AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
» Communication externe
par Loth de la Vision Mar 21 Juin 2016 - 15:06

» Réversa [ TOP ]
par Invité Ven 27 Mai 2016 - 8:21

» Le monde de Dùralas
par Invité Jeu 26 Mai 2016 - 7:00

» Anthalia
par Invité Dim 22 Mai 2016 - 15:17

» Marbrume, La Cité des Damnés
par Invité Lun 16 Mai 2016 - 15:07

» Questionnaire pour soutenir infinite RPG !
par Invité Sam 14 Mai 2016 - 17:33

» Escalus
par Invité Jeu 12 Mai 2016 - 9:02

» Mass Effect : Reborn
par Invité Mar 10 Mai 2016 - 15:00

» Forum en pause
par Asàf Lysereän Mar 10 Mai 2016 - 13:47


Le prix du devoir est aussi inestimable que celui de la vie.

avatar
Veilleur Pourpre

On m'appelle Enaîa Lysean Vara'Da


Infos Personnage
RANG: Bras Droit des Veilleurs Pourpres - Admin
VILLE & APPARTENANCE : Penjoie
MON AGE : 28 Ans
Féminin
MESSAGES : 739
AGE : 23
INSCRIT LE : 07/05/2012
PSEUDO HABITUEL : Harrods
Joyaux : 266
http://www.ile-joyaux.com/t750-croire-en-quelque-chose-et-ne-pas-le-vivre-c-est-malhonnete#17230 http://www.ile-joyaux.com/t726-enaia-lysean-vara-da-terminee#16682
Posté dans Le prix du devoir est aussi inestimable que celui de la vie.   - Mar 14 Avr 2015 - 15:10

L’aurore était tout juste naissante quand Enaïa sortit de son bureau, les mains occupées à tresser sa longue chevelure. De légères cernes marquaient son visage aux traits encore tirés par un court sommeil. Elle avait peu dormi, comme d’habitude. Elle y était habituée. Et elle n’en gardait pas moins une beauté exotique, dont les yeux lumineux semblaient s’embraser sous les premiers rayons de soleil qu’ils croisaient. Terminant son exercice capillaire qu’elle laissa retomber dans son dos, elle traversa ainsi les couloirs du QG, ajustant sa tunique pourpre rapidement enfilée au lever, tout en silence. Au détour d’un corridor, elle soupira en entendant la sonnerie générale qui servait de réveil, et les premiers soldats sortirent de leur dortoirs.

Elle était assise derrière le bureau du Colonel Jaardhen, l’un des meilleurs pilotes que pouvait compter les Veilleurs Pourpres, quand l’agitation du QG la retrouva aux hangars. Revoyant les derniers détails de leur plan de vol, Enaïa se releva et remercia le soldat avant de sortir de la petite pièce, retrouvant le courant d’air des entrepôts ouverts et qui se faufilait entre les speeders correctement alignés. Sa sortie croisa l’entrée d’une troupe de recrues sévèrement menée par un Officier, et elle les rejoint rapidement, saluant ses collègues, et ignorant les regards parfois angoissés des potentiels futurs soldats.

“Bonjour à tous, je suis le Commandant Vara’Da. J’espère que votre nuit a été paisible et reposante, car votre journée s’annonce éreintante. Et surtout, déterminante pour votre avenir.”

Elle laissa planer son regard doré sur la petite assemblée, s’arrêtant un peu plus longtemps sur ceux qu’elle avait eu l’occasion de connaître plus personnellement, au détour d’un entraînement ou d’une entrevue dans son bureau. Jaugeant les autres, de ses prunelles sévères mais toujours éclairées d’une bienveillance certaine. Elle espérait bien sincèrement que chacun d’entre eux rejoindrait bientôt les rangs des protecteurs de Korrul, tant pour le bien de leur pays, que pour leur réussite personnelle. Interrompant un silence qu’elle ne voulait pas un peu stressant, elle reprit :

“Vous serez divisez en formation de 3, chaque groupe accompagné d’un supérieur référant. Votre référant va vous appeler un par un, et vous le rejoindrez afin qu’il vous explique les conditions de votre mission d’aptitude.”

Elle se tut de nouveau, attrapant une feuille que l’un des officiers lui tendait, et sans perdre une minute, énonça les noms inscrit dessus.

“Keylän, Losän et Solverre, vous serez avec moi. Allez directement auprès des deux speeders là-bas.”

Leur indiquant de la main les vaisseaux susvisés, elle rendit la liste et dans quelques derniers mots pour ses collègues, se rendit auprès de son groupe. Elle les avait choisi au hasard, mais n’en connaissait aucun. D’un coup d’oeil, elle attendit que le Colonel Jaardhen et un autre pilote les rejoignent, avant de se concentrer sur l’explication de la mission.

“Notre mission est une mission de surveillance. L’objectif d'aujourd'hui est de récolter un maximum d’information sur un groupuscule de Forban qui sévit à l’Ouest de Penjoie. Nous devons savoir quand, comment et où ils comptent attaquer. La discrétion est de mise, je compte sur vous.”

Elle les observa, chacun, tour à tour. Que des hommes, les femmes se faisaient de plus en plus rare dans les nouvelles générations. Pour autant qu’elle sache, elle n’avait entendu que du bien de cette promotion de recrue, et espérait seulement que cette mission, simple d’apparence, ne tournerait pas comme bien souvent, en bataille générale.



DC : Azeor Desnolancès & Kezaël Lysereän & Kidjyïa Rijwan & Esheban Ondeluire & Riska les Deux Voix & Eyföhl Aanka'Leï & Céléno Thogen
avatar
Veilleur Pourpre

On m'appelle Chakib Solverre


Infos Personnage
RANG:
VILLE & APPARTENANCE : Arish
MON AGE : 17
Masculin
MESSAGES : 78
AGE : 25
INSCRIT LE : 10/04/2015
PSEUDO HABITUEL : Chakib Solverre
Joyaux : 52
http://www.ile-joyaux.com/t2827-chakib-solverre
Posté dans Re: Le prix du devoir est aussi inestimable que celui de la vie.   - Mar 14 Avr 2015 - 16:04

Dans une dizaine de minutes tout au plus, l'assourdissante alarme sonnerait sans scrupule le lever des soldats somnolents. Son regard se perdait dans l'immensité relative du plafond éclairé par la pâle lueur du petit matin, celle la même qu'émet le soleil en ouvrant les yeux. La chaleur était déjà étouffante. D'un geste discret, il se rehaussa et s'assit sur le bord de sa couche. Cela faisait maintenant plus d'une heure qu'il ne dormait pas. L'anxiété était venue le réveiller brutalement. Il le savait : aujourd'hui, il partirait sans doute en missions. Une petite boule s'était formée dans son estomac avant de remonter un à un les échelons de sa trachée. Il n'avait peur de rien. Sauf d'échouer.

A peine avait-il enfilé sa tunique que l'alarme sonna. D'un geste, il se leva. Déjà alerte, il éprouvait un peu d'amusement à voir ses camarades amateurs de sommeil peiner à sortir de leurs songes. Il fit coulisser la porte du dortoir et prit la direction des hangars. Huit de ses compagnons en formation lui emboîtaient le pas. Machinalement, il rehaussa le bandeau retenant ses cheveux, serpents ébènes qui s'amusaient à danser sur le tapis pourpre de sa tunique. A mesure qu'il passait devant les différents dortoirs, il apercevait les derniers soldats qui n'avaient pas encore rejoint les rangs. Il en salua certains d'un bref signe de la tête. Après avoir arpenter un dernier long couloir, lui et ses semblables s'engagèrent dans l'escalier les menant aux hangars.

Tous se dressèrent, droits, comme des marionnettes figées dans leur mouvement. Il releva le menton et observa la femme qui s'approchait d'eux. Il la connaissait. Le Commandant Vara’Da. Il avait eu la chance de la rencontrer lors de son arrivée au QG, puis de la croiser à plusieurs reprises, sans qu'elle ne lui prête vraiment attention.

"Bonjour à tous, je suis le Commandant Vara’Da. J’espère que votre nuit a été paisible et reposante, car votre journée s’annonce éreintante. Et surtout, déterminante pour votre avenir."

Il ne broncha pas. La prise de parole sans fioritures du Commandant avait pourtant déclenché toutes sortes de réactions en lui. Un petit soldat d'adrénaline était venu chasser la boule anxieuse qui nichait dans sa trachée. Un très léger frisson le parcourut rapidement. Il était définitivement un homme de défi. Alors qu'elle fit rouler un regard sur chacun des présents, Chakib s'efforça de ne pas baisser le sien.

"Vous serez divisez en formation de 3, chaque groupe accompagné d’un supérieur référant. Votre référant va vous appeler un par un, et vous le rejoindrez afin qu’il vous explique les conditions de votre mission d’aptitude."

Certains des officiers présents aux côtés du Commandant semblaient encore plus la craindre que la plupart des recrues présentes. L'un d'eux lui tendit une feuille de papier que Chakib ne parvint pas à identifier de si loin.

"Keylän, Losän et Solverre, vous serez avec moi. Allez directement auprès des deux speeders là-bas."

En entendant son nom, il porta la main droite à son bandeau et le rehaussa à nouveau. Il entendit bouger ses deux compagnons quelques rangs derrière lui. D'un pas assez lent pour leur permettre de recoller mais assez rapide pour ne pas paraître nonchalant, il rejoignit les speeders indiqués. Il ne connaissait Keylän et Losän que très peu mais qu'importe. S'ils étaient là à ses côtés, c'est qu'il étaient tout aussi compétents que lui. Ensemble, ils réussiraient leur mission, quelle qu'elle soit. Il leva le menton et attendit les explications.

"Notre mission est une mission de surveillance. L’objectif d'aujourd'hui est de récolter un maximum d’information sur un groupuscule de Forban qui sévit à l’Ouest de Penjoie. Nous devons savoir quand, comment et où ils comptent attaquer. La discrétion est de mise, je compte sur vous."

Les Forbans du désert... A l'entente de ce nom, sa pulsation cardiaque s'emballa légèrement. Voilà ce qu'il attendait depuis la promesse qu'il avait formulée à sa famille, depuis qu'il était arrivé ici. Voilà ce dont il parlait à ses camarades au réfectoire. Enfin il allait être utile à Korrul, à son pays. Enfin il allait agir contre ceux qui terrorisent, pillent, massacrent. L'anxiété l'avait entièrement quitté. Il ne put empêcher un sourire de venir rompre l'expression militaire de son visage hâlé. Les pas des derniers appelés rejoignant leurs référents résonnaient dans l'immensité du hangar.

Il se sentait prêt.
avatar
Veilleur Pourpre

On m'appelle Enaîa Lysean Vara'Da


Infos Personnage
RANG: Bras Droit des Veilleurs Pourpres - Admin
VILLE & APPARTENANCE : Penjoie
MON AGE : 28 Ans
Féminin
MESSAGES : 739
AGE : 23
INSCRIT LE : 07/05/2012
PSEUDO HABITUEL : Harrods
Joyaux : 266
http://www.ile-joyaux.com/t750-croire-en-quelque-chose-et-ne-pas-le-vivre-c-est-malhonnete#17230 http://www.ile-joyaux.com/t726-enaia-lysean-vara-da-terminee#16682
Posté dans Re: Le prix du devoir est aussi inestimable que celui de la vie.   - Mer 15 Avr 2015 - 3:04

Les premiers groupes étaient déjà sur le départ, les speeders décollaient un à un, laissant dans leur traînée, un courant d’air chaud puissant qui soulevaient les cheveux et faisait claquer les tuniques des derniers présents. Enaïa était de ceux là, et d’un geste de la main, elle invita le groupe qu’elle chapeautait à la suivre jusqu’à une table. Là, elle leur désigna des armes, des blasters, en majorité.

"Equipez-vous comme vous l’avez appris, nous partirons après. Keylän et Losän vous serez avec le Capitaine Waarmat, dans le speeder là-bas. Solverre tu viendras avec moi et le Colonel Jaardhen."

Attrapant ses propres armes, elle rangea son poignard dans le fourreau attaché à sa ceinture, glissa une lame plus fine au niveau de son mollet, et attrapa le blaster qu’elle crocheta sur son torse, prenant soin de ne pas l’activer. Une fois fait, elle donna le départ, et se rendit près du vaisseau qui l’accueillerait, laissant monter la recrue qui l’accompagnait. Avec l’aide du Colonel, elle chargea le reste du matériel, dont un sac contenant tout le matériel de secours et de survie nécessaire, et prit enfin place. Le cockpit se referma sur eux, et sans perdre de temps, les moteurs furent allumer à pleine puissance. Le speeder s’engagea doucement sur la piste, exécutant un demi tour parfait qui le tourna vers la sortie, et moins d’une minute plus tard, roulait déjà à pleine vitesse dans cette direction. Lorsque les roues se séparèrent du sol, pour laisser le vol reprendre ses droits.

"Nous allons atterrir à plusieurs mètres du camp Forban, ce qui nous permettra de ne pas nous faire repérer. Nous allons agir en formation déployée, avec la même répartition que dans les speeders. Un groupe prendra un côté, l’autre un autre côté. Le but n’est pas de les éliminer, je le rappelle, juste de récupérer les informations qui nous permettront de les coincer efficacement lorsqu’ils agiront en plus grand nombre. Néanmoins, si vous êtes en danger, ou repérez, agissez en conséquence et ne mettez pas vos camarades en danger."

Elle reposa le terminal de radio qui permettait de communiquer entre speeder et soupira, tout en s’enfonçant dans son fauteuil, bien peu confortable, mais dont elle avait l’habitude. Elle ne craignait pas pour cette mission, et était même plutôt confiante en générale. Chaque groupe était accompagné des meilleurs officiers que les Veilleurs pouvaient compter parmi eux. La réussite du test d'aptitude comptait aussi beaucoup sur l'accompagnement des supérieurs et sur leur façon de les responsabiliser. Dans son cas, Enaïa aimait ce genre de responsabilités. Elle était toujours fière de voir réussir de nouveaux soldats, autant que de leur inculquer des valeurs qui lui semblaient fondamentales. Mais sans être trop maternelle avec eux, elle mettait tout de même un point d’honneur à les voir réussir avec brio. Et exigence. Ne restant pas en place longtemps, elle se tourna sur son fauteuil pour regarder la jeune recrue avec eux et lui composa un sourire tout à fait amicale, et qui faisait presque erreur dans un cadre de mission tel que celui-là.

"Chakib c’est ça ? J’avais le même âge que toi lorsque je suis devenue soldat. Tu as peur ?"

Elle remarqua intérieurement que sa remarque la faisait sûrement passer pour une vieille qui racontait sa jeunesse, et cette pensée accentua son propre sourire. Quant à sa question, elle était sans gêne, car elle percevait la peur non pas comme une faiblesse, mais bien comme un moteur.



DC : Azeor Desnolancès & Kezaël Lysereän & Kidjyïa Rijwan & Esheban Ondeluire & Riska les Deux Voix & Eyföhl Aanka'Leï & Céléno Thogen
avatar
Veilleur Pourpre

On m'appelle Chakib Solverre


Infos Personnage
RANG:
VILLE & APPARTENANCE : Arish
MON AGE : 17
Masculin
MESSAGES : 78
AGE : 25
INSCRIT LE : 10/04/2015
PSEUDO HABITUEL : Chakib Solverre
Joyaux : 52
http://www.ile-joyaux.com/t2827-chakib-solverre
Posté dans Re: Le prix du devoir est aussi inestimable que celui de la vie.   - Mer 15 Avr 2015 - 6:35

Une mèche de cheveux virevoltante sous le souffle des premiers speeders s'échappant du hangar vint caresser sa joue. D'un geste, il la replaça derrière son épaule et fit quelques pas en direction de la table près de laquelle se tenait le Commandant. Blasters et armes blanches y avaient été déposés aléatoirement. Si certaines armes semblaient tout juste sorties de l'usine, d'autres portaient les stigmates de batailles passées.

"Equipez-vous comme vous l’avez appris, nous partirons après. Keylän et Losän vous serez avec le Capitaine Waarmat, dans le speeder là-bas. Solverre tu viendras avec moi et le Colonel Jaardhen"

Il laissa ses partenaires s'équiper avant d'attraper à son tour un blaster. En le sous pesant, il remarqua que la crosse de ce dernier était entaillée sur presque toute sa longueur, marque du danger bien réel qui l'attendait dans le désert qu'il s'apprêtait à arpenter. Il avait toujours excellé lors des exercices mais n'avait encore jamais pu prouver sa valeur en situation réelle. L'adrénaline qui s'était emparée de lui un peu plus tôt n'avait plus rien d'une sensation éphémère. Il crocheta le blaster au niveau de son cœur avant de faire glisser une fine lame dans un étui accroché à sa cuisse droite. Armé, il prit la direction du speeder à bord duquel il s'installa. Sans piper mots, il s'assit derrière les deux postes de pilotage. Le Commandant dégageait ce matin une aura qui le captivait. La confiance qui émanait d'elle aurait pu transformer le plus petit des orphelins en un soldat prêt à se sacrifier au front. Chakib n'avait plus qu'un objetcif : rendre le Commandant fier. La première poussée du speeder le secoua légèrement.

"Nous allons atterrir à plusieurs mètres du camp Forban, ce qui nous permettra de ne pas nous faire repérer. Nous allons agir en formation déployée, avec la même répartition que dans les speeders. Un groupe prendra un côté, l’autre un autre côté. Le but n’est pas de les éliminer, je le rappelle, juste de récupérer les informations qui nous permettront de les coincer efficacement lorsqu’ils agiront en plus grand nombre. Néanmoins, si vous êtes en danger, ou repérez, agissez en conséquence et ne mettez pas vos camarades en danger."

Le Colonel Jaardhen opina lentement alors qu'elle reposait le terminal de radio sur son socle. Chakib avait écouté attentivement les consignes dictées. Il était déjà rentré dans le processus de traitement de l'information. S'il n'était pas le plus costaud, il était très certainement le plus discret. S'il réussissait cette mission, il prendrait une sérieuse option vers le poste d'équipier de recherche qu'il convoitait. Ses journées passées dans dans les allées peuplées du marché d'Arish avaient entraîné ses oreilles à isoler la moindre conversation qui émanait du brouhaha ambiant. Cette mission était vraisemblablement faite pour lui. Une légère secousse l'arracha à ses pensées. En voyant le regard du Commandant rivé sur lui, il se rehaussa par réflexe et releva le menton.

"Chakib c’est ça ? J’avais le même âge que toi lorsque je suis devenue soldat. Tu as peur ?"

Le sourire de sa supérieure le décontenança quelque peu. Il était tellement rare d'être gratifié d'un geste amicale dans un moment semblable qu'il ne sut d'abord comment réagir. Après une rapide réflexion, il répondit, aussi sobrement que possible.

"Commandant, si j'ai peur, c'est uniquement de vous décevoir."

Il hésita un instant, puis reprit.

"Sauf votre respect Commandant, je pense qu'avoir peur maintenant serait une insulte à votre rang. Peut être que la peur me gagnera à la vue des Forbans, Commandant, mais je la dompterai. En quoi consistait votre première mission, Commandant ?"

Il se força presque à se taire tant il avait trouvé sa dernière question indiscrète. Qu'est ce qui avait bien pu le pousser, lui, soldat en formation, à déranger le Commandant avec des questions personnelles ? Il détourna le regard et rehaussa le bandeau retenant ses cheveux.

"Excusez-moi, Commandant."
avatar
Veilleur Pourpre

On m'appelle Enaîa Lysean Vara'Da


Infos Personnage
RANG: Bras Droit des Veilleurs Pourpres - Admin
VILLE & APPARTENANCE : Penjoie
MON AGE : 28 Ans
Féminin
MESSAGES : 739
AGE : 23
INSCRIT LE : 07/05/2012
PSEUDO HABITUEL : Harrods
Joyaux : 266
http://www.ile-joyaux.com/t750-croire-en-quelque-chose-et-ne-pas-le-vivre-c-est-malhonnete#17230 http://www.ile-joyaux.com/t726-enaia-lysean-vara-da-terminee#16682
Posté dans Re: Le prix du devoir est aussi inestimable que celui de la vie.   - Jeu 16 Avr 2015 - 0:36

Si la plupart des gradés faisaient preuve d’une retenue certaine à l’encontre des simples soldats, Enaïa n’était pas de ceux là. Son poste lui conférait admiration, autorité et respect, et elle appréciait cette distance naturellement posée par ce rang, mais elle n’en restait pas moins humaine, et toujours sensible à la découverte de l’autre. Aussi, en posant sa dernière question, elle était certaine d’obtenir des réponses que le jeune Solverre lui fournit avec une politesse remarquable. Lui-même se prit à lui demander qu’elle avait été sa première mission, avant de s’excuser platement, sûrement gêné d’avoir osé trop parler devant le Bras Droit des Veilleurs Pourpres. Là où des officiers pompeux auraient coupé court à la discussion, bien trop fiers pour adresser la parole plus longtemps à une recrue, le Commandant laissa un petit rire s’échapper de sa gorge.

“Il n’y a pas de quoi s’excuser. Je ne suis pas une divinité hors d’atteinte des questions.”

Souffla t-elle en le gratifiant d’un nouveau sourire rassurant. S’apprêtant à répondre, un rapide coup d’oeil du Colonel Jaardhen attira son attention et elle se remit en place dans son fauteuil pour l’écouter.

“Nous arriverons dans un peu plus de 15 minutes Commandant.”

Elle opina de la tête pour signifier qu’elle avait compris, et se tourna de nouveau à moitié, pour se reconcentrer sur Chakib, dont le visage sérieux et le regard déterminé lui laissait présager une belle réussite. Attentive à lui répondre, elle se remémora les jours les plus marquants de sa carrière, dont le premier, qui l’avait faite soldat.

“J’ai été assigné à l’arrestation urgente de quelques Forbans connus pour faire sauter tout ce qu’ils voyaient. Ils se dirigeaient vers le Festival de Bonne-Entente dans l’espoir de blesser le plus de monde possible avec leurs bombes artisanales. Nous avons pu les arrêter avant, mais nous avons été nombreux à passer très près d’exploser littéralement, car l’un d’eux a préféré se faire sauter que se rendre.”

Elle haussa les épaules à ce souvenir, comme si cette situation en était devenu banale, ce qui tira un rire rauque au Colonel, pourtant concentré sur le trajet. Enaïa avait l’habitude de voler en mission avec lui, et il appréciait le côté profondément humain de sa supérieure, quoi que pourtant sa cadette en âge. La très grande exigence dont elle faisait preuve au QG et lors de son travail était exemplaire, mais elle ne laissait jamais la sévérité aigrir ses propos ou son attitude. Et cette discussion en était la preuve. Elle aimait connaître les autres, surtout lorsqu’il s’agissait des futurs soldats qui travailleraient avec elle pour le bien de Korrul. Elle revient finalement sur la première remarque de Chakib, à propos de la décevoir, et reprit :

“Je suis certaine que je serai fière de toi à la fin de cette journée. Quant à la peur, quand elle arrivera, ne la repoussa pas, où c’est elle qui deviendra ton véritable ennemi. J’ai manqué perdre un bras à cause de ça.”

Le ton était un peu plus sérieux, sans être grave, elle ne voyait aucune honte à raconter ses gloires, comme ses échecs. Et ce souvenir lui fit penser à Thélador, son élève, qu’elle avait entraîné jour et nuit. C’est en voulant le protéger, qu’elle s’était blessée. Elle avait eu peur, pour lui, sans penser à elle, et s’était jetée dans la gueule du Styx sans réfléchir.



DC : Azeor Desnolancès & Kezaël Lysereän & Kidjyïa Rijwan & Esheban Ondeluire & Riska les Deux Voix & Eyföhl Aanka'Leï & Céléno Thogen
avatar
Veilleur Pourpre

On m'appelle Chakib Solverre


Infos Personnage
RANG:
VILLE & APPARTENANCE : Arish
MON AGE : 17
Masculin
MESSAGES : 78
AGE : 25
INSCRIT LE : 10/04/2015
PSEUDO HABITUEL : Chakib Solverre
Joyaux : 52
http://www.ile-joyaux.com/t2827-chakib-solverre
Posté dans Re: Le prix du devoir est aussi inestimable que celui de la vie.   - Ven 17 Avr 2015 - 3:54

Comme un enfant trop conscient de sa bêtise, il baissa les yeux au sol. Un rapide coup d'oeil lui permit de constater que le Commandant souriait encore et toujours. Il redresse le menton et la regarda sans un mot.

“Il n’y a pas de quoi s’excuser. Je ne suis pas une divinité hors d’atteinte des questions.”

Une divinité, non. Mais elle était tout de même le Bras Droit des Veilleurs Pourpres, un poste que lui n'occuperait sans doute jamais. Elle avait accompli bien des missions, et s'il était en vie, c'était avant tout grâce à des gens de sa trempe. Son sourire illuminait son visage comme un croissant de lune éclaire les nuits les plus sombres. Pourtant coincé dans un cockpit exigu, il n'y a aucun autre endroit dans lequel Chakib aurait aimé être. Lui, jeune soldat en formation, était gratifié d'un sourire par le Commandant Vara'Da. L'espace d'un instant, il avait oublié la présence du Colonel Jaardhen, et sursauta presque quand ce dernier prit la parole.

“Nous arriverons dans un peu plus de 15 minutes Commandant.”

Il se pencha un peu pour essayer d'apercevoir une trace quelconque à travers la vitre du cockpit, avant de se redresser, comprenant la stupidité de sa tentative. Qu'espérait-il voir ou trouver au milieu du désert ? Une horde de Forbans habillés de couleurs vives agitant des bras pour qu'on les repère ? Il eut un rictus amère en secouant la tête, comme pour chasser de lui la bêtise dont il venait de faire preuve. Il reporta toute son attention sur le Commandant.

“J’ai été assigné à l’arrestation urgente de quelques Forbans connus pour faire sauter tout ce qu’ils voyaient. Ils se dirigeaient vers le Festival de Bonne-Entente dans l’espoir de blesser le plus de monde possible avec leurs bombes artisanales. Nous avons pu les arrêter avant, mais nous avons été nombreux à passer très près d’exploser littéralement, car l’un d’eux a préféré se faire sauter que se rendre.”

Il buvait ses paroles comme il aimait dévorer les langues de Pitris qu'il arrivait à chiper étant gamin. Elle incarnait tout ce qu'il rêvait de devenir : un soldat accompli, fier, qui ne recule jamais devant l'effort tout en sachant se montrer humain. Bien au delà des officiers qui prenaient en charge les entraînements au QG, Chakib s'était aujourd'hui trouvé un modèle à suivre.

“Je suis certaine que je serai fière de toi à la fin de cette journée. Quant à la peur, quand elle arrivera, ne la repoussa pas, où c’est elle qui deviendra ton véritable ennemi. J’ai manqué perdre un bras à cause de ça.”

La première remarque du Commandant avait brutalement replongé Chakib dans la réalité du moment. Il partait en mission et devait se montrer à la hauteur de l'intérêt que lui portait le Commandant aujourd'hui. De quoi aurait-il l'air s'il la décevait, après qu'elle lui ai fait l'honneur de cette discussion ? Seulement, le feu de la curiosité brûlait plus qu'à l'accoutumé en lui, sans doute alimenté par les brindilles jetées par le Commandant.

“Perdre un bras, Commandant ? Mais co..”

Une large secousse vint éteindre l'incendie curieux et ramener tout le monde dans le temps présent. Après un instant silencieux, qui semblait avoir duré des heures, Chakib balbutia.

“Sommes nous, arrivés, Colonel ?“
avatar
Veilleur Pourpre

On m'appelle Enaîa Lysean Vara'Da


Infos Personnage
RANG: Bras Droit des Veilleurs Pourpres - Admin
VILLE & APPARTENANCE : Penjoie
MON AGE : 28 Ans
Féminin
MESSAGES : 739
AGE : 23
INSCRIT LE : 07/05/2012
PSEUDO HABITUEL : Harrods
Joyaux : 266
http://www.ile-joyaux.com/t750-croire-en-quelque-chose-et-ne-pas-le-vivre-c-est-malhonnete#17230 http://www.ile-joyaux.com/t726-enaia-lysean-vara-da-terminee#16682
Posté dans Re: Le prix du devoir est aussi inestimable que celui de la vie.   - Sam 18 Avr 2015 - 12:16

La curiosité de Chakib avait été piquée à vif par les paroles d’Enaïa, qui ne refusait jamais de livrer de bons conseils à ceux qu’elle verrait se battre à ses côtés. Cette jeune recrue en faisait partie, et s’il gardait une contenance polie et réservée, le Commandant était certaine de lire sur son visage, tout le sérieux et l’envie de réussir et de vaincre. Échanger quelques mots avec lui fut donc un réel plaisir, mais elle n’eut malheureusement pas l’occasion de prolonger la discussion, qu’une violente secousse agita le speeder, et elle fut obliger de s’asseoir correctement dans son siège pour ne pas se rompre la nuque. Lorsque enfin le calme revint, elle ne vit qu’une épais nuage de sable soulevé par l'atterrissage un peu plus brutal qu’habitudellement. Elle fronça les sourcils, et tourna un visage sévère, vers le Colonel Jaardhen.

“J’ai du faire une embardée, pour éviter les projections d’une bombe. Ils ont sécurisé le périmètre de leur camp, et ne vont pas tarder à venir voir ce qui a déclenché l’explosion si vous voulez mon avis.”

Répondit-il aussitôt que le regard inquisiteur de son supérieur se fut poser sur lui. Celle-ci approuva d’un signe de tête, et se détendit, attrapant le terminal radio pour s’assurer que l’autre équipe avait bien atterrie. Leur confirmation la rassura, et sans perdre de temps, elle se saisit d’un foulard qu’elle noua autour de son nez et de sa bouche. Le Colonel l’imita, et fit signe au jeune soldat de faire de même. La chaleur du désert et le sable rendaient la respiration très difficile. Il était donc important d’optimiser au mieux sa respiration et de s’assurer que l’air entrant n’était pas poussiéreuse.

“Nous allons sortir. Armez-vous et suivez-moi rapidement.”

Le cockpit fut ouvert, et avec agilité, Enaïa sortit du speeder, dardant rapidement son regard sur les alentours pour s’assurer que les Forbans n’étaient pas déjà à leurs trousses. Le calme habituel du désert l’accueillit seulement, et d’un signe de main, elle fit signe à ses deux coéquipiers de descendre. Détachant le blaster de son torse, elle vérifia le chargement et l’activa, prête à tirer au moindre signe suspect. D’un regard échangé avec le Colonel Jaardhen, elle le fit passer devant, et s’approcha de Chakib.

“Reste bien près de moi, et écoute attentivement tout ce qui se dit. Tu ne crains rien, mais si tu sens que la situation nous échappe, prépare toi le plus rapidement possible à tirer.”

Elle posa une main rassurante sur l’épaule du garçon, un sourire chaleureux masqué par son foulard de protection. Sans perdre de temps, elle désigna une direction, à leur droite et reprit :

“Nous allons nous approcher du camp, qui d’après nos informations, se trouvent en contrebas d’une dune. D’ici nous repérerons l’autre équipe, nous nous assurerons qu’ils sont en place avant de lancer la récupération d’informations. Vous êtes parés ?”

D’un regard, elle s’assura que les deux hommes qui l’accompagnaient étaient prêts et se tourna, prêt à avancer.



DC : Azeor Desnolancès & Kezaël Lysereän & Kidjyïa Rijwan & Esheban Ondeluire & Riska les Deux Voix & Eyföhl Aanka'Leï & Céléno Thogen
avatar
Veilleur Pourpre

On m'appelle Chakib Solverre


Infos Personnage
RANG:
VILLE & APPARTENANCE : Arish
MON AGE : 17
Masculin
MESSAGES : 78
AGE : 25
INSCRIT LE : 10/04/2015
PSEUDO HABITUEL : Chakib Solverre
Joyaux : 52
http://www.ile-joyaux.com/t2827-chakib-solverre
Posté dans Re: Le prix du devoir est aussi inestimable que celui de la vie.   - Dim 19 Avr 2015 - 11:57

Assurément, il connaissait la réponse à sa question avant même de la formuler. Il était impossible qu'un speeder s'arrête si brusquement sans y avoir été forcé. Le sable soulevé par l'arrêt du véhicule tournoyait un moment avant d'atterrir délicatement sur son lit. Le Colonel Jaardhen tourna légèrement la tête et s'excusa aussitôt auprès du Commandant.

“J’ai du faire une embardée, pour éviter les projections d’une bombe. Ils ont sécurisé le périmètre de leur camp, et ne vont pas tarder à venir voir ce qui a déclenché l’explosion si vous voulez mon avis.”

A ces mots, la main de Chakib partit immédiatement à la rencontre de son blaster. Ses cinq doigts saisirent la crosse de son arme, encore crochetée à son torse. Pour la première fois depuis le départ du QG, il avait chaud. De petites perles de sueurs roulaient le long de sa tempe. Du revers de sa main libre, il les balaya et rehaussa le bandeau qui retenait ses trop nombreux cheveux. Alors que le Commandant s'assurait du bien être de ses coéquipiers, il comprit qu'il était en sécurité. Pour le moment.

“Nous allons sortir. Armez-vous et suivez-moi rapidement.”

Il noua grossièrement son foulard autour du visage et s'assura que ses narines et sa bouche étaient suffisamment protégées. Dans les pas du Commandant, il quitta le vaisseau. Il se souviendrait sans doute toute sa vie de son premier pas hors du speeder. La lumière bleutée de son blaster, indiquant que ce dernier était chargé, bien visible dans la relative obscurité du vaisseau, disparut sous les rayons du soleil. Index sur la gâchette, il s'attendait à tomber nez à nez avec un ennemi. Mais rien de tel ne se produisit. La chaleur croissait encore et fit bouillir en lui un mélange mal dosé de peur et d'excitation.


“Reste bien près de moi, et écoute attentivement tout ce qui se dit. Tu ne crains rien, mais si tu sens que la situation nous échappe, prépare toi le plus rapidement possible à tirer. Nous allons nous approcher du camp, qui d’après nos informations, se trouvent en contrebas d’une dune. D’ici nous repérerons l’autre équipe, nous nous assurerons qu’ils sont en place avant de lancer la récupération d’informations. Vous êtes parés ?”

D'un hochement de tête appuyé, il fit comprendre à son supérieur qu'il était d'attaque. De petits pas en petits pas, le groupe atteignit facilement la position indiquée. Chakib exécuta alors parfaitement ce qu'il avait appris ces deux dernières années au QG. Les souvenirs lui étaient limpides. Il se coucha, d'abord, en s'assurant que l'avant de la dune sur laquelle il était installé ne risquait pas de se désagréger. Le moindre grain de sable qui s'amuserait à se faire la malle entraînerait ses copains. Et tout le groupe serait probablement repéré. D'un geste, il raccrocha son blaster à son torse. Puis, il attrapa sa paire de jumelles thermiques, soigneusement rangée dans la poche de la cuisse droite de sa combinaison. Il balaya l'horizon et finit par voir apparaître sur son petit écran trois tâches orangées. Il s'agissait de l'équipe n°2. Comme lui avait appris un officier lors d'une séance d'entraînement visant à l'orienter vers le poste d'équipier de recherche, il leva la main droite. Son index et son majeur étaient joints. Son annulaire était replié mais son petit doigt, lui, était dressé. Il constata sur son écran qu'une des trois formes lui répondit du même geste. Ils étaient en place.

A sa droite, le Commandant l'observait, tandis que le Colonel s'était positionné quelques mètres derrière eux pour surveiller leurs arrières. Chakib abaissa ses jumelles dans le creux qui servait de ville au Forbans. Il compta d'abord huit ennemis, avant de recompter, et d'en découvrir quatre de plus.

"Commandant..." chuchota-t-il "Ils sont nombreux. Neuf hommes et deux femmes, je pense. S'ils ont des blasters, ils ne sont pas allumés. Aucune arme à énergie n'apparaît au contrôle. Je vais mettre en place le dispositif d'écoute, Commandant."

De la plus petite poche de sa combinaison, située en dessous du genou gauche, il extirpa une petite tige métallique. Méticuleusement, il l'installa dans le sable et déplia en son sommet une minuscule parabole qu'il orienta vers l'équipe n°2. Alignée avec le champ réflecteur de la deuxième équipe, la sienne pourrait voler les conversations du clan en contrebas. Les ondes sonores ascendantes seraient piégées dans le champ réflecteur et captées par son dispositif.

Il enclencha son oreillette et inclina légèrement la parabole. Il n'entendit qu'une phrase.

"Tue les."
avatar
Veilleur Pourpre

On m'appelle Enaîa Lysean Vara'Da


Infos Personnage
RANG: Bras Droit des Veilleurs Pourpres - Admin
VILLE & APPARTENANCE : Penjoie
MON AGE : 28 Ans
Féminin
MESSAGES : 739
AGE : 23
INSCRIT LE : 07/05/2012
PSEUDO HABITUEL : Harrods
Joyaux : 266
http://www.ile-joyaux.com/t750-croire-en-quelque-chose-et-ne-pas-le-vivre-c-est-malhonnete#17230 http://www.ile-joyaux.com/t726-enaia-lysean-vara-da-terminee#16682
Posté dans Re: Le prix du devoir est aussi inestimable que celui de la vie.   - Mar 21 Avr 2015 - 16:59

Allongée dans le sable bouillant dont le protégeait son uniforme de soldat, Enaïa était aussi concentrée qu’à son habitude. Si ce n’est plus. Cette mission était d’une importance cruciale, tant pour les informations qu’ils récolteraient, que pour la réussite des trois recrues qui jouaient, - si tel était le mot approprié-, leur avenir. Près d’elle, Chakib menait une à une les opérations nécessaires à l’écoute, et d’un oeil attentif, son mentor l’observait. Sans un mot, elle le laissa mettre en place le système, approuvant l’autonomie et l’assurance dont il faisait preuve. La peur dont elle lui avait parlé ne semblait pas l’atteindre pour le moment, au contraire, il agissait aussi remarquablement qu’un soldat nommé. Doucement, elle tira d’une poche de sa ceinture, une oreillette similaire à celle du jeune homme, signifiant au Colonel qu’il pouvait faire de même, et attendit que le signal soit activé. Un frisson la parcourut soudainement lorsqu’elle entendit la même phrase que ses autres camarades de combat, et instinctivement, posa un regard assuré sur la recrue qu’elle comptait dans son groupe. D’un geste vif, elle se saisit des jumelles qu’elle brandit en direction du camp, avant de se reculer brutalement.

“Groupe 2, quatre forbans se dirigent vers nous, sans doute à la recherche du speeder qui a déclenché l’explosion. Gardez les autres en surveillance.”

Murmura t-elle de manière compréhensible malgré la discrétion de mise, dans le terminal de radio qui permettait aux Veilleurs de communiquer entre eux. D’un signe de main, elle ordonna au Colonel de se rapprocher, et lui indiqua le vaisseau posé, à quelques mètres derrière eux. La mission ne se déroulerait pas aussi facilement que prévu, et ce changement de situation laissait présager un affrontement inévitable.

“Solverre, tu vas rester ici, l’écoute doit absolument avoir lieu. Nous allons te couvrir avec le Colonel, mais reste aux aguets et préviens nous s’il y a du mouvement.”

Son regard doré s’était visiblement durci, sous l’adrénaline du proche combat, ainsi qu’une certaine peur, habituelle, de toujours faillir et risquer la vie de l’un des siens. Elle adressa tout de même à Chakib un hochement de tête qui se voulait rassurant, et se détourna, glissant agilement dans le sable pour se positionner derrière lui, en direction du trajet emprunté par les forbans qui approchaient. La chaleur du désert rendait l’horizon trouble et vacillant, si bien que la silhouette des quatre hommes ne se dessina pas clairement avant qu’ils aient atteint le speeder. Dans le vallonnement des dunes et du sable, les trois Veilleurs n’avaient toujours pas été repérés, et d’un signe vif de deux doigts, Enaïa enjoint au Colonel de prendre un des côtés. Rapidement, ils se mirent en position, allongés dans le sable, blaster en joue.

“Feu.”

Ordonna t-elle simplement, avant qu’un bruit sec de laser ne résonne faiblement dans l’air. Des râles, des grognements, et des cris montèrent aussitôt du vaisseau, avant que l’une des silhouette ne fonde vers eux, à toute vitesse, un long coutelas achevant un bras tendu. L’autre s’éloignait en courant en direction du camp, mais termina projeté à terre par un second tir de la part du Colonel. Il ne bougea plus, comme les deux autres précédent. Mais le dernier survivant venait de repérer Chakib et se rapprochait dangereusement. Il n’aurait pas le temps de le viser. Se redressant, Enaïa bondit sur ses jambes et se mit à courir le plus rapidement possible, avant de sauter sur le sang-mélê, et de le plaquer au sol, tombant avec lui, juste derrière le jeune homme, qu’il rata de peu. Plus grand, plus fort, il se retrouva au-dessus du Commandant, qui repoussa une lame acérée. Son esprit accéléra la cadence, il était hors de question que Chakib n’achève cet homme pour elle, et abandonne son poste. l’objectif était trop important. Alors, quand son regard se posa sur le poignard accroché à la cuisse du futur soldat, elle se débattit comme un félin pris au piège, l’attrapa et sans plus réfléchir, le planta avec force dans la nuque du Forban qui s’affala sur elle dans un gargouillis de sang.

“Prépare ton blaster, les autres ne vont pas tarder. On doit défendre l’enregistrement coûte que coûte.”

Souffla t-elle alors qu’elle se dégageait du cadavre qui pesait lourd pour se redresser et attraper sa propre arme, essuyant la lame qu’elle avait emprunté à Chakib avant de lui tendre, dans un regard déterminé.

"Merci."



DC : Azeor Desnolancès & Kezaël Lysereän & Kidjyïa Rijwan & Esheban Ondeluire & Riska les Deux Voix & Eyföhl Aanka'Leï & Céléno Thogen
avatar
Veilleur Pourpre

On m'appelle Chakib Solverre


Infos Personnage
RANG:
VILLE & APPARTENANCE : Arish
MON AGE : 17
Masculin
MESSAGES : 78
AGE : 25
INSCRIT LE : 10/04/2015
PSEUDO HABITUEL : Chakib Solverre
Joyaux : 52
http://www.ile-joyaux.com/t2827-chakib-solverre
Posté dans Re: Le prix du devoir est aussi inestimable que celui de la vie.   - Mer 22 Avr 2015 - 10:38

“Solverre, tu vas rester ici, l’écoute doit absolument avoir lieu. Nous allons te couvrir avec le Colonel, mais reste aux aguets et préviens nous s’il y a du mouvement.”

Son cœur battait maintenant anormalement vite. Les innombrables sessions d'entraînement pouvaient bien enseigner toute la théorie rassemblée dans la bibliothèque des Veilleurs, rien ne pouvait vraiment préparer à une telle situation de danger immédiat. La chaleur ne l'inquiétait plus. Seules les sueurs froides de la concentration l'animaient, tandis qu'il sentait le Commandant et le Colonel se préparer à l'attaque. Le hochement de tête du Commandant lui redonna le peu de confiance qu'il lui manquait pour ne pas basculer de la peur à la panique. Alors que ses supérieurs se mettaient en place dans son dos, Chakib ajusta ses jumelles et oreillettes. L'équipe n°2 n'avait pas encore bougé. Alors que les quatre Forbans en approche disparaissaient progressivement de son écran de contrôle, il constata que le reste du clan n'avait pas bougé. Faisant confiance aux capacités du Commandant, il se désintéressa complètement de ce qui se passait dans son dos pour mener à bien sa mission.

La vent qui se levait par courtes rafales rendait se tâche compliqué. Le grésillement des grains de sables pris dans le champs de confinement auditif l'obligea à corriger plusieurs fois la trajectoire de sa parabole. Au milieu du capharnaüm lui brisant les tympans, il finit par capter une voix. Une voix grave, sinistre, qui semblait correspondre à la voix que prêtait Chakib aux méchants qui peuplaient les contes que sa mère lui racontait jadis. L'accent sifflant du sauvage rendit la compréhension du message encore plus compliquée.

“Dans deux jours... krrrkrrr... caravane de marchands passera près du campement...krrrkrrr... prenons le contrôle, jusqu'à Penjoie. Une fois introduit dans le marché...krrrkrrr... pillage et massacre à volonté...krrrkrrr...”

Chakib se retourna brusquement. Trop concentré sur sa mission, il n'avait même pas prêté attention aux hostilités qui avaient déjà commencées derrière lui. Une légère fumée, difficilement perceptible en plein jour, émanait de deux cadavres au loin. Une troisième silhouette s'effondra comme un pantin désarticulé, dans l'axe du camp. Soudain, la voix du Forban arracha le jeune Veilleur à ce funèbre spectacle. Le reste de la troupe avait vu leur camarade tomber.

“Saloperie de Veilleurs...krrrkrrr... plus nombreux que prévu...krrrkrrr... tant pis, il y aura plus de victimes...krrrkrrr...”

Les huit silhouettes s'agitèrent au cœur du camp. Sur l'écran des jumelles thermiques, Chakib vit clairement dix petites tâches apparaître et se teinter de rouges. Des blasters, sans l'ombre d'un doute. Les premiers tirs fusèrent dans la direction de l'équipe n°2. Tout à coup, Chakib sentit une main glisser sur sa cuisse gauche et la priver de son poignard. L'espace d'un instant, avant même de se retourner, tout le sang de son corps inonda son cerveau. Un milliard de questions se bousculaient entre les parois décidément trop rapprochées de sa minuscule tête. Il allait mourir, maintenant. Au milieu du désert des murmure. Sans avoir pu mener à bien sa première mission d'équipier de recherche. Sans avoir pu rendre le Commandant fier, sans avoir jamais pu remplir l'objectif qu'il s'était fixé : protéger sa famille.

La seconde suivante, il se retourna, prêt à rejoindre Ruyn. En voyant le Commandant maculé du sang de sa victime, il écarquilla les yeux et poussa un râle primaire, stimulé tant par le soulagement d'être en vie que par la honte qu'il éprouvait d'avoir été si faible d'esprit.

"Prépare ton blaster, les autres ne vont pas tarder. On doit défendre l’enregistrement coûte que coûte."

Tout allait vite. Très vite. D'un geste adroit, Chakib rangea le dispositif d'écoute et le glissa dans le poche d'où il l'avait tiré, plus tôt. Sans même y réfléchir, il saisit ensuite son blaster et l'alluma sans quitter des yeux l'écran thermique. Des faisceaux de lumière fusaient de bas en haut, à mesure que les Forbans ajustaient leurs tirs. Le Commandant lui rendit son arme blanche, qu'il glissa dans son étui avant de mettre en joug un ennemi qui se rapprochait trop dangereusement.

Il ne pouvait pas laisser le Commandant risquer sa vie pour lui une nouvelle fois. Il retint sa respiration, porta le viseur à son œil gauche et finit par appuyer sur la gâchette. Un seul rayon traversa les trente mètres qui le séparaient de sa première victime, qui s'affala sur le sable, un trou fumant au niveau de la tempe. Sans y réfléchir, il se leva et se rapprocha dangereusement du camp, en courant, prenant en joug une nouvelle cible. Une femme cette fois-ci. Elle s'effondra avant même qu'il ne puisse ajuster sa visée, touchée par un tir de l'équipe n°2. Dans sa tête, Chakib effectua un rapide calcul : il ne devait rester que cinq ennemis. Poussé par l'instinct de survie, il se mit à couvert derrière une caisse en bois rudimentaire, qui devait servir de table aux sang-mêlés. Il ne restait plus que deux ennemis. Un. Une femme venait de tomber à plat ventre, perforée par un tir de blaster qui fit voler en éclats la cachette de Chakib. Un rire puissant se mêla aux bruits stridents de la bataille.

"Allez, viens, petit Veilleur, viens connaître le même sort que ton camarade !"

Au milieu du sable virevoltant et des copeaux de bois, une silhouette émergea. Si le Forban était à peine plus grand que lui, il devait bien peser le double de son poids. Ses yeux dorés luisaient de manière inquiétante alors que sa tenue primitive laissait deviner des muscles bien trop imposants. Blaster dans la main gauche, machette dans l'autre, il arrosait le champ de bataille de tirs hasardeux et de rires terrorisants. A ses pieds, une forme sombre et immobile disparaissait lentement sous le sable. Quelques morceaux d'un tissu pourpre demeuraient visible. La cape d'un Veilleur.
avatar
Veilleur Pourpre

On m'appelle Enaîa Lysean Vara'Da


Infos Personnage
RANG: Bras Droit des Veilleurs Pourpres - Admin
VILLE & APPARTENANCE : Penjoie
MON AGE : 28 Ans
Féminin
MESSAGES : 739
AGE : 23
INSCRIT LE : 07/05/2012
PSEUDO HABITUEL : Harrods
Joyaux : 266
http://www.ile-joyaux.com/t750-croire-en-quelque-chose-et-ne-pas-le-vivre-c-est-malhonnete#17230 http://www.ile-joyaux.com/t726-enaia-lysean-vara-da-terminee#16682
Posté dans Re: Le prix du devoir est aussi inestimable que celui de la vie.   - Jeu 23 Avr 2015 - 16:30

Le désert, autrefois si calme, était devenu un véritable champ de bataille. Les Forbans, alertés par les cris de leurs compagnons morts, avaient vite fait de comprendre que le speeder n’avait pas fait que passer. L’ennemi était au sol, et ils devaient les réduire à néant le plus rapidement possible. Alors, au milieu des nuées de sable soulevées par le vent et l’action, les tirs de blaster se croisaient, les hurlements se répondaient et les ordres s’élevaient. Du haut de la dune où ils étaient postés pour la surveillance, Enaïa avait dégringolé jusqu’au centre du campement, après que l’un des sauvages ne l’ai pris en charge. Elle avait évité un coup mortel de peu, mais avait terminé sa chute près d’une tente de fortune, le visage dans la poussière. L’adrénaline l’avait relevé rapidement, et son premier instinct fut de chercher du regard sa recrue, Chakib. Elle le repéra plus loin, lui aussi avait rejoint le camp, arme en main, prêt à tirer. Et vivant. Un cri déchirant la fit sursauter tout aussitôt, et elle tourna vivement la tête, se saisissant de son blaster.

“Keylän est touché !”

Le coeur du Commandant se serra brutalement, alors qu’elle se mettait à courir en direction du corps inanimé qui venait de tomber, dans un gémissement de douleur. Elle s’arrêta brutalement et sauta à terre, un tir de blaster manquant lui roussir le crâne. Le dernier survivant Forban ne semblait pas prêt à se rendre, et il se dirigeait dangereusement vers Chakib, à présent à découvert. La respiration de la femme soldat s’accéléra instinctivement, en voyant sa jeune recrue prise au dépourvu.

“Chakib !”

Hurla t-elle, alors qu’elle se relevait, interdisant d’un geste de main à l’officier chargé de la seconde équipe de tirer. La puissance du blaster risquerait de blesser le jeune homme qui se trouvait trop près du sauvage, dont il ne tarderait pas à faire les frais. A bout de souffle, elle se remit à courir vers lui, éliminant la distance qui la séparait du futur soldat prometteur. D’une main, elle tira une sorte de boule de l’une de ses sacoches et la jeta dans leur direction. Elle explosa et répandit une fumée opaque et grisâtre, qui couvrit la dizaine de mètres qui les entourait. Sans hésitation, Enaïa pénétra dans la brume quasiment irrespirable et attrapa Chakib, dont elle avait visualisé l’exacte position, pour le tirer de là. Sans douceur, elle le poussa hors du cercle de fumée et sauta à ses côtés, alors qu’une main rude se saisit de ses cheveux, et la tira en arrière, lui tirant un hurlement. Dos au sable, les quatre fers en l’air, elle eut tout le loisir de distinguer au dessus d’elle, la forme imposante du Forban qui la tenait férocement par la tresse. Elle grimaça, la douleur étant soutenable mais la position très mauvaise, elle se débattit comme un animal en prise au pire des pièges et tira l’une de ses lames.

“Tire !”

Cria t-elle à Chakib qui était le plus près, alors qu’elle se contorsionnait autant qu’elle le pouvait pour enfoncer le couteau dans la main qui la maintenait prisonnière, et qui la lâcha. Dans un dernier réflexe, elle plongea dans le sable, en avalant au passage, les mains sur la tête, pour se protéger du tir du blaster qui lui passa au-dessus et acheva sa course dans le crâne du guerrier.



DC : Azeor Desnolancès & Kezaël Lysereän & Kidjyïa Rijwan & Esheban Ondeluire & Riska les Deux Voix & Eyföhl Aanka'Leï & Céléno Thogen
avatar
Veilleur Pourpre

On m'appelle Chakib Solverre


Infos Personnage
RANG:
VILLE & APPARTENANCE : Arish
MON AGE : 17
Masculin
MESSAGES : 78
AGE : 25
INSCRIT LE : 10/04/2015
PSEUDO HABITUEL : Chakib Solverre
Joyaux : 52
http://www.ile-joyaux.com/t2827-chakib-solverre
Posté dans Re: Le prix du devoir est aussi inestimable que celui de la vie.   - Sam 25 Avr 2015 - 1:50

Il essayait tant bien que mal de se relever. Le bruit sourd de l'explosion de sa cachette perturbait ses sens. Il titubait vaguement, le regard rivé sur son avant bras criblé de morceaux de bois. Son ennemi s'approchait dangereusement. Il n'aurai pas le temps d'ajuster sa visée, ni même de saisir une quelconque arme banche. Soudain, une nouvelle explosion retentit. Une épaisse brume naquit, privant de sa vue celui qui n'avait déjà ni équilibre ni ouïe. Dans ce désert sensoriel, Chakib sentit finalement une main l'agripper au niveau du col et le balancer plus loin. Après ces quelques secondes d'obscurité, les rayons du soleil lui brûlait autant les yeux qu'à un nouveau né. La dernière minute de combat avait été terriblement éprouvante. Dans un dernier effort, il parvint à se calmer et à se dresser sur ses jambes, protégeant son regard de son avant bras, qu'il avait placé sur son front. C'est alors qu'il vit le Commandant se défaire de l'emprise du Forban.

“Tire !”

Il ne prit même pas le temps de porter le viseur à son œil. D'un geste, il déplia son bras et appuya sur la gâchette. Elle n'était même pas encore relâchée que le faisceau d'énergie était déjà allé se loger dans le front de sa cible.

Sans ne plus réfléchir qu'au bien être de ses pairs, il désactiva son blaster, le crocheta à son torse et courut vers la cape flottant au vent. Tout en suppliant Ruyn de ne pas avoir déjà accueilli en son monde un jeune Veilleur, il fit de son mieux pour dégager le corps inanimé, recouvert de sable. Il le retourna enfin. Un fin filet rouge fuyait sur sa peau rendue graveleuse par le sable. Sur son front, un trou béant. Il reconnut alors Keylän. C'était un camarade exemplaire, qui avait toujours fait preuve d'assiduité aux entraînements et d'une certaine adresse au tir. Chakib ne lui avait jamais vraiment parlé, bien qu'il ait gardé le souvenir d'une conversation dans les dortoirs, à peine une semaine après le début de leur formation. Keylän venait de Penjoie. Il avait récemment perdu son père. Assassiné par des Forbans. Ruyn, puisses-tu leur offrir une vie plus paisible.  Chakib posa deux doigts sur les lèvres du cadavre et abaissa ses paupières ensablées avant de se relever. Une goutte tiède perlait à la commissure de son œil droit.

“Keylän est mort, Commandant.”

Dans un ultime effort, il saisit la victime à bras le corps et la remonta tant bien que mal près du Capitaine Waarmat, qui l'attendait près de son speeder. Sans un mot, il déposa le corps. Il gratifia son supérieur d'un hochement de tête. Sa main gauche alla se perdre dans une poche de sa combinaison d'où il extirpa une minuscule statuette, accrochée au bout d'un fil grossier, tressé en herbefeu. Les mains jointes, le cœur noué, il pria. Les quelques minutes de silence contrastaient avec le capharnaüm auquel le désert avait été soumis quelques instants plus tôt. Mais lui n'en gardait pas les stigmates. Une brise légère s'amusait entre les dunes qui frémissaient à son passage. Le désert oublie les drames qu'il vit avec l'insouciance des enfants qui ne pensent qu'à jouer.

Le Commandant se tenait à ses côtés, maintenant. Sans un mot, il lui tendit le cube qui contenait l'intégralité de l'enregistrement. La fierté d'une mission accomplie ne saurait jamais laver l'échec d'un décès prématuré. D'un pas las, il regagna l'emplacement de son speeder, dissimulé derrière la dune la plus proche.  
avatar
Veilleur Pourpre

On m'appelle Enaîa Lysean Vara'Da


Infos Personnage
RANG: Bras Droit des Veilleurs Pourpres - Admin
VILLE & APPARTENANCE : Penjoie
MON AGE : 28 Ans
Féminin
MESSAGES : 739
AGE : 23
INSCRIT LE : 07/05/2012
PSEUDO HABITUEL : Harrods
Joyaux : 266
http://www.ile-joyaux.com/t750-croire-en-quelque-chose-et-ne-pas-le-vivre-c-est-malhonnete#17230 http://www.ile-joyaux.com/t726-enaia-lysean-vara-da-terminee#16682
Posté dans Re: Le prix du devoir est aussi inestimable que celui de la vie.   - Sam 25 Avr 2015 - 15:54

Le calme pesant, tant par son silence que par sa sécheresse, reprenait ses droits sur le désert de nouveau inanimé. Enaïa s’était relevée rapidement, époussetant son visage du sable qui s’y était accroché quand elle avait plongé pour laisser passer le tir final de Chakib. Ses vêtements aussi, laissaient entrevoir les stigmates d’un combat rapide mais rude, où le sang colmatait avec la poussière. Elle n’était pas blessée, simplement quelques coups, mais son corps entraîné s’en remettrait rapidement. Son regard doré pourtant, s’était terni d’une once d’affliction et cherchait maintenant le jeune homme qui s’était bravement battu. Elle le trouva près du corps inanimé de Keylän, et s’en approcha, redoutant presque d’entendre la triste vérité de la bouche du futur soldat. Elle avait vu tellement de détermination dans son regard, qu’elle craignait qu’une telle perte ne la lui enlève. Elle posa, malgré tout, un regard sans pitié, mais compatissant, éclairé d’un vague sentiment d’habitude.

“Je suis désolée.”

Souffla t-elle tout de même, dans un mélange de politesse et de sincérité. Elle n’arrivait plus vraiment à distinguer les deux. Elle avait combattu si près de la mort tant de fois, et perdue tant de vaillants soldats, de véritables camarades souvent, trop souvent, pour être toujours aussi sensible qu’au premier jour, où elle en vomissait de dégoût. Chakib passerait par là aussi, sûrement. Et il s’en remettrait, trouverait un moyen de palier cet étrange sentiment de tristesse pour un quasi inconnu. Le pire pour lui serait de perdre un ami, comme la plupart des combattants l’avaient déjà vécu.

Dans un soupir las, le Commandant suivit Chakib qui portait le corps de son compagnon décédé, et laissait traîner sur lui des yeux presque admiratifs, face à une telle réaction. Sans un mot, elle le laissa prier après avoir déposer et honorer le cadavre, et tendit simplement la main pour récupérer les enregistrements quand il les lui tendit. En relevant la tête, elle croisa le regard du Capitaine chargé de Keylän et murmura :

“Capitaine Waarmat, rejoignez moi dans mon bureau à notre retour. Nous devons faire le nécessaire pour Keylän.”

Sans sévérité aucune, ni jugement de valeur, elle lui adressa un signe de tête en remerciement, et suivit les pas de sa jeune recrue, pour rejoindre le speeder où les attendait déjà le Colonel, occupé à vérifier que le vaisseau n’avait pas été touché. Finalement, les trois combattants étaient dans les airs quelques minutes plus tard et le trajet se déroula dans le plus grand des silences.

Le soleil était à son pic quand le speeder toucha terre dans les hangars du QG. Dans un soubresaut significatif de l’atterrissage, il s’immobilisa au bout de quelques mètres, alors que les premiers techniciens se ruaient à l’assaut des moindres défaillances. Enaïa descendit, le visage fermé et se dirigea vers le bureau des entrepôts pour y faire un rapport détaillé au responsable du site. Lorsqu’elle en sortit, se fut pour voir le cadavre du jeune Keylän porté et couvert par un drap blanc, pour être emmené à la morgue, du côté de l’infirmerie. Les speerders étaient déjà déchargés et chouchoutés, quand le Commandant s’approcha de Chakib, qui rangeait ses armes.

“Solverre, allez vous reposer quelques heures et soignez vous. Et revenez me voir quand cela vous semblera opportun. Je suis fière de vous.”

Déclara t-elle, ne laissant que peu de place à une nouvelle vague de compassion. Elle n’était pas inhumaine, mais trop de pitié était encore plus dangereuse que la pire des armes. Dans un dernier regard assuré au jeune homme, et un hochement de tête, elle se détourna, rattachant sa cape pourpre qu’elle avait retiré pour la mission et se dirigea vers ses quartiers, où elle vivait et travaillait. Une longue après-midi l’attendait, mais elle espérait que Chakib aurait le courage de franchir sa porte, afin qu’elle puisse le féliciter sincèrement de sa conduite.



DC : Azeor Desnolancès & Kezaël Lysereän & Kidjyïa Rijwan & Esheban Ondeluire & Riska les Deux Voix & Eyföhl Aanka'Leï & Céléno Thogen
avatar
Veilleur Pourpre

On m'appelle Chakib Solverre


Infos Personnage
RANG:
VILLE & APPARTENANCE : Arish
MON AGE : 17
Masculin
MESSAGES : 78
AGE : 25
INSCRIT LE : 10/04/2015
PSEUDO HABITUEL : Chakib Solverre
Joyaux : 52
http://www.ile-joyaux.com/t2827-chakib-solverre
Posté dans Re: Le prix du devoir est aussi inestimable que celui de la vie.   - Jeu 4 Juin 2015 - 11:52

Il n'avait pas prononcé le moindre mot depuis la fin de la bataille. Les yeux collés au hublot, il avait passé le trajet du retour à voir défiler les courbes irrégulières des dunes lointaines. Seuls les soubresauts du speeder parvenaient à le tirer de l'hypnose dans laquelle il était plongé. Comme tous les soldats blessés au combat, physiquement ou mentalement - il était les deux à la fois - il repensait à tout ce qu'il aurait pu faire autrement. Il ne s'en voulait pas, du moins pas beaucoup, car il avait appris que la guerre avait son lot de couleuvres qu'il fallait avaler. L'empathie était une force. Trop d'empathie, un handicap.

La fraîcheur du hangar le surprit presque. Un léger frisson lui caressa l'échine. Peut être était-ce seulement la satisfaction d'être de retour en vie. Il regardait les techniciens se ruer sur le vaisseau qu'il quittait à peine. Au milieu de cette foule de chirurgiens à clef et à ferrailles, il vit deux médecins de chaire et d'os. Préalablement avertis par le capitaine Waarmat, ils venaient récupérer le corps sans vie de la recrue Keylän. Le commandant lui conseilla d'aller trouver soin et repos. Il emboita alors le pas du funèbre cortège. Arrivé dans le secteur médical, il tourna à droite, tandis que son ancien partenaire avait passé l'arme à gauche.

L'infirmier écarquilla brièvement les yeux en découvrant les entailles profondes sur son avant bras. Le vide de l'infirmerie confirmait que l'équipe de Chakib avait été la seule à passer une journée compliquée. Les morceaux de bois lui étaient retirés un à un et le désinfectant lui brûlait le bras. Mais il ne bronchait pas. Qu'ils aient été verticaux ou horizontaux, seuls des hochements de tête fournissaient à l'infirmier les réponses à ses quelques questions. Oui, la bataille avait été dure. Oui, un homme était mort. Oui, la mission était un succès. Sur le papier, du moins.

Le bras bandé, il regagna son dortoir, sa cape laissant traîner derrière lui poussière et copeaux. Son dortoir était vide, lui aussi. Tant mieux. Il ne pouvait parler à personne. Installé sur sa couche, il entreprit de se changer. Allongé là, il tenta d'identifier le mal être qui le rongeait. Ce n'est pas qu'il avait eu peur de la mort, tout bon soldat avait appris à gérer cette peur. Ce n'est pas non plus qu'il tentait de porter le fardeau de la mort de son coéquipier. C'est qu'il jugeait que la réussite de la mission ne valait pas que Ruyn ouvre ses portes à un jeune homme. Une mort pour un enregistrement...

Seul avec sa statuette, il pria à nouveau. Sans doute était-ce là le seul moyen qu'il avait trouvé pour garder son calme. La douleur lancinante l'arracha à son monologue interne et lui rappela qu'il devait aller voir le Commandant. En pantalon et chemise de lin, il se rendit jusqu'à son bureau. Un léger murmure montait du réfectoire. Ce devait être l'heure du repas.

Une fois le Commandant salué, il entreprit de lui expliquer ce qu'il ressentait. Les mots ne lui venaient que difficilement, et, à chaque bégaiement, il pestait contre son élocution défaillante. Il était atteint.

“Au rapport, Commandant. Je sais que la mission est un succès mais la mort de Keylän me préoccupe, Commandant. Comment être certain que son sacrifice n'était pas vain? Et si tout ça n'était qu'un piège des Forbans, et s'ils n'avaient même pas prévu d'attaquer qui que ce soit par la suite?”

A mesure qu'il parlait, il comprit en fait ce qui le troublait. Il avait tout simplement sous estimé le mal contre lequel il devait lutter. Malgré ses années de formation, malgré ses entraînements, ses lectures et les enseignements, il n'avait pas pensé une seule seconde que les Forbans puissent être si... mortels. En y repensant, il les avait toujours considéré comme une sous espèce, incapable de vraiment lutter contre la force de frappe des Veilleurs.

La panique le prit tout à coup. Il prit conscience de l'insignifiance de son être, de l'ampleur du combat qu'il allait mener toute sa vie et du danger que courait tout son pays, et surtout, toute sa famille. Peut-être les Forbans avaient-ils déjà attaqué sa ville?! Peut être sa famille avait-elle déjà eu des problèmes?! Peut être... Il voulut aller vérifier immédiatement. Il était déterminé à prendre un véhicule, direction Arish, et vérifier de ses yeux que tout allait bien. Les scènes horribles s'entremêlaient dans son cerveau. Il revoyait Keylän tombé, il se revoyait le relever, mais il voyait le visage du défunt prendre les traits de sa mère, de sa soeur, de son père. A peine son demi tour entamé, sa vision se troubla et le Commandant disparut sous un écran blanc. Il dût alors prendre appui au mur.
avatar
Veilleur Pourpre

On m'appelle Enaîa Lysean Vara'Da


Infos Personnage
RANG: Bras Droit des Veilleurs Pourpres - Admin
VILLE & APPARTENANCE : Penjoie
MON AGE : 28 Ans
Féminin
MESSAGES : 739
AGE : 23
INSCRIT LE : 07/05/2012
PSEUDO HABITUEL : Harrods
Joyaux : 266
http://www.ile-joyaux.com/t750-croire-en-quelque-chose-et-ne-pas-le-vivre-c-est-malhonnete#17230 http://www.ile-joyaux.com/t726-enaia-lysean-vara-da-terminee#16682
Posté dans Re: Le prix du devoir est aussi inestimable que celui de la vie.   - Ven 5 Juin 2015 - 7:49

De retour dans son bureau, Enaïa n’avait pas eu une minute à elle. Ou presque. Le Capitaine Waarmat l’avait rejoint quelques instants après, et tout deux avaient dû régler les conditions d’annonce et les funérailles de la recrue qui avait trouvé la mort lors de la mission. Son estomac s’était noué à l’idée d’enterrer une fois de plus l’un des leurs, et elle détestait devoir être l’organisatrice d’un tel évènement. Heureusement, le Capitaine se chargea de l’annonce aux parents et fut d’une aide remarquable. Il la quitta sur un salut respectueux et elle lui offrit une bénédiction.

Enfin, elle pu changer de vêtements et troqua son uniforme abîmé et sanguinolent, pour un autre, tout propre qu’elle ne mettait que lorsqu’elle restait au QG. Plus léger et moins renforcé, il n’était pas fait pour se battre, seulement pour “parader”. Dans des gestes rapides, elle désinfecta chaque nouvelles plaies et pansa les plus importantes elle-même, prenant soin de vérifier qu’aucun poison ou autre parasite ne se soient glissés dans ses blessures. Finalement, elle revint derrière son bureau juste à temps pour entendre les coups contre la porte. Chakib se présenta à son tour devant elle, et assise, elle l’écouta sans un mot. Ce qu’il exprimait lui rappelait ses débuts, face à une incompréhension agaçante mais surtout, une peur grandissante. Elle posa sur lui un regard compatissant, et ouvrit la bouche pour lui répondre, déjà prête à le rassurer.

“Son sacrifice ne sera jamais vain, Chakib … Chakib ?”

Commença t-elle alors qu’il s’était détourné pour s’éloigner, une idée lui ayant traversé subitement la tête. Quoi ? Elle n’en savait rien, même si elle se doutait que le choc post-traumatique de la perte d’un compagnon lors de cette mission n’y était pas pour rien. Il n’alla pas bien loin pourtant, car il s’affaissa dangereusement en se retenant au mur et Enaïa se hâta de le rejoindre pour le retenir d’une chute de pleine face. Elle passa le bras du garçon par dessus son épaule et le traîna plus qu’elle ne l’aida jusqu’à son propre lit. Son bureau faisait aussi office d’appartements, et la partie privée se trouvait derrière un large paravent qui ne laissait rien deviner pour peu que l’on ne le sache pas. Elle le déposa sur le matelas donc, et à grandes enjambées, se saisit d’une jarre remplie d’eau fraîche un peu plus loin, d’un linge propre et revint au chevet de Chakib qui semblait avoir sombrer dans une inconscience salvatrice. Durant plusieurs minutes, elle lui tamponna les temps avec le linge humide et versa même quelques gouttes de liqueur de pitris entre ses lèvres. L’alcool dû faire effet car les paupières du garçon papillonnèrent à plusieurs reprises rapidement.

“Te sens-tu mieux ?”

Murmura t-elle alors qu’il ouvrait enfin les yeux complètement. Elle lui avait laissé le temps de reprendre pleinement conscience et s’appliquait toujours à lui rafraîchir le visage. Elle hésita même à lui donner une gorgée de plus de liqueur, mais il était encore jeune et elle ne voulait pas se rendre responsable d’un soldat ivre par sa faute. Elle se contenta de l’observer et de l’aider à se redresser en position mi-allongée alors qu’il avait retrouvé entièrement ses esprits. Ses traits restaient tirés et son visage blanc par le malaise qui l’avait attrapé, mais il ne craignait pas pour sa vie. Elle décida qu’il était temps de parler.

“Je vais t’épargner le discours de félicitations en tant que nouveau soldat, et te laisser aller te reposer. Mais sache que je suis fière de te compter parmi nous. Et souviens toi, que le sacrifice de l’un des nôtres, n’est jamais vain. Nous protégeons, et si rien ne se passe tant mieux, mais si l’attaque survient, nous sommes là et nous nous sacrifions pour que des familles vivent.”

Conclut elle solennellement, son regard doré fixé sur le visage du jeune homme encore pâle. Elle retira le linge et l’humidifia de nouveau, avant de le reposer sur le front du nouveau soldat. Sa montée en grade aurait dû lui apporter une joie, une fierté certaine, mais la perte d’un compagnon entachait inexorablement une réussite réjouissante. Enaïa pouvait le comprendre, et ne fit aucune remarque à ce propos. Il aurait tout le loisir de profiter de son statut tout neuf lorsqu’il aurait réussi à faire un deuil non pas de tristesse, mais de compréhension et d’angoisse. L’angoisse inaltérable de perdre sa famille, ses amis. Une angoisse quotidienne, qui finissait pas devenir une habitude. Elle tamponna encore un peu le visage de Chakib, mettant son grade de supérieur au placard le temps de s’occuper de lui et resta silencieuse. Elle ne pouvait rien lui de plus, si ce n’est qu’une nuit de sommeil, quoique difficile à trouver, serait le meilleur moyen pour lui de comprendre les sentiments qui l’avaient envahi après cette mission. Alors, tout en posant le linge encore humide sur le bord du pot, elle se redressa et retourna à son bureau.



DC : Azeor Desnolancès & Kezaël Lysereän & Kidjyïa Rijwan & Esheban Ondeluire & Riska les Deux Voix & Eyföhl Aanka'Leï & Céléno Thogen
avatar
Veilleur Pourpre

On m'appelle Chakib Solverre


Infos Personnage
RANG:
VILLE & APPARTENANCE : Arish
MON AGE : 17
Masculin
MESSAGES : 78
AGE : 25
INSCRIT LE : 10/04/2015
PSEUDO HABITUEL : Chakib Solverre
Joyaux : 52
http://www.ile-joyaux.com/t2827-chakib-solverre
Posté dans Re: Le prix du devoir est aussi inestimable que celui de la vie.   - Ven 5 Juin 2015 - 14:56

Une pâle lueur trouva son chemin jusqu'à son oeil mi clos. Pour la première fois depuis des mois, il ne parvint pas à reconnaître le lieu dans lequel il s'éveillait. Un bref regard lui permit de constater qu'il n'était pas dans son dortoir. Alors qu'il entreprit de se redresser pour mieux comprendre la situation, une main se posa dans son dos pour l'aider. C'était celle du Commandant. C'était celle du Commandant ?!

Dans un mouvement maladroit, il se redressa et tenta de retrouver un semblant de dignité. Une petite voix faiblarde lui contait le récit de sa journée alors qu'il essayait tant bien que mal de retrouver son souffle. Son cerveau embrumé lui balança pêle-mêle une flopée d'informations en désordre. Les remettre dans l'ordre lui prendrait du temps, mais il en aurait assez une fois seul.

Il était certain de deux choses. Son bras lui faisait un mal de chien, et le Commandant en personne prenait soin de sa médiocre personne. En prenant grand soin de ne pas la dévisager, il la fixa un court instant. Elle était belle. Belle, parce qu'au delà de ses yeux dorés qui auraient pu contenir tout le sable du désert des murmures, au delà de ses cheveux plus noires que la plus sombre des nuits, au delà de la pureté quasi enfantine de son visage, elle représentait tout ce que Chakib rêvait de devenir : un soldat exemplaire, un leader expérimenté et un exemple pour chaque Veilleur qui mettrait le pas dans ce Quartier Général.

Aujourd'hui, elle lui avait appris plus que n'importe quel baratin théorique. Elle lui avait enseigné l'art du combat, l'importance de la mission et l'humilité dans la victoire. Aujourd'hui, elle lui avait appris que le prix du devoir était aussi inestimable que celui de la vie.

Grandi mais honteux, il se dressa sur deux jambes encore fébriles. Sans un mot, il replia le linge humide et le déposa au pied du lit. Les yeux rivés sur le sol, il s'inclina devant le Commandant. Après lui avoir présenté ses plus plates excuses pour son comportement inexplicable, et après l'avoir remercié d'avoir pris soin de lui, il tourna les talons et s'avança vers la sortie. La poignée de la porte en main, il effectua un dernier volte face et balbutia quelques mots.

“Merci pour tout, Commandant.”

Après un bref passage au réfectoire, il retrouva son dortoir, et sa couche. Sa statuette l'attendait là. Toute la nuit, il pria.
Spoiler:
 

On m'appelle Contenu sponsorisé

Posté dans Re: Le prix du devoir est aussi inestimable que celui de la vie.   -

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum