AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
» Communication externe
par Loth de la Vision Mar 21 Juin 2016 - 15:06

» Réversa [ TOP ]
par Invité Ven 27 Mai 2016 - 8:21

» Le monde de Dùralas
par Invité Jeu 26 Mai 2016 - 7:00

» Anthalia
par Invité Dim 22 Mai 2016 - 15:17

» Marbrume, La Cité des Damnés
par Invité Lun 16 Mai 2016 - 15:07

» Questionnaire pour soutenir infinite RPG !
par Invité Sam 14 Mai 2016 - 17:33

» Escalus
par Invité Jeu 12 Mai 2016 - 9:02

» Mass Effect : Reborn
par Invité Mar 10 Mai 2016 - 15:00

» Forum en pause
par Asàf Lysereän Mar 10 Mai 2016 - 13:47


[RPFB] La vie est un grand lac tranquille ... ou peut être pas ...

avatar
Peuplade

On m'appelle Hvithet Skygge


Infos Personnage
RANG: Eclaireuse des Shaas d'Argent
VILLE & APPARTENANCE : Vågarhaim - Clan Vedskygge (Shaas d'Argent)
MON AGE : 22 ans
Féminin
MESSAGES : 101
AGE : 31
INSCRIT LE : 23/03/2015
PSEUDO HABITUEL : Vivi
Joyaux : 43
http://www.ile-joyaux.com/t2806-carnet-de-hvithet-skygge#61170 http://www.ile-joyaux.com/t2801-hvithet-skygge#61099
Posté dans [RPFB] La vie est un grand lac tranquille ... ou peut être pas ...   - Mar 21 Avr 2015 - 4:51

Shannor ... On dit que c'est l'été, mais aux Erfeydes, c'est un bien grand mot. Il fait certes doux, et la vie est moins dure que le reste de l'année. Deux mois de douceur. Hvithet n'aime pas l'été. En été, la glace du lac est fragile, là où elle tient encore. En été, la neige est moins épaisse, là où elle n'a pas carrément fondu, et elle tombe moins souvent. C'était en été, alors que la glace était la plus traîtresse, qu'elle avait failli mourir, le jour où son lien vint à elle pour la sauver. Elle avait gardé depuis une certaine rancœur envers le Loch, ne s'en approchant qu'au fort de l'hiver quand la glace ne pouvait rien faire d'autre que la porter, ou en plein été si par chance l'eau s'était entièrement libéré, au moins par endroit, de sa chape gelée. Inutile de préciser que Hvithet était une bien piètre pêcheuse ...

Et puis, l'été, c'était la saison des cultures, et invariablement, on lui demandait de venir aider, pour la famille, pour le clan. Une véritable corvée pour celle qui préfère sans cesse passer son temps dans le silence de la nature, à observer, à ne plus faire qu'un avec elle. N'étant pas guerrière, elle n'était donc pas partie avec les autres, là-bas au nord, pour bouter hors des Erfeydes les étrangers. Au lieu de cela, sa mère l'avait réquisitionnée pour aider, justement parce que son frère, lui, avait été mandé par le clan pour aller voir de près ces hommes venus d'ailleurs.

Et aujourd'hui encore, tandis qu'elle ramenait les paniers vides à sa mère, se promenant nonchalamment dans le village, elle grommelait, pour elle-même, se maudissant de n'avoir pas pu être là pour les voir, de ne pas avoir pu être celle qui aurait apporter les informations cruciales. Elle maudissait sa mère de l'avoir forcée à rater pareille occasion. Elle maudissait son frère, depuis son retour, à chaque fois qu'il racontait ce qu'il avait vu. Elle maudissait jusqu'à grand-mère qui chaque soir radotait sur le fait que son petit-fils était devenu un grand homme.

Et elle, de quoi pouvait-elle se targuer ? A part d'avoir présentement posé le pied dans une flaque, sans ménagement aucun, et d'en avoir souillé le cuir de ses bottes, qu'elle venait justement de laver, leur faisant d'ailleurs gagner quelques années en apparence ... qu'elles venaient à nouveau de perdre séance tenante.

La barbe !, grogna-t-elle, d'une voix forte et teintée de sa colère. Saleté de neige, quand vas-tu te décider à retomber ?

Au comble du mécontentement, elle posa les paniers d'osier au sol, sans prendre de précaution, et entreprit de décrotter un minimum ses pieds, même s'il était évident que c'était peine perdue.
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: [RPFB] La vie est un grand lac tranquille ... ou peut être pas ...   - Ven 24 Avr 2015 - 2:39

Krav avait encore du mal, en rentrant au village, à réaliser ce qui s’était passé ses derniers temps. Second. C’était désormais son rang au sein de la faction dont son clan faisait partie. Depuis qu’ils en faisaient partie, Krav y avait toujours vu une opportunité de sortir du carcan méprisant dans lequel il était piégé, à Vagarhaim. Certains des membres de son clan avaient finalement reconnu ses talents en tant que dresseur et stratège, mais il avait toujours du mal à se faire respecter par la majorité d’entre eux. Pourtant, ça n’étaient pas les efforts qui manquaient. Il avait fait en sorte d’harmoniser les méthodes de dressage entre les différents dompteurs de wyrmide, et quand il fallait aller en livrer à Ystenhaim et parfois même plus loin, c’est lui qui s’embêtait à faire le trajet, à pieds pour accompagner les bêtes, quel que soit le temps qu’il pouvait faire. Quand les étrangers étaient arrivés, il avait été un des premiers à se porter volontaire pour aller les bouter par delà le mur. Bien qu’il ait été coincé ici, finalement, il avait fait tout son possible pour apporter son aide à sa Hön, notamment quand elle était carrément partie. Sa vie à ce moment - et ça ne datait pas d’il y a si longtemps - était particulièrement active et difficile. Et maintenant qu’il rentrait d’Ystenhaim, il ne pensait qu’à une chose, la réaction des autres quand ils apprendraient qu’il était passé de “simple dresseur” à un poste hiérarchiquement au dessus de celui du Hänek des Vedskygge. Cette simple idée le faisait sourire. En tant que nouveaux alliés, après des années, des siècles d’exclusion, pas mal au sein du clan briguaient des postes importants dans la faction, histoire de pouvoir asseoir leur autorité et pouvoir faire leurs preuves. Un fort désir de vengeance sournoise brûlait dans les coeurs ici. Krav le connaissait, et le partageait. Les Vedskygge avaient été craints, méprisés et rejetés par les autres Erfeydiens comme lui l’avait été par les membres de son propre clan, et même de sa propre famille. Et on ne parlait que des villageois, même pas des déserteurs. Sa propre famille comptait deux déserteurs, un père assassiné par les étrangers, et une mère qui perdait tout sens commun.

Arrivé au village nettement après les autres membres du clan, il tenait dans sa main un bien précieux. Une trace écrite de sa nomination, signée de la main des Khalljarta. Si quelqu’un trouvait quelque chose à y redire… On allait beaucoup rire.

Assis sur son bestiau en arrivant, il le laissa à l’entrée du hameau, dans l’enclos réservée aux montures. Des villageois étaient en train de travailler, profitant de la douceur relative du temps pour planter, cueillir et entretenir les quelques rares lopins que Vagarhaim utilisait pour la culture. Leur principale ressource était le poisson, avec le Loch juste à côté, mais les quelques légumes qui poussaient ici apportaient un peu de variété.

Il traversait le village pour aller rendre compte des derniers événements au Hänek, jubilant intérieurement, quand un “cri”, ou plutôt un juron lui fit stopper sa course net. Il esquissa un demi-sourire amusé (il était de TRES bonne humeur), et observa la jeune fille.

«Il va falloir attendre quelques semaines pour ça, je crois. Ou alors, aller directement à la Chaîne des Perceciels, la neige tombe tout le temps là bas.»

Encore tout habillé pour le voyage, il la dominait de sa carrure, mais son regard riait doucement, et ses lèvres pâles légèrement étirées en un sourire qui n’avait visiblement guère l’habitude de se retrouver là atténuait son apparence de golgoth furieux. Il avait déjà vu, de loin, cette fille dans le village. Il ne s’intéressait à personne ou presque ici, et la réciproque était tout aussi vrai, en plus de lui aller totalement. Avant, il n’était qu’un dresseur, à part pour lui transmettre des commandes ou lui demander une monture, on ne venait pas lui adresser la parole. Il était trop désaxé, bizarre et taciturne. Ce qui était relativement normal pour quelqu’un préférant les reptiles aux humains. Les wyrmides au moins, avaient un comportement décent avec lui.
avatar
Peuplade

On m'appelle Hvithet Skygge


Infos Personnage
RANG: Eclaireuse des Shaas d'Argent
VILLE & APPARTENANCE : Vågarhaim - Clan Vedskygge (Shaas d'Argent)
MON AGE : 22 ans
Féminin
MESSAGES : 101
AGE : 31
INSCRIT LE : 23/03/2015
PSEUDO HABITUEL : Vivi
Joyaux : 43
http://www.ile-joyaux.com/t2806-carnet-de-hvithet-skygge#61170 http://www.ile-joyaux.com/t2801-hvithet-skygge#61099
Posté dans Re: [RPFB] La vie est un grand lac tranquille ... ou peut être pas ...   - Mer 29 Avr 2015 - 10:30

Il va falloir attendre quelques semaines pour ça, je crois. Ou alors, aller directement à la Chaîne des Perceciels, la neige tombe tout le temps là bas.

Hvithet se figea et se crispa. Encore une chose qu'elle ne supportait pas : se faire surprendre. Surtout par un membre du clan. Surtout pas un comme celui-là ... Elle ne l'avait jamais vraiment croisé, aperçu quelque fois, mais il était indéniable que l'homme qui se tenait non loin d'elle était Krav. Le Krav. Une montagne de muscles imberbes et aux cheveux aussi immaculés que la neige, elle n'en connaissait pas d'autre. Et à ce que lui avait rapporté son frère, le dresseur de wyrmides avait pris de la hauteur dans la hiérarchie.

Bon sang, reste pas muette fillette, c'est pas le moment de passer pour une niaiseuse !

Tentant de se ressaisir et de paraître tout sauf décontenancée, la jeune éclaireuse rassembla son courage et transforma son masque éberlué en souriant visage - certes un sourire crispé, mais allez vous dérider devant un machin pareil aussi - et tâcha de répondre aimablement à la boutade bien trouvée, il fallait l'avouer.

Même là-bas je ne saurais me cacher de ma mère ... je pourrais me faire dévorer par un shaas qu'elle me reprocherait encore de traînasser ... hum.

Elle toussota. Raconte pas ta vie, idiote. A vrai dire, elle ne savait pas quoi dire. L'homme n'était pas reconnu pour son amabilité et encore moins pour sa sociabilité ...

J'm'appelle Hvithet. Fille d'Ingvar Skygge, lança-t-elle en guise de premier échange poli. Je ... Tu es Krav Shen'Mäga n'est-ce pas ? Mon frère ne tarit pas d'éloges sur toi, on dirait un gamin parlant d'un grand héros légendaire, ajouta-t-elle avec un sourire beaucoup plus marqué cette fois. Mais dire cela à cet homme était-il une si bonne idée ?
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: [RPFB] La vie est un grand lac tranquille ... ou peut être pas ...   - Mer 29 Avr 2015 - 22:57

Krav ne put s’empêcher de hausser un sourcil sceptique en l’entendant parler de son frère. Quelqu’un qui ne tarissait pas d’éloges sur lui ? C’était à peu près aussi probable que de voir un gamin chevaucher un Shaas. Complètement idiot comme concept. Enfin, il n’allait pas la contredire. Il savait bien qu’il n’avait rien d’un héros et avait toujours agi comme il l’avait promis au Hön : comme une arme. Il ne se souciait de rien d’autre que des tâches qu’il avait à accomplir, et basta. Le reste n’avait que peu, voire pas d’importance. La seule chose qui marquait vraiment chez lui, outre son apparence pour le moins atypique, c’était son incroyable faculté de communication avec les wyrmides. Son lien de vent ayant été développé et entraîné essentiellement en ce sens, les gens s’étonnaient encore de voir ces reptiles géants lui obéir au doigt et à l’oeil, même quand il tentait de leur expliquer comment il faisait. Quoi qu’il en soit, la remarque de la jeune femme l’amusait. Un peu.

«Effectivement, je suis bien Krav, de la famille Shën’Maga. Quant au côté héros légendaire, je crois qu’on repassera. Je suis juste un dresseur, et un assassin du Clan. Pas très prestigieux.»

Il relâcha son attention quelques secondes, le temps de se concentrer sur ce qu’il entendait autour de lui. Il y avait toujours assez peu de bruit à Vagarhaim. Même s’il possédait une ouïe clairement plus développée que la moyenne, en vertu des effets secondaires de son lien de vent, il s’était toujours satisfait du calme qui régnait sur les berges du Loch. Il sourit en entendant quelque chose, hors de portée des oreilles humaines normales.

«Je vois que ton boulot t’ennuie, et je dois passer à l’enclos des wyrmides. Viens si tu veux.»

Il avait le temps qu’il voulait devant lui. Depuis quelques temps, peu étaient en mesure et surtout en droit de contester ses décisions. Cela avait été relativement difficile d’y arriver, mais désormais il secondait clairement le Hön. Lui qui par vengeance avait toujours voulou doubler le Hänek, c’était un des plus formidables pied de nez qu’il pouvait faire aux Vedskygge. Et pour les rares qui le connaissaient un peu, ils savaient qu’il ne portait pas le clan dans son coeur, bien qu’il en porte les plus frappantes caractéristiques. Un peu contre son gré.

Sans laisser le temps à Hvithet de répondre, il prit la direction de l’enclos, à l’extérieur du village, quelques centaines de mètres à l’ouest de celui-ci. Elle le suivait si elle le voulait, après tout.

S’il était jovial en arrivant, il était clairement content en apercevant les écailles rutilantes des immenses reptiles, qui piétinaient et remuaient dans tous les sens en ayant senti l’odeur du dresseur.

«Du calme, les enfants. Je suis rentré oui.»

Il se débarrassa de son manteau, qu’il posa sur les barrières de l’enclos, et indiqua à Hvithet d’entrer avec lui.

«Ils ne sont pas méchants, quand je suis là. Viens donc.»
avatar
Peuplade

On m'appelle Hvithet Skygge


Infos Personnage
RANG: Eclaireuse des Shaas d'Argent
VILLE & APPARTENANCE : Vågarhaim - Clan Vedskygge (Shaas d'Argent)
MON AGE : 22 ans
Féminin
MESSAGES : 101
AGE : 31
INSCRIT LE : 23/03/2015
PSEUDO HABITUEL : Vivi
Joyaux : 43
http://www.ile-joyaux.com/t2806-carnet-de-hvithet-skygge#61170 http://www.ile-joyaux.com/t2801-hvithet-skygge#61099
Posté dans Re: [RPFB] La vie est un grand lac tranquille ... ou peut être pas ...   - Lun 4 Mai 2015 - 9:06

Krav ne laissa pas le temps à la jeune femme pour répondre, mais il avait vu juste : elle avait besoin d'activité, mais pas celles que sa mère prétendait lui laisser faire. Elle était éclaireuse, pas cultivatrice, et malgré son âge encore jeune et sa petite taille pour le moment, sa sœur Hedvig était tout à fait capable de remplir cette tâche. Combien de fois d'ailleurs n'avait-elle pas demandé à ce qu'on lui laisse faire les "choses de grandes comme fait Vivi" ? Leur mère était-elle devenue trop protectrice ? Et cette tension avec les étrangers n'aidait pas ... Toujours était-il que Hvithet suivit de bon cœur le dresseur, non sans avoir hélé un gamin qui passait pour lui refiler les paniers et le travail qui allait avec, avec la promesse de lui offrir une faveur équivalente en retour. Il allait sans doute se sentir embarrassé devant Hildegarde, et elle se ferait très certainement remonter les bretelles au soir, mais vaille que vaille, elle s'en fichait pas mal.

Avec quelques foulées de retard, elle arriva donc à côté de Krav alors qu'il pénétrait dans l'enclos. En l'avisant, il l'invita à le suivre. Inutile de préciser qu'à cette instant, la jeune femme, de coutume courageuse et prompte à sauter à pieds joints dans l'aventure, ne faisait pas la fière et avait ce sourire crispé de ceux dont le cœur cri "oui" alors que la raison tremble en bafouillant "non" ...

Allez Vivi, c'est pas le moment de te débiner ! Tiens-toi droite et évite de faire dans tes chausses ...

Bien qu'elle s'efforçait de ne rien montrer, il ne pouvait pas échapper à Krav le fait qu'elle tremblotait légèrement. Cela dit, c'était assez compréhensible : les wyrmides n'avaient rien de gentils agneaux, et si Hvithet courait vite, il était certain que si elles le voulaient, les créatures pouvait ne faire d'elle qu'une bouchée. Mais il pouvait sans doute aussi sentir qu'elle mourait d'envie de s'en approcher, de braver sa peur, sans aucun doute pour se prouver quelque chose à elle-même ...

Ne voulant point trop tenter sa chance, Hvithet garda cependant ses distances, et fit en sorte que Krav soit entre elle et ses wyrmides.

Ils sont encore plus impressionnants ainsi ...finit-elle par balbutier. Je ne les avais jamais vu d'aussi près ... et ...

Elle hésitait à dire le fond de sa pensée, de peur de paraître ridicule ... et puis finalement, qu'importait ce qu'il penserait d'elle ? N'avait-elle pas pour habitude d'être franche et honnête ? fallait-il donc que homme impressionnant l'amène près de créatures toutes aussi impressionnantes pour qu'elle perde ses qualités ? Diantre non, cela ne se ferait pas !

Je dois avouer que ces animaux sont assez beaux ... Peut être est-ce leur dangerosité latente qui les rend attirants à mes yeux. En tous cas, ce doit être passionnant de s'en occuper !

Voilà la vraie Hvithet : la pensée exprimée sans fioriture, avec candeur et quelque peu de malice.
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: [RPFB] La vie est un grand lac tranquille ... ou peut être pas ...   - Lun 1 Juin 2015 - 6:57

Le dresseur resta un moment à profiter de la joie qu’avaient les bêtes de le retrouver, puis laissa Hvithet et les wyrmides en tête à tête quelques minutes, le temps de se rendre dans une remise, à l’opposé de l’enclos. Il revint avec une pleine gibecière emplie de poissons fumés, gardés là pour nourrir les bestiaux. A en voir les traces de griffe sur les rondins de bois qui composaient la petite bâtisse, ils avaient plusieurs fois tenté d’accéder à la réserve de nourriture.

Les reptiles tournèrent, avides, autour de Krav qui les repoussa sans ménagement, un sourire fantomatique accroché aux lèvres. Il rejoint Hvithet et lui tendit une solide paire de gants en cuir renforcé, ainsi que la gibecière.

«C’est nettement plus agréable que de passer sa vie entourés d’humains. Puisqu’ils te plaisent tant, nourris-les.»


Il recula de quelques pas, au coeur de la meute qui s’était rassemblée, observant avec une certaine cupidité la gibecière. Ils avaient mangé la veille, et même si ces poissons étaient plus une friandise qu’un vrai repas, ils n’en étaient pas moins friands. Le dresseur donna quelques conseils à la jeune fille.

«Jette leur directement dans la gueule, mais n’enlève pas les gants. Leur salive et leurs crocs sont venimeux, tu pourrais te retrouver dans un sale état si jamais ils te mordaient par mégarde.»

Elle ne risquait pas grand chose en soi, et les dresseurs avaient mis au point un bon nombre de contre-poisons efficaces, dans le cas où les bêtes les blesseraient. Mais en attendant, elle serait sévèrement malade pendant quelques jours. Tous les dresseurs de reptiles buvaient depuis leur plus jeune âge d’infimes doses de venin tous les jours afin de s’y immuniser, mais ça n’était pas le cas des autres personnes. Qui plus est, ça donnait un sale goût à vos repas.

«Au fait, à part travailleuse dans les champs, tu as une véritable occupation, au sein du clan ou de la Faction ? Je ne crois pas t’avoir vu au sud.»
avatar
Peuplade

On m'appelle Hvithet Skygge


Infos Personnage
RANG: Eclaireuse des Shaas d'Argent
VILLE & APPARTENANCE : Vågarhaim - Clan Vedskygge (Shaas d'Argent)
MON AGE : 22 ans
Féminin
MESSAGES : 101
AGE : 31
INSCRIT LE : 23/03/2015
PSEUDO HABITUEL : Vivi
Joyaux : 43
http://www.ile-joyaux.com/t2806-carnet-de-hvithet-skygge#61170 http://www.ile-joyaux.com/t2801-hvithet-skygge#61099
Posté dans Re: [RPFB] La vie est un grand lac tranquille ... ou peut être pas ...   - Jeu 4 Juin 2015 - 14:36

Les ... QUOI !? Krav était-il fou ? Voulait-il la tuer alors même qu'ils venaient de se rencontrer ? Etait-ce une farce organisée par son frère ? Leur mère avait-elle fomenté tout cela pour forcer sa fille à travailler au champs ? L'espace d'un très bref instant, les pensées de la jeune femme se bousculèrent encore plus que le bétail recevant sa pitance, et son sang ne fit qu'un tour avant de se glacer. Elle, nourrir les wymides ? Et tandis qu'il lui donnait ses instruction, elle se sentait prise au piège, ses mains crispées sur le cuir du sac refoulant la marée, étreignant celui des gants, qui humaient tout autant, sinon plus.

D'accord ... ce type est donc aussi taré qu'on le dit ... Bien joué ma fille !

Déglutissant avec peine, elle plaça la gibecière à son épaule, et entreprit avec soin de mettre ces satanés gants, évidemment trop grands - bon sang, ce type me flanquerait une taloche que ma tête volerait - et tâcha d'afficher une certaine décontraction. Du point de vue de Krav, elle devait donner l'impression d'avoir envie de se carapater en vitesse ... ou d'avoir envie de vomir, ce n'était pas très loin. Du point de vue des "bestioles", ça devait faire rire ...

Et en plus il veut faire la causette ... Allez Vivi, tu peux le faire, lancer des trucs, tu fais ça depuis que tu sais marcher pour te défendre de Rolf. Si cette andouille peut le faire, toi aussi !

Rolf rirait bien s'il la voyait. Lui qui jamais ne l'avait laissée approcher des précieuses créatures depuis que lui aussi a eu la chance de pouvoir aider à s'en occuper. Le jeune guerrier qui veut devenir comme son héros. Ha, la bonne blague. Cela dit, la première fois, il ne faisait pas le fier, et même s'il l'avait bien caché, la famille entière savait qu'il avait mouillé ses chausses. Tombé dans l'eau ... Ha !

Chassant d'une profonde inspiration toutes ces pensées qui ne pouvaient que la déconcentrer, Hvithet s'arma de courage et avança, doucement, de façon étonnamment constante. Sans en avoir l'air, elle concentrait son esprit tout autant sur ses pieds et sur le sol qu'elle foulait que sur les wyrmides. Ce n'était pas le moment de se vautrer. Elle fourra sa main dans le sac, grimaça quand le poisson voulu s'enfuir de sa main, assura sa prise et la sorti, avant de la lancer d'un geste finalement assez sûr tout droit dans la gueule de la bête la plus près, qui visiblement n'avait pas apprit à mâcher avant d'avaler ...

Je suis éclaireuse, depuis quelques années. Père s'est blessé à la chasse, j'ai du aider mère pour la récolte de cette année.

Coup sur coup elle lança deux autres poissons. Le premier rebondit sur la gueule qu'elle visait pour être chipé par une autre, le second échoua au sol mais n'y resta pas assez longtemps pour y laisser une trace.

Mère dit que le Gardien voulait que je reste prendre soin des miens ... Du coup, c'est mon frère qui est allé au sud.

Elle allait lancer un autre poisson quand un wyrmide s'approcha davantage. Instinctivement, Hvithet recula d'un pas, mais la barrière de l'enclos lui indiqua qu'elle ne pouvait aller plus loin. Elle agita son poisson, qui failli lui échapper, et le balança aussi loin qu'elle put pour tenter d'éloigner ce troupeau particulier. Ce faisant, elle se décala pour laisser l'ouverture de l'enclos dans son dos. On ne savait jamais ...

D'ailleurs, ça me fait penser, tu connais peut être mon frère en fait ... même si je doute qu'il soit déjà venu te parler. Il t'idolâtre mais il t'aurait devant lui qu'il en serait muet. Il est apprenti éleveur de wyrmides. Rolf.

On m'appelle Contenu sponsorisé

Posté dans Re: [RPFB] La vie est un grand lac tranquille ... ou peut être pas ...   -

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum