AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
» Communication externe
par Loth de la Vision Mar 21 Juin 2016 - 15:06

» Réversa [ TOP ]
par Invité Ven 27 Mai 2016 - 8:21

» Le monde de Dùralas
par Invité Jeu 26 Mai 2016 - 7:00

» Anthalia
par Invité Dim 22 Mai 2016 - 15:17

» Marbrume, La Cité des Damnés
par Invité Lun 16 Mai 2016 - 15:07

» Questionnaire pour soutenir infinite RPG !
par Invité Sam 14 Mai 2016 - 17:33

» Escalus
par Invité Jeu 12 Mai 2016 - 9:02

» Mass Effect : Reborn
par Invité Mar 10 Mai 2016 - 15:00

» Forum en pause
par Asàf Lysereän Mar 10 Mai 2016 - 13:47


"Tous ceux qui ne sont pas nous sont nos ennemis"

avatar
Chamane

On m'appelle Kaïlindra


Infos Personnage
RANG: Celle qui Ressent - Admin
VILLE & APPARTENANCE : Arish - Chamanes
MON AGE : 31 Ans
Féminin
MESSAGES : 21
AGE : 23
INSCRIT LE : 10/06/2015
PSEUDO HABITUEL : Harrods
Joyaux : 5
Posté dans "Tous ceux qui ne sont pas nous sont nos ennemis"    - Ven 12 Juin 2015 - 17:29

“Il est hors de question que je prenne un Compagnon ! Laissez moi tranquille et occupez vous plutôt de vos stupides élèves !”

L’exclamation avait résonné dans le couloir attenant à l’aile sud, alors que quelques secondes plus tard, une porte claquait violemment. Kaïlindra, le visage tiré par la colère et ses deux iris déjà noires assombries un peu plus par l’agacement, se retira dans ses appartements non sans avoir renvoyé au passage sa domestique. Elle voulait être seule. Elle avait besoin d’être seule. La journée avait été longue, trop longue et épuisante moralement.

Alors qu’elle avait pensé pouvoir profiter de la bibliothèque dans le calme et la sérénité, Celle qui Ressent s’était vue talonnée toute la journée par Maître Jestaz,- le précepteur qui avait réussi à la suivre quotidiennement depuis qu’elle avait accepté d’écouter ses leçons durant son enfance. L’Erudit ne l’avait pas lâché d’une semelle, et si l’adolescente s’était bien demandée ce qu’il lui voulait sinon l'assommer d’une leçon d’arithmétique en plus, qu’elle ne fut pas sa surprise quand il engagea la conversation sur un sujet qui n’avait plus été abordée depuis ses 10 ans. Trouver un Compagnon. La jeune femme lui avait d’abord gentiment expliquer qu’il était hors de question d’une autre personne sinon son frère et se passerait bien volontiers de la présence d’un autre homme à ses côtés. Mais l’insistance de son maître n’avait fait qu'accroître au fur de la journée, si bien que le soleil déclinait à peine que Kaïlindra broyait déjà du noir.

Elle avait trouvé refuge sur les draps de soie de son lit, et, allongée négligemment, observait sans le voir le plafond en pierre blanche de sa chambre. Elle soupira à plusieurs reprises, tentant de calmer les battements rapides de son coeur, encore sous le choc de énervement. Son tempérament sanguin lui valait bien des hurlements et des crises de colère, que seul son frère jumeau, Ha’ul, savait calmer instantanément. Instinctivement, ses pensées s’étaient dirigées vers lui, alors qu’elle fermait les yeux pour l’imaginer à ses occupations. Dans quelques instants, il viendrait la rejoindre, pour leur bain quotidien et alors, elle aurait tout le loisir d’oublier cette affreuse journée.

La nuit était tombée sur Arish, quand la domestique chargée de préparer le bain se retira silencieusement. Agenouillée près de la large baignoire creusée, Kaïlindra trempa ses doigts dans l’eau et satisfaite, se redressa. Ses longs cheveux ébènes étaient exceptionnellement relevés sur son crâne, en un chignon rapidement exécuté mais qui laissait s’échapper quelques mèches, roulant dans la nuque gracile de la jeune fille. D’un geste, elle détacha la chemise de nuit dans laquelle elle s’était enroulée en prévision du bain, et la posa à proximité, frissonnant en sentant son corps entièrement dénudé. Elle entendit la porte de sa chambre se fermer, à mesure qu’elle entrait dans l’eau chaude et jeta un oeil par dessus son épaule pour s’assurer de la présence de son jumeau.

“Bonsoir mon frère.”      
avatar
Chamane

On m'appelle Ha'ul Khusa


Infos Personnage
RANG: Kaïlindra ; Azaëlle ; Henja ; Ysoa
VILLE & APPARTENANCE : Arish - Chamane
MON AGE : 31 ans
Masculin
MESSAGES : 61
AGE : 27
INSCRIT LE : 10/06/2015
PSEUDO HABITUEL : ^w^
Joyaux : 5
http://www.ile-joyaux.com/t2894-ha-ul-khusa-celui-qui-reve
Posté dans Re: "Tous ceux qui ne sont pas nous sont nos ennemis"    - Sam 13 Juin 2015 - 5:53

Le gobelet de métal roula au sol pour s'échouer contre le pied du Chamane dont les muscles des bras étaient encore tendus d'avoir renversé la table garnie de vivre qui auraient fait pâlir ses propres parents. Son regard sombre et assombri pesait lourdement sur le vieil Érudit qu'accompagnait un domestique peu habitué aux sautes d'humeur de l'adolescent possessif.

- Personne ne posera ses mains sales sur Kaïlindra. avait sifflé Ha'ul Khusa à l'intention de l'homme de Ruyn qui était venu le trouver. Le premier qui s'y risque n'a même pas idée du sort que je lui réserve.

L'échine du domestique se hérissa sous la menace de cet homme dont il connaissait et craignait les étranges pouvoirs. L'érudit, un peu moins ébranlé par la vive colère qui agitait son apprenti, s'était attendu à pareille réaction lorsqu'il était venu le trouver. En même temps, qu'espérait-il en le priant de prendre Compagne et, surtout, en lui affirmant que sa sœur ferait de même elle aussi ? Les choses lui avaient été présentées de telle manière que Ha'ul était persuadé que ces traîtres ne méritant même pas l'amour de Ruyn étaient parvenus à convaincre sa sœur.

- Kaïlindra sera présentée à plusieurs hommes de grandes lignées, n'ayez crainte, elle recevra leurs meilleures attentions.
- Aussi riches et puissants puissent-ils être, aucun d'eux ne mérite qu'elle leur adresse le moindre regard.
L'homme de foi resta silencieux un moment, trouvant peu d'arguments à avancer face à un jumeau pris d'une crise de jalousie.
- Peut-être serait-il temps pour vous d'y songer aussi ? Nombre de femmes pieuses seraient honorées de vous voir les chérir.
- Comment pouvez-vous simplement imaginer que j'en aime une seule ?


Les mots de Ha'ul avaient claqué dans l'air comme autant de coups de fouet, avant que la porte ne claque à son tour derrière le Chamane remonté qui n'eut que quelques mètres à faire pour arriver à celle de la chambre de sa sœur. Là, il prit une profonde inspiration avant d'abaisser la poignée et d'entrer dans la pièce que réchauffait l'eau du bain dans lequel il la vit finir de plonger. Comment pouvait-il seulement en aimer une autre alors qu'aucune ne lui arrivait à la cheville ?

- Bonsoir, ma soeur.

La porte refermée derrière lui, il s'avança jusqu'à la baignoire au dessus de laquelle il se pencha pour embrasser brièvement le front de la Chamane.

- Amal est venu me trouver ce soir. Commença-t-il, retirant sa tunique de lin par automatisme, comme chaque soir qu'il se rendait dans cette chambre. Inutile de tourner autour du pot, surtout avec sa sœur qu'il savait honnête envers lui. As-tu accepté de prendre un Compagnon, Kaïlindra ?

Sa voix était plus grave que d'ordinaire et sonnait presque comme un reproche, faisant penser que l'érudit avait laissé planer un doute certain sur l'engagement de la Chamane. Le pantalon de l'adolescent finissait de s'échouer au sol, le laissant nu se retourner vers son interlocutrice qu'il fixait d'un regard dans lequel la colère dansait encore.



avatar
Chamane

On m'appelle Kaïlindra


Infos Personnage
RANG: Celle qui Ressent - Admin
VILLE & APPARTENANCE : Arish - Chamanes
MON AGE : 31 Ans
Féminin
MESSAGES : 21
AGE : 23
INSCRIT LE : 10/06/2015
PSEUDO HABITUEL : Harrods
Joyaux : 5
Posté dans Re: "Tous ceux qui ne sont pas nous sont nos ennemis"    - Dim 14 Juin 2015 - 6:07

Si la présence de son frère avait l’instinctive habitude de la détendre et de la rassurer, Kaïlindra n’imaginait pourtant pas le voir arriver dans un tel état d’énervement, sensiblement similaire à celui qui l’avait elle-même rongé quelques heures auparavant. Le baiser qu’il posa sur son front était toujours le même, plein d’amour et de tendresse, mais son regard identique à celui de soeur, était encore assombri par des évènements inconnus mais qu’elle comprit rapidement. Du moins, la question directe et sans appel de Khusa lui mit la puce à l’oreille, et elle brandit sur lui un regard surpris, alors qu’il se déshabillait.

“Bien sûr que non, j’ai refusé.”

Rétorqua t-elle sans attendre, alors qu’elle l’observait de ses grands yeux noirs, quand il vint enfin la rejoindre dans l’eau chaude. Elle resta pourtant à l’écart, sans le quitter du regard, et avala non sans difficulté la surprise d’une telle question. La discussion avec Amal avait sans doute était plus sérieuse et grave qu’il ne s’y était attendu, et l’Erudit semblait avoir trouvé les bons mots pour semer le doute dans l’esprit du Chamane.

“Comment peux-tu me poser la question… Tu sais très bien mon avis là-dessus, non ?”

Sa voix douce et chaude s’était faite plus dure, plus ferme, alors que dans ses yeux pourtant sombres, brillaient une lueur de sévérité et de déception. Il la connaissait mieux que quiconque, parfois mieux qu’elle-même. Comment pouvait-il penser une seule seconde qu’elle aurait accepté de vouloir un autre homme que lui à ses côtés. Depuis qu’elle avait été en âge de choisir, elle avait refusé catégoriquement chaque présentation, renvoyant si ce n’est humiliant chaque prétendant, alors que les Erudits insistants avaient fait de nombreuses fois, les frais de ses crises de colère. Elle ne voulait pas de Compagnon. Elle ne voulait personne d’autre que Ha’ul près d’elle. Parce que personne ne savait mieux que lui ce qu’elle aimait, ce dont elle avait besoin.

Sa décevante surprise se mua pourtant en réflexion, et pensive, elle baissa la tête, alors qu’elle plongea dans l’eau chaude jusqu’aux épaules, le regard dans le vague. La question suintant de sérieux de son frère lui trottait toujours dans l’esprit et un mauvais pressentiment lui noua subitement la gorge.

“Notre avis…”

Rectifia t-elle finalement, alors qu’en redressant le visage vers lui, elle sentit ses propres traits se tordre sous une vague de doute et d’inquiétude. Ses derniers mots, elle le savait, avaient pris d’avantage le ton d’une question rhétorique que d’un avis formel et certain. En réalité, la vive colère qu’elle sentait encore émaner de son frère jumeau ne lui laissait rien présager de bon, tout comme cette subite question qu’il lui avait posé en rentrant. Et quelle autre raison à cet agacement que l’obligation d’accepter, et l’acceptation forcée. L’Erudit avait sans doute était si convaincant, si crédible qu’il aurait fait croire à Ha’ul que sa soeur prenait un Compagnon, et que lui aussi devait le faire ? Non. Ce n’était pas possible. Et Kaïlindra, cherchant à se convaincre elle-même, fixait son frère d’un regard luisant d’inquiétude.
avatar
Chamane

On m'appelle Ha'ul Khusa


Infos Personnage
RANG: Kaïlindra ; Azaëlle ; Henja ; Ysoa
VILLE & APPARTENANCE : Arish - Chamane
MON AGE : 31 ans
Masculin
MESSAGES : 61
AGE : 27
INSCRIT LE : 10/06/2015
PSEUDO HABITUEL : ^w^
Joyaux : 5
http://www.ile-joyaux.com/t2894-ha-ul-khusa-celui-qui-reve
Posté dans Re: "Tous ceux qui ne sont pas nous sont nos ennemis"    - Lun 15 Juin 2015 - 9:03

La réponse de Kaïlindra contribua à calmer légèrement la colère du Chamane, laquelle ne se dirigeait plus que vers l'inconscient Érudit alors qu'il descendait lentement les marches du bain chaud dans lequel l'attendait sa sœur. L'insolent, l'impertinent Amal avait pris des risques conséquents en semant ainsi le trouble dans l'esprit de Celui qui Rêve et, pire encore, en usant pour cela de sa seule faiblesse.

S'asseyant dans le bain creusé, face à sa sœur, Ha'ul Khusa ne croisa pas immédiatement son regard, songeant déjà au sort qu'il réservait à celui qui avait osé tenter de le berner. Entendre la voix de Kaïlindra qui finit par lui faire remettre ces sévisses à plus tard alors qu'il réalisait l'affront qu'il avait commis en doutant une seule seconde qu'elle ait accepté pareille chose. Ses yeux se levèrent vers elle, soutenant le regard déçu qu'elle lui lançait auquel le sien répondait avec une lueur de remords. Mais le contact visuel fut bientôt rompu par une hésitation qui sembla germer chez Celle qui Ressent, accroissant la culpabilité du frère qui se leva pour marcher jusqu'à Kaïlindra, s'agenouillant devant elle pour s'immerger jusqu'aux épaules, son visage parfaitement en face de celui qu'il caressa du revers d'une main.

- Pardonne-moi, je n'aurais pas du douter une seconde de toi... Sa main se posa sur l'épaule gracile de la Chamane qu'elle serra doucement. Les Érudits se montrent particulièrement insistants à ce sujet ces temps-ci, j'ai craint qu'ils aient obtenu gain de cause...

La colère était toujours là, tendant le corps encore à peine musclé du Chamane qui brûlait d'envie de venger l'affront qui leur avait été fait, mais c'était un profond remord qui s'était installé dans le regard qu'il adressait au seul et unique objet de son affection à qui il sourit tendrement.

- Ils ne comprendront jamais ce qui nous lie, ma sœur. Et je châtierai chacun d'eux qui cherchera à briser cette attache.



avatar
Chamane

On m'appelle Kaïlindra


Infos Personnage
RANG: Celle qui Ressent - Admin
VILLE & APPARTENANCE : Arish - Chamanes
MON AGE : 31 Ans
Féminin
MESSAGES : 21
AGE : 23
INSCRIT LE : 10/06/2015
PSEUDO HABITUEL : Harrods
Joyaux : 5
Posté dans Re: "Tous ceux qui ne sont pas nous sont nos ennemis"    - Mer 17 Juin 2015 - 14:54

Le regard chargé de remords que lui adressa son frère, eut l’effet d’une douche glacée sur Kaïlindra. Culpabilisant de lui avoir reproché son doute, qu’elle savait légitime puisque les Erudits avaient usé de nombreux arguments pour la faire faillir elle aussi, elle l’observa s’approcher, et posa sur lui un habituel regard sombre mais las. Elle frémit légèrement au contact de sa main sur son épaule nue et soupira à ses mots, rassurée d’entendre qu’il ne comptait pas la laisser pour une autre, tout autant que rassérénée de le savoir si combatif et prêt à en découdre pour ça.

Instinctivement, elle posa sa main sur celle de son jumeau et la lui caressa tendrement, malgré les trop complexes réflexions qui lui brouillaient le cerveau. Pourquoi tant d’insistance maintenant de la part de leurs maîtres ? Pourquoi fallait-il absolument choisir un Compagnon ? Les deux jeunes gens se contentaient très bien de leur présence mutuelle, et être ensemble, c’était tout ce qui leur importait.

“Ils savent pourtant que c’est perdu d’avance. Je ne comprends pas comment ils peuvent encore essayer…”

Sa voix avait résonné dans le vague, ses mots sortis au détour d’une pensée sans qu’elle n’y ait réellement réfléchi. Son regard avait quitté le visage de son frère pour se promener distraitement sur le décor alentour, observant sans la voir la salle de bain qui les accueillait. Ce n’est qu’une fois sa réflexion achevée, qu’elle soupira et reporta son regard sur Ha’ul.

“Crois-tu vraiment qu’ils nous laisseront un jour tranquille à ce sujet ?”

Elle n’y croyait pas vraiment. Les Erudits avaient l’air de toujours trouvé le petit détail, le moindre petit moment qui conviendrait pour en parler. Mais Celle qui Ressent était fatiguée de se battre pour ça. Elle venait de fêter ses 17 ans et déjà, la lassitude des conversations agaçantes ne la quittait plus.

Sans un mot de plus, elle se redressa dans l’eau, sans pudeur face à un frère qui la connaissait toute entière et se tourna pour rejoindre la paroi du bain creusé. Là, elle se laissa tomber sur le semblant de banc qui longeait la baignoire et se pencha pour attraper la main de son frère, et l’attira vers elle. L’onde de l’eau lui arrivant à mi buste, sa poitrine encore jeune mais qui commençait à prendre les formes de la maturité féminine était à moitié dévoilée. Elle s’en soucia peu et murmura, entre deux caresses de ses doigts dans la paume de Khusa :

“J’ai bien peur qu’ils n’abandonnent pas, malgré nos réticences et notre résistance pugnace. Mais je ne veux pas que quelqu’un se mette entre nous…”
avatar
Chamane

On m'appelle Ha'ul Khusa


Infos Personnage
RANG: Kaïlindra ; Azaëlle ; Henja ; Ysoa
VILLE & APPARTENANCE : Arish - Chamane
MON AGE : 31 ans
Masculin
MESSAGES : 61
AGE : 27
INSCRIT LE : 10/06/2015
PSEUDO HABITUEL : ^w^
Joyaux : 5
http://www.ile-joyaux.com/t2894-ha-ul-khusa-celui-qui-reve
Posté dans Re: "Tous ceux qui ne sont pas nous sont nos ennemis"    - Mer 17 Juin 2015 - 15:31

La main de Ha'ul tressaillit sous celle de sa sœur. Il avait beau s'agir là d'un contact familier et fréquent, cette crainte soudaine qu'il avait ressentie en pensant la perdre l'avait rendu fébrile. Ses doigts se resserrèrent alors doucement, s'imprégnant de la douceur de la peau de Celle qui Ressent et qu'il aimait ressentir lui-même en ces instants qui n'appartenaient qu'à eux. Il laissa sa main glisser de là lorsqu'elle se leva, se répétant comme toujours en la voyant ainsi que sa plastique parfaite n'en valait aucune autre à ses yeux. Comment alors pourrait-il en venir à apprécier les courbes d'une étrangère, après n'avoir vu que celles de Kaïlindra ? C'était tout bonnement impossible... Mais malgré cela, tout comme elle, il savait que les Érudits du temple n'auraient de cesse de leur marteler le crâne avec leurs idées saugrenues de trouver chaussures à leurs pieds, sans même se rendre compte qu'ils formaient la paire parfaite.

Le Chamane se laissa porter jusqu'à sa sœur dont le corps humide était sublimé par les reflets lumineux de l'eau contre sa peau halée. Dressé devant elle sur ses genoux, il baissa un instant les yeux sur la douce caresse qu'elle lui procurait, se sentant de nouveau fébrile à ce contact, lui faisant froncer discrètement les sourcils. Qu'était-ce donc que ceci ? D'où venait cette soudaine sensibilité à chacun de ses touchers ? Son regard se leva vers celui de Kaïlindra qu'il doutait de voir user de ses pouvoirs sur lui à des fins qu'il ne comprenait pas. Vraiment, ce n'était pas son œuvre ?

- Nous sommes pour certains d'entre eux de simples figures publiques. Sans doute cherchent-ils à nous rendre plus populaires...

Sa voix trahissait l'indifférence totale du Chamane envers l'opinion du peuple à leur égard, couvrant par la même les interrogations qui naissaient en lui. Ce qu'il n'avait pas envisagé était cette crainte qu'avaient les Érudits de savoir les deux adolescents toujours ensemble, jusque dans leurs instants les plus intimes, alors que leurs corps changeaient et que leurs hormones ne trouveraient aucune autre distraction. Certes, elles étaient déjà bien là, la poitrine déjà rebondie de Kaïlindra et la barbe de Ha'ul Khusa en témoignant, mais il ne tenait à rien qu'elles ne s'emballent et ne les salissent à jamais.

Ha'ul se pencha en avant vers sa soeur, tendant le bras pour saisir derrière elle une éponge imbibée d'essences parfumées qu'il gorgea d'eau avant de commencer, doucement, à frotter l'épaule de la Chamane.

- Mais ils n'auront rien de moi. De nous. Continua-t-il, les yeux rivés sur la tâche à laquelle il s'appliquait. Quoi qu'ils en disent, tu es ma seule et unique Compagne. Ses yeux se levèrent, pleins de détermination, vers ceux de sa semblable. Que Ruyn m'en soit témoin, je n'en aimerai aucune autre.



avatar
Chamane

On m'appelle Kaïlindra


Infos Personnage
RANG: Celle qui Ressent - Admin
VILLE & APPARTENANCE : Arish - Chamanes
MON AGE : 31 Ans
Féminin
MESSAGES : 21
AGE : 23
INSCRIT LE : 10/06/2015
PSEUDO HABITUEL : Harrods
Joyaux : 5
Posté dans Re: "Tous ceux qui ne sont pas nous sont nos ennemis"    - Jeu 18 Juin 2015 - 6:33

L’intime moment que partageait les jumeaux était à son habitude, doux et complice. Chaleureux et rassurant. Un instant qui n’appartenait qu’à eux, et que personne ne venait interrompre. Sous aucun prétexte. Pas même les Érudits. Les foudres des deux Chamanes étaient assez dissuasives pour s’assurer une tranquillité qu’ils aimaient partager ensemble. Pourtant, ce soir là, quelque chose de différent imprégnait les lieux humides et vaporeux, que les huiles versées dans l’eau du bain inondaient d’une senteur muscée. Si la conversation avait démarré au quart de tour quand Ha’ul avait rejoint sa soeur, elle avait fait place à des mots tendres mais inquiets, alors que les deux jeunes gens avaient craints qu’on les sépare l’un de l’autre. Et pour la première fois, Kaïlindra n’arrivait pas à échapper à cette cruelle idée, celle qui la persuadait que l’on cherchait à lui enlever son frère par tous les moyens.

Les mots de Khusa était justes, quoi qu’ils n’expliquaient pas entièrement l’insistance de leurs maîtres au sujet des Compagnons. Mais pour Celle qui Ressent, il avait raison, il n’y avait aucun autre explication que celle de se servir de ça pour accentuer une emprise, une importance sur le peuple korrulien. A la réflexion, elle trouvait cela encore plus révoltant. Elle était Chamane. Pas une vulgaire poupée que l’on montre pour obtenir l’approbation de quelques miséreux des bas quartiers.

“Le peuple doit bien se ficher de nous savoir en compagnie de telle ou telle personne.”

Répondit-elle en écho aux paroles de son frère, alors qu’elle fermait lentement les yeux, sous la caresse de l’éponge dont il s’appliquait à lui frotter l’épaule. Une ombre de sourire étira ses lèvres, tant d’aise que de satisfaction. La promesse d’Ha’ul contribua toute autant à cette soudaine gaieté, et elle l’observa rapidement, d’une paupière discrètement entrouverte. Le peu qu’elle voyait suffisait à la convaincre de ne jamais changer d’avis. Quel autre visage pourrait-elle admirer après celui-ci ? Quel autre corps, que les entraînements aux premiers combats commençaient à dessiner de lignes franches et de musculature, pourrait-elle apprécier après celui-là ? Et ses yeux, si semblables aux siens, ses gestes toujours empreint d’une douceur à en faire pâlir la plus délicate des jeunes femmes et ses lèvres, qui lui murmuraient son amour au quotidien et la couvraient de baisers. Fraternels. Non, décidément, elle ne pouvait s’imaginer dans d’autres bras que ceux de son frère. Et à cette pensée, elle frémit, un frisson visible lui parcourant le corps alors que l’éponge maniée par son frère n’avait fait qu’effleurer la naissance gracile de son cou. Qu’était-ce que cela ?

“Alors nous nous aimerons tout deux jusqu’à la fin.”

Souffla t-elle finalement, ouvrant à nouveau ses paupières pour accrocher un regard luisant d’un étrange sentiment, dans celui de son frère. Dans sa poitrine, son coeur avait étrangement accéléré, et sans qu’elle ne comprenne pourquoi si soudainement, la fébrilité s’était insinuée dans chacun de ses membres. Ils étaient tout, l’un pour l’autre. Et si proches. Mentalement, comme physiquement, à cet instant.
avatar
Chamane

On m'appelle Ha'ul Khusa


Infos Personnage
RANG: Kaïlindra ; Azaëlle ; Henja ; Ysoa
VILLE & APPARTENANCE : Arish - Chamane
MON AGE : 31 ans
Masculin
MESSAGES : 61
AGE : 27
INSCRIT LE : 10/06/2015
PSEUDO HABITUEL : ^w^
Joyaux : 5
http://www.ile-joyaux.com/t2894-ha-ul-khusa-celui-qui-reve
Posté dans Re: "Tous ceux qui ne sont pas nous sont nos ennemis"    - Jeu 18 Juin 2015 - 11:50

Le geste mécanique de la main du Chamane l'hypnotisait presque, accaparant toute son attention, ou presque, puisque son esprit était autant tendu vers la vision de ce corps inviolé que par la voix apaisante qui lui caressait les oreilles. Les yeux mi-clos, il se laissait bercer par cette mélodie familière et les senteurs chaudes qui lui chatouillaient les narines, soupirant d'aise en songeant que c'était bien le seul moment de la journée qui valait d'être vécu.

Ses paupières se rouvrirent doucement sous la tension qu'il sentit sous sa main lorsque l'éponge s'aventura au creux de son cou. Lui avait-il fait mal ? Était-elle lasse de ce contact ? Impossible. Depuis leur plus tendre enfance, Kaïlindra et Ha'ul n'avaient jamais été séparés et s'étaient toujours trouvés plus heureux dans les bras l'un de l'autre. La fin de ceci ne coïncidait pas avec les paroles rassurantes de sa sœur. Sa tâche, qui s'était interrompue le temps de son hésitation, reprit dès lors qu'il fut rassuré, un sourire satisfait dessiné aux coins de ses lèvres. Elle était dans le vrai, il le sentait et le souhaitait, refusant d'imaginer une seule seconde que l'amour, souvent, prenait fin. Non, le leur n'avait rien d'une banale romance entre deux étrangers. Eux étaient liés par le sang comme par la vie, le destin lui-même s'étant assuré qu'ils ne soient jamais éloignés, leur offrant à tous deux ces opales noires en guise d'yeux.

Les siens s'appliquaient toujours à suivre les mouvements de sa main, laquelle frottait à présent la peau lisse et dorée du sternum de la jeune femme exempte de tout défaut. Son esprit s'égara un instant, songeant au fabuleux contact auquel avait droit cette modeste éponge, sa main en venant à la jalouser plus que de cette raison qui le rappela bien vite à l'ordre alors qu'il se surprenait à voir sa sœur femme plus que jumelle. Son regard vint rapidement se raccrocher à celui de l'adolescente, espérant se raccrocher à la réalité de laquelle il avait temporairement dévié dans des pensées qu'auraient condamnées nombre d'érudits.

- Et bien plus loin encore.

Ses sens emmêlés sans qu'elle n'en soit sciemment la cause, Ha'ul chassa bien vite ses folles idées de son esprit sans doute trop à cran après qu'on se soit joué de lui. Ses doigts s'enfoncèrent dans l'éponge qui se dégorgea d'eau sur le torse de Celle qui Ressent, rinçant ainsi les essences qu'elle y avait appliquées et faisant se tendre davantage l'adolescent qui n'avait pas besoin d'y poser les yeux pour imaginer la beauté du spectacle. Par Ruyn, l'avait-on drogué ? Se hissant sur ses genoux, Ha'ul Khusa vint baiser le front de son adorée dans ce geste parfaitement fraternel, comme pour se rappeler que son amour pour elle ne pouvait aller plus loin. Après tout, qu'y avait-il de plus naturel pour un frère d'aimer sa sœur, de la protéger, de veiller à son bien à en oublier tout le reste ? Envier une simple éponge qui était à quelques doigts de sa poitrine ? Sans doute...

- En attendons, aimons-nous vivants Celui qui Rêve couvait sa semblable d'un regard empli de tendresse, ne songeant pas une fois qu'il disait bien trop souvent l'aimer pour que cela n'ait rien de condamnable aux yeux des autres. Qu'ils jasent, qu'ils maudissent, qu'ils le mettent en garde, Ha'ul saurait les faire taire.

Spoiler:
 



avatar
Chamane

On m'appelle Kaïlindra


Infos Personnage
RANG: Celle qui Ressent - Admin
VILLE & APPARTENANCE : Arish - Chamanes
MON AGE : 31 Ans
Féminin
MESSAGES : 21
AGE : 23
INSCRIT LE : 10/06/2015
PSEUDO HABITUEL : Harrods
Joyaux : 5
Posté dans Re: "Tous ceux qui ne sont pas nous sont nos ennemis"    - Sam 20 Juin 2015 - 14:47

La caresse, légère et agréable, de l’éponge sur son buste laissait Kaïlindra dans un état de laisser-aller total. Son corps tout entier était à fleur de peau, réagissant au moindre changement de rythme, de direction, à la moindre goutte d’eau qui s’échappait du tissu poreux dont son frère s’appliquait à la toiletter.

Ses mots, en écho aux siens, ne faisaient qu’empirer la sensation d’étrange fébrilité dans laquelle se trouvait déjà Celle qui Ressent, alors qu’un baiser sur son front la fit frissonner plus que de raison. Elle avait vu son regard, et comme elle, elle le sentait… différent. Si bien que cet amour fraternel que tout deux prônait ouvertement n’avait plus l’air si innocent.

“Ruyn ne nous aurait pas fait ainsi si c’était pour nous séparer. Il sait qu’ensemble nous sommes invincibles.”

Déclara t-elle finalement, alors qu’elle attrapait l’éponge dans la main de son frère. Sa conscience affaiblie par la douceur du moment ne l’aidait en rien dans ses décisions, et elle décida de ne plus y réfléchir. Après tout, ils n’étaient que tout les deux, et ils ne feraient rien de mal. Alors, avec autant d’attention que son frère l’avait fait pour elle, elle se concentra à savonner la poitrine virile de l’adolescent, se perdant dans une contemplation qui se révéla plus dangereuse qu’elle ne l’aurait voulu.

“Il ne nous aurait pas fait ainsi, si ce n’était pas pour que nous nous aimions autant…”

La voix caressante, à l’image de ses gestes, de Celle qui Ressent s’était faufilée entre eux, comme un secret inviolé. L’éponge qu’elle tenait entre ses doigts flottait maintenant à la surface de l’eau, abandonnée par une main qui avait bien d’autres choses à toucher. Un torse brillant d’humidité et dont la couleur mâte semblait luire un peu plus sous la faible lumière de la pièce, par exemple. Les opales noires de l’adolescente s’étaient posées sur l’objet de tant d’admiration, tout comme sa paume droite, laquelle effleurait les lignes des épaules, avant de descendre le long des pectoraux en constante évolution.

La douceur de ses gestes l’hypnotisa elle-même, alors que sans un mot de plus, elle descendait du banc creusé de la paroi pour s’agenouiller, face à Ha’ul. Son regard se promenait toujours sur le buste imposant, mais il finit par remonter, s’accrochant à celui semblable de son frère. Ses doigts, vagabonds, glissèrent derrière la nuque du jeune homme, alors qu’elle s’y crochetait, pour se rapprocher un peu plus de lui. Leurs deux corps nus se touchaient à certains endroits, et si ces contacts n’auraient jamais dû la déranger plus que de mesure, ils avaient ce soir, un goût différent. La complicité était toujours là. Mais l’amour, fraternel, ne l’était plus tant.

Alors qu’elle n’avait toujours pas quitté le regard de Khusa des yeux, Kaïlindra approcha son visage du sien, chuchotant tendrement avant de poser ses lèvres sur les siennes, pour un baiser habituellement fraternel.  

“Et je t’aime tant.”


Spoiler:
 
avatar
Chamane

On m'appelle Ha'ul Khusa


Infos Personnage
RANG: Kaïlindra ; Azaëlle ; Henja ; Ysoa
VILLE & APPARTENANCE : Arish - Chamane
MON AGE : 31 ans
Masculin
MESSAGES : 61
AGE : 27
INSCRIT LE : 10/06/2015
PSEUDO HABITUEL : ^w^
Joyaux : 5
http://www.ile-joyaux.com/t2894-ha-ul-khusa-celui-qui-reve
Posté dans Re: "Tous ceux qui ne sont pas nous sont nos ennemis"    - Sam 20 Juin 2015 - 18:49

Celle qui Ressent avait toujours les mots qu'il fallait pour le faire sentir plus puissant, plus en confiance. Il se savait déjà intouchable en tant que Chamane, invincible car particulièrement rompu à certaines techniques de combat, mais pas autant que quand il l'avait près de lui. Et cette fois là, leur proximité, pourtant semblable à d'autres qu'ils avaient pu avoir, celle-ci avait quelque chose de nouveau, de beau, de vivifiant. Cette crainte subite de la perdre la lui avait soudainement rendue plus précieuse encore, lui ouvrant les yeux sur ce qu'il savait pourtant déjà : il n'était rien sans elle, mais aussi sur ce qu'il n'aurait jamais cru possible : ses sentiments envers Kaïlindra dépassaient ce qu'il pensait déjà illimité.

- Ruyn est Grand. Murmura-t-il, alors que l'éponge heurtait la surface de l'eau et que les doigts graciles de la Chamane s'attardaient, comme jamais auparavant, sur son buste tendu par une nervosité flagrante. Ses yeux suivaient cette caresse dépassant la tendresse fraternelle qu'il ne songea même pas à interrompre, tant elle lui était agréable, pas plus qu'il ne songea à la repousser lorsque sa sœur s'agenouilla face à lui. Quoi ? Qu'y avait-il d'étonnant à ce que deux jumeaux soient si proches ? Si fusionnels ?

La caresse continua jusqu'à sa nuque où s'agrippèrent les doigts, générant un long frisson qui lui parcourut l'échine, si fort qu'il en interrompit sa respiration, si puissant que son torse vibrait sous les coups effrénés d'un cœur qui s'emballait pour l'exact opposé de la colère. Non, ça n'en était pas, de la colère, pas envers elle, pas contre elle. Et pourtant, il en avait tous les symptômes. Il se sentait bouillir de l'intérieur, sa tête menaçait d'exploser alors que son corps entier se raidissait, sensible à chacun de ses sens, particulièrement au toucher, à son ventre contre le sien, ses seins contre son torse, leurs lèvres rejointes dans une déclaration qu'il s'entendait dire en écho, comme un seul être.

Ses mains rigides remontèrent jusqu'aux épaules de l'adolescente dans un geste hésitant et saccadé, puis jusqu'à son visage qu'elles encadrèrent alors qu'il tuait toute la fraternité qui avait pu justifier ce baiser. Cette colère-ci, ce sentiment nouveau, il ne le découvrait qu'à peine et en était pourtant certain, il s'agissait là d'amour vrai et sincère envers la meilleure des femmes. Cette réalisation lui fit rouvrir brusquement les yeux et cesser ce baiser, avant de reculer légèrement et de lâcher à regret ce visage qu'il fixa d'un regard coupable.

- Je... Il crevait d'envie de goûter de nouveau ses lèvres et de plonger ses mains dans ses cheveux d'ébène, mais le peu de raison qui le raccrochait encore à réalité s'évertuait à lui rappeler la dangerosité de leurs sentiments découverts. Ruyn était grand, puissant, et les avait réunis depuis la même matrice jusqu'en ce temple où ils avaient grandi ensemble. Mais en attendait-il autant d'eux ?

La main du jeune Chamane vint se poser sur l'épaule de sa sœur dont il baisa à nouveau le front dans un soupir soulignant le mal qu'il avait à réendosser ce rôle de frère après pareille découverte.

- Bonne nuit, ma sœur... Derrière sa voix lasse transpirait tous les remords qu'il avait à se lever et à s'éloigner d'elle, jusqu'à sortir du bain sans prononcer un mot avant de s'emparer d'un linge avec lequel il se sécha sans même oser reposer les yeux sur celle dont il voyait pourtant encore le visage, plus proche que jamais, et dont il sentait encore l'arôme des lèvres sur les siennes. Était-ce son œuvre ou était-ce inconscient ? Il y réfléchissait à s'en faire exploser l'esprit, entreprenant déjà de se rhabiller pour rejoindre ses quartiers, la chaleur des lieux et la présence de Kaïlindra, nue de surcroît, ne l'aidait pas tellement à la réflexion ni à la raison...

Spoiler:
 



avatar
Chamane

On m'appelle Kaïlindra


Infos Personnage
RANG: Celle qui Ressent - Admin
VILLE & APPARTENANCE : Arish - Chamanes
MON AGE : 31 Ans
Féminin
MESSAGES : 21
AGE : 23
INSCRIT LE : 10/06/2015
PSEUDO HABITUEL : Harrods
Joyaux : 5
Posté dans Re: "Tous ceux qui ne sont pas nous sont nos ennemis"    - Jeu 25 Juin 2015 - 7:56

Le tendre baiser échangé n’avait plus rien de fraternel, mais à aucun moment, Kaïlindra ne pensa à y mettre fin. Ses lèvres entrouvertes goûtaient avidement celles de son frère, sans qu’une once de raison ne vienne perturber un geste contre nature et condamnable. Après tout, Ruyn les avait fait ainsi, et ce n’était sans doute pas pour rien. Leur complicité avait sûrement dépassé les limites du raisonnable, mais qu’importe, le sentiment qui lui brûlait le corps était bien plus agréable que tout ce qu’elle avait connu jusque là.

Tous les sens qui faisaient d’elle une femme véritable s’étaient éveillés en même temps que le baiser. Envie, désir et passion lui réchauffaient le corps, et pour la première fois de sa vie, il lui sembla déguster les fruits d’un amour sincère et fort. Bien plus que le lien fraternel qui les unissait habituellement, elle se languissait de l’échange sensuel avec Ha’ul, comme un homme à part entière, et non plus comme son frère. Leur deux corps serrés la faisait frémir de plaisir, tout autant que les mains de Celui qui Rêve sur son visage et qu’elle imaginait aisément se promener sur sa peau toute entière.

L’instant pourtant, fut brisé par un élan de raison. Celle qui Ressent l’avait éloigné bien assez pour qu’elle n’en soit pas la cause, mais Khusa au contraire, posa rapidement un regard coupable sur le corps de sa soeur jumelle, si bien que cette dernière sentit son coeur se tordre de douleur. Le baiser déposé sur son front termina de l’achever, et elle sentit ses yeux s’humidifier plus que de raison. Son regard sombre et larmoyant suivit les mouvements du jeune homme qui s’éloignait.

“Ha’ul… je t’en prie… pardonne moi…”

Souffa t-elle alors qu’elle se redressait hâtivement dans le bain. Elle ne su même pas s’il l’entendit, que la porte de sa chambre se refermait déjà sur la silhouette nerveuse de son jumeau. Le souffle coupé par l’émotion, Kaïlindra sortit à son tour, et s’enroula lentement dans un linge. Son corps entier était au ralenti, mais vibrait encore de l’échange amoureux, et en demandait plus. Mais son coeur lui, pleurait d’agonie et de culpabilité, tout comme d’incompréhension. Elle aimait Ha’ul comme l’homme qu’il était. Elle n’en imaginait aucun autre à ses côtés, encore moins après ce baiser qui lui avait révélé toute l’étendue d’un amour plus profond qu’elle ne le pensait. Mais il était son frère, et cette pensée la fit s’effondrer sur son lit, en sanglots.

Ce fut la main douce de sa domestique qui fit sursauter Celle qui Ressent, alors qu’elle se redressait sur les draps de soie. Le linge avait glissé de son corps secoué par les pleurs, mais sa nudité ne sembla point choquer l’arrivante. Au contraire, elle s’enquit de sa santé en posant sur le visage encore humide et les yeux rougis de l’adolescente. Dans un hochement négatif de la tête, elle lui répondit simplement, sans méchanceté.

“Laissez moi seule, je n’ai pas faim. Je vais me coucher.”

La domestique eut la bonne initiative de ne pas insister, et se retira sans un mot de plus, laissant Kaïlindra dans un cruel état de désespoir. Retenant les larmes qui ne cherchaient qu’à couler de nouveau, elle se glissa dans son plus simple appareil sous les draps et chercha, en vain, à se réconforter dans son sommeil. Elle ne parvint qu’à tourner et virer dans son lit, à force de soupir et de gémissement de peine.

Ce fut au bout d’une longue heure d’insomnie qu’elle ferma enfin les yeux, et trouva un instant d’apaisement. Sa conscience l’avait guidé à chercher, à travers son don, l’aura de son frère dans la chambre non loin de la sienne. Elle l’avait aussitôt reconnu, et après une longue hésitation, usa du cadeau de Ruyn pour lui envoyer un message. Elle s’attaqua d’abord à son odorat, glissant le parfum de sa peau sucrée jusqu’aux narines de son frère jumeau. Elle laissa sa vue hors d’atteinte, mais se concentra sur le toucher afin de lui faire ressentir la caresse de son corps; le goût pour lui rappeler la saveur de ses lèvres. Un bal de sensations qu’elle orchestrait depuis son propre lit, mais qu’elle prit plaisir à lui faire partager. Avant de clore sur un murmure porté jusqu’à ses oreilles.

“Que Ruyn veille sur ta nuit mon frère.”
avatar
Chamane

On m'appelle Ha'ul Khusa


Infos Personnage
RANG: Kaïlindra ; Azaëlle ; Henja ; Ysoa
VILLE & APPARTENANCE : Arish - Chamane
MON AGE : 31 ans
Masculin
MESSAGES : 61
AGE : 27
INSCRIT LE : 10/06/2015
PSEUDO HABITUEL : ^w^
Joyaux : 5
http://www.ile-joyaux.com/t2894-ha-ul-khusa-celui-qui-reve
Posté dans Re: "Tous ceux qui ne sont pas nous sont nos ennemis"    - Jeu 25 Juin 2015 - 12:14

Les dernières paroles de sa sœur résonnaient dans son esprit alors qu'il avançait dans le couloir aux murs remplis de fresques bariolées illustrant les plus belles anecdotes reliées à Ruyn. Toutes ces couleurs contrastaient tristement avec la gravité qui avait imprégné le visage du Chamane qui disparut bien vite derrière la porte de ses quartiers, sans adresser le moindre regard ni la moindre parole aux Erudits et aux domestiques croisés en chemin. Ceux-là n'avaient été que de bien ternes ombres qui ne l'impactèrent pas le moins du monde, s'effaçant derrière toutes ses pensées qui n'allaient qu'à une seule et unique personne, celle qu'il avait abandonnée dans ce bain et qu'il mourait d'envie de retrouver pourtant.

Mais cette fichue raison s'y opposait, et Ha'ul Khusa ne pouvait faire autrement que de lui donner raison. Ces sentiments étaient contre nature, il le savait très bien. Mais alors, à ce moment là, pourquoi Ruyn avait-il tout fait pour les en amener là ? Le temps de la réflexion était venu et ne souffrait aucune perturbation, aussi verrouilla-t-il sa porte avant de s'asseoir au bord de son lit, juste à côté du creux qu'entretenait Celle qui Ressent lorsqu'elle venait l'y rejoindre. Le regard posé sur les draps encore froissés, il y posa la main et resta un moment immobile, cherchant la réponse à ce cruel dilemme, même s'il savait que, quelle qu'en soit l'issue, sa relation avec Kaïlindra en serait changée à jamais. Car de ses sentiments, il en était sûr à deux cent pour cent, la problématique étant plutôt de décider s'il devait en faire abstraction, ou s'il devait les accepter. S'allongeant finalement, le Chamane entreprit de fixer la toile tendue au dessus de son lit, espérant peut-être y voir s'écrire en lettre d'or la réponse à sa question...

Ses narines se surprirent soudainement à humer de nouveau le parfum de l'adolescente, alors qu'il sentait tout juste le sommeil qui commençait à le gagner. Ses yeux se rouvrirent brusquement pour se refermer en douceur à la douce caresse sur ses lèvres et à la chaleur familière qu'accompagna une voix qu'il ne connaissait que trop bien.

- Bonne nuit, ma sœur. Répondit-il dans un souffle, le cœur battant.

Ces sensations étaient l’œuvre de Celle qui Ressent plus que de son inconscient, il le savait. Et pourtant, il ne lui en voulait pas, la remerciait même intérieurement d'avoir prolongé un peu cet instant qu'il avait trop vite interrompu.

La nuit s'était lentement avancée, laissant le temple dans une fraîcheur bienvenue et un silence apaisant, mais, malgré cela, Khusa ne parvenait pas à fermer l’œil. Ses deux pupilles restaient rivées sur le toit de tissu et le Chamane n'avait pas même pris la peine de se déshabiller, n'ayant pas bougé d'un pouce depuis la dernière attention de sa sœur qui ne lui quittait pas l'esprit. Il en voulait plus, aurait voulu avoir la capacité de remonter le temps plutôt que d'habiter les rêves, pour revivre cet instant pleinement, sans remords ni regrets. Ou alors...

L'esprit tendu vers les songes de chacun autour de lui, il ne mit que peu de temps à trouver ceux de sa jumelle, vers lesquels il se dirigea sans crainte. Après tout, qu'y avait-il de mal à rêver ? Toutes nos utopies s'oubliaient le lendemain, les plus condamnables ne provoquaient que de vagues haussements d'épaule à leur souvenir...

Une brume épaisse se matérialisa avant de se dissiper pour recréer la salle d'eau où tout avait commencé. Kaïlindra était là, dans le plus simple appareil, assise dans l'eau chaude dont la buée sublimait encore sa peau d'or. Ha'ul se tenait au bord du bassin, nu lui aussi, la regardant comme une femme plus que comme sa sœur, se le permettant dans ce monde où la seule limite était l'imagination. Il avança dans l'eau, droit vers sa sœur, sans un mot, sans un signe, ne s'arrêtant qu'une fois que leurs corps furent en contact et que ses mains saisirent de nouveau le visage tant aimé. Son regard noir n'exprimait plus aucune culpabilité, juste un amour sans fin et une passion qu'il ne vouait qu'à celle dont il s'empara des lèvres. Tout ceci n'est qu'un rêve, tout a le droit d'être...



avatar
Chamane

On m'appelle Kaïlindra


Infos Personnage
RANG: Celle qui Ressent - Admin
VILLE & APPARTENANCE : Arish - Chamanes
MON AGE : 31 Ans
Féminin
MESSAGES : 21
AGE : 23
INSCRIT LE : 10/06/2015
PSEUDO HABITUEL : Harrods
Joyaux : 5
Posté dans Re: "Tous ceux qui ne sont pas nous sont nos ennemis"    - Jeu 25 Juin 2015 - 14:48

L’étrange apaisement qui s’empara de Kaïlindra, après qu’elle eut submerger son frère d’un ballet de sens était apparut comme une délivrance, avant de disparaître aussi subitement pour l’adolescente désespérée. Le visage encore humide des longs sanglots versés, elle avait rapidement fermé les yeux en quête de sommeil, après s’être assurée qu’il garderait la trace de leur instant interdit. Son corps rompu par la fatigue n’attendait que de plonger dans le bain satisfait d’un repos salvateur, mais son esprit était encore trop agité lui refusait une rédemption déméritée.

Ses paupières, lourdes de sommeil, s’étaient pourtant fermées alors qu’elle fixait la lune haute à travers la large fenêtre de sa chambre. Un miracle en cette nuit agitée, elle sentit son esprit partir bien loin d’une réalité qu’elle n’arrivait plus à cerner et qui l’avait profondement blessé. Le refus de son frère, poussé par une raison bien plus lucide que celle de sa soeur, l’avait brusquement fait retomber sur terre. Et la chute avait été rude. Trop rude, pour une âme qui avait compris à quel point l’amour qu’elle portait pour son frère dépassait l’entendement. Pour lui, elle était prête à tout. Mentir, blesser, manipuler, tuer. Et plus que cela, elle était prête à se donner entièrement.

Ce fut sur ses dernières pensées qu’elle sombra enfin, dans un sommeil qui n’avait rien de reposant. Son esprit pourtant, trop heureux de trouver une alternative à l’épuisement, s’enfonça un peu plus dans les limbes de la narcose, jusqu’à atteindre le stade des rêves. Un paysage calme et silencieux s’imposa d’abord à son inconscience, comme une trêve enfin trouvée, et la conclusion d’une journée éreintante. Mais qui fut de courte durée. Les mosaïques de la salle de bain se dessinèrent petit à petit, alors que l’horizon disparaissait, et bientôt, le soleil rêvé prit la forme du visage d’Ha’ul.

Le rêve manipulé fit se retourner Kaïlindra, engloutie dans un monde qu’elle ne maîtrisait plus et dont sa conscience pensait être la maîtresse. De nouveau, elle revit cet instant qui l’avait bouleversé, alors que ses lèvres touchaient de nouveau celles de son frère bien aîmé. Le plaisir de ressentir à nouveau la sensation qui l’avait animé, même en rêve, la fit frissonner dans son sommeil, et elle balbutia, inconsciente :

“Ha’ul…”

Son corps nu, jeté dans les draps froissés par ses gesticulations incessantes, brillait de quelques perles de sueur que la scène revécue réchauffait pourtant comme s’il s’agissait de la réalité. Sa peau halée était couverte d’un frisson qui ne semblait pas vouloir la quitter, et son souffle, saccadé, vibrait au rythme du plaisir du baiser rêvé. Et ce baiser, elle le revoyait avec une telle limpidité… Elle ressentait de nouveau, les mains de Khusa sur son visage, alors que les siennes, agrippait des épaules tendues et ne demandaient qu’à toucher encore et toujours.
avatar
Chamane

On m'appelle Ha'ul Khusa


Infos Personnage
RANG: Kaïlindra ; Azaëlle ; Henja ; Ysoa
VILLE & APPARTENANCE : Arish - Chamane
MON AGE : 31 ans
Masculin
MESSAGES : 61
AGE : 27
INSCRIT LE : 10/06/2015
PSEUDO HABITUEL : ^w^
Joyaux : 5
http://www.ile-joyaux.com/t2894-ha-ul-khusa-celui-qui-reve
Posté dans Re: "Tous ceux qui ne sont pas nous sont nos ennemis"    - Ven 26 Juin 2015 - 16:03

Il lui rendait les sensations comme il les avait vécues, les faisant baigner dans la même vapeur brûlante qui rendait la respiration du Chamane plus difficile alors qu'il la revivait comme s'il baignait toujours dans cette eau bouillante. Ses doigts se resserraient alors que son lui songé les faisait courir sur le cou puis les épaules de sa sœur dont les lèvres n'appelaient qu'à faire durer ce baiser, encore et encore.

Celui qui Rêve s'était redressé dans son lit et se dirigeait vers la grande porte vitrée qui donnait sur une somptueuse terrasse surplombant Arish endormie, mais encore animée de quelques lumières ponctuelles. L'air frais vint sécher les gouttes de sueur qui perlaient sur son visage et roulaient jusque dans sa barbe, mais ne parvenait pas à calmer l'ardeur qui l'animait alors que son songe faisait à présent glisser ses mains dans le dos de sa semblable, le descendant lentement jusqu'à s'arrêter sur sa chute de reins. La sensation qu'il en tirait était plus qu'envoûtante, dépassant tout ce qu'il avait pu imaginer, mais ce n'était pas assez.

Son regard noir était descendu sur la paume de sa main ouverte, tentant d'imaginer le grain de peau de Kaïlindra contre elle, mieux qu'il ne le faisait déjà en continuant de goûter ses lèvres dans une boucle infinie et qu'il aurait voulu réelle. Son poing se serra soudainement et ses yeux se levèrent vers le ciel sombre, mais bien trop peu pour rivaliser avec la noirceur d'un regard Chamanique. Ses sentiments étaient véritables et son besoin d'être près d'elle était la plus grande des évidences. Sachant cela, Ruyn ne pouvait laisser son fils envier autant la couche de sa sœur s'il n'était pas destiné à la partager avec elle. Les jumeaux étaient parfois turbulents, mettant en difficulté bien des érudits à la moindre contrariété, mais ils avaient toujours servi leur Dieu avec la plus grande loyauté et tout l'amour qui les animait. Alors, pourquoi Ruyn ne les laisserait pas s'aimer autant qu'ils l'aimaient lui ?

Les mains du songe remontaient les cuisses de la Chamane lorsque Ha'ul quitta rapidement la terrasse, fondant vers la porte qui le mena au couloir qu'il avait emprunté quelques temps plus tôt. La brume se faisait plus épaisse et la chaleur plus pesante à mesure qu'il gagnait en assurance, avançant d'un pas soutenu qui faisant claquer ses bottes sur le carrelage avant de ralentir et de se faire plus discret à l'approche de la porte de sa sœur.

Il resta immobile un instant, scrutant le bois sculpté tandis que leurs rêves entremêlés se suspendaient dans un frisson lui parcourant l'échine puis sa main vint abaisser la poignée. Refermant à double tour pour être certain de ne pas être surpris à ce qu'il s'apprêtait à faire, il se retourna ensuite vers le lit qu'éclairaient les quelques rayons de lune passant par les immenses fenêtres perçant les murs. Son être tout entier frémit à la vue du corps nu de Kaïlindra, qu'il connaissait pourtant mais qui n'avait jamais autant accaparé son esprit. D'un pas lent et, cette fois, hésitant, il s'approcha d'elle en dissipant peu à peu ce rêve qu'il souhaitait voir devenir réalité et se coucha à côté d'elle, contre elle, pour coller leurs fronts et caresser doucement la joue de la Chamane qu'il réveillait progressivement. Ses yeux plantés dans ceux qu'elle ouvrait, encore embués, il se contenta de lui sourire tendrement avant de l'embrasser de nouveau, pour de bon et sans plus aucun remords, pour le moment du moins...



avatar
Chamane

On m'appelle Kaïlindra


Infos Personnage
RANG: Celle qui Ressent - Admin
VILLE & APPARTENANCE : Arish - Chamanes
MON AGE : 31 Ans
Féminin
MESSAGES : 21
AGE : 23
INSCRIT LE : 10/06/2015
PSEUDO HABITUEL : Harrods
Joyaux : 5
Posté dans Re: "Tous ceux qui ne sont pas nous sont nos ennemis"    - Sam 27 Juin 2015 - 11:10

Dans un gémissement plaintif, le corps de Kaïlindra se tourna vivement dans les draps froissés, en proie au plus désirable des rêves. Lèvres et mains d’Ha’ul lui torturait le corps, dans un tourment de caresses et de baisers qui la laissaient suffocante et agitée. Sa conscience noyée dans la manipulation n’y croyait que plus, alors que pourtant seule dans son lit, elle ressentait le plaisir comme s’il était réel. Si ce n’est plus. Elle ressentait avec délice chaque contact et chaque échange, alors que les doigts rêvés de son frère remontaient le long de ses cuisses.

Dans une brume épaisse, le rêve s’interrompit brusquement, ne laissant que l’arrière-goût amer d’une frustration intense et d’une incompréhension totale. Peu à peu, et malgré une fatigue extrême, Celle qui Ressent sentit le sommeil la quitter peu à peu, alors que ses yeux s’ouvraient lentement. Elle n’aperçut que vaguement le visage de son frère, ne sachant plus si c’était là pure illusion ou frappante réalité. Quoi qu’il en soit, elle sentit avec certitude les lèvres d’Ha’ul sur les siennes et sombra dans le plaisir du baiser sans retenue. Jusqu’à y mettre fin, repensant subitement au bain qui les avait déjà trouvé ainsi.

“Tu es cruel de me montrer ça…”

Sa voix douce et chaude avait vibré sous l’amalgame d’émotion qu’elle ressentait à l’instant présent. Le corps encore chaud du désir d’un instant rêvé, et d’un nouveau baiser, mais l’esprit gelé par ce qu’elle pensait n’être que de faux espoirs. Ses yeux sombres s’étaient instantanément remplis de larmes, alors que la réalité était revenue la frapper en pleine figure. L’injustice d’un amour condamnable lui tordait les entrailles, et l’incompréhension d’une situation qui lui échappait lui laminait l’humeur. Pourtant, les lèvres de Khusa, lorsqu’il était revenu la voir dans sa chambre, n’avaient en rien véhiculé un quelconque sentiment fraternel, bien au contraire. Il n’était pas là pour se faire pardonner. Et à ces pensées, le coeur de l’adolescente se gonfla d’espérance.

A son tour, elle l’embrassa, non plus tendrement, mais langoureusement, comme n’importe quelle femme amoureuse et vibrant de passion. Sa peau fut secouée d’un long frisson alors qu’elle se collait un peu plus à lui, glissant sa cuisse entre les jambes du Chamane. Sa main caressa une joue barbue, avant de descendre le long du cou, du torse et de tenter une incursion sous une chemise boutonnée. Qu’importe la raison, Ruyn ne leur en voudrait jamais de s’aimer avec autant de ferveur qu’ils l’aimaient lui. Alors, en ouvrant les yeux qu’elle avait fermé durant l’échange, elle transperça son frère du regard et se pencha à son oreille.

“Je veux plus qu’un rêve.”

Les mots avaient été susurrés, dans un souffle rapide et que les battements rompus d’un coeur chamboulé rendait saccadé. Les deux opales noires de Celle qui Ressent croisèrent celles semblables de son frère, avant de glisser sur son corps encore habillé. Elle en voulait plus, plus qu’un simple baiser, plus qu’une caresse délicate sur sa joue. Elle le voulait tout contre lui, ses mains sur sa peau nue, tout comme ses lèvres. Plus que tout, elle le désirait, non plus en tant que frère, mais en tant qu’homme. Et à ses côtés, elle voulait devenir une femme.
avatar
Chamane

On m'appelle Ha'ul Khusa


Infos Personnage
RANG: Kaïlindra ; Azaëlle ; Henja ; Ysoa
VILLE & APPARTENANCE : Arish - Chamane
MON AGE : 31 ans
Masculin
MESSAGES : 61
AGE : 27
INSCRIT LE : 10/06/2015
PSEUDO HABITUEL : ^w^
Joyaux : 5
http://www.ile-joyaux.com/t2894-ha-ul-khusa-celui-qui-reve
Posté dans Re: "Tous ceux qui ne sont pas nous sont nos ennemis"    - Jeu 2 Juil 2015 - 11:23

La saveur de ce baiser était nouvelle et semblable à aucune autre. Ni à celui qu'ils avaient rêvé ensemble, ni même à celui qu'il s'était laissé voler. Non, ce baiser là était de son fait et n'en finissait pas d'engendrer frissons sur frisson avant que la Chamane ne l'interrompe pour lui faire des reproches justifiés. Les sourcils de Ha'ul se plissèrent alors qu'il s'excusait d'un simple regard, se voyant pardonné par ce langoureux baiser qu'elle lui rendit ensuite. Ils n'étaient pas plus expérimentés l'un que l'autre, et pourtant, leurs lèvres et leurs langues semblaient savoir parfaitement quoi faire pour se dissocier totalement des furtifs baisers qu'ils avaient pu déjà échanger entant que frère et sœur.

La culpabilité à ce sujet avait quitté Ha'ul Khusa qui se laissait porter par l'envoûtement que lui procurait pareille sensation, n'oubliant pourtant pas qui était celle dont la main lui caressait le torse, se rappelant justement que ça ne pouvait être qu'elle et aucune autre. Le sang frappait sous ses tempes et ses oreilles brûlaient alors que son abdomen se tendait sous les doigts dont le contact, pourtant connu, l'électrisait plus que jamais.

Ruyn aurait déjà foudroyé ses enfants sur place s'il avait du les condamner, et pourtant, Ha'ul s'emplissait de chaleur sous le regard noir de sa sœur, tressaillant lorsque son souffle vint lui caresser la nuque. Leur Dieu voulait qu'il en soit ainsi et pas autrement, que les jumeaux se prouvent leur amour et se suffisent à eux-mêmes, que leurs esprits ne soient occupés que par eux et Lui pour que leur dévotion soit la plus forte. Nul besoin de compagne ou de compagnon, ils ne seraient que des distractions superflues qui les détourneraient de l'essentiel.

Les yeux de Khusa se baissèrent à leur tour, scrutant pour leur part le corps de l'adolescente qui gagnait en formes et qu'il n'avait jamais vu comme celui d'une femme, jusqu'à ce jour. À cette vue son cœur vint cogner plus fort contre sa poitrine et sa respiration ralentit, jusqu'à ne devenir que des souffles irréguliers. Lui aussi, en voulait plus.

- Je te veux. Toi. Ses yeux remontèrent jusqu'à ceux de Kaïlindra. Juste toi.

Celui qui Rêve se redressa et s'arrêta un instant, surplombant le corps alangui de celle qu'il aimait plus que Ruyn. Savoir cette peau vierge de tout autre contact que le sien le fit doucement sourire alors qu'il entreprit de déboutonner sa chemise qu'il laissa ouverte, acceptant volontiers la brise fraîche qui lui parvint de l'extérieur.

- J'ai été stupide, tout à l'heure... Ses sourcils s'étaient froncés alors qu'il ressentait le besoin de justifier ses actes. Ça... Nous. Ça m'a paru mal. Sa main s'était arrêtée sur la hanche de la jeune femme. Alors qu'il ne peut en être autrement. Le ton solennel de sa voix laissait comprendre que l'hésitation l'avait quitté et que Ruyn avait éclairci son jugement. Et alors que sa main glissait sur le flanc de Celle qui Ressent pour aller caresser sa joue... Je t'aime bien plus qu'un frère ne le devrait, Kaïlindra. Ruyn en a voulu ainsi.



avatar
Chamane

On m'appelle Kaïlindra


Infos Personnage
RANG: Celle qui Ressent - Admin
VILLE & APPARTENANCE : Arish - Chamanes
MON AGE : 31 Ans
Féminin
MESSAGES : 21
AGE : 23
INSCRIT LE : 10/06/2015
PSEUDO HABITUEL : Harrods
Joyaux : 5
Posté dans Re: "Tous ceux qui ne sont pas nous sont nos ennemis"    - Lun 20 Juil 2015 - 6:52

Les caresses délicates des doigts d’Ha’ul Khusa sur le corps tendu de désir de Celle qui Ressent n’en finissaient plus de la faire frémir et d’impatienter une peau soulevée de frissons, qui en redemandait toujours plus. Leur regard ne cessaient de se croiser, et dans les deux paires d’opales noires, toute raison, toute culpabilité avait fui cet instant qu’elles ne contrôlaient plus. Les baisers s’étaient fait plus langoureux, plus sensuels, anéantissant la dernière parcelle de fraternité qui résistait aux assauts amoureux des deux jeunes Chamanes. De leur sang commun il ne restait plus rien, qu’un vague souvenir relégué au fond d’une conscience noyée par le désir incestueux mais charnel.

Comme s’il avait besoin de se justifier auprès d’une soeur qui était prête à tout lui pardonner, même, un meurtre, Khusa tenta de mettre des mots sur les sentiments qui l’avaient poussé à s’éloigner précédemment. Et c’est avec un sourire évidemment satisfait que Kaïlindra les accueillit. Comme elle, il avait laissé place aux prémices de l’acceptation, refoulant une culpabilité qui n’avait pas lieu d’être. Leur amour était sincère, et aussi fort que celui qu’ils portaient ensemble vers Ruyn. Il n’avait rien de condamnable, si ce n’est leur sang commun, mais la jeune femme trouva bien rapidement l’explication arrangeante à un tel évènement.

“Ruyn nous a fait ainsi. Et pas autrement. Il nous a voulu si proches pour que notre amour soit plus fort, dans toutes les circonstances.”

Elle s’interrompit, le temps de sonder son frère du regard. Elle composa un sourire rassurant, mais où des brides d’enjôlement s’invitèrent, alors qu’elle se redressait légèrement, prenant appui sur un coude. Son visage fin, si près de celui de son frère, plus viril, pouvait sentir son souffle chaud, et se délectant de cette promiscuité, elle reprit, charmeuse :

“Il l’a voulu, acceptons le.”

De nouveau elle le transperça du regard, ses deux iris ténébreux suintant d’un plaisir impatient et d’un désir qui ne demandait qu’à s’exprimer. Elle ouvrit la bouche à plusieurs reprises, cherchant quelque chose à dire, mais elle ne trouva que la force de lui caresser la joue du bout des doigts, encore hésitante face à une inexpérience qui gagnait contre l’excitation de ses sens.

“Aime moi.”

Finalement, le murmure de sa voix avait transpercé le silence de la chambre, tombant comme une ultime sentence sur la tête des deux adolescents. Dans un froissement de draps, Kaïlindra se laissa retomber, offrant à son frère l’invitation d’un corps encore pur et vierge, mais pulsant d’un désir qu’elle même n’arrivait plus à contenir. L’infime angoisse de le voir se détourner d’elle une fois de plus lui nouait l’estomac, mais l’excitation lisible dans ses prunelles sombres l’épargnait de ressentir cette crainte tenace. Et comme pour s’assurer qu’il ne fuirait pas, elle crocheta la nuque tendue de Celui qui Rêve et l’attira à elle, l’enveloppant dans un nouveau baiser langoureux.
avatar
Chamane

On m'appelle Ha'ul Khusa


Infos Personnage
RANG: Kaïlindra ; Azaëlle ; Henja ; Ysoa
VILLE & APPARTENANCE : Arish - Chamane
MON AGE : 31 ans
Masculin
MESSAGES : 61
AGE : 27
INSCRIT LE : 10/06/2015
PSEUDO HABITUEL : ^w^
Joyaux : 5
http://www.ile-joyaux.com/t2894-ha-ul-khusa-celui-qui-reve
Posté dans Re: "Tous ceux qui ne sont pas nous sont nos ennemis"    - Dim 26 Juil 2015 - 11:13

Les lèvres du Chamane s'étirèrent dans un doux sourire lorsqu'il entendit sa sœur répéter ce dont il était aussi persuadé, enfin, presque étonné qu'une évidence pareille ait pu leur échapper tout ce temps. Ils étaient là pour veiller l'un sur l'autre, à toute heure du jour et de la nuit. Leur sang les rendait à l'évidence, tout comme leurs pouvoirs qui pouvaient les rapprocher où qu'ils soient -bien qu'ils n'aient jamais été très loin l'un de l'autre...-. Mais cette nuit là, nul besoin d'user de leurs dons puisqu'ils n'avaient jamais été aussi proches.

Ce qui lui paraissait être un rêve arrivait bel et bien, et les sensations qu'il ressentait avaient tout de réel. Son grain de peau sous sa main, son souffle chaud contre son visage, ces frissons au moindre de ses regards, à CE regard qui accompagna son air charmeur... En plus de découvrir de nouveaux sentiments, Ha'ul apprenait de nouvelles sensations, violentes et enivrantes, le faisant bouillir de l'intérieur et s'emballer son cœur pour un rien, tant que ce rien avait à voir avec Celle qui Ressent. Même ce lourd silence le fit marteler sous son torse alors que Ha'ul se mordit brièvement la lèvre. Et maintenant ?

Ce n'étaient certainement pas ces coincés de prêtres qui auraient conseillé l'adolescent sur la plus belle preuve d'amour qu'il pouvait donner à Kaïlindra. Quoiqu'il avait pu en surprendre un ou deux, moins fervents que d'autres, s'enjailler avec quelques domestiques en pensant n'être vus de personne mais en oubliant qu'une porte se fermait à clé pour cela... Mais il n'avait vu aucun amour dans ces courtes visions, seulement des hommes seuls et des femmes impudiques. Rien à voir avec cette beauté alanguie près de lui et qui accaparait toute son attention.

Et maintenant... Elle lui demandait ce que son corps entier désirait sans savoir comment procéder, laissant l'adolescent inexpérimenté immobile à sa requête mais parfaitement docile lorsqu'il s'agit de l'embrasser de nouveau. La Chamane n'eut pas à forcer bien fort pour que son frère ne s'élance à nouveau à l'assaut de ses lèvres qu'il goûta d'abord avec langueur avant qu'elle ne devienne passion brûlante, tout comme son torse qui vint écraser la poitrine de l'adolescente alors que Ha'ul oubliait ne pas savoir comment faire. Avec précipitation, mais sans interrompre leur baiser fusionnel, Ha'ul Khusa se débarrassa de sa chemise, ne se retrouvant plus qu'habillé d'une tunique lacée autour de sa taille et crochetée à son épaule par une broche valant plus que la fortune de certains Cultivateurs.

Guidé par ses sentiments, autant que par Ruyn qui bénissait leur amour, il se coucha tout entier entre les jambes de Kaïlindra, les pans de sa chemise dissimulant leurs torses unis et le bas de sa tunique remonté au dessus de ses genoux. Ses lèvres n'en finissaient plus de goûter à celles de l'adolescente, comme s'il craignait d'en oublier la saveur au moment où il s'en éloignerait. L'une de ses mains s'était aventurée dans l'épaisse chevelure noire qu'il avait pourtant si bien peignée, la nouant autour de ses doigts tandis que l'autre main glissait sur le flanc doré de la Chamane.

- Kaïlindra... Arriva-t-il enfin à souffler entre deux embrassades passionnées, l'inexpérience ne lui permettant pas encore de connaître la retenue et le goût d'un plaisir prolongé. Non, il était encore loin de ça, en proie à des pulsions inconnues mais acceptées, désireux d'accéder à la requête de sa sœur dans les plus courts délais, son entrejambe tendu n'attendant que de connaître de nouveaux sens avec elle, seulement.



avatar
Chamane

On m'appelle Kaïlindra


Infos Personnage
RANG: Celle qui Ressent - Admin
VILLE & APPARTENANCE : Arish - Chamanes
MON AGE : 31 Ans
Féminin
MESSAGES : 21
AGE : 23
INSCRIT LE : 10/06/2015
PSEUDO HABITUEL : Harrods
Joyaux : 5
Posté dans Re: "Tous ceux qui ne sont pas nous sont nos ennemis"    - Mar 18 Aoû 2015 - 2:47

L’esprit perdu dans un monde que seule Kaïlindra connaissait, auquel elle seule pouvait accéder en compagnie d’un frère aimé, l’adolescente se laissa planer et envoûter par une palette de sensations jusqu’à alors inconnues. Toutes différentes, parfois désagréables l’espace d’un court instant et bien plus souvent savoureuses, comme cette douce caresse qui lui tendait le corps tout entier et faisait frissonner sa peau au moindre contact. La peur se présenta, elle aussi, alors que sous son regard embué de désir, elle vit son frère se déshabiller à son tour, ne gardant comme dernier rempart à leur faute, qu’un simple bas de tunique au travers duquel elle pouvait sentir tout l’amour qu’éprouvait son jumeau pour elle. Son estomac se noua dans un dernier sursaut de culpabilité, mais laissa rapidement place à l’angoisse de l’inexpérience tandis qu’Ha’ul s’allongeait sur elle, dans une position qui n’évoquait plus rien de fraternel.

Ce fut son prénom, murmuré avec une ferveur passionné, qui brisa les ultimes relents de terreur de Celle qui Ressent. Dans une confiante inspiration, et après un baiser langoureux, elle laissa ses doigts fins et tremblants dégrafer la broche maintenant la tunique de son frère. Les lacets furent dénoués avec autant de fébrilité et le tissu repoussé avec une lenteur qui démontrait toute l’incompétence à la tâche de l’adolescente. Entièrement nus, Kailïndra posa un regard brillant sur la carrure déjà imposante de son frère et qu’elle redécouvrait sous un angle qui l’émerveilla, et réveilla les sens propres à ceux d’une femme. Elle prit le temps de l’effleurer d’une main, entièrement, ce corps nouvellement admiré de la tête aux pieds, et n’éprouva plus aucune honte à caresser tendrement tout ce qui faisait de lui l’homme qu’elle aimait passionnément. Elle en ressentit elle-même les effets, alors que sa poitrine se dardait d’excitation et que son être tout entier n’attendait que de recevoir l’ultime cadeau passionnel qu’il appelait à grands renforts de frissons.

“Je t’aime tant Ha’ul Khusa.”

Parvint-elle à articuler malgré les trémolos d’appréhension dans sa voix qu’elle ne maîtrisait plus entièrement, tout comme son corps qui se détachait entièrement d’un contrôle qui fut autrefois raisonnable. Portée par ses sentiments, elle embrassa à nouveau son frère, se noyant dans un savoureux baiser alors que doucement, elle laissa son corps accueillir le don précieux de l’homme aimé, tel une fleur s’ouvrant à un Butineur gourmand. L’intrusion tant attendue mais nouvelle lui tira un gémissement où se mêlèrent d’abord vive douleur puis plaisir surprenant, et elle finit par se détendre, relâchant la touffe de cheveux solidement tenue par une main crispée mais finalement alanguie de désir. Toutes barrières brisées, la fraternité de leur sang oubliée, Kaïlindra ferma les yeux et se cambra légèrement, menotée par les liens d’un amour puissant et interdit.
avatar
Chamane

On m'appelle Ha'ul Khusa


Infos Personnage
RANG: Kaïlindra ; Azaëlle ; Henja ; Ysoa
VILLE & APPARTENANCE : Arish - Chamane
MON AGE : 31 ans
Masculin
MESSAGES : 61
AGE : 27
INSCRIT LE : 10/06/2015
PSEUDO HABITUEL : ^w^
Joyaux : 5
http://www.ile-joyaux.com/t2894-ha-ul-khusa-celui-qui-reve
Posté dans Re: "Tous ceux qui ne sont pas nous sont nos ennemis"    - Mer 2 Sep 2015 - 11:23

C'était là une deuxième naissance pour les deux adolescents, la découverte d'un monde dans lequel le lien de sang n'était plus assez fort pour rendre compte d'à quel point ils étaient proches. Dans ce renouveau, Khusa découvrait une nouvelle Kaïlindra, frémissante sous ses caresses et dont les mots autant que la voix le plongeaient dans une extase qui n'avait pas fini de s'amplifier.

L'amant novice ne cherchait même pas à calmer ses ardeurs, ne sachant même pas que c'était seulement possible. Ses gestes n'étaient donc guidés que par ce feu brûlant en ses entrailles, que sa sœur ravivait au moindre de ses baisers. Ses hanches du Chamane s'affaissèrent enfin entre les reins de sa semblable, finissant de les rendre coupables aux yeux des mortels, mais sublimés aux yeux de Ruyn.

Nul besoin de leçons pour savoir quoi faire ensuite. Avec maladresse mais toute la sincérité de ses sentiments pour celle qu'il pouvait à présent se targuer de posséder entièrement, Ha'ul entama d'inconscients va et viens, enserrant les mains de sa sœur sous la violence des sensations qu'il découvrait avec elle, le visage enfoui dans son cou contre lequel s'échouait sa respiration erratique comprimée par la transe qui l'emportait et le mena à l'exaltation ultime de ses sens.

~~~

Couché sur le dos aux côtés de sa jumelle, son corps suintant se remettant tout juste de sa nouvelle découverte, le Chamane fixait le plafond en affichant un discret sourire qu'il ne maîtrisait pas le moins du monde. Tournant la tête vers l'adolescente, il la découvrait encore plus belle qu'il ne l'avait jamais vue, sachant qu'il ne la percevrait plus autrement après cette nuit. Et après ce qui venait de se dérouler, sur ces draps froissés par l'interdit, Celui qui Rêve n'avait plus aucun doute sur les desseins de Ruyn à leur encontre. Leur Dieu ne pouvait pas être assez cruel pour lui offrir pareille beauté en guise de sœur, lui insuffler les mêmes sentiments et la lui refuser ensuite.

Reportant son regard vers le plafond décoré, le Chamane semblait vouloir le percer de son regard d'ébène.

- Le crois-tu fier de nous ?



avatar
Chamane

On m'appelle Kaïlindra


Infos Personnage
RANG: Celle qui Ressent - Admin
VILLE & APPARTENANCE : Arish - Chamanes
MON AGE : 31 Ans
Féminin
MESSAGES : 21
AGE : 23
INSCRIT LE : 10/06/2015
PSEUDO HABITUEL : Harrods
Joyaux : 5
Posté dans Re: "Tous ceux qui ne sont pas nous sont nos ennemis"    - Lun 7 Sep 2015 - 14:55

Dans la pièce plongée dans une semi-obscurité que seules quelques bougies maintenaient encore, les mots avaient laissé place aux souffles rauques et déphasés des deux adolescents. L’inexpérience qui les avait gardé dans une certaine retenue avait tôt fait d’exploser sous l’ardeur et la passion dont ils firent rapidement preuve, en proie à un amour qu’eux mêmes n’avaient sans doute pas imaginé. Et Kaïlindra n’avait plus hésité, se donnant toute entière à un frère qui ne lui refusait pas son affection.

Lorsqu’enfin elle sentit son corps vibrer sous l’ultime frisson charnel, elle crut bien vivre à cet instant, la meilleure des sensations qu’il lui fut donné de connaître au monde. Ses jambes enroulées autour des hanches de son frère s’échouèrent finalement sur les draps froissés et souillés par leur geste contre-nature, et son souffle resta encore un instant haletant. Son esprit n’était qu’une brume éparse et engourdie par le plaisir encore chaleureux et qui ne semblait pas vouloir quitter ses entrailles. Comment pouvait-on, après cela, espérer lui trouver un homme digne de son frère ?

“Comment ne le serait-il pas ? Nous sommes la concrétisation d’un amour des plus sincère et dévoué.”

La réponse de la jeune femme lui était venue avec une sincérité déconcertante et qui ne fit qu’attiser la flamme luisante dans ses prunelles obscures. A tâtons, elle chercha la main de son frère et y enlaça ses doigts, les serrant fort entre les siens avant de se redresser. Elle tourna un visage radieux vers lui, et le couva d’un regard qui en disait long sur son amour. Plus que fraternel.

Finalement, elle rejeta ses jambes hors du lit et, interrompu dans son élan pour se lever, avisa une tâche de sang entre les plis des draps. Une sueur froide lui hérissa l’échine alors qu’elle prenait pleinement conscience de l’évènement qui s’était déroulé. Bien plus qu’être devenue une femme, sa relation charnelle avec son propre frère devenait un véritable danger si elle venait à être découverte. Les simples croyants ne comprendraient jamais l’amour qu’ils pouvaient se porter l’un à l’autre autant qu’à Ruyn. Alors, dans un geste rageur, elle repoussa la fine couverture et se dirigea vers un guéridon. Son Dieu et son frère étaient les deux grands amours de sa vie, et elle ne comptait se passer ni de l’un, ni de l’autre.

“Regrette-tu ?”

Ne put elle s’empêcher de demander, alors que dos à son jumeau, seulement éclairée par le chandelier à pied qui trônait près d’elle, elle se servait de l’eau fraîche, ignorant complètement sa nudité qu’elle n’avait plus aucune raison de lui cacher.
avatar
Chamane

On m'appelle Ha'ul Khusa


Infos Personnage
RANG: Kaïlindra ; Azaëlle ; Henja ; Ysoa
VILLE & APPARTENANCE : Arish - Chamane
MON AGE : 31 ans
Masculin
MESSAGES : 61
AGE : 27
INSCRIT LE : 10/06/2015
PSEUDO HABITUEL : ^w^
Joyaux : 5
http://www.ile-joyaux.com/t2894-ha-ul-khusa-celui-qui-reve
Posté dans Re: "Tous ceux qui ne sont pas nous sont nos ennemis"    - Dim 4 Oct 2015 - 14:27

Ha'ul tourna de nouveau la tête vers sa soeur lorsque cette dernière lui répondit, et un sourire presque rassuré se dessina sur les lèvres de celui qui ne se montrait ainsi que devant cette seule et unique femme. Il frémit de nouveau sous la caresse des doigts de la Chamane qu'il serra doucement, se tournant sur le flanc pour lui faire face, soutenant son regard. Elle avait raison, Ruyn ne pouvait se courroucer. C'était bien lui qui les avait réunis.

Il voulait la serrer de nouveau entre ses bras mais ne pouvait se résigner à cesser de la regarder en silence, la seule brise chaude leur parvenant de l'extérieur faisant discrètement bruisser l'étoffe des rideaux. Dans cette chambre close, ils étaient à l'abri du regard et du jugement de leurs précepteurs et de leurs semblables, confrontés seulement au regard protecteur du Dieu qui les récompensait pour leur dévouement. Peu importaient les risques, peu importaient les sentences, Ha'ul était prêt à passer les années à venir à braver tous les interdits pour que les prochaines nuits ressemblent à celle-ci.

Le Chamane se redressa, surpris devant la soudaine brusquerie de celle qu'il avait vue douce et avenante ces dernières heures. Assis, fixant cette silhouette sur laquelle les bougies faisaient danser les ombres, Ha'ul quitta sa torpeur sous la question qu'elle lui posa. Regretter ? Regretter quoi ?

Il glissa du lit pour avancer vers Kaïlindra derrière laquelle il s'arrêta pour l'enlacer tendrement, n'ayant que faire de l'eau fraîche qu'il lui fit renverser dans ce geste. Tout ce qui comptait était cette chaleur qu'il retrouvait et la douceur de cette peau qu'il humait au creux du cou de sa sœur.

- Plutôt mourir que de me repentir. Lui répondit-il simplement en resserrant son étreinte. J'en prends Ruyn comme témoin.



On m'appelle Contenu sponsorisé

Posté dans Re: "Tous ceux qui ne sont pas nous sont nos ennemis"    -

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum