AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
» Communication externe
par Loth de la Vision Mar 21 Juin 2016 - 15:06

» Réversa [ TOP ]
par Invité Ven 27 Mai 2016 - 8:21

» Le monde de Dùralas
par Invité Jeu 26 Mai 2016 - 7:00

» Anthalia
par Invité Dim 22 Mai 2016 - 15:17

» Marbrume, La Cité des Damnés
par Invité Lun 16 Mai 2016 - 15:07

» Questionnaire pour soutenir infinite RPG !
par Invité Sam 14 Mai 2016 - 17:33

» Escalus
par Invité Jeu 12 Mai 2016 - 9:02

» Mass Effect : Reborn
par Invité Mar 10 Mai 2016 - 15:00

» Forum en pause
par Asàf Lysereän Mar 10 Mai 2016 - 13:47


Jusqu'au bout du monde, le devoir toujours vaincra

avatar
Veilleur Pourpre

On m'appelle Enaîa Lysean Vara'Da


Infos Personnage
RANG: Bras Droit des Veilleurs Pourpres - Admin
VILLE & APPARTENANCE : Penjoie
MON AGE : 28 Ans
Féminin
MESSAGES : 739
AGE : 23
INSCRIT LE : 07/05/2012
PSEUDO HABITUEL : Harrods
Joyaux : 266
http://www.ile-joyaux.com/t750-croire-en-quelque-chose-et-ne-pas-le-vivre-c-est-malhonnete#17230 http://www.ile-joyaux.com/t726-enaia-lysean-vara-da-terminee#16682
Posté dans Jusqu'au bout du monde, le devoir toujours vaincra   - Sam 9 Mai 2015 - 3:06

Le voyage à bord de l’Hypérion avait duré, des jours durant. Long et fastidieux, malgré un confort non négligeable, et un trajet calme, sans incident. Quelques secousses tout au plus, mais rien qui aurait pu faire sortir Enaïa de la bulle dans laquelle elle s’était enfermée. Un mois auparavant, le Général lui avait appris qu’elle partait pour l’Ile Blanche. Sa présence à Korrul n’était plus essentielle, puisque lui même y restait afin d’assurer une surveillance accrue, après une réorganisation complexe qui avait suivit les départs de nombreux soldats en direction de la terre glaciale. Il préférait envoyer son Bras Droit directement sur le champ d’action, afin de s’assurer des rapports réguliers et des “yeux” sur place. Et si le Colonel en chef avait accepté avec honneur, elle n’en restait pas moins sceptique de ce qu’elle allait trouver là-bas.

Le ciel était couvert, quand Enaïa sortit de l’imposant cargo, alors que ses pieds firent craquer la neige pour la première fois de sa vie. Un long frisson la parcourut, non pas de froid, puisqu’une épaisse mante chaude recouvrait son uniforme, et des gants protégeaient ses mains, mais surtout d’une étrange sensation d’inconnu, à la fois excitante pour tout fervent soldat comme elle, mais aussi effrayante. Le camp qu’avait installé les Veilleurs Pourpres étaient loin de la modernité et du confort du QG à Korrul, pourtant, elle fut surprise d’y découvrir une sécurité rassurante, et une vie tout du moins active pour un peuple exotique qui se retrouve dans le froid le plus glacial possible. Ses premiers pas sur cette terre inconnue furent quelques peu hésitants, ayant perdue ses repères durant le long voyage. Elle leva les yeux vers le ciel gris, d’où tombait inlassablement de minuscules flocons se collant au visage et aux vêtements. Finalement, elle se tourna vers l’un des officiers qui se chargeait de l’accompagner jusqu’à sa tente, et il la renseigna bien mieux.

“Nous sommes à la mi-journée mon Colonel.”

Elle le remercia d’un signe de tête, avant de tourner son visage fatigué vers le reste du camp, attendant presque impatiemment de découvrir où elle vivrait le long de ses missions sur l’île blanche. Son voeu fut rapidement exaucé, puisque le soldat lui fit traverser les lieux et la mena dans une large tente, un peu plus grande que les premières croisées et qui servaient de dortoirs aux soldats. D’autres “habitations”, de la même taille imposante que la sienne se trouvaient autour, et elle devina facilement que les hauts officiers ne seraient jamais loin d’elle.

Lorsqu’elle rentra dans ses “appartements”, elle soupira longuement, découvrant d’un regard exténué le nécessaire confortable pour survivre, dormir et travailler. Un simple lit de camp trônait au fond de la tente, près d’un rideau improvisé pour le séparer du reste, ainsi qu’un coffre qui servait sûrement de rangement pour les armes et les quelques vêtements qu’elle avait eu le luxe d’emmener. Vêtements qui furent bien rapidement rangés à leur place, avant qu’elle ne se concentre sur le reste de l’endroit, et de s’approcher d’un bureau de belle taille, usé mais encore utile, et où était posée une carte de l’île, ou tout de moins, de ce que les Veilleurs avaient pu en voir.

“Allez faire prévenir le Colonel Aanka’Leï que je suis là je vous prie.”

De nouveau un soupir, et doucement, elle plongea son visage dans ses mains lorsqu’elle fut seule, le temps de remettre ses esprits en ordre et de composer un visage dynamique, malgré un voyage éreintant. Elle ne rêvait que d’une chose, dormir. Mais avant, certaines formalités plus importantes étaient à accomplir.



DC : Azeor Desnolancès & Kezaël Lysereän & Kidjyïa Rijwan & Esheban Ondeluire & Riska les Deux Voix & Eyföhl Aanka'Leï & Céléno Thogen
avatar
Veilleur Pourpre

On m'appelle Esmeôr Aanka'Leï


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Ofagär
MON AGE : 58 ans
Féminin
MESSAGES : 228
AGE : 25
INSCRIT LE : 15/08/2011
PSEUDO HABITUEL : Aza/Naus'
Joyaux : 27
Posté dans Re: Jusqu'au bout du monde, le devoir toujours vaincra   - Lun 18 Mai 2015 - 7:08

Il n'avait pas eu l'occasion de revoir son fils depuis ce fameux jour où il lui avait ordonné de plier bagage pour rentrer à Korrul. Il savait à quel point ce choix avait impacté sur la relation père-fils et sur les efforts qu'il avait fait dernièrement. Mais il était Colonel et il se devait d'appliquer l'ordre, qu'importe le statut du veilleur pourpre. Quoiqu'il en soit, cette décision le rongeait intérieurement, n'arrivant pas à comprendre pourquoi son fils agissait ainsi. Parfois, Esmeôr se demandait ce qui se serait passé s'il avait été plus présent dans son éducation. C'était sa femme qui s'était chargée de tout et qui l'avait vraisemblablement trop gâté. Le soir, lorsqu'il se couchait à coté de son épouse, elle lui sommait de faire un effort et d'être plus présent avec ses enfants. Puis, comme à son habitude, d'un ton bourru il lui commandait de se taire.

Avec regret, ses pensées se dirigèrent vers sa douce amante qui l'avait quitté quelques mois plus tôt. Il songeait aussi à sa fille cachée et à son manque d'effort pour la prendre sous son aile.
Broyant du noir, Esmeôr ne se rendit pas compte qu'un messager attendait devant sa tente. Lorsqu'il toussota une énième fois, le vieil homme leva les yeux de sa table pour croiser le regard gêné du jeune veilleur.

« Mon Colonel, pardon de vous importuner mais la Colonel en Chef vous fait savoir qu'elle vient d'arriver au campement ! »

Ah ! La jeune Enaïa était donc arrivée. C'était une jeune femme encore dans la fleur de l'âge mais qui avait gravit les échelons à pas de géant. Douée, forte et d'une incroyable intelligence, elle avait conquis le coeur du vieux Colonel assez aisément. C'était la première fois qu'un korrulien si jeune accède au grade de Bras Droit. Le Général Desnolancès avait eu l’œil sur sa petite protégée.

Enfin, Esmeôr congédia le jeune homme et se leva. Il  réajusta sa tenue et passa un lourd manteau pour traverser le campement. Lorsqu'il arriva devant la tente de sa supérieur, il défie un pan de la tente et entra doucement puis se planta devant elle avec un salut.

« Quel plaisir de vous savoir parmi nous ! »

Avec un large sourire, il s'avança vers elle. L'heure était au plan et à la stratégie et il espérait bien qu'elle pourrait faire bouger un peu tout le monde !

HRP:
 
avatar
Veilleur Pourpre

On m'appelle Enaîa Lysean Vara'Da


Infos Personnage
RANG: Bras Droit des Veilleurs Pourpres - Admin
VILLE & APPARTENANCE : Penjoie
MON AGE : 28 Ans
Féminin
MESSAGES : 739
AGE : 23
INSCRIT LE : 07/05/2012
PSEUDO HABITUEL : Harrods
Joyaux : 266
http://www.ile-joyaux.com/t750-croire-en-quelque-chose-et-ne-pas-le-vivre-c-est-malhonnete#17230 http://www.ile-joyaux.com/t726-enaia-lysean-vara-da-terminee#16682
Posté dans Re: Jusqu'au bout du monde, le devoir toujours vaincra   - Dim 24 Mai 2015 - 7:27


“Colonel Aanka’Leï, je suis ravie de vous voir aussi !”

Répondit la Colonel en chef, alors qu’elle se levait pour accueillir l’arrivant. Elle apposa rapidement sa main gauche sur ses lèvres roses pour le saluer à la mode korrulienne, et lui adressa un sourire mêlant politesse et véritable plaisir. Esmeôr était un homme, un soldat aimé et respecté au sein de l’armée de Korrul, et Enaïa l’avait toujours apprécié et noté ses précieux conseils avec un soin particulier. Il était juste et droit, et elle se plaisait à lire en lui une confiance communicative. Même lorsqu’elle était devenue son supérieur, malgré son plus jeune âge, il ne l’avait jamais mal traité et toujours agit avec un profond respect, qu’elle lui rendait bien.

Finalement, elle lui désigna une chaise et s’installa à son tour, après avoir cherché de quoi boire - et sans que le liquide ne soit gelé par le froid extérieur -, et servit deux verres d’une substance épaisse qui semblait être du lait de capri chaud. Ce n’est qu’une fois assise qu’elle posa son regard doré sur le Colonel et demanda :  

“Alors dites moi tout, que devrais-je savoir de plus que ce que les rapports m’ont appris ? Nos hommes gardent ils au moins le moral ?”

C’était bien là sa préoccupation essentielle, et ce à quoi elle pensait le plus souvent depuis qu’elle avait su qu’elle se rendait elle-même sur l’île Blanche. Les Veilleurs Pourpres n’étaient rien sans un solide lien qui les unissait tous, et Enaïa, en grimpant les échelons comme elle l’avait fait, avait mis un point d’honneur à respecter ce lien qui lui semblait primordial. Des dizaines de soldats s’étaient engagés afin de donner leur vie pour protéger Korrul, pour honorer Korrul et pour en représenter la force n’importe où, même ici, à l’autre bout du monde. Dans ce piège glacial qui les décimait peu à peu. En acceptant de venir les rejoindre, c’était bien plus que pour se battre à leurs côtés, c’était aussi pour leur redonner une foi, et une confiance très certainement perdue. Alors oui, les stratégies militaires, les tactiques d’attaques et de défenses pouvaient bien attendre encore un peu, elle voulait d’abord être certaine du moral des troupes, des hommes et des femmes qui acceptaient un sacrifice avec honneur. Sans cette certitude, sans cette confiance, les stratégies échoueraient toutes, qu’importe leur degré de perfection. Et elle savait qu’en demandant cela à Esmeôr, il lui répondrait en toute honnêteté, car il était tout aussi humain qu’elle.
Spoiler:
 



DC : Azeor Desnolancès & Kezaël Lysereän & Kidjyïa Rijwan & Esheban Ondeluire & Riska les Deux Voix & Eyföhl Aanka'Leï & Céléno Thogen
avatar
Veilleur Pourpre

On m'appelle Esmeôr Aanka'Leï


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Ofagär
MON AGE : 58 ans
Féminin
MESSAGES : 228
AGE : 25
INSCRIT LE : 15/08/2011
PSEUDO HABITUEL : Aza/Naus'
Joyaux : 27
Posté dans Re: Jusqu'au bout du monde, le devoir toujours vaincra   - Jeu 4 Juin 2015 - 6:28



Esmeôr remercia d'un signe de la tête sa supérieure lorsqu'elle lui tendit un verre. Il but une gorgée en silence, tout en l'écoutant.

Comment se portaient les hommes ? La question fit sourire à demi le vieil homme. Reposant son verre, il planta son regard dans les yeux de Enaïa et entreprit de lui répondre.

« La chaleur manque, c'est un fait indéniable. Nous avons perdu des hommes à cause de froid et beaucoup ont manifesté le souhait de revenir à Korrul. Je ne peux les blâmer. » Le Colonel soupira et marqua une pause. « Nous piétinons, nous stagnons. Un an que nous avons découvert ce territoire et nous en sommes toujours au même point, s'en ai navrant. Si Celui qui Sait n'était pas mort, je me demanderais si nous optons vraiment pour la meilleure des tactiques. » Divaguant légèrement sur la question principale, Esmeôr se reprit puis continua : « Vous savoir parmi nous remontra sans nul doute le moral des hommes ! »

Le vieil homme esquissa un sourire qui se voulait encourageant puis reprenant son sérieux et son visage impassible, il continua :

« Comme les rapports l'ont confirmé, nous avons trouvé une source d'ithylium. La terre par ici semble en être couverte par ailleurs. J'ai fait demander plus de main d’œuvres, un convoi d'Ostracisés devraient arriver dans les prochaines semaines. D'après les rapports, le service scientifique est en pleine rechercher pour extraire au mieux cette ressource et le plus rapidement possible. Je suppose que nos relations avec Matroos ne vont pas être en s'améliorer alors ? »

Korrul et Matroos fonctionnaient depuis des siècles sur un principe de commerce et d'échanges. Si vous supprimiez la ressource numéro une, c'était des décennies d'entente qui partaient en fumée. La question revenait souvent à l'esprit du Colonel. Était-ce si bon de se séparer de Matroos ? Beaucoup de korruliens attendaient cet événement depuis des années. Les hommes du désert étaient connus pour être fiers et travailleurs. Ils proclamaient haut et fort qu'ils n'avaient pas besoin de la belle Matroos.

Esmeôr soupira, attendant la suite des ordres avec espoir.


avatar
Veilleur Pourpre

On m'appelle Enaîa Lysean Vara'Da


Infos Personnage
RANG: Bras Droit des Veilleurs Pourpres - Admin
VILLE & APPARTENANCE : Penjoie
MON AGE : 28 Ans
Féminin
MESSAGES : 739
AGE : 23
INSCRIT LE : 07/05/2012
PSEUDO HABITUEL : Harrods
Joyaux : 266
http://www.ile-joyaux.com/t750-croire-en-quelque-chose-et-ne-pas-le-vivre-c-est-malhonnete#17230 http://www.ile-joyaux.com/t726-enaia-lysean-vara-da-terminee#16682
Posté dans Re: Jusqu'au bout du monde, le devoir toujours vaincra   - Ven 5 Juin 2015 - 3:20

Avec une attention toute dévouée à son Colonel, malgré une fatigue qui ne la ménageait pas, Enaïa notait chaque informations, chaque mots qui lui seraient nécessaires ou qui semblaient importants. Elle tiqua légèrement lorsqu’Esmeôr fit mention de bonne ou de mauvaise tactique mais ne l’interrompit pas, et le laissa continuer jusqu’à la fin. Enfin, le silence retomba et elle reposa son verre sur le bureau, s’apprêtant à répondre.

“Je l’espère aussi. Mais ma présence ne fera malheureusement pas tout…”

Commença t-elle, avec un sourire triste mais où se lisait pourtant, une détermination et un optimisme qui ne voulaient pa se rendre aussi facilement. Se raclant la gorge, la Colonel en chef se redressa dans son siège et croisa les mains, signe habituel lorsqu’elle s’apprêtait à réfléchir longuement lors d’une conversation importante. Elle repassa les paroles de l’officier dans son esprit, à propos de Matroos et reprit, dans un hochement de tête confirmatif.

“Nos relations avec Matroos seront de pires en pires oui. Et Korrul se retrouvera alors sans aucun allié. Une guerre ici pour récupérer l’ithilium et une guerre à prévoir pour une indépendance qui coûtera chère. J’ose espérer que nos voisins du littoral sauront passer au-dessus de tout ça et nous l’accorder sans en tenir rigueur. Nos liens commerciaux avec eux sont trop importants pour que toute entente cesse à cause de l’ithilium…”

L’ithililum, le précieux, le fameux. Il était au centre du commerce qui unissait les deux peuples, et Enaïa savait parfaitement que toute cessation de vente du liquide bleu, entraînerait la perte d’un “allié” considérable. Une guerre de plus n’était pas envisageable, mais une sérieuse discussion si. Et si elle se savait profondément humaine et portée à l’écoute, ce n’était pas le cas de tout ceux qui dirigeaient le littoral. Ils devraient user des bons mots pour épargner à leur deux peuples une guerre de plus.

“Mais pour cela, faut-il déjà que nous parvenions à récupérer efficacement l’ithilium. Je vous aies entendu mentionner la perspicacité de la tactique actuelle. A savoir, faire la guerre pour une ressource importante. En toute franchise, pensez-vous que nous courons à la catastrophe en continuant ainsi ? Ma réponse personnelle est toute trouvée Colonel, et si ça ne tenait qu’à moi, nous serions de retour chez nous depuis longtemps, alors ne vous gênez pas pour dire ce que vous en pensez.”

Conclut-elle d’un ton sérieux et sans appel, qui vibrait d’un agacement certain pour la barbarie qui se déroulait sur ces terres gelées. Un Chamane avait trouvé la mort, certes, mais des dizaines d’autres soldats le suivaient. Une ressource méritait elle tant de morts inutiles ?



DC : Azeor Desnolancès & Kezaël Lysereän & Kidjyïa Rijwan & Esheban Ondeluire & Riska les Deux Voix & Eyföhl Aanka'Leï & Céléno Thogen
avatar
Veilleur Pourpre

On m'appelle Esmeôr Aanka'Leï


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Ofagär
MON AGE : 58 ans
Féminin
MESSAGES : 228
AGE : 25
INSCRIT LE : 15/08/2011
PSEUDO HABITUEL : Aza/Naus'
Joyaux : 27
Posté dans Re: Jusqu'au bout du monde, le devoir toujours vaincra   - Mer 17 Juin 2015 - 5:51

Esmeôr attendit quelques secondes avant de répondre à la question de sa supérieure. Il réfléchissait à l'intérêt même de toute cette guerre pour en séparer les bons côtés des mauvais. Il n'était pas devenu Colonel pour la beauté du grade, mais bien parce qu'il avait un esprit stratégique et une volonté d'aider son peuple. Fervent croyant et originaire d'une riche famille, il portait sur lui l'héritage même de Korrul. Cependant, la violence n'avait jamais fait partie de son état d'esprit, au contraire de son fils.

Il se passa une main sur le visage puis déclara, d'une voix lourde :

« L'ithylium est devenue une denrée indispensable désormais. Ne serait-ce que pour nous, en tant que Veilleur Pourpre. Nous en avons besoin pour nous déplacer, pour nous battre, nous protéger, et même nous soigner. Alors oui, cette guerre est utile même si j'aurai souhaité qu'elle se déroule autrement. Cependant, nous ne pouvons oublier la mort de Celui qui Sait. De tous nos Chamanes, c'était bien celui qui était le plus sage. Mais je ne peux m'empêcher de penser qu'il avait dû prévoir tout cela. Après tout, ne pouvait-il pas voir l'avenir ? Savait-il qu'en mourant ce jour là, il déclencherait une guerre ? Que nous dénicherions une nouvelle main d’œuvre en la qualité d'ostracisés. Avait-il vu que nous trouverions un point d'ithylium ? A-t-il vu la victoire de Korrul ? Nous ne le saurons jamais, mais j'ose penser que tout ceci est écrit quelque part. »

Il marqua une pause, étonné d'être aussi philosophe.

« Mais nous voilà dans une impasse. Peut-être qu'il est écrit que nous devons stopper toute invasion et revenir dans nos terres ? Que se passe-t-il à Korrul ? Les Veilleurs Pourpres sont moins nombreux, des hommes et des femmes se sont vu devenir esclaves, les Forbans se rassemblent et grossir sans que nos soldats ne soient là pour les en empêcher. Et Matroos ? Le peuple se soulève. Le gouvernement est tombé… Tout ça pour conquérir un peuple qui jusque-là devait sans aucun doute ignorer notre existence... »

Il se tut et planta son regard doré dans les yeux de la jeune femme qui semblait touché par son discours.

« Je vous suivrez quoi que vous décidiez, je pense que vous le savez. Et nos hommes en feront autant. Dès lors, il faut que nous établissions un plan d'action et rapidement. Tout ça pour conquérir un peuple qui jusque-là devait sans aucun doute ignorer notre existence... Avant que la motivation générale baisse ou encore… Avant de revenir dans un Korrul trop changé. »

Il sentit plus qu'il ne vit l'approbation d'Enaïa et poursuivit :

« Nous avons capturé une femme. Elle n'est pas en très bon point, mais elle reçoit des soins. C'est le moment et le meilleur moyen d'en apprendre plus sur eux. Mais je doute qu'elle ne parle. Nos ingénieurs travaillent sur un traducteur – je me suis permis d'outrepasser l'administratif pour donner cet ordre. La barrière de la langue va mettre considérablement un frein dans notre avancée. Il serait peut-être bien aussi d'en apprendre davantage sur la progression des matrosciens. Apparemment, ils ont créé quelques colonies. Enfin, il est nécessaire de faire un point avec la main d’œuvre. Les ostracisés venu dans ces terres subissent l'affront de beaucoup de nos hommes. Et je ne puis tolérer une telle attitude dans nos rangs. »

En tant que Colonel, Esmeôr avait une des plus haute autorité dans le campement korrulien. Mais il était aussi plutôt casanier et ne traînait pas trop avec ses hommes, rendant ainsi la tache plus facile aux soldats. Et les premiers à en partir étaient les ostracisés, venu demander une nouvelle chance.


avatar
Veilleur Pourpre

On m'appelle Enaîa Lysean Vara'Da


Infos Personnage
RANG: Bras Droit des Veilleurs Pourpres - Admin
VILLE & APPARTENANCE : Penjoie
MON AGE : 28 Ans
Féminin
MESSAGES : 739
AGE : 23
INSCRIT LE : 07/05/2012
PSEUDO HABITUEL : Harrods
Joyaux : 266
http://www.ile-joyaux.com/t750-croire-en-quelque-chose-et-ne-pas-le-vivre-c-est-malhonnete#17230 http://www.ile-joyaux.com/t726-enaia-lysean-vara-da-terminee#16682
Posté dans Re: Jusqu'au bout du monde, le devoir toujours vaincra   - Jeu 25 Juin 2015 - 14:26

Concentrée et attentive, Enaïa notait soigneusement chaque mot d’Esmeôr dans un coin de sa mémoire. Soldat reconnu et émérite, elle savait qu’en tant que supérieure, elle pouvait se fier à son jugement loyal et juste, du moins, autant que simples humains pouvaient en avoir, et ressentit un certain soulagement à mesure qu’il parlait. La discussion était loin d’être un dialogue de sourd, et la Colonel en chef était presque heureuse de se retrouver dans les idées de son compère.

“Je vois que vos pensées rejoignent les miennes. Et je ne peux qu’en être soulagée. Malheureusement, à l’heure où nous parlons, j’ai bien peur que Korrul ne soit déjà en phase de changement. Et que pensera le peuple, quand il sera submergé par des dangers que nous étions censés repousser, pour préférer guerroyer contre un peuple qui n’a jamais rien demandé ?”

Répondit-il finalement après quelques secondes de réflexion. Par où commencer, par quel bout attaquer cette situation des plus complexes et dangereuses, tant pour les soldats présents, que pour une nation entière. Elle remit rapidement une mèche de cheveux derrière son oreille et reprit dans un ordre qui lui semblait important :

“Nous avons donc du travail ! Pensez-vous qu’il serait possible que je rencontre la captive ? Si la langue est une barrière, je suis certaine qu’un élan pacifiste à son égard sera déjà un bon début en attendant de pouvoir communiquer avec elle. Je reste persuadée que nous pouvons obtenir ce que nous souhaitons sur cette île d’une autre manière que par des sacrifices inutiles de tous les côtés. Encore faut-il s’y prendre de la bonne manière. Et nous la trouverons.”

Elle fronça les sourcils, une lueur de féroce détermination brillant dans ses prunelles dorées. D’une main, elle saisit de quoi écrire et nota tout ce qu’il était important de régler, dans l’ordre des priorités. Du plus “simple” au plus corsé, elle décida de se pencher sur le cas des ostracisés.

“Pensez vous qu’un discours calmerait les rancoeurs envers les ostracisés venus en aide ? Sinon, nous instaurerons des sanctions. Une armée ne saurait tolérer de tels agissements en son coeur, encore moins envers des hommes de Ruyn. J’irai faire un tour à travers notre camp pour m’assurer de tout cela en personne, avant de décider quoi que ce soit.”

Elle griffonna quelques mots de rappel sur le support, après s’être assurée du consentement du Colonel. Sans perdre de temps, elle enchaîna :

“Pour ce qui est de l’avancée des matrosciens, il serait en effet important d’en avoir un compte-rendu. D’autant que leur progression pourrait nous être avantageuse. Ce que je veux dire, c’est que la violence de leurs batailles pour conquérir ces sois-disantes colonies nous donne l’avantage considérable de ne pas être perçus comme aussi barbares. Du moins pas encore. Nous devrions peut-être nous servir de cela pour installer un climat de “confiance” avec les indigènes d’ici. Qu’en pensez-vous ?”

Elle planta son regard flamboyant dans celui d’Esmeôr. Bien que contre cette guerre, elle était plus que déterminée à trouver un moyen de s’en extirper au mieux. Si l’alternative pacifique ne fonctionnait pas, alors elle ferait tout pour que chaque soldat puisse rentrer sain et sauf à Korrul.



DC : Azeor Desnolancès & Kezaël Lysereän & Kidjyïa Rijwan & Esheban Ondeluire & Riska les Deux Voix & Eyföhl Aanka'Leï & Céléno Thogen
avatar
Veilleur Pourpre

On m'appelle Esmeôr Aanka'Leï


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Ofagär
MON AGE : 58 ans
Féminin
MESSAGES : 228
AGE : 25
INSCRIT LE : 15/08/2011
PSEUDO HABITUEL : Aza/Naus'
Joyaux : 27
Posté dans Re: Jusqu'au bout du monde, le devoir toujours vaincra   - Ven 17 Juil 2015 - 7:08

« Bien entendu, je vais tâcher de vous préparer une visite pour rencontrer l'étrangère. »

Le vieil homme hochait la tête au fur et à mesure que sa supérieure parlait. Il se sentait soulagé qu'elle comprenne si vite ce qui n'allait plus dans le campement, et surtout, qu'elle prenne les choses en main. Même s'il était respecté, Esmeôr n'était pas une terreur, un brin trop idéaliste et mou diraient certains.

« Je pense qu'un discours et peut-être quelques punitions pour montrer l'exemple devraient suffire. Nous ne pourrons pas tout surveiller mais nous avons besoin des ostracisés pour la main d’œuvre. Faites leur comprendre que sans eux, ca sera aux soldats de faire la basse besogne. A mon avis, ça devrait les calmer un temps. »

Concernant les matrosciens, le Colonel Aanka'Leï restait quelque peu septique sur la position à adopter. Comme à son habitude, il ne s'en cacha pas et répondit :

« N'oublions pas qu'un Chamane est mort dans nos rang. Même si je suis pour une approche pacifiste, je ne suis pas sûr que ce soit le cas pour tout le monde. Beaucoup d'entre nous souhaites voir tous ces hommes et femmes morts. C'est une position bien délicate je dois dire... »

Et puis, pensant soudainement à quelque chose, Esmeôr continua :

« En parlant de chose délicate… j'ai appris que nous avons la visite de deux Chamanes. Mais pas n'importe lesquels… les Jumeaux. Je pense qu'un entretien avec eux serait bien venu. D'autant plus qu'ils vont sûrement côtoyer l'homme de Ruyn Asaf. Il serait bon de clarifier certains points avec eux avant qu'ils ne fassent trop de dégâts. »

Même si les Chamanes étaient clairement en haut de la hiérarchie, Esmeôr avait du mal à avoir totalement confiance en eux. La plupart n'étaient que des gamins qui vivaient dans le luxe et la complaisance. Que pouvaient-ils vraiment connaitre de la misère du monde ? Mais en leur présence, le vieil homme savait qu'il devrait s'effacer et courber l'échine.
avatar
Veilleur Pourpre

On m'appelle Enaîa Lysean Vara'Da


Infos Personnage
RANG: Bras Droit des Veilleurs Pourpres - Admin
VILLE & APPARTENANCE : Penjoie
MON AGE : 28 Ans
Féminin
MESSAGES : 739
AGE : 23
INSCRIT LE : 07/05/2012
PSEUDO HABITUEL : Harrods
Joyaux : 266
http://www.ile-joyaux.com/t750-croire-en-quelque-chose-et-ne-pas-le-vivre-c-est-malhonnete#17230 http://www.ile-joyaux.com/t726-enaia-lysean-vara-da-terminee#16682
Posté dans Re: Jusqu'au bout du monde, le devoir toujours vaincra   - Lun 20 Juil 2015 - 8:41



La similarité des avis échangés entre Esmeôr et Enaïa avait au moins le don de rassurer cette dernière, qui, plongée dans ses réflexions, se demandait bien comment il serait possible de sortir d’une telle situation de guerre.

“Je suis bien d’accord avec vous Colonel… mais qu’est ce qui est le plus délicat entre tenter une approche pacifiste ou perdre encore des centaines d’hommes et ne ramener que des cadavres à Korrul ? Celui de notre défunt Chamane est bien assez lourd à porter et à assumer devant notre peuple entier, je ne suis pas certaine que les familles pardonneront encore bien longtemps des morts inutiles…”

Elle soupira alors qu’elle remettait en place une mèche brune qui s’était échappée de l’étreinte d’une natte à moitié défaite par le voyage. Son geste, à peine terminé, s’immobilisa brusquement lorsque les mots d’Esmeôr parvinrent jusqu’à ses oreilles. Les Jumeaux arrivaient sur l’île Blanche. Soudainement, et sans qu’elle n’en soit elle-même prévenue plus tôt. Sa réaction figée allait dans le même sens que les doutes émis par le Colonel et elle bougea finalement de nouveau alors que ses doigts tapotaient nerveusement la pointe de son menton.

“Il ne manquait plus que ça… Nous allons devoir être extrêmement vigilants, je suis prête à mettre ma main au feu qu’ils ne sont pas là pour pacifier les choses…”

Que Ruyn la punisse pour de telles paroles mais elle était certaine de ce qu’elle avançait, tout comme son collègue semblait le croire aussi à l’écoute du conseil précédemment soufflé. Il l’invitait à les rencontrer dès leur arrivée, et ce n’était certainement pas innocent de sa part que de lui confier tel avertissement. Elle avait simplement le culot de le dire tout haut, mais elle savait que seule avec lui, elle pouvait bien se le permettre.

Laissant le silence s’installer quelques secondes, Enaïa repensa en silence à tout ce qu’elle devrait savoir et aux différentes questions qui lui venaient à l’esprit. Tout avait été résolu avec une efficacité digne du Colonel et elle l’en remercia d’un regard, avant de demander :

“Bien, est-ce tout ce dont je dois être au courant pour le moment ?”

Conclut-elle, alors qu’elle se redressait et se mit à se frictionner les bras, encore gelée par son excursion extérieure et bien plus à l’idée de devoir y retourner pour faire le tour du camp et des troupes. Cette sortie lui permettrait sûrement de réfléchir à tout ce qu’elle venait d’apprendre et l’aiderait à trouver une solution adéquate à un problème de plus en plus complexe.



DC : Azeor Desnolancès & Kezaël Lysereän & Kidjyïa Rijwan & Esheban Ondeluire & Riska les Deux Voix & Eyföhl Aanka'Leï & Céléno Thogen

On m'appelle Contenu sponsorisé

Posté dans Re: Jusqu'au bout du monde, le devoir toujours vaincra   -

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum