AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
» Communication externe
par Loth de la Vision Mar 21 Juin 2016 - 15:06

» Réversa [ TOP ]
par Invité Ven 27 Mai 2016 - 8:21

» Le monde de Dùralas
par Invité Jeu 26 Mai 2016 - 7:00

» Anthalia
par Invité Dim 22 Mai 2016 - 15:17

» Marbrume, La Cité des Damnés
par Invité Lun 16 Mai 2016 - 15:07

» Questionnaire pour soutenir infinite RPG !
par Invité Sam 14 Mai 2016 - 17:33

» Escalus
par Invité Jeu 12 Mai 2016 - 9:02

» Mass Effect : Reborn
par Invité Mar 10 Mai 2016 - 15:00

» Forum en pause
par Asàf Lysereän Mar 10 Mai 2016 - 13:47


[RPFB] Arrivé en catastrophe aux Erfeydes

avatar
Veilleur Pourpre

On m'appelle Vaarden Jirkin


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Arish
MON AGE : 29 ans
Masculin
MESSAGES : 2601
AGE : 26
INSCRIT LE : 16/06/2011
PSEUDO HABITUEL : Vaarden, Xiaho
Joyaux : 188
Posté dans [RPFB] Arrivé en catastrophe aux Erfeydes   - Mer 3 Juin 2015 - 16:13

      Le voyage à l’intérieur de grand vent était mouvementé, rien d’y logique lorsque l’on savait que c’était le  vol inaugural de l’Hypérion. Diriger le mastodonte dans les airs n’était pas une chose aisée. Les pilotes manquaient d’expériences. L’urgence de la situation avait précipité le lancement de ce nouveau fleuron provenant de la technologie korrulienne.
Malgré cela l’arrivé sur la terre blanche était proche d’après les indicateurs sur les écrans de contrôle. Dix minutes plus tard, le vent grisâtre laissa soudain sa place à un épais blizzard blanc. Les renforts korruliens après ce long périple était enfin arrivé à destination. Hélas pour eux c’est à ce moment précis que les ennuis commencèrent. Le givre commença rapidement à recouvrir les vitres et la coque du monstre volant.
-«Général Jirkin, nous naviguons à l’aveugle ! Et les réacteurs semblent avoir des dysfonctionnements »
Oui ça Vaarden l’avait bien remarqué les turbulences avaient redoublé et il sentait l’aéronef perdre rapidement de l’altitude.
-« La neige doit déjà commencer à s’accumuler sur la carlingue, et le froid doit endommager nos moteurs qui ne sont pas habitués à des températures si basses. Messieurs servez-vous de l’altimètre, sortez les aéro-freins et dirigez les réacteurs à la verticale. On va devoir atterrir en catastrophe ! »

L’hypérion commença sa descente forcée, le Général s’installa sur son fauteuil et resserra son harnais autour de son corps. Les autres membres d’équipages situaient dans la salle de pilotage en firent d’eux même.
-« D’après nos capteurs nous sommes à 2000m pardon 1750m d’altitude mon général ! »
-« Essayez de garder une vitesse de descente constante ! »
Jusqu’ici le manœuvre se passait pour le mieux bien que les conditions météorologiques soient exécrables jusqu’au moment où la vigie se trouvant annonça dans le haut-parleur.
-« Muraaaaailleee drooiiit devaaaant !!! »
Le manque de visibilité l’avait fait apparaître au dernier moment et les capteurs n’avaient rien détecté comme si une aura avait masqué l’édifice. L’Hypérion était déjà 300 mètre du sol. Le choc était inévitable. Et c’est ainsi que fini le premier vol de l’Hypérion n°1 qui vint s’empaler sur la gigantesque muraille. L’impact fut terrible comparable à un tremblement de terre. Un bruit de métal qui s’entrechoque en musique de fond. C’est tout ce dont se souvient Vaarden de la catastrophe.
Ensuite se fut le troue noire jusqu’à son réveil au milieu de la neige laiteuse. Il reprit une grande respiration comme s’il sortait d’un cauchemar. Hélas pour lui ce n’était que le commencement. Son flanc droit lui faisait mal et il avait du mal à reprendre de l’air surement une ou deux côtes cassées. Le plus douloureux pour lui était cette migraine à la fois lancinante et brutale. Mais par miracle il était en vie et en un seul morceau. La réciproque n’était pas vraie en ce qui concerne le vaisseau qui s’était littéralement pulvérisé durant le crash. Tout un pan de la muraille c’était quant à lui effondré.
Le général Jirkin se releva, se mit en quête de chercher des survivants. Le vent glacial rempli de neige ne lui facilitait pas tâche. Après quelques minutes, il repéra deux veilleurs l’un portait secours à l’autre qui semblait mal en point. Vaarden n’eut pas le temps de les rejoindre qu’il vit une lueur bleue sur sa droite à une cinquantaine de mètres. Puis brusquement la terre se souleva et l’assomma. Première confrontation avec la magie élémentale et première défaite. 
 
Après ça, quelques bribes d’images d’hommes à la couleur pâle lui attachant ses poignets, puis une sensation d’être traînée au sol et enfin d’être amené à un endroit coupé du vent. L’épopée de Vaarden sur l’île blanche s’annonçait extrêmement courte.


avatar
Déserteur

On m'appelle Inge Hardinvast


Infos Personnage
RANG: Vardøn ; Zoey ; Snjór ; Jorgga ; Fjölan ;
VILLE & APPARTENANCE : Murmures de la Sylve ~ Travailleuse du bois
MON AGE : 25 ans
Féminin
MESSAGES : 199
AGE : 27
INSCRIT LE : 16/10/2012
PSEUDO HABITUEL : Jezibaba
Joyaux : 478
http://www.ile-joyaux.com/t1084-inge-hardinvast-l-affranchie
Posté dans Re: [RPFB] Arrivé en catastrophe aux Erfeydes   - Jeu 4 Juin 2015 - 9:26

Cela faisait bientôt dix jours que le petit détachement des Murmures était arrivé au nord de l'île. Par la grâce du temps, plutôt que celle d'un Gardien qui ne trouvait pas de fidèles dans la bonne moitié du groupe, tous avaient pu arriver sans trop d'encombres aux confins d'Argenlac. Le froid faisant partie permanente de son quotidien, il n'était pas la raison des frissons qui parcouraient l'Affranchie depuis qu'ils foulaient les terres de son enfance, de sa vie au sein d'un clan et de ceux qu'elle avait laissés derrière elle. Il s'agissait plutôt d'une appréhension certaine, qu'elle masquait aux yeux des siens pour qu'aucun ne se détourne de la mission principale.

Il était question d'espionner les factionnaires autant que ces étrangers basés de l'autre côté de la Muraille. Les premiers avaient laissé de côté leur intérêt pour les déserteurs, le dirigeant plutôt vers ces invités surprises que l'on ne pouvait voir mais qui émettaient de curieuses sonorités au delà de l'édifice qu'aucun déserteur ne se serait risqué à escalader, de crainte de rappeler leur existence aux factionnaires sur le qui-vive. Au lieu de cela, les Murmures usaient de toute la discrétion possible pour approcher les camps de leurs frères ennemis, y glanant autant d'informations sur eux que sur ces étrangers qu'ils observaient régulièrement depuis leurs yagocks.

Pendant huit jours, Inge et les siens entendirent parler de ce même métal volant qu'ils avaient pu observer plus au sud. Mais de celui-ci ne sortait que des hommes sombres, certains étant décrits comme aussi noirs que le gosier d'un nageombre affamé. Alors que certains des Murmures concevaient difficilement pareil aspect, Inge se les imaginait tant bien que mal, surtout mal puisqu'ils se transformaient très rapidement en créatures vaguement humanoïdes dans son esprit toujours trop inspiré. Avaient-ils de longues dents ? Des griffes ? Ou, non, des nageoires ! Comment auraient-ils pu traverser l'Océan sans Fin sans crainte, sans cela ?

Mais les jours passaient et les Murmures ne voyaient pas l'ombre d'un outremurrien, devant se contenter des bribes glanées çà et là. Peut-être avaient-il espéré un peu trop fort que l'un d'eux leur soit présenté, puisque les étrangers trouvèrent un moyen -radical- de se frayer un chemin à travers cette fichue muraille.

- C'est quoi ce bruit ? S'était interrogé Fasti, déserteur de naissance et fervent ennemi des factionnaires.
- Ce bruit ? Inge le fixa d'un air inquiet.
- C'est comme un grondement...

Ce même grondement se fit de plus en plus audible, jusqu'à alerter tout le camp déserteur qui leva les yeux au ciel sur une masse volante qui grossissait à vue d’œil, de l'autre côté de la Muraille.

- AUX ABRIS !

~~~

Le choc avait été violent et l'impact s'était produit à une lieue du campement qui n'avait subi qu'une vibration et la chute de tas de neige. D'un commun accord, plusieurs éclaireurs se regroupèrent à dos d'aranelias, de koun et d'howok, pour la rouquine. Ils le savaient, les factionnaires eux aussi avaient du se mettre en route, il leur fallait donc être les plus rapides pour observer les dégâts avant que d'autres ne se servent.

Une fois arrivés, ils durent ravaler leur fierté. Cachés à l'ombre d'une orée de bois, ils trouvèrent des outremurriens aux prises avec un clan du coin qui ne se privaient pas pour fouiller les décombres de cette immense boîte de métal. *Comment peuvent-ils voler avec un truc pareil ?* Qu'à cela ne tienne, les Murmures continueraient d'observer de loin...

Pendant deux jours, Inge et ses compagnons étaient les yeux et les oreilles dans l'ombre du campement factionnaire. Les étrangers avaient été regroupés sous une tente fermement défendue et étaient amenés à tour de rôle sous une toile voisine d'où on pouvait entendre leurs suppliques dans une langue inconnue. Cette barbarie révulsait les Murmures autant que l'Affranchie qui n'avait pas encore pu observer les traits des envahisseurs, mais tous savaient qu'ils avaient tout intérêt à rester discrets...




avatar
Veilleur Pourpre

On m'appelle Vaarden Jirkin


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Arish
MON AGE : 29 ans
Masculin
MESSAGES : 2601
AGE : 26
INSCRIT LE : 16/06/2011
PSEUDO HABITUEL : Vaarden, Xiaho
Joyaux : 188
Posté dans Re: [RPFB] Arrivé en catastrophe aux Erfeydes   - Dim 7 Juin 2015 - 16:06

À présent le calvaire pouvait commencer … Le général Jirkin n’y échappait pas au contraire il avait même droit à un traitement spécifique. Deux fois par jours ils l’emmenaient à sa petite séance de tortures. Les barbares de l’île blanche étaient assez imaginatifs pour ce genre de choses. Bien évidemment il y avait le tabassage en règle, mais aussi les séances de fouets créent à partir de leur magie. Plus innovant pour un korrulien les tentatives de noyade la tête dans un seau d’eau glacée ou les brûlures occasionnées une nouvelle fois par leur magie. Comme si elle avait été créée uniquement pour ce genre d’acte. Cela n’arrangeait en rien la santé de Vaarden qui en plus de ses côtes, avait à présent deux doigts cassés sur la main gauche.

Une fois la séance terminée, ils renvoyaient leurs victimes dans une grande tente. Tous les veilleurs y étaient rassemblés, ils étaient simplement neuf rescapés. Sur la dizaine de milliers que contenait l’hypérion cela faisait peu. Vaarden espérait que d’autres s’en soient sortis et aient pu rejoindre leurs compagnons d’arme derrière la muraille. Ou peut-être avaient-ils réussi à se cacher. L’espoir était faible mais il fallait s’y accrocher. L’idée de rassembler les prisonniers à un seul point facilitait leur surveillance. Néanmoins cela leur permettaient aussi de fomenter une tentative d’évasion en toute discrétion. Pas besoin de message codé vu qu’ils ne connaissaient pas leur langue. D’ailleurs pourquoi les gardaient-t-ils en vie ? Les veilleurs  ne pouvaient pas leur fournir d’informations précises à cause de la barrière la langue.  Une chose est sûre, ils semblaient très agités depuis qu’un pan de leur muraille s’était effondré.

-« Général ça va vous tenez le coup ? » balança un veilleur officier d’une quarantaine d’années le plus vieux du petit groupe qu’il restait. Il se nommait Olek.

-« T’en fais pas pour moi Olek. J’ai même réussi à récupérer un cadeau de nos hôtes. » Vaarden sorti un petit couteau de sa manche qu’il avait réussi à subtiliser lors de son dernier interrogatoire.

-« Jolie prise de guerre ! » lança avec un sourire Rédan toujours aussi espiègle malgré la situation.

-« Servez-vous en pour défaire vos liens, on passe à l’action à l’aube. »

-« Mais ne devrions-nous pas attendre le secours de nos camarades restez dans l’hypérion N°2 ? »
lâcha Talis jeune veilleuse de 19 ans.

-« On ne sait pas si l’hypérion 2 n’a pas subi le même sort que le nôtre. De plus ces barbares ont l’air très inquiet. Rien ne nous dit qu’ils nous abattent pas rapidement ou nous déplacent loin de la muraille. Ils semblent attendre des ordres de plus haut. A nous de ne pas les laisser agir. »

Enfin mais ça le général Jirkin ne pouvait pas le dire à voix haute. Il préférait mourir que craquer et donner des informations tactiques à l’ennemi. Non ils devaient agir dès à présent.

La nuit tomba, les veilleurs se reposèrent en faisant des tours de garde. Puis à la première heure du jour lorsque la faune commençait à se faire entendre. Ils se mirent en position après avoir préalablement défait leurs liens en silence. Le piège était en position, Vaarden envoya le signal et Talis supplia de venir l’aider. Après quelques minutes de supplication, deux gardes firent leur entrée au sein de la tente. Ni une ni deux les veilleurs se jetèrent sur eux. L’un d’eux frappa avec sa lance la mâchoire d’Olek qui chuta lourdement au sol. Rédan avec un autre veilleur eu plus de réussite et mis au sol ce garde avant de l’assommer. Le deuxième garde n’eut pas le temps de réagir le couteau précédemment volé, planté dans la jugulaire. Un troisième garde entra et envoya une boule de feu celle-ci fini sa course sur un frère d’arme korrulien qui s’embrasa… Vaarden fou de rage trancha le bras de l’élémentaliste avant de le transpercer avec l’épée qu’il avait récupéré sur le premier garde.

-« Mes frères fuyaient sans vous retourner ! »

Les veilleurs s’éparpillèrent en groupe de deux, tel était le plan : se diviser pour mieux s’échapper. Talis et Rédan les plus rapides se mirent ensemble. Vaarden aida Olek à sortir de la tente qui prenait feu.
Le général Jirkin vit deux veilleurs déjà à terre agrippés par des lianes sortant du sol. Pas le temps de tergiverser, Vaarden couru aussi vite qu’il le pu en direction d’animaux attelés. Un bruit sourd se produisit derrière lui. Il se retourna et vit Olek tituber avant de s’effondrer une hache incrustée dans le crâne. Deux guerriers de l’île blanche se dirigèrent vers lui. A ce rythme l’évasion tournerait court tout comme la vie de Vaarden. Il continua sa course en direction des animaux en s’accrochant à une lueur d’espoir.


avatar
Déserteur

On m'appelle Inge Hardinvast


Infos Personnage
RANG: Vardøn ; Zoey ; Snjór ; Jorgga ; Fjölan ;
VILLE & APPARTENANCE : Murmures de la Sylve ~ Travailleuse du bois
MON AGE : 25 ans
Féminin
MESSAGES : 199
AGE : 27
INSCRIT LE : 16/10/2012
PSEUDO HABITUEL : Jezibaba
Joyaux : 478
http://www.ile-joyaux.com/t1084-inge-hardinvast-l-affranchie
Posté dans Re: [RPFB] Arrivé en catastrophe aux Erfeydes   - Lun 8 Juin 2015 - 15:26

Les relèves se faisaient régulièrement, le camp des Factionnaires se retrouvant veillé jour et nuit par les déserteurs constamment sur le qui-vive, malgré toutes les précautions prises pour ne pas se faire repérer. En poste au sommet d'une colline, à l'abri d'une orée de bosquet, ils savaient les hôtes des étrangers bien trop préoccupés par leurs invités de marque pour se formaliser sur la présence de déserteurs aux alentours, ce qui arrangeait bien notre petit groupe qui ne perdait pas une miette de ce qui se déroulait en contrebas.

Deux jours durant, Inge avait grincé des dents sous les cris de douleur des outremurriens qui lui provenaient de sous cette tente maudite. N'y avait-il donc pas d'autre moyen d'en tirer de précieux renseignements ? Ne valait-il mieux pas s'en faire des alliés, vu la puissance de feu dont ils disposaient ? D'un autre côté, l'Affranchie se retrouvait soulagée de constater que les ennemis des déserteurs n'étaient pas prêts à fraterniser avec un peuple aussi lourdement armé...

Le soleil se levait timidement sur le troisième jour, amenant la déserteuse à l'orée du bois où elle releva un frère d'armes dont les yeux brûlaient d'envie de se clore, ne serait-ce qu'un instant. Assise sur un tronc, elle salua de la tête deux autres Murmures qui revenaient des alentours du camp alors qu'on les relevait à leur tour, comme un mécanisme parfaitement huilé. Combien de temps durerait encore ce fichu cirque ? Jusqu'à ce que tous les prisonniers aient rendu leur dernier souffle sous cette tente ?

Des cris parvinrent finalement du camp factionnaire, faisant se redresser la rouquine et accélérer ses comparses qui lui firent signe de rameuter les autres, ce qu'elle fit par quelques sifflements appris par cœur. Des silhouettes s'agitaient autour de la tente qui abritait les rescapés, donnant l'impression qu'un affrontement avait lieu. Inge suivit les traces de ses compagnons, rapidement suivie du reste de la troupe qui contourna les tentes vidées par leurs ennemis attirés par l'agitation. Des déflagrations, des tremblements de terre témoignaient d'une violente opposition entre erfeydiens et étrangers.

Profitant de la cohue générale, les Murmures se faufilèrent jusqu'au lieu de l'affrontement, y découvrant plusieurs corps à terre, étrangement vêtus. D'un coup d’œil rapide, Inge analysa les lieux et les personnes les peuplant, déterminant celles et ceux qu'elle devait fuir, repérant les malheureux qui couraient pour leur vie, en trouvant un qui espérait parvenir à s'enfuir à dos d'howok alors que, déjà, certains de ses geôliers harnachaient leurs yagocks.

- Pas par là, abruti !

Mais la voix de l'Affranchie se perdit bien vite dans les bruits sourds des coups portés derrière les montagnes de muscles qui rattrapaient le fuyard, alors que les Murmures s'étaient définitivement mêlés à la cohue générale. Légèrement à l'écart de tout cela, la jeune femme profita de la discrétion qui lui restait pour bander son arc et décocher une flèche qui se planta dans le mollet de l'un des deux factionnaires.

- Celui-la, il est pour moi mes gros.

Inge pointa une seconde flèche vers le second qui, voyant le coup venir, lança vers elle une boule de feu qui suffit à la déconcentrer le temps que la pointe ne parte. Bien, pour celui-ci, ça risquait d'être un peu plus compliqué...




avatar
Veilleur Pourpre

On m'appelle Vaarden Jirkin


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Arish
MON AGE : 29 ans
Masculin
MESSAGES : 2601
AGE : 26
INSCRIT LE : 16/06/2011
PSEUDO HABITUEL : Vaarden, Xiaho
Joyaux : 188
Posté dans Re: [RPFB] Arrivé en catastrophe aux Erfeydes   - Mer 10 Juin 2015 - 15:00

Une guerrière à la tignasse rousse sortie de nulle part pour se placer en direction de Vaarden. Elle l’interpella dans une langue étrangère dont il ne comprenait un traître mot. Puis encocha une flèche sur son arc avec une rapidité déconcertante. La course effrénée du général en direction de ces animaux à cornes et au long pelage blanc allait prendre fin. Mais la flèche atteignit finalement l’un de ses poursuivants en entendant l’exclamation de douleur de celui-ci. Deux possibilités soit elle était très mauvaise au tir, soit elle l’aidait à s’enfuir. La deuxième hypothèse semblait invraisemblable dans l’esprit du korrulien.

Néanmoins grâce à cette intervention, il put atteindre l’enclos des bêtes. Sans tarder il sectionna les liens qui maintenaient les montures et entreprit de grimper sur le dos de l’une d’elles. Celle-ci semblait nerveuse de l’agitation ambiante. Le poursuivant erfeydien arrivait lui aussi à hauteur de l’enclos. Vaarden sans réfléchir planta la pointe de son épée dans le croupion d’un animal voisin. Celui-ci se cabra sous l’effet de la douleur puis charga la première chose qu’elle distingua c’est-à-dire l’imposant guerrier devant l’enclos. Il prit de plein fouet les cornes, avant de se faire piétiner par les autres animaux qui suivirent le mouvement. Soudain, il vit s’envoler des animaux reptiliens de la taille d’un fahr du désert sur leur dos des geôliers armés et visiblement très mécontents.

Les choses empirées au fur et à mesure, aucune porte de sorti à l’horizon … Vaarden ordonna à sa monture de se diriger vers la combattante à la chevelure rousse. S’il fallait mourir autant amené avec lui le plus d’ennemis possibles. La belliqueuse ne broncha pas lorsqu’elle vit l’animal lui fonçait dessus. Elle encocha, puis lâcha le projectile. La flèche se figea dans l’œil de la monture qui s’effondra. Le général Jirkin, s’affala aux pieds de la jeune femme. Elle n’était pas si mauvaise que ça au tir finalement.

Serait-elle donc une alliée ? Vaarden avait du mal à le comprendre lorsqu’il planta ses yeux dans ceux couleur noisette au-dessus de lui. Il serra le manche de l’épée dans la paume de sa main. Près à riposter en cas d’attaque.


avatar
Déserteur

On m'appelle Inge Hardinvast


Infos Personnage
RANG: Vardøn ; Zoey ; Snjór ; Jorgga ; Fjölan ;
VILLE & APPARTENANCE : Murmures de la Sylve ~ Travailleuse du bois
MON AGE : 25 ans
Féminin
MESSAGES : 199
AGE : 27
INSCRIT LE : 16/10/2012
PSEUDO HABITUEL : Jezibaba
Joyaux : 478
http://www.ile-joyaux.com/t1084-inge-hardinvast-l-affranchie
Posté dans Re: [RPFB] Arrivé en catastrophe aux Erfeydes   - Sam 13 Juin 2015 - 11:30

L'intervention d'Inge avait permis au fuyard d'atteindre l'enclos où, déjà, plusieurs howoks remuaient, agités par le chaos qui régnait dans le camp factionnaire. Le second erfeydien était devenu trop méfiant et difficile à viser, le rendant autant dangereux pour la déserteuse que pour celui sur lequel elle tentait de mettre la main. Mais ce dernier s'avéra imaginatif, ou peut-être simplement chanceux, et entraîna la dizaine d'howoks en une véritable avalanche qui eut raison du malheureux factionnaire dont les os furent broyés sous les sabots des créatures apeurées.

Mais l'étranger n'aurait pas cette chance avec les erfeydiens qui survolaient la bataille à dos de yagock, que quittait des yeux la déserteuses lorsqu'elle le vit charger sur elle.

- Mais il est con ou suicidaire ?

La seule alliée qu'il ait trouvée, il tentait de la faire piétiner par une bête qu'il maîtrisait à peine. Curieuse logique qu'avaient ces outremurriens. Sans perdre de temps, Inge décocha une flèche qui alla se ficher dans l’œil du malheureux animal. Violemment éjecté, l'étranger échoua aux pieds de l'Affranchie qui ne put retenir la surprise de s'emparer de son visage. Ils étaient humains ? Sa peau était dorée, tout comme ses yeux à la teinte particulière, mais rien d'autre ne semblait différer de l'apparence d'Inge et des siens.

La rouquine s'empara soudainement d'une dague qui pendait à sa ceinture et la lança d'un geste vif sur une factionnaire qu'elle venait de repérer, à quelques mètres d'eux. Même excentrés de l'action, ils n'en étaient pas tout à fait sortis...

- Lève toi ! ordonna l'erfeydienne, tirant le bras du sombre humain en cherchant un moyen de les sortir de là rapidement.
- Inge ! Les yagocks, vite !

Plus loin, au cœur du combat, un frère d'armes l’interpellait en désignant les plots auxquels étaient encore attachés quelques yagocks piaffant d'impatience.

- Non ! Je vous laisse pas là !
- Casse-toi d'ici et ramène-le à Möjra, on se démerde à en récupérer d'autres !


Le carnage qui avait lieu derrière son compagnon fit déglutir l'erfeydienne qui posa son regard inquiet sur l'étranger. S'ils y passaient tous ici, ils se seraient battus pour rien...
Sa main saisit fermement le poignet de l'outremurrien qu'elle entraîna avec elle en direction des lézards ailés, déviant chaque attaque portée sur eux à l'aide de son don, faisant se dresser la terre en guise de bouclier. Une fois arrivés, elle se hâta de défaire les liens de l'animal volant qu'elle enfourcha sans tarder avant de tendre la main vers l'étranger qu'elle invitait à monter derrière elle. S'il tenait un minimum à la vie...




avatar
Veilleur Pourpre

On m'appelle Vaarden Jirkin


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Arish
MON AGE : 29 ans
Masculin
MESSAGES : 2601
AGE : 26
INSCRIT LE : 16/06/2011
PSEUDO HABITUEL : Vaarden, Xiaho
Joyaux : 188
Posté dans Re: [RPFB] Arrivé en catastrophe aux Erfeydes   - Dim 14 Juin 2015 - 6:51

Lorsque la jeune guerrière à la chevelure flamboyante sortit une dague, les chances de l’éviter à si courte distance étaient proches du néant pour Vaarden. Mais celle-ci était destinée à l’un des cavaliers volants. C’est à ce moment précis que le korrulien compris qu’il avait une alliée vivant sur cette île blanche. Pourquoi il ne le savait pas. Quelles étaient ces desseins ? Pourquoi tuait-elle ses compatriotes pour sauver un étranger. Cela n’avait aucun sens pour le général Jirkin.

Sans trop vraiment y réfléchir et surtout parce qu’elle serrait fermement son poignée. La jeune combattante le guidait au sein du camp qui s’était transformé en véritable champs de bataille. En effet d’autres guerriers à la peau blanche avaient engagé le combat face à ses anciens geôliers. Vaarden était surtout éblouit des capacités magiques de son alliée. Elle se servait de la terre comme d’un bouclier. Cela semblait si naturel pour elle. En l’observant on pouvait presque y discerner de la grâce dans ses gestes.

Ils arrivèrent devant ces reptiles ailés qui servaient de montures aux barbares de l’île blanche. Sans hésiter, sa bienfaitrice chevaucha la bête puis lui tendit sa main pour lui indiquer de la suivre.

*Elle est sérieuse, elle veut vraiment que je monte sur cette bestiole qui une fois sur son dos va vouloir me becter. *

Une nouvelle boule feu explosa non loin d’eux.

-« Je crois que j’ai pas trop le choix en fait. »

Il empoigna la main de la jeune femme, pris une inspiration et grimpa sur la bête. Sans tarder, ils s’envolèrent et prirent la direction opposée à la muraille. Où l’emmenait-t-elle ? Il le serait bien assez tôt de toute manière. De plus ils n’étaient pas encore sortis d’affaire, ils étaient en effet poursuivis par un cavalier sur sa créature volante et il paraissait bien décidé à les faire tomber de la leur. Vaarden fit signe qu’il avait de la compagnie. Peu de temps après, un premier pic de glace les frôla. L’ancien pilote de speeder réussi à parer le second avec son épée, il faillit perdre l’équilibre par ce geste et agrippa fermement la hanche de sa secouriste tout en resserrant ces jambes sur le dos de l’animal.

Autant il avait toujours été à l’aise dans les airs chaud du désert avec son vaisseau. Autant ici il semblait démuni et surtout à la merci de son assaillant hors de portée de son épée. Il fallait qu’ils trouvent une solution ou la chute s’annonçait imminente.


avatar
Déserteur

On m'appelle Inge Hardinvast


Infos Personnage
RANG: Vardøn ; Zoey ; Snjór ; Jorgga ; Fjölan ;
VILLE & APPARTENANCE : Murmures de la Sylve ~ Travailleuse du bois
MON AGE : 25 ans
Féminin
MESSAGES : 199
AGE : 27
INSCRIT LE : 16/10/2012
PSEUDO HABITUEL : Jezibaba
Joyaux : 478
http://www.ile-joyaux.com/t1084-inge-hardinvast-l-affranchie
Posté dans Re: [RPFB] Arrivé en catastrophe aux Erfeydes   - Mar 16 Juin 2015 - 6:43

Trépignant sur le yagock, la déserteuse suppliait l'étranger du regard afin qu'il se hâte de la rejoindre, car s'ils étaient près de s'enfuir en volant ce yagock, cette même créature se trouvait bien trop proche des combats au goût de l'Affranchie.

Ce fut finalement une boule de feu qui décida l'étranger à la rejoindre, et Inge ne perdit pas de temps pour faire décoller l'animal. Mais, s'ils avaient fui le gros du combat, ils n'étaient pas sortis d'affaire pour autant. Les factionnaires qui pilonnaient le camp les repérèrent bien vite, l'un d'entre eux les prenant en chasse.
Prévenue par son surprenant allié, Inge jeta un rapide coup d’œil en arrière pour distinguer leur nouvel adversaire. Peste soit le Gardien, ils n'auraient donc jamais la paix ! L'homme doré para avec succès l'une des attaques portées sur eux, mais au prix d'un fort déséquilibre qui en coûta aux hanches de la déserteuse qui se trouva être une parfaite attache.

- Hé, doucement !

Claquant de la langue pour maintenir le yagock à une allure soutenue, elle enserrait les côtes de ce dernier lorsqu'elle glissa de force les rênes dans les mains de l'outremurrien avant de les lui secouer, mimant ainsi la manière grossière de faire accélérer leur monture.
Ceci fait, elle plongea ses mains dans la sacoche de cuir qu'elle portait en bandoulière, pour en sortir deux épaisses lianes qu'elle passa d'abord sous l'encolure de l'animal pour les faire se nouer par son don autour du torse de l'étranger puis du sien, désamorçant au passage plusieurs attaques portées par leur poursuivant en muant la glace en de lourds rochers qui churent lourdement quelques mètres plus bas.

Malgré la folle allure à laquelle ils allaient, le factionnaire ne perdait pas de terrain, comme elle le constata en jetant une nouvelle fois un regard en arrière.

- Tiens-le bien ! Cria-t-elle en faisant signe de garder le cap, tandis qu'elle se levait en équilibre sur l'animal, passant par dessus l'outremurrien derrière lequel elle se rassit en lui tournant le dos.

Ainsi installée, elle faisait directement face à leur ennemi qu'elle pouvait ainsi mettre en joue. Une première flèche fut évitée de justesse, mais la seconde vint se nicher dans les naseaux du yagock qui poussa un cri strident, rechignant à continuer la poursuite alors que son cavalier peinait à le maitriser, gardant cependant le cap sur ses proies.

- Plus vite ! Cria-t-elle encore, enfonçant ses talons sous les écailles de leur monture.




avatar
Veilleur Pourpre

On m'appelle Vaarden Jirkin


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Arish
MON AGE : 29 ans
Masculin
MESSAGES : 2601
AGE : 26
INSCRIT LE : 16/06/2011
PSEUDO HABITUEL : Vaarden, Xiaho
Joyaux : 188
Posté dans Re: [RPFB] Arrivé en catastrophe aux Erfeydes   - Dim 21 Juin 2015 - 14:20

Cette fille avait du caractère et possédait une certaine habilité telle une acrobate. Il en fallait pour passer les reines et passaient par-dessus Vaarden alors qu’ils étaient en plein vol et surtout poursuivis par un assaillant. Le korrulien avait plus du mal à manier la bestiole et surtout à maintenir un cap dans les airs. Les bourrasques de vent ne l’aidaient pas non plus. Mais son instinct de pilote refit rapidement surface et il entreprit d’effectuer des virages après la chaque tir de sa « co-pilote ».

Ils avaient réussi à gagner du terrain grâce à la contre-attaque de l’erfeydienne. Vaarden eut soudain une idée et profita de cette courte accalmie pour se diriger vers le sol. Il cherchait surtout à s’approcher de la végétation environnante. Malgré son court séjour sur l’île blanche Vaarden avait remarqué que les guerriers de cette île utilisaient leur magie à travers un élément ou deux : Le feu, la glace, la terre.

Il semblait que leur poursuivant possédait celui en lien avec la glace au vu des pics de glace envoyés. Sa coéquipière quant à elle maniait celui de la terre. En se rapprochant de celle-ci peut être auraient-ils un avantage ceci dit le général Jirkin. Ils étaient à présent à une dizaine du mètre du sol leur adversaire à leurs talons.

Deux arbres se dressaient une dizaine de mètres. Il resserra les reines et pris le cap vers eux. Malgré les efforts de son alliée elle se retrouvait à cours de flèches dans son carquois. Vaarden espérait qu’elle comprendrait sa manœuvre, il lui tapa l’épaule pour qu’elle se retourne et voit les deux arbres. Elle eut un rapide sourire et acquiesça de la tête.

Ils arrivaient à hauteur des arbres, la rouquine sortie une fiole de sa ceinture, saupoudra ses mains d’un liquide bleu. Ils dépassèrent les arbres puis au moment où leur poursuivant en faisait d’eux même les branches des deux arbres s'animèrent et frappèrent. Le guerrier se fit désarçonner et chuta de quelques mètres avant de toucher le sol violemment. Ils s’étaient enfin débarrassés de l’indésirable et pouvaient poursuivre leur route. Oui mais vers où se dit Vaarden.


avatar
Déserteur

On m'appelle Inge Hardinvast


Infos Personnage
RANG: Vardøn ; Zoey ; Snjór ; Jorgga ; Fjölan ;
VILLE & APPARTENANCE : Murmures de la Sylve ~ Travailleuse du bois
MON AGE : 25 ans
Féminin
MESSAGES : 199
AGE : 27
INSCRIT LE : 16/10/2012
PSEUDO HABITUEL : Jezibaba
Joyaux : 478
http://www.ile-joyaux.com/t1084-inge-hardinvast-l-affranchie
Posté dans Re: [RPFB] Arrivé en catastrophe aux Erfeydes   - Lun 22 Juin 2015 - 11:38

Le carquois de l'archère se vidait bien trop vite à son goût et, même si certaines de ses flèches avaient atteint la monture adverse, celle-ci était bien trop coriace pour s'avouer vaincue. Le factionnaire continuait de les bombarder de boules et pics de glace, plus pour épuiser la déserteuse qu'autre chose puisqu'elle n'avait aucun mal à les dévier en les transformant à sa guise. Mais gérer ces projectiles en plus de siens n'était pas une mince affaire, et Inge ne cessait de pester à chaque fois qu'une flèche manquait sa cible.

Lorsqu'elle n'en eut plus, l'Affranchie put faire plus attention à son environnement, remarquant au passage que son copilote leur avait fait dangereusement perdre de l'altitude, lui faisant craindre un piqué mortel qui aurait raison d'eux avant leur ennemi.

- Mais il est pas bien celui là ?

Sans prendre le risque de se retourner et de faire dos à l'adversaire, Inge frappa violemment sur le bras de l'étranger qui maintenait pourtant son cap, malgré les frappes à répétition de la déserteuse qui ne comprit son manège qu'en tournant brièvement la tête lorsqu'il attira son attention sur deux cimes particulièrement hautes. C'est qu'il avait de la suite dans les idées, l'homme doré... Après avoir appliqué quelques gouttes d'ithylium sur la paume de ses mains qu'elle frotta énergiquement, la rouquine tendit son esprit vers ces arbres majestueux qui n'attendaient qu'eux. Encore quelques mètres, encore un peu...

Serrant plus que jamais ses jambes autour du Yagock, Inge se laissa tomber sur le côté, effleurant du bout des doigts les plus hautes branches de l'arbre, non sans récolter quelques égratignures au passage. Sa liane resserrée autour de son buste la retenait mieux que tout autre chose et la remit bien vite en place, lui laissant le loisir de voir les branches mettre leur ennemi hors course. La Hardinvast laissa échapper un cri suraigu, témoin de son complet contentement, et applaudit brièvement avant de se lever de nouveau et de reprendre place devant l'outremurrien qu'elle démit de ses fonctions, non sans lui adresser un sourire amusé. Ils s'étaient bien débrouillés, pour un binôme improvisé...

Ce ne fut que quelques heures plus tard que la déserteuse choisit de leur faire, temporairement, retrouver la terre ferme. Leur voyage promettait d'être long et elle n'avait pas prévu d'effectuer d'autres haltes que celle-ci, qui ne leur permettrait que de faire le plein de baies et de neige fondue. Hors de question de perdre du temps, et elle comptait bien mettre à contribution le yagock gagné.
Ils atterrirent sur un plateau isolé, inaccessible par la terre et le rendant donc peu fréquenté par les factionnaires. La végétation y était riche mais n'était constituée que d'herbes vivaces et d'arbustes ne dépassant jamais la hauteur des hanches. Voilà qui devrait convenir pour une pause méritée sans pour autant offrir à son invité d'occasion de s'enfuir.

Elle fut la première à descendre de la créature dont elle noua les rênes avec les racines environnantes, se méfiant de la fidélité réputée de yagocks envers leurs maîtres initiaux.

- Sale bête, t'es franchement pas confortable. Se plaignit-elle en se massant la croupe, se retournant vers l'étranger sans avoir non plus l'air de le garder à l’œil. Après tout, où irait-il ? S'il était assez intelligent pour lui permettre de mettre à bas leur ennemi, il l'était bien assez pour préférer la garder comme alliée. Vivement que je retrouve mon bon gros Morrik, lui au moins il a le dos large.

Inge tourna un instant la tête vers le proche horizon qu'était le bord du plateau alors qu'un vent du nord souleva ses cheveux déjà bien assez emmêlés. Parfait, si ce vent là persistait, ils arriveraient à Adiem en moins de temps qu'il n'en faut pour dire "howok". Ses yeux noisettes revinrent ensuite se poser sur l'outremurrien à qui elle s'adressa naturellement, ne semblant pas se soucier d'une quelconque barrière de langue. Elle se doutait bien qu'il ne comprenait aucun mot qu'elle pouvait prononcer, mais cela lui permettait de combler un peu le silence qu'elle abhorrait.

- Allez, on fait le plein, un petit pipi si t'as besoin et c'est reparti, pas l'moment de traîner !

Sur ces mots, elle entreprit de trouver un arbuste fruitier avant de se rendre compte qu'elle avait manqué à toutes les politesses, en toute erfeydienne qu'elle restait. Posant une main sur son sternum, elle se présenta enfin.

- Inge. Ine-gue.




avatar
Veilleur Pourpre

On m'appelle Vaarden Jirkin


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Arish
MON AGE : 29 ans
Masculin
MESSAGES : 2601
AGE : 26
INSCRIT LE : 16/06/2011
PSEUDO HABITUEL : Vaarden, Xiaho
Joyaux : 188
Posté dans Re: [RPFB] Arrivé en catastrophe aux Erfeydes   - Mer 24 Juin 2015 - 15:20

Où l’emmenait-elle ? Cette question le korrulien n’en avait toujours pas la réponse. Cela faisait des heures qu’il s’enfonçait toujours plus loin dans l’île blanche. Une chose était sûre elle ne semblait pas vouloir être hostile envers Vaarden, ses démonstrations de joie après s’être débarrassé de leur dernier poursuivant en témoignait. Elle avait gratifié le général d’un sourire pour le féliciter de la décision qu’il avait prise. Comme si c’était la première fois qu’il avait utilisé son sens de la stratégie et qu’il était le parfait débutant. Il se sentait faible et surtout depuis longtemps complètement dépendant de quelqu’un. Il devait faire confiance en la guerrière rouquine sinon ses chances de survie seraient proches du néant. Il ne connaissait en rien ce monde brutal et froid. Elle était son unique alliée pour l’instant.

Après des heures passées dans les airs. Ils firent en fin une halte au plus grand soulagement de Vaarden qui en plus d’avoir les muscles endoloris à cause de rester assis à s’accrocher au dos de la bête, ne sentait plus ses membres à cause du froid ambiant. La cavalière au teint pâle parsemé de tâche de rousseur ne semblait pas le moins du monde affecté par ces températures négatives.
Elle avait choisi un promontoire pour que le général Jirkin ne puisse tenter de s’enfuir. Mais comment le pourrait-il ? Il était épuisé à bout de force. La seule idée qu’il pourrait avoir en tête en voyant ce précipice c’est d’y sauter. Mais il repoussa cette idée aussi loin qu’il le pouvait. Il n’avait pas fait tout ce chemin pour finir ainsi. Korrul avait encore besoin de lui au plus profond de lui-même il le sentait.

La jeune femme au regard noisette se retourna vers lui et commença à lui parler comme si de rien n’était et qu’il comprenait parfaitement sa langue. Bien évidement Vaarden ne compris un traite mot de ce qu’elle dit jusqu’au moment où elle répéta un mot la main posé sur elle. Inegue ? C’était sûrement son nom rien de bien féminin se dit le korrulien.

- « Ine…Gue… » pointant sa main recouvertes de bandages vers elle, puis vint la placer sur son poitrail « Vaarden ! Vaaardenneee ! »

Les présentations étaient faites. Mais il avait encore des milliers à lui poser. Qui était-elle ? Pourquoi l’avait-elle sauvé de ses congénères ? Mais surtout …

- « Où m’emmènes-tu ? Mes amis sont derrière la muraille ! Pourquoi nous nous éloignons de celle-ci ? »

Tout en annonçant cela il dessina au sol une sorte de carte en désignant la muraille comme sa maison. Il plongea ensuite ses prunelles dorées dans ceux de son interlocutrice, cherchant une réponse à cette question. Il grelottait, il avait l’impression que le froid imprégnait même ses os.


avatar
Déserteur

On m'appelle Inge Hardinvast


Infos Personnage
RANG: Vardøn ; Zoey ; Snjór ; Jorgga ; Fjölan ;
VILLE & APPARTENANCE : Murmures de la Sylve ~ Travailleuse du bois
MON AGE : 25 ans
Féminin
MESSAGES : 199
AGE : 27
INSCRIT LE : 16/10/2012
PSEUDO HABITUEL : Jezibaba
Joyaux : 478
http://www.ile-joyaux.com/t1084-inge-hardinvast-l-affranchie
Posté dans Re: [RPFB] Arrivé en catastrophe aux Erfeydes   - Dim 5 Juil 2015 - 9:46

Le rire d'Inge se perdit dans l'immensité qui entourait leur perchoir. Les accents étrangers n'étaient pas communs aux Erfeydes, et pour cause ! Autant les prononciations pouvaient différer d'une région à une autre, autant cet accent chaud et chantant avait vraiment quelque chose de nouveau et d'amusant. Le premier échange semblait être un succès puisqu'il l'avait reprise en la pointant du doigt avant de se désigner lui-même. La déserteuse rit de nouveau en découvrant ce mot étrange qui semblait être son nom et le pointa à son tour.

- Vardøn !

Mais, déjà, l'outremurrien s'était penché au dessus du sol gris et poussiéreux sur lequel il traçait des lignes bien abstraites pour la jeune femme. Certes, les erfeydiens usaient de cartes, mais leurs pauvres moyens comparés à ceux des envahisseurs ne leur permettaient pas d'en avoir une vue très objective. Alors, quand bien même le croquis de l'homme doré ait été fidèle, elle n'en aurait eu aucune idée.

Penchée au dessus du curieux dessin, Inge fixa l'homme lorsque celui ci leva les yeux vers elle, le regardant avec deux billes brunes alors qu'il baragouinait bizarrement.

- Ouais, bon, c'est très joli tout ça mais on n'a pas que ça à faire.

Se redressant, elle s'approcha du yagock et détacha un sac vide de son harnachement avant de ramasser une branche au sol. Ce petit matériel acquis, elle revint vers l'étranger et lui montra le bout de bois...

- Bois.... avant de le mettre dans la besace en cuir qu'elle lui tendit, l'invitant d'un geste du bras à continuer ainsi. Sans attendre qu'il ne se décide à bouger, elle attrapa une seconde besace et entreprit à son tour de la remplir de baies, racines et feuilles comestibles. Allez, hop, un peu de nerf...




avatar
Veilleur Pourpre

On m'appelle Vaarden Jirkin


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Arish
MON AGE : 29 ans
Masculin
MESSAGES : 2601
AGE : 26
INSCRIT LE : 16/06/2011
PSEUDO HABITUEL : Vaarden, Xiaho
Joyaux : 188
Posté dans Re: [RPFB] Arrivé en catastrophe aux Erfeydes   - Mar 14 Juil 2015 - 14:28

*Elle me prend pour un demeuré ou quoi ? Elle en a rien à faire de ce que je lui raconte* fut la pensé qui lui vint en premier lorsqu’elle effaça son dessin.

La rouquine prit une besace puis fit signe à son « prisonnier » de prendre des morceaux de bois et de les fourrer dans ce sac. Vaarden était complètement décontenancé. Il aurait pu dire n’importe quoi, la conversation serait compliquée à cause de la barrière de la langue. Mais la guerrière ne semblait faire aucun effort pour le comprendre.

Elle lui transmit la poche et se mit à ramasser tout ce qui lui paraissait utile sans se soucier que Vaarden l’imite. Se rebeller était perdu d’avance de toute manière. Vaarden pris donc l’option d’accomplir sa tâche sans dire un mot. Si elle voyait qu’il n’était pas un bon à rien peut être serait-elle plus compréhensive avec lui. Enfin l’espérait-il, toute manière sa survie dépend-elle. La santé du général korrulien était loin d’être au beau fixe, il avait des os brisés et le froid l’affaiblissait.
Il remplit la sacoche autant qu’il le pouvait puis revint vers la jeune femme qui l’avait sauvé quelques heures plutôt afin de lui remettre son butin. Il tremblait de tous ses membres. Une chose est sûre, il n’était pas vraiment beau à voir.

Qu’elle était la prochaine étape, repartir sur la monture ailée ? Faire du feu ? Manger un morceau ? Ou Vaarden allait être encore surpris par la prochaine action de sa bienfaitrice ?

- « Mais qui es-tu un ange ou un démon ? Pourquoi m’avoir sauvé ? » lança Vaarden sur un ton rempli de dépit.

Bien évidemment le korrulien n’attendait aucune réponse mais bon au moins paraissait-il humain en essayant de communiquer.


avatar
Déserteur

On m'appelle Inge Hardinvast


Infos Personnage
RANG: Vardøn ; Zoey ; Snjór ; Jorgga ; Fjölan ;
VILLE & APPARTENANCE : Murmures de la Sylve ~ Travailleuse du bois
MON AGE : 25 ans
Féminin
MESSAGES : 199
AGE : 27
INSCRIT LE : 16/10/2012
PSEUDO HABITUEL : Jezibaba
Joyaux : 478
http://www.ile-joyaux.com/t1084-inge-hardinvast-l-affranchie
Posté dans Re: [RPFB] Arrivé en catastrophe aux Erfeydes   - Mar 28 Juil 2015 - 10:54

Le plateau n'offrait que peu de baies, mais Inge parvint tout de même à remplir un gros quart de la petite besace qu'elle avait attachée fermement à sa ceinture. Bien qu'elle ait eu l'air d'ignorer parfaitement l'étranger, elle l'observait discrètement, esquissant un sourire satisfait en le voyant mettre la main à la pâte. Sa condition de déserteuse avait beau avoir développé sa méfiance envers ses ennemis, elle n'arrivait pas encore à définir cet homme comme tel, peut être de par le vieil adage "l'ennemi de mon ennemi est mon ami", mais aussi à la simple compassion qu'elle ressentait en imaginant ce que les factionnaires avaient pu lui faire subir. Et puis, ils avaient fait un parfait travail d'équipe sur le dos de ce yagock... Naïve petite Inge, un jour sa crédulité lui vaudrait sûrement de gros ennuis.

Se relevant de sa cueillette peu fructueuse, elle hocha la tête lorsqu'elle récupéra ce que l'outremurrien vint lui présenter, lui offrant son plus large sourire sans même comprendre ce qu'il lui disait.

- Parfait ! Avec ça on pourra...

La phrase de la Hardinvast s'arrêta net lorsqu'elle réalisa subitement l'état dans lequel se trouvait l'homme doré qui virait au bleu. Dans le feu de l'action et de l'excitation, elle n'avait pas songé à l'idée qu'il ne puisse pas connaître le froid erfeydien. Ses yeux le parcourant de haut en bas, elle dut reconnaître que cette étrange tenue n'était pas la meilleure pour parer au climat rude de ces terres.

- Bon, on va faire une pause.

Tournant les talons, elle se dirigea vers leur monture dont le harnachement et la charge étaient ceux d'un éclaireur s'apprêtant à partir en mission de reconnaissance. Coup de chance qu'ils aient choisi celui-ci, puisque d'épaisses couvertures en fourrure étaient retenues, roulées sur elles-mêmes, par des lanières en cuir que la déserteuse défit rapidement avant de retrouver et de rejoindre l'homme doré.

- Tiens, ça serait quand même dommage que tu me claques entre les doigts avant qu'on arrive. Dit-elle en posant une couverture sur les épaules de l'étranger avant d'appuyer doucement sur ces dernières, le forçant à s'asseoir. On a pas idée d'envahir les Erfeydes à moitié à poil... Ajouta-t-elle pour elle-même avant de dresser quelques brindilles sèches devant son "invité" vers qui elle leva le regard, ses mains s'affairant à faire un semblant de feu avec deux bouts de bois. À ce moment là, je vois même pas pourquoi les Factionnaires s'entêtent à vous foutre dehors, vous faites tout ce qu'il faut pour crever de pneumonie.




avatar
Veilleur Pourpre

On m'appelle Vaarden Jirkin


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Arish
MON AGE : 29 ans
Masculin
MESSAGES : 2601
AGE : 26
INSCRIT LE : 16/06/2011
PSEUDO HABITUEL : Vaarden, Xiaho
Joyaux : 188
Posté dans Re: [RPFB] Arrivé en catastrophe aux Erfeydes   - Jeu 30 Juil 2015 - 14:19

Vaarden vit s’arrêter nette La jeune fille en l’observant. Elle comprit aussitôt que l’état du korrulien était plus grave qu’elle ne l’avait imaginé. Rapidement un sentiment de soulagement et de gratitude  se propagea dans le corps du général comme la chaleur que produisait le feu qu’avait créée la guerrière rouquine. Ce feu et cette couverture épaisse le revigorer, Inge lui faisait la conversation même s’il ne comprenait pas un traître mot. Il voyait bien qu’elle essayait de détendre l’atmosphère en esquissant ce sourire. Il pouvait prendre le temps de mieux la distinguer. La plupart des êtres vivants qu’il avait contemplés sur cette terre c’était montré brutale et hostile. Ce joli minois, avec ces prunelles noisettes rempli de malice ainsi que ces mèches rousses virevoltant dans les airs lui donnait une autre image. Une chose était certaine elle n’était pas dénuée de charme.

Après quelques minutes à être irradiées par ces flammes, Vaarden se sentait déjà beaucoup mieux. Il posa sa main sur l’épaule d’Inge.
-« Merci ! » cela semblait peu, en effet la guerrière lui avait déjà sauvé la vie à de nombreuses fois. Mais dans les yeux de Vaarden une réelle reconnaissance transparaissait. Il se dit à présent qu’il lui était redevable. Où l’amenait-elle ? Il ne le connaissait toujours pas. La seule chose qu’il savait c’est qu’il pouvait lui faire confiance. Ce qui était pour lui une réelle source d’apaisement.

Ces réjouissances furent courtes mais salutaires pour l’état forme du korrulien, surtout après avoir avalé quelques baies pour se requinquer. Les deux compagnons d’infortune se préparent au départ puis s’installèrent sur leur monture. Inge frappa avec ses jambes le dos de la bête tout en tirant sur les rênes. Les ailes s’agitèrent, et enfin ils décolèrent en se dirigeant de plus en plus loin dans les terres de l’île blanche.

:
 
 


On m'appelle Contenu sponsorisé

Posté dans Re: [RPFB] Arrivé en catastrophe aux Erfeydes   -

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum