AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
» Communication externe
par Loth de la Vision Mar 21 Juin 2016 - 15:06

» Réversa [ TOP ]
par Invité Ven 27 Mai 2016 - 8:21

» Le monde de Dùralas
par Invité Jeu 26 Mai 2016 - 7:00

» Anthalia
par Invité Dim 22 Mai 2016 - 15:17

» Marbrume, La Cité des Damnés
par Invité Lun 16 Mai 2016 - 15:07

» Questionnaire pour soutenir infinite RPG !
par Invité Sam 14 Mai 2016 - 17:33

» Escalus
par Invité Jeu 12 Mai 2016 - 9:02

» Mass Effect : Reborn
par Invité Mar 10 Mai 2016 - 15:00

» Forum en pause
par Asàf Lysereän Mar 10 Mai 2016 - 13:47


[RPFB] Nouvel enfant du désert

avatar
Forban du Désert

On m'appelle Laÿn le Sauvage


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Désert des murmures - Kom'är
MON AGE : 9 ans
Masculin
MESSAGES : 6
AGE : 24
INSCRIT LE : 03/05/2015
PSEUDO HABITUEL : Wrath
Joyaux : 0
Posté dans [RPFB] Nouvel enfant du désert   - Sam 20 Juin 2015 - 19:05

J’étais vivant. C’était déjà surprenant en soi, mais avec ça, je remarquais que l’on me battait plus. Bien sûr, j’étais bousculé quand je n’étais pas à ma place, même dans cette grande caverne il fallait que j’arrive à être dans les pattes de quelqu’un, mais je n’étais plus poursuivi et l’on ne me jetait plus de pierres. Les autres me disaient “bonjour”, je n’arrivais qu’à répondre d’un hochement de tête vigoureux. Les Ko’mär ont longtemps cru que j’étais muet, mais le garçon qui m’avait ramené, et qui désormais s’occupait de moi, a assuré à tout le monde que je savais me servir de ma langue. ...De toute façon quand on a essayé de me la couper sous prétexte de “la faire cuire pour qu’elle serve au moins à quelque chose”, je me suis jeté sur mon adversaire en plantant mes quenottes dans son poignet, jusqu’au sang. Je m’étais attendu à ce qu’on me lapide, comme avant, comme dans la ville… J’ai reçu une claque. Mais pour la première fois de ma vie, cette claque avait du sens : j’avais fait du mal à ma famille, ce n’était pas bien, ma claque était ma punition.

Le kerkeï m’a adopté en me caressant, il m’a dompté en me frappant.

On m’a montré les différentes fratries, et dans ces fratries d’autres petits groupes. Je voyageais d’activités en activités, essayant parfois de me donner du mal et d’autres fois, me rendant compte que je n’avais aucun don, je laissais tomber. J’étais parti pour mourir et voilà que je devais étriper le gibier dans les cuisines ou bien, trier ce qu’on avait pu gagner lors d’un pillage. On a même essayé de m’habiller une fois… Je finissais toujours par déchirer le haut en tirant désespérément avec mes ongles et mes dents. On commençait déjà à me nommer de cette manière d’ailleurs… "Le p’tit sauvage… Qu’est-ce qu’il va nous casser aujourd’hui ?". Quand j’y pense, on aurait pu m’abandonner à ce moment. Il m’a fallu plusieurs semaines pour m’intégrer et pourtant, les Ko’mär avaient tenu bon : ils avaient réussi à éveiller mon intérêt pour la chasse par le sang, on m’avait donné un autre nom que Kébal Sang-Mêlé, on m’avait appris la tendresse et le sens du devoir, la chaleur des nuits entassés les uns sur les autres, j’avais le droit de parler, de vivre et d’être,...

C’est ce jour-là que je suis vraiment né.

Mes amis étaient agités. Toute la journée, leurs pas s’étaient faits plus vifs, leurs souffles plus courts, leurs yeux affolés et impatients à la fois. Je ne disais rien, j’observais. L’on me tendit la lame  qu’on me prêtait habituellement pour  aider les chasseurs avec un sourire aux lèvres, l’on approuvait sans discuter le choix des proies… Peut-être que les autres  auraient pu penser être enfin acceptés, intégrés au kerkeï… Mais je percevais trop bien l’agitation qui les animaient tous ; comme une envie pressante de sang, quelque chose d’intense, d’important et de potentiellement aussi terrorisant que formidable allait se produire… Ce qui attise la curiosité des enfants ne gagne que ma méfiance. Aussi, de retour dans les cavernes, je notais le frémissement de l’air, les murmures se répercutant entres les murs, emplissant de sons les moindres recoins sombres de notre cachette. On m’installa près de mon “tuteur” et là, l’Aîné apparut.

L’assemblée silencieuse commençait.


avatar
Forban du Désert

On m'appelle Isma'ïl l'Ainé


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Désert des murmures - Kom'är
MON AGE : 56 ans
Masculin
MESSAGES : 9
AGE : 25
INSCRIT LE : 27/03/2015
PSEUDO HABITUEL : Odd
Joyaux : 33
Posté dans Re: [RPFB] Nouvel enfant du désert   - Dim 21 Juin 2015 - 12:48

Comme toujours dans le kerkeï, l'arrivée d'un nouveau membre apportait son lot de curiosité et de surexcitation. Le maitre du domaine lui par habitude se plaçait en retrait de ses troupes pendant les quelques jours marquant l'intégration du nouveau dans le groupe. Non seulement car il voulait que les enfants puissent chacun se forger un avis sur leur potentiel futur camarade mais également pour avoir une meilleure vu d'ensemble. Ainsi pendant les quelques jours suivant cette arrivée il passait son temps à observer les faits et gestes de chacun et à écouter les conversations à travers des alcoves de la caverne principale. Il attendait aussi que certain de ses "adorables" enfants viennent lui signaler chaques mouvements du bleu. En outre, s'il n'obtenait pas d'informations par ses propres oreilles, les oreilles des siens finissaient toujours par venir lui rapporter une information crucial qui déterminerait l'acceptation ou non d'un nouveau membre.

Concernant Laÿn, le nouvel arrivant, Isma'ïl avait été rapidement convaincu qu'il ferait un excellent membre sur tous les plans. Au premier abord craintif, comme la plupart des jeunes qui vienne aux Kom'är, il n'avait eu aucun mal à s'intégrer parmi les autres. Il n'excellait pas particulièrement dans lestâches qu'on lui avait demandé d'accomplir, mais les avait toutes exécutés sans rechigné et avait même finis pas y montrer de l'intérêt. Et là où certains avaient besoin de plusieurs mois, voir années, pour comprendre réellement les valeurs du clans, Isma'ïl sentait déjà que celui-ci les avaient non seulement assimilés. Malgré tout ce temps à s'occuper d'enfant, le vieux guerrier était encore impressioné par la capacité d'adaptation de certains d'entre eux. Sa décision était scellé, Laÿn serait l'un des leurs.

Pour annoncé sa décision, il n'alla pas ce mêlé aux enfants. Isma'ïl aimait jouer de ce coté mystérieux que lui donnait ses enfants, il préférait toujours attendre avant de se montrer. Il attendit qu'une jeune oreille vienne lui rapporter quelques évènements de la journée. Lorsque cela arriva, il sentit la présence de l'enfant... Krégär "l'Épicé", aucun talent pour la discrétion mais un excellent cuistot et un de ce qui venait lui rapporter des informations le plus souvent dans ce genre de cas. Isma'ïl, assis en tailleur dos au garçon, leva la main pour lui signaler de ne rien dire. Il ne voulait pas en entendre d'avantage sur le nouveau.

- Dis au tuteur du nouveau que son intégration est pour ce soir.

L'enfant ne dit rien mais Isma'ïl sentit son excitation. Une excitation qui se propagea dans toute leur demeure bientôt, ce qui fit sourire le forban.

Le soir approchant cette excitation s'était mué en brouahah incontrôlable d'enfants impatients. Isma'ïl lui restait tapis dans l'ombre en attendant le moment de son entrée fracassante. Lorsqu'il vit Krön s'approché en compagnie de son protégé le vieux sang-mêlé sortis de l'ombre silencieusement. La simple vu de sa silhouette sortant des ombres suffit à faire taire l'assemblée de gosse qui se trouvait face à lui. Il considéra un instant Krön, c'était un gosse d'une dizaine d'année il avait rejoins le kerkeï depuis quelques mois et c'était la première fois qu'il soumettait un nouveau membre à l'assemblé. Isma'ïl lui souris d'un air approbateur avant de lui faire signe de retourner s'asseoir avec les autres. Puis il s'assied à sa place, sur une grosse pierre qui faisait office de trône.

La pièce était parfaitement agencé pour ce type de d'assemblé. Le chef du clan était assis sur un surélèvement rocheux qui faisait office d'estrade et les enfants, face à lui, était assis sur des pierres installés en escalier. La configuration global ressemblait beaucoup à une salle de théâtre. Le vieux forban laissa apparaître un sourire carnassier sur son visage et s'adressa à son auditoire sans prêté plus d'attention au jeune garçon face à lui.

- Assemblée, j'écoute votre jugement.

Son avis était déjà forgé mais bien sur le fait de demandé l'avis de l'assemblée était purement théâtrale.
avatar
Forban du Désert

On m'appelle Laÿn le Sauvage


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Désert des murmures - Kom'är
MON AGE : 9 ans
Masculin
MESSAGES : 6
AGE : 24
INSCRIT LE : 03/05/2015
PSEUDO HABITUEL : Wrath
Joyaux : 0
Posté dans Re: [RPFB] Nouvel enfant du désert   - Mar 14 Juil 2015 - 10:12

Le silence s'était fait en une seconde... L'apparition de l'Aîné avait fait mourir les conversations aussi rapidement qu'on tue une proie en lui tordant le cou. Mes yeux s'agrandirent à mesure qu'il sortit de l'ombre... Il semblait vieux, mais surtout grand et fort : ses bottes de cuir claquaient sur le sol de pierre, se répercutant à l'infini dans le calme de la grotte. Ses yeux profondément noirs se posèrent sur mon tuteur mais je ne bougeais pas. La vision de l'Aîné, que je n'avais pas encore rencontré, me clouait sur place. Malgré les nombreuses descriptions que m'en avait fait les Ko'mär, je ne m'étais pas attendu à une telle démonstration, un tel déploiement de force et d'autorité.

Je n'aimais pas les adultes, car tous m'ignoraient ou me battaient. Jamais l'on m'avait adressé la parole autrement que par des vulgarités, on m'a toujours fait comprendre que je méritais de mourir, que c'était ma seule option dans la vie... L'on me regardait de haut, avec dégoût, avec peur parfois... Mais dans le regard, dans le sourire féroce de l'Aîné, je ne voyais rien de tout ça. J'expérimentais de nouvelles expressions du visage sur le corps d'un homme mûr et je ne savais même pas que c'était possible qu'elles existent. Et malgré tout ce que j'avais pu vivre jusqu'à aujourd'hui, malgré toutes les souffrances physiques que j'avais subi, je tremblais... L'Aîné me fascinait et me terrifiait... Et sa voix fit trembler la grotte.

Quoi ? Jugement ? Quel jugement ?! Je n'avais aucune idée de ce qu'il se passait mais les autres, semblant parfaitement au courant de la décision qui était prise, levaient les bras ou laissaient entendre leur voix pour répondre par l'affirmative. Mon regard voyagea de part et d'autre du théâtre improvisé et la panique s'empara de moi... Qu'est-ce qui se décidait ? Allait-on me jeter dans le désert ?... Si c'était parce que j'avais mordu un membre du kerkeï, je préférais cramer au soleil plutôt que de m'excuser... J'avais déjà reçu ma punition pour ça en plus, n'était-ce pas assez ?!... Peut-être que pour les forbans non, j'avais entendu parler de leurs méthodes barbares bien qu'elles me semblaient justes jusqu'à aujourd'hui.

Je regardais Krön, mon tuteur, cherchant à comprendre ce qu'il se passait, mais il me souriait... Mon regard d'herbivore effrayé devait l'amuser... Pas moi. La colère s'empara aussitôt de chaque once de mon âme et de mon corps. Je me redressais soudain, prêt à foutre un pain au premier qui oserait me toucher... Qu'on m'explique à la fin !

L'Aîné demanda le silence et il revint. Plus pesant. J'avais l'impression qu'on écrasait mon petit corps sous des kilos de roches... et je me rassis sous le poids de l'autorité.

Mais je ne tremblais plus. Hors de question de montrer que j'avais peur... Après tout, je n'avais rien à perdre. Si les Ko'mär n'avaient plus besoin de moi qu'il en soit ainsi, je reviendrais à mon plan d'origine qu'était de faner dans le désert de Korrul. Mais j'avais tant appris durant ces quelques semaines en leur compagnie, je méritais de vivre, je pouvais faire quelque chose de mes mains, j'avais une voix... Bien qu'à ce moment, je me sentais bien incapable de dire quoi que ce soit... La tristesse s'emparait de ma gorge au fur et à mesure que je constatais que j'aimais bien plus le kerkeï que ce que je le croyais... C'était devenu une famille et l'idée de la quitter me fendit le cœur.

Je me sentais bien incapable de contrer les arguments de l'Aîné s'il décidait de se débarrasser de moi, alors je posais mes yeux aux différentes couleurs sur lui. Et je patientais...


On m'appelle Contenu sponsorisé

Posté dans Re: [RPFB] Nouvel enfant du désert   -

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum