AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
» Communication externe
par Loth de la Vision Mar 21 Juin 2016 - 15:06

» Réversa [ TOP ]
par Invité Ven 27 Mai 2016 - 8:21

» Le monde de Dùralas
par Invité Jeu 26 Mai 2016 - 7:00

» Anthalia
par Invité Dim 22 Mai 2016 - 15:17

» Marbrume, La Cité des Damnés
par Invité Lun 16 Mai 2016 - 15:07

» Questionnaire pour soutenir infinite RPG !
par Invité Sam 14 Mai 2016 - 17:33

» Escalus
par Invité Jeu 12 Mai 2016 - 9:02

» Mass Effect : Reborn
par Invité Mar 10 Mai 2016 - 15:00

» Forum en pause
par Asàf Lysereän Mar 10 Mai 2016 - 13:47


Une mauvaise chute vaut mieux qu'une fin insignifiante

avatar
Hors la Loi

On m'appelle Seylan


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Vanylle
MON AGE : 24 ans
Féminin
MESSAGES : 198
AGE : 24
INSCRIT LE : 20/03/2014
PSEUDO HABITUEL : Momo
Joyaux : 574
http://www.ile-joyaux.com/t2392-journal-de-bord-de-seylan http://www.ile-joyaux.com/t2276-seylan#51037
Posté dans Une mauvaise chute vaut mieux qu'une fin insignifiante   - Mar 16 Juin 2015 - 15:30

La Vierge du Cap envoyait vers le ciel une colonne de fumée noire. Partout où le regard portait, on ne voyait que des cadavres. Beaucoup étaient dépouillés de leurs vêtements, d'autres atrocement mutilés, voire décapités. Une odeur de charogne brûlée flottait sur les lieux et déjà, des nuées de petits insectes enveloppaient les corps sanguinolents comme des linceuls noirs. Peu avaient survécu, mais peu avaient souffert.

Immobile au pied d'une petite forêt, Seylan luttait pour rester consciente. La violence du crash l'avait projeté elle et plusieurs autres membres de l'équipage à plusieurs mètres du vaisseau. Des éclats de bois, de verres et de métaux s'étaient incrustés dans sa chair. Une main sur son ventre, son sang froid s'écoulait entre ses doigts blancs. Devant elle, tout n'était plus que désolation. Des cadavres ensanglantés gisaient sur le sol. Quelques rescapés s'étaient échappés quelques instants plus tôt en laissant les blessés derrière eux.

La forêt devint un enfer de fumée et de sang.

- Cherchez les survivants. S'ils résistent, abattez-les.

Seylan s'efforça de se remettre à penser. S'ils la trouvaient, sans nul doute serait-elle envoyée dans la célèbre Prison de la Brume, réputée pour accueillir les pirates imprudents qui étaient tombés entre les mains de la Milice. Mais si elle s'enfonçait davantage dans la forêt, la mort pourrait la prendre lentement, lui causant mille douleurs avant que Vama ne l'accueille à ses côtés. Tout vaut mieux que cette prison, tout vaut mieux que des barreaux de fer et l'ombre d'un mur de pierre, pensa-t-elle alors qu'elle se mit à ramper sur le sol, laissant derrière elle une importante traînée de sang. Tout. Tout vaut...tout vaut mieux que... 


avatar
Citoyen

On m'appelle Günel


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Citoyen
MON AGE : 23 ans
Masculin
MESSAGES : 250
AGE : 27
INSCRIT LE : 29/03/2012
PSEUDO HABITUEL : Jezibaba
Joyaux : 952
Posté dans Re: Une mauvaise chute vaut mieux qu'une fin insignifiante   - Mer 17 Juin 2015 - 11:52

Les cheveux en bataille, le souffle court, je ralentissai le pas après m'être assuré de ne point être suivi par un bedonnant bonhomme au vocabulaire imagé et au regard assassin. Le sourire aux lèvres, je m'étais engagé d'un pas léger sur un chemin de terre, me rappelant la jolie bohémienne au tempérament de feu que j'avais faite femme durant la nuit après m'être fait passer pour un prêtre de Vama en errance pour m'offrir l'hospitalité de cette troupe de joyeux nomades.

Ha ! Si le père ne l'avait pas surprise sous ma toge au petit matin, je serais présentement le plus béat des religieux ! Quoique, béat, je l'étais encore en m'amusant à me remémorer cette nuit mouvementée, assez pour me faire lever les yeux au ciel au souvenir du visage de ma dernière amante et de ses boucles noires, assez pour m'arrêter net devant cette traînée noire qui se dirigeait droit vers le sol. Par cette pauvre déesse que je bafoue à longueur de journée ! Des pirates !

Des vaisseaux miliciens se faisaient voir dans le lointain, sans doute responsables de la déroute de celui qui s'était écrasé dans un grondement puissant et une vibration qui me chatouilla les pieds. Fichtre, que pouvait bien contenir un navire pirate qui pourrait donc bien me servir ? Je n'avais pas un instant à perdre et n'en perdit donc aucun, pénétrant dans le bosquet voisin, lequel abritait l'une des nombreuses cachettes où j'entreposais costumes et biens -pas toujours- honnêtement acquis. Là, un peu plus près du lieu du crash, je dégageai quelques pierres et quelques branches sous lesquelles j'ouvris un sac en toile d'où je sortis un uniforme de la milice que j'échangeai avec ma toge de Saint n'y-touche-mais-quand-même-un-peu.

Ceci fait, il ne me restait qu'à suivre l'épaisse fumée, puis les cris de douleur, l'odeur de chair brûlée et les appels à la pitié des miliciens déjà débarqués sur le site.

- Toi, là ! Magne-toi le fion et cherche des survivants !

La béatitude était bien loin et c'était à présent un regard horrifié que j'affichais, alors que la nausée me prenait au ventre. Mes yeux se levèrent vers celui qui m'avait hélé, mais j'étais incapable de répondre, incapable de bouger.

- Bordel ! Où est ton arme ?

Machinalement, mes épaules se haussèrent alors que je levai les bras vides de tout canon, mais plus pour longtemps. L'officier exaspéré fondit sur moi et posa brusquement sa petite arme à ithylium sur mon ventre, me forçant à la prendre sans discuter.

- Réagis le bleu, on n'a pas que ça à foutre !

L'esprit embrumé, je me laissai cependant aller à mon instinct de sauvegarde qui me fit accéder à la requête du lieutenant mal luné. Qu'avais-je eu en tête en venant ici ? Fichue curiosité, fichue manie de toujours chercher plus loin à trouver de quoi être un autre. Il n'y avait rien pour moi en ces lieux, juste la mort, l'agonie et la cruauté de miliciens, trop heureux d'avoir mis la main sur leurs ennemis de toujours pour avoir simplement pitié d'eux.

Mes pas se dirigèrent machinalement en dehors de cette pagaille, cherchant une échappatoire, la même que semblait espérer une petite silhouette rampant au sol. Je m'arrêtai à quelques mètres d'elle, crispé devant la traînée de sang qu'elle avait laissé dans sa tentative de fuite. Fuis, fuis loin !

- Recrue ! Vous voyez quelque-chose ? Entendis-je au loin.

Je tournai vivement la tête vers la voix qui s'était adressée à moi puis reportai mon regard vers la pauvre jeune femme au supplice alors que deux miliciens me rejoignaient au pas de course. Mes jambes se mirent aussitôt à avancer de nouveau, s'arrêtant à côté de la malheureuse sur laquelle se posa l'un de mes pieds et se braqua mon arme, sans tremblement aucun. Je la regardai encore une fois, découvrant une jeune fille aux traits fins et au regard empli de désespoir. Mon index pressa la gâchette et le coup partit dans une détonation sonore et bleutée.

- Celle-ci est morte, trois autres ont filé par là bas !

Sans demander leur reste, les deux miliciens suivirent la direction que je leur avais indiquée bien au hasard, ne cherchant pas à vérifier mes dires. Je m'accroupis dans un bruissement de cape et me penchai au dessus de la jeune femme que mon tir avait sciemment évité, laissant un trou béant à côté de sa tête. Ah ! Je n'avais pas perdu la main !

- Ils sont partis, lève-toi et suis-moi ! Lui dis-je doucement, lui tendant une main pour l'aider à prendre appui sur ma personne. Si je ne m'expliquais pas ce soudain élan d'empathie, moi, l'être le plus individualiste et profiteur de la création, je ne le maitrisais pas plus que cette fougueuse envie de foutre le camp d'ici. Alors, qu'elle se décide vite...



avatar
Hors la Loi

On m'appelle Seylan


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Vanylle
MON AGE : 24 ans
Féminin
MESSAGES : 198
AGE : 24
INSCRIT LE : 20/03/2014
PSEUDO HABITUEL : Momo
Joyaux : 574
http://www.ile-joyaux.com/t2392-journal-de-bord-de-seylan http://www.ile-joyaux.com/t2276-seylan#51037
Posté dans Re: Une mauvaise chute vaut mieux qu'une fin insignifiante   - Mar 23 Juin 2015 - 16:44

Il avait les yeux aussi bleu que le vaste ciel et la peau blanche des citadins. Sa voix était douce et rassurante, ses gestes mesurés, empreints de toute l'empathie qui l'habitait. Sans doute inspirerait-il confiance au plus marginal des pirates, s'il ne portait pas l'uniforme maudit de la Milice. Un vêtement de coton vert, craint des hors-la-loi les plus téméraires et des pirates infortunés, dont les vaisseaux se sont écrasés en territoire ennemi. L'habit sombre, dernière ombre avant l'inéluctable exécution, la corde au cou ou le corps criblé de trous.

Un aboiement lointain raisonna dans la campagne.

Une meute de médors, très certainement dressée par la Milice, était désormais à la recherche des derniers survivants. Leur flair n'avait nul égal à Matroos. Leurs crocs acérés pouvaient percer sans mal la peau épaisse des triqueballes et leurs griffes la déchiqueter. Qu'adviendrait-il d'elle, s'ils la trouvaient ? La tueraient-ils, comme ils avaient tué maintes fois des dizaines de ses compagnons, ceux qui n'avaient pu leur échapper ?

Le sang battant aux tempes, elle se redressa péniblement, et, pliée en deux, laissa le jeune homme l'entraîner avec lui. Une douleur atroce lui transperçait l'abdomen, sa vue se brouillait, comme si elle allait perdre conscience, mais elle serra les dents et continua d'avancer, craignant davantage les crocs des médors que les miliciens eux-mêmes, plus directs dans leurs exécutions.

Et maintenant qu'ils s'enfonçaient davantage dans les sous-bois, qu'allait-il faire d'elle ? Pourquoi ne pas la livrer, comme les autres avaient livrés ceux qu'ils avaient débusqué ? Pourquoi s'éloigner des siens ? A bout de force, Seylan repoussa l'homme en le frappant à l'abdomen, chutant dès lors qu'elle perdit son soutien, ses jambes ne la portant plus.

Les matrosciens ne parlent-ils donc pas la langue commune ?


avatar
Citoyen

On m'appelle Günel


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Citoyen
MON AGE : 23 ans
Masculin
MESSAGES : 250
AGE : 27
INSCRIT LE : 29/03/2012
PSEUDO HABITUEL : Jezibaba
Joyaux : 952
Posté dans Re: Une mauvaise chute vaut mieux qu'une fin insignifiante   - Mer 24 Juin 2015 - 15:02

Il fallut entendre les féroces aboiements de médors avides de sang pour décider la naufragée à accepter mon aide. Alors, quoi, étais-je si mal mis qu'elle aurait préféré rester là, à se vider de son sang ? Qu'importe... Passant son bras sur mes épaules, je l'embarquai dans la sombre fraîcheur du bois, loin du chaos et de cette odeur pestilentielle que je n'aurais jamais cru sentir de nouveau. Tout ce sang cramé par les blasters emplissait l'air d'une odeur de mort ardente qui me retournait l'estomac et pressait mon pas, malheureusement pour la rescapée qui n'avait d'autre choix que de suivre mon rythme. Bon, au final, ça ne pouvait que l'arranger qu'on s'éloigne au plus vite de cette boucherie, non ?

Les cris, les coups et les aboiements étaient devenus de simples échos lorsque je m'arrêtai net, surpris par le faible coup que je reçus dans l'abdomen. Voilà comment elle me remerciait ? C'était la meilleure ! La regardant avec des billes en guise d'yeux, je me fit à l'idée qu'un pareil traumatisme devait bien apporter un comportement étrange, comme vouloir se débarrasser de celui qui essayait de vous sauver la vie. Peut-être préférait-elle perdre la sienne comme elle avait perdu ses amis, mais j'avais vu bien trop de morts pour les dix années à venir. Alors, qu'elle le veuille ou non, ce n'était pas aujourd'hui qu'elle rejoindrait Yoeust.

Je m'approchai et m'accroupis à côté d'elle, lui adressant un regard et un sourire que je voulais rassurants mais qui devaient être bien inutiles dans pareilles circonstances. Enfin, je retirai les gants en cuir qui me protégeaient les mains pour découvrir ces dernières que je dirigeai doucement vers la chemise blanche teintée d'écarlate (j'ai gagné parce-que je l'ai dit une fois de plus que toi).

- Laisse-moi voir, il va falloir te soigner.

Ma voix elle aussi se voulait rassurante, et mes doigts pincèrent enfin le tissu humide et déchiré de toute part qu'ils soulevèrent pour découvrir une peau criblée de débris de verre, de métal et de bois, m'arrachant un soupir à cette vision. Bon, alors, niveau premiers soins ça devrait aller, mais fallait pas traîner...



avatar
Hors la Loi

On m'appelle Seylan


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Vanylle
MON AGE : 24 ans
Féminin
MESSAGES : 198
AGE : 24
INSCRIT LE : 20/03/2014
PSEUDO HABITUEL : Momo
Joyaux : 574
http://www.ile-joyaux.com/t2392-journal-de-bord-de-seylan http://www.ile-joyaux.com/t2276-seylan#51037
Posté dans Re: Une mauvaise chute vaut mieux qu'une fin insignifiante   - Dim 28 Juin 2015 - 8:40

La douleur lui fit perdre le contrôle.

C'est donc sans s'embarrasser de précautions que Seylan se rua sur l'étranger, le plaquant au sol et le privant de toute possibilité de fuite. Plus il se débattrait, plus elle resserrerait son étreinte, l'écrasant de tout son poids, comprimant sa poitrine, lui coupant le souffle, tout en menaçant sa gorge de la lame de son poignard, comme le lui avait enseigné Rurk.

Rurk, c'était l'un des membres les plus anciens de la Vierge du Cap, et aussi un maître d'armes de renom. Il enseignait le maniement des armes à qui le désirait, criant que ce n'est pas avec une bande de bras cassés que l'équipage s'enrichira.
Mais il y a quelques mois, la maladie l'avait emporté, lui et une dizaine d'autres. Le Capitaine accusait le Fléau du Marin. D'autres croyaient davantage à la Maladie Voilée. C'est finalement la Milice qui avait eu raison de l'équipage tout entier. La Milice et leur armement. 

A bout de souffle, exténuée, Seylan fouilla l'homme, le plat de son poignard appuyé contre sa gorge pâle. Elle ne trouva dans ses poches rien d'autre que quelques galons de cuivre - à peine de quoi acheter un sachet de fruits au marché - et une paire de gants en cuir.

Ce gamin ne gagne pas plus qu'une putain, constata-t-elle, amusée.

En guise de provocation, la jeune femme déposa un arrogant baiser sur ses lèvres.
Puis elle se leva, titubante, haletante, mais toujours menaçante. Reculant pas à pas dans le sous-bois, elle ne quitta pas un instant des yeux le milicien, qui malgré les apparences, pouvait se révéler aussi dangereux que les autres. Au fond d'elle-même, elle espérait ne pas avoir à faire couler le sang aujourd'hui. Surtout celui de l'homme à qui elle devait très certainement d'être encore en vie, bien que porter cet horrible uniforme soit un prétexte à lui infliger les pires souffrances qui soient.


avatar
Citoyen

On m'appelle Günel


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Citoyen
MON AGE : 23 ans
Masculin
MESSAGES : 250
AGE : 27
INSCRIT LE : 29/03/2012
PSEUDO HABITUEL : Jezibaba
Joyaux : 952
Posté dans Re: Une mauvaise chute vaut mieux qu'une fin insignifiante   - Jeu 2 Juil 2015 - 14:12

Le tissu détrempé collait à sa peau teinte en rouge et percée de toute part. J'eus seulement le temps de faire cette constatation avant que la pirate ne me saute dessus, me faisant basculer sous la surprise et en me rappelant le froid d'une lame sur la gorge.

- Hé !

Chassez le naturel d'une pirate en détruisant son navire, tuant ses compagnons et la laissant pour morte, il revient au galop (le naturel, pas le navire, ça c'était déjà une cause perdue). La rescapée fouillait déjà mes poches bien peu remplies, s'emparant de la maigre fortune que j'avais sur moi.

- Super la reconnai...

Mes mots s'interrompirent dans un baiser volé plein de provocation mais qui m'arracha cependant un rictus amusé après qu'elle se soit relevée. Même à l'article de là mort, cette donzelle trouvait le moyen d'être contrariante...

Mon sourire disparut bien vite quand je la vis tenter de s'éloigner avec peine tout en me fixant comme si j'avais été la pire des ordures. Mais quoi, qu'avais-je fait ?
Mes yeux se baissèrent pour me rappeler que je n'étais pas dans le meilleur accoutrement pour fraterniser avec une vanyllienne et se reportèrent bien vite sur cette dernière.

- Attends !

Lentement, et prenant soin de garder toujours mes mains dans son champ de vision, je me relevai et avançai vers elle bien moins vite qu'elle ne reculait (c'est à dire VRAIMENT très lentement).

- J'ai rien à voir avec ces gars là moi. Je déboutonnai un peu le col de mon uniforme pour laisser apparaître une tenue civile portée en dessous. Tu vois ? Juste un déguisement. C'est tout. Ces crétins sont pas foutus de voir qu'on les vole. Les fois où je confessais ne jouer qu'un rôle étaient rares, et pourtant, celle-ci se faisait avec un naturel qui m'étonnait moi-même. Peut-être parce qu'elle n'irait pas bien loin toute seule. Laisse-moi t'aider, s'il-te-plaît.



avatar
Hors la Loi

On m'appelle Seylan


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Vanylle
MON AGE : 24 ans
Féminin
MESSAGES : 198
AGE : 24
INSCRIT LE : 20/03/2014
PSEUDO HABITUEL : Momo
Joyaux : 574
http://www.ile-joyaux.com/t2392-journal-de-bord-de-seylan http://www.ile-joyaux.com/t2276-seylan#51037
Posté dans Re: Une mauvaise chute vaut mieux qu'une fin insignifiante   - Mer 8 Juil 2015 - 16:00

A Vanylle, il n'y avait ni justice, ni loi protégeant les plus faibles.
Mais ici, tout était différent. Les représentants de la loi punissaient impitoyablement et sans autre forme de procès ceux qui s'en prenaient aux leurs. Abattre ou voler un milicien revenait à signer son arrêt de mort. Ils ne s'arrêtaient de chercher qu'après avoir attrapé le fautif. Pas avant. Et encore, quand il ne s'agissait que d'un simple soldat ! Après avoir tué un officier de la milice, mieux valait se trancher la gorge tout de suite car, peu importe les faits, la loi prélevait toujours son dû. Quelle folie l'avait conduit à se mettre ainsi en danger ? Les livres exagéraient-ils la sévérité de la justice matroscienne ? Ou bien son hardiesse n'avait-elle nulle limite ?

Voler un uniforme de la milice...Il me fait marcher là ?

Sans prévenir, les jambes de Seylan cédèrent sous son poids.
Elle avait perdu bien trop sang et se sentait faiblir. Sa tentative de fuite avait consumé ses toutes dernières forces. Qu'allait-il advenir d'elle, si elle laissait sa vie entre les mains de cet homme ? Elle ne voulait pas mourir, déjà parce que ça lui faisait peur, mais surtout parce qu'elle n'avait pu obtenir vengeance. Et s'il n'était finalement pas ce qu'il prétendait être ? Et si à nouveau, elle se trompait ? Et si elle redevenait esclave de ses erreurs ?

La main tremblante, elle souleva le tissu de son chemisier. Grimaçante, elle ôta un morceau de verre de sa peau. Une giclée de sang lui arracha un cri de douleur.

- Rrrhhhhg...

Par Vama !


avatar
Citoyen

On m'appelle Günel


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Citoyen
MON AGE : 23 ans
Masculin
MESSAGES : 250
AGE : 27
INSCRIT LE : 29/03/2012
PSEUDO HABITUEL : Jezibaba
Joyaux : 952
Posté dans Re: Une mauvaise chute vaut mieux qu'une fin insignifiante   - Jeu 9 Juil 2015 - 15:52

J'avais réussi à parcourir une bonne partie de la distance qui nous séparait sans que la rescapée ne s'enfuie en courant, si tant est qu'elle en ait eu la force. Les mains toujours ouvertes devant moi, je lui adressais un regard l'appelant à me faire confiance, sincèrement pour une fois, moi qui m'étais spécialisé dans les arnaques en tous genres.

La pirate ne pipait pas un mot et je n'aurais même pas su dire si elle comprenait ce que je lui disais, en matroscien autant qu'en joyellien. Lui parler korrulien restait une option mais le mien était un peu rouillé...

- Pas changer assiette pour fromage.

Bon, ça devait vouloir dire "reste là, je m'occupe de tout", mais je n'en étais pas certain et, de toute manière, je n'eus pas l'occasion de savoir si elle m'avait compris puisqu'elle s'effondra d'un coup pour commettre la pire erreur dans son état : retirer elle-même ce qui la transperçait.

- Hé !

Je franchis les derniers mètres qui nous séparaient et m'agenouillai à ses côté, arrachant une manche à mon uniforme que je roulai en boule pour appliquer sur la plaie sanguinolente. J'y exerçai une pression que je savais douloureuse, mais nécessaire, et posai la main de la grande blessée dessus pour lui intimer de la maintenir ainsi avant de déchirer le bas de ma veste. Un si bel uniforme, franchement...

J'allais revenir à la charge lorsque je m'interrompis dans mon élan, stoppant mes mains à quelques centimètres de l'abdomen écarlate, et levai les yeux vers la pirate, lui adressant le même regard que précédemment et m'exprimant d'une voix dénuée de son cynisme et ses drôleries habituels. Pfiou, quelle journée...

- Tu me laisses faire ?



avatar
Hors la Loi

On m'appelle Seylan


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Vanylle
MON AGE : 24 ans
Féminin
MESSAGES : 198
AGE : 24
INSCRIT LE : 20/03/2014
PSEUDO HABITUEL : Momo
Joyaux : 574
http://www.ile-joyaux.com/t2392-journal-de-bord-de-seylan http://www.ile-joyaux.com/t2276-seylan#51037
Posté dans Re: Une mauvaise chute vaut mieux qu'une fin insignifiante   - Ven 17 Juil 2015 - 16:14

Le souffle court, Seylan hocha la tête. De toute manière, elle n'avait d'autre choix que de le laisser faire. S'il n'intervenait pas au plus vite, elle allait se vider de son sang et mourir ne faisait pas partie de ses projets. Elle avait un homme à abattre, des coffres d'or à trouver et le monde à découvrir.

Si tu me fais mal, je te...

Sans aucune retenue, la jeune femme abattit son poing sur l'épaule de son bienfaiteur. En appuyant sur l'une de ses plaies, il lui avait causé une vive douleur qu'elle souhaitait lui faire payer. N'avait-il donc aucune plante en sa possession ? Aucun médicament ? Aucune drogue qui puisse la soulager ? Quel homme dont la vie est aussi dangereuse que la sienne se baladerait à travers Matroos sans de quoi soulager ses maux ?

- Pa Rama, arre !

Ses mots étaient à peine compréhensibles. Ce n'était qu'un amas de sons de gorge, faibles, volatiles, confus.  Combien de temps s'étaient écoulés depuis ses derniers mots ? Combien d'années pendant lesquelles elle n'avait pu exprimer sa haine, son amour, qu'à travers les coups et les câlineries ? Le cœur battant, Seylan repoussa les mains de Günel lorsqu'il eût retiré les principaux débris de ses plaies. C'était plus qu'elle ne pouvait supporter.

J'étais censée être devenue forte, et toi, tu me rappelles à quel point je suis faible. Stupide matroscien, jura-t-elle intérieurement, contrariée. C'est agaçant.


avatar
Citoyen

On m'appelle Günel


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Citoyen
MON AGE : 23 ans
Masculin
MESSAGES : 250
AGE : 27
INSCRIT LE : 29/03/2012
PSEUDO HABITUEL : Jezibaba
Joyaux : 952
Posté dans Re: Une mauvaise chute vaut mieux qu'une fin insignifiante   - Ven 24 Juil 2015 - 15:33

La force avec laquelle la pirate me frappa m'étonna plus qu'elle ne me fit mal, me faisant la regarder avec des yeux grands ouverts. Une si frêle personne pouvait être capable de cogner aussi fort ? J'ignorai malgré tout ses contestations et entrepris de retirer certains morceaux de verre sans risquer d'hémorragie, ce pourquoi je dus laisser les plus conséquents en place...

Le bas de ma veste fit office de bandage pour la plaie béante qu'elle avait générée avant de s'effondrer devant moi, compressant le tissu déjà rougi par le sang qu'elle perdait. Mieux valait ne pas traîner en ces lieux... Claquant de la langue après qu'elle ait repoussé ses mains une fois mes premiers soins apportés, je me levai et la fixai un instant en silence, réfléchissant à une marche à suivre qui éviterait qu'elle ne me claque entre les doigts.

Je me penchai finalement vers elle, lui adressant un regard que je voulais déterminé et peu enclin à s'opposer de nouveau aux caprices de la demoiselle. Sans prévenir, puisqu'elle aurait pu s'amuser à me fuir de nouveau comme une écervelée, je passai un bras sous ses épaules et l'autre sous ses genoux pour la soulever, non sans vaciller légèrement le temps de reprendre mon équilibre. Mes yeux dans les siens, j'eus l'impression de m'adresser à un enfant indiscipliné.

- Bon, t'es mignonne et tu prends sur toi le temps qu'on trouve un lesbos à berner pour finir le travail.

N'attendant aucune réponse de sa part, puisque je n'avais pas encore déterminé quelle langue parlait la donzelle qui avait finalement une voix, j'avançai dans la direction opposée à celle du crash, nous rapprochant de cultures agricoles où j'espérais tomber sur un péquenaud assez lourdaud pour lui faire gober tout et n'importe quoi pourvu qu'il me la soigne.

Ignorant tout ce qu'aurait pu faire la rescapée pour le faire lâcher prise, je gardais le cap et le rythme en jetant régulièrement quelques coups d’œil à... ma protégée ? Par Vama-la-bien-pratique, si on m'avait dit ce matin que j'allais m'entêter à veiller sur une... pirate ! Et bien faite par dessus le marché, son visage relativement proche du mien m'était fort plaisant, si on en oubliait la pâleur due à son anémie et ce sang qui commençait à imbiber mon bel uniforme. Un sourire en coin était venu se coller sur mes lèvres alors que je me surprenais à jouer les héros, moi, l'homme aux cent visages et aux milles techniques pour fuir les embrouilles. Me voilà en plein dedans...

- T'entends rien à ce que je raconte en vrai, hein ? Ces longues minutes à marcher sans discuter m'avaient semblé être des années, me donnant l'envie soudaine de faire la conversation, tout seul s'il le fallait, avant de trouver un toit. On va faire avec, même si c'est quand même bien triste que tu ne puisses pas jouir de mes talents de sémantique. Meh. Mon regard s'était baissé brièvement vers le visage de la jeune femme avant de se reposer sur la direction que je suivais. Ça te ferait une belle jambe que j'te dise comment je m'appelle. D'ailleurs, niveau jambe, c'est étonnant que t'en aies pas une en bois. C'est pas un critère de sélection sur les équipages pirates ça ?

Mon sourire s'était élargi à cette remarque que je savais foireuse et incomprise qui suffit à me faire rire, puisque j'avais toujours été mon meilleur public. Bon, d'accord, je devais offrir un bien piètre spectacle à une demoiselle en souffrance, mais au moins, on ne pouvait pas me reprocher de tenter de lui faire oublier qu'elle ressemblait à une passoire...



avatar
Hors la Loi

On m'appelle Seylan


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Vanylle
MON AGE : 24 ans
Féminin
MESSAGES : 198
AGE : 24
INSCRIT LE : 20/03/2014
PSEUDO HABITUEL : Momo
Joyaux : 574
http://www.ile-joyaux.com/t2392-journal-de-bord-de-seylan http://www.ile-joyaux.com/t2276-seylan#51037
Posté dans Re: Une mauvaise chute vaut mieux qu'une fin insignifiante   - Dim 26 Juil 2015 - 12:33

Un critère de sélection ? Une jambe de bois ?

A ces mots, Seylan se mit à rire, un rire léger, un rire profond, un rire d'apaisement qui venait la libérer de ses sombres pensées, un rire dont elle ne comprenait pas bien l'origine et qui venait ainsi éclore, délicat, superficiel, un rire insouciant, un rire coloré, un rire inespéré qu'elle devait à ce jeune homme si folâtre, si attentif, à ce jeune homme qui lui imposait soudain sa compagnie et qui l'allégeait de son chagrin. Elle se mit à rire et ce n'était pas un rire de sarcasme, un rire égoïste, non, il s'agissait d'un rire absolu comme le bonheur d'un instant, comme un obstacle au désespoir, un rire que l'on partage.

Que dirait Riska si elle apprenait qu'ici, la réputation des pirates ne va pas au delà d'une vulgaire jambe de bois ? S'il ose me parler des borgnes, je jure de chasser de son esprit toutes ces absurdités, et ce par tous les moyens nécessaires.

Le souffle court, écrasée par le poids de la douleur, la jeune femme agita la tête. Elle aurait voulu être en mesure de lui expliquer comment les pirates étaient recrutés au sein des équipages. Elle aurait voulu rire avec lui de ses aventures au sein de la Vierge du Cap, des histoires de Smog le Rieur et des caprices de Kilia-Lèvres-Rouges. Mais un homme, il y a plusieurs années de cela, lui avait sectionné la langue. Elle n'avait pas le droit de parler. Si elle parlait, il la tuerait.

Ouvrant la bouche, Seylan dévoila au jeune homme la raison de son silence : une langue grossièrement amputée. Puis elle porta sa main à sa gorge et força un sourire. S'il voulait parler, alors il s'était trompé de personne. Elle ne le pouvait pas. Et si elle le pouvait, alors sans doute sera-t-il déjà parti lorsqu'elle prononcera ses premiers mots.

Ça fait mal...

Attrapant le bras de l'inconnu, la jeune femme chercha son souffle. La douleur devenait insoutenable, plus encore depuis que certaines de ses plaies étaient exposées à l'air libre, libérées du verre, du bois et du métal. Crispée, elle ferma les yeux, certains mouvements lui arrachant des gémissements de douleur.

Pose-moi. Pose moi...Arrête-toi.


avatar
Citoyen

On m'appelle Günel


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Citoyen
MON AGE : 23 ans
Masculin
MESSAGES : 250
AGE : 27
INSCRIT LE : 29/03/2012
PSEUDO HABITUEL : Jezibaba
Joyaux : 952
Posté dans Re: Une mauvaise chute vaut mieux qu'une fin insignifiante   - Dim 26 Juil 2015 - 16:14

Il m'était difficile de dissimuler la surprise qui m'envahit soudainement en entendant rire la jeune femme dans mes bras, jusqu'à ralentir mes pas alors que nous arrivions en bordure d'une route de terre menant à quelques habitations encore loin. Foulant la terre ocre de la voie praticable, je m'arrêtai un instant pour regarder son visage rieur de ma protégée. Mon sourire n'était plus mesquin devant l'agréable tableau, seulement séduit par un charme naturel et, qui plus est, réactif à mon humour vaseux... J'aurais bien ri avec elle si je n'avais craint de briser cet instant.

À y repenser, ce moment pouvait paraître bien anodin pour qui voyait simplement deux voyageurs sans nous connaître, mais il s'agissait là d'une rare fois où je me retrouvais enjôlé par la simplicité d'une demoiselle, moi qui avais pris pour habitude de débaucher les jeunes femmes liées à mes arnaques diverses pour allier simplement l'utile à l'agréable. Ce jour là ne m'avait pas été utile, mais agréable, ça...

Soudain, le rire disparut, tout comme mon sourire lorsqu'elle ouvrit la bouche et me montra la raison de son mutisme. Mon regard amusé se teinta d'effroi et mes lèvres ne firent passer que quelques mots.

- C'est quoi ce bordel ?

Évidemment, je n'attendais aucune réponse de la jeune pirate, laissant simplement mon esprit choquer exprimer la nouvelle surprise, moins agréable celle-ci, qui le secoua grandement. Toujours arrêté sur le bord de la route, je la fixais d'un regard grave et inquisiteur, cherchant à savoir ce qui avait pu causer pareille mutilation. Mais la brusque détresse de la rescapée me fit remettre mon questionnement à plus tard alors que je sentais ses doigts s'enfoncer dans mon bras et son regard me supplier alors qu'elle se tendait dans mes bras. Ni une, ni deux, je me baissai et la posai à terre, une main lui tenant l'épaule.

- Hé, me lâche pas hein ! Mes yeux la quittèrent un instant pour scruter les environs, s'emplissant de désespoir à voir les habitations aussi loin, mais se ravivant en voyant deux silhouettes s'approcher de nous. Tiens le coup, je reviens tout de suite.

Je me relevai rapidement et me mis à courir vers les deux personnes s'avérant être d'humbles agriculteurs venus contrôler leurs récoltes.

- Hé oh !

Je levai un bras, signe auquel ils répondirent de la même manière avant que je ne ralentisse pour m'arrêter devant eux.

- Hé beh, c'pas souvent qu'on a d'la milice dans l'coin ! Qu'est-ce que vous foutez là ?
- T'es con ou tu l'fais exprès ? T'as vu c'nuage noir d'l'aut' côté ? Doivent être là pour ça !


Parfait ! Deux abrutis à l'air pas méchant, c'était le moment de donner le meilleur de môi-même.

- C'est exactement ça, mon brave. Nous avons eu raison d'un vaisseau pirate.
- C'bien fait pour leurs mouilles !
- Ta gueule, l'monsieur a pas fini d'parler.
- 'Scusez, c'est l'émotion.
- Y'a pas de mal...
Repris-je, m'efforçant de faire preuve de patience non sans jeter un coup d’œil à ma protégée plus en arrière.
- L'a pas l'air bien vot' amie là !
- Ouais, tu dois être sacrément con mon bonhomme...
- Non non, il a raison. Ce vaisseau pirate transportait des jeunes gens enlevés à leurs familles, sûrement pour un quelconque trafic d'esclave... Cette jeune femme est la seule survivante parmi ces civils, mais elle est tout de même mal en point, j'ai été chargé de trouver de quoi la soigner convenablement.
- Z'êtes pas fournis en matos pour ça normal'ment ?
En voilà un qui voulait se penser plus intelligent qu'il ne l'était...
- Si, bien sûr, seulement on l'a épuisé pour sauver le troupeau de triqueballes qui se trouvaient sur le lieu du crash. Les deux comparses se regardèrent et hochèrent la tête d'un air entendu.
- C'bô ces sacrifices que fait la Milice pour le monde paysan.
- J'te l'fais pas dire !
- Bon, et sinon... ?
- On la ramène chez tatie Maleau, elle saura quoi faire !


Les deux gros bras me suivirent au pas de course jusqu'à ma protégée devant laquelle je m'accroupis tandis que l'un d'eux s'éloigna dans un champ pour y trouver une brouette. Fixant la jeune femme dans les yeux, je posai une épaule que je voulais réconfortante sur son épaule, mon regard dans le sien l'invitant à me faire encore une fois confiance.

- La malheureuse est en état de choc, ses réactions sont parfois étranges, ne la brusquez surtout pas. Puis je continuai, plus bas, alors que le second paysan était allé aider son frère à dégager la brouette de sous un tas de ronces. Fais moi confiance, d'accord ? Ils te pensent simplement victime des pirates, ils vont trouver quelqu'un pour te soigner. Tu penses pouvoir tenir le coup ?



avatar
Hors la Loi

On m'appelle Seylan


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Vanylle
MON AGE : 24 ans
Féminin
MESSAGES : 198
AGE : 24
INSCRIT LE : 20/03/2014
PSEUDO HABITUEL : Momo
Joyaux : 574
http://www.ile-joyaux.com/t2392-journal-de-bord-de-seylan http://www.ile-joyaux.com/t2276-seylan#51037
Posté dans Re: Une mauvaise chute vaut mieux qu'une fin insignifiante   - Mar 28 Juil 2015 - 11:17

Victime des pirates ? C'était la meilleure celle-là !

En arrivant sur la Vierge du Cap, Seylan avait rapidement donné l'impression d'avoir vécu sur un vaisseau toute sa vie : dynamique, tenace, elle ne cessait de travailler, proposant toujours son aide à ses compagnons de vol, y compris aux plus antipathiques. Aucun d'entre eux n'aurait pu songer une seule seconde qu'elle était issue d'un milieu bien différent de celui de la piraterie : comme les hommes, elle portait un ample chemisier blanc et un large pantalon noir. Ses cheveux étaient noués en queue de cheval et son visage dépourvu de l'arrogant maquillage des catins de Vanylle. Sa gestuelle féminine s'était rapidement fondue dans sa nouvelle identité : elle avait pris soigneusement note du comportement des autres pirates. Désormais, elle s'essuyait la bouche du revers de la main, rotait après chacun de ses repas et s'asseyait les jambes écartées, les coudes sur les genoux. Son petit jeu du début était devenu une habitude et aujourd'hui, malgré son manque d'expérience, elle avait trouvé sa place parmi l'équipage.

Le souffle court, la jeune femme détourna le regard et acquiesça. Si elle voulait survivre, elle allait devoir prendre sur elle et se comporter comme l'une de ses victimes. La douleur, plus vivace qu'aux premières heures, l'aiderait sans doute à jouer à la perfection son rôle. Mais après ? Elle ne connaissait rien de Matroos et de ses coutumes. Qu'allait-il advenir de la Vierge du Cap et de ses survivants ? Qu'allait-il advenir d'elle ? Son esprit n'eut guère le loisir de se poser davantage d'interrogations mais, l'espace d'un instant, avant de tomber dans l'inconscience, il vit que le visage du jeune homme se crispa.
***

Seylan ne reprit connaissance que le lendemain, peu avant la tombée de la nuit. Tout autour d'elle avait changé : la forêt et le sang avaient laissés place à une petite chambre dont les rideaux ocres, légèrement écartés, laissaient filtrer les rayons du soleil. Une bonne odeur flottait dans l'air, se mélangeant à celle de la paille et de la poussière.

Comateuse, la jeune femme aperçut finalement près du lit, l'homme à qui elle devait la vie. Lui n'avait pas changé. Ses longs cheveux clairs, ses yeux bleus comme l'eau des rivières...sa peau laiteuse, ternie par la fatigue, que l'on rêverait de baiser pour en découvrir la saveur...tout était là...ou presque. L'homme n'arborait plus ce sourire arrogant qui le caractérisait tant. Qui pouvait bien ainsi occuper ses pensées et assombrir son visage ?

Combien de temps je...Non...

Seylan se redressa brutalement dans le lit de paille, réveillant la douleur de ses blessures. Saisissant le bras du jeune homme, elle attira son attention avant de poser sur lui un regard suppliant, interrogateur. Combien de temps avait-elle dormi ? Combien des siens avaient survécu au crash ? Pourquoi était-elle toujours en vie, alors qu'il lui avait semblé s'endormir pour toujours, happée par la douleur et le néant ?


avatar
Citoyen

On m'appelle Günel


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Citoyen
MON AGE : 23 ans
Masculin
MESSAGES : 250
AGE : 27
INSCRIT LE : 29/03/2012
PSEUDO HABITUEL : Jezibaba
Joyaux : 952
Posté dans Re: Une mauvaise chute vaut mieux qu'une fin insignifiante   - Mar 28 Juil 2015 - 14:03

Je tentai un sourire rassurant après lui avoir exposé mon plan, mais la jeune pirate ne me regardait déjà plus. Je la pensai vexée, d'abord, puis la vis soudain plus pâle qu'elle ne l'était déjà. Sans plus attendre, je m'élançai vers elle et posai mes mains sur ses épaules.

- Sortez-vous les doigts du cul ! Hélai-je en direction des paysans qui récupéraient tout juste l'objet à roulettes complètement oxydé par le temps et l'abandon, avant de reporter mon regard sur ma protégée que je voyais partir. Hé ! Me lâche pas ! Reste avec moi !

Mais c'était déjà trop tard et la rescapée tombait entre mes bras qui la retinrent immédiatement.

- Ah non, elle est vraiment pas bien votre amie.
- Vous avez d'autres évidences à me sortir ?
- Vous, vous avez l'air sur les nerfs. Mama va vous faire une bonne petite infusion à la maison et vous verrez, ça ira beaucoup mieux !


Je ravalai ma colère qui aurait risqué de nous faire perdre du temps et portai l'inconsciente que je déposai le plus doucement possible dans la brouette que tenait le moins bavard des deux compères.

- En route, on n'a pas de temps à perdre.

Tirant le brancard improvisé par le devant pour maintenir le rythme, je pressai les deux lourdauds jusqu'à la première ferme que nous atteignîmes aussi vite que l'état de la route, et celui de la blessée, nous le permettaient. Là, une vieille femme, de deux têtes de moins que moi, nous attendait dans l'encadrement de la porte, nous ayant vus arriver de loin.

- Z'en avez mis du temps ! Qu'est-ce que vous ram'nez là ? Z'avez trouvé ça où ?
- Cette femme a besoin de soins en urgence, madame. Auriez-vous de quoi stabiliser son état ?


La vieille dame me regarda, puis posa ses yeux sur celle que nous lui apportions.

- Bien sûr, am'nez la dans la p'tite chambre. Je s'occupe de tout, tu s'occupes de rien.

Je s'occupe de rien ? Sérieusement ? Sans même que j'aie le temps de répondre, la petite vieille avait disparu à l'intérieur et les deux frères emmenaient ma protégée dans une petite pièce simplement meublée d'une couche modeste et de quelques vieux meubles en bois. Je les y suivis au pas de course et les devançai pour transférer la pirate de la brouette à la toile étendue sur la paille. Tatie Maleau nous rejoignit rapidement, munie d'une bassine d'eau tiède et d'un panier rempli d'onguents, d'instruments et de bandages.

- Dehors les hommes, y'a rien à voir ici !

Les deux frangins s'exécutèrent, mais je restai là, debout à côté de la couche, soutenant le regard autoritaire de la soigneuse.

- Quoi, t'as rien entre les jambes toi ? Allez ouste, du vent !

Mon regard montrait clairement ma désapprobation, mais la mémé ne semblait pas décidée à commencer les soins tant que j'étais encore dans la pièce. Je fus donc bien forcé d'en sortir...
Je refermai tout juste la porte derrière moi que les deux paysans m'entrainèrent dans une pièce voisine où ils me servirent un verre d'alcool à vous déboucher la tuyauterie.

- Faut pas vous inquiéter m'sieur l'soldat, la p'tite dame est entre de bonnes mains avec tatie Maleau.
- Pour vrai ! Elle était docteur en ville quand elle était pas aussi tassée !


Leurs paroles me rassurèrent un peu, et je les en remerciai d'un semblant de sourire.

- N'empêche, j'aurais jamais cru voir un gars d'la milice s'inquiéter autant du sort d'un pôv' citoyenne !

Mon sourire s'élargit à peine et ma main s'empara du gobelet que je vidai cul sec.

- Héhé, z'ont une sacrée descente aussi !

~~~

La lumière orangée du soleil qui se couche me caressa la joue, me sortant du presque sommeil dans lequel j'avais sombré, adossé au mur, assis sur ce qui ressemblait, de très loin, à un tabouret. Posté à côté du lit de paille surélevé sur quelques planches en bois, j'étirai mes bras et me laissai aller à un long bâillement avant de me frotter les yeux qui s'en retrouvèrent rougis.

Ces derniers se baissèrent vers la rescapée que je veillai depuis que la vieille était sortie, l'ayant retrouvée recousue, bandée et vêtue d'une robe paysanne dont je n'avais vu que le buste, puisque le reste de la jeune femme était dissimulé sous une couverture de laine. La mémé comme ses neveux étaient venus me trouver à plusieurs reprises en proposant de me relayer, mais je n'avais pu me résoudre à leur laisser ma place, me sentant étrangement responsable de celle que je leur avais ramenée.

Je détournai un instant mon attention d'elle pour jeter un coup d’œil vers la fine ouverture que laissaient les rideaux et, constatant que la nuit était proche, cherchant des yeux de quoi éclairer la pièce une fois qu'elle tomberait.

Mais je n'eus pas le temps de trouver l'ombre d'une bougie qu'un mouvement brusque me fit sursauter et reporter mon regard sur la pirate qui reprenait ses esprits et me serrait le bras.

- Ha ! Cléricie de Ny est revenue à elle ! Ma main vint se poser sur les siennes et je lui adressai un large sourire. Ne t'emballe pas, t'es salement amochée. Lui conseillai-je en la poussant doucement, l'invitant à se recoucher. Ça fait plus d'un jour que t'es tombée dans les vapes, tu m'as fait une sacrée frayeur tu sais ? Tatie Maleau a fait un fichu bon travail. Je levai brièvement la tête vers la porte, espérant que ni les frangins, ni la mémé que je bénissais, n'en surgissent, puis reportai mon regard sur la jeune femme dont je tenais toujours la main, pour la rassurer elle, et peut être moi. Comment tu te sens ? Tu as moins mal ?



avatar
Hors la Loi

On m'appelle Seylan


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Vanylle
MON AGE : 24 ans
Féminin
MESSAGES : 198
AGE : 24
INSCRIT LE : 20/03/2014
PSEUDO HABITUEL : Momo
Joyaux : 574
http://www.ile-joyaux.com/t2392-journal-de-bord-de-seylan http://www.ile-joyaux.com/t2276-seylan#51037
Posté dans Re: Une mauvaise chute vaut mieux qu'une fin insignifiante   - Mer 29 Juil 2015 - 14:46

Je me sens bien. Les femmes de Vanylle sont réputées pour leur endurance, rétorqua-t-elle intérieurement. A côté, les hommes de Matroos ne sont que des fillettes.

Pourtant, Seylan ne cessait de penser avec morosité au crash de la Vierge de Cap et se demandait ce qui se serait passé si cet homme n'était pas arrivé. Les miliciens lui auraient-ils laissé la vie sauve ? Auraient-ils eu pitié d'elle ? En soupirant, elle songea qu'il ne servait à rien de ruminer le passé. De toute façon, maintenant que le vaisseau était détruit, il ne fallait plus espérer le moindre retour à Vanylle. Et châtiment, plus que tous les autres, la dévorait de l'intérieur.

Appréhendant les événements à venir, Seylan retira brusquement sa main de celles du jeune homme, puis  força un sourire. Instinctivement, elle passa sa main sur l'épais bandage qui ceignait son ventre. Ses blessures lui faisaient toujours mal, mais elles ne saignaient plus. Par chance, les éclats de verre et de métaux ne s'étaient pas enfoncés trop profondément dans son abdomen, mais la douleur, elle, ne partirait pas avant quelques jours. De fait, elle était affaiblie et contrainte au repos.

Elle se prit alors à espérer que son bienfaiteur ne l'abandonnerait pas, mais ne la couverait pas non plus, comme l'avait fait des années durant Aeddan, comme l'avait fait ensuite la patronne du Butineur Bourré, puis le vieux bibliothécaire sénile, dont elle avait partagé le logis quelques jours, avant de rejoindre la Vierge du Cap. Comme le feraient sans doute bien d'autres, si...

- Elle est l'vée la p'tite dame ! Alors, pas trop d'mal ? Comm' qu'on sent maintenant ? Elle a fait du bon travail Tatie Malaud hein ?

Seylan posa sur la vieille dame un regard insolent. Elle ne comprenait strictement rien à ce qu'elle pouvait bien raconter, cette vieille peau. Elle ne pouvait pas parler la langue commune, histoire que tout le monde comprenne ce qu'elle dise ?

- Bah alors, on a perdu sa langue ? Elle est encore sou'l'choc la p'tiote ou quoi ?
- Yeu cha d'merde [Vieux tas d'merde], marmonna Seylan.




avatar
Citoyen

On m'appelle Günel


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Citoyen
MON AGE : 23 ans
Masculin
MESSAGES : 250
AGE : 27
INSCRIT LE : 29/03/2012
PSEUDO HABITUEL : Jezibaba
Joyaux : 952
Posté dans Re: Une mauvaise chute vaut mieux qu'une fin insignifiante   - Jeu 30 Juil 2015 - 14:25

Ma main se leva rapidement lorsque la pirate retira la sienne, me laissant avec un air surpris et presque... Déçu ? Ah, oui, peut être... Mais qu'y pouvais-je, moi, si j'étais de nature avenante, particulièrement avec la gente féminine ? Bon, à la seule différence, et à mon propre étonnement, qu'aucune arrière pensée ne s’immisçait dans mon esprit à cet instant. Non, mon geste avait simplement été... Franc, compatissant et sincère ? Héla, oh, c'était quoi mon problème ? J'étais Günel, le plus grand opportuniste qu'ait pu connaître Matroos, au jeu d'acteur inégalé et aux intentions toujours intéressées ! Hors de question que je me laisse aller au naturel, c'était contre ma nature !

Mais ce sourire de cette femme à qui j'avais évité la mort sur un coup de tête... Elle pouvait être la pirate la plus sanguinaire qui soit, avoir pillé, tué, violé, j'avais simplement cette idée incessante de m'assurer qu'elle allait bien. Pas plus mal qu'elle ne puisse pas parler peut être, au moins ne m'apprendrait-elle pas les atrocités qu'elle aurait pu commettre avant de tomber du ciel...

Je lui répondis avec un sourire tout aussi forcé, me battant intérieurement contre cette fichue conscience qui montrait le bout de son nez en voulant faire dans l'humanitaire, prenant le dessus sur mon individualisme et mon irrespect pour toute autre personne que moi-même. Je sus ce combat perdu d'avance en croisant son regard fatigué. Voilà, c'était parti pour d'atroces migraines et des prises de conscience sur prises de conscience.

Je me retournai soudain lorsque la porte s'ouvrit, laissant passer la petite mamie qui venait s'informer de l'état de sa patiente qu'elle fut contente de voir réveillée, malgré le regard et le ton qu'employa la jeune femme.

- Haha ! Elle vous remercie sincèrement, mais la douleur la prend encore lorsqu'il est question de parler, vous savez, le ventre... M'empressai-je de répondre avant de poser un regard insistantsur ma protégée, la sommant silencieusement de ne pas recommencer. On avait encore besoin de ce toit et des talents de la vioque.
- Ho, bien sûr ! Qu'elle repose sa respiration et sa voix, d'toute manière elle a l'air trop canée pour articuler correct ! Ricana Tatie Maleau avant de me regarder à mon tour, laissant un malaise s'installer durant le silence qu'elle entretint en m'observant. Allez gamin, vous pouvez m'le dire !
- Hein ? Vous dire quoi ?
- Tutututut, on m'la fait pas à moi. Un milicien qui s'occupe aussi bien d'un pôv' tite citoyenne ? Ça s'est jamais vu et ça se verra jamais !

Je déglutis difficilement mais gardais contenance en m'appuyant sur mes genoux écartés, regardant la détective improvisée d'un œil interrogateur. Tout, mais qu'elle ne l'ait pas identifiée comme pirate...

- Y'a un truc entre vous deux, ça s'voit, ça s'sent ! Vous restiez pas juste pour la voir à poil t'taleur !

Là, j'avoue, je ne pus retenir ma surprise devant cette déduction hâtive. Mes yeux coulèrent vers la jeune pirate que je regardai quelques secondes pendant lesquelles mon regard s'adoucit et s'assortit d'un doux sourire. S'il fallait jouer un rôle, celui-ci ne serait pas bien difficile à endosser.

- On ne peut rien vous cacher.. Commençai-je en reportant mon attention sur la mémé fière en pensant avoir découvert un secret qui n'existait pas. Ma main vint doucement se poser sur celle de "Cléricie", l'enserrant un peu pour me donner de la crédibilité tandis que je reprenais. Cléricie est ma femme. Ma main se serra un peu plus. J'étais bien trop impliqué dans la traque de ces pirates qui me l'ont enlevée alors... quand je l'ai retrouvée après qu'on les ait abattus, je n'ai pas cherché à comprendre, il fallait que je l'emmène loin de là.

Sortez les violons et les mouchoirs bonnes gens, voilà comment on attendrit une mamie gâteau ! Ne manquait plus qu'un regard tendre vers ma protégée pour terminer le tableau... Et un sourire gêné lorsque je me rendis compte que je n'eus pas à me forcer.



avatar
Hors la Loi

On m'appelle Seylan


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Vanylle
MON AGE : 24 ans
Féminin
MESSAGES : 198
AGE : 24
INSCRIT LE : 20/03/2014
PSEUDO HABITUEL : Momo
Joyaux : 574
http://www.ile-joyaux.com/t2392-journal-de-bord-de-seylan http://www.ile-joyaux.com/t2276-seylan#51037
Posté dans Re: Une mauvaise chute vaut mieux qu'une fin insignifiante   - Sam 1 Aoû 2015 - 8:59

La vieille peau et son aimable hôte se lancèrent tous les deux dans une conversation dont Seylan fut inévitablement exclue. Ils parlaient dans une langue inconnue, de choses et d'autres, en des termes qu'elle n'avait jamais entendu auparavant, pas même de la bouche des matrosciens qu'elle avait dépouillé, lorsqu'elle naviguait encore sur Grand-Vent ; alors elle les regardait les bras ballants, feignant d'être partie intégrante de cet échange.
En réalité, elle ne comprenait pas un traître mot de ce qu'ils se racontaient mais elle aurait encore préféré se couper un doigt que de devoir l'admettre. Tout ce qui lui importait à présent était de rejoindre les siens dès que possible, et pour cela, elle avait encore besoin de l'aide de son messie ; messie dont la familiarité, la vulgarité et l'audace n'avait, à en croire l'étreinte de ses mains, nulle limite.

- C'bien p'tit ! Faut en prendre soin d'sa p'tite femme ! S'vous saviez le bon à rien qui me sert d'mari ! Pochard, pouilleux et bon-à-rien ! Z'avez d'la chance ma p'tite dame.

Le menton de Seylan tremblait. Elle était furieuse et même si elle avait toujours eu tendance à s'emporter pour rien, elle détestait l'état dans lequel l'impuissance, l'incompréhension, la plongeaient systématiquement. Ici, dans cette maison, elle n'avait aucun pouvoir. La barrière de la langue était plus handicapant encore que les plaies qui ceignaient son ventre.

- Z'en faites une tête ! Vous avez encore mal ? Montrez-voir, faut qu'j'regarde si ça s'est pas infecté vos blessures ! J'veux pas d'un cadavre chez moi ! Que dirait Herman ?

Avant même qu'elle ne la touche, Seylan attrapa fermement le poignet de la vieille dame. Hors de question que cette cinglée pose ses sales pattes sur elle une fois de plus. Sans doute l'avait-elle sauvé d'une mort certaine, mais c'était bien assez suffisant.

Par Vama, où est-ce que j'ai atterri ?


avatar
Citoyen

On m'appelle Günel


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Citoyen
MON AGE : 23 ans
Masculin
MESSAGES : 250
AGE : 27
INSCRIT LE : 29/03/2012
PSEUDO HABITUEL : Jezibaba
Joyaux : 952
Posté dans Re: Une mauvaise chute vaut mieux qu'une fin insignifiante   - Dim 2 Aoû 2015 - 11:12

La réaction de Tatie Maleau ne tarda pas, me faisant tourner la tête vers elle. Parfait, elle était tombée dans le panneau, les deux pieds devant ! Pas que j'aie douté un seul instant, les petits couples fous amoureux faisaient toujours leur petit effet sur les vieilles gens à la jeunesse loin derrière eux. Lui souriant alors qu'elle évoquait son mari, j'espérai tout de même qu'il soit occupé en affaires loin de sa ferme, en ayant assez avec celle-ci et ses neveux.

Mais lorsqu'elle s'intéressa de nouveau à l'état de ma protégée, mon sourire disparut sachant que cette dernière ne semblait pas très encline à fraterniser avec la vieille femme. Et ça ne tarda pas à se confirmer.

- Hé mais qu'est-c'qui lui prend ?

Je m'empressai de desserrer la main de la pirate du poignet, certainement fragile, de l'ancienne à qui je m'adressai platement.

- Excusez-la, elle n'est pas tout à fait elle même depuis l'accident. J'adressai un regard réprobateur à l'indisciplinée puis revint à la mémé. Cléricie a toujours été une femme pudique, le choc rend ses réactions plus... violentes. La grand mère qui me regardait d'un regard suspicieux se laissa convaincre par mes arguments sortis sur le vif. Je pourrai moi-même vérifier l'état de ses plaies, mais pour cela j'aurai besoin que vous nous laissez seuls, si vous le voulez bien.

Cette fois, les yeux de la Maleau me fixèrent d'un air entendu alors qu'elle me souriait en coin.

- Bien sûr, bien sûr. Z'avez sûrement b'soin d'rattraper l'temps perdu à cause d'ces satanés pirates. Un clin d’œil et elle prit la direction de la porte, devant laquelle elle s'arrêta alors qu'elle en tenait tout juste la poignée. Vous m'trouverez sous l'porche quand z'aurez fini. Oubliez pas d'jeter quand même un coup d’œil à ses plaies hein !

La porte se referma derrière elle et le silence plana dans la petite chambre. Je restai quelques secondes à fixer l'encadrement avant de me lever et d'aller en fermer le verrou, puis revins m'asseoir sur le maigre tabouret qui grinça sous mon poids. Soupirant de soulagement, je me frottai le visage comme pour en effacer la fatigue qui le dessinait toujours.

- On devrait être tranquilles un moment. Lançai-je avant de tourner la tête vers ma protégée à qui j'adressai un sourire tout aussi épuisé que mes traits. Profites-en pour dormir un peu, t'en as besoin. Bâillant et m'étirant les bras, je m'adossai au mur, bras croisé, prêt à suivre mes propres conseils. Et moi aussi...


Spoiler:
 



On m'appelle Contenu sponsorisé

Posté dans Re: Une mauvaise chute vaut mieux qu'une fin insignifiante   -

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum