un des bals donné par la famille Shei'Arcath au début d'un hiver rigoureux.

Lorsqu'elle se présenta face à sa cousine, elle se sentit mal à l'aise.
Ravena était comme une soeur pour elle. Mais sa peau blanche et pure, ses rondeurs désirables et le feu de son regard lui rappelaient à quel point elle avait dépéri, tandis que sa propre cousine faisait face et se préparait à donner la vie. Un enfant...

- Je ne suis plus celle que j'étais enfant.

Portant sa main à sa joue, comme si le souvenir de la gifle qu'elle avait reçue resurgissait, elle glissa, d'une voix faible :

- Si j'avais su, à cette époque, les conséquences qu'auraient cette gifle et mes paroles, je n'aurais pas...j'aurais fait taire ma douleur et essayé de soulager la tienne.

Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: [RPFB] Règlement de compte   - Lun 16 Fév 2015 - 7:56

« Godrikh t'a-t-il arraché le peu d'humanité qu'il te restait ? »

Immobile Ravena resta dans son siège à fixer sa cousine sans un mot. Bien qu'elle ne semblait pas perturbée outre mesure par les paroles de sa cousine, intérieurement c'était une autre histoire. Cette question était légitime après tout, la Mideleine avait l'art de se montrer sous son plus mauvais jour, mais si Miobë pensait que sa cousine manquait cruellement d'humanité, elle était bien loin de la vérité. Esheban lui même avait été témoin du meilleur comme du pire venant de son épouse, toute une nuance de caractères et d'émotions qui montrait au contraire, à quel point elle était humaine.

Pendant que Miobë se préparait, suivant les directives de sa cousine, celle-ci n'avait pas bougé, attendant patiemment. La colère était redescendue, les paroles de Miobë n'étaient pas tombées dans l'oreille d'un sourd et malgré sa colère, Ravena avait bien compris la détresse de son aînée et était toute disposée à s'occuper d'elle comme il le faudrait. Lorsque Miobë refit son apparition, magnifique dans une jolie bleu qui lui allait parfaitement au teint, Ravena se leva de son siège, dardant sur elle un regard imperturbable. Le calme était revenu et les deux jeunes femmes semblaient enfin enclines à discuter. A nouveau Miobë fit part de ses sentiments, sa culpabilité qui n'avait pas lieu d'être... Levant la main, Ravena vint effleurer la joue pâle de sa tendre cousine et souffla.

« C'est faux Miobë, cela n'a jamais été de ta faute. Je n'avais pas à te frapper, peu importe que nous étions des enfants... Tu ne pouvais pas savoir pour mon frère, tout comme j'avais refoulé la vérité au fond de mon esprit. Je sais comme je peux être cruelle parfois, mais je ne te laisserai pas prendre la responsabilité de cela... Ce n'est qu'un vieux souvenir Mio, un souvenir dont tu te sers pour te faire du mal. Laisse cela au passé, nous avons bien grandi et avons beaucoup de temps à rattraper. »

Soupirant longuement, Ravena  guida Miobë jusqu'à la coiffeuse et la fit s’asseoir avant de glisser ses doigts dans l'épaisse chevelure de celle-ci. Leur ressemblance était frappante, on aurait presque pu les croire sœurs. Se penchant par dessus l'épaule de sa cousine, Ravena s'empara d'une brosse et en douceur, commença à peigner la tignasse de la jolie brune, tout en murmurant.

« Je sais que mes colères en disent long sur mon caractère... Mais tu dois comprendre que ton mensonge nous a rendu inquiet Mio. S'il t'étais arrivé quelque chose ? Qu'aurions nous fait ? Pourquoi ne pas avoir parlé tout simplement ? Tu sais qu'Esheban a l'esprit très ouvert, il est ton ami et de ce fait tu peux tout partager avec lui. »

La brosse fut reposée et la chevelure tressée avec soin, pas trop serrée, laissant quelques mèches libres tomber de chaque côté du visage de la belle Miobë puis Ravena vint à glisser quelques décorations dans cette chevelure brune et rebelle.

« La vie n'est pas facile il est vrai, je mentirais en disant comprendre ce que tu ressens car je ne l'ai pas vécu... Mais cela ne veux pas dire que je ne suis pas apte à écouter ce que tu as sur le cœur miobë, tu peux parler avec moi au même titre que mon mari. Crois-tu un instant que je te laisserais te mettre en danger comme ça ? Ton mensonge est une chose.... mais ça ma chérie, je ne l'accepte pas. »

Ravena contourna la chaise et pencha le visage pour plonger son regard lavande dans celui de sa cousine avant de murmurer.

« Tu es plus forte que tu ne le penses Mio et bien que tu sois triste de ce qui t’es arrivé, tu as toutes les cartes en mains pour le surmonter. Tu n'es pas seule, nous sommes là, avec toi... Pour t'aider. Alors aujourd'hui je vais me consacrer à toi, nous allons te changer les idées et je vais te reprendre en mains pour que tu apprennes à être forte. Es-tu ? Me fais-tu confiance ? »
avatar
Marchand

On m'appelle Miobë Marchebois


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Gernie
MON AGE : 24 ans
Féminin
MESSAGES : 352
AGE : 24
INSCRIT LE : 27/01/2013
PSEUDO HABITUEL : Mowiel Solverre
Joyaux : 187
http://www.ile-joyaux.com/t2388-journal-de-bord-de-miobe-shei-arcath http://www.ile-joyaux.com/t1330-miobe-shei-arcath#35147
Posté dans Re: [RPFB] Règlement de compte   - Dim 22 Fév 2015 - 6:54

- Esheban a essayé de me le dire, mais j'étais trop aveuglée par la colère et le chagrin pour l'entendre. Puissiez-vous un jour me pardonner d'avoir été aussi sourde et aveugle...puissiez-vous me pardonner mon ingratitude.

Miobë ne pouvait s'empêcher de penser qu'elle s'était montrée égoïste en cachant la vérité à Esheban et Ravena. Mais d'un autre côté, sa rencontre avec le tanneur, l'Intendant d'Eyros et Valérian n'aurait pas eu lieu si les Ondeluire s'étaient mêlés de ses affaires. Sans doute auraient-ils trouvé les réponses à ses questions au travers d'autres personnalités. Mais ne dit-on pas que dans le silence et la solitude, on n'entend plus que l'essentiel ?

Son tête-à-tête avec Valérian en était la preuve.
Il avait en sa possession plus de moyens que les Marchands ne voulaient bien lui donner. Il était riche, passionné et déterminé. Et si Miobë ne connaissait pas les véritables raisons de son dévouement, elle n'en était pas moins reconnaissante. Mais aujourd'hui, les recherches qu'il menait dans le plus secret ne lui apportaient plus aucun intérêt. Du moins, essayait-elle de s'en persuader depuis qu'elle avait fait le choix difficile d'accepter la mort de Jack.

- Je te fais confiance, Ravena.

Ses lèvres dessinèrent un pli amer. Du rêve à la réalité, il n'y a qu'un pas ou presque car la tâche allait être rude pour parvenir au résultat escompté par le couple Ondeluire. Elle allait devoir apprendre à lâcher prise, à faire confiance.

- Je te fais confiance plus que je n'ai jamais fait confiance à quiconque dans ma vie.

Miobë se redressa et posa sa main sur le ventre rond de sa cousine.

- Mais ne fais guère plus que nécessaire. Pense avant tout au bien-être de l'enfant. Je m'en voudrai pour le restant de mes jours si par ma faute il vous arrivait quelque chose, glissa-t-elle, la voix tremblante.
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: [RPFB] Règlement de compte   - Mar 24 Fév 2015 - 5:14

Miobë semblait s'en vouloir sincèrement. C'était une bonne chose car cela signifiait qu'elle prenait conscience de ses erreurs et souhaitait arranger les choses. Ainsi donc les deux femmes étaient enfin partie pour faire avancer cette histoire. Lorsque la main de Miobë se posa sur le ventre de Ravena, celle-ci posa à son tour sa main sur la sienne et la caressa en douceur, couvant sa cousine d'un regard particulièrement doux. Elle ignorait encore que Miobë n'arrivait pas à enfanter, elle ne savait rien du malheur que cela provoquait chez elle mais la Mideleine murmura.

« N'oublies jamais que tu n'es pas seule ma chérie... Nous sommes là pour te soutenir, peu importe les épreuves que tu subis. Nous sommes une famille et on se protège les uns les autres. »

Elle saisit les épaules de Miobë et l'attira à elle pour l'étreinte tendrement, caressant la tresse qu'elle avait soigneusement coiffé.

« Je suis désolé de mettre mise en colère tout à l'heure, j'étais furieuse et je me contrôle très mal... Pardonne moi de t'avoir effrayé. »

Elle recula le visage et sourit à sa cousine, effleurant sa joue de ses doigts fins.

« Bon, le programme de la journée ! Pour commencer on va aller dans mon atelier et tu vas laisser libre court à ton imagination. Je veux que tu évacue tous ce qui te ronge, je veux que tu m'expliques tout ce qui s'est passé. Tu as besoin de parler Miobë... Et rien ne vaut une toile et de la peinture pour se défouler ! Si ce n'est une personne sur qui frapper. »

Un rire léger s'échappa de la gorge de Ravena qui glissa sa main dans celle de sa sublime cousine et la tira hors de la chambre tout en continuant.

« Ensuite nous irons prendre le repas ensemble, Esheban n'est pas là de la journée, nous serons donc seules. Après cela... Une balade au jardin, tu viendras t'occuper de mon potager avec moi... Pour finir, nous irons nous prélasser au terme du domaine.Tu verras c'est divin. Puis nous attendrons le retour d'Esheban, prendrons le repas avec lui dans la bonne humeur comme une vraie famille. Et demain je t'emmène en ville pour faire les boutiques. »

Tout le long, les deux femmes n'avaient cesser de marcher jusqu'à ce que l'atelier soit enfin là. Ravena ouvrit la porte et entra, souriant à Miobë. La pièce était petite et pleine à craquer. Traversa la pièce, des cordes formaient des lignes au dessus de leur tête sur lesquelles étaient accrochées des dessins en tout genre. Les murs aussi était parsemé de feuille où des croquis réaliste étaient représentés. Ravena semblait immortalisé tout ce qu'elle voyait, son atelier était un véritable musée. Saisissant un chevalet, elle le déplia et le posa avec un chaise haute.

« Voilà, installe toi ici, je vais te chercher de la peinture. »

Souriant toujours plus, sa mauvaise humeur était définitivement passé et la jeune madame Ondeluire pétillait de joie de vivre, heureuse de partager ce petit moment avec Miobë. Saisissant une palette, elle y déposa une dizaine de couleur différente puis s'approcha de miobê avec un sourit pétillant.

« Tiens, prends ç... »

Pas le temps de finir sa phrase que Ravena se prit les pieds dans le second chevalet à sa droite, trébuchant et s'écroula à demi sur sa cousine. Dans un gémissement, la jeune femme fixa Miobë avant de reculer. Dans sa chute, la palette avait littéralement atterri sur la jolie robe de sa cousine, la teintant d'une multitude de couleurs qui coulaient le long de son corsage. Ravena plaqua sa main sur sa bouche, le regard alarmé. Sa poisse avait encore frappée.
avatar
Marchand

On m'appelle Miobë Marchebois


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Gernie
MON AGE : 24 ans
Féminin
MESSAGES : 352
AGE : 24
INSCRIT LE : 27/01/2013
PSEUDO HABITUEL : Mowiel Solverre
Joyaux : 187
http://www.ile-joyaux.com/t2388-journal-de-bord-de-miobe-shei-arcath http://www.ile-joyaux.com/t1330-miobe-shei-arcath#35147
Posté dans Re: [RPFB] Règlement de compte   - Mer 25 Fév 2015 - 15:52

Ignorant les mille et unes couleurs coulant le long de sa jolie robe bleu clair, Miobë accourut auprès de sa cousine, le visage inquiet. Sa grossesse la rendait plus belle encore, mais aussi plus pénible. Jamais elle n'avait vu de future mère faire preuve de si peu de prudence !

- Ravena, ne me fais plus jamais de peur pareille !

Le souffle court, pressée d'entendre de la bouche de sa cousine que tout allait pour le mieux, Miobë l'inspecta sous toutes les coutures, veillant à ce qu'elle et l'enfant n'aient rien. Finalement rassurée, elle se laissa glisser à ses côtés, chassant de son esprit les terribles images qui lui avaient traversées l'esprit lorsqu'elle l'avait vu trébucher.

- Cette robe a coûté une fortune, déplora-t-elle.

Malgré elle, elle se mit à rire : d'un rire si chaleureux et si gai qu'elle en oublia ses tourments ; d'un rire enjoué, amical, et tellement sincère, sans aucune arrière-pensée, le rire d'une femme épanouie, comme elle l'avait été autrefois, avant de porter le nom des Shei'Arcath.

- Que dirait mon père s'il me voyait ainsi ?

Glissant sa main dans les teintes bleutées et rougeoyantes, Miobë s'amusa à dessiner sur le visage de sa cousine les jolies ailes d'un papillon, s’esclaffant lorsque sa créativité s'égarait, rougissant lorsqu'elle se retenait, non sans mal, de faire d'elle une bête de foire.

Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: [RPFB] Règlement de compte   - Dim 1 Mar 2015 - 3:02

La panique de Miobë étonna Ravena qui la fixa avec un regard rond. Elle ne réalisa pas immédiatement que cette peur était surtout envers le bébé mais quand enfin l'illumination arriva, la mideleine sourit tendrement, s'agrippant à sa cousine et souffla.

« Tout vas bien... Je te l'assure Miobë. Mais ma poisse n'a pas changé depuis notre enfance... Savais-tu que la première fois que j'ai rencontrer Esheban, je me suis prit les pieds dans le tapis et me suis étaler de tout mon long à ses pieds ? »

Un rire amusé s'échappa de ses lèvres alors qu'elle tentait de changer les idées de sa cousine. C'était un souvenir amusant qui pouvait détourner sa cousine de sa panique vis à vis de son enfant à naître. Il n'y avait pas de quoi s'alarmer mais Miobë semblait nourrir un instinct conservateur vis à vis de Ravena. L'ambiance se détendit alors que la mideleine s'inquiéta enfin de sa robe, insistant sur le fait qu'elle coûtait une fortune et Ravena haussa les épaules, comme si de rien n'était.

« Je la trouve plus jolie comme ça. Au pire on t'en prendras une qui coûte le double. »

Un nouveau rire retentit et disparu aussi vite qu'il était arrivé alors que les doigts de Miobë vinrent à dessiner sur la peau de nacre de sa cousine à l'aide de la peinture. Arquant un sourcil, Ravena l'observa et la laissa faire. Ce simple moment de tendresse semblait redonner à la pauvre Miobë une certaine joie de vivre... C'était drôle de voir comme ressemblait à cette enfant qu'elle avait vue douze ans plus tôt. Si Miobë était à présent une femme, sa candeur et sa douceur lui donnait ce petit quelque chose d'enfantin qui lui allait à merveille. Ravena pouffa et souffla.

« Mais non, tu ne t'y prends pas comme il faut, regarde, c'est comme cela que l'on fait ! »


Posant sa main dans la main, elle vint ensuite la plaquer d'un coup net mais sans brusquerie sur le visage de la pauvre Miobë qui ne s'était sans doute pas attendu à ça. Ravena retourna sa main et observa la marque de sa paume marqué à la peinture verte sur le visage de sa cousine et lâcha un rire amusé.

« OH par Vama, tu devrais voir ta tête Miobë, ça vaut tout l'or du monde ! Oh je suis sur qu'avec ça tu vas faire fuir tout le monde !!! »
avatar
Marchand

On m'appelle Esheban Ondeluire


Infos Personnage
RANG: Chef de la famille Ondeluire - Admin
VILLE & APPARTENANCE : Errande
MON AGE : 32 ans
Féminin
MESSAGES : 290
AGE : 23
INSCRIT LE : 27/01/2013
PSEUDO HABITUEL : Harrods
Joyaux : 949
http://www.ile-joyaux.com/t1329-esheban-ondeluire
Posté dans Re: [RPFB] Règlement de compte   - Dim 8 Mar 2015 - 6:49

Le voyage à Vuulte qu’avait entrepris Esheban avait été de courte durée. Du moins, plus rapide qu’il ne l’aurait pensé. Et ce n’était pas une mauvaise chose, bien au contraire. Le contrat qu’il était venu faire signer, avait convaincu le client avec succès, sans qu’il ait besoin d’user de toute une palette d’arguments et de justifications parfaitement préparée à l’avance. Il n’avait eu qu’à tendre le papier, le récupérer, trinquer à l’occasion et repartir pour le spatioport où Rhodelia ne l’attendait pas avant le lendemain soir. Durant le trajet qui avait duré toute la nuit, l’errandais s’était laissé bercer par la conduite de la vivenef, un de ses moments favoris. Ils avaient longuement parlé, de tout et de rien, mais aussi de la grossesse de Ravena qui arrivait bientôt à son terme. De cela, il était impatient, tout comme de la revoir. Elle serait sûrement surprise de le voir rentrer plus tôt que prévu, et il imaginait déjà des retrouvailles chaleureuses, comme elle le faisait si bien. Miobë aussi, était au domaine Ondeluire. Elle ne l’attendait pas forcement, mais il se sentirait plus rassuré à l’idée d’être auprès des deux femmes “fragiles” qui vivaient auprès de lui et qu’il avait laissé seules, aux mains des valets et du reste de la famille présente.

Rhodelia accosta à Errande dans la matinée. Aussitôt, une horde de technicien et de domestiques se ruèrent vers eux, les premiers pour bichonner le vaisseau après un long voyage, et le remettre au hangar; les seconds pour emmener leur maître jusqu’au Manoir. Celui-ci se laissa guider avec un sourire, ne faisant qu’un bref arrêt dans son bureau pour y déposer les documents importants, et reprit ensuite la route de ses appartements. Il y entra seul, mais le resta en découvrant la grande chambre vide. Il haussa un sourcil. Ravena était sûrement dans le jardin, ou dans son atelier. Par curiosité, il monta jusqu’aux pièces réservées à Miobë et n’entendant personne lui répondre quand il frappa, il se permis d’ouvrir. Vide aussi. Étrange, à moins ce que les deux cousines ne se soient retrouvées, et dans ce cas là, Esheban avait de fortes chances de craindre le pire. Il connaissait assez son épouse pour savoir que la fuite de la midelaine n’avait en rien calmé ses hormones de grossesse. Il soupira pourtant, ironisant sur le fait que si l’une d’entre elle avait péri dans un crêpage de chignon, il aurait été mis au courant dès son arrivée. Retournant dans sa chambre, il prit le temps de plonger dans un bain chaud et relaxant, lui faisant presque oublier qu’il n’avait pas dormi depuis l’avant-veille.

Quand il descendit dans l’immense hall, il fit appeler la gouvernante Merilla et s'enquit de la présence de Ravena et Miobë. La vielle femme qu’il portait dans son coeur, comme un membre de sa propre famille, lui indiqua que les deux cousines avaient été aperçues se dirigeant vers les ateliers. Sans hésiter, l’errandais prit donc la même direction, profitant au passage du paysage hivernal qui prenait petit à petit, possession du domaine et de ses alentours. Finalement, il se retrouva devant la porte de l’atelier et la poussa, avant de s’arrêter net. Un sourire s’étira aussitôt et éclaira son visage, avant qu’il ne croise les bras sur la poitrine. Son regard émeraude s’attarda sur les deux jeunes femmes qui s’amusaient avec de la peinture et qui ne l’avaient toujours pas vu, avant de déclarer, le ton faussement sévère et une lueur amusée dans les yeux :

"Eh bien Mesdames, il semble que l’amusement soit à son comble quand je m’absente du domaine."


DC : Enaïa Lyseän Vara'Da & Azeor Desnolancès & Kezaël Lysereän & Kidjyïa Rijwän & Riska les Deux Voix & Eyföhl Aanka'Leï


Pour plus d'informations sur les Ondeluire, c'est ICI




Merci Ravena pour le kit <3
avatar
Marchand

On m'appelle Miobë Marchebois


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Gernie
MON AGE : 24 ans
Féminin
MESSAGES : 352
AGE : 24
INSCRIT LE : 27/01/2013
PSEUDO HABITUEL : Mowiel Solverre
Joyaux : 187
http://www.ile-joyaux.com/t2388-journal-de-bord-de-miobe-shei-arcath http://www.ile-joyaux.com/t1330-miobe-shei-arcath#35147
Posté dans Re: [RPFB] Règlement de compte   - Jeu 12 Mar 2015 - 15:41

Miobë sursauta. Le ton sarcastique de la voix du visiteur eut pour effet d'interrompre les jeux de la jeune femme qui se redressa soudainement et se retourna. Lorsqu'elle reconnut les traits de son ami, elle poussa un petit cri de surprise et recula précipitamment jusqu'au fond de l'atelier, les joues rougies par la honte. Jamais elle n'avait eu pareille allure. Sur son visage, sa robe et même le bout de ses chausses, une multitude de tâches de peinture la rendait plus prompte à faire du spectacle de rue qu'à participer aux côtés de son père aux réunions marchandes. Partagée entre l'envie de pleurer, la honte et l'hilarité, elle se cacha derrière l'un des chevalets, bafouillant quelques mots inintelligibles, avant de se reprendre :

- Nous...Je ne pensais pas vous revoir de si tôt à la demeure, Esheban !

Joignant ses deux mains à sa bouche, elle ne savait que dire.

- Je crois que je me suis laissée emportée. Il n'est pas dans mes habitudes de faire preuve d'autant de...Par Vama ! Quelle situation embarrassante.

Elle s'agita derrière le petit chevalet et tenta de dissimuler ses joues rouges de honte et ses yeux brillants d'incertitudes. Miobë savait pertinemment qu'elle n'avait rien fait de répréhensible, mais elle était tant habituée à préserver l'image digne et respectable des Shei'Arcath et des Marchebois qu'elle ne savait comment agir devant Esheban. En tant normal, son époux -du moins ancien époux- se serait indigné de savoir sa si joli robe tâchée par les éclats de peinture. Aujourd'hui...les choses étaient compliquées. Et terriblement ardues.
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: [RPFB] Règlement de compte   - Sam 14 Mar 2015 - 9:19

La présence d'Esheban fut une véritable surprise pour les deux femmes, cependant la réaction excessive de Miobë arracha une moue perplexe à sa cousine. Allons bon, il n'y avait pas de quoi en faire tout un drame et si Ravena n'était elle aussi pas très à l'aise, elle n'en montra rien, se contentant de se redresser avant de faire quelques pas pour contourner le chevalet et jeter un regard indigner à la pauvre Marchebois.

« Mio ! Cesse donc tes enfantillages, ce n'était qu'un jeu rien de plus ! Pourquoi réagis-tu toujours comme si la fin du monde était proche ! Tu es vraiment... vraiment désespérante. »


De nouveau agacée de voir sa cousine se comporter comme une enfant timide, Ravena soupira longuement et lâcha de nouveau sur un ton de reproche.

« Par Vama tu es une femme, une vraie ! Tiens toi droite et reste digne au lieu de te cacher ainsi, ce n'est qu'Esheban voyons, il est ton ami et ne vas certainement pas te reprocher de t'amuser après ce que tu as vécu. »

Ravena quant à elle se fichait bien de son allure. Elle était venu ici pour retrouver sa complicité d'antan avec sa cousine, lui changer les idées mais aussi lui faire comprendre qu'elle avait le droit de profiter de sa liberté. Ce n'était qu'un peu de peinture, vraiment pas de quoi en faire toute une histoire, peu importe que son ancien mari lui aurait tapé sur les doigts. L'idée même qu'elle puisse penser qu'Esheban aurait ce même comportement mettait Ravena terriblement en colère. La Mideleine soupira à nouveau, saisissant un chiffon et essuya ses mains dessus, tentant de se débarrasser le plus possible de la peinture sur sa peau avant de le jeter sur une veille table en bois. Bien, maintenant il était temps de montrer à son homme comme elle était heureuse de le voir rentré plus tôt que prévu, tant pis que Miobë soit là.

Le couple était si fusionnel que la moindre absence était presque insupportable à gérer pour Ravena. Ce manque terrible qu'elle ressentait chaque fois qu'esheban partait, cette peur maladive de ne jamais le revoir, l'angoisse de l'abandon. Et la grossesse qui n'aidait en rien à maîtriser ce sentiment de peur... Pourtant la jeune femme n'en montrait rien, toujours posé, trouvant quelque chose pour s'occuper. Ravena avait apprit à faire avec... Mais les retrouvailles quant à elles étaient toujours particulièrement chaleureuse. S'approchant de son mari avec un tendre sourire aux lèvres, Ravena leva les bras, les passant autour du cou de son bien aimé en prenant garde à ne pas toucher ses vêtements pour en pas les tâcher et vint poser amoureusement ses lèvres sur les siennes.

A cet instant plus rien n'existait, juste lui. Sa chaleur, sa douceur... Approfondissant le baiser, Ravena en oublia totalement la présence de sa cousine qui devait probablement les observer avec gêne ou bien même faisant tout pour ne pas les regarder faire, à se cacher de nouveau derrière un chevalet à jouer les petites filles prude, chose que ne faisait jamais la jeune Frey'sin. Le baiser prit fin mais Ravena posa son front contre celui d'Esheban, plongeant son regard dans le sien et murmura tendrement.

« Je suis contente de te voir rentrer si tôt... Tu m'as manqué mon amour... »

En tout discrétion, un sourire mutin se dessina sur les lèvres pleines de la belle qui remuèrent pour prononcer un 'je t'aime' silencieux qui ne lui était destiner qu'à lui, l'amour de sa vie.
avatar
Marchand

On m'appelle Esheban Ondeluire


Infos Personnage
RANG: Chef de la famille Ondeluire - Admin
VILLE & APPARTENANCE : Errande
MON AGE : 32 ans
Féminin
MESSAGES : 290
AGE : 23
INSCRIT LE : 27/01/2013
PSEUDO HABITUEL : Harrods
Joyaux : 949
http://www.ile-joyaux.com/t1329-esheban-ondeluire
Posté dans Re: [RPFB] Règlement de compte   - Dim 15 Mar 2015 - 7:05

Esheban s’était attendu à ce que son arrivée interrompe les deux jeunes femmes brusquement, et il se doutait aussi, que Miobë serait terriblement gênée de se présenter ainsi. Pourtant, il fut doublement surpris et inquiet de la voir si horrifiée à cette idée, si bien qu’elle fila se cacher de lui, comme une enfant pris en faute. Une moue triste tordit les lèvres de l’errandais, mais il n’eut pas l’occasion d’en faire la remarque, Ravena s’en était chargée pour lui et venait maintenant à lui pour le saluer. Le baiser échangé ne dura que quelques secondes, mais fut tendre, plein d’amour.

"Je ne suis parti que depuis hier pourtant."

Souffla t-il tendrement à son épouse, tout en se séparant d’elle. Là était sa manière à lui de lui dire qu’elle lui avait manqué tout autant. Mais Esheban était un homme pudique, qui n’aimait pas se montrer ainsi, roucoulant avec sa bien-aimée, même en compagnie d’une amie. L’intimité, pour lui, était fondamental, et s’il acceptait les baisers amoureux en public, cela découlait d’un long travail sur lui-même. Il coula pourtant un regard gêné vers Miobë qui devait se sentir bien seule à cet instant. Lui adressant un sourire rassurant, il lui fit signe de s’approcher, en vain.

"Ravena, cesse donc de réprimander Miobë de la sorte. Ton … enseignement lui sera bénéfique, c’est certain, mais il faut du temps. Tout le monde n’a pas eu la chance d’être habitué à un mari aimant et conciliant."

Reprocha t-il tendrement en posant un regard amusé, mais inquiet, sur sa jeune épouse. Il savait la jeune femme au courant des histoires de famille de Miobë, et vaguement de son mariage catastrophique, mais il ne lui avait pas encore donné les détails sur ce dernier. Et nul doute que si elle connaissait le véritable calvaire qu’avait vécu sa cousine au quotidien, la douceur aurait remplacé cet agacement inutile. Tout le monde n’avait pas la chance de posséder la force de caractère de Ravena, et sa facilité à surmonter les obstacles. Alors, dans un regard sous-entendu, il lui laissa comprendre qu’il lui expliquerait plus tard, et se dirigea vers son amie midelaine. Près d’elle, il composa un sourire rassurant et chaleureux, et d’une main, l’invita à sortir de sa cachette, alors qu’il l’accompagnait de sa voix rauque, mais chaude :

"En tout cas ma chère amie, je suis heureux de voir que vous avez retrouvée une cousine attachante et qui fera tout ce qui est son pouvoir pour vous aider."

Doucement, il la poussa jusqu’à Ravena, et lui saisit les doigts, afin de baiser une main en signe de bonjour, qu’il n’avait pas eu encore l’occasion de faire, terrée qu’elle était derrière son chevalet. En se redressant, il laissa planer son regard émeraude entre les deux jeunes femmes et sentit son sourire devenir plus tendre. Elles étaient touchantes toutes les deux, à se retrouver comme deux enfants qui n’avaient pas eu l’occasion de profiter de leurs instants de complicité ensemble. En les voyant ainsi, Esheban soupira, mettant de côté sa proposition d’aller boire un thé avec elles, et conclut plutôt :

"Bien, puisque vous vous amusiez bien, je vous laisse reprendre vos activités, je crois que j’ai besoin de me reposer avant le dîner."

D’un geste de la main, il salua Miobë, prenant le temps de déposer un doux baiser sur les lèvres de Ravena, lui adressant un sourire entendu et complice, et se détourna pour quitter l’atelier. Son regard, cerné de fatigue, brillait tout de même d’une détermination et d’une joie constante. Ici, la jeune midelaine parviendrait à se reconstruire en douceur. Il en était certain.


DC : Enaïa Lyseän Vara'Da & Azeor Desnolancès & Kezaël Lysereän & Kidjyïa Rijwän & Riska les Deux Voix & Eyföhl Aanka'Leï


Pour plus d'informations sur les Ondeluire, c'est ICI




Merci Ravena pour le kit <3
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: [RPFB] Règlement de compte   - Dim 15 Mar 2015 - 15:56

Certes Esheban n'était partit que depuis la veille mais pour sa femme c'était déjà bien trop. Elle adorait passer du temps avec lui, Esheban était son mari, son âme sœur mais aussi son ami. IL jouait tout les rôles, toujours tendre et aimant, à l'écoute et ne se plaignant que lorsque sa femme piquait des colères. Hormis ça, il était l'homme le plus charmant qu'elle connaissait. Pourtant, elle le sentit crispé, gêné même. Le sourire de la belle fondit face  à l'expression de son mari qui observait miobë du coin de l'oeil... pas besoin d'être un génie pour comprendre et déjà, une nouvelle bouffée de colère envahit la Frey'sin alors que sa moitié vint à lui faire une remarque qui sonna particulièrement désagréable à ses oreilles. Relâchant son mari, Ravena lui souffla discrètement.

« Je te demande pardon... ? »

Alors comme ça, elle... elle avait de la chance parce que son mari était aimant et conciliant ? Oui, mais c'était la moindre des choses après tout ce qu'elle avait vécu, il avait été pourtant témoin de bien des choses, il connaissait toute son histoire. Mais évidement, Miobë était là faire sa sainte-nitouche timide et il ne pouvait s’empêcher d'aller la rassurer. Ravena se retrouva planté là, bêtement à fixer les deux amis qui se saluait... Si l'on pouvait dire cela comme ça. Ravena se détourna d'eux, le cœur serré et s'approcha d'un bac d'eau en marbre avant d'y plonger les mains, les frottants doucement pour se débarasser du reste de peinture. Esheban semblait ravie d'être ici auprès de sa femme et son amie mais si Ravena fut heureuse au départ, cet enjouement l'avait quitté rapidement. A présent elle était là, les ignorant et faisant preuve d'un silence presque effrayant.

Les nouvelles paroles d'Esheban ne manquèrent pas d'agacer encore plus son épouse. Alors comme elle n'avait le droit qu'à un « je ne suis partit qu'une journée » et miobë a un « je suis heureux de vous revoir » ? Par Vama, voilà qui lui en donnait presque de l’urticaire . Oui elle était jalouse et n'appréciait pas du tout l'échange entre les deux et Ravena lâcha d'un ton froid.

« L'aider ? Oh mais je n'y manquerais pas. Tu peux compter sur moi. »

Pivotant le visage , Ravena fut surprise de voir les lèvres de son mari heurter tendrement les siennes dans un rapide baiser auquel elle eu tout juste le temps de répondre. Sa bouche se tordit en une moue blasée alors que le bel Ondeluire quittait la pièce, de bonne humeur mais hâtif d'avoir un moment de répit. Une fois de nouveau seule avec sa cousine, la Midelaine sécha rapidement ses mains propres puis pivota vers Miobë, pinçant les lèvres sévèrement.

« C'est bon ? Ou bien tu éprouve encore le besoin d'aller te cacher quelque part ? Non mais tu sais, je peux aussi te laisser ma place dans sa couche si ça peux te faire sentir mieux. »

Là Clairement, il fallait mettre les choses à plat. Mais moins violemment... A dire vrai Ravena n'avait pas la force de se battre contre Miobë, tout ce qu'elle voulait c'était du calme... Que son cœur cesse de pulser si fort sous l'angoisse. Pointant un doigt accusateur vers la Marchebois, Ravena souffla.

« Tu te souviens de ce que je t’aie dit tout à l'heure ? C'est exactement ce qui vient de se produire Miobë. Est-ce que tu t'en rends compte au moins ? »


Un rire nerveux s'échappa des lèvres de Ravena alors qu'elle secouait la tête, les larmes aux yeux.

« Il ne m'a... Même pas dit bonjour. »

Vraiment, la douleur qu'elle ressentait était bien plus forte que de la simple colère ou son habituelle jalousie. La jeune femme observa les dessins dans la pièce et murmura.

« Il m'a gentiment reproché de t'avoir grondé en me faisant remarquer que j'avais de la chance de l'avoir... Puis il est partit vers toi, te faisant un baise-main, te disant comme il était heureux de te voir... Et moi... Et moi j'étais là, à vous regarder... »

A nouveau elle fixa sa cousine, regard mêlé de tristesse et de déception.

« Combien de temps je vais encore encore duré ça, dis moi ? C'est quoi, un jeu ? Non parce que si 'est le cas faudrait m'expliquer les règles. Je suis jalouse, je l'admet, j'ai mauvais caractère je l'admet aussi...Mais qu'on ne vienne pas me dire que je me fais des idées ! »

Ravena éleva le ton, agitant la main nerveusement.

« Sincèrement c'était quoi ce cinéma que nous à fait là ? À couiner comme une enfant et te cacher derrière un chevalet ? C'était exagéré Miobë, et ne me parle pas de ta fichu éducation ! La mienne a été encore plus serré que la tienne et je ne me comporte pas comme une idiote qui couine et pleurs toutes les deux secondes ! J'en ai marre... Si tu ne fais pas à effort à partir de maintenant et que tu m'évince encore une fois quand mon mari est là...je jure de te mettre à la porte de ce domaine, suis-je clair ? N'oublie pas Miobë, il est peut-être ton ami, mais il est avant tout MON mari, le père de MON enfant.»

Enfin c'était dit. Plaquant une main sur son front, la jeune femme se détourna de sa cousine et s'éloigna en soupirant. Cette situation était tendu, elle savait que Miobë ne cherchait pas à lui voler Esheban, mais assister à ce genre de scène pour elle qui était l'épouse n'était vraiment pas facilement, même si les deux amis ne pensaient pas à mal. Elle devait se rendre compte que son comportement, aussi chaste soit-il, pouvait avoir des conséquences. Filant vers la porte, Ravena lâcha d'un voix molle et fatiguée.

« Aller, allons au terme, j'ai besoin de me détendre. Mon dos me fait un mal de chien, je ne serais pas contre ton aide pour me soulager. »
avatar
Marchand

On m'appelle Miobë Marchebois


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Gernie
MON AGE : 24 ans
Féminin
MESSAGES : 352
AGE : 24
INSCRIT LE : 27/01/2013
PSEUDO HABITUEL : Mowiel Solverre
Joyaux : 187
http://www.ile-joyaux.com/t2388-journal-de-bord-de-miobe-shei-arcath http://www.ile-joyaux.com/t1330-miobe-shei-arcath#35147
Posté dans Re: [RPFB] Règlement de compte   - Dim 15 Mar 2015 - 16:38

- Ravena ! s'emporta Miobë, saisissant sa jeune cousine avant qu'elle ne quitte l'atelier pour rejoindre les termes. J'espère pour toi que tu ne penses pas un mot de ce que tu viens de me dire. Tu viens de tenir des propos d'une extrême gravité !

Elle n'en croyait pas ses oreilles.

- Ose encore une seule fois sous-entendre que je souhaite m'accaparer l'attention de ton mari, et crois-moi, tu n'auras pas besoin de me chasser de ta demeure, je serai partie bien avant que l'idée ne te traverse à nouveau l'esprit.

Miobë était folle de colère. Sa propre cousine l'accusait de méfaits que jamais elle ne commettrait, même si on lui promettait le bonheur éternel, la richesse des Ondeluire ou mille année de vie. Comment pouvait-elle la croire capable de tels forfaits ?

- Tu es seule responsable de ton mal-être, Ravena. Si tu avais entièrement confiance en Esheban, si tu avais ne serait-ce qu'un peu d'estime pour moi, tu ne te soucierais pas de l'attention, soit dit en passant parfaitement amicale, qu'il m'a porté !

Désemparée, elle se saisit des mains de Ravena.

- J'ai partagé chaque soir, et ce pendant dix longues années, la couche de l'homme le plus cruel, le plus égoïste et le plus vaniteux qui soit. Et bien qu'il ne m'offrait pas l'amour que je désirais tant...jamais je n'ai été une seule fois tentée de déshonorer son nom par une infidélité. Par Vama, Esheban ne t'a-t-il donc pas assez prouvé que tu pouvais avoir pleinement confiance en lui ?
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: [RPFB] Règlement de compte   - Dim 15 Mar 2015 - 17:07

La réaction de Miobe arracha un sursaut à Ravena alors qu'elle fut stoppé dans son élan. L'indignation de sa cousine l'a laissa comme deux ronds de flan alors que ses mots la touchèrent profondément. Chacune de ses paroles se frayaient un chemin à travers l'esprit torturé de la Mideleine qui se retrouvait forcer de lui faire face, d'affronter son regard remplit de colère. Les rôles étaient inversé et à présent c'était Miobe qui était la proie de la tristesse et la déception. L'expression de son visage fut pire qu'une gifle pour Ravena.

« Tu es seule responsable de ton mal-être, Ravena. »

La dame Ondeluire manqua d'étouffer face à ces mots bien trop véridique. Mais qui réalisait vraiment le mal être qu'elle subissait ? Esheban avait beau être attentif et aimant, il ne voyait pas tout. Mais Miobe n'était pas dupe, malgré les nombreuses années loin l'une de l'autre, elle restait tout de même parmi ceux qu connaissait le mieux Ravena. Lorsque enfin la belle brune saisit les mains de sa cousine, Ravena es serra tendrement, inspirant longuement comme si un poids immense venait de la quitter. Tendu et en même temps si soulagée... Miobe l'avait grondé et en même temps l'avait comprise, Ravena ne demandait rien de plus que cela. Être comprise... Finalement un flot de larmes se déversa sur les joues de la jeune femme, elle qui reprochait si souvent à sa cousine de craquer venait à faire de même. Mais n'était pas là juste retour des choses ? Elle qui se cachait incessamment derrière ce masque de femme dur et sévère, forte et souvent amer.

« La vérité... C'est en moi que je n'ai pas confiance Miobe... Esheban est... la chose la plus précieuse que je possède. Il est l'amour de ma vie, il est mon âme sœur... je n'ai ps de mot pour décrire ce que nous vivons tout les deux. Je ne mérite pas tout ce qu'il me donne... c'est vrai, je suis souvent mécontente, je râle pour un rien, je suis jalouse à l'extrême... »

Un sourire triste se dessina sur ses lèvres alors que les doigts fins de Ravena tremblèrent, caressant tendrement celle de Miobe.

« J'ai très peur de ne pas lui suffire... Et... chaque fois qu tu es là... je me sent mal... Quand je vois la façon dont il te sourit, quand il te touche... Ce n'est un secret pour personne Mio, tu as toujours été mieux que moi et ça le restera. Tu es d'une beauté rarissime, d'une douceur à toute épreuve. Ta gentillesse, ton altruisme, la généreusement... Toutes ces qualités qui font de toi cette femme unique et merveilleuse... Tout ce qui fait que je ne t'arriverais jamais à la cheville. »

Un nouveau sanglot et Ravena baise le regard honteusement. Sa poitrine lui fait mal, elle avait la sensation d'étouffer, pire encore, son ventre s'alourdissait. Retirant une de ses mains de celles de Miobe, la mideleine la posa contre son ventre, le soutenant comme elle le pouvait en inspirant longuement.

« J'ai été déçu... par les mots d'Esheban tout à l'heure... Mais peut-être est-ce moi qui ai mal interpréter les choses mais... Il oublie aussi tout ce que j'ai subit. Tout ce que tu as eu avec ton mari, je l'ai eu avec mon père... Mon frère. C'est vrai, j'ai une chance inouïe de l'avoir dans ma vie, mais cela veut-il dire pour autant que mon passé ne compte plus ? Tout ces efforts que j'ai fait pour apprendre à vivre avec, c'était comme si tout avait été balayer par ces quelques mots. »

Dans un soupir fatigué, Ravena pivota doucement, marchant le long du couloir main dans la main avec Miobe. En quelques instants, les deux femmes se retrouvèrent dans les termes et rapidement, Ravena se déshabilla et se glissa dans l'eau chaude. Les termes était l'endroit qu'elle préférait le plus dans le manoir. C'était en lieu magique et reposant et elle se souvenait de sa première fois ici avec Esheban. Leurs baisers, leurs étreinte et ce massage qu'elle avait fait à Esheban... Un faible sourire naquit sur les lèvres de la belle Frey'sin puis ele fixa sa cousine qui l'avait rejoins dans l'eau et souffla.

« Je ne connais pas les détails de ce que tu as vécu... mais tu sais, tu peux m'en parler Miobe. On est là, au calme et rien que nous deux... Je sais que tu as besoin de parler, de vider ton sac... Alors n'hésite pas. Tu l'as fait pour moi... Je ne ferais pour toi. »

Repoussant ses longs cheveux, Ravena sourit doucement alors que sur son omoplate, une cicatrice en forme de demi-cercle trônait sur sa peau. La scarification sautait au yeux tant elle était voyante et loin d'être esthétique.
avatar
Marchand

On m'appelle Miobë Marchebois


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Gernie
MON AGE : 24 ans
Féminin
MESSAGES : 352
AGE : 24
INSCRIT LE : 27/01/2013
PSEUDO HABITUEL : Mowiel Solverre
Joyaux : 187
http://www.ile-joyaux.com/t2388-journal-de-bord-de-miobe-shei-arcath http://www.ile-joyaux.com/t1330-miobe-shei-arcath#35147
Posté dans Re: [RPFB] Règlement de compte   - Lun 23 Mar 2015 - 5:32

- Dis-moi, Ravena, chuchota la jeune femme, éludant volontairement les questions de sa cousine. Combien de mois se sont écoulés depuis votre toute première rencontre ? Huit ? Dix ? Peut-être une année ? N'est-ce pas là un peu trop tôt pour exiger d'Esheban qu'il ne commette aucune maladresse à ton encontre ?

Un large sourire aux lèvres, Miobë ordonna à Ravena de lui tourner le dos puis lui massa les bras et les mains. Ses doigts se concentrèrent ensuite sur le dos, les épaules et la nuque, qui étaient complètement noués.

- Tu sais, même si je ne suis pas la mieux placée pour de telles affirmations, je suis certaine que lui, comme toi, referez mille et une erreurs avant d'être en parfaite symbiose. Mais n'est-ce pas là merveilleux ? Vous avez toute une vie devant vous pour apprendre à vous connaître.

L'ennui. La douleur. L'amertume. Toutes ces choses et mille autres qui détruisent en moins de temps qu'il n'en faut un couple que la vie a réuni par amour, ou par devoir. Ravena et Esheban n'avaient sans doute pas conscience de la chance qu'ils avaient de se découvrir chaque jour sous un nouveau jour, de se disputer, puis de s'aimer, avant de se chamailler à nouveau, riant de leurs jeux enfantins, pleurant de leur impuissance à ne pouvoir offrir davantage à l'autre, alors qu'ils donnaient déjà tout. Elle, elle avait tout donné à Déolin : son cœur, son corps et son âme. Il avait tout pris, mais n'avait jamais rien rendu. Laissant ses mains retomber dans l'eau, elle se mit à rire.

- Tu sais qu'Esheban a proposé à mon père que j'épouse Shiben ?
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: [RPFB] Règlement de compte   - Sam 28 Mar 2015 - 10:28

L'eau chaude des termes avait tout pour détendre Ravena dont le corps était sous tension depuis le début de sa grossesse et c'était pire depuis que son ventre s'était arrondi de façon visible. Rapidement Ravena enroula sa longue chevelure avant de l'attacher en un épais chignon tout en écoutant sa cousine tenter de la rassuré. Miobë avait raison et la nouvelle madame Ondeluire n'allait pas la contredire.

« Je ne dis pas qu'il ne doit pas commettre d'erreurs, c'est juste moi qui ai peur de le perdre Miobë... Je vire complètement parano à chaque fois, je m'en rend malade... Si je perdais son amour je crois que j'en mourrais... »

Tournant le dos à sa cousine, Ravena se laissa masser, se détendant sous la douce poigne de Miobe. Qui aurait cru que quelques secondes de massages pouvaient lui faire autant de bien. Ravena ferma les yeux, laissant la mideleine se charger de soulager son dos et sa nuque.

« Esheban commet bien moins d'erreurs que moi... je m'énerve pour un rien, je suis jalouse et possessive et il lui faut bien du courage pour me supporter. Malgré tout il m'aime, parfois je me demande pourquoi... Voyons la vérité en face, il n'a pas gagner au change en m'épousant. Je suis ne suis pas gentille, je suis une garce au mauvais caractère. »

Un sourire amusé se dessina sur les lèvres de Ravena mais lorsque la dernière question de Miobë tomba,la jeune femme fronça les sourcils et pivota pour fixer sa cousine. Épouser Shiben ? Non, elle n'était pas ua courant, Esheban ne lui en avait pas parler. Sans doute avait-il ses raisons, mais tout de même c'était perturbant. Pourquoi dès qu'il s'agissait de Miobë son mari cachait certaines informations ? Et après on lui reprochait de se mettre en colère et sa méfiance.

« Non. Je n'était pas au courant. »

Lâcha t-elle d'une voix froide avant de faire un sourire crispé à sa cousine. Nerveusement Ravena passa sa main par dessus son épaule et gratta le haut de son omoplate, effleurant l'hideuse cicatrice laissé par ce vile pirate.

« Mais je suis sûr qu'il comptait me le dire... Quel intérêt aurait-il à garder ce genre de secret ? Et... qu'à répondu ton père... ? »


Étrangement, l'idée que Miobë puisse épouser Shiben laissait Ravena un peu perplexe. Si cela se faisant, alors elle verrait sa cousine plus souvent. En soit ce n'était pas une mauvaise chose mais le la dernière réaction d'Esheban dans l'atelier la ramena durement à la réalité. Alors ce serait son quotidien ? Miobë toujours dans les parages à accaparer l'attention de son mari ? Non, il ne fallait pas penser comme ça, Ravena le savait. C'était se faire du mal toute seule. La jeune femme soupira longuement, caressant son ventre rond et fixa Miobë calmement.

« Tu ne peux pas rêver mieux comme mari qu'un Ondeluire. Si tu épouse Shiben je sais que tu sera en sécurité et heureuse. »
avatar
Marchand

On m'appelle Miobë Marchebois


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Gernie
MON AGE : 24 ans
Féminin
MESSAGES : 352
AGE : 24
INSCRIT LE : 27/01/2013
PSEUDO HABITUEL : Mowiel Solverre
Joyaux : 187
http://www.ile-joyaux.com/t2388-journal-de-bord-de-miobe-shei-arcath http://www.ile-joyaux.com/t1330-miobe-shei-arcath#35147
Posté dans Re: [RPFB] Règlement de compte   - Sam 11 Avr 2015 - 3:40

- Tu connais mon père. C'est un homme difficile à convaincre.

Un homme difficile à convaincre, mais une fois convaincu, qui ne revient jamais sur sa décision. Le dessin de ses sourcils, sa mâchoire carrée, son menton volontaire, tout indiquait chez le chef de famille Marchebois une forte personnalité. La partie s'annonçait difficile, mais Miobë aurait été déçu s'il en avait été autrement. Les hommes de sa famille étaient connus pour leur talent dans le travail du Bois du Sorcier, mais également pour leurs fortes personnalités. Si Esheban parvenait à convaincre Sahjak des bienfaits d'un mariage entre Shiben et sa fille, alors cela ne signifierait qu'une chose : qu'il avait dignement gagné le respect d'un des hommes les plus intransigeants de Matroos.

- Même pour Esheban, les choses ne seront pas faciles. Mais il semble attaché à ce que j'épouse son frère. Il me dit de lui qu'il est doux, protecteur ; qu'il fera un excellent mari. Moi je le trouve tellement...solennel. Mais je ne peux nier qu'il a le charme et la prestance d'un Incendios.

Elle se mit à rire, avant de remarquer l'hideuse cicatrice sur l'épaule de sa jeune cousine. Jamais elle n'avait vu pareille blessure auparavant. Que s'était-il passé, avant qu'elle ne retrouve la douce compagnie de Ravena ?

- Tu t'es blessée ?
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: [RPFB] Règlement de compte   - Lun 8 Juin 2015 - 6:22

Il était là le problème, elle ne se souvenait presque pas de son oncle. Son visage oui, mais pas sa voix, si même sa façon d'être. Il faisait partit de ces souvenirs qui étaient devenu trouble avec le temps. Il fallait faire avec, peut-être aurait-elle le plaisir de revoir son oncle un jour et dans de bonne condition. Miobe revint rapidement sur un autre sujet, celui du mariage. Ainsi son mari la voulait femme de Shiben ? C'était un bon choix, il était bel homme mais surtout comme le soulignait la jeune femme, il était doux et gentil. Alors que Ravena observait l'onde liquide en silence, elle sourit, imaginant parfaitement le merveilleux couple qu'aurait formé ces deux là.

« Solennel ? Oh Mio', tu t'arrête sur un détail sans importance. Tu viens de passer des années à supporter un mari infâme qui te frappait, tu mérite bien un mari tendre, peut-importe qu'il soit solennel. Et puis c'est Ondeluire après tout, on ne peut pas faire mieux qu'un Ondeluire. »

Et elle parlait en connaisseuse pour avoir épouser, aimer et porter l'enfant du chef de la famille Ondeluire. Mais si Shiben fut au centre de leur intérêt, étrangement Miobe se focalisa sur autre chose : la cicatrice sur l'omoplate de sa cousine. Ravena pinça les lèvres, soupirant nerveusement et passa sa main par dessus son épaule, effleurant la marque du bout des doigts. Horrible souvenir que celui-là, un qui malheureusement la hantait encore. Ce n'était pas tant les pirates qui l'avait marqué mais plutôt la mort de l'équipage, du capitaine du vaisseau qui fut ami de son père. Pendant un instant, Ravena resta silencieuse, le visage fermé puis elle pivota doucement, fixant sa cousine et esquissa un sourire. Oh elle avait bien sentit son inquiétude, sa peur et tendrement, Ravena serra la main de Miobe, murmurant.

« Mio, cesses de t’inquiéter veux-tu ? Ce n'est rien... En fait, je suis même la moins à plaindre. »

Puisqu'elles en étaient au révélation, il était à présent trop tard pour reculer. Ravena soupira et appuya son dos contre le bord du bain et se laissa aller à la chaleur de l'eau.

« Le jour où je suis venu pour emménager ici, à environ une heure d'Errande mon vaisseau à essuyer une attaque de pirates. Ils ont tué tout le monde, sauf moi... Il y avait cet homme à la peau noir, aux yeux jaune... Si tu l'avais vu Miobe... Sa peau était couverte de dessin, il avait le regard inhumain... J'ai eu la peur de ma vie. Mais... Étrangement il m'a laissé en vie... IL s'est contenter de prendre une lame et de me marquer le dos. Quand je vois le sort qu'à subit le reste de l'équipage, je ne sais pas si je dois voir cet homme comme un pseudo sauveur ou non. J'avais beau ne rien comprendre à leur langue, j'ai eu l'étrange impression que si lui ne m'avait pas eu, les autres m'aurait tué. J'ai eu beaucoup de chance. »
avatar
Marchand

On m'appelle Miobë Marchebois


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Gernie
MON AGE : 24 ans
Féminin
MESSAGES : 352
AGE : 24
INSCRIT LE : 27/01/2013
PSEUDO HABITUEL : Mowiel Solverre
Joyaux : 187
http://www.ile-joyaux.com/t2388-journal-de-bord-de-miobe-shei-arcath http://www.ile-joyaux.com/t1330-miobe-shei-arcath#35147
Posté dans Re: [RPFB] Règlement de compte   - Lun 29 Juin 2015 - 10:55

- La cruauté des pirates n'a donc aucune limite ?

Quel était le but du pirate qui lui avait apposé cette marque ? La torturer ? La faire sienne ? Lui rappeler incessamment qu'elle n'était en vie que parce qu'il en avait décidé ainsi ? Pour son crime, cet homme méritait un châtiment pire que la mort, un châtiment que les Marchebois se seraient fait un plaisir de lui infliger, s'ils avaient été en mesure d'en rechercher l'infâme auteur. Et ce malgré les tensions fortuites entre Sahjak et son beau-frère Godrick.

- Je ne les aime pas. Ils tuent, violent et pillent par plaisir et avidité. Ils font couler le sang uniquement parce qu'ils en aiment la couleur. Je suis bien heureuse de ne jamais avoir croisé la route de l'un d'eux. L'on dit que leur odeur est infecte et leurs doigts de pieds couverts de champignons. Etre un pirate ne dispense pas de prendre un bain !

Son regard se posa sur celui de sa jeune cousine.

Elle avait de beaux yeux bleus aux reflets mauves, des formes généreuses et une peau si blanche et douce qu'elle ravissait les regards des hommes. Il est vrai qu'elle avait eu beaucoup de chance. Si le pirate en avait décidé autrement...elle aurait pu être violée, ou pire encore, vendue sur les marchés de Vanylle comme prostituée.

- Ne veux-tu pas que j'informe mon père de cet incident ? Sans doute appellera-t-il le gouvernement à sécuriser davantage Grand-Vent et les vaisseaux transportant...des personnes qu'il ne souhaite pas voir entre les mains des pirates. Tu es une Ondeluire...une Frey'sin...mais aussi une Marchebois.
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: [RPFB] Règlement de compte   - Lun 3 Aoû 2015 - 10:23

En voyant la colère et l'inquiétude de sa douce cousine, Ravena s'en voulut aussitôt d'avoir abordé le sujet. Sans doute aurait-elle dû s'abstenir de lui dire sa raison de cette marque. Aurait-elle même du lui mentir ? Non, bien sûr que non... Miobë avait déjà subi assez, elle était assez forte pour connaître la vérité. Ravena soupira et saisit les mains de sa cousine, les serrant doucement en tentant de la calmer.

« Mio... Mio, inutile... Esheban s'en est déjà chargé... Tu te doutes bien qu'il n'aurait pas laissé faire une chose pareille. Et puis... J'ai laissé ça derrière moi. Cette marque me rappelle que parfois, avoir du caractère a dû bon. Mon me le reproche souvent... Mais ce jour-là c'est ce qui m'a sauvé la vie tu sais. »

Souriant, la Dame Ondeluire leva une main pour écarter les cheveux de sa cousine, libérant son visage poupin similaire au sien.

« Crois le non, cette force tu l'as aussi... Il te faut juste la trouver et l'user à bon escient. Moi je maîtrise mal mes émotions, de ce fait la plupart de mes paroles peuvent être très mal interprété. Mais toi tu n'es pas comme ça Miobë... Et rien que pour cela je t'envie énormément. »

La jeune femme soupir et se leva doucement, laissant l'eau ruisseler le long de son corps généreux alors que d'une main elle soutint son ventre. Elle avait assez barboter et la fatigue revenait au galop.

« Cela ne te gêne pas si je retourne à ma chambre ? Je ne serais pas contre quelques heures de sommeil... Nous avons eu beaucoup d'émotion n'est-ce pas ? »

Un nouveau sourire et Ravena sort du grand bain avant de s'enrouler dans une épaisse robe de chambre et l'attache lentement.

« Profites bien du bain chère cousine... A tout à l'heure. »

La jeune femme sourit, lui fait un signe de main et sort rapidement des termes. Oui, la fatigue... Mais pas que. La situation de Miobë reste préoccupante et ajouter à cela les propres problèmes n'étaient pas fait pour aider. Hors Ravena sait que Miobë sera toujours inquiète pour elle, de ce fait elle préfère de loin la fuir et garder pour elle ses secrets, que sa cousine puisse se concentrer sur sa situation à elle. Sans attendre, Ravena s'enferme dans sa chambre, cherchant le réconfort du lit conjugal. C'est sûr, si Esheban avait été là, cela aurait été plus facile évidemment, mais elle devra attendre son retour et l'heure du coucher pour profiter de ses bras et ses baisers.

Spoiler:
 

On m'appelle Contenu sponsorisé

Posté dans Re: [RPFB] Règlement de compte   -

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum