AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
» Communication externe
par Loth de la Vision Mar 21 Juin 2016 - 15:06

» Réversa [ TOP ]
par Invité Ven 27 Mai 2016 - 8:21

» Le monde de Dùralas
par Invité Jeu 26 Mai 2016 - 7:00

» Anthalia
par Invité Dim 22 Mai 2016 - 15:17

» Marbrume, La Cité des Damnés
par Invité Lun 16 Mai 2016 - 15:07

» Questionnaire pour soutenir infinite RPG !
par Invité Sam 14 Mai 2016 - 17:33

» Escalus
par Invité Jeu 12 Mai 2016 - 9:02

» Mass Effect : Reborn
par Invité Mar 10 Mai 2016 - 15:00

» Forum en pause
par Asàf Lysereän Mar 10 Mai 2016 - 13:47


Isma'ïl l'Ainé

avatar
Forban du Désert

On m'appelle Isma'ïl l'Ainé


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Désert des murmures - Kom'är
MON AGE : 56 ans
Masculin
MESSAGES : 9
AGE : 25
INSCRIT LE : 27/03/2015
PSEUDO HABITUEL : Odd
Joyaux : 33
Posté dans Isma'ïl l'Ainé   - Ven 27 Mar 2015 - 23:27



Je suis Isma'ïl l'Ainé
« Je suis un mal nécessaire. »



Prénoms : Isma'ïl
Nom d'usage : Inconnu
Nom de naissance : Inconnu
Surnom : L'Ainé ou le Patriarche
Age : 56 ans
Langues parlées & écrites : Il parle le Korrulien des forban. Son ancien clan avait un scribe qui lui a appris les rudiments de l'écriture et de la lecture. Puis grâce au Bibliothécaire il a appris le matroscien et le joyellien qu'il manie maladroitement puisqu'il ne pratique quasiment jamais ces deux langues.




Groupe : Forbans du désert
Métier : Chef du clan "Kom'är"
Origine : Inconnue
Famille Proche : Les membres du clan sont comme ses enfants. En dehors, d'eux il n'a pas de famille.
Culture : Ahah, non.


Caractère : Qualités : Charismatique, éloquent, cultivé, courageux, bienveillant envers les siens, curieux, endurant, pragmatique.
Défauts : Autoritaire, calculateur, enjôleur, belliqueux, abrupt, indomptable.
Préférences alimentaires :  La tradition du clan veut que le Patriarche pioche dans les assiettes des membres du clan lors des repas jusqu'à ce qu'il soit rassasié. En réalité, il garde aussi une réserver personnel de viande séché et d'autres nourritures facilement transportables pour éviter d'affamer les enfants en cas de mauvaise chasse.
Loisirs : Sa curiosité l'amène à étudier des livres, à planifier des stratégies mais il reste un forban ce qu'il aime vraiment c'est pillé et s'enrichir.

Préférences relationnelles : C'est un vieux guerrier qui a passé le plus clair de sa vie avec des enfants dont l'écrasante majorité n'était pas les siens, en dehors de ces enfants et des quelques membres adultes il ne fait confiance à personne. Les autres forbans le connaissent au moins de nom, avec certains il a déjà partagé des victuailles, avec certaines il a partagé une nuit. Dans l'un ou l'autre cas ce qui ont eu cette chance ne l'ont pas oublié.


...FACE A UN DANGER : Un vieux guerrier tel que lui ne craindra pas le danger, il appréciera même d'être mis à l'épreuve et de pouvoir prouver sa témérité dans un combat.
..FACE A UNE NÉGOCIATION : C'est un forban mais il a plus de manières que la plupart de ses congénères. Dans la plupart des cas il tentera de convaincre son adversaire et de le soumettre par la parole mais s'il résiste trop le combat sera inévitable.
..FACE A UNE NOUVELLE RENCONTRE : La méfiance, réflexe de survie.
..FACE A DES SENTIMENTS NOUVEAUX : Malgré qu'il ait élevé des enfants et qu'il aime chacun d'entre eux comme s'il était le sien, ce n'est pas un sentimental c'est un homme dur et il ne pense pas aux sentiments qu'ils ressent et vie l'instant.
..FACE A UNE PERTE/LA TRISTESSE : Plus ou moins la même chose qu'au dessus.


TAILLE : 1m90
POIDS : 95 kg
COULEUR DES YEUX : Noir
COULEUR & LONGUEUR DES CHEVEUX : Bruns grisonnant, longs et attaché en queue de cheval
PIGMENTATION DE LA PEAU : Caramel
SIGNE PARTICULIER : Nombreuses cicatrices sur le visage et sur le corps.
SIGNIFICATION ET PLACEMENT DES TACHES : C'est un forban sang mêlé, les seuls tâches qu'il a sur le corps c'est les tâches du sang des korruliens qu'il vient de saigner.
PILOSITÉ : Une barbe qu'il taille de temps à autres.
VESTIMENTAIRES :  Un attirail guerrier, il porte un chemise en tissu autour de laquelle est attaché une ceinture sur laquelle il porte des couteaux ornés de pierres précieuses. Un pantalon en toile avec une autre ceinture à laquelle il porte deux blasters et un sabre magnifique dont le pommeau en ivoire de draoma est orné de pierres précieuses. Dans ses bottes de cuirs il cache d'autres petit couteau au cas où. Tous ses vêtements sont de bonnes manufactures, le pillage lui permet de les remplacés lorsqu'ils sont usés ou endommagés.


Tous les jours de sa vie il s'était entrainé en attendant ce moment. L'épée, les blasters, les livres il avait tout magné pour affûté son esprit et son corps suffisamment dans l'unique but de terrasser son ennemi et d'assouvir la vengeance de son clan. Et maintenant il était à genou, les mains liés dans le dos et attaché au sol au milieu d'une caverne dont la seule source de lumière venait d'un petit trou au plafond. Ses longs cheveux couverts de poussière lui tombait sur le visage et son souffle saccadé remplis de rage le maintenait éveillé mais la fatigue l'assaillait. La veille lorsqu'ils l'avaient attrapé le jeune homme venait de quitter une femme, insouciant. Ne soupçonnant pas que d'une minute à l'autre son passé allait le rattrapé.
 
----
 
Isma'ïl était songeur sur le chemin du retour. Les mains derrière la tête il était, intérieurement, toujours dans cette chambre avec Soraya et le sourire sur son visage attestait de sa satisfaction. Pendant un temps il avait songé à rester avec elle fonder une famille et trouver un endroit tranquille où vivre. Mais ramené à la raison par sa condition et par la vengeance qu'il devait accomplir il avait finis par se résoudre à profiter un maximum des moments passer avec elle comme d'un petit jardin secret.
 
Le jeune sang-mêlé tourna à l'angle pour se retrouver dans la rue où se trouvait la maison de son ami, celui qu'on surnommait très justement "Le Bibliothécaire". C'était lui qui l'avait recueilli bien des années plus tôt et qui l'avait élevé. Cet ancien scribe qui avait décidé de quitter sa vie en voyant la corruption de Korrul grandir. Dans sa maison, il avait réunis un grand nombre d'ouvrages dont certains était extrêmement rare, Isma'ïl ne savait pas vraiment comment il se les procurait et il s'en fichait à vrai dire. Parfois il en lisait quelques-uns mais la plupart de ces livres étaient de très gros volume traitant de tel ou tel domaine scientifique ou historique, bref barbant. Grâce à lui Isma'ïl parlait couramment le matroscien et le joyellien et avait appris beaucoup de chose sur la culture Korrulienne. Le bibliothécaire n'était pas un combattant et plutôt un partisan de la paix d'ailleurs mais il laissait tout de même son protégé s'entrainer au combat à l'épée tous les jours.
 
Mais une fois dans la rue ce ne fut pas le calme habituel qu'il retrouva mais un énorme tumulte. L'endroit où il avait vécu avec Le Bibliothécaire et qu'il avait quitté la veille était en feu et devant le bâtiment 5 hommes était en train de battre à mort le vieil homme. Immédiatement, sans une once d'hésitation Isma'ïl tira le poignard qu'il gardait constamment à sa ceinture et se jeta sur l'un d'eux. Il lui perfora la jugulaire d'un seul coup de poignard et une gerbe de sang vint teinter son visage et sol avant que l'homme ne s'écroule en s'étouffant avec son propre sang. Dans le vif du combat le jeune sang mêlé n'y prêta pas plus d'attention car déjà deux des quatre hommes restant se lancèrent sur lui sabre à la main. Le premier tenta de le frapper au niveau des jambes mais Isma'ïl sauta et lui planta son poignard dans le crâne si profondément qu'il ne dû l'abandonné au risque de se faire couper en bras par le second qui poussait des cris hargneux et faisait tournoyer son épée dans tous les sens. Et alors que le jeune homme s'était baissé pour ramasser le sabre de l'adversaire qu'il venait de terrasser il sentit une douleur sur l'arrière du crâne et perdit connaissance.
 
----
 
Ses sens s'aiguisèrent alors qu'il entendit quelque chose bouger dans la petite caverne. La lumière de tantôt avait lentement décliné avant de se transformer en fin filet bleuté indiquant que la nuit était tombé. Des bruits de célébration agitait les alentours de la caverne et maintenait Isma'ïl éveillé mais à présent tous ses sens étaient tournés vers l'individu qui venait de pénétré dans sa cellule. Son odeur était âcre, le jeune sang-mêlé sentait de l'alcool et de la transpiration. Il se mouvait lentement dans l'ombre pensant ne pas être perçu mais Isma'ïl avait les sens aiguisés par plusieurs heures passer dans cette pénombre.
 
- T'sais ce qui t'attends sale merde ?
 
L'homme soûl avait enfin daigné révéler sa présence.
 
- Où il est ?
- Le vioc' ? Il a crevé en se pissant dessus pendant qu'on le tabassait !
 
Isma'ïl grogna de rage et s'il n'avait pas été enchainé au sol il se serait sans doute jeté sur son interlocuteur et l'aurais dépecé vivant. La réaction sembla amuser ce dernier qui se mit à rire sadiquement. La rage d'Isma'ïl continuait à grimper et son souffle saccadé s'accélérait, chaque parcelle de son corps était tendu et prêt à bondir dans le seul but de tuer.
 
- J'vais te saigner !
- Ta gueule ! Le boss va te décalquer demain et t'apprendre le respect pour avoir tué deux dès notre, après tu pourras crever.
 
Aussi incroyable que sa puisse paraitre l'ivrogne réussi à lui décroché un coup de pied en pleine face et à l'assommer par la même occasion. Isma'ïl avait perdu conscience si longtemps qu'il ne se réveilla qu'au milieu de ce qui semblait être une arène de fortune. Dans les "gradins" qui était en fait de simples amas rocheux, des dizaines de forbans hurlaient, buvaient et crachaient. Au centre de ce cercle chaotique le jeune sang-mêlé faisait face à un homme qu'il aurait reconnu dès le premier coup d'œil. C'était l'homme qui avait exterminé son clan il y a quelques années et qui l'avait envoyé errer dans le désert pendant plusieurs jours en pensant qu'un enfant ne survivrais pas. C'est là qu'il comprit comment le Bibliothécaire s'approvisionnait en livre, ces types-là devaient en récupérer lorsqu'ils attaquaient des convois Korruliens et ensuite ils les revendaient. Le Bibliothécaire avait dû sacrément les arnaqués ou les énerver pour voir sa maison brûler et se faire tabasser à mort. Isma'ïl réprima le sentiment de tristesse qui commençait à l'envahir alors qu'il se souvenait de son ami, ce n’était pas le moment de flancher la vengeance était à porter de main.
 
On lui retira ses liens et on lui jeta une arme aux pieds. Une arme qui n'avait d'épée que le nom, c'était un bout de ferraille émoussé qui n'avait sûrement jamais tranché autre chose que du tissu. Quoi qu'il en soit elle lui suffirait. Il examina en quelque secondes la situation, son adversaire et ses armes. Le forban en face de lui était un homme d'âge mûr, il avait passé ses meilleures années et sûrement perdu en vivacité ce qu'il avait gagné en expérience, il avait une carrure imposante et portait une large armure de cuir qui le protégerait à coup sûr de n'importe quel coup de l'arme modeste qu'on avait fournis à son adversaire. Lui au contraire était armé de deux épées courtes d'une manufacture impressionnante leur métal avait quelque chose d'unique et malgré la pauvreté des ornements elle dégageait une beauté envoutante. Isma'ïl en regardant son arme se dit qu'il aurait peine à parer les coups avec ça. Mais avant qu'il ne pousse plus loin sa réflexion son adversaire qui avait entamé une course dans sa direction se jeta sur lui et le jeune forban n'eut d'autres choix que de dévier difficilement les attaques avec son arme qu'on pouvait plutôt qualifier de bout de métal.  Le style de combat de son adversaire était brouillon mais très efficace, la seule raison pour laquelle Isma’ïl n’avait pas encore succombé à une de ses attaques résidait dans le fait que son adversaire se concentrait plus sur sa force que sur sa précision lui permettant de parer la plupart d’entre elles. Lorsque le flot continue s’arrêta les deux hommes se retrouvèrent face à face ; le plus jeune vérifiait l’état de son arme, actuellement en pire état que lorsqu’on lui avait donné et le plus vieux reprenait son souffle. L’ancien fût le plus rapide encore une fois et frappa le premier, il réussit à flanquer un coup de pommeau à Isma’ïl qui fut désarçonné un court instant. Suffisamment pour que son adversaire réussir à s’approcher et lui faire une grande entaille au niveau de l’abdomen. Il s’écarta d’un bon en arrière en sifflant de douleur, il mit sa main sur la blessure et se rendit compte qu’il était en train de se vider de son sang. Mais sa détermination occultait sa douleur et cette blessure ne faisait que décupler sa soif de sang et sa rage. Il empoigna son arme à deux mains et sauta sur son ennemi avant que celui-ci ne reprenne son assaut. Celui-ci eut à peine le temps de parer le coup d’épée et ne put parer le coup de genou qui vint se loger entre ses jambes. Le vieux avait beau être robuste un coup dans les partis ça fait toujours mal, et en l’occurrence ça lui avait fait assez mal pour laisser une ouverte à Isma’ïl qui s’engouffra dedans et planta sa lame dans le bras droit de son adversaire. Comme les évènements le laissaient présager, l’arme n’était pas assez aiguisée pour trancher entièrement le bras mais le claquement distinct signifiait au jeune homme qu’il avait touché l’os. Le vieux forbans lâcha son arme de main droite et recula avec le métal toujours planté dans le bras. Isma’ïl lui ramassa l’épée : ils se battaient maintenant à armes égales. Cette fois les deux adversaires foncèrent l’un vers l’autre en même temps, et leurs épées s’entrechoquèrent plusieurs fois avant le dénouement. Ce moment où Isma’ïl, profitant de l’invalidité du bras droit de son adversaire, le força a paré sur la droite avec son bras gauche pour l’épuisé avant de sauté sur son côté gauche et d’enfoncé son épée entre les côtes de celui-ci. Il remonta l’épée jusqu’en haut de la cage thoracique sentant chaque cotes se broyer devant sa force et la puissance de la lame. Il plongea sa main dans la fente qu’il venait de créer et arracha le cœur encore battant de son adversaire.
 
Isma’ïl le leva d’un air victorieux, semblant oublier toute notion de temps ou d'espace. Sa vengeance était accomplie et le poids qu’il avait sur le cœur semblait s’effacer. Il hurla de toutes ses forces, un hurlement de soulagement et de renouveau. Le Bibliothécaire lui avait souvent dit qu’on ne trouvait aucun repos dans la vengeance mais il se trompait car à cette instant Isma’ïl se sentait plus libre qu’il ne l’avait été pendant toute sa vie.
 
#

Même avec l'âge il s'estimait encore chanceux de s'en être tiré ce jour-là. Le fait que ces forbans n'obéissent qu'à la loi du plus fort lui avait été salutaire. Maintenant il était un vieux guerrier, mais il ne se passait pas une journée sans qu'il repense au jour de sa vengeance. Et après tout ce temps il savait que le Bibliothécaire avait finalement raison car la vengeance n'avait pas libéré la rage qu'il avait dans le cœur, elle l'avait seulement transformé en soif. Une soif insatiable et ardente. Isma'ïl ne l'avait pas compris immédiatement mais ce jour tracerais le reste de sa route. En tant que vainqueur d'un duel contre leur chef, il aurait dû le devenir à son tour jusqu'à ce qu'un autre le tue mais il refusa d'entré dans ce jeu et de devenir un forban comme les autres. Dans le court laps de temps qu'il passa ensuite parmi le clan il remarqua que les enfants étaient livrés à eux même et n'avait pas la place qui leur revenait. C’est-à-dire la place qu'on réserve à l'avenir. C'est pourquoi lorsqu'il quitta ses hôtes il n'eut qu'une requête c'est d'emmener les enfants avec lui, les forbans y répondirent avec joie en lui riant même au nez. Ce clan n'existe plus aujourd'hui. Isma'ïl était quelque part devenu comme ceux qui l'avait éduqué. Comme son chef de clan et son maître d'arme il voulait protéger les plus faibles (les enfants seulement) et comme le Bibliothécaire il avait compris qu'en les éduquant ils pourraient les rendre meilleurs que lui et ainsi laisser un héritage.  


Date d'anniversaire : 11 Velmos 1748
Phobie(s) : Pas de phobie extravagante. Il a la même peur que tout homme libre finir entre les 4 murs d'une prison et ne plus jamais pouvoir en sortir.
Tics/manies : Il a tendance à faire claquer sa langue en signe de désapprobation.
Rituel quotidien : Aucun
Autre particularité: Aucune


Ambition : Protéger son clan, lui offrir un meilleur avenir.
Secret : Il admire la vie et la culture Korrulienne.
Réputation : Son nom est connu de tous. Chez les forbans, il est aimé ou détesté mais tous le respecte. Chez les korruliens, on craint son clan d'enfant.


Où as-tu trouvé le forum ? Je me souviens plus
Première impression : C'est plus vraiment une première impression mais c'est toujours génial !
Robin Hobb ça te parle ? Ouep, je suis en train de finir le 4ème Assassin Royal Smile
Tes autres pseudos habituels : Odd, Asàf
Ton activité à prévoir : Plein, plein, plein.

avatar
Chamane

On m'appelle Azaëlle


Infos Personnage
RANG: FONDATRICE - Celle qui Dépossède
VILLE & APPARTENANCE : Arish / Chamane
MON AGE : 17 ans
Féminin
MESSAGES : 6355
AGE : 26
INSCRIT LE : 27/01/2011
PSEUDO HABITUEL : Saya
Joyaux : 1271
http://www.ile-joyaux.com/t539-azaelle-celle-qui-depossede http://www.ile-joyaux.com/t33-azaelle-celle-qui-depossede
Posté dans Re: Isma'ïl l'Ainé   - Jeu 2 Avr 2015 - 7:36

Re bienvenue !
Désolée du coup pour l'attente; j'avais posté une absence (fallait poser ta fiche plus tôt nah !)

Du coup c'est tout bon, je peux valider le papy ! Un Forban ca faisait longtemps, je suis bien contente d'en voir un nouveau et ça me donne envie de relancer ma Nausi !
Je te laisserai faire la fiche de ton kerkeïs du coup Smile
Bon rp !


Avatar par Jensounette ♥️
Doubles Comptes : Lalah Desnolancès, Nausicäa l'Indomptable, Skye Lewis, Peottre Tiasgasthorn, Esmeôr Aanka'Leï et Cynydd neuf-doigts
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum