AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
» Communication externe
par Loth de la Vision Mar 21 Juin 2016 - 15:06

» Réversa [ TOP ]
par Invité Ven 27 Mai 2016 - 8:21

» Le monde de Dùralas
par Invité Jeu 26 Mai 2016 - 7:00

» Anthalia
par Invité Dim 22 Mai 2016 - 15:17

» Marbrume, La Cité des Damnés
par Invité Lun 16 Mai 2016 - 15:07

» Questionnaire pour soutenir infinite RPG !
par Invité Sam 14 Mai 2016 - 17:33

» Escalus
par Invité Jeu 12 Mai 2016 - 9:02

» Mass Effect : Reborn
par Invité Mar 10 Mai 2016 - 15:00

» Forum en pause
par Asàf Lysereän Mar 10 Mai 2016 - 13:47


[RPI] Fuir le passé et ouvrir les bras au présent - Part 3

avatar
Ostracisé

On m'appelle Azeor Desnolancès


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Penjoie
MON AGE : 27 ans
Féminin
MESSAGES : 722
AGE : 23
INSCRIT LE : 07/06/2012
PSEUDO HABITUEL : Harrods
Joyaux : 271
Posté dans [RPI] Fuir le passé et ouvrir les bras au présent - Part 3    - Dim 17 Mai 2015 - 14:02

Des jours. Des jours qui s’étaient écoulés, lentement. Cruellement. De longs jours, occupés par son travail à la construction de la station d’extraction d’ithilium. Un travail éreintant et qui, peu à peu, bien que sculptant le corps d’Azeor, le fatiguait inlassablement. Ne lui laissant que les nuits comme répit. Pour le saisir de nouveau, lorsque le soleil était à peine levé. Et ces derniers jours, la fatigue s’était faite plus présente, plus déterminée. Ces derniers jours, lorsque le jeune homme se rendait à l’infirmerie, pour y trouver un refuge dans les bras d’Erhyn, ce n’était que déception et inquiétude. Et pour cause, elle avait disparu, depuis au moins une semaine. Sans ne donner plus aucune nouvelle.

Azeor avait appris sa disparition le lendemain même. La veille, il l’avait quitté comme tous les jours, après lui avoir rendu visite lorsqu’il terminait au chantier. Comme tous les soirs, ils avaient discuté et ils étaient partis se coucher, chacun de leur côté. Les gestes, entre eux, étaient plus doux, plus langoureux, depuis ce baiser fougueux qu’ils avaient échangé. Pourtant, leurs lèvres ne s’étaient pas retouchées depuis. Les deux complices s’étaient mis d’accord pour attendre, et laisser le temps faire. Naturellement. Depuis, cette décision hantait l’ex-cultivateur, qui regrettait amèrement de ne pas avoir pu l’embrasser une dernière fois. La trace de leur unique étreinte langoureuse lui brûlait encore le corps et le coeur. Quoi qu’il en soit, l’alerte de deux corps de Veilleurs retrouvés dans la neige le lendemain avait fait frémir le camp. Les flocons tombés durant la nuit les avait presque fait disparaître sous son manteau blanc, et camouflait le sang qui avait coulé. L’absence de la chirurgienne le jour même de cette trouvaille fut rapidement observée et les plus mauvaises langues commençaient déjà à la suspecter de ce double assassinat. Mais Azeor n’y croyait pas.

Depuis ce jour funeste, le jeune homme se rendait quotidiennement à l’infirmerie, espérant secrètement revoir ce visage si particulier mais qu’il appréciait tant. Et tous les soirs, après une visite décevante, il suivait le sentier jusqu’à l’endroit où les deux corps avaient été retrouvés. Chaque jour, il observait la neige, et tournait en rond durant une heure, jusqu’à ce que le soleil ne commence à se coucher. Il cherchait. Quoi ? Lui-même ne le savait pas, mais il cherchait désespérément un petit quelque chose, un simple indice qui lui montrerait qu’Erhyn était encore en vie, quelque part là-bas. Qu’elle soit la meurtrière ou non lui importait peu, il voulait juste la savoir en bonne santé. Ou du moins, encore du même monde que lui.

Ce jour-là, comme tous les jours depuis la disparition de la jeune femme, Azeor avait fait le tour de l’infirmerie, en vain. Ses pas l’avaient ensuite mené jusqu’au réfectoire commun, où il grignota, le visage fermé et l’esprit pensif. Ses camarades n’osaient pas le déranger, et le regardaient manger du bout des lèvres, avant de quitter la table et de le laisser seul. Tout ce qu’il attendait. Profitant du fait que personne ne le voyait, il enveloppa les restes de nourriture - des lamelles de viande séchée, un bout de pain et des pitris confites - et les glissa dans sa sacoche. Il rallia ensuite les dortoirs, et s’habilla rapidement, et chaudement, avant de se glisser dans son lit, faisant mine de dormir. Ce n’est que lorsque les bruits nocturnes prirent possession des alentours, et que le ronflement de ses collègues de chambre résonnèrent qu’il se leva, sans bruit. Il attrapa sa sacoche, accrocha son poignard à sa ceinture et sortit de la tente qu’il prit soin de bien refermer. Dans le froid de la nuit, la neige craquant sous ses pas, il évita les patrouilles de soldat et se hâta de rejoindre l’endroit où avait été retrouvé les corps. Dans un dernier regard pour le camp en contrebas, il inspira à fond, se détourna pour observer l’inconnu sombre et soupira longuement. Puisqu’il avait tout quitté pour trouver un véritable sens à sa vie, il ne pouvait pas rester ici à rien faire, loin de celle qui l’avait aidé à changer. Il la retrouverait d’abord. Et accomplirait la destinée que Ruyn, pourtant bien loin de cette île glaciale, lui choisirait.

Alors, il s’enfonça dans l’obscurité des terres erfeydiennes, et quitta une fois de plus, son foyer.


DC: Enaïa Lysean Vara'Da & Kezaël Lysereän & Esheban Ondeluire & Riska les Deux Voix & Eyföhl Aanka'Leï


Merci Erhenyce pour l'avatar ! <3
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum