AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
» Communication externe
par Loth de la Vision Mar 21 Juin 2016 - 15:06

» Réversa [ TOP ]
par Invité Ven 27 Mai 2016 - 8:21

» Le monde de Dùralas
par Invité Jeu 26 Mai 2016 - 7:00

» Anthalia
par Invité Dim 22 Mai 2016 - 15:17

» Marbrume, La Cité des Damnés
par Invité Lun 16 Mai 2016 - 15:07

» Questionnaire pour soutenir infinite RPG !
par Invité Sam 14 Mai 2016 - 17:33

» Escalus
par Invité Jeu 12 Mai 2016 - 9:02

» Mass Effect : Reborn
par Invité Mar 10 Mai 2016 - 15:00

» Forum en pause
par Asàf Lysereän Mar 10 Mai 2016 - 13:47


[HOT] Manoir de Yannick Saule

avatar

On m'appelle Yannick Saule


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Midel Heim
MON AGE : 26 ans
Masculin
MESSAGES : 779
AGE : 46
INSCRIT LE : 19/10/2011
PSEUDO HABITUEL : Promor le Facétieux, Raffaella Palder, Tibor Keiron, Janos Leawen
Joyaux : 0
Posté dans [HOT] Manoir de Yannick Saule   - Jeu 20 Oct 2011 - 12:26

Rappel du premier message :


La nuit a lancé ses étoiles à l'assaut des ténèbres, mais elles ne sont que de microscopiques lueurs égarées au cœur de l'infini manteau sombre. Seule une lune rousse illumine Midel-Heim et sa périphérie.

A travers les arbres, à l'intérieur de l'enceinte grillagée, rongée par la rouille, le manoir de Yannick Saule, le bellâtre, la brebis galeuse de cette famille richissime, tend ses murs gris couverts de lierre vers son halo blafard. La vieille bâtisse sommeille depuis des heures. Aucune lumière ne tressaille à travers les nombreuses fenêtres. Un silence profond règne sur l'antique demeure.

Agglutinés le long des murs froids, des massifs de buissons épineux, où s'emmêlent des ronces interminables et vigoureuses, laissent apparaître quelques croix de pierre, sous lesquelles sont enterrés les aïeux, ceux qui organisaient autrefois des fêtes gigantesques dont le vacarme se répandait à travers bois, couvrant durant des journées entières le ramage des moineaux et les harmonies du vent dans les branches. Quelques gargouilles dévorées par la mousse montent la garde, attentives, stoïques, et désormais inutiles, n'ayant plus aucune âme à escorter jusqu'aux enfers.

Seul l'unique résident du manoir veille encore, les yeux posés sur ce décor lugubre qui fut jadis si merveilleux. Il est planté devant l'unique fenêtre de sa chambre du premier étage, seule pièce, avec le salon du bas, chauffée et relativement confortable. Nu comme un ver mais totalement invisible depuis l'extérieur, il sirote un dernier verre d'alcool, cherchant à oublier dans son arôme fruité cette soirée funeste où il a perdu ses derniers galons au poker.

Yannick peste contre cet officier obèse qui lui a raflé ses dernières pièces d'argent, et maudit cette malchance qui s'obstine à l'accompagner partout. Une solution ! Bon sang ! Il doit absolument trouver une solution pour se remettre à flot.


On m'appelle Angélyne Montaigu


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Midel-Heim
MON AGE : 20 ans
MESSAGES : 907
INSCRIT LE : 19/10/2011
http://www.ile-joyaux.com/t287-angelyne-montaigu#top
Posté dans Re: [HOT] Manoir de Yannick Saule   - Jeu 29 Déc 2011 - 10:39

Yannick est vraiment adorable ! Le voilà au tapis, sans grande résistance, Angélyne n'est pas dupe, et se moquant gentiment d'elle, en implorant grâce ! Mais, rapidement, il reprend le contrôle de la situation, prodiguant de judicieux conseils et donnant sa première leçon de combat rapproché à son élève attentive. Il ne se prive pas, cependant, de submerger la jeune femme de baisers passionnés, la plongeant ainsi dans un océan d'amour, infiniment doux à son coeur meurtri. Cette vague de tendresse emporte sa vigilance, elle se retrouve bientôt prisonnière des bras puissants de son compagnon qui l'encerclent tendrement, entraînant ses mains dans son dos, leurs doigts intimement entremêlés. Elle est complètement immobilisée, plaquée contre son torse !

Ses yeux céruléens s'arrondissent étonnés, puis pétillent d'excitation, à l'idée que Yannick la prenne vraiment au sérieux, pour ses joutes amicales, ils affrontent sans détour les prunelles mordorés qui les défient. Comment se défaire de cette étreinte ? Angélyne n'en sait trop rien, contre un véritable agresseur, elle y mettrait toute sa hargne, à défaut de la force, qu'elle n'a pas, mais contre lui, contre son amour, elle ne peut utiliser que la ruse ...

- Alors, voyons voir, mes mains sont emprisonnées par les tiennes, mais les tiennes aussi sont retenues du coup, réfléchit-elle, à voix haute, un sourire amusé courant sur ses lèvres vermeilles. Seule ma tête est libre, vu que tu me serres contre toi, je ne peux pas faire grand chose ... Mais je peux, peut-être, essayer de te convaincre de me lâcher, en utilisant des arguments peu conventionnels ... minaude-t-elle, ponctuant ses dires, en parsemant de baisers le visage taquin de Yannick. Puis tirant légèrement sur ses bras, elle fait mine de vouloir libérer ses mains, sans grand espoir, car même si la poigne de son geôlier se fait velours, elle n'a pas les muscles pour le contrer. Je n'ai pas la force de libérer mes mains, je n'en ai pas vraiment envie d'ailleurs, j'aime sentir ton corps contre le mien, je peux t'embrasser, te cajoler à loisirs, c'est fou, mais j'adore ça ! Je pourrais aussi te mordre pour me dégager, non ? Ici, ou là ... mimant ses mots en mordillant, délicatement, sa gorge, puis ses oreilles, et son nez. Mais lâcherais-tu prise pour autant ? Rien n'est moins sûr ... Alors je préfère la méthode douce ... Et elle happe les lèvres de Yannick, jouant avec elles tour à tour, elle y met tout son amour, et l'embrasse passionnément, longuement, elle plonge ensuite dans le regard d'ambre, le souffle court:

- Tu veux bien me lâcher les mains, mon amour, s'il te plaît ? quémande-t-elle, nouant autour de lui, ses jambes nues, largement dévoilées, par une chemise qui n'a pas résisté à leur chahut, et qui s'obstine à remonter le long de ses cuisses fuselées.
avatar

On m'appelle Yannick Saule


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Midel Heim
MON AGE : 26 ans
Masculin
MESSAGES : 779
AGE : 46
INSCRIT LE : 19/10/2011
PSEUDO HABITUEL : Promor le Facétieux, Raffaella Palder, Tibor Keiron, Janos Leawen
Joyaux : 0
Posté dans Re: [HOT] Manoir de Yannick Saule   - Sam 31 Déc 2011 - 9:15


Libérer la puce ? Ouvrir tout grand la porte de la cage et laisser le bel oiseau blanc prendre son envol ? C'est demandé avec tant de gentillesse, tant d'humour, c'est enrobé parmi tant de câlins délicieux, de baisers passionnés, que les prunelles noisette de Yannick se mettent à pétiller de plaisir et de tendresse. Bien-sûr qu'il va exaucer le vœu de la coquine, il ne peut déjà plus rien lui refuser, mais non, pas tout de suite. Doucement, ma chérie. La brebis galeuse des Saule se régale comme jamais auparavant. Diantre ! C'est tellement jubilatoire d'avoir retourné ainsi la situation, sans aucun effort particulier d’ailleurs, et de tenir ainsi la mignonne en son pouvoir, totalement captive, totalement paralysée, que Yannick décide de prendre tout son temps. Ma foi, cette position si sensuelle le séduit, et ce simulacre de bagarre offre vraiment de charmants rebondissements. Sans doute ne sont-ils pas tout-à-fait inattendus, mais ils sont bien agréables toutefois.

- Oui, oui, je te libère illico, mon joli poussin, tes désirs sont des ordres ... affirme le bougre, alors qu'il n'en pense pas un mot et qu'il resserre tendrement son étreinte, sans lâcher les doigts menus de la puce, l'emprisonnant encore davantage entre ses bras qui se font miel et velours. Les yeux chocolat de Yannick s'imprègnent de gaieté et de malice lorsque la sylphide s'aperçoit que son amant la mène en bateau et qu'il n'a nullement l'intention de lui rendre la liberté. La belle allait-elle protester ? Yannick l'ignore et ne lui en laisse pas l'occasion. Il s'empare aussitôt des lèvres vermeilles de la brindille, et lui offre le plus long baiser de l'histoire de Matroos et des terres voisines, un baiser plein d'amour et de rire, un baiser d'amant et de voyou.

- Puisque tu es gravement blessée à la cheville, ma fleur de lys, je pense que je vais quand même mettre fin à ton petit souci et te rendre tes menues menottes ... poursuit-il en souriant toujours, un peu narquois, mais surtout sous le charme de sa frêle captive dont il dévore des yeux l'adorable frimousse. Cependant, toujours sans libérer les doigts de sa compagne, ce qui le prive également de l'usage des siens, le zigoto soulève légèrement le buste fragile de la puce, à peine couvert par la chemise bien trop large et généreusement entrouverte, il hisse la gorge de la belle à la hauteur de sa bouche, et dénoue avec les dents l'unique lacet maintenant fermés les deux pans de la chemise. Les seins blancs de la brindille s'offrent alors à la gourmandise de Yannick, qui en butine délicatement les mamelons roses et ténus comme de jeunes boutons d'églantine. Longuement, il savoure le velouté de la peau douce, goûte à chaque pore de la poitrine menue, y revient de peur d'en oublier un seul, harcèle les tétons d'albâtre qui se tendent sous la morsure brûlante de ses lèvres. Le jeune homme lâche enfin les mains de la liane, libère son corps sculptural, il pose les paumes sur ses hanches minces, et attire son bassin svelte et tendre contre le sien. Le cœur de Yannick bat à tout rompre, un torrent de lave incandescente lui brûle les reins, ses yeux marron se perdent dans les reflets d'argent qui inondent les prunelles d'Angélyne, exprimant sans détour le désir qui le submerge. Son sexe se tend sous l'étoffe rude de ce maudit pantalon qui le serre et l'emprisonne ...

- Je t'aime, c'est inouï comme je t'aime, tu es mon joyau, tu es ma force, tu es mon futur ... Je te veux, je veux t'aimer sans attendre ... affirme t-il en la dévisageant et en s'escrimant des deux mains à se débarrasser de sa ceinture.




avatar

On m'appelle Angélyne Montaigu


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Midel-Heim
MON AGE : 20 ans
Féminin
MESSAGES : 907
AGE : 46
INSCRIT LE : 19/10/2011
PSEUDO HABITUEL : /
Joyaux : 0
http://www.ile-joyaux.com/t287-angelyne-montaigu#top
Posté dans Re: [HOT] Manoir de Yannick Saule   - Jeu 5 Jan 2012 - 2:46

Des yeux ambrés qui frétillent d'amour, mais aussi de malice, des lèvres sensuelles, qu'elle vient d'embrasser, passionnément, jusqu'à ce que le souffle lui manque, des lèvres, donc, qui s'étirent en un sourire espiègle, qui illumine le captivant visage de ce coquin de Yannick, Angélyne a compris qu'il lui faudrait attendre encore un peu pour retrouver sa liberté, du moins celle de ses mains. Mais ce n'est pas un problème en soi, au contraire, elle s'abandonne, volontiers aux facéties de l'homme qui la retient prisonnière dans ses bras aimants, elle se consume dans la passion ardente qu'il lui offre, elle lui donne tout son amour en retour, elle se donne, s'abandonne à lui sans réserve.

Et ce baiser brûlant, si long, aussi enivrant qu'un vin capiteux, à la fois généreux et étourdissant, si voluptueux, que ce qui n'était qu'un jeu coquin, devient une étreinte d'une sensualité débordante. Et Angélyne croit défaillir de plaisir quand Yannick délace le dernier ruban qui retenait sa chemise, avec ses dents, laissant courir sa bouche sur sa peau nue et frémissante, elle s'arque pour lui offrir ses seins blancs, gonflés, presque douloureux d'impatience. Elle s'abandonne éperdument, gémissant doucement, elle se laisse emporter par les sensations exquises, magiques, que Yannick fait naître sur sa peau, mais aussi dans son ventre, au creux de ses reins, c'est un volcan qui prend possession de son corps ...

La nature, autour du manoir, semble s'apaiser, enfin, la pluie a cessé de martyriser, implacablement, les croisées embuées, et un soleil blafard tente une timide incursion au travers des nuages gris qui s'effilochent peu à peu. Si le calme revient dehors, la salle d'armes, elle, est en effervescence, Angélyne a enfin récupéré l'usage de ses mains, qui courent sous le gilet de Yannick sur sa peau douce et chaude, et tentent de l'en débarrasser, l'envoyant rejoindre sa chemise qui a atterri sur le sol.

Mais soudain la déclaration si passionnée de son compagnon, la stoppe net, elle plante ses yeux clairs, brillants d'amour, dans ceux de Yannick si sombres d'un coup. Plaquée contre lui, elle sent contre son ventre, son désir qui enfle à l'unisson du sien. Et tout son être est bousculé, chamboulé, par tout cet amour qui jaillit entre eux. C'est une tornade déchaînée qui l'emporte, qui les emporte au gré de la flamme qui les embrase, tous les deux, tout va trop vite ! Elle saisit les mains fébriles de son amant impatient, et se recule légèrement, malgré la sensation de froid, de manque qui la tenaille aussitôt :

- Chuuut, laisse-moi faire, mon amour, laisse moi m'occuper de toi, murmure-t-elle, tendrement, d'une voix rauque de désir, elle écarte lentement ses mains, et déboucle sa ceinture de ses doigts agiles, sans même les regarder, les laissant traîner sur la peau frémissante de son ventre. Tu vois, aucune serrure ne me résiste, ta ceinture, c'est un jeu d'enfant ... Je t'aime tant, Yannick, c'est à la fois grisant et douloureux, c'est une sensation si merveilleuse, j'ai l'impression d'être arrivée à bon port après toutes ces tempêtes, d'avoir trouvé ma maison, là, au creux de tes bras ... Je te veux aussi, mais ... sans ton pantalon ... ajoute-t-elle, mutine, tandis qu'une idée germe dans sa tête, et lentement elle le repousse pour qu'il s'allonge.

Angélyne fait glisser l'importun vêtement, libérant son sexe fièrement érigé. Réfrénant sa propre impatience, elle baisse le pantalon, délicatement, le long de ses hanches fines, de ses cuisses musclées, déposant sur chaque centimètre, millimètre de peau, lentement dévoilée, de longs chapelets de baisers. Puis lorsqu'il gît enfin sur le sol, ses lèvres et ses mains reprennent le même chemin, dessinant sans fin des arabesques sur la chair frémissante, embrassant sans cesse, et remontent jusqu'à son ventre qui palpite, qui se tend vers sa bouche, vers ses doigts fuselés.

Et c'est elle qui cède, revenant, fébrile, vers le visage crispé de Yannick, elle se blottit contre lui et happe ses lèvres, avidement, enserrant dans sa petite main, son membre viril et dur, le caressant doucement, elle entreprend un voluptueux va et vient, elle vibre au rythme de son amour, et n'y tenant plus, d'une voix pleine de désir, elle réclame :

- Maintenant, mon coeur, s'il te plaît ... Aime-moi ...


Calyth Montivelle, Pilote / Janalya Hermontrick, Maître armurier / Ylaria Desnolancès, Cultivatrice


Avatar de Thélou / Sign d'Aza
Merciiiii !

avatar

On m'appelle Yannick Saule


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Midel Heim
MON AGE : 26 ans
Masculin
MESSAGES : 779
AGE : 46
INSCRIT LE : 19/10/2011
PSEUDO HABITUEL : Promor le Facétieux, Raffaella Palder, Tibor Keiron, Janos Leawen
Joyaux : 0
Posté dans Re: [HOT] Manoir de Yannick Saule   - Dim 8 Jan 2012 - 1:21


Tiraillé par quatre mains impatientes, condamné à l’écartèlement pour avoir voulu entraver les ardeurs frénétiques des jeunes amants, le pantalon de Yannick décrit finalement une courbe gracieuse et s'en va s'affaler sur la chemise de la sylphide, la courtepointe et le gilet de laine, entassés non loin d'eux. C'est à nouveau l'état d'urgence pour les tourtereaux, et la puce, enfin libérée de la douce prison des bras enfiévrés de son insatiable partenaire, s'embrase, s'enflamme à son tour, comme une étoupe assaillie par une étincelle. Le volcan se réveille, et les lèvres brûlantes d'Angélyne prennent possession du corps nu de son compagnon et le noient sous un torrent de lave et d'amour. Les yeux mi-clos, Yannick s'abandonne à cette torture délicieuse, il se soumet volontiers aux caprices de la brindille, à sa bouche qui explore chaque pore de sa peau et le fait vibrer tout entier, jusqu'aux tréfonds de son âme, à ce tourbillon qui l'entraîne toujours plus haut et le fait frissonner et gémir sans qu'il puisse se contenir. Oh toi là-haut, arrête le temps, fige les heures, et laisse-nous nous aimer, longtemps, infiniment ...

Un grognement d'extase, rauque, profond, interminable, s'échappe de la bouche de Yannick lorsque le corps harmonieux de sa blanche tourterelle s'allonge sur le sien, et que ses doigts menus capturent son sexe érigé, pour en faire son jouet, pour lui imprimer un tendre va-et-vient qui exacerbe encore son désir. Et Yannick se cambre, se tord, s'offre à l'immense pouvoir de ces mains si frêles qui dictent leur loi.

Dès lors, lorsque Angélyne le réclame en elle, sans attendre, une même impatience les anime, les survolte, et Yannick l'emprisonne à nouveau entre ses bras et s'insinue entre ses cuisses minces, qui se referment sur sa taille avec une fermeté inattendue. Un même râle, issu d'une impatience trop longtemps contenue, et enfin satisfaite, franchit leurs lèvres avides, qui se cherchent, s'épousent et se dévorent jusqu'à en perdre le souffle. Leurs corps étroitement enlacés, enchâssés comme l'or et le diamant d'un merveilleux bijou, se mettent à rouler sur les tapis et à onduler avec vigueur, presque avec rage, sur un tempo effréné, dans une étreinte torride. Ils ne gémissent plus, non, l'amour les fouette, l'amour les aiguillonne, l'amour les délivre totalement de toute retenue, ils grognent et feulent à chaque secousse de leurs êtres, à chaque estocade, à chaque flux et reflux de leurs corps, à chacun de leurs assauts passionnés.

Leur rythme va crescendo, fortissimo, ils sont ensemble mais ailleurs, loin, très loin de Midel-Heim, très loin du manoir et des Palder, et ils s'aiment jusqu'à la mort, cette petite mort qu'annonce leur long cri d'amour. Ils s'aiment jusqu'à l'extase, qui les laisse pantelants, ruisselants, mais toujours enchevêtrés l'un à l'autre, tignasse brune et cascades blanches emmêlées, leurs respirations saccadées ne les empêchant pas de s'embrasser encore et encore. Un immense sourire naît alors sur le visage cuivré de Yannick ... Eh bien mon ange, si chacun de nos passages sur les tapis de cette salle se termine ainsi, j'y viendrais volontiers trois fois par jour, au moins ! Regarde dehors, la nuit tombe doucement, mon cœur, et j'ai l'estomac dans les talons. Je discuterais avec joie avec la casserole de soupe qui ne demande qu'à frétiller pour nous dans la cheminée. Allez, accroche toi à mon cou, mon poussin, je suis à ton service ...

Les amants se rhabillent, après un dernier baiser, et Yannick traverse rapidement les corridors humides, soutenant la puce, confortablement lovée entre ses bras et emmitouflée dans la couverture, jusque la chambre du premier étage. Il dépose son charmant fardeau sur le fauteuil, et s'occupe de la soupe épaisse qui mijote bientôt dans la cheminée, au-dessus des flammes qui dansent gaiement. Au dehors, le jour s'est enfui, et la pluie s'est enfin arrêtée. Demain, si le temps le permet, nous irons chercher tes vêtements à Midel-Heim, mon trésor, et tu me montreras où vit ce maudit Palder. Peut-être l'apercevrons-nous dans son arbre ? J'aimerais bien voir sa sale bobine. Yannick remplit deux bols de soupe fumante, et vient s'asseoir tout contre la sylphide. Il hésite quelques secondes, puis poursuit, l'air quelque peu embarrassé. Je dois t'avouer une chose, mon ange. J'ai fréquenté autrefois une nommée Palder. Raffaella Palder. Je me suis vite rendu compte qu'il s'agissait d'une horrible harpie, habituée de profiter de ses atouts pour s'enrichir aux dépens des hommes, et je l'ai fichue dehors. D'ailleurs tous mes ennuis ont commencé à cette époque. Dis-moi, la connais-tu ? Est-elle liée à ce Daran Palder qui est la cause de tous tes soucis ?




avatar

On m'appelle Angélyne Montaigu


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Midel-Heim
MON AGE : 20 ans
Féminin
MESSAGES : 907
AGE : 46
INSCRIT LE : 19/10/2011
PSEUDO HABITUEL : /
Joyaux : 0
http://www.ile-joyaux.com/t287-angelyne-montaigu#top
Posté dans Re: [HOT] Manoir de Yannick Saule   - Lun 16 Jan 2012 - 12:04

Un calme serein s'est installé dans la salle d'armes, la tempête sensuelle qui a envahi les deux amants s'est assagie, après un long fleuve de soupirs, de gémissements et de râles de plaisir qui ont remplacé les cris de guerre et les hourras habituels dans cette pièce. Mots doux et tendres baisers succèdent à la passion, prolongeant l'instant, sublime de connivence entre les deux corps frissonnants encore de plaisir et essoufflés.

Yannick transporte de nouveau Angélyne dans ses bras, emmitouflée dans la courtepointe brodée, jusqu'à sa chambre toujours douillettement chauffée par le feu qui crépite joyeusement dans la cheminée. Il installe son délicat fardeau dans son fauteuil préféré, et glisse sur des braises une une casserole de soupe qui ne tarde pas à embaumer la pièce. Mais quand il revient vers elle, la jeune femme sent bien que quelque chose le tracasse, elle a l'intuition qu'il ne lui a pas tout révélé sur son passé ...

Elle sursaute au nom honni, de Raffaella Palder, la nièce de l'instigateur du complot contre ses parents. Mais le dégoût qu'elle lit sur le visage de Yannick et dans ses yeux mordorés, la rassure, il est lui aussi une victime de cette engeance malfaisante que sont les Palder. Posant son bol de soupe à peine entamé, elle vient se nicher sur les genoux de son compagnon et plonge résolument son regard clair dans ses prunelles ambrées, embarrassées.

- Par Vama, si je connais Raffaella Palder ? Raffy est la nièce de l'homme qui a ruiné mes parents ! s'exclame-t-elle la voix chargée de colère. C'est une vipère vénale, une garce de la pire espèce, mais il faut reconnaître qu'elle sait séduire n'importe quel homme du moment qu'elle trouve à y gagner. Tu as eu de la chance de t'en rendre compte, bien que tu t'en sois sûrement fait une ennemie, elle a la rancune tenace ! Elle m'en a fait voir quand j'étais chez son oncle, les coups en douce, les insultes, les humiliations ... Bref, c'est une sorcière hargneuse, elle ne mérite pas un homme comme toi, je suis heureuse que tu te sois aperçu à temps qu'elle n'était qu'une horrible sangsue ...

Elle réfléchit un instant, dépose un baiser léger sur les lèvres de Yannick, et poursuit plus calmement : - Demain matin si le temps nous le permet, quand nous serons passés chez moi, je te guiderai jusque chez Daran Palder. Je devrais pouvoir marcher sans trop de problèmes, vu que je n'ai pas posé le pied par terre de la journée, grâce à toi, mon amour, et à ta pommade magique ! Nous irons fureter du côté de son arbre maison, voir si nous pouvons glaner quelques informations. Mais pour l'instant, oublions cette vermine et terminons notre soupe, mon coeur ! Regarde la nuit est déjà là, la pluie semble s'être définitivement arrêtée, et je dois t'avouer que je suis fourbue, une bonne nuit de sommeil ne me fera pas de mal, si tu me laisses dormir ! termine-t-elle en riant, dans un clin d'oeil coquin, qu'elle conclut d'un long baiser qui contredit ses paroles ... Puis elle se love à son aise tout contre son amant, les yeux lourds de sommeil.


Calyth Montivelle, Pilote / Janalya Hermontrick, Maître armurier / Ylaria Desnolancès, Cultivatrice


Avatar de Thélou / Sign d'Aza
Merciiiii !

avatar

On m'appelle Yannick Saule


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Midel Heim
MON AGE : 26 ans
Masculin
MESSAGES : 779
AGE : 46
INSCRIT LE : 19/10/2011
PSEUDO HABITUEL : Promor le Facétieux, Raffaella Palder, Tibor Keiron, Janos Leawen
Joyaux : 0
Posté dans Re: [HOT] Manoir de Yannick Saule   - Mer 18 Jan 2012 - 2:37


Sapristi ! Il a fait mouche ! Sans le savoir, Yannick a lancé son adorable sylphide sur un sujet particulièrement explosif, la belle Raffaella Palder, qui fut un temps sa maîtresse lors de la splendeur passée du manoir, au temps béni de la richesse et de la considération unanime. Au temps où les bourgeoises et les femmes du monde les plus étincelantes s'agglutinaient autour de lui, et surtout autour de sa table et de son or, comme un essaim d'abeilles bourdonnantes se concentrant sur un rayon de miel. Plus ou moins conscient de leur roublardise, de leurs procédés douteux, le Bellâtre d'antan refusait de voir l'évidence, il se laissait vivre sans s'inquiéter, comme si sa fortune était inépuisable, comme si cette existence facile devait durer éternellement.

En flattant l’ego de Yannick, elles ont peu à peu causé sa ruine, mais la plus intrigante, la plus vénale, fut cette maudite Raffaella, qui, visiblement, ne se contentait pas de plumer les pigeons portant de grosses bagues brillantes. Non. D'après la violence de la réaction de la petite fée aux cheveux de neige, d'après ses propos véhéments et les joyeuses épithètes dont elle affuble l'intrigante, celle-ci à commis bien d'autres forfaitures avec son oncle, son mauvais génie, aussi fourbe qu'elle. Yannick comprend. Il se tait, attendant la fin de la colère qui flamboie au fond des yeux d'azur de la brindille, conscient qu'il a désormais une ennemie redoutable, cette Raffaella Palder de laquelle il ne se préoccupait plus depuis des années. La même ennemie que la puce.

Entre deux baisers, la mignonne venant se pelotonner sur ses genoux, ils établissent rapidement leur emploi du temps pour le lendemain. Ils tiennent en fait leur premier conseil de guerre. Ils mettent le doigt dans l'engrenage infernal. Et demain ! Demain débutera le premier acte, la première surveillance de la propriété de Daran Palder, l'escroc qui a su brouiller toutes les pistes. Yannick se réjouit à cette idée. Oui, désormais, Yannick Saule le désœuvré, l'inutile, le flambeur, n'existe plus. Il est mort, mort par amour pour un merveilleux petit bout de femme né d'un coup de baguette magique, et il ressuscite en un spécimen unique, prêt à tout, et même davantage, pour aider sa belle.

Au dehors, la nuit a revêtu sa pelisse de velours noir, aucun nuage ne vient masquer la lune rousse, et la pluie s'est tue, complice de leurs projets, heureux présage peut-être. Les amants se sont tus aussi, car ils sont en totale symbiose, en total accord quant à ce que sera la suite de l'aventure, mais aussi, malgré les rires du troublant lutin, car ils sont fourbus après ces deux journées remplies d'imprévus. Les prunelles ensommeillées de la brindille l'attestent indubitablement. Oui, mon ange ... chuchote Yannick à l'oreille qui presse contre sa joue ... Oui, dormons à présent, une dure journée nous attend demain si le temps reste au sec. Nous partirons de bon matin, si tu es d'accord, car j'ai hâte de voir la demeure de ce Palder, où je n'ai jamais été convié, et aussi de découvrir sa vilaine tronche si Vama nous en donne l'occasion. Mon vieux cheval ne sentira même pas qu'il a un poids plume sur le dos en plus du cavalier habituel, mon joli puceron, et il nous mènera facilement à bon port.

- Dodo ? ... murmure t-il tout en se coulant au fond du fauteuil, et en attirant avec lui sa tendre compagne qu'il emprisonne entre ses bras. Il glisse les mains sous la chemise de la puce, au creux de ses reins, et caresse doucement sa peau de satin, longuement, prêtant l'oreille au souffle régulier qui effleure sa joue et se perd dans sa tignasse brune. Demain ... est la dernière pensée qui lui vient à l'esprit, avant qu'il ne sombre également dans le sommeil. Demain ...




avatar

On m'appelle Angélyne Montaigu


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Midel-Heim
MON AGE : 20 ans
Féminin
MESSAGES : 907
AGE : 46
INSCRIT LE : 19/10/2011
PSEUDO HABITUEL : /
Joyaux : 0
http://www.ile-joyaux.com/t287-angelyne-montaigu#top
Posté dans Re: [HOT] Manoir de Yannick Saule   - Jeu 19 Jan 2012 - 2:33

Doux réveil, tendre étreinte, Angélyne ouvre ses yeux d'azur, encore embrumés par le sommeil, sur le beau visage de son amour endormi. Les rayons dorés du soleil matinal dansent sur sa peau cuivrée, ses longs cils noirs ombrent ses joues, son nez droit, ses lèvres si douces, d'un doigt léger, elle les redessine un à un, puis les lignes de ses sourcils, de son menton volontaire orné de cette douce barbe brune. Lovée contre lui, elle ne veut pas l'éveiller, pas tout de suite, le contempler la remplit d'un bonheur ineffable, si fort ...

Après cette parenthèse merveilleuse, le retour à la réalité est inévitable, mais il peut attendre encore un peu, pour Yannick qui dort à poings fermés. Et vu comme ils sont emmêlés l'un à l'autre, si elle esquisse le moindre geste, elle le sortira du sommeil profond dans lequel il semble encore plongé. Songeuse, Angélyne essaie de remuer sa cheville blessée, aucune douleur ne vient entraver ses contorsions, et elle s'en réjouit, elle préfère autant être en pleine forme pour aller fureter du côté de chez Palder !
Est-ce qu'il sera chez lui ? Peu importe, ils repéreront les lieux, l'arbre-maison est immense, et cela joue en leur faveur, car les recoins sont nombreux et elle a eu le temps d'en explorer quelques-uns, pendant son séjour là-bas, surtout quand cette vipère de Raffaella la poursuivait de sa mesquinerie et de sa cruauté ...
Une pointe de jalousie étreint son coeur, à sa grande surprise, car ce n'est pas dans son caractère, mais savoir que Yannick a pu aimer cette garce, ne lui plaît pas, mais alors pas du tout ! Et si jamais elle peut lui faire payer le mal qu'elle lui a fait, elle ne se gênera pas ! Cette fille est vraiment une immonde sorcière, et Vama, seule, sait ce qu'elle complote aujourd'hui ! Il y a un moment qu'elle n'a pas entendu parler d'elle ...

Mais au diable cette satanée punaise, pour le moment elle a mieux à faire, car le soleil lui rappelle que le temps s'écoule aussi vite que le sable entre les doigts, et qu'ils ont un programme chargé en cette journée ... La nature leur octroie un répit, pas d'averses diluviennes, alors autant en profiter !

Aussi précautionneusement que possible, elle se hisse jusqu'au visage serein de l'homme qui détient, à présent, son coeur, sa vie, son avenir entre ses mains, elle dépose une myriade de baisers aussi légers que le vol d'un papillon, sur ses joues, ses paupières, son nez, avant de jouer tendrement avec ses lèvres, et de les embrasser avec une douceur infinie, avec tout l'amour immense qu'elle gardait au fond de son coeur pour lui, rien que pour lui ...

- Mon amour ... il est temps ... de se réveiller ... Mon coeur ... beaucoup de tâches nous attendent ... la liste est longue ... murmure-t- elle, ses lèvres vermeilles contre sa bouche sensuelle sans relâche toujours plus câline, plus tendre ... Même si je préférerais ... passer cette journée ... au creux des tes bras ... à t'aimer ... Debout mon amour ...


Calyth Montivelle, Pilote / Janalya Hermontrick, Maître armurier / Ylaria Desnolancès, Cultivatrice


Avatar de Thélou / Sign d'Aza
Merciiiii !

avatar

On m'appelle Yannick Saule


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Midel Heim
MON AGE : 26 ans
Masculin
MESSAGES : 779
AGE : 46
INSCRIT LE : 19/10/2011
PSEUDO HABITUEL : Promor le Facétieux, Raffaella Palder, Tibor Keiron, Janos Leawen
Joyaux : 0
Posté dans Re: [HOT] Manoir de Yannick Saule   - Sam 21 Jan 2012 - 6:34


Par Vama, ce qu'il les aime ces lèvres, qui, tels de légers pétales de roses acheminés par le vent, se posent délicatement sur chaque pore de son visage, puis, s'enhardissant, gredines et tendres, viennent taquiner sa bouche mi-close. A coquin, coquin et demi, Yannick savoure, Yannick ne bronche pas, il laisse se prolonger ces doux effleurements, s'obstinant à garder les yeux fermés, serrant discrètement les poings sous les coussins pour ne pas sourire trop tôt. Pourtant, lorsque la puce lui rappelle tous leurs projets pour la journée, le jeune homme doit bien se résoudre à ouvrir les paupières. Lui aussi apprécierait de rester là, à bécoter la sylphide jusqu'au retour de la nuit suivante, à grignoter tendrement ses petits seins qui se sont échappés de la chemise et pèsent délicieusement contre son torse nu, mais le joli farfadet aux cheveux de neige a raison : ils se sont assignés de multiples tâches, de la plus haute importance, puisqu'il s'agit notamment de surveiller l'horrible bande de Daran et Raffaella Palder, afin de trouver un moyen de leurs faire payer toutes leurs magouilles et tous leurs crimes.

Ce qui n'interdit pas un dernier baiser avant de prendre la route. Un dernier qui n'est pas vraiment le dernier. Un dernier qui précède les suivants, qui eux-mêmes en précèdent d'autres. Yannick éprouve bien du mal à se raisonner, à interrompre les caresses qu'ils s'échangent, enlacés dans le vieux fauteuil, face à la cheminée qui protège les ultimes braises qui ont résisté à la nuit. Après une dernière escarmouche de leurs langues, qui se nouent et s'entortillent jusqu'à les essouffler et les faire rire aux éclats, la frêle brindille et la brebis galeuse se détachent à regret l'un de l'autre.

Leurs préparatifs sont rapides. Ils dévorent quelques galettes précieusement conservées dans une boîte hermétique, puis s'habillent en hâte. Les vêtements sombres de la puce sont propres et secs depuis bien longtemps, ils les avaient même oubliés au coin de l'âtre depuis son arrivée au manoir. Ton uniforme de voleuse te va à ravir, mon trésor ... proclame Yannick en souriant de toutes ses dents, ajoutant cependant après un instant de réflexion ... Même si c'est nue que je te préfère, mon ange !

La puce enfile ses cuissardes de cuir noir, qui allongent sa silhouette gracile, et Yannick fait de même, avec ses bottes de cavalier. Les voilà parés pour prendre la direction de Midel-Heim. Le chemin le plus court pour aller d'un point à un autre étant la ligne droite, le jeune homme emmène sa compagne à travers les couloirs obscurs du manoir, puis pousse une porte dérobée menant droit aux écuries. Le terme d'écurie est un peu pompeux, la toiture est lézardée, le sol est détrempé, mais l'unique monture occupe un box bien au sec. Yannick lui caresse gentiment les naseaux, et le selle tout en lui parlant comme à un vieux camarade. Je t'ai un peu négligé, mon ami, mais nous partons en balade ! Tu vois la mignonne à mon bras, elle ne pèse pas plus qu'une poignée de paille, tu ne la sentiras même pas sur ton dos. Tu vas pouvoir galoper tout ton saoul, vieux chenapan !

Le jeune Saule se tourne vers son bel écureuil, lui tapote les fesses en riant pour l'encourager à monter en selle, mais il s'installe le premier et la hisse devant lui, en amazone, tout contre l'encolure de l'étalon. Empoignant les rênes, il entoure la puce de ses bras, profite lâchement de la situation pour lui mordiller les joues, puis pousse un grand cri, et leur monture démarre au trot, sautant les flaques et les ravines creusées par la pluie dans les sentiers menant à la ville.




avatar

On m'appelle Angélyne Montaigu


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Midel-Heim
MON AGE : 20 ans
Féminin
MESSAGES : 907
AGE : 46
INSCRIT LE : 19/10/2011
PSEUDO HABITUEL : /
Joyaux : 0
http://www.ile-joyaux.com/t287-angelyne-montaigu#top
Posté dans Re: [HOT] Manoir de Yannick Saule   - Dim 19 Fév 2012 - 9:15

De retour au Manoir, suite de l'arbre maison d'Angélyne ...

Dans l'aube laiteuse, qui inonde la chambre de ses lueurs ivoire, retentit un cri horrible qui éveille Angélyne en sursaut. Un cri rauque, de peur et d'agonie mêlées qui lui glace les sangs … Et elle réalise que c'est Yannick qui se débat dans un terrible cauchemar et la repousse à plusieurs reprises, mais elle réussit, enfin, à l'attraper aux épaules et essaie de l'extirper de son mauvais rêve, en le secouant de toutes ses forces.

- Yannick, Yannick, réveille -toi, ce n'est qu'un rêve, je suis là, réveille toi, mon cœur, je suis là ! l'appelle-t-elle, un peu effrayée par l'ampleur de son angoisse, car lorsqu'il ouvre enfin les yeux, ils sont si emplis d'effroi, qu'il met du temps à la voir, et à s'éveiller tout à fait. Je suis désolée de t'avoir parlé de mes craintes sur les Palder, cette nuit, elles ont envahi ton sommeil, mon pauvre amour … s'excuse-t-elle, en l'embrassant tendrement, caressant son visage décomposé, qui finit par s'éclairer d'un faible sourire. Elle l'écoute évacuer son songe cauchemardesque, qui l'a vraiment perturbé, en le câlinant doucement, espérant apaiser ainsi ses réminiscences troublantes et effrayantes.

Rassurée de le voir reprendre peu à peu contenance, et plaisanter à nouveau, la jeune femme ajoute pêle-mêle, quelques affaires au baluchon qu'elle avait préparé la veille, tout en s'habillant pour retourner au Manoir. Elle rassemble les parchemins, si compromettants pour ses ennemis, et les cache au fond de son bagage. Elle enfile rapidement, sur une légère chemise blanche à bretelles, un gilet cintré, de velours noir aux parements assortis à sa longue jupe culotte gris perle. Elle n'a plus qu'à retrouver ses bottes et elle sera prête à quitter sa maisonnette …

Lestement, les deux amoureux dévalent, main dans la main, les ponts, passerelles et échelles qui les ramènent au sol, où ils découvrent que la brave monture de Yannick a bien profité de sa nuit de repos. Une fois sellé, Yannick hisse Angélyne en amazone, tout contre lui, et ils quittent tranquillement, Midel-Heim, dans les lueurs dorées du soleil flamboyant qui se lève sur la ville. Le chemin herbeux s'ouvre devant eux, et ils s'y engagent, au trot, tout en devisant, et se taquinant, comme les deux garnements qu'ils deviennent dès qu'ils sont ensemble, dans les bras l'un de l'autre …

***
Le Manoir Saule se découpe soudain à l'horizon, ceinturé par les grands arbres de la forêt, et sous le soleil, la vieille demeure semble moins décrépie, que sous la pluie battante. Les vastes jardins, envahis par de hautes herbes, se parent élégamment, des couleurs vives des fleurs des champs. Ils dépassent les hautes grilles de fer forgé, entachées de rouille, et contournent la bâtisse pour rejoindre les écuries, le vieux cheval ayant bien mérité de se reposer après cette longue chevauchée. Les deux amants enlacés regagnent ensuite, lentement, la porte principale, ils échangent de nombreux baisers avant de pousser les grands battants de bois, ternis par les ans et les pluies, et de pénétrer dans le grand hall vide, en chahutant.

- Il faudra penser à réparer la porte que j'ai cassée, mon cœur, et vérifier toutes les serrures, même si les Palder ne savent pas où nous trouver, il est inutile de laisser ta maison, à tous les vents … déclare-t-elle pensive, accrochée à son bras, elle dépose son sac, sur la dernière console, un peu branlante, du couloir. Tu as une idée de l'endroit où nous pouvons dissimuler ces documents ? Dans une aussi grande demeure, tu as forcément des cachettes à revendre, non? l'interroge-t-elle, en fourrageant dans son baluchon et extrayant le précieux rouleau ...


Calyth Montivelle, Pilote / Janalya Hermontrick, Maître armurier / Ylaria Desnolancès, Cultivatrice


Avatar de Thélou / Sign d'Aza
Merciiiii !

avatar

On m'appelle Yannick Saule


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Midel Heim
MON AGE : 26 ans
Masculin
MESSAGES : 779
AGE : 46
INSCRIT LE : 19/10/2011
PSEUDO HABITUEL : Promor le Facétieux, Raffaella Palder, Tibor Keiron, Janos Leawen
Joyaux : 0
Posté dans Re: [HOT] Manoir de Yannick Saule   - Mar 21 Fév 2012 - 4:40


Les sentiers traversant la forêt de Midel-Heim n'ont plus aucun secret pour la brebis galeuse des Saule, qui les parcourait presque quotidiennement avant l'irruption si soudaine de la puce dans sa vie. Yannick s'y adonnait à un de ses passe-temps favoris, la chasse, un passe-temps qui lui permettait de remplir sa marmite sans délier les cordons de sa maigre bourse. Dès lors, il est chez lui au cœur de ces allées ombragées, il en maîtrise chaque ondulation, chaque protubérance, et, crinières au vent, le cheval, l'amazone et le cavalier arrivent rapidement en vue du manoir, qu'un discret rayon de soleil suffit à rendre moins sinistre, moins glauque. Les amants se hâtent de reconduire leur monture dans son box, de le nourrir en abondance, puis ils réintègrent le manoir en s'asticotant comme deux chenapans et en se bécotant comme si leur vie en dépendait.

La réalité les rejoint cependant bientôt ! Une cachette ! Voilà l'absolue priorité ! Une cachette pour les documents dérobés à cette canaille de Daran Palder, ce qui est d'autant plus impératif que la vieille demeure est à présent ouverte à tous les vents, depuis qu'un mignon farfadet a pulvérisé la porte menant vers l'arrière du jardin.

Les recoins sont nombreux dans le bâtiment, mais la plupart des pièces sont insalubres, et un dossier établissant la culpabilité des escrocs requiert une planque sûre, où il ne subira pas les assauts de l'humidité malsaine qui ronge les murs, et où il résistera à une fouille consciencieuse d'éventuels fouineurs. Ils n'ont pas pris tous ces risques pour se le faire barboter par le premier malandrin venu !

- Tu as raison, mon joli poussin, le manoir est vaste, mais je pense que la pièce la mieux appropriée pour y dissimuler ces documents est la salle d'armes. Elle est en parfait état et nos papiers n'y seront pas abîmés. Et nous en profiterons pour réaliser quelques exercices d'escrime, mon cœur. Je t'apprendrai quelques astuces, quelques parades et quelques attaques. Tu es vive et agile, tu progresseras vite. Au bout de trois ou quatre séances, tu seras de taille à te défendre contre un agresseur. Allons-y, ma libellule ...

Ils poussent la porte de la salle, réservée depuis toujours aux bretteurs et aux fines lames qui fréquentaient le domaine. Cette pièce saine et spacieuse est l'ultime témoignage d'une époque glorieuse et fastueuse, aujourd'hui révolue, bien entendu, mais elle abrite toujours un vaste assortiment d'armes et d'accessoires divers, que Yannick a entretenus par amour de l'escrime, et par respect d'une tradition ancestrale qu'il chérit encore au fond de lui. Le jeune gentilhomme contemple un instant chaque meuble et chaque ornement installé dans cette salle, cherchant la cachette idéale, puis il hoche la tête en souriant.

- Viens mon ange, dissimulons ce dossier dans le heaume de cette armure, fixée contre le mur. Je me souviens ... Quand j'étais encore un môme, mon père y cachait ses meilleures bouteilles, celles qu'il ne partageait qu'avec ses amis les plus fidèles, et jamais personne n'a touché à ce casque ... Yannick se fend d'une révérence devant la cuirasse scintillante, puis soulève la partie supérieure du heaume en riant ... Permettez-moi, Messire, d'utiliser un de vos accessoires pour y cacher ceci ! Et surtout ne le répétez à personne, sinon je vous jette dans les oubliettes ! Voilà ! Vous pouvez vous rendormir pour un siècle ou deux, à présent, Monseigneur ... conclut le jeune homme en refermant la carapace aux yeux vides abritant désormais les précieux secrets de Daran Palder ... La cachette te convient, mon lapin ? Tu es prête pour ta première leçon, maintenant ? Suis-moi !

Le gentilhomme soulève le couvercle d'un énorme bahut de bois verni, orné de ferrures et d'anciennes armoiries, et en retire deux fleurets à lame flexible et non tranchante, dont les extrémités sont garnies d'une protection de cuir. Tu vois, mon trésor, ce sont des fleurets mouchetés, cette gaine épaisse qui tient lieu de pointe empêchera qu'on se transperce la couenne. Pas de danger que j'abîme ton petit corps de rêve, ma chérie ... poursuit-il en souriant et en se penchant sur la puce pour l'embrasser doucement. Suis-moi au centre de la pièce, entre les colonnades, mon ange, et confie moi ton bras, celui qui tient l'arme.

Yannick se place face à la puce, une main posée sur sa hanche fragile, et l'autre lui tenant le poignet et lui faisant décrire quelques arabesques du bout de la lame d'acier. C'est parfait, mon amour, tu ferais peur à un régiment entier ! Fléchis les jambes à présent, imagine un adversaire devant toi, et ne te présente pas de face mais de profil pour lui offrir un minimum de possibilité de te toucher. Très bien ! affirme t-il pour encourager la sylphide qui respecte parfaitement les consignes. Vas-y mon cœur, tends le bras, c'est Daran Palder que tu as en face de toi, transperce lui la bedaine, n'aie pas de pitié !

Les yeux fixés sur les attitudes de sa compagne, décortiquant et commentant chacun de ses mouvements, Yannick a reculé d'un pas, enthousiasmé par la belle qui ne ménage pas ses efforts et pourfend tout le clan Palder avec fougue et beaucoup d'élégance. Il ramasse ensuite le second fleuret, identique à celui d'Angélyne, et se campe juste devant elle. En garde, ma sauterelle, à nous deux maintenant ! ... lui propose t-il en lui offrant un large sourire.




avatar

On m'appelle Raffaella Palder


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Midel Heim et Sant Poséinos
MON AGE : 28 ans
Féminin
MESSAGES : 123
AGE : 46
INSCRIT LE : 03/01/2012
PSEUDO HABITUEL : Yannick Saule, Promor le Facétieux, Tibor Keiron, Janos Leawen
Joyaux : 0
Posté dans Re: [HOT] Manoir de Yannick Saule   - Ven 24 Fév 2012 - 6:38



Suite du rp dans les arbres-maisons.



Non, l'apparence de Raffaella Palder n'a pas changé d'un iota. Comme à son habitude, elle est pimpante, élégante, vêtue cette fois d'une tenue de cuir sombre et de bottes de peau marron foncé de cavalière. Seuls ses yeux brillent d'une lueur particulière, farouche et implacable, alors qu'elle attache résolument sa monture à l'abri des taillis, pour se faufiler ensuite le long des murailles lépreuses du manoir de Yannick Saule.

Après avoir informé sa mère, Greta, du vol de ce dossier contenant toutes les précisions relatives à leurs malversations, la meurtrière n'a pu maîtriser son impatience. Se fiant à son instinct de redoutable prédatrice, elle s'est ruée vers la propriété de son ancien amant, convaincue d'y trouver la trace de cette gourgandine d'Angélyne Montaigu ou, à défaut, une piste pouvant la mener aux précieux documents dérobés.

L'état déplorable de la bâtisse ne la surprend qu'à moitié. Raffaella a suivi de loin la déchéance du jeune libertin, et elle n'ignore pas qu'il est complètement ruiné, assiégé par une meute d'usuriers et d'affameurs aussi opiniâtres et obstinés qu'une rage de dent, qu'elle a d'ailleurs encouragés et soudoyés dès que l'occasion se présentait. Avec précaution, elle se glisse sous les fenêtres sales du rez-de-chaussée, les sens en éveil, appréciant plus que tout ces moments bénis où Messaline se métamorphose en Diane chasseresse, à l’affût d'une proie.

Soudain, des voix ! A travers un carreau fendillé, Raffaella les perçoit nettement. A ces phrases plutôt affectueuses et taquines, succède tout-à-coup le cliquetis léger de deux lames. Un duel ? Elle se rappelle que Yannick est un bretteur plus qu'acceptable, et ne peut s'empêcher de lever prudemment le nez. A travers les vitres malpropres, qui la dissimulent efficacement, elle distingue les deux adversaires. Non, en y regardant mieux, il n'y a là aucun affrontement véritable entre les deux silhouettes qu'elle a rapidement identifiées. La plus chétive est cette niaise d'Angélyne, et l'autre, bien entendu, celle du propriétaire de cette bâtisse en ruines. Le Bellâtre apprend simplement quelques notions d'escrime à sa nouvelle maîtresse, l'oie blanche. Tout en joutant paisiblement, ces deux ahuris caquettent et roucoulent. Curieuse, intéressée, Raffaella tend l'oreille ...

avatar

On m'appelle Angélyne Montaigu


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Midel-Heim
MON AGE : 20 ans
Féminin
MESSAGES : 907
AGE : 46
INSCRIT LE : 19/10/2011
PSEUDO HABITUEL : /
Joyaux : 0
http://www.ile-joyaux.com/t287-angelyne-montaigu#top
Posté dans Re: [HOT] Manoir de Yannick Saule   - Ven 24 Fév 2012 - 13:59

Leurs précieuses preuves sont, à présent, au secret, sous bonne garde. L,'armure ancienne, choisie par Yannick, est une cachette sûre et Angélyne apprécie, avec un sourire entendu, l'ironie de la situation : c'est un seigneur du passé qui détient les clés de leur avenir ! Elle acquiesce, ravie, suivant le jeune homme vers le grand coffre ouvragé qu'elle avait remarqué la dernière fois, pour la richesse et la finesse des ornements. Il renferme des fleurets mouchetés, armes d'entraînement de prédilection de toutes les salles d'armes.

- Ta cache est parfaite, mon amour, et je suis impatiente de prendre cette première leçon d'escrime. Elle dégrafe et retire sa veste, puis la jette sur les tapis, tout en écoutant avec attention, les explications de son amant, entre deux baisers. Et lorsqu'il arme son bras d'un fleuret moucheté, elle se plie à toutes ses recommandations, appliquant ses instructions littéralement, craignant de le blesser, si elle fait une mauvaise manœuvre ... - J'ai vraiment l'air stupide à mouliner dans le vide, comme ça, trésor, mais c'est vrai que ça défoule, je peux toujours pourfendre les Palder invisibles ... Cependant je t'assure ... que cette garce de Raffy est une fine lame ... sûrement aussi douée que toi ... et j'aurais fort peu de chances de la battre sur ce terrain ... dit-elle, en riant, essoufflée, les joues rosies par l'effort. Elle avait un excellent professeur d'escrime, elle a fini dans son lit, comme tu t'en doutes ... Attentive, elle rectifie ses gestes lorsque sa position n'est pas adéquate, suivant les conseils de son mentor attentionné, à la lettre.

Et bientôt, elle prend de l'assurance, fouettant l'air devant elle, de la pointe de son fleuret, enchaînant les différentes positions d'attaque et de défense que lui indique Yannick, si bien qu'au bout d'un moment il finit par la défier, et se présente face à elle, sur l'allée dédiée aux combats.

- En garde ? Tu es sûr, mon cœur, que je ne risque pas de te blesser ? Attaquer et fendre l'air ne me dérange pas mais je ne voudrais pas te faire de mal, mon ange, proteste-elle, inquiète. Et je crois que j'ai besoin d'encouragements, avant d'entamer un duel contre un bretteur chevronné comme toi, minaude-t-elle, s'approchant de son compagnon de jeux, elle se hisse jusqu'à ses lèvres pour lui voler un baiser lèger. Puis elle recule, prestement, hors de sa portée, agile, elle se met en garde, croisant le fer de l'arme de Yannick. En garde, mon amour, et prends garde à toi ! le taquine-t-elle, plaçant sa première attaque, et enchaînant vaille que vaille, les attaques et les parades acquises depuis le début de la leçon.

Les épées ferraillent, les assauts se font plus précis, les esquives plus rapides, les deux amants croisent le fer, profitant des pauses pour se taquiner amoureusement, mais s'exerçant sérieusement, aussi longtemps que leur énergie le leur permet. Puis Angélyne épuisée, se laisse tomber sur les tapis, théâtre d'une joute plus sensuelle la veille. De fines mèches de ses longs cheveux de neige, collent à son front en sueur. Elle ne sent plus les muscles de ses bras maltraités, par les ripostes de son tendre adversaire.

- Je demande grâce, trésor, je n'en peux plus ! Tu es increvable, dis-moi ! s'exclame-t-elle en riant ...


Calyth Montivelle, Pilote / Janalya Hermontrick, Maître armurier / Ylaria Desnolancès, Cultivatrice


Avatar de Thélou / Sign d'Aza
Merciiiii !

avatar

On m'appelle Yannick Saule


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Midel Heim
MON AGE : 26 ans
Masculin
MESSAGES : 779
AGE : 46
INSCRIT LE : 19/10/2011
PSEUDO HABITUEL : Promor le Facétieux, Raffaella Palder, Tibor Keiron, Janos Leawen
Joyaux : 0
Posté dans Re: [HOT] Manoir de Yannick Saule   - Sam 25 Fév 2012 - 6:27


La gambette fléchie avec grâce, le mollet menu mais ferme d'une ballerine, le poignet tendu vers l'avant comme pour embrocher le monde entier, le regard fier de celle qui n'a peur de personne, la puce applique parfaitement les consignes de son amant et professeur. La mignonne est vive et agile comme un petit écureuil, ce qui lui permet d'éviter les attaques, pas bien méchantes, il est vrai, de son compagnon, qui ne désire nullement la pousser dans ses derniers retranchements dès la première leçon, et qui maîtrise de son mieux la violence des impacts. Le style d'Angélyne est un peu atypique, un peu désordonné, en raison de son inexpérience, et il réclame à la belle une débauche d'énergie considérable, mais leur joute amicale se prolonge pourtant, ponctuée par de longs baisers sensuels, lorsque leurs corps se frôlent et que leurs lames s'épousent et se neutralisent. Un tendre contact qu'ils éternisent volontairement les fait sourire, mais ils se repoussent délicatement et reprennent leurs escarmouches avec beaucoup d'application.

La mignonne faiblit pourtant peu-à-peu, et soudain elle capitule et se laisse glisser sur le tapis en riant, à bout de forces. Yannick fait de même, les bras engourdis également, et il attire la sylphide sur ses genoux en la mangeant des yeux. Oh non mon cœur, je ne suis pas increvable ! Je me sens même plutôt rouillé et ce petit combat me sied à ravir ! D'ailleurs tu te défends très bien, ma chérie. Tu es douée. Mais il faudra encore quelques leçons supplémentaires pour que tu puisses rivaliser avec de véritables bretteurs. Quand à cette maudite Raffaella, je me rappelle en effet qu'elle était intéressée par le maniement des armes, et ce que tu me racontes à son sujet ne m'étonne pas vraiment ! C'est parfaitement son style de récompenser un maître d'armes en l'attirant dans son lit et en le payant en nature. Cette catin utilise toutes les ruses possibles pour arriver à ses fins, et sans bourse délier, de préférence.

Il caresse du bout des doigts le front un peu mouillé de son joli lutin, remet de l'ordre dans sa chevelure de neige, puis bécote doucement ses épaules nues. Après quelques instants de réflexion, il déclare soudain : A présent que les documents accablant les Palder sont en lieu sûr, je me sens plus tranquille ! Ici nous ne craignons rien, personne ne sait que nous nous aimons, et nous avons le temps de préparer notre revanche ! Tout-à-l'heure, j'irai calmer un des vautours à qui je dois quelques centaines de galons et qui me rend la vie impossible depuis quelques semaines ! Et tout ça grâce à l'argent que tu m'as donné, mon bel ange, mais que je te rendrai au centuple dès que j'en aurai la possibilité ! J'y tiens absolument, mon cœur, il n'est pas question que je profite ainsi de toi ! Je te dois déjà tellement de choses ... Ton amour et ta présence sont des trésors inestimables ...

Le jeune gentilhomme retourne à ses occupations préférées, c'est-à-dire qu'il cherche les lèvres de sa compagne, l'embrasse longuement, tandis que ses doigts sculptent ses hanches minces et sa poitrine menue. Le temps suspend sa course. Mais tout-à-coup Yannick s'écarte de la puce en riant, puis il se redresse d'un bond. Allez, au boulot, mon ange ! Je veux faire de toi un vaillant petit soldat ! Que dirais-tu d'aller tirer quelques flèches, ou quelques carreaux d'arbalète, au bout du jardin, sous les arbres, à présent que le soleil semble montrer le bout de son nez ? Ce sera moins éprouvant que le fleuret pour une petite chose aussi délicate que toi ! Viens, il doit y avoir des cibles de bois dans une des armoires du fond, et de quoi les fixer à un tronc ! Tu cherches avec moi, mon joli poussin ?




avatar

On m'appelle Raffaella Palder


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Midel Heim et Sant Poséinos
MON AGE : 28 ans
Féminin
MESSAGES : 123
AGE : 46
INSCRIT LE : 03/01/2012
PSEUDO HABITUEL : Yannick Saule, Promor le Facétieux, Tibor Keiron, Janos Leawen
Joyaux : 0
Posté dans Re: [HOT] Manoir de Yannick Saule   - Dim 26 Fév 2012 - 10:01


Sa longue expérience le lui a confirmé, fureter s'avère souvent judicieux et efficace. Laisser traîner une oreille indiscrète permet de récolter de précieux renseignements, et c'est encore le cas aujourd'hui, car les deux nigauds qui se tripotent de l'autre côté du mur s'imaginent qu'ils sont hors de danger, et ils ont la langue trop bien pendue. Profitez-en bien, mes agneaux, à présent que j'ai retrouvé l'oie blanche, je ne vous lâcherai plus ! Profitez-en avant que la foudre ne s'abatte sur vous !

Accroupie sous la fenêtre, Raffaella jubile. Son instinct ne l'a pas trahie, cette initiative de venir espionner la vieille demeure des Saule était excellente. En quelques minutes seulement, elle a obtenu la confirmation espérée : les documents dérobés à son oncle sont bien en la possession de ces deux crétins qui les ont dissimulés dans un des recoins de ce manoir délabré. Bien-sûr elle ne les a pas entendu citer l'endroit exact, mais sa patience sera récompensée, elle en est convaincue. Le fait que ce dossier soit caché là la rassure : ces deux idiots ne se sont pas précipités dans les bureaux de la milice pour y déposer ces preuves accablantes.

Réalisant que le Bellâtre envisage de quitter le manoir pour aller éponger quelques dettes auprès d'un des rapaces qui le harcèlent, elle jette un nouveau coup d’œil à travers les carreaux poisseux et piquetés de rouille. Le départ du jeune gentilhomme lui ouvre de nouveaux horizons. En effet, Angélyne restera seule au manoir, pas longtemps sans doute, mais suffisamment pour que Raffaella puisse la surprendre et l'obliger à lui révéler l'emplacement précis de la cachette. Patience, cependant, car les deux tourtereaux ont décidé d'aller tirer quelques flèches et quelques traits d'arbalète à l'autre bout de la propriété, sous les arbres qui envahissent le jardin.

Voilà sans doute une excellente occasion pour elle de pénétrer dans le manoir, de fourrer son nez partout, et peut-être de tendre un piège à la demi-portion. Attendant le moment propice, Raffaella se déplace telle un félin sous la fenêtre suivante, s'efforçant de ne pas perdre des yeux ses deux adversaires, et de ne rien manquer de leurs préparatifs.

avatar

On m'appelle Angélyne Montaigu


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Midel-Heim
MON AGE : 20 ans
Féminin
MESSAGES : 907
AGE : 46
INSCRIT LE : 19/10/2011
PSEUDO HABITUEL : /
Joyaux : 0
http://www.ile-joyaux.com/t287-angelyne-montaigu#top
Posté dans Re: [HOT] Manoir de Yannick Saule   - Mar 28 Fév 2012 - 3:42

Que ces pauses tendres sont délicieuses ! Adorable Yannick, ses lèvres sensuelles, ses prunelles aux nuances chaudes de l'automne, ses mains câlines, la font chavirer, l'enflamment à chaque fois qu'elles l'embrassent, l'effleurent, la caressent si divinement. Au diable ces ordures de Palder et compagnie, elle veut savourer chaque minute de ce bonheur parfait au creux des bras de son merveilleux amant. Elle se serre contre lui, contre ce corps qui épouse si parfaitement le sien et vibre au diapason de ses baisers, qu'elle lui rend avec enthousiasme.

- Tu ne me dois rien, mon cœur, bien au contraire, proteste-elle gentiment. C'est moi qui te dois beaucoup, à commencer par une porte ! Tu m'as rendu à la vie en m'offrant ton amour, je ne croyais plus en rien si ce n'est la vengeance, et toi tu m'as offert ton cœur, et un bonheur sans pareil. C'est aussi grâce à toi que nous avons récupéré le dossier de Daran. Je t'aime Yannick Saule, merci pour tous ces moments exquis passés et à venir !

Angélyne ponctue sa tirade d'une myriade de baisers, et les taquineries reprennent le dessus, Yannick se redresse et l'entraîne avec lui pour une nouvelle étape de son « entraînement » : le tir à l'arc ou à l'arbalète ! Le tout est de mettre la main sur les cibles qui doivent être rangées quelque part dans la salle d'armes, et les voilà ouvrant toutes les portes, tous les coffres avant qu'Angélyne ne s'écrie : - Je les ai ! Combien nous en faut-il, trésor ? Une pour deux ou une chacun ? Et je crois que je préférerais l'arc, mon ange, l'arbalète me semble bien trop complexe pour moi !

Elle extrait du vieux bahut sur lequel elle était penchée, un fin panneau de bois sur lequel sont peints des cercles concentriques, bicolores, piquetés d'anciennes marques de flèches. Puis ils s'empressent de glisser sur leur épaule, un des arcs suspendus près de la grande porte, et un carquois rempli de flèches empennées de plumes multicolores. Ils quittent ensuite, la salle d'armes pour se rendre dans le jardin, empruntant l'ouverture béante du salon, donnant sur l'arrière du manoir.
Une allée pavée, envahie par la mousse et les mauvaises herbes, les conduit jusqu'à une prairie dégagée, l'aire de tir, où de vieux tréteaux délabrés, vestiges de la splendeur d'antan de la vieille demeure, attendent désespérément que des archers viennent les sortir de leur sommeil forcé. Alors que Yannick s'éloigne avec la cible, Angélyne pose son carquois sur le sol, et examine l'arc. Dubitative, elle le fait tourner entre ses mains fines, jouant avec la corde tendue, parviendra-t-elle à la bander suffisamment pour envoyer une flèche aussi loin ?


Calyth Montivelle, Pilote / Janalya Hermontrick, Maître armurier / Ylaria Desnolancès, Cultivatrice


Avatar de Thélou / Sign d'Aza
Merciiiii !

avatar

On m'appelle Yannick Saule


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Midel Heim
MON AGE : 26 ans
Masculin
MESSAGES : 779
AGE : 46
INSCRIT LE : 19/10/2011
PSEUDO HABITUEL : Promor le Facétieux, Raffaella Palder, Tibor Keiron, Janos Leawen
Joyaux : 0
Posté dans Re: [HOT] Manoir de Yannick Saule   - Mar 28 Fév 2012 - 10:01


Quinze pas ... Non, vingt pas ... Mais pas plus. C'est déjà pas mal pour le premier essai de la puce, se dit Yannick en suspendant la cible au tronc noueux d'un chêne aussi vieux que le manoir, et que le hasard a planté là, au bout de la prairie. Du bout des doigts, il vérifie la stabilité du panneau peint ... voilà ... parfait ... puis il se tourne vers la sylphide, surprenant sa mine perplexe. La belle semble préoccupée par la tension de la corde de l'arc, qu'elle tâte et manipule avec embarras. Un sourire tendre et radieux s'affiche sur le visage du gentilhomme, qui rejoint sa compagne d'un pas rapide. Il pose les mains sur les épaules frêles de la brindille aux cheveux de neige, et s'emploie à la rassurer aussitôt, et à l'encourager.

- Tu vas y arriver sans mal, mon ange ! Ça n'a rien de sorcier ! L'arbalète est d'une utilisation délicate, c'est vrai, mais le tir l'arc ne réclame pas beaucoup de force, plutôt de la concentration et une excellente maîtrise de soi. Laisse moi te guider, mon trésor, je vais t'indiquer la position idéale.

Yannick se campe juste derrière sa menue princesse, ne résistant pas à l'envie de l'entourer de ses bras et de lui mordiller doucement la nuque, qu'il a libérée, d'un souffle léger, des cataractes blanches de sa chevelure, qui dévalent sur ses épaules nues. Allons-y, mon lapin ... On va répéter d'abord le mouvement, sans utiliser de flèche ... reprend-il en plaçant la puce face à la cible, et en souriant toujours. Tout d'abord tu te détends, tu ne penses pas à mes grosses mains qui rôdent près de tes petits seins ... Puis tu portes l'arc à hauteur de ton épaule, celle-ci ... ajoute t-il en la lui bécotant tendrement ... ... en tenant la corde entre ta deuxième et ta troisième phalange. Très bien ! Ensuite tu tends la corde jusqu'à ce qu'elle touche ton joli menton, celui que j'adore dévorer, puis tu vises légèrement au-dessus du centre de la cible. Et tu fermes un œil ... pas les deux, hein, mon amour, sinon tu vas rater l'arbre ... termine t-il en riant très fort ...

Le jeune homme se penche, et pêche une flèche dans le carquois, qu'il tend à la sylphide. Je pense que tu vas avoir besoin de ceci, mon doux papillon ... déclare t-il encore en lui adressant un clin d’œil gentiment moqueur. Bon, ne m'en tiens pas rigueur, mon ange, mais je recule d'un pas ou deux, on ne sait jamais ...




avatar

On m'appelle Angélyne Montaigu


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Midel-Heim
MON AGE : 20 ans
Féminin
MESSAGES : 907
AGE : 46
INSCRIT LE : 19/10/2011
PSEUDO HABITUEL : /
Joyaux : 0
http://www.ile-joyaux.com/t287-angelyne-montaigu#top
Posté dans Re: [HOT] Manoir de Yannick Saule   - Mer 29 Fév 2012 - 9:13

- Ta foi en moi me sidère, mon amour, mais avec un adorable et merveilleux professeur comme toi, il est vrai que j'ai envie d'apprendre et de m'améliorer dans toutes ces techniques de combat que je ne maîtrise absolument pas. Et puis si tu me récompenses d'un, non, de plusieurs baisers, ou câlins à chaque réussite, je risque d'être encore plus motivée ! s'esclaffe Angélyne, au centre du cercle tendre des bras de Yannick. Cependant, elle ne peut retenir les frissons qui courent sur la peau fine de sa nuque, sous ses doux baisers, mais elle tente de se concentrer sur ce que lui dit son compagnon enjôleur sur la manière de bien tenir cet arc.

Lentement elle lève son bras gauche à la hauteur de son épaule, face à la cible accrochée à une vingtaine de pas, puis elle place ses doigts sur la corde selon les consignes précises de Yannick, s'évertuant à oublier ses mains coquines qui l'effleurent délicatement, telles des papillons légers, semant un trouble infiniment doux. Enfin elle tend la corde à vide, en testant ainsi la tension, surprise d'y parvenir sans trop de difficulté, elle vise le blason sans trop y croire, puis recommence la manoeuvre en encochant sa flèche sous les taquineries affectueuses de Yannick.

- Moque toi, mon coeur ! La chance sourit aux débutants, qui sait, peut-être arriverais-je à mettre cette flèche dans la cible ? signale-t-elle, espiègle, tout en bandant l'arc et en visant consciencieusement le coeur de la cible, tant quà faire ! Et elle décoche sa flèche qui siffle vers le centre du blason et se fiche non loin, à la grande joie d'Angélyne qui pousse un cri de victoire et se jette dans les bras de Yannick.

- Regarde, regarde, s'écrie-t-elle joyeusement. Ma flèche est dans la cible, je n'en reviens pas ! Ce n'est pas si difficile ! Je peux recommencer ? Je suis sûre que je peux faire mieux ! Et peut-être même te battre ... dit-elle avec un sourire de défi. On fait un concours, à moins que tu n'aies peur que je gagne ? termine-t-elle en embrassant fougueusement ses lèvres si douces et brûlantes à la fois ...


Calyth Montivelle, Pilote / Janalya Hermontrick, Maître armurier / Ylaria Desnolancès, Cultivatrice


Avatar de Thélou / Sign d'Aza
Merciiiii !

avatar

On m'appelle Yannick Saule


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Midel Heim
MON AGE : 26 ans
Masculin
MESSAGES : 779
AGE : 46
INSCRIT LE : 19/10/2011
PSEUDO HABITUEL : Promor le Facétieux, Raffaella Palder, Tibor Keiron, Janos Leawen
Joyaux : 0
Posté dans Re: [HOT] Manoir de Yannick Saule   - Jeu 1 Mar 2012 - 5:28


Et zou ! En plein dans le mille ! Et pas seulement n'importe où dans la cible, non, la flèche tirée par le ravissant bout d'chou termine sa course à quelques pouces seulement du centre du panneau ! A vue de nez, le joli farfadet nous a au moins réussi un sept ou un huit ! Lequel d'entre les tourtereaux est le plus réjoui ? Est-ce la puce triomphante qui se jette dans les bras de son amant, ou l'échalas qui réceptionne de son mieux la frêle archère ? Qu'importe ! Le grand brun a enlacé l'amazone, il la tient par la taille, la soulève et la fait tourner joyeusement entre ciel et terre, encore et encore, jusqu'au vertige, jusqu'à ce que la prairie et les arbres deviennent flous et se mettent aussi à danser autour d'eux. Il la repose enfin dans l'herbe folle, et ils s'embrassent passionnément, étourdis par leurs tourbillons, les yeux embués par leurs larmes de rire.

Enflammée par son succès inattendu, la fine mouche s'enthousiasme pour cet exercice qu'elle craignait un peu, et la voici impatiente de recommencer ! Mieux même, la sylphide n'a peur de rien, et elle propose un petit tournoi à son compagnon. Hardiment. Diantre, mais c'est qu'elle est culottée, la gamine ! Et, bien entendu, l'idée de cet affectueux défi séduit le gentilhomme, même s'il a sans doute perdu un peu la main par suite du manque de pratique. Le tir à l'arc n'a pas réellement fait partie de ses priorités durant ces derniers mois. Son sport quotidien, c'était le poker, et il se préoccupait plus des carreaux du jeu de cartes que des carreaux d'arbalète. Cependant, le bougre est convaincu que sa belle ne flirtera pas avec le cœur de la cible à chacune de ses flèches. Une telle chance ne se répétera pas à chacun de ses essais, ou alors la puce est un peu sorcière ou magicienne.

Étrange ... Une étincelle malicieuse vient de naître dans les prunelles noisette du filou ... Et si ...

- Parfait mon bel écureuil ! Je relève le défi ! Trois flèches chacun, et je te laisse débuter puisque tu es si impatiente de renouveler ton exploit et de me donner une leçon, mon ange ! Mais ...  Il sourit largement, d'un air mystérieux, et il prend tout son temps, comme s'il cherchait à intriguer sa tourterelle, avant de poursuivre enfin : ... Mais on met un enjeu pour se motiver et pour intéresser la partie ... Par exemple le perdant exaucera tous les caprices du gagnant, il lui mijotera des petits plats, il lui préparera un bain parfumé, il lui fera tout un tas de choses coquines ... et je trouverai d'autres idées, mon ange ... Oseras-tu encore m'affronter dans ces conditions, mon trésor ? conclut-il en jubilant à l'avance, certain que la puce ne se dérobera pas, mais convaincu aussi qu'il la battra sans difficulté.

- A toi l'honneur, ma coquine ... énonce t-il en lui tendant trois flèches à l'empennage rouge vif, gardant pour lui les plumes grises et noires. Bonne chance, mon amour ... lui glisse t-il dans le creux de l'oreille, se postant à nouveau derrière elle, les doigts posés sur ses hanches de poupée, les yeux ostensiblement fixés sur la naissance de sa gorge, par-dessus son épaule. Le bougre n'agirait pas autrement s'il cherchait à déstabiliser sa princesse, mais il s'efforce de demeurer immobile pour ne pas qu'elle l'accuse de filouterie. C'est qu'il est rusé, le gaillard, lorsqu'il est question d'enjôler son joli lutin.

- C'est que je ne voudrais pas que tu te fasses du mal, mon tendre agneau ... ajoute t-il encore avec un aplomb remarquable ...





avatar

On m'appelle Angélyne Montaigu


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Midel-Heim
MON AGE : 20 ans
Féminin
MESSAGES : 907
AGE : 46
INSCRIT LE : 19/10/2011
PSEUDO HABITUEL : /
Joyaux : 0
http://www.ile-joyaux.com/t287-angelyne-montaigu#top
Posté dans Re: [HOT] Manoir de Yannick Saule   - Ven 2 Mar 2012 - 11:23

Un enjeu ? Pourquoi pas ?

Angélyne n'est pas dupe, c'est tout sourire qu'elle écoute Yannick lui expliquer l'enjeu en question. Peu importe sa nature, d'ailleurs, car il les satisfera tous les deux quelque soit le gagnant ou le perdant. Mais qu'il est bon de jouer comme des enfants insouciants se retrouvant en cachette pour faire des bêtises, elle avait oublié la saveur de ces doux moments. Alors elle se plonge dans le jeu coquin de Yannick avec bonheur, appréciant chaque seconde de ces instants légers et charmants, elle répond même du tac au tac à ses facéties affectueuses.

- Vais-je oser te défier sur ton propre terrain, mon ange ? Bien sûr, il n'y a pas plus douce victoire que celle que l'on attend pas ... répond-elle, faussement candide. J'adorerais combler tous tes caprices, tu t'en doutes, mais qui sait, tu seras peut-être obligé d'exaucer tous les miens, et ne t'inquiète pas, mon coeur, je ne manque pas d'idées, non plus ... Et puis je suis persuadée que si je suis à court, tu m'en souffleras bien une ou deux ... toutes aussi coquines que les miennes ! termine-t-elle, moqueuse, tout en battant des cils, puis elle éclate de son rire cristallin qui résonne joyeusement dans la prairie ensoleillée.

Les mains de Yannick se font caressantes sur ses hanches menues, ses regards chocolat pétillent de malice et d'amour, autant de raisons, d'excellentes raisons, de se laisser aller contre lui, de se déconcentrer ... C'est d'ailleurs ce que le voyou espère, mais il ne perd rien pour attendre ... Son tour viendra ! Elle se ressaisit et encoche la flèche à l'empennage d'un rouge feu aussi brûlant que la flamme qui brûle en elle, et qu'elle tente d'oblitérer tant bien que mal ...
Elle ferme ses yeux où se reflète le ciel pur qui les surplombe, et arme lentement son arc, essayant de faire le vide et de se souvenir du geste précis qu'elle a effectué pour obtenir un si bon résultat tout à l'heure. Elle est prête et rouvre ses yeux pour viser le centre du blason coloré.

Mais dix doigts coquins accentuent leur tendre pression sur ses hanches, ravivant le feu qui embrase le creux de ses reins. Et elle doit se faire violence pour ne pas se retourner et se jeter sur Yannick pour l'embrasser et se rouler dans l'herbe avec lui ...
Non ! Pas question ! La main ferme, l'oeil aiguisé, elle décoche sa flèche qui siffle à toute vitesse vers la cible, et se fiche non loin de la première mais réalisant un score inférieur ...

- SIx ! Pas six mal que ça ! s'écrie-t-elle jouant sur les mots. Voyons si le Maître peut mieux faire ... dit-elle, exécutant une petite révérence, et alors que Yannick se met en place, elle se glisse silencieusement à ses côtés, l'enlace à son tour, se collant à son dos, laissant ses mains caressantes s'égarer son torse. Puis jouant les séductrices, elle le frôle et s'insinue entre l'arc et le corps du jeune homme pour cueillir sur ses lèvres un baiser long et ardent, et enfin s'écarte, à regret, pour le laisser tirer à son tour ... A toi mon amour, lui murmure-t-elle doucement à l'oreille, la voix enrouée de désir ...



Calyth Montivelle, Pilote / Janalya Hermontrick, Maître armurier / Ylaria Desnolancès, Cultivatrice


Avatar de Thélou / Sign d'Aza
Merciiiii !

avatar

On m'appelle Yannick Saule


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Midel Heim
MON AGE : 26 ans
Masculin
MESSAGES : 779
AGE : 46
INSCRIT LE : 19/10/2011
PSEUDO HABITUEL : Promor le Facétieux, Raffaella Palder, Tibor Keiron, Janos Leawen
Joyaux : 0
Posté dans Re: [HOT] Manoir de Yannick Saule   - Sam 3 Mar 2012 - 13:42


- Rien que six ? ... s'exclame le grand brun, une lueur amusée dansant au fond de son regard noisette, qu'il plonge dans l'argent des prunelles de la puce. Es-tu réellement satisfaite de ce tir, mon bel écureuil ? Ou bien essaies-tu de m'impressionner ? Moi je serais plutôt d'avis que c'est une première contre-performance, mon poussin, et que tes mignons biceps ont déjà du mal à tendre la corde ! Ou alors c'est ta vue qui baisse, mon ange, et c'est assez inquiétant puisque que tu n'es encore qu'une enfant. Une enfant avec des formes très appétissantes ... ajoute t-il alors qu'elle le nargue et échappe à ses doigts après une révérence gracieuse, à la fois farfadet espiègle et solaire beauté.

Bien-sûr, il n'y a pas de réel enjeu, ce charmant duel se terminera par des caresses au coin du feu, et si Yannick, plus souriant que jamais, fait flèche de tout bois pour décontenancer sa compagne, la coquine manifeste un talent certain pour ce tendre jeu de la séduction. C'est à présent au tour du jeune gentilhomme de lorgner vers la cible, et l'adorable brindille déploie tous ses sortilèges pour désarçonner son amant. Diantre, qu'il est malaisé de viser le centre de ce panneau alors que la belle ensorceleuse presse ses petits seins dans le creux de son dos, alors que ses doigts menus voltigent sur sa peau, comme dix oiseaux-mouches lui butinant le cœur.

Un baiser interminable met fin à la divine torture, à la vertigineuse émotion. Yannick en avait presque oublié cette arme et cette flèche, cette cible et ce défi. Les oiseaux-mouches se sont pourtant envolés, et ses yeux retrouvent le présent, la prairie, l'arbre et le panneau de bois, même si son corps entier réclame les mains de sa princesse. Il ferme un instant les yeux, cherchant à retrouver un soupçon de sa concentration, de sa motivation. Oui, à moi, mon amour. Prépare-toi à t'émerveiller devant l'adresse de ton seigneur et maître. Il ne résiste pourtant pas à se pencher vers la puce et à l'embrasser doucement ... Je t'aime, vile tentatrice, mais ce soir ce sera à toi de cuisiner ... affirme t-il dans un sourire.

Pas un souffle de vent, le silence de la prairie, la sérénité de la forêt, à deux pas. Les conditions sont réunies pour un tir parfait. L'échalas à la tignasse brune se fige. Ses yeux fixent le centre de la cible, comme s'il pouvait, par sa seule volonté, imposer à la flèche de se planter là, dans le cercle au diamètre le plus étroit. Corde tendue, muscles tendus, et le trait s'envole en sifflant comme un serpent belliqueux. L'impact leur offre un choc sourd, l'empennage grisâtre de la flèche vibre un instant, et ... et ... Crotte, ce n'est qu'un Sept ! ... s'exclame Yannick, un brin penaud, mais qui se reprend très vite, dissimule sa déception, et taquine aussitôt la mignonne. Hé hé, c'est pas exceptionnel, mais suffisant pour prendre la tête, mon ange. C'est mon premier tir depuis des mois, le prochain sera époustouflant, tu verras, tu seras sciée ... ajoute t-il en lui tirant la langue.

- Allez, à toi maintenant, mon lapin ! Dis-moi, ça ne t'ennuie pas si je m'approche tout près de toi, mon trésor ? ... demande le filou d'un air malicieux, alors que ses longues mains encerclent déjà la taille menue de la puce, encombrée par son arc et ses flèches, et que ses yeux marrons fouillent ses iris gris perle. Un seul point d'avance, c'est un peu maigrichon, et Yannick attire la sylphide contre lui, cueillant ses lèvres du bout des siennes, comme on cueille un fruit mûr. Concentre-toi, mon amour ... lui conseille t-il, alors qu'il s'efforce de l'étourdir, de la noyer sous sa tendresse ...




avatar

On m'appelle Angélyne Montaigu


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Midel-Heim
MON AGE : 20 ans
Féminin
MESSAGES : 907
AGE : 46
INSCRIT LE : 19/10/2011
PSEUDO HABITUEL : /
Joyaux : 0
http://www.ile-joyaux.com/t287-angelyne-montaigu#top
Posté dans Re: [HOT] Manoir de Yannick Saule   - Mar 6 Mar 2012 - 10:46

Une flèche, un baiser ! Non ! Des baisers !

« Encore ! » a envie de crier Angélyne.

Ce tournoi n'est plus qu'un prétexte à se taquiner, s'embrasser, se câliner … Après avoir fait tout, ou presque, pour déconcentrer Yannick, c'est à son tour d'être la victime des tendres manœuvres du jeune homme. Manœuvres qui lui font complètement oublier son arc, et tout ce qui n'est pas son amant, bien plus passionnant, que tout le reste. Ses lèvres gourmandes, exigeantes, espiègles, la chavirent et Angélyne se délecte de ce jeu sensuel qui prend le pas sur le concours de tir à l'arc.
Se concentrer ? Pourquoi faire ? Ah oui ! Le tournoi !

- A mon tour, oui, murmure-t-elle, tout contre sa bouche tendre. Elle s'écarte lentement, très lentement de Yannick, ses petites mains traînent sur ses larges épaules, puis sur son torse musclé, elle s'appuie légèrement sur lui. A moi, enfin si tu m'en laisses l'occasion … Car tu joues, toi aussi, les vils tentateurs, mais j'adore ça ! Et tu le sais, mon ange, n'est-ce-pas ? dit-elle, clignant insolemment de l'oeil.

Elle se tourne enfin vers la cible, s'échappant des bras qui l'enlaçaient amoureusement, pour avoir une infime chance de parvenir à se concentrer sur le blason, accroché à vingt pas de là et qui attend sa prochaine flèche. Surveillant d'un œil, un Yannick au regard pétillant de malice, elle se place face à la cible et encoche son second trait. Elle arme de nouveau son arc, plissant son nez mutin, pour viser le disque écarlate au centre du blason de bois. Elle s'applique en y mettant tout son cœur, toute sa conviction, priant pour faire mieux que son amour de rival.

La flèche à l'empennage carmin, libérée de sa prison de corde et de bois, file prestement vers la cible, telle un rayon solaire flamboyant, victorieux et se plante avec un bruit sec à la lisière du cercle central au rouge passé par les ans. Angélyne pousse un cri de joie, de triomphe qui amène un sourire enfantin sur ses lèvres vermeilles. Lâchant arc et carquois, elle saute au cou de Yannick, enroulant ses jambes autour de sa taille, et l'embrasse fougueusement entre deux éclats de rire :

- Mon ange, je crois bien que ce soir, c'est toi qui va devoir nous préparer à manger ! Comment comptes-tu cette flèche à la limite des deux cercles ? s'écrie-t-elle, perchée dans les bras du jeune homme. Elle n'en revient pas d'avoir réussi à faire aussi bien ! En tirant sa première flèche, elle était persuadée qu'elle se perdrait dans la nature, et là, les trois sont plantées dans la cible, avec un score plus qu'honorable pour une frêle néophyte ! Elle laisse éclater sa joie, et dépose une myriade de baisers sur le visage de Yannick : - Je t'aime, mon cœur, que ça fait du bien de rire, de s'amuser ainsi ! Embrasse-moi encore et je te laisse tirer ta flèche !

Joignant le geste à la parole, elle scelle leurs bouches, pour un long baiser ardent, troublant, mais ne prolonge pas trop la douce torture et saute au sol, laissant Yannick se placer face à la cible, pour son prochain tir. Elle reste cependant près, tout près de lui, à le toucher, le frôler, toujours espiègle, et un brin provocatrice. Angélyne attend que son tendre compagnon soit prêt, bien calé sur des deux pieds, l'arc bandé, elle lui laisse l'opportunité de viser tranquillement. Et pendant qu'il s'applique à trouver le meilleur angle de tir, et qu'il va décocher sa flèche, elle sort silencieusement, l'une des siennes, aux plumes douces, couleur des coquelicots qui ploient sous la brise légère autour d'eux. Subrepticement, et à l'instant où la concentration de Yannick est à son apogée, elle caresse délicatement son oreille à l'aide de l'empennage cramoisi ...


Calyth Montivelle, Pilote / Janalya Hermontrick, Maître armurier / Ylaria Desnolancès, Cultivatrice


Avatar de Thélou / Sign d'Aza
Merciiiii !

avatar

On m'appelle Raffaella Palder


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Midel Heim et Sant Poséinos
MON AGE : 28 ans
Féminin
MESSAGES : 123
AGE : 46
INSCRIT LE : 03/01/2012
PSEUDO HABITUEL : Yannick Saule, Promor le Facétieux, Tibor Keiron, Janos Leawen
Joyaux : 0
Posté dans Re: [HOT] Manoir de Yannick Saule   - Mer 7 Mar 2012 - 7:49


La stupidité se paie cash, un jour ou l'autre. Voilà l'unique pensée qui monopolise l'esprit de Raffaella Palder, et inonde ses yeux gris d'une indicible cruauté. Depuis de longues minutes, son visage haineux s'est hissé subrepticement au-dessus des branches noueuses et souples d'un arbuste couvert de fleurs. Son corps de liane est parfaitement dissimulé, et, professionnelle jusqu'au bout de ses ongles peints, elle s'est placée de façon à ce que le soleil jette ses premiers feux par-dessus ses épaules, ce qui lui assure une totale invisibilité. Depuis cette position idéale, elle domine la prairie et tout particulièrement la zone où les deux ânes bâtés s'amusent à jouer aux archers. Elle ne perd aucun des gestes du Bellâtre et de la poupée aux cheveux de neige qui se pend à son cou à chaque occasion. Leurs explosions de rire et leurs effusions passionnées font naître un sourire sarcastique sur les lèvres pulpeuses de l'âme damnée de Daran Palder. Bientôt ces deux nigauds vont se rouler dans l'herbe et forniquer comme des animaux en rut, ce qui lui donne tout le loisir d'aller fureter entre les murs de ce manoir pourri qu'elle connaît comme sa poche, même si elle ne l'a fréquenté qu'au temps de sa splendeur.

A pas feutrés, le buste prudemment fléchi vers l'avant pour rester indécelable, Raffaella quitte l'abri des buissons et se coule vers la vieille bâtisse. Y entrer ne pose aucun souci, car, étrangement, la porte donnant sur le jardin a été pulvérisée par un événement mystérieux, et le propriétaire est, bien entendu, trop fauché pour la remplacer. Le délabrement du manoir est encore plus alarmant qu'elle ne l'imaginait. Les murs pleurent d'humidité, ce qui implique que les documents sont forcément dissimulés dans une des rares pièces saines et sèches, ce qui doit bien exister quelque part dans cet infâme labyrinthe.

La jeune femme aux cheveux châtains pousse quelques portes, puis pénètre dans la pièce où l'oie blanche et son amant se livraient bataille à grands coups de fleurets mouchetés lorsqu'elle est arrivée sous les vitres de la vieille demeure. Rapidement, nerveusement, elle explore les armoires où les armes sont rangées, prenant soin d'aller régulièrement jeter un coup d’œil par les fenêtres pour vérifier que le grand brun et sa dulcinée se dévorent toujours le museau sous les branches. Rien ! Ces armoires ne contiennent qu'un bric-à-brac d'épées, de sabres, d'arbalètes et autres joyeusetés du même acabit. Aucune trace des précieux documents. Ses prunelles aux reflets d'acier détaillent le reste de la salle d'armes, mais Raffaella ne distingue aucune autre cachette possible.

Sans se précipiter outre mesure, elle quitte la pièce et grimpe d'un pas léger les escaliers menant au premier étage. La chambre de Yannick est son prochain objectif. Cet idiot y a peut-être caché le dossier, pour l'avoir à portée de la main ...

avatar

On m'appelle Yannick Saule


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Midel Heim
MON AGE : 26 ans
Masculin
MESSAGES : 779
AGE : 46
INSCRIT LE : 19/10/2011
PSEUDO HABITUEL : Promor le Facétieux, Raffaella Palder, Tibor Keiron, Janos Leawen
Joyaux : 0
Posté dans Re: [HOT] Manoir de Yannick Saule   - Sam 10 Mar 2012 - 2:19


La gaieté du mignon farfadet est bougrement contagieuse. La puce est lumineuse. Le sait-elle que sa présence et sa joie anesthésient des années de galère ? Le sait-elle qu'elle colore de rose et d'azur les ténèbres au fond desquels il végétait ? Le sait-elle qu'elle est magie, qu'elle est médecine, en plus d'être rire et amour ? Sa façon de triompher après chaque flèche amuse beaucoup la brebis galeuse des Saule. C'est qu'elle est douée la gamine, elle a l’œil affûté, le bras sûr, et chaque tir dans la cible est célébré par des cris de joie et une avalanche de baisers. Yannick va devoir cravacher ferme pour rivaliser avec elle, car il est beaucoup plus rouillé qu'il ne l'imaginait, et, sapristi, la dernière flèche de la coquine s'est fichée en plein centre du panneau.

- C'est un dix ! Bravo mon cœur ! ... s'exclame t-il entre deux baisers et deux éclats de rire ! Tu te débrouilles comme un chef ! On dirait vraiment que tu as des années de pratique, mon joli poussin, mais je ne m'avoue pas encore vaincu ! Ne te fais aucune illusion, c'est toi qui va touiller dans les casseroles tout-à-l'heure, pendant que je mijoterai dans le baquet d'eau bouillante, les doigts de pieds en éventail ! ... affirme en souriant le fanfaron, d'une voix plutôt assurée, alors qu'il n'est nullement convaincu de ce qu'il avance. Mais bon, je te ferai volontiers une petite place près de moi si tu es particulièrement gentille, et tu pourras me laver le dos ! Allez, finissons-en avec ces arcs, c'est à moi maintenant, ma libellule ... dit-il en laissant s'échapper le gracieux lutin qui s'était accroché à son cou, en lui dévorant les lèvres une dernière fois.

La riposte de la belle aux entourloupes de son amant ne se fait pas attendre. Œil pour œil, dent pour dent, la tactique a fait ses preuves. Elle le frôle, elle le toise, toujours plus proche, le caressant de ses yeux moqueurs, et elle le nargue, elle le harcèle à coups de moues charmeuses et enjôleuses, elle l'effleure de la courbure de ses reins, du galbe de ses seins, de l'arrondi de ses cuisses fuselées et fermes. Le bel ange est diabolique, et sa proie en est décontenancée, tout autant qu'un rongeur hypnotisé par un serpent. Cornegidouille, qu'il est difficile de se concentrer sur cette cible, de ne pas succomber à cet ensorcellement, de ne pas poser le regard et les mains sur les courbes de cette sylphide si fascinante.

Héroïquement, Yannick prend sur lui, il parvient à se détourner de la mignonne pour encocher sa flèche, mais la gredine lui porte le coup de grâce. Des chatouilles au creux de l'oreille. S'il était félin, le gentilhomme en ronronnerait de plaisir, même si le but de la ravissante pestouille est bien entendu de le perturber un maximum. But largement atteint, cette fois. La flèche jaillit de l'arme alors que Yannick lutte pour ne pas éclater de rire, un œil posé sur la cible, et l'autre rivé sur la frimousse rieuse de sa tortionnaire. Fichtre ! Le trait va t-il se perdre dans la nature en fleurs et taquiner les noisetiers ? Non ! Sa trajectoire est très approximative, car la flèche semble avoir choisi le camp du mignon lutin, mais elle se plante malgré tout dans le panneau de bois. Loin du centre, bien entendu. Elle offre royalement cinq points au grand brun, qui s'étouffe de rire devant sa piètre performance. Ohhhhhhh, vilain gibier de potence, tu m'as bien roulé dans la farine, attends un peu, tu vas voir de quel bois je me chauffe ! s'exclame t-il en posant son arc dans l'herbe.

Riant toujours, il empoigne la puce par la taille, s'assied sur une souche, et allonge la musaraigne sur ses genoux, le popotin tourné vers l'azur. Angélyne gigote pour lui échapper, mais c'est inutile ! Yannick lui caresse un instant les fesses, à travers sa jupe-culotte, puis lui donne une petite claque sur le pétard. Je vais te donner la fessée que tu mérites, mon trésor ! A mon tour de rigoler ! Il tapote délicatement le postérieur joliment rebondi de la mignonne, veillant bien-sûr à ne lui faire aucun mal et à ne pas abîmer la partie la plus charnue de son anatomie. Et d'une pour les chatouilles, et de deux pour ... euh ... parce que j'aime ça, et de trois ... parce que je suis certain que tu aimes ça aussi, mon ange ! ... termine t-il en gloussant de bon cœur mais en aidant la puce à se redresser.

- On tire une dernière flèche, ou on en reste là, mon poussin, et on cuisine ensemble lorsque je rentrerai de Midel-Heim ? ... l'interroge t-il avec des yeux noisette étincelant de plaisir et de malice.




avatar

On m'appelle Angélyne Montaigu


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Midel-Heim
MON AGE : 20 ans
Féminin
MESSAGES : 907
AGE : 46
INSCRIT LE : 19/10/2011
PSEUDO HABITUEL : /
Joyaux : 0
http://www.ile-joyaux.com/t287-angelyne-montaigu#top
Posté dans Re: [HOT] Manoir de Yannick Saule   - Mer 14 Mar 2012 - 13:04

La fessée ! Jamais elle n'avait reçu une telle correction, de la part de ses parents, si aimants, et celle-ci est plus une caresse espiègle, une tape familière et bienveillante, qu'une réelle punition. D'ailleurs, les francs éclats de rire qui la ponctuent, inondant la prairie d'une gaieté juvénile, en sont la preuve !

- Tu exagères ! Tu profites de tes muscles pour martyriser une pauvre et frêle, jeune femme, sans défense ! s'écrie-t-elle en riant, à plat ventre sur les cuisses de Yannick. Tu n'as pas besoin de ce subterfuge pour laisser tes mains coquines errer sur moi, trésor ! Mais quand il l'aide à se redresser, elle ne se relève pas complètement, et tourne sur elle-même, pour s'asseoir à califourchon, face au jeune homme. Voilà, comme ça, nous sommes à armes égales, ou presque ! Tu es à ma merci ! Je peux t'embrasser à loisir ! Et elle ne se prive pas, enlaçant Yannick, se serrant contre son torse, elle utilise toutes ses armes féminines, même minuscules, pour l'aguicher, le taquiner sensuellement, par jeu, plus qu'autre chose. Ce jeu, ce duel charmant, qu'ils répètent à l'infini, appréciant chaque effleurement léger, chaque oeillade aguicheuse, chaque passe d'armes tendre ...

- Dommage que tu doives retourner à Midel-Heim, mais tu as raison, il faut régler ça au plus vite ... Je regrette d'ailleurs, de ne pas avoir poussé mes recherches plus loin, chez Daran, je sais qu'il a une cache secrète dans son bureau, dans laquelle il dissimule de l'argent, on aurait pu rembourser tes créanciers définitivement ... Mais pour le moment, rentrons ... Je déclare le match nul ! annonce-t-elle avec emphase. Et je dois t'avouer que je préfère que nous fassions la cuisine tous les deux, mes talents étant assez limités en la matière ! Ce qui n'est pas ton cas, vu ce que tu nous as préparé l'autre jour ... Mais avant, j'ai encore besoin d'encouragements, pour retourner jusqu'au Manoir ! dit-elle, resserrant l'étreinte de ses jambes autour de Yannick, et dévorant ses lèvres pleines avec gourmandise, parsemant sur son visage rieur, d'une infinité de baisers, tantôt sensuels, tantôt coquins ...

Plus tard, beaucoup de baisers plus tard, et avant qu'ils ne finissent par rouler, enlacés, dans les herbes, encore humides des pluies diluviennes de ces derniers jours, les deux amoureux espiègles ramassent leurs arcs, flèches et carquois abandonnés, ainsi que la cible. Tranquillement ils retournent, bras dessus, bras dessous, au Manoir. Et le jeu se poursuit entre taquineries et batifolages tendres, facéties et promesses voluptueuses, jusqu'à la salle d'armes, comme les deux amants insouciants et heureux qu'ils sont malgré les Palder et leurs machinations.

Dans la cuisine, qu'ils avaient juste traversée, lors de la visite, Angélyne découvre une autre pièce accueillante de la vieille maison. En souriant, elle réalise que Yannick a préservé les endroits qu'il préférait, dans lesquels il est lui même, que ce soit la chambre, la salle d'armes ou la cuisine. C'est là qu'il peut s'adonner aux plaisirs simples qu'il lui reste, malgré ses déboires financiers. Et bien que les ustensiles soient vétustes, que la table de bois sombre soit vieillie, lustrée par les ans et les repas pris sur son plateau, que les chaises soient bancales, il se dégage une atmosphère agréable, conviviale. On a envie de s'asseoir pour dîner aux chandelles, ou pour prendre un en-cas sur le pouce, de mijoter de petits plats sur le vieux fourneau patiné, pour les déguster ensuite à deux ou avec des amis. Angélyne a hâte de voir revenir Yannick de Midel-Heim, pour qu'ils se cuisinent ensemble un dîner pantagruélique !


Calyth Montivelle, Pilote / Janalya Hermontrick, Maître armurier / Ylaria Desnolancès, Cultivatrice


Avatar de Thélou / Sign d'Aza
Merciiiii !

avatar

On m'appelle Raffaella Palder


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Midel Heim et Sant Poséinos
MON AGE : 28 ans
Féminin
MESSAGES : 123
AGE : 46
INSCRIT LE : 03/01/2012
PSEUDO HABITUEL : Yannick Saule, Promor le Facétieux, Tibor Keiron, Janos Leawen
Joyaux : 0
Posté dans Re: [HOT] Manoir de Yannick Saule   - Jeu 15 Mar 2012 - 7:42


La chambre du Bellâtre ...

Raffaella en a été bannie par son propriétaire quelques années auparavant, et elle se souvient aujourd'hui d'en avoir été éjectée comme une pestiférée par cet idiot, qui réalisait enfin qu'elle se jouait de lui et profitait amplement de ses largesses inconsidérées. Mais l'heure des comptes est venue à présent, et ce diable de Yannick va regretter d'avoir utilisé de telles méthodes. On ne s'en prend pas impunément à la plus redoutable des Palder ! On ne la répudie pas comme une de ces vulgaires catins qui sévissent dans les ports en échange de trois ou quatre galons pour quelques minutes de plaisir furtif.

Rancunière, furibarde, elle éprouve cependant un vif saisissement en pénétrant dans la chambre. Depuis l'époque dont elle vient de se remémorer, le vent a tourné pour cet abruti. La pièce est à présent d'un dénuement absolu, le mobilier prestigieux d'autrefois a cédé la place à un méchant lit, un fauteuil pouilleux, et quelques rares bibelots indignes d'une famille comme les Saule. Mais elle n'a ni le temps ni l'envie de musarder ! Rapidement, elle inspecte les tiroirs d'une commode branlante, puis elle fouille parmi les vêtements empilés dans une garde-robes miteuse, qui tient debout par miracle. Que dalle ! Ces fichus documents sont dissimulés ailleurs ! Il faudra qu'elle espionne davantage ces deux nigauds, ou qu'elle réussisse à en faire parler un des deux, de préférence la demi-portion. Et si Yannick quitte bientôt le manoir, ainsi qu'elle a cru le comprendre, cette possibilité se présentera peut-être plus vite que prévu.

Quand on parle du loup ...

A cet instant précis retentissent des rires, suivis d'un joyeux bavardage, juste sous les fenêtres sales ! En deux enjambées rapides, Raffaella accède à son poste d'observation, derrière les vitres, et elle épie un bref instant les deux amants insouciants, avant qu'ils ne disparaissent à sa vue, happés par un angle du mur gris. Ils rentrent donc, les armes sous le bras ! Sans paniquer le moins du monde, la harpie quitte la chambre et se poste au-dessus des escaliers, silencieuse, invisible, mais prête toutefois à s'éclipser et à se dissimuler dans une des innombrables pièces désertes. Sa connaissance parfaite du manoir lui viendra en aide, les cachettes ne manquent pas dans cet embrouillamini de soupentes et de corridors insalubres.

Inutile ! Sous les regards de la fureteuse, la menue donzelle et son don Juan pénètrent dans la cuisine, après un bref détour par la salle d'armes pour y déposer les arcs. Aller coller une oreille à la porte ? Non, c'est trop imprudent, même si ces deux abrutis ne s'attendent nullement à être espionnés ! Raffaella réfléchit vivement. Rien ne l'empêche de se glisser en douce dans les écuries, et elle assistera ainsi au départ de Yannick ! Sans plus attendre, elle dévale l'escalier, et sa silhouette fugace se précipite vers l'arrière du manoir, traversant d'un pas léger les couloirs sombres. Un seul box est occupé, par un vieux canasson pansu qui somnole dans la paille. Après un rapide coup d’œil circulaire, l'intrigante se faufile dans la stalle voisine, et se dissimule à l'abri des cloisons de bois brut. Un léger intervalle entre les planches lui permet de surveiller la totalité de l'écurie, sans courir le risque d'être surprise. L'attente ne devrait pas être longue ...

avatar

On m'appelle Yannick Saule


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Midel Heim
MON AGE : 26 ans
Masculin
MESSAGES : 779
AGE : 46
INSCRIT LE : 19/10/2011
PSEUDO HABITUEL : Promor le Facétieux, Raffaella Palder, Tibor Keiron, Janos Leawen
Joyaux : 0
Posté dans Re: [HOT] Manoir de Yannick Saule   - Ven 16 Mar 2012 - 6:19


Insouciance et tendresse collaborent, comme deux complices, comme deux sœurs. Consciemment ou non, les tourtereaux ont oublié les escrocs, ils ont oublié menace et vengeance, et ils décident aussi d'oublier leurs jeux d'archers pour un jeu infiniment plus troublant, plus pacifique, plus sensuel, un jeu dont ils ne se lassent jamais. La puce s'est pelotonnée sur les genoux de son amant, elle l'emprisonne entre ses cuisses fuselées, tandis que le jeune gentilhomme referme délicatement les bras autour de sa taille menue. Les voici captifs l'un de l'autre, captifs d'une étreinte à la fois douce et brûlante, et ils s'abandonnent à la tendre joute que se livrent leurs lèvres, leurs doigts, leurs corps tout entiers. Leurs soupirs d'aise et de plaisir, le frôlement de leurs paumes sur l'étoffe, et sous l'étoffe, ce léger froufrou de la soie, ces frissons exquis, ce souffle court, ces cœurs qui battent plus vite, plus fort, sont la seule mélodie, le seul murmure de la prairie.

Yannick n'a plus très envie de quitter le manoir pour se rendre à Midel-Heim et y voir la sale tête d'arnaqueur et de charlatan de cette crapule d'usurier qui le harcèle depuis de longues semaines, mais il n'a guère le choix. Il n'est pas fier d'agir de la sorte, de profiter de l'argent d'Angélyne, mais l'acompte qu'il est en mesure de lui verser calmera l'animosité de ce scélérat et rendra l'atmosphère plus respirable, du moins pour quelque temps.

Les tourtereaux regagnent donc le manoir, sans cesser de se bécoter dans les allées et sous les murs de l'antique demeure. Ainsi que l'a décidé la puce, ils cuisineront ensemble, dès que Yannick sera de retour. Ils font rapidement l'inventaire de ce qu'offrent le buffet et la huche à pain, qui entourent un archaïque fourneau de fonte, aux larges enluminures de cuivre rouge, usé par des décennies de modeste tambouille ou de plats plus savoureux. Les réserves sont encore substantielles, il reste des œufs, du lard, des pommes de terre, de quoi préparer une omelette bien épaisse et bien baveuse. On va s'en mettre jusque là, mon joli poussin. Je vais faire en sorte d'aller le plus vite possible. Dommage que je doive y aller seul, mais c'est préférable, il est inutile qu'on nous voie ensemble, car de cette manière personne ne saura que tu habites avec moi au manoir, ni d'où me vient cette somme !

Le grand brun se penche sur la mignonne sylphide, et l'enlace à nouveau, laissant courir ses doigts dans ses cheveux de neige. Jamais je ne pourrai assez te remercier, mon ange. Tu me rends l'espoir, tu me rends l'envie de retrouver un peu de ma dignité, tu me rends la vie, tout simplement ... Je pense que je vais y aller de suite, sinon je n'aurai pas la force de te laisser. Prépare-toi à une nuit torride, mon amour ... susurre t-il en lui adressant un sourire charmeur. Tu m'accompagnes jusqu'à l'écurie, ma rose des sables ? ... poursuit-il en l'emportant entre ses bras, ne lui laissant pas d'autre choix que celui de l'escorter vers les box.




On m'appelle Contenu sponsorisé

Posté dans Re: [HOT] Manoir de Yannick Saule   -

Page 3 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum